NOTE DE PRÉSENTATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTE DE PRÉSENTATION"

Transcription

1 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRÉSENTATION RÈGLEMENT N du 6 février 2014 Relatif aux modalités d établissement des comptes des sociétés de financement Abrogé et repris par règlement ANC n L ordonnance n du 27 juin 2013 relative aux établissements de crédit et aux sociétés de financement implique une mise à jour de la réglementation comptable bancaire. L (ANC) doit élaborer, conformément aux nouvelles dispositions de la loi, les règles comptables applicables au nouveau statut de société de financement désormais distinct des établissements de crédit, après avis du Comité Consultatif de la législation et de la réglementation financière (CCLRF). Les articles L et suivants (voir annexe I), modifiés dans le Code monétaire et financier (COMOFI), prévoient que l'autorité des normes comptables (ANC) fixe les règles portant sur : l établissement des comptes sociaux ; l établissement des comptes consolidés ; la publication des comptes ; le seuil de co-commissariat aux comptes. I Contexte La refonte des Directives sur la surveillance prudentielle des établissements de crédit au niveau européen, appelée CRD IV (Capital Requirements Directive), vise à transposer le nouveau dispositif dit Bâle III. Plus précisément, cette transposition au niveau européen s effectue au travers d une directive (CRD4) et d un règlement (CRR), applicables à compter du 1 er janvier page n 1/16

2 Le règlement européen 575/ (d application directe) prévoit notamment de définir les établissements de crédit comme «une entreprise dont l activité consiste à recevoir du public des dépôts ou d autres fonds remboursables et à octroyer des crédits pour son compte propre» (article 4). Or, l article L du Code monétaire et financier (avant l ordonnance) dispose que «les établissements de crédit sont des personnes morales qui effectuent à titre de profession habituelle des opérations de banques au sens de l article L.311-1». D après ce dernier, «les opérations de banque comprennent la réception de fonds du public, les opérations de crédit, ainsi que la mise à la disposition de la clientèle ou la gestion de moyens de paiement». Il convient de rappeler que «sont assimilés à des opérations de crédit le crédit-bail, et, de manière générale, toute opération de location assortie d'une option d'achat» (L ). La définition européenne exclut ainsi de la définition d établissement de crédit, les établissements non collecteurs de dépôts (article 4 du CRR) (ex. certaines sociétés de crédit-bail), celles-ci ne recevant généralement pas de dépôts (toutefois, la notion de fond remboursables du public est plus large que celle de dépôt, ce qui devrait maintenir certaines entités dans la catégorie des établissements de crédit). Ces nouvelles dispositions européennes impliquent donc une modification du Code Monétaire et Financier. Ces modifications, effectuées par ordonnance entrant en vigueur le 1 er janvier 2014, portent notamment sur la définition existante des établissements de crédit afin de l aligner sur celle du règlement européen (voir annexe II). Toutefois, afin de permettre aux entités impactées par ces évolutions de continuer à exercer leur activité en France, un nouveau statut, distinct des établissements de crédit est créé dans le Code monétaire et financier, celui de société de financement. Il s agit «des personnes morales, autres que des établissements de crédit, qui effectuent à titre de profession habituelle et pour leur propre compte des opérations de crédit dans les conditions et limites définies par leur agrément» (nouvel article L II). De plus, les catégories sociétés financières et institutions financières spécialisées (Chapitre V et VI du Titre I du livre V du COMOFI avant ordonnance) sont supprimées et une nouvelle catégorie d établissement de crédit spécialisé est créée au sein des établissements de crédit (nouveau Chapitre III). Par ailleurs, les dispositions transitoires de l ordonnance prévoient que toutes les sociétés financières ou institutions financières spécialisées agréées avant le 1 er janvier 2014 sont réputées agréées en qualité d établissement de crédit spécialisé mais peuvent opter (sous condition) pour le statut de société de financement en déposant un dossier auprès de l ACPR à compter du 1 er octobre 2013 et jusqu au 1 er octobre La distinction entre établissements de crédit spécialisés et les sociétés de financement impliquent, pour ces dernières : l absence d accès au refinancement de la BCE ; l absence de passeport européen ; et l absence d assujettissement complet à CRD/CRR 4. 1 Règlement UE n 575/2013 du 26 juin 2013 concernant les exigences prudentielles applicables aux établissements de crédit et aux entreprises d'investissement et modifiant le règlement (UE) n 648/ page n 2/16

3 Le régime prudentiel [en cours d élaboration] des sociétés de financement, qui restent supervisées par l ACPR, sera proche de celui des établissements de crédit mais adapté pour tenir compte des spécificités de ces sociétés. Par exemple, elles seront exemptées des exigences de liquidité et de levier prévues au plan européen. L ordonnance modifie les articles du COMOFI relatifs aux comptes sociaux et aux documents comptables (L à 37) ainsi que les dispositions relatives aux commissaires aux comptes (L ). Il revient ainsi à l ANC de définir par un règlement visant les sociétés de financement : les règles d établissement des comptes sociaux ; les règles d établissement des comptes consolidés (sauf en cas d application des normes internationales) ; les conditions de publication des comptes annuels ; le seuil en deçà duquel un seul commissaire aux comptes est nécessaire (par exception à la règle du co-commissariat aux comptes). Par ailleurs, la réglementation comptable française applicable aux établissements de crédit et aux entreprises d investissement s appuie ou fait référence à différentes dispositions du Code monétaire et financier ou d autres textes réglementaires. Par conséquent, dans le cadre plus large de la transposition de la directive CRD 4 et des modifications liées au CRR [en cours d élaboration], les règlements comptables concernés nécessitent d être mis à jour (travaux lancés en parallèle). II Cadre comptable des sociétés de financement Les sociétés financières qui continueront d être agréées en qualité d établissement de crédit [spécialisés] devront continuer d appliquer les règles comptables des établissements de crédit. En revanche, les sociétés qui jusqu à présent appliquaient les règles comptables des établissements de crédit et qui sont désormais agréées en tant que sociétés de financement se retrouvent juridiquement sans cadre comptable précis. Ces évolutions du paysage réglementaire n ont a priori pas vocation à modifier les règles comptables applicables puisque les sociétés de financement continueront à exercer une activité de crédit. De plus, il faut éviter d introduire des divergences rendant difficile les comparaisons entre établissements sous statuts différents mais exerçant une activité comparable. Il apparaît donc pertinent de maintenir une comptabilité bancaire pour les nouvelles sociétés de financement. Certaines simplifications ou adaptations à la marge ont toutefois été étudiées. Il s agit notamment des conséquences de la création du statut de sociétés de financement sur la classification des opérations par type de contrepartie au bilan. - page n 3/16

