Point de vue de l OMC sur la questions de la reconnaissance des diplômes dans le cadre de l AGCS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Point de vue de l OMC sur la questions de la reconnaissance des diplômes dans le cadre de l AGCS"

Transcription

1 Point de vue de l OMC sur la questions de la reconnaissance des diplômes dans le cadre de l AGCS Document téléchargé le 30 juillet 2001 DOCUMENTATION Annotations de Jean-Marc Fiorese Membre du groupe Éducation ATTAC Nord-Essonne L AGCS (Accord Général sur le Commerce des Services) intègrera un volet sur l Éducation lors du lancement de son cycle de négociations au sein de l OMC au Qatar en novembre prochain. Il est intéressant d avoir le point de vue de l Organisation Mondiale du Commerce sur l un de ses aspects : la question de la reconnaissance des diplômes soulevée depuis de nombreuses années par l OCDE et les lobbies industriels tel l ERT. N oublions pas que l AGCS est un outil juridique permettant l application des programmes relatifs à la politique économique des services élaborés par les États membres de l OMC, comme ceux de la Commission européenne par exemple. Un bref commentaire suivra ce document trouvé sur le site Internet de l OMC (www.wto.org) (i). Notes sur la syntaxe : - Les mots en gras souligné font l objet d annotations sous leurs paragraphes respectifs. Elles se veulent objectives afin de vous permettre d interpréter correctement ce texte. - Par souci de clarté, le terme diplôme évoqué dans les annotations défini les mots diplôme, certificat et licence ensembles ou plus exactement l expression l'éducation ou l'expérience acquise, les prescriptions remplies, ou les licences ou certificats accordés dans un pays déterminé évoquée à plusieurs reprises dans le texte de l OMC. - Le terme État membre est relatif à l OMC. Aussi l Union européenne est considérée comme étant un seul de ces États membres. AGCS: Reconnaissance Services: AGCS, Section: Texte juridique, Unité: AGCS: Obligations générales (1),Transparent n 14 Introduction Possibilité adéquate de négocier Obligation de notification Utilisation de normes reconnues au plan international Annexe : Art. VII de l AGCS - Reconnaissance (extrait de l accord consultable in extenso à l adresse : (i) De nombreux textes officiels de l OMC relatifs au GATT et à l AGCS sont consultables à l adresse : Adresse électronique du groupe Éducation du comité Nord-Essonne : Référents du groupe : Marie Loriot - Jean-Marc Fiorese

2 Introduction L'article VII de l'agcs autorise les Membres de l'omc à reconnaître l'éducation ou l'expérience acquise, les prescriptions remplies, ou les certificats accordés sur le territoire d'autres Membres. Cette reconnaissance pourra se faire par une harmonisation, pourra se fonder sur un accord ou arrangement avec d'autres pays ou pourra être accordée de manière autonome. L'article VII permet donc aux Membres d'appliquer aux fournisseurs de services d'autres Membres un traitement différent selon le niveau de qualification accordé dans leur pays d'origine. Il n'autorise toutefois pas les Membres à établir une discrimination dans l'application de leurs normes ou critères de fond concernant la délivrance d'autorisations, de licences ou de certificats pour les fournisseurs de services. En d'autres termes, il existe une différence entre, d'une part, le fait d'autoriser les fournisseurs de services de certains Membres à accéder au marché par le biais d'une procédure rapide fondée sur un arrangement de reconnaissance (1) et, d'autre part, l'application de prescriptions de fond différentes aux fournisseurs de services (2) : une personne qui peut satisfaire aux normes de fond (3) devrait être considérée comme ayant les qualifications nécessaires, (4) pour le paragraphe quel que soit son pays d'origine. (1) Dans cette première hypothèse, le fournisseur (privé ou public) est le bénéficiaire : Dans le cadre d une harmonisation générale («harmonisation») ou d accords plus particuliers d État à État («accord ou arrangement avec d'autres pays») le fournisseur