STATUT CATHOLIQUE D'ÉTABLISSEMENT DU CHEF DU PREMIER DEGRÉ DE L ENSEIGNEMENT. Hors-série - Juillet

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "STATUT CATHOLIQUE D'ÉTABLISSEMENT DU CHEF DU PREMIER DEGRÉ DE L ENSEIGNEMENT. Hors-série - Juillet 2006-5"

Transcription

1 STATUT DU CHEF D'ÉTABLISSEMENT DU PREMIER DEGRÉ DE L ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE Texte adopté par le Comité national de l enseignement catholique du 1 er avril 2006 Hors-série - Juillet

2 PRÉAMBULE 0.1. Ce Statut de finit la fac on de remplir la mission de chef d e tablissement dans l enseignement catholique du premier degre. Il met en valeur les aspects essentiels d une responsabilite qui est inse parablement pastorale, e ducative, pe dagogique, mate rielle et administrative. Conforme ment aux dispositions le gislatives en vigueur, le pre sent Statut reconnaiˆt a` chaque chef d e tablissement le droit d adhe rer ou non a` un syndicat repre sentatif de la profession. Il situe cette fonction dans ses relations avec tous les membres de la communaute e ducative : e le`ves, enseignants, personnels, parents, anciens e le`ves et, d une fac on plus particulie`re, avec l organisme de gestion et l autorite de tutelle, ainsi qu avec les instances dioce saines, acade miques, nationales et professionnelles de l enseignement catholique. Ce Statut est de`s lors applicable aux chefs d e tablissement des e tablissements du premier degre de l enseignement catholique ouverts en vertu de la loi de 1886 et re gis par les lois de 1959 et Adopte par le Comite national de l enseignement catholique du 1 er avril 2006, il respecte les structures et le Statut de l enseignement catholique franc ais et s impose comme tel a` tous ses membres, dans la totalite de ses dispositions. Un mode`le de contrat sera promulgue par la commission permanente de l enseignement catholique, sur proposition de la FNOGEC Un e tablissement catholique du premier degre est un e tablissement : ouvert librement en vertu des textes le gislatifs et re glementaires relatifs aux e tablissements prive s du premier degre ; il dispense un enseignement selon une vise e e ducative et pe dagogique lie e a` son caracte`re propre ; reconnu comme catholique par l e veˆque du lieu quelle que soit sa tutelle ; poursuivant, dans le respect de la liberte de conscience de chacun, les fins de finies par la De claration conciliaire du 28 octobre 1965, les De clarations de la Congre gation romaine pour l e ducation catholique et celles de la Confe rence des e veˆques de France ; respectant le Statut de l enseignement catholique promulgue le 14 mai 1992, comple te, amende et promulgue par le Conseil permanent de la Confe rence e piscopale le 11 mars Chaque e tablissement catholique d enseignement constitue une communaute e ducative place e sous la responsabilite du chef d e tablissement. Le projet e ducatif de chaque e tablissement se re fe`re explicitement a` l E vangile et a` l enseignement de l E glise catholique. Il traduit les valeurs qui fondent les choix et l action de la communaute e ducative et prend en compte toutes les dimensions de la vie d un e tablissement ; tous les membres de la communaute e ducative participent a` son e laboration, a` sa mise en oeuvre et a` son actualisation. Soumis a` l autorite de tutelle pour re flexion commune puis agre ment, le projet e ducatif se traduit particulie`rement dans : un projet d e tablissement qui fixe dans le concret les objectifs a` atteindre, compte tenu des obligations le gislatives, re glementaires ou contractuelles ; des projets pe dagogiques qui, e labore s par les e quipes d enseignants et d e ducateurs, pre cisent les me thodes pe dagogiques significatives des choix pre alablement ope re s ; les moyens requis et mis en oeuvre pour proposer la foi catholique et animer la communaute chre tienne. Pour qu ils sachent quelle e cole ils choisissent, le projet e ducatif est pre sente : aux familles au moment des inscriptions, aux membres de l e quipe e ducative lors du recrutement, aux personnes qui s engagent dans les instances contribuant a` la bonne marche de l e tablissement a` l occasion de leur admission. Chacun s engage a` le respecter. Chaque e tablissement catholique d enseignement est dote d un conseil d e tablissement, pre side par le chef d e tablissement et re unissant les repre sentants de tous les partenaires de la communaute e ducative. 1. Fédération nationale des organismes de gestion de l enseignement catholique. 1 Enseignement catholique actualités - Hors-série juillet 2006

3 0.3. L e tablissement catholique d enseignement est ouvert a` tous les e le`ves par choix pastoral et, de plus, par obligation le gale s il est sous contrat. La continuite de l e ducation et l orientation des e le`ves imposent une coordination entre les e tablissements scolaires de tous ordres. Les e tablissements, quelles que soient leur taille et leurs ressources, ne peuvent vivre leur dynamisme d une manie`re isole e, comme s ils se suffisaient a` eux-meˆmes. Leur volonte de relation et de collaboration avec d autres exprime leur solidarite dans la taˆche e ducative au sein des divers re seaux auxquels ils appartiennent. C est au nom de son appartenance a` l enseignement catholique que chaque e tablissement respecte les de cisions prises par le Comite dioce sain et le Comite acade mique de l enseignement catholique ainsi que les re glementations et recommandations du Comite national de l enseignement catholique et les accords nationaux Pour remplir sa mission, chaque e tablissement a besoin de la collaboration de personnes physiques et morales, chacune agissant au service de la mission confie e a` l e tablissement. A` cet ensemble, le chef d e tablissement apporte l unite, l impulsion et la continuite Les spe cificite s de l enseignement catholique du premier degre La plupart des enfants sont accueillis de`s deux et trois ans et sont scolarise s a` l e cole primaire normalement jusqu a` onze ans. Le premier degre se particularise donc par sa position initiale au sein de l e volution physique et psychologique de l enfant qui, au travers des apprentissages de la maternelle et de l e le mentaire, apprend, a` son rythme, a` e largir son champ de vision du monde et a` de couvrir la socie te en be ne ficiant, si ne cessaire, des aides et des structures spe cialise es dont il a besoin. En lien e troit avec son environnement quotidien, c est aussi a` l e cole que l enfant se re ve`le, de couvre ses potentialite s et ses lacunes. Les parents sont les premiers e ducateurs de leurs enfants. Cependant, c est a` l e cole que se vit tout particulie`rement la comple mentarite e ducative avec la famille. En raison de la jeunesse des e le`ves, les rencontres entre l e cole et les familles sont multiples. Les parents sont naturellement invite s a` apporter leur contribution aux diffe rentes activite s scolaires, parascolaires, pastorales et festives En premier degre, l enseignant est responsable d un groupe-classe ge ne ralement pour toute la journe e et pour l ensemble des matie`res. L e volution de la pe dagogie invite a` des e changes de compe tences et ne cessite encore plus de coordination et de concertation. Sous l autorite et le controˆle du chef d e tablissement et dans le cadre de la mise en place d un projet d e tablissement, ces coordinations apparaissent ne cessaires a` trois niveaux : entre cycles, entre classes d un meˆme cycle, entre classes d un meˆme niveau. Un travail en e quipe d enseignants est indispensable pour l inte reˆt des e le`ves. Il permet l harmonisation des contenus, l organisation des programmes et des e valuations, la mise en place des aides a` l inte gration scolaire, une meilleure utilisation des compe tences particulie`res de chaque enseignant au niveau du cycle. C est ainsi qu apparaiˆt le roˆle essentiel de coordination du chef d e tablissement du premier degre C est a` l e cole que se poursuit ou commence la de couverte de l E vangile par l enfant en e troite collaboration avec les parents. Il est de la responsabilite du chef d e tablissement d organiser, avec les instances eccle siales locales, la formation religieuse et la proposition cate che tique. Le chef d e tablissement a un roˆle essentiel dans les relations ne cessaires entre l e cole et la paroisse. Dans le respect de la liberte de chacun, le chef d e tablissement : veille a` favoriser la mise en place du temps de cate che`se, soit au sein de l e tablissement,soit en paroisse ; pre voit de proposer un e veil religieux. Il favorise l ouverture des membres de la communaute e ducative a` la dimension spirituelle. Le chef d e tablissement a le souci que l e cole permette a` tous les enfants accueillis de grandir en humanite. Enseignement catholique actualités - Hors-sériejuillet

4 LES RESPONSABILITE S DU CHEF D E TABLISSEMENT DU PREMIER DEGRE 1.1. Le chef d e tablissement est la personne physique nomme e par une autorite de tutelle qui ouvre selon la loi franc aise un ou plusieurs e tablissements reconnus comme e tablissements catholiques d enseignement par l e veˆque du lieu. Il est investi des pouvoirs et pre rogatives inhe rentes a` sa fonction et il dispose des moyens ne cessaires a` l exercice de ses responsabilite s dans le respect des textes le gislatifs et re glementaires, des accords paritaires et professionnels et des re`gles internes de l enseignement catholique, en particulier du Statut de l enseignement catholique Le chef d e tablissement rec oit de la tutelle sa mission et les orientations ge ne rales a` mettre en oeuvre. Le chef d e tablissement est, avec le pre sident de l organisme de gestion, cosignataire du contrat passe avec l E tat repre sente par le pre fet. Le chef d e tablissement du premier degre participe, en partenariat avec le pre sident de l organisme de gestion, aux discussions avec les collectivite s locales relatives a` la participation de celles-ci au fonctionnement de l e cole E tant donne la responsabilite pastorale que lui confe`re la lettre de mission, le chef d e tablissement se doit de promouvoir dans tous les domaines de la vie scolaire un climat inspire de l E vangile et d assurer les meilleures conditions de l animation spirituelle e ducation de la Foi, enseignement religieux, formation a` la vie chre tienne. Le chef d e tablissement s efforce, par son te moignage et dans l exercice de sa fonction, d appeler chaque membre de la communaute e ducative a` participer a` la mission qui lui a e te confie e tout en respectant la liberte de chacun Le chef d e tablissement est le responsable de la communaute e ducative de l e cole et de la mise en oeuvre de son projet e ducatif. Le chef d e tablissement convoque et pre side le conseil d e tablissement qui re unit les repre sentants de tous les partenaires de la communaute e ducative. Cette condition re alise e, le conseil d e tablissement peut prendre des formes diverses selon les situations des e coles Le chef d e tablissement est responsable d une e cole ouverte a` tous les e le`ves par choix pastoral et, de plus, par obligation le gale du fait du contrat signe avec l E tat En lien avec le directeur dioce sain et ses services, le chef d e tablissement est responsable d une e cole qui doit s inse rer dans le tissu scolaire et eccle sial d un dioce`se participant activement aux re seaux mis en place et aux solidarite s organise es dans l enseignement catholique Il re sulte de l application des lois un lien administratif entre le chef d e tablissement et les autorite s acade miques et administratives. Il est la personne physique qui ouvre l e cole en fonction de la loi de A` ce titre, il est le responsable des activite s propose es au sein de l e tablissement et des personnes qui y participent. 2 NOMINATION D UN CHEF D E TABLISSEMENT DU PREMIER DEGRE 2.1. Dans le respect des textes re glementaires et conventionnels et en tenant compte du canon 803, l autorite de tutelle compe tente, ayant entendu le conseil de tutelle compe tent et recherche l avis favorable de l organisme de gestion, de livre au candidat chef d e tablissement une lettre de mission qui le nomme en lui pre cisant les orientations qu il lui est demande de mettre en oeuvre. Cette condition re alise e, l organisme de gestion proce`de a` son embauche Le chef d e tablissement rec oit de la tutelle le soutien et l accompagnement auxquels il a droit, il lui rend compte de sa mission et fait avec elle les e valuations ne cessaires selon les conditions pre cise es dans la lettre de mission. Il participe aux actions d animation et de formation mises en place par elle. Lors de sa nomination par l autorite de tutelle, le chef d e tablissement du premier degre doit disposer d un e tat des lieux lui permettant de connaiˆtre la situation de cet e tablissement. Cet e tat des lieux est normalement e tabli par le chef d e tablissement sortant et par la tutelle. Il en est 1 3 Enseignement catholique actualités - Hors-sériejuillet 2006