4 Afin de mettre à jour le cadre réglementaire de l ANC, la solution la plus simple consiste essentiellement à modifier le champ d application des différents règlements comptables bancaires afin de s assurer qu ils soient toujours applicables aux entités qui auront le statut de société de financement. Cas d une entreprise mère de sociétés de financement L ordonnance du 27 juin 2013 introduit à l article L du COMOFI le statut de «entreprise mère de sociétés de financement» en complément des compagnies financières (holding d un établissement de crédit ou d une entreprise d investissement) et des compagnies financières holding mixte. Il s agit «d un établissement financier au sens de l article L qui n est ni une compagnie financière ni une compagnie financière holding mixte et qui a pour filiales, exclusivement ou principalement, une ou plusieurs sociétés de financement ou établissements financiers». En vertu de l article L modifié, les entreprises mères de sociétés de financement sont soumises, entre autres, aux articles L à L relatifs aux dispositions comptables des établissements de crédit, des sociétés de financement et entreprises d investissement, de manière similaire aux compagnies financières. Elles sont ainsi soumises à la surveillance de l ACPR sur base consolidée. Par conséquent, le règlement de l ANC relatif aux sociétés de financement vise également les entreprises mères de sociétés de financement en s inspirant du cadre comptable des compagnies financières. Le cas des doubles agréments En vertu du nouvel article L du COMOFI, les sociétés de financement peuvent exercer l'une des opérations suivantes : fournir des services de paiement, sous réserve d'avoir obtenu l'agrément prévu à l'article L ; émettre et gérer de la monnaie électronique, sous réserve d'avoir obtenu l'agrément prévu à l'article L ; fournir des services d'investissement, sous réserve d'avoir obtenu l'agrément prévu à l'article L Ainsi, une société de financement peut obtenir un double agrément en tant que société de financement et entreprise d investissement par exemple. Il s agit en revanche d une activité connexe pour les établissements de crédit (l agrément d un établissement de crédit est donc plus étendu que celui d une société de financement). Or, il existe un règlement de l ANC propre à chacun des agréments cités ci-dessus (Etablissement de paiement, établissement de monnaie électronique ou entreprise d investissement). Afin d éviter toute confusion, il apparaît nécessaire de clarifier qu une société de financement bénéficiant d un double agrément ne doit appliquer que le règlement de l ANC concernant les sociétés de financement. Autrement dit, il s agit de faire appliquer aux sociétés avec double agrément le règlement comptable le plus large en termes d activités traitées, c'est-à-dire celui des établissements de crédit plutôt qu un règlement trop spécifique (entreprise d investissement, monnaie électronique, ). - page n 4/16

5 III Analyse des modifications de la réglementation comptable bancaire française 3.1) Rappel de l architecture de la réglementation comptable bancaire française La réglementation comptable bancaire française se compose de différents règlements qui peuvent se répartir de la manière suivante : Règlements relatifs à l établissement et la publication des comptes individuels : Règlement CRB applicable aux établissements de crédit. Règlement CRB applicable aux entreprises d investissement et complété par ailleurs par le règlement CRC relatif aux documents de synthèse individuels des entreprises d investissement. Règlements relatifs aux comptes consolidés (en normes françaises) : Règlement CRC applicable aux établissements de crédit et aux entreprises d investissement et complété par ailleurs par le règlement CRC relatif aux documents de synthèse consolidés des entreprises d investissement. Règles d évaluation et de comptabilisation propres à certaines opérations : Règlement CRB relatif à la comptabilisation des opérations sur instruments financiers à terme de taux d'intérêt. Règlement CRB relatif à la comptabilisation des opérations en devises. Règlement CRB relatif à la comptabilisation des opérations de cession d'éléments d'actif ou de titrisation. Règlement CRB relatif à la comptabilisation des opérations sur titres. Règlement CRB relatif à la comptabilisation des opérations relatives aux plans d'épargne populaire. Règlement CRC relatif à la comptabilisation des contrats d'échange de taux d'intérêt ou de devises. Règlement CRB relatif à la comptabilisation des opérations de titrisation. Règlement CRC relatif au traitement comptable du risque de crédit. Règlement CRC du 23 novembre 2004 relatif au traitement comptable des fusions et opérations assimilées des banques sous statut coopératif [règlement modifiant le PCG]. Règlement CRC du 14 décembre 2007 relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir des dépôts d'épargne-logement et à consentir des prêts d'épargne-logement. Règlement CRC relatif à la comptabilisation des actifs donnés en garantie dans le cadre de contrats de garantie financière assortis d'un droit de réutilisation. Règlement CRC comptabilisation des commissions reçues par un établissement de crédit et des coûts marginaux de transaction à l'occasion de l'octroi ou de l'acquisition d'un concours. - page n 5/16

6 Seuil relatif au co-commissariat aux comptes Règlement CRB du 28 septembre 1984 concernant les établissements de crédit. Règlement CRC relatif au contrôle des entreprises d investissement par un seul commissaire aux comptes. Ces règlements ont été modifiés par différents règlements du CRB, du CRC ou de l ANC. 3.2) Recensement des règlements comptables affectés par les modifications du COMOFI En dehors des règlements spécifiques aux entreprises d investissement non impactés directement par l Ordonnance (voir cependant paragraphe 3.4 ci-après), les règlements listés au paragraphe 3.1. intègrent un article relatif à leur champs d application et font référence à la partie législative du Code monétaire et financier ou simplement au terme «établissement de crédit». La modification du code monétaire et financier, notamment la définition des établissements de crédit et l introduction des sociétés de financement implique donc une mise à jour de la plupart des règlements comptables bancaires applicables à ces établissements via un règlement modificatif balayant chacun des règlements concernés. Il s agit principalement de modifier le champ d application de ces règlements pour les rendre applicable aux sociétés de financement et d harmoniser si nécessaire l utilisation du terme «établissements de crédit» dans le corps des règlements. Ainsi, en dehors des textes relatifs aux entreprises d investissement (voir cependant paragraphe 3.4 ci-après), tous les règlements comptables relatifs aux établissements de crédit listés sont touchés par ce nouveau règlement de l ANC, à l exception des règlements CRB et CRC relatifs à des opérations (ex. PEL) non autorisées pour les sociétés de financement. 3.3) Autres textes comptables non réglementaires susceptibles d être applicables aux sociétés de financement En dehors des textes réglementaires mentionnés au paragraphe 3.1, le Comité d urgence du CNC a émis différents avis en lien avec l application de la réglementation comptable. De nombreux avis du Comité d urgence du CNC portent sur des opérations de droits communs ou sur des dispositions du PCG (CRC 99-03). Bien que la réglementation comptable des établissements de crédit ne renvoie pas directement au PCG mais à des dispositions générales du Code de commerce, ces établissements appliquent les règles de droit commun (ex. les charges de personnel) en l absence de dispositions comptables spécifiques et pour autant qu elles ne sont pas en opposition avec les règles d évaluation particulières (voir notamment art. 6 du CRB91-01). Ainsi, les avis du Comité d urgence du CNC liés au PCG peuvent s appliquer aux établissements de crédit et, de manière similaire, aux sociétés de financement, si elles concernent une disposition de droit commun appliquée par ces celles-ci (ex. avis CU 2004-F sur le sur le DIF). En revanche, certains avis du Comité d urgence visent des opérations ou des règlements propres aux établissements de crédit et sont ainsi susceptibles de concerner les sociétés de financement. - page n 6/16

