Les arguments des débats sur la cogestion allemande

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les arguments des débats sur la cogestion allemande"

Transcription

1 Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory Cahier de recherche Les arguments des débats sur la cogestion allemande Mémoire de fin d étude Fabien Hildwein septembre 2010 Majeure Alternative Management HEC Paris Hildwein Fabien Les arguments des débats sur la cogestion allemande septembre

2 Les arguments des débats sur la cogestion allemande Ce cahier de recherche a été réalisé sous la forme initiale d un mémoire de recherche dans le cadre de la Majeure Alternative Management, spécialité de troisième année du programme Grande Ecole d HEC Paris. Il a été dirigé par Patrick Rémy, professeur de Droit de l université Paris I - Panthéon Sorbonne et soutenu le 20 septembre 2010 en présence de Patrick Rémy et Eve Chiapello, responsable de la Majeure Alternative Management et professeur-chercheur à HEC Paris. Résumé : La cogestion est un mode de gouvernance des entreprises particulier à l Allemagne dans lequel les salariés sont représentés au conseil de surveillance ainsi qu aux conseils d établissement. Ils disposent donc de certains droits (allant du droit à l information jusqu au droit à prendre part aux décisions) sur des aspects économiques et sociaux de leur entreprise. Depuis 1945, trois grands débats ont eu lieu en Allemagne sur la cogestion, correspondant à trois moments historiques particuliers et à trois grandes lois importantes pour la cogestion. Chaque débat a développé des arguments défenseurs et adversaires des différentes formes de cogestion, selon son contexte politique, social et idéologique. Chaque débat a également pris une structure différente, selon le rôle des institutions et de la critique du capitalisme de l époque. Ce mémoire est une synthèse de ces débats et de ces arguments. Mots-clés : Cogestion, Gouvernance des entreprises, Représentation des salariés, Droit du travail, Droit des sociétés The arguments of the debates on German codetermination This research was originally presented as a research essay within the framework of the Alternative Management specialization of the third-year HEC Paris business school program. The essay has been supervised by Patrick Rémy, Law professor of the university of Paris I - Panthéon Sorbonne and was delivered on 20th September 2010 in the presence of Patrick Rémy and Eve Chiapello, leading professor of the Majeure Alternative Management and researcher at HEC Paris. Abstract: Codetermination is a form of corporate governance particular to Germany in which employees are represented in the supervisory board and in the work councils. Employees thus have certain rights (ranging from the right of information to the right to take part in decisions) on economic and social issues in their firm. Since 1945, three great debates have taken place regarding co-determination in Germany. Each of these took place at a particular historical time and led to an important law on codetermination. Each debate has brought arguments advocating or attacking different forms of codetermination, depending on its political, social and ideological context. Each debate also had a different structure, depending on the role played by institutions at the time and on the period s dominant critique of capitalism. This dissertation is a synthesis of these debates and these arguments. Key words: Codetermination, Corporate governance, Employee representation, Labour Law, Corporate Law Charte Ethique de l'observatoire du Management Alternatif Les documents de l'observatoire du Management Alternatif sont publiés sous licence Creative Commons pour promouvoir l'égalité de partage des ressources intellectuelles et le libre accès aux connaissances. L'exactitude, la fiabilité et la validité des renseignements ou opinions diffusés par l'observatoire du Management Alternatif relèvent de la responsabilité exclusive de leurs auteurs. Hildwein Fabien Les arguments des débats sur la cogestion allemande septembre

3 Remerciements Je tiens à remercier le professeur Patrick Rémy pour ses conseils et son aide pour aborder la question difficile de la cogestion et du contexte juridique allemand. Je tiens à remercier le professeur Eve Chiapello qui a rendu possible ce mémoire et qui m a accepté au sein de la Majeure Alternative Management. Enfin, je voudrais remercier chaleureusement mes parents et mes grands-parents qui m ont soutenu et accompagné tout au long de mes études à HEC. Contact : Hildwein Fabien Les arguments des débats sur la cogestion allemande septembre

4 Table des matières Introduction...6 Tableau de synthèse...8 I. Le cadre juridique de la cogestion...9 A. Contexte juridique...9 Entreprises concernées par les lois de cogestion...9 La Koalitionsfreiheit...10 B. Les lois de cogestion : Montan-Mitbestimmungsgesetz (Montan-MitbestG) : Betriebsverfassungsgesetz (BetrVG) et 2004 : Drittelbeteiligungsgesetz (DrittelbG) : Mitbestimmungsgesetz (MitbestG)...13 II. Les différents débats sur la cogestion...14 A. Origines historiques et idéologiques...14 B. Le débat de la reconstruction allemande ( )...16 Contexte historique et idéologique...16 Votes des lois Montan-MitbestG et BetrVG...17 Position et arguments des syndicats...18 Position et arguments du patronat...20 Position et arguments des partis politiques...22 Position et arguments de l Eglise et des milieux catholiques...23 C. Le débat de la remise en cause du capitalisme des années 1970 ( )...26 Contexte historique et idéologique...26 Vote de la MitbestG...27 Les différents arguments en faveur de la cogestion...28 La cogestion paritaire comme vecteur de démocratie...29 La cogestion comme recherche de l intérêt commun...30 Arguments adversaires de la cogestion...32 Le débat juridique de D. Le débat de la cogestion dans la mondialisation au début des années Contexte historique et idéologique...36 Hildwein Fabien Les arguments des débats sur la cogestion allemande septembre

5 DrittelbG et autres lois sur la cogestion des années La mondialisation financière est-elle la fin de la cogestion?...38 Représentation des travailleurs dans la Société Européenne...40 La cogestion et l évolution des entreprises et des modes de management...42 Corruption dans les hautes instances de la cogestion...43 E. Synthèse des arguments...45 Conclusion...47 Enseignements personnels...48 Lexique des abréviations et traductions...49 Bibliographie...50 Textes étudiés...50 Hildwein Fabien Les arguments des débats sur la cogestion allemande septembre

6 Introduction Notre économie connaît depuis une dizaine d années une remise en cause qui a encore été renforcée par la crise financière de septembre Un des principaux reproches fa»its au capitalisme contemporain est le pouvoir excessif qu auraient pris les actionnaires dans la gouvernance de l entreprise face à des contre-pouvoirs de plus en plus faibles. Dans l optique de rechercher des alternatives qui permettraient de sortir durablement de la crise, il nous semble intéressant de nous pencher sur un modèle de gouvernance atypique, développé en Allemagne et donnant justement aux salariés un pouvoir sur la gouvernance de l entreprise : la cogestion. Initialement, la cogestion (Mitbestimmung) est un principe de la démocratie allemande selon lequel tous ceux qui sont concernés par une décision doivent pouvoir y prendre part. Au sein des entreprises, ce principe (Unternehmensmitbestimmung) s incarne au sein deux institutions : le Betriebsrat (conseil d établissement) et l Aufsichtsrat (conseil de surveillance). Le conseil d établissement, présent dans chaque unité de production, dispose de droits sur les questions sociales (embauches, licenciements, indemnités de licenciement, horaires, conditions de travail ). Les représentants du personnel au conseil de surveillance, comme nous le verrons plus en détail, disposent de droits sur les questions de gouvernance et les questions économiques (nomination des dirigeants, investissements, restructuration ). Avec Milano [1996], nous faisons donc une distinction précise entre la cogestion d établissement, pouvant agir sur les questions dites sociales et agissant grâce au conseil d établissement, et la cogestion d entreprise, pouvant agir sur les questions économiques et agissant grâce au conseil de surveillance. Ces deux types de cogestion sont, avec les syndicats, les principaux contre-pouvoirs des salariés au sein des entreprises allemandes. Cette distinction nous semble plus pertinente que les différents termes comme Mitwirkung, Mitberatung, Mitbestimmung dont la signification précise varie avec le temps et l utilisateur. Comme on le verra, de nombreux débats ont porté sur la parité au sein des conseils de surveillance et donc sur la cogestion d entreprise ; il ne faut néanmoins pas perdre de vue que c est la cogestion d établissement qui a fait le succès de ce mode de gouvernance. Les salariés disposent ainsi de certains droits au sein de l entreprise, plus ou moins étendus : droit à l information, droit à l audition, droit à la consultation, droit de proposition, Hildwein Fabien Les arguments des débats sur la cogestion allemande septembre