5 tenu compte lors de la re daction de la lettre de mission et de l e laboration des modalite s d accompagnement et d e valuation ne cessaires qui seront faites par la tutelle Dans le respect des textes re glementaires et conventionnels et en tenant compte du canon 803, l autorite de tutelle concerne e, apre`s avis du conseil de tutelle compe tent qui aura entendu auparavant le chef d e tablissement et apre`s avoir recherche l avis favorable de l organisme de gestion, met fin a` la mission du chef d e tablissement si elle estime que, de manie`re ave re e et habituelle, ce dernier ne la remplit pas. Le retrait de la mission est un acte canonique qui doit eˆtre motive. Cette condition re alise e, l organisme de gestion proce`de a` son licenciement. 3 FORMATION DU CHEF D E TABLISSEMENT DU PREMIER DEGRE La fonction de chef d e tablissement requiert ne cessairement une formation pre alable. Le chef d e tablissement doit pouvoir achever sa formation initiale dans les trois premie`res anne es de sa carrie`re et be ne ficier d une formation continue qui lui permette d acque rir et de de velopper les compe tences ne cessaires a` l exercice de ses responsabilite s telles que de finies par le pre sent texte. La formation initiale est dispense e par des organismes habilite s par l enseignement catholique et dans les conditions de finies par la commission permanente du Comite national de l enseignement catholique. La formation du chef d e tablissement doit eˆtre valide e a` son terme. 4 LES CONDITIONS D EXERCICE DE LA RESPONSABILITE DE CHEF D E TABLISSEMENT DU PREMIER DEGRE 4.1. A` l e gard des e le`ves Le chef d e tablissement a la responsabilite de l accueil et de l inscription des e le`ves, de leur re partition dans les classes, de leur orientation et des e ventuelles proce dures disciplinaires les concernant A` l e gard des enseignants Suivant les termes du contrat passe avec l E tat, le chef d e tablissement a la responsabilite de constituer son e quipe e ducative sur laquelle il a autorite. Cette responsabilite s exerce dans le respect des accords de l enseignement catholique sur l emploi. Le chef d e tablissement engage les proce dures administratives ne cessaires en cas d insuffisance professionnelle ou de comportement incompatible avec l exercice de leur fonction dans l e tablissement. En application de la Charte de la formation et dans le respect des droits individuels, le chef d e tablissement est responsable de la de finition de l orientation et de la programmation de la formation au niveau de l e tablissement. Responsable de la structure pe dagogique, il organise les services d enseignement. Tout en respectant les droits individuels, le chef d e tablissement incite les maiˆtres a` la formation et veille a` la cohe rence entre cette formation et la mise en oeuvre des diffe rents projets de l e tablissement. Le chef d e tablissement accueille et accompagne avec les enseignants tous les stagiaires qui se destinent a` l enseignement et a` l e ducation A` l e gard des personnels d administration, d e ducation et de service Le chef d e tablissement exerce l autorite de l employeur par de le gation e crite du conseil d administration de l organisme de gestion sur les personnels de droit prive. Il est charge de promouvoir leur formation Par rapport a` la se curite Responsable de la se curite des e le`ves et de toutes les personnes pre sentes dans l e cole, le chef d e tablissement doit prendre toutes les mesures conservatoires ou ne cessaires en ce domaine. Selon la nature des proble`mes et en cas de besoin, le chef d e tablissement saisit par e crit le conseil d administration de l organisme de gestion et lui propose toutes les mesures ne cessaires pour assurer la se curite des personnes et des biens. Enseignement catholique actualités - Hors-série juillet 20064

6 4.5. Par rapport au fonctionnement de l e tablissement Le chef d e tablissement est responsable du projet de l e tablissement et de son fonctionnement. De`s la signature de son contrat de travail, le chef d e tablissement est invite a` toutes les re unions du conseil d administration et du bureau de l organisme de gestion avec voix consultative. Il participe a` l e laboration de l ordre du jour de toutes les re unions de l organisme de gestion. Les de libe rations relatives a` sa situation personnelle peuvent avoir lieu en dehors de sa pre sence. Il doit avoir la possibilite d eˆtre entendu par le conseil d administration. Le chef d e tablissement : propose, ordonnance et exe cute le budget de l e tablissement ; recrute, dans la limite des postes de finis au budget, toute personne salarie e de l e tablissement ; cosigne, e`s qualite, avec le pre sident de l organisme de gestion, les contrats de travail ; proce`de, en accord avec le pre sident de l organisme de gestion, aux licenciements Ayant proce de a` l ouverture de l e cole, cosignataire du contrat passe entre l e tablissement et l E tat, responsable de la communaute e ducative de l e cole, le chef d e tablissement participe aux de le gations ayant a` repre senter l e tablissement aupre`s des collectivite s territoriales compe tentes Lorsque l e cole appartient a` un ensemble scolaire comportant plusieurs unite s pe dagogiques, un protocole de coordination entre les chefs d e tablissement est e tabli et signe sous la responsabilite de l ou des autorite s de tutelle. Le protocole respecte la mission de chaque chef d e tablissement et pre cise les domaines de responsabilite du chef d e tablissement coordinateur. Le texte approuve par le Comite national de l enseignement catholique du 15 mars 2003, E le ments constitutifs d un protocole de coordination entre chefs d e tablissement d un ensemble scolaire, est annexe au pre sent Statut Quelle que soit la tutelle de l e tablissement, le chef d e tablissement participe aux instances et activite s propose es par la direction dioce saine selon les accords nationaux et des conventions passe es entre les CODIEC 2 et les congre gations. 5 LE RECRUTEMENT 5.1. Le contrat de travail Le contrat de travail du chef d e tablissement est e tabli en conse quence de la lettre de mission donne e par l autorite de tutelle compe tente qui le vise. Il est a` dure e inde termine e avec une pe riode d essai Le contrat de travail comporte : La qualite de l inte resse et les fonctions exerce es. La re fe rence au pre sent Statut et e ventuellement au re`glement inte rieur applicable. La qualification du chef d e tablissement. La date de prise de fonction. La dure e de la pe riode d essai. Les diffe rents e le ments de l indemnite de direction. La de charge e ventuelle de service d enseignement de charge E tat ou re tribue e par l organisme de gestion. Les de le gations dont dispose le chef d e tablissement. Les charges e ventuelles d internat, de cantine, de surveillance et leur modalite de re mune ration. Les organismes sociaux auxquels le chef d e tablissement est affilie pour la retraite et la pre voyance Dans le cas ou` l e cole fait partie d un ensemble scolaire, un protocole de coordination est re dige conforme ment aux textes adopte s par le Comite national de l enseignement catholique. Il est annexe au contrat La pe riode d essai, pour un chef d e tablissement entrant en fonction pour la premie`re fois, est de 12 mois, renouvelable une fois par accord entre les parties Un chef d e tablissement ayant de ja` be ne ficie d un contrat a` dure e inde termine e, ayant valide la formation pre vue a` l article 3 du pre sent Statut et qui rec oit, pour un autre e tablissement, une lettre de mission d une autorite de tutelle, a droit normalement a` la signature imme diate d un contrat a` dure e inde termine e sans pe riode d essai Le contrat de travail est nul de plein droit si : Le chef d e tablissement n a pas e te nomme par l autorite de tutelle compe tente. 2. Comité diocésain de l enseignement catholique. 5 Enseignement catholique actualités - Hors-série juillet 2006

7 Le chef d e tablissement ne re pond pas aux conditions re glementaires ou statutaires fixe es pour assurer la direction de l e tablissement Dans le cadre des dispositions le gales et du pre sent Statut, un chef d e tablissement remplac ant be ne ficie d un contrat a` dure e de termine e. Il en est ainsi, notamment : En cas d absence provisoire du chef d e tablissement ne cessitant un remplac ant. En cas de de part du chef d e tablissement en cours d anne e scolaire. Il be ne ficie, de plein droit, des dispositions du pre sent texte La participation du chef d e tablissement aux re unions organise es par le directeur dioce sain et ou l autorite de tutelle, ainsi que sa participation aux re unions ne cessite es par l exercice d un mandat syndical font partie inte grante de la mission du chef d e tablissement L indemnite de direction Composition de l indemnite de direction L indemnite de direction des chefs d e tablissement du premier degre est compose e de : Une indemnite de pendant du nombre de classes de l e cole dirige e. Une bonification indiciaire apre`s une formation initiale valide e. Une revalorisation de carrie`re. Proce dure de mise en place La revalorisation de l indemnite de direction des chefs d e tablissement du premier degre est mise en place sur une pe riode de 5 ans afin de permettre aux e tablissements de budge tiser ces augmentations et de laisser du temps pour la mise en oeuvre d une mutualisation entre le 1 er et le 2 d degre. Ces modalite s de calcul de l indemnite de direction annulent et remplacent l ensemble des accords locaux, dioce sains, de partementaux ou re gionaux en cours a` ce jour. Indemnite de pendant du nombre de classes de l e cole dirige e : NOMBRE GRILLE GRILLE GRILLE GRILLE FINALE DE CLASSES ACTUELLE AU 01/09/06 AU 01/09/07 AU 01/09/ Enseignement catholique actualités - Hors-série juillet 20066

