Rue du Faubourg Saint-Honoré

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rue du Faubourg Saint-Honoré"

Transcription

1 Promenade anecdotique au Faubourg du Roule Rue du Faubourg Saint-Honoré Première partie De la rue Royale à la place Beauvau Rive Sud N impairs du n 1 au n 55 (Palais de l Élysée) angle avenue Marigny Rive Nord du n 2 au n 98 (Place Beauvau) angle rue de Miromesnil VIII e Arrondissement. Commence entre les n 15 et 19 de la rue Royale; finit 2, place des Ternes. Longueur: 2070 m ; largeur: 13,80 à 14,50 m. Porte ce nom depuis La voie doit son nom à saint Honoré, qui fut évêque d Amiens au VI e siècle, dont on sait peu de chose, mais à qui une antique église située dans le cloître de la rue qui porte aujourd hui son nom rendit hommage. Intronisé saint patron des boulangers, des confiseurs et des pâtissiers par une tradition remontant au Moyen-Âge, le bon saint Honoré est invoqué pour nous pardonner le péché de gourmandise. Le Faubourg Saint-Honoré au début du XVIII e siècle 1

2 Paris mon Village La rue du Faubourg St-Honoré se substitua au début du XVII e siècle à l ancien chemin moyenâgeux qui conduisait de Paris au lieu-dit Le Roule. Cette voie est indiquée sur une charte de 1222 comme chemin allant de l église Saint-Honoré au pont du Roule (aujourd hui Pont de Neuilly). L agglomération se composait alors de deux hameaux : le Haut- Roule et le Bas-Roule. Cette voie s appelait depuis 1635 chaussée Porte Saint Honoré au 17 e siècle (profil) du Roule; elle devint d abord la rue du Faubourg-du-Roule puis, vers 1725, rue du Faubourg Saint-Honoré depuis la Porte Saint-Honoré (rue royale) jusqu à la hauteur du 114 de l actuelle rue du faubourg où fut établi un poste d octroi dit de la Fausse porte Saint-Honoré. Au-delà, elle s appela rue du Bas-Roule, du Haut-Roule, puis du Faubourg-du-Roule, avant de recevoir en 1847 son nom sans doute définitif de rue du Faubourg Saint-Honoré, de la rue Royale à la place des Ternes. Après s être parée au XVIII e siècle de quelques palais seigneuriaux, elle offrit une place privilégiée, au XIX e aux demeures des parvenus de la haute finance, devenant vers 1900 l une des artères commerçantes les plus élégantes de Paris. Ces hôtels particuliers portaient le nom de leur propriétaire. Ainsi la même demeure pouvait s appeler successivement Hôtel de Vergès, Hôtel de Saxe puis Hôtel Sébastiani. (Cf. FSH N 49 à 53) Porte Saint Honoré au 17 e siècle (face) Vers la fin de la seconde moitié du XX e siècle le Faubourg perdit beaucoup de sa beauté et de son âme, s avilissant dans la spéculation, le business, les faux-arts, tentant à grand peine de sauvegarder quelques vestiges des fastes d antan. Dans son Dictionnaire historique des rues de Paris auquel nous empruntons beaucoup, Jacques Hillairet dit : «Ce ne fut que très progressivent que, du début du XVIII e siècle à la fin du règne de Louis XV, quelques hôtels s élevèrent dans la première section de cette voie. En 1734, on ne trouvait encore, avant la Fausse Porte Saint-Honoré, qu une demi-douzaine d hôtels sur le côté sud (hôtels de Montbazon, de Guébriant, de Charost, d Aguesseau, d Évreux...), tous avec jardin s étendant jusqu à notre avenue Gabriel et qu un seul sur le côté nord, l hôtel de Duras. Construits par des architectes éminents, habités par des grands seigneurs et des riches financiers, ces hôtels allaient faire du faubourg Saint- Honoré un égal du faubourg Saint-Germain, son aîné.» Les raisons de cette poussée vers l ouest résident principalement dans l insalubrité, l inconfort, la pestilence, l impossibilité de circuler qui régnaient dans la vieille cité alors trop à l étroit dans ses murs. (Cf. Vie du Faubourg*) Mais la révolution haussmannienne entraînant la percée de Entrée du Faubourg St.-Honoré vers

3 nombreuses voies nouvelles, l élargissement de beaucoup d autres et une spéculation effrénée sur les terrains, provoqua à son tour la disparition d une grande partie de ces magnifiques demeures comme elle aura fait disparaître la quasi totalité des vestiges du Moyen-Age. Si l apposition de plaques indiquant le nom des rues de Paris ne date que de 1728, la numérotation de ses immeubles a été instituée en 1805 par un décret qui la rendait obligatoire. Toutefois, au fil du temps, cette nomenclature et cette numérotation ont subi quelques changements, notamment à la suite de regroupements de parcelles, du percement de nouvelles voies ou de démolitions, ce qui, pour certaines rues, les a rendues historiquement imprécise. Nous essayons évidemment d en tenir compte en indiquant leurs modifications. La rue du faubourg Saint-Honoré n a pas échappé à ce phénomène notamment par la distorsion de la numérotation de ses deux rives. Ainsi si le N 1 se trouve dans la proximité du N 2, il n en va plus de même en atteignant la place Beauvau où le N 55 de l entrée prin- N 1 rue du faubourg Saint-Honoré cipale du Palais de l Élysée se trouve en face du N 88. L incendie de la rue Royale en 1871 Rue du Faubourg Saint-Honoré N 3 : Au matin du 2 décembre 1851, jour du coup d État de Napoléon III, le général Nicolas Changarnier ( ) fut arrêté dans la maison qui s élevait à cet emplacement. Ancien chef de la Garde nationale, il avait cessé de soutenir la politique du prince-président et fut banni. La maison fut démolie et reconstruite en 1857 avant d être incendiée sous la Commune. A cette même adresse, le clairvoyant Alexis Didier* ( ) recevait avec discrétion dans son cabinet aveugle les plus fortunées de ses clientes qu il troussait volontiers avant de les détrousser. N 4 : Vers 1850, cet immeuble était composé de deux bâtiments de 5 et 4 étages séparés par une cour intermédiaire, constituant «une vieille et mauvaise construction habitée par des artisans.» Un marchand de bougies y tenait boutique sur rue à côté d un charcutier. Mais N 1 : Propriété en 1810 du comte Jean-Baptiste Lefebvre de Plinval d un immeuble de rapport de 6 étages. Cette maison qui jouxte la rue Royale fera partie des bâtiments incendiés en 1871, lors de la Commune. Vers 1915, un officier charitable hébergeait dans une chambre sous les toits de cet immeuble Félix, un vieil original revenu de la guerre de 70 couvert de gloire, une jambe en moins ayant pour seule richesse un clairon. Dès l aube, le sergent Galopin avait coutume d ouvrir sa fenêtre qui donnait sur la rue Royale, et de sonner la charge avec entrain. Cour du N 3 (2007) 3

4 l immeuble fut rénové, car vers 1900, la Maisan Pihan, offrait ici dans sa luxueuse boutique les chocolats de sa fabrication et d excellents thés et café importés. N 5 : Là se situait au XVIII e siècle la Maison de parfumerie A la Gerbe d Or. Au N 5 Magasin Henry à la Pensée début du XIX e, le magasin Henry à la Pensée*, fondé en 1809 par M. Henry, devint le rendez-vous à la mode des mondaines et demi-mondaines de l époque. Au premier étage on trouvait le coiffeur-fleuriste Henri de Bysterveld dont certaines coiffures époustouflantes comme la Pompadour, la Mignarde, la Parabère, le Premier Pas, la Candeur, l Hirondelle, la Bayadère, firent sensation chez les élégantes allant jusqu à provoquer des scènes d hystérie. Le mercier Simon Cornu demeurait également à cette adresse. Durant la guerre de 14, un entresol de l immeuble servit de lieu de rencontre aux marraines de guerre, jolies infirmières volontaires de bonne famille, devenant le terrain de chasse privilégié de quelques don juans sans scrupules. Joseph Prudhomme N 6 : Habité en 1830 par l écrivain, dessinateur satirique et humoriste Henri Monnier ( ), auteur d aphorismes fameux tels : C est mon opinion et je la partage ou La mer : une telle quantité d eau frise le ridicule! ou bien encore : Pour suivre ses penchants il suffit d obéir à son caractère. On dit que c est ici que Monnier aurait créé le personnage du petit bourgeois cocasse Joseph Prudhomme. N 7 : Là où l éditeur Jean de Bonnot propose aujourd hui sa gamme de livres reliés se trouvait jadis, au milieu du XIX e siècle la boutique du père Berranger, un marchand de vins réputé. Un couloir souterrain partant des caves de cet immeuble permettait de gagner les caves de l hôtel d Abrantès. Paris mon Village Le Faubourg St.-Honoré en 1888 à gauche le Café Delorme 4

5 Pauline Lagache N 8 : Vers 1850 «maison occupée par des ouvriers», nous dit un extrait du cadastre. N 9 : Avant son urbanisation vers la fin du XVII e siècle, un dépôt des marbres du Roi occupait l emplacement de cette maison et de ses voisines. Le logement qui y fut construit porta l enseigne de La Belle Étoile, et fut décrit comme «couvert de tuilles et consistant en trois corps de logis sur la rue séparé d un mur de reffend, de fond en comble par ce un lieu de, appliqué par bas à deux boutiques, salles diverses deux étages au dessus de celui deux chambres sur la rue, et deux antichambres sur la cour, le tout à cheminée, deux greniers au-dessus, à cave dessous une cour aussi avec puits et un petit appentis couvert de tuiles servant de bucher et écurie, avec un cabinet d aisance au fond de la cour et jardin derrière». Le maître boulanger Nicolas Dangu propriétaire de l immeuble y demeura avec sa femme au-dessus de leur commerce dont héritèrent en 1750 ses enfants et petits-enfants La maison fut acquise en 1800 par l ébéniste d art Bernard Molitor ( ) qui y installa son atelier. Quant au magasin de nouveautés Aux Montagnes Russes, ouvert en 1832 à cette adresse, par le couple Pierre-Alfred Chardon- Lagache, ses rayons, qui comportèrent jusqu à 6 étages et 18 vendeurs, s étendirent progressivement aux n 5, 7 et 11 qu ils occupèrent en quasi totalité. Voici le résumé de cette success story que nous conte André de Fouquières : «La femme d un pair de France qui fut ambassadeur auprès du Tsar, la baronne de Barante, introduisit son fournisseur auprès de la haute société de la Monarchie de Juillet N 9 Aux Montagnes Russes (vers 1907) Rue du Faubourg Saint-Honoré et les Montagnes Russes devinrent un magasin à la mode en une époque qui devait être décisive pour le destin du faubourg Saint-Honoré.» Le Dr Pierre Lagache, fut durant 50 ans le médecin des pauvres d Auteuil. Son fils Pierre-Alfred et son épouse Amélie Lagache, amassèrent une fortune considérable dans leur commerce de nouveautés, ce qui leur permit de devenir à leur tour d ardents et efficaces philanthropes. D où, leurs noms inscrits au fronton d hôpitaux, d asiles, voire même d une station de métro! Depuis la Belle époque jusque vers 1950, le café Rumpelmayer fut le lieu de rencontre privilégié des élites européennes émigrées à Paris avant de s installer rue de Rivoli. N 10 : Vers 1850, cette parcelle était bâtie de trois corps de bâtiments. L un sur rue de 5 étages, et deux sur cour, «maison occupée par de petits rentiers et des artisans». Au début du XX e siècle un certain Jules Velus le bien nommé qui demeurait à cette adresse, exhibait sur les scènes parisiennes sa pilosité monstrueuse dans un numéro désopilant en compagnie du Pétomane et de Theresa, la Femme à barbe qui habitait au N 134. N 11 à 15 : Vers 1639 le terrain regroupant les parcelles appartenait à un sieur de Villemenon. De 1719 à 1723 elles connurent le Pierre-Alfred Chardon Le Thé chez Rumpelmayer 5