7 Ces avis, nécessitant une analyse au cas par cas, sont les suivants : Avis n 2000-C du Comité d urgence du 21 décembre 2000 publié le 16 janvier 2001 Possibilité d un retraitement en comptes consolidés, à des fins d homogénéité, des comptes individuels d une société consolidée qui appliquerait une méthode préférentielle non retenue au niveau des méthodes définies par le groupe (question relative aux règlements n 99-02, et du Comité de la réglementation comptable). Avis n 2000-D du Comité d urgence du 21 décembre 2000 publié le 16 janvier 2001 Traitement comptable des frais d émission et d acquisition de titres, applicable aux comptes individuels selon le CRC (PCG) et les comptes consolidés selon le règlement CRC n ou CRC n Avis n 2000-E du Comité d urgence du 21 décembre 2000 publié le 16 janvier 2001 Traitement comptable des écarts d acquisition antérieurement imputés sur les capitaux propres, lors de cession de tout ou partie d une activité appartenant à l ensemble consolidé (question relative aux règlements n 99-02, et du Comité de la réglementation comptable). Avis n 2001-A du 29 janvier 2001 du Comité d urgence portant sur plusieurs questions relatives à l interprétation et à l application des dispositions de l annexe aux règlements n 99-02, et du Comité de la réglementation comptable. Ces questions portent notamment sur l accroissement du pourcentage d intérêts dans une entreprise restant consolidée par intégration proportionnelle, les activités dissemblables (consolidation de filiales bancaires et d assurance dans les comptes d un groupe industriel ou commercial), les subventions d investissement, Avis n 2001-B du 27 mars 2001 du Comité d'urgence portant sur une question relative à l'interprétation et à l'application des dispositions de l annexe aux règlements n 99-02, et du Comité de la réglementation comptable. Il s agit d une question relative aux impôts différés et du cas des amortissements réputés différés. Avis n 2002-D du 18 décembre 2002 du Comité d'urgence relatif au traitement comptable des reclassements d actions propres initialement comptabilisées dans la catégorie " valeurs mobilières de placement " ou " titres de transaction " au profit de la catégorie " titres immobilisés ". Cet avis vise notamment le CRB et le CRC Avis n 2002-E du 18 décembre 2002 du Comité d'urgence relatif au traitement, dans les comptes consolidés, de l'effet fiscal des cessions internes ainsi que des provisions pour dépréciation ou pour risques et charges, fiscalement déductibles, portant sur des titres de participation d'entreprises consolidées. Cet avis porte sur l application des règlements relatifs aux comptes consolidés, notamment le CRC page n 7/16

8 Avis n 2003-A du 12 février 2003 du Comité d'urgence afférent aux modalités de première application du règlement n du 12 décembre 2002 du CRC relatif au risque de crédit dans les entreprises relevant du CRBF au regard des crédits restructurés. Cet avis est désormais sans portée pratique puisqu il concerne les modalités de première application du CRC à partir du 1 er janvier Avis n 2003-B du 9 avril 2003 du Comité d'urgence Relatif aux modalités de comptabilisation dans les comptes individuels, des cotisations dues par les entreprises relevant du CRBF soumises au système de fonds de garantie de dépôts prévu par la loi n du 25 juin Cet avis ne concerne pas les sociétés de financement dans la mesure où, par définition, elles ne reçoivent pas de fonds remboursables du public (incluant les dépôts). Avis n 2003-G du 18 décembre 2003 du Comité d'urgence sur les modalités de passage des encours douteux en encours douteux compromis figurant dans le règlement n du 12 décembre 2002 du Comité de la réglementation comptable relatif au risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière. Avis n 2004-D du 13 octobre 2004 du Comité d urgence relatif aux dispositions particulières concernant la consolidation des fonds communs de créances et des organismes étrangers. Cet avis porte sur l application des règlements relatifs aux comptes consolidés, notamment le CRC Avis n 2006-C du 4 octobre 2006 du Comité d urgence afférant à l interprétation des dispositions de l avis n du 23 juin 2004 du CNC, relatif à la définition, la comptabilisation et l évaluation des actifs, excluant, dans les comptes individuels, «les contrats de location au sens d IAS 17», du champ d application du règlement n du CRC. Cet avis du CU concerne l application de l article du PCG (définition des actifs) et précise que les immobilisations exploitées dans le cadre d un contrat de crédit bail ou de location avec option d achat défini à l article L du code monétaire et financier, et des opérations assimilées qui sont retraitées en cas d établissement de comptes consolidés, selon la comptabilité dite financière en application des dispositions du paragraphe 33 de l annexe du règlement n du CRC, restent comptabilisées à l actif du crédit bailleur et non du crédit preneur. De plus, dans le cadre de l application des articles du PCG sur l amortissement des actifs, cet avis maintient la possibilité pour les crédits bailleurs d appliquer un mode d amortissement financier sur la durée du contrat de crédit-bail ou de location avec option d'achat correspondant lorsqu ils exercent l option de l article 39.C du CGI. Enfin, cet avis aborde également le sujet de la détermination des composants pour ces immobilisations dans les comptes des crédits-bailleurs. Avis n 2006-E du 6 décembre 2006 du Comité d urgence relatif aux mesures transitoires de comptabilisation des parts de marché dans les comptes consolidés établis en application des règlements n 99-02, n et du Comité de la réglementation comptable. - page n 8/16

9 La plupart des avis ci-dessus concernent l application du CRC relatif aux règles de consolidation des établissements de crédit. Dans la mesure où les sociétés de financement restent soumises au CRC pour l établissement de leurs comptes consolidés (voir partie II), ces avis leur resteront applicables. D autres avis (2002-D, 2003-G) concernent l application de règlements propres à certaines opérations des établissements de crédit (relatifs aux titres ou au risque de crédit). Dans la mesure où les sociétés de financement restent soumises règles comptables des établissements de crédit (voir partie II), ces avis leur resteront applicables. L avis 2006-C concerne l application de dispositions du PCG pour les opérations de crédit-bail ou de location avec option d achat. A ce titre, il reste applicable à toutes les sociétés réalisant ces opérations, quel que soit leur statut (établissement de crédit, société de financement, ). Cet avis mentionne également les opérations assimilées retraitées en application du CRC L extension de l application du CRC aux sociétés de financement (voir partie II) permet encore une fois d assurer une continuité parfaite dans l application de l avis 2006-C à ces sociétés. Enfin, certains avis (2003-A, 2003-B) ne sont pas ou plus susceptibles d être applicables aux sociétés de financement. En conclusion, au terme de cette analyse, les différents avis du Comité d Urgence du CNC resteront applicables aux sociétés de financement. 3.4) Classement des opérations avec les sociétés de financement La réglementation comptable des établissements de crédit (notamment le CRB 91-01) distinguent les opérations effectuées avec des établissements de crédit et celles effectuées avec la clientèle. Cette distinction est définie à l article 3.7 du CRB et est utilisée pour le classement de ces opérations dans certains postes du bilan, du compte de résultat et pour certains tableau en annexe. Compte tenu de la nouvelle définition d un établissement de crédit introduite par l Ordonnance du 27 juin, les opérations avec les établissements de crédit (au bilan ou compte de résultat) excluraient désormais les sociétés de financement. L ANC considère qu il est pertinent de maintenir les sociétés de financement dans le même poste que les établissements de crédit, compte tenu notamment de la nature de leurs activités (opérations de crédit) et en cohérence avec l application des règles comptables bancaires aux sociétés de financement. Celles-ci sont également supervisées par l ACPR de manière similaire aux établissements de crédit. Le présent règlement prévoit d ajouter les sociétés de financement dans la liste de l article 3.7 du CRB n définissant les opérations avec les établissements de crédit qui seront désormais désignés comme «établissements de crédit et assimilés». Les rubriques du bilan et du compte de résultat sont mises à jour en conséquence. La distinction entre opérations avec les établissements de crédit et avec la clientèle est également requise pour les états financiers des entreprises d investissement (voir notamment le paragraphe 1.7. de l annexe du règlement CRC n relatif aux documents de synthèse individuels des entreprises d investissement). La notion «d établissement de crédit et assimilé» doit donc également être introduite dans ce règlement. - page n 9/16