8 La bonification pour une formation valide e A` partir du 1 er septembre 2009, une bonification de 40 points d indice est ajoute e a` la grille pre ce dente lorsque le chef d e tablissement a suivi une formation initiale valide e selon des conditions de finies par l enseignement catholique. Cette bonification est aussi accorde e, a` la meˆme date, aux chefs d e tablissement en fonction a` la date du pre sent accord et ayant suivi une formation initiale valide e. L enseignement catholique de finit les conditions de validation, a posteriori, de ces formations. Cette bonification est enfin accorde e a` tous les chefs d e tablissement du premier degre ayant 15 ans d anciennete dans la fonction a` la date du 1 er septembre Lors de sa premie`re mise en place, cette bonification est attribue e en 2 parties : 20 points au 1 er septembre 2009, 20 points au 1 er septembre Dans tous les cas, un module de formation a` la gestion doit obligatoirement eˆtre ou avoir e te suivi par le chef d e tablissement. La revalorisation de carrie`re A` partir du 1 er septembre 2008, les chefs d e tablissement be ne ficient d une revalorisation de carrie`re sous la forme d une bonification indiciaire. Tous les trois ans sont ajoute s a` la re mune ration : 5 points de manie`re automatique. De 0 a` 5 points pouvant eˆtre attribue s par l OGEC 3 sur proposition de la tutelle apre`s l entretien d e valuation qu elle aura eu avec le chef d e tablissement concernant sa mission. La premie`re bonification est attribue e au 1 er septembre Retraite et pre voyance La cotisation au re gime de pre voyance applicable aux chefs d e tablissement, calcule e sur le montant de l indemnite de direction, re sulte des accords de pre voyance du 28 novembre Ces garanties ne peuvent eˆtre infe rieures a` celles pre vues par ces accords. L organisme de gestion est tenu d affilier le chef d e tablissement aux organismes de retraite comple mentaire pre vus par la le gislation en vigueur. Les chefs d e tablissement ayant au moins une demi-de charge sont cadres Contribution familiale Le chef d e tablissement du premier degre be ne ficie normalement, pour ses enfants, de l exone ration de la scolarite ou de la contribution des familles, a` l exclusion des frais personnels assurances, visites me dicales, pension, demi-pension, dans l e tablissement ou` il exerce. Compte tenu des contraintes lie es a` la fonction ou a` l e tablissement, le chef d e tablissement peut, lors de l inscription de ses enfants dans un autre e tablissement de l enseignement catholique, solliciter une exone ration. Toutefois, ces exone rations, totales ou partielles, doivent faire l objet d un accord et sont subordonne es aux possibilite s e conomiques de l e tablissement. 5.5.Maladie, accident du travail, maternite, paternite et adoption Le chef d e tablissement empeˆche d assurer son service pour maladie ou accident du travail doit en avertir l e tablissement. Si l arreˆt de travail dure plus de 48 heures, il doit eˆtre constate par un certificat me dical, dans les conditions pre vues par la le gislation en vigueur. L autorite de tutelle et la direction dioce saine doivent eˆtre pre venues. Apre`s un an d anciennete dans l e tablissement, en cas d absence justifie e par l incapacite re sultant de maladie ou d accident du travail duˆment constate s par certificat me dical, l e tablissement, sauf dispositions le gales plus favorables, verse au chef d e tablissement, a` l e che ance habituelle, la fraction nette de l indemnite de direction non garantie par les organismes de Se curite sociale : Pendant un mois pour les chefs d e tablissement ayant de un a` deux ans de fonction dans l e tablissement. 3. Organisme de gestion de l enseignement catholique. 7 Enseignement catholique actualités - Hors-série juillet 2006

9 Pendant trois mois pour les chefs d e tablissement ayant plus de deux ans de fonction dans l e tablissement. Ce droit a` indemnisation est ouvert dans la mesure ou` les droits indique s ci-dessus n ont pas e te utilise s au cours des 12 mois pre ce dant l arreˆt de travail. Il est limite au reliquat. Au-dela` du de lai garanti par l organisme de gestion, l organisme de pre voyance prend le relais. Le chef d e tablissement en conge de maternite, paternite ou en conge le gal d adoption, be ne ficie du traitement Absences et autres conge s Concernant les absences et autres conge s, la re glementation en vigueur s applique Conge s annuels En concertation avec l OGEC, selon les besoins de l e cole, le chef d e tablissement organise son calendrier annuel de conge s a` prendre pendant les vacances scolaires. Outre les jours fe rie s le gaux, la dure e annuelle ne saurait eˆtre infe rieure a` 8 semaines Rupture du contrat du chef d e tablissement Au cours de la pe riode d essai : La rupture du contrat en cours ou a` la fin de la pe riode d essai est soit la conse quence du retrait de la lettre de mission par l autorite de tutelle, soit de cide e par l OGEC, apre`s accord e crit de l autorite de tutelle. Hors le cas de faute grave ou lourde, la rupture du contrat de travail du chef d e tablissement doit eˆtre signifie e avant le 31 mars. Aucune indemnite n est due. Sauf accord entre les parties, les fonctions du chef d e tablissement cessent au 31 aouˆt De mission de la fonction de chef d e tablissement Le chef d e tablissement doit aviser l employeur et l autorite de tutelle par lettre recommande e AR de sa de cision, avant le 31 mars de l anne e en cours. La date d effet de la rupture est le 31 aouˆt de l anne e en cours. Dans tous les cas, le directeur dioce sain et, s il y a lieu, le supe rieur majeur doivent eˆtre pre venus. La de mission de la fonction de chef d e tablissement entraiˆne la nomination sur un service d enseignement dans un autre e tablissement avec le be ne fice de la priorite accorde e aux maiˆtres en suppression d emploi par l accord sur l emploi en premier degre Par de part en retraite, a` l initiative du chef d e tablissement Le chef d e tablissement cesse son activite le 31 aouˆt de l anne e scolaire au cours de laquelle il cesse d eˆtre enseignant. Il be ne ficie, a` la date de son de part en retraite, de l indemnite pre vue par les textes en vigueur. Les services de direction accomplis dans le dioce`se sont pris en compte pour le calcul de l anciennete De cision de l e veˆque de ne plus reconnaiˆtre l appartenance de l e tablissement a` l enseignement catholique Dans le cas ou` l e veˆque de cide de ne plus reconnaiˆtre l appartenance de l e tablissement a` l enseignement catholique et lorsque le chef d e tablissement, n e tant pas concerne par les motifs de la de cision, demande a` quitter l e tablissement : Les indemnite s de licenciement pre vues par l article du pre sent Statut lui sont dues. Dans le cas ou` une autre responsabilite de chef d e tablissement ne peut lui eˆtre confie e, l inte resse participe au mouvement, en vue d une nomination dans un autre e tablissement, avec le be ne fice de la priorite accorde e aux maiˆtres en suppression d emploi par l accord sur l emploi en premier degre Retrait de la lettre de mission Lorsque l autorite de tutelle retire la lettre de mission au chef d e tablissement, l OGEC proce`de a` son licenciement. Hors le cas de faute grave ou lourde, les indemnite s de licenciement pre vues a` l article lui sont Enseignement catholique actualités - Hors-série juillet 20068

10 accorde es et l inte resse participe au mouvement, en vue d une nomination dans un autre e tablissement, avec le be ne fice de la priorite accorde e aux maiˆtres en suppression d emploi par l accord sur l emploi en premier degre Rupture du contrat, a` l initiative de l employeur Licenciement avec l accord de l Autorite de tutelle, hors le cas de faute lourde ou grave Ce licenciement ne peut avoir lieu sans que l employeur ait informe, par e crit, l Autorite de tutelle et que celle-ci ait donne son accord, par e crit. L inte resse perc oit les indemnite s de licenciement pre vues a` l article et participe au mouvement, en vue d une nomination dans un autre e tablissement, avec le be ne fice de la priorite accorde e aux maiˆtres en suppression d emploi par l accord sur l emploi en premier degre Licenciement pour faute lourde ou grave L organisme de gestion proce`de au licenciement imme diat, charge a` lui d informer, dans les meilleurs de lais, l autorite de tutelle des motifs du licenciement. Aucune indemnite de licenciement n est due. Sauf cas de sanctions administratives conduisant a` une interdiction d enseigner, l inte resse participe au mouvement, en vue d une nomination dans un autre e tablissement, avec le be ne fice de la priorite accorde e aux maiˆtres en suppression d emploi par l accord sur l emploi en premier degre Par fermeture de l e tablissement ou restructuration Le chef d e tablissement devant cesser sa fonction de direction dans l e tablissement, du fait de sa restructuration ou de la fermeture de l e tablissement, est licencie conforme ment a` l article du pre sent Statut Proce dure de rupture de contrat Tout licenciement d un chef d e tablissement doit respecter les proce dures pre vues par le Code du travail Entretien pre alable Le chef d e tablissement concerne par un licenciement peut se faire assister au cours de l entretien pre alable : Soit par une personne de son choix appartenant au personnel de l e tablissement. Soit, si son e tablissement n a pas d institution repre sentative du personnel, par un conseiller de son choix, conforme ment a` l article L du Code du travail. Soit par un de le gue mandate par une organisation syndicale repre sentative dans l enseignement catholique Notification de rupture Hormis les cas de rupture pour faute lourde ou grave, la de nonciation du contrat de chef d e tablissement doit eˆtre notifie e par l organisme de gestion au plus tard le 31 mars de l anne e en cours, par lettre recommande e AR. Sauf accord entre les parties, le contrat prend fin le 31 aouˆt de l anne e en cours, pre avis et conge s paye s compris Indemnite s de rupture de contrat Hormis le cas de faute lourde ou grave, le chef d e tablissement a droit a` une indemnite de licenciement. Cette indemnite est calcule e en fonction de l anciennete, dans la fonction de chef d e tablissement, dans l acade mie avec 1/2 mois d indemnite de direction par anne e de direction. Elle est plafonne e a` un montant correspondant a` 6 mois d indemnite de direction. L indemnite a` prendre en conside ration pour le calcul de l indemnite de direction est l indemnite mensuelle moyenne des 12 derniers mois pre ce dant le licenciement ou, selon la formule la plus inte ressante pour l inte resse, l indemnite de direction mensuelle la plus e leve e au cours des 3 derniers mois de fonction, e tant entendu que, dans ce cas, toute prime ou gratification de caracte`re annuel ou exceptionnel qui aurait e te verse e au chef d e tablissement ne serait prise en compte que prorata temporis. 9 Enseignement catholique actualités - Hors-série juillet 2006

