BREF ETAT DES LIEUX DE MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CORRUPTION AU TOGO

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BREF ETAT DES LIEUX DE MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CORRUPTION AU TOGO"

Transcription

1 BREF ETAT DES LIEUX DE MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CORRUPTION AU TOGO La Convention des Nations Unies contre la corruption a été signée par 140 pays et ratifiée par 174 Etats Parties. Elle est entrée en vigueur le 14 Décembre Le Togo a signé cette convention le 10 Décembre 2003 et l a ratifiée le 6 Juillet Cette Convention est le seul instrument juridique contraignant de portée universelle de lutte contre la corruption. Le champ étendu de la Convention et le caractère impératif du nombre de ses dispositions en font un instrument unique et exhaustif pour faire face au problème global de la corruption. La Convention comprend cinq domaines principaux : la prévention ; l'incrimination, la détection et la répression ; la coopération internationale ; le recouvrement d'avoirs ; l'assistance technique et l'échange d'informations. La Convention vise une grande diversité de formes de corruption, telles que le trafic d'influence, l'abus de fonctions et différents actes de corruption dans le secteur privé. Une autre avancée majeure consiste dans l'inclusion d'un chapitre spécifique de la Convention consacré au recouvrement d'avoirs, une préoccupation importante pour les pays engagés dans la poursuite d'avoirs d'anciens dirigeants et d'autres agents publics accusés ou reconnus coupables de corruption. Aux termes de l Article premier de cette convention, la Convention a pour objet de promouvoir et renforcer les mesures visant à prévenir et combattre la corruption de manière plus efficace; de promouvoir, faciliter et appuyer la coopération internationale et l assistance technique aux fins de la prévention de la corruption et de la lutte contre celle-ci, y compris le recouvrement d avoirs; de promouvoir l intégrité, la responsabilité et la bonne gestion des affaires publiques et des biens publics. Le Togo a signé la Convention des Nations Unies contre la corruption le 10 décembre 2003 et l a ratifiée le 18 mai 2005 à travers une loi autorisant la ratification adoptée le 18 mai Il a déposé son instrument de ratification auprès du Secrétaire général le 6 juillet Au sommet des textes applicables en matière de lutte contre la corruption au Togo se trouve la Constitution de la Quatrième République du 14 octobre 1992, telle que révisée par la loi n du 31 décembre 2002, disposant dans son article 140 que les traités internationaux régulièrement ratifiés ont une autorité supérieure à celle des lois nationales. Le Togo est également partie à la Convention de l Union africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption et au Protocole de la Communauté économique des États d Afrique de l Ouest (CEDEAO) sur la corruption (tous deux ratifiés le 14 septembre 2009). Il n existe pour l heure aucune législation nationale spécifique à la lutte contre la corruption au Togo et en particulier la corruption d agents publics nationaux. A défaut de législation spécifique, les principaux instruments juridiques pertinents applicables à la corruption d agents publics nationaux sont :

2 La loi n du 13 août 1980 portant Code pénal de la République togolaise, modifiée par la loi n du 20 février 2002); La loi n du 2 mars 1983 portant Code de procédure pénale; La loi n du 6 juillet 2007 relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux Outre ces textes, il existe d autres textes législatifs permettant l application de la Convention qui sont entre autres : La loi portant statut général des fonctionnaires de 1968 (loi n 1 du 4 janvier 1968) ; La loi n du 18 mars 1998 portant contrôle des drogues ; La loi n du 10 juillet 1998 portant organisation et fonctionnement de la Cour des comptes ; La loi organique n du 15 avril 2009 portant statut des juges de la Cour des comptes ; La loi organique n du 21 août 1996 sur le statut des magistrats; La loi n du 8 janvier 2007 sur les chefs traditionnels et leur statut au Togo ; Le décret n /PR du 9 Mars 2001 portant création de la Commission Nationale de Lutte contre la Corruption et le Sabotage Economique ; Décret : n /PR, modifiant et complétant le décret N /PR du 9 mars 2001 portant création d'une Commission Nationale de Lutte contre la Corruption et le Sabotage Economique ; Décret N /PR portant nomination des membres de la Commission Nationale de Lutte contre la Corruption et le Sabotage Economique. En dehors des textes, plusieurs institutions au Togo assurent la mise en œuvre de la Convention des Nations Unies contre la corruption, on peut noter : La Commission Nationale de lutte contre la Corruption et le Sabotage Economique a été justement créée pour lutter contre la corruption et le sabotage économique. Sa mission s'étend à tous les services de l'etat et des collectivités territoriales, aux services relevant à quelque titre que ce soit de l'etat ainsi qu'à tous les organismes et institutions bénéficiant de ressources publiques. En outre, le décret présidentiel n /PR du 27 mai 2002 a établi une Brigade Economique et Financière au sein de la Commission, ayant pour mission de mener des enquêtes sur la corruption et le sabotage économique. La brigade a été chargée à cet

3 égard de constater la commission de ces infractions sur ordre judiciaire, de rassembler des preuves et constituer une base de données sur les faits de corruption et leurs auteurs. D autres organes compétents en matière de lutte contre la corruption, l Inspection générale de l État, la Cellule nationale de traitement des informations financières (CENTIF, établie par la loi relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux de 2007) et la Cour des comptes (établie par la Constitution en 1992 et opérationnelle depuis 2009) tiennent une place particulière. La CENTIF a été établie conformément aux obligations du Togo dans l Union économique et monétaire ouest-africaine, qui préconise des dispositions harmonisées sur le blanchiment d argent et sur les cellules de renseignement financier dans les huit États de l Union. Le Togo est aussi membre du Groupe intergouvernemental d action contre le blanchiment d argent (GIABA). La déclaration des biens: une nécessité dans la prévention de la corruption: La déclaration de biens ou de patrimoine est une norme visant à prévenir l enrichissement illicite, le conflit d intérêt etc. Cette disposition est prévue par la Convention de l Union Africaine sur la prévention et la lutte anti-corruption, la Charte Africaine de la Fonction Publique etc. Pour la première fois au Togo, la déclaration des biens est expérimentée par l OTR (Office Togolais des Recettes)qui l a introduit dans sa panoplie anti-corruption. Tout agent de l OTR doit déclarer ses propres actifs et engagements et ceux de certains membres de sa famille y compris les enfants: maisons, terrains, comptes bancaires, dons, véhicules, bijoux etc. bref, tout bien valant plus de F CFA. Le Togo est également vers la création d'une Haute Autorité de Prévention et de Lutte contre la Corruption et les infractions assimilées. En effet, le 03 novembre 2014, le Conseil des ministres a annoncé la mise en place de cette institution. L avant-projet a été adopté en Conseil des Ministres et transmis à l Assemblée nationale pour étude et adoption. En outre, le Togo est en cours d adoption d un code de conduite pour les fonctionnaires. Il s agit d une directive sur la déontologie qui fixe les règles de conduite des fonctionnaires de l Etat. Le ministère de la Fonction publique est aussi entrain d élaborer un avant-projet de loi pour «réguler les comportements répréhensibles dans l administration notamment la corruption, le laxisme, le clientélisme et le népotisme». Le code de conduite des fonctionnaires permet entre autres de déterminer les conditions d acceptation d un don par un agent public. Les réformes dans le secteur de la justice ont été très décevantes malgré des appuis financiers et techniques énormes engagés par différents partenaires comme l UE, le PNUD, la France, etc. La corruption dans le domaine de la justice a atteint un niveau élevée. En dehors des actions de sensibilisation, de construction d infrastructures aux acteurs, il convient d appliquer la loi et de sanctionner les corrompus.

