Christian Brault. Yann. Une Vie Trop Courte

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Christian Brault. Yann. Une Vie Trop Courte"

Transcription

1 Christian Brault Yann Une Vie Trop Courte

2 Christian Brault Avec la participation des copains de Yann Yann Brault Une vie trop courte mais belle Edition : 02 décembre

3 3 A toi Yannou

4 Un choc, un drame, la vie de notre garçon de 34 ans pleine d avenir, d amour des autres, s arrête brutalement. Yann, était un visionnaire, un citoyen du monde. Yann est né le 23 novembre 1977 à Angers, c était mon frère, je l aime. Flavien 4

5 Remerciements Aux amis de Yann qui ont apporté leurs anecdotes, leurs témoignages, leur affection. A Danone Aqua et Danone Eco System pour leur soutien moral et financier à Diana et à ses enfants. A Diana, qui malgré sa douleur et sa solitude, m a conté au cours d une longue nuit, son émouvante histoire d amour. A Josiane qui a accepté mes heures passées sur mon ordinateur. A Gisèle qui a gentiment assurée la correction et Josiane la troisième lecture avec beaucoup de courage. 5

6 Préface Se voir confier la rédaction de la préface d un livre doit toujours être reçu comme un privilège. Dans le cas présent, c est même d un double privilège qu il s agit. Un privilège car c est une marque de confiance que l auteur d un ouvrage adresse à celui auquel il confie le soin de préfacer son travail. Christian a fait le choix de confier cette préface à un ami de Yann, et je me dois d accorder à ce geste tout le sens qu il mérite. A travers moi, Christian donne la parole à la communauté toute entière des amis de Yann. Je vois dans le choix de Christian un geste qui vient confirmer une fois de plus, et désormais sceller pour toujours, le lien qui unit la famille et les amis de son jeune fils, deux entités réunies presque comme un seul et même ensemble, comme Yann le concevait. Un privilège encore, car se voir confier la préface d un livre offre à son rédacteur l opportunité d être un des premiers à pouvoir lire les propos qu il introduit. C est un honneur. Ce fût tout autant une épreuve, qu une manière de surmonter ma peine. Ce fût tout autant une occasion de raviver la douleur, qu une manière de défricher une partie du chemin qui nous mène à l apaisement. L apaisement? Vraiment? Oui, vraiment, je le crois, même si nous savons tous que le chemin sera long. Oui l apaisement, car je suis désormais fort de ce récit que Christian a écrit. Christian écrit non pas une histoire, mais des histoires croisées, nos histoires. Il écrit l amour, la fraternité, l amitié, Il écrit la peine, la détresse, Il écrit l espoir, Il écrit la vie. Familles, amis, nous tous, son récit nous interroge : passés la stupeur, l effondrement, l immense tristesse, que nous reste t-il? C est à cette question que Christian s est employé à répondre, peut être sans même en avoir réellement conscience. Et voici sa réponse. Ou plutôt ses réponses, car comme le privilège qu il m a offert en me demandant d écrire cette préface, cette réponse est double. Tout d abord, il nous reste le souvenir d un être d exception. Pas seulement parce que Yann partageait un lien filial ou d amitié avec chacun d entre nous, mais parce qu il était tout simplement un être d exception, «l Ami universel», comme l a qualifié son collègue Bernard Ducros qui nous a offert avec ses mots cette épitaphe d une justesse sidérante. La cohérence des témoignages recueillis tout autour du monde par Christian depuis qu il a entrepris la réalisation de cet ouvrage est stupéfiante. Les récits qu il consigne dans ce livre sont multiples, mais le portrait qu ils dressent de celui qui nous manque tant est toujours le même. Yann n était qu un seul et même homme, il était le même avec tout le monde, aucune 6

7 convention sociale n ayant raison de sa décontraction et de la sympathie qu il dégageait spontanément. Et tous décrivent ainsi ce qu a été notre ami Yann : une source d inspiration et de dépassement, l incarnation de la possibilité d un bonheur puissant et partagé. Mais surtout, il nous reste l espoir. L espoir dans l être humain, dans sa capacité à voir et vivre les choses en grand, à saisir l instant présent, à se projeter, et à partager, dans la simplicité la plus absolue. Yann, votre papa, mari, fils, frère, notre ami, mon ami Yannou restera à jamais dans nos cœurs, comme une parenthèse enchantée, un moment intense de vie et de bonheur, un élan qui nous est donné pour continuer à être heureux quoi qu il arrive Une parenthèse qui ne se ferme jamais. Christian. Malgré cette cicatrice que le départ de ton fils laisse dans nos cœurs, la lecture de ce livre nous rappelle cette ligne directrice, ce «karma». Etre heureux quoi qu il arrive, et suivre la voie que ton fils a tracée. Nous ne nous déroberons pas. Ton travail force le respect, pour le courage qu il a nécessité, et pour cette démonstration qu il nous donne de la force de ta famille, de sa capacité à se tourner vers le passé, et à se projeter vers l avenir. Merci. Guillaume «Guitoune», Le 26 novembre

8 En guise d introduction Ce livre est le regard d un père, sur la vie trop courte de notre jeune fils, sa vie qui se déroule devant nous comme un film, petit à petit au fil des images ressorties de notre mémoire, des vieux films ou vidéos que nous commençons à avoir petit à petit le courage de regarder. Ces photos sur lesquelles nos larmes, avec le temps, s arrêtent progressivement pour laisser place à un sourire qui s esquisse à peine au coin de nos lèvres. Il est encore loin le temps où nous pourrons expliquer aux enfants de Yann, les anecdotes que représentent ces photos et ces films en arborant un large sourire nous rappelant celui omni présent de notre Yann. Son sourire est resté gravé dans la mémoire de ses proches, de ses amis, de sa famille. Ce livre est aussi écrit pour garder toujours vivante la mémoire de notre jeune fils. Il se doit d aider Diana à comprendre la vie de son mari, d aider également Morgan et Naeva à découvrir au fil des années de leur jeunesse et leur adolescence comment leur papa vivait son bonheur, ses peines, ses ambitions, son amour infini pour tous ceux qui l entouraient et en particulier pour sa femme et eux, ses si charmants enfants, Morgan et Naeva. Le chagrin de chacun d entre nous est unique, toujours différent, mais la lecture du livre de sa vie doit, au fil des chapitres, nous apporter un sourire au coin des lèvres plutôt que garder des larmes de chagrin au coin des yeux. Yann a eu une belle vie mais trop courte, beaucoup trop courte. Nous voulons par ce livre envoyer un message de soutien à Diana dont nous admirons le courage et la détermination à relever la tête pour prendre en charge la vie et l éducation de ses enfants. Nous marcherons à ses côtés, sur le même chemin tant qu elle en aura besoin. Nous t aimons Diana, tu fais partie de notre famille, la grande famille Brault comme le concevait Yann avec juste raison. 8

9 Chapitre 1 Vers son destin Un enterrement de vie de garçon d un bon copain, auquel on ne peut assister au mariage le mois suivant, çà ne se rate pas. Surtout pour Yann, la fidélité, les copains, ce sont des valeurs sures pour lui. Il est avec Adrian jusqu à trois heures du matin, puis quatre et cinq même. Pas besoin de se presser, il reste toujours beaucoup de projets et bien d autres choses à discuter avec son ami. Ils déambulent tous les deux sur le trottoir désert à cette heure-ci ce samedi matin 2 juin, contrastant avec l agitation et le bruit du quotidien de Jakarta. Ils se font la bise, il met son casque et monte sur sa «Tiger». La distance pour rejoindre la maison est ridiculement courte, même pas un kilomètre, Au lever du jour, il roule dans Kemang, vers sa destinée. Cinq cent mètres après son départ, au deuxième croisement, une moto lui coupe la route. Bien qu il ne roule pas très vite, le choc est brutal, violent. Yann s envole et tombe lourdement sur le sol. Son casque s est échappé, sa tête heurte le goudron. Des images défilent rapidement, trop vite. Trente quatre ans, c est peu, mais pourtant ce sont toutes les images d une vie intense, pleine de rencontres, d amis, de projets, de musique, de travail et surtout, pleine d amour. Ce samedi matin à huit heures le téléphone sonne, Audrey me dit: «Je te passe Flavien», Flavien, la gorge nouée : «Yann est mort». C est court, brutal. La petite phrase produit un choc électrique, je tombe, Josiane a compris, une catastrophe vient de se produire dans notre vie, elle s écroule, notre monde familial s écroule. La douleur nous traverse, nous transperce. Les questions fusent sans réponses et avec toujours les innombrables pourquoi? Pourquoi une vie si courte, une vie si belle, une vie qu il ne demandait qu à remplir encore davantage, tant ses projets sont nombreux et intenses, tant sa soif de découvrir, animer, rendre heureux, aimer, 9

