Les recours du bénéficiaire en cas de chèque impayé.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les recours du bénéficiaire en cas de chèque impayé."

Transcription

1 Les recours du bénéficiaire en cas de chèque impayé. Par : Marie Solange RAZANADRAKOTO La loi n du 14 janvier 2005 relative à la prévention et à la répression des infractions en matière de chèques est entrée en vigueur le 25 avril 2005 date de sa publication au Journal Officiel. Elle abroge l ordonnance n du 16 novembre 1972 sur la prévention et la répression des infractions en matière de chèques. Le décret n du 25 avril 2006 fixe les modalités d application de certaines dispositions de la nouvelle loi. Avant d aborder les recours du bénéficiaire d un chèque impayé, il y a lieu de mettre en exergue les principales innovations apportées par cette législation en l occurrence L institution de l interdiction bancaire (A), la faculté de régularisation d un chèque objet d incident de paiement (B), les obligations des banquiers(c). Malgré l aggravation de la répression, l ordonnance de 1972 n a pas eu l effet escompté car elle n a pas réussi à endiguer le flot d émission de chèques sans provision. Le public n a plus de confiance aux chèques. Les statistiques émanant de la Banque centrale confirment la recrudescence des chèques retournés faute de provision. Une réforme s impose pour lutter efficacement contre cette situation alarmante et pour rétablir la confiance aux chèques et pour la sécurisation monétaire. I- Les principales innovations Institution de la mesure d interdiction bancaire automatique d émettre des chèques encourue par le tireur et notifiée par le banquier au tireur dès la constatation de l incident de paiement. La faculté de régularisation en réglant le chèque impayé dans le délai légal. Faute de quoi, les poursuites pénales sont engagées. L absence de régularisation constituant l élément intentionnel de mauvaise foi. Amélioration de la procédure de recouvrement des chèques impayés. Outre la possibilité d obtenir la condamnation au paiement devant la juridiction pénale, une procédure rapide et simplifiée permet au bénéficiaire d obtenir du Président du domicile du bénéficiaire, un titre exécutoire. Obligation pour le banquier d informer à l avance le titulaire du compte des opérations de débit effectuées par le banquier et qui peuvent entraîner le rejet des chèques. Obligation par le banquier de donner un préavis au titulaire du compte avant la réduction ou la suppression de toute facilité de caisse ou découvert. Définition de la carte de paiement page 1 / 11

2 Aggravation de la répression Centralisation et contrôle des incidents de paiement au niveau de la Banque centrale par le moyen d un fichier central des chèques. A-INTERDICTION BANCAIRE Lorsque le banquier refuse le paiement d un chèque pour les trois motifs suivants : absence, insuffisance ou indisponibilité de provision (opposition, saisie-arrêt..), il y a incident de paiement et le titulaire d un compte encourt systématiquement l interdiction bancaire ; par conséquent, les autres motifs de refus de paiement d un chèque tels que absence de signature du tiré, ou signature non conforme, vol, absence de pouvoir du tireur n entraînent pas une interdiction bancaire. L interdiction bancaire implique l interdiction pour le titulaire du compte d émettre des chèques autre que les chèques certifiés ou des chèques destinés au retrait de fonds par le tireur, autrement dit, il ne peut pas émettre un chèque au nom d un tiers ou au porteur. Pour faire un paiement, il est obligé de payer en espèces ou payer par un chèque certifié. Faut-il rappeler que d après l article 1 er de la loi du 28 février 1941 relative à la certification du chèque, loi rendue applicable à Madagascar, par décret du 14 Mars 1941, la certification résulte de la signature du tiré au recto du chèque. Elle ne peut être refusée que pour insuffisance de la provision. La provision du chèque certifié reste sous la responsabilité du tiré, bloquée au profit du porteur jusqu au terme du délai de présentation fixé par l article 29 du décret- loi du 30 octobre 1935 unifiant le droit en matière de chèques. Ce délai est de 8 jours. Par contre le visa d un chèque a simplement pour objet d attester l existence de provision à la date à laquelle le chèque est donné, mais l apposition de visa sur le chèque n oblige pas le banquier à bloquer sous sa responsabilité cette provision. L interdiction bancaire qui est systématique dès l incident du paiement n est pas à confondre avec l interdiction judiciaire qui est une peine complémentaire facultativement prononcée par le juge. Cependant, ces deux interdictions ont le même effet : interdiction d émettre des chèques autres que les chèques certifiés ou les chèques destinés au retrait de fond par le tireur. &1 Point de départ et durée de l interdiction bancaire L interdiction bancaire court automatiquement à compter de la date du refus de paiement du chèque opposé par le banquier, même si le tireur n a pas encore été notifié par ce dernier. Le délai de l interdiction bancaire est d une année sauf main levée de l interdiction par la Banque centrale (article 28 de la loi) ou par la Juridiction civile (article 29). page 2 / 11

3 &2 - Obligations du banquier en cas d interdiction bancaire a) vis a - vis du titulaire du compte Dans les deux jours au plus tard à compter de la date de refus de paiement, le banquier tiré doit notifier, au titulaire du compte, l interdiction bancaire soit par lettre recommandée avec accusé de réception soit par voie d huissier (article 3). Il appartient au banquier d apprécier le mode d envoi qui lui convient. Contrairement à la loi française, le banquier doit s assurer que le tireur a bien reçu la lettre d injonction ce qui signifie que, toute autre forme de notification n est pas donc valable. Il résulte de l article 3 de la loi que la notification de la lettre d injonction à domicile du tireur ou au mandataire du tireur ou à domicile du mandataire est valable au même titre qu une notification à personne. La loi présume la remise de l acte à la personne visée par l individu trouvé à son domicile. Il s agit d une présomption légale qui peut être combattue par la preuve contraire. La même règle est applicable à la notification faite à domicile du mandataire, même s il n a pas reçu personnellement la notification. Dans la lettre d injonction, le banquier doit préciser : Le numéro et le montant du chèque objet du refus de paiement La date du refus de paiement La date d application de l interdiction bancaire La lettre doit contenir : La notification d interdiction d émettre des chèques autres que les chèques destinés au retrait de fond par le tireur ou les chèques certifiés pendant un an. L injonction au tireur de restituer : au banquier tiré et à tous les banquiers dont il est client, toutes les formules de chèque en sa possession et en possession de ses mandataires sur les comptes concernés. Un avis au tireur de la faculté de régularisation du chèque impayé dans un délai de 5 jours francs à compter de la réception de la lettre d injonction et non à compter de la date de l envoi. Il est important de souligner que le banquier, s'il omet d adresser la lettre d injonction à son client frappé d interdiction bancaire, commet une faute engageant sa responsabilité à l égard de celui-ci en cas de préjudice. La lettre d injonction doit être tenue pour nulle si elle ne porte pas une mention considérée comme essentielle ; page 3 / 11