7 droit de concertation, droit de veto, droit de participation, droit de décision, selon les différentes lois de cogestion et selon qu il s agisse d une cogestion d établissement ou d une cogestion d entreprise. Nous examinerons dans un premier temps les grandes lois qui ont fait la cogestion allemande, et notamment le pouvoir qu elles donnent aux salariés, afin de bien en saisir les mécanismes juridiques. La cogestion donne donc un certain pouvoir aux salariés dans la gouvernance de l entreprise. Cette idée va à l encontre même du paradigme capitaliste selon lequel seuls les propriétaires du capital peuvent légitimement prendre des décisions pour l entreprise qu ils possèdent. La cogestion a donc dû se justifier et a donné lieu à de nombreux débats durant trois grandes périodes que nous verrons. A chaque époque correspondent des types d arguments différents que nous chercherons à expliciter et à classer dans une deuxième partie, afin de rendre le débat sur la cogestion plus clair. Nous avons pour cela choisi d analyser les prises de position d intellectuels et d experts (juristes, économistes, hommes politiques ) dans des revues spécialisées. Hildwein Fabien Les arguments des débats sur la cogestion allemande septembre

8 Tableau de synthèse Type de cogestion Institutions Fonctions Cogestion d établissement Les conseils d établissement présents au sein de chaque unité de production, composés de représentants des salariés ; forte présence des syndicats. Répondre aux questions dites sociales : embauches, licenciements, indemnités de licenciement, horaires, conditions de travail Cogestion d entreprise Le conseil de surveillance, dont la fonction dans une gouvernance des entreprises dualiste, est de valider les décisions du directoire. La part de représentants des salariés (jusqu à 50% des sièges) et le poids des syndicats font partie des enjeux forts des débats. Valider les choix du directoire et donc influer sur des décisions d ordre économique. Critiques Evolutions Faibles. La cogestion d établissement fait consensus dans l ensemble. Premières apparitions à la fin du 19ème siècle. Grande constance. Fortes. La cogestion d entreprise est accusée (entre autres) de violer le droit de propriété et d instaurer un pouvoir excessif des syndicats. Première apparition après la Deuxième Guerre Mondiale. Très forte dans l industrie minière et sidérurgique à partir de la loi de 1951, elle s affaiblit à cause du déclin de ce secteur. Les lois suivantes élargissent le spectre des entreprises concernées mais ne réinstaurent jamais une aussi grande puissance. Hildwein Fabien Les arguments des débats sur la cogestion allemande septembre

9 I. Le cadre juridique de la cogestion A. Contexte juridique Entreprises concernées par les lois de cogestion Quel que soit la loi sur la cogestion considérée, seules sont concernées les Kapitalgesellschaften 1 (sociétés de capitaux, par opposition aux sociétés de personnes) ainsi que des formes particulières d entreprises comme la Versicherungsverein auf Gegenseitigkeit (VVaG). Les sociétés de capitaux sont définies par la simple adhésion capitalistique, sans intuitu personae et avec une grande liquidité des titres. Elles peuvent être de trois formes que nous allons voir, en mettant l accent sur le Aufsichtsrat (conseil de surveillance) et son rôle au sein de chaque structure. En effet le modèle allemand est dualiste, il y a séparation du pouvoir de surveillance (conseil de surveillance) et du pouvoir de décision. La forme juridique la plus courante et la plus concernée par la cogestion est la Aktiengesellschaft (société par actions ou AG), dans laquelle la Hauptversammlung (assemblée des actionnaires) élit (partiellement) un conseil de surveillance, qui lui-même élit et surveille le Vorstand (directoire) qui dirige et gère la société. La deuxième forme de société de capitaux allemande est la Gesellschaft mit beschränkter Haftung (société à responsabilité limitée ou GmbH). La Geschäftversammlung (assemblée générale) choisit un ou plusieurs Geschäftsführer (gérants) et élit (partiellement) un conseil de surveillance dont les fonctions doivent être définies dans les statuts. Le conseil de surveillance n est obligatoire que pour les entreprises de plus de 500 salariés. Enfin la troisième forme est celle de la Kommanditgesellschaft auf Aktien (KGaA), dans laquelle un associé, le Komplementär (associé commandité), est personnellement et indéfiniment responsable des dettes sociales, alors que les autres associés, les Kommanditaktionnäre (associés commanditaires) sont associés au capital, mais ne sont pas personnellement responsables. Le conseil de surveillance y est élu par les associés commanditaires et représente les associés commanditaires face au commandité en exerçant essentiellement un pouvoir de contrôle. En pratique, cette forme de société est rare. 1 Nous avons choisi d utiliser le terme technique allemand la première fois qu il se présente, puis par commodité d utiliser dans la suite du texte sa traduction française la plus proche ou son abréviation classique, indiquée entre parenthèse. Hildwein Fabien Les arguments des débats sur la cogestion allemande septembre

10 Les Tendenzbetriebe ne sont pas concernées par les lois sur la cogestion ; il s agit des entreprises poursuivant un but supplémentaire à celui du profit : visée religieuse, éducative, politique, artistique, scientifique L exclusion des Personengesellschaften (sociétés de personnes) de la cogestion se fait pour deux raisons. D une part juridiquement parce que la gouvernance est assurée par les seuls associés (auto-gérance ou Selbstorganschaft) qui sont également personnellement responsables des dettes sociales : la cogestion associant les salariés à la gouvernance ne respecterait pas ce principe. D autres part, de façon plus pratique, les sociétés de personnes favorisent des entreprises plutôt de petite taille, où la cogestion ne se justifie généralement pas. La Koalitionsfreiheit La Koalitionsfreiheit est un élément de contexte juridique essentiel pour comprendre les lois de cogestion. La Grundgesetz (GG, loi fondamentale allemande entrée en vigueur le 23 mai 1949) assure la Koalitionsfreiheit, c est-à-dire la liberté de coalition dont découle la liberté syndicale. Elle est ancrée dans l Article 9 III de la GG et se compose de deux droits : d une part la Tarifautonomie, c'est-à-dire la liberté de s associer pour défendre ses intérêts au sein d associations ou de société. D autre part le droit de grève, dont les syndicats sont titulaires, ce qui signifie que ce sont les syndicats et non pas les salariés qui peuvent décider d une grève : ceci a une incidence importante sur le vote de la première loi de cogestion, comme on le verra. Le pendant de ce droit est la pratique du «lock-out» : le fait pour l employeur de pouvoir interdire le travail pour des raisons valables. [Junker, 2009] B. Les lois de cogestion 1951 : Montan-Mitbestimmungsgesetz (Montan-MitbestG) La première loi prise sur la cogestion est celle de la Montan-Mitbestimmungsgesetz (Montan-MitbestG), votée par le Bundestag le 25 mai Elle concerne exclusivement les AG et les GmbH de plus de 1000 salariés se trouvant dans les secteurs de l extraction de charbon et du fer, du traitement du charbon et de la production de fer et d acier. Elle prévoit que le conseil de surveillance sera composé de 11 membres, dont 5 seront des représentants des actionnaires et 5 seront les représentants des salariés. Ces représentants des salariés doivent compter au moins 2 représentants syndicaux et 2 représentants élus directement par les salariés de l entreprise. Un «onzième homme» est élu par ces 10 membres pour présider le conseil de surveillance ; il doit être capable de trouver le consensus entre les différentes Hildwein Fabien Les arguments des débats sur la cogestion allemande septembre