10 était loin d être assouvie. Pourquoi s arrête-t-elle aujourd hui, là maintenant? Pourquoi lui et pas moi? Il n est pas logique de voir partir ses enfants, c est trop cruel. La tempête est violente, la mer trop forte, cette fois-ci nous coulons? Devons-nous remonter à la surface, donner un nouveau sens à notre vie? Allons-nous apprendre à vivre avec son absence? Arriverons-nous à nous libérer définitivement de notre souffrance? Nos chairs se refermeront-elles? Toutes ces questions se bousculent au fur et à mesure que nous prenons conscience de la dimension de son amour et du vide qu il laisse dans notre vie. Si la mort est un vaste océan, notre immense tristesse est comme une onde sur sa surface trop agitée. La tempête finira certainement un jour par s atténuer progressivement au fil du temps. Les eaux de l océan retrouveront probablement leurs longues ondulations, régulières. Sur la terre, ou dans la mer et les airs, sa force positive et généreuse, son immense amour, doit maintenant nous aider à combler ce vide et réduire la période des ondes de cet océan pour l instant en furie. Yann repose dans ses rizières à Cimaja, et également dans les vagues de l Océan Indien. Nous lui avons dit au revoir, à travers notre amour, il reste pour la vie dans nos cœurs à tous. 10

11 Chapitre 2 Sa jeunesse En novembre 1977, je suis dans le désert de Lybie, au sud de Tobrouk. Je rentre à l appartement, comme chaque soir de ce mois passé dans le désert. Dans l escalier, je croise un collègue hilare, arrivant de Tripoli, il m annonce, télégramme à la main, que je viens d avoir un garçon, il s appelle Yann. J avais monté de toute pièce une grande surprise à Josiane. Je m apprêtais à rentrer en France quinze jours avant la date prévue de son accouchement. Pour la surprise, c est raté, Yann vient de naître un mois avant terme. Le télégramme date de deux jours, en attendant je dois essayer de l appeler, pas facile à cette époque, mais surtout je me dépêche de rentrer sur Tripoli pour organiser mon retour vers Josiane, Flavien et notre deuxième fils Yann. Quatorze heures et mille quatre cents kilomètres plus tard, après un long voyage de toute une nuit, j arrive à Tripoli et trouve un vol retour pour le soir. Finalement c est plus de quatre jours après sa naissance que j arrive enfin à admirer notre fils et féliciter Josiane, ma charmante épouse, heureuse mais fatiguée. C est un beau bébé d à peine trois kilos que je tiens anxieusement sur mon bras, je suis un peu gourd avec les tout petits bébés. Le petit Yann apprend rapidement les charmes et les contraintes des voyages. A cinq semaines, il nous accompagne dans notre retour en Lybie, mais à Benghazi, cette fois-ci, dans une nouvelle maison. Pas vraiment nouvelle de part son année de construction et sa vétusté, mais par sa localisation dans cette ville que nous allons découvrir. La maison, dans l ensemble n est pas à son avantage, mais c est tout ce que j ai pu trouver de mieux dans le temps imparti. Malgré les dizaines de kilos de peinture appliqués soigneusement par nous trois, le résultat n est pas à la hauteur des exigences artistiques de Josiane. Le petit nouveau né et Flavien vont donc devoir s accommoder des cafards et de leurs longues antennes, sortant du trop plein des éviers et des baignoires. Ce qui devient vite un jeu pour Flavien. Les litres d eau de Javel, déversés par Josiane, n endiguent pas les flux migratoires nocturnes de nos pas charmantes petites bêtes. Si tu as le malheur d allumer, tu les vois courir à travers la pièce. C est très désagréable. Régine, la jeune sœur de Josiane, est également du voyage et de l aventure Benghazi. Josiane l a inscrite à des cours par correspondance pour repasser son bac en candidate libre. Ses temps 11

12 libres sont très souvent consacrés aux enfants. Au fil de mois, Yann a tendance à bien pourrir nos nuits et en vieillissant l amélioration espérée ne se pointe pas du tout à l horizon des dormeurs que nous souhaiterions être. Après sept mois, sur la pression des militaires et de ma société, toute la famille migre à Tobrouk. Nous nous installons dans un grand appartement. Régine et Flavien partagent une chambre, nous occupons la deuxième avec notre Yannou qui continue, inlassablement de nous réveiller chaque nuit. Bien souvent je me lève à cinq heures du matin, autant dire que pour couvrir les quarante kilomètres de route du désert pour me rendre à la base militaire où je gère les opérations d une station radar, avec une petite équipe de quatre techniciens français, je suis bien souvent moi aussi au radar. La vie d expatriée de notre Yannou, du haut de ses un an, semble parfaitement lui convenir. Il rend fort bien l attention que l on lui porte et lui et Flavien deviennent vite les deux blondinets de la bande des vingt quatre expatriés que nous sommes à Tobrouk, toute nationalité confondue, surtout durant les parties acharnées de fléchettes contre les anglais. Les sorties du weekend au bord de la méditerranée sont l occasion de parties de chasse sous marine, suivi du traditionnel barbecue avec les collègues et les français de chez Dassault. Tous ces grands moments, les enfants courant sur le sable, les interminables baignades tous ensemble, sont devenus inoubliables et mémorables. Flavien, à deux ans, nageait avec des petites palmes et des brassards. Yann enchaîne tout pareillement. La mer devient vite pour tous les deux leur second élément. Cette vie nous plaît bien. Et malgré les bombes autour du radar et quelques tirs de Kalachnikov, lors d une rapide échauffourée avec l Egypte, nous comptons bien rester encore deux ans à Tobrouk. Mais le destin en a décidé autrement. Le radar brûle. Dommage, il nous faut rentrer. Josiane décide de rester en France avec les deux enfants. Ils découvrent l école française, Yannou, ne voulant pas rester à la maison. Et moi j enchaîne les déplacements à l étranger, laissant toute la responsabilité de l éducation de nos jeunes enfants sur les frêles épaules de Josiane. Nous nous installons de nouveau à Cholet, rue du Château Roquet, face à l école maternelle, où Monique, institutrice et mère émérite, accueille Stéphane dans sa famille, qui s agrandira encore dans les années suivantes. Stéphane a l âge de Yann. Il a les cheveux aussi noirs et crépus, que Yann les a blonds et raides, la peau aussi noire que celle de Yann est blanche. Même si elle était si bien dorée par le soleil du désert à son arrivée, sa peau se retrouve toute blanchie par la rigueur de son premier hiver en France. Le jeune Stéphane arrive directement d Afrique et découvre notre nouvelle maison en cours de travaux, ce qui ne l empêche pas de sauter du canapé aux fauteuils aussi à l aise que dans la brousse d où il vient. C est la première rencontre de ces deux garçons qui ne se quitteront jamais, même si les distances en vieillissant les ont séparés. Commence donc dix ans d une nouvelle vie choletaise pour nos deux enfants. Josiane reprend son activité et retrouve un poste dans son entreprise. Et moi, les avions. L école, le hockey sur glace, deux activités différentes mais source de rencontres, donc d élargissement du cercle des copains. Et Yann tout petit s y connaît en la matière. Les anniversaires en sont la preuve tangible. La maison n est jamais assez grande pour accueillir tous ses copains, et il nous faut négocier âprement pour refuser du monde. Qui dit anniversaire, dit cadeaux. Yann dans sa générosité infuse et croissante, redistribue ensuite ses 12