4 Exemple : la mention relative à la faculté de régularisation b) vis à vis de la Banque Centrale Le banquier doit aviser la Banque Centrale de la notification de la lettre d injonction c) vis- a- vis du bénéficiaire Le tiré doit informer le bénéficiaire du chèque de l incident en lui adressant un avis de non paiement ou une attestation de rejet du paiement de chèque. Cette attestation de rejet n est pas à confondre au certificat de non paiement &3 - Effets de l interdiction bancaire Il s agit d une simple déchéance du tireur et non une incapacité civile a) compte d une personne physique : L interdiction bancaire frappe uniquement le titulaire du compte, autrement dit, le mandataire ne fait pas l objet d interdiction bancaire sur ses comptes personnels. Il y a lieu de noter que l interdiction bancaire s applique à tous les comptes du tireur dans les autres banques même si ces comptes sont approvisionnés. Le titulaire du compte doit restituer toutes les formules de chèque en sa possession aux banquiers concernés. Les cartes de paiement ne doivent pas être restituées puisque le tireur peut toujours faire des retraits de fond pour son compte. Le tireur, objet de l interdiction bancaire peut- il ouvrir un autre compte en son nom? La réponse est affirmative mais cependant, le banquier ne doit pas lui délivrer des formules de chèque autres que celles des destinés au retrait de fond ou aux chèques certifiés jusqu à l expiration du délai d interdiction bancaire ; Il y a lieu de signaler qu en vertu de l article 12 1 de la loi, le titulaire du compte qui continue d émettre des chèques malgré l interdiction bancaire à lui notifié est passible d un emprisonnement de six mois à cinq ans et d une amende de Ariary à Ariary ou l une de ces deux peines seulement pour émission de chèque au mépris de l interdiction bancaire b) compte d une personne morale L interdiction bancaire s applique à la personne morale elle- même et au mandataire c est à dire à celui qui a personnellement signé le chèque. Elle s applique à tous les comptes de page 4 / 11

5 la personne morale dans les autres banques. Elle est étendue à tous comptes personnels du mandataire. Elle ne s applique pas au ou aux comptes du représentant légal de la personne morale sauf si c est lui qui a personnellement signé le chèque. c) compte collectif Les signataires des chèques sont frappées également d interdiction bancaire sur leurs comptes personnels. Le compte collectif est suspendu jusqu à ce que les signataires des chèques objet d interdiction soient remplacés ou le compte conjoint transformé en compte individuel suivant accord des titulaires. &4- Contestations relatives à l interdiction bancaire Les contestations relatives à l interdiction bancaire sont soumises à la Juridiction civile (article 29) Exemple : erreur sur le motif de rejet de paiement. Cette action n a pas d effet suspensif. Si la demande est fondée, le Tribunal ordonne l annulation de l interdiction bancaire ; il doit aviser la Banque centrale de cette décision. Le juge des Référés peut ordonner la suspension de l interdiction bancaire pendant une durée de deux mois (article 12 du décret), s il y a contestation sérieuse, mais en aucun cas, il n a pas compétence pour ordonner la main levée de l interdiction bancaire. Il est à noter que l article 28 de la loi permet également à la Banque Centrale de donner main levée de l interdiction bancaire à la demande du banquier tiré, en cas d erreur par exemple ou à la demande du titulaire de compte par l intermédiaire de son banquier. B- LA REGULARISATION D après les articles 4 et 9 de la loi , le tireur frappé d interdiction bancaire a la faculté de régularisation. &1 - Modalités de régularisation La procédure de la régularisation a été fixée par l article 9 de la loi et précisée par les articles 5 6 du décret page 5 / 11

6 Au sens de la présente loi, la régularisation consiste à verser une provision suffisante et disponible augmenté des frais impayés par le titulaire du compte sur son compte dans un délai de 5 jours francs à compter de la réception de la lettre d injonction. Ne constituent donc pas une régularisation au sens de cette loi : Le paiement direct entre les mains du bénéficiaire car l élément intentionnel de l infraction n est pas l absence de remboursement mais l absence de régularisation. Aussi, le tireur n a pas intérêt à faire un paiement direct entre les mains du bénéficiaire. Le versement d une provision insuffisante. La régularisation tardive. Le chèque n étant pas un instrument de crédit mais un instrument de paiement à vue, la régularisation doit intervenir dans les délais et conditions prévues par la loi c est-à-dire dans un délai de 5 jours francs à compter de la réception de la lettre d injonction et non à compter de l envoi. Aussi la régularisation faite hors le délai légal constitue un simple approvisionnement du compte il n efface pas le délit de chèque sans provision mais peut constituer des circonstances atténuantes. Il faudrait insister sur un détail significatif concernant les délais prévus par cette loi. Tel qu il est précisé à l article 13 du décret, tous les délais prévus dans la loi sont des délais francs. Les délais francs sont des délais qui ne comportent ni le jour du point de départ du délai ni le dernier jour du délai Notons que les dimanches et les jours fériés entrent en compte dans le calcul du délai. Par ailleurs, si le dernier jour du délai tombe un dimanche ou un jour férié, le délai sera prorogé au premier jour ouvrable &2 Effets de la régularisation a) Bonne foi du tireur Si le titulaire du compte a constitué une provision suffisante dans son compte et dans le délai légal pour permettre une nouvelle présentation du chèque, sa bonne foi est admise et il n y aura pas une poursuite pénale car l infraction d émission de chèque sans provision n est pas constituée. Cependant, l interdiction bancaire court toujours jusqu à l expiration du délai d un an, sauf décision de main levée par la Juridiction civile suite à une contestation fondée contre cette mesure. page 6 / 11

