1 En dessous de zéro

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 En dessous de zéro"

Transcription

1 1 En dessous de zéro «La nature ne connaît pas l extinction ; tout ce qu elle connaît, c est la transformation. Tout ce que la science m a enseigné, tout ce qu elle continue à m enseigner, renforce ma foi dans la continuité de notre existence spirituelle après la mort.» Wernher von Braun.

2 Un hurlement traverse le ciel. Ce n est pas la première fois, mais rien de comparable à ce qui se passe maintenant. Trop tard. L Évacuation se poursuit, mais c est du théâtre. Aucune lumière dans les voitures, ni ailleurs. Une antique architecture de fer se dresse au-dessus de lui comme l épave d un paquebot par où filtre la lumière du jour. Cependant il fait nuit. Il craint de voir cette verrière s écrouler bientôt, ce sera un fameux spectacle : la chute d un palais de cristal. Qui va s effondrer dans le noir complet, sans la moindre lueur, une immense catastrophe invisible. Dans son compartiment, à plusieurs niveaux, assis dans ce silence velouté, sans rien à fumer, il sent tout ce métal autour de lui, tout près, plus loin, qui s entrechoque, se tamponne, laisse échapper des jets de vapeur. Le wagon vibre, immobilité soudaine, inquiétante, et tous ces autres autour de lui, faibles, paumés, laissés pour compte par la veine et le temps : poivrots, anciens combattants qui n en sont toujours pas revenus, vingt ans après, durs en costume de ville, cinglés, et ces femmes épuisées avec toute une marmaille qui semble n appartenir à personne, ils sont tous entassés là, en route vers le salut. On ne distingue que les visages les plus proches, images argentées, verdâtres, de gens 11

3 importants, VIP, derrière les vitres blindées, qui traversent la ville à toute allure Le convoi s est ébranlé, il quitte lentement la gare centrale, vers les banlieues, traverse de vieux quartiers délabrés. Va-t-on s en sortir? Les voyageurs regardent aux fenêtres, personne n ose rien demander à haute voix. Il se met à pleuvoir. Non, ils ne s échappent pas, ils s enfoncent dans autre chose ils franchissent des tunnels sur lesquels donnent les entrées secrètes, dont le béton s effrite, des galeries qui disparaissent un coffrage de madriers noircis soutient la voûte qui défile lentement, imprégnée de l odeur du charbon, journées d hiver qui sentaient le pétrole, dimanches sans trains, concrétions mystérieusement vivantes comme des coraux et qui surgissent dans une courbe de la voie, odeur sure des trains absents, de la rouille qui ronge, à travers tous ces jours vides aux étincelantes et profondes résonances, surtout à l aube, jours clos sur leur reflet bleuté, en marche vers le Zéro Absolu de plus en plus raréfiés pauvres ruines de villes, d endroits aux noms inconnus les murs s écroulent, les toits se font plus rares, comme la lumière. Les embranchements, qui devraient se multiplier, se raréfient, tournent court, ils passent sous une dernière voûte : les freins se bloquent brutalement. Jugement sans appel. Le convoi s est arrêté. Terminus. Les évacués reçoivent l ordre de descendre. Ils s avancent lentement, sans résistance. Ceux qui les encadrent ont une cocarde couleur de plomb, ils ne parlent pas. C est un vieil hôtel, immense et sombre, prolongement métallique de la voie et des aiguillages qui les ont conduits ici Des globes électriques, peints en vert bouteille, éteints depuis des siècles, pendent aux ferronneries compliquées Sans un murmure, sans un accès de toux, la foule s avance le long des couloirs rectilignes et fonctionnels comme ceux d un entrepôt : il règne une odeur de bois moisi, comme si l on 12

4 avait rouvert cette annexe désaffectée seulement pour y accueillir cette avalanche d âmes en peine ; cela sent le plâtre humide. On dirait que tous les rats sont morts, il ne reste que leurs fantômes obstinés, phosphorescents comme des peintures rupestres les évacués sont emmenés par groupes vers l ascenseur, simple cage de bois hissée par de vieilles cordes goudronnées tournant sur des poulies de fonte aux rayons tarabiscotés. Des gens montent et descendent à chaque étage il existe des milliers de ces pièces silencieuses et obscures Certains restent seuls, d autres partagent des chambres invisibles. Invisibles, certes. À ce stade, qu importe le mobilier? On piétine une poussière urbaine centenaire, ultime cristallisation de ce que la ville a rejeté, écrasé, caché à ses enfants. Tous entendent leurs voix, qui leur disent : «Tu ne croyais pas que tu allais t en sortir. Allons, nous savons bien qui nous sommes. Personne n allait prendre la peine de te sauver, toi, mon pauvre vieux» Pas moyen de s en sortir. Il n y a qu à attendre, en faisant le moins de bruit possible. Inutile de hurler contre le ciel vide. Est-ce que ça va arriver dans le noir, ou bien cela produira-t-il sa propre lumière? Avant ou après. Mais il fait déjà jour. Depuis combien de temps? Le jour s est glissé imperceptiblement, avec l air froid du matin. Il est transi. La clarté révèle tout un assortiment de poivrots, certains en uniforme, d autres pas, serrant des bouteilles vides ou à demi vides, avachis sur des chaises, blottis dans une cheminée éteinte, vautrés sur des divans, des tapis qui n ont pas vu d aspirateur depuis longtemps, sur des chaises longues disséminées dans l énorme pièce, ils sont tous à ronfler sur des tons différents, formant des chœurs changeants. La lumière londonienne, hivernale, élastique, s infiltre par les fenêtres à meneaux, à travers les couches de fumée de la veille, qui stagnent encore aux poutres cirées du plafond. Tous ces 13

5 types allongés, tous ces frères d armes, sont aussi roses que des paysans hollandais rêvant que la résurrection éternelle est pour dans quelques minutes. Il s appelle le capitaine Geoffrey («Pirate») Prentice. Il est enveloppé dans une épaisse couverture écossaise à carreaux orange, rouille, écarlates. Il a l impression que son crâne est en métal. Juste au-dessus, douze pieds plus haut, Teddy Bloat est prêt à dégringoler de la galerie, ayant choisi de s effondrer juste à l endroit ou, plusieurs semaines auparavant, en proie à un beau délire, quelqu un a cassé deux des balustres d ébène. Dans son hébétude, Bloat a réussi à y faire passer, pouce par pouce, sa tête, ses bras, son buste, et tout ce qui le retient maintenant, c est un quart de champagne vide dans sa poche revolver, et qui s est coincé quelque part. Pirate a réussi à s asseoir sur son lit à une place, il tente d ouvrir un œil collé. Affreux, vraiment affreux il entend au-dessus de sa tête un bruit d étoffe déchirée. Dans le service des Special Operations Executive, on l a entraîné à avoir des réflexes rapides. Il bondit de son lit et d un coup de pied l envoie sur ses roulettes dans la direction du point de chute de Bloat. Bloat atterrit en plein milieu dans un bruit sourd de ressorts. Un des pieds s effondre sous le choc. «Bonjour», dit aimablement Pirate. Bloat sourit faiblement et se rendort, pelotonné dans la couverture de Pirate. Bloat est un des occupants de l endroit, construction élevée au siècle dernier, près de la Tamise sur Chelsea Embankment, par Corydon Throsp, ami des Rossetti. Il portait une chemise de crin et cultivait les plantes médicinales sur la terrasse tradition poursuivie par le jeune Osbie Feel. Certaines furent même assez résistantes pour survivre au brouillard et à la gelée. Mais la plupart ne firent qu ajouter à l humus qui se formait sur le toit un certain nombre d alcaloïdes bizarres, auxquels 14

