Les recours du bénéficiaire en cas de chèque impayé.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les recours du bénéficiaire en cas de chèque impayé."

Transcription

1 Les recours du bénéficiaire en cas de chèque impayé. Par : Marie Solange RAZANADRAKOTO La loi n du 14 janvier 2005 relative à la prévention et à la répression des infractions en matière de chèques est entrée en vigueur le 25 avril 2005 date de sa publication au Journal Officiel. Elle abroge l ordonnance n du 16 novembre 1972 sur la prévention et la répression des infractions en matière de chèques. Le décret n du 25 avril 2006 fixe les modalités d application de certaines dispositions de la nouvelle loi. Avant d aborder les recours du bénéficiaire d un chèque impayé, il y a lieu de mettre en exergue les principales innovations apportées par cette législation en l occurrence L institution de l interdiction bancaire (A), la faculté de régularisation d un chèque objet d incident de paiement (B), les obligations des banquiers(c). Malgré l aggravation de la répression, l ordonnance de 1972 n a pas eu l effet escompté car elle n a pas réussi à endiguer le flot d émission de chèques sans provision. Le public n a plus de confiance aux chèques. Les statistiques émanant de la Banque centrale confirment la recrudescence des chèques retournés faute de provision. Une réforme s impose pour lutter efficacement contre cette situation alarmante et pour rétablir la confiance aux chèques et pour la sécurisation monétaire. I- Les principales innovations Institution de la mesure d interdiction bancaire automatique d émettre des chèques encourue par le tireur et notifiée par le banquier au tireur dès la constatation de l incident de paiement. La faculté de régularisation en réglant le chèque impayé dans le délai légal. Faute de quoi, les poursuites pénales sont engagées. L absence de régularisation constituant l élément intentionnel de mauvaise foi. Amélioration de la procédure de recouvrement des chèques impayés. Outre la possibilité d obtenir la condamnation au paiement devant la juridiction pénale, une procédure rapide et simplifiée permet au bénéficiaire d obtenir du Président du domicile du bénéficiaire, un titre exécutoire. Obligation pour le banquier d informer à l avance le titulaire du compte des opérations de débit effectuées par le banquier et qui peuvent entraîner le rejet des chèques. Obligation par le banquier de donner un préavis au titulaire du compte avant la réduction ou la suppression de toute facilité de caisse ou découvert. Définition de la carte de paiement page 1 / 11

2 Aggravation de la répression Centralisation et contrôle des incidents de paiement au niveau de la Banque centrale par le moyen d un fichier central des chèques. A-INTERDICTION BANCAIRE Lorsque le banquier refuse le paiement d un chèque pour les trois motifs suivants : absence, insuffisance ou indisponibilité de provision (opposition, saisie-arrêt..), il y a incident de paiement et le titulaire d un compte encourt systématiquement l interdiction bancaire ; par conséquent, les autres motifs de refus de paiement d un chèque tels que absence de signature du tiré, ou signature non conforme, vol, absence de pouvoir du tireur n entraînent pas une interdiction bancaire. L interdiction bancaire implique l interdiction pour le titulaire du compte d émettre des chèques autre que les chèques certifiés ou des chèques destinés au retrait de fonds par le tireur, autrement dit, il ne peut pas émettre un chèque au nom d un tiers ou au porteur. Pour faire un paiement, il est obligé de payer en espèces ou payer par un chèque certifié. Faut-il rappeler que d après l article 1 er de la loi du 28 février 1941 relative à la certification du chèque, loi rendue applicable à Madagascar, par décret du 14 Mars 1941, la certification résulte de la signature du tiré au recto du chèque. Elle ne peut être refusée que pour insuffisance de la provision. La provision du chèque certifié reste sous la responsabilité du tiré, bloquée au profit du porteur jusqu au terme du délai de présentation fixé par l article 29 du décret- loi du 30 octobre 1935 unifiant le droit en matière de chèques. Ce délai est de 8 jours. Par contre le visa d un chèque a simplement pour objet d attester l existence de provision à la date à laquelle le chèque est donné, mais l apposition de visa sur le chèque n oblige pas le banquier à bloquer sous sa responsabilité cette provision. L interdiction bancaire qui est systématique dès l incident du paiement n est pas à confondre avec l interdiction judiciaire qui est une peine complémentaire facultativement prononcée par le juge. Cependant, ces deux interdictions ont le même effet : interdiction d émettre des chèques autres que les chèques certifiés ou les chèques destinés au retrait de fond par le tireur. &1 Point de départ et durée de l interdiction bancaire L interdiction bancaire court automatiquement à compter de la date du refus de paiement du chèque opposé par le banquier, même si le tireur n a pas encore été notifié par ce dernier. Le délai de l interdiction bancaire est d une année sauf main levée de l interdiction par la Banque centrale (article 28 de la loi) ou par la Juridiction civile (article 29). page 2 / 11

3 &2 - Obligations du banquier en cas d interdiction bancaire a) vis a - vis du titulaire du compte Dans les deux jours au plus tard à compter de la date de refus de paiement, le banquier tiré doit notifier, au titulaire du compte, l interdiction bancaire soit par lettre recommandée avec accusé de réception soit par voie d huissier (article 3). Il appartient au banquier d apprécier le mode d envoi qui lui convient. Contrairement à la loi française, le banquier doit s assurer que le tireur a bien reçu la lettre d injonction ce qui signifie que, toute autre forme de notification n est pas donc valable. Il résulte de l article 3 de la loi que la notification de la lettre d injonction à domicile du tireur ou au mandataire du tireur ou à domicile du mandataire est valable au même titre qu une notification à personne. La loi présume la remise de l acte à la personne visée par l individu trouvé à son domicile. Il s agit d une présomption légale qui peut être combattue par la preuve contraire. La même règle est applicable à la notification faite à domicile du mandataire, même s il n a pas reçu personnellement la notification. Dans la lettre d injonction, le banquier doit préciser : Le numéro et le montant du chèque objet du refus de paiement La date du refus de paiement La date d application de l interdiction bancaire La lettre doit contenir : La notification d interdiction d émettre des chèques autres que les chèques destinés au retrait de fond par le tireur ou les chèques certifiés pendant un an. L injonction au tireur de restituer : au banquier tiré et à tous les banquiers dont il est client, toutes les formules de chèque en sa possession et en possession de ses mandataires sur les comptes concernés. Un avis au tireur de la faculté de régularisation du chèque impayé dans un délai de 5 jours francs à compter de la réception de la lettre d injonction et non à compter de la date de l envoi. Il est important de souligner que le banquier, s'il omet d adresser la lettre d injonction à son client frappé d interdiction bancaire, commet une faute engageant sa responsabilité à l égard de celui-ci en cas de préjudice. La lettre d injonction doit être tenue pour nulle si elle ne porte pas une mention considérée comme essentielle ; page 3 / 11

