Benchmark. «Package consolidation» IFRS Premiers retours d expérience en France et à l International. Décembre 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Benchmark. «Package consolidation» IFRS 10 11 12. Premiers retours d expérience en France et à l International. Décembre 2013"

Transcription

1 Benchmark «Package consolidation» IFRS Premiers retours d expérience en France et à l International Décembre

2 Préambule Les nouvelles normes liées à la consolidation telles que publiées par l IASB - IFRS, IFRS, IFRS (le «Package Consolidation») - sont applicables pour les exercices ouverts à compter du er janvier. Néanmoins, l Union Européenne a considéré que l effort de première application de ces normes publiées en mai était suffisamment significatif pour octroyer un délai supplémentaire d un an aux entreprises européennes, les rendant ainsi obligatoires uniquement aux exercices ouverts à compter du er janvier 4. Cette possibilité ne s applique toutefois pas dans les faits aux groupes Européens qui sont cotés aux Etats-Unis («SEC registrants»), qui n ont pas d autre choix que d appliquer par anticipation dès l exercice ces nouvelles normes, pour appliquer un référentiel identique à celui tel que publié par l IASB et éviter ainsi d avoir à produire un tableau de réconciliation IFRS / US GAAP. Ce décalage d un an est l opportunité d observer ce qui a été fait en pratique dans les comptes des groupes qui appliquent les nouvelles normes dès l exercice soit par obligation, soit par démarche volontaire («early adopters») - et de bénéficier d un premier retour d expérience. C est cette opportunité que nous saisissons dans cette étude pour vous apporter un premier éclairage sur les impacts et l information liés à l application de ces nouvelles normes, en travaillant sur la base d un échantillon de près de 7 groupes industriels et commerciaux à l étranger et en France et qui appliquent le «Package Consolidation» dès. Ce benchmark aborde notamment les thèmes suivants : les applications des normes IFRS et IFRS : quels groupes? quelles motivations? quels changements de méthode de consolidation? les impacts chiffrés de l application du «Package Consolidation» et leur présentation dans les états financiers intermédiaires, les premières informations présentées en annexe en application d IFRS dans les comptes intermédiaires. Nota Bene : Les * dans ce document indiquent les sources des états financiers intermédiaires dont les citations sont extraites. La liste complète ainsi que les sites internet sur lesquels ils sont disponibles se trouvent en annexe KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo

3 Préambule Une étude basée sur des groupes internationaux cotés localisés sur différents continents Nombre de groupe par pays Les groupes ayant adopté le «Package Consolidation» en et qui sont inclus dans l échantillon font partie de différents indices de cotation tels que : le TSX (Canada), le SMI et le SIX (Suisse), Allemagne Canada France Pays-Bas Royaume-Uni Suisse Autres le CAC 4 et le SBF (France), le DAX (Allemagne), le FTSE MIB (Italie), l EUROTOP (Royaume Uni), et l EURONEXT. La SNCF est le seul groupe non coté inclus dans l échantillon. En raison de particularités nationales, l étude n a pas pu bénéficier du retour d expérience des groupes de certains pays où le référentiel national suit pourtant le calendrier «IFRS tels que publiés par l IASB» et rend de fait le «Package Consolidation» d application obligatoire pour les exercices ouverts à compter du er janvier. En Australie par exemple, les groupes ont généralement des clôtures annuelles au juin, si bien que les premiers exercices d application obligatoire seront ceux ouverts au er juillet. On rencontre un phénomène un peu identique en Afrique du Sud, où les clôtures annuelles sont réparties entre décembre, mars, juin et septembre. Afrique du Sud Italie Luxembourg Mexique KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo

4 Préambule et exerçant dans différentes industries. Nombre de groupes par secteur d'activité Agroalimentaire - Luxe Automobile - Industrie BTP - Immobilier Chimie Divertissement - Télécommunications - Informatique Énergie - Pétrole Matériaux Santé - Services collectifs Ces groupes représentent huit secteurs d activité : Agroalimentaire et Luxe Automobile et Industrie BTP et Immobilier Chimie Divertissement, Télécommunications et Informatique Energie et Pétrole Matériaux Santé et Services collectifs La très forte représentation des secteurs «Energie et pétrole» et «Matériaux» s explique notamment par la très forte proportion de groupes canadiens dans l échantillon qui comprennent de nombreux groupes miniers. Les groupes opérant dans les secteurs financiers (banque et assurance notamment) ont été exclus de ce benchmark. Cette étude s appuie sur les informations publiées dans les présentations des résultats intermédiaires de ces groupes, et dans toutes les autres informations financières rendues publiques par ces groupes, notamment sur leurs sites internet. Les informations présentées correspondent aux dernières informations disponibles à la date de publication de ce document. KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo

5 Sommaire Des adoptants principalement impactés par IFRS, tant en France qu à l international mais qui n ont pas révolutionné leurs états financiers pour autant Une présentation du changement de méthode comptable relativement structurée 4 Un embryon de communication IFRS dès les comptes semestriels 5 Une communication des impacts peu anticipée avant les échéances obligatoires

6 Des adoptants principalement impactés par IFRS, tant en France qu à l international Points clés Les normes IFRS et sont très peu appliquées volontairement par anticipation 4% seulement des groupes de l échantillon affichent des impacts rétrospectifs d IFRS et/ou d IFRS Peu d impacts proviennent d un changement dans l analyse du contrôle exercé C est le changement de méthode de comptabilisation des co-entreprises, passage de l IP à la mise en équivalence, qui entraîne la très grande majorité des impacts. Les impacts chiffrés d IFRS et d IFRS restent toutefois peu significatifs pour la majorité des groupes impactés

7 Des adoptants principalement impactés par IFRS, tant en France qu à l international Sur les groupes de l échantillon, seulement sont des Européens «early adopters» volontaires Motivation de l'adoption du "Package Consolidation " Europe / "SEC registrants" Europe / adoption volontaire par anticipation Application obligatoire dans le référentiel national 4 Autres "SEC registrants" L objectif de cette partie est d étudier les impacts des normes IFRS et IFRS sur un échantillon de groupes industriels et commerciaux en France et à l International ayant adopté le «Package Consolidation» en. Cet échantillon, qui ne prétend pas être statistiquement représentatif, comprend : des groupes cotés dans des pays appliquant le référentiel IFRS tel que publié par l IASB (notamment des groupes du TSX au Canada () et du SMI en Suisse (9)), des groupes «SEC registrants» (4, dont Européens), ainsi que d autres groupes Européens appliquant volontairement les nouvelles normes par anticipation «early adopters» volontaires () en, qui ont été portés à notre connaissance. Sur la base de l échantillon étudié, il apparaît que l adoption en du «Package Consolidation» s est avant tout fait par contrainte. KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo

8 Des adoptants principalement impactés par IFRS, tant en France qu à l international Les groupes français du CAC 4 sont peu enclins à anticiper les nouvelles normes de consolidation en Statut des groupes du CAC 4 par rapport aux nouvelles normes au juin Impact sur les groupes du CAC 4 ayant adopté le "Package consolidation" à compter du er janvier 5 4 "SEC registrants" "Early adopters" volontaires "Package consolidation" non adopté au juin "SEC registrants" SANS impact "SEC registrants" AVEC impact "Early adopters" SANS impact "Early adopters" AVEC impact Seuls 9 groupes du CAC 4 ont appliqué les nouvelles normes au juin : 5 SEC registrants (Arcelor Mittal, Orange, Sanofi, Total, Veolia Environnement) et 4 early adopters volontaires (Gemalto, Renault, Unibail, Vivendi). Or parmi ces 9 groupes, d entre eux comptabilisaient déjà sous IAS leurs co-entreprises en Mise en équivalence ou n avaient pas d entités sous contrôle conjoint. Dans ce panel d adoptants du CAC 4, seuls 4 groupes ont identifié des impacts liés au «Package consolidation» : ArcelorMittal, Renault, Unibail et Veolia Environnement. Même pour des groupes pour lesquels les impacts d IFRS ou IFSR pourraient ne pas être significatifs (exemple: groupes appliquant déjà la mise en équivalence dans IAS, groupes sans JV significatives, groupes sans participations significatives avec une gouvernance ou une structuration complexe ), l évolution de l information annexe à fournir avec IFRS est probablement un frein sérieux à l application par anticipation du Package Consolidation. KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo 7

9 Des adoptants impactés par IFRS et, tant en France qu à l international Les groupes du CAC 4 sont peu nombreux à anticiper les nouvelles normes de consolidation en (suite) Information fournie par les "non adoptants" Les groupes qui appliqueront les nouvelles normes en 4 ont en majorité déjà analysé les impacts : groupes ont d ores et déjà conclu que les nouvelles normes n auront que peu d impact, groupes ont déjà communiqué sur les impacts attendus (baisse de chiffre d affaires, noms des sociétés passant d intégration proportionnelle à mise en équivalence) Extrait des états financiers semestriels de l Oréal au juin * En conséquence, les entités Galderma et Innéov actuellement consolidées par intégration proportionnelle seront mises en équivalence. Au décembre, les entités concernées représentaient à 5 % un chiffre d affaires de 84, millions d euros et une contribution au Résultat d exploitation de 8,9 millions d euros. Au juin, les entités concernées représentent à 5 % un chiffre d affaires de 95,7 millions d euros et une contribution au Résultat d exploitation de 7, millions d euros. Pas d'impact matériel attendu Impacts en cours d'évaluation ou non communiqués Description qualitative ou quantitative des impacts Extrait des états financiers semestriels de Saint Gobain au juin * L impact de l application des normes IFRS et relatives à la consolidation et aux partenariats, représenterait une diminution du chiffre d affaires consolidé du Groupe inférieure à %.... Mais plus d un tiers des groupes indique encore que l analyse est en cours. L AMF s attend, sauf exception, à ce que ces groupes finalisent leurs analyses d impacts et affinent leur communication sur le sujet dans leurs états financiers annuels. Extrait des recommandations AMF Fin l AMF avait déjà souligné dans ses recommandations les éléments demandés par IAS 8 - Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs sur les normes publiées mais non encore en vigueur (informations qualitatives et quantitatives sur tout impact significatif anticipé). L AMF rappelle qu il est important de fournir dans les comptes l information demandée par IAS 8 sur les impacts attendus des normes IFRS et IFRS. Les investisseurs auront à comparer ces comptes avec ceux de sociétés qui appliquent ces nouveaux principes de consolidation dès. KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo 8