6 vinrent s ajouter les excréments d un trio de truies Wessex Saddleback que le successeur de Throsp y éleva, et les feuilles mortes des nombreuses plantes décoratives installées là par d autres locataires, sans compter les repas immangeables jetés, ou vomis, par des épicuriens au tempérament délicat. Tout cela avait formé un compost sous l action des saisons, épais de plusieurs pieds, et l on aurait pu y faire pousser n importe quoi, y compris des bananiers. Pirate, que la pénurie de bananes due à la guerre désespérait, avait décidé de bâtir une serre sur le toit, et il avait persuadé un de ses amis qui faisait la ligne Rio-Ascension-Fort Lamy de lui en apporter un plant ou deux, en échange d un appareil photographique allemand, si par hasard Pirate en récupérait un au cours d un prochain parachutage. Pirate était célèbre pour ses Banana Breakfasts. Venus de toute l Angleterre, les convives s y pressent, même ceux qui sont franchement allergiques à la banane, rien que pour voir car les bactéries et des transformations moléculaires, dont Dieu seul pourrait saisir le mécanisme, donnent des bananes d un pied et demi de long, parfaitement. Debout aux cabinets la tête vide, Pirate pisse. Puis il enfile une robe de chambre en laine qu il porte à l envers pour cacher la poche où il met ses cigarettes, ce qui ne donne d ailleurs pas d excellents résultats. Contournant les corps tièdes de ses amis, il se dirige vers les portes-fenêtres, va sur le balcon et grimace quand le froid s attaque aux plombages de ses dents, il grimpe un escalier de fer en colimaçon, et il se retrouve sur la terrasse, en train de contempler le fleuve. Le soleil est encore sous l horizon. On dirait qu il va pleuvoir, mais pour le moment l air est exceptionnellement clair. L immense centrale électrique et les gazomètres qui sont derrière se détachent avec une extraordinaire netteté comme des cristaux dans le gigantesque gargouillis 15

7 s échappant en vapeur et en fumée de cette plomberie de tours, de tas, de trous «Hhahh», dans un rugissement silencieux, Pirate regarde son souffle s évanouir dans l espace, «hhaahhh!» La ligne des toits gambade dans le petit matin. La végétation de ses immenses bananes se déploie, d un jaune brillant, d un vert humide. En dessous, ses camarades rêvent en bavant à son Banana Breakfast. Ce jour tout neuf, bien astiqué, ne devrait pas être pire qu un autre. Qu en sera-t-il? Là-bas à l est, dans le ciel rose, quelque chose vient juste d étinceler, éblouissant. Il se penche sur la balustrade pour voir. C est au moins une étoile nouvelle. Mais déjà ce point brillant est devenu une courte ligne blanche verticale. Quelque part en mer du Nord au moins des glaciers avec un rayon de soleil pâle Quoi? Rien de tel ne s est jamais produit. Mais Pirate sait ce que c est, finalement. Il a vu cela dans un film, ce mois-ci une traînée de vapeur. Déjà montée dans le ciel de la longueur d un doigt. Mais ce n est pas la traînée d un avion. Car les avions ne décollent pas verticalement. Il s agit de la dernière fusée allemande. Top secret. «C est le courrier.» L a-t-il murmuré, ou s est-il contenté de le penser? Il serre la ceinture effilochée de sa robe de chambre. On pense que ces engins portent à plus de 200 milles. Or on ne voit pas une condensation d échappement à plus de 200 milles, si? Ah oui : le long de la courbe terrestre, plus à l est, le soleil se lève juste au-dessus de la Hollande, et il frappe la queue de cette traînée, cette pluie de cristaux qui étincellent de l autre côté de la mer Soudain la ligne blanche a interrompu son ascension. L alimentation a dû s interrompre, c est la fin de la période de combustion, comment donc appellent-ils cela Brennschluss. Nous, on n a rien pour dire ça, ou 16

8 bien alors c est Top secret aussi. La base de la ligne, l étoile qui en est l origine, a déjà commencé à se résoudre dans l aurore rougeoyante. Mais la fusée sera sur Londres avant même que Pirate ne voie le soleil se lever. La traînée, à demi effacée, effilochée dans deux ou trois directions, reste suspendue dans le ciel. La fusée, devenue déjà une simple trajectoire balistique, monte encore plus haut. Et elle est devenue invisible. Ne devrait-il pas agir téléphoner au Centreopérations de Stanmore, ils doivent la suivre sur leurs écrans de radar qui quadrillent la Manche non : déjà trop tard, en fait. De La Haye à Londres, il ne faut pas cinq minutes (le temps d aller au salon de thé du coin du soleil à la Planète d Amour un rien de temps). Sortir en courant dans la rue? Avertir les autres. Il doit cueillir des bananes. Il patauge dans l humus noir en direction de sa serre. Il a envie de chier. À soixante milles de là, la fusée doit avoir atteint le sommet de sa trajectoire et amorcé sa descente juste maintenant La lumière éclabousse les tuteurs, les vitres laiteuses rayonnent généreusement. Comment l hiver même celui-ci peut-il être assez gris pour faire rouiller ces ferrailles qui chantent si bien dans le vent, pour masquer sous des nuages ces verrières qui donnent sur une autre saison, si artificiellement préservée qu elle soit? Pirate regarde sa montre. Il ne note rien. Les pores de son visage le démangent. Il se vide l esprit un truc que l on apprend aux commandos, il pénètre dans l humidité chaude de sa serre, afin de cueillir les plus belles bananes mûres. Il relève les pans de sa robe de chambre pour les y déposer. Il ne veut penser qu au nombre de bananes qu il va cueillir, il avance les jambes nues entre 17

9 les branches pendantes de ces candélabres jaunes, dans cette aurore tropicale Dehors, c est à nouveau l hiver, La traînée a complètement disparu du ciel. La sueur de Pirate gèle sur sa peau. Il allume lentement une cigarette. Il ne l entendra pas arriver, elle va plus vite que la vitesse du son. On est averti par l explosion. Alors, si l on est toujours en vie, on l entend qui arrive. Et si elle tombait exactement oh, non pendant une fraction de seconde, on sentirait l énorme masse, juste au-dessus de son crâne Pirate fait le dos rond et, chargé de bananes, redescend l escalier en tire-bouchon. * Il traverse l entrée carrelée de bleu et entre dans la cuisine. Routine : il branche son mixer américain, gagné à un Yankee l été dernier, au poker, dans un mess quelque part dans le Nord, il ne sait plus où Il coupe plusieurs bananes en tranches. Il fait du café. Il sort une boîte de lait du frigo. Crème de bananes au lait. Délicieux. Excellent pour tous ces estomacs d Angleterre rongés par l alcool Un peu de margarine, l odeur est encore fraîche. Il mélange le tout. Il pèle d autres bananes, qu il coupe en longueur, et qu il met à revenir dans la margarine fondue. Un jour ce gaz va tous nous faire sauter, eh oui. Puis il pèle d autres bananes à mettre entières sur le gril dès qu il sera chaud. Il faut trouver des bonbons à la guimauve Voilà Teddy Bloat qui entre en titubant, la couverture de Pirate sur la tête, il glisse sur une peau de banane et tombe sur son cul. J vais finir par me tuer, grogne-t-il entre ses dents. Les Allemands s en chargeront. Devine ce que j ai vu du toit. 18