4 Exemple : la mention relative à la faculté de régularisation b) vis à vis de la Banque Centrale Le banquier doit aviser la Banque Centrale de la notification de la lettre d injonction c) vis- a- vis du bénéficiaire Le tiré doit informer le bénéficiaire du chèque de l incident en lui adressant un avis de non paiement ou une attestation de rejet du paiement de chèque. Cette attestation de rejet n est pas à confondre au certificat de non paiement &3 - Effets de l interdiction bancaire Il s agit d une simple déchéance du tireur et non une incapacité civile a) compte d une personne physique : L interdiction bancaire frappe uniquement le titulaire du compte, autrement dit, le mandataire ne fait pas l objet d interdiction bancaire sur ses comptes personnels. Il y a lieu de noter que l interdiction bancaire s applique à tous les comptes du tireur dans les autres banques même si ces comptes sont approvisionnés. Le titulaire du compte doit restituer toutes les formules de chèque en sa possession aux banquiers concernés. Les cartes de paiement ne doivent pas être restituées puisque le tireur peut toujours faire des retraits de fond pour son compte. Le tireur, objet de l interdiction bancaire peut- il ouvrir un autre compte en son nom? La réponse est affirmative mais cependant, le banquier ne doit pas lui délivrer des formules de chèque autres que celles des destinés au retrait de fond ou aux chèques certifiés jusqu à l expiration du délai d interdiction bancaire ; Il y a lieu de signaler qu en vertu de l article 12 1 de la loi, le titulaire du compte qui continue d émettre des chèques malgré l interdiction bancaire à lui notifié est passible d un emprisonnement de six mois à cinq ans et d une amende de Ariary à Ariary ou l une de ces deux peines seulement pour émission de chèque au mépris de l interdiction bancaire b) compte d une personne morale L interdiction bancaire s applique à la personne morale elle- même et au mandataire c est à dire à celui qui a personnellement signé le chèque. Elle s applique à tous les comptes de page 4 / 11

5 la personne morale dans les autres banques. Elle est étendue à tous comptes personnels du mandataire. Elle ne s applique pas au ou aux comptes du représentant légal de la personne morale sauf si c est lui qui a personnellement signé le chèque. c) compte collectif Les signataires des chèques sont frappées également d interdiction bancaire sur leurs comptes personnels. Le compte collectif est suspendu jusqu à ce que les signataires des chèques objet d interdiction soient remplacés ou le compte conjoint transformé en compte individuel suivant accord des titulaires. &4- Contestations relatives à l interdiction bancaire Les contestations relatives à l interdiction bancaire sont soumises à la Juridiction civile (article 29) Exemple : erreur sur le motif de rejet de paiement. Cette action n a pas d effet suspensif. Si la demande est fondée, le Tribunal ordonne l annulation de l interdiction bancaire ; il doit aviser la Banque centrale de cette décision. Le juge des Référés peut ordonner la suspension de l interdiction bancaire pendant une durée de deux mois (article 12 du décret), s il y a contestation sérieuse, mais en aucun cas, il n a pas compétence pour ordonner la main levée de l interdiction bancaire. Il est à noter que l article 28 de la loi permet également à la Banque Centrale de donner main levée de l interdiction bancaire à la demande du banquier tiré, en cas d erreur par exemple ou à la demande du titulaire de compte par l intermédiaire de son banquier. B- LA REGULARISATION D après les articles 4 et 9 de la loi , le tireur frappé d interdiction bancaire a la faculté de régularisation. &1 - Modalités de régularisation La procédure de la régularisation a été fixée par l article 9 de la loi et précisée par les articles 5 6 du décret page 5 / 11

6 Au sens de la présente loi, la régularisation consiste à verser une provision suffisante et disponible augmenté des frais impayés par le titulaire du compte sur son compte dans un délai de 5 jours francs à compter de la réception de la lettre d injonction. Ne constituent donc pas une régularisation au sens de cette loi : Le paiement direct entre les mains du bénéficiaire car l élément intentionnel de l infraction n est pas l absence de remboursement mais l absence de régularisation. Aussi, le tireur n a pas intérêt à faire un paiement direct entre les mains du bénéficiaire. Le versement d une provision insuffisante. La régularisation tardive. Le chèque n étant pas un instrument de crédit mais un instrument de paiement à vue, la régularisation doit intervenir dans les délais et conditions prévues par la loi c est-à-dire dans un délai de 5 jours francs à compter de la réception de la lettre d injonction et non à compter de l envoi. Aussi la régularisation faite hors le délai légal constitue un simple approvisionnement du compte il n efface pas le délit de chèque sans provision mais peut constituer des circonstances atténuantes. Il faudrait insister sur un détail significatif concernant les délais prévus par cette loi. Tel qu il est précisé à l article 13 du décret, tous les délais prévus dans la loi sont des délais francs. Les délais francs sont des délais qui ne comportent ni le jour du point de départ du délai ni le dernier jour du délai Notons que les dimanches et les jours fériés entrent en compte dans le calcul du délai. Par ailleurs, si le dernier jour du délai tombe un dimanche ou un jour férié, le délai sera prorogé au premier jour ouvrable &2 Effets de la régularisation a) Bonne foi du tireur Si le titulaire du compte a constitué une provision suffisante dans son compte et dans le délai légal pour permettre une nouvelle présentation du chèque, sa bonne foi est admise et il n y aura pas une poursuite pénale car l infraction d émission de chèque sans provision n est pas constituée. Cependant, l interdiction bancaire court toujours jusqu à l expiration du délai d un an, sauf décision de main levée par la Juridiction civile suite à une contestation fondée contre cette mesure. page 6 / 11

7 La provision constituée est spécialement affectée au paiement du chèque impayé et elle reste indisponible autrement pendant un délai d un an. Si elle n a pas été tirée par le bénéficiaire à l expiration d un délai d une année, la somme redevient disponible, elle pourrait être utilisée par le tiré pour honorer d autre chèque présenté au paiement dans ce compte b) Obligation du banquier Le banquier doit faire une déclaration de régularisation à la Banque Centrale et ce pour la mise à jour du fichier central des chèques. Il doit délivrer une attestation de régularisation au titulaire du compte. &3- Absence de régularisation a) Déclenchement des poursuites pénales L absence de régularisation dans les conditions et formes légales constitue la mauvaise foi ou l intention de nuire entraînant la poursuite pénale pour émission de chèque sans provision. Les circonstances ayant empêché la régularisation dans le délai imparti sont laissés à l appréciation du juge pénal et pourraient être retenues comme circonstances atténuantes. b) Avis à la Banque Centrale Le banquier a l obligation d aviser la Banque Centrale de la non régularisation. S il ne le fait pas,il encourt une peine d amende de Ariary à Ariary tel qu il est prévu à l article 15 de la loi n du 14 janvier c) Certificat de non paiement A l expiration du délai de régularisation et en l absence de régularisation, le Banquier a l obligation de délivrer, sans frais, un certificat de non paiement, à la demande du bénéficiaire de chèque objet d un incident de paiement. Le certificat de paiement est donc quérable et non portable C- les obligations du Banquier Au sens de la loi, le terme «Banquier» désigne les établissements de crédit et les institutions financières, services habilités à tenir des comptes sur lesquels des chèques peuvent être tirés. Exemple : les banques, les centres de chèques postaux. page 7 / 11