11 6 LITIGES 6.1. Les recours contre la de cision du retrait de la mission par l autorite de tutelle ne peuvent faire l objet que des seules proce dures institue es par le droit canon canons 1733 et suivants Les autres litiges relatifs a` l application du pre sent Statut sont soumis a` une commission de conciliation constitue e par re gion acade mique a` la diligence du secre tariat ge ne ral et comprenant trois repre sentants des chefs d e tablissement, trois repre sentants des organismes de gestion, un directeur dioce sain de la re gion acade mique pre sident et, s il s agit d un e tablissement sous tutelle congre ganiste, d un repre sentant des tutelles congre ganistes Sont exclus du champ d application de ce chapitre les conflits ne s des relations de travail qui sont traite s dans le cadre des proce dures mises en place par les conventions collectives et accords internes de l enseignement catholique. 7 COMMISSION NATIONALE DU STATUT DU CHEF D E TABLISSEMENT DU PREMIER DEGRE Il est cre e, sous la responsabilite du secre taire ge ne ral de l enseignement catholique, une commission nationale du Statut du chef d e tablissement du premier degre. Pre side e par le secre taire ge ne ral ou son repre sentant, cette commission regroupe les repre sentants des tutelles, les repre sentants de la FNOGEC ainsi que les repre sentants des chefs d e tablissement de signe s par les organisations syndicales repre sentatives, membres du Comite national de l enseignement catholique. Cette commission est compe tente pour assurer le suivi du pre sent texte et proposer a` la commission permanente du Comite national les e ventuelles modifications qui s ave reraient ne cessaires. Le pre sent Statut a e te adopte par le Comite national lors de sa se ance du 1 er avril Il s applique de`s sa date de promulgation a` tout chef d e tablissement en exercice dans un e tablissement catholique d enseignement reconnu comme tel par l autorite canonique et tel que de fini a` l article 0.2. Publication officielle du Secrétariat général de l'enseignement catholique / AGICEC n Directeur de la publication >Paul Malartre nrédacteur en chef > Gilles du Retail n Rédacteur en chef adjoint > Sylvie Horguelin n Édition > Marie- Françoise Comte, Dominique Wasmer (rédacteurs-graphistes), René Troin (secrétaire de rédaction) n Diffusion et publicité > Dominique Wasmer, avec Géraldine Brouillet-Wane et Jean-Noël Ravolet (commandes) n Rédaction, administration et abonnements > 277 rue Saint Jacques, Paris Cedex 05. Tél. : Fax. : n > n Abonnement > 45 /an n Numéro de commission paritaire > 0707 G n Imprimeur > Vincent, 26 avenue Charles-Bedaux, BP 4229, Tours Cedex 1. Reproduction interdite. Enseignement catholique actualités - Hors-série juillet

12 ANNEXE E le ments constitutifs d un protocole de coordination entre chefs d e tablissement d un ensemble scolaire Exposé des motifs En novembre 1997, au nom du Comité national de l enseignement catholique (CNEC), la Commission permanente a publié les «Éléments à prendre en compte dans la rédaction d'un protocole de coordination entre les chefs d'établissement d'un ensemble scolaire». Cette publication arrivait une année après la nouvelle version du «Statut du chef d'établissement du second degré de l enseignement catholique» (15 novembre 1996) et suivait de peu la promulgation par le CNEC de la «Mission du chef d'établissement du premier degré de l enseignement catholique sous contrat avec l'état» du 11 octobre Ce dernier texte s'inscrivait dans le cadre de la reconnaissance progressive de la fonction de chef d'établissement du 1 er degré qui n'a cessé, très légitimement, de se développer ensuite. Celle-ci a abouti à la promulgation du «Statut du chef d'établissement du 1 er degré» par le CNEC le 27 octobre 2001 et à la signature de la «Convention collective des chefs d'établissement directeurs d'école de l enseignement catholique» le 21 mars 2002, l'un et l'autre ayant été remplacés par le «Statut du chef d'établissement du premier degré» promulgué par le Comité national de l enseignement catholique le 1 er avril Cinq ans après la publication des «Éléments à prendre en compte dans la rédaction d'un protocole de coordination entre les chefs d'établissement d'un ensemble scolaire», l'instance de régulation et d'harmonisation, instituée par le secrétariat général de l enseignement catholique pour traiter les problèmes qui pourraient surgir de l'existence simultanée d'un «Statut» et d'une «Convention collective» pour les chefs d'établissement du 1 er degré, avait souhaité faire une relecture de ce texte. En effet, des protocoles de coordination ont été rédigés dans la plupart des ensembles scolaires et ont contribué à clarifier les situations, à mieux reconnaître les fonctions et les personnes. Ailleurs, des difficultés qui n'avaient pas été prévues par les rédacteurs ont été soulevées, et, globalement, le contexte a changé. Le texte ci-dessous tient compte de cette expérience, des derniers textes parus et de l'évolution des mentalités et des situations. Plus bref que celui de novembre 1997, il redit fortement les principes incontournables à respecter dans chaque protocole et énumère les champs dans lesquels s'exerce cette coordination. Il est nettement plus directif : ce ne sont plus les «éléments à prendre en compte» mais les «éléments constitutifs» d'un protocole de coordination. Comme le précédent, il s'adresse aux autorités de tutelle, aux chefs d'établissement et aux présidents d'ogec*, mais la rédaction et l'application du protocole restent clairement de la responsabilité de la tutelle. 11 Enseignement catholique actualités - Hors-série juillet 2006

13 CHAPITRE I Principes Faire vivre un ensemble scolaire Ce texte exclut les réseaux d'établissements qui relèvent d'autres modalités de fonctionnement et il concerne donc : les établissements qui regroupaient, sur le même site et dans les mêmes locaux, le primaire, le premier cycle et le second cycle avant que la réforme HABY ne les oblige à se scinder en «école», «collège» et «lycée». Les «unités pédagogiques» qui les composaient sont devenues des établissements distincts tout en gardant une vie quotidienne et économique commune ; les ensembles scolaires créés plus récemment, pour des raisons très diverses, qui n'ont pas toujours la même proximité de fonctionnement et dont les modes de vie et de collaboration sont très divers, en particulier lorsque ces derniers ne relèvent pas tous de la même tradition éducative. Par ailleurs, il ne recouvre pas les ensembles scolaires comprenant un établissement catholique de l'enseignement agricole. Dans tous les cas, et avec des variantes dans les modalités d'organisation, il s'agit de maintenir ou de construire une cohérence éducative, dans les perspectives données par les assises de l enseignement catholique de décembre 2001**. C'est bien cet objectif qui commande l'organisation et les structures, et non l'inverse. Il ne peut être atteint qu'en maintenant trois exigences : a) élaborer et développer un projet éducatif commun à l'ensemble scolaire, b) respecter les responsabilités des chefs d'établissement de chacun des établissements, c) permettre à chaque chef d'établissement et à chaque établissement d'enrichir l'ensemble scolaire de son propre dynamisme et de ses différences. I E LABORER ET DE VELOPPER UN PROJET E DUCATIF COMMUN Quelle que soit l'origine de l'ensemble scolaire, le développement d'un projet éducatif commun, traduit par des projets spécifiques à chaque établissement, est sa raison d'être essentielle. Pour atteindre son objectif, plusieurs conditions sont requises : 1 Exposer clairement les rapports entre la tutelle et l ensemble scolaire Dans les ensembles anciens où la tutelle est unique depuis toujours, la lettre de mission de chaque chef d'établissement et celle du chef d'établissement coordinateur doivent déterminer comment chacun d'entre eux est responsable de la mise en œuvre du projet éducatif devant la tutelle et comment il rend compte de sa mission. Dans les ensembles constitués plus récemment, les établissements peuvent venir de tutelles différentes : S'il y a eu dévolution de tutelle et qu'il ne subsiste qu'une seule tutelle, nous sommes renvoyés à la situation précédente. Cependant, une clarification juridique ne supprime pas le fait que des établissements issus de traditions différentes ont des modalités d'approche et d'application du projet éducatif spécifiques qui, reconnues et explicitées, enrichissent l'ensemble. Les tutelles différentes sont maintenues sur chacun des établissements : le protocole devra déterminer les Enseignement catholique actualités - Hors-série juillet

14 rapports entre elles et définir devant qui le chef d'établissement coordinateur et les chefs d'établissement sont responsables de la mise en œuvre du projet éducatif. 2 La participation de tous a` l e laboration et a` la mise en oeuvre du projet e ducatif L'existence et le fonctionnement réguliers des instances de concertation et de décisions doivent permettre de revivifier régulièrement la volonté d'un projet commun, d'en assurer l'actualisation et l'efficacité. La constitution d'un ensemble scolaire a été souvent qualifiée de «nouvelle fondation», de «refondation». Elle peut avoir des origines diverses : décision d'une ou de plusieurs autorités de tutelle, impératifs économiques, projet commun à plusieurs établissements pour un meilleur service de la population scolaire, etc. Quels que soient les éléments déclencheurs, il y a un passage obligé : faire en sorte que toutes les personnes concernées soient, selon leur rôle, associées au projet. À cet effet, on prendra le temps de l'écoute, de l'accompagnement et du cheminement de tous les membres des communautés éducatives. II DE FINIR LES INSTANCES ET LES MOYENS D UNE COHE SION Un protocole de coordination définit les moyens qui sont pris à la fois pour respecter les responsabilités de chaque chef d'établissement et pour garantir la cohésion de l'ensemble. 1 Un conseil de direction Constitué obligatoirement, le conseil de direction se réunit à des intervalles suffisamment rapprochés pour garantir son efficacité. Il est composé des chefs d'établissement de l'ensemble scolaire. Les procédures à suivre en cas de désaccord, et l'autorité qui tranche, selon le cas et sur des sujets déterminés, sont définies de façon précise. 2 Les autres instances de concertation Le protocole devra décrire les instances de concertation : de l'ensemble scolaire, de chaque établissement. Il indique comment ces instances sont reliées et articulées entre elles et participent ainsi à la cohérence de l'ensemble scolaire. 3 Des dispositions inscrites dans les contrats de travail Les dispositions particulières concernant la responsabilité de chaque chef d'établissement et du chef d'établissement coordinateur sont à mentionner dans les contrats de travail de chacun d'entre eux. Un ensemble scolaire ne vit pas que de responsabilités respectées et juxtaposées. Il est de tradition, dans l enseignement catholique, de donner une chance au développement et aux charismes des personnes. Pourquoi ne pas offrir aussi cette chance aux directeurs d'un ensemble scolaire en ouvrant un champ à l'innovation dans la répartition des responsabilités? L'existence et le développement d'un ensemble scolaire s'enracinent dans une volonté de collaboration entre ses responsables, volonté inscrite dans les structures mais qu'aucun texte ne remplace. C'est une dynamique qui naît au moment de la fondation et qui réclame l'implication de tous les acteurs, une dynamique qui s'entretient par la clarté dans le partage des responsabilités, la vitalité des instances de concertation et la qualité d'inspiration du projet. 13 Enseignement catholique actualités - Hors-série juillet 2006

15 CHAPITRE II Les domaines de coordination Les responsabilités intransférables et constitutives de la fonction de chef d'établissement, dont le protocole de coordination tient obligatoirement compte, sont décrites et fondées dans les textes suivants : le Statut de l enseignement catholique du 14 mai 1992, modifié ; le Statut du chef d établissement du second degré de l enseignement catholique du 15 novembre 1996, modifié ; la Mission du chef d'établissement du premier degré de l enseignement catholique sous contrat avec l'état du 11 octobre 1997 ; le Statut du chef d'établissement du premier degré du 1 er avril La désignation d'un chef d'établissement coordinateur est de la responsabilité de l'autorité de tutelle après concertation avec les chefs d'établissement concernés et le ou (les) président(s) de l (ou des) organisme(s) de gestion. L'autorité de tutelle précise la durée du mandat du chef d'établissement coordinateur et les modalités d'évaluation. Après avoir pris l'avis des intéressés et du (ou des) président(s) d'ogec, la tutelle rédige le protocole de coordination qui est annexé aux lettres de mission et aux contrats de travail des chefs d'établissement. I LE PROJET E DUCATIF DU GROUPE SCOLAIRE ET LES PROJETS DES E TABLISSEMENTS Le groupe scolaire a un projet éducatif commun à l'ensemble des établissements. Le chef d'établissement coordinateur est garant de la cohérence de sa mise en œuvre. Ce projet éducatif se traduit dans des projets pédagogiques adaptés à la spécificité de chaque établissement et de chaque ordre ou niveau d'enseignement, dans le domaine scolaire, éducatif et pastoral. La cohérence éducative de l'ensemble scolaire se réalise en particulier par le conseil d'établissement, présidé par le chef d'établissement coordinateur et comprenant les autres chefs d'établissement comme membres de droit. Elle implique aussi l'existence d'un conseil d'établissement dans chacun des établissements et une articulation efficace entre ceux-ci et le conseil de l'ensemble scolaire. D'autres instances de coordination et de concertation peuvent être prévues en tant que de besoin et en fonction de la taille de l'ensemble scolaire. II LE RAPPORT AUX PERSONNES 1 Les enseignants L'accord du chef d'établissement nécessaire pour toute nomination par l'autorité académique est donné par le chef de l'établissement où le contrat du maître sera rattaché. Enseignement catholique actualités - Hors-série juillet

16 Une concertation avec les autres chefs d'établissement, dont le coordinateur, est souhaitable pour la constitution des équipes d'enseignants en particulier celles des «classes charnières» entre unités pédagogiques. Elle s'impose dans le cas où un enseignant partage son service d'enseignement entre plusieurs établissements du groupe scolaire. 2 Les personnels de droit prive Le protocole précise les modalités de gestion : des personnels de droit privé (personnels communs à l'ensemble scolaire ou personnels affectés à un établissement) ; des instances représentatives des personnels ; des services communs (demi-pension, internat, comptabilité, administration...) ou des services spécifiques à un établissement (par exemple : garderie en primaire). 3 L animation pe dagogique Le protocole précise dans quelles conditions se fait la concertation pour l'animation pédagogique et spécialement pour l'élaboration du plan de formation de tous les personnels, en lien avec le projet de l'ensemble scolaire. III LA COHE RENCE DE LA VIE SCOLAIRE Le protocole précise la répartition des responsabilités en ce qui concerne : les horaires ; la discipline générale ; la cohérence entre les règlements ; l'utilisation des locaux communs ; l'utilisation des moyens administratifs (accueil, secrétariat, comptabilité...) ; les règles particulières pour certaines inscriptions d'élèves (concertation pour l'inscription de plusieurs enfants d'une même famille, inscriptions en fin de cycle quand existe le cycle supérieur), pour les contentieux éventuels avec les familles ; l'organisation des manifestations, etc. IV LA GESTION FINANCIE`RE Le protocole précise les modalités d'élaboration du budget prévisionnel de l'ensemble scolaire et de son exécution qui sont de la responsabilité du chef d'établissement coordinateur travaillant en étroite collaboration avec chaque chef d'établissement. Chacun de ces derniers : participe à l'élaboration du budget de l'établissement ; est responsable de son exécution en collaboration avec le chef d'établissement coordinateur et sous le contrôle du conseil d'administration de l'organisme de gestion. 15 Enseignement catholique actualités - Hors-série juillet 2006

17 V DE VELOPPEMENT DE L E TABLISSEMENT ET COMMUNICATION Le protocole organise les responsabilités en ce qui concerne : le schéma de développement de l'ensemble scolaire ; les modalités de représentation de l'ensemble scolaire connu comme tel ; la coordination de la communication interne et externe. VI LES STRUCTURES DE COORDINATION ET LE RE`GLEMENT DES DIFFE RENDS Conformément aux principes énoncés ci-dessus, le protocole définit les instances de coordination et les modalités de règlement des différends. VII SIGNATURE DU PROTOCOLE DE COORDINATION. MODALITE S DE MODIFICATION Le protocole de coordination est signé par les chefs d'établissement concernés et l'autorité de tutelle. Il porte le visa du (ou des) président(s) d'ogec. Il prévoit les modalités et éventuellement les délais de ses modifications. * Organisme de gestion de l enseignement catholique. ** Voir en particulier la deuxième résolution «Une école des ruptures et des seuils» sur la nécessaire continuité éducative. Enseignement Catholique Documents n 242, décembre Texte approuvé par le Comité national de l enseignement catholique le 15 mars 2003 et mis à jour après la promulgation du Statut du chef d'établissement du 1 er degré par le Comité national de l enseignement catholique le 1 er avril Enseignement catholique actualités - Hors-série juillet

18 Bon de commande STATUT DU CHEF D ÉTABLISSEMENT DU PREMIER DEGRÉ Nom :... Établissement :... Adresse :... Code postal :... Ville :... Souhaite recevoir :... exemplaire(s) à 5 l unité, 4 à partir de 5 exemplaires, 3 à partir de 10 exemplaires. Ci-joint la somme de... par chèque bancaire à l ordre de AGICEC 277, rue Saint-Jacques, PARIS CEDEX 05.

STATUT CATHOLIQUE DU CHEF D'ÉTABLISSEMENT DU SECOND DEGRÉ DE L ENSEIGNEMENT

STATUT CATHOLIQUE DU CHEF D'ÉTABLISSEMENT DU SECOND DEGRÉ DE L ENSEIGNEMENT STATUT DU CHEF D'ÉTABLISSEMENT DU SECOND DEGRÉ DE L ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE Texte adopté par le Comité national de l Enseignement catholique le 20 mars 2009 et promulgué par la Commission permanente le

Plus en détail

STATUT CATHOLIQUE DU CHEF D'ÉTABLISSEMENT DU PREMIER DEGRÉ DE L ENSEIGNEMENT

STATUT CATHOLIQUE DU CHEF D'ÉTABLISSEMENT DU PREMIER DEGRÉ DE L ENSEIGNEMENT 2010 STATUT DU CHEF D'ÉTABLISSEMENT DU PREMIER DEGRÉ DE L ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE Texte adopté par le Comité national de l Enseignement catholique le 19 mars 2010 et promulgué par la Commission Permanente

Plus en détail

La SARL. De 1 a 100 associe s (l EURL peut e tre unipersonnelle)

La SARL. De 1 a 100 associe s (l EURL peut e tre unipersonnelle) La mise en place d une activite ne cessite une maîtrise parfaite du cadre juridique de la cre ation d entreprise. Nous proposons un re capitulatif des deux principales formes de socie te s (la SARL et

Plus en détail

ABC TEXTURE. Pacte Mondial de l ONU COMMUNICATION DE PROGRES - COP - Janvier 2015. Rue Isaac Newton 35800 DINARD

ABC TEXTURE. Pacte Mondial de l ONU COMMUNICATION DE PROGRES - COP - Janvier 2015. Rue Isaac Newton 35800 DINARD ABC TEXTURE Rue Isaac Newton 35800 DINARD Tél : 02 99 20 03 63 www.abctexture.com Pacte Mondial de l ONU COMMUNICATION DE PROGRES - COP - Janvier 2015 RCS SAINT-MALO 452 492 457 DECLARATION DE SOUTIEN

Plus en détail

Finances de Nouvelle Donne - Situation au 31 août 2015

Finances de Nouvelle Donne - Situation au 31 août 2015 Finances de Nouvelle Donne - Situation au 31 août 2015 Document réalisé grâce au concours actif et bénévole de Nathalie Cayet, Anne Lefèvre, Benjamin Grimont et Yves Soret Les recettes 2015 Solde des comptes

Plus en détail

Droit des e trangers a` l usage des CPAS et des services sociaux

Droit des e trangers a` l usage des CPAS et des services sociaux Droit des e trangers a` l usage des CPAS et des services sociaux Aide sociale, sécurite sociale, marche du travail, programmes d insertion professionnelle Denis Feron Manager social, charge des Etrangers

Plus en détail

STATUTS DU COMITE DIOCESAIN DE L ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE DE VAUCLUSE

STATUTS DU COMITE DIOCESAIN DE L ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE DE VAUCLUSE STATUTS DU COMITE DIOCESAIN DE L ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE DE VAUCLUSE Article 1 1.1 Entre toutes les personnes physiques désignées dans les conditions prévues aux articles 6 et 7 des présents statuts il

Plus en détail

Re forme de la Taxe d Apprentissage 2015

Re forme de la Taxe d Apprentissage 2015 Re forme de la Taxe d Apprentissage 2015 Donner la capacité aux entreprises de financer la formation de leur(s) apprenti(s) Service des relations entreprises 1 Textes de référence LOI n 2014-891 du 8 aou

Plus en détail

Cours de Gé nie Logiciel. Management de Projet

Cours de Gé nie Logiciel. Management de Projet Cours de Management de Projet Introduction 2 1. Composante Acteurs 3 La maîtrise d ouvrage 3 La maîtrise d œ uvre 4 Le comitéde pilotage 4 Le groupe central de projet 5 Les comités technologiques 5 L assistance

Plus en détail

1377 Un certain courant de la jurisprudence pre conise que dans cette hypothe` se, l indemnite de pre avis

1377 Un certain courant de la jurisprudence pre conise que dans cette hypothe` se, l indemnite de pre avis BEELD 29 INDEMNITÉ COMPENSATOIRE DE PRÉAVIS C. Prestations re duites dans le cadre de l interruption de carrie` re 1377 Un certain courant de la jurisprudence pre conise que dans cette hypothe` se, l indemnite

Plus en détail

PLAQ OUVRIERS modif tel17052011:layout 4 17/05/11 11:35 Page 1. www.fo-sante.com

PLAQ OUVRIERS modif tel17052011:layout 4 17/05/11 11:35 Page 1. www.fo-sante.com PLAQ OUVRIERS modif tel17052011:layout 4 17/05/11 11:35 Page 1 www.fo-sante.com Personnels ouvriers et ambulanciers es métiers indispensables aux établissements et aux usagers PLAQ OUVRIERS modif tel17052011:layout

Plus en détail

Office de Tourisme Doué-la-Fontaine et sa Région. Guide de partenariat 2015

Office de Tourisme Doué-la-Fontaine et sa Région. Guide de partenariat 2015 Office de Tourisme Doué-la-Fontaine et sa Région Guide de partenariat 2015 Qui sommes-nous? Aux portes du Parc Naturel Re gional Loire-Anjou-Touraine, l Office de Tourisme de Doue -la-fontaine et sa re