10 Un V2? A4, oui. Je l ai vu de la fenêtre. Il y a dix minutes. Drôle de tête, hein. Rien entendu, et toi? Il a dû tomber trop court. En mer. Dix minutes? Il essaye de lire l heure à sa montre. Au moins. Bloat est assis sur le sol, en train de mettre la peau de banane comme une fleur à la boutonnière de son pyjama. Pirate va jusqu au téléphone et finit par appeler Stanmore. Toute la filière habituelle à remonter, mais il sait qu il ne croit déjà plus à cette fusée qu il a vue. C est le Bon Dieu qui l a piquée, comme ça, dans l air raréfié, comme une banane d acier. Prentice à l appareil. N auriez-vous pas eu un écho venant de Hollande, il y a un petit moment de ça. Ah. On l a vu, oui.» De quoi vous dégoûter des levers de soleil. Il raccroche. «Ils l ont perdue au-dessus de la côte. Ils appellent ça Brennschluss prématuré. Allons, fais pas cette gueule, dit Teddy en se traînant jusqu à son lit cassé. Il y en aura d autres. Ce bon vieux Bloat, toujours la réaction saine. Pirate, pendant les quelques secondes d attente pour avoir Stanmore en ligne, se disait : Tiens, le danger est écarté, et le Banana Breakfast sauvé. Simple sursis. Oui, il y en aura d autres, avec des chances égales de les prendre sur la gueule. Des deux côtés du front, personne ne sait exactement combien il y en a. Faudra-t-il s arrêter d observer le ciel? Osbie Feel est debout dans la galerie, avec une des plus grosses bananes de Pirate sortant de la braguette d un pyjama à rayures, et il caresse de la main le gigantesque fruit jaune recourbé vers le plafond. Il salue ainsi le jour naissant : 19

11 C est l heure de lever ton cul du plancher (Une banane vous autres) De te laver les dents et de partir en guerre. Fais au revoir à la terre endormie, Chasse tes rêves dans un baiser, Dis à Miss Grable que ça ne marche pas, Il faudra attendre la Victoire, ouais, Alors ce sera terrible (Une banane, vous autres) Le champagne, les filles aux lèvres douces Mais il reste encore un Boche ou deux, Alors fais-nous un beau sourire, Puis, comme on te l a sans doute déjà dit, Lève donc ton cul de sur ce plancher! Il y a un second couplet, mais avant même qu il ne puisse l entonner, ils lui sont tous tombés dessus, à coups de poing, et avec sa propre banane, Bartley Gobbitch, DeCoverley Pox et Maurice («Saxophone») Reed, entre autres, des bonbons à la guimauve du marché noir baignant dans le sirop commencent à faire des bulles. Le café est en train de passer. Sur une enseigne de bistrot audacieusement volée en plein jour par un Bartley Gobbitch pris de boisson, et sur laquelle on peut encore lire gravé au creux SNIPE AND SHAFT, Teddy Bloat émince des bananes à l aide d un énorme couteau, et Pirate verse les rondelles dans de la pâte à crêpes liée aux œufs frais, œufs frais que Osbie Feel a échangés contre un nombre égal de balles de golf, qui cet hiver sont encore plus rares que les œufs. De l autre main, il mêle le tout, doucement, avec un fouet en fil de fer. Quant au morose Osbie en personne, tout en buvant fréquemment de petits coups à une bouteille à lait d une demi-pinte pleine d un mélange de Vat 69 et d eau, il s occupe de ses bananes sur le feu. Près de la porte qui 20

12 donne sur l entrée bleue, DeCoverley Pox et Joaquin Stick sont à côté d une maquette en ciment de la Jungfrau, qu un fanatique des années vingt passa une année complète à modeler avec soin, pour s apercevoir la chose faite qu il ne pouvait la faire passer par aucune porte. Et ils frappent les flancs de la célèbre montagne avec des bouillottes en caoutchouc rouge pleines de glaçons, dans l intention de fabriquer de la glace pilée pour les bananes frappées de Pirate. Avec la barbe de la nuit, leurs cheveux emmêlés, leurs yeux injectés de sang, et leurs haleines fortes, DeCoverley et Joaquin ressemblent à des dieux furieux s acharnant sur un glacier tardif. Partout dans la maison, les autres compagnons de beuverie s arrachent à leurs couvertures (l un d entre eux secoue la sienne pour lui faire prendre le vent, rêvant de parachute), ils pissent dans les lavabos, se contemplent avec horreur dans des glaces à raser concaves, ils projettent sans mobile bien net de l eau sur des calvities naissantes, se harnachent de ceinturons et de baudriers, ils graissent leurs chaussures contre la pluie du jour, les mains déjà lasses, ils chantent des fragments de rengaines populaires dont ils ne savent pas toujours bien l air, ils se dorent, croyant que cela les réchauffe, dans les taches de soleil entre les meneaux, ils commencent à parler métier, afin de se mettre déjà un peu à ce qui les attend dans moins d une heure, ils se savonnent le cou et la figure, ils bâillent, ils se fourrent les doigts dans le nez, ils cherchent partout les poils du chien qui, non sans de nombreuses provocations de leur part et après une longue mise en condition, a quand même fini par les mordre la nuit précédente. Et c est maintenant que se répand partout l odeur du Breakfast, délicate odeur de bananes après celles de la fumée, de l alcool et de la sueur : odeur fleurie, pénétrante, surprenante, plus encore que la lumière de cette journée d hiver, irrésistible moins par sa force brutale 21

13 que par la subtilité de ses molécules, relevant de ce secret de prestidigitateur par lequel et il est rare que la Mort soit si clairement envoyée se faire foutre la génétique prolonge sur dix ou vingt générations les traits d un visage humain et par ce matin de guerre, l odeur de banane se dilate, envahit tout. Pourquoi ne pas ouvrir toutes les fenêtres, pour laisser cette paisible odeur envahir tout le quartier de Chelsea? Comme une sorte de charme, contre les objets tombés du ciel Dans un fracas de chaises, de caisses à munitions, de bancs, de canapés, les amis de Pirate se serrent sur les rives de l immense table de réfectoire, île tropicale bien loin des fantaisies moyenâgeuses de Corydon Throsp. Les volutes sombres de ses planches de noyer se recouvrent d omelettes à la banane, de bananes frites, de purées de bananes en forme de lion britannique héraldique, de bananes battues en neige avec des œufs, et d un énorme plat de soupe anglaise, décoré à la seringue des mots suivants écrits en français avec de la crème de banane : C est magnifique, mais ce n est pas la guerre (paroles attribuées à un observateur français pendant la Charge de la Brigade légère), et dont Pirate a fait sa devise De hautes carafes pleines de sirop de banane, pour verser sur les gaufres à la banane, une immense cruche de terre où des cubes de banane fermentent depuis l été dans le miel sauvage et les raisins secs, on emplit des chopes d hydromel mousseux des croissants à la banane, des gâteaux à la banane, du porridge à la banane, de la confiture de bananes, des bananes flambées au vieux cognac, et que Pirate a rapporté l an dernier d une cave dans les Pyrénées qui contenait également un émetteur radio clandestin La sonnerie du téléphone retentit, traverse la pièce, domine les bruits de mangeaille, les gens qui parlent boulot, les ricanements, on dirait deux grossiers pets métalliques. Pirate sait que c est pour lui. Bloat, qui est 22

