L'ORGANISATION JUDICIAIRE EN SUISSE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'ORGANISATION JUDICIAIRE EN SUISSE"

Transcription

1 B u n d e s g e r i c h t T r i b u n a l f é d é r a l T r i b u n a l e f e d e r a l e T r i b u n a l f e d e r a l L'ORGANISATION JUDICIAIRE EN SUISSE 1. GÉNÉRALITÉS 1.1 Compétences de la Confédération et des cantons En Suisse le droit civil et le droit pénal sont en principe de la compétence des autorités fédérales. Cela signifie qu'il appartient au Parlement fédéral, ainsi qu'aux autorités fédérales déléguées (tel le Conseil fédéral, les départements etc.), d'adopter les dispositions de caractère général et abstrait concernant, d'une part, les rapports juridiques des personnes entre elles (droit civil) et, d'autre part, les infractions passibles de sanctions pénales (droit pénal). La procédure civile et la procédure pénale, c'est-à-dire les dispositions qui règlent l'application du droit civil et du droit pénal dans les cas concrets, notamment dans le contexte d'un litige (droit civil) ou de la poursuite d'une infraction (droit pénal) sont en principe du ressort des cantons. Ce sont eux qui doivent organiser sur leur territoire les autorités chargées d'appliquer le droit civil et le droit pénal et qui doivent établir en principe les formes de procédure y relatives et leur déroulement. En droit public, c'est-à-dire pour ce qui est des rapports des personnes vis-à-vis des autorités chargées de fonctions d'intérêt public et des rapports de ces autorités entre elles, il y a des matières qui sont de la compétence des autorités fédérales (par ex. impôts fédéraux, communications, service civil et militaire, écoles polytechniques, etc.) et d'autres qui sont de la compétence des autorités cantonales (par exemple impôts cantonaux, enseignement primaire etc.). Dans beaucoup de matières ce sont les autorités cantonales qui sont chargées d'appliquer, tout au moins en première et souvent en deuxième instance, le droit public fédéral; dans d'autres domaines, celui-ci est appliqué d'emblée par des autorités fédérales.

2 1.2 Principes communs Multiplicité du droit de procédure Puisque la Confédération se compose de 26 entités cantonales (cantons et demi-cantons) et qu'il existe en plus des procédures civiles, pénales et administratives fédérales, il faut, pour avoir un tableau de l'organisation et de la procédure judiciaires en Suisse, considérer pas moins de 27 systèmes différents pour ce qui est du droit civil et du droit pénal, davantage si on se réfère au droit public. De fait un exposé exhaustif est pratiquement impossible. On essaiera néanmoins de brosser un tableau approximatif des grandes lignes des procédures civiles et pénales et de droit public déterminantes en Suisse Tendance à l'unification La diversité des procédures cantonale et fédérale s'atténue cependant peu à peu et de plus en plus à la suite des: Règles de procédure adoptées par le législateur fédéral Dans le cadre de ses dispositions de droit civil, pénal ou de droit public ayant pour but d'en assurer une application correcte; Garanties minimales en matière de procédure des garanties minimales en matière de procédure déduites par le Tribunal fédéral de l'art. 4 de la Constitution fédérale (qui assure l'égalité devant la loi), ainsi que des garanties minimales fixées par la Convention européenne des droits de l'homme (et par d'autres conventions internationales). Ces principes et garanties valent pour toutes les procédures, même s'ils ne sont pas repris expressément (ce qui est cependant le cas normal) dans les dispositions de procédures cantonales ou fédérales. C'est ainsi que dans toute procédure il existe, en règle générale, le droit d'être entendu, avec comme corollaire le droit de consulter le dossier, de participer à l'administration des preuves, le droit de voir son cas jugé dans un délai raisonnable par une autorité indépendante et impartiale, le droit de faire réexaminer son cas par une autorité de recours, etc.; en outre, tout participant à une procédure doit agir en respectant le principe de la bonne foi, ce qui signifie que l'abus de droit ne peut pas profiter à celui qui le commet. Ces éléments communs deviennent de plus en plus nombreux 2/35

3 avec le développement accru des règles de base en matière de procédure, développement qui accompagne l'évolution de l'etat moderne et des organisations internationales. Ce processus dynamique s'inspire des principes de la justice et de l'équité tels qu'ils sont perçus de nos jours. C'est pourquoi il existe une nette tendance à harmoniser les dispositions de procédure, voire à les uniformiser ou à les unifier à plus ou moins long terme. 1.3 Structure des autorités judiciaires Différences importantes C'est dans la structure des autorités judiciaires que les différences sont encore les plus grandes, aussi bien entre les cantons qu'entre les différents domaines de la procédure (civile, pénale, administrative, etc.) Juge unique ou organe collégial Une autorité judiciaire peut être composée en Suisse par une seule personne (juge unique) ou par plusieurs personnes (organe collégial). Souvent le juge unique est compétent pour juger en première instance des affaires de moindre importance, tandis qu'un organe collégial juge en première instance des affaires plus importantes; c'est presque toujours un organe collégial qui fonctionne comme autorité de recours Formation juridique En Suisse les juges ne sont pas toujours des juristes, c'est-à-dire ils n'ont pas toujours fait des études universitaires de droit. Souvent les juges de paix ou les juges des tribunaux de première instance, autres que le président, ne sont pas juristes. Historiquement, notamment hors des villes, l'unique juriste d'un tribunal était le greffier. Aujourd'hui en première instance, dans un organe collégial, le président est presque toujours juriste et les autorités de recours sont de plus en plus composées de juristes. La participation des juristes augmente en tout cas à mesure qu'on monte dans la hiérarchie des tribunaux. La complexité actuelle du droit d'un côté, et l'accès élargi aux études universitaires de l'autre, ont accru et continuent d'accroître la présence des juristes au sein des organes de la justice. 3/35

4 1.3.4 Fonction exercée à temps complet ou à titre accessoire Le juge n'exerce pas toujours cette profession à temps complet, loin de là. Notamment dans les instances inférieures, et surtout lorsqu'il ne s'agit pas de juristes, les juges exercent souvent leur fonction à titre accessoire Première instance et instance de recours Le président d'un tribunal de première instance qui, comme on l'a vu, est souvent un juriste, exerce en revanche cette activité à temps complet, étant donné qu'il est chargé de nombreuses tâches d'organisation et de préparation. De même, les membres des autorités de recours, ou tout au moins une partie d'entre eux, sont appelés en général à vouer tout leur temps à l'administration de la justice; ce n'est cependant pas toujours le cas: par exemple, les juges de la Cour de cassation pénale du canton de Zurich, c'est-à-dire de l'organe suprême de la justice pénale de ce canton, sont en général des professeurs d'université ou des avocats réputés Sexe des juges II va de soi que les membres des autorités judiciaires peuvent être indifféremment des femmes ou des hommes; la participation des femmes augmente considérablement, ce qui contribue à accroître la confiance dans la justice, car elles représentent environ la moitié de la population. Le droit fédéral prévoit que, lors des procédures pénales ouvertes à la suite de délits contre l'intégrité sexuelle, la victime peut exiger d'être interrogée pendant l'enquête par une personne du même sexe; dans ces mêmes procédures, lors du jugement, un au moins des juges devra appartenir au sexe de la victime. Cela favorise en pratique la participation de juges femmes dans des cas souvent délicats Election des juges L'élection des juges varie considérablement d'un canton à l'autre et suivant le degré de juridiction. Ainsi, les juges sont soit élus par le peuple ou par le parlement, soit par les tribunaux supérieurs ou par le gouvernement. Parfois, les juges de première instance sont élus par le peuple et les juges supérieurs par le parlement. II existe une tendance à confier de plus en plus l'élection des juges au parlement, auquel sont soumises des propositions émanant des partis politiques, du gouvernement ou du tribunal cantonal suprême. Cela est dû 4/35