7 La provision constituée est spécialement affectée au paiement du chèque impayé et elle reste indisponible autrement pendant un délai d un an. Si elle n a pas été tirée par le bénéficiaire à l expiration d un délai d une année, la somme redevient disponible, elle pourrait être utilisée par le tiré pour honorer d autre chèque présenté au paiement dans ce compte b) Obligation du banquier Le banquier doit faire une déclaration de régularisation à la Banque Centrale et ce pour la mise à jour du fichier central des chèques. Il doit délivrer une attestation de régularisation au titulaire du compte. &3- Absence de régularisation a) Déclenchement des poursuites pénales L absence de régularisation dans les conditions et formes légales constitue la mauvaise foi ou l intention de nuire entraînant la poursuite pénale pour émission de chèque sans provision. Les circonstances ayant empêché la régularisation dans le délai imparti sont laissés à l appréciation du juge pénal et pourraient être retenues comme circonstances atténuantes. b) Avis à la Banque Centrale Le banquier a l obligation d aviser la Banque Centrale de la non régularisation. S il ne le fait pas,il encourt une peine d amende de Ariary à Ariary tel qu il est prévu à l article 15 de la loi n du 14 janvier c) Certificat de non paiement A l expiration du délai de régularisation et en l absence de régularisation, le Banquier a l obligation de délivrer, sans frais, un certificat de non paiement, à la demande du bénéficiaire de chèque objet d un incident de paiement. Le certificat de paiement est donc quérable et non portable C- les obligations du Banquier Au sens de la loi, le terme «Banquier» désigne les établissements de crédit et les institutions financières, services habilités à tenir des comptes sur lesquels des chèques peuvent être tirés. Exemple : les banques, les centres de chèques postaux. page 7 / 11

8 Le Législateur a confié au Banquier un rôle dans la prévention des chèques sans provision C est ainsi que pour éviter le rejet des chèques et pour prévenir l émission de chèque sans provision, la loi impose au Banquier d autres obligations. & 1 concernant les opérations de débit effectuées par le banquier Le banquier a l obligation d informer 5 jours francs à l avance, le titulaire du compte, des opérations de débit effectuées par le banquier et qui peuvent entraîner le rejet des chèques sauf les opérations de débit justifiées par un chèque ou des instructions émanant du titulaire. Les instructions émanant du titulaire sont déterminées à l article 3 alinéa 2 du décret du 25 avril 2006, exemple : domiciliation bancaire au profit de la JIRAMA. Quant à la forme de notification, la loi ne l a pas fixée, il y lieu d en conclure que tout procédé laissant trace écrite est valable. Contrairement au cas de la régularisation, le banquier n a pas à s assurer si l avis a été reçu par le titulaire du compte ou non. A l expiration du délai de cinq jours de délai franc prévu, le banquier pourra procéder aux opérations de débit. En cas de contestation, il lui appartient d apporter la preuve qu il a procédé à l avis préalable. La défaillance du banquier à cette obligation d avis préalable pourrait l exposer à une action en responsabilité. &-2-Réduction ou suppression de toute facilité de caisse ou autorisation de découvert Avant la réduction ou suppression de toute facilité de caisse ou autorisation de découvert, le banquier doit donner un préavis ou titulaire du compte. La durée du préavis est fixée lors de l octroi de la facilité de caisse ou l autorisation de découvert. Ce qui permet de conclure que la facilité de caisse ou l autorisation de découvert devrait être constatée par écrit. Cependant force est de constater que beaucoup de facilité de caisse ou de découvert ne donnent lieu à aucun document écrit ; en l absence d écrit, l examen du compte du client fournit des indications utiles, la preuve de ces concours peut être donc déduite des mouvements antérieurs du compte. Par ailleurs, il arrive que les banquiers adoptent un délai uniforme pour tous leurs clients, qu ils portent à leur connaissance en même temps que les autres conditions générales de banque. page 8 / 11

9 Le banquier est dispensé de cette obligation de préavis dans deux cas : Si la situation du titulaire est irrémédiablement compromise. Ou si la notification du préavis à la personne titulaire du compte est impossible. La Jurisprudence aura un rôle important dans la détermination de cette notion. «Situation irrémédiablement compromise» II- Les recours du bénéficiaire du chèque La loi n du 14 janvier 2005 relative à la prévention et à la répression des infractions en matière de chèques prévoit pour les bénéficiaires des chèques impayés un recours devant la juridiction pénale (&1) ; un recours devant le Président du tribunal (&2). Cependant il ne faut pas perdre de vue la procédure d injonction de payer prévue par l article 242 et suivants du Code de procédure civile (&3). Il appartient au bénéficiaire d opter pour le recours qui lui convient. &1 Recours devant la Juridiction pénale Le bénéficiaire du chèque peut porter plainte devant le procureur de la République du domicile du tireur.dans ce cas, avant de déclencher la poursuite pénale, le procureur de la République doit toujours s assurer auprès du Fichier central des chèques tenu par la Banque centrale si le titulaire du compte a bien reçu la lettre d injonction de sa banque et s il n a pas procédé à la régularisation ;en effet l infraction d émission de chèque sans provision n est constituée qu à défaut de régularisation. Le bénéficiaire du chèque partie civile, outre la demande en paiement du montant du chèque impayé, peut réclamer des dommages intérêts. Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue que le ministère public peut engager la poursuite au vu de l état des chèques impayés que la Banque centrale lui fait parvenir, comme il a été fait sous l ancienne législation. Le tribunal compétent est le domicile de l auteur du chèque sans provision ou le lieu de son arrestation ou le lieu de commission de l infraction. IL y a lieu de préciser que le bénéficiaire de chèque coupable d acceptation de chèque sans provision ne peut pas demander de dommages-intérêts pour le préjudice subi du fait de non paiement du chèque mais il doit se contenter de réclamer le montant du chèque impayé &2 Recours devant le Président du Tribunal du domicile du bénéficiaire du chèque page 9 / 11