dispense un enseignement sanctionné par un diplôme reconnu par l ensemble des États ou par les signataires de l accord particulier. Par commodité pour la suite, nous appellerons cette hypothèse l option 1. (2) Dans cette seconde hypothèse, où «prescriptions de fond» définit le diplôme, le titulaire du diplôme étranger est le bénéficiaire («accordée de manière autonome») : Le diplôme étranger doit être reconnu par le pays d accueil, même s il ne fait l objet d aucune harmonisation ni d aucun accord spécifique, dès l instant où il valide une expérience ou des compétences répondant aux «normes de fond» qui définissent, quant à elle, ce que le diplôme apporte ou permet. Si le bénéficiaire direct de cette disposition est le titulaire du diplôme, le fournisseur en est le bénéficiaire indirect. Par commodité pour la suite, nous appellerons cette hypothèse l option 2. (3) Comme nous venons de le voir, les «normes de fond» sont relatives à ce qu apporte ou ce que permet le diplôme tandis que les «prescriptions de fond», définissent le diplôme lui même puisqu elles sont relatives à ses modalités d acquisition. (4) Si l option 1 relève d un consensus général ou particulier, puisque ce sont les États qui le décident (sous les pression des lobbies industriels, note subjective), l option 2 relève davantage du marchandage car se pose plusieurs questions quant à l évaluation des «normes de fond» du diplôme étranger : sur quelle base se fera cette évaluation? à la suite d un test, d après une liste exhaustive de critères? Qui aura l autorité pour valider l équivalence? Toute latitude est laissée aux États membres de décider. Concernant l Union européenne il faut se rapprocher des programmes de la Commission pour le savoir comme par exemple dans les programmes Socrate ou Leonardo da Vinci. Possibilité adéquate de négocier Les Membres parties à des accords de reconnaissance sont tenus de ménager (5) aux autres Membres intéressés une possibilité adéquate de négocier (6) leur accession à ces accords ou de négocier des accords qui leur sont comparables (7). (8) pour la phrase Si la reconnaissance est accordée de manière autonome (9), le Membre concerné doit ménager (10) à tout autre Membre une possibilité adéquate de démontrer (11) que les qualifications acquises sur son territoire devraient (12) pour la phrase (13) pour le paragraphe être reconnues. (5) C est une obligation. (6) Être le plus souple possible. Par exemple pour user d une image : Si le meuble ne passe pas la porte on casse le mur au lieu de démonter le meuble. (7) Il s agit ici de l option 1 évoquée en note 1. (8) Le mot, «adéquate», semble innocent : «c est adéquat, ça correspond bien,». Dans un contexte juridique comme ici et dans ce cadre cela signifie Page 2 Point de vue de l OMC sur la question de la reconnaissance des diplôme dans le cadre de l AGCS

3 que tout doit être mis en œ uvre pour que la «possibilité adéquate de négocier» puisse s adapter à la demande du «membre intéressé». La charge de cette obligation pèse sur les pays bénéficiant déjà d accords («sont tenus de ménager»). L éventuel demandeur doit être facilité dans ses démarches. (9) Il s agit ici de l option 2 évoquée en note 2. (10) Encore et toujours une obligation. (11) Même si la démonstration incombe au pays demandeur, celle-ci doit être obligatoirement facilitée par le pays d accueil. (12) Ainsi lorsqu un pays reconnaît une équivalence d un diplôme étranger en dehors de tout accord, il doit alors faciliter cette même reconnaissance pour tout autre demandeur, faute de quoi l État en question risque d être mis en cause pour discrimination par le Conseil du Commerce des Services (voir note (15)). (13) L État membre (de l OMC) qui ne respecterait pas cette obligation de ménager des possibilités adéquates de faire reconnaître tout diplôme étranger quelque soit l option (1 ou 2) de reconnaissance, risquerait de comparaître devant l Organe de Règlement des Différends (ORD) pour discrimination ou pour exercice d une restriction déguisée au commerce des services. Il pourrait alors être