10 Des adoptants principalement impactés par IFRS, tant en France qu à l international Sur les groupes de notre échantillon, 7 groupes présentent des impacts IFRS et/ou IFRS Typologie des 7 adoptants impactés par motivation Typologie des 7 adoptants impactés par pays Europe / "SEC registrants" Europe / adoption volontaire par anticipation Application obligatoire pour le référentiel national - Canada et Suisse Allemagne Canada France Pays-Bas Royaume-Uni Suisse Sur les groupes sélectionnés qui ont adopté IFRS et à compter du er janvier, seuls 7 groupes ont affiché des impacts rétrospectifs dans leurs comptes semestriels. La proportion d adoptants impactés par le «Package consolidation» est plus élevée chez les «early adopters» volontaires : 7% des groupes Européens «early adopters» volontaires (BASF, Bayer, Linde, Renault, Royal Bam Group, la SNCF et Unibail), 4% des groupes Européens «SEC registrants» (Alcatel, ArcelorMittal, BP, Rio Tinto et Veolia Environnement), et 4% des groupes dont le référentiel national impose l application (Canada - TSX : Agrium, Barrick Gold, Bombardier, Cameco, Goldcorp, Husky Energy, Iamgold, Kinross Gold, Suncor, Talisman Energy, Thomson Reuters, et RONA et Suisse - SMI : Holcim, Richemont, Nestlé). KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo 9

11 Des adoptants principalement impactés par IFRS, tant en France qu à l international Des adoptants beaucoup plus impactés par IFRS que par IFRS Typologie des natures d'impact pour les 7 groupes Nature des changements de méthode de consolidation liés au passage à IFRS 4 Passage IP à MEE Impact IFRS Impact IFRS et Passage IP à JO Passage MEE à JO Tous les groupes impactés par le nouveau «Package Consolidation» sont impactés par IFRS. En revanche, seuls 4 groupes ont identifié des changements de méthode de consolidation suite à l application d IFRS : BASF, Linde, la SNCF et Veolia Environnement. Concernant IFRS, sans surprise, la large majorité des groupes impactés le sont par le passage d IP à MEE pour leurs Co-entreprises (JV). En effet, cas de passage d IP à MEE ont été identifiés. Pour autant alors même que les critères d éligibilité à la classification en activités conjointes (JO) sont généralement interprétés comme très restrictifs et que l IFRIC pourrait mettre le sujet à son agenda l identification de activités conjointes dans notre échantillon de groupes impactés est loin d être négligeable. IFRS Joint Arrangements Summary of outreach on implementation issues (Extrait IFRIC Update - November ) The Interpretations Committee identified the following priority issues for further consideration: () whether an assessment of other facts and circumstances should take into account facts and circumstances that do not involve contractual and (legal) enforceable terms and () how the parties to a joint operation should recognise assets, liabilities, revenues and expenses, especially if the parties interests in the assets and liabilities differ from their ownership interest in the joint operation. [ ] The staff will present an analysis at a future meeting. KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo

12 Des adoptants principalement impactés par IFRS, tant en France qu à l international Des adoptants beaucoup plus impactés par IFRS que par IFRS (suite) Les identifications d Activités Conjointes relativement nombreuses dont certaines étaient auparavant mises en équivalence - semblent correspondre principalement (mais pas exclusivement) à des partenariats logés dans des structures juridiques distinctes fonctionnant comme des sociétés de moyen pour les partenaires, c est-à-dire, dans le jargon IFRS, satisfaisant le test des «autres faits et circonstances» parce que leur «output» est délivré aux partenaires de la structure et non à des tiers sur le marché (ci-après «JO de moyens»). La confirmation est toutefois complexe à obtenir car lorsque l on exclut les 9 groupes qui ne donnent aucune information sur les critères de classification, ou qui ne font que citer les noms des Joint Operations identifiées, il ne reste que groupes qui fournissent des caractéristiques détaillées sur la nature des partenariats classés en Joint Operations. Elles ne semblent pas être exclusivement des «JO de moyens» pour les partenaires : Extrait du rapport semestriel de Linde * Linde accounts on a line-by-line basis in accordance with the rules set out in IFRS for four joint arrangements in the United Arab Emirates and in China where the sole object is to supply one or several shareholders. In the absence of any special rights attaching to individual assets and liabilities, the assets and liabilities are accounted for on the basis of the share of equity held by The Linde Group Extrait du rapport semestriel (media release) de Rio Tinto * All entities and arrangements within the Group have been reviewed to assess the impact of IFRS and IFRS. As a result certain operations (including Queensland Alumina Limited, New Zealand Aluminium Smelters Limited, and Pechiney Reynolds Quebec Inc.) that were previously equity accounted are now accounted for as Joint Operations. These arrangements are primarily designed for the provision of output to the parties sharing joint control indicating that the parties have rights to substantially all the economic benefits of the assets. The liabilities of the arrangements are in substance satisfied by cash flows received from the parties; this dependence indicates that the parties effectively have obligations for the liabilities. It is these facts and circumstances that give rise to the classification as Joint Operations Extrait du rapport semestriel de Talisman Energy * Talisman s interest in the Talisman Sasol Montney Partnership (TSMP) has been accounted for as a joint operation [ ] the Company s 5% ownership interest and is jointly and severally liable for the obligations of the partnership. TSMP s principal place of operations and country of incorporation is Canada. The joint operation is strategic to the Company s business given the similarity in business lines KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo

13 Des adoptants impactés par IFRS et, tant en France qu à l international Peu de communication détaillée sur les impacts IFRS et les analyses sous-jacentes Nature des changements de méthode de consolidation liés au passage à IFRS Passage IG à MEE Passage MEE à IG Passage IP à IG Recommandation de l AMF n -9 Arrêté des comptes «Lorsque l analyse des dispositions nouvelles d IFRS conduit à une conclusion différente des analyses antérieures sur l existence d un contrôle sur des entités représentant, individuellement ou de manière groupée, une contribution significative aux états financiers consolidés, il est nécessaire que les émetteurs expliquent clairement en annexe les facteurs spécifiques pertinents ayant abouti à reconsidérer la relation avec ces entités. [ ]» Dans les cas significatifs où l analyse est complexe, l AMF recommande d expliquer en annexe les éléments ayant permis de conclure sur le contrôle, afin de donner au lecteur les clefs pour une meilleure compréhension des spécificités des relations entre l investisseur et l entité concernée.. Seuls 4 groupes ont identifié des changements de méthode de consolidation suite à l application d IFRS : Veolia Environnement, BASF, Linde et la SNCF. Parmi les impacts IFRS présentés et commentés ce n est pas le cas pour un des groupes concernés - quasiment tous les cas de figure sont présents: contrôle conjoint ou influence notable ré-analysés en contrôle exclusif et inversement, contrôle exclusif ré-analysé en contrôle conjoint ou influence notable. Le nombre et les noms des entités concernées par un changement de contrôle suite à l application d IFRS sont fréquemment mentionnés par les groupes concernés: 4 sociétés chez BASF, sociétés chez Linde, des entités de la branche SNCF Geodis pour la SNCF ). Mais Veolia Environnement est le seul groupe qui présente, dans ses états de passage entre les données publiées et les données retraitées, l impact «isolé» de l application d IFRS (passage d IG à MEE). Pour les autres, les impacts sont «noyés» soit dans l impact total du «Package Consolidation» qui regroupe les impacts IFRS / IFRS soit dans un impact global IFRS / et IAS 9 révisée. En revanche beaucoup de groupes, contrairement aux groupes cités ci-dessous, ne décrivent pas les éléments d analyse qui ont motivé ces changements: le niveau d encadrement contractuel sur les activités, le poids de la gouvernance ou encore le pouvoir conféré par la technologie Alors mêmes que les analyses IFRS à conduire dans certaines industries et pour certaines «sociétés projets» sont souvent très complexes, nécessitant un analyse approfondie des activités pertinentes, du mode de prise de décision et de pouvoir sur ces activités, de l exposition à la variabilité des rendements Extrait du rapport semestriel de Veolia Environnement * IFRS a conduit le groupe à développer un cadre d analyse couvrant les cas spécifiques de situations faisant intervenir plusieurs partenaires dans un environnement contractuel dense. Extrait du rapport semestriel de Linde * Eight companies [ ] have been fully consolidated for the first time as a result of the advantage held by Linde in terms of know-how. [ ] These companies are therefore dependent on Linde technology. This is reflected in the licensing agreements in force and the integration of production into the processes of The Linde Group and/or the interrelationships between the various decisionmakers. [ ] two other companies [ ] have been fully consolidated for the first time, because Linde exerts increased management authority in those companies. Here, Linde is able to exercise, on the basis of individual contracts, the most extensive decision-making powers over major portions of the operating activities of the entities. KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo

14 Des adoptants impactés par IFRS et, tant en France qu à l international malgré l évolution des définitions de contrôle et de contrôle conjoint Comme indiqué à la page précédente, quelques groupes ont identifié un changement d appréciation du co-contrôle sur certaines participations, avec des cas de passage de cocontrôle sous IAS à contrôle sous IFRS ou inversement de contrôle sous IAS 7 à co-contrôle sous IFRS. Peu d impacts de cette nature étaient attendus, puisque les définitions du co-contrôle sous IAS et IFRS restent très proches. Le Comité d Interprétation de l IASB a d ailleurs noté, à l occasion de débats sur l application des dispositions transitoires d IFRS et qu il s attendait lui aussi à voir peu d impacts de ce type. Cette position a toutefois fait l objet de commentaires, notamment de la part de KPMG, pour souligner les différences de textes entre IAS et IFRS qui sont à même de justifier des différences d appréciation entre les deux normes. Extrait IFRIC Update November The Interpretations Committee noted that, although the meaning of the term joint control as defined in IFRS is different from its meaning in IAS Interest in Joint Ventures () because of the new definition of control in IFRS, nevertheless the outcome of assessing whether control jointly would in most cases be the same in accordance with IFRS as it was in accordance with IAS. Pour autant, compte tenu de la modification de la définition du contrôle dans IFRS, l existence de tels changements d appréciation n est pas à exclure, et dès lors qu ils sont significatifs, devraient être de «bons candidats» à une information spécifique en annexe KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo

15 Des adoptants principalement impactés par IFRS, tant en France qu à l international Le poids des impacts IFRS demeure toutefois limité pour la grande majorité des groupes Impact en % du CA suite au passage à IFRS Impact Résultat Opérationel avant MEE en % suite au passage à IFRS 4 Nombre de groupes 8 4 Nombre de groupes 8 4 x<-% -%<x<-5% -5%<x<-,5% -,5%<x<,5% x<-% -%<x<-5% -5%<x<-,5% -,5%<x<,5% x>,5% Impact CA Impact Résultat Opérationnel avant MEE Certains groupes (8 sur 7) ont présenté les impacts IFRS / dans leurs tableaux de passage «compte de résultat retraité» conjointement avec les impacts d IAS 9 révisée. Leurs impacts IFRS n ont pas pu être identifiés. De fait, les graphiques ci-dessus ne les prennent pas en considération. Les impacts sur les comptes de résultat sont majoritairement limités, et proportionnés entre les impacts sur le CA et les impacts sur le Résultat Opérationnel, sauf pour quelques groupes : 4 groupes pour lesquels la diminution du chiffre d affaires est supérieure à -5% dont : - groupes miniers canadiens : diminution entre -% et de -%, - et Veolia Environnement (-%), 4 groupes pour lesquels l impact sur le Résultat Opérationnel avant MEE est supérieur à +/-5% dont : - Veolia Environnement (-%), Talisman Energy (-%), Bombardier ( 7%), - et Royal Bam Group, seul groupe à améliorer significativement son Résultat Opérationnel (+7%). Royal Bam Group est un «early adopter» volontaire dont les principaux impacts IFRS proviennent de co-entreprises concessionnaires ou en PPP désormais comptabilisées en MEE. Ce type de «sociétés projet» a la particularité de présenter un très fort levier d endettement et d être peu profitable dans les premières années d exploitation. 4 KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo

16 Des adoptants principalement impactés par IFRS, tant en France qu à l international Le poids des impacts IFRS demeure toutefois limités pour la grande majorité des groupes (suite) Impact en % endettement financier brut suite au passage à IFRS Nombre de groupes x<-% x<-5% -,5%<x<,5% Endettement financier brut Certains groupes (8 sur 7) ont : - soit présenté les impacts IFRS / dans leur tableau de passage «état de situation financière retraité» conjointement avec les impacts d IAS 9 révisée, - soit présenté leur tableau de passage de l état de situation financière de façon agrégée. De ce fait, les impacts sur l endettement financier brut n ont pas pu être identifiés. Les graphiques ci-dessus ne les prennent pas en considération. Les impacts sur l endettement financier brut sont également très limités pour tous les groupes, à l exception de Royal Bam Group qui enregistre une diminution de ses dettes financières de -55%, en lien avec la nature «Concessionnaire» de l activité des co-entreprises concernées. Ses emprunts CT et LT (et l endettement financier net) diminuent de,9 milliard dans les comptes entre les chiffres publiés et les chiffres retraités dont -,7 milliard pour les «PPP investments loans» : Extrait du rapport semestriel de Royal Bam Group * Before January, the Group s interests in its jointly controlled entities were consolidated on a proportional basis. Under IFRS, certain jointly controlled entities have been assessed to be joint ventures and recognised applying the equity method in accordance with the transition provisions of IFRS A noter que pour les groupes dont les co-entreprises désormais comptabilisées par mise en équivalence sont fortement endettées auprès de leurs actionnaires, l impact à la baisse d IFRS sur l endettement financier du groupe risque d être fortement décorrélé défavorablement de l impact à la baisse sur les agrégats de compte de résultat (ex Résultat opérationnel) et de flux de cash (ex Capacité d Autofinancement), posant ainsi des enjeux significatifs en termes de communication financière. 7 5 KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo

17 mais qui n ont pas révolutionné leurs états financiers pour autant. Points clés Peu de distinction faite par les adoptants entre co-entreprises et entreprises associées, aussi bien dans l état de situation financière (participations MEE) qu en compte de résultat (QP de résultat des MEE) Pas de changements significatifs dans la structure des comptes de résultat (agrégats et sous-totaux présentés) entre et Deux-tiers des groupes impactés présentent la QP de résultat des MEE en dessous du Résultat Opérationnel Aucun groupe n a appliqué l option laissée par la norme, dès lors que le reporting de l information financière au «Principal Décisionnaire Opérationnel» se fait sous ce format, de retenir l Intégration Proportionnelle pour ses co-entreprises dans l information sectorielle

18 mais qui n ont pas révolutionné leurs états financiers pour autant Les groupes présentant années de données comparatives dans les comptes annuels suivront-ils le dispositif de transition «allégé» prévu par l IASB et validé par l International Practices Task Force (IPTF)? Panorama du nombre d'années de comparatifs dans les états financiers annuels Tous les adoptants impactés par le «Package Consolidation» présentent une seule année de comparatifs dans leurs comptes semestriels. Il n est donc pas possible de savoir à ce stade comment les groupes qui présentent années de comparatifs dans leurs comptes annuels uniquement des SEC registrants dans notre échantillon - vont appliquer le dispositif de transition du «Package consolidation». année années En effet, les groupes qui ont déposé à la SEC des documents -F ou 4-F au Décembre avec des données comparatives et ( années de comparatifs) auront la possibilité de suivre le compte-rendu de la réunion de l International Practices Task Force (IPTF) du novembre qui a confirmé que la SEC acceptera que les sociétés se limitent à une seule année de comparatif retraité dès lors que toute la transparence nécessaire sur les périodes retraitées et non retraitées aura été donnée au lecteur des comptes. INTERNATIONAL PRACTICES TASK FORCE, Center for Audit Quality, Washington Office, November, - HIGHLIGHTS : IFRS, IFRS and IFRS require companies to adjust comparative periods retrospectively if the conclusion reached at the date of initial application (which is the beginning of the period of adoption) is different under previous IFRS guidance. As preparers began considering the adoption of IFRS, IFRS, and IFRS, commentators shared their view that retrospective application would be burdensome in many circumstances, particularly for multiple prior periods where information may be difficult to obtain. In June,, the IASB issued amendments to IFRS, IFRS and IFRS revising the transition guidance to provide relief from full retrospective application. As a result of the amendment, an entity need only make a retrospective adjustment for the annual period immediately preceding the date of initial application of these new standards (the Immediately Preceding Period ). Additionally, under the amendment, an entity may present adjusted comparative information for any earlier periods presented, but is not required to do so. If an entity presents unadjusted comparative information for any earlier periods, it shall clearly identify the information that has not been adjusted, state that it has been prepared on a different basis, and explain that basis. The impact of these amendments is particularly relevant to SEC foreign private issuers that are required to present audited statements of income, cash flows and equity for three periods, and also present five years of comparative financial information in the table of selected financial data. The staff has indicated that it will not require restatement of the earlier periods presented beyond the Immediately Preceding Period for IFRS, IFRS and IFRS. However, the staff would expect that it be made clear on the face of the financial statements that the earlier periods have not been adjusted (e.g., through a footnote reference or otherwise). In addition, appropriate transparency should be provided in the table of five years of selected financial data and MD&A such that it is clear which periods have been retroactively adjusted and which periods have not been adjusted. 7 KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo

19 mais qui n ont pas révolutionné leurs états financiers pour autant Peu de distinction dans la présentation des contributions des co-entreprises et des entreprises associées Présentation des participations dans les co-entreprises et entreprises associées Présentation des résultats des co-entreprises et des entreprises associées ligne dans l etat de situation financière lignes distinctes dans l état de situation financière Non précisé 4 Distinction des résultats des JV et des associates Non distinction des résultats des JV et des associates Non précisé Les états de situation financière et les comptes de résultat ne présentent que rarement une distinction entre les «participations ou résultats dans les co-entreprises» et les «participations ou résultats dans les entreprises associées», sauf dans quelques cas quand il s agit de montants significatifs. Dans ces quelques cas, approches différentes sont été retenues : Distinction d une entité spécifique Renault opère une distinction entre Nissan et les «autres participations ou résultats dans les co-entreprises ou entreprises associées» du fait de l importance significative de Nissan détenue à 4,7% et sous influence notable. Cameco présente le résultat de BPLP (8% du Résultat Opérationnel) sur une ligne distincte de son compte de résultat. Mais une telle distinction n est pas réalisée dans l état de situation financière. Distinction entre les co-entreprises et les entreprises associées BP opère une telle distinction à la fois : - dans les «Total revenues and other income» ($ milliards) où figurent les «Earnings from JV» ($ 7 millions) et les «Earnings from associates» ($ 7 millions), - et dans les «Non current assets» ($ 9 milliards) qui présentent les «Investments in JV» ($ 9 milliards) et les «Investments in associates» ($ 5 millards). Veolia Environnement présente aussi séparément en compte de résultat la «Quote part de résultat net des co-entreprises» (7% du Résultat Opérationnel) et la «Quote part de résultat net des entreprises associées» (% du Résultat Opérationnel), tout comme dans l état de situation financière les «Participations dans les co-entreprises» (4% des Actifs non courants) et les «Participations dans les entreprises associées» (% des Actifs non courants). 8 KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo

20 mais qui n ont pas révolutionné leurs états financiers pour autant Les résultats des co-entreprises et entreprises associées sont souvent présentés en dessous du Résultat Opérationnel Présentation des résultats des JV et associates 8 5 au-dessus du Résultat Opérationnel entre agrégats de Résultat Opérationnel en dessous du Résultat Opérationnel Autres La recommandation n - du 4 Avril de l ANC concluait que : «Dans les groupes où ce choix de méthode est jugé pertinent compte tenu de leurs activités, la quote-part du résultat net de ces entreprises mises en équivalence est présentée après un sous-total «Résultat opérationnel» et avant un sous-total «Résultat opérationnel après quote-part du résultat net des entreprises mises en équivalence»». A l exception de BASF qui a modifié la structure de son compte de résultat entre et (puisque ce groupe présentait la ligne «Income from companies accounted for using the equity method» en-dessous de son Résultat Opérationnel en ), les 4 autres groupes (Agrium, Barrick Gold, Bombardier et RONA) qui présentent les QP de résultat des MEE au-dessus du Résultat Opérationnel n ont pas modifié la structure de leur compte de résultat entre et. Dans un contexte où beaucoup de groupes en France se posent la question du positionnement des QP de résultat des MEE dans le compte de résultat, il est intéressant de constater qu une minorité (un tiers) des groupes concernés présentent l agrégat au dessus du Résultat Opérationnel, malgré l absence de contrainte des normes IFRS sur le sujet. Deux pratiques «atypiques» ont été recensées dans l échantillon : groupes présentent, à compter de leurs états financiers, un nd niveau de Résultat Opérationnel qui intègre les QP de résultat des MEE : la SNCF et Veolia Environnement. Ces groupes français appliquent les dispositions de la recommandation de l Autorité des Normes Comptables (ANC). D ailleurs, toujours en parfaite conformité avec la recommandation de l ANC, Veolia Environnement présente également, en compte de résultat et au-dessous du Résultat Opérationnel cette fois, une ligne Quote part de résultat net des autres entités mises en équivalence qui correspond aux activités non core du groupe. Dans ce contexte, le groupe clarifie en note annexe que la nature des activités exercées par les entités mises en équivalence détermine leur niveau de présentation dans le compte de résultat, et définit dans les Principes et méthodes comptables les activités core du groupe. groupes, BP et Suncor, présentent, comme dans leurs états financiers, les QP de résultat des MEE comme une composante de Other Income, hors de l agrégat Revenue mais à l intérieur d un sous-total «Revenue and Other Income». La recommandation n -9 de l AMF rappelle que : «Lorsque les sociétés consolidées par mises en équivalence sont considérées comme étant dans le prolongement de l activité opérationnelle du groupe, il est important que la présentation choisie n altère pas les ratios calculés par les utilisateurs à partir de l agrégat du compte de résultat présentant l activité opérationnelle du groupe. De plus, les intitulés utilisés devraient clairement mentionner la prise en compte des sociétés mises en équivalence». En effet, l AMF constate que d autres libellés, tels que «Résultat d exploitation» ou «EBIT» sont employés par les sociétés pour communiquer sur leur performance opérationnelle. Par conséquent, pour ces situations, il lui paraît pertinent de s inspirer de la recommandation ANC n -. 9 KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo

21 mais qui n ont pas révolutionné leurs états financiers pour autant Une certaine absence de précision sur les autres éléments du résultat global (OCI) des MEE Présentation des autres éléments du résultat global (OCI) pour les entreprises mises en équivalence lignes spécifiques pour les JV et associates ligne spécifique regroupant MEE des JV et associates Pas de distinctiondes contributions des JV et associates La majorité des groupes ne présente pas de ligne séparée pour la contribution des MEE dans le résultat global sans qu il soit possible d identifier si celle-ci est non significative ou si elle se trouve de fait mélangée avec la contribution des filiales. Pour autant, groupes apportent cette distinction entre les contributions des MEE et celles de leurs entités contrôlées. La plupart traite ensemble les contributions des MEE quelles que soient les natures du contrôle. En revanche, 9 d entres eux présentent séparément leur contribution au résultat global en distinguant d une part la part «recyclable» et d autre part la part «non recyclable». Veolia Environnement va plus loin en opérant une double distinction dans son résultat global : une distinction volontaire entre les résultats des «JV» et les résultats des «associates», et une distinction demandée par IAS entre les éléments de résultat qui seront recyclés ultérieurement en résultat net, et ceux qui ne le seront pas. KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo

22 Des adoptants impactés par IFRS et, tant en France qu à l international Une certaine absence de précision sur les autres éléments du résultat global (OCI) des MEE (suite) Jusqu à récemment, la norme IAS imposait de présenter les autres éléments du résultat global (OCI) des entités mises en équivalence de façon agrégée sur une ligne unique, séparément des OCI des filiales. Lorsqu IAS a été amendée pour préciser que les éléments du résultat global devaient être scindés entre éléments recyclables (écarts de conversion, réévaluations des instruments financiers, ) et éléments non recyclables (écarts actuariels ), les dispositions de la norme relatives à la présentation des contributions OCI des entités mises en équivalence ont été affectées, et ne sont plus très claires. Le comité d interprétation de l IASB a été saisi de cette question et a conclu que la correcte présentation des contributions OCI des entités mises en équivalence était une présentation sur deux lignes, l une regroupant tous les éléments du résultat global recyclables des entités mises en équivalence et l autre regroupant tous les éléments du résultat global non recyclables des entités mises en équivalence, et a proposé au Board de l IASB qu un amendement à IAS soit fait dans ce sens. KPMG est favorable à cette recommandation et l a illustrée dans ses «Etats Financiers Illustrés», étant précisé que dans l exemple considéré, l entité mise en équivalence n a pas d élément non recyclable. Extrait IFRIC Update juillet Extrait Guide to financial statements KPMG de septembre IAS Presentation of Financial Statements presentation of items of other comprehensive income arising from equity-accounted investments : The Interpretations Committee therefore recommended that the IASB should amend paragraph 8A of IAS to clarify that entities shall present the share of the OCI of associates and joint ventures accounted for using the equity method in aggregate as a single line item. This share should be classified between whether those items will or will not be subsequently reclassified to profit or loss. In addition, the Interpretations Committee recommended amending the Implementation Guidance in IAS to reflect that change. KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo

23 Une présentation du changement de méthode comptable relativement structurée Points clés Il n existe pas toujours de note spécifique relative au «Changement de Méthode Comptable» pour présenter les impacts IFRS et/ou Une très grande majorité des groupes impactés présente les impacts dans des tableaux de passage spécifiques, sauf pour le résultat global Ces tableaux de passage ne présentent généralement pas les impacts sur les états financiers primaires complets, mais seulement sur des versions agrégées ou des sélections d agrégats clés Les impacts IFRS / ne sont pas systématiquement isolés des impacts d IAS 9R

24 Une présentation du changement de méthode comptable relativement structurée Absence notable d une note annexe spécifique relative au «Changement de méthode comptable» Présentation dans une note spécifique dédiée du changement de méthode comptable IFRS / Présentation dans une note spécifique dédiée Pas de note spécifique dédiée Les groupes adoptants, même lorsqu ils sont impactés, ne présentent pas toujours le changement de méthode comptable lié à l application du «Package Consolidation» dans une note spécifique de l annexe. En l absence de note spécifique, l information relative à la première application d IFRS et d IFRS est généralement présentée dans la première partie de l annexe souvent intitulée «Principes et Méthodes Comptables» : Exemples d information qualitative générale et détaillée : Présentation et définition des nouvelles normes IFRS /, Liste et/ou nombre des partenariats ou entités ayant changé de méthode de consolidation suite à l application des nouvelles normes, Précision variable quant à l impact significatif ou non du changement de norme. Exemples d impacts quantitatifs renseignés : Tableau de passage permettant d identifier les impacts. KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo

25 Une présentation du changement de méthode comptable relativement structurée Dans les états de situation financière : Présentation d'un tableau de passage pour la situation financière retraitée Agrégats bilantiels présentés dans les états de passage Présentation des impacts dans le tableau de passage de la situation financière Etat de situation financière complet Situation financière agrégée ou sélection d'agrégats Absence de tableau de passage 7 Impact IFRS et distingué Impact IFRS et regroupé Impact IFRS / IFRS / IAS 9R Dans 4 cas, les groupes présentent un tableau de passage «situation financière publiée / situation financière retraitée». Les groupes Nestlé, Thomson Reuters et Unibail ne présentent pas de tableau de passage en précisant que le «Package Consolidation» n a pas d impact. Cependant, l état de situation financière complet n est présenté que dans cas. Dans les autres cas, les impacts sur la situation financière sont présentés pour une sélection d agrégats. Dans cas de figure, seuls les postes impactés de la situation financière sont mentionnés, et dans cas, comme présenté dans le graphique au milieu cidessus, une sélection d agrégats bilanciels est présentée. Dans une grande majorité ( cas), les groupes présentent, dans leurs tableaux de passage de «situation financière publiée / retraitée», les impacts IFRS dans une colonne distincte. Cela s explique car ces groupes ne sont en fait pas impactés par IFRS. Enfin sur les 4 groupes qui sont impactés par IFRS et IFRS : seul Veolia Environnement présente un tableau de passage qui distingue les impacts IFRS et IFRS, la SNCF présente un tableau de passage avec une seule colonne «Impact Paquet consolidation», ie impact IFRS + IFRS, et BASF et Linde présentent un tableau de passage avec une colonne impact : IFRS + IFRS + IAS 9 révisée. Ces deux derniers groupes ne sont en fait pas les seuls à avoir retenu une approche «regroupée avec IAS 9R» pour présenter les impacts du «Package consolidation» puisque 4 groupes qui ne sont impactés que par IFRS ont procédé de la même façon: Alcatel, BP, Cameco et Suncor. 4 KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo

26 Une présentation du changement de méthode comptable relativement structurée Dans les comptes de résultat : Présentation d'un tableau de passage pour le compte de résultat retraité Agrégats de compte de résultat présentés dans les états de passage Présentation des impacts dans le tableau de passage du compte de résultat Compte de résultat complet Compte de résultat agrégé ou séléction d'agrégats Absence de tableau de passage Impact IFRS et distingué Impact IFRS et regroupé Impact IFRS / IFRS / IAS 9R Dans cas, les groupes présentent un tableau de passage «compte de résultat publié / compte de résultat retraité». Les 4 groupes qui ne présentent pas de tableau de passage sont : Husky Energy, Thomson Reuters, Unibail et Kinross Gold. A noter toutefois que ce dernier chiffre les impacts sur les «revenues, production cost of sales and operating earnings» dans un commentaire narratif, alors même qu il considère ces impacts sur son compte de résultat non significatifs. Il retient en cela une approche différente de celle pour l Etat de Situation Financière pour lequel il fournit un tableau de passage. Cependant, le compte de résultat complet n est présenté que dans 9 cas. Dans les 4 autres cas, les comptes de résultats sont présentés pour une sélection d agrégats. Dans 8 cas de figure, seuls les postes impactés du compte de résultat sont mentionnés, et dans cas, comme présenté dans le graphique au milieu ci-dessus, seuls les principaux agrégats de résultat sont présentés En ce qui concerne la mise en évidence des impacts propres au «Package Consolidation» dans ces tableaux de passage pour le Compte de Résultat, les constats sont similaires à ceux sur les Etats de Situation Financière: Dans une grande majorité (5 cas), les groupes présentent, dans leurs tableaux de passage de compte de résultat publié / retraité, les impacts IFRS dans une colonne distincte. Nous notons que 4 groupes sont impactés par IFRS et IFRS : Veolia Environnement, la SNCF, BASF et Linde, qui suivent les mêmes présentations que celles décrites page précédente. Par ailleurs, 4 autres groupes sont impactés par IFRS uniquement et suivent la présentation «mélangée» (avec IAS 9R) à savoir : Alcatel, BP, Cameco et Holcim. 5 KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo

27 Une présentation du changement de méthode comptable relativement structurée Dans les tableaux de flux de trésorerie (TFT) : Présentation d'un tableau de passage pour le TFT retraité Agrégats de TFT présentés dans les états de passage Présentation des impacts dans le tableau de passage du TFT TFT complet TFT agrégé ou sélection d'agrégats Absence de tableau de passage Impact IFRS et distingué Impact IFRS et regroupé Impact IFRS / IFRS / IAS 9 regroupé Dans leur très large majorité ( cas), les groupes présentent les impacts dans un tableau de passage «TFT publié / TFT retraité». Les groupes qui n en présentent pas, présentent dans leurs comptes semestriels un TFT retraité mais sans tableau de passage explicatif. Dans les cas où le tableau de passage est agrégé, les agrégats présentés sont identifiés dans le graphique au milieu ci-dessus. En ce qui concerne la mise en évidence des impacts propres au «Package Consolidation» dans ces tableaux de passage pour le Tableau de flux de trésorerie, les constats sont similaires à ceux sur les Etats de Situation Financière et les Comptes de Résultat. KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo

28 Un embryon de communication IFRS dès les comptes semestriels Points clés 4 L application d IFRS n est pas littéralement obligatoire dans les états financiers semestriels Quelques groupes ayant des entités mises en équivalence significatives présentent cependant dès les comptes intermédiaires certaines informations requises par IFRS, notamment des données chiffrées individualisées pour les entités mises en équivalence les plus significatives L information annexe IFRS des comptes annuels reste donc à construire ou à développer pour une large majorité des groupes adoptants

29 Un embryon de communication IFRS dès les comptes semestriels Peu d informations IFRS en général Présentation en annexe d informations financières requises par IFRS Présentation de données individualisées des co-entreprises et entreprises associées significatives consolidées par MEE Présentation de données agrégées des co-entreprises et entreprises associées significatives consolidées par MEE Absence de note spécifique relative à IFRS La recommandation n -9 Arrêté des comptes précise que: «Lorsque les impacts liés à la première application des normes IFRS et/ou IFRS sont significatifs, l AMF invite les sociétés à s interroger sur la pertinence de présenter, dès les comptes semestriels résumés, certaines des informations demandées par IFRS qui seraient utiles à la compréhension de la performance financière et l évolution de la situation.» IFRS n est obligatoire que dans les états financiers annuels, les états financiers intermédiaires étant présentés en application d IAS 4. L objectif d IAS 4 est essentiellement de fournir une mise à jour des informations déjà données à la clôture annuelle précédente et sur les transactions et évènements significatifs. C est pour cette raison que l AMF souligne que la présentation de certaines informations requises par IFRS peut parfois être nécessaire dès la publication des états financiers intermédiaires. 7 groupes ont ainsi déjà commencé à publier certaines informations requises par IFRS dès leurs comptes intermédiaires, et la grande majorité d entre eux le font en présentant des informations chiffrées individualisées pour leurs co-entreprises et/ou entreprises associées les plus significatives. Seul Richemont ne présente que des données chiffrées agrégées pour l ensemble de ses MEE. Dans les autres cas, des informations sur les co-entreprises et entreprises associées significatives sont présentées de manière individualisée, ce qui n empêche pas certains de ces groupes () de présenter également des données agrégées pour les co-entreprises et entreprises associées non significatives : Cameco, Iamgold et Talisman Energy présentent de façon individualisée certains agrégats financiers sélectionnés de leurs co-entreprises et entreprises associées significatives, ArcelorMittal, Goldcorp et Veolia Environnement font de même, et présentent également des données financières agrégées pour les co-entreprises et entreprises associées non significatives. 8 KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo

30 Un embryon de communication IFRS dès les comptes semestriels mais un effort certain d individualisation des cas signficatifs 7 Etats financiers des co-entreprises présentées de manière individuelle en annexe Principaux agrégat des co-entreprises présentées individuellement 4 5 Nombre de groupes 5 4 Agrégats de situation financière : -CAMECO -GOLDCORP -IAMGOLD -TALISMAN -ARCELORMITTAL -VEOLIA ENVIRONNEMENT Les présentations en notes annexes de données individualisées relatives aux coentreprises ou associates significatives varient d un groupe à l autre. On peut toutefois constater sans surprise que la priorité est donnée aux données de Compte de Résultat et à l Etat de Situation Financière et que le Tableau de Flux de Trésorerie ne donne pas lieu encore au même niveau de précision. Par ailleurs, IFRS Appendice B Paragraphe 4b requiert que : «Si l entité comptabilise ses intérêts dans la co-entreprise ou l entreprise associée selon la méthode de l équivalence, l entité doit fournir un rapprochement entre les informations financières résumées et la valeur comptable de ses intérêts dans la coentreprise ou l entreprise associée». Seul Veolia Environnement présente ce rapprochement, qui peut s avérer parfois complexe à réaliser, dans ses comptes semestriels. 5 Agrégats de compte de résultat : -CAMECO -GOLDCORP -TALISMAN -ARCELORMITTAL -VEOLIA ENVIRONNEMENT Agrégats de tableau de flux de trésorerie : -GOLDCORP -TALISMAN -ARCELORMITTAL 9 KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo Bilan Actifs non courants Actif courants Total actifs Passifs non courants Passifs courants Total passifs Situation nette Autres agrégats Compte de Résultat CA Coûts d'exploitation RESOP ou EBIT Résultat Financier Résultat avant impôt Impôt Résultat Net OCI Résultat global Autres agrégats TFT Net income Adjustments Cash from operating activities Cash from investing activities Cash from financing activities Net increase / decrease in cash Cash at the begining / end Autres agrégats

31 Un embryon de communication IFRS dès les comptes semestriels mais un effort certain d individualisation des cas signficatifs (suite) Etats financiers des co-entreprises présentées de manière agrégée en annexe Principaux agrégats des co-entreprises présentées de manière agrégéee Nombre de groupes Agrégats de situation financière : - GOLDCORP - RICHEMONT Agrégats de compte de résultat : - GOLDCORP - RICHEMONT ArcelorMittal, Goldcorp, Richemont et Veolia Environnement présentent des agrégats financiers pour les co-entreprises qui ne sont pas présentées de façon «individualisée» mais «en cumul». Comme indiqué précédemment, Richemont ne présente pas d informations financières individuelles, mais présente quelques agrégats de bilan et de compte de résultat pour ses JV et associates. Parmi les groupes qui présentent à la fois de l information IFRS individualisée et «en cumul»: Goldcorp présentent les mêmes agrégats, que ce soit pour ses Associates présentées de façon «individuelle» ou celles présentées «en cumul» dans une colonne «Other». ArcelorMittal et Veolia Environnement communiquent les résultats nets et résultats globaux de leurs co-entreprises prises dans leur ensemble dès lors qu elles ne sont pas présentées individuellement par ailleurs. Agrégats de tableau de flux de trésorerie : - GOLDCORP KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo Bilan Actifs non courants Actif courants Total actifs Passifs non courants Passifs courants Total passifs Situation nette Compte de Résultat CA Coûts d'exploitation RESOP ou EBIT Résultat Financier Résultat avant impôt Impôt Résultat Net OCI Résultat global TFT Net income Adjustments Cash from operating activities Cash from investing activities Cash from financing activities Net increase / decrease in cash Cash at the begining / end 4 4

32 Un embryon de communication IFRS dès les comptes semestriels Information requise par IFRS sur les «Non controlling interests» (NCI) Information requise par IFRS sur les NCI 5 NCI inférieur à % des capitaux propres et absence d'information sur les NCI NCI supérieur à % des capitaux propres et absence d'information sur les NCI NCI supérieur à % des capitaux propres et présence d'information sur les NCI IFRS paragraphe requiert que : An entity shall disclose for each of its subsidiaries that have non-controlling interests that are material to the reporting entity: (a) the name of the subsidiary. (b) the principal place of business (and country of incorporation if different from the principal place of business) of the subsidiary. (c) the proportion of ownership interests held by non-controlling interests. (d) the proportion of voting rights held by non-controlling interests, if different from the proportion of ownership interests held. (e) the profit or loss allocated to non-controlling interests of the subsidiary during the reporting period. (f) accumulated non-controlling interests of the subsidiary at the end of the reporting period. (g) summarised financial information about the subsidiary. Sur les 7 groupes qui ont déjà commencé à publier certaines informations requises par IFRS dès leurs comptes intermédiaires : 5 d entre eux n ont pas communiqué sur leurs NCI car leurs montants étaient non significatifs par rapport aux montants des capitaux propres respectifs de chaque groupe (moins de %); groupe, dont les NCI sont significatifs en % des capitaux propres, a choisi de ne pas appliquer IFRS paragraphe dans ses comptes semestriels. Les NCI d ArcelorMittal s élèvent à.4 MUSD (soit 7% des capitaux propres), et seul ce groupe publie de l information financière sur ses NCI. Les informations données portent sur ses NCI, et précisent pour chaque NCI, conformément aux informations demandées par IFRS : - les nom des NCI, - les pays des NCI, - les pourcentage de détention et de droits de vote dans chaque NCI, - les résultats "attributable" de chaque NCI et le montant total, - les montants des NCI respectifs et le montant total, - et certains agrégats clés du bilan, compte de résultat et tableau de flux de trésorerie. Ce sujet constitue un autre axe d amélioration de l information annexe IFRS pour les groupes adoptants dans leurs comptes annuels au décembre. KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo

33 Une communication des impacts peu anticipée avant les échéances obligatoires Points clés 5 Peu de communication financière sur le «Package Consolidation» en dehors des publications Q