6 Laure duchesse d Abrantès sort du carré acquis dans le quartier par le financier Law dont la faillite provoqua leur démembrement. L hôtel d Abrantès dépendant lui-même d un grand hôtel donnant sur la rue Boissy d Anglas, fut aménagé à l emplacement des n 11 et 13. Jean Andoche Junot* ( ) acquiert l immeuble en Il s était fait remrquer par Napoléon au siège de Toulon. Promu secrétaire, puis fourrier, l empereur le comble de ses faveurs, lui offrant notamment un grand hôtel sur les Champs-Élysées et l argent pour le meubler. Chouchou de l empereur qui passe sur toutes ses frasques, allant jusqu à lui pardonner ses bévues dans les relations avec les diplomates étrangers, à fermer les yeux sur les goûts dispendieux de sa femme. Pour éloigner de Paris ce couple encombrant, il confie à Junot le commandement de l armée du Portugal et le récompense d avoir conduit son armée dans Lisbonne par le titre de duc d Abrantès. Blessé à la tête, Junot montre des signes de faiblesse. Nommé gouverneur de l Illyrie, il est atteint de crises de démence de plus en plus fréquentes. En 1813 il meurt à Montbard après avoir sauté de la fenêtre de sa chambre dans une ultime crise. Quant aux fameux Mémoires de la dichesse d Abrantès, sa veuve, ce fut Honoré de Balzac qui lui tint la plume pour leur rédaction. L inventaire dressé après la mort du duc Gérard de Nerval Paris mon Village décrit des hôtels richement meublés, comportant des tableaux de Van Dyck, du Guerchin, d Hubert Robert, de Poussin des frères Téniers, du Tintoret! (Cf. Valérie Basquès Des propriétés Villemenon aux hôtels d Abrantès in Rue du Faubourg Saint-Honoré, ouvrage collectif). FSH N 12 Jean Andoche Junot FSH N 11 Cartier N 11 : Immeuble de style Restauration. Dans la cour, dans une soupente de service au-dessus des écuries, logea durant quelques mois Gérard de Nerval*. Il était hébergé par un ami cocher dont l épouse acariâtre souhaitait certains soirs chasser l intrus. Le doux poète descendait alors coucher sur la paille, dans le noir, auprès des chevaux! L institut de beauté Carita a reçu dans ses salons plusieurs générations d élégantes. N 12 : La fameuse boutique de Pillot Columbus, providence des maîtresses de maison, offrait ici en location à une clientèle choisie tout ce qu il fallait de décorations, de vaisselle, d argenterie, de personnel voire de cavalières ou de chevaliers servants pour la réussite d une réception mondaine. N 13 : Emplacement d une maison, démolie en 1860, acquise, en 1745, par Gabrielle Le Tonnelier de Breteuil plus connue sous le nom de Marquise du Châtelet*, après qu elle eut quitté son bel hôtel de la rue Saint-Louis-en l Ile devenu trop dispendieux. La Femme des 6

7 Lumières, était, dit-on, jolie, libre, indépendante, intelligente et cultivée. Parlant de la fin de leur liaison, Voltaire lui rendit ce bel hommage : «Je n ai pas perdu une maîtresse mais la moitié de moi-même. Un esprit pour lequel le mien semblait avoir été fait.» N 14 : Cet hôtel, construit à la fin du XVIII e siècle pour le receveur général Boutray, payeur de l hôtel de Ville, Mme du Châtelet appartint après lui à ses héritiers, dont son gendre Charles-Pierre Vignon. Il passa sous la Restauration, au quincaillier Woidier, puis à sa famille formant avec le n 16, également ex-propriété Woidier, un bel ensemble: porte avec consoles et mascaron, escaliers, ferronneries; Hillairet affirme que l on retrouve, dans son rez-de-chaussée, la salle des fêtes de l ancienne mairie. En 2006, je ne l ai pas retrouvée! Le jurisconsulte Pierre Vignon* ( ) y abrita jusqu en avril 1835 la mairie de ce qui était encore le 1 er arrondissement, car le VIII e ne date que de 1860 lorsque Paris, agrandi, fut partagé en vingt arrondissements. Cette municipalité a occupé cinq emplacements, dont trois dans le Faubourg Saint- Honoré: le n 94 (hôtel de Lastours) de février 1796 à mai 1802; le n 18 de la rue d Aguesseau (hôtel de la Cropte-Saint-Abre) de 1802 à 1811, et ici, au N 14, de 1811 à Elle occupa ensuite l hôtel Contades, 11 rue d Anjou, de 1835 à 1926, puis à partir de cette dernière date, l hôtel Cail, 56 boulevard Malesherbes et rue de Lisbonne. (Voir à ces adresses). Le lieutenant-colonel Jean-Baptiste Charras* ( ), exsous-secrétaire d État à la guerre, a été arrêté dans cet hôtel le matin du coup d État du 2 décembre Issu d une famille de tradition républicaine, brillant militaire en Algérie, Charras joua un rôle bref mais important dans la réorganisation de l armée au début de la II e République (avril-mai 1848) et dans la répression de juin Député en exil, il devint chef des proscrits. Pamphlétaire, journaliste et écrivain militaire au service de la cause républicaine, il a écrit un important ouvrage sur la campagne de 1815, prenant le contre-pied de l habituelle hagiographie comportant une J.-B. Charras FSH N 14 (2007) Rue du Faubourg Saint-Honoré violente critique du césarisme de Bonaparte. Exilé, il mourut à Bâle en Le gymnase Saint-Honoré, occupa une partie de cet hôtel sous le second Empire. N 15 : Ancienne maison «Challan» (angle rue Boissy d Anglas) héritée en 1791 par Jean-Baptiste Challan* ( ) dont la carrière en cette période troublée fut exemplaire. Ayant rédigé une lettre favorable au maintien du pouvoir royal, présentée à l Assemblée Nationale avant le 10 août, FSH N 14 (1919) Pierre Vignon FSH N 15 7

8 cette démarche lui vaut en 1793 un internement à la prison des Récollets de Versailles. Libéré après le 9 thermidor, il est élu député au Conseil des Cinq Cents. Favorable à Brumaire, il entre au Tribunat et participe à la rédaction du Code de Commerce. En 1807, il fait partie du corps législatif. Promu chevalier de l Empire en 1808, il se rallie à la Restauration et reçoit ses lettres de noblesse en Ayant hérité de vieux bâtiments délabrés, il confie en 1806 les travaux de reconstruction de l ensemble à François-Robert Dargout. La maison donne sur les Champs-Élysées par une porte cochère. Rouget de l Isle* ( ), auteur de la Marseillaise, habita à cette adresse sous le Consulat. La boutique du rez-de-chaussée fut Faubourg Saint-Honoré rive nord n 2 à 20 occupée, sous le second Empire, par Félix, coiffeur de l impératrice Eugénie. Une grande coquette devenu coqueluche des dames du monde. N 16 : Vieille maison à mansardes. On la disait hantée par le fantôme d un jeune peintre amoureux qui s était pendu dans son grenier par désespoir, lorsque sa belle l eut éconduit. J.-F. Houbigant Paris mon Village N 17 : Maison ayant appartenu vers 1720 à M. Jean Law, puis, après sa retentissante faillite à Emmanuel Baudouin, conseiller du Roi, qui acquit également par la suite le N 19. L immeuble appartint par la suite vers 1773 à Antoine Baroche l un des «douze marchands de vins du Roy, et son ancien conseiller» puis, après la Révolution, à un certain Millin de Grandmaison que gérait, vers 1850, son principal locataire, Jean-Marie, l oncle du célèbre préfet Haussmann.. N 18 : Vieille construction de 2 travées, ancienne boutique du grainetier Bouscaille une figure immortalisée par Victor Hugo. N 19 : Maison appartenant à la famille du marchand de vin Vignon qui loua, en 1776, une de ses boutiques au parfumeur Jean- François Houbigant*. Âgé de 24 ans, il épousa, en 1781, la fille du parfumeur Deschamps. Son fils céda le fonds, en 1818, à son confrère Chardin qui, en 1822, acheta tout l immeuble, alors propriété du jurisconsulte Charles Pierre Vignon* ( ). Chardin confia, plus tard, son fonds à son gendre Gabillot, parfumeur de S.A.R. Adélaïde d Orléans. Des députés, dont Cambacérès, habitèrent ici pendant la Révolution. Le caricaturiste Amédée Cham* ( ), ici croqué par Nadar y naquit. À la fin du XIXe siècle Franc-Nohain* ( ) y occupa deux étages pendant près de vingt ans. Sans doute, le nom de ce charmant poète dira peu de chose aux jeunes cadres dynamiques et pressés qui fréquentent le faubourg en Rouget de l Isle chantant La Marseillaise 17, faubourg Saint-Honoré (1910) 8

9 Rue du Faubourg Saint-Honoré Pourtant durant deux générations, Maurice-Étienne Legrand, dit Franc-Nohain, du nom de la rivière qui traversait le village de son enfance, représenta l humour, la gaieté, la gourmandise des mots, la joie de vivre. Modeste et discret, effarouché devant la gloire, Franc-Nohain eut une vie bien remplie : élève à Janson-de-Sailly dont il fut chassé pour avoir fait le mur, il fonda la revue Le Potache avec son camarade Louis qui deviendra Pierre Louÿs. André Gide y publia ses premiers vers. Ses études achevées, Maurice- Étienne Legrand promènera son uniforme de sous-préfet au Puy, à La Rochelle, à Constantine, tout en envoyant ses premiers billets et ses articles au Gil Blas puis au Journal. Renonçant à sa carrière administrative, Franc-Nohain fréquenta le Chat Noir où il donna libre cours à sa verve en compagnie d Alphonse Allais, de Joseph Donnay et du poète musicien Léopold Dauphin dont il épousera la fille. Jean Nohain et Claude Dauphin naquirent de cette union. L immeuble fut entièrement reconstruit en N 21, 23 : Hôtels construits, en 1776, pour le fermier général Le Roy de Senneville. Ses gendres les vendirent, en 1787 Fbg Saint-Honoré rive nord vu de la rue Royale ; le n 21, à l apothicaire Marx inventeur du clystère automatique, le n 23, au conseiller d État Guyot de Chenizot; ce dernier hôtel passa après sa mort, vers 1826, à la famille Vignon, puis, en 1856, à Honoré Abeille, aîné d une célèbre famille d armateurs de Marseille ayant fait fortune aux Antilles, les mauvaises langues disant que c était dans le bois d ébène. (Voir aussi ci-après au N 25). N 22 : Hôtel du marquis de Molleville sous la Restauration; propriété, en 1845, de Jean-Gustave Lebaudy, le magnat du sucre. Jeanne Lanvin* ( ) y transféra vers 1890 son atelier de modiste et de couture créé sous les toits Jeanne Lanvin dans deux chambres de bonne de la rue du Marché-Saint-Honoré. 21, rue du faubourg Saint-Honoré N 23 : Jadis boutique de la maison Cartier fondée en Subsistait en 1950 une petite porte Empire par laquelle accédaient les clientes importantes du grand et petit monde de l époque. Au début du XXI e siècle la modeste maison Cartier a tissé un empire à travers le monde qu elle dirige depuis son building de la Cité du Retiro aujourd hui défigurée à jamais par des promoteurs sans scrupules. N : Cet immeuble du XVIII e très restauré, remanié en 1922 fut occupé sous la Révolution par un serrurier et un fourrager, sous la Restauration par une marchande de broderies à qui succédèrent sous le second Empire un commerce de nouveautés et un horloger. Charles-Emile Hermès, à la tête de l entreprise de sellerie fondée en 1837 par Thierry Hermès* (qui se qualifiait avec humour et modestie de harnacheur, transfèra ici ses ateliers de la rue Basse-du-Rempart en Le secret de la réussite de cette illustre maison réside dans la transmission d un savoir-faire de haut niveau et d un grand dynamisme 21, faubourg Saint-Honoré (2007) 9