10 Le bénéficiaire d un chèque impayé peut présenter une requête devant le Président du Tribunal de son domicile. Il s agit là d une dérogation aux règles de compétence territoriale. La requête doit être accompagnée du certificat de non paiement. Comme il a été mentionné précédemment, le certificat de non paiement ne doit être délivré par le Banquier qu en l absence de régularisation à l expiration du délai légal de 5 jours prévu par l article 9 de la loi. Avant de présenter la requête, le bénéficiaire du chèque impayé doit notifier au titulaire du compte le certificat de non paiement par lettre recommandée ou par voie d huissier (art 18 al2) L ordonnance du président du tribunal qui autorise l apposition de la formule exécutoire au bas de la requête n est susceptible ni d opposition ni d appel. (Article 18 dernier alinéa et article 13 du décret n du 25 avril 2006 fixant les modalités d application de certaines dispositions de la loi). Une fois en possession de l ordonnance, le bénéficiaire du chèque peut procéder aux voies d exécution. Il y a lieu de signaler que dans le cadre de cette procédure, le Président du Tribunal est incompétent pour accorder des dommages intérêts au bénéficiaire du chèque. Le bénéficiaire du chèque qui souhaiterait obtenir des dommages-intérêts, doit présenter sa demande devant le Tribunal compétent. &3 La procédure d injonction de payer A côté des recours prévus par la loi du 14 janvier 2005, le bénéficiaire du chèque impayé quel qu en soit le montant, a la possibilité d utiliser la procédure d une injonction de payer. (Article 242 et suivants du code de Procédure civile). D après l article 242 «toute demande en paiement d une somme d argent peut être soumise à la procédure d injonction de payer 1 en matière commerciale b) lorsque l engagement résulte d une lettre de change acceptée, d un warrant, d un billet à ordre ou d un chèque.» Le président du tribunal compétent est celui du domicile du signataire du chèque impayé. Il y a lieu de rappeler que conformément à l article 245 du code de procédure civile, l injonction de page 10 / 11

11 Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) MCI.:: Madagascar Conseil International ::. payer n est accordée si le débiteur n a pas de domicile ou de résidence connus à Madagascar ou si elle doit être signifiée à Madagascar. Si la procédure rapide prévue par l article 18 de la loi ne peut être déclenchée qu après obtention du certificat de non paiement, l injonction de payer peut être utilisée dès le refus du paiement du chèque en produisant le chèque impayé et l attestation de rejet ou l avis de non paiement. Par contre, L ordonnance d injonction de payer est susceptible de contredit dans un délai d un mois à compter de la notification d avis d injonction de payer mais l ordonnance obtenue dans le cadre de l article 18 de la loi n est pas susceptible de voies de recours. Le législateur, en instaurant la faculté de régularisation, incite le tireur à désintéresser rapidement le bénéficiaire du chèque, et cette mesure lui permet aussi d échapper aux poursuites pénales pour émission de chèques sans provision, en cas de régularisation dans le délai légal. Il a également organisé une procédure aidant le bénéficiaire à récupérer dans les meilleurs délais sa créance. Malheureusement, cette procédure accélérée est encore peu usitée, peut-être par méconnaissance de cette loi. Enfin, l efficacité de cette reforme dépend en grande partie de l exécution de ses obligations légales par les Banquiers. Marie Solange RAZANADRAKOTO Directeur général des Études et des Réformes, Ministère de la justice page 11 / 11

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005 relative à la prévention et la répression des infractions en matière de chèques (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS Article

Plus en détail

RECOUVREMENT DES CHEQUES SANS PROVISION 23/08/2010 Il y a émission de chèque sans provision dès lors qu un débiteur remet en paiement au créancier un chèque bancaire ou postal alors qu'il ne possède pas

Plus en détail

I- DÉFINITION DU CHÈQUE

I- DÉFINITION DU CHÈQUE I- DÉFINITION DU CHÈQUE II- UTILISATION ET CONDITION DE FORME DU CHÈQUE - LE CHÈQUE INSTRUMENT DE PAIEMENT - LE CHÈQUE INSTRUMENT DE RETRAIT - LA PROVISION DU CHÈQUE III- ENCAISSEMENT DU CHÈQUE - PAIEMENT

Plus en détail

INSTRUCTION N 01-11 DU 9 MARS 2011 FIXANT LES MODALITES

INSTRUCTION N 01-11 DU 9 MARS 2011 FIXANT LES MODALITES INSTRUCTION N 01-11 DU 9 MARS 2011 FIXANT LES MODALITES D APPLICATION DU REGLEMENT N 08-01 DU 20 JANVIER 2008 RELATIF AU DISPOSITIF DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE L EMISSION DE CHEQUES SANS PROVISION

Plus en détail

TITRE PRELIMINAIRE : TERMINOLOGIE ARTICLE PREMIER. Au sens de la présente ordonnance, il faut entendre par :

TITRE PRELIMINAIRE : TERMINOLOGIE ARTICLE PREMIER. Au sens de la présente ordonnance, il faut entendre par : LA REPRESSION DES INFRACTIONS EN MATIERE DE CHEQUE, DE CARTE BANCAIRE ET D AUTRES INSTRUMENTS ET PROCEDES ELECTRONIQUES DE PAIEMENT (ORDONNANCE 2009-388 DU 1er DECEMBRE 2009 RELATIVE A LA REPRESSION DES

Plus en détail

Table des matières. Le chèque

Table des matières. Le chèque Le chèque Table des matières L utilisation...2 Le délai de validité...2 Les mentions obligatoires...2 Le montant :...2 La signature :...2 L'opposition...3 Les cas d'opposition :...3 La procédure :...3

Plus en détail

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI),

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI), Le rôle du Fichier central des chèques et du Fichier national des chèques irréguliers Note d information La Banque de France a reçu du législateur la mission de «veiller au bon fonctionnement et à la sécurité

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Nantes N 10NT00063 Inédit au recueil Lebon 2ème Chambre M. PEREZ, président Mme Catherine BUFFET, rapporteur M. DEGOMMIER, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du vendredi

Plus en détail

V- SUIVI DU RECOUVREMENT

V- SUIVI DU RECOUVREMENT V- SUIVI DU RECOUVREMENT 1 er cas : la régularisation du chèque est possible Incident de paiement le «moins grave» L avis de non-paiement mentionne «chèque sans provision, avec faculté de régularisation».

