Le 9 octobre /49

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le 9 octobre 1914 2/49"

Transcription

1 Pépé Théo Quelques mois de la grande guerre vécus par Théodore Gluard et écris par lui dans un petit carnet. Relevé par sa belle-fille Denise Gluard 20 ans après. Informatisé par son arrière petite-fille Angéline Gluard 90 ans après. 1/49

2 Le 9 octobre 1914 Partis de Bois-d Arcy le 9 octobre à 11 heures du matin. Arrivés à Cherbourg le 10 octobre à 5 heures du matin. Embarqués à bord de la Savoie le même jour à 2 heures du soir. Arrivés à Dunkerque le 11 octobre à 7 heures du matin. Débarqués à 3 heures du soir. Nous sommes couchés à Rosendaël, faubourg de Dunkerque et nous y sommes restés trois jours, très bien accueillis des habitants. De la nous sommes embarqués en chemin de fer, le mercredi 14 octobre, à destination de Poperinge en Belgique. C est là où en descendant du train, nous entendions le canon à 6 kilomètres de nous. Nous y avons couché, et le lendemain, jeudi, nous avons été faire des tranchées à 5 km en avant, sur Ypres. Pendant ce temps là, on se battait très fort devant nous, à Ypres (5 km de nous). Ce même jour, un taube est venu nous survoler. Nous lui avons tiré peut-être cent coups de fusils, mais sans l abattre. Cependant, à quelques distances de nous, les anglais, d un seul coup de canon l ont abattu. Les arbres étaient criblés de balles, sans doute les nôtres de tout à l heure. Le soir, nous sommes revenus coucher à Poperinge et le lendemain, vendredi, nous sommes revenus au même endroit continuer les tranchées. 2/49

3 Le soir, nous sommes encore revenus à Poperinge, jolie ville, ma foi, et les habitants, très bons. Le samedi matin, nous devions partir et nous sommes restés jusqu à 2 heures du soir, dans l attente. Enfin, donc, départ à 2 heures du soir, nous avons fait 15 km à pied. Nous avons couché à Rexpoëde et le lendemain départ à 8 heures du matin pour Hondschoote encore en Belgique. Nous avons la veste. Trois jours à faire des tranchées et nous prenions le service des avants postes. Ces jours là, on se battait très fort sur toute la ligne à 10 kilomètres de nous. Nous entendions fortement le canon et même les fusils. La bataille était terrible comme tout le monde le sait. Quant à nous, l endroit le plus prêt était Nieuwpoort et Dixmude sur l Yser. Nous sommes repartis de Hondschoote le jeudi à 8 heures du soir. Le 22 octobre nous sommes arrivés à Lo à minuit. Là nous avons couché dans une ferme. Le lendemain vendredi 23 octobre nous sommes repartis à 2 heures du soir nous avons fait 5 kilomètres et ma foi, cette fois là nous étions complètement au feu. Vers 5 heures une fusillade s est engagée. Et enfin l artillerie se plaçait derrière nous à 400 mètres environ. Et j assure que vers 10 heures du soir, les obus nous passaient sur la tête. Il y avait là sur le bord de la rivière de jolies tranchées. 3/49

4 Nous étions là dedans et nous y avons passé la nuit à entendre tonner les canons par-dessus nos têtes. Et à envoyer aussi quelques coups de fusils dans l espace car la nuit était très noire et le brouillard de la rivière on ne voyait rien mais il fallait tirer quand même à tout hasard pour les empêcher d avancer pendant la nuit. Cependant, à ma gauche, à quelques cent mètres de moi, un violent feu s est ouvert vers 10 h du soir et l ennemi n était pas loin en effet car il y a eu un blessé. C est donc du 23 au 24 octobre 1914 que j ai assisté la première fois au feu. Voici mon détail sur ces quelques journées passées et c est étant dans la tranchée le samedi matin 24 octobre que j ai écrit ceci. Il est en ce moment 8 heures et ce n est qu une canonnade, nous avons tiré aussi mais maintenant il vient de nous arriver un ordre de ne pas tirer sans commandement nouveau. Donc pour me distraire, j écris ceci. Cependant tout à l heure j ai été interrompu dans mon écriture car un obus vient d éclater à 35 mètres environ de nous. Un camarade a été ramassé un éclat d obus. Maintenant j attendrai un peu de nouveau pour écrire. Samedi 24 octobre Gluard. 4/49

5 Aujourd hui 25 octobre, 8 heures du matin. Je continue à expliquer comment c est passé le reste de la journée du 24 et aussi de la nuit Toute la journée du 24, une terrible canonnade des deux cotés. Les grosses pièces allemandes éclataient sur notre ligne. C est en face de la 9 ème compagnie, qui se trouvait droit devant notre artillerie que les bombes venaient éclater. Il y a eu d après ce que j ai entendu dire par les camarades : 23 blessés. L ennemi dirigeait toujours son tir sur notre artillerie. Elles éclataient toutes au même endroit à environ 150 mètres de moi. La plus près était celle du matin, à 35 mètres à gauche, et les autres à ma droite comme je le dis à 150 mètres environ. Les nôtres leur répondaient fortement et j assure, à qui que ce soit, que la journée paraît longue par une situation pareille. On nous apporte à manger dans nos tranchées comme à des bêtes fauves dans leur cage. Il ne faut pas se plaindre pour la situation que nous occupons. Nous avons bien pour manger, il n y a que pour boire, car il n y a pas d eau dans l endroit ; que dans les fossés des prairies. 5/49

6 Nos cuisiniers dans chaque escouade nous font bouillir l eau pour le marc de café. La journée a été forte de brouillard. La nuit arrive à 4 heures et demi. Mais à la tombée de la nuit, je ne sais si c est pour nous dire bonsoir, ils nous ont lancé deux bombes si près l une de l autre que tout tremblait. Puis c est tout. On ne les entend plus. Mais nous de notre coté, ce n était pas fini. Il y a eu un peu de relâche de 6 heures à 8 heures du soir. Ensuite, le canon, les mitrailleuses, les fusils à notre gauche, tout donnait. C était comme un roulement de tambour et toute la nuit, derrière nous. On entendait notre renfort d artillerie qui arrivait et en effet, ce matin, de tout côté notre artillerie donne. A l instant où j écris ces lignes, nous avons des pièces, droit derrière nous qui viennent de cracher. La situation devient inquiétante. Je m arrête pour observer. Je reprendrai demain. 25 octobre Gluard. Aujourd hui, 26 octobre, lundi. Je continue sur ma journée du 25 et de la nuit du 26. En effet, à l instant où je me suis arrêté d écrire hier je disais que la situation était inquiétante. Toute la journée les obus nous ont survolé. 6/49