5 au fait qu'il est devenu difficile pour le peuple d'apprécier avec une objectivité et une connaissance de cause suffisantes les capacités des candidats, compte tenu notamment de la complexité des tâches qui leur incombent Conditions et procédure d'élection II n'existe pas en Suisse d'école de la magistrature, ni de concours nationaux pour des postes de juge, tels qu'on les trouve dans certains pays beaucoup plus grands et centralisés, où des milliers de juges doivent être nommés et répartis sur le territoire national. II n'y a pas non plus, pour les mêmes raisons, de conseil national de la magistrature, compétent, entre autres, en matière disciplinaire, de promotions, de transferts. Du fait qu'ils sont élus par le peuple, directement ou par l'intermédiaire du parlement, les candidats à un poste de juge doivent être soutenus, voire proposés, par des partis politiques. II va de soi que cela ne doit avoir aucune influence sur l'impartialité du juge, qui n'est soumis qu'à la loi et qui se fait un point d'honneur de ne s'inspirer que de celle-ci avec conscience, indépendamment de ses convictions politiques personnelles et de l'appui obtenu de tel ou tel parti lors de son élection Election pour une période déterminée Contrairement à ce qui est le cas dans beaucoup de pays, les juges ne sont élus en Suisse que pour une période déterminée. La règle veut cependant que, sauf dans des cas tout à fait exceptionnels, ils soient réélus, ce qui est possible jusqu'à la limite d'âge expressément prévue ou habituelle (elle varie entre 65 et 70 ans, la tendance la plus récente allant vers la limite inférieure) Tendances actuelles D'une manière générale on assiste actuellement en Suisse, et notamment dans les petits cantons où les juristes sont peu nombreux, à un certain regroupement des autorités judiciaires. On diminue parfois drastiquement le nombre d'arrondissements, on concentre les tribunaux dans les villes les plus importantes, on favorise la professionnalisation des juges dans le sens qu'on donne de plus en plus la préférence à des juristes occupés à plein temps. Cela est dû aux tâches de plus en plus complexes qui exigent des connaissances spécifiques de plus en plus étendues. De plus, les principes développés récemment, la jurispru- 5/35

6 dence rigoureuse de la Cour européenne des droits de l'homme visant à empêcher qu'un justiciable soit jugé dans des phases différentes d'une même procédure par la même personne, ont eu pour conséquence une séparation plus nette des différentes fonctions, la création de nouveaux postes et une spécialisation accrue. 1.4 Assistance judiciaire Objet et conditions L'égalité des personnes devant la loi exige que chacun doit avoir non seulement le droit, mais aussi la possibilité de défendre ses intérêts devant un tribunal, indépendamment de ses conditions financières, pour autant qu'il n'agisse pas de manière téméraire. C'est pourquoi dans toute la Suisse, même en l'absence d'une disposition expresse dans la loi de procédure applicable, chacun a le droit d'agir ou de se défendre en justice (aussi bien au civil, qu'au pénal ou devant les juridictions administratives), même s'il ne dispose pas de moyens pour payer les frais de justice ou d'avocat, à condition que ses conclusions ne paraissent pas d'emblée dépourvues de chances de succès. C'est à l'etat de dispenser des frais de justice l'intéressé remplissant ces deux conditions et de payer les honoraires d'un représentant (en général un avocat) si, en raison de la nature du litige, on ne peut pas raisonnablement prétendre qu'il agisse sans le concours d'un représentant. II appartient à l'intéressé de demander cette aide, en général au commencement de la procédure Compétence C'est en règle générale l'autorité devant laquelle la procédure sur le fond est ouverte qui décide; dans certains cantons, cette décision incombe à un organe spécial Pas d'obligation d'être représenté par un avocat II n'existe en Suisse aucun tribunal, si élevé soit-il, devant lequel une partie doit être en tout cas représentée par un avocat ("Anwaltszwang"), c'est-à-dire que chacun peut plaider personnellement sa cause. Néanmoins, si le juge constate qu'une partie n'est manifestement pas en mesure d'agir personnellement, il peut lui nommer d'office un avocat (aux frais de l'intéressé, s'il en a les moyens). 6/35

7 1.4.4 Monopole des avocats Au civil et au pénal la représentation professionnelle ne peut être en général exercée que par des avocats (dans plusieurs cantons est admise pour les litiges de peu d'importance la représentation par des agents d'affaires ou par d'autres personnes ayant une formation moins approfondie que celle d'un avocat). 2. PROCÉDURE CIVILE 2.1 For D'après l'art. 59 de la Constitution fédérale, celui qui entend agir à l'égard de quelqu'un pour une prétention personnelle doit le faire en principe auprès de l'autorité compétente, au domicile du défendeur. Ce principe souffre cependant de nombreuses exceptions, dont plusieurs ont été prévues il y a longtemps déjà par la législation fédérale, notamment en matière de divorce (for du demandeur), d'exécution forcée (for de la poursuite) etc. D'autres dérogations résultent de conventions internationales ratifiées par la Suisse (par exemple, for du lieu d'exécution du contrat, d'après la Convention de Lugano, etc.). Le défendeur peut en outre accepter avant un litige ou au cours de celui-ci un for proposé par le demandeur, notamment en matière d'obligations. 2.2 Déroulement de la procédure Juge de paix Pour les affaires de peu d'importance et où la valeur litigieuse n'atteint pas une certaine limite (qui varie d'après les cantons, mais est actuellement de quelques milliers de francs), celui qui veut intenter un procès doit s'adresser au juge de paix. Celui-ci n'est parfois pas un juriste, mais c'est en général une personne d'expérience, de bon sens et appréciée par la population locale, qui, dans beaucoup de cantons l'élit directement. Dans chaque canton il y a plusieurs juges de paix, souvent répartis par cercles. Le juge de paix s'efforce de concilier les parties, qui, en règle générale, doivent comparaître personnellement (dans certains cantons il n'est pas admis qu'elles soient représentées par un avocat). La procédure est en principe orale. En cas de non-conciliation, le juge de paix, après avoir interrogé les parties et les éventuels témoins et apprécié les autres moyens de preuve proposés par les 7/35

8 parties, prononce son jugement, en règle générale, sous la forme écrite. Les possibilités de recours sont très restreintes, limitées au grief de vices très graves de procédure. Dans certains cantons il est obligatoire de passer par le juge de paix, même lorsqu'il s'agit de causes importantes et dont la valeur litigieuse dépasse celle de sa compétence juridictionnelle. Dans ces cas, le juge de paix se borne à tenter une conciliation et, en cas d'échec, le constate puis impartit au demandeur un délai pour qu'il s'adresse au juge civil compétent Tribunal de première instance Généralités Le tribunal de première instance (qui, comme on l'a vu, peut, selon les cantons, être composé d'un organe collégial ou d'un juge unique) contrôle que la tentative de conciliation préalable a eu lieu là où elle est obligatoire, prend connaissance des allégations (écrites ou verbales, selon le type de procédure) des parties, entend les témoins éventuels et examine les autres moyens de preuve. En principe, chaque partie doit prouver les faits qu'elle allègue. Dans certaines procédures particulières, où l'intérêt public à ce que la vérité soit établie apparaît très important (par exemple en matière de droit de famille), le juge jouit d'une liberté accrue en matière d'appréciation des moyens de preuve. II peut même établir les faits d'office, par exemple dans les causes relatives à des baux à loyer, de locaux d'habitation ou commerciaux, ou à des rapports de travail lorsque la valeur litigieuse ne dépasse pas 20'000 fr.; cela est prévu par le droit fédéral (code civil, code des obligations, etc.). Après l'administration des preuves, les parties ont en général encore l'occasion d'exposer par écrit ou oralement leur point de vue et leurs conclusions. Après la clôture des débats, le tribunal délibère et prononce sa décision, séance tenante ou lors d'une autre séance ordonnée à cet effet, ou encore par communication écrite ultérieure (si les parties donnent leur accord) Durée et types de procédure Le déroulement de cette procédure requiert en général plusieurs mois, de l'introduction de la demande jusqu'à la décision de première instance. C'est pourquoi des procédures accélérées ou même sommaires sont prévues pour certaines matières, où l'intérêt à une décision rapide l'emporte sur les exigences d'un procès d'après les règles classiques précitées. 8/35