Plus en détail

LOI UNIFORME RELATIVE A LA REPRESSION DES INFRACTIONS EN MATIERE DE CHEQUE, DE CARTE BANCAIRE ET D AUTRES INSTRUMENTS ET PROCEDES ELECTRONIQUES DE

LOI UNIFORME RELATIVE A LA REPRESSION DES INFRACTIONS EN MATIERE DE CHEQUE, DE CARTE BANCAIRE ET D AUTRES INSTRUMENTS ET PROCEDES ELECTRONIQUES DE LOI UNIFORME RELATIVE A LA REPRESSION DES INFRACTIONS EN MATIERE DE CHEQUE, DE CARTE BANCAIRE ET D AUTRES INSTRUMENTS ET PROCEDES ELECTRONIQUES DE PAIEMENT Edition de décembre 2011 LOI UNIFORME RELATIVE

Plus en détail

LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE

LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE Le cadre général Lorsque le juge aux affaires familiales a fixé la pension alimentaire pour un époux ou pour les enfants, cette décision s'impose

Plus en détail

INC document LE CHÈQUE FICHE PRATIQUE J. 161 / 09-03 LA DÉLIVRANCE DU CHÉQUIER

INC document LE CHÈQUE FICHE PRATIQUE J. 161 / 09-03 LA DÉLIVRANCE DU CHÉQUIER INC document FICHE PRATIQUE J. 161 / 09-03 annule et remplace la fiche J. 161 / 10-92 LE CHÈQUE Le chèque est un écrit par lequel le titulaire d un compte (le tireur) donne l ordre à sa banque (le tiré)

Plus en détail

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation 1. Instruction n 1 du 8 mai 2004 relative à la promotion des moyens de paiements scripturaux et à la détermination des intérêts

Plus en détail

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010)

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Frais excessifs, tarification difficilement compréhensible, les litiges entre les banques et leurs clients sont nombreux. Des

Plus en détail

ARCHITECTURE DE LA CENTRALE DES INCIDENTS DE PAIEMENT DES ETATS MEMBRES DE L'UEMOA

ARCHITECTURE DE LA CENTRALE DES INCIDENTS DE PAIEMENT DES ETATS MEMBRES DE L'UEMOA ARCHITECTURE DE LA CENTRALE DES INCIDENTS DE PAIEMENT DES ETATS MEMBRES DE L'UEMOA SOMMAIRE > I OBJECTIF > II GENESE > III FONCTIONNEMENT DU DISPOSITIF DE LA CIP > IV PRODUITS REALISES ET UTILISATIONS

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés,

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER NP N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés, Ordonnance du 22 octobre 2010 Vu la renuête. enregistrée

Plus en détail

Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.)

Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.) Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-38 QPC du 29 septembre 2010 (M. Jean-Yves G.) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 9 juillet 2010 une question prioritaire

Plus en détail

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT Textes FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT - Code de la consommation. Partie législative : livre III, titre III Traitement des situations de surendettement : articles L330-1 à L333-8. Partie règlementaire : livre

Plus en détail

Algérie. Protection des marques

Algérie. Protection des marques Protection des marques Ordonnance n 03-06 du 19 juillet 2003 Titre 1 - Définitions et obligations générales Art.1.- La présente ordonnance a pour objet de définir les modalités de protection des marques.

Plus en détail

OBJECTIFS : SAVOIR - Appréhender les principes juridiques concernant le chèque impayé. TEMPS PREVU : 0 h 30

OBJECTIFS : SAVOIR - Appréhender les principes juridiques concernant le chèque impayé. TEMPS PREVU : 0 h 30 ACTIVITE: ASSURER LES TRAVAUX COMPTABLES COURANTS Module 1 : Maîtriser les techniques de base de la comptabilité Séquence 2: Comptabiliser les documents bancaires et effectuer le suivi de la trésorerie

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Arrêté du 26 octobre 2010 relatif au fichier national des incidents de remboursement des crédits aux

Plus en détail

Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest (BCEAO),

Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest (BCEAO), INSTRUCTION N 009/07/RSP/2010 DU 26 JUILLET 2010 RELATIVE AU DISPOSITIF DE CENTRALISATION ET DE DIFFUSION DES INCIDENTS DE PAIEMENT DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Le Gouverneur

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT

CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT Entre les soussignés : BANQUE ATTIJARI DE TUNISIE, société anonyme au capital de 150 Millions de dinars, dont le siége social est à Tunis 95 Avenue de la liberté,

Plus en détail

Conditions Générales

Conditions Générales ADHESION AUX SYSTEMES DE PAIEMENT PAR CARTES BANCAIRES Conditions Générales BANQUE DE SAVOIE SOMMAIRE : ADHESION AU SYSTEME RESEAU CB A AUTOMATE Chapitre A-1 : Condition Générales d adhésion au système

Plus en détail

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière...

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière... Abréviations... 7 Préface... 9 Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique A. La législation routière... 12 1) Quelques mots d histoire... 12 2) Législation actuelle... 18 a) Législation nationale...

Plus en détail

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE MATIERE FISCALE

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE MATIERE FISCALE ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE RELATIF A L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIERE FISCALE Considérant que le Gouvernement de

Plus en détail

Petites entreprises, votre compte au quotidien

Petites entreprises, votre compte au quotidien Petites entreprises, votre compte au quotidien Créée en 1957 par les Caisses d Epargne, Finances & Pédagogie est une association qui réalise des actions de sensibilisation et de formation, sur le thème

Plus en détail

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Loi n 19-2005 du 24 novembre 2005 Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi définit les conditions d exercice

Plus en détail

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés 27/07 2011 16:36 FAX 0556995879 TRIBUNAL AOMIN BORDEAUX (g) 003/007 N _ TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX bm R ÉPU BLIQ U E FRANÇAISE M. M, Chemin Vice-président Juge des référés Audience du 27 juillet

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-379 du 14 avril 2010 relative à la santé des sportifs et à la mise en conformité du code du sport avec

Plus en détail

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE II. CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE Il convient de rappeler que le permis de construire est un acte administratif individuel. Il ne peut pas être apprécié ni interprété par un Tribunal civil.