8 Le Législateur a confié au Banquier un rôle dans la prévention des chèques sans provision C est ainsi que pour éviter le rejet des chèques et pour prévenir l émission de chèque sans provision, la loi impose au Banquier d autres obligations. & 1 concernant les opérations de débit effectuées par le banquier Le banquier a l obligation d informer 5 jours francs à l avance, le titulaire du compte, des opérations de débit effectuées par le banquier et qui peuvent entraîner le rejet des chèques sauf les opérations de débit justifiées par un chèque ou des instructions émanant du titulaire. Les instructions émanant du titulaire sont déterminées à l article 3 alinéa 2 du décret du 25 avril 2006, exemple : domiciliation bancaire au profit de la JIRAMA. Quant à la forme de notification, la loi ne l a pas fixée, il y lieu d en conclure que tout procédé laissant trace écrite est valable. Contrairement au cas de la régularisation, le banquier n a pas à s assurer si l avis a été reçu par le titulaire du compte ou non. A l expiration du délai de cinq jours de délai franc prévu, le banquier pourra procéder aux opérations de débit. En cas de contestation, il lui appartient d apporter la preuve qu il a procédé à l avis préalable. La défaillance du banquier à cette obligation d avis préalable pourrait l exposer à une action en responsabilité. &-2-Réduction ou suppression de toute facilité de caisse ou autorisation de découvert Avant la réduction ou suppression de toute facilité de caisse ou autorisation de découvert, le banquier doit donner un préavis ou titulaire du compte. La durée du préavis est fixée lors de l octroi de la facilité de caisse ou l autorisation de découvert. Ce qui permet de conclure que la facilité de caisse ou l autorisation de découvert devrait être constatée par écrit. Cependant force est de constater que beaucoup de facilité de caisse ou de découvert ne donnent lieu à aucun document écrit ; en l absence d écrit, l examen du compte du client fournit des indications utiles, la preuve de ces concours peut être donc déduite des mouvements antérieurs du compte. Par ailleurs, il arrive que les banquiers adoptent un délai uniforme pour tous leurs clients, qu ils portent à leur connaissance en même temps que les autres conditions générales de banque. page 8 / 11

9 Le banquier est dispensé de cette obligation de préavis dans deux cas : Si la situation du titulaire est irrémédiablement compromise. Ou si la notification du préavis à la personne titulaire du compte est impossible. La Jurisprudence aura un rôle important dans la détermination de cette notion. «Situation irrémédiablement compromise» II- Les recours du bénéficiaire du chèque La loi n du 14 janvier 2005 relative à la prévention et à la répression des infractions en matière de chèques prévoit pour les bénéficiaires des chèques impayés un recours devant la juridiction pénale (&1) ; un recours devant le Président du tribunal (&2). Cependant il ne faut pas perdre de vue la procédure d injonction de payer prévue par l article 242 et suivants du Code de procédure civile (&3). Il appartient au bénéficiaire d opter pour le recours qui lui convient. &1 Recours devant la Juridiction pénale Le bénéficiaire du chèque peut porter plainte devant le procureur de la République du domicile du tireur.dans ce cas, avant de déclencher la poursuite pénale, le procureur de la République doit toujours s assurer auprès du Fichier central des chèques tenu par la Banque centrale si le titulaire du compte a bien reçu la lettre d injonction de sa banque et s il n a pas procédé à la régularisation ;en effet l infraction d émission de chèque sans provision n est constituée qu à défaut de régularisation. Le bénéficiaire du chèque partie civile, outre la demande en paiement du montant du chèque impayé, peut réclamer des dommages intérêts. Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue que le ministère public peut engager la poursuite au vu de l état des chèques impayés que la Banque centrale lui fait parvenir, comme il a été fait sous l ancienne législation. Le tribunal compétent est le domicile de l auteur du chèque sans provision ou le lieu de son arrestation ou le lieu de commission de l infraction. IL y a lieu de préciser que le bénéficiaire de chèque coupable d acceptation de chèque sans provision ne peut pas demander de dommages-intérêts pour le préjudice subi du fait de non paiement du chèque mais il doit se contenter de réclamer le montant du chèque impayé &2 Recours devant le Président du Tribunal du domicile du bénéficiaire du chèque page 9 / 11

10 Le bénéficiaire d un chèque impayé peut présenter une requête devant le Président du Tribunal de son domicile. Il s agit là d une dérogation aux règles de compétence territoriale. La requête doit être accompagnée du certificat de non paiement. Comme il a été mentionné précédemment, le certificat de non paiement ne doit être délivré par le Banquier qu en l absence de régularisation à l expiration du délai légal de 5 jours prévu par l article 9 de la loi. Avant de présenter la requête, le bénéficiaire du chèque impayé doit notifier au titulaire du compte le certificat de non paiement par lettre recommandée ou par voie d huissier (art 18 al2) L ordonnance du président du tribunal qui autorise l apposition de la formule exécutoire au bas de la requête n est susceptible ni d opposition ni d appel. (Article 18 dernier alinéa et article 13 du décret n du 25 avril 2006 fixant les modalités d application de certaines dispositions de la loi). Une fois en possession de l ordonnance, le bénéficiaire du chèque peut procéder aux voies d exécution. Il y a lieu de signaler que dans le cadre de cette procédure, le Président du Tribunal est incompétent pour accorder des dommages intérêts au bénéficiaire du chèque. Le bénéficiaire du chèque qui souhaiterait obtenir des dommages-intérêts, doit présenter sa demande devant le Tribunal compétent. &3 La procédure d injonction de payer A côté des recours prévus par la loi du 14 janvier 2005, le bénéficiaire du chèque impayé quel qu en soit le montant, a la possibilité d utiliser la procédure d une injonction de payer. (Article 242 et suivants du code de Procédure civile). D après l article 242 «toute demande en paiement d une somme d argent peut être soumise à la procédure d injonction de payer 1 en matière commerciale b) lorsque l engagement résulte d une lettre de change acceptée, d un warrant, d un billet à ordre ou d un chèque.» Le président du tribunal compétent est celui du domicile du signataire du chèque impayé. Il y a lieu de rappeler que conformément à l article 245 du code de procédure civile, l injonction de page 10 / 11

