Le 9 octobre /49

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le 9 octobre 1914 2/49"

Transcription

1 Pépé Théo Quelques mois de la grande guerre vécus par Théodore Gluard et écris par lui dans un petit carnet. Relevé par sa belle-fille Denise Gluard 20 ans après. Informatisé par son arrière petite-fille Angéline Gluard 90 ans après. 1/49

2 Le 9 octobre 1914 Partis de Bois-d Arcy le 9 octobre à 11 heures du matin. Arrivés à Cherbourg le 10 octobre à 5 heures du matin. Embarqués à bord de la Savoie le même jour à 2 heures du soir. Arrivés à Dunkerque le 11 octobre à 7 heures du matin. Débarqués à 3 heures du soir. Nous sommes couchés à Rosendaël, faubourg de Dunkerque et nous y sommes restés trois jours, très bien accueillis des habitants. De la nous sommes embarqués en chemin de fer, le mercredi 14 octobre, à destination de Poperinge en Belgique. C est là où en descendant du train, nous entendions le canon à 6 kilomètres de nous. Nous y avons couché, et le lendemain, jeudi, nous avons été faire des tranchées à 5 km en avant, sur Ypres. Pendant ce temps là, on se battait très fort devant nous, à Ypres (5 km de nous). Ce même jour, un taube est venu nous survoler. Nous lui avons tiré peut-être cent coups de fusils, mais sans l abattre. Cependant, à quelques distances de nous, les anglais, d un seul coup de canon l ont abattu. Les arbres étaient criblés de balles, sans doute les nôtres de tout à l heure. Le soir, nous sommes revenus coucher à Poperinge et le lendemain, vendredi, nous sommes revenus au même endroit continuer les tranchées. 2/49

3 Le soir, nous sommes encore revenus à Poperinge, jolie ville, ma foi, et les habitants, très bons. Le samedi matin, nous devions partir et nous sommes restés jusqu à 2 heures du soir, dans l attente. Enfin, donc, départ à 2 heures du soir, nous avons fait 15 km à pied. Nous avons couché à Rexpoëde et le lendemain départ à 8 heures du matin pour Hondschoote encore en Belgique. Nous avons la veste. Trois jours à faire des tranchées et nous prenions le service des avants postes. Ces jours là, on se battait très fort sur toute la ligne à 10 kilomètres de nous. Nous entendions fortement le canon et même les fusils. La bataille était terrible comme tout le monde le sait. Quant à nous, l endroit le plus prêt était Nieuwpoort et Dixmude sur l Yser. Nous sommes repartis de Hondschoote le jeudi à 8 heures du soir. Le 22 octobre nous sommes arrivés à Lo à minuit. Là nous avons couché dans une ferme. Le lendemain vendredi 23 octobre nous sommes repartis à 2 heures du soir nous avons fait 5 kilomètres et ma foi, cette fois là nous étions complètement au feu. Vers 5 heures une fusillade s est engagée. Et enfin l artillerie se plaçait derrière nous à 400 mètres environ. Et j assure que vers 10 heures du soir, les obus nous passaient sur la tête. Il y avait là sur le bord de la rivière de jolies tranchées. 3/49

4 Nous étions là dedans et nous y avons passé la nuit à entendre tonner les canons par-dessus nos têtes. Et à envoyer aussi quelques coups de fusils dans l espace car la nuit était très noire et le brouillard de la rivière on ne voyait rien mais il fallait tirer quand même à tout hasard pour les empêcher d avancer pendant la nuit. Cependant, à ma gauche, à quelques cent mètres de moi, un violent feu s est ouvert vers 10 h du soir et l ennemi n était pas loin en effet car il y a eu un blessé. C est donc du 23 au 24 octobre 1914 que j ai assisté la première fois au feu. Voici mon détail sur ces quelques journées passées et c est étant dans la tranchée le samedi matin 24 octobre que j ai écrit ceci. Il est en ce moment 8 heures et ce n est qu une canonnade, nous avons tiré aussi mais maintenant il vient de nous arriver un ordre de ne pas tirer sans commandement nouveau. Donc pour me distraire, j écris ceci. Cependant tout à l heure j ai été interrompu dans mon écriture car un obus vient d éclater à 35 mètres environ de nous. Un camarade a été ramassé un éclat d obus. Maintenant j attendrai un peu de nouveau pour écrire. Samedi 24 octobre Gluard. 4/49

5 Aujourd hui 25 octobre, 8 heures du matin. Je continue à expliquer comment c est passé le reste de la journée du 24 et aussi de la nuit Toute la journée du 24, une terrible canonnade des deux cotés. Les grosses pièces allemandes éclataient sur notre ligne. C est en face de la 9 ème compagnie, qui se trouvait droit devant notre artillerie que les bombes venaient éclater. Il y a eu d après ce que j ai entendu dire par les camarades : 23 blessés. L ennemi dirigeait toujours son tir sur notre artillerie. Elles éclataient toutes au même endroit à environ 150 mètres de moi. La plus près était celle du matin, à 35 mètres à gauche, et les autres à ma droite comme je le dis à 150 mètres environ. Les nôtres leur répondaient fortement et j assure, à qui que ce soit, que la journée paraît longue par une situation pareille. On nous apporte à manger dans nos tranchées comme à des bêtes fauves dans leur cage. Il ne faut pas se plaindre pour la situation que nous occupons. Nous avons bien pour manger, il n y a que pour boire, car il n y a pas d eau dans l endroit ; que dans les fossés des prairies. 5/49

6 Nos cuisiniers dans chaque escouade nous font bouillir l eau pour le marc de café. La journée a été forte de brouillard. La nuit arrive à 4 heures et demi. Mais à la tombée de la nuit, je ne sais si c est pour nous dire bonsoir, ils nous ont lancé deux bombes si près l une de l autre que tout tremblait. Puis c est tout. On ne les entend plus. Mais nous de notre coté, ce n était pas fini. Il y a eu un peu de relâche de 6 heures à 8 heures du soir. Ensuite, le canon, les mitrailleuses, les fusils à notre gauche, tout donnait. C était comme un roulement de tambour et toute la nuit, derrière nous. On entendait notre renfort d artillerie qui arrivait et en effet, ce matin, de tout côté notre artillerie donne. A l instant où j écris ces lignes, nous avons des pièces, droit derrière nous qui viennent de cracher. La situation devient inquiétante. Je m arrête pour observer. Je reprendrai demain. 25 octobre Gluard. Aujourd hui, 26 octobre, lundi. Je continue sur ma journée du 25 et de la nuit du 26. En effet, à l instant où je me suis arrêté d écrire hier je disais que la situation était inquiétante. Toute la journée les obus nous ont survolé. 6/49

7 Nous avions une batterie derrière nous qui n a pas cessé de la journée. Mais cela nous faisait plaisir à entendre. Mais les autres répondaient aussi et les bombes éclataient comme la veille de chaque côté de nous. Mais à peu de distance, c est sous cette pluie d obus que l on nous distribue des lettres. Pensez, quel plaisir dans pareil moment de recevoir des nouvelles des siens. Moi, pour ma part, je reçois une lettre de ma femme et de ma petite Olga. Et une lettre de ma belle-mère avec son contenu et une carte de chez Madame Grannet. Toutes les correspondances reçues ce jour sont datées du 13 octobre et les recevons le 25. A cela nous nous empressons de tous répondre. C est étant assis au fond de notre tranchée que nous écrivons. Il faudrait voir cette position. Et dire que nous avons les boches à peut-être un kilomètre de nous. Nous sommes là, à les attendre. Nous sommes sur le bord d un canal et une prairie devant nous donc, s ils avancent, gare à eux! Notre artillerie balaye le terrain et nous, nous sommes là en cas qu ils avanceraient malgré la pluie des obus. Depuis deux jours que nous sommes là dedans jour et nuit, nous sommes tous 7/49