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D ABONNEMENT ANNUEL PAYÉ EN TROIS FOIS SANS FRAIS

FORMULAIRE DE DEMANDE D ABONNEMENT ANNUEL PAYÉ EN TROIS FOIS SANS FRAIS FORMULAIRE DE DEMANDE D ABONNEMENT ANNUEL PAYÉ EN TROIS FOIS SANS FRAIS Pour faire votre demande : Remplir le présent formulaire et le mandat de prélèvement joint Joindre les pièces suivantes : 1 photo

Plus en détail

FICHE D OUVERTURE DE CLIENT PARTICULIER

FICHE D OUVERTURE DE CLIENT PARTICULIER FICHE D OUVERTURE DE CLIENT PARTICULIER AGENCE Nº CLIENT/COMPTE TITULARITÉ Personnel: Indivis: Joint: Mixte: CONDITIONS DE FONCTIONNEMENT ENTITE TYPE DE PIECE D IDENTITÉ Nº PIÉCE D IDENTITÉ DATE DE NAISSANCE

Plus en détail

La loi relative au commerce électronique

La loi relative au commerce électronique La loi relative au commerce électronique 1. Généralités L'objectif de la loi du 14 août 2000 relative au commerce électronique telle que modifiée est d'instituer au Grand-Duché de Luxembourg un cadre légal

Plus en détail

- STATUTS - SOCIETE ANONYME UNIPERSONNELE

- STATUTS - SOCIETE ANONYME UNIPERSONNELE - STATUTS - SOCIETE ANONYME UNIPERSONNELE Le Soussigné: Si l actionnaire est une personne physique, sont indiqués le prénom, le nom et l'adresse. Si l actionnaire est une personne morale, sont indiqués

Plus en détail

Accord entre la Confédération Suisse et Jersey sur l échange de renseignements en matière fiscale

Accord entre la Confédération Suisse et Jersey sur l échange de renseignements en matière fiscale Accord entre la Confédération Suisse et Jersey sur l échange de renseignements en matière fiscale Considérant que le Conseil fédéral suisse et le Gouvernement de Jersey souhaitent renforcer et faciliter

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES La convention de compte de dépôt en devise, ci-après dénommée la «Convention», se compose des présentes Conditions Générales, des Conditions Particulières et des Conditions tarifaires applicables à la

Plus en détail

Note expresse www.iedom.fr

Note expresse www.iedom.fr Incidents de paiement sur chèques, incidents sur crédits aux particuliers et droit au compte NUMERO 1 JUILLET 23 Cette note actualise et complète les informations de la Note expresse n 4 parue en novembre

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Arrêté du 13 mai 2011 relatif aux formulaires utilisés pour la constatation et le paiement des contraventions soumises

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration.

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration. L'AGENT IMMOBILIER L'agent immobilier est un intermédiaire intervenant dans les opérations d achat, de vente, d échange, de sous-location ou de location de maisons, appartements, fonds de commerce, terrains.

Plus en détail

Comores Décret relatif aux marques

Comores Décret relatif aux marques Comores Décret relatif aux marques Décret n 65-621 du 27 juillet 1965 [NB - Décret n 65-621 du 27 juillet 1965 portant application de la loi du 31 décembre 1964 sur les marques de fabrique, de commerce

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION. MARCHE n 15.002

REGLEMENT DE LA CONSULTATION. MARCHE n 15.002 Ecole Nationale Supérieure d Informatique pour l Industrie et l Entreprise 1, Square de la Résistance 91025 EVRY CEDEX REGLEMENT DE LA CONSULTATION MARCHE n 15.002 Prestation de gardiennage du bâtiment

Plus en détail

PROTECTION DES CONSOMMATEURS DE SERVICES FINANCIERS. - Cas du Maroc -

PROTECTION DES CONSOMMATEURS DE SERVICES FINANCIERS. - Cas du Maroc - PROTECTION DES CONSOMMATEURS DE SERVICES FINANCIERS - Cas du Maroc - BEYROUTH Octobre 2010 Le Royaume du Maroc Superficie 710 850 km² Environ 31 Millions d habitants (55% de taux d urbanisation) PIB par

Plus en détail

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE Document explicatif réalisé à l intention des parents-formateurs 17 novembre 2006 PARCOURS D UN DOSSIER ACCIDENT DE ROULAGE avant l élaboration du

Plus en détail

DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION VOUS CONCERNENT-ELLES?

DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION VOUS CONCERNENT-ELLES? INC document FICHE PRATIQUE J. 196 Août 2011 LE PRÊT PERSONNEL Vous souhaitez emprunter une somme d argent pour en disposer librement, sans qu elle ne soit affectée à un achat déterminé? Orientez-vous

Plus en détail

Ouverture de compte de dépôt pour les clients personnes physiques ou morales

Ouverture de compte de dépôt pour les clients personnes physiques ou morales Ouverture de compte de dépôt pour les clients personnes physiques ou morales Agence..Conseiller UBCI... code exploitant.. N du compte :.. Devise.... Personne physique : Nom et Prénom : Date et lieu de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2014-1155 du 9 octobre 2014 relatif à la gestion du compte personnel de prévention

Plus en détail

CONTRAT PORTEUR CARTES BANCAIRES

CONTRAT PORTEUR CARTES BANCAIRES CONTRAT PORTEUR CARTES BANCAIRES Article 1 : Objet de la carte 1.1 La carte internationale de paiement (Carte Bleue VISA et Carte VISA PREMIER) est un instrument de paiement à l usage exclusif de son Titulaire

Plus en détail

LEQUERRE et Lucas PAEAMARA

LEQUERRE et Lucas PAEAMARA CA/il ASSEMBLEE TERRITORIALE DELA POLYNESIE FRANÇAISE Papeete, le 29 Août 1991 COMMISSION PERMANENTE N 84-91 RAPPORT portant avis de l'assemblée Territoriale sur un projet de loi relatif à l'adaptation

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Paris N 11PA02799 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre M. PERRIER, président M. Jean-Marie PIOT, rapporteur M. ROUSSET, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du mercredi

Plus en détail

7 ème partie du rapport

7 ème partie du rapport 3 6 ème partie du rapport SOMMAIRE DU TOME II Avertissement : De très nombreuses modifications purement formelles ont été apportées au texte adopté par le Sénat, sans avoir fait l objet d amendements en

Plus en détail

N EMETTEZ PAS DE CHEQUE SANS PROVISION

N EMETTEZ PAS DE CHEQUE SANS PROVISION DIRECTION GENERALE 08, Bd Ernesto Che Guevara-16000 Alger. Tél: (021) 43.95.19/26/40/42/43/77-43.96.40 43.97.19/48/49/54/59/97. Email: dg@bna.dz DIRECTION MARKETING ET COMMUNICATION «DMC» 08, rue Amar

Plus en détail

L ABUS DE CONFIANCE I - CONDITION PREALABLE A - LES BIENS CONCERNÉS B - LA REMISE DU BIEN

L ABUS DE CONFIANCE I - CONDITION PREALABLE A - LES BIENS CONCERNÉS B - LA REMISE DU BIEN L ABUS DE CONFIANCE L abus de confiance est le fait par une personne de détourner au préjudice d autrui des fonds, des valeurs ou un bien quelconque qui lui ont été remis et qu elle a acceptés à charge