34 Une communication des impacts peu anticipée avant les échéances obligatoires Peu de communication financière en dehors des publications Q Communication financière relative aux IFRS / / antérieure au // Information financière publiée en et présentée retraitée en Q Communication financière antérieure au // Absence de communication financière antérieure au // 5 Bilan, compte de résultat et tableau de flux de trésorerie Compte de résultat et tableau de flux de trésorerie Bilan Parmi les 7 groupes impactés, d entre eux avaient commencé à évoquer le «Package Consolidation» dans leurs comptes annuels (seul Linde n en faisait pas mention). Il s agissait bien souvent d une part de présenter les changements conceptuels relatifs à IFRS et IFRS en remplacement d IAS 7 et d IAS, et d autre part d éventuellement indiquer les noms des entités concernées, voire de commencer à distiller de l information chiffrée. Les deux tiers des groupes ont été conduits à communiquer sur l impact du «Package Consolidation» préalablement à la publication de leurs comptes semestriels, en l occurrence systématiquement au moment de leur publication Q. Ceux qui n avaient pas communiqué avant l arrêté des comptes au juin n avaient, soit pas communiqué dans leur publication Q (4 cas), soit pas d échéance de communication trimestrielle préalable ( cas). Quelques rares groupes ont mis en ligne avant leur publication trimestrielle les données comparatives retraitées (et c est certainement une bonne pratique aux yeux du marché). Par exemple : Veolia Environnement «Application des normes IFRS» conférence call du 8 Avril (publication trimestrielle le mai ), BASF «Restated figures» publication du Mars (publication trimestrielle le avril ). A l exception d un seul, tous les groupes qui fournissent de l information en Q sur la ère application du «Package Consolidation» fournissent des impacts quantitatifs dans des tableaux de retraitement des données comparatives, et pour une large majorité d entre eux pour les principaux états financiers primaires. KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo

35 Annexe Sources des extraits L Oréal : extrait des états financiers semestriels au juin - Saint-Gobain : extrait des états financiers semestriels au juin - Veolia : extrait du rapport semestriel - Linde : extrait du rapport semestriel - Rio Tinto : extrait du rapport semestriel (media release) - Talisman Energy : extrait du rapport semestriel - Royal Bam Group : extrait du rapport semestriel - 4 KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo

36 kpmg.fr Contacts Karine Dupré Associée Audit Infrastructure Gouvernement Santé Tél. : Astrid Montagnier Senior Manager Accounting Advisory Services Tél. : KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo et cutting through complexity sont des marques déposées ou des marques de KPMG International Les informations contenues dans ce document sont d ordre général et ne sont pas destinées à traiter les particularités d une personne ou d une entité. Bien que nous fassions tout notre possible pour fournir des informations exactes et appropriées, nous ne pouvons garantir que ces informations seront toujours exactes à une date ultérieure. Elles ne peuvent ni ne doivent servir de support à des décisions sans validation par les professionnels ad hoc. KPMG S.A. est une société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes à directoire et conseil de surveillance au capital social de euros RCS Nanterre. Siège social : Immeuble Le Palatin, cours du Triangle, 999 Paris La Défense Cedex. KPMG S.A. est membre du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative («KPMG International»), une entité de droit suisse. KPMG International ne propose pas de services aux clients. Aucun cabinet membre n a le droit d engager KPMG International ou les autres cabinets membres vis-à-vis des tiers. KPMG International n'a le droit d'engager aucun cabinet membre.

CONSOLIDATION DES COMPTES. Sophie de Oliveira Leite

CONSOLIDATION DES COMPTES. Sophie de Oliveira Leite 1 CONSOLIDATION DES COMPTES Sophie de Oliveira Leite SOMMAIRE 2 1. La consolidation : un enjeu économique 2. Les méthodes m de consolidation 3. Choix du périmp rimètre de consolidation 4. Consolidation

Plus en détail

Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013

Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013 Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013 Sommaire 1. Revue post-application de la norme IFRS 3 sur les regroupements d entreprises... 2 2. Mise en équivalence : part dans les variations

Plus en détail

QUESTIONS / RÉPONSES :

QUESTIONS / RÉPONSES : Contexte : Conformément à la directive comptable 1, les régimes LUX GAAP et LUX GAAP JV 2 posent comme règle générale, l obligation d établissement de comptes consolidés par toute entreprise mère contrôlant

Plus en détail

Présentation de la consolidation

Présentation de la consolidation Chapitre I Présentation de la consolidation Établir les comptes consolidés d un groupe consiste à présenter son patrimoine, sa situation financière et les résultats de l ensemble des entités qui le constituent

Plus en détail

Synthèse des réunions de l IASB du mois de juin 2014

Synthèse des réunions de l IASB du mois de juin 2014 Synthèse des réunions de l IASB du mois de juin 2014 Sommaire 1. Contrats d assurance... 2 2. Contrats de location... 4 3. Campagne d améliorations 2012-2014... 5 4. Vente ou apport en nature d actifs

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

Communication Financière 2007 : Les pratiques des grands groupes européens. 3 juillet 2007. Le 7 juillet 2006

Communication Financière 2007 : Les pratiques des grands groupes européens. 3 juillet 2007. Le 7 juillet 2006 Communication Financière 2007 : Les pratiques des grands groupes européens 3 juillet 2007 Le 7 juillet 2006 Communication financière 2007 Intervenants : Isabelle Santenac, Associée Ernst & Young Emmanuel

Plus en détail

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 18 octobre

Plus en détail

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT LES INDISPENSABLES VUIBERT Analyse financière 2 e ÉDITION Emmanuelle Plot-Vicard Madeleine Deck-Michon L essentiel + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés Sommaire Mode

Plus en détail

Norme comptable internationale 27 États financiers individuels. Objectif. Champ d application. Définitions IAS 27

Norme comptable internationale 27 États financiers individuels. Objectif. Champ d application. Définitions IAS 27 Norme comptable internationale 27 États financiers individuels Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable et les obligations d information concernant les participations

Plus en détail

Communication des perspectives financières

Communication des perspectives financières Communication des perspectives financières Analyse portant sur les sociétés du CAC 0 Evolution 2010-2012 Janvier 201 Une étude basée sur les sociétés du CAC 0 * Le choix des groupes dans leur communication

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Autres termes clés (Other key terms) Norme Contrôle qualité des cabinets réalisant des missions d audit ou d examen d états financiers et d autres missions d assurance et de services connexes ( Quality

Plus en détail

Présentation générale

Présentation générale Présentation générale INTRODUCTION Ce chapitre introductif a pour objet de présenter, de manière générale, le mécanisme de consolidation des comptes et le contenu des états financiers consolidés des sociétés

Plus en détail

Specialized Financing (Bank Holding Companies) Regulations. Règlement sur les activités de financement spécial (sociétés de portefeuille bancaires)

Specialized Financing (Bank Holding Companies) Regulations. Règlement sur les activités de financement spécial (sociétés de portefeuille bancaires) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Specialized Financing (Bank Holding Companies) Regulations Règlement sur les activités de financement spécial (sociétés de portefeuille bancaires) SOR/2001-477 DORS/2001-477

Plus en détail

Regulatory Capital (Cooperative Credit Associations) Regulations. Règlement sur le capital réglementaire (associations coopératives de crédit)

Regulatory Capital (Cooperative Credit Associations) Regulations. Règlement sur le capital réglementaire (associations coopératives de crédit) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Regulatory Capital (Cooperative Credit Associations) Regulations Règlement sur le capital réglementaire (associations coopératives de crédit) SOR/92-528 DORS/92-528 Current

Plus en détail

Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion publique du 30 novembre 2010

Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion publique du 30 novembre 2010 Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion publique du 30 novembre 2010 Le Groupe de discussion sur les IFRS (GDI) se veut seulement un cadre d échanges. Il a pour vocation d aider le

Plus en détail

Première application des IFRS par les fonds d investissement

Première application des IFRS par les fonds d investissement Première application des IFRS par les fonds d investissement Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 2 décembre 2013 Le projet de l IASB sur les entités d investissement

Plus en détail

Pension Plan Transfer Agreements Regulations. Règlement sur les régimes de pension visés par les accords de transfert

Pension Plan Transfer Agreements Regulations. Règlement sur les régimes de pension visés par les accords de transfert CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Pension Plan Transfer Agreements Regulations Règlement sur les régimes de pension visés par les accords de transfert SOR/98-445 DORS/98-445 Current to June 6, 2016 À jour

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité

Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Guide n o 12 avril 2014 Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Guide n 12 avril 2014 Le

Plus en détail

LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT

LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND REGULATIONS R-008-2013 AMENDED BY LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST RÈGLEMENT SUR LE FONDS DU PATRIMOINE

Plus en détail

IPSAS 32 «Service concession arrangements» (SCA) Marie-Pierre Cordier Baudouin Griton, IPSAS Board

IPSAS 32 «Service concession arrangements» (SCA) Marie-Pierre Cordier Baudouin Griton, IPSAS Board IPSAS 32 «Service concession arrangements» (SCA) Marie-Pierre Cordier Baudouin Griton, IPSAS Board 1 L élaboration de la norme IPSAS 32 Objectif : traitement comptable des «service concession arrangements»

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs

Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir les critères de sélection et de changement

Plus en détail

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Références IAS 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs IAS 21 Effets des variations

Plus en détail

Norme comptable internationale 1 Présentation des états financiers

Norme comptable internationale 1 Présentation des états financiers Norme comptable internationale 1 Présentation des états financiers Objectif 1 La présente norme prescrit la base de présentation des états financiers à usage général, afin qu ils soient comparables tant

Plus en détail

Recommandation AMF Arrêté des comptes 2014 DOC-2014-13

Recommandation AMF Arrêté des comptes 2014 DOC-2014-13 Recommandation AMF Arrêté des comptes 2014 DOC-2014-13 Texte de référence : article 223-1 du règlement général de l AMF Synthèse L AMF, comme l ESMA ou d autres régulateurs européens, cherche à identifier

Plus en détail

IFRS 11 Retours d expérience. Laurence Rivat Jean-Pierre Mounier Eric Dard

IFRS 11 Retours d expérience. Laurence Rivat Jean-Pierre Mounier Eric Dard IFRS 11 Retours d expérience Laurence Rivat Jean-Pierre Mounier Eric Dard 19 Décembre 2013 Agenda Introduction : Application du package consolidation par les groupes français et européens Implémentation

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Normes comptables pour les entreprises à capital fermé (Partie II du Manuel de CPA Comptabilité) Octobre 2014

Normes comptables pour les entreprises à capital fermé (Partie II du Manuel de CPA Comptabilité) Octobre 2014 Normes comptables pour les entreprises à capital fermé (Partie II du Manuel de CPA Comptabilité) Octobre 2014 Ordre du jour Développements en 2014 Amélioration majeure Avantages sociaux futurs Améliorations