13 cadeaux à ses copains, quand il décrète qu ils n ont pas beaucoup d argent donc de jouets. Josiane essaie bien de le dissuader de donner ses derniers jouets neufs, et pourquoi pas ceux de l année dernière, qui restent tout aussi présentables. Non, non, rien n y fait, il a décidé, il tient à faire plaisir à son copain. Yann poursuit son cursus scolaire sans encombre. Comme Flavien, il est reconnu comme très bon élève. Faut dire que Josiane veille au grain, pas question de télévision le soir. Dès en rentrant du travail, c est chacun dans sa chambre et révision des devoirs, contrôle obligatoire, auto dictée à réciter, tables de multiplication, bref tout y passe sans compromis. Ensuite nos deux bambins descendent pour le dîner et remontent pour la lecture d une belle histoire avant de s endormir. Leur vie de la semaine est rythmée sur le métronome de leur éducation. Les jours de repos sont consacrés au sport où nous sommes leurs plus fervents supporters. Au fil des années, montant successivement les échelons, nos enfants acquièrent progressivement une certaine autonomie dans la réalisation de leurs devoirs. Mais ils restent toujours plus ou moins sous contrôle, encadrés par Josiane et épisodiquement je jette un regard intéressé et motivant, quand je suis présent à la maison. Josiane a persuadé Monique, d inscrire son copain Stéphane au hockey sur glace. Le départ aux entrainements est toujours un folklore, un rush, qui se termine dans la précipitation pour ne pas être vraiment très en retard. Stéphane n est jamais prêt, son sac non plus du reste. C est la recherche de la tenue, et des pièces dans la tenue des hockeyeurs il y en a bon nombre et chaque morceau a son importance. Donc impossible de laisser une pièce du puzzle à la maison. Yann ne rouspète jamais, ne presse jamais son copain. Il faut dire que Josiane le fait pour deux dans ces occasions un peu limites. Un petit noir sur de la glace blanche, à Cholet, à cette époque, ça flashe. Entre gamins, les railleries ne manquent pas d être blessantes, voir méchantes. Yann soutien et défend ardemment son copain, jusque sous les douches, contre les un ou deux plus méchants de l équipe. Mais bien vite tout rentre dans l ordre et les deux copains n ont plus guère à argumenter. Sauf peut être lors des matches contre les grandes équipes comme Bordeaux, Paris, Meudon, Angers, et autres lors des tournois de fin de saison. Mais dans ces cas là, c est l équipe entière qui fait corps et retrouve sa solidarité. Yann porte déjà très haut les valeurs de l égalité des races, des couleurs de peau, sans jamais émettre le moindre jugement. Si jeune, la tolérance commençait à prendre toute sa signification. C est l une des valeurs sures à laquelle il va s attacher tout au long de sa vie. Peut-on parler d une jeunesse dorée pour nos deux enfants? C est peut être présomptueux, mais ils nous semblent garder un très bon souvenir de cette période, pleine de sport, de copains, d étude studieuse, de mer et de bateau puisqu au tout début de cette période nous découvrons ensemble la voile et la navigation en famille. Cette phase de notre vie à Cholet se termine le jour où j ai l opportunité d évoluer dans ma carrière. Cette évolution doit passer par une mutation dans la région parisienne. Josiane accepte immédiatement le challenge. Elle démissionne et se fait fort de retrouver du travail à Paris. Et c est effectivement le cas. Les garçons raillent un peu. La séparation des copains choletais les chagrine, donc pour eux, tout reste à reconstruire. Les connaissant, nous ne sommes pas inquiets. L avenir nous donne raison, bonjour les nouveaux copains de Saint Quentin où nous nous installons après une année transitoire à Plaisir. Une nouvelle expérience 13

14 démarre pour nous tous. Avec tous ces changements géographiques, Yann enchaîne chaque année un nouveau collège puis un lycée, sans semble-t-il être trop perturbé. Mais c est aussi pour notre Yannou le moment, la séquence de sa vie, où il commence à renier son enfance pour attaquer son adolescence. Même sous la pression de sa transformation physique et physiologique, il a encore grandi de quelques centimètres, il ne semble pas être outre mesure perturbé ni taraudé de questions par sa puberté. Il ne se les pose pas les questions socioculturelles ou socio affectives, il fonce et trouve si nécessaire les réponses pour définir sa propre démarche sociale de futur adulte. Notre jeune Yann est dans une situation paradoxale. Il a bien besoin de notre soutien matériel, financier et affectif, mais il a aussi énormément besoin de marges de manœuvres toujours plus vastes, donc, au grand dam de Josiane, de plus en plus de liberté. Mais ça ne l affecte pas réellement de revenir vers nous quand il est en rupture d argent de poche, «c est la crise», surtout évoqué auprès de sa maman, nous comprenons. Par contre il entame petit à petit la construction de sa propre identité, de la connaissance de ses nouvelles émotions, de ses impulsions et de son idéalisme. La sexualité le titille, c est l âge. Josiane a su poser les bases de l éducation sexuelle de nos deux garçons. Elle abordait ouvertement, sans détour, le sujet avec les enfants. Moi, très souvent absent, j étais plutôt dans les allusions du genre «fais gaffe quand même», également dans le flou de l imaginaire du genre «tu vois ce que je veux dire». Pas trop le temps de me lancer dans de grandes discutions ou démonstrations, quelques bons clins d oeil appuyés remplacent de grands discours, nous nous comprenons, ce que je crois en tout cas. J avoue, Josiane se débrouille si bien, que je me dégage d autant plus facilement de cette tâche scabreuse un peu trop sur le fil pour moi et je l en remercie. Mais nous sommes toutefois rassurés quand par précaution, avant de fourrer leur jean dans la machine à laver, nous ressortons des poches une capote. Le message est donc bien passé. Notre jeune se risque sans complexe, inconsciemment peut être, dans le but de se donner un objectif pour avancer, à la rechercher des grandes émotions, des doutes, des craintes et aussi des déceptions. Ses euphories sont bien souvent aussi suivies de petites déprimes, lorsque, comme beaucoup de jeunes, ses attentes diffèrent de ses idéaux. Autrement dit lorsqu il se ramasse, qu il reçoit un refus en pleine face, pour lui sans raison apparente, car il apprend vite les limites. Il construit sa jeune adolescence à l expérience de sa jeune vie. Ses premiers débuts sont hésitants, c est le collège, les cours de récréation sont propices à ses tentatives. Les vacances à Saint Gilles sont également un bon terrain de chasse pour notre jeune ado gonflé de testostérones toutes neuves. Dans les sous sol des garages il concrétise à treize ans son premier vrai baiser, avec la langue et tout, dans la pénombre, sous les yeux de son copain Aurélien dont Yann souhaitait ardemment la présence. Il avait sûrement les pétoches notre jeune Roméo. Il ressort au grand jour tout fier de lui, l œil luisant vrillé vers son copain. Il peut maintenant rouler un peu plus des mécaniques. C est aussi à Saint Gilles, toujours en compagnie de son copain Aurélien qui venait régulièrement passé une partie de ses vacances dans notre appartement, qu il connut quelques années plus tard à l âge de seize ans et demi, un vrai amour d été, concrétisé par une première relation sexuelle. Un dépucelage sous le soleil de Saint Gilles, une brève étreinte, comme bien souvent la première fois, un échange presque à sens unique mais qui reste un évènement majeur dans la vie de notre ado, car il conclut là son enfance, matérialise son adolescence et ouvre son statut d adulte. Yann prend activement à bras le corps la modification de sa propre vie. Les recherches pour assouvir ses désirs deviennent de plus en plus fréquentes. Sa grande silhouette dans la cour des récrés et les plages des côtes atlantiques commencent à être de 14