Plus en détail

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE Conditions préalables à la mise en œuvre des mesures d exécution Une procédure d exécution judiciaire se décompose en deux phases différentes mais successives. Dans une première phase, le tribunal ordonne

Plus en détail

Conditions Particulières relatives ā l usage du Service PCbanking

Conditions Particulières relatives ā l usage du Service PCbanking Conditions Particulières relatives ā l usage du Service PCbanking Article 1. Stipulation générale Les Conditions Générales Bancaires de bpost banque régissent le Service PCbanking. Les présentes Conditions

Plus en détail

Direction des Opérations Direction de la réglementation. La phase contentieuse

Direction des Opérations Direction de la réglementation. La phase contentieuse La phase contentieuse Sommaire 1. Recouvrement contentieux : la contrainte 2. Mise à jour des délégations 3. Présentation de la nouvelle application Contentieux dans AUDE 2 Procédure exclusive Conditions

Plus en détail

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large LEXIQUE Accident D une façon générale l accident est un événement fortuit ou involontaire entraînant des conséquences dommageables. En matière de circulation automobile voir implication Pour la sécurité

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 12 février 2015 de présentation des dispositions du décret n 2014-1633 du 26 décembre 2014 modifiant le décret n 2010-434 du 29 avril 2010 relatif à la communication par la voie électronique

Plus en détail

ARRÊT DU TRIBUNAL ADMINISTRATIF. du 3 octobre 2006

ARRÊT DU TRIBUNAL ADMINISTRATIF. du 3 octobre 2006 R É P U B L I Q U E E T C A N T O N D E G E N È V E P O U V O I R J U D I C I A I R E -LCR ATA/533/2006 ARRÊT DU TRIBUNAL ADMINISTRATIF du 3 octobre 2006 1 ère section dans la cause Madame H contre SERVICE

Plus en détail

Commerce et échanges électroniques

Commerce et échanges électroniques Commerce et échanges électroniques Loi n 2000-83 du 9 août 2000, relative aux échanges et commerce électroniques Au nom du peuple, La chambre des députés ayant adopté, Le Président de la République promulgue

Plus en détail

Glossaire. Pour bien comprendre le vocabulaire de la banque

Glossaire. Pour bien comprendre le vocabulaire de la banque Glossaire Pour bien comprendre le vocabulaire de la banque A COMME... AGIOS Également appelés «intérêts débiteurs», les agios sont les intérêts dus à la banque, lorsqu un compte présente un solde débiteur

Plus en détail

Loi de programme 67-1174 du 28 Décembre 1967 relative à la restauration des monuments historiques et à la protection des sites

Loi de programme 67-1174 du 28 Décembre 1967 relative à la restauration des monuments historiques et à la protection des sites Loi de programme 67-1174 du 28 Décembre 1967 relative à la restauration des monuments historiques et à la protection des sites Titre I er : Monuments historiques Art. 1 er. - Est approuvé, dans la limite

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

ANNONCES ET COMMUNICATIONS

ANNONCES ET COMMUNICATIONS 29 Décret présidentiel du 30 Safar 1433 correspondant au 24 janvier 2012 portant nomination de directeurs de l urbanisme et de la construction de wilayas. Par décret présidentiel du 30 Safar 1433 correspondant

Plus en détail

CAISSE DE CREDIT MUNICIPAL AVIGNON

CAISSE DE CREDIT MUNICIPAL AVIGNON CAISSE DE CREDIT MUNICIPAL AVIGNON CONDITIONS GENERALES DE FONCTIONNEMENT La convention de compte de dépôt se compose des présentes conditions générales. Elle est complétée des conditions particulières

Plus en détail

Possibilité d'acompte Pour les règlements des sommes supérieures à 3 000 EUR, il est possible de régler l'acompte en espèces.

Possibilité d'acompte Pour les règlements des sommes supérieures à 3 000 EUR, il est possible de régler l'acompte en espèces. Chèques et chèquiers Paiement par chèque Dans quel cas peut-on payer par chèque? Le chèque est un mode de paiement largement accepté mais un commerçant peut refuser un paiement par chèque ou exiger pour

Plus en détail

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ :

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : LOI N 2010-737 DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT RÉFORME DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : CHAPITRE II Publicité et information de l emprunteur Article

Plus en détail

Convention de Compte Courant Postal Ouvert aux particuliers Conditions Générales

Convention de Compte Courant Postal Ouvert aux particuliers Conditions Générales Convention de Compte Courant Postal Ouvert aux particuliers Conditions Générales La présente Convention de Compte Courant Postal (CCP) définit le fonctionnement du CCP, dénommé ci-après le «Compte», ouvert

Plus en détail

* * * Loi n 27-06 relative aux activités de gardiennage et de transport de fonds. Chapitre premier Champ d application

* * * Loi n 27-06 relative aux activités de gardiennage et de transport de fonds. Chapitre premier Champ d application Extrait du Bulletin Officiel du Maroc n 5584 25 Kaada 1428 (6.12.2007) version française Dahir n 1-07-155 du 19 kaada 1428 (30 novembre 200 7) portant promulgation de la loi n 27-06 relative aux activités

Plus en détail

CHAPITRE 4 : LA GESTION DE FAIT

CHAPITRE 4 : LA GESTION DE FAIT 63 CHAPITRE 4 : LA GESTION DE FAIT 1. DÉFINITION DE LA GESTION DE FAIT 1.1. ÉNONCÉ La gestion de fait est l acte irrégulier par lequel une personne, qu elle soit physique ou morale, s immisce dans le maniement

Plus en détail

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS / INSTITUTIONS

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS / INSTITUTIONS DECISIONS DE Lorsqu un cotisant a un retard de paiement, l URSSAF procède au recouvrement des cotisations, des pénalités et des majorations dues. Pour se faire, l URSSAF dispose d abord de la procédure

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Arrêté du 14 mai 2007 fixant les modèles types d offres préalables de crédit et de bordereau détachable

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

Article 6 Article 7 Article 8

Article 6 Article 7 Article 8 Loi n 98-4 du 2 février 1998, relative aux sociétés de recouvrement des créances telle que modifiée par les textes subséquents et notamment la loi n 2003-42 du 9 juin 2003. Article premier- La présente