10 Paris mon Village commercial. Après l époque glorieuse de la sellerie de luxe (Hermès fournit toutes les cours d Europe), Emile Hermès se reconvertit dans la maroquinerie quand le monde du cheval périclite. Plus tard, les parfums et les accessoires de grand luxe compléteront une gamme connue dans le monde entier. Pour le coup d œil, il faut absolument avoir assisté au moins une fois dans sa vie à une séance d ouverture des soldes privées réservées aux bonnes clientes et aux VIP de la Maison, pour garder un souvenir inoubliable de l étrange comportement de femmes riches et élégantes redevenues primitives et sauvages en présence d un déballage de trésors démarqués! Rez-de chaussée: Boutique Hermès. Étage : Siège social de la Société Hermès International. (Immeuble du 26 absorbé par Hermès, voir plus loin). Maison Hermès avant reconstruction N 25 : Emplacement d un hôtel construit, en 1740, pour Rillard de Fontenay, petitfils de François Le Vau et maître d hôtel du roi. Sa veuve le vendit, en 1764, au fermier général Le Roy de Senneville avant qu elle devienne la propriété de la marquise d Harancourt, de Dupleix de Pernan (1788). Devenu Hôtel meublé de Prusse il appartint à Thierry Hermès Honoré Abeille et fut démoli en Derrière sa façade sobre et élégante, cet hôtel fut durant de longues années la résidence parisienne des princes de Monaco jusqu à ce que le prince Albert la transférât en l hôtel de l avenue du Trocadéro. Vers 1880, la célèbre bijouterie Falize des frères Bapst offrait dans sa vitrine les merveilles de ses créations. Le couturier Balmain occupa l hôtel aujourd hui siège de la Compagnie des Experts en Ameublement et Objets d art de collection. Dans l entre-deux-guerres une bonbonnière élégante et raffinée aménagée par l une des reines des nuits parisiennes avec deux sorties pour éviter les procédures de constat d adultère jadis en vigueur, accueillait dans cette maison des couples en retard d affection pour de brèves et discrètes rencontres. Les services spécialisés du Ministère de l intérieur n hésitaient pas, dit-on, à proposer cette adresse Hermès (1990) à des visiteurs étrangers de marque pour agrémenter leur séjour. N 26 : Immeuble absorbé par Hermès. André de Fouquières raconte dans Mon Paris et ses Parisiens, l anecdote suivante : «En passant devant le 26, - c est la maison qui jouxte l immeuble d Hermès - il ne me déplaît pas de m arrêter un instant. C est pour un honorable officier supérieur et qui mourut ici commandeur de la Légion d honneur. Il fut un soldat courageux pendant la première guerre mondiale et n en est pas pour autant entré dans l Histoire; mais il fit une brève apparition dans la petite histoire, et c est pour avoir été témoin au mariage d une de ses lointaines parentes. [...] La mariée se nommait Marguerite Dellière ( ) et elle épousait un M. Sudreau. Quant à l officier (supérieur), c était le colonel (en retraite) François La Maison Hermès en trompe l œil (2007) 10

11 Bouin. Marguerite était veuve d un Empereur. Veuve morganatique d un empereur in partibus infidelium. Et veuve seulement au regard de la législation américaine, qui a la vue d une grande acuité et qui distingue infailliblement un mariage là où d autres ne verraient rien. M. Sudreau, le fiancé, avait aussi un œil de lynx, tout à fait nécessaire dans sa profession. Mlle Dellière était née au sein d une famille aisée. Son père était marchand de chevaux dans la plaine du Rhône. On l avait surnommée Lou Chicha à la Palud (Vaucluse). C était une piquante brunette, qui devint auburn en même temps que diva. Souvent elle fut reine. Reine d opérette. Il est assez rare qu une bergère, ou une fille de marchand de chevaux, épouse un roi, mais assez banal qu une diva capitule devant un grand de la terre. C est ce que fit Marguerite Dellière, à qui Jacques Lebaudy ( ) promit mieux que le mariage: un trône: celui d Impératrice du Sahara.» «En attendant, il lui offrit un beau bébé. Le trône vint ensuite, mais se révéla un trône d opérette. L Empereur du Sahara dont nous contons l aventure par ailleurs*, (Annexe) subit les rigueurs rigueurs de l exil comme tant d autres souverains. Il choisit de se réfugier en Amérique. Il allait éblouir le Nouveau Monde par son élégance, ses voitures, ses secrêtaires et son nombreux domestique, son souci de l étiquette. Il allait l étonner aussi par sa terreur des conspirations et Drapeau Empire du Sahara Rue du Faubourg Saint-Honoré Mme Dellière et sa fille des attentats. Certain jour, il s avisa que l Impératrice déclinait en beauté tandis que sa fille devenait adolescente. Les Pharaons qui règnèrent aussi en Afrique avaient jadis coutume de célébrer leurs noces avec leurs sœurs. L Empereur pensa que sa fille devenait digne de lui. Mais Marguerite Dellière avait conservé certains préjugés bourgeois qui eurent pour conséquence un tir bien ajusté, le décès du pharaon saharien, un procès, un acquittement.» «Quelques saisons plus tard, dans sa résidence de Long Island, baptisée Phoenix Lodge, la veuve-justicière du pharaon connaissait encore bien des ennuis, ne parvenant pas à obtenir que sa fille entrât en possession de la fortune impériale. Elle tentait de chasser un fantôme à coups de fusil et apprenait ainsi que les armes à feu sont moins efficaces contre les spectres que contre les hommes. Elle interrogeait les esprits, mais ceux-ci ont pour habitude de ne donner que des réponses évasives. Dans sa solitude, dans son désarroi, les stupéfiants devenaient l ultime recours» «C était au temps du match Carpentier-Dempsey. Vint y assister un certain Sudreau - nom que portait son passeport. Les Parisiens ignoraient M. Sudreau, mais les affiches avaient popularisé la silhouette de «Harris», l homme à l œil de lynx, le détective privé qui, ayant choisi ce pseudonyme anglo-saxon, se réclamait d un flair pour le moins aussi subtil que celui de Sherlock Holmes.» «Ayant rencontré Marguerite Dellière, ce fin limier vit tout de suite le parti qu il y avait à en tirer. C était un beau parti. Harris était bel homme, et fort imposant avec sa rosette de la Légion d honneur, qu il ne portait d ailleurs qu en Amérique... De plus, il n était pas du tout comme Jacques Lebaudy: il n avait pas la phobie du mariage. Divorcé une première fois, il allait encore se séparer d une seconde épouse pour convoler avec Marguerite Dellière. En attendant cet heureux jour, le couple rentrait en France et s installait rue Vineuse. La Frasquita de Jacques Lebaudy 11

12 Deux assurances valent mieux qu une : Harris avait un fils et il fut décidé que le jouvenceau épouserait la princesse Jacqueline (seize printemps) qui venait d être si ardemment convoitée par son père qu elle avait un moment rêvé d entrer au cloître. Ce serait d ailleurs un mariage blanc. Blanc comme un morceau de sucre. Le double hymen fut célébré devant le maire et le curé, en présence du colonel François Bouin, dont le nom vient de me rappeler cette petite histoire, bientôt suivie d un autre scandale et dont les vieux Parisiens n ont peut-être pas tout à fait perdu le souvenir. Le colonel François Bouin était, lui, authentiquement commandeur de la Légion d honneur.» (Source : André de Fouquières : Mon Paris et ses Parisiens). N 27 : Emplacement de l ancien hôtel de la Brosse-Provenchère construit vers 1720, possédant au fond de la cour, un pavillon sur l avenue Gabriel. Propriété, en 1740, de Claude de Provenchère, officier de la Maison du Roi, où habita le comte de Feuquières, époux de la fille du peintre Mignard; l amant de celleci, Louis Blouin, habitait alors au n 31. Cet hôtel appartint, en 1758, à Jean-Marie Richard*, receveur des finances à Tours; en 1783, à son fils Louis Richard de La Bretesche ( ), également propriétaire de l hôtel ci-après; en 1795, au négociant Johannot, et, en 180l, à la famille Psalmon. Hôtel acheté, vers 1840, par Honoré Abeille encore lui! -, qui devait aussi acquérir les N 23, 25 (1856) et 29 démoli en 1854, puis reconstruit. Propriété à la fin du XIX e siècle d Adolphe Abeille qui préférait les beaux Adolphe Thiers Paris mon Village chevaux aux jolies filles. (Jacques Hillairet). Adolphe Thiers* ( ), historien et avocat, deuxième Président de la République, habita dans cette maison. Boutique du couturier Valentino (2006). FSH N 27 N 29 : Hôtel de Rohan-Montbazon. Pierre Cailleteau dit Lassurance ( ) l édifia en 1719, à l emplacement de la Jean-Marie Richard de la Brestesche demeure familiale des Brisacier, en bordure du marais, pour la duchesse de Rohan-Montbazon. Son mari le chevalier de La Rue, était mort fou vingt ans auparavant dans une abbaye de Liège en Le frère de ce prince, Louis de Rohan-Guéménée de Montbazon ( ), grand veneur de France à 20 ans puis colonel des gardes de Louis XIV, eut lui aussi une vie aventureuse et tragique. Il osa enlever Hortense Mancini avant de tenter de séduire Mme de Montespan. Contraint de démissionner de sa charge de grand-veneur, ruiné, il gagna la Hollande où il conspira contre Louis XIV. Tentant avec son complice Gilles du Hamel de Latréaumont de créer un État normand indépendant et s apprêtant à livrer la ville de Quillebœuf aux ennemis du roi, le complot fut découvert. Latréaumont tué lors de son arrestation Rohan fut condamné pour crime de lèse-majesté est décapité sur la place de la Bastille. La duchesse mourut en 1750 et l hôtel devint la propriété de Richard, receveur général des finances de Tours, qui FSH N 29 Porte cochère 12