condamné par cette institution à mettre tout en œuvre pour donner satisfaction au plaignant (qui peut être une entreprise) et à une astreinte financière pour dédommager le préjudice prétendument subi par le plaignant. C est un rappel toujours utile : l ORD a été institué par l OMC ; de fait sa légitimité est tout à fait contestable. Pourtant il représente l instance judiciaire internationale suprême en matière de commerce qu il soit local ou international ; sa jurisprudence s impose à notre Cour de cassation ainsi qu aux juridictions européennes! Les décisions de l ORD permettent aux États membres de l OMC et principalement à leurs entreprises d exercer les mesures coercitives prévues par l OMC contre les États ou leurs entreprises à une exception près : un État ne peut pas attaquer une entreprise devant l ORD ; pour cela il doit agir devant ses propres juridictions qui sont soumises à la jurisprudence de l ORD! Même dans l hypothèse ou l État obtiendrait gain de cause devant sa juridiction, l entreprise condamnée pourrait s adresser à l ORD pour qu elle prenne une décision contraire et qui s imposerait alors définitivement à l État car il est impossible de faire appel des décisions de l ORD. C est ce qu il s appelle marcher sur la tête. (Voir entre autres l article XXIII de l AGCS : Règlement des différends et exécution des obligations ). Obligation de notification Les Membres sont tenus de notifier (14) au Conseil du commerce des services (15) leurs mesures de reconnaissance existantes et d'indiquer si ces mesures sont fondées sur des accords ou accordées de manière autonome (16) et (17) pour la phrase. Ils doivent également informer (18) le Conseil du commerce des services, aussi longtemps à l'avance que possible (19), de l'ouverture de négociations au sujet d'un accord de reconnaissance mutuelle afin de ménager (20) à tout autre Membre une possibilité adéquate (21) (22) pour de faire savoir s'il souhaite participer aux négociations. le paragraphe (14) Encore une obligation. C est récurant avec l OMC : les obligations sont toujours à la charge des États et les droits bénéficient toujours aux «fournisseurs». Si ces derniers peuvent être représentés par un État, ils sont essentiellement des entreprises privées. (15) Cet organe a été institué par l OMC en son sein lors de la mise en place de l AGCS. Le Conseil du commerce des services (ou CCS) s apparente à un arbitre doté de pouvoirs de contrôle, de décision et de rétorsion mal définis : «Le Conseil du commerce des services exercera les fonctions qui lui seront confiées en vue de faciliter le fonctionnement du présent accord et de favoriser la réalisation de ses objectifs. Le Conseil pourra établir les organes subsidiaires qu'il jugera appropriés pour s'acquitter efficacement de ses fonctions» (Article XXIV 1 de l AGCS). (16) Fondées sur l option 1 ou 2 vues aux notes (1) et (2). (17) Ainsi aucun État ne peut échapper à l obligation prévue au paragraphe précédent (notes (5) à (8)). En cela le Conseil du commerce des services représente bien une autorité de contrôle (voir note (15)). (18) Vous en avez maintenant l habitude : obligation. (19) Autrement dit : dès l ouverture des négociations évoquées immédiatement après ; car selon ce texte on comprend qu informer seulement après la signature d un accord constituerai un retard condamnable parce qu il entraverait l obligation d ouvrir une «possibilité adéquate de négocier» à d éventuels autres «États membres intéressés». (20) Il s agit d une obligation à la charge des États cocontractants de l accord (voir notes (5) à (8)) (21) voir note (8) (22) Nous comprenons ici que les États membres de l OMC sont sous la tutelle du Conseil du commerce des services pour ce qui est relatif à la reconnaissance et la validation des acquis sanctionnées par un diplôme, un certificat ou une licence entre États membres. Cette tutelle permet de faire peser de tout leur poids les obligations mises à leur charge («possibilité adéquate de négocier»). Point de vue de l OMC sur la question de la reconnaissance des diplôme dans le cadre de l AGCS Page 3