8 courbaturés car nous ne pouvons guère remuer faute de place. Et aussi, il ne fait pas bon se montrer. Dans la soirée, le sergent demande les lettres pour les poster au vaguemestre et il me demande si je veux aller avec lui. Nous partons donc tous les deux. Mais en prolongeant notre ligne, arrivant encore vers la 9 ème compagnie où hier il y a eu ces 23 blessés, une bombe vient encore d éclater et fait encore un blessé. Je le vois, on le conduit aux maisons les plus proches, c est à la jambe qu il est blessé. Sur ce fait, on m empêche d aller plus loin et je reviens dans mon trou. Et enfin, le reste de la journée a été continu de coups de canon, d un coté et de l autre. Mais à 7 heures même chose que la veille. Les fusils et les mitrailleuses se font entendre au même endroit et petit à petit tous faisaient feu. Comme il faisait noir, nous nous figurions qu ils avançaient dans cette prairie et nous voila tous à faire feu. Enfin après avoir tiré peut-être 15 cartouches chacun, on nous commande cessez le feu. La batterie qui est derrière nous balaye le terrain. C est épouvantable, c est que des éclatements partout, comme quand l orage tombe. 8/49

9 On voit de toute part des incendies, je les compte au nombre de 6 dont 5 du côté de l ennemi. C est les nôtres qui ont incendié avec les bombes pour les déloger de là. Eux nous ont incendié à un seul endroit. Mais le feu paraît très fort, mais cela paraît à ma gauche et à au moins 5 km de moi. Vers 10 heures, à cela, nous arrive la pluie qui a duré une partie de la nuit. Nous sommes enfondus. Jugez si nous sommes heureux. Le jour arrive, nous sommes tous tremblants, le vent après cette pluie est froid. De notre coté, ce matin, c est tranquille, pas un seul coup de canon. Ni par l ennemi. Mais à notre gauche, c est un vrai carnage, peut-être à 5 ou 6 km. Il n est encore que 8 heures. Probablement que la journée ne se passera pas comme cela car il me semble que çà s approche encore. Je vais encore m arrêter, je reçois à l instant une carte d Armentine Bacle. 26 avant 8 heures du matin. Théodore. Je m étais arrêté hier car je croyais la rude bataille s approcher mais cela a tenu toute la journée à notre gauche. C était terrible à entendre. Nous avons toujours une maudite pièce allemande devant nous à 2 km environ 9/49

10 et qui nous arrose à tout moment de mitraille. Les nôtres, cependant, leur en envoient de rudes buffées. Mais ils ne peuvent pas arriver à la démonter, elle doit être enterrée dans quelque trou et cette maudite nous cause beaucoup de ravages. Car ils pointent toujours sur le joli petit bourg qui est derrière nous sur la droite. Ce petit bourg s appelle Mientcapelle, il faut que le clocher soit solide car il est tout écorché par les débris de mitraille. Nos officiers d état major ont failli être atteints et ainsi que nos voitures de ravitaillement. Cela fait des trous où ça tombe à y loger un tombereau. Je me demande où la terre passe, car on n en voit pas une miette. C est terrible. Sans cela, c'est-à-dire cette pièce, la journée en face de nous aurait été calme. Quand on reste dans les tranchées il n y a pas trop de danger. Mais c est pour aller chercher les vivres et enfin tout ce qu on a besoin. C est à ce moment là qu on risque qu une bombe nous éclate dessus. Les deux premiers jours je ne comprenais pas ce qui se passait. Mais maintenant, je vois qu à notre droite et à notre gauche, il se trouve un pont de chaque coté et c est là qu ils voudraient passer. 10/49

11 C est pourquoi ils se battaient si dur et où nous sommes, nous, il n y a pas de pont, nous sommes là pour leur empêcher d en construire un avec des bateaux. Enfin la nuit a été assez calme mais grande bataille à notre gauche de nuit aussi. Ce matin, le temps est très joli, le soleil raye et nous sommes contents de le voir, car hier nous n avons pas pu arriver à nous réchauffer dans nos effets mouillés. Pas moyen d étendre nos effets puisqu il faut se dissimuler. Enfin, je ne sais pour quel temps nous sommes dans ces trous mais vraiment le temps y est long et on se fatigue car on ne peut pas s y étendre et on est à deux dans chaque trou. Voici quatre jours que l on est làdedans, il y a bientôt 15 jours que je n ai pas bu une goutte de vin, car depuis que nous sommes en Belgique, le vin vaut 1 :50 la bouteille, on n y boit que de la bière. Mais depuis ces quatre jours, on y boit que de l eau et encore comme je l ai dit dans mes premières journées, on est obligé de la faire bouillir : c est de l eau des fossés dans les prairies. Hier, lundi, nous avons touché un peu d eau de vie, mais à peine pour en goûter, environ 1 litre pour 25 hommes. 11/49

12 Ce matin, pendant que j écris, cette maudite pièce frappe encore de temps en temps sur le pays mais très peu. A notre droite on se bat très fort mais on dirait que c est un peu plus loin qu hier. Quant à nous, personne ne nous dit rien, nous ne savons rien, cependant, à entendre dire par les uns et les autres, la journée du 26 serait très bonne pour nous. Pendant que j écrivais tout à l heure, un taube est venu nous survoler mais très haut. Allons maintenant, à demain. 27 octobre Un instant après que je terminai d écrire hier, nous apercevons loin dans la prairie un cavalier qui s approchait, arrivant à environ 1000 mètres de nous. Ceux qui se trouvaient en face de lui ouvrent un feu sur lui, aussitôt il saute à terre comme pour faire voir qu il venait de tomber mort. Mais le feu s arrête un instant, on aperçoit le cheval étendu à terre ; lui était bien mort. Mais le Uhlan cherchait à marcher à quatre pattes ; aussitôt les même tirent encore et cette fois le tue. Mais pour aller le chercher c est dangereux. Cependant deux hommes demandent à y aller. 12/49

13 Nous autres, on veillait car si d autres s étaient approchés nous aurions tiré dessus. Mais enfin, rien ne s est passé. Ils l ont apporté mais comme nous ne pouvions pas sortir de nos tranchées, je ne l ai pas vu. On a dit que c était un Hulan mais c est tout ce que j en sais. Aussitôt cela, on distribue les lettres, moi je n ai rien hélas! La journée va me paraître bien longue. Mais malgré que, bien gêné dans nos tranchées, je m occupe à nettoyer un peu mon fusil. Car avec l eau qui est tombée et le brouillard la nuit, cela ne les arrange pas, et il fait bon en avoir soin. Jusqu à 2 heures environ du tantôt nous avons été assez tranquilles. La pièce dont j ai beaucoup parlé ces derniers jours nous lance toujours quelques bombes. A partir de 2 heures les nôtres commencent à bombarder dessus. Nous avons vu courir 5 types et ils faisaient vite. Enfin depuis ce moment je ne sais plus ce qui s est passé mais nous ne l entendons plus. Ils nous en lancent malgré cela avec une autre pièce mais elles viennent de si loin que l on n entend pas le départ du coup. Mais nous les entendons passer et ensuite éclater derrière nous. 13/49