11 Powered by TCPDF ( MCI.:: Madagascar Conseil International ::. payer n est accordée si le débiteur n a pas de domicile ou de résidence connus à Madagascar ou si elle doit être signifiée à Madagascar. Si la procédure rapide prévue par l article 18 de la loi ne peut être déclenchée qu après obtention du certificat de non paiement, l injonction de payer peut être utilisée dès le refus du paiement du chèque en produisant le chèque impayé et l attestation de rejet ou l avis de non paiement. Par contre, L ordonnance d injonction de payer est susceptible de contredit dans un délai d un mois à compter de la notification d avis d injonction de payer mais l ordonnance obtenue dans le cadre de l article 18 de la loi n est pas susceptible de voies de recours. Le législateur, en instaurant la faculté de régularisation, incite le tireur à désintéresser rapidement le bénéficiaire du chèque, et cette mesure lui permet aussi d échapper aux poursuites pénales pour émission de chèques sans provision, en cas de régularisation dans le délai légal. Il a également organisé une procédure aidant le bénéficiaire à récupérer dans les meilleurs délais sa créance. Malheureusement, cette procédure accélérée est encore peu usitée, peut-être par méconnaissance de cette loi. Enfin, l efficacité de cette reforme dépend en grande partie de l exécution de ses obligations légales par les Banquiers. Marie Solange RAZANADRAKOTO Directeur général des Études et des Réformes, Ministère de la justice page 11 / 11

Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer

Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer Par Michelle POESS, étudiante en droit et Karl H. BELTZ,

Plus en détail

N 148 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1991 1992. Annexe au procte-veibel de U séance du 4 décembre 1991. PROJET DE LOI

N 148 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1991 1992. Annexe au procte-veibel de U séance du 4 décembre 1991. PROJET DE LOI N 148 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1991 1992 Annexe au procte-veibel de U séance du 4 décembre 1991. PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE. relatifà la sécurité des chèques et des cartes

Plus en détail

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005 relative à la prévention et la répression des infractions en matière de chèques (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS Article

Plus en détail

RECOUVREMENT DES CHEQUES SANS PROVISION 23/08/2010 Il y a émission de chèque sans provision dès lors qu un débiteur remet en paiement au créancier un chèque bancaire ou postal alors qu'il ne possède pas

Plus en détail

Comores. Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis

Comores. Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis Décret n 67-223 du 17 mars 1967 [NB - Décret n 67-223 du 17 mars 1967 portant règlement d administration publique pour

Plus en détail

INSTRUCTION N 01-11 DU 9 MARS 2011 FIXANT LES MODALITES

INSTRUCTION N 01-11 DU 9 MARS 2011 FIXANT LES MODALITES INSTRUCTION N 01-11 DU 9 MARS 2011 FIXANT LES MODALITES D APPLICATION DU REGLEMENT N 08-01 DU 20 JANVIER 2008 RELATIF AU DISPOSITIF DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE L EMISSION DE CHEQUES SANS PROVISION

Plus en détail

Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006

Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006 Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006 Note de Synthèse réalisée par le réseau Enterprise Europe Network de la CCI de Lyon Avec le concours de Mademoiselle Camille Brauer Stagiaire

Plus en détail

Modifiée par : - Délibération n 2005-26 APF du 28 janvier 2005 ; JOPF du 10 février 2005, n 6, p. 630 (1) L assemblée de la Polynésie française,

Modifiée par : - Délibération n 2005-26 APF du 28 janvier 2005 ; JOPF du 10 février 2005, n 6, p. 630 (1) L assemblée de la Polynésie française, 1 DELIBERATION n 98-63 APF du 11 juin 1998 fixant les règles de délivrance de la carte de négociant en perles de culture de Tahiti. (JOPF du 25 juin 1998, n 26, p. 1193) Modifiée par : - Délibération n

Plus en détail

LOI N 2012-26 DU 07 AOÛT 2012

LOI N 2012-26 DU 07 AOÛT 2012 LOI N 2012-26 DU 07 AOÛT 2012 PORTANT RÉPRESSION DES INFRACTIONS EN MATIÈRE DE CHÈQUE, DE CARTE BANCAIRE ET D AUTRES INSTRUMENTS ET PROCÉDÉS ÉLECTRONIQUES DE PAIEMENT SOMMAIRE TITRE PRÉLIMINAIRE : DES

Plus en détail

Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine

Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine ANNEXE V Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine Définitions Article premier I. DISPOSITIONS GÉNÉRALES Aux fins du présent règlement, on

Plus en détail

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes.

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Ziad LATTOUF 1 LZ Pour entrer en Algérie, l étranger doit accomplir quelques formalités. Etre détenteur d'un

Plus en détail

pratiques Sanctionner un salarié les erreurs à éviter

pratiques Sanctionner un salarié les erreurs à éviter pratiques [pouvoir disciplinaire de l employeur] Sanctionner un salarié les erreurs à éviter Qu il s agisse de prononcer un avertissement ou un licenciement pour faute lourde, l exercice du droit disciplinaire

Plus en détail

LOI N 2001 / 020 DU 18 DECEMBRE 2001 PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LOI N 2001 / 020 DU 18 DECEMBRE 2001 PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE LOI N 2001 / 020 DU 18 DECEMBRE 2001 PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER L Assemblée Nationale a délibéré et adopté, Le Président de la République

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 3 janvier 2013 relative à la présentation du décret n 2012-1515 du 28 décembre 2012 portant diverses dispositions relatives à la procédure civile et à l organisation judiciaire NOR : JUSC1243674C

Plus en détail

Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES

Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES 1 Action en justice C est la possibilité de réclamer en justice le respect ou la reconnaissance d un droit. Désigne également

Plus en détail

MODULE : TECHNIQUES BANCAIRES

MODULE : TECHNIQUES BANCAIRES MODULE : TECHNIQUES BANCAIRES 5 - L ouverture de compte : L ouverture d un compte de dépôt pour un par un particulier participe à la satisfaction de trois besoins : La sécurité (ses fonds seront à l abri

Plus en détail

I- DÉFINITION DU CHÈQUE

I- DÉFINITION DU CHÈQUE I- DÉFINITION DU CHÈQUE II- UTILISATION ET CONDITION DE FORME DU CHÈQUE - LE CHÈQUE INSTRUMENT DE PAIEMENT - LE CHÈQUE INSTRUMENT DE RETRAIT - LA PROVISION DU CHÈQUE III- ENCAISSEMENT DU CHÈQUE - PAIEMENT

Plus en détail

INVALIDATION DU PERMIS: UNE ANNULATION ADMINISTRATIVE AUTONOME

INVALIDATION DU PERMIS: UNE ANNULATION ADMINISTRATIVE AUTONOME INVALIDATION DU PERMIS: UNE ANNULATION ADMINISTRATIVE AUTONOME Article juridique publié le 11/03/2011, vu 8564 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine L'invalidation du permis de conduire est une sanction