4 Utilisation de normes reconnues au plan international L'article VII demande aux Membres, chaque fois que cela sera approprié (23), de faire en sorte que la reconnaissance des qualifications soit fondée sur des critères convenus multilatéralement. (24) pour ce paragraphe Il demande également aux Membres de collaborer avec les organisations intergouvernementales et non gouvernementales compétentes (25) à l'établissement et à l'adoption de normes et critères internationaux communs pour la reconnaissance (26) pour la phrase. Il ne faut pas entendre par là que l'omc même devrait jouer un rôle (27) quelconque dans l'élaboration des normes ou dans (28) pour cette phrase l'établissement des critères pour la reconnaissance. (23) Qui en décide? le Conseil du commerce des services? (24) Interprétation possible : approprié signifierait des l institution d une nouvelle qualification sanctionnée par un diplôme. Dès lors, les critères («normes de fond» vues en note (3)) de ce diplôme devra faire l objet d un accord multilatéral en la forme de l option 1 vue plus haut. (25) Qui en juge? Le Conseil du commerce des services, les États co-contractants lors de l élaboration de l accord? (26) Si cette «collaboration» est souhaitable (avec quelles OIG ou ONG?), elle pousse davantage l idée qu il faille absolument harmoniser la reconnaissance de la validation des acquis et des compétences («à l'établissement et à l'adoption»). (27) L OMC ne s oblige pas («il ne faut pas entendre [...] devrait») à jouer un rôle. Mais rien ne lui interdit non plus dans ce texte. (28) Si elle ne doit pas jouer un rôle, elle le peut tout de même et ne s en privera probablement pas à travers son Conseil du commerce des services. Cette observation paraît facile mais elle s explique : l'élaboration des normes ou l'établissement des critères pour la reconnaissance aboutissent à des accords mais appelons les programmes pour les distinguer de l AGCS qui lui aussi est un accord. l OMC ne doit pas jouer un rôle dans l élaboration de ces programmes dans le cadre de l AGCS parce que cet accord n est qu une structure juridique sur lequel s appuient ces programmes qui sont, quant à eux, de la prérogative des co-contractants. Toutefois l OMC ne se résume pas à l AGCS, ses prérogatives et son influence sont considérablement étendues ; à tel point qu elle inspire la Commission européenne. Si l on y ajoute «la possibilité adéquate de négocier» et «l obligation de notifier» vues plus haut, tout porte à croire que l OMC jouera un rôle qu elle prétend ne pas vouloir jouer : «Je ne dois point mais je veux bien!» Annexe : Article VII - Reconnaissance 1. S'agissant d'assurer, en totalité ou en partie, le respect de ses normes ou critères concernant la délivrance d'autorisations, de licences ou de certificats pour les fournisseurs de services, et sous réserve des prescriptions du paragraphe 3, un Membre pourra reconnaître l'éducation ou l'expérience acquise, les prescriptions remplies, ou les licences ou certificats accordés dans un pays déterminé. Cette reconnaissance, qui pourra se faire par une harmonisation (29) ou autrement, pourra se fonder sur un accord ou arrangement avec le pays concerné (30) ou être accordée de manière autonome (31). 2. Un Membre partie à un accord ou arrangement du type visé au paragraphe 1, existant ou futur, ménagera aux autres Membres intéressés une possibilité adéquate de négocier leur accession à cet accord ou arrangement ou de négocier des accords ou arrangements qui lui sont comparables. (32) pour la phrase Dans les cas où un Membre accordera la reconnaissance de manière autonome, il ménagera à tout autre Membre une possibilité adéquate de démontrer que l'éducation ou l'expérience acquise, les licences ou les certificats obtenus, ou les prescriptions remplies sur le territoire (33) pour la phrase et (34) pour le paragraphe de cet autre Membre devraient être reconnus. 3. Un Membre n'accordera pas la reconnaissance d'une manière qui constituerait un moyen de discrimination (35) entre les pays dans l'application de ses normes ou critères concernant la délivrance d'autorisations, de licences ou de certificats pour les fournisseurs de services, ou une restriction déguisée au commerce des services (36). 4 Point de vue de l OMC sur la question de la reconnaissance des diplôme dans le cadre de l AGCS Page 4