11 parties et, en dernier ressort, peut utiliser son vote pour trancher la décision. En conséquence, il ne peut ni appartenir aux salariés de l entreprise ou à un syndicat, ni avoir d intérêts économiques dans l entreprise. De plus, la Montan-MitbestG prévoit la nomination d un Arbeitsdirektor (directeur du travail) qui ne peut être choisi contre la majorité des voix des représentants des salariés du conseil de surveillance. Il siège au directoire et possède les mêmes droits et responsabilités que les autres membres. Il s occupe des questions sociales de l entreprise et mène les négociations en cas de conflit. Plusieurs lois, les Mitbestimmungs-Ergänzungsgesetz (MitbestErgG), tentèrent d élargir à plusieurs reprises le champ de la Montan-MitbestG en 1956, 1967, 1981, 1989 et 2004, à la fois pour étendre le modèle et pour lui permettre d accompagner les changements de l industrie de la deuxième moitié du 20 ème siècle. Par exemple, la première loi de 1956 étendit les dispositions de la Montan-MitbestG aux Konzerne (groupes d entreprises) possédant soit 20% de leurs salariés dans les entreprises du secteur du charbon et de l acier, soit 20% d entreprises dans le secteur du charbon et de l acier. Une autre loi de 1981 établit que les entreprises sortant des critères de la Montan-MitbestG continuent de devoir l appliquer durant 6 années. Elles élargirent également le nombre de membres possibles du conseil de surveillance à 15 puis 21 (toujours en conservant une représentation paritaire). D autres lois dans les années 2000 visent à élargir cette loi pour l empêcher de disparaître en même temps que la sidérurgie allemande. Néanmoins, leur efficacité réelle est incertaine. Par sa représentation paritaire des salariés et des actionnaires au sein du conseil de surveillance, la Montan-MitbestG est la loi donnant le plus grand pouvoir aux salariés : Betriebsverfassungsgesetz (BetrVG) et 2004 : Drittelbeteiligungsgesetz (DrittelbG) La Betriebsverfassungsgesetz (BetrVG) intervient un peu plus d un an après la Montan- MitbestG, elle est votée le 31 juillet Elle vise à élargir le champ des entreprises concernées par la cogestion (il s agit désormais de toutes les sociétés de capitaux). Par rapport à la Montan-MitbestG, elle renforce la cogestion d établissement mais affaiblit la cogestion d entreprise. Elle ne concerne que les entreprises ayant entre 500 et 2000 salariés. La BetrVG instaure la présence d un tiers de représentants du personnel au sein du conseil de surveillance. Au moins deux représentants du personnel doivent avoir été élus directement par les salariés de l entreprise, les autres membres peuvent appartenir à des syndicats. Les Hildwein Fabien Les arguments des débats sur la cogestion allemande septembre

12 représentants du personnel sont ici en minorité mais disposent ainsi d un droit de participation aux délibérations et d un droit à l information. Par ailleurs, la BetrVG instaure la présence du Betriebsrat (conseil d établissement) élu par les salariés de l entreprise et en principe totalement indépendant des syndicats (un enjeu de taille, comme on le verra). Il a pour fonction de proposer des mesures à l entreprise, de veiller à l application des lois et des règlements, de faire des réclamations lorsque celles-ci ne sont pas respectées et de veiller à l incorporation des salariés handicapés ou en difficultés. Il a également un droit d information, de consultation et de veto sur les questions sociales (embauches, licenciements, formations, organisation générale, horaires, conditions de travail voir 87 de la BetrVG), ce qui lui donne un grand pouvoir sur la vie en entreprise : la cogestion d établissement est ainsi la figure de proue de la cogestion. Contrairement à la Montan-MitbestG, la BetrVG n instaure aucune influence des salariés dans le directoire. La BetrVG du 15 janvier 1972 reprendra et renforcera les dispositions de la BetrVG de Si la Montan-MitbestG relève du droit du travail et est orientée vers les droits des salariés et vers une plus grande démocratie au sein de l entreprise, la BetrVG relève plutôt du droit des sociétés et cherche à permettre la paix sociale au sein de l entreprise et à faciliter la résolution de conflits en créant des instances de conciliation (le conseil d établissement et la présence de représentants des salariés au conseil de surveillance) et en permettant aux salariés d avoir une vue plus complète de l entreprise. Intimement liée à la BetrVG, la Drittelbeteiligungsgesetz (DrittelbG) votée en 2004, reprend et remplace la BetrVG. Elle concerne toutes les sociétés de capitaux ayant entre 500 et 2000 salariés et n appartenant pas au secteur du charbon et de l acier (secteur par ailleurs de plus en plus ténu en Allemagne au début du 21 ème siècle). Elle cède le pas devant la Montan-MitbestG et la BetrVG. La DrittelbG établit la présence dans les conseils de surveillance des entreprises concernées, d un tiers de représentants des salariés (le nombre de membres du conseil de surveillance devant être divisible par trois). Elle ne modifie pas les rôles du conseil de surveillance. Hildwein Fabien Les arguments des débats sur la cogestion allemande septembre

13 1976 : Mitbestimmungsgesetz (MitbestG) La Mitbestimmungsgesetz (MitbestG), votée en 1976, reprend et renforce la BetrVG pour toutes les sociétés de capitaux de plus de 2000 salariés. Elle cède la priorité à la Montan- MitbestG et ne s applique donc pas au secteur du charbon et de l acier. Le conseil de surveillance de l entreprise, selon la MitbestG doit être composé à moitié de représentants des actionnaires et à moitié de représentants des salariés. Parmi ces représentants des salariés, une grande majorité doit être élue directement par les salariés, le reste devant être des représentants syndicaux, selon le tableau ci-dessous : Nombre de salariés Nombre de membres du conseil de surveillance Représentants élus par les salariés Représentants des syndicats moins de entre et plus de Le conseil de surveillance doit élire un président et un vice-président au 2/3 des voix. Si cette première élection échoue, les représentants des actionnaires élisent le président, les représentants des salariés élisent le vice-président. S il y a égalité lors d une décision (la moitié des voix en faveur, la moitié des voix en défaveur), le président (mais pas le viceprésident) possède la capacité de faire basculer la décision d un côté ou de l autre. Si ce système permet d éviter un blocage (alors que celui de la Montan-MitbestG était beaucoup plus rigide de ce point de vue), la cogestion paritaire n en est pas vraiment une puisque les actionnaires peuvent toujours faire passer leur décision en force grâce au président. La MitbestG précise aussi les compétences du conseil de surveillance pour chaque forme de société de capitaux que nous avons vu plus haut. Enfin le directeur du travail, qui existait déjà dans la Montan-MitbestG, n est plus qu un membre du directoire comme les autres, élu par le conseil de surveillance, certes, mais sans l obligation légale d être validé par la majorité des représentants des salariés. La MitbestG, si elle a l avantage de renforcer la présence des salariés au conseil de surveillance et donc de leur donner un accès plus grand à l information et au débat, mais ne leur donne pas une place d égal à égal comme l avait fait la Montan-MitbestG. Hildwein Fabien Les arguments des débats sur la cogestion allemande septembre