10 IV Règles de publication des comptes En vertu de l article L modifié du COMOFI, l ANC doit fixer les règles de publication des comptes des sociétés de financement. Compte tenu de la nature des activités d une société de financement qui effectue à titre de profession habituel des opérations de crédit et afin d éviter des difficultés de comparaison entre différents types d établissements ayant une activité similaire, le présent règlement prévoit de maintenir, pour les sociétés de financement, les dispositions applicables aux établissements de crédit Comptes individuels Le présent règlement prévoit d appliquer aux sociétés de financement les mêmes règles de publications que celles exigées par les articles 10 et 11 du CRC n (modifié notamment par le CRC et ) pour les établissements de crédit. Ainsi, les modalités de publication des comptes individuels annuels des sociétés de financement dépendent de la cotation ou non des titres de la société et du montant total de leur bilan : 1- Emission de titres de capital ou de certains titres de créances sur un marché réglementé : application des règles de publication propres à ce type de titres (régies par l AMF), avec mention au BALO. 2- Absence d émission de titres sur un marché réglementé : total bilan supérieur à 450 millions d euros : publication au BALO ; total bilan inférieur à 450 millions d euros : publication dans un journal habilité à recevoir les annonces légales et insertion au BALO de la référence à cette publication. Les modalités de publication des comptes individuels trimestriels des sociétés de financement dépendent de la cotation ou non des titres de la société et du montant total du bilan : 1- Emission de titres de capital ou de certains titres de créances sur un marché réglementé : application des règles de publication trimestrielles propres à ce type de titres (régies par l AMF). 2- Absence d émission de titres sur un marché réglementé et total bilan supérieur à 450 millions d euros : publication d une situation comptable (bilan) au BALO Comptes consolidés Le présent règlement prévoit d appliquer aux sociétés de financement les mêmes règles de publications que celles exigées par le CRC n pour les établissements de crédit. Ainsi, conformément à l article 44 de l annexe du CRC n 99-07, «sans préjudice des dispositions législatives et réglementaires applicables aux sociétés dont les titres sont admis aux négociations sur un marché réglementé, les établissements assujettis au présent avis doivent publier leurs comptes consolidés revêtus de l'attestation des commissaires aux comptes au plus tard le 15 juin de l'année qui suit la date de clôture de l'exercice dans des conditions identiques à celles prévues pour les comptes individuels annuels.» - page n 10/16

11 V Seuil commissariat aux comptes En vertu de l article L modifié du COMOFI, l ANC doit fixer le seuil en deçà duquel un seul commissaire aux comptes (et non deux) est requis pour le contrôle des sociétés de financement. Ce seuil est actuellement fixé à 450 millions d Euros de total bilan pour les établissements de crédit par le règlement CRB n Ce montant est porté à dix fois la somme mentionnée à l alinéa précédent pour les établissements affiliés à un organe central lorsque, en vertu de dispositions législatives, réglementaires ou statutaires, ils ont l obligation de soumettre leurs comptes annuels à l approbation de celui-ci. Compte tenu de la nature des activités des sociétés de financement équivalentes à celles des établissements de crédit, le présent règlement prévoit de maintenir les mêmes seuils pour les sociétés de financement. VI Présentation synthétique du règlement Le règlement relatif aux modalités d établissement des comptes des sociétés de financement s articule de la manière suivante : les articles 1 à 10 et modifient le champ d application des différents règlements comptables des établissements de crédit afin de les rendre applicables aux sociétés de financement, notamment en ce qui concerne l établissement et la publication des comptes individuels (article 7), les comptes consolidés (article 9) et le seuil de commissariat aux comptes (article 1er) ; le 4 à 20 de l article 7 et l article 11 introduisent, respectivement dans le règlement CRB n relatif à l établissement des comptes individuels des établissements de crédit et le règlement CRC n relatif aux comptes individuels des entreprises d investissement, la notion de «établissements de crédit et assimilés» intégrant les sociétés de financement afin de maintenir leur classement actuel dans les postes du bilan et du compte de résultat ; clarifie qu en cas de double agrément, ce sont les textes comptables relatifs aux sociétés de financement qui s appliquent (article 14) ; rend le règlement applicable à partir des exercices ouverts à compter du 1er janvier 2014 (article 15). - page n 11/16

12 ANNEXE I Extrait du Code monétaire et financier citant l ANC (modifié par l ordonnance) Sous-section 1 : Comptes sociaux et documents comptables Article L Les dispositions de l'article L du code de commerce sont applicables à tous les établissements de crédit, les sociétés de financement et entreprises d'investissement dans des conditions fixées par l' après avis du Comité consultatif de la législation et de la réglementation financières. Le cinquième alinéa de l'article L du même code est applicable aux établissements de crédit, aux sociétés de financement aux entreprises d'investissement et aux compagnies financières, quelle que soit leur forme juridique. Article L Lorsqu'ils établissent leurs comptes sous une forme consolidée, les établissements de crédit, et les sociétés de financement le font selon les règles définies par règlement de l'autorité des normes comptables pris après avis du Comité consultatif de la législation et de la réglementation financières. Toutefois, ils sont dispensés de se conformer à ces règles lorsqu'ils utilisent les normes comptables internationales adoptées par règlement de la Commission européenne. Article L Tout établissement de crédit, société de financement entreprise d'investissement, autre qu'une société de gestion de portefeuille, ou adhérent aux chambres de compensation mentionné au 3 de l'article L doit publier ses comptes annuels dans des conditions fixées par l'autorité des normes comptables après avis du Comité consultatif de la législation et de la réglementation financières. L'Autorité de contrôle prudentiel s'assure que les publications prévues au présent article sont régulièrement effectuées. Elle peut ordonner aux personnes mentionnées à l'alinéa précédent de procéder à des publications rectificatives dans le cas où des inexactitudes ou des omissions auraient été relevées dans les documents publiés. Elle peut porter à la connaissance du public toutes informations qu'elle estime nécessaires. - page n 12/16