9 Procédure accélérée et procédure sommaire Dans la procédure accélérée les délais sont plus courts, l'oralité peut prévaloir sur la forme écrite, etc. Dans la procédure sommaire cela est aussi le cas et, en outre, l'administration des preuves est très limitée. Le droit fédéral impose expressément aux cantons ces deux procédures dans de nombreuses affaires judiciaires s'inscrivant dans le cadre de la procédure de poursuite et faillite ou bien en matière de litiges concernant le contrat de bail à loyer de locaux d'habitation et commerciaux et le contrat de travail (pour ce dernier, lorsque la valeur litigieuse ne dépasse pas 20'000 fr.). Les cantons peuvent prévoir la procédure accélérée ou sommaire également pour d'autres matières Mesures provisionnelles ou d'urgence Avant ou pendant un procès, il peut s'avérer nécessaire que le juge décide immédiatement ou à très bref délai sur certains points, notamment lorsqu'il s'agit de maintenir ou de modifier un état de fait, faute de quoi une partie subirait un préjudice irréparable, c'est-à-dire qui continuerait à subsister même si elle gagnait le procès. Le juge est appelé dans de tels cas à ordonner des mesures provisionnelles ou d'urgence, qui ne préjugent pas l'issue du procès et qu'il peut éventuellement subordonner au dépôt d'une caution par la partie intéressée. Dans les organes collégiaux, c'est souvent le président qui est compétent à ordonner ces mesures. La procédure relative aux demandes de mesures provisionnelles ou d'urgence est particulièrement rapide, se fonde souvent sur la vraisemblance des déclarations de l'intéressé plutôt que sur des preuves présentées et appréciées selon les règles normales; le contradictoire, c'est-à-dire la possibilité pour la partie adverse de prouver le contraire, est limitée Mesures superprovisoires Lorsqu'il y a un péril immédiat en la demeure, le juge peut prendre des mesures superprovisoires, sur la simple base de la demande du requérant et de sa vraisemblance; il doit cependant prévoir dans sa décision une procédure d'urgence ultérieure assurant à la partie adverse la possibilité de s'opposer et de motiver son opposition Recours contre des mesures provisionnelles En raison de leur nature, les décisions concernant des mesures provisionnelles ou d'urgence ne sont sujettes à recours que d'une manière très restreinte. 9/35

10 2.2.3 Tribunaux spécialisés Baux à loyer En vertu du droit fédéral, les cantons ont dû instituer des autorités de conciliation, régionales ou communales, en matière de baux à loyer de locaux d'habitations et commerciaux. Elles sont en général présidées par un juriste, juge professionnel, et les propriétaires d'immeubles et les locataires y sont représentés par un nombre égal de membres. Le droit fédéral prévoit que dans ce domaine la tentative de conciliation est toujours obligatoire. Si la conciliation échoue, l'autorité en question peut, à certaines conditions, décider comme un tribunal Droit du travail Dans un certain nombre de cantons on trouve également des tribunaux spécialisés en matière de litiges entre employeurs et travailleurs lorsque la valeur litigieuse ne dépasse pas un certain montant (actuellement, en général fr. 20'000.-). Ces tribunaux dérivent des commissions arbitrales prévues par les conventions collectives. Ces tribunaux (Gewerbegerichte, Conseils de prud'hommes), sont en général présidés par un juriste, juge professionnel siégeant avec des assesseurs représentant en nombre égal les employeurs et les travailleurs Tribunaux de commerce Dans quatre cantons alémaniques (Zurich, Berne, Argovie et St-Gall) on trouve un tribunal de commerce, compétent pour juger les litiges commerciaux entre personnes inscrites au registre du commerce, les litiges en matière de brevets et de marques, et (si les parties non inscrites au registre du commerce en conviennent), de tout autre litige de caractère commercial. Sauf lorsqu'il s'agit des causes en matière de brevets et de marques, le tribunal de commerce ne peut être saisi que si la valeur litigieuse atteint un certain montant, en général celui qui autorise le recours en réforme au Tribunal fédéral. Le tribunal de commerce est présidé par un juge supérieur professionnel qui a comme assesseurs des personnes expérimentées en matière commerciale, ce qui permet une procédure rapide, car le tribunal peut souvent se passer d'experts externes. 10/35

11 2.2.4 Procédure réglée par la loi fédérale sur la poursuite et la faillite Procédure particulière à la Suisse La Suisse se distingue de la plupart des pays en matière de procédure civile par le fait qu'elle permet à quiconque estime avoir à l'égard d'un tiers une créance en argent (ou un droit d'obtenir de celui-ci des sûretés), de lui faire notifier un commandement de payer; si le débiteur ne fait pas opposition, le commandement de payer devient un titre exécutoire donnant au créancier le droit de demander la saisie ou la commination de faillite. Si le débiteur fait opposition au commandement de payer, le créancier peut obtenir du juge la mainlevée définitive s'il prouve que sa créance est fondée sur un jugement exécutoire, et la mainlevée provisoire s'il se fonde sur une reconnaissance de dette du débiteur. En cas de mainlevée provisoire, le débiteur peut contester la dette auprès du juge du for de la poursuite dans le délai de 20 jours; s'il n'agit pas de la sorte ou s'il est débouté, la saisie ou la commination de faillite devient définitive. Le débiteur peut néanmoins en tout temps demander au juge de la poursuite de constater que la dette n'existe pas ou qu'il l'a payée Droit fédéral et droit cantonal Le droit fédéral prévoit expressément à quel stade de l'exécution forcée (qui se conclut par la réalisation des biens saisis ou la clôture de la procédure de faillite) il y a lieu de saisir le juge et indique souvent quelle procédure - ordinaire, accélérée ou sommaire - doit être suivie. Les cantons ont tous adopté des lois d'application qui désignent les autorités judiciaires compétentes et la procédure à suivre. 2.3 Recours Au niveau cantonal La partie qui estime que la décision prononcée à son égard n'est pas correcte peut recourir à une autorité supérieure. Parmi les différentes possibilités de recours existant au niveau cantonal, on peut distinguer deux grandes catégories portant souvent des dénominations différentes selon les cantons: 11/35

12 L'appel ou recours en réforme En vertu de ce recours la cause est revue dans une mesure assez étendue par un tribunal supérieur, qui réexamine (parfois avec quelques limitations) les constatations des faits et l'application du droit. Au niveau des cantons, l'appel n'est en général prévu que d'une manière restreinte, car pour les cas de peu d'importance il ne se justifie pas et, pour les cas importants, c'est souvent un tribunal très qualifié (tribunal supérieur, tribunal de commerce) qui tranche directement en première instance. Si le recours en appel est admis, c'est en général le tribunal supérieur qui statue directement sur le fond, c'est-à-dire qui tranche toutes les questions litigieuses Recours en nullité Par ce recours on ne peut faire valoir que des erreurs dans l'application du droit. Les faits ne peuvent être corrigés que si leur constatation est manifestement arbitraire. Contre les décisions qui ne peuvent faire l'objet d'un appel, le recours en nullité - beaucoup plus restreint - est toujours possible. C'est souvent une chambre du tribunal cantonal de dernière instance spécialement chargée de ces cas (c'est-à-dire du même tribunal qui juge les appels) qui est compétente. Dans certains cantons, il existe une cour de cassation séparée, qui statue sur les recours en nullité formés contre des décisions du tribunal supérieur. Si le recours en nullité est admis, l'organe de cassation ne statue en principe pas sur le fond étant donné qu'il ne peut juger que sur des questions de droit ou d'arbitraire. Cependant, dans plusieurs cantons le tribunal supérieur a la possibilité, pour des raisons d'économie de procédure, de juger directement sur le fond, au lieu de renvoyer la cause au tribunal inférieur, lorsque le dossier contient déjà tous les éléments nécessaires Prorogation II convient de relever que, dans la plupart des cantons, les procès où la valeur litigieuse est très élevée doivent être portés directement devant le tribunal normalement compétent pour statuer sur les recours en appel; cela est aussi possible, sous réserve d'une certaine valeur litigieuse minimum, si les parties conviennent de saisir directement le tribunal d'appel. Cette 12/35