4 Le Togo a été examiné conformément à l'article 63 de la Convention. Le but de cet examen est d améliorer la capacité des États parties à atteindre les objectifs énoncés dans la Convention et renforcer leur coopération à cet effet, ainsi que pour promouvoir et examiner l'application de la Convention. Les résultats de cet examen ont prouvé que malgré les efforts entrepris depuis quelques années, il reste beaucoup de chemin à faire pour lutter contre la corruption au Togo. En effet, les textes applicables ne sont pas totalement conformes à la Convention ; le processus d adoption de la loi spécifique sur la corruption au Togo n a pas totalement abouti en raison de certaines difficultés ; certaines institutions de lutte contre la corruption mises en place ne sont plus fonctionnelles ; que certaines lois en vigueur ne couvrent pas toutes les obligations de la Convention.

5 Enfin, la société civile togolaise n est pas très dynamique en matière de lutte contre la corruption et le phénomène se généralise dans notre pays. Il convient alors de renforcer les capacités des acteurs de la société civile afin qu ils jouent le rôle d avant-garde dans la lutte contre la corruption au Togo. L ANCE est la seule organisation de la société civile engagée dans la lutte contre la corruption au Togo. L ANCE a renforcé en mars 2015 les capacités de 50 acteurs de la société civile sur la CNUCC et espère que d autres ONGs vont s engager dans ce secteur.

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/CN.15/2014/L.4/Rev.1 Conseil économique et social Distr. limitée 15 mai 2014 Français Original: anglais Commission pour la prévention du crime et la justice pénale Vingt-troisième session

Plus en détail

GROUPE INTERGOUVERNEMENTAL D ACTION CONTRE LE BLANCHIMENT D ARGENT EN AFRIQUE DE L OUEST

GROUPE INTERGOUVERNEMENTAL D ACTION CONTRE LE BLANCHIMENT D ARGENT EN AFRIQUE DE L OUEST GROUPE INTERGOUVERNEMENTAL D ACTION CONTRE LE BLANCHIMENT D ARGENT EN AFRIQUE DE L OUEST PLANS D ACTION POUR LA MISE EN ŒUVRE DES RAPPORT EVALUATION MUTUELLES Sur la lutte Contre le Blanchiment d Argent

Plus en détail

Appel de Banjul sur l apatridie

Appel de Banjul sur l apatridie Appel de Banjul sur l apatridie Nous, participants à la table ronde régionale sur l apatridie en Afrique de l Ouest, organisée à Banjul, les 4 et 5 décembre 2013, à l initiative du Haut Commissariat des

Plus en détail

LE CADRE JURIDIQUE DE LUTTE CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME DANS L ESPACE UEMOA: L EXEMPLE DU SENEGAL

LE CADRE JURIDIQUE DE LUTTE CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME DANS L ESPACE UEMOA: L EXEMPLE DU SENEGAL UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission LE CADRE JURIDIQUE DE LUTTE CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME DANS L ESPACE UEMOA: L EXEMPLE DU SENEGAL Forum sur la lutte contre le financement

Plus en détail

Proposition soumise par les États-Unis d Amérique

Proposition soumise par les États-Unis d Amérique 1. NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/AC.254/4/Add.3 25 novembre 1998 FRANÇAIS Original : ANGLAIS Comité spécial sur l élaboration de la Convention contre la criminalité transnationale

Plus en détail

Article unique. Le Président, Signé : Christian Poncelet

Article unique. Le Président, Signé : Christian Poncelet Document mis en distribution le 25 octobre 2004 N o 1857 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 octobre 2004.

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Troisième Commission (A/67/458)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Troisième Commission (A/67/458)] Nations Unies A/RES/67/192 Assemblée générale Distr. générale 3 avril 2013 Soixante-septième session Point 103 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport de

Plus en détail

MODELE DE DECRET. instituant le. Comité Interministériel de coordination de la lutte contre la Drogue

MODELE DE DECRET. instituant le. Comité Interministériel de coordination de la lutte contre la Drogue MODELE DE DECRET instituant le Comité Interministériel de coordination de la lutte contre la Drogue LEGAL ADVISORY PROGRAMME Mars 1997 DECRET No INSTITUANT LE COMITE INTERMINISTERIEL DE COORDINATION DE

Plus en détail

U P A LA PROMOTION DE LA DEMOCRATIE ET DE L ETAT DE DROIT EN VUE D ASSURER LA PAIX ET LE DEVELOPPEMENT DANS LES PAYS AFRICAINS

U P A LA PROMOTION DE LA DEMOCRATIE ET DE L ETAT DE DROIT EN VUE D ASSURER LA PAIX ET LE DEVELOPPEMENT DANS LES PAYS AFRICAINS U N I O N P A R L E M E N T A I R E A F R I C A I N E U P A LA PROMOTION DE LA DEMOCRATIE ET DE L ETAT DE DROIT EN VUE D ASSURER LA PAIX ET LE DEVELOPPEMENT DANS LES PAYS AFRICAINS Résolution adoptée par

Plus en détail

La promotion de la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption sont par conséquence intimement liées.