13 Sous-section 2 : Commissaires aux comptes Article L Le contrôle est exercé dans chaque établissement de crédit, société de financement ou entreprise d'investissement par au moins deux commissaires aux comptes, dans les conditions définies au livre VIII du code de commerce. Ces commissaires aux comptes ne doivent pas représenter ou appartenir à des cabinets ayant entre eux des liens de nature juridique, professionnelle, de capital ou organisationnelle. Ils exercent leur activité dans des conditions prévues par le livre VIII du code de commerce et procèdent à la certification des comptes annuels. Ils vérifient la sincérité des informations destinées au public, et leur concordance avec lesdits comptes. Toutefois, lorsque le total du bilan d'un établissement de crédit, société de financement ou d'une entreprise d'investissement est inférieur à un seuil fixé par l' après avis du Comité consultatif de la législation et de la réglementation financières, la certification mentionnée à l'alinéa précédent peut être exercée par un seul commissaire aux comptes. Lorsque cette condition est remplie, et que l'établissement entreprise est soumise soit aux règles de la comptabilité publique, soit à un régime spécifique d'approbation de ses comptes présentant des garanties jugées suffisantes par l'autorité de contrôle prudentiel, celle-ci peut décider de lever l'obligation de certification mentionnée à l'alinéa précédent. Ces dérogations ne sont pas applicables lorsque l'établissement de crédit, des sociétés de financement ou l'entreprise d'investissement est tenu d'établir des comptes sur base consolidée [ ] - page n 13/16

14 ANNEXE II Rappels de certaines définitions du Code monétaire et financier (avant et après ordonnance) COMOFI avant ordonnance Article L Opérations de banque Les opérations de banque comprennent la réception de fonds du public, les opérations de crédit, ainsi que les services bancaires de paiement Article L Opérations connexes Les établissements de crédit peuvent aussi effectuer les opérations connexes à leur activité telles que : 1. Les opérations de change ; 2. Les opérations sur or, métaux précieux et pièces; 3. Le placement, la souscription, l'achat, la gestion, la garde et la vente de valeurs mobilières et de tout produit financier ; 4. Le conseil et l'assistance en matière de gestion de patrimoine ; 5. Le conseil et l'assistance en matière de gestion financière, l'ingénierie financière et d'une manière générale tous les services destinés à faciliter la création et le développement des entreprises, sous réserve des dispositions législatives relatives à l'exercice illégal de certaines professions ; 6. Les opérations de location simple de biens mobiliers ou immobiliers pour les établissements habilités à effectuer des opérations de crédit-bail ; 7. Les services de paiement mentionnés au II de l'article L ; 8. L'émission et la gestion de monnaie électronique. COMOFI après ordonnance Article L Opérations de banque Les opérations de banque comprennent la réception de fonds remboursables du public, les opérations de crédit, ainsi que les services bancaires de paiement Article L Opérations connexes I. - Les établissements de crédit peuvent aussi effectuer les opérations connexes à leur activité telles que : 1. Les opérations de change ; 2. Les opérations sur or, métaux précieux et pièces; 3. Le placement, la souscription, l'achat, la gestion, la garde et la vente de valeurs mobilières et de tout produit financier ; 4. Le conseil et l'assistance en matière de gestion de patrimoine ; 5. Le conseil et l'assistance en matière de gestion financière, l'ingénierie financière et d'une manière générale tous les services destinés à faciliter la création et le développement des entreprises, sous réserve des dispositions législatives relatives à l'exercice illégal de certaines professions ; 6. Les opérations de location simple de biens mobiliers ou immobiliers pour les établissements habilités à effectuer des opérations de crédit-bail ; 7. Les services de paiement mentionnés au II de l'article L ; 8. L'émission et la gestion de monnaie électronique. - page n 14/16

15 Lorsqu'il constitue la fourniture de services d'investissement au sens de l'article L , l'exercice des opérations connexes et de l'activité de conservation est subordonné à l'agrément préalable prévu à l'article L Article L Fonds reçus du public Sont considérés comme fonds reçus du public les fonds qu'une personne recueille d'un tiers, notamment sous forme de dépôts, avec le droit d'en disposer pour son propre compte, mais à charge pour elle de les restituer. Toutefois, ne sont pas considérés comme fonds reçus du public : 1. Les fonds reçus ou laissés en compte par les associés en nom ou les commanditaires d'une société de personnes, les associés ou actionnaires détenant au moins 5 % du capital social, les administrateurs, les membres du directoire et du conseil de surveillance ou les gérants ainsi que les fonds provenant de prêts participatifs ; 2. Les fonds qu'une entreprise reçoit de ses salariés sous réserve que leur montant n'excède pas 10 % de ses capitaux propres. Pour l'appréciation de ce seuil, il n'est pas tenu compte des fonds reçus des salariés en vertu de dispositions législatives particulières Lorsqu'il constitue la fourniture de services d'investissement au sens de l'article L , l'exercice des opérations connexes et de l'activité de conservation est subordonné à l'agrément préalable prévu à l'article L II. - Les sociétés de financement peuvent également effectuer les opérations connexes à leur activité mentionnées aux 1, 2, 5 et 6 du I. Article L Fonds remboursables du public Sont considérés comme fonds remboursables du public les fonds qu'une personne recueille d'un tiers, notamment sous la forme de dépôts, avec le droit d'en disposer pour son propre compte mais à charge pour elle de les restituer. Un décret en Conseil d'etat précise les conditions et limites dans lesquelles les émissions de titres de créance sont assimilables au recueil de fonds remboursables du public, au regard notamment des caractéristiques de l'offre ou du montant nominal des titres. Toutefois, ne sont pas considérés comme fonds remboursables du public : 1. Les fonds reçus ou laissés en compte par les associés en nom ou les commanditaires d'une société de personnes, les associés ou actionnaires détenant au moins 5 % du capital social, les administrateurs, les membres du directoire et du conseil de surveillance ou les gérants ainsi que les fonds provenant de prêts participatifs ; 2. Les fonds qu'une entreprise reçoit de ses salariés sous réserve que leur montant n'excède pas 10 % de ses capitaux propres. Pour l'appréciation de ce seuil, il n'est pas tenu compte des fonds reçus des salariés en vertu de dispositions législatives particulières - page n 15/16

16 Article L Définition établissement de crédit Les établissements de crédit sont des personnes morales qui effectuent à titre de profession habituelle des opérations de banque au sens de l'article L Ils peuvent aussi effectuer des opérations connexes à leurs activités, au sens de l'article L Article L511-9 Les établissements de crédit sont agréés en qualité de banque, de banque mutualiste ou coopérative, de caisse de crédit municipal, de société financière ou d'institution financière spécialisée. Sont seules habilitées d'une façon générale à recevoir du public des fonds à vue ou à moins de deux ans de terme : les banques, les banques mutualistes ou coopératives et les caisses de crédit municipal. Les banques peuvent effectuer toutes les opérations de banque. Article L Définition prestataire de services bancaires I. - Les établissements de crédit sont les personnes morales dont l'activité consiste, pour leur propre compte et à titre de profession habituelle, à recevoir des fonds remboursables du public mentionnés à l'article L et à octroyer des crédits mentionnés à l'article L II. - Les sociétés de financement sont des personnes morales, autres que des établissements de crédit, qui effectuent à titre de profession habituelle et pour leur propre compte des opérations de crédit dans les conditions et limites définies par leur agrément. Article L511-9 Les établissements de crédit sont agréés en qualité de banque, de banque mutualiste ou coopérative, d'établissement de crédit spécialisé ou de caisse de crédit municipal. Les banques peuvent effectuer toutes les opérations de banque. Les banques mutualistes ou coopératives, les établissements de crédit spécialisés et les caisses de crédit municipal peuvent effectuer toutes les opérations de banque dans le respect des limitations qui résultent des textes législatifs et réglementaires qui les régissent. Les banques mutualistes ou coopératives et les caisses de crédit municipal peuvent effectuer toutes les opérations de banque dans le respect des limitations qui résultent des textes législatifs et réglementaires qui les régissent., février page n 16/16