14 le plus près, décroche, une cuillerée de bananes glacées élégamment tenue en l air. Pirate boit une dernière gorgée d hydromel, la sent descendre dans sa gorge, comme s il avalait la tranquillité d un jour d été. Ton patron. Pirate gémit : Pas juste. Pas même eu le temps de faire mes tractions. Cette voix, qu il n a entendue qu une seule fois, l an dernier à un briefing, le visage et les mains noircis par le camouflage, anonyme parmi une douzaine d autres auditeurs, cette voix dit maintenant qu un message l attend à Greenwich. «Venu d ailleurs d une façon tout à fait charmante», la voix est aiguë, maussade, «mes amis à moi ne sont pas si malins. Moi, je reçois mon courrier par la poste. Vous voudrez bien venir chercher ça, Prentice.» Et le téléphone est brutalement raccroché. Prentice sait maintenant où a atterri la fusée de ce matin, et pourquoi il n y a pas eu d explosion. Il regarde longuement les raies de soleil dans le réfectoire, et les autres goinfres en train de s empiffrer de bananes, à cent milles de lui, brusquement, avec leur bouffe. La solitude en pleine guerre vous prenant brusquement aux tripes, à son heure. Pirate se sent prisonnier derrière une fenêtre, en train de regarder des étrangers prendre leur breakfast. Vers l est, il traverse le pont de Vauxhall Bridge, dans sa vieille Lagonda verte conduite par son ordonnance, un certain caporal Wayne. Comme le soleil se lève, la matinée se refroidit. Des nuages se forment. Une unité du Génie américain envahit la route, ils vont déblayer des ruines voisines, ils chantent : C est Plus froid que le nichon d une sorcière! 23

15 Plus froid qu un seau de merde de pingouin! Plus froid que les poils de cul de l Ours polaire! Plus froid que le givre sur une coupe de champagne! Non, il ne faut pas s y fier. Moi je sais, ce sont les hommes de Iasi, de Codreanu, ses hommes à lui, ceux de la Ligue, ceux qui tuent pour son compte ils ont prêté serment. Ils veulent me tuer Des Magyars de Transylvanie, ils connaissent des charmes qu ils murmurent la nuit Tiens, tiens, voilà Pirate en condition, alors qu il s y attendait le moins, comme d habitude autant le dire ici, tout le dossier de Pirate Prentice est pratiquement consacré à son étrange talent pour eh bien, pour se mettre dans la peau des autres, deviner leurs idées fixes, les diriger. Ainsi, dans le cas de ce royaliste roumain exilé, il sera peut-être utile un jour. C est un don extrêmement utile pour la Firme : en ce moment, on a besoin de leaders et d hommes historiques ayant une excellente santé mentale. Quoi de mieux, pour les débarrasser de toute anxiété superflue, que de charger quelqu un de s occuper de leurs petites rêvasseries éveillées Pour vivre dans la lumière verte de leurs refuges tropicaux, dans la brise qui traverse leurs cabanas, pour boire leurs long drinks, protégeant leur candeur ayant des érections à leur place, prêts à assumer les pensées que les médecins jugeraient inopportunes et les craintes qu ils ne peuvent se permettre se souvenant des paroles de P.M.S. Blackett : «On ne peut faire la guerre submergé par des vagues de sentiments.» Il n y a qu à chantonner la petite chanson idiote qu ils t ont apprise, en essayant de ne pas tout foutre en l air : Oui je suis le type qui a des visions pour les autres, Qui supporte ce que les autres devraient être 24

16 Thomas Pynchon L ARC-EN-CIEL DE LA GRAVITÉ ROMAN Traduit de l anglais (États-Unis) par Michel Doury Éditions du Seuil

17 La première édition de cet ouvrage a été publiée par la librairie Plon, en 1975, sous le titre Rainbow. TEXTE INTÉGRAL TITRE ORIGINAL Gravity s Rainbow Thomas Pynchon, 1973 ISBN (ISBN X, 1 re publication ISBN , 2 e publication) Éditions du Seuil, 1988, pour la traduction française Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

18 Pour Richard Fariña

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère La Couleur du lait Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère A vue d œil Titre original : The Color of Milk Nell Leyshon, 2012. Première publication en Grande-Bretagne

Plus en détail

Poèmes écrits dans la nature par les étudiants de la classe 3A du Lycée de Locarno inspirés de L Alphabet des anges de X. Borel.

Poèmes écrits dans la nature par les étudiants de la classe 3A du Lycée de Locarno inspirés de L Alphabet des anges de X. Borel. Poèmes écrits dans la nature par les étudiants de la classe 3A du Lycée de Locarno inspirés de L Alphabet des anges de X. Borel. Octobre 2015 Froid Dans la forêt derrière ma maison, le feuillage est rouge

Plus en détail

Celui qui pouvait être Guerrino, avec son pardessus beige et ses yeux bleus, avait à nouveau disparu. Je commençais à avoir faim.

Celui qui pouvait être Guerrino, avec son pardessus beige et ses yeux bleus, avait à nouveau disparu. Je commençais à avoir faim. Celui qui pouvait être Guerrino, avec son pardessus beige et ses yeux bleus, avait à nouveau disparu. Je commençais à avoir faim. Entre-temps, je m étais enfilé le deuxième paquet de crackers que j avais

Plus en détail

26 juin Le brouillard est de plus en plus épais. Une vraie purée.

26 juin Le brouillard est de plus en plus épais. Une vraie purée. 26 juin Le brouillard est de plus en plus épais. Une vraie purée. L Océane est immobilisée 5, car le commandant ne veut pas risquer de heurter 6 les récifs 7. Nous ne savons plus quoi faire. Lucas et Maxime

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Mboté na bino (Bonjour à vous)

Mboté na bino (Bonjour à vous) Mboté na bino (Bonjour à vous) Enfin je vous écris, après mes deux premiers mois dans mon nouveau Pays qu est la République Démocratique du Congo. Tout d abord je voudrais vous remercier pour votre soutien

Plus en détail

Marie-P te propose une mission!

Marie-P te propose une mission! Marie-P te propose une mission! D éveloppe tes qualités d observation pour devenir détective, comme Marie-P! Six lettres mystérieuses se sont glissées dans certaines illustrations du roman marquées par

Plus en détail

Episode 1 : Lecture découverte. Episode 1 : Lecture

Episode 1 : Lecture découverte. Episode 1 : Lecture Episode : Lecture découverte Episode : Lecture Il était une fois trois ours qui vivaient dans une petite maison au milieu de la forêt. Il y avait Tout Petit Ours, Ours Moyen et Très Grand Ours. Chaque

Plus en détail

descendre en marche JEFF NOON intrabasses Roman traduit de l anglais par Marie Surgers LA VOLTE 1 LA VOLTE Descendre en marche JEff noon

descendre en marche JEFF NOON intrabasses Roman traduit de l anglais par Marie Surgers LA VOLTE 1 LA VOLTE Descendre en marche JEff noon descendre en marche JEFF NOON intrabasses Roman traduit de l anglais par Marie Surgers LA VOLTE 1 LA VOLTE Descendre en marche JEff noon :: conception graphique : Stéphanie Aparicio Illustration de couverture

Plus en détail

Il était une petite fille qu on appelait le Petit Chaperon Rouge. Un jour, sa maman

Il était une petite fille qu on appelait le Petit Chaperon Rouge. Un jour, sa maman Il était une petite fille qu on appelait le Petit Chaperon Rouge. Un jour, sa maman parle au téléphone avec la grand-mère, puis dit au Petit Chaperon Rouge: Porte à ta grand-mère ce panier! 1. Maman téléphone....

Plus en détail

Pascal Garnier. L Année sabbatique. Nouvelles. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e

Pascal Garnier. L Année sabbatique. Nouvelles. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e Pascal Garnier L Année sabbatique Nouvelles P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e L ANNÉE SABBATIQUE Ils n avaient nulle part où aller, alors, ils y allèrent. Ils partirent le 28 février vers 9

Plus en détail

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit.