Plus en détail

TRAIT D AMSTERDAM MODIFIANT LE TRAIT SUR L UNION EUROP ENNE, LES TRAIT S INSTITUANT LES COMMUNAUT S EUROP ENNES ET CERTAINS ACTES CONNEXES

TRAIT D AMSTERDAM MODIFIANT LE TRAIT SUR L UNION EUROP ENNE, LES TRAIT S INSTITUANT LES COMMUNAUT S EUROP ENNES ET CERTAINS ACTES CONNEXES TRAIT D AMSTERDAM MODIFIANT LE TRAIT SUR L UNION EUROP ENNE, LES TRAIT S INSTITUANT LES COMMUNAUT S EUROP ENNES ET CERTAINS ACTES CONNEXES AVIS AU LECTEUR La pr sente publication reproduit le texte du

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION

NOTICE D INFORMATION 2015 NOTICE D INFORMATION Chirurgien dentiste Rachat d années d études supérieures et d années civiles validées Informations pratiques Depuis la loi Fillon du 21 aou t 2003, deux nouvelles possibilite

Plus en détail

La responsabilité professionnelle de l agent immobilier*

La responsabilité professionnelle de l agent immobilier* La responsabilité professionnelle de l agent immobilier* Martine WAHL Avocate au barreau de Bruxelles (*) Ce livre est paru initialement dans l ouvrage de re fe rence publie chez Kluwer: Responsabilite

Plus en détail

CONTRAT DE LICENCE NON-EXCLUSIVE. Charles Mussaute, proprie taire du site internet Akuen.net et...

CONTRAT DE LICENCE NON-EXCLUSIVE. Charles Mussaute, proprie taire du site internet Akuen.net et... CONTRAT DE LICENCE NON-EXCLUSIVE Conclu et entrant en vigueur le... entre: Charles Mussaute, proprie taire du site internet Akuen.net et I Il a e te reconnu et arrête ce qui suit : 1. DEFINITIONS Dans

Plus en détail

Avenant n 3 du 27 janvier 2000

Avenant n 3 du 27 janvier 2000 CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU TRAVAIL DES PERSONNELS DE LA VIE SCOLAIRE DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT ET CENTRES DE FORMATION AGRICOLE PRIVES RELEVANT DU CONSEIL NATIONAL DE L ENSEIGNEMENT AGRICOLE

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D'UTILISATION CONDITIONS GENERALES D'UTILISATION DE L'APPLICATION CRYSTAL Z (Android et ios)

CONDITIONS GENERALES D'UTILISATION CONDITIONS GENERALES D'UTILISATION DE L'APPLICATION CRYSTAL Z (Android et ios) CONDITIONS GENERALES D'UTILISATION CONDITIONS GENERALES D'UTILISATION DE L'APPLICATION CRYSTAL Z (Android et ios) L utilisation de l application mobile Crystal Z vaut acceptation sans re serve des pre

Plus en détail

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service»

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» DANS LE RESPECT DU PROJET ET DU FONCTIONNEMENT DE LA PERSONNE MORALE, EN CONFORMITE AVEC LA LEGISLATION

Plus en détail

Statuts de la. Communauté d universités et établissements. Université Sorbonne Paris Cité

Statuts de la. Communauté d universités et établissements. Université Sorbonne Paris Cité Document n 4 Statuts de la Communauté d universités et établissements Université Sorbonne Paris Cité Version 1-4 de travail du 10/03/2014 Post-CCOU du 06/03/2014 1 L Université Sorbonne Paris Cité regroupe

Plus en détail

DIRECTOIRE D APPLICATION 2014

DIRECTOIRE D APPLICATION 2014 CNE1.2014.334 ACCORD PROFESSIONNEL SUR L ORGANISATION DE L EMPLOI DANS L ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE DU PREMIER DEGRE du 10 février 2006 modifié le 11 décembre 2008, le 10 novembre 2009 et du 31 janvier 2014

Plus en détail

DIRECTOIRE D APPLICATION

DIRECTOIRE D APPLICATION CNE1.2010.1213 ACCORD PROFESSIONNEL SUR L ORGANISATION DE L EMPLOI DANS L ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE DU PREMIER DEGRE du 10 février 2006 modifié le 11 décembre 2008 et le 10 novembre 2009 DIRECTOIRE D APPLICATION

Plus en détail

Statut du Chef d Etablissement. d un établissement du CNEAP. Adopté par le Conseil d'administration du CNEAP le 8 décembre 2011.

Statut du Chef d Etablissement. d un établissement du CNEAP. Adopté par le Conseil d'administration du CNEAP le 8 décembre 2011. Statut du Chef d Etablissement d un établissement du CNEAP Adopté par le Conseil d'administration du CNEAP le 8 décembre 2011. 1 Ce statut et le modèle de contrat qui l accompagne définissent la façon

Plus en détail

Livre I. Le droit patrimonial luxembourgeois (civil et fiscal)... 7

Livre I. Le droit patrimonial luxembourgeois (civil et fiscal)... 7 TABLE DES MATIE` RES Pre sentation des auteurs.... Pre faces... V IX Introduction générale et avertissement.... 1 Livre I. Le droit patrimonial luxembourgeois (civil et fiscal).... 7 Partie I. Le droit

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Dispositifs mobilisables. En Mayenne pour la prévention des difficultés des entreprises

GUIDE PRATIQUE. Dispositifs mobilisables. En Mayenne pour la prévention des difficultés des entreprises ARTISANAT INDUSTRIE AGRICULTURE COMMERCE SERVICES Mars 2015 GUIDE PRATIQUE Dispositifs mobilisables En Mayenne pour la prévention des difficultés des entreprises UN RESEAU DEPARTEMENTAL POUR PREVENIR LES

Plus en détail

Exigences en matière d aptitudes linguistiques pour l obtention du permis d exercice à titre de pharmacien au Canada

Exigences en matière d aptitudes linguistiques pour l obtention du permis d exercice à titre de pharmacien au Canada Exigences en matière d aptitudes linguistiques pour l obtention du permis d exercice à titre de pharmacien au Canada Exigences en matie re d'aptitudes linguistiques pour l'obtention du permis d'exercice

Plus en détail

Psychologues de l éducation dans l enseignement catholique :

Psychologues de l éducation dans l enseignement catholique : Hors-série 1,50 Psychologues de l éducation dans l enseignement catholique : évolution professionnelle, éthique et place dans l institution. Texte adopté par le Comité national de l enseignement catholique

Plus en détail

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration.

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration. Association loi 1901 ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, et le décret du 16 août 1901 ayant pour

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Les séniors, une opportunité pour votre entreprise. LES + DE

GUIDE PRATIQUE. Les séniors, une opportunité pour votre entreprise. LES + DE GUIDE PRATIQUE Vous ne pensez pas être concernés par la gestion des âges? Dans le contexte économique actuel, vos priorités se situent ailleurs. Pourtant, l expérience, les compétences et les savoir-faire

Plus en détail

CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL

CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL CENTRE DE GESTION DU JURA 5 avenue de la République BP 86 39303 CHAMPAGNOLE CEDEX Tél : 03 84 53 06 39 Fax : 03 84 52 38 44 Edition 2012

Plus en détail

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Association SYNADEC Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, le décret du 16

Plus en détail

De crets, arreˆ te s, circulaires

De crets, arreˆ te s, circulaires De crets, arreˆ te s, circulaires TEXTES GE NÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL Arrête du 25 juin 2014 portant agre ment de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation

Plus en détail

POURQUOI INVESTIR EN BOURSE? 17/10/2015. Documentation d introduction aux modules de formation

POURQUOI INVESTIR EN BOURSE? 17/10/2015. Documentation d introduction aux modules de formation POURQUOI INVESTIR EN BOURSE? 17/10/2015 Documentation d introduction aux modules de formation Les pre sentations QUI SUIS-JE? Je m appelle François HUET, j ai 37 ans et cela fait de sormais 15 ans que

Plus en détail

DECRET N 92-853 DU 28 AOUT 1992 PORTANT STATUT PARTICULIER DU CADRE D'EMPLOIS DES PSYCHOLOGUES TERRITORIAUX. classe.

DECRET N 92-853 DU 28 AOUT 1992 PORTANT STATUT PARTICULIER DU CADRE D'EMPLOIS DES PSYCHOLOGUES TERRITORIAUX. classe. DECRET N 92-853 DU 28 AOUT 1992 PORTANT STATUT PARTICULIER DU CADRE D'EMPLOIS DES PSYCHOLOGUES TERRITORIAUX (NOR : INTB9200397D) (J.O. du 30 août 1992) Modifié par : - Décret n 93-986 du 4 août 1993 (J.O.

Plus en détail

Politique sur la reconnaissance des groupes étudiants universitaires d'envergure

Politique sur la reconnaissance des groupes étudiants universitaires d'envergure Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

Hors-série 1,50. L UGSEL, organisme de l enseignement catholique

Hors-série 1,50. L UGSEL, organisme de l enseignement catholique HS ugsel Corr 2 4/05/07 18:02 Page I Hors-série 1,50 L UGSEL, organisme de l enseignement catholique Texte promulgué par la Commission permanente le 13 avril 2007 Le Statut de l enseignement catholique

Plus en détail

Statuts CCAS v3 délibération CA CCAS du 22 juin 2007 1

Statuts CCAS v3 délibération CA CCAS du 22 juin 2007 1 STATUTS DE LA CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES DE LA RATP Conformément aux dispositions du Décret 2004-174 du 23 février 2004 Statuts CCAS v3 délibération CA CCAS du 22 juin 2007 1 CHAPITRE

Plus en détail

CONCOURS DE REDACTEUR PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE TERRITORIAL

CONCOURS DE REDACTEUR PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE TERRITORIAL FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CONCOURS DE REDACTEUR PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE TERRITORIAL CENTRE DE GESTION DU JURA 5 avenue de la République BP 86 39303 CHAMPAGNOLE CEDEX Tél : 03 84 53 06 39 Fax : 03

Plus en détail

Fonction Publique Territoriale

Fonction Publique Territoriale Fonction Publique Territoriale Filière Catégorie Administrative B Concours Rédacteur Principal 2 ème classe Mise à jour : juillet 2014 SOMMAIRE L'EMPLOI La fonction... 2 La rémunération... 2 LES CONDITIONS

Plus en détail

Réponses sur la Fonction Publique Territoriale Document élaboré par SUD Education 92. L agent est titulaire de son grade pas de son poste.