14 Cependant une éclate droit devant nous mais peut-être à 500 mètres. Nous avons vu la terre voler. Nous en sommes quitte comme cela. Quand elles passent on dirait un express qui arrive c est épouvantable. Mais on s y habitue. Vers 5 heures le soir, à la tombée de la nuit, je ne sais si on a aperçu une troupe en marche du côté de l ennemi, mais derrière nous et du côté où la bataille avait duré une partie de la journée, notre artillerie ouvre un feu. Il est impossible de s en faire l idée. Nous comptons 8 pièces qui partent ensemble et au moins 10 fois de suite. Cela fait au moins 80 bombes qui arrivent sur l ennemi. Cela doit faire quelque chose quand même. Enfin la nuit est rendue et on entend quand même quelques coups de fusils mais très peu. La nuit a donc été en quelque sorte assez tranquille. Ce matin cela reprend comme de plus belle toujours dans la même direction. Mais il me semble que c est un peu plus loin. Quand à nous, ce matin il fait un joli soleil, nous sommes assis dans nos tranchées. Plusieurs aéroplanes des nôtres nous survolent mais aucune bombe ne nous arrive. Et notre artillerie ne dit rien non plus. Il est en ce moment 10 heures et je vais m arrêter pour manger un peu. Mercredi 28 octobre Gluard. 14/49

15 J ai bien dit que des aéroplanes nous survolaient au moment où hier je m arrêtais d écrire. En effet et sans doute ils avaient apporté la nouvelle que les allemands occupaient un petit bourg qu il y a devant nous à 3 kilomètres environ. Car tout à coup vers 4 heures du soir, notre artillerie tire dessus le premier coup. Nous le voyons éclater à 100 mètres environ du clocher. Mais le deuxième, le clocher descend. Et ensuite, ils bombardent tout le bourg. Je l avais bien aussi dans mon idée qu ils nous observaient étant là-dedans. Sapristi, il ne devait pas y faire bon. Je ne sais s ils ont été dérangés mais la nuit a été un peu plus calme que d habitude. Mais malgré cela nous veillons toujours. Ce matin, il y a un peu de gelée blanche, mais vers 8 heures le soleil paraît un peu. Un de nos avions passe encore sur nous pour aller sur leurs lignes. Mais 3 bombes lui sont lancées, sans l atteindre. Il retourne sur nous et ensuite s élève encore un peu et repart vers eux. Encore une autre bombe mais sans l atteindre car il est très haut. Et cette fois là, il continue sa route malgré eux. 15/49

16 Une vive bataille se fait entendre encore à notre gauche. Les coups de fusils ne décessent pas. Un bruit court que c est de notre côté que va s ouvrir la grande bataille. Il faut donc ne plus bouger de son trou et ni s éclairer. C est vers midi que cela cesse un peu. Et je me mets à écrire. Je fais d abord réponse à mon frère dont je viens de recevoir sa lettre datée du 17 et aussitôt j écris ceci. Ce matin les obus nous survolent d un côté et de l autre, rien de plus pour l instant et à demain. 29 octobre Gluard. Aujourd hui 30 octobre, je vais continuer à expliquer la journée d hier et la nuit. Cependant c est toujours à peu près pareil, toujours de fortes batailles à deux points. C est toujours à la même place, où sont les ponts, cela est évident. Nos officiers nous annoncent que sur toute la ligne, l ennemi est repoussé et que sur l Argonne on a anéantit tout un régiment allemand et qu ils se retirent en partant en débandade. Sur notre point cela ne va pas très vite, mais on les repousse aussi. Les russes marchent bien et leur ont fait hier 500 prisonniers. Ce sont nos officiers qui nous le disent, car nous ne voyons ni journaux, ni rien. 16/49

17 Nous sommes dans nos trous et nous attendons. On a parlé ce matin de très bonne heure que nous allions en sortir pour aller prendre un peu de repos. Vraiment voilà une semaine entière que nous sommes là dedans. Il y aurait moyen de perdre la tête à toujours entendre les canons et les fusils. Et être dans ses trous privés de tout. Pas seulement une goutte d eau propre et manger il faudrait voir, c est affreux. Et après on dit qu on est bien soigné sur la ligne de feu. Je le répète, on y est très mal. Les fumeurs tirent la langue, plus de tabac, plus rien, je m arrête sur ce sujet La nuit je prends la faction de 7 heures à 9 heures du soir et pendant ces 2 heures, j entends une vive bataille à ma droite. Après cela je me suis étendu et malgré une pluie fine, je m endors. Toute la nuit, d après les autres sentinelles, qui m ont succédées, la bataille a duré. Et en effet ce matin, on se bat très fort au même endroit. C est à 3 kilomètres tout au plus de nous. Arrive 5 heures du matin, on m appelle pour aller à la distribution des vivres. Nous allons peut-être à un kilomètre en suivant le long des tranchées. Moi, j apporte le sac de lettres et les paquets. 17/49

18 Je croyais bien en avoir moi aussi, mais il faut se taper pour aujourd hui. Vraiment c est désolant. Mes dernières lettres reçues sont du 25, dont j ai déjà fait mention voilà 5 jours. Et après on me dit m écrire touts les jours. Je n y comprends plus rien. Je termine en vous disant qu en ce moment, 10 heures, la bataille est chaude. 30 octobre Ce n est qu aujourd hui, dimanche, jour de Toussaint, que je peux reprendre à écrire l explication de mon temps. Hier samedi, il m en a été impossible. J avais bien dit plus haut, que nous avions été prévenu de notre départ des tranchées. Et il est vrai que le temps commençait à nous y durer. Nous en sommes sortis à 4 heures du matin, nous avons été remplacé par le 94 ème Territorial et nous avons été dirigé à un joli petit bourg que l on nomme Polinchone. A 7 kilomètres environ d où nous étions, mais naturellement, en arrière. Ma compagnie ainsi que la 6 ème, nous avons été logés dans l église. Nous étions bien 500 hommes làdedans. Depuis les 8 jours que nous étions enfermés dans les tranchées on est content de se ravitailler. Mais tout était rare et très cher. Cependant on a trouvé malgré beaucoup de peine des grillons, des 18/49

19 saucisses et du beurre et boire de la bière. Mais du tabac, impossible. Cependant vers midi nous arrivent trois petites voitures qui amenaient du tabac. Il est impossible de décrire ce spectacle, les marchands n étaient plus les maîtres. Jamais vu un enlèvement pareil. Mais un autre inconvénient : plus de feuilles à cigarettes, voila donc tout le monde faire l achat d une pipe. Car dans le pays, il y avait beaucoup de ces petites pipes en terre, pas cher ma foi, un sou. J en achète une aussi et nous voilà tous à piper. Le soir nous avons très bien mangé et ma foi, pour la première fois j ai couché à l église. Chacun aurait bien pu prendre un peu d esprit, mais je crois que nous aurons été sages. Le matin, à 6 heures, on nous en fait sortir. Et malgré la paille et le désordre, qui naturellement régnait après avoir abrité autant d hommes, à 6 heures et demi, l église était pleine de croyants belges pour la petite messe. A 11 heures, grand messe, à nouveau remplie. Il est vrai que c est dimanche, jour de Toussaint, mais malgré cela, la Belgique est très religieuse. 19/49