13 l agrandit et le fit remanier par Tannevot. Après sa mort, en 1783, son fils, Richard de La Bretesche l hérita avant de le vendre, en 1792, à Mme Raymond de Saint-Sauveur qui avec l aide de complices parvint à sauver quelques têtes vouées à la guillotine. Il appartint à ses héritiers jusqu en 1819, au receveur général de Lapeyrière jusqu en 1823, et, à cette date, au comte Alexandre-César de La Panouse, banquier et député. Reconstruit par Decloux en 1876, l édifice du n 29 fut remanié, surélevé, tristement encastré dans une cour entourée de hauts bâtiments. Il abrita les parfums Lancôme. Seule la décoration Empire d un des salons subsiste et fut classée. N 30 : Entrée de la Cité du Retiro. (Cf. à ce nom). Catherine Mignard, comtesse de Feuqières Rue du Faubourg Saint-Honoré N 31 : Emplacement de l hôtel Marbeuf* qui sera également connu sous le nom de différents propriétaires qui s y succédèrent et que nous soulignons dans le texte. Construit en 1718, par Lassurance, pour Louis Blouin, premier valet de chambre et confident de Louis XIV qui décéda en L hôtel revint à Catherine Mignard*, sa maîtresse depuis 1670 qui avait épousé, à 39 ans, le comte de Feuquières. Après avoir appartenu à Derverse de Saint-Amaranthe receveur général des finances à Orléans puis en 1753, à Gabriel de Tharon l un des directeurs de la Compagnie des Indes dont la fille marquise de Marbeuf, hérita en Séparée du marquis Jacques de Marbeuf, neveu du célèbre gouverneur de la Corse, la marquise fit restaurer par Legrand et Molinos, la façade regardant la rue du Fbg Saint-Honoré, mais ne put jouir longtemps de son hôtel car elle fut guillotinée, le 5 février 1795, quatre jours avant sa locataire et parente Françoise de Lévis. (J.H). La petite histoire prétend que c est dans une écurie de cet hôtel que le bourreau et ses aides ont remisé durant quelques jours la guillotine tombée en panne à la suite de déprédations exercées sur elle par des collectionneurs en mal de souvenirs macabres. Citée du Retiro (entrée) 2007 Joseph Bonaparte La propriété fut restituée par les Domaines, en 1801, au neveu de la marquise de Marbeuf qui loua la demeure, à Joseph Bonaparte*, jusqu alors logé rue du Rocher. C est là que fut signé le Concordat, le 16 juillet Joseph Bonaparte acheta l hôtel en 1803, y donna de grandes réceptions, puis, le quitta lorsqu il fut promu roi de Naples en Sur ordre de Napoléon, l archichancelier Cambacérès y installa quelques mois ses archives et bureaux. Eugène de Beauharnais, Murat, le roi de Westphalie, Elisa, sœur aînée de l Empereur, le roi de Bavière y vécurent quelque temps. Joseph Bonaparte vendit cet hôtel en N 31 Ex-Hôtel Marbeuf (2007) 13

14 Paris mon Village Façade sur jardin de l hôtel Pillet-Will avant sa destruction Façade sur jardin de l hôtel Pillet-Will aujourd hui 14

15 1810, à sa nièce par alliance Mme de Saligny, duchesse de San-Germano, qui épousa, en secondes noces, en 1813, son voisin l amiral Decrès*. Les Decrès vendirent l hôtel, en 1818, à Suchet, duc d Albuféra, et sa veuve en resta propriétaire jusqu en En 1887, le comte Frédéric-Alexis Pillet-Will, acquit la vieille demeure qu il fit démolir pour la remplacer par un hôtel, style Louis XV orné de décorations venues d ailleurs; les vases de la cour provenant de Bagatelle, les portes, d un hôtel de la rue de Bondy, les boiseries d un hôtel de Gontaut-Saint- Blancart et le monumental portail de droite, de l hôtel de Vicq. Hôtel aujourd hui détruit. FSH N 33 Hôtel Guébriant par Atget (1901) N 32 : Datant du XVIII e siècle la belle façade de la maison de l architecte Jean Periac fut remaniée à plusieurs reprises. Un crime abominable s y déroula durant la révolution: l assassinat de Branchu, trésorier payeur assermenté dont les malandrins découpèrent le corps avant de le jeter dans la Seine. Boutique Yves Saint-Laurent. Amiral Decrès d une machine infernale allumée sous son lit, attentat dont fut accusé son fidèle valet de chambre qui se jeta ensuite du quatrième étage et se tua. En fait, il semble bien, selon l historien Alfred Detrez, que cet attentat ait été fomenté à l instigation de la police politique du ministère de l Intérieur d alors. Loué de 1849 à 1854 à l ambassade de Russie, Nathaniel de Rothschild l acheta en 1856 avant de le rebâtir. Il est occupé depuis 1918 par le Cercle de l Union interalliée fondé au moment de l entrée des États-Unis dans la guerre par le comte de Beaumont, père de Rue du Faubourg Saint-Honoré Départ de l ambassadeur de Russie Kisselev en 1853 N 33 : Emplacement de l Hôtel Legendre, devenu Hôtel de Montigny, construit en 1714 par Grandhomme pour Louis Chevalier ( ), seigneur de Montigny, président de la Chambre des enquêtes, que la Chambre de Justice frappa, en 1716, d une forte amende pour corruption. Il eut comme locataire, en 1742, le duc de La Trémoïlle (dont un descendant eut son hôtel au n 4 de l avenue Gabriel). Il appartint en 1746 au fermier général Etienne Perrrinet de Jars ( ), et fut habité par ses descendants notamment par sa fille Jacqueline-Louise et à sa petitefille Marie-Louise, marquise de Langeron. L hôtel fut confisqué à la Révolution comme bien national. Restitué à la famille, il fut acquis, en 1796, par le manufacturier Louis-Nicolas Amelin, loué puis acheté, en 1812, par le duc Decrès, ministre de la marine, qui s y installa en Il y fut mortellement blessé, dans la nuit du 22 au 23 novembre 1820, par l explosion FSH N 33 Cercle interallié 15

16 l actuel président du cercle. Un immense et superbe jardin s étend de l hôtel jusqu à l avenue Gabriel aux Champs Élysées. Paris mon Village N : Ancien hôtel ayant appartenu comme le N 33 (avec lequel il a souvent fait corps) à Louis Chevalier de Montigny, qui y logea sa sœur, Mme Le Vieux, épouse d un traitant qui avait ruiné les hospices, et maîtresse d un joli mousquetaire qui la ruina à son tour. Après avoir appartenu aux héritiers d Esclignac, vers 1885, il fut la propriété vers 1791, du comte de Montchenu, brigadier FSH N 39 - Hôtel de Béthune Charost - Ambassade de Grande-Bretagne des armées du roi. Vendu en 1806 au maréchal Berthier qui le recéda, en 1808, à son ancien propriétaire. Acheté sous la Restauration par l avocat Commaille il fut loué en partie au prince de Belmonte-Pignatelli, conseiller du tsar. Louis Poinsot ( ) l un des plus brillants mathématiciens de sa génération y fut aussi locataire et y rédigea sa Théorie générale de l équilibre et du mouvement des systèmes. En 1855, ce furent les frères Pereire qui acquirent la vieille demeure et l adaptèrent à leur goût en faisant bâtir en 1858, une nouvelle façade sur rue. Avec le n 37, elle sert actuellement d annexe à l ambassade de Grande- Bretagne. N : L Hôtel de Castiglione, quatre étoiles, qu il vaut mieux voir de nuit! a remplacé un ancien hôtel désuet et charmant. N 39 : Ce magnifique édifié en 1723 par Hôtel de Castiglione Antoine Mazin, pour le duc Paul-François de Béthune-Charost ( ), resta propriété de cette famille apparentée aux rois jusqu au début du XIXe siècle. Elle y eut des locataires, dont, en 1785, le comte de La Marck, député aux Etats généraux, qui y organisa une discrète rencontre entre Mirabeau et Mercy d Argenteau, ambassadeur d Autriche. Après le décès en 1800 du duc Armand-Joseph de Béthune- Charost son hôtel fut vendu à Pauline Bonaparte*, seconde sœur de Napoléon, veuve du général Leclerc en 1802, déjà locataire. Elle s y remaria, peu après, au prince Camille Borghèse dont elle se sépara plus tard. L empereur d Autriche y descendit lors de son arrivée à Paris, le 15 avril La princesse Borghèse vendit l hôtel au roi d Angleterre George III, en 1815, avec son mobilier. Le roi y installa son ambassade en L immeuble est classé, notamment son portail, avec le superbe avant-corps central sur cour décoré de colonnes ioniques et de pilastres accouplés, son fronton triangulaire, son escalier d apparat. Pauline Bonaparte 16

17 Rue du Faubourg Saint-Honoré N 41 : Hôtel Pontalba. Édifié à l emplacement de l hôtel du chancelier Henri-François d Aguesseau construit vers 1720; propriété, après sa mort, en 1751, de la marquise de Poyanne, dont le mari était inspecteur général de la cavalerie; en 1778, du prince de Chalais-Talleyrand, époux de la petite-fille de la marquise de Poyanne et cousin du futur duc de Bénévent. Il appartint, en 1807, au comte Louis Lepeletier de Morfontaine, époux de la fille de son cousin, le conventionnel Lepeletier de Saint-Fargeau, assassiné au Palais- Royal le 20 janvier 1793; en 1830, à la marquise de Boisgelin, fille de la comtesse de Morfontaine, qui le vendit, en 1836, à une Américaine Michaela Almonaster y Roxas*, née à la Nouvelle Orléans, mariée à l âge de 16 ans à son cousin le baron Joseph-Xavier Célestin de Pontalba dont elle divorça en En 1842, elle fit démolir l hôtel d Aguesseau qu elle remplaça par l hôtel actuel, construit par Visconti qui en fit un palais. Michaela eut un jour une Michaela Almonaster violente dispute avec son ex-beau-père, le baron Joseph-Xavier de Pontalba, qui lui tira dessus avant de retourner son arme contre lui. Blessée elle survécut, se réfugia à la Nouvelle-Orléans en 1848 avec deux de ses enfants mais revint finir ses jours à Paris en Cet hôtel appartint en 1876, au baron Edmond de Rothschild, archéologue et amateur d art, mort nonagénaire en 1934, laissant ses collections au Louvre (3 000 dessins du XVIIIe siècle et estampes). Cet hôtel possédait des boiseries venues du grand salon de l hôtel de Jacques- Samuel Bernard, rue du Bac, et d autres décorations provenant de l hôtel d Avaray, rue de Grenelle. Il fut loué par le baron Maurice de Rothschild à l ambassade des Etats-Unis dont le gouvernement l acquit après la Seconde Guerre mondiale pour en faire la résidence de son Amabassadeur. N 43, 45, 47, 49, 51 et 53 (ces deux derniers absorbés par la rue de l Élysée) : Ces six hôtels, ou ex-hôtels, ont une origine commune puisqu ils Edmond de Rothschild furent construits, en , par les soins du fastueux fermier général Etienne-Michel Bouret ( ), par les architectes Boullée et Boursier, sur des terrains qu il avait achetés aux héritiers du littérateur Julien de La Faye ( ), ancien commissaire des guerres. Bouret se ruina dans la construction de ces hôtels dont les jardins s étendaient, au sud, jusqu à notre avenue Gabriel. (Voir ci-après). FSH N 41 - Hôtel Pontalba 17