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Un bien meuble incorporel est un bien qui n a pas d existence matérielle. C est un bien impalpable (ex: une somme d argent). Au Luxembourg, il 2 types de saisies de meubles incorporels. (I) -arrêt de droit

Plus en détail

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE Quelles sont les étapes obligées qu un justiciable doit franchir pour pouvoir contraindre un débiteur au paiement de sa dette? Si chaque État européen doit veiller à ce que tout justiciable bénéficie du

Plus en détail

Table des matières. Le chèque

Table des matières. Le chèque Le chèque Table des matières L utilisation...2 Le délai de validité...2 Les mentions obligatoires...2 Le montant :...2 La signature :...2 L'opposition...3 Les cas d'opposition :...3 La procédure :...3

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA01327 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 M. Mortelecq, président Mme Perrine Hamon, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture

Plus en détail

ACCORD. entre le Gouvernement de la République française. et le Gouvernement des Emirats arabes unis. relatif. à la coopération en matière de défense,

ACCORD. entre le Gouvernement de la République française. et le Gouvernement des Emirats arabes unis. relatif. à la coopération en matière de défense, ACCORD entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement des Emirats arabes unis relatif à la coopération en matière de défense, signé à Abou Dabi le 26 mai 2009 3 ACCORD entre le Gouvernement

Plus en détail

FORMULAIRE DE REQUETE CONTENTIEUX SOCIAUX HORS DALO INJONCTION

FORMULAIRE DE REQUETE CONTENTIEUX SOCIAUX HORS DALO INJONCTION FORMULAIRE DE REQUETE CONTENTIEUX SOCIAUX HORS DALO INJONCTION Requête relative à une prestation, allocation ou droit attribué au titre de l'aide ou de l'action sociale, du logement ou en faveur des travailleurs

Plus en détail

NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT

NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT CLIENT N NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT APPLICABLES AU 1ER NOVEMBRE 2009 AVENANT A LA CONVENTION DE COMPTE COURANT ET AUX CONTRATS DE SERVICES DE PAIEMENT ASSOCIES (HORS CARTES

Plus en détail

COURS DE DROIT CAMBIAIRE PAR LE Pr. PAPA TALLA FALL BIBLIOGRAPHIE : TEXTES :

COURS DE DROIT CAMBIAIRE PAR LE Pr. PAPA TALLA FALL BIBLIOGRAPHIE : TEXTES : FSJP - LICENCE III - AFFAIRES DROIT CAMBIAIRE - MBENGUE - 2010/2011 1 COURS DE DROIT CAMBIAIRE PAR LE Pr. PAPA TALLA FALL BIBLIOGRAPHIE : - De Juglar et Ippolito «Traité de droit commercial» Tome 2. -

Plus en détail

Conditions générales d adhésion et d utilisation au 01/12/2015

Conditions générales d adhésion et d utilisation au 01/12/2015 Les conditions générales ci-après précisent les dispositions qui régissent les relations entre Play Alpes, les adhérents et les bénéficiaires de l offre Play Alpes 1. Définitions Adhésion : désigne la

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO R-005 (Tel que modifié par R-005-3, R-005-4 et R-005-5)

RÈGLEMENT NUMÉRO R-005 (Tel que modifié par R-005-3, R-005-4 et R-005-5) C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE SHERBROOKE RÈGLEMENT NUMÉRO R-005 (Tel que modifié par R-005-3, R-005-4 et R-005-5) CONCERNANT LES CONDITIONS AU REGARD DE LA POSSESSION ET DE L UTILISATION

Plus en détail

SARL RDLM ASSOCIES - AGENCE RACINE CONDITIONS GENERALES DE VENTE

SARL RDLM ASSOCIES - AGENCE RACINE CONDITIONS GENERALES DE VENTE SARL RDLM ASSOCIES - AGENCE RACINE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Article 1 Objet Les présentes conditions générales de vente régissent les relations contractuelles entre le client et la société à responsabilité

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE DE VENTE PAR INTERNET DE «ENFANTILLAGES & CO» ET MENTIONS LÉGALES

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE DE VENTE PAR INTERNET DE «ENFANTILLAGES & CO» ET MENTIONS LÉGALES CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE DE VENTE PAR INTERNET DE ET MENTIONS LÉGALES Il est expressément précisé que les présentes conditions générales (ci-après les «Conditions Générales») régissent

Plus en détail

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs S O M M A I R E Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs Page 1 CHAPITRE I Dispositions générales page 1 CHAPITRE II Organisation et compétence page 1 CHAPITRE III Procédures page 2

Plus en détail

REGLEMENT DE CONSULTATION

REGLEMENT DE CONSULTATION AMIENS METROPOLE Pôle Juridique et Assemblées BP 2720 80027 AMIENS CEDEX 1 ACCORD CADRE ASSISTANCE ET REPRESENTATION JURIDIQUES REGLEMENT DE CONSULTATION Nom et adresse de l organisme acheteur : Objet

Plus en détail

DECLARATION 21/06/2016. AU 14 Impayés par chèque bancaire

DECLARATION 21/06/2016. AU 14 Impayés par chèque bancaire DECLARATION 21/06/2016 AU 14 Impayés par chèque bancaire IMPAYÉS PAR CHÈQUE BANCAIRE (Déclaration N 14 ) L autorisation unique n 14 concerne le traitement de prévention et de gestion des impayés par chèque

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente Article 1 Généralités Les présentes conditions générales de vente («CGV») s'appliquent aux relations contractuelles entre HEXATIVE - GOTOMONTBLANC et son Client. HEXATIVE

Plus en détail

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE Evoquer le rôle du juge dans une matière transfrontalière suppose que soit préalablement abordée la double question de la compétence

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE,

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE, Jugement n 2015-0011 Audience publique du 9 juillet 2015 Jugement prononcé le 30 juillet 2015 Commune de Pithiviers (Loiret) 045 044 252 Exercices 2008 à 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Plus en détail

JUGEMENT N 2012-0030 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AQUITAINE, POITOU- CHARENTES

JUGEMENT N 2012-0030 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AQUITAINE, POITOU- CHARENTES Maison de retraite «Séguin» à Cestas Rapport n 2012-0358 Audience publique du 12 décembre 2012 Lecture en séance publique du 06 février 2013 Trésorerie de Pessac (033 041 976) (département de la Gironde)

Plus en détail

LE PERMIS DE CONDUIRE ET LES INFRACTIONS AU CODE DE LA ROUTE LA VERIFICATION DE LA DETENTION DU PERMIS DE CONDUIRE

LE PERMIS DE CONDUIRE ET LES INFRACTIONS AU CODE DE LA ROUTE LA VERIFICATION DE LA DETENTION DU PERMIS DE CONDUIRE LE PERMIS DE CONDUIRE ET LES INFRACTIONS AU CODE DE LA ROUTE LA VERIFICATION DE LA DETENTION DU PERMIS DE CONDUIRE Lors de l embauche 1. L employeur peut-il demander au candidat s il détient le permis

Plus en détail

A R R E T. En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 532 du Code judiciaire, posées par le Tribunal de première instance d'anvers.