15 plus en plus connue par les jeunes filles admiratives de ce grand gaillard plein d assurance et de charme. Yann partage, ne garde pas ses beautés uniquement pour lui. Il ne rechigne pas à passer les numéros de téléphone de ses copines, ceux-ci circulent, il leur facilite la tâche, les copains ravis en profitent et ne manquent pas comme certains, des années après, à reconnaître les services rendus par leur ami. Passer de Cholet aux codes de la banlieue parisienne nécessite une adaptation. Yann dont le charisme se forge, son adolescence s affirme, même tout jeune, arrive avec succès à s intégrer et grenouiller avec les petites bandes de Plaisir. Il se retrouve même plus tard, lors de notre nouvelle migration, en conflit avec certains loubars de Saint Quentin qui n apprécient pas trop ses familiarités, certes d après Yann toute amicales, avec en particulier une jeune fille de la bande. Lorsque les relations se dégradent et deviennent un peu dangereuses, il arrive, à la grande surprise de ses copains de Saint Quentin comme Figo, à se faire aider par ses anciens potes de Plaisir pourtant fréquentés très brièvement. Mais ils ont répondu présents pour Yann, visiblement gratuitement, calmant ainsi radicalement les véhémences du jeune chef de bande de Saint Quentin. Figo, qui raconte cette anecdote, est prêt à donner du poing pour aider son copain, il n en revient toujours pas du dénouement de cette situation. Yann peut répondre aux provocations par le dialogue, jamais sans avoir assuré ses arrières, pas fou le bougre. Si ces rapports un peu douteux sont à éviter, il le comprend rapidement et très vite les vraies relations se forment. La bande de copains de Saint Quentin commence à prendre forme. C est le début d une longue vie d amitié. En 1997, Josiane décide de me rejoindre en Thaïlande. Yann s installe dans un joli appartement à Montigny. Celui-ci devient vite le lieu mythique des réunions des copains. La Math sup. le barbe, il laisse tomber et s inscrit en FAC. La crise asiatique de 1998 nous tombe dessus. De Thaïlande nous nous retrouvons à Taïwan. Pas le même décor pour Josiane. Mais une fois de plus elle s adapte parfaitement. Flavien nous rejoint pour terminer son mémoire et Yann se lance donc dans son nouveau défit et challenge à la FAC de Saint Quentin en Yvelines, ce qui nous laisse tout d abord septiques. Puis il quitte Montigny pour s expatrier à Bordeaux. Cette annonce nous laisse un peu pantois. Son argument, un copain qui part je le rejoins, n arrive pas de prime à bord à nous persuader de sa justesse. Mais notre Yannou sait convaincre et quand il veut, il arrive bien souvent à ses fins. Cette situation lui convient bien. Son adolescence à peine terminée, il bondit dans le monde des adultes pour affirmer son indépendance naissante, assurer la responsabilité de ses actes, de ses paroles et de ses engagements. Il se dégage du peu d égocentrisme encore en lui pour le transformer en un facteur de cohésion sociale, garant d'une future vie décente en société, toujours acceptable pour tous. Il renforce alors ses rencontres et sa capacité à développer des relations avec tout son entourage mais aussi il apprend à renforcer les qualités qui vont marquer sa vie d adulte. Il acquière au fil des mois, des années une belle maîtrise de lui-même et avec son exubérance notoire et son goût du spectacle, il a souvent du mal à contrôler ses émotions. Ce qui le caractérise le plus, je crois, c est sa forte personnalité qu il va enrichir et conserver ensuite au long de ses années. Sa capacité d'autorégulation lui forge, depuis tout petit une vraie indépendance. Liée à sa personnalité, son objectivité et son réalisme, il bouscule certes mais réalise le plus souvent ses perspectives. 15

16 La découverte du monde du travail, puis la fréquentation des acteurs de son nouvel univers, montre tout son sérieux, sa capacité à faire face à la vie de manière sérieuse et rigoureuse, son sens de la responsabilité, son engagement et sa fiabilité. Ses méthodes, toutes nouvellement découvertes et développées par ses sens affûtés et son intelligence, dévoilent sa capacité à anticiper et à planifier pour l avenir avec beaucoup de diplomatie, mais pas toujours avec patience, tellement il veut foncer pour réaliser tout de suite ce qui lui semble juste et nécessaire, avec la ferme volonté de faire face aux difficultés, sans lâcher s il est persuadé du bien fondé de son combat. Il a une endurance à toute épreuve et acquiert, surtout au sein de Danone, une grande compréhension du monde qui l entoure et une grande largeur d esprit. Une qualité qu il acquiert aussi très rapidement c est la prise de décision. Yann a une idée, un projet, un but, il en discute et sa force de persuasion fait l unanimité. Alors la machine se met en route et très vite l idée se transforme, aussi rapidement qu elle a jailli, en projet. Et c est rarement du grand n importe quoi. Chaque idée, chaque projet, chaque discussion est non seulement toujours réfléchi, mais Yann implique le groupe dans la discussion et le processus décisionnaire. Il en ressort ainsi une décision collégiale et tout le groupe se sent investi dans la réalisation. Toutes ses qualités n apparaissent pas par magie en un seul jour. Non, Yann apprend, vite parfois, c est vrai. Sa lucidité, sa réflexion, son intelligence vont l aider tout au long de ses années d adolescent et d adulte à prendre conscience et confiance en lui tout en n oubliant jamais le bien être de ceux qui l entourent. Une grande partie de la bande suit à Bordeaux, pour le début d une nouvelle histoire à construire. Dans la continuité de son propre défi, il y termine de belles études dont nous ne sommes pas peu fiers. Il décroche son diplôme d Ingénieur des Arts et Métiers et un DEA (Diplôme Etudes Avancées) par la même occasion. Pourquoi faire les choses à moitié. Nous revenons vivre en Thaïlande. Yann nous y rejoint pour de courts séjours. L occasion pour lui de remplir sa caisse de bord. Avec Didi, je les engage pour des petits boulots sur le projet, montage des dossiers des sites, photocopie en tout genre, une opportunité pour eux de se faire un peu d argent pour mieux vivre leur passion, le surf. De Bangkok à Bali, les vols ne sont pas très longs et les grosses vagues venues du sud lancent leur premier appel. L Asie lui plait, surtout l Indonésie. Ce pays l attire, il l aime. Avec du recul, je le comprends. Travailler en Indonésie lui conviendrait bien. Mais pour l instant, il est sur un poste de chercheur à la Réunion, afin de passer son doctorat. Puis pour une raison qui reste encore floue, son directeur de stage lui claque dans les doigts. Il revient alors sur son idée indonésienne et repart activement dans ses recherches. En deux semaines, il finit par décrocher un poste de conseiller à l ambassade de France comme VIA. A une semaine de son départ, le directeur de stage qui l avait lâchement laissé sur le tas quelques semaines plus tôt se manifeste et revient vers lui, en le priant de se présenter dans les huit jours à la Réunion. Le stagiaire, préféré à Yann deux mois au paravent, s est désisté. Bien que tentant, Yann choisit son destin. Il rejette d un coup de manchette les trois années de doctorat et arrive à Jakarta pour un modeste poste et peu payé, loin de ce qu il aurait pu prétendre. Mais il n en a cure. L important, il est dans la place, il débute sa carrière, ça va bien se passer. Ce pays qu il commence à aimer vraiment, il ne le quittera plus. Convaincre les autres copains de le rejoindre, ne lui est pas bien difficile. Ils vont donc les uns après les autres débarquer pour de nouvelles aventures, guidés et aidés par leur ami. Pour Yann, pas question d abandonner les copains. Un seul ne fera pas le saut, c est Figo. Le noyau dur de la bande se reforme de nouveau en Indonésie. Yannou rayonne mais ne se satisfait pas 16