7 Nous avions une batterie derrière nous qui n a pas cessé de la journée. Mais cela nous faisait plaisir à entendre. Mais les autres répondaient aussi et les bombes éclataient comme la veille de chaque côté de nous. Mais à peu de distance, c est sous cette pluie d obus que l on nous distribue des lettres. Pensez, quel plaisir dans pareil moment de recevoir des nouvelles des siens. Moi, pour ma part, je reçois une lettre de ma femme et de ma petite Olga. Et une lettre de ma belle-mère avec son contenu et une carte de chez Madame Grannet. Toutes les correspondances reçues ce jour sont datées du 13 octobre et les recevons le 25. A cela nous nous empressons de tous répondre. C est étant assis au fond de notre tranchée que nous écrivons. Il faudrait voir cette position. Et dire que nous avons les boches à peut-être un kilomètre de nous. Nous sommes là, à les attendre. Nous sommes sur le bord d un canal et une prairie devant nous donc, s ils avancent, gare à eux! Notre artillerie balaye le terrain et nous, nous sommes là en cas qu ils avanceraient malgré la pluie des obus. Depuis deux jours que nous sommes là dedans jour et nuit, nous sommes tous 7/49

8 courbaturés car nous ne pouvons guère remuer faute de place. Et aussi, il ne fait pas bon se montrer. Dans la soirée, le sergent demande les lettres pour les poster au vaguemestre et il me demande si je veux aller avec lui. Nous partons donc tous les deux. Mais en prolongeant notre ligne, arrivant encore vers la 9 ème compagnie où hier il y a eu ces 23 blessés, une bombe vient encore d éclater et fait encore un blessé. Je le vois, on le conduit aux maisons les plus proches, c est à la jambe qu il est blessé. Sur ce fait, on m empêche d aller plus loin et je reviens dans mon trou. Et enfin, le reste de la journée a été continu de coups de canon, d un coté et de l autre. Mais à 7 heures même chose que la veille. Les fusils et les mitrailleuses se font entendre au même endroit et petit à petit tous faisaient feu. Comme il faisait noir, nous nous figurions qu ils avançaient dans cette prairie et nous voila tous à faire feu. Enfin après avoir tiré peut-être 15 cartouches chacun, on nous commande cessez le feu. La batterie qui est derrière nous balaye le terrain. C est épouvantable, c est que des éclatements partout, comme quand l orage tombe. 8/49

9 On voit de toute part des incendies, je les compte au nombre de 6 dont 5 du côté de l ennemi. C est les nôtres qui ont incendié avec les bombes pour les déloger de là. Eux nous ont incendié à un seul endroit. Mais le feu paraît très fort, mais cela paraît à ma gauche et à au moins 5 km de moi. Vers 10 heures, à cela, nous arrive la pluie qui a duré une partie de la nuit. Nous sommes enfondus. Jugez si nous sommes heureux. Le jour arrive, nous sommes tous tremblants, le vent après cette pluie est froid. De notre coté, ce matin, c est tranquille, pas un seul coup de canon. Ni par l ennemi. Mais à notre gauche, c est un vrai carnage, peut-être à 5 ou 6 km. Il n est encore que 8 heures. Probablement que la journée ne se passera pas comme cela car il me semble que çà s approche encore. Je vais encore m arrêter, je reçois à l instant une carte d Armentine Bacle. 26 avant 8 heures du matin. Théodore. Je m étais arrêté hier car je croyais la rude bataille s approcher mais cela a tenu toute la journée à notre gauche. C était terrible à entendre. Nous avons toujours une maudite pièce allemande devant nous à 2 km environ 9/49

10 et qui nous arrose à tout moment de mitraille. Les nôtres, cependant, leur en envoient de rudes buffées. Mais ils ne peuvent pas arriver à la démonter, elle doit être enterrée dans quelque trou et cette maudite nous cause beaucoup de ravages. Car ils pointent toujours sur le joli petit bourg qui est derrière nous sur la droite. Ce petit bourg s appelle Mientcapelle, il faut que le clocher soit solide car il est tout écorché par les débris de mitraille. Nos officiers d état major ont failli être atteints et ainsi que nos voitures de ravitaillement. Cela fait des trous où ça tombe à y loger un tombereau. Je me demande où la terre passe, car on n en voit pas une miette. C est terrible. Sans cela, c'est-à-dire cette pièce, la journée en face de nous aurait été calme. Quand on reste dans les tranchées il n y a pas trop de danger. Mais c est pour aller chercher les vivres et enfin tout ce qu on a besoin. C est à ce moment là qu on risque qu une bombe nous éclate dessus. Les deux premiers jours je ne comprenais pas ce qui se passait. Mais maintenant, je vois qu à notre droite et à notre gauche, il se trouve un pont de chaque coté et c est là qu ils voudraient passer. 10/49

11 C est pourquoi ils se battaient si dur et où nous sommes, nous, il n y a pas de pont, nous sommes là pour leur empêcher d en construire un avec des bateaux. Enfin la nuit a été assez calme mais grande bataille à notre gauche de nuit aussi. Ce matin, le temps est très joli, le soleil raye et nous sommes contents de le voir, car hier nous n avons pas pu arriver à nous réchauffer dans nos effets mouillés. Pas moyen d étendre nos effets puisqu il faut se dissimuler. Enfin, je ne sais pour quel temps nous sommes dans ces trous mais vraiment le temps y est long et on se fatigue car on ne peut pas s y étendre et on est à deux dans chaque trou. Voici quatre jours que l on est làdedans, il y a bientôt 15 jours que je n ai pas bu une goutte de vin, car depuis que nous sommes en Belgique, le vin vaut 1 :50 la bouteille, on n y boit que de la bière. Mais depuis ces quatre jours, on y boit que de l eau et encore comme je l ai dit dans mes premières journées, on est obligé de la faire bouillir : c est de l eau des fossés dans les prairies. Hier, lundi, nous avons touché un peu d eau de vie, mais à peine pour en goûter, environ 1 litre pour 25 hommes. 11/49

12 Ce matin, pendant que j écris, cette maudite pièce frappe encore de temps en temps sur le pays mais très peu. A notre droite on se bat très fort mais on dirait que c est un peu plus loin qu hier. Quant à nous, personne ne nous dit rien, nous ne savons rien, cependant, à entendre dire par les uns et les autres, la journée du 26 serait très bonne pour nous. Pendant que j écrivais tout à l heure, un taube est venu nous survoler mais très haut. Allons maintenant, à demain. 27 octobre Un instant après que je terminai d écrire hier, nous apercevons loin dans la prairie un cavalier qui s approchait, arrivant à environ 1000 mètres de nous. Ceux qui se trouvaient en face de lui ouvrent un feu sur lui, aussitôt il saute à terre comme pour faire voir qu il venait de tomber mort. Mais le feu s arrête un instant, on aperçoit le cheval étendu à terre ; lui était bien mort. Mais le Uhlan cherchait à marcher à quatre pattes ; aussitôt les même tirent encore et cette fois le tue. Mais pour aller le chercher c est dangereux. Cependant deux hommes demandent à y aller. 12/49

13 Nous autres, on veillait car si d autres s étaient approchés nous aurions tiré dessus. Mais enfin, rien ne s est passé. Ils l ont apporté mais comme nous ne pouvions pas sortir de nos tranchées, je ne l ai pas vu. On a dit que c était un Hulan mais c est tout ce que j en sais. Aussitôt cela, on distribue les lettres, moi je n ai rien hélas! La journée va me paraître bien longue. Mais malgré que, bien gêné dans nos tranchées, je m occupe à nettoyer un peu mon fusil. Car avec l eau qui est tombée et le brouillard la nuit, cela ne les arrange pas, et il fait bon en avoir soin. Jusqu à 2 heures environ du tantôt nous avons été assez tranquilles. La pièce dont j ai beaucoup parlé ces derniers jours nous lance toujours quelques bombes. A partir de 2 heures les nôtres commencent à bombarder dessus. Nous avons vu courir 5 types et ils faisaient vite. Enfin depuis ce moment je ne sais plus ce qui s est passé mais nous ne l entendons plus. Ils nous en lancent malgré cela avec une autre pièce mais elles viennent de si loin que l on n entend pas le départ du coup. Mais nous les entendons passer et ensuite éclater derrière nous. 13/49

14 Cependant une éclate droit devant nous mais peut-être à 500 mètres. Nous avons vu la terre voler. Nous en sommes quitte comme cela. Quand elles passent on dirait un express qui arrive c est épouvantable. Mais on s y habitue. Vers 5 heures le soir, à la tombée de la nuit, je ne sais si on a aperçu une troupe en marche du côté de l ennemi, mais derrière nous et du côté où la bataille avait duré une partie de la journée, notre artillerie ouvre un feu. Il est impossible de s en faire l idée. Nous comptons 8 pièces qui partent ensemble et au moins 10 fois de suite. Cela fait au moins 80 bombes qui arrivent sur l ennemi. Cela doit faire quelque chose quand même. Enfin la nuit est rendue et on entend quand même quelques coups de fusils mais très peu. La nuit a donc été en quelque sorte assez tranquille. Ce matin cela reprend comme de plus belle toujours dans la même direction. Mais il me semble que c est un peu plus loin. Quand à nous, ce matin il fait un joli soleil, nous sommes assis dans nos tranchées. Plusieurs aéroplanes des nôtres nous survolent mais aucune bombe ne nous arrive. Et notre artillerie ne dit rien non plus. Il est en ce moment 10 heures et je vais m arrêter pour manger un peu. Mercredi 28 octobre Gluard. 14/49

15 J ai bien dit que des aéroplanes nous survolaient au moment où hier je m arrêtais d écrire. En effet et sans doute ils avaient apporté la nouvelle que les allemands occupaient un petit bourg qu il y a devant nous à 3 kilomètres environ. Car tout à coup vers 4 heures du soir, notre artillerie tire dessus le premier coup. Nous le voyons éclater à 100 mètres environ du clocher. Mais le deuxième, le clocher descend. Et ensuite, ils bombardent tout le bourg. Je l avais bien aussi dans mon idée qu ils nous observaient étant là-dedans. Sapristi, il ne devait pas y faire bon. Je ne sais s ils ont été dérangés mais la nuit a été un peu plus calme que d habitude. Mais malgré cela nous veillons toujours. Ce matin, il y a un peu de gelée blanche, mais vers 8 heures le soleil paraît un peu. Un de nos avions passe encore sur nous pour aller sur leurs lignes. Mais 3 bombes lui sont lancées, sans l atteindre. Il retourne sur nous et ensuite s élève encore un peu et repart vers eux. Encore une autre bombe mais sans l atteindre car il est très haut. Et cette fois là, il continue sa route malgré eux. 15/49

16 Une vive bataille se fait entendre encore à notre gauche. Les coups de fusils ne décessent pas. Un bruit court que c est de notre côté que va s ouvrir la grande bataille. Il faut donc ne plus bouger de son trou et ni s éclairer. C est vers midi que cela cesse un peu. Et je me mets à écrire. Je fais d abord réponse à mon frère dont je viens de recevoir sa lettre datée du 17 et aussitôt j écris ceci. Ce matin les obus nous survolent d un côté et de l autre, rien de plus pour l instant et à demain. 29 octobre Gluard. Aujourd hui 30 octobre, je vais continuer à expliquer la journée d hier et la nuit. Cependant c est toujours à peu près pareil, toujours de fortes batailles à deux points. C est toujours à la même place, où sont les ponts, cela est évident. Nos officiers nous annoncent que sur toute la ligne, l ennemi est repoussé et que sur l Argonne on a anéantit tout un régiment allemand et qu ils se retirent en partant en débandade. Sur notre point cela ne va pas très vite, mais on les repousse aussi. Les russes marchent bien et leur ont fait hier 500 prisonniers. Ce sont nos officiers qui nous le disent, car nous ne voyons ni journaux, ni rien. 16/49

17 Nous sommes dans nos trous et nous attendons. On a parlé ce matin de très bonne heure que nous allions en sortir pour aller prendre un peu de repos. Vraiment voilà une semaine entière que nous sommes là dedans. Il y aurait moyen de perdre la tête à toujours entendre les canons et les fusils. Et être dans ses trous privés de tout. Pas seulement une goutte d eau propre et manger il faudrait voir, c est affreux. Et après on dit qu on est bien soigné sur la ligne de feu. Je le répète, on y est très mal. Les fumeurs tirent la langue, plus de tabac, plus rien, je m arrête sur ce sujet La nuit je prends la faction de 7 heures à 9 heures du soir et pendant ces 2 heures, j entends une vive bataille à ma droite. Après cela je me suis étendu et malgré une pluie fine, je m endors. Toute la nuit, d après les autres sentinelles, qui m ont succédées, la bataille a duré. Et en effet ce matin, on se bat très fort au même endroit. C est à 3 kilomètres tout au plus de nous. Arrive 5 heures du matin, on m appelle pour aller à la distribution des vivres. Nous allons peut-être à un kilomètre en suivant le long des tranchées. Moi, j apporte le sac de lettres et les paquets. 17/49

18 Je croyais bien en avoir moi aussi, mais il faut se taper pour aujourd hui. Vraiment c est désolant. Mes dernières lettres reçues sont du 25, dont j ai déjà fait mention voilà 5 jours. Et après on me dit m écrire touts les jours. Je n y comprends plus rien. Je termine en vous disant qu en ce moment, 10 heures, la bataille est chaude. 30 octobre Ce n est qu aujourd hui, dimanche, jour de Toussaint, que je peux reprendre à écrire l explication de mon temps. Hier samedi, il m en a été impossible. J avais bien dit plus haut, que nous avions été prévenu de notre départ des tranchées. Et il est vrai que le temps commençait à nous y durer. Nous en sommes sortis à 4 heures du matin, nous avons été remplacé par le 94 ème Territorial et nous avons été dirigé à un joli petit bourg que l on nomme Polinchone. A 7 kilomètres environ d où nous étions, mais naturellement, en arrière. Ma compagnie ainsi que la 6 ème, nous avons été logés dans l église. Nous étions bien 500 hommes làdedans. Depuis les 8 jours que nous étions enfermés dans les tranchées on est content de se ravitailler. Mais tout était rare et très cher. Cependant on a trouvé malgré beaucoup de peine des grillons, des 18/49

19 saucisses et du beurre et boire de la bière. Mais du tabac, impossible. Cependant vers midi nous arrivent trois petites voitures qui amenaient du tabac. Il est impossible de décrire ce spectacle, les marchands n étaient plus les maîtres. Jamais vu un enlèvement pareil. Mais un autre inconvénient : plus de feuilles à cigarettes, voila donc tout le monde faire l achat d une pipe. Car dans le pays, il y avait beaucoup de ces petites pipes en terre, pas cher ma foi, un sou. J en achète une aussi et nous voilà tous à piper. Le soir nous avons très bien mangé et ma foi, pour la première fois j ai couché à l église. Chacun aurait bien pu prendre un peu d esprit, mais je crois que nous aurons été sages. Le matin, à 6 heures, on nous en fait sortir. Et malgré la paille et le désordre, qui naturellement régnait après avoir abrité autant d hommes, à 6 heures et demi, l église était pleine de croyants belges pour la petite messe. A 11 heures, grand messe, à nouveau remplie. Il est vrai que c est dimanche, jour de Toussaint, mais malgré cela, la Belgique est très religieuse. 19/49