18 45, rue du Faubourg Saint-Honoré N 43 : Hôtel Bouret bâti avant la Révolution par Boullée et Boursier pour le trésorier-payeur du roi Etienne Michel Bouret bientôt nommé fermier général. Reconstruit en Beaux bâtiments sur cour, écuries. Escalier orné de cariatides. (Cf. Etienne Michel Bouret in Portraits.) N 45 : Emplacement du somptueux Hôtel de Brunoy dont les jardins s étendaient jusqu aux Champs-Élysées. Construit à grand prix en 1772 par Boullée pour le fastueux Bouret qui, très endetté, le vendit en 1774, à Françoise de Pérusse d Escars épouse d Armand- Joseph Pâris de Montmartel, marquis de Brunoy. Fils du célèbre banquier de la Cour, le marquis était devenu fou à la mort de son père (1766). La petite histoire raconte qu il voulait faire badigeonner en noir tous les animaux de sa seigneurie de Brunoy, mettre un crèpe à tous ses arbres et jeter des flots d encre dans l Yerres la jolie rivière qui traversait ses terres. Sa démence devenant dangereause pour sa famille, on avait dû l interner. Il mourut en Hillairet précise : «Sa veuve ayant émigré, l hôtel fut confisqué, puis acheté, en 1810, par le colonel Paul de Ségur, petit-fils du maréchal ( ), qui le loua, en 1816, au maréchal Marmont. Propriété, en 1823, de l Anglais James Alexander; en 1824, d Alexander Trampton qui le loua, en 1825, à la princesse Bagration, arrièrepetite-nièce de Catherine de Russie et pendant longtemps maîtresse de Metternich. Elle acheta l hôtel en Après sa mort, en 1857, ses héritiers vendirent l hôtel à Charles Laffitte, qui le revendit, en 1859, à la princesse de Radoli. Ses fils le vendirent, en 1878, à Eugène Pereire et à Juliette Fould qui le firent modifier.» L hôtel de Brunoy fut transformé en hôpital militaire durant la guerre avant d être démoli en 1930, ce qui permit à Edmond de Rothschild d agrandir son jardin sur son emplacement.» Henry Bataille Paris mon Village Hôtel de Brunoy aujourd hui disparu, vers 1775 N 46 (angle rue d Anjou) : Grand immeuble haussmannien. Henry Bataille* y mourut, en On lui doit cette charmante assertion : «Il y a deux manières de prendre une femme: par la taille et par le sentiment.» N 47 : Ex-hôtel de Sabran, démoli et reconstruit vers L un des premiers occupants connus hébergé dans cette demeure, fut Jean-François Copel, dit le révérend père Élysée ( ), carme déchaussé, grand prédicateur et éminent aventurier de la Foi dont Diderot appréciait les sermons. L incontournable Bouret, son premier propriétaire, s en sépara en 1776 en faveur de la comtesse Dejean de Monville, veuve du comte Joseph de Sabran ( ), lieutenant général des armées navales, de quarante-six ans plus âgé qu elle. La jolie comtesse de Sabran*, ayant émigré en 1791 avec son amant, le chevalier de Boufflers, qu elle devait épouser en Prusse, Comtesse de Sabran pa Houdon 18

19 Rue du Faubourg Saint-Honoré son hôtel fut confisqué. Selon Hillairet, il fut racheté, en 1796, par le général de Beurnonville, inspecteur général de l infanterie, qui avait fait partie du groupe des cinq personnes échangées, en 1795, contre Madame Royale. Il en loua une moitié au général MacDonald, puis à son beau-frère, comte Armand de Durfort. Il suivit Louis XVIII à Gand, ce qui lui valut, après les Cent Jours, beaucoup d honneurs. Il mourut dans cet hôtel en Son hôtel appartint en 1836, à Cropez et Borniche, puis au comte Devin de Graville; en 1845, au gendre de ce dernier, Juvénal de La Garde, et, en 1849, au prince de Sayn- Wittgenstein qui le vendit, en 1863, à l architecte Lesoufaché*, lequel le fit reconstruire. Le nouvel immeuble a été habité 47, rue du Faubourg Saint-Honoré par l officier de renseignements Maurice Weil, de l état-major du général Saussier, qui, pour certains, serait à l origine de l affaire Dreyfus. Josef Le Soufaché Cet homme de l ombre dont la carrière officielle se déroulera dans les coulisses de l armée, fut pistonné par une ceraine baronne Von Kaula, espionne de haut vol et maîtresse attitrée de l État-Major, comme l affirmera un journaliste. Weil passe pour s intéresser aux études historiques. Mais l encouragement à la race chevaline et les spéculations boursières ne le laissent pas non plus indifférent. En 1876, il épouse une jeune et jolie Viennoise. Lorsque le général Berthaut devient ministre de la guerre, Weil est détaché à son cabinet. Le général Saussier, notre généralissime, est lui, fort attaché à la très belle Mme Weil... Surviendra une pénible affaire d escroqueries qui risque un moment d interrompre l activité du couple. Mais on retrouvera bientôt Weil à l étatmajor du général Saussier. Dans la Libre Parole, le marquis de Morès dénoncera le couple soupçonné de travailler pour l Allemagne. De Fouquière suggère : «Il est bien possible que le crime qui fit envoyer Dreyfus à l Ile-au-Diable fût imputable à Weil et à sa belle épouse danubienne. Mais l affaire Dreyfus a déferlé sur notre patrie sans qu il y prît la moindre place. Cet homme-là vécut dans l ombre, et Marquis de Contades maintenant qu il est descendu au royaume des ombres, les historiens peuvent bien renoncer à faire la lumière sur son cas!» N 48 : Petit hôtel qui appartint au maréchal de France Louis- Georges-Erasme marquis de Contades* ( ). Son épouse, fille de l armateur malouin Magon de la Lande, lui donna trois enfants avant de perdre la raison. Il eut pour maîtresse Hélène Moreau de Séchelles dont il eut un fils en 1737, Jean-Baptiste Martin Hérault de Séchelles. Afin de sauver les apparences et de pouvoir le présenter comme son neveu, Contades arrangea le mariage de l enfant de l amour avec la nièce de son épouse, Marie Magon de la Lande. Nommé maréchal de France en 1758, Contades volait de victoires en victoires lorsque la défaite de Minden lui infligea une double peine : Jean-Baptiste trouva la mort (1759) au cours de cette bataille perdue. Dès lors Contades prit le plus grand soin de son petitfils Marie-Jean. N 48, rue du Faubourg Saint-Honoré 19

20 A son arrivée à Paris, La Belle Otéro* ( ) résida dans un appartement de l hôtel de Contades dont la belle façade dans le goût classique a échappé jusqu ici aux vandales de l immobilier. N 49 : Emplacement d un hôtel qu Étienne Michel Bouret* vendit, en 1773, à son gendre, de Vilmorin, comte de Lucay, qui y mourut en Confisqué à la Révolution, l hôtel de Vilmorin, fut rendu à sa famille qui le garda jusqu à sa vente, en 1821, à Léonida Butini, comtesse de Bourke, veuve de l ambassadeur du Danemark qui décéda en Férue d occultisme elle reçut dans sa demeure la belle romancière Mary Shelley* en compagnie de qui elle invoqua les esprits et fit tourner Etienne Michel Bouret des tables. Son fils vendit l hôtel au comte Jean-Baptiste Devin de Graville, alors propriétaire du n 47 mitoyen. Après sa mort, en 1847, ses héritiers le vendirent au duc de Galliera: une moitié fut louée à un officier de l état-major du prince-président, l autre devint un hôtel meublé où séjourna Myriam de Castagna, la cartomancienne des duchesses et de leurs femmes de chambre surnommée castagnette par les humoristes du Second Empire. L hôtel fut acquis, en 1851, par le négociant Tavernier qui le revendit, en 1860, à Emile Pereire, qui le fit démolir. N 50 : Maison de faubourg «modernisée» en 1993 par l architecte Jean- Jacques Ory. Mary Shelley général Sébastiani* au retour de son ambassade )à Constantinople. Celui-ci maria, en 1824, sa fille au comte de Choiseul-Praslin qu il logea dans son hôtel. Nommé ministre des Affaires étrangères en 1830, ambassadeur à Naples en 1834, à Londres de 1835 à 1840, maréchal de France en 1840, sa vieillesse fut attristée par la mort tragique de sa fille. Celle-ci fut, en effet, assassinée dans cet hôtel, le 18 août 1847, par son mari, alors Général Sébastiani Paris mon Village N 51 (absorbé par la rue de l Élysée) : Emplacement d un hôtel que Jacques Louis Guillaume Bouret de Vézelay, trésorier général de l artillerie et du génie, vendit à Vergès, baron de Cormeroy, avocat général au Grand Conseil. (Une autre source affirme qu en 1773, Bouret vendit une Belle Otéro partie de l hôtel qui se trouvait à cet emplacement à son gendre, de Vilmorin, comte de de Lucay, qui y mourut en 1789 et céda l autre partie au baron de Cormeroy (le n 49 déjà mentionné? A éclaircir). La fille du baron la vendit, en 1784, au prince Xavier de Saxe ( ), oncle de Louis XVI, sa sœur étant la mère de ce roi. On l appela hôtel de Saxe. Confisqué comme bien national, - les deux parties étant réunies, - il eut différents propriétaires avant d être acheté, en 1808, par le FSH N 51 Hôtel Sébastiani (absorbé par la rue de l Élysée) duc de Choiseul-Praslin et pair de France, qui s empoisonna sitôt après afin d éviter d être jugé. Après la mort, en 1851, du maréchal Sébastiani, son hôtel fut acheté par le duc de Galliera qui le céda à l État pour que soit percée sur son emplacement, en 1860, la rue de la Reine-Hortense (aujourd hui de l Élysée). 20

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Les rois de France viennent régulièrement chasser à Versailles à partir du XVI ème siècle. Henri IV y amène son fils, le futur Louis XIII. Devenu

Plus en détail

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789)

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) Avant la Révolution*, la France est une monarchie avec à sa tête un monarque, le Roi de France. Lorsque Louis XIII décède en

Plus en détail

Hôtel et Bibliothèque Thiers. Fondation Dosne-Thiers

Hôtel et Bibliothèque Thiers. Fondation Dosne-Thiers Hôtel et Bibliothèque Thiers Fondation Dosne-Thiers L hôtel Dosne-Thiers et Monsieur Thiers C est dans le quartier de la "Nouvelle Athènes" que l agent de change Alexis Dosne acheta, en 1832, une propriété

Plus en détail

Les Maisons des Bonaparte. Paris, 1795-1804 Architecture, histoire sociale et histoire du goût

Les Maisons des Bonaparte. Paris, 1795-1804 Architecture, histoire sociale et histoire du goût Les Maisons des Bonaparte. Paris, 1795-1804 Architecture, histoire sociale et histoire du goût Une exposition du Musée national de la Maison Bonaparte. 5 avril - 7 juillet 2013 Avant la proclamation de

Plus en détail

L hôtel du ministre. des Affaires étrangères et européennes

L hôtel du ministre. des Affaires étrangères et européennes L e s j o u r n é e s e u r o p é e n n e s d u pat r i m o i n e L hôtel du ministre des Affaires étrangères et européennes Bienvenue au ministère des Affaires étrangères et européennes. L hôtel du ministre

Plus en détail

«l oasis» «la vallée verte». l Artisane Confiturière «la Clef des Champs», «Viginet». «PréCatelan», Mr Alphonse Cellier Camping Cellier

«l oasis» «la vallée verte». l Artisane Confiturière «la Clef des Champs», «Viginet». «PréCatelan», Mr Alphonse Cellier Camping Cellier Notre point de départ de la traversée de St Nectaire se situe devant le camping de la vallée verte, aujourd hui tenu par carole et pascal, mais ce camping à l origine a été créé par un ancien combattant

Plus en détail

Agnès D ANGIO-BARROS Éric ANCEAU 7 janvier 2014. Les Mardis de l École des chartes

Agnès D ANGIO-BARROS Éric ANCEAU 7 janvier 2014. Les Mardis de l École des chartes Agnès D ANGIO-BARROS Éric ANCEAU 7 janvier 2014 Les Mardis de l École des chartes Plan général I Les grandes dates de la vie de Morny II Les biographies antérieures III L apport des sources accessibles

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode Lire une architecture. I. Présenter le bâtiment, le monument à identifier. Classe : 4ème

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode Lire une architecture. I. Présenter le bâtiment, le monument à identifier. Classe : 4ème HISTOIRE DES ARTS Classe : 4ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : Premier Empire Thématique : Mécénat Arts, Etats, pouvoir Sujet : Comment ce monument célèbre t -il la Révolution et l

Plus en détail

Le sacre de Napoléon 1er par Jacques-Louis David. Pourquoi ce tableau est une oeuvre de propagande politique?

Le sacre de Napoléon 1er par Jacques-Louis David. Pourquoi ce tableau est une oeuvre de propagande politique? Le sacre de Napoléon 1er par Jacques-Louis David Pourquoi ce tableau est une oeuvre de propagande politique? A l'aide de ce diaporama, complète la fiche d'histoire des arts. Le travail peut se faire par

Plus en détail

DÉCORATION DE LA LÉGION D HONNEUR - GRADE CHEVALIER

DÉCORATION DE LA LÉGION D HONNEUR - GRADE CHEVALIER DÉCORATIONS FRANÇAISES DE L AMIRAL HENRI RIEUNIER (DÉBUT DE LA 2 ème PARTIE DE LA LISTE DES DÉCORATIONS) DÉCORATION DE LA LÉGION D HONNEUR - GRADE CHEVALIER Napoléon III Brevet de l ordre impérial de la

Plus en détail

L HISTOIRE DU CHATEAU-MUSEE DE NEMOURS DATES ET PERSONNAGES CLEFS

L HISTOIRE DU CHATEAU-MUSEE DE NEMOURS DATES ET PERSONNAGES CLEFS L HISTOIRE DU CHATEAU-MUSEE DE NEMOURS DATES ET PERSONNAGES CLEFS Famille Villebéon Maison de Foix Maison de Navarre Maison de Médicis Maison d Armagnac Maison de Savoie Maison d Orléans Quelques dates

Plus en détail

Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié.

Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié. Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié. Quelques exemples de visites et découvertes : Chantilly (22

Plus en détail

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS Cycle et niveau Cycle 3, classe de CM1 Chapitre Le Moyen Age Objectifs Découvrir les conséquences de la rivalité opposant le Roi de France au plus puissant de ces

Plus en détail

20 Rue Royale. Bruxelles

20 Rue Royale. Bruxelles 20 Rue Royale Bruxelles Situé à Bruxelles à proximité du Palais Royal et du Parlement, le 20 rue Royale accueille la Direction et quelques départements de la banque, tandis que le rez-de-chaussée offre

Plus en détail

L Hôtel Marron de Meillonnas à Bourg-en-Bresse

L Hôtel Marron de Meillonnas à Bourg-en-Bresse 1 L Hôtel Marron de Meillonnas à Bourg-en-Bresse Façade sur la rue Teynière Façade arrière Son histoire 1769-1774 : construction de l Hôtel particulier de Gaspard-Constant Marron, baron de Meillonnas,

Plus en détail

S1Le bassin parisien + les Parisii Fiche : carte du bassin parisien : placer les 6 villes principales, les fleuves

S1Le bassin parisien + les Parisii Fiche : carte du bassin parisien : placer les 6 villes principales, les fleuves C est Pas Sorcier Aux origines de Paris S1Le bassin parisien + les Parisii Fiche : carte du bassin parisien : placer les 6 villes principales, les fleuves Le bassin parisien Les Hommes se sont installés

Plus en détail

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel.

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel. L Hôtel du Châtelet L Hôtel du Châtelet Dès le 18 ème siècle, l Hôtel du Châtelet est considéré comme une des plus belles demeures de Paris par les voyageurs qui en font la description à la fin du siècle.

Plus en détail

Frères Pâris. Les. le Destin de quatre moirannais au siècle des lumières, du Dauphiné à Versailles, de la Bastille à la Louisiane.

Frères Pâris. Les. le Destin de quatre moirannais au siècle des lumières, du Dauphiné à Versailles, de la Bastille à la Louisiane. Les Frères Pâris le Destin de quatre moirannais au siècle des lumières, du Dauphiné à Versailles, de la Bastille à la Louisiane. Association «Moirans de Tout Temps» La sauvegarde du patrimoine et de la

Plus en détail

Extraits «Le Figaro Magazine» du Samedi 27 novembre 2010 Reportage - Pages 72 à 78.

Extraits «Le Figaro Magazine» du Samedi 27 novembre 2010 Reportage - Pages 72 à 78. L ILLUSTRE AMIRAL HENRI RIEUNIER - ESPRIT ÉCLAIRÉ - CONVIÉ DE FAÇON HABITUELLE AUX RÉUNIONS SAVANTES ORGANISÉES PAR LE RICHISSIME PRINCE VOYAGEUR ROLAND BONAPARTE - PRÉSIDENT DE LA PRESTIGIEUSE SOCIÉTÉ

Plus en détail

Recherches à Paris Racines, 2010

Recherches à Paris Racines, 2010 Recherches à Paris Recherches à Paris 1. Particularités parisiennes 2. Les Archives de Paris 3. L état civil parisien 4. Autres sources 5. Quelques cas pratiques 6. Bibliographie Particularités parisiennes

Plus en détail

LA ROCHELLE VUE GÉNÉRALE DU PORT ET DE LA RADE PRISE DE LA TOUR SAINT-SAUVEUR PORT D ATTACHE DE L «ARGUS» - AVISO À HÉLICE - D HENRI RIEUNIER

LA ROCHELLE VUE GÉNÉRALE DU PORT ET DE LA RADE PRISE DE LA TOUR SAINT-SAUVEUR PORT D ATTACHE DE L «ARGUS» - AVISO À HÉLICE - D HENRI RIEUNIER LIEUTENANT DE VAISSEAU HENRI RIEUNIER COMMANDANT L ÉCOLE DE PILOTAGE DES LA ROCHELLE VUE GÉNÉRALE DU PORT ET DE LA RADE PRISE DE LA TOUR SAINT-SAUVEUR PORT D ATTACHE DE L «ARGUS» - AVISO À HÉLICE - D HENRI

Plus en détail

PRESENTATION DE LA FAMILLE PITHOU

PRESENTATION DE LA FAMILLE PITHOU PRESENTATION DE LA FAMILLE PITHOU 1. Généalogie des Pithou 2. Notices biographiques (Dossier réalisé par le service éducatif de la MGT)! 1 1. Généalogie des Pithou Marguerite Bazin = première épouse Pierre

Plus en détail

La maison de ma grand-mère

La maison de ma grand-mère La maison de ma grand-mère Voici une belle histoire de recherches survenue dernièrement concernant des gens qui ont vécu à Ste-Marie. Cette petite aventure a débuté sur le site Facebook dans le Groupe

Plus en détail

(c) copyright - Début de la 2ème partie/6.

(c) copyright - Début de la 2ème partie/6. (c) copyright - Début de la 2ème partie/6. Biarritz - Grande Plage en 1861. Biarritz La Rue Mazagran. 1 Biarritz - à gauche, Bureau des Omnibus et des Chemins de Fer du Midi. Future Place Clemenceau -

Plus en détail

www.mariemadeleine.fr

www.mariemadeleine.fr 1 LE#PELERINAGE#A#LA#SAINTE#BAUME#AU#FIL#DES#SIECLES# PersonnalitésvenuesàlasainteBaume: PAPES# EtienneIVen816 JeanVIIIen878 JeanXXIIen1316 BenoitXIIen1338 ClémentVIen1343 InnocentVIen1355 UrbainVen1367

Plus en détail

Les Éditions du patrimoine présentent Le palais de Saint-Cloud

Les Éditions du patrimoine présentent Le palais de Saint-Cloud Les Éditions du patrimoine présentent Le palais de Saint-Cloud Par Bernard Chevallier Collection «Regards» > La résurrection en images du palais incendié en 1870 > Les superbes clichés du reportage photographique

Plus en détail

Samantha ROMPILLON. (Québec) Vue d ensemble de la Maison Montcalm,45-51 rue des Remparts. Photo S. Rompillon, février 2003

Samantha ROMPILLON. (Québec) Vue d ensemble de la Maison Montcalm,45-51 rue des Remparts. Photo S. Rompillon, février 2003 LA MAISON MONTCALM À QUÉBEC Samantha ROMPILLON Face au fleuve Saint-Laurent, non loin de la Basse-ville, s élève un corps de logis composé de trois maisons distinctes, mais uniformes dans la couleur et

Plus en détail

Dossier de MécénatM du Palais du Gouverneur militaire de Strasbourg

Dossier de MécénatM du Palais du Gouverneur militaire de Strasbourg Dossier de MécénatM du Palais du Gouverneur militaire de Strasbourg Mot du Gouverneur militaire de Strasbourg Classé en partie depuis 1931, l'hôtel du Gouverneur militaire de Strasbourg est un lieu exceptionnel

Plus en détail

Le Petit Chercheur d Art

Le Petit Chercheur d Art Le Petit Chercheur d Art Visiter Paris en Famille Le petit chercheur d art organise des visites dans paris et les musées parisiens pour la famille. Ces visites sont ludiques et interactives sous la forme

Plus en détail

Programme Automne 2010

Programme Automne 2010 Programme Automne 2010 L EXPOSITION TEMPORAIRE A CARNAVALET Prestigieuse exposition de l automne Voyage en capitale, Louis Vuitton et Paris (13 octobre 2010 27 février 2011) En 1854, Louis Vuitton pose

Plus en détail

Européennes DU. Journées. Patrimoine. Hôtel du Préfet PRÉFET DE LA MANCHE

Européennes DU. Journées. Patrimoine. Hôtel du Préfet PRÉFET DE LA MANCHE Journées Européennes DU Patrimoine Hôtel du Préfet PRÉFET DE LA MANCHE Chaque année, depuis maintenant 30 ans, les Journées Européennes du Patrimoine permettent à chacun d entre nous d en découvrir les

Plus en détail

Programmation pour les groupes

Programmation pour les groupes Programmation pour les groupes Comment faire découvrir à son groupe les mille et une facettes du château de Versailles? Un large choix de thèmes de visites et activités est proposé aux personnes en situation

Plus en détail

De Brouage à Québec, en passant par La Rochelle : Le parcours d une famille de marchands Samantha Rompillon 12-07-2004

De Brouage à Québec, en passant par La Rochelle : Le parcours d une famille de marchands Samantha Rompillon 12-07-2004 De Brouage à Québec, en passant par La Rochelle : Le parcours d une famille de marchands Samantha Rompillon 12-07-2004 Lier des espaces séparés par l Atlantique est l un des objectifs de l Inventaire.

Plus en détail

Versailles : arme du pouvoir (1)

Versailles : arme du pouvoir (1) Versailles : arme du pouvoir (1) 1 2 Versailles en 1668. La galerie des glaces. 3 4 Le pavillon de chasse de Louis XIII dessiné par J.C Le Guillou. Edition Deux Coqs d or. La chambre du roi 5 Le réseau

Plus en détail

Le palais des ducs et des États de Bourgogne

Le palais des ducs et des États de Bourgogne Le palais des ducs et des États de Bourgogne Aux origines du palais Le palais s est développé au nord-ouest du castrum (1), la muraille édifiée au III e siècle. Il semble que le centre du pouvoir politique

Plus en détail

à Salins-Les-Bains 3 P (parcours patrimonial et pédagogique) dans le Jura Par le Service Educatif du Musée d Archéologie du Jura

à Salins-Les-Bains 3 P (parcours patrimonial et pédagogique) dans le Jura Par le Service Educatif du Musée d Archéologie du Jura 3 P (parcours patrimonial et pédagogique) dans le Jura à Salins-Les-Bains Par le Service Educatif du Musée d Archéologie du Jura Texte et organisation : Aurore Alix Avec l aide : «De la promenade à travers

Plus en détail

(c) copyright - Début de la 4ème partie/6.

(c) copyright - Début de la 4ème partie/6. (c) copyright - Début de la 4ème partie/6. Le 14 décembre 1907, l hôtel Continental avait pour hôte M. Campbell-Baunerman, premier ministre anglais, brisé par l âge et qui venait chercher du repos et du

Plus en détail

Paris à travers les siècles à la Bibliothèque Historique de la Ville de paris

Paris à travers les siècles à la Bibliothèque Historique de la Ville de paris Paris à travers les siècles à la Bibliothèque Historique de la Ville de paris Carnet de l élève CNDP-CRDP Avec le soutien de À la découverte de... Histoire du lieu à partir des extérieurs L HISTOIRE DU

Plus en détail

Fêtes et Alliances Franco-Russes. 1893

Fêtes et Alliances Franco-Russes. 1893 LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE ET L ILLUSTRE AMIRAL HENRI RIEUNIER, MINISTRE DE LA MARINE REÇOIVENT, À PARIS, L ESCADRE RUSSE DE LA MÉDITERRANÉE DE L AMIRAL AVELLAN ET DE S.A.I. LE GRAND DUC ALEXIS LORS

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

PAVILLON VENDÔME. L exception a trouvé sa Place

PAVILLON VENDÔME. L exception a trouvé sa Place PAVILLON VENDÔME L exception a trouvé sa Place DERRIÈRE L ÉLÉGANCE DES FAÇADES, D AUTRES MOTIFS D ADMIRATION Place Vendôme. Louis XIV l a voulue, Jules Hardouin-Mansart, premier architecte du Roi, en a

Plus en détail

Georges Eugène Haussmann

Georges Eugène Haussmann Georges Eugène Haussmann Le baron Haussmann 1809 /1891 Fils d un intendant militaire de Napoléon 1er, Haussmann naît à Paris en 1809. Il présidera pendant dix-sept ans de 1853 à 1870 aux énormes changements

Plus en détail

PARIS. Ville Lumière

PARIS. Ville Lumière PARIS Ville Lumière Paris 1. Paris est la capitale de la France et se trouve dans la région appelée Ile-de-France. 2. Paris est traversée par la Seine qui sépare la Rive Droite de la Rive Gauche. 3. Aujourd

Plus en détail

Autour du château Frontenac, le Vieux-Québec de la haute-ville

Autour du château Frontenac, le Vieux-Québec de la haute-ville Autour du château Frontenac, le Vieux-Québec de la haute-ville Si le quartier de la Place Royale était le lieu privilégié des commerçants, la haute-ville était quant à elle le refuge des religieux. Ursulines,

Plus en détail

LA RENAISSANCE SOUS FRANÇOIS 1 er PAR LES IMAGES POULAIN

LA RENAISSANCE SOUS FRANÇOIS 1 er PAR LES IMAGES POULAIN INTRODUCTION C est autour de l œuvre publicitaire d Auguste POULAIN, né à Pontlevoy, à la Ferme des Bordes en 1825 et fondateur de la chocolaterie de Blois, que nous vous invitons à découvrir les grands

Plus en détail

Musée Rodin 2012 2014 rénovation hôtel biron

Musée Rodin 2012 2014 rénovation hôtel biron Musée Rodin 2012 2014 rénovation hôtel biron Musée Rodin Rénovation hôtel Biron Dossier de presse p.2 Rénovation du musée Rodin 2012-2015 Des travaux à partir de 2010 et un plan de financement de 15,5

Plus en détail

Hélène de Tourzel, comtesse d Hunolstein.

Hélène de Tourzel, comtesse d Hunolstein. Hélène de Tourzel, comtesse d Hunolstein. Autant les historiens locaux ont beaucoup parlé d Yves V de Tourzel d Allègre, dit Yves V d Alegre, maréchal de France dès 1724, époux de, autant ils ont bouclé

Plus en détail

La Chambre des Notaires de Paris

La Chambre des Notaires de Paris La Chambre des Notaires de Paris Un lieu et une profession au cœur de Paris Les Notaires du Châtelet Origine d une institution En 1270, le roi Louis IX (Saint Louis) choisit parmi les membres de la confrérie

Plus en détail

D I J O N VISITES GUIDÉES

D I J O N VISITES GUIDÉES D I J O N VISITES GUIDÉES 2012 www.visitdijon.com DIJON DÉCOUVERTE Dans un écrin de verdure, l ancienne capitale des Ducs Valois, offre aux visiteurs la découverte du patrimoine de l une des plus importantes

Plus en détail

Hôtel du Petit Moulin

Hôtel du Petit Moulin Hôtel du Petit Moulin Au cœur de Paris Dossier de Presse 29/31 rue du Poitou 75003 Paris Tél : 33(0)1 42 74 10 10 Fax : 33(0)1 42 74 10 97 Contact Presse : karol.lor@pdlr.fr www.paris-hotel-petitmoulin.com

Plus en détail

Milieu du XVIIIème siècle : l'encyclopédie.

Milieu du XVIIIème siècle : l'encyclopédie. Milieu du XVIIIème siècle : l'encyclopédie. Le 18ème siècle est appelé «siècle des Lumières». Les Lumières est un courant de pensée qui remettent en cause des idées établies depuis longtemps. Ces penseurs

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

L'architecture d'une maison de plaisance

L'architecture d'une maison de plaisance OUTIL D EXPLOITATION L'architecture d'une maison de plaisance 1. COMMENTAIRE DES DEUX FACADES L histoire du château commence pour nous entre 1696 et 1698 lorsque Charles Renouard de la Touanne, trésorier

Plus en détail

Le Marché Saint-Honoré

Le Marché Saint-Honoré Palais Hanovre Le Palais du Hanovre est une construction de style néo-classique, des années 30. Le bâtiment a été baptisé ainsi en hommage à son prédécesseur, le Pavillon de Hanovre, démonté puis reconstruit

Plus en détail

N 39. JACQUES NÈVE Horloger d Art + 32 (0)477 27 19 08 - jneve@horloger.net - www.horloger.net GARNITURE DE CHEMINÉE «À L ÉGYPTIENNE» Cléopâtre

N 39. JACQUES NÈVE Horloger d Art + 32 (0)477 27 19 08 - jneve@horloger.net - www.horloger.net GARNITURE DE CHEMINÉE «À L ÉGYPTIENNE» Cléopâtre N 39 JACQUES NÈVE Horloger d Art + 32 (0)477 27 19 08 - jneve@horloger.net - www.horloger.net GARNITURE DE CHEMINÉE «À L ÉGYPTIENNE» Cléopâtre Époque Second Empire Signée sur la base : J.B. Marchand et

Plus en détail

Le marquis de Lassay. Page 2. L'Abbé Grégoire. Page 3. La bibliothèque de l'assemblée Nationale. Page 5

Le marquis de Lassay. Page 2. L'Abbé Grégoire. Page 3. La bibliothèque de l'assemblée Nationale. Page 5 SOMMAIRE Le marquis de Lassay. Page 2 Surnommé par La Bruyère «le galant des Tuileries», aide de camp du grand Condé, homme de lettres, le marquis de Lassay fit édifier le bâtiment qui est à présent la

Plus en détail

Par les élèves de Première de la section Histoire des Arts du lycée Alain Fournier de Bourges

Par les élèves de Première de la section Histoire des Arts du lycée Alain Fournier de Bourges BOURGES ENTRE XIXE ET XXE LA RUE MOYENNE. Par les élèves de Première de la section Histoire des Arts du lycée Alain Fournier de Bourges SIECLE Bourges au fil des siècles Du 1 e au 3 e siècle Du 4 e au

Plus en détail

LA RUE DE RIVOLI ET L ILOT CONSTITUE PAR LES RUES DE (BATIMENT 4 DE LA SAMARITAINE) Les origines du quartier (fig. 1 et 2)

LA RUE DE RIVOLI ET L ILOT CONSTITUE PAR LES RUES DE (BATIMENT 4 DE LA SAMARITAINE) Les origines du quartier (fig. 1 et 2) LA RUE DE RIVOLI ET L ILOT CONSTITUE PAR LES RUES DE L ARBRE-SEC, DE LA MONNAIE ET BAILLET (BATIMENT 4 DE LA SAMARITAINE) Les origines du quartier (fig. 1 et 2) Bien que légèrement périphérique, le quartier

Plus en détail

Au XVIIIe siècle, comment est gouverné la France? Quels sont les pouvoirs du roi de France? De qui détient-il son pouvoir?

Au XVIIIe siècle, comment est gouverné la France? Quels sont les pouvoirs du roi de France? De qui détient-il son pouvoir? Au XVIIIe siècle, comment est gouverné la France? Quels sont les pouvoirs du roi de France? De qui détient-il son pouvoir? REGNE PERSONNEL DE LOUIS XIV (1661-1715) REGNE PERSONNEL DE LOUIS XV (1723-1774)

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

Napoléon. Grâce à ces différentes victoires, il devient général.

Napoléon. Grâce à ces différentes victoires, il devient général. Napoléon Lorsque la Révolution éclate en 1789, le lieutenant Napoléon Bonaparte a 19 ans. Il est déjà soldat dans l armée et participe aux batailles entre les français qui sont pour la révolution et ceux

Plus en détail

Le Château de Serrant

Le Château de Serrant Le Château de Serrant Clubs Vieilles Voitures 2016 SOMMAIRE Le Château de Serrant en quelques mots Accueil de groupes et visites guidées Repas au château Location des salles Ils sont déjà venus Informations

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

L Europe dans le monde au début du XVIIIe siècle (3 heures) Objectifs :

L Europe dans le monde au début du XVIIIe siècle (3 heures) Objectifs : L Europe dans le monde au début du XVIIIe siècle (3 heures) Objectifs : Connaître et utiliser les repères suivants : Les grandes puissances politiques en Europe Les empires coloniaux sur une carte du monde

Plus en détail

Namur disparu. Deuxième partie Photos et documents rassemblés par. Pierre Pagès

Namur disparu. Deuxième partie Photos et documents rassemblés par. Pierre Pagès Deuxième partie Photos et documents rassemblés par Pierre Pagès Introduction à la deuxième partie La première partie de Namur disparu a été bien accueillie par les visiteurs du blog et la suite (et pas

Plus en détail

BIG BEN PALAIS DE BUCKINGHAM TOWER BRIDGE ABBAYE DE WESTMINSTER LONDON EYE CATHÉDRALE SAINT-PAUL TRAFALGAR SQUARE

BIG BEN PALAIS DE BUCKINGHAM TOWER BRIDGE ABBAYE DE WESTMINSTER LONDON EYE CATHÉDRALE SAINT-PAUL TRAFALGAR SQUARE BIG BEN PALAIS DE BUCKINGHAM TOWER BRIDGE ABBAYE DE WESTMINSTER LONDON EYE CATHÉDRALE SAINT-PAUL TRAFALGAR SQUARE 2 Édito Big Ben L ondres est la capitale et la plus grande ville de la Grande-Bretagne.

Plus en détail

PORTEFEUILLE du COLONEL Étienne MARTIN, BARON de BEURNONVILLE

PORTEFEUILLE du COLONEL Étienne MARTIN, BARON de BEURNONVILLE PORTEFEUILLE du COLONEL Étienne MARTIN, BARON de BEURNONVILLE Nous avons souvent eu l occasion de passer en revue armes ou équipements militaires de la période qui nous passionne, le 1er Empire. Aujourd

Plus en détail

CéLESTINS PIAZZA LYON 2e

CéLESTINS PIAZZA LYON 2e CéLESTINS PIAZZA LYON 2 e L exception est la règle Un appartement en plein cœur de Lyon, dans un immeuble de caractère entièrement rénové et avec des prestations haut de gamme Ce rêve devient réalité

Plus en détail

SAINT MÊME LES CARRIERES

SAINT MÊME LES CARRIERES SAINT MÊME LES CARRIERES Jeudi 5 décembre 2013 Aujourd hui nous avons rendez-vous à Saint Même les Carrières avec Madame Carbonel, guide de l association «Saint Même Patrimoine». Et nous voici partis pour

Plus en détail

Animations. Visites. Expositions. Conférences. Samedi 19 et dimanche 20 septembre 2015

Animations. Visites. Expositions. Conférences. Samedi 19 et dimanche 20 septembre 2015 Animations Visites Samedi 19 et dimanche 20 septembre 2015 Expositions Conférences Hôtel de ville En ville VISITES GUIDÉES Samedi 19 et dimanche 20 septembre à 15 h. Durée : 1 heure 30 Rendez-vous esplanade

Plus en détail

La belle histoire de l école St-Louis-de-France. 1901 : La première école dans le village de Charny

La belle histoire de l école St-Louis-de-France. 1901 : La première école dans le village de Charny La belle histoire de l école St-Louis-de-France J ai tenté de retracer pour vous l histoire de l école St-Louis-de-France. Je tiens à remercier M. Alain Boucher de la Commission scolaire des Navigateurs

Plus en détail

Marie-Anne Barbel ou l exemple d une femme d affaires du XVIIIe siècle Samantha ROMPILLON

Marie-Anne Barbel ou l exemple d une femme d affaires du XVIIIe siècle Samantha ROMPILLON Marie-Anne Barbel ou l exemple d une femme d affaires du XVIIIe siècle Samantha ROMPILLON Quand on pense aux femmes de la Nouvelle-France, on songe à Marie de l incarnation, à Marguerite Bourgeoys, aux

Plus en détail

HENRY JAMES. Washington Square

HENRY JAMES. Washington Square HENRY JAMES Washington Square roman traduit de l anglais par camille dutourd LE LIVRE DE POCHE 1 Il y avait à New York vers le milieu du siècle dernier un médecin du nom de Sloper qui avait su se faire

Plus en détail

Le Monument à Catherine la Grande sur la Place Ostrovski devant le Théâtre Alexandra

Le Monument à Catherine la Grande sur la Place Ostrovski devant le Théâtre Alexandra Dès sa fondation en 1703 par Pierre le Grand, Saint-Pétersbourg était destinée à devenir la fenêtre de l empire russe sur l Europe. Capitale de l empire du 18 e siècle à la Révolution de 1917, Saint-Pétersbourg

Plus en détail

Témoignage de Madame. adame JALLATTE

Témoignage de Madame. adame JALLATTE Témoignage de Madame adame JALLATTE C est le 26 mai 2009 que nous avons rencontré Denyse LANDAUER, c est-à-dire Madame JALLATTE et son mari Charly-Sam JALLATTE, à leur domicile, au 13 bd Gambetta, l ancien

Plus en détail

Répondez à l appel de la Haute-Marne!

Répondez à l appel de la Haute-Marne! LE DÉPARTEMENT Répondez à l appel de la Haute-Marne! Dossier de presse - Juin 2014 La Haute-Marne est peu connue et pourtant La Haute-Marne a tout pour plaire! Selon une enquête réalisée par Cadremploi

Plus en détail

JOSEPH ASCOLI 1848-1896. Naturalisation de Joseph et Lucie Ascoli : décret du Président de la République du 16 juillet 1890.

JOSEPH ASCOLI 1848-1896. Naturalisation de Joseph et Lucie Ascoli : décret du Président de la République du 16 juillet 1890. JOSEPH ASCOLI 1848-1896 Naissance de Joseph Ascoli. Epernay, 17 août 1848. Mariage de Joseph Ascoli et Lucie Schück. Paris (9 e arr.), 8 septembre 1875 (à consulter) Naturalisation de Joseph et Lucie Ascoli

Plus en détail

LES LEGENDES DES ETOILES RACONTEES AUX ENFANTS

LES LEGENDES DES ETOILES RACONTEES AUX ENFANTS LES LEGENDES DES ETOILES RACONTEES AUX ENFANTS Depuis que les hommes racontent des histoires, de nombreuses d entre elles tentent dʹexpliquer comment le monde a été créé et pourquoi les choses sont comme

Plus en détail

Promenade d automne à l occasion des Journées européennes du patrimoine

Promenade d automne à l occasion des Journées européennes du patrimoine Promenade d automne à l occasion des Journées européennes du patrimoine Que sont-ils devenus? Du XIXe siècle au XXIe siècle, les lieux chers à Delacroix Musée national-eugène Delacroix Palais Bourbon Départ

Plus en détail

Comment des hommes se sont-ils enrichis dans le commerce triangulaire?

Comment des hommes se sont-ils enrichis dans le commerce triangulaire? Programme de seconde Bac Pro Sujets d étude Une situation au moins Orientations et mots-clés 3- Le premier empire colonial français XVIè- XVIIIè siècles - La compagnie des Indes Orientales - Nantes ou

Plus en détail

Les enceintes de Paris

Les enceintes de Paris Une brève histoire de l aménagement de Paris et sa région Les enceintes de Paris L administration et l expansion de Paris sous l Ancien régime : L administration de Paris Les différentes enceintes Les

Plus en détail

1750 : INAUGURATION DU MUSÉE DU LUXEMBOURG, PREMIER MUSÉE OUVERT AU PUBLIC

1750 : INAUGURATION DU MUSÉE DU LUXEMBOURG, PREMIER MUSÉE OUVERT AU PUBLIC 1750 : INAUGURATION DU MUSÉE DU LUXEMBOURG, PREMIER MUSÉE OUVERT AU PUBLIC Dans la galerie Est du Palais du Luxembourg (aujourd hui l Annexe de la Bibliothèque) s ouvre le 14 octobre 1750 le Cabinet du

Plus en détail

Le portrait de Mona Bismarck par Salvador Dalí sera le lot phare de la vente d Art Surréaliste chez Sotheby s

Le portrait de Mona Bismarck par Salvador Dalí sera le lot phare de la vente d Art Surréaliste chez Sotheby s Communiqué de presse Paris Paris 33 (0)1 53 05 53 66 Sophie Dufresne sophie.dufresne@sothebys.com Le portrait de Mona Bismarck par Salvador Dalí sera le lot phare de la vente d Art Surréaliste chez Sotheby

Plus en détail

i x wx _Éâ áx ` v{xä I. Son enfance :

i x wx _Éâ áx ` v{xä I. Son enfance : i x wx _Éâ áx ` v{xä I. Son enfance : Louise Michel naît le 29 mai 1830 au château de Vroncourt-la-Côte en Champagne. Elle est la fille de Marie Anne Michel, domestique chez le couple DEMAHIS et de père

Plus en détail

ERIC FRECHON. La cuisine pour un vélo, cela semble bien surprenant. Et pourtant, c est bien pour cela qu Eric Frechon est arrivé aux fourneaux.

ERIC FRECHON. La cuisine pour un vélo, cela semble bien surprenant. Et pourtant, c est bien pour cela qu Eric Frechon est arrivé aux fourneaux. Roméo Balancourt Roméo Balancourt ERIC FRECHON Portrait d un homme Portrait d un Chef La cuisine pour un vélo, cela semble bien surprenant. Et pourtant, c est bien pour cela qu Eric Frechon est arrivé

Plus en détail

La bibliothèque. Située au premier étage de l aile ouest, la bibliothèque a été aménagée en 1858. Elle possède

La bibliothèque. Située au premier étage de l aile ouest, la bibliothèque a été aménagée en 1858. Elle possède La bibliothèque Située au premier étage de l aile ouest, la bibliothèque a été aménagée en 1858. Elle possède une mezzanine et abrite une collection complète des journaux officiels de la République. Cette

Plus en détail

quelques lieux emblématiques

quelques lieux emblématiques Partie : repères historiques et artistiques quelques lieux emblématiques Le château de Versailles vu du ciel légendes cour royale cour d'honneur pavillon Gabriel chapelle royale aile des Ministres Nord

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication Stendhal Vanina Vanini et autres nouvelles Texte intégral E.J.L., 2013, pour le supplément Vanina Vanini Ou particularités sur la dernière vente de carbonari découverte dans les États du pape C était un

Plus en détail

Lyon d hier et d aujourd hui

Lyon d hier et d aujourd hui Lyon d hier et d aujourd hui Carte de Lyon en 1550 1 Rhône Lycée Van Dongen Lagny-sur-Marne L industrialisation de la France au XIXème siècle à travers l étude des villes du Creusot, Lyon et Saint-Etienne

Plus en détail

le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration

le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration HISTORIQUE DU BÂTIMENT Robert II, dit Le Pieux (972-1031), fils et successeur de Hugues Capet, bâtit le premier en

Plus en détail

Merci de respecter les lieux visités et la tranquillité des riverains.

Merci de respecter les lieux visités et la tranquillité des riverains. "AUTOUR DE LA GARE" Le jeu de piste commence et se termine au même endroit et dure environ 1 heure. Simple et ludique, il constitue une première approche du patrimoine messin. Merci de respecter les lieux

Plus en détail

Sources: Société Historique Pierre-de-Saurel et recherche : Marie-Christine Tremblay

Sources: Société Historique Pierre-de-Saurel et recherche : Marie-Christine Tremblay Le 23 septembre 1884, le ministre des travaux publics, Sir Hector Langevin, déposait la première pierre de l édifice de la poste et des douanes. Pour cette occasion, le maire Alphonse Germain déclare la

Plus en détail

A Z A Y - L E - R I D E A U Balade découverte

A Z A Y - L E - R I D E A U Balade découverte A Z A Y - L E - R I D E A U Balade découverte Histoire, architecture et plan de ville L origine du nom AZAY-LE-RIDEAU semble ancienne, le nom pré-celtique signifie «eau abondante». L Indre coule en effet

Plus en détail

TROIS ETOILES POUR ERIC FRECHON!

TROIS ETOILES POUR ERIC FRECHON! TROIS ETOILES POUR ERIC FRECHON! Le 2 mars 2009, Eric Frechon, Chef des cuisines de l Hôtel Le Bristol Paris a été consacré par une troisième étoile au Guide Michelin, qui fête cette année la centième

Plus en détail

Lille métropole. Olivier Leclercq Alain Etienne

Lille métropole. Olivier Leclercq Alain Etienne Lille métropole Olivier Leclercq Alain Etienne Lille métropole Photographies Olivier Leclercq Texte Alain Etienne Conception et direction éditoriale Bertrand Dalin Assisté de Paméla Cauvin Couverture -

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication LA BRÈVE HISTOIRE DE MA VIE La brève histoire de ma vie 4 Stephen Hawking LA BRÈVE HISTOIRE DE MA VIE Traduit de l anglais par Laurent Bury Flammarion Copyright 2013 by Stephen W. Hawking Tous droits réservés

Plus en détail

HISTOIRE SUCCINCTE DE CAUTERETS

HISTOIRE SUCCINCTE DE CAUTERETS 80 TABLE DES MATIÈRES Remerciements.......................................................................................................................................................................................................................

Plus en détail

Hans Christian Andersen. L Ange. Traduit du danois par D. Soldi RÊVER EN DIABLE

Hans Christian Andersen. L Ange. Traduit du danois par D. Soldi RÊVER EN DIABLE Hans Christian Andersen L Ange Traduit du danois par D. Soldi RÊVER EN DIABLE Hans Christian Andersen (1805-1875) portrait (1836) par le peintre danois Constantin Hansen (1804-1880). «CHAQUE FOIS QU UN

Plus en détail

1 UN PEU D HISTOIRE. 3 la PHILOSOPHIE. Le collège des Bernardins L hôtel Jean de Selve Un ensemble d hôtels particuliers du XVII e siècle

1 UN PEU D HISTOIRE. 3 la PHILOSOPHIE. Le collège des Bernardins L hôtel Jean de Selve Un ensemble d hôtels particuliers du XVII e siècle SOMMAIRE # 1 UN PEU D HISTOIRE Le collège des Bernardins L hôtel Jean de Selve Un ensemble d hôtels particuliers du XVII e siècle # 2 LA RÉNOVATION le talent d un décorateur mondialement connu Un savoir-faire

Plus en détail