20 Dès le matin, moi je suis, avec ma section, embauché pour la corvée, car dans la nuit beaucoup avaient fait des ordures dans le cimetière qui touche l église et cela n aurait pas été agréable de marcher dans l ordure. Ensuite nous déjeunons et à onze heures, nous sommes encore, ma section, commandés de garde. Nous sommes à la sortie du bourg dans une ferme et plusieurs sentinelles veillent dans la direction de l ennemi. Nous avons un temps superbe, beau soleil et de là nous entendons encore fort le canon gronder. Cependant, on entend, d un côté et d autre, dire que les boches ont été frottés sérieusement sur tous les points. De notre côté aussi, c'est-à-dire en Belgique, on nous dit que nous sommes victorieux et que cela va bien. Malgré que ça ne soit pas de source sûre ces entendus dire nous font plaisir. Mais à quand donc la fin de tout cela et vivement notre retour parmi ceux que nous aimons tant et pour lesquels nous défendons leur liberté. 1 er novembre Ce n est qu aujourd hui, mardi 3 novembre que je peux reprendre mon écriture. Je vous disais dimanche, que ma section était de garde mais tout à coup, vers 4 heures et demi, on vient nous prévenir qu il faut partir immédiatement. 20/49

21 Nous étions prêts à manger la soupe mais il a fallut donner des coups de pieds dedans et partir. On nous fait faire 5 km puis on nous arrête derrière une ferme. Il a fallut y passer la nuit et dehors. Vers 3 heures du matin il a tombé un peu d eau. Jugez si nous étions à l aise. A 7 heures du matin nous touchons 4 paquets de cartouches de plus. Ce qui nous fait chacun 19 paquets de 8. Ceci n était point bon signe. Aussitôt cette distribution nous partons. Et sans savoir où. Mais les bombes éclatent aux environs de nous. On nous arête à une petite maison, on se cache le mieux possible ; c est là où sont les médecins et les infirmiers. Là nous apprenons que le 2 ème bataillon dont le mien est en réserve et que le 1 er et le 3 ème sont passés en avant du canal où nous avions resté logés dans les tranchées toute la semaine avant. Un joli travail que notre état-major vient de faire. J ai bien dit dans mon récit de la semaine que nous étions dans les tranchées et que devant nous il y avait une plaine où l on voyait à 2 kilomètres. Les allemands n ont pas voulu, eux, s approcher. Mais nous, on nous lance dans cette plaine c'est-à-dire deux bataillons. 21/49

22 Jugez un peu ce qui s est produit. C est le 3 ème bataillon qui commence mais à peine les deux compagnies passées, les allemands font feu dessus et les nôtres ne pouvaient pas tirer puisqu il ne les voyaient pas, ils étaient dans des tranchées de 2 mètres de profondeur et recouvertes de terre juste un petit créneau pour tirer. Vers 10 heures du matin, les voitures d ambulance commencent à amener nos blessés. C est affreux à voir. En partie, la 11 ème compagnie, jusqu au lendemain matin à 3 heures, ils n ont fait qu amener des blessés. Et ils nous racontaient comment cela s était passé. C est affreux, nous disent-ils, être tirés et blessés comme cela sans pouvoir se défendre. Pauvres camarades, va, il y en a qui sont bien en mauvais état. Même quelques-uns meurent en arrivant. Et combien qui sont restés morts sur le terrain. Des pères de famille, j en suis tout affolé. Je tremble en voyant cela. Et surtout, en pensant que c est de la faute de notre état major, car la position était impossible pour prendre l offensive. C est eux aujourd hui et demain ce sera nous. Allons donc, c est ignoble. On nous disait l autre jour que tout allait bien. Et bien moi je trouve que ça va très mal. 22/49

23 Les blessés nous disent que le premier bataillon n a pas pu passer et est resté derrière des tranchées. Mais le matin du 3 novembre quelqu un dit à son tour que le 1 er bataillon a franchit le canal. Le 3 ème se replie sur Lo pour prendre du repos et nous, on nous approche encore un peu. Tellement que les bombes éclatent de tout côté. Qu allons nous devenir aussi, chacun se le demande. Faire son devoir en face de l ennemi, oui, mais aller dans des conditions semblables c est terrible. Et surtout des territoriaux. Enfin aujourd hui, nous sommes là, à entendre siffler les bombes, on nous fait cacher dans des fermes et c est tout. Peut-être demain notre fin. Nous ne voyons plus passer les voitures de blessés. Donc aujourd hui nous ne savons pas ce qui se passe. Ce qu il y a de sûr, c est que nous sommes dans une sale position. 3 novembre La fin de la journée s est passée dans les mêmes conditions. Nous avons vu beaucoup d aéroplanes nous survoler. Et surtout des bombes. Le soir, à la nuit, on nous dit que nous passons la nuit là, on se met dans les granges, le plus possible, mais beaucoup restent sans abri. Moi, un des premiers. 23/49

24 Il y a là, un fameux pailler et je m y fais un trou dedans et m y loge. Beaucoup font comme moi. Arrive 9 heures du soir, tout à coup, trois formidables détonations se font entendre, tout près de nous. Tous ceux qui étaient dans les granges sont sortis. Moi et ceux qui étaient dans le pailler y sont restés, mais plusieurs bombes sont encore arrivées sans nous atteindre. Ce matin 4 novembre, nous prenons le café et à 8 heures : départ, nous faisons environ 2 kilomètres et nous arrivons sur le bord du canal ; le même où nous avons passé les 8 jours dans les tranchées. Mais elles sont occupées par le 94ème, donc, nous nous cachons et abritons derrière une haie où l on avait fait quelques petits abris. Au même instant que nous arrivons, notre artillerie qui se trouve derrière nous ouvre un feu continu de peut être cinquante coups de canons. Aussitôt une pièce allemande répond et je vous assure que çà n éclatait pas loin de nous car les morceaux de mitraille tombent par-dessus nous et nous en ramassons quelques-uns à tous les coups. Car nous entendons siffler l obus avant d arriver, nous nous couvrons la tête avec nos sacs. Nous sommes encore en réserve. Le 1 er bataillon est en avant dans cette plaine avec des tirailleurs sénégalais. 24/49

25 Nous apprenons par des camarades que hier 3 novembre, le 1 er bataillon a eu deux morts et dix blessés. En venant ce matin, c était terrible de voir les grands trous que les bombes font dans la terre sur les bords de la route. La route est presque coupée à travers. Dans le pré, nous voyons des trous de trois mètres de profondeur. Nous voyons aussi un petit carré avec quelques piquets et du fil de fer et une croix au milieu. C est là où repose quelques uns de nos pauvres camarades. Pensez si nous sommes bien gais. Je remarque que tout le monde est blême, jaune même je peux dire, tous souffrent moralement. Et aussi de mal manger, mal coucher et enfin tout le monde s ennuie et pensent à ceux que l on a laissé là bas et qui souffrent eux aussi de nous savoir si loin et dans de telles conditions. C est un petit instant après être derrière la haie que je me mets à écrire ceci. Cela me distrait un peu, mais de temps en temps, je suis, moi et mes camarades, obligé de baisser la tête car les bombes, à chaque instant nous arrivent. Je vais m arrêter pour aujourd hui. 4 novembre h du matin. Aujourd hui, 5 novembre, je puis maintenant expliquer la fin de journée d hier et bien que toute la journée les bombes nous aient tombé dessus, à ma 25/49

26 compagnie 7 ème, personne n a été blessé. Malgré que beaucoup l ai manqué belle. A 5 m de moi, il y avait une petite maison. La femme a été blessée au sein gauche et à une jambe. Il y avait dans la maison un sergent de chez nous du 93 ème qui n a été quitte que pour la peur. Cette pauvre femme est sur le point d être mère. Jugez un peu, on l a vite transportée à l ambulance et il n y faisait pas bon. Les obus éclataient de toute part. Le 1 er bataillon rentre, c est là où j ai pu voir Camille et plusieurs autres camarades. Ils ont eu aussi quelques morts et blessés. Mais j oublie de dire qu à côté de nous est placée la 6 ème compagnie. Un obus a tué quatre hommes et blessé deux, dont un caporal, les deux jambes coupées. C est bien malheureux des choses pareilles. Aussitôt après avoir parlé à Camille, comme je le disais tout à l heure, on nous dit, la 7 ème compagnie sac au dos et en avant, à notre tour. Nous traversons le pont sur le canal. Nous sommes là en plaine, sans tranchées, ni rien. Et à 8 heures, l eau commence à tomber. Nous sommes dans une boue et tout enfondus. Nous sommes de renfort. 26/49

27 Nous avons ordre de ne pas tirer car devant nous, il y a le 1 er régiment de zouaves d Alger et deux bataillons de Sénégalais. Mais vers 10 heures, la bataille s engage. Nous n entendons qu une fusillade et à 1 km au plus de nous. Les balles nous sifflent autour de nous, toute la nuit comme cela. Arrive le jour, nous sommes tous tremblants. Nous n avons rien touché de toute la journée que le quart de café du matin, plus de pain, plus rien. Tout le monde se plaint de la mauvaise organisation et du mauvais commandement qui existe. Il est presque bien jour, tout le monde s impatiente car nous sommes complètement à découvert. Enfin sur la plainte de plusieurs hommes, le capitaine va demander au colonel qui lui était dans un bon lit, dans une ferme derrière nous, quelle position nous devons occuper. On nous fait mettre tout à fait sur le bord du canal et c est tout. Nous sommes là couchés dans l herbe toute mouillée. Nous voyons passer des hommes sur le pont qui rentrent eux aussi mais je ne sais encore qu elle compagnie. Ils se dirigent sur un petit bois qui est devant nous et la fusillade existe toujours même où ils vont. 27/49

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Pertes : Blessé : 1. Pertes : Blessés : 2

Pertes : Blessé : 1. Pertes : Blessés : 2 A 22 h, une vive fusillade allemande éclate en face de notre gauche et en face de la droite anglaise. Le tir de notre artillerie arrête immédiatement cette fusillade. La nuit est calme ; mêmes tirs systématiques

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel Le don de l inconnu Par Chantal Pinel Chapitre 1 La décision Ça fait quelque temps que je pense à être agent pour le gouvernement, mais j hésite, je réfléchis depuis six mois. J ai 21ans et il faut que

Plus en détail

Les jours de la semaine

Les jours de la semaine Les jours de la semaine Les jours de la semaine S enfilent un à un Comme les billes d un grand collier Dans un ordre, ils se suivent Chaque jour se ressemble Chaque jour est différent Mais on ne peut les

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Les trois petits cochons

Les trois petits cochons Les trois petits cochons Les trois petits cochons Une histoire illustrée par Leonard Leslie Brooke Deux illustrations sont d Arthur Rackam Adaptation réalisée par Marie-Laure Besson pour Le Cartable Fantastique

Plus en détail

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas?

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas? Première scène Il est assis sur le bord du lit. En boxer-short et en tee-shirt. Il fait visiblement de grands efforts pour se réveiller. Elle est dans la cuisine. On ne la voit pas encore. Quel temps fait-il?

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

Johnny le crocodile Qui n'aimait pas se brosser les dents

Johnny le crocodile Qui n'aimait pas se brosser les dents Johnny le crocodile Qui n'aimait pas se brosser les dents L.LHOIR 10/10/2010 Alors voila; aujourd hui je vais vous raconter l histoire de Johnny le crocodile. Johnny était un petit crocodile qui venait

Plus en détail

Honoré Beaugrand. La Chasse-galerie. Les Revenants

Honoré Beaugrand. La Chasse-galerie. Les Revenants Honoré Beaugrand La Chasse-galerie Les Revenants Honoré Beaugrand (1848-1906) I «Pour lors que je vais vous raconter une rôdeuse d histoire, dans le fin fil ; mais s il y a parmi vous autres des lurons

Plus en détail

En voiture Simone. Luc Tartar Editions Lansman

En voiture Simone. Luc Tartar Editions Lansman Simone Luc Tartar Editions Lansman Entre le père, avec un cadeau. PAPA Le père : Simone? Tu es là? Evidemment que tu es là. On m a dit que tu avais roulé sous une voiture. Simone. Que s est-il passé? Temps

Plus en détail

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère La Couleur du lait Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère A vue d œil Titre original : The Color of Milk Nell Leyshon, 2012. Première publication en Grande-Bretagne

Plus en détail

Cauchemar. Première vision

Cauchemar. Première vision Première vision Cauchemar Je prenais mon déjeuner lorsque j entendis ma mère s exclamer : «Dépêche-toi, on va être en retard, chéri! -J arrive, je finis de préparer la valise! cria mon père.» Moi, je me

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Le journal de Miette Chapitre 1

Le journal de Miette Chapitre 1 Le journal de Miette Chapitre 1 Voilà, au départ ma vie était vraiment simple : je dormais sur les coussins du canapé, dans le panier de la salle de bain ou sur le lit de Louise. Ensuite je vais jusqu

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

John Bonhomme 2, rue de paris 50010 Austerlitz Royaume-Uni. Mr le gardien du zoo d Amazonie Au fond de la jungle 01010 Animalia Brésil

John Bonhomme 2, rue de paris 50010 Austerlitz Royaume-Uni. Mr le gardien du zoo d Amazonie Au fond de la jungle 01010 Animalia Brésil John Bonhomme 2, rue de paris 50010 Austerlitz Royaume-Uni Austerlitz, Mercredi 26 Novembre Mr le gardien du zoo d Amazonie Au fond de la jungle 01010 Animalia Brésil Bonjour, J ai trouvé un après-midi

Plus en détail

Souvenirs et devoir de mémoire

Souvenirs et devoir de mémoire Souvenirs et devoir de mémoire Je suis doublement incité à raconter mes souvenirs, d abord à la demande des parents de certains évadés, et ensuite à la demande d un officier supérieur, à qui j avais montré

Plus en détail

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD TEXTE 1 1. La maison du géant Il était une fois au fond de la forêt un géant qui s appelait Kolos. Tout le monde

Plus en détail

Poème n 9. Poème n 10

Poème n 9. Poème n 10 Poème n 9 Quand je t ai vu, je savais que t avais un bon jus. Je t ai goutté, tu étais sucré Je ne pouvais plus me passer de toi Mais un jour, tu m as fait grossir Merci coca-cola pour tout ce plaisir

Plus en détail

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis Munich, le 27 octobre 2005 Bonjour les amis Ces trois derniers mois, il y a eu parait-il, l été. Pourtant, avec toute cette pluie et tout ce froid, ça m a laissée un peut perplexe : le 18 août : «maman,

Plus en détail

Macmine et ses bons compagnons. CCéélleessttiinn

Macmine et ses bons compagnons. CCéélleessttiinn Macmine et ses bons compagnons CCéélleessttiinn Il était une fois une petite ambulance très intelligente. Elle vivait dans une petite maison en paille. Elle s amusait drôlement avec les autres voitures,

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

V3 - LE PASSE COMPOSE

V3 - LE PASSE COMPOSE CM1 V.3 LE PASSE COMPOSE DE L INDICATIF Il s agit de mettre en évidence la conjugaison des verbes en «er», en «ir-iss» des verbes être, avoir, faire, prendre, aller, pouvoir. On mettra en évidence le fait

Plus en détail

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

13 Ne confonds pas avec : Hier, j ai mangé au restaurant. 16 Ce livre, je l ai lu l été dernier. Un ou

13 Ne confonds pas avec : Hier, j ai mangé au restaurant. 16 Ce livre, je l ai lu l été dernier. Un ou Un ou 1 le, un, mon, ton, son, ce chien méchant aboie la, une, ma, ta, sa, cette chienne méchante aboie plusieurs 2 les, des, mes, tes, ses, ces chiens méchants aboient quelques, beaucoup de chiennes méchantes

Plus en détail

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Dans la collection Visages du monde : Les enfants des rues (Marc Cantin) Du même auteur chez d autres éditeurs : Têtes de mule, Seuil Jeunesse Pourquoi c est interdit?, Oxygène

Plus en détail

OTTO entend tout ou presque. Par Linda Hutsell-Manning

OTTO entend tout ou presque. Par Linda Hutsell-Manning OTTO entend tout ou presque Par Linda Hutsell-Manning A propos de l auteur : Linda Hutsell-Manning est l auteur de ce livre d image, de jeux et séries de voyages dans le temps. www.lindahutsellmanning.ca

Plus en détail

Français Authentique Pack 2

Français Authentique Pack 2 Guide : Comment utiliser le pack 2 Discussions Authentiques Cher(e) ami(e), Merci d avoir acheté le pack 2 Discussions Authentiques. C est une bonne décision et vous ne le regretterez pas. Je mets à votre

Plus en détail

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm Lecture suivie n 6 - Période 3 : Janvier - Février page n : rouge Conte de Grimm Il était une fois une charmante petite fille que tout le monde aimait au premier regard. Sa grand-mère qui l adorait plus

Plus en détail

Réunion : la Diagonale des Fous

Réunion : la Diagonale des Fous J ai besoin de courir. Depuis toujours. Mes parents disent que j ai su trotter avant de marcher. J ai maintenant 32 ans et je viens de réaliser un vieux rêve : terminer la Diagonale des Fous, une course

Plus en détail

Irina L. Irina d ici. Témoignage recueilli en juin 2005

Irina L. Irina d ici. Témoignage recueilli en juin 2005 Irina L. Irina d ici Témoignage recueilli en juin 2005 Production : atelier du Bruit Auteur (entretiens, récit de vie, module sonore) : Monica Fantini Photos : Xavier Baudoin 197 7 Naissance à Caransebes,

Plus en détail

INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. PERSONNAGES PROBLÈME À L ÉCOLE ZUT! JE L AI PERDU!

INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. PERSONNAGES PROBLÈME À L ÉCOLE ZUT! JE L AI PERDU! INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. Un membre de l équipe doit réfléchir à une façon de résoudre le problème. Les autres membres de l équipe

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Une interview avec la direction de l'ofaj, Max Claudet et Eva Sabine Kuntz Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Le Grand méchant

Plus en détail

L Intégrale de l Humour ***

L Intégrale de l Humour *** Un enfant va dans une épicerie pour acheter des bonbons. Comme l épicier n en vend généralement pas beaucoup, il les range tout en haut d une étagère très haute. Le garçon demande : 1 euro de bonbons s

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

Manuscrit et Vocabulaire

Manuscrit et Vocabulaire Manuscrit et Vocabulaire Histoires fantastiques : En voiture! «Bienvenue dans votre voiture. Je vais accompagner pendant votre voyage. Laissez-moi vous guider!» On entend une voix mélodieuse quand Papa

Plus en détail

TEST DIAGNOSTYCZNY Z JĘZYKA FRANCUSKIEGO

TEST DIAGNOSTYCZNY Z JĘZYKA FRANCUSKIEGO TEST DIAGNOSTYCZNY Z JĘZYKA FRANCUSKIEGO Wybierz jedną prawidłową odpowiedź a, b, c lub d (50 punktów) 1. Comment tu.., Luc ou Lucas? a) s appelle b) t appelles c) appelles d) m appelle 2. Tu... combien

Plus en détail

Le loup et les 7 chevreaux

Le loup et les 7 chevreaux Episode 1 Il était une fois une chèvre qui avait sept jolis petits chevreaux. Un matin, elle voulut aller chercher de la nourriture pour elle et ses petits dans la pairie. Elle les rassembla tous les sept

Plus en détail

J étais chez papi et mamie et je n ai pas dormi de la nuit. Les arbres sont tombés j ai eu très peur. Manon

J étais chez papi et mamie et je n ai pas dormi de la nuit. Les arbres sont tombés j ai eu très peur. Manon Chez moi il y a eu la tempête à plus de 160 à l heure, environ 180. Mais le plus important, ce n est pas ça, c est que nous n avons plus eu d électricité. C est pareil pour l eau, nous en avons, mais elle

Plus en détail

La souris voyageuse. Pipistrelle à Venise. Annick et Jacques Laban OCOKRNWOG. Novembre 2001

La souris voyageuse. Pipistrelle à Venise. Annick et Jacques Laban OCOKRNWOG. Novembre 2001 La souris voyageuse Pipistrelle à Venise Annick et Jacques Laban Novembre 2001 1 Dans la gare de Nice, sous une grosse traverse en bois vivait une famille de souris. La demeure était certes un peu bruyante,

Plus en détail

Un taxi à New York. L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici.

Un taxi à New York. L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici. Version audio - CLIQUE ICI Un taxi à New York L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici. Ici, on est à New York City, c

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Une toute jeune ille comprend dificilement les derniers mots de sa mère mourante, mais n ose lui faire répéter. Pourtant voilà Cendrillon liée à cette phrase : Tant que tu penseras à moi tout

Plus en détail

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz 1 Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l'autorisation de la SACD : www.sacd.fr de Patrick Mermaz Présentation

Plus en détail

Les langues d oiseaux moulus

Les langues d oiseaux moulus Les langues d oiseaux moulus «Le dire, c est déjà l infirmer» était la phrase préférée de l homme qui me servait de père. Elle résonnait en moi comme une sentence. Il me la répétait à chaque fois que je

Plus en détail

Interview de Manuel VALLS, Premier ministre, Journal de TF1 - Anne-Claire COUDRAY et Gilles BOULEAU Samedi 14 novembre 2015

Interview de Manuel VALLS, Premier ministre, Journal de TF1 - Anne-Claire COUDRAY et Gilles BOULEAU Samedi 14 novembre 2015 Service Communication Hôtel de Matignon, le 14 novembre 2015 Interview de, Premier ministre, Journal de TF1 - et Samedi 14 novembre 2015 Bonsoir Monsieur le Premier ministre. Bonsoir. Merci beaucoup d

Plus en détail

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976)

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La véritable histoire de la Belle au bois dormant (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La classe de 6 ème 1 du collège Paul Froment vous présente : La

Plus en détail

Travail significatif de français 6P

Travail significatif de français 6P Etablissement primaire Payerne et environs Nom : Date : Travail significatif de français 6P L1:21 Lire de manière autonome des textes variés et développer son efficacité en lecture. Progression des apprentissages:

Plus en détail

Gardons bien nos enfants et rendons-les forts! Document adapté pour le Nord-Cameroun par «Communication pour le développement» marcodev@orange.

Gardons bien nos enfants et rendons-les forts! Document adapté pour le Nord-Cameroun par «Communication pour le développement» marcodev@orange. Gardons bien nos enfants et rendons-les forts! 1 Voici des conseils pour bien nourrir l enfant et lui assurer la santé. 2 Comment la maman doit faire téter son bébé 3 Comment la maman doit faire téter

Plus en détail

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE Le tout petit œuf. La toute petite chenille Le tout petit œuf vu à la loupe Il était une fois un tout petit œuf, pondu là. Un tout petit œuf, petit comme un grain de poussière.

Plus en détail

Stage à Québec. I. Vie pratique. 1) Logement

Stage à Québec. I. Vie pratique. 1) Logement Stage à Québec I. Vie pratique 1) Logement Durant mon stage de dix semaines dans la ville de Québec, j ai pu être logé à la résidence universitaire de l université de Laval. Je possédais une petite chambre

Plus en détail

Le Portable. Xavier Boissaye

Le Portable. Xavier Boissaye Le Portable Xavier Boissaye L acteur entre en scène s appuyant sur une béquille, la jambe plâtrée. «Quand je pense qu il y en a.» (bruit de portable) L acteur prend son appareil dans sa poche et se tourne

Plus en détail

LEARNING BY EAR. Sécurité routière EPISODE 3 : «Mesures de sécurité pour les piétons»

LEARNING BY EAR. Sécurité routière EPISODE 3 : «Mesures de sécurité pour les piétons» LEARNING BY EAR Sécurité routière EPISODE 3 : «Mesures de sécurité pour les piétons» Auteur : Victoria Averill Editeurs : Johannes Beck, Katrin Ogunsade Correction : Martin Vogl Traduction : Aude Gensbittel

Plus en détail

La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit.

La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit. La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit. Un après midi d ennui Yoann s ennuyait depuis toujours mais, en ce début

Plus en détail

Lettres d un fils divorcé à son père

Lettres d un fils divorcé à son père Lettres d un fils divorcé à son père 1 ère lettre : «Bonjour papa. J espère que tu vas bien. Ici il fait froid ; c est l hiver. Pour la première fois, je viens de voir la neige tomber. Comment va Ixion,

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

Lundi 8 : Mardi 9 Mercredi 10 Jeudi 11

Lundi 8 : Mardi 9 Mercredi 10 Jeudi 11 Du 8 au 14 juillet, les participants du Sailing Voyage (15 jeunes boulonnais dont 4 d Haffreingue et 15 jeunes anglais vivant dans le district de Shepway) ont navigué pendant une semaine de Portsmouth

Plus en détail

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Ma première Lettre d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Table des matières (par ordre alphabétique des prénoms): Page 3 : Anonyme Page 4 : Anonyme Page 5 : Clara Page 6 : Anonyme

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit.

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit. Correspondance jusqu à la mort MARIA PHILIPPOU ========================= Mary : Mon cher John. J espère que tu vas bien. Je n ai pas reçu eu de tes nouvelles depuis un mois. Je m inquiète. Est-ce que tu

Plus en détail

Les appareils auditifs

Les appareils auditifs 219 ANNEXE A Les appareils auditifs Un appareil auditif est un petit équipement qui rend un son plus fort. Beaucoup de gens pensent qu un appareil auditif guérit le problème d audition d un enfant et lui

Plus en détail

«J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge.

«J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge. J aime, je n aime pas Extrait de "J'aime", Minne/Natali Fortier (Albin Michel) «J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge. Quand je traverse la route au passage piéton, j aime marcher

Plus en détail

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Ça se passe chez nous, boulevard aux Oiseaux. Après l école, pour me rendre utile, j ai ciré l escalier jusqu à ce que ça reluise à mort. «Ça fera plaisir à papa»,

Plus en détail

que dois-tu savoir sur le diabète?

que dois-tu savoir sur le diabète? INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS - TERRE NEUVE - FRHMG00277 - Avril 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. que dois-tu savoir sur le diabète? Lilly France 24 boulevard Vital Bouhot CS 50004-92521

Plus en détail

Les contes de la forêt derrière l école.

Les contes de la forêt derrière l école. Circonscription de Lamballe EPS cycle 1 Les contes de la forêt derrière l école. Une proposition de travail en EPS pour les enfants de petite et moyenne section, ayant comme thèmes Les déplacements, les

Plus en détail

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique A l'est - En janvier 1944, débute l'offensive soviétique qui entraîne la retraite de la Wehrmarcht de ses alliés. En juillet 1944, l'armée rouge, désormais supérieure en effectifs et en armements, pénètre

Plus en détail

Rester En restant, Finir En finissant, Manger En mangeant, Bouger En bougeant

Rester En restant, Finir En finissant, Manger En mangeant, Bouger En bougeant 1 - Découverte : Le verbe au participe passé Rappel : le verbe au participe présent, c est : Rester En restant, Finir En finissant, Manger En mangeant, Bouger En bougeant C est grâce au participé présent

Plus en détail

Le marteau et l enclume

Le marteau et l enclume Sophie Ricoul Le marteau et l enclume Chroniques d une accidentée de la route 2 2 Les aires d accueils pour les gens du voyage ou Le marteau et l enclume Gérer des aires d accueils pour les gens du voyage

Plus en détail

Apprendre à porter secours

Apprendre à porter secours séance 1 Apprendre à porter secours Se protéger, protéger et donner l alerte Je découvre Observe ces images. Décris les situations que tu vois, explique ce que tu comprends, puis, complète le tableau ci-après.

Plus en détail

Test à envoyer par e-mail à l adresse suivante pedagogie@lyon-bleu.fr

Test à envoyer par e-mail à l adresse suivante pedagogie@lyon-bleu.fr Voici les conditions idéales pour faire le test : 60 minutes maximum choisir une réponse seulement si vous êtes sûr(e). Ne devinez pas. pas de dictionnaire, ni de livre de grammaire, ni d'aide extérieure

Plus en détail

RAPPORT DE LA MARCHE DE PENITENCE DES JEUNES DE L ASSOCIATION HUMANITAIRE CATHOLIQUE DES JCM TOGO.

RAPPORT DE LA MARCHE DE PENITENCE DES JEUNES DE L ASSOCIATION HUMANITAIRE CATHOLIQUE DES JCM TOGO. RAPPORT DE LA MARCHE DE PENITENCE DES JEUNES DE L ASSOCIATION HUMANITAIRE CATHOLIQUE DES JCM TOGO. Objectif du pèlerinage Nous avons décidé de faire un pèlerinage de pénitence au mois d Aout 2010 depuis

Plus en détail

Récapitulatif des compétences évaluées en Conjugaison.

Récapitulatif des compétences évaluées en Conjugaison. Fiche numéro Récapitulatif des compétences évaluées en Conjugaison. Nombre de pages Compétences évaluées 1 1 Distinguer le passé, le présent, le futur. 2 1 Distinguer le passé, le présent, le futur. 3

Plus en détail

Liste de mots à copier (4 mots à copier 3 fois) Attention, écris «un» ou «une» devant le mot quand c est possible

Liste de mots à copier (4 mots à copier 3 fois) Attention, écris «un» ou «une» devant le mot quand c est possible Série 1 maison papa porte rue Série 2 avec deux terre été Série 3 maman pipe pour table Série 4 école jardin mal bébé Série 5 carte cheminée livre nature Série 6 rouge sucre tête vache Série 7 achat barbe

Plus en détail

Learning by Ear Le savoir au quotidien «Animaux et records plus vite, plus haut, plus loin»

Learning by Ear Le savoir au quotidien «Animaux et records plus vite, plus haut, plus loin» Learning by Ear Le savoir au quotidien «Animaux et records plus vite, plus haut, plus loin» Texte : Leona Frommelt Rédaktion : Maja Dreyer Traduction: Julien Méchaussie Introduction : Bonjour et bienvenue

Plus en détail

La concordance au passé

La concordance au passé La concordance au passé Ce document présente huit textes. Les premiers exercices exploitent l utilisation du passé composé et de l imparfait. Les autres nécessitent le recours aux trois principaux temps

Plus en détail

L après midi l inspecteur se rendit à la boulangerie. Il interrogea Madame Madeleine, pendant que son équipe inspectait les lieux.