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit. Lola Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin www.majuscrit.fr www.majuscrit.fr Marcus Papa Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine

Plus en détail

Un soir, le magicien Amstardam apparaît au seuil de la maison de Léo et frappe à l entrée de leur demeure.

Un soir, le magicien Amstardam apparaît au seuil de la maison de Léo et frappe à l entrée de leur demeure. Tout débuta ainsi Frank le Guerrier, le meilleur combattant du seigneur d Artatia nommé Sengalos, partit en aventure pour sauver Artatia des mains de leur ennemi Lorslavas le Terrible. Il emmena avec lui

Plus en détail

Luc Baptiste. Le village et enfin. Bleu autour

Luc Baptiste. Le village et enfin. Bleu autour Luc Baptiste Le village et enfin Bleu autour À Édith et Jean Baptiste, mes parents À mon fils Enki image C est une femme dure et triste qui marche dans la cour d un domaine, comme on dit en Allier. Une

Plus en détail

Bascule, texte de Yuichi Kimura, illustrations de Koshiro Hata,

Bascule, texte de Yuichi Kimura, illustrations de Koshiro Hata, Bascule, texte de Yuichi Kimura, illustrations de Koshiro Hata, Traduction de Nicole Coulom, adaptation de Claire Lanaspre. Texte de 2003, Didier Jeunesse, Paris, 2005. Biographie de KIMURA YUICHI Yuichi

Plus en détail

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez.

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez. TEXTE 1 Jules et Julie étaient voisins. Chaque matin, ils traversaient la forêt pour aller à l école. ça rassurait leurs parents de les savoir ensemble. Mais jamais Julie n adressait la parole à Jules

Plus en détail

Je m appelle Jérôme, j habite une petite ville de province. Je mentirais si je disais que j ai atteint m a vingt et unième année sans rien connaître

Je m appelle Jérôme, j habite une petite ville de province. Je mentirais si je disais que j ai atteint m a vingt et unième année sans rien connaître 1 Je m appelle Jérôme, j habite une petite ville de province. Je mentirais si je disais que j ai atteint m a vingt et unième année sans rien connaître au sexe, mais je n avais des aventures qu avec des

Plus en détail

tait de retourner chez lui. Et maintenant, il avait faim et pas de pilule nutritive. Que faire? Où aller et où dormir? Pour Zic, le pays ne pouvait

tait de retourner chez lui. Et maintenant, il avait faim et pas de pilule nutritive. Que faire? Où aller et où dormir? Pour Zic, le pays ne pouvait 13 Zic et tim Où est encore passé Zic? La mère de Zic appuya sur un bouton et la maison se mit à pivoter doucement; ainsi, elle pouvait, d un coup d œil, visualiser le parc qui entourait la villa. Quelle

Plus en détail

C est une bouche, à demi ouverte, qui respire, mais les yeux, le nez, le menton, ne sont plus là. C est une bouche plus grande que toutes les bouches

C est une bouche, à demi ouverte, qui respire, mais les yeux, le nez, le menton, ne sont plus là. C est une bouche plus grande que toutes les bouches I C est une bouche, à demi ouverte, qui respire, mais les yeux, le nez, le menton, ne sont plus là. C est une bouche plus grande que toutes les bouches imaginables, et qui fend l espace en deux, l élargissant,

Plus en détail

Louise, elle est folle

Louise, elle est folle Leslie Kaplan Louise, elle est folle suivi de Renversement contre une civilisation du cliché la ligne Copi-Buñuel-Beckett P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e pour Élise et Fred tu m as trahie

Plus en détail

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm Lecture suivie n 6 - Période 3 : Janvier - Février page n : rouge Conte de Grimm Il était une fois une charmante petite fille que tout le monde aimait au premier regard. Sa grand-mère qui l adorait plus

Plus en détail

La petite fille qui voulait attraper le soleil

La petite fille qui voulait attraper le soleil La petite fille qui voulait attraper le soleil Un beau matin, une fillette fût réveillée par un drôle de petit rayon de soleil, qui rentra dans sa chambre, lui caressa la joue et vint lui chatouiller le

Plus en détail

Le Portable. Xavier Boissaye

Le Portable. Xavier Boissaye Le Portable Xavier Boissaye L acteur entre en scène s appuyant sur une béquille, la jambe plâtrée. «Quand je pense qu il y en a.» (bruit de portable) L acteur prend son appareil dans sa poche et se tourne

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

On est arrivées l après-midi. J ai tout de suite compris qu on s était trompées d hôtel. Mais ma tante a fait semblant de rien. L hôtel le plus beau,

On est arrivées l après-midi. J ai tout de suite compris qu on s était trompées d hôtel. Mais ma tante a fait semblant de rien. L hôtel le plus beau, 1 On est arrivées l après-midi. J ai tout de suite compris qu on s était trompées d hôtel. Mais ma tante a fait semblant de rien. L hôtel le plus beau, c est celui d à côté. Ancien, d une belle couleur

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

1,2,3, consignes. Quatre types de consignes. Exprimer un texte par le mime. Sans retour au texte. Exprimer un texte par le dessin.

1,2,3, consignes. Quatre types de consignes. Exprimer un texte par le mime. Sans retour au texte. Exprimer un texte par le dessin. 1,2,3, consignes Instit90 (copyright) Objectifs! Mettre en œuvre des stratégies visant la compréhension de consignes ;! Gérer son activité : Anticiper et contrôler son ; Valider, invalider une proposition!

Plus en détail

Indications pédagogiques E1 / 43

Indications pédagogiques E1 / 43 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques E1 / 43 E : APPRECIER UN MESSAGE Degré de difficulté 1 Objectif intermédiaire Objectif opérationnel Pré-requis Nombre d exercices proposés 4

Plus en détail

Lumière Noire 23/10 24/10

Lumière Noire 23/10 24/10 Lumière Noire 23/10 Je m appelle Loreley, j ai 22 ans. C est ici que commence mon journal. Je fais partie de ces gens qu on classe dans les populations «minoritaires». Je ne suis pas lesbienne, je ne suis

Plus en détail

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD TEXTE 1 1. La maison du géant Il était une fois au fond de la forêt un géant qui s appelait Kolos. Tout le monde

Plus en détail

Laurence Beynié. 7 kg d amour pour ton anorexie

Laurence Beynié. 7 kg d amour pour ton anorexie Laurence Beynié 7 kg d amour pour ton anorexie 2 2 Samedi 26 mai 2012 : Tout a commencé ce samedi 26 mai. Jamais je n oublierai ce jour-là, où j ai dû, une fois de plus, t amener à l hôpital pour un contrôle

Plus en détail

les 6 sens souvenirs Portraits de doyens Hélicoop 13, rue de la Parrière - Quieux 88210 Le Saulcy helicoop@helicoop.fr

les 6 sens souvenirs Portraits de doyens Hélicoop 13, rue de la Parrière - Quieux 88210 Le Saulcy helicoop@helicoop.fr les 6 sens www.lesportraits.org www.helicoop.fr en partenariat avec Scène2: www.scene2.org helicoop@helicoop.fr Les de ces doyens de l ancienne principauté de Salm, les meilleurs, nous racontent des histoires

Plus en détail

La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit.