Réponses sur la Fonction Publique Territoriale Document élaboré par SUD Education 92. L agent est titulaire de son grade pas de son poste. 1 Réponses aux agents SUD EDUCATION Réponses sur la Fonction Publique Territoriale Document élaboré par SUD Education 92 Chapitre 1 : Règles générales Les collectivités locales sont maîtresses de leur

Plus en détail

Programme PEERS. Projet PEERS HEP Vaud - UQAM 2015-2016 :

Programme PEERS. Projet PEERS HEP Vaud - UQAM 2015-2016 : Haute é cole pé dagogique Recherche et dé veloppement Relations nationales et internationales Avenue de Cour 33 CH 1014 Lausanne www.hepl.ch Centre Interdisciplinaire en Recherche et Développement en Éducation

Plus en détail

MODALITÉS D'UTILISATION DES LOCAUX SCOLAIRES

MODALITÉS D'UTILISATION DES LOCAUX SCOLAIRES MODALITÉS D'UTILISATION DES LOCAUX SCOLAIRES A/ EN DEHORS DU TEMPS SCOLAIRE 1. PRÉALABLE Il arrive que des associations, des personnes physiques morales de droit public ou privé, demandent à occuper régulièrement

Plus en détail

STATUTS DE l ASSOCIATION DES ECOLES D ETUDES POLITIQUES DU CONSEIL DE L EUROPE

STATUTS DE l ASSOCIATION DES ECOLES D ETUDES POLITIQUES DU CONSEIL DE L EUROPE STATUTS DE l ASSOCIATION DES ECOLES D ETUDES POLITIQUES DU CONSEIL DE L EUROPE TITRE I : CONSTITUTION, OBJET, SIEGE ET DUREE DE L ASSOCIATION Article 1. Nom et siège - Il est créé une association dénommée

Plus en détail

STATUT LE TEMPS PARTIEL

STATUT LE TEMPS PARTIEL STATUT LE TEMPS PARTIEL Fiche statut 24 août 2012 Références: - Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale - Ordonnance n 82-296 du 31

Plus en détail

Filière médico-sociale

Filière médico-sociale Filière médico-sociale LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Notice d information Mise à jour le : 03/06/2015 Concours de Psychologue Territorial de classe normale Textes de référence : - Décret n 92-853 du

Plus en détail

Directives sur les relations avec les gouvernements de fait

Directives sur les relations avec les gouvernements de fait Directives sur les relations avec les gouvernements de fait Lors de sa 100ième session (septembre 2010), le Conseil d'administration, conformément à l'article 52 des Principes et critères en matière de

Plus en détail

ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DE PROTECTION CIVILE (A.D.P.C. 10) ANTENNE DE MARIGNY-LE-CHATEL

ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DE PROTECTION CIVILE (A.D.P.C. 10) ANTENNE DE MARIGNY-LE-CHATEL ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DE PROTECTION CIVILE (A.D.P.C. 10) Association loi 1901 - Agr e S curit Civile par arr t du Minist re de l'int rieur du 30 ao t 2006 Affili e la FEDERATION NATIONALE DE PROTECTION

Plus en détail

Journal officiel des Communaut s europ ennes

Journal officiel des Communaut s europ ennes C 246/12 FR 6.8.98 Recommandation de la Banque centrale europ enne pour un r glement (CE) du Conseil concernant la collecte d informations statistiques par la banque centrale europ enne (98/C 246/08) (Pr

Plus en détail

DossiergdegPrésentation

DossiergdegPrésentation DossiergdegPrésentation 2014 Nb adhérent SDITEC 2014 Le SDITEC É tablissement public (syndicat mixte ouvert e tendu), Dirige par un Conseil Syndical de 20 e lus, 14 ans d expe rience, 1 Inge nieur, 8 Techniciens,

Plus en détail

ANNEXE 1. Référentiel des personnels de direction

ANNEXE 1. Référentiel des personnels de direction ANNEXE 1 Référentiel des personnels de direction Ce référentiel comprend trois documents : Les missions du chef d'établissement Les domaines d'activités (diriger un établissement) Les compétences requises

Plus en détail

Un choix re fle chi! É pargner pour l avenir de vos enfants. Formation sur les re gimes enregistre s d e pargne-e tudes (RÉÉÉ)

Un choix re fle chi! É pargner pour l avenir de vos enfants. Formation sur les re gimes enregistre s d e pargne-e tudes (RÉÉÉ) É pargner pour l avenir de vos enfants Un choix re fle chi! Formation sur les re gimes enregistre s d e pargne-e tudes (RÉÉÉ) Ce projet est finance en partie par le Gouvernement du Canada.. 1 Qu est-ce

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE 147, rue de l'université - 75338 PARIS CEDEX 07 Tél. : 01 42 75 90 00

INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE 147, rue de l'université - 75338 PARIS CEDEX 07 Tél. : 01 42 75 90 00 REPUBLIQUE FRANCAISE INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE 147, rue de l'université - 75338 PARIS CEDEX 07 Tél. : 01 42 75 90 00 DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES NOTE DE SERVICE N 2007-04 Le 11/01/2007

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR SOMMAIRE

REGLEMENT INTERIEUR SOMMAIRE REGLEMENT INTERIEUR SOMMAIRE 1. MISSIONS DU GCSMS 2. OBJET DU DOCUMENT 3. MODALITÉS D ADOPTION 4. VALEUR DU RÈGLEMENT INTÉRIEUR 5. ORGANISATION DU GCSMS 5.1 Assemblée générale 5.2 Administrateur(trice)

Plus en détail

TEXTES DE LOI. REFORME DE LA MEDECINE DU TRAVAIL Partie II. Dr Jacques Darmon Dr Jean-Michel Sterdyniak

TEXTES DE LOI. REFORME DE LA MEDECINE DU TRAVAIL Partie II. Dr Jacques Darmon Dr Jean-Michel Sterdyniak TEXTES DE LOI REFORME DE LA MEDECINE DU TRAVAIL Partie II Dr Jacques Darmon Dr Jean-Michel Sterdyniak 1 LES THEMES ABORDES Préambule : deux textes issus de la loi de réforme des retraites et deux textes

Plus en détail

Fonction Publique Territoriale

Fonction Publique Territoriale Fonction Publique Territoriale Filière Catégorie Médico-Sociale C Concours Auxiliaire de soins Mise à jour : juin 2015 SOMMAIRE L'EMPLOI La fonction... 2 La rémunération... 2 LES CONDITIONS D'ACCES Les

Plus en détail

Cours de Droit Commercial. Anné e 2000-2001 DROIT DES SOCIETES

Cours de Droit Commercial. Anné e 2000-2001 DROIT DES SOCIETES Cours de Anné e 2000-2001 2 nde PARTIE : 4 Titre 1 : Thé orie Gé né rale des Socié té s 4 Chapitre 1 : Le contrat de socié té 4 Section 1 : Les règles gé né rales de validité du contrat 4 I- Le consentement

Plus en détail

Filière médico-sociale

Filière médico-sociale Filière médico-sociale LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Notice d information Mise à jour le : 03/06/201 /2015 Concours d Agent Territorial Spécialisé de 1 re classe des Ecoles Maternelles Textes de référence

Plus en détail

LE SALON DES ENERGIES DE BLEGNY

LE SALON DES ENERGIES DE BLEGNY LE SALON DES ENERGIES DE BLEGNY 24 ET 25 OCTOBRE 2015 Une initiative de Blegny Energy asbl en collaboration avec l'administration communale de Blegny, Blegny Move asbl et le site touristique de Blegny

Plus en détail

EMPLOIS DE DIRECTION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS D ENSEIGNEMENT ET DE FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES

EMPLOIS DE DIRECTION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS D ENSEIGNEMENT ET DE FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES EMPLOIS DE DIRECTION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS D ENSEIGNEMENT ET DE FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES Décret n 91-921 du 12 septembre 1991 relatif aux conditions de nomination et d'avancement dans les

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE

CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE L article L. 5211-41-3 du CGCT garantit que «l ensemble des personnels des EPCI

Plus en détail

Transfert de personnel

Transfert de personnel Transfert de personnel 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 18 août 2010 Mise à jour le 8 juillet 2011

Plus en détail

RAPPORT QUINQUENNAL D APPLICATION DE LA LOI SUR LE COURTAGE IMMOBILIER

RAPPORT QUINQUENNAL D APPLICATION DE LA LOI SUR LE COURTAGE IMMOBILIER RAPPORT QUINQUENNAL D APPLICATION DE LA LOI SUR LE COURTAGE IMMOBILIER Mémoire présenté au Ministre des Finances du Québec Mai 2015 Conseil québécois de l ACCHA L Association Canadienne des Conseillers

Plus en détail

1) Assistants de prévention et conseillers de prévention

1) Assistants de prévention et conseillers de prévention Résumé du décret n 2012-170 du 3 février 2012 modifiant le décret n 85-603 du 10 juin 1985 relatif à l'hygiène et à la sécurité du travail ainsi qu'à la médecine professionnelle et préventive dans la fonction

Plus en détail

Les proce dures devant le Conseil d Etat. 2 e édition. Je roˆme Sohier

Les proce dures devant le Conseil d Etat. 2 e édition. Je roˆme Sohier Les proce dures devant le Conseil d Etat 2 e édition Je roˆme Sohier Dans la meˆme collection, de ja` parus: 1. Les indemnite s d expropriation, Eric Causin 2. Le gage sur fonds de commerce, Jean Cattaruzza

Plus en détail

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE () : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES Créés par la loi du 4 janvier 2002, les Etablissements Publics de Coopération Culturelle

Plus en détail

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées.

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées. Association loi 1901- Statuts type avec objet plus large ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901,

Plus en détail

MENS SANA IN CORPORE SANO... 2

MENS SANA IN CORPORE SANO... 2 TABLE DES MATIE` RES PRE FACE........................................... 1 MENS SANA IN CORPORE SANO........................ 2 PRE SENTATION DE L AUTEUR......................... 5 PARTIE 1. L ORGANISATION

Plus en détail

La Conférence régionale de la santé et de l autonomie CRSA

La Conférence régionale de la santé et de l autonomie CRSA La Conférence régionale de la santé et de l autonomie CRSA Rôle Fonctionnement - Installation Présentation : F. BAUDIER - 26/04/10 ARS et CRSA : articulation Rôle et missions de la CRSA (1) - La Conférence

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 DIRECTIVE RÉGISSANT LES ACTIVITÉS FINANCIÈRES DÉCOULANT DE LA PERCEPTION DES REVENUS DANS LES ÉTABLISSEMENTS 1.0 FONDEMENTS 1.1 Devoir d'établissement

Plus en détail

Écoles européennes. Bureau du Secrétaire général. Secrétariat général. Réf. : 2009-D-422-fr-5 Original : FR

Écoles européennes. Bureau du Secrétaire général. Secrétariat général. Réf. : 2009-D-422-fr-5 Original : FR Écoles européennes Bureau du Secrétaire général Secrétariat général Réf. : 2009-D-422-fr-5 Original : FR Règlement d'application concernant la nomination et l évaluation des Directeurs et des Directeurs-Adjoints

Plus en détail

Présentation de l espace connecté. Site Internet watty.fr

Présentation de l espace connecté. Site Internet watty.fr Présentation de l espace connecté Site Internet watty.fr Ce guide s adresse aux coachs, aux professeurs des écoles, aux animateurs, et aux collectivités. Eco CO2 Version 2 - Octobre 2014 AL 2 Sommaire

Plus en détail

I. Nom, siège et buts de l Association

I. Nom, siège et buts de l Association I. Nom, siège et buts de l Association Art. 1 Nom et siège L Association Suisse des Diététiciens(-iennes) diplômé(e)s (ASDD), Schweizerischer Verband diplomierter ErnährungsberaterInnen (SVDE), Associazione

Plus en détail

Projet Annexe ENTRE :

Projet Annexe ENTRE : Projet Annexe CONVENTION D ADHESION AUX SECRETARIATS DU COMITE MEDICAL ET DE LA COMMISSION DE REFORME PLACES AUPRES DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DES DEUX-SEVRES ENTRE : Monsieur

Plus en détail

Le siège social est fixé à LA ROCHELLE 11 bis, rue des Augustin. Il pourra être transféré par simple décision du Conseil d'administration.