La promotion de la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption sont par conséquence intimement liées. Air Marshall Harper, Mme Bouchez, Mesdames et Messieurs, Je vous remercie de m avoir donné l opportunité d adresser le problème crucial de la corruption en Afghanistan. Je trouve salutaire l initiative

Plus en détail

RESOLUTION. L Assemblée générale de l O.I.P.C.-Interpol, réunie en sa 70 ème session à Budapest, du 24 au 28 septembre 2001,

RESOLUTION. L Assemblée générale de l O.I.P.C.-Interpol, réunie en sa 70 ème session à Budapest, du 24 au 28 septembre 2001, RESOLUTION Objet : Normes universelles visant à lutter contre la corruption au sein des forces/services de police L Assemblée générale de l O.I.P.C.-Interpol, réunie en sa 70 ème session à Budapest, du

Plus en détail

13-14 mars 2014, Examen de haut niveau par la CND

13-14 mars 2014, Examen de haut niveau par la CND DÉCLARATION POLITIQUE ET PLAN D ACTION SUR LA COOPÉRATION INTERNATIONALE EN VUE D UNE STRATÉGIE INTÉGRÉE ET ÉQUILIBRÉE DE LUTTE CONTRE LE PROBLÈME MONDIAL DE LA DROGUE 13-14 mars 2014, Examen de haut niveau

Plus en détail

L intégrité dans les politiques publiques au Maroc

L intégrité dans les politiques publiques au Maroc المملكة المغربية --- رئيس الحكومة --- الوزارة المنتدبة لدى رئيس الحكومة المكلفة بالشؤون العامة والحكامة L intégrité dans les politiques publiques au Maroc Atelier sur «l intégrité dans le secteur de l

Plus en détail

POSITION COMMUNE DE LA CEDEAO SUR LE TRAITE SUR LE COMMERCE DES ARMES

POSITION COMMUNE DE LA CEDEAO SUR LE TRAITE SUR LE COMMERCE DES ARMES COMISSÂO DA CEDEAO ECOWAS COMMISSION COMMISSION DE LA CEDEAO POSITION COMMUNE DE LA CEDEAO SUR LE TRAITE SUR LE COMMERCE DES ARMES COTONOU, DECEMBRE 2010 1 GENERALITES ET JUSTIFICATION 1. Lors de sa 55ème

Plus en détail

L élimination de toutes formes de Discriminations à l égard des femmes : Une batterie de recommandations adressée à l Etat mauritanien

L élimination de toutes formes de Discriminations à l égard des femmes : Une batterie de recommandations adressée à l Etat mauritanien L élimination de toutes formes de Discriminations à l égard des femmes : Une batterie de recommandations adressée à l Etat mauritanien Saharamedias/Nouakchott Jeudi 31 Juillet 2014 inshare A la suite de

Plus en détail

DE LA REPUBLIQUE

DE LA REPUBLIQUE 1 MINISTERE DE LA JUSTICE ET DES REPUBLIQUE TOGOLAISE RELATIONS AVEC LES INSTITUTIONS Travail - Liberté - Patrie DE LA REPUBLIQUE ----------- ------------- DECRET N /PR fixant les attributions du ministre

Plus en détail

Faits et documents Reports and documents

Faits et documents Reports and documents Faits et documents Reports and documents Déclaration de l'unesco concernant la destruction intentionnelle du patrimoine culturel Paris, 17 Octobre 2003* La Conférence générale de l Organisation des Nations

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE RÉSOLUTION EUROPÉENNE

SÉNAT PROPOSITION DE RÉSOLUTION EUROPÉENNE N 443 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2015-2016 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 mars 2016 PROPOSITION DE RÉSOLUTION EUROPÉENNE au nom de la commission des affaires européennes, en application de l'article

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DROITS DE L HOMME ET ÉTAT DE DROIT

DIRECTION GÉNÉRALE DROITS DE L HOMME ET ÉTAT DE DROIT DIRECTION GÉNÉRALE DROITS DE L HOMME ET ÉTAT DE DROIT Nous développons et mettons en œuvre des normes et des activités en matière de droits de l homme et d État de droit www.coe.int/justice LA DIRECTION

Plus en détail

HAUT-COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME. Résolution de la Commission des droits de l homme 2000/2

HAUT-COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME. Résolution de la Commission des droits de l homme 2000/2 HAUT-COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME Résolution de la Commission des droits de l homme 2000/2 Utilisation de mercenaires comme moyen de violer les droits de l homme et d empêcher l

Plus en détail

CONSEIL DE PAIX ET SÉCURITÉ 544 ème RÉUNION ADDIS ABÉBA, ÉTHIOPIE 18 SEPTEMBRE 2015 PSC/PR/COMM.3(DXLIV) COMMUNIQUÉ UNIÃO AFRICANA

CONSEIL DE PAIX ET SÉCURITÉ 544 ème RÉUNION ADDIS ABÉBA, ÉTHIOPIE 18 SEPTEMBRE 2015 PSC/PR/COMM.3(DXLIV) COMMUNIQUÉ UNIÃO AFRICANA AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Abéba, Ethiopie, B.P.: 3243 Tel.: (251-11) 5513 822 Télécopie: (251-11) 5519 321 Courriel: situationroom@africa-union.org CONSEIL DE PAIX ET SÉCURITÉ

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL

JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL 1 sur 7 12.11.2010 15:48 JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL Décret n 2009-1448 du 30 décembre 2009 Décret n 2009-1448 du 30 décembre 2009 portant organisation du Ministère de la Fonction publique, du Travail,

Plus en détail

CONVENTIONS OU CHARTES. Chantal Uwimana Transparency International Secretariat

CONVENTIONS OU CHARTES. Chantal Uwimana Transparency International Secretariat CONVENTIONS OU CHARTES Chantal Uwimana Transparency International Secretariat cuwimana@transparency.org PROTOCOLES AU NIVEAU RÉGIONAL Protocole de la SADC: en vigueur depuis 2003; peu de progrès dans la

Plus en détail

DISCOURS DE BIENVENUE DE Monsieur Ngouda Fall KANE, Président de la Cellule Nationale de Traitement

DISCOURS DE BIENVENUE DE Monsieur Ngouda Fall KANE, Président de la Cellule Nationale de Traitement République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi -------------- Ministère de l Economie et des Finances -------------- Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières DISCOURS DE BIENVENUE DE