14 II. Les différents débats sur la cogestion Les échanges d arguments sur la cogestion ont été continus en Allemagne sur toute la deuxième moitié du 20 ème siècle ; à chaque décennie se sont exprimés des syndicalistes, des intellectuels, des hommes politiques, des représentants du patronat sur la nécessité, les dangers ou les avantages de la cogestion. Par exemple, l extension de la cogestion paritaire de la Montan-MitbestG à l ensemble des entreprises allemandes a toujours fait partie des revendications des syndicats allemands. Néanmoins, trois périodes se détachent nettement : la reconstruction allemande de 1945 (premières décisions des Alliés de réorganisation de l industrie allemande) à 1952 (vote de la BetrVG) la remise en cause du capitalisme des années 1970, de 1969 (élection de Willy Brandt au poste de Chancelier et alliance entre le parti libéral (FDP) et le parti socialdémocrate (SPD) à 1976 (vote de la MitbestG) la cogestion face à la mondialisation et à la financiarisation de l économie durant les années 2000 Pourquoi ces trois périodes? D une part parce qu elles correspondent toutes au vote de grandes lois de la cogestion et donc à des moments d intenses débats et de fortes tensions entre les acteurs les obligeant à révéler leurs positions respectives. Ce sont des périodes d échanges et de changements, des périodes idéologiquement «chaudes» [Morin, 1991]. Par conséquent, ces trois périodes sont particulièrement riches d arguments, et surtout d arguments neufs. Et d autre part parce que les arguments de chacune de chaque période sont caractéristiques d une époque, avec les changements économiques et culturels qu elle porte. A. Origines historiques et idéologiques Jusqu à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, la cogestion sera essentiellement une cogestion d établissement, c'est-à-dire proche des salariés et prenant des décisions sur des questions sociales. La cogestion d entreprise ne viendra qu à partir de Les premières apparitions de l idée de droits de participation des salariés à la bonne marche de l entreprise apparaissent dans la deuxième moitié du 19 ème siècle, dans le cadre des difficultés du capitalisme face à la question sociale. En 1861 sont créés des «comités Hildwein Fabien Les arguments des débats sur la cogestion allemande septembre

15 d usines» au sein des établissements industriels de la Ruhr, à l initiative du patronat, organes intermédiaires entre salariés et patrons [Herlin, 1954]. Les Mitwirkungrechte (droits à la coopération) sont présents dans une loi de 1891, même s il ne s agit pas encore de représentation au sein des organes de la société [Gamillscheg, 1979]. L idée resurgit en , dans le contexte des troubles révolutionnaires de l après Première Guerre Mondiale : les nombreuses grèves entre janvier 1918 et l hiver 1919, la révolte des Spartakistes à Berlin écrasée en janvier L accord du 15 novembre 1918 entre les syndicats et les associations d entreprises reconnait aux travailleurs le droit de décider collectivement de leurs conditions de travail ; il prévoit aussi la création d un comité central créé à parité entre représentants des entreprises et représentants des salariés, dont l objectif est d aider à résoudre en commun toutes les questions économiques et sociales pouvant se présenter 2. La possibilité des salariés de pouvoir traiter les questions sociales avec les représentants patronaux est considérée par les syndicats comme une vraie avancée vers la démocratie économique [Seidel, 1951]. Cette idée de démocratie économique sera un des moteurs des syndicats allemands et reviendra fréquemment comme justification de la cogestion. L article 165 de la Constitution de Weimar (1919) reconnaît aux salariés le droit de coopérer à égalité avec les patrons à la fois à la règlementation de leurs conditions de travail et à la fois au développement économique de l entreprise. En conséquence sont créés en 1920 les «comités d entreprise», qui seront néanmoins limités en 1921 et 1922 aux grandes entreprises, l expérience ayant montré leurs défauts et leur inutilité pour les entreprises de petite et moyenne taille. Ces lois marquèrent un coup d arrêt à l extension de la cogestion d établissement dans l entre-deux-guerres [Herlin, 1954]. Le but de ces lois était de réaliser la «démocratie économique» en représentant les salariés à trois niveaux : au sein des entreprises (d où ces comités d entreprises), au niveau régional des Länder et au niveau fédéral ; elle n a été réalisé qu au premier niveau. Le régime national-socialiste abroge le 20 janvier 1934 les mesures de cogestion ayant existé jusque là en adoptant un droit du travail plus conforme à son idéologie dans lequel patron et employés doivent collaborer pour servir les «intérêts du peuple et de l Etat». Le 2 Cet accord reconnaît aussi les syndicats comme légitimes représentants des salariés auprès des entreprises. Il sera remis en cause par le patronat allemand en la personne du Dr. Reichert, dirigeant du Verein Deutscher Eisen- und Stahlindustriellen (Association des Industriels Allemands du Fer et de l Acier), argumentant qu ils avaient été «victimes de leur surprise» en référence à la situation politique et sociale de l époque. Hildwein Fabien Les arguments des débats sur la cogestion allemande septembre

16 Vertrauensrat (conseil de confiance) est composé de représentants des salariés de l entreprise et du chef d entreprise ; son but est d approfondir la confiance entre salariés et patron, ce qui diffère fondamentalement des buts collaboratifs et démocratiques de la cogestion de l aprèsguerre. Les conflits sans issue peuvent être résolus par un représentant de l Etat. Les syndicats ayant été dissous le 2 mai 1933, ils ne jouent aucun rôle dans cette dynamique. B. Le débat de la reconstruction allemande ( ) Contexte historique et idéologique Si la Montan-MitbestG représente la seule forme de cogestion à parité complète entre représentants des actionnaires et représentants de salariés, c est qu elle naît d une situation historique singulière. Pour comprendre le débat de l époque, il faut comprendre le contexte politique et social dans lequel se trouvaient ses différents acteurs. La victoire des Alliés en 1945 laisse l Allemagne très incertaine de son futur politique et économique. Les secteurs du charbon et de l acier sont au centre des préoccupations des vainqueurs, parce qu ils ont été des secteurs clés de la guerre, ainsi que des secteurs considérés comme essentiels pour la croissance des années à venir. Les premières décisions des Etats-Unis et du Royaume Uni (qui occupait la zone Nord-Ouest de l Allemagne englobant la Ruhr) tendent vers une destruction de l industrie allemande. Ainsi le plan Morgenthau, adopté en 1944, vise à faire de l Allemagne un pays essentiellement agricole en démantelant son industrie et ses capacités minières, dans une logique de punition et de prévention, pour s assurer que l Allemagne ne sera plus jamais capable de mener une guerre. Bien que cette politique soit progressivement abandonnée, notamment en se souvenant des conséquences funestes qu avait eu le Traité de Versailles, elle marque les esprits et débouche sur la déconcentration des industries allemandes du charbon et de l acier. A la peur du démantèlement s ajoute la crainte de tentatives de prise du pouvoir révolutionnaires comme celles de que nous mentionnions précédemment, ce d autant plus que l Union soviétique fait partie des vainqueurs et des occupants de l Allemagne. Enfin, le soutien financier du patronat allemand au régime national-socialiste met le patronat dans une position difficile dans les négociations avec les Alliés et les syndicats. Il nous faut encore mentionner le contexte idéologique de l époque, en particulier en ce qui concerne l économie. C est en effet à ce moment que se met en place l économie sociale de marché (soziale Marktwirtschaft) soutenue par des hommes politiques comme Ludwig Hildwein Fabien Les arguments des débats sur la cogestion allemande septembre

17 Erhard, d abord ministre de l économie puis chancelier, des économistes comme Walter Eucken ou des juristes comme Franz Böhm ou Hans Grossmann-Doerth. Selon les «ordolibéraux», l hyperinflation des années 1920 a permis le nazisme, en appauvrissant brutalement les classes moyennes. Le marché libre doit donc être encadré par des structures mises en place par l Etat. Bien qu il n y ait pas de lien direct avec la cogestion, il existe l idée qu il faut des structures parallèles au marché pour l accompagner et en fixer les bornes. La zone d occupation soviétique qui deviendra plus tard la République Démocratique Allemande ne connut ni la cogestion, ni les débats qui l entourèrent. Lorsque nous parlerons de l Allemagne, il s agira jusqu en 1989 de la République Fédérale d Allemagne, fondée le 23 mai 1949 à partir des trois zones d occupation américaine, britannique et française. Votes des lois Montan-MitbestG et BetrVG Malgré l avantage politique des syndicats, la Montan-MitbestG n est votée qu avec difficulté. Six mois de négociation entre syndicats et patronat sur la réforme des entreprises à Hattenheim et à Maria Laach échouent spécifiquement sur la question de la présence des syndicats dans le conseil de surveillance. Comme on va le voir, cette question est centrale dans les débats, la question de la présence de représentants élus parmi les salariés de l entreprise posant beaucoup moins de difficultés. Les syndicats en appellent alors à la grève générale 3, légitimée par une écrasante majorité lors du référendum organisé en novembre 1950 (93% dans les industries minières, 96% dans les industries métallurgiques). Finalement, alors que la grève doit commencer le 1 er février 1951, les partenaires sociaux parviennent à un accord le 26 janvier : les syndicats acceptent que la cogestion ne s applique qu aux industries houillères, du fer et de l acier (industries objets de toutes les attentions comme on l a vu), le patronat accepte la présence des syndicats dans le conseil de surveillance en plus des représentants des salariés, mais leur nombre est limité à deux représentants, complétés par trois représentants des salariés de l entreprise [Herlin, 1954]. Les syndicats ne parvinrent pas ensuite comme ils l avaient souhaité à étendre progressivement la cogestion à l ensemble des secteurs de l économie. L année suivante, en 1952, ils ont épuisé tout le soutien dont ils disposaient auprès de leurs adhérents et ne peuvent 3 Il est important de noter que la grève a un statut particulier en Allemagne, puisque seuls les syndicats en sont titulaires, un groupe d individus sans appui des syndicats n a pas le droit de faire grève. De plus la grève ne peut être invoquée que dans des cas très précis prévus par la loi, notamment ceux concernant les conventions collectives. Un appel à la grève générale est donc un acte symboliquement très fort. Hildwein Fabien Les arguments des débats sur la cogestion allemande septembre

18 donc plus faire appel à la menace de la grève, leur atout qui a été décisif pour la Montan- MitbestG. La BetrVG n accorde qu un tiers des places des conseils de surveillance aux représentants des salariés, dont au moins deux doivent être occupées par des représentants des salariés provenant de l entreprise en question. Cette forme de cogestion est plus conforme à la vision de la CDU (Christlich Demokratische Union Deutschlands, le Parti Chrétiendémocrate Allemand), au pouvoir suite à la victoire d Adenauer aux élections du Bundestag de 1949 [Gamillscheg, 1979]. Position et arguments des syndicats Après la guerre, les syndicats allemands se sont rapidement structurés et centralisés dans une organisation, le Deutsche Gewerkschaftsbund (DGB, l Union allemande des syndicats) fondé en 1949 suite au congrès de Munich réunissant toutes les structures syndicales s étant formées plus ou moins spontanément dans les zones d occupation américaine, britannique et française. Le DGB, en tant que confédération, représente les syndicats qui le composent 4 : les débats ont donc lieu en interne et le DGB a pour mission de faire valoir et de promouvoir les résultats de ces débats et d être l interlocuteur du patronat. Les cadres du DGB reçoivent une formation économique pour endosser leur rôle et l exerce de manière professionnelle, et non en parallèle d une activité dans une entreprise ce détail a son importance comme nous le verrons plus loin. Le premier argument avancé par le DGB et repris très souvent par les promoteurs de la cogestion est celui de la démocratie au sein des entreprises : chaque personne concernée par une décision doit pouvoir y participer. A partir du moment où quelqu un participe à une entreprise, au sens d union des forces, il doit avoir une certaine emprise sur la structure dans laquelle il travaille et sur ses objectifs. En tant que membre du personnel, chaque salarié a le droit d avoir des représentants face aux dirigeants de l entreprise (comme on le verra dans le débat des années 70, cette conception posera problème). La cogestion d établissement le permet à un niveau proche des salariés et pour les questions sociales, la cogestion d entreprise le permet à un niveau plus global. Cet argument se développe de différentes manières. 4 Pour mémoire, ils étaient 16 à la création du DGB en Ils sont aujourd hui 8 d après le site officiel du DGB (www.dgb.de) : IG Bauen-Agrar-Umwelt, IG Bergbau, Chemie, Energie, Gewerkschaft Erziehung und Wissenschaft, IG Metall, Gewerkschaft Nahrung-Genuss-Gaststätten, Gewerkschaft der Polizei, TRANSNET et ver.di (Vereinte Dienstleistungsgewerkschaft, le syndicat des entreprises de services dont l apparition et la montée en puissance sont un symptôme des changements de l économie allemande au cours des dernières décennies). Hildwein Fabien Les arguments des débats sur la cogestion allemande septembre

19 Il y a d abord l idée de mettre en place une «vraie» démocratie face à la concurrence des pays, dits démocratiques, du bloc Est qui contestent la démocratie libérale. Il ne suffit pas que la démocratie des pays occidentaux se limite à la sphère politique, les relations de pouvoirs entre patrons et salariés dans la sphère économique sont fortes et doivent se contrebalancer. La cogestion est alors considérée comme un outil pour préserver la démocratie elle-même à la fois dans les entreprises, mais aussi politiquement face aux tentations révolutionnaires de l époque [von Schenck, 1951]. Par conséquent, et contrairement aux tentatives de cogestion de l après Première Guerre Mondiale, les syndicats allemands revendiquèrent toujours une cogestion paritaire, sans jamais remettre en cause la présence du patronat dans les organes de direction de la société. Le travail est un facteur de production à égalité avec le capital et tous les deux doivent donc collaborer à la bonne marche de l entreprise [Herlin, 1954]. Si le premier argument est politique, le deuxième argument est économique : l idée que les salariés sont aussi intéressés que le patronat à la bonne marche de l entreprise et au développement des facteurs de production. Ils ont donc intérêt tout autant si ce n est plus que le patronat à prendre part aux décisions de l entreprise pour assurer la sécurité de leur emploi et la croissance leur niveau de vie. Au niveau individuel, la cogestion d établissement doit assurer d autonomie des salariés en leur donnant prise sur leur environnement de travail (que ce soit l atelier ou l entreprise tout entière) et en leur permettant de mieux comprendre le fonctionnement globale de l entreprise [von Schenck, 1951]. De manière symétrique vient aussi de là l idée selon laquelle les salariés connaissant mieux leur travail que les dirigeants ; la cogestion leur permet ainsi de conseiller et leur donner une vue plus réaliste de leur entreprise. Ces trois premiers arguments sont certainement ceux qui ont le plus de succès auprès de l opinion publique et des hommes politiques et qui contribuent le plus à l avancée de la cogestion, en plus de la situation particulière dans laquelle se trouve le patronat. En revanche, la question de la présence ou non des syndicats dans les entreprises est plus complexe et a beaucoup moins fait l unanimité. Elle porte beaucoup d enjeux pour le DGB nouvellement formé ayant besoin de prouver la légitimité de son action. En effet, le DGB bataille pour imposer sa place aux côtés des représentants des salariés élus au sein de l entreprise, comme on l a vu. Les syndicats craignent une manipulation des salariés par le patronat : les salariés sont particulièrement vulnérables ayant perdu l habitude Hildwein Fabien Les arguments des débats sur la cogestion allemande septembre

20 de la revendication syndicale après les années du nazisme et ne disposant que d une faible culture économique. Le rôle des cadres du DGB est donc d apporter une opinion éclairée au sein des conseils de surveillance. De plus les syndicats allemands sont institutionnellement extérieurs à l entreprise, il n existe pas de représentation syndicale dans les entreprises : leur indépendance leur permet donc d être libres de toute pression interne à l entreprise [Herlin, 1954]. Un cinquième et dernier argument est avancé pour répondre à l argument s opposant à la cogestion selon lesquels les salariés ne disposent pas de la culture économique et du recul suffisant pour prendre des décisions pour l ensemble de l entreprise. La cogestion justement doit donner aux salariés une vue d ensemble de leur entreprise en leur donnant accès aux informations du conseil de surveillance. Cela doit leur permettre de formuler des revendications plus cohérentes avec le contexte économique de leur entreprise et leur secteur. Notons que cet argument, contrairement aux deux premiers, ne justifie pas une cogestion d entreprise paritaire, puisque c est surtout la cogestion comme droit à l information et non comme droit à la décision qui est concernée. Le DGB profite également de cet argument pour légitimer sa présence au sein du conseil de surveillance. En effet, les cadres du DGB doivent apporter aux représentants des salariés les clés pour comprendre le contexte plus vaste. Ils doivent également proposer une analyse de la situation différente de celle des dirigeants de l entreprise et permettre ainsi un débat éclairé. Les cadres du DBG participent donc pleinement de la fonction éducatrice de la cogestion [Herlin, 1954]. Enfin, le fait que les conseils d établissement soient indépendants des syndicats dans la BetrVG a été très mal accepté des syndicats, qui craignaient que le patronat ne manipule les salariés et ne vident de sens cette institution porteuse de la cogestion d établissement. Les syndicats ont alors adopté une stratégie différente en faisant progressivement entrer leur membres dans les conseils d établissement, à tel point qu aujourd hui une écrasante majorité des présidents de conseils d établissement sont syndiqués. Position et arguments du patronat Le patronat s attaque essentiellement à la cogestion d entreprise qui remet en cause leur droit à la propriété et à la présence des syndicats au sein des conseils de surveillance. La cogestion d établissement pose beaucoup moins de difficulté, parce qu elle ne remet pas Hildwein Fabien Les arguments des débats sur la cogestion allemande septembre

Un résumé de la Fondation Hans-Böckler

Un résumé de la Fondation Hans-Böckler Düsseldorf, 2007 - Résultats de la commission Biedenkopf - Commission gouvernementale pour la modernisation du système allemand de codétermination au niveau de l entreprise Un résumé de la Fondation Hans-Böckler

Plus en détail

La démocratie sociale et la participation des syndicats et des représentants des salariés aux décisions économiques en France

La démocratie sociale et la participation des syndicats et des représentants des salariés aux décisions économiques en France Conférence internationale sur le modèle social européen organisée par EURISPES et la Fondation Friedrich Ebert à Rome 10-11 mai 2007 La démocratie sociale et la participation des syndicats et des représentants

Plus en détail

ETUDE SUR LES TENDANCES EN MATIÈRE DE LIBERTÉ SYNDICALE ET DE NÉGOCIATION COLLECTIVE DANS LE SECTEUR DE L ÉDUCATION DEPUIS LA CRISE FINANCIÈRE

ETUDE SUR LES TENDANCES EN MATIÈRE DE LIBERTÉ SYNDICALE ET DE NÉGOCIATION COLLECTIVE DANS LE SECTEUR DE L ÉDUCATION DEPUIS LA CRISE FINANCIÈRE ETUDE SUR LES TENDANCES EN MATIÈRE DE LIBERTÉ SYNDICALE ET DE NÉGOCIATION COLLECTIVE DANS LE SECTEUR DE L ÉDUCATION DEPUIS LA CRISE FINANCIÈRE EUROPE ALLEMAGNE 128 Affiliés de l IE BLBS Bundesverband des

Plus en détail

«La solidarité serait une invention de Dieu lui-même»

«La solidarité serait une invention de Dieu lui-même» Louis GILL Économiste québécois, retraité de l UQAM 1989 «La solidarité serait une invention de Dieu lui-même» Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole, professeur de

Plus en détail

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales.

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. REGLEMENT INTERIEUR SUD CHIMIE Règlement INTERIEUR Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. Il a été adopté par le 5ème congrès

Plus en détail

Le Pouvoir dans les Sociétés

Le Pouvoir dans les Sociétés Prof. Dr. Christoph Teichmann, Université de Wuerzburg (Allemagne) Le Pouvoir dans les Sociétés Généralités 1. La notion de pouvoir est-elle définie dans votre droit des sociétés? Il n y a pas une notion

Plus en détail

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort L ALLEMAGNE ET L EUROPE. REMARQUES SUR LA DECISION DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE FEDERALE RELATIVE AU TRAITE DE LISBONNE Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* INTRODUCTION La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 er CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «L Union pour un Mouvement Populaire» (UMP),

Plus en détail

Enjeux associés aux modifications du régime de l assurance-emploi en 2012-2013 pour la région de l Abitibi-Témiscamingue

Enjeux associés aux modifications du régime de l assurance-emploi en 2012-2013 pour la région de l Abitibi-Témiscamingue Enjeux associés aux modifications du régime de l assurance-emploi en 2012-2013 pour la région de MÉMOIRE présenté à la Commission nationale d examen sur l assuranceemploi Le 12 juillet 2013 Ce document

Plus en détail

La compétitivité de l industrie française est un enjeu majeur pour la politique européenne.

La compétitivité de l industrie française est un enjeu majeur pour la politique européenne. 007-011 Avant propos_avant-propos 25/07/13 17:20 Page7 Avant-propos Gerhard CROMME* L Europe et l Allemagne ont besoin d une France compétitive Cet article reprend les thèmes du discours prononcé par Gerhard

Plus en détail

Waste concern. Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory. Initiative

Waste concern. Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory. Initiative Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory Initiative Waste concern Laura Loffler Novembre 2012 Majeure Alternative Management HEC Paris 2012-2013 Loffler Laura Fiche Initiative

Plus en détail

La définition du droit du travail

La définition du droit du travail La définition du droit du travail Fiche 1 Objectifs Identifier l objet du droit du travail et les situations pour lesquelles le droit du travail doit s appliquer. Prérequis Introduction au droit. Mots-clefs

Plus en détail

LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD

LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD NE LAISSONS PAS LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD Le MEDEF demande les pleins pouvoirs! Le janvier 0, le MEDEF a signé avec des syndicats minoritaires un accord sur l emploi. La négociation s est déroulée

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones

La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones Note d information La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones a été adoptée par l Assemblée Générales

Plus en détail

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION ARTICLE 1 er : L arrondissement, constituée sous le régime de la Loi du 1 er juillet 1901 et en conformité avec le Code de la Famille et de l Aide Sociale, groupe

Plus en détail

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne *

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * 42 La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * Inger V. Johansen Membre du comité des affaires européennes de l Alliance rouge-verte danoise intégration

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants?

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants? Renforcement des capacités en matière de Leadership au niveau du Secteur Public dans le contexte de la crise financière et économique Par Dr. Najat ZARROUK Introduction Quels défis pour l Administration

Plus en détail

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Introduction Le Groupe Co-operators limitée est détenu et dirigé par 45 membres-propriétaires de tout le Canada, issus

Plus en détail

PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE LA NÉGOCIATION DU RÉGIME AGRÉÉ DE PENSION ALCAN (RAPA)

PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE LA NÉGOCIATION DU RÉGIME AGRÉÉ DE PENSION ALCAN (RAPA) PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE LA NÉGOCIATION DU RÉGIME AGRÉÉ DE PENSION ALCAN (RAPA) PAR : Alain Proulx, président Syndicat National des employés de l aluminium d Arvida (FSSA) et Pierre Bergeron, actuaire

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales?

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? L EXPERT-COMPTABLE PILOTE DES MISSIONS DE CONSEIL SOCIAL : QUELS OUTILS, POUR QUELLES MISSIONS? Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? P.1 COMMENT ACCOMPAGNER LE CHEF D ENTREPRISE

Plus en détail

Arte Libera STATUTS DE L ASSOCIATION. Une Charte, qui figure en annexe des statuts, précise les principes de l Association.

Arte Libera STATUTS DE L ASSOCIATION. Une Charte, qui figure en annexe des statuts, précise les principes de l Association. Arte Libera STATUTS DE L ASSOCIATION TITRE 1 NOM, SIÈGE, DURÉE, CHARTE, BUT, MOYENS D ACTION Article 1 - Nom, siège, durée L Association Arte Libera sera constituée le 1 er novembre 2002 au sens des articles

Plus en détail

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010)

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010) Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel (Université de Nancy 21 octobre 2010) Le Conseil constitutionnel a fêté, il y a deux ans, son cinquantième anniversaire. Cet événement

Plus en détail

Numéro du rôle : 4315. Arrêt n 136/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T

Numéro du rôle : 4315. Arrêt n 136/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T Numéro du rôle : 4315 Arrêt n 136/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 118, alinéa 2, de la loi relative à l assurance obligatoire soins de santé

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

SYNTHÈSE HISTORIQUE VÉCU DE L'AAR PARTIE 2

SYNTHÈSE HISTORIQUE VÉCU DE L'AAR PARTIE 2 ALLIANCE DES ASSOCIATIONS DE RETRAITÉS SYNTHÈSE HISTORIQUE DU VÉCU DE L'AAR PARTIE 2 Par Jacques Guilmain (Membre de l'association des employés retraités de la ville de Montréal et membre du conseil d'administration

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

Statuts d Endo-Help, association suisse d aide aux femmes souffrant d endométriose

Statuts d Endo-Help, association suisse d aide aux femmes souffrant d endométriose Statuts d Endo-Help, association suisse d aide aux femmes souffrant d endométriose Article 1. Dénomination, siège et domaine d activité L association a pour dénomination «Endo-Help». Son siège est situé

Plus en détail

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE 25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE Fidèle aux exigences de Liberté, d Égalité et de Fraternité qui le fondent, le Grand Orient de France a pour principe essentiel la liberté absolue

Plus en détail

Article 1654 Le mariage est un contrat solennel entre deux personnes de sexe opposé qui souhaitent s unir et former une famille.

Article 1654 Le mariage est un contrat solennel entre deux personnes de sexe opposé qui souhaitent s unir et former une famille. Concours European Law Moot Court 2013-2014 Affaire M- 564/13, Spyridon et autres c. le Ministre de l Immigration et de la Naturalisation et le Directeur Général de la Santé 1. La Principauté de Brandoa

Plus en détail

REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE

REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE (Adopté par le Conseil académique du 20 janvier 2014, PV n 1, p. 5 ; modifié par le Conseil académique du 30 juin 2014, PV n 9, p. 1100.). Conditions de

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Syndicat des Producteurs de Miel de France. STATUTS MODIFIES ( édition de janvier 2015) TITRE I (Fondation)

Syndicat des Producteurs de Miel de France. STATUTS MODIFIES ( édition de janvier 2015) TITRE I (Fondation) Syndicat des Producteurs de Miel de France SPMF Siège social et administration : SPMF - Chambre d'agriculture du Gers Route de Mirande, BP 70161, 32003 AUCH CEDEX STATUTS MODIFIES ( édition de janvier

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Contribution du Secrétariat National Economie Sociale et Solidaire à la Convention Egalité Réelle du Parti Socialiste

Contribution du Secrétariat National Economie Sociale et Solidaire à la Convention Egalité Réelle du Parti Socialiste Contribution du Secrétariat National Economie Sociale et Solidaire à la Convention Egalité Réelle du Parti Socialiste L ESS OU LA PRATIQUE DE L EGALITE REELLE DANS L ECONOMIE Les entreprises de l ESS ont

Plus en détail

Andréas Boes et Thomas Lühr. Travail et temps en Allemagne Un système de mise à l épreuve permanent

Andréas Boes et Thomas Lühr. Travail et temps en Allemagne Un système de mise à l épreuve permanent Andréas Boes et Thomas Lühr Travail et temps en Allemagne Un système de mise à l épreuve permanent Pour les salariés allemands les plus qualifiés, l effacement des limites entre temps professionnel et

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS Règlement intérieur Introduction Document de travail non mis en forme Le 28 juin 2012 a été signé le Projet d agglomération 2012 au travers duquel les partenaires français, genevois et vaudois ont renforcé

Plus en détail

THÈME 2:! IDEOLOGIES, OPINIONS ET CROYANCES EN EUROPE DE LA FIN DU XIX SIÈCLE À NOS JOURS SOCIALISME ET MOUVEMENT OUVRIER EN ALLEMAGNE DEPUIS 1875

THÈME 2:! IDEOLOGIES, OPINIONS ET CROYANCES EN EUROPE DE LA FIN DU XIX SIÈCLE À NOS JOURS SOCIALISME ET MOUVEMENT OUVRIER EN ALLEMAGNE DEPUIS 1875 THÈME 2:! IDEOLOGIES, OPINIONS ET CROYANCES EN EUROPE DE LA FIN DU XIX SIÈCLE À NOS JOURS PROBLÉMATIQUES Quels sont les liens entre socialisme, syndicalisme et communisme en Allemagne? Comment les socialistes

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 4 décembre 2009 Français Original: anglais E/C.12/CHE/Q/2-3 Comité des droits économiques, sociaux et culturels Groupe de travail de présession

Plus en détail

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN COMPRENDRE CE QU EST L OTAN LES ORIGINES DE L ALLIANCE Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l Europe de l Est et l Europe de l Ouest se sont trouvées séparées par les divisions idéologiques et politiques

Plus en détail

13 NOVEMBRE 2007. Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la

13 NOVEMBRE 2007. Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la 13 NOVEMBRE 2007 Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la C H A R T E E T H I Q U E présentée par François Bayrou au Forum des Démocrates Seignosse 13-16 septembre

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

Comment s établir aux États-unis?

Comment s établir aux États-unis? Comment s établir aux États-unis? Zara Law Offices 111 John Street Suite 510 New York, NY 10038 Tel: 1-212-619 45 00 Fax: 1-212-619 45 20 www.zaralawny.com 1 Introduction La récente baisse du dollar constitue

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Statuts de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Avril 2010 1 I. DÉNOMINATION, SIÈGE, BUT Article 1 er : Dénomination Il est constitué, sous la dénomination «Chambre de commerce,

Plus en détail

mode d emploi Représentativité des syndicats

mode d emploi Représentativité des syndicats mode d emploi Représentativité des syndicats LA LOI DU 20 AOUT 2008 transpose dans le Code du travail les règles sur la représentativité et la négociation collective, telles que définies par les partenaires

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union NOUVEAUXSTATUTS Éditions de l Union TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES ARTICLE 1 ER CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «Les Républicains»,

Plus en détail

L'information sur les conventions collectives au Danemark

L'information sur les conventions collectives au Danemark L'information sur les conventions collectives au Danemark Rapport présenté par Christine DANIEL Membre de l Inspection Générale des Affaires Sociales Rapport n 2003 087 Septembre 2003 1/1 Résumé du rapport

Plus en détail

Table des matières. I. Nom et siège 3. II. But - Généralités 3. III. Affiliations 4. IV. Droits et obligations des membres 6. V.

Table des matières. I. Nom et siège 3. II. But - Généralités 3. III. Affiliations 4. IV. Droits et obligations des membres 6. V. Statuts Table des matières Page I. Nom et siège 3 II. But - Généralités 3 III. Affiliations 4 IV. Droits et obligations des membres 6 V. Organisation 7 1. L Assemblée générale 8 2. Le Conseil 10 3. La

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux OUTILS DE LA GRH 1/ La présente annexe propose une

Plus en détail

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec Présentation Présenté

Plus en détail

Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV)

Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV) Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV) I. But et composition de l Association Article 1 : Nom Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS PREAMBULE Les Médiateurs des pays membres de l UEMOA, conformément à la recommandation de leur première réunion tenue à Ouagadougou

Plus en détail

Les politiques de rémunération des entreprises : diversification, individualisation et segmentation

Les politiques de rémunération des entreprises : diversification, individualisation et segmentation Les politiques de rémunération des entreprises : diversification, individualisation et segmentation Jocelyne Barreau, Delphine Brochard, LESSOR, Rennes 2 L exploitation de l enquête REPONSE que nous avons

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS.

ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS. ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS. (article L.311-1 à L321-12 et L.330-1 à L.330-9 du Code du travail) (extraits des Cahiers du Chatefp n 2-3,

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE EUROPEAN COMMITTEE OF SOCIAL RIGHTS COMITÉ EUROPÉEN DES DROITS SOCIAUX 9 octobre 2012 Pièce n 2 Union syndicale des magistrats administratifs (USMA) c. France Réclamation n 84/2012 MEMOIRE DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION La Constitution est un ensemble de textes juridiques qui définit les différentes institutions composant l État et qui organise leurs relations. Elle peut comporter également

Plus en détail

L'âge industriel (XIXème siècle).