La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit. La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit. Un après midi d ennui Yoann s ennuyait depuis toujours mais, en ce début

Plus en détail

son site : http://jancet.canalblog.com Twitter : @JaAncet

son site : http://jancet.canalblog.com Twitter : @JaAncet la tendresse Jacques Ancet est né à Lyon en 1942. Il vit et travaille près d Annecy. Il est l auteur d une imposante œuvre poétique, et un des traducteurs essentiels de la poésie espagnole. son site :

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

RENCONTRES EFFRAYANTES

RENCONTRES EFFRAYANTES RENCONTRES EFFRAYANTES Vampire ou loup-garou? Un frisson me saisit soudain, non pas un frisson de froid, mais un étrange frisson d angoisse. Je hâtai le pas, inquiet d être seul dans ce bois, apeuré sans

Plus en détail

La guerre des trolls

La guerre des trolls La guerre des trolls Il était une fois, un jeune paysan nommé Titou. Il vivait seul, à l orée d une forêt et il cultivait des champs. Un jour, il alla dans la forêt pour chasser. Au détour d un chemin,

Plus en détail

L AMOUR EST UN SOUFFRE-BONHEUR

L AMOUR EST UN SOUFFRE-BONHEUR Sismographe L AMOUR EST UN SOUFFRE-BONHEUR Mon Petit Éditeur Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé

Plus en détail

Yuliana Fransani. Une aventure à Paris. Publibook

Yuliana Fransani. Une aventure à Paris. Publibook Yuliana Fransani Une aventure à Paris Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois

Plus en détail

Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent.

Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent. Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent. «Je ne veux plus être un violeur» Mise en garde Trigger warning Contient plusieurs récits

Plus en détail

Les jours de la semaine

Les jours de la semaine Les jours de la semaine Les jours de la semaine S enfilent un à un Comme les billes d un grand collier Dans un ordre, ils se suivent Chaque jour se ressemble Chaque jour est différent Mais on ne peut les

Plus en détail

En voiture Simone. Luc Tartar Editions Lansman

En voiture Simone. Luc Tartar Editions Lansman Simone Luc Tartar Editions Lansman Entre le père, avec un cadeau. PAPA Le père : Simone? Tu es là? Evidemment que tu es là. On m a dit que tu avais roulé sous une voiture. Simone. Que s est-il passé? Temps

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

L'AMANT de Harold PINTER (montage de scènes)

L'AMANT de Harold PINTER (montage de scènes) L'AMANT de Harold PINTER (montage de scènes) 1 Bonjour, Max. (Richard entre. Il porte une veste en daim sur une chemise ouverte. Il entre dans le séjour et attend. Sarah referme la porte d'entrée et passe

Plus en détail

Les gars, allez! Je vous ramène! Allez, allez, allez. Il accélère, laissant ses amis sur le parking. Ils courent après la voiture. Martin et Al: Oh!

Les gars, allez! Je vous ramène! Allez, allez, allez. Il accélère, laissant ses amis sur le parking. Ils courent après la voiture. Martin et Al: Oh! 1. Ext. nuit. Parking boîte de nuit bord de l autoroute. Une Mercedes noire toute rutilante est garée sur un terrain vague en contrebas d une boîte de nuit. Ivres, Franck, Al et Martin, la trentaine, en

Plus en détail

Alexie Morin. royauté. le quartanier

Alexie Morin. royauté. le quartanier Alexie Morin royauté le quartanier I je suis à peu près certain d avoir vu tout ce qu il a tourné. À un moment je ne pouvais plus regarder autre chose, et quand le filon s est épuisé, j ai recommencé,

Plus en détail

L Amour, des fois, quand ça s y met

L Amour, des fois, quand ça s y met Rossana Campo L Amour, des fois, quand ça s y met Roman traduit de l italien par Nicolas Sels P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e 1 Introduction à ma chienne de vie : j en profite pour présenter

Plus en détail

Cauchemar. Première vision

Cauchemar. Première vision Première vision Cauchemar Je prenais mon déjeuner lorsque j entendis ma mère s exclamer : «Dépêche-toi, on va être en retard, chéri! -J arrive, je finis de préparer la valise! cria mon père.» Moi, je me

Plus en détail

La rue était toujours déserte et le soleil de septembre féroce pour la saison de plus en plus haut. Valente Pacciatore tira sa montre.

La rue était toujours déserte et le soleil de septembre féroce pour la saison de plus en plus haut. Valente Pacciatore tira sa montre. Gö r l i t z La rue était toujours déserte et le soleil de septembre féroce pour la saison de plus en plus haut. Valente Pacciatore tira sa montre. Pouvait-il l avoir raté? Il s était pourtant caché dès

Plus en détail

Bienvenue à la Maison des Arts

Bienvenue à la Maison des Arts Bienvenue à la Maison des Arts Livret jeu pour les enfants Exposition Jacques MONORY Du 25 janvier au 7 mars 2004 Aujourd hui grâce à ton livret jeu, tu vas pouvoir découvrir l univers de JACQUES MONORY

Plus en détail

Marie Laberge JUILLET. Roman. Boréal

Marie Laberge JUILLET. Roman. Boréal Marie Laberge JUILLET Roman Boréal 1 Le vacarme des oiseaux, juste avant l aube dans la grisaille chargée de rose qui pesait sur la nuit, l avait déjà réveillé. Il avait passé la nuit à lutter contre l

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

Pourquoi le Chien. chasse le Chat

Pourquoi le Chien. chasse le Chat Pourquoi le Chien chasse le Chat 1 Pourquoi le Chien chasse le Chat Par Liz Hutchison À Madame Yannick Post, mon premier professeur de français. Ce livre est un don à l organisme non gouvernemental Seeds

Plus en détail

Jeu de l oie maligne. Les cartes «devinettes» sont à fabriquer soi-même. On les disposera au centre du plan de jeu.

Jeu de l oie maligne. Les cartes «devinettes» sont à fabriquer soi-même. On les disposera au centre du plan de jeu. Compétence sollicitée Jeu de l oie maligne Compétence verbo-prédictive : savoir compléter ou terminer un énoncé verbal à «trou» ; savoir anticiper, savoir compléter correctement une phrase. Compétence

Plus en détail

Concours de plantes. (Ils sortent) Amélia : Bonjour! Laura : Bonjour. C est joli, ici!

Concours de plantes. (Ils sortent) Amélia : Bonjour! Laura : Bonjour. C est joli, ici! Clément : Bonjour Kitti : Bonjour, vous venez pour le concours? Clément : Oui, commençons tout de suite Kitti : D accord. (Ils plantent puis ils arrosent.) Clément : Attendons maintenant que ça pousse.

Plus en détail

Hansel et Gretel. Le plus loin qu ils courraient, le plus loin qu'ils étaient de leur maison. Bientôt, Gretel avait peur.