5 4. Chaque Membre : a) informera le Conseil du commerce des services, dans un délai de 12 mois à compter de la date à laquelle l'accord sur l'omc prendra effet pour lui (37), de ses mesures de reconnaissance existantes et indiquera si (38) pour cet alinéa ces mesures sont fondées sur des accords ou arrangements du type visé au paragraphe 1 ; b) informera le Conseil du commerce des services dans les moindres délais, aussi longtemps à l'avance que possible (39), de l'ouverture de négociations au sujet d'un accord ou arrangement du type visé au paragraphe 1 afin de ménager à tout autre Membre une possibilité adéquate de faire savoir s'il souhaite participer aux (40) pour cet alinéa négociations, avant que celles-ci n'entrent dans une phase de fond ; c) informera le Conseil du commerce des services dans les moindres délais lorsqu'il adoptera de nouvelles mesures de reconnaissance ou modifiera notablement des mesures existantes, et indiquera si les mesures sont (41) pour cet alinéa et (42) pour le paragraphe fondées sur un accord ou arrangement du type visé au paragraphe Chaque fois que cela sera approprié (43), la reconnaissance devrait être fondée sur des critères convenus (44) pour cette phrase multilatéralement. Dans les cas où cela sera approprié, les Membres collaboreront (45) avec les organisations intergouvernementales et non gouvernementales compétentes (46) à l'établissement et à l'adoption de normes et critères internationaux communs pour la reconnaissance et de normes internationales communes pour l'exercice des activités et professions pertinentes (47) en rapport avec les services. Concordance des notes : (29) Note 1 (30) Note 1 (31) Note 2 (32) Notes 5 à 8 (33) Notes 9 à 12 (34) Note 13 (35) Notes 12 et 13 (36) Notes 12 et 13 (37) N a rien a voir avec le délai annoté en 19 (38) Notes 14 à 17 (39) Note 19 (40) Notes 20 et 21 (41) Notes 20 et 21 (42) Note 22 (43) Note 23 (44) Note 24 (45) Note 25 (46) Note 26 (47) Note 26 Point de vue de l OMC sur la question de la reconnaissance des diplôme dans le cadre de l AGCS Page 5

6 Commentaire Il ne s agit pas ici de se focaliser sur l article VII de l AGCS mais de démontrer qu il est l une des clés essentielles de la libéralisation de l Éducation. Cet article VII de l AGCS servira de base juridique qui permettra d étendre les programmes de l Union européenne relatifs à l accréditation des compétences et à la validation d es acquis. L OMC prétend qu il met en avant une réponse au problème de la reconnaissance entre États de l expérience acquise ou des compétences sanctionnés par un diplôme, un certificat ou une licence ( l'éducation ou l'expérience acquise, les prescription s remplies, ou les licences ou certificats accordés dans un pays déterminé ). pour nous en convaincre elle use de termes séduisants telle l harmonisation. Actuellement au sein de l Union européenne il est déjà possible de convenir d accords bilatéraux ou multilatéraux apportant une réponse à ce problème. Il est même possible d harmoniser cette reconnaissance. Il est donc erroné de dire que l AGCS apporte cette réponse si l on s en tient à une reconnaissance contrôlée par les États. Nous dirons plutôt que cet article opère une permutation des pouvoirs (ou droits) et des obligations entre États et fournisseurs : les fournisseurs auront le droit et le pouvoir d exiger la reconnaissance de leurs diplômes sanctionnant leur apprentissage là où ils le souhaitent, tandis que les États seront contraints de négocier cette reconnaissance en respectant une règle favorisant le fournisseur puisque les États auront l obligation de tout mettre en œ uvre pour faciliter cette reconnaissance. L actualité récente démontre qu au sein de l Union européenne il n est nul besoin de l AGCS pour permettre à une personne de s expatrier et d exercer son métier à l étranger en s appuyant sur un diplôme acquis dans son pays d origine. En effet, le manque d infirmières qualifiées dans les hôpitaux français et la pénurie de nouvelles infirmières diplômées ont conduit l État français à reconnaître l équivalence entre les diplômes obtenus par les infirmières espagnoles dans leur pays d origine et ceux délivrés par notre État. Cela est hautement symbolique lorsque l on sait que seuls ces diplômes donnent le droit d exercer le métier d infirmière en dehors de compétences plus personnelles qui permettent une sélection entre plusieurs postulantes. L État français a ajouté une condition complémentair e pour reconnaître l équivalence : les postulantes espagnoles devront être bi -lingue français et espagnol. Sans s attarder sur la réalité de la pénurie évoquée par le Ministère de la Santé et qui peut être discutée, il est tout à fait possible d appliquer de telles mesures en dehors de l Union européenne dans le cadre d accords bilatéraux ne se basant pas sur des notions commerciales. Cela exclurait de fait l OMC et laisserait aux États le contrôle de la reconnaissance des diplômes, de l accréditation des compétences et de la validation des acquis. A contrario, dans cet exemple les contradictions avec l article VII de l AGCS sont flagrantes et mettent en avant la perte des prérogatives de l État dans le cadre de cet accord : - d une part, dans cet exemple l État français reconnaît l équivalence de ce que l OMC appelle «les normes de fond» à savoir les compétences qu apportent les diplômes français et espagnols ; cependant il ajoute une condition linguistique qui nous paraît évidente alors que dans le cadre de l article VII de l AGCS cette condition pourrait être interprétée comme une mesure discriminatoire et serait proscrite. Ainsi, même si elle pouvait être exigée pour fournir un contrat de travail à l infirmière espagnole, cette condition n empêcherait p as la reconnaissance de son diplôme même si elle n était pas remplie ; - d autre part et toujours sans s attarder sur la réalité ou le bien-fondé des prétentions, si l État français s est tourné uniquement vers l Espagne c est qu il estimait que les infirmières de ce pays ont acquis des connaissances correspondant le mieux aux exigences du diplôme national (c est ce que l OMC appelle «les prescriptions de fond») ; or une telle attitude entraverait la règle qui s impose aux États d ouvrir une «possibilité adéquate de négocier» la reconnaissance des diplômes prétendus équivalents par d autres «fournisseurs» qu ils soient un État ou une entreprise privée. Ainsi, en ouvrant la possibilité aux infirmières espagnoles d exercer en France en reconnaissant leu rs diplômes acquis dans leur pays, la France devraient ouvrir ce même droit à toutes autres candidates étrangères, quelle que soit leur origine, dans le cadre d un accord particulier d État à État (option 1 voir note (1)) ou dans le cadre d une mesure auto nome (option 2 voir note (2)). Ce même droit devrait être également ouvert à une personne prétendant avoir un diplôme équivalent fourni par un prestataire privé français. Ainsi, dans le cadre de l article VII de l AGCS, l État français serait contraint de négocier la reconnaissance de l équivalence des diplômes de toute postulante au poste d infirmière en favorisant le plus possible cette reconnaissance en vertu de la «possibilité adéquate de négocier». De plus pour veiller au respect de cette obligation, l État français serait obligé d informer le Conseil du Commerce des Services de l OMC de la mesure de reconnaissance qu il a l intention de mettre en place afin d ouvrir le plus largement possible les candidatures et respecter la règle de non discriminati on chère à l OMC. En d autres termes et comme pourrait le dire cette institution : «afin d ouvrir le plus largement possible le marché ainsi créé en éliminant les barrières pouvant entraver son accès». Grâce à cet exemple concret et actuel nous avons pu opposer deux