20 Dès le matin, moi je suis, avec ma section, embauché pour la corvée, car dans la nuit beaucoup avaient fait des ordures dans le cimetière qui touche l église et cela n aurait pas été agréable de marcher dans l ordure. Ensuite nous déjeunons et à onze heures, nous sommes encore, ma section, commandés de garde. Nous sommes à la sortie du bourg dans une ferme et plusieurs sentinelles veillent dans la direction de l ennemi. Nous avons un temps superbe, beau soleil et de là nous entendons encore fort le canon gronder. Cependant, on entend, d un côté et d autre, dire que les boches ont été frottés sérieusement sur tous les points. De notre côté aussi, c'est-à-dire en Belgique, on nous dit que nous sommes victorieux et que cela va bien. Malgré que ça ne soit pas de source sûre ces entendus dire nous font plaisir. Mais à quand donc la fin de tout cela et vivement notre retour parmi ceux que nous aimons tant et pour lesquels nous défendons leur liberté. 1 er novembre Ce n est qu aujourd hui, mardi 3 novembre que je peux reprendre mon écriture. Je vous disais dimanche, que ma section était de garde mais tout à coup, vers 4 heures et demi, on vient nous prévenir qu il faut partir immédiatement. 20/49

21 Nous étions prêts à manger la soupe mais il a fallut donner des coups de pieds dedans et partir. On nous fait faire 5 km puis on nous arrête derrière une ferme. Il a fallut y passer la nuit et dehors. Vers 3 heures du matin il a tombé un peu d eau. Jugez si nous étions à l aise. A 7 heures du matin nous touchons 4 paquets de cartouches de plus. Ce qui nous fait chacun 19 paquets de 8. Ceci n était point bon signe. Aussitôt cette distribution nous partons. Et sans savoir où. Mais les bombes éclatent aux environs de nous. On nous arête à une petite maison, on se cache le mieux possible ; c est là où sont les médecins et les infirmiers. Là nous apprenons que le 2 ème bataillon dont le mien est en réserve et que le 1 er et le 3 ème sont passés en avant du canal où nous avions resté logés dans les tranchées toute la semaine avant. Un joli travail que notre état-major vient de faire. J ai bien dit dans mon récit de la semaine que nous étions dans les tranchées et que devant nous il y avait une plaine où l on voyait à 2 kilomètres. Les allemands n ont pas voulu, eux, s approcher. Mais nous, on nous lance dans cette plaine c'est-à-dire deux bataillons. 21/49

22 Jugez un peu ce qui s est produit. C est le 3 ème bataillon qui commence mais à peine les deux compagnies passées, les allemands font feu dessus et les nôtres ne pouvaient pas tirer puisqu il ne les voyaient pas, ils étaient dans des tranchées de 2 mètres de profondeur et recouvertes de terre juste un petit créneau pour tirer. Vers 10 heures du matin, les voitures d ambulance commencent à amener nos blessés. C est affreux à voir. En partie, la 11 ème compagnie, jusqu au lendemain matin à 3 heures, ils n ont fait qu amener des blessés. Et ils nous racontaient comment cela s était passé. C est affreux, nous disent-ils, être tirés et blessés comme cela sans pouvoir se défendre. Pauvres camarades, va, il y en a qui sont bien en mauvais état. Même quelques-uns meurent en arrivant. Et combien qui sont restés morts sur le terrain. Des pères de famille, j en suis tout affolé. Je tremble en voyant cela. Et surtout, en pensant que c est de la faute de notre état major, car la position était impossible pour prendre l offensive. C est eux aujourd hui et demain ce sera nous. Allons donc, c est ignoble. On nous disait l autre jour que tout allait bien. Et bien moi je trouve que ça va très mal. 22/49

23 Les blessés nous disent que le premier bataillon n a pas pu passer et est resté derrière des tranchées. Mais le matin du 3 novembre quelqu un dit à son tour que le 1 er bataillon a franchit le canal. Le 3 ème se replie sur Lo pour prendre du repos et nous, on nous approche encore un peu. Tellement que les bombes éclatent de tout côté. Qu allons nous devenir aussi, chacun se le demande. Faire son devoir en face de l ennemi, oui, mais aller dans des conditions semblables c est terrible. Et surtout des territoriaux. Enfin aujourd hui, nous sommes là, à entendre siffler les bombes, on nous fait cacher dans des fermes et c est tout. Peut-être demain notre fin. Nous ne voyons plus passer les voitures de blessés. Donc aujourd hui nous ne savons pas ce qui se passe. Ce qu il y a de sûr, c est que nous sommes dans une sale position. 3 novembre La fin de la journée s est passée dans les mêmes conditions. Nous avons vu beaucoup d aéroplanes nous survoler. Et surtout des bombes. Le soir, à la nuit, on nous dit que nous passons la nuit là, on se met dans les granges, le plus possible, mais beaucoup restent sans abri. Moi, un des premiers. 23/49

24 Il y a là, un fameux pailler et je m y fais un trou dedans et m y loge. Beaucoup font comme moi. Arrive 9 heures du soir, tout à coup, trois formidables détonations se font entendre, tout près de nous. Tous ceux qui étaient dans les granges sont sortis. Moi et ceux qui étaient dans le pailler y sont restés, mais plusieurs bombes sont encore arrivées sans nous atteindre. Ce matin 4 novembre, nous prenons le café et à 8 heures : départ, nous faisons environ 2 kilomètres et nous arrivons sur le bord du canal ; le même où nous avons passé les 8 jours dans les tranchées. Mais elles sont occupées par le 94ème, donc, nous nous cachons et abritons derrière une haie où l on avait fait quelques petits abris. Au même instant que nous arrivons, notre artillerie qui se trouve derrière nous ouvre un feu continu de peut être cinquante coups de canons. Aussitôt une pièce allemande répond et je vous assure que çà n éclatait pas loin de nous car les morceaux de mitraille tombent par-dessus nous et nous en ramassons quelques-uns à tous les coups. Car nous entendons siffler l obus avant d arriver, nous nous couvrons la tête avec nos sacs. Nous sommes encore en réserve. Le 1 er bataillon est en avant dans cette plaine avec des tirailleurs sénégalais. 24/49

25 Nous apprenons par des camarades que hier 3 novembre, le 1 er bataillon a eu deux morts et dix blessés. En venant ce matin, c était terrible de voir les grands trous que les bombes font dans la terre sur les bords de la route. La route est presque coupée à travers. Dans le pré, nous voyons des trous de trois mètres de profondeur. Nous voyons aussi un petit carré avec quelques piquets et du fil de fer et une croix au milieu. C est là où repose quelques uns de nos pauvres camarades. Pensez si nous sommes bien gais. Je remarque que tout le monde est blême, jaune même je peux dire, tous souffrent moralement. Et aussi de mal manger, mal coucher et enfin tout le monde s ennuie et pensent à ceux que l on a laissé là bas et qui souffrent eux aussi de nous savoir si loin et dans de telles conditions. C est un petit instant après être derrière la haie que je me mets à écrire ceci. Cela me distrait un peu, mais de temps en temps, je suis, moi et mes camarades, obligé de baisser la tête car les bombes, à chaque instant nous arrivent. Je vais m arrêter pour aujourd hui. 4 novembre h du matin. Aujourd hui, 5 novembre, je puis maintenant expliquer la fin de journée d hier et bien que toute la journée les bombes nous aient tombé dessus, à ma 25/49

26 compagnie 7 ème, personne n a été blessé. Malgré que beaucoup l ai manqué belle. A 5 m de moi, il y avait une petite maison. La femme a été blessée au sein gauche et à une jambe. Il y avait dans la maison un sergent de chez nous du 93 ème qui n a été quitte que pour la peur. Cette pauvre femme est sur le point d être mère. Jugez un peu, on l a vite transportée à l ambulance et il n y faisait pas bon. Les obus éclataient de toute part. Le 1 er bataillon rentre, c est là où j ai pu voir Camille et plusieurs autres camarades. Ils ont eu aussi quelques morts et blessés. Mais j oublie de dire qu à côté de nous est placée la 6 ème compagnie. Un obus a tué quatre hommes et blessé deux, dont un caporal, les deux jambes coupées. C est bien malheureux des choses pareilles. Aussitôt après avoir parlé à Camille, comme je le disais tout à l heure, on nous dit, la 7 ème compagnie sac au dos et en avant, à notre tour. Nous traversons le pont sur le canal. Nous sommes là en plaine, sans tranchées, ni rien. Et à 8 heures, l eau commence à tomber. Nous sommes dans une boue et tout enfondus. Nous sommes de renfort. 26/49

27 Nous avons ordre de ne pas tirer car devant nous, il y a le 1 er régiment de zouaves d Alger et deux bataillons de Sénégalais. Mais vers 10 heures, la bataille s engage. Nous n entendons qu une fusillade et à 1 km au plus de nous. Les balles nous sifflent autour de nous, toute la nuit comme cela. Arrive le jour, nous sommes tous tremblants. Nous n avons rien touché de toute la journée que le quart de café du matin, plus de pain, plus rien. Tout le monde se plaint de la mauvaise organisation et du mauvais commandement qui existe. Il est presque bien jour, tout le monde s impatiente car nous sommes complètement à découvert. Enfin sur la plainte de plusieurs hommes, le capitaine va demander au colonel qui lui était dans un bon lit, dans une ferme derrière nous, quelle position nous devons occuper. On nous fait mettre tout à fait sur le bord du canal et c est tout. Nous sommes là couchés dans l herbe toute mouillée. Nous voyons passer des hommes sur le pont qui rentrent eux aussi mais je ne sais encore qu elle compagnie. Ils se dirigent sur un petit bois qui est devant nous et la fusillade existe toujours même où ils vont. 27/49

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Les jours de la semaine

Les jours de la semaine Les jours de la semaine Les jours de la semaine S enfilent un à un Comme les billes d un grand collier Dans un ordre, ils se suivent Chaque jour se ressemble Chaque jour est différent Mais on ne peut les

Plus en détail

V3 - LE PASSE COMPOSE

V3 - LE PASSE COMPOSE CM1 V.3 LE PASSE COMPOSE DE L INDICATIF Il s agit de mettre en évidence la conjugaison des verbes en «er», en «ir-iss» des verbes être, avoir, faire, prendre, aller, pouvoir. On mettra en évidence le fait

Plus en détail

Macmine et ses bons compagnons. CCéélleessttiinn

Macmine et ses bons compagnons. CCéélleessttiinn Macmine et ses bons compagnons CCéélleessttiinn Il était une fois une petite ambulance très intelligente. Elle vivait dans une petite maison en paille. Elle s amusait drôlement avec les autres voitures,

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

Manuscrit et Vocabulaire

Manuscrit et Vocabulaire Manuscrit et Vocabulaire Histoires fantastiques : En voiture! «Bienvenue dans votre voiture. Je vais accompagner pendant votre voyage. Laissez-moi vous guider!» On entend une voix mélodieuse quand Papa

Plus en détail

L Intégrale de l Humour ***

L Intégrale de l Humour *** Un enfant va dans une épicerie pour acheter des bonbons. Comme l épicier n en vend généralement pas beaucoup, il les range tout en haut d une étagère très haute. Le garçon demande : 1 euro de bonbons s

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

Le loup et les 7 chevreaux

Le loup et les 7 chevreaux Episode 1 Il était une fois une chèvre qui avait sept jolis petits chevreaux. Un matin, elle voulut aller chercher de la nourriture pour elle et ses petits dans la pairie. Elle les rassembla tous les sept

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz 1 Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l'autorisation de la SACD : www.sacd.fr de Patrick Mermaz Présentation

Plus en détail

que dois-tu savoir sur le diabète?

que dois-tu savoir sur le diabète? INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS - TERRE NEUVE - FRHMG00277 - Avril 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. que dois-tu savoir sur le diabète? Lilly France 24 boulevard Vital Bouhot CS 50004-92521

Plus en détail

Les contes de la forêt derrière l école.

Les contes de la forêt derrière l école. Circonscription de Lamballe EPS cycle 1 Les contes de la forêt derrière l école. Une proposition de travail en EPS pour les enfants de petite et moyenne section, ayant comme thèmes Les déplacements, les

Plus en détail

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique A l'est - En janvier 1944, débute l'offensive soviétique qui entraîne la retraite de la Wehrmarcht de ses alliés. En juillet 1944, l'armée rouge, désormais supérieure en effectifs et en armements, pénètre

Plus en détail

Louise, elle est folle

Louise, elle est folle Leslie Kaplan Louise, elle est folle suivi de Renversement contre une civilisation du cliché la ligne Copi-Buñuel-Beckett P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e pour Élise et Fred tu m as trahie

Plus en détail

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE Le tout petit œuf. La toute petite chenille Le tout petit œuf vu à la loupe Il était une fois un tout petit œuf, pondu là. Un tout petit œuf, petit comme un grain de poussière.

Plus en détail

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Ça se passe chez nous, boulevard aux Oiseaux. Après l école, pour me rendre utile, j ai ciré l escalier jusqu à ce que ça reluise à mort. «Ça fera plaisir à papa»,

Plus en détail

Les enfants et la sécurité alentour des. Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens.

Les enfants et la sécurité alentour des. Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens. Les enfants et la sécurité alentour des Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens. Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens. Qu est-ce que ton chien aime faire avec toi? Qui

Plus en détail

«J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge.

«J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge. J aime, je n aime pas Extrait de "J'aime", Minne/Natali Fortier (Albin Michel) «J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge. Quand je traverse la route au passage piéton, j aime marcher

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

D où viennent nos émotions

D où viennent nos émotions D où viennent nos émotions Il y a des émotions qui sont vraiment désagréables : l anxiété, la culpabilité, la colère, les grosses rages qui nous réveillent la nuit, la dépression, la tristesse, la peur,

Plus en détail

PRÉPARATION AU TEST! CULTURE INTERNATIONAL CLUB

PRÉPARATION AU TEST! CULTURE INTERNATIONAL CLUB Niveau 2 - Mots treize quatorze quinze seize dix-sept dix-huit dix-neuf vingt vingt-et-un vingt-deux vingt-trois vingt-quatre vingt-cinq vingt-six vingt-sept vingt-huit vingt-neuf trente quarante cinquante

Plus en détail

3ème groupe : Tous les autres verbes et les verbes irréguliers (venir, prendre, savoir, devoir, vendre, croire, naître, courir...

3ème groupe : Tous les autres verbes et les verbes irréguliers (venir, prendre, savoir, devoir, vendre, croire, naître, courir... Les trois groupes de verbes 1er groupe : tous les verbes terminés par er (chanter,manger, tomber, laver...) sauf aller qui est irrégulier 2ème groupe : tous les verbes terminés par ir (finir, agir, réfléchir

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

CE1 et CE2. Le journal des. Une nouvelle maîtresse. Actualité. Loisirs. Culture

CE1 et CE2. Le journal des. Une nouvelle maîtresse. Actualité. Loisirs. Culture Le journal des CE1 et CE2 Vendredi 13 mars 2003 Une nouvelle maîtresse Après les vacances de février (c est à dire depuis le lundi 24 février 2003), nous avons eu une nouvelle maîtresse qui s appelle Aurélie.

Plus en détail

La petite poule qui voulait voir la mer

La petite poule qui voulait voir la mer Découverte Complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Que voit- on sur la 1 ère page de couverture? C est l histoire q d un poisson q d une souris

Plus en détail

Auxiliaire avoir au présent + participe passé

Auxiliaire avoir au présent + participe passé LE PASSÉ COMPOSÉ 1 1. FORMATION DU PASSÉ COMPOSÉ Formation : Auxiliaire avoir au présent + participe passé PARLER MANGER REGARDER J ai parlé Tu as parlé Il/elle/on a parlé Nous avons parlé Vous avez parlé

Plus en détail

Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011

Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011 Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011 J ai pas envie d y aller, à la crèche! Déjà, on a changé de ville et de maison, et je n ai plus ma Nounou, et je suis tout perdu.

Plus en détail

ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010

ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010 ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010 Cette documentation est réservée à l usage du personnel et des médecins du Centre de santé et de services sociaux de Port-Cartier. Les autres lecteurs doivent évaluer

Plus en détail

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2014 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text M: Bonjour Yasmine. Ça va? F: Ah bonjour! Oui, ça va bien. Écoute, ce weekend

Plus en détail

S ickness Impact Profile (SIP)

S ickness Impact Profile (SIP) Nom : Prénom : Date de naissance : Service : Hôpital/Centre MPR : Examinateur : Date du jour : Étiquettes du patient S ickness Impact Profile (SIP) Il présente le même problème de droit d auteur (pour

Plus en détail

Activités autour du roman

Activités autour du roman Activité pédagogique autour du roman Un chien différent, de Laura Cousineau ISBN 978-2-922976-13-7 ( 2009, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités

Plus en détail

23. Le discours rapporté au passé

23. Le discours rapporté au passé 23 23. Le discours rapporté au passé 23.1 LE DISCOURS INDIRECT On utilise le discours indirect pour transmettre : Les paroles de quelqu un qui n est pas là : Il me dit que tu pars. Les paroles de votre

Plus en détail

TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) - Le Médecin : -----------------------------------------------------------------------------

TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) - Le Médecin : ----------------------------------------------------------------------------- L ATELIER du COQUELICOT 1 «Spectacle marionnettes», juillet 2015 TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) Personnages : - Le Médecin : -----------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

Le petit bonhomme en pain d épices

Le petit bonhomme en pain d épices Le petit bonhomme en pain d épices Robert Gaston Herbert Le petit bonhomme en pain d épices Conte anglais Adaptation réalisée par Marie-Laure Besson pour «Le Cartable Fantastique» Robert Gaston Herbert

Plus en détail

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants Lorsqu une personne chère vit avec la SLA Guide à l intention des enfants 2 SLA Société canadienne de la SLA 3000, avenue Steeles Est, bureau 200, Markham, Ontario L3R 4T9 Sans frais : 1-800-267-4257 Téléphone

Plus en détail

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier Bernier Léa 3 1 Rapport de stage Sallard immobilier Photo de Sallard immobilier 1 Sommaire 1 e partie : Enquête sur l entreprise 1) Présentation de l entreprise... p.3 2) Situation de l entreprise... p3-4

Plus en détail

Activité 3. Peux-tu répéter? Compression de texte. Résumé. Liens pédagogiques. Compétences. Âge. Matériels

Activité 3. Peux-tu répéter? Compression de texte. Résumé. Liens pédagogiques. Compétences. Âge. Matériels Activité 3 Peux-tu répéter? Compression de texte Résumé Puisque les ordinateurs disposent d un espace limité pour contenir les informations, ils doivent les représenter d une manière aussi efficace que

Plus en détail

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES EXERCICIOS AUTOAVALIABLES 1.- Transforme les phrases au passé récent a) Il a changé de travail b) Nous avons pris une décision importante c) Elle a téléphoné à Jean d) J ai envoyé un SMS à ma collègue

Plus en détail

Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE

Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE PARTIE 1 Complétez les pointillés par une des réponses ci-dessus de manière que les phrases obtenues

Plus en détail

Les 15 mots de Rey Évaluation de la capacité d apprentissage à court terme.

Les 15 mots de Rey Évaluation de la capacité d apprentissage à court terme. Les 15 mots de Rey Évaluation de la capacité d apprentissage à court terme. Présentation du test: La méthode consiste à lire et à faire répéter à plusieurs reprises au sujet examiné une série de 15 mots

Plus en détail

Donnez la valeur d un temps, c est dire pourquoi on l emploie.

Donnez la valeur d un temps, c est dire pourquoi on l emploie. Les valeurs du présent de l indicatif Donnez la valeur d un temps, c est dire pourquoi on 1. Un avion passe en ce moment dans le ciel. 2. Tous les jours, je me lève à six heures du matin. 3. Il part tous

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPRETÉ?

QU EST-CE QUE LA PROPRETÉ? N QU EST-CE QUE LA PROPRETÉ? :: Découpe les mots en bas de la feuille. :: Choisis mots pour dire ce que tu penses de chaque illustration et colle-les dessus. TACHÉ NETTOYÉ BRILLANT PROPRE SALE GRAS BOUEUX

Plus en détail

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCÉS DOSSIER PASSÉ RÉCENT FUTUR PROCHE PRÉSENT PROGRESSIF

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCÉS DOSSIER PASSÉ RÉCENT FUTUR PROCHE PRÉSENT PROGRESSIF 1 DOSSIER PASSÉ RÉCENT FUTUR PROCHE PRÉSENT PROGRESSIF 2 futur immédiat aller + infinitif présent continu ou progressif être en train de + infinitif passé récent venir de + infinitif Ça va se passer Ça

Plus en détail

le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé.

le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé. L association plaisirs de l eau vous présente le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé. http://plaisir-de-leau.wifeo.com 27/09/14 Plaisirs de l eau livret bébé nageur 1 BIENVENUE à l association

Plus en détail

Les repères de temps familiers

Les repères de temps familiers séquence 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Les repères de temps familiers Je me repère dans le temps séance 1 A. Observe bien chacune de ces séries de deux photographies. À chaque fois, indique dans quel ordre elles

Plus en détail

DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR

DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR Activité 1. Complète les phrases avec le bon verbe au présent. DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR 1. Elle absolument terminer son boulot avant de partir. 2. Elle sait bien qu elle rentrer à dix heures! 3. Il acheter

Plus en détail

AMELIORER SES COMPETENCES LINGUISTIQUES les prépositions de lieu

AMELIORER SES COMPETENCES LINGUISTIQUES les prépositions de lieu AMELIORER SES COMPETENCES LINGUISTIQUES les prépositions de lieu JEUX : Jeu des paires Quelles différences? E.P.S. : - jeu Jacques a dit - Chasse au trésor - Mise en place d un parcours ÉCOUTER, MEMORISER

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital.

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital. 27 juin 2015 Le partage est un élément vital. Notre démarche Notre chemin Dans un premier temps, nous sommes partis de mots qui expriment ce qui est essentiel pour nous, indispensable pour bien vivre.

Plus en détail

Compréhension de lecture

Compréhension de lecture o Coche pour indiquer si les phrases sont es ou o Paul et Virginie sont assis sur des fauteuils très confortables. o Virginie a une robe à pois. o Paul boit un café fumant dans une tasse rouge. o Virginie

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation :

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : A. Vie pratique : J ai effectué mon Master 1 de droit public en Erasmus à Copenhague d août 2009 à fin mai 2010. Logement : Accès au logement : J ai pu

Plus en détail

Truf le chien. Truf est un chien. Truf n est pas un jouet, c est un animal. Et moi, comment vais-je faire pour lui parler?

Truf le chien. Truf est un chien. Truf n est pas un jouet, c est un animal. Et moi, comment vais-je faire pour lui parler? Truf viens Truf le chien Truf est un chien Truf peut être de bonne ou de mauvaise humeur. Truf peut avoir mal, il peut être malade. Truf n a pas de mains : il va prendre les choses avec ses dents ou les

Plus en détail

Unité 4 : En forme? Comment est ton visage?

Unité 4 : En forme? Comment est ton visage? Unité 4 : En forme? Leçon 1 Comment est ton visage? 53 Écoute, relie et colorie. 1. un œil vert 2. un nez rouge 3. des cheveux noirs 4. des yeux bleus 5. des oreilles roses 6. une bouche violette Lis et

Plus en détail

En voiture (*) de Sylvain BRISON

En voiture (*) de Sylvain BRISON En voiture (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 8 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Un voyage pour Issoudun

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur.

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur. AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 PAU 2015 Criteris de correcció ALERTE AUX «BIG MOTHERS»

Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 PAU 2015 Criteris de correcció ALERTE AUX «BIG MOTHERS» Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 SÈRIE 2 Comprensió escrita ALERTE AUX «BIG MOTHERS» 1. Oui, leur utilisation augmente progressivement. 2. Pour savoir si sa fille est rentrée à l heure prévue.

Plus en détail

Kerberos mis en scène

Kerberos mis en scène Sébastien Gambs Autour de l authentification : cours 5 1 Kerberos mis en scène Sébastien Gambs (d après un cours de Frédéric Tronel) sgambs@irisa.fr 12 janvier 2015 Sébastien Gambs Autour de l authentification

Plus en détail

LIVRE D ACTIVITÉS P O U R N E P A S P R É P A R E R S D E I T S U F F S E A F F O L E R I L POUR LES JEUNES CRIS DE LA NATION DES MOSKÉGONS

LIVRE D ACTIVITÉS P O U R N E P A S P R É P A R E R S D E I T S U F F S E A F F O L E R I L POUR LES JEUNES CRIS DE LA NATION DES MOSKÉGONS LIVRE D ACTIVITÉS POUR LES JEUNES CRIS DE LA NATION DES MOSKÉGONS P R É P A R E R. P O U R N E P A S S E S D E I T S U F F A F F O L E R I L, Pour obtenir de plus amples renseignements sur la façon de

Plus en détail

Le passé composé. J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00.

Le passé composé. J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00. Le passé composé J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00. Le passé composé présente des actions passées, ponctuelles, et d une durée délimitée dans le passé. Formation : avoir ou être (au

Plus en détail

LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE

LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE C est l histoire d une balle jaune en mousse. Coralie Guye et Hubert Chèvre. Avec la participation des élèves. Octobre 2011 Un beau matin d automne......notre classe

Plus en détail

BENF_FR.qxd 8/07/04 16:23 Page cov4 KH-57-03-297-FR-C

BENF_FR.qxd 8/07/04 16:23 Page cov4 KH-57-03-297-FR-C BENF_FR.qxd 8/07/04 16:23 Page cov4 14 16 KH-57-03-297-FR-C BENF_FR.qxd 8/07/04 16:24 Page cov1 Si belles hirondelles! Commission européenne BENF_FR.qxd 8/07/04 16:24 Page cov2 Cette publication a été

Plus en détail

Handelsmittelschulen Bern Biel Thun. Aufnahmeprüfungen 2010. Datum: Montag, 22. März 2010. Lösungen. 13.30-14.30 (60 Minuten) Gesamtpunktzahl : / 87

Handelsmittelschulen Bern Biel Thun. Aufnahmeprüfungen 2010. Datum: Montag, 22. März 2010. Lösungen. 13.30-14.30 (60 Minuten) Gesamtpunktzahl : / 87 Handelsmittelschulen Bern Biel Thun Aufnahmeprüfungen 2010 Datum: Montag, 22. März 2010 Fach: Französisch Lösungen Zeit: 13.30-14.30 (60 Minuten) Gesamtpunktzahl : / 87 NOTE : 1 Lisez ce texte: Logicielle

Plus en détail

Notre enquête chez les pompiers de Dottignies

Notre enquête chez les pompiers de Dottignies Notre enquête chez les pompiers de Dottignies Questions proposées pour notre enquête chez les pompiers Equipe 1 (Emilie, Laura, Arnaud, Myriem) 1. Qu est-ce que vous avez dans les bonbonnes que vous portez

Plus en détail

TU VAS VISITER : Pour toi, qu est ce qu une ferme? - 1 -

TU VAS VISITER : Pour toi, qu est ce qu une ferme? - 1 - TU VAS VISITER : Pour toi, qu est ce qu une ferme? - 1 - LA FERME Qui travaille sur la ferme? le facteur l agriculteur le crémier Nommes les 4 saisons, et dessine un arbre pour chacune d elle. Qu est-ce

Plus en détail

Acte 1. Entrée de Victor et Rebecca. Victor porte un gros sac qu il jette au milieu de la pièce

Acte 1. Entrée de Victor et Rebecca. Victor porte un gros sac qu il jette au milieu de la pièce Acte 1 Acte 1 Scène 1 : Rebecca, Victor Entrée de Victor et Rebecca. Victor porte un gros sac qu il jette au milieu de la pièce Victor (se laissant tomber dans un fauteuil): Ouf! Il se relève et fait un

Plus en détail

Luc Baptiste. Le village et enfin. Bleu autour

Luc Baptiste. Le village et enfin. Bleu autour Luc Baptiste Le village et enfin Bleu autour À Édith et Jean Baptiste, mes parents À mon fils Enki image C est une femme dure et triste qui marche dans la cour d un domaine, comme on dit en Allier. Une

Plus en détail

UN AN EN FRANCE par Isabella Thinsz

UN AN EN FRANCE par Isabella Thinsz UN AN EN FRANCE par Isabella Thinsz Musique On entend toujours l anglais mais le français, ça peut passer des semaines ou même des mois avant qu on entende le français à la radio ou à la télé, donc j ai

Plus en détail

La mobilité en toute sécurité.

La mobilité en toute sécurité. La mobilité en toute sécurité. Mobilité, rapidité, confort et sécurité. Les CFF transportent environ un million de passagers, jour après jour. Car le train est fiable. Car voyager en train, c est pratique

Plus en détail

Compte rendu : Bourse Explora Sup

Compte rendu : Bourse Explora Sup Compte rendu : Bourse Explora Sup J ai effectué un stage d un mois et demi passionnant au sein de l école de langue anglaise LTC à Brighton. J ai eu par la suite la chance d être embauchée durant un mois

Plus en détail

Image 1 : Récolte de l arachide à maturité et dans de bonnes conditions

Image 1 : Récolte de l arachide à maturité et dans de bonnes conditions Q: Que voyez-vous sur l image? La plante d arachide se déracine facilement et la gousse est bien sèche à l intérieur. L arachide est mure. Q: Quels sont les critères de maturité de l arachide? L arachide

Plus en détail

Ne tombez pas dans les pièges tendus par

Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ce que vous devez savoir avant de dépenser votre 1 er sur Adwords Guide gratuit offert par le site www.ledroitdereussir.com Introduction Dans un instant vous allez

Plus en détail

Le prince Olivier ne veut pas se laver

Le prince Olivier ne veut pas se laver Le prince Olivier ne veut pas se laver Il était une fois un roi, une reine et leurs deux enfants. Les habitants du pays étaient très fiers du roi Hubert, de la reine Isabelle et de la princesse Marinette,

Plus en détail

Histoire de Manuel Arenas

Histoire de Manuel Arenas Histoire de Manuel Arenas Dieu est le seul Dieu vivant nous pouvons Lui faire entièrement confiance! Source : Hugh Steven, «Manuel» ( 1970 Wycliffe Bible Translators) En français : «Manuel le Totonac»

Plus en détail

Nom : Prénom : Date :

Nom : Prénom : Date : J observe le livre dans son ensemble, je le feuillette et je réponds aux 1) Je complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Collection Genre 2) Qui

Plus en détail

Sport et alpha ANNEXES

Sport et alpha ANNEXES Sport et alpha ANNEXES Edition 2013 TABLE DES MATIERES Table des matières 1 Alimentation 2 Boire, Boire, Boire... 2 Et à l approche des «20 km de Bruxelles»? 3 Et pendant l épreuve? 3 Stretching 4 Avant

Plus en détail

OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL

OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL «Oliver l enfant qui entendait mal» est dédié à mon frère, Patrick, qui est malentendant, à la famille, aux amis, et aux professionnels, qui s impliquèrent pour l aider.

Plus en détail

Lire et comprendre 1

Lire et comprendre 1 Lire et comprendre 1 Faites place à Mini-Loup, indien des mers du Sud. Faites place à Mini-Loup, corsaire des mers du Sud. Faites place à Mini-Rat, corsaire des mers du Sud. L équipe tire et pousse la

Plus en détail

Ça me panique, pas question de le nier. Mais c est ma seule carence, le dernier point encore sensible entre elle et moi, ce fait que, dès qu elle

Ça me panique, pas question de le nier. Mais c est ma seule carence, le dernier point encore sensible entre elle et moi, ce fait que, dès qu elle Ça me panique, pas question de le nier. Mais c est ma seule carence, le dernier point encore sensible entre elle et moi, ce fait que, dès qu elle commence sa crise d éternuements, il faut que je m arrache.

Plus en détail

Le carnaval des oiseaux

Le carnaval des oiseaux Le carnaval des oiseaux Marie-Jane Pinettes et Jacques Laban Juillet 2001 1 Le carnaval des oiseaux A Camille, Margot et Théo 2 LE CARNAVAL DES OISEAUX Il y a longtemps, mais très, très longtemps, tous

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication LES OUBLIÉS DU MÊME AUTEUR DIT-IL, 1987 K. 622, 1989 L AIR, 1991 DRING, 1992 LES FLEURS, 1993 BE-BOP, 1995 ( double, n o 18) L INCIDENT, 1996 LES ÉVADÉS, 1997 LA PASSION DE MARTIN FISSEL-BRANDT, 1998 NUAGE

Plus en détail

Maintenant, c est à votre tour de vous présenter. Chaque classe va nous informer du nom de son école et de son degré.

Maintenant, c est à votre tour de vous présenter. Chaque classe va nous informer du nom de son école et de son degré. 1. Pour débuter notre beau projet scientifique en ligne, nous allons nous présenter. Nous sommes Maryse et Guylaine, les deux assistantes du prof Albert. Nous essayons d expliquer certains phénomènes scientifiques.

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Notre séjour à Lorient les 7 et 8 septembre 2011

Notre séjour à Lorient les 7 et 8 septembre 2011 Notre séjour à Lorient les 7 et 8 septembre 2011 Mercredi 7 septembre nous voilà partis à notre tour dans la région lorientaise Il y a Loïc, Fréderic, Gilles, Damien, Jean-François, Lenaïg accompagnés

Plus en détail

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour,

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, Le loup et les sept chevreaux Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, comme elle voulait aller chercher de quoi manger dans la forêt, elle les appela tous

Plus en détail

De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur

De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur La Master Class de Grégoire Solotareff, auteur-illustrateur et responsable de la collection Salon du livre - mars 2015 De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur Mon expérience d

Plus en détail

LEARNING BY EAR. Sécurité routière EPISODE 7: «Le port du casque à moto»

LEARNING BY EAR. Sécurité routière EPISODE 7: «Le port du casque à moto» LEARNING BY EAR Sécurité routière EPISODE 7: «Le port du casque à moto» Auteur : Victoria Averill Editeurs : Johannes Beck, Katrin Ogunsade Correction : Martin Vogl Traduction : Aude Gensbittel Personnages

Plus en détail

ACTIVITÉ 1 : LES ADJECTIFS POSSESSIFS

ACTIVITÉ 1 : LES ADJECTIFS POSSESSIFS ACTIVITÉ 1 : LES ADJECTIFS POSSESSIFS 1. Choisis et entoure l adjectif possessif qui convient. a Je ne trouve pas mon / ma / mes lunettes. b Tu veux venir à son / sa / ses fête d anniversaire? c Nous n

Plus en détail

COMMUNIQUÉ LE PETIT LIVRET. pour dire STOP. aux idées fausses sur. la pauvreté

COMMUNIQUÉ LE PETIT LIVRET. pour dire STOP. aux idées fausses sur. la pauvreté LE PETIT LIVRET pour dire COMMUNIQUÉ STOP aux idées fausses sur la pauvreté LE PETIT LIVRET pour dire COMMUNIQUÉ As-tu déjà entendu dire : «On est chômeur parce qu on ne veut pas travailler»? C est une

Plus en détail