17 uniquement d avoir ses proches copains près de lui. Entre temps, de nouvelles rencontres, d autres amitiés se tressent autour de lui et le cercle continue de s élargir. Notre Yannou a certainement eu une belle jeunesse, une belle adolescence, il a su apprécier les étapes du développement de sa propre vie auxquelles il a activement participé. Il n est pas resté spectateur de l évolution de sa vie, il l a modelée, l a sculptée comme un artiste doué du vrai sens de la vie, tout comme il le souhaitait. Il savait nous dire qu il était heureux, qu il avait réussi sa propre vie. Il confiait récemment à sa maman son bonheur d avoir eu une belle enfance, sa fierté de son éducation tout en formulant le souhait de voir ses enfants élevés comme lui l avait été, rendant heureuse sa maman d avoir son grand garçon la serrer dans ses bras et lui confier un tel bonheur, un tel amour. Sa vraie vie d homme commence à peine. Elle s arrête trop brutalement à ce croisement. L arrêt de sa vie nous laisse sans réelle envie de poursuivre notre propre chemin. En ce printemps 2013, nous pensons que notre retour à la maison va nous aider à apaiser notre tristesse et notre chagrin mais notre sursaut est de courte durée. Nous voici replongés dans une profonde détresse, notre Yannou nous manque vraiment trop. Nous ne savons toujours pas comment transformer nos pensées permanentes pour lui, notre profonde détresse, en doux souvenirs de son amour si généreux et de son sourire inoubliable. Le bonheur de passer des bons moments avec nos meilleurs amis ou proches est toujours partagé entre son manque intense et sa nostalgie. Un an, c est loin mais pourtant toujours si près. Nos larmes coulent, tout nous émeut autour de nous, nous sommes encore incapables d admettre l évidence. Dans cette phase de survie, le riche passé, nos nombreux souvenirs et les précieux moments de notre vie trop courte avec notre Yannou, enrichissent malgré tout notre présent et certainement bientôt notre futur. Nous essayons de croire en notre vie afin de voir grandir nos petits enfants, les aider du mieux que nous pouvons et pourrons le faire, pour qu ils puissent tous les deux connaître la vie la plus proche de celle que Yann aurait aimé leur donner. Nous allons continuer à nous battre pour aider Diana à survivre avec le deuil et la perte de Yannou, puis surmonter son immense peine. Flavien et Audrey nous aident à réagir de façon positive et constructive à cette injustice, à guérir, à aimer ensemble progressivement de nouveau la vie. 17

18 Chapitre 3 Son frère Trois ans séparent nos deux garçons. Le grand frère devient vite l exemple et l inséparable. Mais le petit a une vive tendance à toujours vouloir ce que le grand a dans les mains. Somme toute, rien de bien anormal. Flavien doit donc faire preuve d une grande tolérance, trop souvent demandée par nous ses parents, afin d éviter cris et «pigneries» de notre Yannou, un tantinet pénible sur les bords à cet âge. Il faut bien l admettre. Souvent la tolérance de Flavien a des limites et il chahute volontiers le petit qui démarre au quart de tour. Cette période commence à Tobrouk. Yann, à un an il tient à se manifester, ne veut pas être oublié. Flavien a déjà des activités, des rencontres avec les enfants des autres expatriés français de Tobrouk. Faut dire que nous sommes si peu nombreux qu il a de la chance d avoir quelques enfants de son âge parmi les français de Tobrouk. Yann ne veut pas être en reste, il veut participer et surtout ne pas lâcher son frère. Il en ressort quelques crises pas bien méchantes, où Yann termine quasiment toujours en «pignant» sachant que Flavien, non seulement ne lâche pas mais en rajoute un peu pour lancer son frère. Malgré ces divergences de caractère, les parties de plage à Tobrouk sont l occasion pour eux deux de jouer de longues heures avec les pelles et les seaux, mais aussi de s inventer un nouveau monde, celui des grandes croisières sur le bleu des océans. Ils grimpent dans les deux ou trois petits dériveurs posés sur le sable et partent pour de grandes navigations. Le petit n est pas en reste, il tient fermement le mât de ses petites mains comme s il traversait une grosse tempête. Nos deux matelots s en donnent à cœur à joie et se racontent des histoires de pirates ou autres aventures burlesques venant de leur petit livre de lecture du soir, ou bien de nos rêves éveillés déjà en préparation. Dans ces bons moments, la paix revient, le calme règne, nous sommes tranquilles pour un bon moment. Flavien avec ses brassards et ses petites palmes nage déjà comme un poisson m accompagnant longuement loin au large. Le tout petit, bien évidemment, veut suivre son frère sans peur ni même appréhension. Il se lance dans le clapot à notre poursuite. Une veille attentive autour de lui est donc obligatoire. Tous les deux commencent à découvrir les plaisirs de la mer et jouer ensemble dans les vaguelettes de la méditerranée. Un signe, l eau de mer coule dans leurs veines. 18

19 Le retour à Cholet entrave quelque peu le lien fusionnel construit dans ce pays lointain si difficile à vivre. Les deux garçons se retrouvent séparés, les écoles sont différentes. La différence d âge devient vite un facteur de séparation relationnelle entre nos deux garçons. Eh oui, le petit devient un peu encombrant pour le grand qui gravite dorénavant dans une autre sphère. Chacun trouve son cercle d amis, bien souvent lié, soit à son sport pratiqué, soit à sa propre classe. Bien que les activités le soir à la maison ou lors des weekends les rassemblent, ils retrouvent leur automatisme, Flavien continue à embêter Yann et celui-ci pigne. Comme d hab. Mais l été renoue toujours plus leurs liens fraternels. Les traditionnelles vacances dans notre appartement à Saint Gilles croix de vie sont l opportunité pour vivre progressivement, intensément des moments forts. Tout jeune, les vacances sont bien encadrées par mes parents, papy et mamy, toujours prêts à se libérer pour passer du temps avec leurs petits enfants, ou bien les tantes, les sœurs de Josiane. Chacun se relaie pour allonger avant ou après nos propres vacances, la présence des enfants au bord de la mer en Vendée. Même si les allers en voitures vers leur lieu de vacances avec leur tante Gisèle, et parfois même les retours à la maison, sont parfois chaotiques et un tant soit peu folkloriques, pas question de louper quelques jours de ses vacances supplémentaires tant attendues face à la mer. Au fil des années cette gentille surveillance familiale se relâche progressivement. Elle laisse place à une liberté quasi-totale de vagabonder dans les dunes, les plages, puis les bars et bientôt les boites de la côte. Le cercle des relations s élargit, c est l heure des rencontres et comme nous l avons vu des premiers flirts de leur adolescence. En vieillissant la différence d âge ne semble plus être un problème et progressivement la complicité se remet en place. La mer, les vagues, le sport, le surf, sont les vecteurs de leur future vie. En région parisienne, les études sont difficiles pour l un comme pour l autre. Je ne pense pas qu il n y ait entre eux un challenge dans la course aux diplômes. Josiane et moi ne sommes pas loin de penser que notre Yannou a assumé et réussi ses choix. La preuve, après deux années de FAC, il intègre les Arts et Métiers, directement sans concours, uniquement sur dossier. Il le veut son diplôme d ingénieurs, comme son frère diplômé de l ENSICA. Etait-ce une opportunité qui se présentait? A-t-il su la saisir? En vérité, nous n en avons jamais trop parlé ensemble et avons respecté ses choix. Faut dire que la réussite de nos deux fils nous comble, nous n avions pas vraiment lieu de nous plaindre, même si parfois nous devions un peu booster la machine pour relancer la motivation de Yann, les yeux un peu trop souvent tournés vers l horizon des mers du sud. Heureusement, la pression remonte toujours juste avant les étapes clés et le succès est au rendez-vous. Les moments de détente sont recherchés et appréciés. Le sport, comme le basket à quatre avec leurs copains de Saint Quentin est intense, au risque de se fiche le genou en vrac. Mais là c est Flavien. Ou aussi, les parties de volleyball, ou bien encore les matches de tennis auxquels je me fais un plaisir de participer lors de mes retours à la maison, pour profiter pleinement de nos enfants. Le sport est donc le vrai support de leur complicité, mais c est le surf qui va aimanter leur vie tout au long des années suivantes. C est une des principales possibilités pour eux de s évader, quitter momentanément leurs études, s absenter de leur réalité et se retrouver plus tard tout au long de leur vie professionnelle. 19