A R R E T. En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 532 du Code judiciaire, posées par le Tribunal de première instance d'anvers. Numéro du rôle : 4723 Arrêt n 8/2010 du 4 février 2010 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 532 du Code judiciaire, posées par le Tribunal de première instance d'anvers.

Plus en détail

Gabon. Code de la nationalité

Gabon. Code de la nationalité Code de la nationalité Loi n 37-1998 Art.1.- La présente loi, prise en application des dispositions de l article 47 de la Constitution, porte sur le Code de la nationalité aise. Art.2.- La nationalité

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente ARTICLE 1 : ACCEPTATION DE COMMANDE 1.1 : Champ d application : Les présentes conditions générales régissent toutes nos ventes en magasin, sans préjudice d éventuelles conditions

Plus en détail

Particuliers & Immobilier

Particuliers & Immobilier Particuliers & Immobilier Consignations Les particuliers et les consignations en matière immobilière L a Caisse des Dépôts est une institution financière publique, en charge de missions d intérêt général

Plus en détail

Hypothèque Mobilière sur les Créances Pécuniaires : Nouvelle Sûreté en Vertu du Code Civil pour le Nantissement en Espèces

Hypothèque Mobilière sur les Créances Pécuniaires : Nouvelle Sûreté en Vertu du Code Civil pour le Nantissement en Espèces Hypothèque Mobilière sur les Créances Pécuniaires : Nouvelle Sûreté en Vertu du Code Civil pour le Nantissement en Espèces Maxime B. Rhéaume, Associé T: 514.871.5461 E: mbrheaume@millerthomson.com LES

Plus en détail

«RECOUVREMENT JUDICIAIRE : PRATIQUES

«RECOUVREMENT JUDICIAIRE : PRATIQUES Mardi 23 novembre 2010 Maison du Barreau de MARSEILLE 59 rue Grignan - 13006 MARSEILLE Colloque organisé par : L ORDRE DES AVOCATS DU BARREAU DE MARSEILLE L'ECOLE DES AVOCATS DU SUD-EST ET L'AAPPE «RECOUVREMENT

Plus en détail

STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION

STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION Entre les soussignés : - - M (indiquer identité et adresse) - M (indiquer identité et adresse) Il est établi, ainsi qu il suit, les statuts de la société en participation

Plus en détail

P O L I C E G L O B A L E 2 0 0 0 INCENDIE ET RISQUES DIVERS RISQUES AGRICOLES

P O L I C E G L O B A L E 2 0 0 0 INCENDIE ET RISQUES DIVERS RISQUES AGRICOLES P O L I C E G L O B A L E 2 0 0 0 INCENDIE ET RISQUES DIVERS RISQUES AGRICOLES CONDITIONS ADMINISTRATIVES (CA 01 /éd.:01/03/2013) 1. QUELLES SONT LES OBLIGATIONS DU PRENEUR ET DE L ASSURE? A) Lors de la

Plus en détail

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers Contrats d'assurance vie à primes flexibles - taux garanti, Provisions complémentaires d'assurances vie, Bases techniques de la tarification des contrats d'assurance vie Bruxelles, le 30 novembre 2001

Plus en détail

convention de compte

convention de compte associations convention de compte conditions générales à compter du 1 er août 2015 développons ensemble l esprit d équipe Sommaire I. LE COMPTE COURANT : GÉNÉRALITÉS... 2 II. L OUVERTURE DU COMPTE COURANT...

Plus en détail

Base Jurisprudence Janvier 2015

Base Jurisprudence Janvier 2015 Base Jurisprudence Janvier 2015 150 nouveaux arrêts publiés sur www.artemis.ma Juridiction Date Mots clé et chemin dans la table des matières 01/03/2013 01/03/2013 Mots clé : Bail commercial résiliation

Plus en détail

I. L EMISSION DU CHEQUE :

I. L EMISSION DU CHEQUE : LE CHEQUE I. L EMISSION DU CHEQUE : En tant qu instrument de paiement, le chèque obéit à des règles précises régissant son émission. Caractéristiques du chèque : C est un instrument de paiement à vue,

Plus en détail

PORTANT CREATION ET ORGANISATION D UN MARCHE FINANCIER

PORTANT CREATION ET ORGANISATION D UN MARCHE FINANCIER REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE ------------------------------ ----------------------- LOI N 99/015 DU 22 DEC 1999 PORTANT CREATION ET ORGANISATION D UN MARCHE FINANCIER L Assemblée Nationale

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

Réglementation des loyers des locaux d habitation

Réglementation des loyers des locaux d habitation Réglementation des loyers des locaux d habitation Page 1 S O M M A I R E DECRET N o 146/PG-RM DU 27 SEPTEMBRE 1967 TITRE PREMIER TITRE II Du maintien dans les lieux et du droit de reprise page 3 TITRE

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente Les présentes conditions régissent les relations commerciales entre les ÉDITIONS DE LA RAMONDA et son client, les deux parties les acceptant sans réserve. Ces conditions générales

Plus en détail

2 ) de mettre à la charge de la commune de Goyave une somme de 700 euros au titre de l article L.761-1 du code de justice administrative ;

2 ) de mettre à la charge de la commune de Goyave une somme de 700 euros au titre de l article L.761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE BASSE-TERRE N 1100754 Mme Marie-Line A... M. Sauton Rapporteur M. Porcher Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Basse-Terre

Plus en détail

MARCHE D IMPRESSION DE DOCUMENTS DE COMMUNICATION DE L ONDE-THEATRE ET CENTRE D ART

MARCHE D IMPRESSION DE DOCUMENTS DE COMMUNICATION DE L ONDE-THEATRE ET CENTRE D ART Vélizy-Villacoublay MARCHE D IMPRESSION DE DOCUMENTS DE COMMUNICATION DE L ONDE-THEATRE ET CENTRE D ART MARCHE PASSE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE MARCHE A BONS DE COMMANDE (article 28 et 30 du code des marchés

Plus en détail

CINQUIÈME SECTION DÉCISION

CINQUIÈME SECTION DÉCISION CINQUIÈME SECTION DÉCISION Requête n o 29395/09 SOCIÉTÉ CRT FRANCE INTERNATIONAL contre la France La Cour européenne des droits de l homme (cinquième section), siégeant le 3 mars 2015 en une chambre composée

Plus en détail

La protection contre les discriminations

La protection contre les discriminations Accueil > Informations pratiques > Fiches pratiques > Egalité professionnelle / Discrimination Dernière mise à jour le 22 avril 2010 La protection contre les discriminations Synthèse Toute décision de

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES

CONDITIONS SPÉCIALES ASSURANCE-CRÉDIT POLICE INDIVIDUELLE D ASSURANCE-CRÉDIT CONDITIONS SPÉCIALES ETABLISSEMENTS DE CREDIT Garantie de la confirmation d un crédit documentaire - DGP 508 A - SOMMAIRE Article 1 Prise d effet

Plus en détail

LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE

LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE SOCIAL N 31 SOCIAL N 8 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 7 février 2006 ISSN 1769-4000 LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-126

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-126 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-126 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un licenciement discriminatoire d une salariée dans un restaurant en raison de la couleur de peau (Observations

Plus en détail

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ----------- NOR : TRA0200677DL DELIBERATION N 2002-148 APF DU 7 NOVEMBRE 2002 modifiant les dispositions de la délibération n 91-2 AT du 16 janvier 1991 modifiée portant

Plus en détail

FICHE D INFORMATION COMPTE DE PARTICULIERS Valable 15 jours à compter de la date d édition

FICHE D INFORMATION COMPTE DE PARTICULIERS Valable 15 jours à compter de la date d édition FICHE D INFORMATION COMPTE DE PARTICULIERS Valable 15 jours à compter de la date d édition Fiche d'information délivrée en application de l article L 111-1 du Code de la consommation ou des articles L

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE PARTICULIERS CONDITIONS GENERALES

CONVENTION DE COMPTE PARTICULIERS CONDITIONS GENERALES La présente convention établie dans le cadre de l'article L. 312-1-1 du Code Monétaire et Financier (CMF) concerne tout compte de dépôt ouvert dans les livres de la Caisse Régionale aux personnes physiques

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES N 1105835 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Société STRATEGIES NETWORKS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Lamarre Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES N 1105835 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Société STRATEGIES NETWORKS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Lamarre Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES dp N 1105835 Société STRATEGIES NETWORKS M. Lamarre Rapporteur M. Lombard Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

M. Couzinet Président Le Tribunal adm inistratif d'amiens. M -Tm y. Le président du tribunal Rapporteur public

M. Couzinet Président Le Tribunal adm inistratif d'amiens. M -Tm y. Le président du tribunal Rapporteur public TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'AMIENS N 1003418 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Couzinet Président Le Tribunal adm inistratif d'amiens M -Tm y. Le président du tribunal Rapporteur public

Plus en détail

LES DELAIS DE L AVANT PROJET DE DECRET REFORMANT LA PROCEDURE D APPEL AVEC REPRESENTATION OBLIGATOIRE EN MATIERE CIVILE

LES DELAIS DE L AVANT PROJET DE DECRET REFORMANT LA PROCEDURE D APPEL AVEC REPRESENTATION OBLIGATOIRE EN MATIERE CIVILE LES DELAIS DE L AVANT PROJET DE DECRET REFORMANT LA PROCEDURE D APPEL AVEC REPRESENTATION OBLIGATOIRE EN MATIERE CIVILE Le projet de réforme, étudié strictement sous l aspect des délais de procédure, reprend

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTES DE PRESTATIONS DE SERVICES

CONDITIONS GENERALES DE VENTES DE PRESTATIONS DE SERVICES CONDITIONS GENERALES DE VENTES DE PRESTATIONS DE SERVICES 1 OBJET : Les Conditions Générales de Vente (C.G.V.) de prestations de services décrites ci-dessous détaillent les droits et obligations de l entreprise

Plus en détail

Cette sûreté est un effet de commerce qui peut faire l objet ou non de dépossession.

Cette sûreté est un effet de commerce qui peut faire l objet ou non de dépossession. WARRANT 22/12/2014 Le warrant est une sûreté mobilière dévolue aux professionnels qui permet à ces derniers d obtenir du crédit en donnant en gage des éléments de leurs exploitations. Cette sûreté est

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ASSURANCE PLAN EPARGNE AP. Différents par volonté et par nature.

CONDITIONS GENERALES D ASSURANCE PLAN EPARGNE AP. Différents par volonté et par nature. CONDITIONS GENERALES D ASSURANCE PLAN EPARGNE AP Pour l application du présent contrat, on entend par : COMPAGNIE : L Ardenne Prévoyante S.A., Entreprise d assurance agréée sous le code 129 ; LE PRENEUR

Plus en détail

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 mai 2014. TEXTE DE LA COMMISSION DES LOIS CONSTITUTIONNELLES,

Plus en détail

Le recours devant les juridictions administratives

Le recours devant les juridictions administratives LA DISCIPLINE La procédure disciplinaire Le recours devant les juridictions administratives Après la décision du directeur interrégional (ou après que le délai d un mois sans réponse de sa part est passé),

Plus en détail

Au 23 octobre 2015. Retrouvez cette Convention sur www.bforbank.com

Au 23 octobre 2015. Retrouvez cette Convention sur www.bforbank.com CONVENTION DU COMPTE BANCAIRE BforBANK Au 23 octobre 2015 Retrouvez cette Convention sur www.bforbank.com CONVENTION DU COMPTE BANCAIRE BforBANK Au 23 octobre 2015 Les présents articles régissent le compte

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D'ADMINISTRATION Règlement intérieur adopté par le CA du 5/05/2008 modifié par le CA du 10/02/2012 CENTRE COMMUNAL D'ACTION SOCIALE DE LA VILLE DE GRENOBLE REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D'ADMINISTRATION L'article R.123-19

Plus en détail

AUDIENCE PUBLIQUE DU 23 FEVRIER 2015. L an deux mil quinze Et le vingt-trois Février

AUDIENCE PUBLIQUE DU 23 FEVRIER 2015. L an deux mil quinze Et le vingt-trois Février REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE ----------------- COUR D APPEL D ABIDJAN ---------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN --------------- RG N 466 /2015 ------------- ORDONNANCE DU JUGE DES REFERES --------------

Plus en détail

LOI N 21/95/ADP PORTANT CREATION, ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS

LOI N 21/95/ADP PORTANT CREATION, ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS La loi du 2195 ADP du 16 MAI 1995 LOI N 21/95/ADP PORTANT CREATION, ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS L ASSEMBLEE DES DEPUTES DU PEUPLE Vu la Constitution Vu la résolution n 01/ADP

Plus en détail

CONJOINT (à préciser si celui ci est également propriétaire) Date et lieu de naissance :...

CONJOINT (à préciser si celui ci est également propriétaire) Date et lieu de naissance :... MANDAT «EXPERT» NON EXCLUSIF DE VENTE Loi du 7 mai 1946 instituant l Ordre des géomètres-experts, décret du 31 mai 1996 portant règlement de la profession et code des devoirs professionnels N au registre

Plus en détail

L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION

L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION L EXTRADITION LOI N 71-77 DU 28 DECEMBRE 1971 RELATIVE A L EXTRADITION TITRE PREMIER : LES CONDITIONS DE L EXTRADITION Article premier En l absence de traités, les conditions, la procédure et les effets

Plus en détail

TITRE I - DES CONGES

TITRE I - DES CONGES REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DES LOIS SOCIALES DECRET N 2004-812 Fixant le régime des congés, des permissions et des autorisations

Plus en détail

REGLEMENT DE CONSULTATION

REGLEMENT DE CONSULTATION L ONDE Régie Personnalisée pour la Gestion de l Espace Culturel de Vélizy-Villacoublay Marché public de vérification par un organisme agréé par le Ministre de l Intérieur des installations électriques,

Plus en détail

n 15/2002/CM/UEMOA (articles 143 à 148), ainsi que par de fréquents renvois de ce dernier aux sanctions prévues par la loi uniforme.

n 15/2002/CM/UEMOA (articles 143 à 148), ainsi que par de fréquents renvois de ce dernier aux sanctions prévues par la loi uniforme. LOI UNIFORME N 2008-48 DU 3 SEPTEMBRE 2008 RELATIVE A LA REPRESSION DES INFRACTIONS EN MATIERE DE CHEQUE, DE CARTE BANCAIRE ET D AUTRES INSTRUMENTS ET PROCEDES ELECTRONIQUES DE PAIEMENT. EXPOSE DES MOTIFS

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Permis de construire : comment le promoteur peut-il lutter contre les recours abusifs des tiers?

Permis de construire : comment le promoteur peut-il lutter contre les recours abusifs des tiers? Permis de construire : comment le promoteur peut-il lutter contre les recours abusifs des tiers? dimanche 27 novembre 2011, par Gabriel Neu-Janicki (Date de rédaction antérieure : 27 novembre 2011). En

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON N 1101904 Mme B M. Rivière Rapporteur Mme Lesieux Rapporteur public Audience du 15 janvier 2014 Lecture du 29 janvier 2014 01-05-01-03 49-05-08 R-HM RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Plus en détail

V- SUIVI DU RECOUVREMENT

V- SUIVI DU RECOUVREMENT V- SUIVI DU RECOUVREMENT 1 er cas : la régularisation du chèque est possible Incident de paiement le «moins grave» L avis de non-paiement mentionne «chèque sans provision, avec faculté de régularisation».

Plus en détail

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise FICHE N 27 LES INFRACTIONS SEXUELLES DONT SONT VICTIMES LES MINEURS I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise Ces agressions sont punies quel que

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr

Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr Ou «CGU Prestation de Nettoyage à domicile» La société HELPLING France SAS, dont

Plus en détail

Infractions. Livret de l indemnisation. Conditions d indemnisation 1. Délai de saisine 2. Faits générateurs 3 des dommages. Lieu de l infraction 4

Infractions. Livret de l indemnisation. Conditions d indemnisation 1. Délai de saisine 2. Faits générateurs 3 des dommages. Lieu de l infraction 4 Livret de l indemnisation Infractions Conditions d indemnisation 1 Délai de saisine 2 Faits générateurs 3 des dommages Lieu de l infraction 4 Faute de la victime 5 Nature et gravité 6 du préjudice Procédure

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 130 Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives Présentation Présenté par M. Philippe Couillard

Plus en détail

Période d essai. Période d essai. Définition

Période d essai. Période d essai. Définition La société Gedimat Farel est condamnée aux dépens, c est-à-dire au paiement des frais liés à l instance (frais d huissier ; indemnités de témoins éventuellement avancées ; rémunérations des experts désignés,

Plus en détail

LES EFFETS DE COMMERCE. Définition. Le chèque. Le warrant. La lettre de change

LES EFFETS DE COMMERCE. Définition. Le chèque. Le warrant. La lettre de change LES EFFETS DE COMMERCE Définition L effet de commerce est un titre négociable qui constate l existence d une créance au profit du propriétaire (le porteur). Le chèque, le billet à ordre, le warrant et

Plus en détail

LA CAMPAGNE ELECTORALE

LA CAMPAGNE ELECTORALE LA CAMPAGNE ELECTORALE Aux termes de l article 47 de la Loi n 2013-06 du 25 novembre 2013 portant code électoral en République du Bénin, «la campagne électorale est l ensemble des opérations de propagande

Plus en détail

Article 2 Conditions d'adhésion au programme

Article 2 Conditions d'adhésion au programme Le programme Happy Card devient à compter du 1 juillet 2012 le programme Les Points Fidélité Cetelem. Les présentes conditions générales du Programme de fidélité Les Points Fidélité Cetelem précisent les

Plus en détail

Instructions destinées au greffe pour la mise en œuvre des dispositions instituant le juge délégué aux victimes

Instructions destinées au greffe pour la mise en œuvre des dispositions instituant le juge délégué aux victimes Page 1/15 Instructions destinées au greffe pour la mise en œuvre des dispositions instituant le juge délégué aux victimes Application du décret n 2007-1605 du 13 novembre 2007 Page 2/15 Table des Matières

Plus en détail

Règlement concernant les dépôts d actionnaire de Swiss Life

Règlement concernant les dépôts d actionnaire de Swiss Life Règlement concernant les dépôts d actionnaire de Swiss Life Règlement concernant les dépôts d actionnaire de Swiss Life 3 Sommaire 1. Autorisation, valeurs en dépôt 4 2. Ouverture du dépôt 4 3. Mandat

Plus en détail

Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple

Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Les principales mesures de la nouvelle loi visent à mieux protéger des violences les femmes, notamment

Plus en détail

CHIENS DE 1 ère ou 2 ème CATEGORIE Permis de détention

CHIENS DE 1 ère ou 2 ème CATEGORIE Permis de détention CHIENS DE 1 ère ou 2 ème CATEGORIE Permis de détention La loi n 2008-582 du 20 juin 2008 impose à tout propriétaire ou détenteur d un chien de 1 ère ou de 2 ème catégorie l obtention d un permis de détention

Plus en détail

Les impayés : prévention et recouvrement

Les impayés : prévention et recouvrement Les impayés : prévention et recouvrement Conférence organisée à la Chambre des Métiers, le jeudi 10 octobre 2013. 1 Introduction Le nombre d impayés est de plus en plus important... Le mois de septembre

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Versailles N 12VE00585 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre Mme COËNT-BOCHARD, président Mme Sylvie MEGRET, rapporteur Mme BESSON-LEDEY, rapporteur public SCP VAILLANT &

Plus en détail

2.4. A l existence du compte-titres sont toujours liés deux autres comptes, à savoir le compte de capital et un compte d espèces.

2.4. A l existence du compte-titres sont toujours liés deux autres comptes, à savoir le compte de capital et un compte d espèces. SA Société anonyme Prêteur Numéro d agrément: 937 Courtier en assurances n Fsma: 011671A Burgstraat 170-9000 Gent Tél.:09 224 73 11 Fax: 09 223 34 72 TVA BE 0400.028.394 RPM Gent www.europabank.be Règlement

Plus en détail