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Rapport au Président de la République relatif à l ordonnance n o 2015-378 du 2 avril 2015 transposant la directive

Plus en détail

Règlement n o 93-05 du 21 décembre 1993 relatif au contrôle des grands risques

Règlement n o 93-05 du 21 décembre 1993 relatif au contrôle des grands risques Règlement n o 93-05 du 21 décembre 1993 relatif au contrôle des grands risques modifié par les règlements n o 94-03 du 8 décembre 1994, n o 96-06 du 24 mai 1996, n o 97-04 du 21 février 1997, n o 98-03

Plus en détail

Références du document Date du document 09/03/01

Références du document Date du document 09/03/01 SOUS-SECTION 3 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES LIBELLÉS EN DEVISES DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB 4A2373] Références du document 4A2373 Date du document

Plus en détail

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle I -Notion de consolidation et de groupe A - Définition B - Motivation de la consolidation C - Comment la notion de contrôle doit-elle se comprendre? Exemple simplifié

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS)

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS) RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS) 1) PRÉSENTATION La Caisse Régionale de Normandie Seine fournit de nombreux types

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne 31.3.2015 FR L 86/13 RÈGLEMENT (UE) 2015/534 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 17 mars 2015 concernant la déclaration d'informations financières prudentielles (BCE/2015/13) LE CONSEIL DES GOUVERNEURS

Plus en détail

Schéma de reporting périodique des établissements de monnaie électronique

Schéma de reporting périodique des établissements de monnaie électronique Politique prudentielle et stabilité financière boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tél. +32 2 221 38 12 Fax + 32 2 221 31 04 numéro d entreprise: 0203.201.340 RPM Bruxelles www.bnb.be Bruxelles,

Plus en détail

L du 02 août 2003 (Mém. n 112 du 14 août 2003, p.2364)

L du 02 août 2003 (Mém. n 112 du 14 août 2003, p.2364) Loi du 2 août 2003 portant - modification de la loi modifiée du 5 avril 1993 relative au secteur financier; - modification de la loi modifiée du 23 décembre 1998 portant création d'une commission de surveillance

Plus en détail

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 Relatif aux modalités de première application du règlement du CRC n 99-02 par les sociétés dont les instruments

Plus en détail

3 - Impact sur la présentation des états patrimoniaux de l organisme d assurance gestionnaire

3 - Impact sur la présentation des états patrimoniaux de l organisme d assurance gestionnaire CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation Recommandation R-01 du 23 juin 2004 Dispositions comptables relatives aux PERP (Plans d épargne retraite populaire) Sommaire 1 - Spécificités comptables

Plus en détail

Une information plus détaillée sur ce document est disponible sur demande écrite.

Une information plus détaillée sur ce document est disponible sur demande écrite. RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DU GROUPE CREDIT AGRICOLE APPLIQUEE A LA CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE CHARENTE- PERIGORD 1) PRESENTATION Le Groupe Crédit

Plus en détail

Togo. Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe

Togo. Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe Loi uniforme n 2009-23 du 14 octobre 2009 [NB - Loi uniforme n 2009-23 du 14 octobre 2009 relative aux entreprises d investissement à capital

Plus en détail

7 ème partie du rapport

7 ème partie du rapport 3 6 ème partie du rapport SOMMAIRE DU TOME II Avertissement : De très nombreuses modifications purement formelles ont été apportées au texte adopté par le Sénat, sans avoir fait l objet d amendements en

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Arrêté du 27 décembre 2011 portant homologation des règlements n o 2011-01, n o 2011-02, n o 2011-03,

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

RECOMMANDATION. N 2015-01 du 7 janvier 2015

RECOMMANDATION. N 2015-01 du 7 janvier 2015 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RECOMMANDATION N 2015-01 du 7 janvier 2015 Relative au traitement comptable des titres, parts, actions et avances en comptes courants dans les Sociétés civiles de placement

Plus en détail

Le nouveau régime de l appel public à l épargne

Le nouveau régime de l appel public à l épargne Émilie CRÉTÉ Direction de la Coordination pour la Stabilité financière Service des Relations avec la Place La transposition de la directive européenne «Prospectus» dans le droit national (Loi Breton du

Plus en détail

BIC - Produits et stocks - Contrats d'échange de taux d'intérêt ou de devises (swaps)

BIC - Produits et stocks - Contrats d'échange de taux d'intérêt ou de devises (swaps) Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-BIC-PDSTK-10-20-80-40-20120912 DGFIP BIC - Produits et stocks - Contrats

Plus en détail

Abrogé et repris par règlement ANC n 2014-07

Abrogé et repris par règlement ANC n 2014-07 REGLEMENT N 00-03 DU 4 JUILLET 2000 RELATIF AUX DOCUMENTS DE SYNTHESE INDIVIDUELS DES ENTREPRISES RELEVANT DU COMITE DE LA REGLEMENTATION BANCAIRE ET FINANCIERE Abrogé et repris par règlement ANC n 2014-07

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Circulaire relative aux fonds propres des établissements de crédit

Circulaire relative aux fonds propres des établissements de crédit BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur CN 24/G/2006 04 décembre 2006 Circulaire relative aux fonds propres des établissements de crédit Le gouverneur de Bank Al-Maghrib ; vu la loi n 34-03 relative aux établissements

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 8 septembre 2007 3 ième trimestre (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie

Plus en détail

18. Correction résultant de l'affectation du bénéfice (à déduire) 120

18. Correction résultant de l'affectation du bénéfice (à déduire) 120 Tableau 41.70 - COMPOSITION DES FONDS PROPRES SUR BASE SOCIALE (Art. 14 et 15 du règlement) 1. Fonds propres sensu stricto (art. 14, 1er, 1 ) Valeur comptable Code 05 11. Capital libéré et primes d'émission

Plus en détail

Retour sur un statut juridique atypique : la société de financement à double agrément

Retour sur un statut juridique atypique : la société de financement à double agrément Page 1 sur 5 Imprimé par edeabreu@kramerlevin.com Cette impression est à usage strictement personnel. Si vous souhaitez utiliser cet article à des fins collectives, merci de contacter Revue Banque. Accueil

Plus en détail

modifié par le règlement n 2005-03 du CRC du 3 novembre 2005 et par le règlement n 2007-06 du 14 décembre 2007

modifié par le règlement n 2005-03 du CRC du 3 novembre 2005 et par le règlement n 2007-06 du 14 décembre 2007 COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE REGLEMENT N 2002-03 DU CRC DU 12 DECEMBRE 2002 RELATIF AU TRAITEMENT COMPTABLE DU RISQUE DE CREDIT modifié par le règlement n 2005-03 du CRC du 3 novembre 2005 et

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation»

relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation» COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2004-11 du 23 novembre 2004 relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation» Le Comité de la réglementation comptable,