Plus en détail

Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations

Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations Règlement sur les emprunts des sociétés d assurances multirisques et des sociétés SOR/92-281

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

Safety Management Regulations. Règlement sur la gestion pour la sécurité de l'exploitation des bâtiments CODIFICATION CONSOLIDATION

Safety Management Regulations. Règlement sur la gestion pour la sécurité de l'exploitation des bâtiments CODIFICATION CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Safety Management Regulations Règlement sur la gestion pour la sécurité de l'exploitation des bâtiments SOR/98-348 DORS/98-348 Current to May 11, 2015 À jour au 11 mai

Plus en détail

Multilateral CSA Notice 51-343 Venture Issuers with Securities Listed on the Bolsa de Santiago, Venture Market

Multilateral CSA Notice 51-343 Venture Issuers with Securities Listed on the Bolsa de Santiago, Venture Market 1 Multilateral CSA Notice 51-343 Venture Issuers with Securities Listed on the Bolsa de Santiago, Venture Market April 16, 2015 The securities regulatory authorities in British Columbia, Alberta, Saskatchewan,

Plus en détail

Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations

Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations Règlement sur les emprunts des sociétés d assurances multirisques et des sociétés d assurance

Plus en détail

Regulatory Capital (Insurance Companies) Regulations. Règlement sur le capital réglementaire (sociétés d assurances) CONSOLIDATION CODIFICATION

Regulatory Capital (Insurance Companies) Regulations. Règlement sur le capital réglementaire (sociétés d assurances) CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Regulatory Capital (Insurance Companies) Regulations Règlement sur le capital réglementaire (sociétés d assurances) SOR/92-529 DORS/92-529 Current to September 30, 2015

Plus en détail

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Textes de référence : articles L. 621-7 du code monétaire et financier et 221-4

Plus en détail

QUELLE EST L INCIDENCE DES NORMES IAS/IFRS SUR LES CAPITAUX PROPRES DES ENTREPRISES FRANÇAISES?

QUELLE EST L INCIDENCE DES NORMES IAS/IFRS SUR LES CAPITAUX PROPRES DES ENTREPRISES FRANÇAISES? QUELLE EST L INCIDENCE DES NORMES IAS/IFRS SUR LES CAPITAUX PROPRES DES ENTREPRISES FRANÇAISES? Alain SCHATT Professeur s Universités en Sciences Gestion Directeur l IAE Strasbourg En 5, environ sociétés

Plus en détail

Subsidiaries Holding Association Shares (Cooperative Credit Associations) Regulations

Subsidiaries Holding Association Shares (Cooperative Credit Associations) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Subsidiaries Holding Association Shares (Cooperative Credit Associations) Regulations Règlement sur la détention des actions de l association par ses filiales (associations

Plus en détail

CPA Canada Alerte info financière

CPA Canada Alerte info financière FéVRIER 2014 CPA Canada Alerte info financière En octobre 2013, le Conseil des normes comptables (CNC) a apporté plusieurs modifications visant à améliorer les Normes comptables pour les entreprises à

Plus en détail

National Parks of Canada Land Rents Remission Order, No. 3. Décret de remise concernant les baux dans les parcs nationaux du Canada (n o 3)

National Parks of Canada Land Rents Remission Order, No. 3. Décret de remise concernant les baux dans les parcs nationaux du Canada (n o 3) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION National Parks of Canada Land Rents Remission Order, No. 3 Décret de remise concernant les baux dans les parcs nationaux du Canada (n o 3) SI/2002-65 TR/2002-65 Current

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services

Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services Références Cadre de préparation et de présentation des états financiers 1 IFRS 1 Première application des Normes internationales d information

Plus en détail

NORMES COMPTABLES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) : MISE À JOUR 2013

NORMES COMPTABLES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) : MISE À JOUR 2013 DÉCEMBRE 2013 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPATABILITÉ NORMES COMPTABLES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) : MISE À JOUR 2013 Introduction La plupart des organismes sans but lucratif (OSBL)

Plus en détail

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001 FINANCIAL ADMINISTRATION ACT INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001 LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre

Plus en détail

Partenariats. IFRS 11 en pratique. Questions et réponses. Janvier 2015. kpmg.fr

Partenariats. IFRS 11 en pratique. Questions et réponses. Janvier 2015. kpmg.fr Partenariats IFRS 11 en pratique Questions et réponses Janvier 2015 kpmg.fr Sommaire Préambule... 3 1. Quels sont les principaux changements à attendre pour la comptabilisation des partenariats en contrôle

Plus en détail

L 311/6 Journal officiel de l Union européenne 26.11.2009

L 311/6 Journal officiel de l Union européenne 26.11.2009 L 311/6 Journal officiel de l Union européenne 26.11.2009 RÈGLEMENT (CE) N o 1136/2009 DE LA COMMISSION du 25 novembre 2009 modifiant le règlement (CE) n o 1126/2008 de la Commission portant adoption de

Plus en détail

Sommaire. Le dilemme : consolidation sur une ligne ou évaluation de titres? Acquisition de titres MEE. Variations des «autres actifs nets»

Sommaire. Le dilemme : consolidation sur une ligne ou évaluation de titres? Acquisition de titres MEE. Variations des «autres actifs nets» Sommaire Le dilemme : consolidation sur une ligne ou évaluation de titres? Acquisition de titres MEE Variations des «autres actifs nets» Variations de pourcentages d intérêts Transactions réciproques Impôts

Plus en détail

Normes internationales d information financière États financiers modèles 2011 sans application anticipée

Normes internationales d information financière États financiers modèles 2011 sans application anticipée Normes internationales d information financière États financiers modèles sans application anticipée 1 États financiers pour l exercice 31 décembre Les états financiers modèles de la pour l exercice 31

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

Soquip Alberta Inc. (Petroleum and Gas Revenue Tax Act) Remission Order

Soquip Alberta Inc. (Petroleum and Gas Revenue Tax Act) Remission Order CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Soquip Alberta Inc. (Petroleum and Gas Revenue Tax Act) Remission Order Décret de remise visant Soquip Alberta Inc. (Loi de l impôt sur les revenus pétroliers) SI/90-163

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT RELATIF AU CERTIFICAT D'ARRIÉRÉS D'IMPÔTS R.R.T.N.-O. 1990, ch. P-4

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT RELATIF AU CERTIFICAT D'ARRIÉRÉS D'IMPÔTS R.R.T.N.-O. 1990, ch. P-4 PROPERTY ASSESSMENT AND TAXATION ACT CONSOLIDATION OF CERTIFICATE OF TAX ARREARS REGULATIONS R.R.N.W.T. 1990,c.P-4 LOI SUR L'ÉVALUATION ET L'IMPÔT FONCIERS CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT RELATIF

Plus en détail

Comptes consolidés de l Etat : étapes préalables

Comptes consolidés de l Etat : étapes préalables Comptes consolidés de l Etat : étapes préalables Séminaire relatif à la pertinence des IPSAS et normes comptables européennes Cour des comptes 25 mars 2013 Comptes consolidés de l Etat : étapes préalables

Plus en détail

Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations. Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées)

Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations. Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées) SOR/2000-53 DORS/2000-53 Current to January 25, 2016

Plus en détail

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle I -Notion de consolidation et de groupe A - Définition B - Motivation de la consolidation C - Comment la notion de contrôle doit-elle se comprendre? Exemple simplifié

Plus en détail

E-newsletter Software

E-newsletter Software E-newsletter Software Numéro 1 - Juin 2011 Revenue recognition > SaaS > Nos publications > Contacts Stéphanie Ortega Tel : 01 55 68 71 07 Nous avons le plaisir de vous présenter le premier numéro de la

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

CHANGEMENT DE METHODES COMPTABLES : CIRCONSTRANCES JUSTIFICATIVES ET MODES DE TRAITEMENT COMPTABLE

CHANGEMENT DE METHODES COMPTABLES : CIRCONSTRANCES JUSTIFICATIVES ET MODES DE TRAITEMENT COMPTABLE CHANGEMENT DE METHODES COMPTABLES : CIRCONSTRANCES JUSTIFICATIVES ET MODES DE TRAITEMENT COMPTABLE I - DE LA CONVENTION DE LA PERMANENCE DES METHODES La convention de la permanence des méthodes exige que

Plus en détail

PROVISION POUR DEPRECIATION DE CREANCES DOUTEUSES : CORRECTION D ERREUR OU CHANGEMENT D ESTIMATIONS COMPTABLES?

PROVISION POUR DEPRECIATION DE CREANCES DOUTEUSES : CORRECTION D ERREUR OU CHANGEMENT D ESTIMATIONS COMPTABLES? PROVISION POUR DEPRECIATION DE CREANCES DOUTEUSES : CORRECTION D ERREUR OU CHANGEMENT D ESTIMATIONS COMPTABLES? I- EXPOSE DU PROBLEME ET RECHERCHE DE SOLUTIONS AU REGARD DES REFERENTIELS COMPTABLES NATIONAL

Plus en détail

Partenariats IFRS 11 en pratique

Partenariats IFRS 11 en pratique Partenariats IFRS 11 en pratique Questions et réponses Juin 2015 kpmg.fr Sommaire Préambule... 3 1. Quels sont les principaux changements introduits par les nouvelles normes pour la comptabilisation des

Plus en détail

Life Companies Borrowing Regulations. Règlement sur les emprunts des sociétés d assurance-vie CONSOLIDATION CODIFICATION

Life Companies Borrowing Regulations. Règlement sur les emprunts des sociétés d assurance-vie CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Life Companies Borrowing Regulations Règlement sur les emprunts des sociétés d assurance-vie SOR/92-277 DORS/92-277 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août 2015 Published

Plus en détail

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II Ces transparents sont fondés sur les conclusions préliminaires de l IASB telles qu elles ont été rendues publiques sur le site de l IASB. Le Board peut à tout

Plus en détail

IFRS 8 Les secteurs opérationnels, un enjeu de communication financière et de comptabilité de gestion?