Plus en détail

ARGA CERAP CSCI /SNGRC

ARGA CERAP CSCI /SNGRC ARGA CERAP CSCI /SNGRC ----------------------------------------------------- Atelier de partages et d identification des enjeux de la gouvernance et des chantiers pour la Côte d Ivoire ----------------------------------------------------

Plus en détail

L ASSOCIATION INTERNATIONALE DES PROCUREURS ET POURSUIVANTS

L ASSOCIATION INTERNATIONALE DES PROCUREURS ET POURSUIVANTS L ASSOCIATION INTERNATIONALE DES PROCUREURS ET POURSUIVANTS NORMES DE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE ET DÉCLARATION DES DROITS ET DES DEVOIRS ESSENTIELS DES PROCUREURS ET POURSUIVANTS, ADOPTÉES PAR L ASSOCIATION

Plus en détail

28 Dhou El Kaada janvier 2005 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 04 7

28 Dhou El Kaada janvier 2005 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 04 7 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 04 7 Art. 3. La société nationale SONATRACH est tenue de réaliser, pendant la durée de validité du permis de recherche, le programme minimum de travaux annexé

Plus en détail

************************************************

************************************************ REPUBLIQUE DU SENEGAL lutte contre le à la CELLULE NATIONALE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES CENTIF ************************************************ DECRET N 2004-1150 DU 18 AOUT 2004 PORTANT

Plus en détail

MAROC : PREVENTION ET LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES D AVENIR

MAROC : PREVENTION ET LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES D AVENIR Royaume du Maroc Le Chef du Gouvernement MAROC : PREVENTION ET LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES D AVENIR Conseil de l Europe, Strasbourg, 17-19 octobre 2012 SOMMAIRE PREVENTION

Plus en détail

N 3005 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 3005 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 3005 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 juillet 2015. PROJET DE LOI ratifiant l ordonnance n 2015 378

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/2008/59

Conseil de sécurité. Nations Unies S/2008/59 Nations Unies S/2008/59 Conseil de sécurité Distr. générale 20 février 2008 Français Original : anglais Lettre datée du 30 janvier 2008, adressée au Président du Conseil de sécurité par la Présidente du

Plus en détail

PREMIERE CONFERENCE DES ETATS PARTIES AU TRAITE SUR LE COMMERCE DES ARMES

PREMIERE CONFERENCE DES ETATS PARTIES AU TRAITE SUR LE COMMERCE DES ARMES Burkina Faso Unité Progrès Justice PREMIERE CONFERENCE DES ETATS PARTIES AU TRAITE SUR LE COMMERCE DES ARMES 24 au 27 août 2015 à Cancun (Mexique) Déclaration du Burkina Faso 1 Excellence Je voudrais,

Plus en détail

CONTRIBUTION DES FORCES DE POLICE ET DE GENDARMERIE A LA LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ECONOMIQUE ET FINANCIERE AU TOGO: LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX

CONTRIBUTION DES FORCES DE POLICE ET DE GENDARMERIE A LA LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ECONOMIQUE ET FINANCIERE AU TOGO: LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX CONTRIBUTION DES FORCES DE POLICE ET DE GENDARMERIE A LA LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ECONOMIQUE ET FINANCIERE AU TOGO: LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX 1 Trois cent trente sept (i337) milliards d Euros 1 par

Plus en détail

Projet d intervention de la délégationn Sénégalaise. Débat général de la troisième Commission. Point 106 : Prévention du crime et justice pénale

Projet d intervention de la délégationn Sénégalaise. Débat général de la troisième Commission. Point 106 : Prévention du crime et justice pénale MISSION PERMANENTE DE LA REPUBLIQUE DU SENEGAL AUPRES DE NATIONS UNIES Projet d intervention de la délégationn Sénégalaise ------------------------------ Débat général de la troisième Commission ------------------------------

Plus en détail

PROJET DE LOI. relatif à la lutte contre la fraude fiscale et la grande délinquance économique et financière. NOR : JUSX L/Bleue

PROJET DE LOI. relatif à la lutte contre la fraude fiscale et la grande délinquance économique et financière. NOR : JUSX L/Bleue RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la justice Ministère de l économie et des finances PROJET DE LOI relatif à la lutte contre la fraude fiscale et la grande délinquance économique et financière NOR : JUSX1310649L/Bleue-1

Plus en détail

Monsieur le Président, Excellences, Mesdames et Messieurs les Ministres, Mesdames et Messieurs.

Monsieur le Président, Excellences, Mesdames et Messieurs les Ministres, Mesdames et Messieurs. Excellences, Mesdames et Messieurs les Ministres, Mesdames et Messieurs. Il me plaît également de présenter mes sincères félicitations à notre Président, pour son élection et pour la confiance qui lui

Plus en détail

Objectifs généraux du premier cycle

Objectifs généraux du premier cycle Objectifs généraux du premier cycle 1/ Intégrer harmonieusement son milieu familial et local 2/Acquérir un esprit patriotique et de respect des valeurs de civisme, de solidarité et d ouverture 3Développer

Plus en détail

CONFERENCE REGIONALE SUR L IMPUNITE, LA JUSTICE ET LES DROITS DE L HOMME DECLARATION DE BAMAKO

CONFERENCE REGIONALE SUR L IMPUNITE, LA JUSTICE ET LES DROITS DE L HOMME DECLARATION DE BAMAKO CONFERENCE REGIONALE SUR L IMPUNITE, LA JUSTICE ET LES DROITS DE L HOMME DECLARATION DE BAMAKO Les participants à la Conférence Régionale sur l Impunité, la Justice et les Droits de l Homme, réunis à Bamako

Plus en détail

DECRET N du... relatif à l Evaluation Environnementale Stratégique des politiques, plans et programmes. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

DECRET N du... relatif à l Evaluation Environnementale Stratégique des politiques, plans et programmes. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail DECRET N du... relatif à l Evaluation Environnementale Stratégique des politiques, plans et programmes. LE PRESIDENT DE

Plus en détail

N 3995 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 3995 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 3995 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 28 juillet 2016. PROJET DE LOI ratifiant l ordonnance n 2016-312

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET DE SÉCURITÉ

POLITIQUE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET DE SÉCURITÉ POLITIQUE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET DE SÉCURITÉ 10 JUIN 2013 La présente Politique a été adoptée par le conseil d administration le 10 juin 2013. 1. Préambule L adoption de la présente Politique permet au

Plus en détail

Projet de loi n 61 (1996, chapitre 64)

Projet de loi n 61 (1996, chapitre 64) Partie 2 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 22 janvier 1997, 129 e année, n o 3 403 DEUXIÈME SESSION TRENTE-CINQUIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n 61 (1996, chapitre 64) Loi modifiant la Loi sur le ministère

Plus en détail

CREATION D UNE DELEGATION NATIONALE A LA LUTTE CONTRE LES FRAUDES

CREATION D UNE DELEGATION NATIONALE A LA LUTTE CONTRE LES FRAUDES N 62 - SOCIAL n 25 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 23 mai 2008 ISSN 1769-4000 CREATION D UNE DELEGATION NATIONALE A LA LUTTE CONTRE LES FRAUDES L essentiel Un décret du 18 avril 2008 crée

Plus en détail

UNIÃO AFRICANA N DJAMENA, 2-3 MAI Résumé de discussions, conclusions et recommandations

UNIÃO AFRICANA N DJAMENA, 2-3 MAI Résumé de discussions, conclusions et recommandations AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA ATELIER DE L UNION AFRICAINE SUR LA TRANSPOSITION EN DROIT NATIONAL ET L APPLICATION DE LA CONVENTION DE KAMPALA SUR LES PERSONNES DEPLACEES INTERNES N DJAMENA,

Plus en détail

Propositions et contributions reçues des gouvernements

Propositions et contributions reçues des gouvernements Nations Unies A/AC.261/IPM/3 Assemblée générale Distr.: Générale 1 er novembre 2001 Français Original: Anglais Réunion préparatoire informelle du Comité spécial chargé de négocier une convention contre

Plus en détail

LUTTER CONTRE L INFRACTION DE CORRUPTION TRANSNATIONALE

LUTTER CONTRE L INFRACTION DE CORRUPTION TRANSNATIONALE LUTTER CONTRE L INFRACTION DE CORRUPTION TRANSNATIONALE La Convention sur la lutte contre la corruption et le Groupe de travail de l OCDE sur la corruption l ÉTATS PARTIES À LA CONVENTION Afrique du Sud

Plus en détail

Mécanisme Africain d Evaluation

Mécanisme Africain d Evaluation Mécanisme Africain d Evaluation par les Pairs (MAEP) COMMISSION NATIONALE MAEP DU BENIN SUJET 1 : LA MISE EN ŒUVRE DU MAEP AU TOGO RAPPORT DE REFERENCE EN VUE DE LA PREPARATION D UNE CONFERENCE SOUS REGIONALE

Plus en détail

Intitulé de l emploi : Spécialiste de la lutte contre la corruption

Intitulé de l emploi : Spécialiste de la lutte contre la corruption Intitulé de l emploi : Spécialiste de la lutte contre la corruption Postuler avant minuit, heure de Paris, le 15 septembre 2008 : anti-corruption.contact@oecd.org Télécopie : +33 (0)1 44 30 63 07 La Division

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Mission et compétences

REGLEMENT INTERIEUR. Mission et compétences République du Sénégal ------------- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------- CELLULE NATIONALE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES REGLEMENT INTERIEUR Chapitre I Mission et compétences

Plus en détail

COMMUNICATION ACCES A L INFORMATION : COMPOSANTE ESSENTIELLE DES DROITS DE L HOMME. Mme NAMIZATA SANGARE, Présidente de la CNDHCI

COMMUNICATION ACCES A L INFORMATION : COMPOSANTE ESSENTIELLE DES DROITS DE L HOMME. Mme NAMIZATA SANGARE, Présidente de la CNDHCI COMMUNICATION ACCES A L INFORMATION : COMPOSANTE ESSENTIELLE DES DROITS DE L HOMME Mme NAMIZATA SANGARE, Présidente de la CNDHCI 28 septembre 2017 à l ISTC- ABIDJAN Siège ISTC 2 LE PLAN DE LA COMMUNICATION

Plus en détail

ABIDJAN TERMES DE REFERENCE

ABIDJAN TERMES DE REFERENCE Atelier National de formation sur les nouvelles techniques d enquêtes en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LBC/FT) ------------------------ 21 au 23 mai

Plus en détail

LES POLITIQUES DE GOUVERNEMENT OUVERT

LES POLITIQUES DE GOUVERNEMENT OUVERT LES POLITIQUES DE GOUVERNEMENT OUVERT Cas du Maroc Ahmed LAAMOUMRI Directeur des Etudes, de la Communication et de la Coopération Ministère de la fonction publique et de la Modernisation de l Administration

Plus en détail

Ahmed LAAMOUMRI Secrétaire Général Ministère de la Réforme de l Administration et de la Fonction Publique

Ahmed LAAMOUMRI Secrétaire Général Ministère de la Réforme de l Administration et de la Fonction Publique Ministère de la Réforme de l Administration et de la Fonction Publique Ahmed LAAMOUMRI Secrétaire Général Ministère de la Réforme de l Administration et de la Fonction Publique a.laamoumri@mmsp.gov.ma

Plus en détail

4 e conférence des Etats Parties à la convention des Nations Unies contre la corruption Marrakech, octobre. Déclaration de la France

4 e conférence des Etats Parties à la convention des Nations Unies contre la corruption Marrakech, octobre. Déclaration de la France 1 4 e conférence des Etats Parties à la convention des Nations Unies contre la corruption Marrakech, 24-28 octobre Déclaration de la France S.E. Olivier Weber Ambassadeur itinérant, chargé de la lutte

Plus en détail

Association des Jeunes Engagés pour l Action Humanitaire «ONG AJEAH»

Association des Jeunes Engagés pour l Action Humanitaire «ONG AJEAH» Organisation Non Gouvernementale ayant statut consultatif spécial à l ECOSOC aux Nations Unies Pacte Mondial des Nations Unies Communication sur l Engagement 2014-2016 Association des Jeunes Engagés pour

Plus en détail

Séminaire sous régional de haut niveau sur la criminalité transnationale organisée en Afrique de l Ouest. (AIPPF, Bamako, décembre 2013)

Séminaire sous régional de haut niveau sur la criminalité transnationale organisée en Afrique de l Ouest. (AIPPF, Bamako, décembre 2013) Séminaire sous régional de haut niveau sur la criminalité transnationale organisée en Afrique de l Ouest (AIPPF, Bamako, 12-14 décembre 2013) Rapport de synthèse Dans le champ de la coopération internationale,

Plus en détail

AHG/Decl. 5 (XXXVI) Page 1 DECLARATION SUR LE CADRE POUR UNE REACTION DE L OUA FACE AUX CHANGEMENTS ANTICONSTITUTIONNELS DE GOUVERNEMENT

AHG/Decl. 5 (XXXVI) Page 1 DECLARATION SUR LE CADRE POUR UNE REACTION DE L OUA FACE AUX CHANGEMENTS ANTICONSTITUTIONNELS DE GOUVERNEMENT Page 1 DECLARATION SUR LE CADRE POUR UNE REACTION DE L OUA FACE AUX CHANGEMENTS ANTICONSTITUTIONNELS DE GOUVERNEMENT Page 2 DECLARATION SUR LE CADRE POUR UNE REACTION DE L OUA FACE AUX CHANGEMENTS ANTICONSTITUTIONNELS

Plus en détail

Politiques et droit européens. Brice Duthion L Union européenne Itip Paris 2 ème année Séance n 2 Mardi 20 octobre 2009

Politiques et droit européens. Brice Duthion L Union européenne Itip Paris 2 ème année Séance n 2 Mardi 20 octobre 2009 Politiques et droit européens Brice Duthion brice.duthion@cnam.fr L Union européenne Itip Paris 2 ème année Séance n 2 Mardi 20 octobre 2009 Introduction Introduction (1) Introduction (2) Introduction

Plus en détail

Mme Isil Gachet Secrétaire général de la Commission européenne contre le racisme et l intolérance (ECRI)

Mme Isil Gachet Secrétaire général de la Commission européenne contre le racisme et l intolérance (ECRI) Conférence nationale TOUS DIFFERENTS TOUS EGAUX organisée par la Commission fédérale contre le racisme et le Forum contre le racisme Centre EPF Zurich, 21 mars 2001 Résultats de la Conférence européenne

Plus en détail

Le général de brigade Saleh Bala (en retraite) - Nigeria

Le général de brigade Saleh Bala (en retraite) - Nigeria Séance 3 : Élaboration de la stratégie de lutte contre le terrorisme Mardi 22 août 2017 par Le général de brigade Saleh Bala (en retraite) - Nigeria PDG whiteinkconsult@gmail.com, +2348033174122 Programme

Plus en détail

I. Informations générales Intitulé: Expert associé en détection et répression (Bureau régional pour l Afrique de l Ouest et du Centre)

I. Informations générales Intitulé: Expert associé en détection et répression (Bureau régional pour l Afrique de l Ouest et du Centre) Programme des Experts Associés des Nations Unies TERMES DE RÉFÉRENCE Expert associé (administrateur auxiliaire) I. Informations générales Intitulé: Expert associé en détection et répression (Bureau régional

Plus en détail

Conseil des droits de l homme. Résolution 10/2. Les droits de l homme dans l administration de la justice, en particulier la justice pour mineurs

Conseil des droits de l homme. Résolution 10/2. Les droits de l homme dans l administration de la justice, en particulier la justice pour mineurs Conseil des droits de l homme Dixième session Résolution 10/2. Les droits de l homme dans l administration de la justice, en particulier la justice pour mineurs Le Conseil des droits de l homme, Rappelant

Plus en détail

La prévention de la corruption en France

La prévention de la corruption en France La prévention de la corruption en France Audition de M. François Badie, magistrat, docteur en droit, Chef du Service Central de Prévention de la Corruption par la commission spéciale du Parlement européen

Plus en détail

ETAT D'AVANCEMENT DU PROCESSUS DE DECENTRALISATION AU TOGO ***********************

ETAT D'AVANCEMENT DU PROCESSUS DE DECENTRALISATION AU TOGO *********************** ETAT D'AVANCEMENT DU PROCESSUS DE DECENTRALISATION AU TOGO *********************** Le processus de décentralisation administrative au Togo enclenché en 1981 avec la loi n 81-8 du 23 juin 1981 portant organisation

Plus en détail

Liste récapitulative Procéder à une analyse préparatoire et rassembler de la documentation

Liste récapitulative Procéder à une analyse préparatoire et rassembler de la documentation Démarche à suivre au niveau national pour ratifier, accepter, approuver le Protocole pour éliminer le commerce illicite des produits du tabac ou y adhérer Liste récapitulative 1 Avant de pouvoir ratifier,

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE DES DROITS HUMAINS DU BURKINA FASO

COMMISSION NATIONALE DES DROITS HUMAINS DU BURKINA FASO PAYS: INSTITUTION: BURKINA FASO COMMISSION NATIONALE DES DROITS HUMAINS DU BURKINA FASO Le statut d accréditation par le CIC: Adresse: Commission Nationale des Droits Humains du Burkina Faso Rue Gandaogo,

Plus en détail

Vu la loi n du 09 novembre 1961 portant institution d un code de la Marine Marchande ;

Vu la loi n du 09 novembre 1961 portant institution d un code de la Marine Marchande ; Décret n 98-42 du 28 janvier 1998 portant organisation du plan d urgence de lutte contre les pollutions accidentelles en mer, en lagune et dans les zones côtières Le Président de la République, Sur rapport

Plus en détail

Convention du Conseil de l Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l égard des femmes et la violence domestique

Convention du Conseil de l Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l égard des femmes et la violence domestique Convention du Conseil de l Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l égard des femmes et la violence domestique Convention d Istanbul Un instrument global de prévention et de lutte contre

Plus en détail

Déclaration de Kinshasa, 6 juillet 2012.

Déclaration de Kinshasa, 6 juillet 2012. IIème Table ronde nationale entre les Autorités publiques congolaises et les défenseurs des droits humains en République Démocratique du Congo Déclaration de Kinshasa, 6 juillet 2012. Du 4 au 6 juillet

Plus en détail

Politique institutionnelle sur la sécurité et la santé psychologique et physique

Politique institutionnelle sur la sécurité et la santé psychologique et physique Politique institutionnelle sur la sécurité et la santé psychologique et physique Adoptée au Conseil d administration du 1 er octobre 2012 TABLE DES MATIÈRES 1. Le préambule 2 2. Les objectifs 2 3. Le champ

Plus en détail

L exemple de la CEDEAO

L exemple de la CEDEAO Assemblée Parlementaire Paritaire Commission des Affaires Politiques Bruxelles, 22 23 septembre 2004 Intégration des droits et de la protection des enfants dans les politiques et programmes des Etats membres

Plus en détail

CADRE D EZULWINI POUR LE RENFORCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIONS DE L UNION AFRICAINE DANS LES SITUATIONS DE CHANGEMENT ANTICONSTITUTIONNEL

CADRE D EZULWINI POUR LE RENFORCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIONS DE L UNION AFRICAINE DANS LES SITUATIONS DE CHANGEMENT ANTICONSTITUTIONNEL CADRE D EZULWINI POUR LE RENFORCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIONS DE L UNION AFRICAINE DANS LES SITUATIONS DE CHANGEMENT ANTICONSTITUTIONNEL DE GOUVERNEMENT EN AFRIQUE EZULWINI, AU ROYAUME DE

Plus en détail

N 782 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 782 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 782 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 mars 2013. PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT, autorisant l'approbation

Plus en détail

DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE L UEMOA

DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ----------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE

Plus en détail

QUELLE STRATEGIE POUR LUTTER CONTRE LA CORRUPTION

QUELLE STRATEGIE POUR LUTTER CONTRE LA CORRUPTION QUELLE STRATEGIE POUR LUTTER CONTRE LA CORRUPTION Jean Pierre BUEB UNDP Expert Prévention et lutte contre la corruption DJIBOUTI 09/12/2012 LA CORRUPTION : Une lutte de toujours Un Pacte secret Phénomène

Plus en détail

DIRECTION DE LA SOCIÉTÉ DE L INFORMATION ET DE LA LUTTE CONTRE LA CRIMINALITÉ

DIRECTION DE LA SOCIÉTÉ DE L INFORMATION ET DE LA LUTTE CONTRE LA CRIMINALITÉ DIRECTION GÉNÉRALE DES DROITS DE L HOMME ET ÉTAT DE DROIT DIRECTION DE LA SOCIÉTÉ DE L INFORMATION ET DE LA LUTTE CONTRE LA CRIMINALITÉ Nous mettons en œuvre des activités normatives, de suivi des engagements

Plus en détail

BURKINA FASO DEBAT GENERAL. Prononcée par : Monsieur Der Laurent DABIRE

BURKINA FASO DEBAT GENERAL. Prononcée par : Monsieur Der Laurent DABIRE BURKINA FASO Mission Permanente auprès des Nations Unies Unité Progrès - Justice CONFERENCE DES NATIONS UNIES CHARGEE D EXAMINER LES PROGRES ACCOMPLIS DANS L EXECUTION DU PROGRAMME D ACTION EN VUE DE PREVENIR,

Plus en détail

ACCORD DE COOPÉRATION ENTRE LA RÉPUBLIQUE PORTUGAISE ET LE ROYAUME DU MAROC DANS LE DOMAINE DE LA SECURITÉ INTÉRIEURE

ACCORD DE COOPÉRATION ENTRE LA RÉPUBLIQUE PORTUGAISE ET LE ROYAUME DU MAROC DANS LE DOMAINE DE LA SECURITÉ INTÉRIEURE ACCORD DE COOPÉRATION ENTRE LA RÉPUBLIQUE PORTUGAISE ET LE ROYAUME DU MAROC DANS LE DOMAINE DE LA SECURITÉ INTÉRIEURE La République Portugaise et le Royaume du Maroc, dénommés ci-après les «Parties», Animés

Plus en détail

NOR : CPAF C. Le ministre de l action et des comptes publics

NOR : CPAF C. Le ministre de l action et des comptes publics RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l action et des comptes publics Circulaire du 27 juillet 2017 relative à l obligation de transmission d une déclaration de situation patrimoniale dans la fonction publique

Plus en détail

Exposé écrit par le Conseil national des droits de l Homme du Royaume du Maroc (CNDH)

Exposé écrit par le Conseil national des droits de l Homme du Royaume du Maroc (CNDH) Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 21 juin 2012 A/HRC/20/NI/8 Original: français Conseil des droits de l homme Vingtième session Point 3 de l ordre du jour Promotion et protection de tous

Plus en détail

L Organisation internationale du Travail et le Travail des Enfants. BIT/Dakar Séminaire de la S.S.I. Mbour (décembre 2003)

L Organisation internationale du Travail et le Travail des Enfants. BIT/Dakar Séminaire de la S.S.I. Mbour (décembre 2003) L Organisation internationale du Travail et le Travail des Enfants BIT/Dakar Séminaire de la S.S.I. Mbour (décembre 2003) Qu est-ce que l OIT? L Organisation internationale du Travail: - Créée en 1919

Plus en détail

Convention sur l élimination de toutes les formes de discrimination à l égard des femmes

Convention sur l élimination de toutes les formes de discrimination à l égard des femmes Nations Unies CEDAW/C/LUX/Q/5 Convention sur l élimination de toutes les formes de discrimination à l égard des femmes Distr. générale 4 septembre 2007 Français Original : anglais Comité pour l élimination

Plus en détail

Conseil des droits de l homme. Le droit qu a toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale possible

Conseil des droits de l homme. Le droit qu a toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale possible Conseil des droits de l homme Résolution 6/29. Le droit qu a toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale possible Le Conseil des droits de l homme, Sachant que, pour des millions

Plus en détail

28-30 janvier 2004 CICTE/DEC.1/04 rev. 3 Montevideo, Uruguay 4 février 2004 Original: espagnol/anglais

28-30 janvier 2004 CICTE/DEC.1/04 rev. 3 Montevideo, Uruguay 4 février 2004 Original: espagnol/anglais QUATRIÈME RÉUNION ORDINAIRE OEA/Ser.L/X.2.4 28-30 janvier 2004 CICTE/DEC.1/04 rev. 3 Montevideo, Uruguay 4 février 2004 Original: espagnol/anglais DÉCLARATION DE MONTEVIDEO (Adopté à la cinquième séance

Plus en détail

LA PARTICIPATION DE LA SOCIÉTÉ CIVILE DANS L EXAMEN DE LA CNUCC MIRELLA DUMMAR FRAHI CHEF DE L ÉQUIPE DE LA SOCIÉTÉ CIVILE, ONUDC

LA PARTICIPATION DE LA SOCIÉTÉ CIVILE DANS L EXAMEN DE LA CNUCC MIRELLA DUMMAR FRAHI CHEF DE L ÉQUIPE DE LA SOCIÉTÉ CIVILE, ONUDC LA PARTICIPATION DE LA SOCIÉTÉ CIVILE DANS L EXAMEN DE LA CNUCC MIRELLA DUMMAR FRAHI CHEF DE L ÉQUIPE DE LA SOCIÉTÉ CIVILE, ONUDC LA PARTICIPATION DE LA SOCIÉTÉ CIVILE DANS LA CNUCC La Convention des Nations

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 14 décembre [sur la base du rapport de la Sixième Commission (A/70/513)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 14 décembre [sur la base du rapport de la Sixième Commission (A/70/513)] Nations Unies A/RES/70/120 Assemblée générale Distr. générale 18 décembre 2015 Soixante-dixième session Point 108 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale le 14 décembre 2015 [sur

Plus en détail

Section: Section de Soutien à la Mise en Œuvre, Branche Criminalité Organisée et Trafic Illicite, Division des Traités.

Section: Section de Soutien à la Mise en Œuvre, Branche Criminalité Organisée et Trafic Illicite, Division des Traités. Programme de Jeune Expert Associé des Nations Unies TERMES DE REFERENCE INT-175-16-P067 Jeune Expert Associé (JEA) I. Information Générale Titre: Jeune Expert associé en matière de Prévention du Crime,

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE DES DROITS DE L HOMME

COMMISSION NATIONALE DES DROITS DE L HOMME PAY: INSTITUTION: TCHAD COMMISSION NATIONALE DES DROITS DE L HOMME Le statut d accréditation par le CIC: C Adresse: Avenue Gaourang B.P 1522 N Djaména Tchad Tel: +235 22519421 Fax: +235 52 20 89 Email:

Plus en détail

Tenir la promesse Reformer et améliorer les systèmes d enregistrement et de statistique des fais d état Civil en Afrique

Tenir la promesse Reformer et améliorer les systèmes d enregistrement et de statistique des fais d état Civil en Afrique Nations Unies Banque africaine de Commission de l Union République fédérale développement africaine démocratique d Ethiopie Tenir la promesse Reformer et améliorer les systèmes d enregistrement et de statistique

Plus en détail

Déclaration de Praia sur les élections et la stabilité en Afrique de l ouest

Déclaration de Praia sur les élections et la stabilité en Afrique de l ouest Déclaration de Praia sur les élections et la stabilité en Afrique de l ouest Adoptée par la conférence régionale sur les élections et la stabilité qui s est tenue à Praia, Cap- Vert, (18-20 Mai 2011) I.

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/AC.50/2007/15. Comité du Conseil de sécurité créé par la résolution 1737 (2006)

Conseil de sécurité. Nations Unies S/AC.50/2007/15. Comité du Conseil de sécurité créé par la résolution 1737 (2006) Nations Unies S/AC.50/2007/15 Conseil de sécurité Distr. générale 2 mars 2007 Français Original : anglais Comité du Conseil de sécurité créé par la résolution 1737 (2006) Note verbale datée du 21 février

Plus en détail

Position commune du Conseil concernant la Cour pénale internationale

Position commune du Conseil concernant la Cour pénale internationale CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13 juin 2003 (OR. en) 10400/03 LIMITE ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES INSTRUMENTS Objet: PESC 330 COJUR 3 COHOM 19 CONUN 16 RELEX 236 OC 395 Position commune du

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/58/497 (Part II))]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/58/497 (Part II))] Nations Unies A/RES/58/132 Assemblée générale Distr. générale 19 janvier 2004 Cinquante-huitième session Point 106 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

REPUBLIQUE DU NIGER. Fraternité Travail - Progrès MINISTERE DE LA JUSTICE

REPUBLIQUE DU NIGER. Fraternité Travail - Progrès MINISTERE DE LA JUSTICE REPUBLIQUE DU NIGER Fraternité Travail - Progrès MINISTERE DE LA JUSTICE Communication de la République du Niger à l occasion de la conférence ministérielle pour la validation et l adoption du plan d action

Plus en détail

DECRET N /PRES/MJPDH/SEPDH PORTANT CREATION, ATTRIBUTIONS, COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION NATIONALE DES DROITS HUMAINS

DECRET N /PRES/MJPDH/SEPDH PORTANT CREATION, ATTRIBUTIONS, COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION NATIONALE DES DROITS HUMAINS DECRET N 2001- /PRES/MJPDH/SEPDH PORTANT CREATION, ATTRIBUTIONS, COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION NATIONALE DES DROITS HUMAINS (Burkina Faso) LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES

Plus en détail

LA DECLARATION DE LUCCA

LA DECLARATION DE LUCCA LA DECLARATION DE LUCCA Nous, les Ministres responsables pour l enfance, nous nous sommes rencontrés le 25 et 26 Septembre 2003 à Lucca et nous avons déclaré ce qui suit: Attendu: 1.1. la Convention des

Plus en détail

NOR: BCFX D. Version consolidée au 7 février 2013

NOR: BCFX D. Version consolidée au 7 février 2013 DECRET Décret n 2008-371 du 18 avril 2008 relatif à la coordination de la lutte contre les fraudes et créant une délégation nationale à la lutte contre la fraude NOR: BCFX0807962D Version consolidée au

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES Ordonnance n o 2017-1180 du 19 juillet 2017 relative à la publication d informations non financières par certaines

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE DES DROITS DE L HOMME DU MALI

COMMISSION NATIONALE DES DROITS DE L HOMME DU MALI PAYS: INSTITUTION: MALI COMMISSION NATIONALE DES DROITS DE L HOMME DU MALI Le statut d accréditation par le CIC: Statut B Adresse: HAMDALLAYE ACI 2000 NON LOIN DE L HOTEL COLOMBUS BP 2170, Bamako MALI

Plus en détail

LA COMMISSION NATIONALE DES DROITS DE L HOMME

LA COMMISSION NATIONALE DES DROITS DE L HOMME PAY: INSTITUTION: DJIBOUTI LA COMMISSION NATIONALE DES DROITS DE L HOMME Adress: Immeuble de Liauyautéy B.P 31265 Djibouti Tel: +253 77 81 03 02/21 34 42 18 Email: cndhdjibouti@gmail.com 1. FONDATION Résumé

Plus en détail