Hansel et Gretel. Le plus loin qu ils courraient, le plus loin qu'ils étaient de leur maison. Bientôt, Gretel avait peur. Hansel et Gretel Première scène Il était une fois, dans un petit village, un bûcheron et ses deux enfants, Hansel et Gretel. Un jour, il n'y avait plus de manger dans la maison alors le bûcheron demandait

Plus en détail

Susanna Tamaro. Pour voix seule. Récits traduits de l italien par Marguerite Pozzoli. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e

Susanna Tamaro. Pour voix seule. Récits traduits de l italien par Marguerite Pozzoli. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e Susanna Tamaro Pour voix seule Récits traduits de l italien par Marguerite Pozzoli P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e De nouveau lundi Cher journal, de nouveau lundi. Aujourd hui, c est la première

Plus en détail

ON VOUS RAPPELERA. de Anne-Sophie Nédélec et Philippe Vandaële

ON VOUS RAPPELERA. de Anne-Sophie Nédélec et Philippe Vandaële ON VOUS RAPPELERA de Anne-Sophie Nédélec et Philippe Vandaële 1 Synopsis Trois comédiens se retrouvent dans un casting un peu particulier. Les demandes très spéciales du directeur de casting sont pour

Plus en détail

MARIE-AGNÈS GAUDRAT DAVID PARKINS. Le petit ogre veut voir le monde

MARIE-AGNÈS GAUDRAT DAVID PARKINS. Le petit ogre veut voir le monde MARIE-AGNÈS GAUDRAT DAVID PARKINS Le petit ogre veut voir le monde texte 1 Il était une fois un petit ogre qui rêvait de voir le monde. Mais le petit ogre n avait jamais quitté sa maison car ses parents

Plus en détail

Le premier hiver de Max

Le premier hiver de Max Une histoire sur la prématurité Le premier hiver de Max Sylvie Louis Illustrations de Romi Caron Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada Louis, Sylvie Le premier hiver de Max

Plus en détail

L histoire du petit indien

L histoire du petit indien Compréhension de lecture Andrée Otte L histoire du petit indien CH.Zolotow, Le petit indien, Ed. des deux coqs d or Voici l histoire de toute une famille d Indiens : le père, la mère, le grand frère, la

Plus en détail

Cela va trop loin! Sabbat Fais l activité de cette semaine à la page 80. Dimanche

Cela va trop loin! Sabbat Fais l activité de cette semaine à la page 80. Dimanche LEÇON Cela va trop loin! Sabbat Fais l activité de cette semaine à la page 80. Dimanche Lis «Cela va trop loin!». Dessine un signal routier. Ajoute ton verset à mémoriser et place-le en évidence. Commence

Plus en détail

L e peu de clarté qui filtrait entre la cime

L e peu de clarté qui filtrait entre la cime Louis Lymburner 1 L envoûtement L e peu de clarté qui filtrait entre la cime des arbres n était pas pour encourager Will. Il continua cependant d avancer, un peu rassuré par le chant des oiseaux. Depuis

Plus en détail

Zéralda aimait beaucoup faire la cuisine. A l âge de six ans, elle savait déjà faire friture et rôti, bouilli et farce, ragoût et grillade.

Zéralda aimait beaucoup faire la cuisine. A l âge de six ans, elle savait déjà faire friture et rôti, bouilli et farce, ragoût et grillade. Il était une fois un ogre, un vrai géant, qui vivait tout seul. Comme la plupart des ogres, il avait des dents pointues, une barbe piquante, un nez énorme et un grand couteau. Il était toujours de mauvaise

Plus en détail

Olaf était face à l océan.

Olaf était face à l océan. Olaf était face à l océan. Rêvasser, c était tellement plus amusant qu apprendre à déchiffrer les runes. Cette écriture bizarre ne lui servirait pas à grand-chose quand il prendrait la mer. Trouver son

Plus en détail

Une histoire de Letizia Lambert

Une histoire de Letizia Lambert Une histoire de Letizia Lambert Voix off : Aujourd hui c est dimanche. Bonne nouvelle, c est le jour du cinéma. Voix off : Gabriel aime ce moment car... Voix off :...c est très ennuyeux l hôpital. Voix

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

Edition Jeunesse. Texte et dessins Lafontaine

Edition Jeunesse. Texte et dessins Lafontaine Texte et dessins Lafontaine Raymond Lafontaine est un illustrateur de grand talent. Originaire de Québec, il s installe à Montréal en 1987. Il compte à son actif plusieurs albums jeunesse comme illustrateur,

Plus en détail

oria vidéo Lorin Petitpierre JOIE Synopsis

oria vidéo Lorin Petitpierre JOIE Synopsis JOIE Synopsis Antoine et Marianne Le Cloître, est un couple de personnes âgées d environ soixante ans. Un matin, ils reçoivent un coup de téléphone. Marianne répond et s agite en apprenant que l interlocuteur

Plus en détail

Il y a bien longtemps, dans un château recouvert de lierre et de plantes envahissantes,

Il y a bien longtemps, dans un château recouvert de lierre et de plantes envahissantes, Texte B CM2 de M. Pivano Chapitre 1 Il y a bien longtemps, dans un château recouvert de lierre et de plantes envahissantes, demeurait un roi qui avait été, des années auparavant, empoisonné par des huîtres.

Plus en détail

La sorcière. 2001, Juan Manuel Torres-Moreno

La sorcière. 2001, Juan Manuel Torres-Moreno La sorcière 2001, Juan Manuel Torres-Moreno Marcel a rêvé d une rue d une ville d autrui. Une rue distante, éloignée du bruit du centre-ville. Avec de grandes maisons, des jardins obscurs et remplis de

Plus en détail

La petite poule qui voulait voir la mer

La petite poule qui voulait voir la mer Découverte Complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Que voit- on sur la 1 ère page de couverture? C est l histoire q d un poisson q d une souris

Plus en détail

Jardin secret. Hank Vogel

Jardin secret. Hank Vogel Jardin secret Hank Vogel Hank Vogel Jardin secret 1 L amour, une couronne d épines et de lauriers. 2 On n entre pas dans le royaume des anges la tête vide et les mains propres, on y entre souvent abattu

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

Le carnaval des oiseaux

Le carnaval des oiseaux Le carnaval des oiseaux Marie-Jane Pinettes et Jacques Laban Juillet 2001 1 Le carnaval des oiseaux A Camille, Margot et Théo 2 LE CARNAVAL DES OISEAUX Il y a longtemps, mais très, très longtemps, tous

Plus en détail

AMELIORER SES COMPETENCES LINGUISTIQUES les prépositions de lieu

AMELIORER SES COMPETENCES LINGUISTIQUES les prépositions de lieu AMELIORER SES COMPETENCES LINGUISTIQUES les prépositions de lieu JEUX : Jeu des paires Quelles différences? E.P.S. : - jeu Jacques a dit - Chasse au trésor - Mise en place d un parcours ÉCOUTER, MEMORISER

Plus en détail

C R O Q U I S D A I R

C R O Q U I S D A I R P l a c e S t. L a u r e n t INTENTIONS P a r c A. M i c h a l l o n P l a c e d e L a v a l e t t e L objectif de l analyse Nous avons essayé d observer l effet de l air sur la perception de l espace

Plus en détail

Comme il faisait froid! la neige tombait et la nuit

Comme il faisait froid! la neige tombait et la nuit [Choisir la date] LA PETITE FILLE ET LES ALLUMETTES HANS CHRISTIAN ANDERSEN CONTES D ANDERSEN, 1876, P.157-161 TEXTE INTEGRAL Comme il faisait froid! la neige tombait et la nuit n était pas loin ; c était

Plus en détail

UNE LUNE ENTRE DEUX MAISONS LA COULEUR CHANTE UN PAYS LES PETITS POUVOIRS LA MARELLE COMMENT VIVRE AVEC LES HOMMES QUAND ON EST UN GÉANT

UNE LUNE ENTRE DEUX MAISONS LA COULEUR CHANTE UN PAYS LES PETITS POUVOIRS LA MARELLE COMMENT VIVRE AVEC LES HOMMES QUAND ON EST UN GÉANT salvador DU MÊME AUTEUR UNE LUNE ENTRE DEUX MAISONS QUÉBEC/AMÉRIQUE, MONTRÉAL, 1980 LA COULEUR CHANTE UN PAYS QUÉBEC/AMÉRIQUE, MONTRÉAL, 1981 LES PETITS POUVOIRS LEMÉAC, MONTRÉAL, 1983 LA MARELLE LEMÉAC,

Plus en détail

Tout savoir sur les dents de 0 à 6 ans MIKALOU VA CHEZ LE DENTISTE

Tout savoir sur les dents de 0 à 6 ans MIKALOU VA CHEZ LE DENTISTE Tout savoir sur les dents de 0 à 6 ans MIKALOU VA CHEZ LE DENTISTE Récit MIKALOU N A PAS MAL AUX DENTS! Tu es grand maintenant, dit maman. Il est temps d aller chez le «docteur des dents» Très occupé à

Plus en détail

Depuis qu il sait lire, Adam le savant dévore tous les dictionnaires : il adore tout savoir sur tout!