13 solution a l'avantage de décharger les juges de première instance "normalement compétents" d'affaires complexes qui fréquemment seraient portées de toute manière, par voie de recours, devant le tribunal d'appel, et qui peuvent de toute façon être jugées en dernière instance par le Tribunal fédéral saisi d'un recours en réforme Domaine de révision La demande de révision doit être fondée sur des faits nouveaux et importants qui n'étaient pas connus au moment du jugement et constitue une voie de droit particulière. Elle doit être présentée, selon les cantons, au tribunal qui a jugé sans tenir compte de ces faits, ou bien à un tribunal supérieur, en général celui qui statue sur les recours en nullité. Si la demande est admise, il appartient au tribunal qui avait jugé, le cas échéant dans une autre composition, voire même un autre tribunal désigné par l'autorité de révision, de prononcer une nouvelle décision sur le fond Demande d'interprétation Si une décision est peu claire, le tribunal qui l'a prise peut être saisi d'une demande d'interprétation Au niveau fédéral Recours en réforme au Tribunal fédéral Le recours en réforme au Tribunal fédéral est ouvert pour les litiges de caractère pécuniaire dont la valeur litigieuse atteint devant la dernière instance cantonale au moins fr. 8'000.-, pour les litiges de caractère pécuniaire en matière de propriété intellectuelle et industrielle et en matière de titres, ainsi que pour une série de litiges énumérés dans la loi et n'ayant pas de caractère pécuniaire. Par ce recours on peut faire valoir que l'autorité cantonale a violé le droit fédéral, n'a pas appliqué le droit étranger lorsque le droit suisse l'exigeait ou a constaté à tort que le droit étranger applicable ne pouvait pas être établi; dans les litiges de caractère non pécuniaire, on peut en outre faire valoir que le droit étranger applicable n'a pas été appliqué correctement. 13/35

14 Recours de droit public Le grief de la violation des droits constitutionnels des citoyens doit en revanche être soulevé dans un recours de droit public. Les griefs les plus fréquents d'un tel recours en matière civile sont la constatation des faits et l'appréciation arbitraire des preuves (c'est-à-dire non seulement erronées, mais clairement insoutenables), ainsi que l'inconstitutionnalité du droit cantonal applicable ou l'application arbitraire du droit cantonal Recours en nullité au Tribunal fédéral Contre des décisions ne pouvant pas être attaquées par la voie du recours en réforme, il existe en outre un recours en nullité au Tribunal fédéral par lequel on ne peut faire valoir qu'un nombre restreint de griefs portant sur l'application du droit cantonal au lieu du droit fédéral ou du droit étranger au lieu du droit fédéral et vice versa ou l'établissement inexact du droit étranger ou la violation des dispositions sur la compétence locale ou matérielle des autorités Tribunal fédéral comme instance unique Le Tribunal fédéral connaît en instance unique des contestations de droit civil entre la Confédération et un canton ou entre cantons. Les "procès directs" devant le Tribunal fédéral se justifient notamment dans les cas où la position d'un tribunal cantonal serait délicate parce que le canton est partie au litige. 2.4 Exécution des décisions judiciaires Décisions concernant prestations en argent et décisions relatives à d'autres prestations On a vu que pour les prestations en argent (ainsi que pour les sûretés) il existe une procédure spéciale réglée par la loi fédérale sur la poursuite pour dette et la faillite et que, sur la base de cette loi, le créancier qui se fonde sur une décision judiciaire exécutoire peut obtenir du juge du for de la poursuite la mainlevée définitive de l'opposition. Pour l'exécution de jugements portant sur d'autres prestations, la partie intéressée peut obtenir du juge un ordre d'exécution ou bien se prévaloir, directement auprès des autorités concernées, de la décision judiciaire exécutoire. 14/35

15 2.4.2 Reconnaissance et exécution de jugements d'un autre canton et de jugements étrangers Un concordat intercantonal conclu en 1977 facilite l'exécution d'un jugement civil d'un canton sur le territoire d'un autre. Au niveau international, des conventions multilatérales ou bilatérales facilitent à leur tour la reconnaissance et l'exécution des jugements d'un Etat sur le territoire d'un autre Entraide Au niveau intercantonal, un concordat de 1975 facilite l'entraide en matière de procédure civile; il indique quelles sont les autorités judiciaires compétentes. L'entraide internationale est réglée par les conventions multilatérales et bilatérales auxquelles la Suisse est partie. Elles prévoient, selon les cas et les pays concernés, soit des relations entre autorités judiciaires (souvent. entre tribunaux supérieurs), soit des relations passant par un ou plusieurs organes centraux ou régionaux des pays intéressés (Ambassade, Ministère de la justice, etc.). Avec les pays voisins, la Suisse entretient en général dans ce domaine des relations directes entre autorités judiciaires. 2.5 Droit international privé La Suisse étant une plaque tournante pour beaucoup d'affaires internationales, les litiges sont fréquents entre une partie domiciliée en Suisse et d'autres domiciliées à l'étranger, parfois dans des pays différents. De même, la présence en Suisse d'une proportion relativement élevée d'étrangers et la présence à l'étranger de nombreux Suisses donne lieu à des différends en matière de droit de famille, de successions, etc. qui doivent être examinés par des tribunaux suisses ou étrangers. Tandis qu'auparavant, il appartenait surtout à la jurisprudence du Tribunal fédéral d'établir le for compétent et le droit applicable, c'est maintenant une loi fédérale sur le droit international privé qui codifie d'une manière assez exhaustive les règles, souvent fort compliquées en la matière; cela vaut aussi bien pour les litiges que pour les décisions devant éclaircir une situation juridique peu claire, en dehors de tout différend. 15/35

16 2.6 Arbitrage Admissibilité Au lieu de recourir aux tribunaux de l'etat, les parties peuvent convenir - d'une manière anticipée par l'insertion d'une clause compromissoire dans leurs contrats ou par un accord spécial lorsque le litige se profile - de confier le règlement d'un différend à des particuliers (arbitrage). Cette possibilité n'est offerte que lorsque les parties peuvent disposer de leurs droits (ce qui est le cas surtout en matière d'obligations), c'est-à-dire d'engagements de nature essentiellement économique. En matière de droit de famille (par exemple divorce, filiation, etc.) une décision arbitrale est en principe exclue Procédure La procédure arbitrale est réglée dans ses grandes lignes par le droit cantonal; la plupart des cantons sont membres du Concordat sur l'arbitrage, qui unifie les principes de cette procédure et prévoit notamment la manière dont doit être composé le tribunal arbitral, les devoirs des arbitres, les recours contre leurs décisions, etc. Dans ces limites, les parties ont la possibilité d'établir elles-mêmes, préalablement, les détails de la procédure. L'avantage de la procédure arbitrale peut consister dans une plus grande célérité, dans le choix d'arbitres particulièrement qualifiés dans la matière litigieuse et dans la possibilité d'établir de cas en cas des règles abrégeant la durée de la procédure. Celle-ci est par contre en général sensiblement plus onéreuse du point de vue pécuniaire. 3. PROCÉDURE PÉNALE 3.1 Introduction En matière de procédure, c'est la procédure pénale qui, malgré des différences encore nombreuses entre les cantons, présente davantage de principes communs. Cela, on l'a vu, est surtout dû à la jurisprudence du Tribunal fédéral (relative aux droits découlant directement de l'art. 4 de la Constitution fédérale et au droit constitutionnel à la liberté personnelle) ainsi qu'à celle de la Cour européenne des droits de l'homme, à Strasbourg. 16/35