Plus en détail

CARTES BANCAIRES ASSURANCES - ASSISTANCE

CARTES BANCAIRES ASSURANCES - ASSISTANCE CARTES BANCAIRES ASSURANCES - ASSISTANCE Fonctionnement des cartes et services associés - assurances des moyens de paiement - assurances/assistance cartes visa FONCTIONNEMENT DES CARTES ET SERVICES ASSOCIÉS

Plus en détail

Convention relative aux transactions électroniques Terravis egvt (instituts de crédit)

Convention relative aux transactions électroniques Terravis egvt (instituts de crédit) Convention relative aux transactions électroniques Terravis egvt (instituts de crédit) entre SIX Terravis SA, Brandschenkestrasse 47, case postale 1758, 8021 Zurich (ci-après SIX Terravis) et Institut

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

N émettez pas de chèque sans provision

N émettez pas de chèque sans provision DÉCEMBRE 2014 N 11 PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent N émettez pas de chèque sans provision Ce mini-guide vous est offert par :

Plus en détail

Corrigé BTS Banque E32 Session 2014

Corrigé BTS Banque E32 Session 2014 Dossier 1 : Analyse d arrêt (20 points) Corrigé BTS Banque E32 Session 2014 1.1 Analysez l arrêt présenté en annexe (12 points) - Présentation de la décision.1 point Il s agit d un arrêt de la chambre

Plus en détail

Conditions générales de vente & d utilisation des titres Optymo

Conditions générales de vente & d utilisation des titres Optymo Conditions générales de vente & d utilisation des titres Optymo ARTICLE 1 - Périmètre concerné... 2 ARTICLE 2 - Type de tarification... 2 ARTICLE 3 - Produits disponibles à la vente...2 ARTICLE 4 - Tarifs

Plus en détail

LOI N 2006-01 portant Code des Postes

LOI N 2006-01 portant Code des Postes REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi LOI N 2006-01 portant Code des Postes EXPOSE DES MOTIFS Le secteur postal connaît actuellement des mutations liées notamment aux avancées technologiques,

Plus en détail

Les différents délais de prescriptions civiles

Les différents délais de prescriptions civiles Les différents délais de prescriptions civiles Le délai de prescription désigne "un mode d extinction d un droit résultant de l inaction de son titulaire pendant un certain laps de temps" (article 2219

Plus en détail

Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009)

Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009) Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009) L un de nos lecteurs membre du Club Porsche nous interroge sur la question des permis de conduire des dirigeants de sociétés qui ont

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, INNOVATION ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2014-329 du 12 mars 2014 relative à l

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION. MARCHE n 14.006

REGLEMENT DE LA CONSULTATION. MARCHE n 14.006 Ecole Nationale Supérieure d Informatique pour l Idustrie et l Entreprise 1, Square de la résistance 91025 EVRY CEDEX REGLEMENT DE LA CONSULTATION MARCHE n 14.006 Prestations de services d agence de voyage

Plus en détail

La lettre de change ou traite

La lettre de change ou traite 1 Le règlement Le règlement est l opération par laquelle un acheteur remet au vendeur, sous diverses formes, l équivalent de la marchandise reçue. L acheteur et le vendeur ont pris des accords au préalable

Plus en détail

PROTOCOLE D AGREMENT 'PVA' POUR LE PAIEMENT ELECTRONIQUE DES AMENDES ET LA DELIVRANCE DE TIMBRES FISCAUX DEMATERIALISES

PROTOCOLE D AGREMENT 'PVA' POUR LE PAIEMENT ELECTRONIQUE DES AMENDES ET LA DELIVRANCE DE TIMBRES FISCAUX DEMATERIALISES PVA N (partie réservée à l administration) V. 02 / 2015 PROTOCOLE D AGREMENT 'PVA' POUR LE PAIEMENT ELECTRONIQUE DES AMENDES ET LA DELIVRANCE DE TIMBRES FISCAUX DEMATERIALISES Bien vouloir compléter les

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature.

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature. REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un but - Une Foi ----------------- DECRET N 83-423 du 21 AVRIL 1983 RELATIF AUX ACTIVITES DE TRANSACTION ET DE GESTION IMMOBILIERES RAPPORT DE PRESENTATION La loi n 82-07

Plus en détail

Sommaire. Assurances. Automobile. Banque-Crédit - 6 - Textes légaux 53

Sommaire. Assurances. Automobile. Banque-Crédit - 6 - Textes légaux 53 Sommaire Assurances 001 Déclaration d un sinistre 12 002 Déclaration d un accident 13 corporel 003 Réponse à refus d indemnisation pour déclaration tardive 14 004 Réponse à une exclusion de garantie de

Plus en détail

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions les principales infractions au code de la route et leurs sanctions Les infractions liées à l alcoolémie En 2009, 1 200 vies auraient pu être sauvées si tous les conducteurs avaient respecté la limite légale

Plus en détail

MARS 2009. Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité

MARS 2009. Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité MARS 2009 Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité Pratique de l aide juridictionnelle Annexe XIV du réglement intérieur du barreau de Paris L avocat a le devoir

Plus en détail

ANNEXE I INSTRUCTIONS AUX FONCTIONNAIRES DES GREFFES POUR LA GESTION ET LA MISE A EXECUTION DES DECISIONS PENALES CONDAMNANT A UNE PEINE D AMENDE

ANNEXE I INSTRUCTIONS AUX FONCTIONNAIRES DES GREFFES POUR LA GESTION ET LA MISE A EXECUTION DES DECISIONS PENALES CONDAMNANT A UNE PEINE D AMENDE ANNEXE I INSTRUCTIONS AUX FONCTIONNAIRES DES GREFFES POUR LA GESTION ET LA MISE A EXECUTION DES DECISIONS PENALES CONDAMNANT A UNE PEINE D AMENDE PRINCIPES GENERAUX Les dispositions du décret pris en application

Plus en détail

NOM-PRÉNOM : RAISON SOCIALE : NUMÉRO DE COMPTE :

NOM-PRÉNOM : RAISON SOCIALE : NUMÉRO DE COMPTE : NOM-PRÉNOM : RAISON SOCIALE : NUMÉRO DE COMPTE : CONVENTION DE COMPTE COURANT PERSONNES MORALES ET ENTREPRENEURS Conditions générales - Version octobre 2010 SOMMAIRE TITRE PRÉLIMINAIRE (page 3) CHAPITRE

Plus en détail