Plus en détail

III. LE COMMISSAIRE AUX COMPTES ET L ALERTE

III. LE COMMISSAIRE AUX COMPTES ET L ALERTE COLLECTION NOTES D INFORMATION III. LE COMMISSAIRE AUX COMPTES ET L ALERTE AVRIL 2010 SERVICES DÉPARTEMENT ÉDITION 3 SOMMAIRE SYNTHÉTIQUE AVANT-PROPOS... 25 1. DISPOSITIF LÉGISLATIF ET RÉGLEMENTAIRE RELATIF

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

NOTE DE PRÉSENTATION

NOTE DE PRÉSENTATION AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRÉSENTATION RÈGLEMENT N 2011-05 DU 10 NOVEMBRE 2011 modifiant le règlement du CRC n 2003-02 relatif au plan comptable des organismes de placement collectif en valeurs

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

Formation «Comptabilité bancaire : cycle long»

Formation «Comptabilité bancaire : cycle long» Formation «Comptabilité bancaire : cycle long» REFERENCE : 202 1. Objectif général Situer l'activité bancaire dans son environnement économique et réglementaire. Souligner les aspects techniques et économiques

Plus en détail

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Synthèse // Réflexion // Une entreprise/un homme // Références Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Particulièrement utiles pour évaluer la capacité

Plus en détail

COMMISSION BANCAIRE ------ Instruction n 2005-04 relative à la surveillance complémentaire des conglomérats financiers

COMMISSION BANCAIRE ------ Instruction n 2005-04 relative à la surveillance complémentaire des conglomérats financiers COMMISSION BANCAIRE ------ Instruction n 2005-04 relative à la surveillance complémentaire des conglomérats financiers La Commission bancaire, Vu la directive du Conseil n 2000/12/CE du Parlement européen

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 73 DU 27 JUILLET 2009 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 4 H-3-09 INSTRUCTION DU 24 JUILLET 2009 IMPOT SUR LES SOCIETES. DISPOSITIONS PARTICULIERES. REGIME FISCAL

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail

Le Crédit Renting. De quoi s'agit-il?

Le Crédit Renting. De quoi s'agit-il? Le Crédit Renting Le Renting Financier est une forme de financement d un investissement similaire au leasing financier (leasing opérationnel) mais qui se distingue néanmoins de ce dernier par la hauteur

Plus en détail

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI Document mis en distribution le 21 avril 2009 N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 avril 2009. PROJET

Plus en détail

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS 23/07/2012 La loi dite de sécurité financière du 1er août 2003 a donné un statut à l activité de conseil en investissements financiers (CIF) du fait de la complexité

Plus en détail

11 Détermination de votre résultat fiscal 2012

11 Détermination de votre résultat fiscal 2012 11 Détermination de votre résultat fiscal 2012 Six nouveaux retraitements extra-comptables MC 816, 817, 939-1, 1880, 1918-4, 2153-1, 2220-2, 2857 PAR LES AUTEURS DU MEMENTO ANNE-LYSE BLANDIN, Associée,

Plus en détail

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au portage salarial

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

DCG UE09 INTRODUCTION A LA COMPTABILITE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ

DCG UE09 INTRODUCTION A LA COMPTABILITE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ DCG UE09 INTRODUCTION A LA COMPTABILITE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que ses auteurs. Les réponses sont parfois plus détaillées que ce

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 Relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE Comité du commerce des services financiers S/FIN/W/25/Add.1 19 juin 2003 (03-3275) Original: anglais COMMUNICATION DE HONG KONG, CHINE Tendances du marché et questions

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES Ordonnance n o 2014-158 du 20 février 2014 portant diverses dispositions d adaptation de la législation au droit de

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 ca-des-savoie.fr Arrêtés par le Conseil d administration du Crédit Agricole des Savoie en date du 23 janvier 2015 soumis à l approbation de l Assemblée Générale Ordinaire

Plus en détail

Documents de synthèse individuels des entreprises relevant du CRBF

Documents de synthèse individuels des entreprises relevant du CRBF CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 00-07 Documents de synthèse individuels des entreprises relevant du CRBF Le Conseil national de la comptabilité réuni en assemblée plénière le 29 mai 2000 approuve

Plus en détail

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe :

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe : L'AVIS DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES SUR LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE Hervé Stolowy, Professeur au Groupe HEC, diplômé d'expertise comptable L'avis n xx de l'oec "Le tableau des flux de trésorerie",

Plus en détail

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs»

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» COMMISSION BANCAIRE Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» La Commission des opérations de bourse et la Commission bancaire ont entrepris en 2002, suite aux différentes

Plus en détail

«La commercialisation transfrontalière de produits et services financiers»

«La commercialisation transfrontalière de produits et services financiers» «La commercialisation transfrontalière de produits et services financiers» RAPPORT LUXEMBOURGEOIS Me Jean BRUCHER Me Nicolas BERNARDY BRUCHER & ASSOCIES 10, rue de Vianden, L-2680 Luxembourg Tél. : (352)

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés»

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» Alerte «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» La loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

RECOMMANDATION. Note de présentation

RECOMMANDATION. Note de présentation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RECOMMANDATION n 2013-02 du 7 novembre 2013 Relative aux règles d évaluation et de comptabilisation des engagements de retraite et avantages similaires pour les comptes annuels

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne L 68/54 DÉCISION (UE) 2015/425 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 15 décembre 2014 modifiant la décision BCE/2010/21 concernant les comptes annuels de la Banque centrale européenne (BCE/2014/55) LE CONSEIL

Plus en détail

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers Rapport de l'auditeur indépendant 1 États financiers Bilan 3 État des résultats 4 État de l'évolution de l actif net 6 État des flux de

Plus en détail

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 En bref L arrêté du 3 novembre 2014 relatif au contrôle interne des entreprises

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES Établissement de crédit agréé et société de courtage

Plus en détail

Nouvelle Directive comptable européenne Quels changements? Quels impacts sur le droit comptable français?

Nouvelle Directive comptable européenne Quels changements? Quels impacts sur le droit comptable français? Nouvelle Directive comptable européenne Quels changements? Quels impacts sur le droit comptable français? La directive européenne relative aux états financiers annuels, aux états financiers consolidés

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78)

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) 1 ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) Le Président du gouvernement de la Polynésie française, Sur le rapport

Plus en détail

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101 États Financiers consolidés.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100.2 Bilan au 31 décembre 2008 101.3 Tableaux de passage des capitaux propres du 1 er janvier 2007 au 31 décembre 2008 102. Tableau

Plus en détail

EURASIA GROUPE Comptes consolidés au 31 décembre 2010

EURASIA GROUPE Comptes consolidés au 31 décembre 2010 1 EURASIA GROUPE Comptes consolidés au 31 décembre 2010 S O M M A I R E COMPTES CONSOLIDES Bilan consolidé...4 Compte de résultat consolidé...6 Tableau de flux de trésorerie consolidé...7 NOTES ANNEXES

Plus en détail

Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48

Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48 Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48 Résumé de l article Les regroupements d entreprises peuvent se traduire en comptabilité par une fusion régie par le règlement

Plus en détail

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014)