17 3.2 Au niveau cantonal Déroulement de la procédure en première instance Une procédure pénale se déroule généralement en première instance en plusieurs phases: Enquête de la police (interrogatoire des personnes impliquées, investigations préliminaires, etc.); Instruction judiciaire (interrogatoire par un magistrat des personnes impliquées, expertises, autres mesures d'instruction); Décision de non-lieu ou de renvoi devant le tribunal Décision du tribunal le plus souvent après des débats Importance des phases préparatoires de la procédure de première instance L'importance et la durée des deux premières phases varient beaucoup selon le système adopté par les cantons. Là où l'enquête de police joue un rôle important du point de vue de sa durée et de son étendue, on accorde souvent assez tôt au prévenu le droit de s'assurer la présence d'un défenseur au cours des interrogatoires conduits par la police; celle-ci est également tenue de demander au juge compétent un ordre d'arrestation ou de maintien en détention et les ordres de perquisition qu'elle estime nécessaires. Lorsque l'enquête de police n'est que sommaire et que le cas passe rapidement en main d'un magistrat (juge d'instruction ou procureur), ces garanties ont une importance moindre. Le problème de base, sous l'angle de l'économie de la procédure, est d'éviter dans la mesure du possible que des autorités différentes (police d'une part, juge d'instruction ou procureur de l'autre) accomplissent deux fois le même travail. 17/35

18 Instruction judiciaire en particulier L'instruction judiciaire commence lorsque le dossier passe définitivement de la police au juge d'instruction ou au procureur. Plusieurs cantons connaissent comme organes de l'instruction judiciaire le procureur et le juge d'instruction; ce dernier est souvent appelé à présenter son rapport au procureur pour qu'il décide s'il y a lieu de rédiger un acte d'accusation ou de prononcer un non-lieu Juge compétent en matière d'arrestation D'autres cantons (par exemple le Tessin) ont renoncé au juge d'instruction comme tel et ont institué des juges spéciaux compétents en matière d'arrestation; tout en ne procédant pas à des actes d'instruction - qui sont de la compétence du procureur -, ils assument, pour ce qui est de la privation provisoire de la liberté personnelle, les fonctions confiées auparavant au juge d'instruction et exercent d'autres fonctions de contrôle. Actuellement il existe dans tous les cantons un juge chargé de contrôler la légitimité de l'arrestation (lorsqu'elle est ordonnée par le procureur ou par une autre autorité) ou de décerner directement un mandat d'arrêt. Dans certains cantons il existe même un double degré de juridiction en cette matière, en ce sens que l'intéressé peut recourir à l'autorité supérieure (qui est souvent un organe collégial); c'est souvent cette autorité supérieure qui doit ordonner ou ratifier le maintien en détention au-delà d'un certain délai Non-lieu et ordonnances pénales L'instruction terminée, le procureur décide s'il faut établir un acte d'accusation, c'est-à-dire l'acte sur la base duquel l'accusé est renvoyé devant le tribunal, ou prononcer une décision de non-lieu. Dans les cas où une plainte ou une dénonciation apparaissent d'emblée clairement dénuées de tout bien-fondé, le procureur ou le juge d'instruction peuvent prononcer une simple décision de refus de suivre. Dans plusieurs cantons le procureur ou le juge d'instruction peuvent rendre, dans des cas de peu de gravité, des ordonnances pénales qui deviennent définitives si l'intéressé ne présente pas d'opposition; en cas d'opposition, l'ordonnance pénale du procureur tient lieu d'acte d'accusation Procédure devant le Tribunal de première instance en particulier Par l'acte d'accusation (qui dans certaines procédures cantonales peut être attaqué devant 18/35

19 une autorité supérieure - la Chambre d'accusation -, ou doit être approuvé par celle-ci, comme c'est le cas dans les procédures pénales devant la Cour pénale fédérale), l'accusé est renvoyé devant le tribunal; le président du tribunal convoque à une audience l'accusé, le procureur, les parties civiles, les témoins etc. Au cours d'une ou plusieurs audiences (en règle générale publiques, sauf si des raisons de sécurité ou de protection de la personnalité, notamment de la victime de délits contre l'intégrité personnelle, exigent les huis clos), le tribunal interroge l'accusé, entend les témoins, les experts et procède à l'administration d'autres moyens de preuve (par exemple inspections locales); la parole est ensuite donnée au procureur, aux parties civiles (c'est-à-dire aux lésés qui ont déclaré préalablement vouloir participer à la procédure pénale) et à la défense. Le cas échéant des répliques et dupliques peuvent être admises. L'accusé a la parole en dernier. Après quoi le tribunal délibère (en général à huis clos) et communique en séance publique son jugement Procédure par contumace La procédure à l'égard d'accusés absents varie selon les cantons. Pour qu'on puisse prononcer un jugement à l'égard d'un absent, il est nécessaire qu'il ait préalablement eu l'occasion de prendre connaissance des faits dont il est accusé. Les Directives de 1995 du Comité des Ministres de l'union européenne ont recommandé de limiter le plus possible les cas de procédures contumaciales et de les assortir de garanties procédurales suffisantes. En Suisse, le canton d'argovie a renoncé à la procédure contumaciale; d'autres cantons la limitent à des cas de peu de gravité. Certains cantons admettent que celui qui a été jugé en son absence peut demander le relief, c'est-à-dire peut exiger un nouveau procès, indépendamment des raisons de son absence. D'autres prévoient expressément qu'un nouveau procès peut être demandé seulement si l'absence est due à des motifs importants (par exemple, maladie, accident etc.); en pareil cas, la demande de l'intéressé est en fait une demande de restitution du délai manqué pour des raisons qui ne lui sont pas imputables. Une telle possibilité existe dans toutes les procédures. Dans le canton de Zurich, la disposition réglant la procédure contumaciale ayant été supprimée purement et simplement, un nouveau procès doit avoir lieu si l'absence est due à des raisons dont l'intéressé n'est pas responsable, et cela sur la base d'un principe général fondé sur le droit d'être entendu. Quelques cantons prévoyaient des limitations de la défense par un avocat lors d'un procès 19/35

20 contumacial; la plupart de ces limitations, contraires au droit d'être entendu, ont été supprimées Les différents types d'autorités de jugement Autorités administratives Dans les cas de peu de gravité, punissables d'une amende ou des arrêts, une décision pénale peut parfois être prononcée, par une autorité administrative, telle que le préfet etc. L'intéressé a toujours le droit de faire opposition et d'obtenir ainsi d'être jugé par un tribunal Tribunaux de district Les cas de gravité moyenne sont souvent jugés par des tribunaux de district, présidés par un juge professionnel juriste, assisté par des juges laïcs (c'est-à-dire non juristes) exerçant souvent leur fonction à titre accessoire. Dans certains cantons, le juge professionnel juriste siège avec des assesseurs-jurés, c'est-à-dire des laïcs choisis pour une session ou de cas en cas, mais l'accusé peut renoncer à leur participation, ce qui est régulièrement le cas (par exemple au Tessin) Cours d'assises avec jury Pour les délits les plus graves, quelques cantons disposent encore d'un tribunal formé par un ou plusieurs juges juristes professionnels (membres du tribunal cantonal supérieur) et par un certain nombre d'assesseurs-jurés. On tend actuellement à remplacer ces cours (qui ont une tradition historique) par des tribunaux sans jury; en effet, la procédure avec jurés est longue, compliquée et coûteuse et ceux-ci ont moins d'expérience que des jurés laïcs exerçant leur fonction régulièrement. Dans la plupart des cantons, ces cours ont été remplacées soit par les tribunaux de districts, soit par un tribunal supérieur formé de juges permanents. Dans le canton de Zurich, où la compétence du "Geschworenengericht" (assises) a été réduite récemment, les cas qui demeurent dans sa compétence sont jugés par I"'Obergericht" (tribunal supérieur) lorsque l'accusé ne conteste pas les faits. 20/35

Les voies qui conduisent au Tribunal fédéral Aperçu de l organisation judiciaire en Suisse

Les voies qui conduisent au Tribunal fédéral Aperçu de l organisation judiciaire en Suisse Les voies qui conduisent au Tribunal fédéral Aperçu de l organisation judiciaire en Suisse Contenu Contenu Contenu Introduction I. Tribunaux et juges A Sur le plan cantonal 1 Tribunaux civils a L autorité

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

Loi organique relative à la Haute Cour

Loi organique relative à la Haute Cour Loi organique relative à la Haute Cour Dahir portant loi organique n 1-77-278 du 24 chaoual 1397 (8 octobre 1977) relative à la Haute Cour (1) Louange à Dieu Seul! (Grand Sceau de Sa Majesté Hassan II)

Plus en détail

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE Feuille officielle numéro 50, du 7 juillet 2006 Délai référendaire: 16 août 2006 Loi sur l'assistance pénale, civile et administrative (LAPCA) Le Grand

Plus en détail

Loi d'introduction du code de procédure civile (LI-CPC)

Loi d'introduction du code de procédure civile (LI-CPC) 27 janvier 2010 Loi d'introduction du code de procédure civile (LI- Etat au 1 er avril 2015 Le Grand Conseil de la République et Canton de Neuchâtel, vu le code de procédure civile (, du 19 décembre 2008

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE

REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE Le montant de la rétribution «Aide Juridictionnelle» est déterminé par le nombre d unités de valeur «UV» affectées à la procédure et prévues par l article 90 du décret

Plus en détail

Le nouveau code de procédure civile

Le nouveau code de procédure civile Juillet 2011 édition 4 www.bdo.ch RECHT interessant Le nouveau code de procédure civile 1 compétence matérielle et fonctionnelle Le code de procédure civile suisse laisse l intégralité du pouvoir d organisation

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T Numéro du rôle : 286 Arrêt n 41/91 du 19 décembre 1991 A R R E T En cause : la question préjudicielle posée par le bureau d'assistance judiciaire du tribunal de première instance de Mons par décision du

Plus en détail

Article 1. a) fausse monnaie;

Article 1. a) fausse monnaie; Arrêté royal n 22 du 24 OCTOBRE 1934 relatif à l'i nterdiction judiciaire faite à certains condamnés et aux faillis d'exercer certaines fonctions, professions ou activités Article 1. Sans préjudice des

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail

ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE

ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE Réf. Art.90 du 20/01/2001 au 31/12/2001 01/01/2002 S DES MISSIONS DE BASE D2012-349 D2001-52 D2001-512 D2003-853 D2004-1406 D2007-1151 D2008-1486

Plus en détail

STATUTS. DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse)

STATUTS. DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse) STATUTS DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse) Chapitre premier: Nature et buts Article 1: Dénomination et siège Les associations cantonales de gérants, courtiers et experts

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

Les démarches auprès de la justice

Les démarches auprès de la justice Les démarches auprès de la justice SOMMAIRE - A quel tribunal s adresser - Les juridictions civiles - Les juridictions pénales - Les juridictions administratives - Répartition des compétences A quel tribunal

Plus en détail

chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Procédures disciplinaires : le memento CHRONIQUE JURIDIQUE

chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Procédures disciplinaires : le memento CHRONIQUE JURIDIQUE CHRONIQUE JURIDIQUE chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Lors de notre congrès de Lille, une motion a été proposée par la commission «métier» sur les

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

Leçon n 3 : La justice garante du respect du droit

Leçon n 3 : La justice garante du respect du droit Leçon n 3 : La justice garante du respect du droit Introduction : La déesse grecque de la justice se nomme Thémis, elle aurait reçu de Zeus un glaive et une balance afin de peser le pour et le contre,

Plus en détail

TITRE IER DISPOSITIONS GENERALES

TITRE IER DISPOSITIONS GENERALES ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ----- NOR : SAA0402629DL DELIBERATION N 2005-13 APF DU 13 JANVIER 2005 portant modification de la délibération n 2001-200 APF du 4 décembre 2001 portant code de procédure

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

l arrêt qui suit : E n t r e : comparant par Maître Yves KASEL, avocat à la Cour, demeurant à Luxembourg, et : le Ministère public

l arrêt qui suit : E n t r e : comparant par Maître Yves KASEL, avocat à la Cour, demeurant à Luxembourg, et : le Ministère public N 43 / 2014 pénal. du 11 décembre 2014. Not. 16453/13/CD Numéro 3383 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire,

Plus en détail

La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit:

La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit: Arrêt n 102/14 Ch.c.C. du 12 février 2014. (Not. : 22032/99/CD) La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit: Vu les

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

L organisation judiciaire en France FAVREAU & CIVILISE LES JURIDICTIONS JUDICIAIRES. Litiges entre particuliers ou organismes privés

L organisation judiciaire en France FAVREAU & CIVILISE LES JURIDICTIONS JUDICIAIRES. Litiges entre particuliers ou organismes privés F & C INFOS FAVREAU & CIVILISE Avocats a la Cour 8, Place Saint-Christoly 33000 Bordeaux, France Informations røservøes aux clients du cabinet. Gratuit. Ne peut Œtre vendu. L organisation judiciaire en

Plus en détail

Règlement de procédure

Règlement de procédure 1 janvier 2011 Règlement de procédure du Tribunal administratif de la Banque des Règlements Internationaux Chapitre I: Dispositions générales Champ d'application Article 1 1. Le présent règlement («le

Plus en détail

Mise en œuvre de la responsabilité du maire

Mise en œuvre de la responsabilité du maire Mise en œuvre de la responsabilité du maire Les conditions d engagement de la responsabilité du maire relèvent du droit commun de l engagement de la responsabilité des personnes publiques. A ce titre,

Plus en détail

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission 2 février 2010 Commission des lois Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission NB : Les amendements enregistrés

Plus en détail

PolyReg Association Générale d Autorégulation. Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie

PolyReg Association Générale d Autorégulation. Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie PolyReg Association Générale d Autorégulation Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie < 1 But du Règlement A. Dispositions générales 1 Le présent règlement fixe les dispositions

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005 relative à la prévention et la répression des infractions en matière de chèques (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS Article

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du Thursday 6 February 1975 N de pourvoi : 74-91949 Publié au bulletin Cassation PDT M. COMBALDIEU, président RPR M. CHAPAR, conseiller rapporteur

Plus en détail

Circulation Privée Immeuble PME. assista. Conditions générales d assurance Edition 2007. Assurance protection juridique pour PME et Indépendants

Circulation Privée Immeuble PME. assista. Conditions générales d assurance Edition 2007. Assurance protection juridique pour PME et Indépendants Circulation Privée Immeuble PME assista Conditions générales d assurance Edition 2007 Assurance protection juridique pour PME et Indépendants CGA TABLE DES MATIÈRES DISPOSITIONS GÉNÉRALES 1 Parties au

Plus en détail

RÉPUBLIQUE ET CANTON DU JURA

RÉPUBLIQUE ET CANTON DU JURA RÉPUBLIQUE ET CANTON DU JURA TRIBUNAL CANTONAL COUR CIVILE CC 52 / 2014 + CC 53 / 2014 + CC 54 / 2014 Président : Jean Moritz Juges : Daniel Logos et Philippe Guélat Greffière : Nathalie Brahier ARRET

Plus en détail

Schéma de la procédure de poursuite

Schéma de la procédure de poursuite Schéma de la procédure de poursuite Acteur responsable pour l'étape Créancier Débiteur Office compétent Juge S A I S I E P O U R S U I T E Paiement Avis de saisie Exécution de la saisie Réquisition de

Plus en détail

Loi sur le Tribunal fédéral des brevets

Loi sur le Tribunal fédéral des brevets Loi sur le Tribunal fédéral des brevets (LTFB) 173.41 du 20 mars 2009 (Etat le 1 er mars 2010) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art.191a, al. 3, de la Constitution 1, vu le message

Plus en détail

Titre I Des fautes de Gestion

Titre I Des fautes de Gestion Base de données Loi n 85-74 du 20 Juillet 1985 relative à la définition et à la sanction des fautes de gestion commises à l égard de l Etat, des établissements publics administratifs, des collectivités

Plus en détail

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice,

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, PROTOCOLE Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, Le Tribunal de commerce de Paris, représenté par son Président en

Plus en détail

HAGUE CONFERENCE ON PRIVATE INTERNATIONAL LAW CONFÉRENCE DE LA HAYE DE DROIT INTERNATIONAL PRIV

HAGUE CONFERENCE ON PRIVATE INTERNATIONAL LAW CONFÉRENCE DE LA HAYE DE DROIT INTERNATIONAL PRIV HAGUE CONFERENCE ON PRIVATE INTERNATIONAL LAW CONFÉRENCE DE LA HAYE DE DROIT INTERNATIONAL PRIV CONVENTION RELATIVE A LA PROCÉDURE CIVILE (Conclue le premier mars 1954) Les Etats signataires de la présente

Plus en détail

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire Décision n 2010 621 DC Résolution tendant à adapter le chapitre XI bis du règlement du Sénat aux stipulations du traité de Lisbonne concernant les parlements nationaux Dossier documentaire Source : services

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger (LPSP) du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 54, al. 1, 95, al. 1, et 173, al. 2, de la Constitution

Plus en détail

Convention européenne sur l'arbitrage commercial international. Genève, 21 avril 1961

Convention européenne sur l'arbitrage commercial international. Genève, 21 avril 1961 Convention européenne sur l'arbitrage commercial international Genève, 21 avril 1961 Texte : Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 484, p. 349. Entrée en vigueur: 7 janvier 1964, conformément au paragraphe

Plus en détail

Avons ordonné et ordonnons:

Avons ordonné et ordonnons: Recouvrement CE créances,cotisations,taxes et autres mesures Loi du 20 décembre 2002 concernant l'assistance mutuelle en matière de recouvrement dans la Communauté européenne des créances relatives à certains

Plus en détail

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information (Questionnaire) 1. Décrivez brièvement le soutien institutionnel administratif de l accès à

Plus en détail

LOI ORGANIQUE N 98-014 DU 10 JUILLET 1998 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA COUR DES COMPTES.

LOI ORGANIQUE N 98-014 DU 10 JUILLET 1998 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA COUR DES COMPTES. LOI ORGANIQUE N 98-014 DU 10 JUILLET 1998 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA COUR DES COMPTES. Loi organique n 98-014 du 10 juillet 1998 portant o rganisation et fonctionnement de la Cour des

Plus en détail

COUR D'APPEL DE RENNES ARRÊT DU 10 MARS 2015

COUR D'APPEL DE RENNES ARRÊT DU 10 MARS 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS 3ème Chambre Commerciale ARRÊT N 131 R.G : 13/03708 COUR D'APPEL DE RENNES ARRÊT DU 10 MARS 2015 COMPOSITION DE LA COUR LORS DU DÉLIBÉRÉ : Monsieur Alain

Plus en détail

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012 Version pré-print pour citer cet article : «Les droits de celui qui décide de se défendre seul et le principe d égalité» (Cons. Const. 23 nov. 2012), Rev. Pén. Dr. Pén. 2012, p. 917, Les droits de celui

Plus en détail

LA COUR DE JUSTICE DE LA C.E.M.A.C.

LA COUR DE JUSTICE DE LA C.E.M.A.C. CONVENTION REGISSANT LA COUR DE JUSTICE DE LA C.E.M.A.C. 1 PREAMBULE Le Gouvernement de la République du Cameroun; Le Gouvernement de la République Centrafricaine; Le Gouvernement de la République du Congo;

Plus en détail

I. - Les principales caractéristiques du Droit Pénal chinois

I. - Les principales caractéristiques du Droit Pénal chinois Lorsque la loi pénale a une application extraterritoriale, les juridictions nationales ont compétence même lorsque les faits ont été jugés par une juridiction étrangère. Mais si la peine prononcée a été

Plus en détail

recours contre l'arrêt du Tribunal cantonal du canton de Vaud, Chambre des recours civile, du 5 juillet 2012.

recours contre l'arrêt du Tribunal cantonal du canton de Vaud, Chambre des recours civile, du 5 juillet 2012. Tribunal fédéral 5A_554/2012 II ème Cour de droit civil Arrêt du 14 décembre 2012 (f) Divorce Explusion du logement ; effet suspensif Art. 315 CPC Effets d un appel. L appel suspend la force de chose jugée

Plus en détail

STATUT DU TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER. Article premier Dispositions générales SECTION 1. ORGANISATION DU TRIBUNAL. Article 2 Composition

STATUT DU TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER. Article premier Dispositions générales SECTION 1. ORGANISATION DU TRIBUNAL. Article 2 Composition STATUT DU TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER Article premier Dispositions générales 1. Le Tribunal international du droit de la mer est créé et fonctionne conformément aux dispositions de la Convention

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales

Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales Texte original Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales Conclue le 29 avril 1959 Approuvée par l Assemblée fédérale

Plus en détail

Composition Président: Roland Henninger Hubert Bugnon, Jérôme Delabays

Composition Président: Roland Henninger Hubert Bugnon, Jérôme Delabays Kantonsgericht KG Rue des Augustins 3, case postale 1654, 1701 Fribourg T +41 26 304 15 00, F +41 26 304 15 01 www.fr.ch/tc 502 2014 233 Arrêt du 23 décembre 2014 Chambre pénale Composition Président:

Plus en détail

Chapeau 131 III 652. Regeste

Chapeau 131 III 652. Regeste Chapeau 131 III 652 85. Extrait de l'arrêt de la Chambre des poursuites et des faillites dans la cause Confédération Suisse contre X. (recours LP) 7B.20/2005 du 14 septembre 2005 Regeste Blocage d'avoirs

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 39616/98 présentée par J. F. contre

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON N 1208057 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Mme Lareille LM AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Reymond-Kellal Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON N 1208057 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Mme Lareille LM AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Reymond-Kellal Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON N 1208057 Mme Lareille LM M. Reymond-Kellal Rapporteur M. Stillmunkes Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Lyon (formation

Plus en détail

concernant la protection de l enfant et de l adulte (LPAE)

concernant la protection de l enfant et de l adulte (LPAE) DSJ/Avant-projet du 5..0 Loi du concernant la protection de l enfant et de l adulte (LPAE) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu la modification du 9 décembre 008 du code civil suisse (Protection de

Plus en détail

II e COUR D'APPEL. 22 février 2006

II e COUR D'APPEL. 22 février 2006 A2 2005-159 II e COUR D'APPEL 22 février 2006 La Cour, vu le recours interjeté le 30 novembre 2005 par X SA, recourante, contre l'ordonnance rendue le 22 novembre 2005 par le Président du Tribunal civil

Plus en détail

Institutions L'organisation de la Justice

Institutions L'organisation de la Justice Acteurs Procédures Vos droits Institutions L'organisation de la Justice F i c h e P r a t i q u e L'organisation des juridictions françaises La Justice a une mission fondamentale : celle de veiller au

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

Réponse des rapporteurs luxembourgeois au questionnaire sur l exécution provisoire (Etude JAI A3/02/2002) Dr. Thierry Hoscheit / Dr.