L après midi l inspecteur se rendit à la boulangerie. Il interrogea Madame Madeleine, pendant que son équipe inspectait les lieux. Récit 15 Dans une petite ville paisible d Allemagne, appelée Brestër, vivait un certain M. Choufleur. Une nuit alors qu il était profondément endormi, le téléphone sonna. - «Allo, suis-je bien chez M.

Plus en détail

Louise, elle est folle

Louise, elle est folle Leslie Kaplan Louise, elle est folle suivi de Renversement contre une civilisation du cliché la ligne Copi-Buñuel-Beckett P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e pour Élise et Fred tu m as trahie

Plus en détail

Enfant soldat. Mon plus grand rêve, c est de devenir soldat. Je les trouve tellement courageux, et tellement élégants dans leur uniforme!

Enfant soldat. Mon plus grand rêve, c est de devenir soldat. Je les trouve tellement courageux, et tellement élégants dans leur uniforme! Enfant soldat Mon plus grand rêve, c est de devenir soldat. Je les trouve tellement courageux, et tellement élégants dans leur uniforme! Un jour que je marche dans la rue, je tombe en arrêt : devant moi,

Plus en détail

Les enfants et la sécurité alentour des. Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens.

Les enfants et la sécurité alentour des. Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens. Les enfants et la sécurité alentour des Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens. Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens. Qu est-ce que ton chien aime faire avec toi? Qui

Plus en détail

Hop! Il verse un kilo de clous sur la route. Puis, vite, il court se cacher. PAF! PAF! ET FOUIT!

Hop! Il verse un kilo de clous sur la route. Puis, vite, il court se cacher. PAF! PAF! ET FOUIT! Aujourd hui est un jour particulier : c est la rentrée des classes pour les enfants des contes de fées! Sur le chemin de l école, le Petit Chaperon rouge, Hänsel, Gretel et le Petit Poucet sont bien contents

Plus en détail

Tout savoir sur les dents de 0 à 6 ans MIKALOU VA CHEZ LE DENTISTE

Tout savoir sur les dents de 0 à 6 ans MIKALOU VA CHEZ LE DENTISTE Tout savoir sur les dents de 0 à 6 ans MIKALOU VA CHEZ LE DENTISTE Récit MIKALOU N A PAS MAL AUX DENTS! Tu es grand maintenant, dit maman. Il est temps d aller chez le «docteur des dents» Très occupé à

Plus en détail

ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE

ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE Enseignement intégré des humanités Octobre 2012 Épreuve n 2 Compréhension et expression écrites Les Mille et une nuits ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE Nom : Prénom : Classe de sixième :.. COMPRÉHENSION

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

Hansel et Gretel. Le plus loin qu ils courraient, le plus loin qu'ils étaient de leur maison. Bientôt, Gretel avait peur.

Hansel et Gretel. Le plus loin qu ils courraient, le plus loin qu'ils étaient de leur maison. Bientôt, Gretel avait peur. Hansel et Gretel Première scène Il était une fois, dans un petit village, un bûcheron et ses deux enfants, Hansel et Gretel. Un jour, il n'y avait plus de manger dans la maison alors le bûcheron demandait

Plus en détail

Zéralda aimait beaucoup faire la cuisine. A l âge de six ans, elle savait déjà faire friture et rôti, bouilli et farce, ragoût et grillade.

Zéralda aimait beaucoup faire la cuisine. A l âge de six ans, elle savait déjà faire friture et rôti, bouilli et farce, ragoût et grillade. Il était une fois un ogre, un vrai géant, qui vivait tout seul. Comme la plupart des ogres, il avait des dents pointues, une barbe piquante, un nez énorme et un grand couteau. Il était toujours de mauvaise

Plus en détail

L histoire dont vous êtes le héros

L histoire dont vous êtes le héros L histoire dont vous êtes le héros Ce jeu peut être fait en intérieur ou en extérieur par des enfants sachant impérativement lire. Principe du jeu : A la manière des livres «L histoire dont vous êtes le

Plus en détail

电 子 科 技 大 学 2014 年 攻 读 硕 士 学 位 研 究 生 入 学 考 试 试 题 考 试 科 目 :241 法 语 ( 二 外 )

电 子 科 技 大 学 2014 年 攻 读 硕 士 学 位 研 究 生 入 学 考 试 试 题 考 试 科 目 :241 法 语 ( 二 外 ) 电 子 科 技 大 学 2014 年 攻 读 硕 士 学 位 研 究 生 入 学 考 试 试 题 考 试 科 目 :241 法 语 ( 二 外 ) 注 : 所 有 答 案 必 须 写 在 答 题 纸 上, 写 在 试 卷 或 草 稿 纸 上 均 无 效 一 用 括 号 中 动 词 的 正 确 形 式 填 空 ( 每 空 1 分, 共 10 分 ) 1. Plusieurs éléments (rendre)

Plus en détail

Dossier d individualisation

Dossier d individualisation Dossier d individualisation THÈME : LES MOTS DE LIAISON Nom : Prénom : Classe : i Mode d emploi 1 Observe puis lis attentivement la fiche cours «accompagnement». 2 Vérifie si le cours est compris en travaillant

Plus en détail

Olaf était face à l océan.

Olaf était face à l océan. Olaf était face à l océan. Rêvasser, c était tellement plus amusant qu apprendre à déchiffrer les runes. Cette écriture bizarre ne lui servirait pas à grand-chose quand il prendrait la mer. Trouver son

Plus en détail

Évaluations diagnostiques - Consignes de passation

Évaluations diagnostiques - Consignes de passation Consignes Page 1/12 Évaluations diagnostiques - Consignes de passation Partie 1 Exercice 1 : La consigne est «Observe les images. Elles appartiennent toutes à un même thème sauf une. Entoure-la.» Tu (vous)

Plus en détail

Auxiliaire avoir au présent + participe passé

Auxiliaire avoir au présent + participe passé LE PASSÉ COMPOSÉ 1 1. FORMATION DU PASSÉ COMPOSÉ Formation : Auxiliaire avoir au présent + participe passé PARLER MANGER REGARDER J ai parlé Tu as parlé Il/elle/on a parlé Nous avons parlé Vous avez parlé

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

Liturgie pour enfants

Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Semaine québécoise des familles du 11 au 18 mai 2014 Nous vous proposons deux liturgies de la Parole selon les textes des Évangiles du dimanche choisi. On évoquera

Plus en détail

par les ados du CFBI

par les ados du CFBI par les ados du CFBI Salut, Je m appelle Debra, j ai 18 ans. J aime la musique. Je viens du Burundi. Je parle 3 langues et je joue au piano. Je m appelle Oumou Salamata. J ai 14 ans. Je viens de Guinée.

Plus en détail

3ème groupe : Tous les autres verbes et les verbes irréguliers (venir, prendre, savoir, devoir, vendre, croire, naître, courir...

3ème groupe : Tous les autres verbes et les verbes irréguliers (venir, prendre, savoir, devoir, vendre, croire, naître, courir... Les trois groupes de verbes 1er groupe : tous les verbes terminés par er (chanter,manger, tomber, laver...) sauf aller qui est irrégulier 2ème groupe : tous les verbes terminés par ir (finir, agir, réfléchir

Plus en détail