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014) REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO (avril 2014) PREAMBULE REGLEMENT FINANCIER DE L AGIRC L Association générale des institutions de retraite des cadres (Agirc) a pour objet la mise en œuvre

Plus en détail

8.4.2009 Journal officiel de l Union européenne L 94/75

8.4.2009 Journal officiel de l Union européenne L 94/75 8.4.2009 Journal officiel de l Union européenne L 94/75 RÈGLEMENT (CE) N o 290/2009 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 31 mars 2009 modifiant le règlement (CE) n o 63/2002 (BCE/2001/18) concernant les

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 DIRECTIVE RÉGISSANT LES ACTIVITÉS FINANCIÈRES DÉCOULANT DE LA PERCEPTION DES REVENUS DANS LES ÉTABLISSEMENTS 1.0 FONDEMENTS 1.1 Devoir d'établissement

Plus en détail

Inside Secure. (Assemblée générale du 26 juin 2014 Résolution n 21)

Inside Secure. (Assemblée générale du 26 juin 2014 Résolution n 21) Rapport des commissaires aux comptes sur l émission et l attribution réservée de bons de souscription d actions avec suppression du droit préférentiel de souscription (Assemblée générale du 26 juin 2014

Plus en détail

B ) Nom de la personne ou des personnes agissant de concert ayant franchi le ou les seuils. Dénomination sociale et forme juridique 8 : Adresse :

B ) Nom de la personne ou des personnes agissant de concert ayant franchi le ou les seuils. Dénomination sociale et forme juridique 8 : Adresse : V3/ 01-02-11 FORMULAIRE DE DECLARATION DE FRANCHISSEMENT(S) DE SEUIL(S) ET D INTENTION ARTICLES L. 233-7 ET L. 233-9 DU CODE DE COMMERCE ET 223-11 ET SUIVANTS DU REGLEMENT GENERAL DE L AMF I ) Déclaration

Plus en détail

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST DISPOSITIF PRUDENTIEL APPLICABLE AUX BANQUES ET AUX ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE L UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA)

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32 NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32 OBJECTIF 01. La norme comptable NC 01 - "Norme comptable générale" définit

Plus en détail

N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997. Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI

N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997. Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997 Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, relative à l'épargne retraite, TRANSMISE PAR M.

Plus en détail

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont résultats et autres renseignements caractéristiques de la société au cours des cinq derniers exercices) La société mère : Comptes

Plus en détail

GUIDE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF (CROWDFUNDING) A DESTINATION DES PLATES-FORMES ET DES PORTEURS DE PROJET

GUIDE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF (CROWDFUNDING) A DESTINATION DES PLATES-FORMES ET DES PORTEURS DE PROJET GUIDE DU FINANCEMENT PARTICIPATIF (CROWDFUNDING) A DESTINATION DES PLATESFORMES ET DES PORTEURS DE PROJET Selon les modalités de financement retenues, un opérateur de crowdfunding peut être soumis au respect

Plus en détail

Département des Risques

Département des Risques DOCUMENTATION RELATIVE AU PILIER 3 DE LA REGLEMENTATION BALE II SOMMAIRE 1- Présentation 2- Politique de gestion des risques 3- Fonds propres 4- Adéquation des fonds propres 5- Risques de contrepartie

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II

Préparation à Solvabilité II Préparation à Solvabilité II Traduction partielle des spécifications techniques EIOPA du 30 avril 2014 : valorisation du bilan prudentiel 16 mai 2014 version 1.0 Avertissement L Autorité européenne des

Plus en détail

Documents de synthèse Regroupements

Documents de synthèse Regroupements Documents de synthèse Regroupements Pré-requis : o Connaitre les documents de synthèse (bilan et tableau de résultat) selon les trois systèmes : Système de base, Système abrégé, Système développé. Objectif

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

III L allégement de la loi n 12-96 La loi n 12-96 contient des dispositions diverses et transitoires conçues, au départ, pour assurer l application

III L allégement de la loi n 12-96 La loi n 12-96 contient des dispositions diverses et transitoires conçues, au départ, pour assurer l application ROYAUME DU MAROC Note de présentation du projet de loi modifiant et complétant la loi n 12-96 portant réforme du Crédit Populaire du Maroc telle que modifiée et complétée Depuis la promulgation de la loi

Plus en détail

Orientations sur la solvabilité du groupe

Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA-BoS-14/181 FR Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES États financiers Pour l'exercice terminé le 31 décembre 2008 Table des matières Rapport des vérificateurs 2 États financiers Bilan 3 État des résultats

Plus en détail

CONVOCATIONS WEBORAMA

CONVOCATIONS WEBORAMA CONVOCATIONS ASSEMBLÉES D'ACTIONNAIRES ET DE PORTEURS DE PARTS WEBORAMA Société anonyme à conseil d administration au capital social de 385.922,79 euros Siège social : 15, rue Clavel - 75019 Paris 418

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE CHANEL. 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS

FONDATION D ENTREPRISE CHANEL. 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS FONDATION D ENTREPRISE CHANEL 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS Exercice du 18 juin 2011 au 31 décembre 2012 SOMMAIRE COMPTES ANNUELS ANNEXE 6 1. Faits caractéristiques

Plus en détail

Vu la Loi n 13/007 du 22 janvier 2013 portant habilitation du Gouvernement ;

Vu la Loi n 13/007 du 22 janvier 2013 portant habilitation du Gouvernement ; ORDONNANCE-LOI N 13/008 DU 23 FEVRIER 2013 MODIFIANT ET COMPLETANT CERTAINES DISPOSITIONS DE L ORDONNANCE-LOI N 69/009 DU 10 FEVRIER 1969 RELATIVE AUX IMPOTS CEDULAIRES SUR LES REVENUS Le Président de

Plus en détail

GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT

GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31/12/2012 Groupe BIAT Etats financiers consolidés arrêtés au 31 décembre 2012 Page ~ 2~ BILAN CONSOLIDE ARRETE AU 31 DECEMBRE

Plus en détail

RÈGLEMENT N 2014-01 du 14 janvier 2014. Règlement homologué par arrêté du 8 septembre 2014 publié au Journal Officiel du 15 octobre 2014

RÈGLEMENT N 2014-01 du 14 janvier 2014. Règlement homologué par arrêté du 8 septembre 2014 publié au Journal Officiel du 15 octobre 2014 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2014-01 du 14 janvier 2014 Relatif au plan comptable des organismes de placement collectif à capital variable Règlement homologué par arrêté du 8 septembre 2014

Plus en détail

Belgique. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Belgique. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Belgique Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Présentation de la consolidation

Présentation de la consolidation Chapitre I Présentation de la consolidation Établir les comptes consolidés d un groupe consiste à présenter son patrimoine, sa situation financière et les résultats de l ensemble des entités qui le constituent

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

- - Créances sur les établissements de crédit et. chèques postaux

- - Créances sur les établissements de crédit et. chèques postaux BILAN AU 31 DÉCEMBRE 2005 ACTIF DEC 2005 DEC 2004 PASSIF DEC 2005 DEC 2004 Valeurs en caisse,banques centrales, Trésor public, Banques centrales, Trésor public, Servicesdes 197 427 113 253 Service des

Plus en détail