Réponse des rapporteurs luxembourgeois au questionnaire sur l exécution provisoire (Etude JAI A3/02/2002) Dr. Thierry Hoscheit / Dr. Réponse des rapporteurs luxembourgeois au questionnaire sur l exécution provisoire (Etude JAI A3/02/2002) Dr. Thierry Hoscheit / Dr. Patrick Kinsch Préambule: dispositions légales régissant le prinicpe

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 Montreuil, le 03/11/2009 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 OBJET : Loi de simplification et clarification du droit et d allègement des procédures

Plus en détail

LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE

LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE Le cadre général Lorsque le juge aux affaires familiales a fixé la pension alimentaire pour un époux ou pour les enfants, cette décision s'impose

Plus en détail

Service pénal Fiche contrevenant

Service pénal Fiche contrevenant Service pénal Fiche contrevenant SOMMAIRE : 1 Vous avez été verbalisé(e), vous recevez une amende forfaitaire : concernant le paiement concernant la contestation 2 Vous êtes poursuivi devant la juridiction

Plus en détail

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Procédure pénale Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Corrigé : Dissertation Le jugement de la personne poursuivie en son absence Indications de méthodologie : Sur la

Plus en détail

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 M. Karamoko F. (Élection de domicile des étrangers en situation irrégulière sans domicile stable) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 17 juillet

Plus en détail

Accord intercantonal sur l'harmonisation des régimes de bourses d'études

Accord intercantonal sur l'harmonisation des régimes de bourses d'études 1.4. Accord intercantonal sur l'harmonisation des régimes de bourses d'études du 18 juin 2009 I. Objectifs et principes Art. 1 But de l'accord Le présent accord vise à encourager dans l'ensemble de la

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

2 les prestations d'un expert nommé en justice ou désigné comme tel par les parties en exécution d'une décision judiciaire ordonnant l'expertise;

2 les prestations d'un expert nommé en justice ou désigné comme tel par les parties en exécution d'une décision judiciaire ordonnant l'expertise; Page 1 of 7 Taxe sur la Valeur Ajoutée >> Commentaire TVA III.- Opérations visées Numéro 18/1125 La réquisition doit bien entendu porter sur une prestation prévue par le C.TVA pour être visée par l'art.

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/italie... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/italie... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 5 09/06/2010 12:24 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER Convention de New York ITALIE L'Italie est partie : - à la Convention de la Haye du 25 octobre 1980, sur les aspects civils des enlèvements

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

Notice concernant le droit d être entendu à l intention des autorités de décision

Notice concernant le droit d être entendu à l intention des autorités de décision Erziehungsdirektion des Kantons Bern Mittelschul- und Berufsbildungsamt Direction de l'instruction publique du canton de Berne Office de l enseignement secondaire du 2 e degré et de la formation professionnelle

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

01_15. Directive sur la poursuite contre un mineur

01_15. Directive sur la poursuite contre un mineur REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département des finances Office des poursuites Direction générale 01_15. Directive sur la poursuite contre un mineur Modifications, contrôles, approbation Version Date Description,

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE

CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE Décret n 83-435 DU 27 mai 1983 (publié au J.O du1er juin

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783. Mme Dejana R M. Dzibrail R RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783. Mme Dejana R M. Dzibrail R RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783 Mme Dejana R M. Dzibrail R Mme Frackowiak Rapporteur public M. Lavail Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Audience du 8 mars

Plus en détail

B u n d e s v e r w a l t u n g s g e r i c h t. T r i b u n a l a d m i n i s t r a t i v f e d e r a l

B u n d e s v e r w a l t u n g s g e r i c h t. T r i b u n a l a d m i n i s t r a t i v f e d e r a l B u n d e s g e r i c h t B u n d e s s t r a f g e r i c h t B u n d e s v e r w a l t u n g s g e r i c h t B u n d e s p a t e n t g e r i c h t T r i b u n a l f é d é r a l T r i b u n a l p é n a

Plus en détail

Conditions Générales de Vente des Prestations de Service d Etude

Conditions Générales de Vente des Prestations de Service d Etude La société Cédric Pascal Soler EIRL nommée EDS - INFRA, ayant son siège social à BAINS les BAINS prise en la personne de M. SOLER Cédric Ayant la fonction de : Gérant du Bureau d étude Ci-après dénommé

Plus en détail

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique?

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Les Matinales IP&T Fabienne Panneau Avocat Counsel 12 mai 2011 Introduction Constat : la recherche d informations sur un serveur informatique

Plus en détail

Conclusions de M. l'avocat général Jean Spreutels :

Conclusions de M. l'avocat général Jean Spreutels : Conclusions de M. l'avocat général Jean Spreutels : 1. L'article 29, 3, alinéa 4, de la loi du 5 août 2003 relative aux violations graves du droit international humanitaire rend votre Cour compétente pour

Plus en détail

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l'arrêt suivant :

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l'arrêt suivant : REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l'arrêt suivant : Statuant sur le pourvoi formé par : - M. Yohan X..., contre l'arrêt de la chambre de l'instruction

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses Cour européenne des droits de l homme Questions & Réponses Questions & Réponses Qu est-ce que la Cour européenne des droits de l homme? Ces questions et réponses ont été préparées par le Greffe de la Cour.

Plus en détail

Guide pratique genevois. Guide sur les successions

Guide pratique genevois. Guide sur les successions Guide pratique genevois Guide sur les successions Edition janvier 2011 Sommaire Sommaire Préambule 3 Compétence de la Justice de paix 4 Qui sont les héritiers? 5 Comment s acquiert la successions? 6 Quels

Plus en détail

Code Disciplinaire. Commission Disciplinaire de Première Instance Commission Disciplinaire d Appel Règlement de Fonctionnement

Code Disciplinaire. Commission Disciplinaire de Première Instance Commission Disciplinaire d Appel Règlement de Fonctionnement Code Disciplinaire Commission Disciplinaire de Première Instance Commission Disciplinaire d Appel Règlement de Fonctionnement Version 17/05/2013 STATUTS F.I.J. : ANNEXE 1 : CODE DISCIPLINAIRE de la FIJ

Plus en détail

Projet de loi Q 6 9 cdmiliétant la loi n 15.95. formant code de commerce

Projet de loi Q 6 9 cdmiliétant la loi n 15.95. formant code de commerce Royaume du Maroc Ministère de l'industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies..: (L C I j

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés 27/07 2011 16:36 FAX 0556995879 TRIBUNAL AOMIN BORDEAUX (g) 003/007 N _ TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX bm R ÉPU BLIQ U E FRANÇAISE M. M, Chemin Vice-président Juge des référés Audience du 27 juillet

Plus en détail

LES COTISATIONS : FIXATIONS - MODES DE RECOUVREMENT - SANCTIONS

LES COTISATIONS : FIXATIONS - MODES DE RECOUVREMENT - SANCTIONS LES COTISATIONS : FIXATIONS - MODES DE RECOUVREMENT - SANCTIONS Rapport de Monsieur le Bâtonnier François-Antoine CROS, Trésorier du Conseil National des Barreaux Session de formation Tours Les 4, 5 et

Plus en détail

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES YS/LD N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme M. Simon Magistrat désigné Audience du 21 mai 2013 Lecture du 18 juin 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

Code civil local art. 21 à 79

Code civil local art. 21 à 79 Code civil local art. 21 à 79 Toute association qui fixe son siège, ou qui transfère son siège en Alsace-Moselle doit rédiger des statuts conformes aux présents articles du Code civil local. 1. Dispositions

Plus en détail

dans la poursuite pénale dirigée contre

dans la poursuite pénale dirigée contre N 14 / 2014 pénal. du 13.3.2014. Not. 30673/10/CD Numéro 3284 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire,

Plus en détail

PREPA ENM 2013 / 2014

PREPA ENM 2013 / 2014 1 www.lautreprepa.fr PREPA ENM 2013 / 2014 DROIT PENAL Loi du 27 mai 2014 relative au droit à l'information dans le cadre des procédures pénales Fiche synthétique rédigée par Céline Garçon Le 27 mai dernier

Plus en détail

PROTOCOLE RELATIF A LA COUR DE JUSTICE DE LA CEDEAO

PROTOCOLE RELATIF A LA COUR DE JUSTICE DE LA CEDEAO PROTOCOLE RELATIF A LA COUR DE JUSTICE DE LA CEDEAO LES HAUTES PARTIES CONTRACTANTES; vu l'article 5 du Traité de la Communauté Economique des Etats de l'afrique de l'ouest portant création de la Conférence

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal fédéral 281.41 concernant la saisie et la réalisation de parts de communautés

Ordonnance du Tribunal fédéral 281.41 concernant la saisie et la réalisation de parts de communautés Ordonnance du Tribunal fédéral 281.41 concernant la saisie et la réalisation de parts de communautés (OPC 1) ) du 17 janvier 1923 (Etat le 1 er janvier 1997) Le Tribunal fédéral suisse, en application

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés,

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER NP N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés, Ordonnance du 22 octobre 2010 Vu la renuête. enregistrée

Plus en détail