Depuis qu il sait lire, Adam le savant dévore tous les dictionnaires : il adore tout savoir sur tout! Depuis qu il sait lire, Adam le savant dévore tous les dictionnaires : il adore tout savoir sur tout! Bien installé dans la machine à lire qu il s est fabriqué, Adam le savant se plonge cet après-midi-là

Plus en détail

Le journal de Miette Chapitre 1

Le journal de Miette Chapitre 1 Le journal de Miette Chapitre 1 Voilà, au départ ma vie était vraiment simple : je dormais sur les coussins du canapé, dans le panier de la salle de bain ou sur le lit de Louise. Ensuite je vais jusqu

Plus en détail

Le loup qui voyageait dans le temps

Le loup qui voyageait dans le temps Ce jour-là, Loup farfouillait dans son grenier. Il y trouvait toujours des choses extraordinaires. Comme ce vieux livre avec sa couverture dorée. Loup s empara du livre et lut le résumé : «Cher lecteur,

Plus en détail

nouvelle mise en scène parcours festifs images surprenantes final spectaculaire inédit avec de nouveaux personnages gonflables.

nouvelle mise en scène parcours festifs images surprenantes final spectaculaire inédit avec de nouveaux personnages gonflables. Le spectacle Babilonia est une version allégée et déambulatoire de la création La 8 ème Merveille réalisée en 2004 dans le cadre d un projet Interreg IIIB Sud-Ouest-Européen. Cette version repose sur une

Plus en détail

Éva Hébert lisait le slogan affiché sur l écran

Éva Hébert lisait le slogan affiché sur l écran 1 Éva Hébert lisait le slogan affiché sur l écran de l ordinateur. «Grâce à la Clinique pour animaux en détresse, touvez l animal de compagnie idéal!» Tu as oublié le «r» à «trouvez», fit-elle remarquer

Plus en détail

AVERTISSEMENT. On vous rappellera de Anne-Sophie Nédélec

AVERTISSEMENT. On vous rappellera de Anne-Sophie Nédélec AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

Chapitre I. Ydak l amérindienne

Chapitre I. Ydak l amérindienne Chapitre I Ydak l amérindienne Je me prénomme Ydak. Je suis une Carib. L histoire de ma vie commence le jour de l arrivée de ce Taïno, à la peau rouge comme un soleil couchant, au regard vide, déjà résigné

Plus en détail

Françoise Tchou. une bouche d égout. un terre - plein. un nid de poule. une piste cyclable

Françoise Tchou. une bouche d égout. un terre - plein. un nid de poule. une piste cyclable C a h i e r d e v o c a b u l a i r e Françoise Tchou une bouche d égout un terre - plein un nid de poule une piste cyclable sommaire 1 La voirie 4 2 Le paysage urbain 10 3 Les véhicules 16 4 Le chantier

Plus en détail

MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE AU NOM DE TOUS LES MIENS. Par l auteur de. Entretiens avec. l aube. Mélanie Loisel.

MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE AU NOM DE TOUS LES MIENS. Par l auteur de. Entretiens avec. l aube. Mélanie Loisel. MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE Ma vie en partage Entretiens avec Mélanie Loisel AU NOM DE TOUS LES MIENS Par l auteur de l aube Avant-propos Vivre, c est savoir pourquoi l on vit. Pourquoi a-t-il voulu

Plus en détail

Leslie Kaplan. Le Pont de Brooklyn. Roman. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e

Leslie Kaplan. Le Pont de Brooklyn. Roman. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e Leslie Kaplan Le Pont de Brooklyn Roman P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e La jeune femme et la petite fille sont arrivées tôt dans le parc. L homme les a vues de loin et les a longtemps regardées.

Plus en détail

EXPERIENCES AMUSANTES SUR L EAU

EXPERIENCES AMUSANTES SUR L EAU EXPERIENCES AMUSANTES SUR L EAU Projet Comenius Regio Fiches réalisées par les élèves de 4 ème de l Enseignement Agricole Promotions 2011-2012 / 2012-2013 Expériences amusantes sur L EAU 1 Table des matières

Plus en détail

ETH-Souliers de sable:eth-souliers de sable 24/11/06 15:15 Page 1 souliers de sable

ETH-Souliers de sable:eth-souliers de sable 24/11/06 15:15 Page 1 souliers de sable souliers de sable DU MÊME AUTEUR DANS LA COLLECTION THÉÂTRALES JEUNESSE SALVADOR (La montagne, l enfant et la mangue), 2002 L OGRELET, 2003 UNE LUNE ENTRE DEUX MAISONS, 2006 PETIT PIERRE, 2006 CHEZ D AUTRES

Plus en détail

Le plâtre-chaux est la meilleure surface pour les murs en terre parce que :

Le plâtre-chaux est la meilleure surface pour les murs en terre parce que : VOYEZ COMMENT FAIRE LE PLATRE-CHAUX PATTI STOUTER, BUILD SIMPLE INC. FEVRIER 2013 POURQUOI LA CHAUX? Le plâtre-chaux est une surface claire, propre, résistante à la pluie et les moisissures, et durable.

Plus en détail

Jean-Marie Gleize. février 2006 ------------------ le bruit de l eau et de la lumière inaccessible là où elle paraît se rendre

Jean-Marie Gleize. février 2006 ------------------ le bruit de l eau et de la lumière inaccessible là où elle paraît se rendre Jean-Marie Gleize février 2006 ------------------ le bruit de l eau et de la lumière inaccessible là où elle paraît se rendre Elle ne sert qu une fois. Il pleut longtemps et longtemps. J ai commencé un

Plus en détail

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre ALEXANDRA WOOD LA ONZIÈME CAPITALE Traduit de l anglais par Sarah Vermande ouvrage publié avec le concours du centre national du livre maison antoine vitez répertoire contemporain La collection Répertoire

Plus en détail

Les membres de ma famille croient que je leur ai

Les membres de ma famille croient que je leur ai Introduction Les membres de ma famille croient que je leur ai fait honte et les ai déshonorés à bien des égards depuis que je suis passée du statut de petite fille à celui de femme, mais ils ne connaissent

Plus en détail

Du même auteur aux éditions THEÂTRALES

Du même auteur aux éditions THEÂTRALES APRÈS LA PLUIE Du même auteur aux éditions THEÂTRALES caresses, 1992 traduction Jean-Jacques Préau LIt nuptial, 1992 traduction Rosine Gars SERgI belbel APRÈS LA PLUIE traduit du catalan par Jean-Jacques

Plus en détail

Inspiré de la nouvelle de Richard Matheson, «Escamotage».

Inspiré de la nouvelle de Richard Matheson, «Escamotage». Inspiré de la nouvelle de Richard Matheson, «Escamotage». EPISODE 1- Le Piège. Internet : sûrement le plus fabuleux réseau qui relie les hommes. Des continents entiers peuvent être reliés entre eux. Mais

Plus en détail