20 Ils commencent ensemble à Saint Gilles, face à l appartement, été comme bien souvent automne ou printemps, chaque grosse houle est l opportunité de partager ensemble de grands moments. Le surf devient vite pour eux deux un terrain d entente et une complicité idéale. Depuis leur début, chaque temps libre potentiel est voué à l organisation de la découverte d un nouveau spot pour les futures vacances. En attendant tous les deux trouvent toujours le temps pour une escapade plus ou moins loin en fonction du temps disponible ou de la hauteur des vagues. Après la Vendée, les deux complices partent en Bretagne puis bientôt descendent sur la côte landaise rejoindre les copains, à l assaut des plus grosses vagues. Le goût du gros leur donne envie d aller voir plus loin encore, très loin au Maroc puis en Asie, en Indonésie et en particulier à Bali. Et ils tombent sous le charme de ce pays accueillant et souriant. Commence alors une belle page de leur vie. Le surf, l Indonésie, les parties endiablées de ping-pong, les sorties, les soirées avec les nombreux copains, tout les rapproche, tout les rassemble pendant les longues années suivantes. Bien vite, ils découvrent la chaleur des mers équatoriales, associée aux vagues des grosses dépressions du grand sud. La révélation pour eux deux et la bande des fidèles copains. Yann mise dès le début de sa vie professionnelle sur l Indonésie. Il se retrouve donc aux avant postes pour associer vie professionnelle et passion, le surf. A tel point que tous les deux font en sorte de ne surtout pas laisser passer la moindre opportunité de se retrouver en Indonésie pour passer le plus de temps ensemble, partager leur expérience et vivre leur passion. Flavien, après un long séjour en Thaïlande, une ouverture sur l Indonésie se présente, il s y accroche et réussit à la saisir. C est maintenant la grande époque «Bangka 2». Même si Flavien, après avoir décroché un nouveau contrat à Jakarta s installe avec Audrey dans leur propre villa, quelques soirs de chaque semaine sont réservés aux parties de tennis de table enragées à Bangka 2. Les petits et grands weekends sont propices aux escapades à Cimaja, où même beaucoup plus loin pour des sorties surf, à la découverte de sites quasi inconnus à cette époque, mais dont les noms circulent localement de bouche à oreille. Dans de nombreuses îles indonésiennes, le potentiel surf est très riche et l organisation des voyages vers ces spots se met en place petit à petit lors de belles soirées musicales et arrosées. Yann dans ses déplacements sur le terrain, n oublie jamais ses passions. Bien souvent, dès qu il le peut, il débarque pour travailler en province avec sa planche et également sa guitare. Au point qu il pourrait être soupçonné d organiser ses déplacements en fonction des spots mais surtout des prévisions de la hauteur des vagues. Mais je ne franchirai pas ce fossé, je ne l en crois pas capable. Pas sûr à vrai dire. La surprise est parfois de taille pour ses interlocuteurs et collègues, bien qu au fil des années ils se soient habitués. Mais pour lui, ces spots méritent le risque d aller y frotter les ailerons de ses planches sur le corail acéré, quitte à revenir avec quelques belles égratignures. Nos deux garçons et les copains, tout au long de ces années, partent ainsi bien souvent, autant que leur temps libre le permet, à l attaque des grosses, voir impressionnantes vagues des côtes indonésiennes, vivre leur passion commune. Je ne pense pas qu il y ait non plus de compétition dans leur pratique du surf. Je les ai vus grisés par les longues glisses sous la crête écumante et déferlante, partager la joie, la sérénité, 20

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika UN AN EN PROVENCE ČECHOVÁ Veronika Depuis mon enfance, j ai eu un grand rêve. De partir en France et d apprendre la plus belle langue du monde. Grâce à ma professeur de français, Mme Drážďanská, qui m

Plus en détail

Quelqu un qui t attend

Quelqu un qui t attend Quelqu un qui t attend (Hervé Paul Kent Cokenstock / Hervé Paul Jacques Bastello) Seul au monde Au milieu De la foule Si tu veux Délaissé Incompris Aujourd hui tout te rends malheureux Si tu l dis Pourtant

Plus en détail

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES EXERCICIOS AUTOAVALIABLES 1.- Transforme les phrases au passé récent a) Il a changé de travail b) Nous avons pris une décision importante c) Elle a téléphoné à Jean d) J ai envoyé un SMS à ma collègue

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Des souhaits pour une vie des plus prospères et tous les voeux nécessaires pour des saisons extraordinaires! Meilleurs

Plus en détail

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution.

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution. Trait et ligne I La ligne me fascine. Le trait qui relie ou qui sépare Qui déchire le néant et marque une trace Qui me fait entrer dans l univers des signes. La ligne avance, Elle indique une direction,

Plus en détail

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant Texte de la comédie musicale Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Les Serruriers Magiques 2013 2 Sommaire Intentions, adaptations, Droits

Plus en détail

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2014 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text M: Bonjour Yasmine. Ça va? F: Ah bonjour! Oui, ça va bien. Écoute, ce weekend

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

La petite poule qui voulait voir la mer

La petite poule qui voulait voir la mer La petite poule qui voulait voir la mer Ecris les mots suivants au bon endroit : le titre l auteur - l illustration - l illustrateur - l éditeur Exercices couverture Décris la première de couverture. Que

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

Alex Beaupain. Chanson. Plus de peur que de mal

Alex Beaupain. Chanson. Plus de peur que de mal Chanson Alex Beaupain Plus de peur que de mal Au premier toboggan 1 Déjà tu savais bien Les risques que l on prend Les paris 2 que l on tient Voler chez le marchand À vélo sans les mains Tirer 3 sur cette

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI Durant 3 semaines j étais { Hiratsuka, près de Yokohama où j allais tous les jours au lycée. Ma famille d accueil se composait du père, de la mère, de ma

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 PAU 2015 Criteris de correcció ALERTE AUX «BIG MOTHERS»

Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 PAU 2015 Criteris de correcció ALERTE AUX «BIG MOTHERS» Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 SÈRIE 2 Comprensió escrita ALERTE AUX «BIG MOTHERS» 1. Oui, leur utilisation augmente progressivement. 2. Pour savoir si sa fille est rentrée à l heure prévue.

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004

MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004 MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004 Salut! Est-ce que tu as un bon copain? Un meilleur ami? Est-ce que tu peux parler avec lui ou avec elle de tout? Est-ce

Plus en détail

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Poèmes École : Polyvalente de Normandin Commission scolaire : Du Pays des Bleuets Même si tu perds, persévère Par Maude-Lanui Baillargeon Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Ne

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE?

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? Hugo Broudeur 2010/2011 2ieme année Télécom SudParis SOMMAIRE Introduction... 3 A) Des réseaux sociaux pour tout le monde... 4 1)

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer?

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer? VAGINISME Quelques pistes pour avancer? Vaginisme Pendant longtemps, pénétration vaginale quasi impossible car trop douloureuse : brûlures. Et même pas de nom pour ça. Un jour : un mot. VAGINISME. Vaginisme

Plus en détail

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La rue Grandir, qu est-ce que cela signifie vraiment? Un jeune qui a vécu isolé dans les rues de Paris témoigne. Cette fiche pédagogique propose de découvrir une réalité peu connue de la France d aujourd

Plus en détail

Merci de lire ce merveilleux magazine. Romane M. directrice du magazine.

Merci de lire ce merveilleux magazine. Romane M. directrice du magazine. Bonjour, chers lecteurs et lectrices. Voici votre 2 ème numéro du Romane Actu, et à mon avis ce bimensuel est assez réussi. Mais vous n avez encore rien vu ce numéro est plus grand que le précédent, car

Plus en détail

La petite poule qui voulait voir la mer

La petite poule qui voulait voir la mer Découverte Complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Que voit- on sur la 1 ère page de couverture? C est l histoire q d un poisson q d une souris

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Questionnaire 6-12 ans

Questionnaire 6-12 ans N D IDENTIFICATION DE LA FAMILLE : E Questionnaire 6-12 ans Protocole de passation : Lorsque la réponse de l enfant est suggérée ou influencée par une autre personne présente (parent, frère ou sœur.),

Plus en détail

DEC accéléré en Soins infirmiers

DEC accéléré en Soins infirmiers P O R T R A I T S D É T U D I A N T E S I M M I G R A N T E S P A R C O U R S I N S P I R A N T S Nous vous présentons des personnes immigrantes dont le parcours de vie, professionnel et scolaire est à

Plus en détail

DEVENEZ UN HÉROS POUR. L association Prévention Routière

DEVENEZ UN HÉROS POUR. L association Prévention Routière DEVENEZ UN HÉROS POUR L association Prévention Routière 1 Notre mission Créée en 1949, l'association Prévention Routière est reconnue d'utilité publique en 1955. Elle conduit ses actions dans de multiples

Plus en détail

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE 52 INSIDE Un autre regard sur Michel R. WALTHER Directeur général de la Clinique de La Source Directeur général de la Clinique de La Source, Michel R. Walther est né en 1949 au Maroc de parents suisses.