IFRS 8 Les secteurs opérationnels, un enjeu de communication financière et de comptabilité de gestion? IFRS 8 Les secteurs opérationnels, un enjeu de communication financière et de comptabilité de gestion? Lionel ESCAFFRE Commissaire aux Comptes Professeur associé à l Université d Angers Chercheur associé

Plus en détail

Entités assujetties à la réglementation des tarifs Mars 2009

Entités assujetties à la réglementation des tarifs Mars 2009 Entités assujetties à la réglementation des tarifs Mars 2009 Contexte En 2002, l Institut Canadien des Comptables Agréés (ICCA) a publié un rapport de recherche intitulé «L information financière des entreprises

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610 Utilisation des travaux des auditeurs internes This International Standard on Auditing (ISA) 610, Using the Work of Internal Auditors, published by the International

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

CONSOLIDATION OF INCOME TAX REGULATIONS R.R.N.W.T. 1990,c.I-1

CONSOLIDATION OF INCOME TAX REGULATIONS R.R.N.W.T. 1990,c.I-1 INCOME TAX ACT CONSOLIDATION OF INCOME TAX REGULATIONS R.R.N.W.T. 1990,c.I-1 LOI SUR L'IMPÔT SUR LE REVENU CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT SUR L'IMPÔT SUR LE REVENU R.R.T.N.-O. 1990, ch. I-1 AS

Plus en détail

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS Norme n o 610 RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS 1. Les experts en évaluation d entreprises peuvent se voir

Plus en détail

Finance Entity Regulations. Règlement sur les entités s occupant de financement. Current to June 6, 2016 À jour au 6 juin 2016 CONSOLIDATION

Finance Entity Regulations. Règlement sur les entités s occupant de financement. Current to June 6, 2016 À jour au 6 juin 2016 CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Finance Entity Regulations Règlement sur les entités s occupant de financement SOR/2001-388 DORS/2001-388 Current to June 6, 2016 À jour au 6 juin 2016 Published by the

Plus en détail

Minority Investment (Bank Holding Companies) Regulations. Règlement sur les placements minoritaires (sociétés de portefeuille bancaires)

Minority Investment (Bank Holding Companies) Regulations. Règlement sur les placements minoritaires (sociétés de portefeuille bancaires) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Minority Investment (Bank Holding Companies) Règlement sur les placements minoritaires (sociétés de portefeuille bancaires) SOR/2001-401 DORS/2001-401 À jour au 25 janvier

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF AU CERTIFICAT D'ARRIÉRÉS D'IMPÔTS R.R.T.N.-O. 1990, ch. P-4. CERTIFICATE OF TAX ARREARS REGULATIONS R.R.N.W.T. 1990,c.

RÈGLEMENT RELATIF AU CERTIFICAT D'ARRIÉRÉS D'IMPÔTS R.R.T.N.-O. 1990, ch. P-4. CERTIFICATE OF TAX ARREARS REGULATIONS R.R.N.W.T. 1990,c. PROPERTY ASSESSMENT AND TAXATION ACT CERTIFICATE OF TAX ARREARS REGULATIONS R.R.N.W.T. 1990,c.P-4 LOI SUR L'ÉVALUATION ET L'IMPÔT FONCIERS RÈGLEMENT RELATIF AU CERTIFICAT D'ARRIÉRÉS D'IMPÔTS R.R.T.N.-O.

Plus en détail

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

Aggregate Financial Exposure (Trust and Loan Companies) Regulations. Règlement sur le total des risques financiers (sociétés de fiducie et de prêt)

Aggregate Financial Exposure (Trust and Loan Companies) Regulations. Règlement sur le total des risques financiers (sociétés de fiducie et de prêt) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Aggregate Financial Exposure (Trust and Loan Companies) Regulations Règlement sur le total des risques financiers (sociétés de fiducie et de prêt) SOR/2001-365 DORS/2001-365

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Corporate Interrelationships (Trust and Loan Companies) Regulations. Règlement sur les relations intersociétés (sociétés de fiducie et de prêt)

Corporate Interrelationships (Trust and Loan Companies) Regulations. Règlement sur les relations intersociétés (sociétés de fiducie et de prêt) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION (Trust and Loan Companies) Regulations Règlement sur les relations intersociétés (sociétés de fiducie et de prêt) SOR/2008-60 DORS/2008-60 À jour au 6 juin 2016 Published

Plus en détail

LONDON NOTICE No. 3565

LONDON NOTICE No. 3565 EURONEXT DERIVATIVES MARKETS LONDON NOTICE No. 3565 ISSUE DATE: 15 February 2012 EFFECTIVE DATE: 12 March 2012 FTSE 100 INDEX FUTURES CONTRACT THREE MONTH EURO (EURIBOR) INTEREST RATE FUTURES CONTRACT

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

Exemption from Approval for Certain Investments in Intragroup Service Entities (Trust and Loan Companies) Regulations

Exemption from Approval for Certain Investments in Intragroup Service Entities (Trust and Loan Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Exemption from Approval for Certain Investments in Intragroup Service Entities (Trust and Loan Companies) Regulations Règlement sur la dispense d agrément pour certains

Plus en détail

En quoi le chapitre 1591 est-il important pour moi?

En quoi le chapitre 1591 est-il important pour moi? Alerte info financière NCECF MAI 2015 Chapitre 1591, «Filiales» En septembre 2014, le Conseil des normes comptables (CNC) a publié le chapitre 1591, «Filiales», de la Partie II (Normes comptables pour

Plus en détail

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) SOR/2002-39 DORS/2002-39 Current to

Plus en détail

Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014

Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014 www.pwc.com/ca/insurance Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014 Puisque divers points de vue sont analysés lors des réunions de l IASB, et qu il est souvent difficile de décrire avec précision

Plus en détail

Communication des perspectives financières

Communication des perspectives financières Communication des perspectives financières Analyse portant sur les sociétés du CAC 0 Evolution 2010-2012 Décembre 2013 0 Préambule Le choix des perspectives financières ou «guidance» dans la communication

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Les normes IFRS et PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre de

Plus en détail

Canadian Films and Video Tapes Certification Fees Order. Décret sur les droits d émission de visas de films et bandes magnétoscopiques canadiens

Canadian Films and Video Tapes Certification Fees Order. Décret sur les droits d émission de visas de films et bandes magnétoscopiques canadiens CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Canadian Films and Video Tapes Certification Fees Order Décret sur les droits d émission de visas de films et bandes magnétoscopiques canadiens SOR/82-550 DORS/82-550

Plus en détail

PASSAGE AUX NORMES IFRS

PASSAGE AUX NORMES IFRS PASSAGE AUX NORMES IFRS L Union Européenne a choisi d adopter le référentiel comptable IFRS (International Financial Reporting Standards) émis par l IASB (International Accounting Standards Board) : en

Plus en détail

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant Evaluation des risques et procédures d audit en découlant 1 Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 2 Présentation NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Les NEP 315, 320, 330, 500 et 501 ont fait l objet

Plus en détail

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005 International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts 2 février 2005 QUE SONT LES IFRS? Les IFRS ont été élaborées par l International Accounting Standards Board (IASB) en vue de

Plus en détail

Hampton Place and Taylor Way Remission Order. Décret de remise visant Hampton Place et Taylor Way. Current to June 6, 2016 À jour au 6 juin 2016

Hampton Place and Taylor Way Remission Order. Décret de remise visant Hampton Place et Taylor Way. Current to June 6, 2016 À jour au 6 juin 2016 CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Hampton Place and Taylor Way Remission Order Décret de remise visant Hampton Place et Taylor Way SI/2001-68 TR/2001-68 Current to June 6, 2016 À jour au 6 juin 2016 Published

Plus en détail

Décret de remise des cotisations d assurancechômage. Unemployment Insurance Premiums (Spousal Employment) Remission Order. auprès du conjoint

Décret de remise des cotisations d assurancechômage. Unemployment Insurance Premiums (Spousal Employment) Remission Order. auprès du conjoint CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Unemployment Insurance Premiums (Spousal Employment) Remission Order Décret de remise des cotisations d assurancechômage emploi auprès du conjoint SI/92-98 TR/92-98 Current

Plus en détail

General Export Permit No. Ex. 18 Portable Personal Computers and Associated Software

General Export Permit No. Ex. 18 Portable Personal Computers and Associated Software CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION General Export Permit No. Ex. 18 Portable Personal Computers and Associated Software Licence générale d exportation n o Ex. 18 Ordinateurs personnels portatifs et logiciels

Plus en détail

An Act to Amend the New Brunswick Income Tax Act. Loi modifiant la Loi de l impôt sur le revenu du Nouveau-Brunswick CHAPTER 26 CHAPITRE 26

An Act to Amend the New Brunswick Income Tax Act. Loi modifiant la Loi de l impôt sur le revenu du Nouveau-Brunswick CHAPTER 26 CHAPITRE 26 2003 CHAPTER 26 CHAPITRE 26 An Act to Amend the New Brunswick Income Tax Act Assented to April 11, 2003 Her Majesty, by and with the advice and consent of the Legislative Assembly of New Brunswick, enacts

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Carve-out method Autres termes clés (Other key terms) Norme Rapports d assurance sur les contrôles d une société de services extérieurs (, Assurance Reports on Controls at a Third Party Service Organization)

Plus en détail

OFFICIAL STATUS OF CONSOLIDATIONS CARACTÈRE OFFICIEL DES CODIFICATIONS

OFFICIAL STATUS OF CONSOLIDATIONS CARACTÈRE OFFICIEL DES CODIFICATIONS CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Telecommunications Fees Regulations, 2010 Règlement de 2010 sur les droits de télécommunication SOR/2010-65 DORS/2010-65 À jour au 3 février 2016 Published by the Minister

Plus en détail

Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables

Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables PARTIE 1 INTRODUCTION ET DÉFINITIONS 1.1 Introduction et objet 1.2 Régime d information multinational 1.3 Détermination

Plus en détail

Minority Investment (Banks) Regulations. Règlement sur les placements minoritaires (banques) Current to January 25, 2016. À jour au 25 janvier 2016

Minority Investment (Banks) Regulations. Règlement sur les placements minoritaires (banques) Current to January 25, 2016. À jour au 25 janvier 2016 CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Minority Investment (Banks) Regulations Règlement sur les placements minoritaires (banques) SOR/2001-402 DORS/2001-402 À jour au 25 janvier 2016 Published by the Minister

Plus en détail

Mise à jour du Manuel de l ICCA

Mise à jour du Manuel de l ICCA Normes et règlements Montréal, le 30 mars 2004 Mise à jour du Manuel de l ICCA La collection Normes et recommandations de l'icca sur Internet a été mise à jour pour refléter les modifications apportées

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail