ROUTE PLACE AU SOLITAIRE DESTINATION GUADELOUPE SPORTIF

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ROUTE PLACE AU SOLITAIRE DESTINATION GUADELOUPE SPORTIF"

Transcription

1 5 SPORTIF ROUTE DURHUM DESTINATION GUADELOUPE PLACE AU SOLITAIRE

2 CAHIER N 1 LA ROUTE DU RHUM 40 ANS D AVENTURES & D HISTOIRES MARITIMES HORS-NORMES 1978, PREMIÈRE! La photo à peine nette d un petit trimaran jaune de 12 mètres en bois moulé doublant, dans un nuage d embruns, un long monocoque bleu de 20 mètres, symbolise à elle seule la première Route du Rhum. Cette «carte postale» indélébile, à laquelle s ajoute l infime écart de 98 secondes après 23 jours de mer entre les deux premiers, inscrit définitivement la course dans la légende ce 28 novembre Depuis 40 ans, le «Rhum» n est pas seulement une histoire d hommes et de femmes, une aventure solitaire partant dans les frimas de l automne pour arriver sous le soleil des Antilles, mais c est aussi un formidable laboratoire technologique. En remportant cette première édition endeuillée par la tragique disparition d Alain Colas, Mike Birch révèle tout bonnement la suprématie du multicoque. L ÉCOLE FRANÇAISE Le Canadien a ouvert la voie et fait des émules parmi les jeunes architectes et marins français immédiatement séduits par le concept du multicoque qui ne vont cesser de phosphorer et d innover durant plusieurs décennies, puis systématiquement s imposer dans les neufs éditions suivantes. Cette cogitation donne parfois naissance à des engins un peu délirants. Marc Pajot remporte la deuxième édition sur un grand catamaran en aluminium muni du premier mât-aile en carbone. En 1986, Loïc Caradec, ingénieur de formation, enfonce le clou avec un monstrueux catamaran doté d un gigantesque mât conçu par l avionneur Hurel-Dubois. Philippe Poupon préfère la voix de la sagesse. Son trimaran à «taille humaine» a été spécialement conçu pour le solitaire. Mais le Breton qui a fait ses classes avec Tabarly sait avant les autres que le Rhum se gagne désormais aussi à la table à cartes. Expert en météo, pilote d avion à ses heures, il embarque un ordinateur et le premier logiciel de routage. Quand ses adversaires filent plein Sud chercher les alizés recommandés par les pilot charts, lui attaque les dépressions par la «face Nord» sur une route plus courte proche de l orthodromie. En 1990, dans un souci d internationalisation des Transats, il a été décidé de limiter la taille des multicoques à 60 pieds (18,28 mètres). Outre l avènement du GPS qui équipe tous les concurrents, le débat est définitivement tranché et le trimaran a supplanté le catamaran. L on compte une bonne douzaine de favoris, tous sur des multicoques aussi affûtés que volages. Parmi eux, une femme : Florence Arthaud. Pour sa quatrième Route du Rhum consécutive, privée de toute communication, la navigatrice effectue une course phénoménale, signe un exploit retentissant, pulvérise le record de la traversée en 14 jours et 10 heures, et entre dans l histoire. L EFFET BOURGNON Brillant troisième quatre ans auparavant, un jeune Franco- Suisse nommé Laurent Bourgnon est à nouveau au départ en Derrière cet athlète décontracté à la chevelure d ange blond se cache un sacré marin, un perfectionniste né, un technicien hors pair qui dépouille son trimaran avec une obsession : la chasse drastique aux grammes superflus. À son arrivée victorieuse et «frais comme un gardon» il fait le show, marchant sur les mains sur son flotteur et effectuant des tractions à l avant de son trimaran. Marqués par ce talent précoce et cette apparente facilité, de jeunes marins tels Sébastien Josse, Franck Cammas ou Thomas Coville vont s en inspirer avec brio. Car quatre ans plus tard, Bourgnon récidive, devenant le premier marin à effectuer le doublé. Il a encore optimisé son bateau de dix ans d âge, fait un séjour aux États-Unis pour sélectionner ses voiles en 3DL issues de celles de la Coupe de l America, mis en place une cellule de #5 - SPORTIF routage météo digne d un commando. «L Ovni» se retire, mais a marqué le Rhum et suscité des vocations. En 2002, une tempête apocalyptique génère un vrai carnage. Ils ne sont que trois trimarans sur dix-huit à atteindre Pointe-à-Pitre. Michel Desjoyeaux, surnommé «le professeur» a été le plus malin, continuant à étoffer son extraordinaire palmarès en solitaire. LEMONCHOIS ET GITANA FONT VOLER LE RECORD EN ÉCLATS Quatre années plus tard, la classe des trimarans Orma s est remise en question. L ACS (système anti-chavirage) est devenu obligatoire. Lionel Lemonchois sur Gitana 11, l un des bateaux armés par l écurie d Ariane et de Benjamin de Rothschild, est au départ. Le marin ne porte pas sur ses épaules la pression des favoris. Au début de l année 2006, il n est en effet pas le skipper attitré de ce trimaran, dont la barre lui sera confiée seulement quelques mois avant le départ du Rhum. Mais grâce à la conviction d armateurs passionnés, du travail du Gitana Team, qui a minutieusement préparé sa monture, le Normand s aligne avec une incroyable envie de saisir la chance qui se présente à lui et tout simplement de gagner! Il connaît ses adversaires sur le bout des doigts. Et pour cause. Surnommé «Le bon choix», il a couru avec tous les favoris. Imprimant un rythme effarant, en pleine confiance, il se hisse très vite en tête, laissant loin derrière ses plus coriaces concurrents. «C est assez déconcertant» lance perplexe Bidégorry. «Lui il ose» ajoute Gautier. «Je ne peux pas le suivre, ce ne serait pas raisonnable» conclut Desjoyeaux. Sur les milles du parcours, Lionel Lemonchois n a fait qu un virement de bord et trois empannages, du jamais vu en sept éditions! Grâce à une trajectoire aussi pure que tendue et à un pilotage défrayant la chronique, il pulvérise le record de Bourgnon en 7 jours et 17 heures, écrivant ainsi l une des plus belles pages de la saga Gitana. IL PULVÉRISE LE RECORD DE BOURGNON EN 7 JOURS ET 17 HEURES, ÉCRIVANT AINSI L UNE DES PLUS BELLES PAGES DE LA SAGA GITANA. CAMMAS LE PRÉCURSEUR Paradoxalement, 2010 sonne le glas des 60 pieds Orma. Le règlement permet à nouveau une liberté totale sans limitation de taille. Franck Cammas, nouveau détenteur du Trophée Jules Verne en équipage en 48 jours, est au départ sur ce même trimaran, adapté au solitaire mais initialement conçu pour dix gaillards. Cammas prouve qu un homme seul peut mener à la victoire un trimaran de 31,50 mètres de long, de 15 tonnes et nécessitant plus de 670 mètres carrés de toile au portant. Son exploit va tout simplement être à l origine de la classe Ultime quelques années plus tard. Entre temps, pour sa septième participation, Loïck Peyron, invité de dernière minute suite à la défection d Armel Le Cléac h, s inscrit un peu plus dans la légende de la course au large. Il remporte cette 10 e édition à la barre de ce même trimaran. Cette mémorable victoire a eu tendance à occulter la performance de Sébastien Josse qui sur le Multi70 Edmond de Rothschild un trimaran monotype de 24 mètres aussi véloce que périlleux s est offert une remarquable troisième place, moins d un jour derrière Peyron. Le skipper du Gitana Team signait là sa toute première transatlantique en solitaire sur un multicoque... de quoi laisser rêveur pour l avenir! 40 ANS, 10 ÉDITIONS, 9 VAINQUEURS re édition e édition e édition e édition e édition e édition e édition e édition e édition e édition Olympus surclasse Kriter, L avènement du multicoque Pajot s offre le large avant de basculer vers l America s Cup La méthode Poupon Pierre 1er et la fiancée de l Atlantique L ange blond règne sur le rhum Intouchable Bourgnon pour un doublé Annus horribilis 18 trimarans au départ, 3 à l arrivée Lemonchois, «Ce n est pas la route du rhum mais l autoroute du rhum» Le no limit est de retour Peyron fait de la résistance

3 CAHIER N 2 DANS LA PEAU DE L APPEL DU LARGE Originaire de Nice, breton d adoption, Sébastien Josse est depuis longtemps présenté à juste titre comme l un des grands spécialistes français du monocoque. Comme tous les régatiers de sa génération, il commence par la voile légère mais paradoxalement, malgré d excellents résultats et bien que détecté par son entraîneur, il ne poursuit pas vers les autres séries qui mènent inévitablement les meilleurs aux Jeux olympiques. Il faut dire que le jeune marin est non seulement talentueux et curieux, mais éclectique, sans doute un peu influencé par un père plaisancier de longue date sur voilier habitable. Comme Michel Desjoyeaux, Franck Cammas, ou peu plus tard François Gabart, il remporte le Challenge Espoir lui permettant d avoir à disposition pour une saison complète un monotype Figaro Bénéteau. En 1997, à 22 ans seulement, il intègre la filière d excellence au centre d entraînement de Port-La-Forêt, et s illustre dans la Solitaire du Figaro. Fort de ce talent précoce et de cette humilité repérés aussi outre Manche, le marin enchaîne les grandes courses autour du monde et des projets d envergure en monocoque Vendée Globe, Volvo Ocean Race, Trophée Jules Verne. LE VIRAGE MULTICOQUE En 2011, Ariane et Benjamin de Rothschild offrent à Sébastien la chance d intégrer le Gitana Team en qualité de skipper. Il saisit sa chance. À son arrivée au sein de l écurie aux cinq flèches, Sébastien dispose de Gitana 11, trimaran Orma de 60 pieds, vainqueur de la Route du Rhum 2006 avec Lionel Lemonchois et allongé depuis à 77 pieds, pour débuter son apprentissage du multicoque. Puis très vite, l équipe acquiert un trimaran monotype de 24 mètres, le Multi70 Edmond de Rothschild (ex-mod), exigeant, fougueux voire même dangereux en solitaire. Les débuts sont difficiles et malgré l engagement et le travail de chacun, les résultats ne sont pas toujours au rendez-vous. Une très belle 2 e place sur la Krys Ocean Race (transatlantique équipage entre New York et Brest) ne peut occulter le premier tour de l Europe des MOD en 2012 qui se conclut sur un échec sportif et une véritable douche froide. Particulièrement bien entouré par une équipe dévouée, Sébastien se remet en question et redouble de travail pour s élever au niveau de ses adversaires qui baignent depuis toujours dans le multicoque. L année suivante le Gitana Team s impose sur la Route des Princes, nouveau nom et format du tour de l Europe, avant de remporter quelques mois plus tard à Salvador de Bahia la Transat Jacques Vabre avec son complice Charles Caudrelier, au terme d une course remarquablement maîtrisée et dans le temps exceptionnel de 11 jours 5 heures 3 minutes 54 secondes. Ce résultat n est pas surprenant, au regard de l implication du marin faisant clairement partie de la race des «grands». «Mis à part mon tour du monde sur Orange et quelques grands prix Orma, ma pratique du multicoque était très limitée surtout à la barre. Malgré mon expérience de la course au large, je repartais de zéro, ça n a pas été simple» rappelle toujours modeste Sébastien. «J étais sur la retenue la première année, mais j ai pris confiance petit à petit et j ai franchi certaines barrières psychologiques, comme celle de naviguer le plus souvent au-dessus de 30 nœuds! En revanche, les sensations que procurent ces bateaux m ont plu tout de suite : de la glisse, de la vitesse tout ce que j aime.» SÉBASTIEN JOSSE #5 - SPORTIF L OUTSIDER Le 4 novembre à Saint-Malo, ils seront six à s élancer dans la catégorie Ultime, celle des grands trimarans qui ont scellé la légende du Rhum au fil des dix dernières éditions. Le plateau 2018 est exceptionnel, avec des marins rompus au solitaire, tous maintes fois «Tourdumondistes» en course et dont l on ne compte plus les traversées de l Atlantique sur une, deux ou trois coques. Parmi eux, Sébastien Josse qui n hésite pas à se définir comme un outsider. PLAISIR ET TRAVAIL Il faut dire que le marin, depuis son plus jeune âge, a toujours été séduit par la glisse et la vitesse. Très bon skieur, amateur de surf et de planche à voile, aujourd hui, il pratique forcément le kitesurf à foil, bien sûr toujours le Moth et se souvient. «À 18 ans, je traversais l Atlantique jusqu aux Antilles avec mon père lors de la Transat des Alizés sur son Sun Rise 34, bateau de croisière d à peine dix mètres. Mais j étais bien loin de m imaginer que je la ferais des années plus tard sur un maxi-trimaran volant de 32 mètres portant plus de 650 mètres carrés de voilure.» Et d ajouter : «Mes années en Figaro m ont permis de mieux me connaître et m ont forgé mentalement. La course en solitaire est une école aussi exigeante qu enrichissante et qui nous enseigne l humilité. Dans notre sport, il faut toujours être au contact de l élément dans lequel nous évoluons. Rien n est écrit dans le marbre. Tous les jours le terrain de jeu change selon la météo, la température, la marée et il faut savoir se remettre en question en permanence.» «La voile a beau évoluer vers le numérique, voire même l aéronautique en tous les cas pour ce qui est de la conception des bateaux, sur l eau l instinct prime avant tout.» Appliqué, conscient de l extraordinaire potentiel de son trimaran Edmond de Rothschild mais aussi d une moindre expérience des multicoques géants en solitaire par rapport à ses futurs adversaires, Sébastien Josse, comme à son habitude, ne fanfaronne pas : «Je n ai absolument pas la prétention d être le favori. Ces bateaux sont fabuleux mais très difficiles à mener en solo, et ce d autant qu avec les foils, on peut très vite se laisser dépasser. Cette position d outsider me va bien.» N empêche, il y a quatre ans, lors de la dernière Route du Rhum, le Niçois a terminé troisième derrière Loïck Peyron et Yann Guichard, grands spécialistes du multicoque et sur des bateaux nettement plus grands, sages et performants 43 ans 3 e Route du Rhum (3 e en 2014 classe Ultime) 16 transatlantiques en course 3 Vendée Globe 1 Volvo Ocean Race 1 Trophée Jules Verne 5 Solitaire du Figaro AVEC LE MAXI EDMOND DE ROTHSCHILD e de la Transat Jacques Vabre en 7 jours 23 heures 55 minutes et 24 secondes AVEC LE MONO60 EDMOND DE ROTHSCHILD e de la Transat New-York - Vendée Abandon sur le Vendée Globe AVEC LE MULTI70 EDMOND DE ROTHSCHILD e de la Route du Rhum Destination Guadeloupe en 8 jours 14 heures 47 minutes 9 secondes Vainqueur de la Transat Jacques Vabre en 11 jours 5 heures 3 minutes 54 secondes AVEC GITANA Arrivée au sein du Gitana Team e de la Volvo Ocean Race à bord d ABN Amro 2 (record des 24 h en monocoque) e du Vendée Globe à bord du 60 VMI Co-détenteur du Trophée Jules Verne à bord du maxi-catamaran Orange Vainqueur du Challenge Espoir Crédit Agricole

4 THE ROUTE DU RHUM 40 YEARS OF EXTRAORDINARY MARITIME ADVENTURES AND STORIES SÉBASTIEN JOSSE IN THE SHOES OF THE OUTSIDER ENGLISH VERSION #5 - SPORTS 1978, THE FIRST EDITION! A single rather fuzzy photo of a small yellow trimaran, measuring 12 metres in length and made from moulded wood, overtaking a 20-metre long blue monohull in a cloud of spray, surely symbolises the first Route du Rhum. Olympus outranks Kriter by just 98 seconds after 23 days at sea heralding the advent of the multihull. THE FRENCH SCHOOL This performance is subsequently emulated by France s young architects and sailors, who are immediately won over by the multihull concept and the seemingly endless possibilities for innovation over the decades to come. Before going on to earn fame in the America s Cup, Marc Pajot takes victory in the second edition on a large aluminium catamaran equipped with the first carbon wing mast. The 3rd edition in 1986 is coloured by the Poupon method, namely a human scale trimaran specially designed for singlehanded sailing and the knowledge that the Rhum would also now be won at the chart table. He carried with him a computer and the first routing software. It was a victory for science. In 1990, in a bid to internationalise transatlantic races, a 60-foot (18.28 metres) limit is imposed on the multihulls. All now equipped with GPS, the trimaran replaces the catamaran and there is one woman among the favourites in the 4th edition: Florence Arthaud on Pierre 1er. For her fourth consecutive Route du Rhum, deprived of any form of communication, the fiancée of the Atlantic sails a phenomenal race, shattering the transatlantic in an historic time of 14 days and 10 hours. Snatching 3rd in that edition, a young Franco-Swiss sailor by the name of Laurent Bourgnon lines up again in the 5th edition in A born perfectionist and outstanding technician, he obsessively strips back his trimaran in the drastic hunt to shed surplus grams. On his victorious arrival, it is evident that he is as fresh as a daisy. Young sailors like Sébastien Josse are inspired, especially when Bourgnon does the same again four years later to become the first sailor to pull off the double on his optimised ten-year-old boat, with America s Cup style 3DL sails and a supreme weather routing cell. In 2002, an apocalyptic storm causes serious carnage. Only three trimarans out of eighteen reach Pointe-à-Pitre. Michel Desjoyeaux, nicknamed the professor sails the smartest race to take the win. LEMONCHOIS AND GITANA PULVERISE THE RECORD In the 8th edition in 2006, Lemonchois turns the Route du Rhum into the Rhum highway on Gitana 11. Entrusted the helm just months before the start of the Rhum, he is supported by the conviction of the passionate owners of the boat and the efforts of the Gitana Team, who prepare his steed meticulously. His astonishing pace alarms his rivals, but by nailing the purest of trajectories over the 3,798-mile course, he only puts in one tack and three gybes to take the win in 7 days and 17 hours. CAMMAS THE ULTIME TRAIL- BLAZER In the 9th edition in 2010, the no limit concept returns. Franck Cammas, with a new crewed Jules Verne Trophy record of 48 days, uses the exact same trimaran initially designed for ten guys to hit the solo start line. Intelligence, innovation and a lust for performance, enable him to secure victory on a trimaran measuring metres long, weighing 15 tonnes and requiring over 670 square metres of downwind sail area. And so the seeds of the Ultime class are sown. A last-minute entry in the 10th edition in 2014, Loïck Peyron repeats the performance by Cammas on the very same boat, whilst below the radar, Sébastien Josse secures a remarkable 3rd place on the Multi70 Edmond de Rothschild measuring just 24 metres and less than a day behind Peyron. It s also the Gitana Team skipper s very first singlehanded transatlantic race on a multihull...! On 4 November in Saint Malo, there will be six setting sail in the Ultime category. The 2018 line-up is exceptional, with sailors with vast singlehanded experience who have raced around the world multiple times and crossed the Atlantic on countless occasions on one, two or three hulls. Among them is Sébastien Josse, who readily defines himself as an outsider. Originating in Nice, but an adopted Breton, Sébastien Josse has rightly been presented as one of France s great monohull specialists for a long while. Like all inshore racers of his generation, he began with dinghy sailing, quickly making a name for himself in 420. This later translated across to the Solitaire du Figaro and his highly-coveted title of French singlehanded champion, to the Vendée Globe, the Volvo Ocean Race and the Jules Verne Trophy. In 2011, Ariane and Benjamin de Rothschild offered Sébastien the opportunity to join Gitana Team as skipper of Gitana 11, the 60-foot Orma trimaran, 2006 Route du Rhum winner extended to 77-foot. Soon after that, he took on a 24-metre one-design trimaran, the demanding Multi70 Edmond de Rothschild (ex-mod). The results naturally take a while to materialise but he digs deep and with the support of Gitana Team, he takes the win in the 2013 Route des Princes followed by victory a few months later in the Transat Jacques Vabre with his accomplice Charles Caudrelier. Multihulls can be frightening when you aren t familiar with them. They re quick and any wipe outs along the way cost dearly, a capsize being the most frequent mishap. I felt quite apprehensive during my first year at Gitana. It was a whole new journey of discovery for me and I didn t want to rush things. Little by little, I grew in confidence and I overcame certain psychological barriers, like making over 30 knots on a frequent basis! However, the sensations I got from these boats immediately appealed to me: slipping along, speed everything I love. A man of eclectic talents, he is also a very good skier and a surfing and windsurfing fan, as well as a kitefoil and Moth nut. All this is inevitably tempered by his Figaro background that enabled him to find out what he was made of. Singlehanded racing is as demanding a school as it is enriching and it teaches us humility. Being on the water as much as possible is key. Every day the playing field changes according to the weather, the temperature and the tide and you need to know how to constantly call yourself into question and remember that no matter how things evolve, on the water instinct takes precedence. Aware of the extraordinary potential of his trimaran Edmond de Rothschild as well as his relative lack of experience racing giant multihulls singlehanded compared with his future adversaries, Sébastien Josse is typically unboastful: I don t claim to be the favourite in any way, shape or form. These boats are fabulous, but they re also very difficult to helm singlehanded, particularly so with foils, where you can very quickly be overwhelmed. This position as outsider suits me to a T.

5 RÉALISER SES RÊVES C EST LA PLUS BELLE FAÇON DE BÂTIR L AVENIR. Toutes les équipes Edmond de Rothschild sont heureuses et fières de naviguer aux côtés de Sébastien Josse et du Gitana Team pendant la Route du Rhum Destination Guadeloupe. EDMOND DE ROTHSCHILD, L AUDACE DE BÂTIR L AVENIR. MAISON D INVESTISSEMENT edmond-de-rothschild.com Edmond de Rothschild (France) Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de euros, RCS , dont le siège social est situé 47 rue du Faubourg Saint-Honoré PARIS. Photo Eloi Stichelbaut / Gitana SA.