Plus en détail

23. Le discours rapporté au passé

23. Le discours rapporté au passé 23 23. Le discours rapporté au passé 23.1 LE DISCOURS INDIRECT On utilise le discours indirect pour transmettre : Les paroles de quelqu un qui n est pas là : Il me dit que tu pars. Les paroles de votre

Plus en détail

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Ça se passe chez nous, boulevard aux Oiseaux. Après l école, pour me rendre utile, j ai ciré l escalier jusqu à ce que ça reluise à mort. «Ça fera plaisir à papa»,

Plus en détail

Activités autour du roman

Activités autour du roman Activité pédagogique autour du roman Un chien différent, de Laura Cousineau ISBN 978-2-922976-13-7 ( 2009, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités

Plus en détail

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5 1/5 Les enfants, acteurs essentiels du combat contre les idées reçues. Prendre en compte leur parole et les actes concrets qu ils posent. Réfléchir et débattre ensemble PROPOSER UN DEBAT PHILO Il s'agit

Plus en détail

Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à

Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à la sagesse qu il lui faut, avant tout, adapter ses

Plus en détail

French 2 Quiz lecons 17, 18, 19 Mme. Perrichon

French 2 Quiz lecons 17, 18, 19 Mme. Perrichon French 2 Quiz lecons 17, 18, 19 Mme. Perrichon 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. Est-ce que tu beaucoup? A. court B. cours C. courez -Est-ce qu'il aime courir? -Oui, il fait du tous les jours. A.

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des intervenants

Guide d accompagnement à l intention des intervenants TABLE RÉGIONALE DE L ÉDUCATION CENTRE-DU-QUÉBEC Campagne de promotion la de la lecture Promouvoir Guide d accompagnement à l intention des intervenants Présentation Le projet sur la réussite éducative

Plus en détail

Les 100 plus belles façons. François Gagol

Les 100 plus belles façons. François Gagol Les 100 plus belles façons d'aimer François Gagol Les 100 plus belles façons d Aimer François Gagol François Gagol, 2003. Toute reproduction ou publication, même partielle, de cet ouvrage est interdite

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Dossier de presse Holimeet

Dossier de presse Holimeet Dossier de presse Holimeet Mardi 9 juin 2015 holimeet@gmail.com holimeet.fr Table des matières Communiqué Présentation de Holimeet 3 4-5 Le concept Holimeet, dans la mouvance du tribalisme planétaire La

Plus en détail

«J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge.

«J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge. J aime, je n aime pas Extrait de "J'aime", Minne/Natali Fortier (Albin Michel) «J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge. Quand je traverse la route au passage piéton, j aime marcher

Plus en détail

Test - Quel type de voisin êtes-vous?

Test - Quel type de voisin êtes-vous? Test - Quel type de voisin êtes-vous? Être un voisin solidaire, c est d abord et avant tout un état d esprit. Chacun fait à sa façon, selon sa disponibilité et sa personnalité. Répondez au questionnaire

Plus en détail

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE Le tout petit œuf. La toute petite chenille Le tout petit œuf vu à la loupe Il était une fois un tout petit œuf, pondu là. Un tout petit œuf, petit comme un grain de poussière.

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

Chers parrains, chers amis, chère famille

Chers parrains, chers amis, chère famille Jeudi 1 er Janvier 2015, Jet New s n 2 Chers parrains, chers amis, chère famille Tout d abord je crois qu il est important que je vous souhaite pleins de belles choses pour cette année 2015!! «Vivez, si

Plus en détail

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants Lorsqu une personne chère vit avec la SLA Guide à l intention des enfants 2 SLA Société canadienne de la SLA 3000, avenue Steeles Est, bureau 200, Markham, Ontario L3R 4T9 Sans frais : 1-800-267-4257 Téléphone

Plus en détail

Les jours de la semaine

Les jours de la semaine Les jours de la semaine Les jours de la semaine S enfilent un à un Comme les billes d un grand collier Dans un ordre, ils se suivent Chaque jour se ressemble Chaque jour est différent Mais on ne peut les

Plus en détail

Le carnaval des oiseaux

Le carnaval des oiseaux Le carnaval des oiseaux Marie-Jane Pinettes et Jacques Laban Juillet 2001 1 Le carnaval des oiseaux A Camille, Margot et Théo 2 LE CARNAVAL DES OISEAUX Il y a longtemps, mais très, très longtemps, tous

Plus en détail

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital.

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital. 27 juin 2015 Le partage est un élément vital. Notre démarche Notre chemin Dans un premier temps, nous sommes partis de mots qui expriment ce qui est essentiel pour nous, indispensable pour bien vivre.

Plus en détail

DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR

DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR Activité 1. Complète les phrases avec le bon verbe au présent. DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR 1. Elle absolument terminer son boulot avant de partir. 2. Elle sait bien qu elle rentrer à dix heures! 3. Il acheter

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

ACTIVITÉ 1 : LES ADJECTIFS POSSESSIFS

ACTIVITÉ 1 : LES ADJECTIFS POSSESSIFS ACTIVITÉ 1 : LES ADJECTIFS POSSESSIFS 1. Choisis et entoure l adjectif possessif qui convient. a Je ne trouve pas mon / ma / mes lunettes. b Tu veux venir à son / sa / ses fête d anniversaire? c Nous n

Plus en détail

L Intégrale de l Humour ***

L Intégrale de l Humour *** Un enfant va dans une épicerie pour acheter des bonbons. Comme l épicier n en vend généralement pas beaucoup, il les range tout en haut d une étagère très haute. Le garçon demande : 1 euro de bonbons s

Plus en détail

Nom : Prénom : Date :

Nom : Prénom : Date : J observe le livre dans son ensemble, je le feuillette et je réponds aux 1) Je complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Collection Genre 2) Qui

Plus en détail

Réactions de deuil des enfants

Réactions de deuil des enfants Le deuil et ses effets 91 Réactions de deuil des enfants Rôle des parents en assistant les enfants dans le deuil Les enfants n ont pas la force émotionnelle de faire seuls leur deuil. Ils ont besoin de

Plus en détail

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège...

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège... NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège......... SOMMAIRE Avant le stage Le cahier de stage. 2 Conseil au stagiaire. 3 Fiche d identité de l élève

Plus en détail

COMMUNIQUÉ LE PETIT LIVRET. pour dire STOP. aux idées fausses sur. la pauvreté

COMMUNIQUÉ LE PETIT LIVRET. pour dire STOP. aux idées fausses sur. la pauvreté LE PETIT LIVRET pour dire COMMUNIQUÉ STOP aux idées fausses sur la pauvreté LE PETIT LIVRET pour dire COMMUNIQUÉ As-tu déjà entendu dire : «On est chômeur parce qu on ne veut pas travailler»? C est une

Plus en détail

Variante : Accompagnés de leurs parents, la mariée & le marié sont heureux de vous convier à leur mariage et vous invitent

Variante : Accompagnés de leurs parents, la mariée & le marié sont heureux de vous convier à leur mariage et vous invitent Faire-part : page 1 à 4 Quelques citations dans le thème : page 4 Cartons d invitation à la noce : page 5 Remerciements : page 6 P Les apiers Zenchantés Mariage - Propositions de textes. Faire-part : Traditionnels

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

Archivistes en herbe!

Archivistes en herbe! Les archives c est quoi? Un archiviste travaille avec des archives. Oui, mais les archives c est quoi? As-tu déjà entendu ce mot? D après toi, qu est-ce qu une archive? 1. Les archives ce sont des documents

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

UNITÉ 8. Les adolescents et leur cher téléphone. Bon Courage! Vol. 2

UNITÉ 8. Les adolescents et leur cher téléphone. Bon Courage! Vol. 2 Les adolescents et leur cher téléphone La plupart des ados en France (70 % des ados de plus de 12 ans ont un téléphone portable et 95 % des 15-17 ans sont équipés) se sent complètement perdue sans le téléphone.

Plus en détail

Bâtissez-vous un avenir certain

Bâtissez-vous un avenir certain 1 1 Etape 1 Etape 2 Bâtissez-vous un avenir certain AUTEUR LEADER SYDNEY Adresse email imygpc@gmail.com Contact téléphonique +225 41 52 92 06 2 Bâtissez-vous un avenir certain Vous en avez rêvé, créer

Plus en détail

AMÉLIE NOTHOMB. Tuer le père ROMAN ALBIN MICHEL

AMÉLIE NOTHOMB. Tuer le père ROMAN ALBIN MICHEL AMÉLIE NOTHOMB Tuer le père ROMAN ALBIN MICHEL Éditions Albin Michel, 2011. ISBN : 978-2-253-17415-8 1 re publication LGF. «L obstination est contraire à la nature, contraire à la vie. Les seules personnes

Plus en détail

Tu rencontres Julie. Tu découvres des sons inconnus. Tu comprends des petits dialogues sur cassette. Tu identifies et tu décris

Tu rencontres Julie. Tu découvres des sons inconnus. Tu comprends des petits dialogues sur cassette. Tu identifies et tu décris Tu rencontres Julie. Tu découvres des sons inconnus. Tu comprends des petits dialogues sur cassette. Tu identifies et tu décris Tu parles de toi, de tes goûts. Tu lis BD. Tu fabriques un poster pour te

Plus en détail

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit.

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit. Lola Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin www.majuscrit.fr www.majuscrit.fr Marcus Papa Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine

Plus en détail

elizatitude production présente Plongez dans la poésie du mini conte philosophique du bonbon. Le Bonbon ou les aventures poétiques d une friandise

elizatitude production présente Plongez dans la poésie du mini conte philosophique du bonbon. Le Bonbon ou les aventures poétiques d une friandise elizatitude production présente Plongez dans la poésie du mini conte philosophique du bonbon. Le Bonbon ou les aventures poétiques d une friandise Un film de Elizabeth RICHARD 4 rue Parmentier 94130 NOGENT

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

Déterminants possessifs

Déterminants possessifs POSSESSIFS MATÉRIEL POUR ALLOPHONES 1 Déterminants Déterminants référents Déterminants possessifs Le déterminant possessif indique une relation d appartenance, de possession, de parenté, d origine, etc.,

Plus en détail

7. Est-ce que vous êtes (tu es) paresseux (paresseuse) ou travailleur (travailleuse)?

7. Est-ce que vous êtes (tu es) paresseux (paresseuse) ou travailleur (travailleuse)? Leçon 1 1. Comment ça va? 2. Vous êtes (Tu es) d'où?' 3. Vous aimez (Tu aimes) l'automne? 4. Vous aimez (Tu aimes) les chats? 5. Comment vous appelez-vous (t'appelles-tu)? 6. Quelle est la date aujourd'hui?

Plus en détail

22 Nous Reconnaissons la force du pardon

22 Nous Reconnaissons la force du pardon 22 Nous Reconnaissons la force du pardon 23 Par le rite pénitentiel, les chrétiens se tournent vers Dieu pour lui demander son pardon. Dieu nous reçoit tels que nous sommes et nous pardonne pour que nous

Plus en détail

Les contes de la forêt derrière l école.

Les contes de la forêt derrière l école. Circonscription de Lamballe EPS cycle 1 Les contes de la forêt derrière l école. Une proposition de travail en EPS pour les enfants de petite et moyenne section, ayant comme thèmes Les déplacements, les

Plus en détail

LE DISCOURS RAPPORTÉ

LE DISCOURS RAPPORTÉ LE DISCOURS RAPPORTÉ Le discours rapporté Le discours rapporté direct et indirect On parle de discours rapporté quand une personne rapporte les paroles d une autre personne ou bien ses propres paroles.

Plus en détail

PRODUCTION ORALE. Descripteur global. Monologue suivi : décrire l expérience. Monologue suivi : argumenter. Interaction orale générale

PRODUCTION ORALE. Descripteur global. Monologue suivi : décrire l expérience. Monologue suivi : argumenter. Interaction orale générale Descripteur global Monologue suivi : décrire l expérience Monologue suivi : argumenter Interaction orale générale Discussion informelle (entre amis) Coopération à visée fonctionnelle Obtenir des biens

Plus en détail

Institut Supérieur des Langues Université de Damas

Institut Supérieur des Langues Université de Damas Institut Supérieur des Langues Université de Damas Texte 1: Chère Josette, Il a de grands yeux bleus et une mèche blonde qui lui tombe sur le front. Il s appelle Alain, Alain et Aline, c est joli, n est-ce

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL

OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL «Oliver l enfant qui entendait mal» est dédié à mon frère, Patrick, qui est malentendant, à la famille, aux amis, et aux professionnels, qui s impliquèrent pour l aider.

Plus en détail

LBE Ordinateurs et Internet Programme 8. Auteur: Richard Lough Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand

LBE Ordinateurs et Internet Programme 8. Auteur: Richard Lough Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand LBE Ordinateurs et Internet Programme 8 Auteur: Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand Personnages: Beatrice (fille adolescente), John (garçon adolescent), Ordinateur (voix électronique off) Clips

Plus en détail

SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE. Présenté à M. Luc Saint- Hilaire

SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE. Présenté à M. Luc Saint- Hilaire SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE Présenté à M. Luc Saint- Hilaire Fait par Mélanie Hanley-Boutin 95 114 726 3 octobre 2011 École des arts visuels de l Université

Plus en détail

Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement?

Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement? Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement? Ce livret vous a été remis en complément de la vidéo «4 éléments pour travailler plus efficacement». Visitez http://methode-prepa.com pour

Plus en détail

le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé.

le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé. L association plaisirs de l eau vous présente le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé. http://plaisir-de-leau.wifeo.com 27/09/14 Plaisirs de l eau livret bébé nageur 1 BIENVENUE à l association

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

Ça me panique, pas question de le nier. Mais c est ma seule carence, le dernier point encore sensible entre elle et moi, ce fait que, dès qu elle

Ça me panique, pas question de le nier. Mais c est ma seule carence, le dernier point encore sensible entre elle et moi, ce fait que, dès qu elle Ça me panique, pas question de le nier. Mais c est ma seule carence, le dernier point encore sensible entre elle et moi, ce fait que, dès qu elle commence sa crise d éternuements, il faut que je m arrache.

Plus en détail

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL Répondez aux questions suivantes : 1. Où habitez-vous? 2. Quand êtes-vous arrivé à Paris? 3. Quelle est votre profession? Complétez les phrases : 1. Je ne (être) pas français. 2. Je (parler) un peu le

Plus en détail

Histoire de Manuel Arenas

Histoire de Manuel Arenas Histoire de Manuel Arenas Dieu est le seul Dieu vivant nous pouvons Lui faire entièrement confiance! Source : Hugh Steven, «Manuel» ( 1970 Wycliffe Bible Translators) En français : «Manuel le Totonac»

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur

De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur La Master Class de Grégoire Solotareff, auteur-illustrateur et responsable de la collection Salon du livre - mars 2015 De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur Mon expérience d

Plus en détail

une solution pour chaque étape de la vie

une solution pour chaque étape de la vie particuliers F D une solution pour chaque étape de la vie Pourquoi dois-je m assurer? Dans la vie, il y a un temps pour tout et une assurance pour chaque situation. Quelle que soit la vôtre, AXA vous conseille.

Plus en détail