L'âge industriel (XIXème siècle). L'âge industriel (XIXème siècle). Introduction : A partir de la fin du XVIIIème siècle, un certain nombre de pays ont connu la plus profonde mutation que les sociétés humaines ont expérimenté : la révolution

Plus en détail

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève?

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève? Droit de grève Qu est-ce qu une grève? La grève est un droit fondamental reconnu à tous les salariés (cadres, ouvriers, employés, précaires, apprentis etc.) par la Constitution française. A ce titre, elle

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Article premier Forme et siège 4 Article 2 Buts 4 Article 3 Moyens 5. Article 4 Membres en général 5. Droits et obligations des membres

Article premier Forme et siège 4 Article 2 Buts 4 Article 3 Moyens 5. Article 4 Membres en général 5. Droits et obligations des membres STATUTS TABLE DES MATIÈRES I. Forme, buts et moyens Article premier Forme et siège 4 Article 2 Buts 4 Article 3 Moyens 5 II. Membres Article 4 Membres en général 5 Article 5 Droits et obligations des membres

Plus en détail

Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables

Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables Entretien publié in Confrontations Europe n 97, Janvier-Mars 2012 1 L Autorité des normes comptables (ANC),

Plus en détail

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité Marie Pierre ROUSSEAU Avec l existence du seul contrôle a priori des lois l ordre juridique français n a jusqu à présent

Plus en détail

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES adopté à Madrid le 27 juin 1989, modifié le 3 octobre 2006 et le 12 novembre 2007 Liste des articles du

Plus en détail

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 Rattache pour ordre au procès-verbal de la séance du 8 juillet 1992. Enregistre a la Présidence du Senat le 28 septembre 1992. PROPOSITION DE LOI

Plus en détail

STATUTS VEREIN SCHWEIZERISCHER SENIORENRAT ASSOCIATION CONSEIL SUISSE DES AÎNÉS ASSOCIAZIONE CONSIGLIO SVIZZERO DEGLI ANZIANI

STATUTS VEREIN SCHWEIZERISCHER SENIORENRAT ASSOCIATION CONSEIL SUISSE DES AÎNÉS ASSOCIAZIONE CONSIGLIO SVIZZERO DEGLI ANZIANI STATUTS VEREIN SCHWEIZERISCHER SENIORENRAT ASSOCIATION CONSEIL SUISSE DES AÎNÉS ASSOCIAZIONE CONSIGLIO SVIZZERO DEGLI ANZIANI DU 29 AVRIL 2010 I. Nome, siège et but 2 Sommaire I. Nome, siège et but Nom

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

Statuts de Paris Region Entreprises

Statuts de Paris Region Entreprises Statuts de Paris Region Entreprises Article 1. Forme et dénomination TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Il est institué entre les adhérents aux présents statuts et ceux qui y adhéreront, une Association

Plus en détail

S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R

S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R ARTICLE PREMIER CONSTITUTION Conformément au chapitre premier du titre premier du Livre

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Association loi 1901 - BP 82056-25402 AUDINCOURT CEDEX // 06.13.81.96.71 - www.crmfc.fr

Association loi 1901 - BP 82056-25402 AUDINCOURT CEDEX // 06.13.81.96.71 - www.crmfc.fr 1 TITRE I CONSTITUTION, OBJET, SIEGE SOCIAL, DUREE Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les personnes physiques ou morales qui adhérent ou adhéreront aux présents statuts, une association

Plus en détail

Chapitre 8 Le projet d une Europe politique depuis 1948

Chapitre 8 Le projet d une Europe politique depuis 1948 CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN IMPRESSION DU 28 avril 2015 Chapitre 8 Le projet d une Europe politique depuis 1948 Table des matières 1 Les débuts de la construction européenne 3 1.1 Un projet

Plus en détail

INDEPENDANCE DE L AVOCAT

INDEPENDANCE DE L AVOCAT INDEPENDANCE DE L AVOCAT Pour l avocat français du début de ce siècle, l indépendance est une caractéristique essentielle qui doit concerner l ensemble de notre activité professionnelle. Elle va d une

Plus en détail

Votre voix. Votre vote. Votre tour! Réforme démocratique. 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick. Types de démocratie directe

Votre voix. Votre vote. Votre tour! Réforme démocratique. 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick. Types de démocratie directe GUIDE DE PARTICIPATION DU CITOYEN 1 Réforme démocratique 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick Notre mandat : nous devons examiner et proposer une loi sur les référendums au Nouveau-Brunswick,

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

CREATION D UNE ASSOCIATION SPORTIVE ET DEROULEMENT D UNE ASSEMBLEE GENERALE Sources : Legifrance, Mémento Lefebvre Associations, URSSAF

CREATION D UNE ASSOCIATION SPORTIVE ET DEROULEMENT D UNE ASSEMBLEE GENERALE Sources : Legifrance, Mémento Lefebvre Associations, URSSAF CREATION D UNE ASSOCIATION SPORTIVE ET DEROULEMENT D UNE ASSEMBLEE GENERALE Sources : Legifrance, Mémento Lefebvre Associations, URSSAF LA CREATION D UNE ASSOCIATION SPORTIVE Une association est définie

Plus en détail

Statuts de «pr suisse»

Statuts de «pr suisse» Statuts de «pr suisse» Art. 1 L'Association Sous le nom «Association Suisse de Relations Publiques», «Schweizerischer Public Relations Verband», «Associazione Svizzera di Relazioni Pubbliche», «Swiss Public

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010 Époux M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les

Plus en détail

Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents!

Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents! Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents! Mémoire présenté à la Commission des affaires sociales dans le cadre des consultations particulières et des auditions publiques sur le

Plus en détail

La SAGP. Société à gestion partagée. par Patrick Guiol. Atelier «Gouvernance : repenser le pouvoir»

La SAGP. Société à gestion partagée. par Patrick Guiol. Atelier «Gouvernance : repenser le pouvoir» La SAGP Société à gestion partagée par Patrick Guiol Atelier «Gouvernance : repenser le pouvoir» Article 8 du préambule de la Constitution (1946 et 1958) Tout travailleur participe, par l'intermédiaire

Plus en détail

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon Alain Carrupt, Président syndicom, syndicat des médias et de la communication Fleurier 11.30 et Yverdon 18.30 Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon (Seul le texte parlé fait foi!) Les travailleuses

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS SOMMAIRE 01. 02. 03. 04. NOS PRINCIPES ÉTHIQUES DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES NOS OBJECTIFS ET ENGAGEMENTS VIS-À-VIS DE NOS PRINCIPAUX PUBLICS PROMOTION ET APPLICATION DU

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

Les principes du professionnalisme

Les principes du professionnalisme 1. Au sein de la profession actuarielle, le professionnalisme signifie : l application des connaissances et du savoir-faire spécialisés de l actuaire; un comportement éthique, plus particulièrement dans

Plus en détail

Nouveaux statuts de l Association faîtière suisse pour l animation enfance et jeunesse en milieu ouvert DOJ / AFAJ

Nouveaux statuts de l Association faîtière suisse pour l animation enfance et jeunesse en milieu ouvert DOJ / AFAJ Nouveaux statuts de l Association faîtière suisse pour l animation enfance et jeunesse en milieu ouvert DOJ / AFAJ Selon décision l assemblée des membres le 4 juin 2012 1. Dispositions générales 1.1. Sous

Plus en détail

Les Groupements de coopération

Les Groupements de coopération Les Groupements de coopération Intégrer les salariés dans la mise en œuvre des restructurations Une nécessité pour la CFDT Santé Sociaux MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Audition du 7 septembre

Plus en détail