Le siège social est fixé à LA ROCHELLE 11 bis, rue des Augustin. Il pourra être transféré par simple décision du Conseil d'administration. ARTICLE 1 : DENOMINATION Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une Association régie par la Loi du 1er juillet 1901, et le décret du 16 août 1901 ayant pour titre : JAZZ ENTRE LES DEUX

Plus en détail

SOMMAIRE. Les dispositions relatives au dialogue social... page 7

SOMMAIRE. Les dispositions relatives au dialogue social... page 7 Réf. : CDG-INFO2012-9/CDE Personnes à contacter : Christine DEUDON et Sylvie TURPAIN : 03.59.56.88.48/58 Date : le 21 mai 2012 MISE A JOUR DU 24 MARS 2015 Suite à la parution du n 2015-323 du 20/03/2015

Plus en détail

Titre I. L assurance sur la vie et ses aspects fonctionnels, techniques, contractuels et fiscaux... 5

Titre I. L assurance sur la vie et ses aspects fonctionnels, techniques, contractuels et fiscaux... 5 TABLE DES MATIE` RES Introduction... 1 Titre I. L assurance sur la vie et ses aspects fonctionnels, techniques, contractuels et fiscaux... 5 Chapitre I. Aspects fonctionnels de l assurance sur la vie...

Plus en détail

SOCIETE FRANÇAISE de CHEMOINFORMATIQUE STATUTS

SOCIETE FRANÇAISE de CHEMOINFORMATIQUE STATUTS SOCIETE FRANÇAISE de CHEMOINFORMATIQUE STATUTS Article 1: NOM Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, sous

Plus en détail

LA MISE A DISPOSITION DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX

LA MISE A DISPOSITION DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX Réf. : CDG-INFO2008-18/CDE Personnes à contacter : Christine DEUDON - Sylvie TURPAIN PLAN DE CLASSEMENT : 1-25-20 : 03.59.56.88.48/58 Date : le 17 juillet 2008 MISE A JOUR DU 27 MARS 2012 Suite à la parution

Plus en détail

FILIERE MEDICO SOCIALE CONCOURS D AGENT SPÉCIALISÉ DES ECOLES MATERNELLES DE 1 ERE CLASSE

FILIERE MEDICO SOCIALE CONCOURS D AGENT SPÉCIALISÉ DES ECOLES MATERNELLES DE 1 ERE CLASSE FILIERE MEDICO SOCIALE CONCOURS D AGENT SPÉCIALISÉ DES ECOLES MATERNELLES DE 1 ERE CLASSE I - Catégorie et composition... 2 II - Les fonctions... 2 III - Les conditions d accès... 2 et 3 IV - L organisation

Plus en détail

AVENANT N 292 DU 14 JANVIER 2004. Relatif aux emplois d EPS et d APS

AVENANT N 292 DU 14 JANVIER 2004. Relatif aux emplois d EPS et d APS AVENANT N 292 DU 14 JANVIER 2004 Relatif aux emplois d EPS et d APS Agréé Arrêté du 8 juin 2004 JO du 22 juin 2004 Entre Le Syndicat général des organismes privés sanitaires et sociaux à but non lucratif

Plus en détail

Statuts de l association de préfiguration Enercoop Languedoc Roussillon

Statuts de l association de préfiguration Enercoop Languedoc Roussillon Statuts de l association de préfiguration Enercoop Languedoc Roussillon ARTICLE 1 : CONSTITUTION Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet

Plus en détail

UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS

UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS 1) Les coopératives et les foyers ne sont pas des moyens de pallier certaines insuffisances financières ou matérielles : Ce

Plus en détail

STATUTS Proposé aux associations déclarées par application de la Loi du 1 er juillet 1901 et du décret du 16 août 1901

STATUTS Proposé aux associations déclarées par application de la Loi du 1 er juillet 1901 et du décret du 16 août 1901 STATUTS Proposé aux associations déclarées par application de la Loi du 1 er juillet 1901 et du décret du 16 août 1901 ARTICLE PREMIER NOM Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association

Plus en détail

LE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL (CHSCT)

LE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL (CHSCT) FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE LE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL (CHSCT) SOMMAIRE 1 PREAMBULE... 2 2 TEXTES OFFICIELS... 2 3 FONCTIONNEMENT

Plus en détail

ORIENTATIONS de la Tutelle congréganiste ou diocésaine. PROJET D EDUCATION de l établissement

ORIENTATIONS de la Tutelle congréganiste ou diocésaine. PROJET D EDUCATION de l établissement AUSERVICE D UN PROJET D ÉDUCATION ORIENTATIONS de la Tutelle congréganiste ou diocésaine PROJET D EDUCATION de l établissement Enseigner Eduquer Proposer un sens chrétien de l Homme et de la Vie LETTRE

Plus en détail

AGENT TERRITORIAL SPECIALISE de 1 ère classe des ECOLES MATERNELLES (A.T.S.E.M)

AGENT TERRITORIAL SPECIALISE de 1 ère classe des ECOLES MATERNELLES (A.T.S.E.M) CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE L ARDECHE 187-07204 AUBENAS CEDEX Tél. 04 75 35 68 10 Fax 04 75 35 37 93 E-Mail : concours@cdg07.com Concours sur épreuves AGENT TERRITORIAL SPECIALISE

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE MUTUALITÉ

CONVENTION COLLECTIVE MUTUALITÉ CONVENTION COLLECTIVE MUTUALITÉ Brochure n o 3300 Co de IDCC : 2128 Étendue par arrêté du 17 aouˆt 2001. ENTRE : D une part : L Union des Groupements des Employeurs Mutualistes, association re gie par

Plus en détail

Statuts : Editions Border Line

Statuts : Editions Border Line Statuts : Editions Border Line ARTICLE 1 : CONSTITUTION Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, dénommée «Editions Border Line». ARTICLE

Plus en détail

STATUTS ASSOCIATION LOI 1901

STATUTS ASSOCIATION LOI 1901 STATUTS ASSOCIATION LOI 1901 TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE SOCIAL DUREE Article 1 : CONSTITUTION ET DENOMINATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE EN ENTREPRISE : STAGE ELEVE - INGENIEUR Version 22/09/2009

CONVENTION DE STAGE EN ENTREPRISE : STAGE ELEVE - INGENIEUR Version 22/09/2009 Document conforme à la charte des stages du 26 avril 2006 et au Guide d'affiliation des étudiants à la sécurité sociale 2006-2007 CONVENTION DE STAGE EN ENTREPRISE : STAGE ELEVE - INGENIEUR Version 22/09/2009

Plus en détail

Convention dans le cadre de formations encadrées par l organisme de formation

Convention dans le cadre de formations encadrées par l organisme de formation Convention dans le cadre de formations encadrées par l organisme de formation ENTRE : Le Recteur de l académie de Grenoble représenté par la Directrice Académique des Services de l Éducation Nationale

Plus en détail

Décret concernant la comptabilité des écoles et l'accès à certaines fonctions de sélection et de promotion D. 30-04-2009 M.B.

Décret concernant la comptabilité des écoles et l'accès à certaines fonctions de sélection et de promotion D. 30-04-2009 M.B. Lois 34254 p.1 Décret concernant la comptabilité des écoles et l'accès à certaines fonctions de sélection et de promotion D. 30-04-2009 M.B. 30-06-2009 Le Parlement de la Communauté française a adopté

Plus en détail

Sommaire R GLEMENT G N RAL DU FONDS D AIDE R GION HAUTE-NORMANDIE/CNC

Sommaire R GLEMENT G N RAL DU FONDS D AIDE R GION HAUTE-NORMANDIE/CNC R GLEMENT G N RAL DU FONDS D AIDE R GION HAUTE-NORMANDIE/CNC Sommaire I Modalités d inscription des demandes de soutien 2 A/ Commission long métrage cinéma 2 B/ Commission court métrage (fiction et documentaire)

Plus en détail

Filière médico-sociale

Filière médico-sociale Filière médico-sociale LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Notice d information Mise à jour le : 03/06/2015 Concours d Auxiliaire de Soins Territorial de 1 re classe Textes de référence : - Décret n 92-866

Plus en détail

Statuts de la Fédération du Service aux Particuliers (F.E.S.P) 2 JUIN 2009 Mis à jour le 3 JUIN 2010

Statuts de la Fédération du Service aux Particuliers (F.E.S.P) 2 JUIN 2009 Mis à jour le 3 JUIN 2010 Statuts de la Fédération du Service aux Particuliers (F.E.S.P) 2 JUIN 2009 Mis à jour le 3 JUIN 2010 Préambule La Fédération des Entreprises de Services à la Personne (ci-après dénommée «FESP») a pour

Plus en détail

LES BASES DU STATUT DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LES BASES DU STATUT DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE LES BASES DU STATUT DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Page 1 LA FONCTION PUBLIQUE La fonction publique de l ETAT Loi du 11 janvier 1984 La fonction publique hospitalière Loi du 09 janvier 1986 La fonction

Plus en détail

PLAN D ACTION 2014-2015. Adopté par le conseil d administration le 30 janvier 2014.

PLAN D ACTION 2014-2015. Adopté par le conseil d administration le 30 janvier 2014. PLAN D ACTION 2014-2015 Adopté par le conseil d administration le 30 janvier 2014. TABLE DES MATIERES Contenu Pre sentation 1 Faits marquants de 2013-2014 1 Ce qui nous ATTEND pour 2014-2015 2 Les principaux

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION CENTRE NAUTIQUE YONNAIS ( C.N.Y. )

STATUTS DE L ASSOCIATION CENTRE NAUTIQUE YONNAIS ( C.N.Y. ) STATUTS DE L ASSOCIATION CENTRE NAUTIQUE YONNAIS ( C.N.Y. ) Article 1 : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail