DOCTRINE L ETAT ET LA FONCTION PUBLIQUE : ENSEIGNEMENTS ET PERSPECTIVES. par. Jean-Charles SAVIGNAC Conseiller Maître à la Cour des Comptes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOCTRINE L ETAT ET LA FONCTION PUBLIQUE : ENSEIGNEMENTS ET PERSPECTIVES. par. Jean-Charles SAVIGNAC Conseiller Maître à la Cour des Comptes"

Transcription

1 137 L ETAT ET LA FONCTION PUBLIQUE : ENSEIGNEMENTS ET PERSPECTIVES par Jean-Charles SAVIGNAC Conseiller Maître à la Cour des Comptes Leçon inaugurale prononcée à l IPAG de Rennes, le mardi 16 septembre 2008 Forgée par l histoire, nourrie de traditions solides, ouverte au progrès technique qui l oblige à une adaptation constante, la fonction publique et en France l une des composantes essentielles de l État. Pour donner une limite au champ de notre réflexion, il faut souligner que nous sommes un État ancien, un vieil État Comme on dit «la vieille Europe», avec un brin de condescendance. Il vaut mieux insister sur la durée (c est à la mode aujourd hui) : Parler d «un État durable». La durée est l essence même de l État ; et la fonction publique aussi! Nous allons nous intéresser à l État «moderne», tant la France de l Ancien régime est différente de celle qui naît avec la Révolution de La fonction publique telle qu on la connaît aujourd hui est d origine beaucoup plus récente : elle va naître au XIX e siècle pour s épanouir au cours du XX e. Mais il ne faut d ailleurs pas regarder le passé à l aide de nos concepts actuels : - le concept d État n a pas le même contenu en 1800 et deux siècles après ; - de même pour la fonction publique et pour l administration. Plusieurs instances se sont penchées plus ou moins récemment sur la relation entre l État et la fonction publique, ensemble ou séparément. De la Cour des comptes au Conseil d État, mais aussi avec des rapports d inspections générales ou des rapports parlementaires de qualité, nous disposons d abondantes réflexions (parfois difficile à synthétiser!).

2 138 Pour répondre à notre sujet, il faut naturellement retenir d emblée les liens étroits entre les deux notions d État et de fonction publique. Mais pour aller plus loin que ce constat essentiel, il va falloir procéder en deux temps : - d abord, essayer de mesurer le poids du passé dans la relation État/Fonction publique (l héritage) ; - ensuite, décrypter les objectifs nouveaux et les enjeux actuels pour tenter d avancer un pronostic sur leur avenir immédiat. I. - LES ENSEIGNEMENTS DE DEUX SIÈCLES DE RELATIONS ÉTAT / FONCTION PUBLIQUE En ouverture de ce premier point, nous n allons pas faire un long rappel de l évolution administrative de notre État (pour parler comme les acteurs d un ouvrage qui a eu une certaine notoriété, voilà une décennie 1 ). Ce n est ni le lieu, ni le moment : vous bénéficiez d enseignements très bien faits sur le sujet. Rappelons simplement quelques repères dans cette évolution accélérée de l État et des structures administratives qui l accompagnent. Passons même la période complexe de la Révolution - période intéressante mais qui n a pas eu le temps de construire d État durable après avoir détruit le système monarchique - pour en venir au Premier Empire. Trois traits le caractérisent : - la primauté du gouvernement ; - la création des préfets ; - la centralisation à outrance. Pour ce qui n est pas encore les fonction publique contemporaine mais ses prémisses, un choix capital est fait alors : celui d un système fondé sur la carrière et différent de celui de l emploi. L historien Jean Tulard l affirmait en 1980 : «C est avec Napoléon que naît la fonction publique en France 2». La période suivante, de 1815 à 1870, est politiquement compliquée, avec des successions de régimes fortes, mais qui est marquée par le renforcement des 1 R. FAUROUX, B. SPITZ, Notre État, Robert Laffont, Paris, G. THUILLIER et J. TULARD, Histoire de l Administration française, PUF, Q.S.J., n 2137.

3 139 administrations centrales et une lente libéralisation de l administration locale. Avec le développement des interventions de l État, de nouveaux départements ministériels apparaissent comme ceux de l instruction publique, du commerce et des manufactures, les travaux publics, l agriculture, les colonies et l Algérie, les beaux-arts, la poste et les télégraphes, le travail La Troisième République voit l État étendre ses limites spatiales avec l héritage d un empire colonial passé de 1 million de kilomètres carrés en 1871 à 10 millions en 1914, mais surtout le fait d affronter deux guerres mondiales qui laissent des traces profondes sur son organisation. La Troisième République est celle ou l État va engager une certaine décentralisation avec l organisation des départements et des communes. La Quatrième République doit reconstruire le pays en s appuyant sur les Préfets, mais on voit déjà émerger le cadre régional que consacre la Cinquième République, avec une politique plus poussée de décentralisation. Au final, la France de 2008 n a plus guère de rapports avec celle de La population française a plus que doublé malgré la stagnation de l entre deux guerres. Les collectivités locales ont prospéré. Sous leur tutelle ou celle de l État, une poussière «d établissement» divers assurent des missions d intérêt général. Mais le monde surtout a été bouleversé en deux siècles. Tout cela est connu, mais il faut l avoir bien à l esprit avant d aborder l évolution de la fonction publique et dégager les enseignements des relations entretenues pendant deux siècles entre fonction publique et État. A. - L édification progressive de la fonction publique Le temps des «bureaux» commence avec l affirmation de l État au Moyen Age. Mais le lien qui unit Philippe le Bel à ses légistes demeure purement vassalique. Du XVI e siècle à 1789, il n y a pas en France de fonctionnaires, mais des officiers. Les charges permanentes de la fonction publique, les offices, sont déléguées par le roi qui remet au titulaire une lettre de provision et lui assure un traitement. Au début, l office reste à la disposition du roi qui peut en changer comme bon lui semble.

4 140 En 1520, l inamovibilité proclamée des officiers, sauf pour forfaiture, assure aux officies une stabilité qui en fait de véritables placements pour un grand nombre de fortunes mobilières à la recherche d investissements fructueux. La vénalité s établit d abord entre particuliers, puis le roi, à court d argent, cherche à son tour à en profiter. De là, on passe à l hérédité moyennant taxe, grâce au fameux édit de Paulet, en Contrepartie du système, les gages vont peu monter et être payés irrégulièrement par le roi. Certes, les offices ne sont pas toute l Administration, mais les intendants envoyés en province le sont en vertu d une mission temporaire ; les commis qui les assistent ou assistent le ministre, n ont pas de statut défini. Sous Louis XV, les bureaux prennent une grande importance. Mais cette bureaucratie reste très éloignée de notre administration moderne. L Ancien régime va léguer au XIX e siècle le bureau, avec sa structure : chefs, sous-chefs, commis. Il ne lui lègue pas pour autant la fonction publique Lors de la nuit du 4 août, la Révolution fait table rase du passé en supprimant la vénalité des charges. Un autre principe s impose, celui de l élection. Mais cette élection est réservée, comme la fonction, à des électeurs aisés. Le fonctionnaire, sous la révolution, est celui qui exerce une fonction élective, rétribuée ou non. Celui qui exerce une fonction par ordre du Gouvernement, sur sa nomination, et qui es le salarié, est qualifié par le mot employé. Sous la Révolution, les premières dispositions unificatrices de la situation des agents publics concernent le régime des pensions de retraite fixé par une loi du 22 août La gestion de ce régime fut confiée à l administration des finances. En dépit de la permanence des subalternes qui survivent aux épurations et du gonflement de leurs effectifs, on ne peut encore parler de fonction publique au sens moderne. Trois conditions étaient nécessaires pour cela : - l établissement d une hiérarchie des fonctions ; - une discipline fondée sur un ensemble cohérent de règlements ; - une uniformisation entre les différents ministres et services publics.

5 141 Ces trois conditions sont, en partie au moins, réunies sous l Empire. Talleyrand rappelle la nécessité d une hiérarchie dans une lettre fameuse adressée à Bonaparte, en l an VIII. C est d abord au ministère de l Intérieur qu est instaurée, en 1809, une échelle de traitements en rapport avec les grades ; elle est appliquée ensuite au ministère de la Guerre, comme dans les autres ministères. Une discipline stricte succède à l anarchie du Directoire : «L obéissance hiérarchique est une condition essentielle de la régularité du fonctionnement du service, qui exige la discrétion dans la vie privée et le secret pour tout ce qui est du ressort de l Administration». Le paiement des employés en numéraire et non plus en assignats et le renouveau de prestige de l État y aident beaucoup. Sous l empire, l employé doit de 7 à 8 heures de travail et non un travail irrégulier comme avant. L uniformisation avance avec l enseignement. S il n y a pas exigence de diplôme (sauf pour l enseignement des lycéens), se généralise l emploi de «surnuméraires» qui se forment sur le tas. Le droit administratif s élabore ; des méthodes communes de travail se mettent en place : circulaires, enregistrement du courrier. La fonction publique moderne se constitue sur le modèle semi militaire souhaité par Napoléon. Et son régime juridique n en st pas très éloigné : un des ministre de l Empire, Bertier, écrit : «La position spéciale des fonctionnaires publics peut et doit même, en plusieurs circonstances, leur faire interdire ce qui est licite à d autres». Mais cette puissance administrative liée à l existence d un État fort va souffrir de l avènement du régime parlementaire : pendant la restauration, entre le monarque et l administration s introduit le gouvernement, un gouvernement qui concentre les responsabilités tandis que s érode la puissance du souverain. La fonction publique placée sous l autorité du gouvernement se politise et se trouve exposée aux épurations qui rythment mes changements de régime (celui de 1830 est resté longtemps dans les esprits) mais aussi les renversements de gouvernement.

6 142 Désormais, l administration doit rendre des comptes, son budget est discuté publiquement devant le parlement sur son activité. Bref, note Jean Tulard, elle perd le mystère qui faisait sa force. Conséquence indirecte de ce contrôle, les traitements et gratifications baissent de près de 15 à 20 % par rapport à l Empire. Enfin, les attaques, ignorées sous Napoléon, vont se développer après Le terme de «bureaucratique» prend une nuance péjorative. L employé est caricaturé. Balzac dans ses Employés n est pas le moins féroce : «Tout cela est si vieux, si éreinté, si fané, que la batterie de cuisine la plus sale est infiniment plus agréable à voir que les ustensiles de la cuisine administrative». Et les critiques portent déjà sur le poids de cette administration dans la vie de la Nation. En 1845, le nombre des fonctionnaires et agents attachés au service public, rémunérés sur le budget de l État s élève à , dont titulaires civils. Vivien, qui fut ministre de la justice, s alarme en 1845 de cette crise de la fonction publique au milieu du XIX e siècle. Pour la défendre, il écrit dans un traité fameux intitulé «Etudes administratives» : «Les fonctionnaires sont les rouages qui reçoivent le mouvement et le transmettent à la machine de l État, les canaux par lesquels passent les bienfaits d un gouvernement stable et régulier». La crise sera en réalité passagère : la période qui suit voit les classes moyennes ses lancer à l assaut de l administration pour échapper à la condition ouvrière quand elles sont exclues des professions commerciales. Un accroissement des effectifs lié à la diversification des tâches de l État, enlève son caractère politique au service public. Un professionnalisme s installe. Une sécurité matérielle est assurée par la retraite. Seule l armée en avait longtemps bénéficié. À partir de 1853, le Second Empire uniformise le régime des retraites, alimenté par les cotisations des employés. Le mythe de la retraite entre dans les mœurs françaises. À la fin du siècle, on compte plus d un demi million de fonctionnaires, mais le service de l État va perdre le prestige qui l entourait. Les critiques anti-fonction publique reprennent : et Courteline, notamment, dresse un tableau féroce de l administration. La période voit aussi s élever de nombreuses discussions portant sur la nature juridique exacte du lien qui unit le fonctionnaire à l État : louage de service, statut réglementaire, ou convention particulière

7 143 On fait remonter à un rapport d un député Alexandre Lefas (1913, l État et ses fonctionnaires) la consécration de l expression «fonction publique» employée au singulier et entendue dans une acception organique pour désigner l ensemble des personnels de fonctionnaires et agents publics appartenant à l Administration en vertu d un lien de droit public. La distinction essentielle entre l administration et la fonction publique apparaît. Après la première guerre mondiale, la crise de la fonction publique s aggrave ; les traitements ne suivent plus le phénomène d inflation : ils doublent alors que le coût de la vie a quintuplé. La féminisation de certains emplois, conséquence des pertes de la guerre, accentue le malaise. Apparues entre 1898 et 1909 dans le personnel enseignant et chez les postiers, les revendications sociales portent sur de nouvelles garanties et particulièrement sur l établissement d un statut homogène et égal pour tous, avec une généralisation du recrutement par concours. On sait que le droit syndical sera d une conquête difficile. Paradoxalement, ce n est pas le Front populaire, mais le gouvernement de Vichy qui introduit un statut d une fonction publique au service du pouvoir avec une loi du 14 septembre 1941, annulée en En 1945, une série de mesures sont adoptées par le Gouvernement provisoire du général de Gaulle dont l ordonnance du 9 octobre 1945 qui créée une direction de la Fonction publique, fonde l Ecole nationale de l administration et unifie le corps des fonctionnaires des ministères. Michel Debré explique qu il fallait refaire une Administration dont l importance avait été trop longtemps sous-estimée. La fonction publique emploie alors en 1945 plus d un million de personnes. Les effectifs ont quadruplé en un siècle. B. - Le statut général, naissance et adaptations. Il faut observer au microscope ce qui se passe en 1945/1948, car on construit les fondements de notre système actuel! L idée de doter les fonctionnaires d un statut juridique spécifique avait déjà germé dans l esprit de Napoléon qui déclarait «je veux constituer ne France l Ordre civil Je

8 144 veux surtout une corporation qui n ait d autre ambition que d être utile et d autre intérêt que l intérêt public Il faut que ce corps ait des privilèges 3». Traditionnellement, l exécutif fixait de façon empirique, par voie réglementaire, l organisation des pouvoirs publics, mais aussi les conditions d avancement et de discipline des différentes catégories de fonctionnaires. Les «statuts particuliers» ont toujours existé et l on peut mentionner les ordonnances royales sur les commis de fermes générales sous l Ancien Régime, voire le statut très «moderne» du corps des affaires étrangères élaboré par Talleyrand sous le Premier Empire ainsi que la loi du 19 mai 1834 sur l état des officiers de terre et de mer, issue des promesses faites par le duc d Orléans. Cette loi est intéressante car elle établissait une distinction entre le grade, dont l officier était propriétaire et l emploi, dont disposait l autorité publique. Les dispositions communes à l ensemble de ces agents se réduisaient à certaines dispositions peu nombreuses et portant sur des points limités, telle la loi du 9 juin 1853 instituant un régime général de retraites. Des ordonnances devaient par la suite accorder des garanties aux fonctionnaires dans chaque ministère, notamment en matière de limites d âge, d avancement. Mais ces textes étaient jugés insuffisants pour limiter l arbitraire. L opposition libérale au parlement devait donc prendre l initiative de proposer l adoption d un statut général législatif protecteur des fonctionnaires contre les abus d autorité. Mais aucune des nombreuses propositions formulées au cours de la seconde moitié du XIX e siècle ne devait aboutir par suite de l hostilité du gouvernement. Il faut cependant signaler un article plus connu de la loi du 22 avril 1905 instituant, à la suite de «l affaire des fiches», la règle de la communication du dossier en matière disciplinaire. Le juge administratif ouvrant ou accompagnant cette évolution (cf. C.E., 1906, Alcindor et C.E., 1912, Lafage, sur la large ouverture aux fonctionnaires du recours pour excès de pouvoir). De multiples projets de statut général furent élaborés notamment des débuts de la III e République à la première guerre mondiale. Toutefois, ils n entraînaient pas l adhésion totale des fonctionnaires dans la mesure où, à côté des garanties offertes, se trouvaient également inscrites des limites aux droits reconnus et certaines contraintes propres à la fonction publique. Sous le régime de Vichy, un acte du 14 septembre 1941 a déterminé un statut des fonctionnaires en codifiant sur de nombreux points la jurisprudence mais en intégrant 3 PELET, Opinion de Napoléon, Pairs, 1873, p. 162.

9 145 l idéologie du pouvoir. Ce texte a été annulé à la Libération par une ordonnance du 9 août Le statut général du 19 octobre 1946 marque l intervention du législateur en matière statutaire dans le domaine de la fonction publique. Votée par l Assemblée constituante de 1946 au cours de sa dernière séance, cette loi était en fait le résultat d un compromis au sein de gouvernement tripartite que présidait M. Georges Bidault : en contrepartie de l adhésion du parti communiste aux dispositions de la Constitution de 1946 concernant l Union française, le chef du gouvernement s était engagé à présenter le projet de statut général des fonctionnaires. Fixant l essentiel des droits et obligations du fonctionnaire, ce statut, qui avait été précédé des réformes du 9 octobre 1945 relatives au recrutement des grands corps de l État et des cadres supérieurs des administrations centrales par la voie de l Ecole nationale d administration, a été complété par des règlements d administration publique 4. Il faut s arrêter sur un texte peu connu mais pourtant fondamental, le décret du 10 juillet 1948, qui va organiser la fonction publique en classant les corps de fonctionnaires et certains emplois en quatre catégories A, B, C, D, sur la fameuse grille indiciaire allant de l indice 100 jusqu à l indice 800. Le schéma ci-après en résume le contenu : tous les fonctionnaires sont désormais «positionnés» sur cette grille. Indices indices A B Catégories : D C B A Emplois supérieurs 4 On pourra se reporter à La fonction publique de R. GREGOIRE, réédition, Dalloz, Paris, 2005.

10 146 La distinction introduite par la Constitution de 1958 entre dans le domaine de la loi et le domaine du règlement a entraîné une refonte du texte de La nouvelle Constitution comportait en effet deux sortes de dispositions relatives au droit de la fonction publique : - les principes généraux contenus dans la Déclaration des droits de l homme de 1789, confirmée et complétées par le préambule de la Constitution de 1946 : égal accès aux emplois publics, non discrimination des sexes, liberté d opinion, droit syndical et droit de grève notamment ; - l article 34 disposant que «la loi fixe les règles concernant les garanties fondamentales accordées aux fonctionnaires civils et militaires». En vertu de l article 37, «les matières autres que celles qui sont du domaine de la loi ont un caractère réglementaire». Une refonte du statut général s imposait donc en 1958 ; elle fut entreprise d abord par M. Guy Mollet, ministre d État, chargé de la fonction publique dans le gouvernement présidé par le général de Gaulle, puis par M. Michel Debré, Premier ministre, qui exerçait directement les pouvoirs en matière de fonction publique. L ordonnance du 4 février 1959 a constitué l aboutissement de ces travaux. Le statut général comportait alors huit titres : - Titre I - Dispositions générales (le champ d application du statut, les statuts particuliers, l accès aux emplois supérieurs, l interdiction des nominations par ordre, la situation statutaire et réglementaire du fonctionnaire, la coopération, la non-discrimination entre les sexes, l interdiction du cumul d activité, la responsabilité, le secret professionnel, les fautes, la protection, le dossier, le droit syndical et l organisation générale de la fonction publique) ; - Titre II - Recrutement ; - Titre III - Rémunération et avantages sociaux ; - Titre IV - Notation et avancement ; - Titre V - Discipline ; - Titre VI - Positions ; - Titre VII - Cessation définitive des fonctions ; - Titre VIII - Dispositions diverses. Après le changement politique de mai-juin 1981, un nouveau statut général a été voté par le Parlement, qui ne résulté pas d un seul texte, mais de quatre lois correspondant à ses quatre titres : - Titre I - La loi n du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires ;

11 147 - Titre II - La loi n du 11 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique d État ; - Titre III - La loi n du 26 janvier 1984 portant diverses dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale ; - Titre IV - La loi n du 9 janvier 1986 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique hospitalière. Ce statut général 5 a permis la constitution d une fonction publique étendue dans laquelle se regroupent environ quatre millions de fonctionnaires de l État, des communes, des départements, des régions et de leurs établissements publics administratifs, notamment les hôpitaux publics. C. - La situation actuelle de la fonction publique française Plus que de longues considérations, trois regards peuvent être portés sur trois séries de chiffres Commençons d abord par la fameuse grille indiciaire. On a bien de la peine à reconnaître aujourd hui celle de juillet 1984 : 5 Voir le Code de la fonction publique commenté, 8 ème édition, Dalloz, Paris, 2009.

12 148 Une centaine de réformes l ont transformé : la catégorie D a disparu ; les valeurs de référence ont été modifiées et de nouvelles distinctions sont apparues Quant à la fonction publique actuelle, six décennies l ont métamorphosée comme le montre les deux aperçus ci-après. A. - La fonction publique, au sens large, a acquis une importance considérable par rapport à l emploi «privé». Tableau V : Fonction publique, service public et emploi total au 31 décembre 2006 Fonction publique Organismes publics hors fonction publique Total hors emplois aidés Emplois aidés de la fonction publique (1) Total y compris aidés Métropole Dom Com et étranger Epa nationaux de sécurité sociale, à recrutement de droit privé En milliers 4 990,4 155,2 55, ,1 145, ,2 15,9 Secteur non marchand GIP nationaux et locaux et autres organismes non marchands Organismes consulaires Epic nationaux et locaux non marchands Secteur marchand Epic locaux 48,4 Total 172,9 Organismes privés à financement public prédominant (Secteur non marchand) Entreprises publiques (secteur marchand Emploi privé hors service public (secteur marchand) Total Total (2) Enseignants de l enseignement privé sous contrat Associations Organismes de protection sociale Hôpitaux privés à but non lucratif Epic La Poste Epic marchands hors La Poste Entreprises hors Epic Dont France Telécom 10,6 54,5 43,5 154,1 209,5 213,5 147,2 724,3 275,4 257,3 150,4 683,0 99, ,6 Total Emploi total (salariés et non salariés) Total (4) ,0 Sources : Fichier de paie des agents de l Etat (FGE, Insee), enquête sur les effectifs des collectivités territoriales (Cotter, Insee), Statistique annuelle sur les établissements de santé (SAE, Drees), enquête SPE (DHOS), Tableau de synthèse/insee en annexe 1.1. Traitement DGAFP, bureau des statistiques, des études et de l évaluation.

13 149 B. - À y regarder de plus près, la fonction publique ne constitue qu une partie de l emploi public total. Tableau V : Effectifs physiques et équivalents temps plein (ETP) des trois fonctions publiques par statut au 31 décembre 2006 Titulaires Non titulaires FPE Ouvriers d État Militaires et volontaires militaires Total FPE Titulaires FPT Non titulaires Assistantes maternelles Total FPT Titulaires FPH Non titulaires Médecins Total FPH Titulaires et militaires Non titulaires 3 FP Ouvriers d État Assistantes maternelles Médecins Total Ministères et EPA à recrutement de Total collectivités territoriales droit public Effectifs ETP Effectifs ETP Effectifs ETP Sources : Fichier de paie des agents de l État (FGE, Insee), enquête sur les effectifs des collectivités territoriales (Cotter, Insee), Statistique annuelle des établissements de santé (SAE, Drees), enquête SPE (DHOS). Traitement DGAFP, bureau des statistiques, des études et de l évaluation. N oublions pas non plus la charge considérable des dépenses de personnel dans le budget général : dans la loi de finances pour 2007, elles représentaient 41 % du fait des rémunérations d activité, des cotisations et contributions sociales ainsi que des prestations sociales et allocations diverses. Essayons de tirer les principaux enseignements qui émergent, avec toutes la précautions de méthode que j indiquais d emblée et notamment sur le fait qu il ne faut pas regarder le passé avec nos concepts actuels. Cinq enseignements paraissent se dégager.

14 Un édifice statutaire solidement charpenté François Gazier parlait en 1980 de la «majesté» mais aussi de la «vanité» de l édifice statutaire. Il est vrai que la construction statutaire est impressionnante, avec le statut général lui-même, les statuts particuliers, et aussi les statuts spéciaux, avec tout le travail du juge administratif qui complète l édifice, qui lui apporte parfois des retouches Faut-il aller jusqu à dire que le statut est une construction immuable, figée? Ou comme l estimait François Gazier que cet édifice est inachevé, fissuré, déserté, réduit même à une simple façade? Ce qui est sûr, c est que l édifice statutaire n a jamais abrité la totalité des agents publics, des agents publics, des agents au service des collectivités territoriales, mais aussi de l État. On a vu se maintenir (et même se développer parfois) le recrutement d agents non titulaires (agents contractuels, agents vacataires, pour ne prendre que deux des appellations les plus connues). Le statut général de la fonction publique n a jamais entravé les évolutions nécessaires de l État, des collectivités territoriales, voire des autres structures publiques conçues par les pouvoirs publics pour asseoir leurs activités, pour relayer leurs actions Le second constat est que cet édifice statutaire - massif - n est finalement pas aussi rigide qu on veut le faire croire Je vais prendre quelques exemples : S agissant de la notion d emploi à vie liée au système de la carrière auquel la France reste fortement attachée, il faut rappeler que l administration dont l intérêt est de garder le plus longtemps possible les bons agents, dispose des moyens légaux de se séparer des agents coupables de fautes professionnelles ou devenus inaptes à leur emploi et que les agents peuvent aussi de leur propre initiative, quitter le service public. S agissant du recrutement, une matière de réaliser une parfaite adaptation de l agent à un emploi peut consister à la recruter su contrat. Le contrat permet en effet le recrutement direct de la personne paraissant parfaitement adaptée à la nature de l emploi pour la durée strictement nécessaire.

15 151 Il convient ici de signaler qu outre la possibilité de recruter des agents sur contrat, le statut prévoit que le gouvernement est habilité à nommer discrétionnairement aux emplois supérieurs des administrations des personnes de confiance qui doivent faire preuve à son égard d un parfait loyalisme. Toujours à propos du recrutement, les concours comportent des épreuves «professionnelles» c est-à-dire essentiellement destinées à apprécier de façon comparative les aptitudes des candidats, leur «savoir faire», leur «savoir être», les savoirs étant supposés acquis. On s oriente de plus en plus vers la prise en compte de l expérience professionnelle qui peut être validée par un diplôme et remplacer par conséquent les connaissances techniques correspondantes dispensées dans les établissements scolaires et universitaires. En ce qui concerne l ancienneté, elle est aujourd hui considérée comme un élément régulateur des carrières en ce sens qu elle fixe le temps d emploi nécessaire pour qu un agent soit admis à postuler un avancement. L avancement n a pas pour critère l ancienneté mais la valeur professionnelle des candidats qui est appréciée objectivement soit par une commission composée paritairement par des représentants de l administration et des représentants syndicaux, soit le moyen des épreuves d un examen professionnel La formation professionnelle initiale d adaptation à un premier emploi est assurée par des écoles administratives propres aux grandes administrations et dont le personnel enseignant est composé des meilleurs praticiens. Elle comporte des enseignements pratiques et des stages d application (formation en alternance). Les fonctionnaires peuvent bénéficier tout au long de leur carrière d une formation professionnelle qui leur permet de se perfectionner, de se recycler compte tenu de l évolution des méthodes et des techniques de travail, de s adapter à un nouvel emploi, le cas échéant, d assurer leur promotion professionnelle (aide à la préparation aux concours administratifs de catégorie supérieure). Il faut ajouter que la rémunération des fonctionnaires a toujours comporté une part fixe et une part variable selon la quantité et la qualité du travail fourni. On parle désormais de rémunération «au mérite» dont on constate qu elle est fortement motivante et considérée comme juste Troisième enseignement de ce survol historique, qu l on oublie parfois, le statut général a donné à l État, mais aussi aux collectivités publiques, les personnels de qualité dont ils avaient impérativement besoin pour la mise en œuvre de prérogatives de puissance publique et fonctionnement des services publics. Et cette qualité n est pas

16 152 seulement le fait du sommet, de l encadrement, mais elle est partagée, «inscrite dans la masse» pourrait-on dire. Figure dans le statut général de la fonction publique une partie - peu développée sans doute, discrète, - sur les obligations et les devoirs des fonctionnaires et ceux-ci ne sont pas négligeables : - continuité du service ; - obéissance hiérarchique ; - interdiction d assurer une activité privée lucrative ; - désintéressement ; - réserve ; - secret professionnel ; - discrétion professionnelle ; - responsabilité (non seulement pénale, mais aussi civile, disciplinaire ). Bien sûr, chaque année apporte son lot d agents sanctionnés pour manquement à l un ou l autre point. Bien sûr, les salariés privés peuvent avoir des obligations voisines à l égard de leur employeur, mais le but de ce dernier n est pas le même que celui des employeurs publics. Le service de l intérêt général n est pas de même nature que la poursuite de la satisfaction des intérêts privés, quels que légitimes qu ils soient 6. Globalement, le respect de ces obligations et devoirs permet aux fonctionnaires d assurer la marche des services publics conformément aux règles de neutralité et de continuité Autre enseignement à retenir : l application du statut de la fonction publique s est accompagné du respect de la subordination du fonctionnaire au pouvoir politique qu il doit servir loyalement, aux directives duquel il doit se conformer strictement. Le gouvernement dispose d un pouvoir totalement discrétionnaire pour nommer aux plus hauts emplois de l administration et mettre fin aux fonctions des personnes ainsi nommées. Les personnes nommées dans ces emplois doivent faire preuve d un loyalisme absolu à l égard du gouvernement, c est-à-dire prendre fait et cause pour le gouvernement en toutes circonstances. Il existe cependant une limite : le fonctionnaire français qui reçoit une ordre manifestement illégal et de nature à compromettre gravement un intérêt public est tenu de 6 Salon et Savignac, A.J.D.A., 2002, n 5, p. 439, La loi de modernisation sociale du 17 janvier 2002 et la fonction publique.

17 153 désobéir. En exécutant un tel ordre, il engagerait sa responsabilité. Le fait d avoir agi sur ordre ne l exonèrerait pas de sa responsabilité pénale mais constituerait seulement une circonstance atténuante Un dernier élément frappe naturellement si l on aborde la relation État - Fonction publique, sous l angle social, sous l angle des doits sociaux des fonctionnaires (je dresse le constat avec beaucoup de prudence, en ayant conscience que la formule est très tranchée) : au cours des dernières décennies, l existence du statut général a sans doute été un frein à l évolution de la situation sociale faite aux fonctionnaires. Mais l évolution rapide des droits sociaux des salariés du secteur privé, du fait d une croissance réelle, qui a permis la création de garanties sociales complémentaires dans des conditions financières partagées avec l employeur, tous ces facteurs ont sans doute modifié l équilibre de la balance entre secteur public et secteur privé. Autant d ailleurs, la perception des avantages des uns et des autres, le «ressenti» que la réalité, souvent complexe, peu aisée à comparer. Avec notamment le développement d un syndicalisme actif dans la fonction publique, les attentes des fonctionnaires se sont développées, notamment en matière de niveau de rémunération, mais aussi d avantages sociaux, d hygiène et de sécurité, par exemple. À l occasion du 30 e anniversaire du statut général, le secrétaire général de l Union générale des fédérations de fonctionnaires CGT, René Bidouze, écrivait notamment : «Dans le domaine social, l État - Patron est incontestablement un des plus attardés. Les fonctionnaires ne disposent pas d un service social comparable aux comités d entreprise fonctionnant dans le secteur privé ou aux organismes de certaines entreprises nationales». À notre époque, le progrès social n est sans doute possible que dans la diversité : des branches, des secteurs d activité, voire des entreprises partent en pointe, créent des droits nouveaux parce que les résultats le permettent et les autres secteurs s efforcent ensuite de reprendre des avancées, de les transposer à leur situation Les fonctionnaires ont plus de peine à s inscrire dans ce processus. Le statut général globalise et égalise, ce qui peut rendre toute avancée très coûteuse. D où une certaine insatisfaction latente des agents, difficile à mesurer, car les comparaisons «public/privé» sont complexes (qu elles soient instantanées ou tout au long de la vie active).

18 154 Voilà un bilan sommaire qu il fallait dresser avant d essayer de comprendre pourquoi la fonction publique française est à nouveau saisie d interrogations. Et même si l on ne peut jamais transposer les enseignements du passé. II. - QUELLES PERSPECTIVES S OUVRENT POUR LA FONCTION PUBLIQUE? Nous nous limiterons aux perspectives à moyen terme, à l horizon 2012 : il se trouve que c est celui que s est donné le ministre de la fonction publique ; de plus 2012 est normalement une année électorale pour les députés et le Président de la République. La fonction publique s inscrit déjà dans un monde qui a assez radicalement changé au cours des dernières décennies. - La société française a profondément changé ; - la décentralisation s est imposée et a été renforcée ; - la mondialisation est une réalité perçue ; - l Union européenne tente de s enraciner en même temps qu elle s élargit. Il faut essayer de deviner quel sera le visage de l État dans quelques années et celui des collectivités territoriales. Pour répondre à ce souci, on peut dire que des évolutions profondes sont engagées pour l État comme pour les collectivités territoriales qui vont les transformer peu à peu. Le Conseil de modernisation des politiques (CCMPP) placé sous la présidence du Président de la République, réunit l ensemble du gouvernement et les membres du comité de suivi, pour fixer les orientations et définir les étapes de la démarches. Il a la responsabilité de la décision, et s assure que les réformes décidées sont bien mises en œuvre et produisent les résultats attendus. Le ministre du Budget en est le rapporteur général. Co-présidé par le secrétaire général de l Elysée et le directeur de cabinet du Premier ministre, un comité de suivi réuni le(s) ministre(s) concerné(s) ainsi que le ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique, le secrétaire d État à la prospective et à l évaluation des politiques publiques, mais aussi les deux rapporteurs des Commissions des finances des Assemblées. Une mise en œuvre conduite par les ministres

19 155 Le Premier ministre a réaffirmé, dans une circulaire du 18 mars 2008, la responsabilité de chaque ministre pour la réussite des réformes qui relèvent de ses attributions. En conséquence, une fois les réformes décidées par CMPP, les ministères s organisent pour concrétiser les bénéfices attendus des réformes. La procédure La révision générale des politiques publiques consiste à passer au crible les dépenses de l État suivant une grille d analyse désormais connue : - Que faisons-nous? - Quels sont les besoins et les attentes collectives? - Faut-il continuer à faire de la sorte? - Qui doit le faire? - Qui doit payer? - Comment faire mieux et moins cher? - Quel doit être le scénario de transformation? Pour répondre à ces questions, une douzaine d équipes d audit, composées d auditeurs issus des inspections générales interministérielles et ministérielles et du secteur privé, sont chargées de travailler en partenariat avec les ministres pour identifier les leviers de réformes adéquats. Ont ainsi été passés en revue l ensemble de l appareil productif de l État mais aussi, pour la première fois, six grandes politiques d intervention pour lesquelles l État intervient aux côtés d autres partenaires (famille, santé et assurance maladie, développement des entreprises, ville et logement, emploi et formation professionnelle, politiques de solidarité). Par ailleurs, quatre chantiers interministériels portent sur : - la gestion des ressources humaines de l État ; - les relations entre l État et les collectivités locales ; - la réforme de l administration territoriale ; - et la simplification des procédures internes. Les réformes décidés lors de Conseils de modernisation des politiques publiques visent à générer environ 7 milliards d euros d économies à l horizon La moitié des économies liées à la réduction des effectifs doit être redistribuée aux fonctionnaires. La modernisation des ministères

20 156 Quinze ministères ont été passés en revue par des équipes d audit. Des réformes d envergure ont été décidées pour chacun d entre eux afin de les recentrer sur leurs missions, de mieux répondre aux attentes des usagers et d améliorer leur efficacité. Plusieurs ministères (dont la Défense, le Développement durable et l Intérieur) disposent déjà d une feuille de route de modernisation qui porte sur l ensemble de leur champ d action. Des mesures transversales ont été arrêtées qui produisent leurs effets : - La détermination d un budget pluriannuel pour l État ; - La modernisation de la gestion des ressources humaines (GRH) ; - La modernisation des fonctions supports de l État : la paye, la politique immobilière, l organisation des achats de l État. La Conseil des Ministres du 11 juin a pris de nouvelles décisions de réformes dans les ministères qui n avaient pas encore fait l objet d un examen d ensemble de leur organisation (ministères de la Justice, de l Education nationale, de l Enseignement supérieur et de la Recherche, des Affaires Etrangères et Européennes, de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative, des Solidarités, de l Agriculture et de la Pêche, de la Culture et de la Communication). Donc l État et ses services dont évoluer (et on sait que par contagion les collectivités territoriales seront aussi touchées). B. - Les évolutions annoncées pour la fonction publique Pour traiter utilement des perspectives de la fonction publique, il faut revenir à Nantes, à l Institut Régional d Administration, le mercredi 19 septembre 2007, lorsque le Président de la République M. Nicols Sarkozy, prononce une allocution remarquée, diversement perçue, dans laquelle on trouve à la fois des fleurs pour les fonctionnaires et des épines pour la fonction publique : Commençons par les fleurs : «À tous les fonctionnaires de France, à tous les agents du service public, je veux dire mon respect. Je veux leur dire que je partage leurs valeurs qui sont celles d une certaine idée de la République et de la citoyenneté»

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE I - LES SOURCES DU DROIT DE LA FONCTION PUBLIQUE A - La Constitution et le bloc de constitutionnalité Certains grands principes du droit de la fonction publique

Plus en détail

c) Tous les cadres d emplois sauf certains relevant de la catégorie A+ sont concernés par ces dispositions. !!!

c) Tous les cadres d emplois sauf certains relevant de la catégorie A+ sont concernés par ces dispositions. !!! CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA VENDEE Maison des Communes 45, Boulevard des Etats-Unis B.P.239 85006 LA ROCHE-SUR-YON - CEDEX -! : 02.51.44.50.60 : 02.51.37.00.66 " : 3614

Plus en détail

LA MOBILITÉ ET LES PARCOURS PROFESSIONNELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE. Questions/réponses

LA MOBILITÉ ET LES PARCOURS PROFESSIONNELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE. Questions/réponses LA MOBILITÉ ET LES PARCOURS PROFESSIONNELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE Questions/réponses QUI EST CONCERNÉ PAR LA LOI DU 3 AOÜT 2009 RELATIVE A LA MOBILITÉ ET AUX PARCOURS PROFESSIONNELS DANS LA FONCTION

Plus en détail

LA LOI DE MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE MODERNISATION FONCTION PUBLIQUE. Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 REFERENCES

LA LOI DE MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE MODERNISATION FONCTION PUBLIQUE. Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 REFERENCES Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 LA LOI DE MODERNISATION DE LA REFERENCES Loi n 2007-148 du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique (Journal officiel du 6 février 2007)

Plus en détail

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE NOTE D INFORMATION MARS 2008 Mise à jour JUIN 2009 (Annule et remplace la précédente) LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

La fonction publique en France

La fonction publique en France MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE édition 2013 La fonction en France Des métiers au service des citoyens les essentiels Dans la fonction, tous les agents

Plus en détail

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE L E S S E N T I E L La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours

Plus en détail

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement?

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La nouvelle loi organique relative aux lois de finances a été promulguée en août 2001. Deux ans plus tard, et bien que la mise en œuvre de cette

Plus en détail

NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C

NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C FILIÈRE ADMINISTRATIVE DE LA FONCTION PUBLIQUE D ÉTAT PERSONNELS ADMINISTRATIFS DU PÔLE ÉDUCATIF Éducation Nationale - Enseignement Supérieur - Jeunesse et Sports NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C Une revalorisation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail

RÉFORME DE LA CATÉGORIE B 7 ème PARTIE. CADRE D EMPLOIS DES REDACTEURS TERRITORIAUX Date d effet : 1 er août 2012

RÉFORME DE LA CATÉGORIE B 7 ème PARTIE. CADRE D EMPLOIS DES REDACTEURS TERRITORIAUX Date d effet : 1 er août 2012 RÉFORME DE LA CATÉGORIE B 7 ème PARTIE CADRE D EMPLOIS DES REDACTEURS TERRITORIAUX Date d effet : 1 er août 2012 La réforme de la catégorie B de la fonction publique territoriale a initié un nouvel espace

Plus en détail

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE)

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) Point réglementation N 1 Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycées et collèges) Mis à jour en septembre

Plus en détail

La loi sur la mobilité des fonctionnaires

La loi sur la mobilité des fonctionnaires MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME DE L ÉTAT La loi sur la mobilité des fonctionnaires De nouveaux outils au service d une vraie carrière collection Ressources

Plus en détail

LA FIN DE DÉTACHEMENT SUR EMPLOI FONCTIONNEL QUAND LES TALENTS GRANDISSENT, LES COLLECTIVITÉS PROGRESSENT

LA FIN DE DÉTACHEMENT SUR EMPLOI FONCTIONNEL QUAND LES TALENTS GRANDISSENT, LES COLLECTIVITÉS PROGRESSENT LA FIN DE DÉTACHEMENT SUR EMPLOI FONCTIONNEL QUAND LES TALENTS GRANDISSENT, LES COLLECTIVITÉS PROGRESSENT LA FIN DE DÉTACHEMENT SUR EMPLOI FONCTIONNEL SOMMAIRE LES EMPLOIS CONCERNÉS... 4 LA PROCÉDURE...

Plus en détail

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 Eric WOERTH Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et André SANTINI Secrétaire d État chargé de la

Plus en détail

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * République Algérienne Démocratique et Populaire * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * Présidence de le république * * * * * * * * * * * * * Direction Générale de la Fonction Publique

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT LES NOUVEAUX BLEUS BUDGÉTAIRES ET LES PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES Les documents

Plus en détail

MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME DE L ÉTAT

MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME DE L ÉTAT MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME DE L ÉTAT Les comités techniques dans la fonction publique de l État collection Ressources humaines UNE INSTANCE REPRÉSENTATIVE

Plus en détail

Copyright DGAFP - http://bjfp.fonction-publique.gouv.fr - 19/03/2014 15:07:58

Copyright DGAFP - http://bjfp.fonction-publique.gouv.fr - 19/03/2014 15:07:58 Circulaire FP n 2164 du 13 juin 2008 relative à la mise en œuvre du décret n 2008-539 du 6 juin 2008 relatif à l instauration d une indemnité dite de garantie individuelle du pouvoir d achat MINISTERE

Plus en détail

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur E D I T O Sommaire P1 L édito P2 Révision des classifications et rémunérations minimales : Accord à l unanimité P3 Suite révision des classifications P4 Accord sur la sécurisation de l emploi et le temps

Plus en détail

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations»

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Point d étape de la négociation PPCR 10 Mars 2015 Discours d ouverture de Marylise LEBRANCHU Mesdames et Messieurs, Nous

Plus en détail

Réforme de la Catégorie B Rédacteurs Territoriaux

Réforme de la Catégorie B Rédacteurs Territoriaux SNUCLIAS FSU 173 rue de Charenton 75012 Paris 01 3 7 53 95 01 9 88 06 17 snuclias-fsu@orange.fr www.snuclias-fsu.fr Réforme de la Catégorie B s Territoriaux Le 21 février 2008, organisations syndicales,

Plus en détail

LA FORMATION PROFESSIONNELLE

LA FORMATION PROFESSIONNELLE éférences : - oi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, - oi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale,

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

LE NOUVEL ESPACE STATUTAIRE DE LA CATEGORIE B. Mode d emploi Questions/réponses

LE NOUVEL ESPACE STATUTAIRE DE LA CATEGORIE B. Mode d emploi Questions/réponses LE NOUVEL ESPACE STATUTAIRE DE LA CATEGORIE B Mode d emploi Questions/réponses 01 Dans quel cadre le nouvel espace statutaire de la réforme de la catégorie B a-t-il été créé? Cette réforme traduit l engagement

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

RÈGLEMENTINTÉRIEUR MAI 2015. Éditions de l Union

RÈGLEMENTINTÉRIEUR MAI 2015. Éditions de l Union RÈGLEMENTINTÉRIEUR Éditions de l Union TITRE I ADHÉRENTS Article 1 er DEMANDE D ADHÉSION 1. Toute personne physique souscrivant à l objet et aux valeurs du Mouvement peut adresser une demande d adhésion,

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Le Médiateur de la République

Le Médiateur de la République Le Médiateur de la République A l issue d un contrôle portant sur la gestion des services du Médiateur de la République pour les exercices 1995 à 2002, la Cour des comptes avait dressé en 2004 un constat

Plus en détail

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Quels statuts pour motiver les personnels et soutenir les efforts de développement

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Sommaire 1. Périmètre du débat et méthodologie des contributions

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE CIRCULAIRE CDG90 11/12 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

Qui dirige la Sécurité sociale?

Qui dirige la Sécurité sociale? Qui dirige la Sécurité sociale? 1. Pourquoi se poser la question? «La tradition française en matière de Sécurité sociale n est pas une tradition d étatisme bureaucratique [ ] C est pourquoi la législation

Plus en détail

Vu la loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires.

Vu la loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires. CONVENTION DE MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL POUR ASSURER LES SECRETARIATS DU COMITÉ MÉDICAL DÉPARTEMENTAL ET DE LA COMMISSION DÉPARTEMENTALE DE RÉFORME Entre : Mme ESTELLE GRELIER, Présidente du Centre

Plus en détail

La Constitution et l exercice des pouvoirs

La Constitution et l exercice des pouvoirs Thème La Constitution et l exercice des pouvoirs Instituée par le général de Gaulle en 958, et toujours en vigueur aujourd hui grâce à la souplesse des institutions qui ont su s adapter au fil du temps,

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement intérieur de la Croix-Rouge française adopté par l assemblée générale extraordinaire du 20 janvier 2012 et approuvé par le ministre de l Intérieur RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA

Plus en détail

Les textes en matière de santé et de sécurité au travail

Les textes en matière de santé et de sécurité au travail Guide pratique 2 / 6 MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, MINISTÈRE MINISTÈRE DU BUDGET, DE DU LA BUDGET, FONCTION DES COMPTES DES COMPTES PUBLIQUE PUBLICS, PUBLICS, ET DE LA RÉFORME DE L ETAT DE

Plus en détail

La définition du droit du travail

La définition du droit du travail La définition du droit du travail Fiche 1 Objectifs Identifier l objet du droit du travail et les situations pour lesquelles le droit du travail doit s appliquer. Prérequis Introduction au droit. Mots-clefs

Plus en détail

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union NOUVEAUXSTATUTS Éditions de l Union TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES ARTICLE 1 ER CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «Les Républicains»,

Plus en détail

Rédacteur territorial principal de 2 ème classe L ENTRETIEN AVEC UN JURY

Rédacteur territorial principal de 2 ème classe L ENTRETIEN AVEC UN JURY 17/10/2013 Document élaboré par les membres d une cellule pédagogique nationale associant des représentants des centres de gestion de la fonction publique territoriale Rédacteur territorial principal de

Plus en détail

Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité

Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité (adopté par le Conseil d administration du 8 octobre 2014) * Chapitre 1. Dispositions électorales communes aux instances de gouvernance Article 1.

Plus en détail

LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. mode d emploi

LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. mode d emploi LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE mode d emploi Découvrir la Fonction Publique Territoriale Trois fonctions publiques en France Il existe en France trois fonctions publiques : la Fonction Publique d Etat

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

LA MISE A DISPOSITION DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX

LA MISE A DISPOSITION DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX Réf. : CDG-INFO2008-18/CDE Personnes à contacter : Christine DEUDON - Sylvie TURPAIN PLAN DE CLASSEMENT : 1-25-20 : 03.59.56.88.48/58 Date : le 17 juillet 2008 MISE A JOUR DU 27 MARS 2012 Suite à la parution

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Ordonnance n o 2015-682 du 18 juin 2015 relative à la simplification des déclarations

Plus en détail

janvier Code de conduite du groupe

janvier Code de conduite du groupe janvier 2013 Code du groupe Engagements du Groupe 1 Engagements du Groupe À travers ses réseaux de banque de détail, sa banque de financement et d investissement, et l ensemble des métiers fondés sur l

Plus en détail

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 17 DÉCEMBRE 2013 Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

Les concours de l Assemblée nationale

Les concours de l Assemblée nationale A S S E M B L É E N A T I O N A L E Les concours de l Assemblée nationale Les informations contenues dans cette brochure ont été mises à jour en septembre 2012 ASSEMBLÉE NATIONALE Service des Ressources

Plus en détail

REFORME DE LA CATEGORIE B - FILIERE ADMINISTRATIVE

REFORME DE LA CATEGORIE B - FILIERE ADMINISTRATIVE CIRCULAIRE N 2012-28 Châlons-en-Champagne, le 17 août 2012 Le Président du Centre de Gestion à Mesdames et Messieurs les Maires Mesdames et Messieurs les Présidents d Etablissements Publics Communaux REFORME

Plus en détail

RÉFORME DE LA CATÉGORIE B : LES RÉDACTEURS

RÉFORME DE LA CATÉGORIE B : LES RÉDACTEURS DOCUMENTATION / CONSEIL AOUT 2012 DC2012_CIRC_REFREDACT Notice explicative RÉFORME DE LA CATÉGORIE B : LES RÉDACTEURS Références : - Décret n 2012-924 du 30 juillet 2012 portant sta tut particulier du

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Décret n o 2010-1463 du 1 er décembre 2010 mettant en œuvre la réforme du réseau des chambres de commerce

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR :

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR : Décret du Modifiant le décret n 84-431 du 6 juin 1984 fixant les dispositions statutaires communes applicables aux enseignants-chercheurs

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 er CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «L Union pour un Mouvement Populaire» (UMP),

Plus en détail

PROPOSITIONS POUR OPTIMISER LA GESTION DES RESSORCES HUMAINES DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Décembre 2014

PROPOSITIONS POUR OPTIMISER LA GESTION DES RESSORCES HUMAINES DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Décembre 2014 13 PROPOSITIONS POUR OPTIMISER LA GESTION DES RESSORCES HUMAINES DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Décembre 2014 1 Les 13 s des Centres de Gestion RENFORCER LA COORDINATION, AU MOINS AU NIVEAU RÉGIONAL,

Plus en détail

- Projet - - Améliorer les droits individuels et collectifs des agents contractuels et leurs conditions d emploi dans la fonction publique.

- Projet - - Améliorer les droits individuels et collectifs des agents contractuels et leurs conditions d emploi dans la fonction publique. Protocole d accord portant sécurisation des parcours professionnels, accès à l emploi titulaire et amélioration des conditions d emploi des agents contractuels dans les trois versants de la fonction publique

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES Préambule Le présent règlement général des formations fixe les conditions générales et spécifiques notamment pour la mise en œuvre de procédures d

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE I. Organisation de la profession comptable Profession comptable Comptable s salariés Comptable s libéraux Comptable s publics A. Comptables salariés 1. La profession

Plus en détail

DECRETS. Section 1 Recrutement et promotion. Section 2 Stage, titularisation et avancement. 12 Moharram 1429 20 janvier 2008

DECRETS. Section 1 Recrutement et promotion. Section 2 Stage, titularisation et avancement. 12 Moharram 1429 20 janvier 2008 12 Moharram 1429 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 03 3 DECRETS Décret exécutif n 08-04 du 11 Moharram 1429 correspondant au 19 janvier 2008 portant statut particulier des fonctionnaires appartenant

Plus en détail

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Programme «Maladie» 47 Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : Évolution des effectifs (en équivalent temps plein) de

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

SOMMAIRE ENSEIGNER : UNE AMBITION POUR SOI, UNE AMBITION POUR LA FRANCE CONCOURS DE RECRUTEMENT 2014 : LES RÉPONSES À VOS QUESTIONS

SOMMAIRE ENSEIGNER : UNE AMBITION POUR SOI, UNE AMBITION POUR LA FRANCE CONCOURS DE RECRUTEMENT 2014 : LES RÉPONSES À VOS QUESTIONS SOMMAIRE ENSEIGNER : UNE AMBITION POUR SOI, UNE AMBITION POUR LA FRANCE DEVENIR ENSEIGNANT : LES NOUVEAUTÉS ENQUÊTE : LES FRANÇAIS ET LE MÉTIER D ENSEIGNANT CONCOURS DE RECRUTEMENT 2014 : LES RÉPONSES

Plus en détail

CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE

CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE Filière administrative CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE NOTE INDICATIVE DE CADRAGE Cette note contient des informations indicatives visant à aider le candidat à se préparer au

Plus en détail

Président du conseil d administration et dirigeant responsable

Président du conseil d administration et dirigeant responsable Président du conseil d administration et dirigeant responsable La loi du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques (NRE) a modifié le fonctionnement des organes dirigeants des sociétés

Plus en détail

LE RÉFÉRENCEMENT 8POINTS D ANALYSE POUR MIEUX COMPRENDRE ET EN ATTENDRE PLUS PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE DES AGENTS PUBLICS DE L ETAT CFTC FAE

LE RÉFÉRENCEMENT 8POINTS D ANALYSE POUR MIEUX COMPRENDRE ET EN ATTENDRE PLUS PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE DES AGENTS PUBLICS DE L ETAT CFTC FAE LE RÉFÉRENCEMENT Document non contractuel - Mai 2014 - www.charlie.fr 8POINTS D ANALYSE POUR MIEUX COMPRENDRE ET EN ATTENDRE PLUS PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE DES AGENTS PUBLICS DE L ETAT CFTC FAE

Plus en détail

SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE

SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE I.- PRINCIPES FONDAMENTAUX DU SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE L assurance vieillesse n a été instituée pour l ensemble des salariés qu en 1953 ; avant cette date, quelques corporations

Plus en détail

QUESTIONS. décembre 2014

QUESTIONS. décembre 2014 QUESTIONS RéPONSES RELATIF à l agrément, aux missions et au fonctionnemement des organismes paritaires collecteurs agréés au titre de la formation professionnelle continue décembre 2014 questions-réponses

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015. Association pour la recherche sur le diabète

Commentaire. Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015. Association pour la recherche sur le diabète Commentaire Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015 Association pour la recherche sur le diabète (Acceptation des libéralités par les associations déclarées) Le Conseil constitutionnel a été saisi le

Plus en détail

Support de documentation

Support de documentation RENCONTRE THÉMATIQUE Management, Objectifs et Evaluation Support de documentation L un des 1 ers enjeux dans la gestion des hommes réside dans une meilleure approche de la fixation d objectifs et de l

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

La mobilité interne. COLLECTION «Les diagnostics de l emploi territorial»

La mobilité interne. COLLECTION «Les diagnostics de l emploi territorial» La mobilité interne Julie Araneder Catherine Leput Céline Prevost Benoit Saidi Sandrine Taupin Emmanuelle Thuong-Hime COLLECTION «Les diagnostics de l emploi territorial» hors série n 4 Sommaire 1 - Avant-propos...p

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU Préambule Le sport de haut niveau joue un rôle social et culturel de première importance. Conformément aux valeurs de l Olympisme énoncées dans la Charte olympique et aux

Plus en détail

Préambule. Négociations Fonction publique hospitalière Refonte des grilles de catégories B et de la filière paramédicale

Préambule. Négociations Fonction publique hospitalière Refonte des grilles de catégories B et de la filière paramédicale Négociations Fonction publique hospitalière Refonte des grilles de catégories B et de la filière paramédicale Préambule Ces travaux s inscrivent dans le protocole Jacob, concernant les trois fonctions

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés?

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? La loi du 24 Mars 2014 dite «loi ALUR», publiée au J.O. du 26/03/2014 a apporté quelques modifications notables dans le domaine du droit de la copropriété.

Plus en détail

DOCUMENT PROVISOIRE L ENTRETIEN AVEC UN JURY

DOCUMENT PROVISOIRE L ENTRETIEN AVEC UN JURY ATTACHÉ PRINCIPAL fa-ob 23/10/2009 Note de cadrage DOCUMENT PROVISOIRE Cette note entend présenter précisément l épreuve aux candidats, aux formateurs et aux membres du jury. Chacun, selon sa qualité,

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE

CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE ARTICLE 1 : CONSTITUTION ET DÉSIGNATION L Association «Chambre Professionnelle du Conseil de la région centre» (C.P.C Région Centre.) a décidé en

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

Chambre Professionnelle du Conseil de Midi-Pyrénées. N SIRET : 411 910 649 000 10 Code APE : 911 C Organisations Professionnelles

Chambre Professionnelle du Conseil de Midi-Pyrénées. N SIRET : 411 910 649 000 10 Code APE : 911 C Organisations Professionnelles Chambre Professionnelle du Conseil de Midi-Pyrénées N SIRET : 411 910 649 000 10 Code APE : 911 C Organisations Professionnelles N du Répertoire Départemental : 2291 Les statuts initiaux de l association

Plus en détail

Statuts : Etoile Saint Amandoise.

Statuts : Etoile Saint Amandoise. Statuts : Etoile Saint Amandoise. Sommaire : Présentation But et composition Affiliation Ressources Administration et fonctionnement o Comité de direction o Le bureau o Assemblée générale Ordinaire o Assemblée

Plus en détail

DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER.

DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER. DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER. Le Premier Ministre, Vu la Constitution, telle que modifiée et complétée par la Loi n 11/002 du

Plus en détail

La Française des jeux

La Française des jeux La Française des jeux En 2006, la Cour a contrôlé les comptes et la gestion de la Française des jeux pour les exercices 1998 à 2004. Ce contrôle a donné lieu à rapport particulier communiqué à l entreprise,

Plus en détail

LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université)

LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université) LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université) Après avoir fait adopter sa loi «Libertés et Responsabilités des Universités» en plein

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Les métiers du ministère des Affaires étrangères. m ti. é er. Direction des ressources humaines 2013

Les métiers du ministère des Affaires étrangères. m ti. é er. Direction des ressources humaines 2013 Les métiers du ministère des Affaires étrangères m ti s é er Direction des ressources humaines 2013 Les métiers du ministère des Affaires étrangères Introduction Les agents diplomatiques et consulaires

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION Présents : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, GIM, UIMM 77 D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014 Ordre du jour 1. Adoption du compte-rendu de la séance du

Plus en détail

«Les RH face aux nouveaux enjeux des collectivités», le 3 février 2010, à l IAE de Lille.

«Les RH face aux nouveaux enjeux des collectivités», le 3 février 2010, à l IAE de Lille. «Les RH face aux nouveaux enjeux des collectivités», le 3 février 2010, à l IAE de Lille. Conférence réalisée par le Master 2 Management Public Territorial. Intervenants : - Monsieur Jean Louis BAJU, Directeur

Plus en détail