alternatives. Il met en évidence que l option de l AGCS impose une règle aux États permettant aux entreprises privées nationales, étrangères ou multinationales d imposer la reconnaissance de leurs diplômes sous le contrôle du Conseil au Comm erce des Services de l OMC et non plus des États. L ORD (Organe de Règlement des Différends également institué par l OMC) veillerait d ailleurs à l application de cette règle en cas de plainte d un fournisseur privé ou non, national ou non. L accréditation des compétences et la validation des acquis reconnues internationalement par cette règle imposée par l article VII de l AGCS répondra -t-elle à des besoins réels et bénéfiques à la société civile? On peut en douter et croire plutôt que cela répond à des besoins Page 6 Point de vue de l OMC sur la question de la reconnaissance des diplôme dans le cadre de l AGCS

7 marchands car elle n offre aucune compensation ni garantie aux États : par l obligation d ouvrir des «possibilités adéquates de négocier» une reconnaissance d un diplôme, l État - qui reste tout de même celui qui en dernier ressort ratifie l acc ord concluant la négociation - est contraint d adapter au mieux ses critères à ceux des co-contractants. Des critères permettant par exemple d user du principe de précaution le cas échant seraient proscrits relevant, selon l OMC, d une mesure discriminatoi re. En revanche, cette reconnaissance pratiquement imposée ne dégagerait pas la responsabilité de l État en cas de catastrophe engendrée par du personnel dont l État à reconnu les compétences dans le cadre d une négociation alors que celles-ci ont été manifestement sur-évaluées. Deux raisons à cela : L État reste garant de la sécurité des biens et des personnes sur son territoire et d autre part, dans cette hypothèse c est lui qui a ratifié l accord concluant la négociation de la reconnaissance des compéten ces en question! Les règles imposées par cet article VII révèlent un autre danger : quand bien même l accréditation des compétences ou la validation des acquis s appuyaient sur des critères sérieux et finalement contraignants pour le demandeur (hypothèse fort improbable) cela permettrait d aider considérablement la mise en œ uvre de la «contractualisation» et des contrats de travail «off shore» voulus par la Commission européenne sous la pression des lobbies industriels. Ensemble, ces deux programmes pe rmettraient d employer des personnels étrangers en appliquant le droit du travail de leurs pays d origine (contrat de travail off shore) tout en leur attribuant une carte de séjour de la durée de leur contrat de travail (contractualisation). Si ces program mes n ont pas besoin de l article VII de l AGCS pour être applicables, ce dernier permettrait d étendre leur application à des métiers nécessitant obligatoirement des qualifications sanctionnées par un diplôme tel que l enseignement, la médecine, les transports et bien d autres où le diplôme du salarié couvre en partie l employeur en cas d accident ou de problème grave entraînant un préjudice important qu il s agirait de réparer. Même les métiers nécessitant de hautes qualifications pour des raisons puremen t commerciales (haute technologie, recherche, ) ne seraient pas épargnés. Quel que soit le niveau de compétence requis et quelles qu en soient les raisons mais aussi quelles que soient les compétences réelles, l existence puis l extension de ces programmes auraient des conséquences considérables sur les conditions de travail des résidents, remettant en cause tout simplement le droit du travail, le droit syndical, la sécurité sociale. Avec la reconnaissance des diplômes telle qu elle serait encadrée par l ar ticle VII de l AGCS, ces programmes permettraient de mettre en concurrence des salariés de différents États à niveau égal ; Le moins disant l emporterait et Le travail deviendrait alors réellement un marché où il s agirait de vendre le moins cher possibl e ses compétences quel qu en soit le niveau. Cette brèche ouverte dans le droit social n est qu une des conséquences de cet article VII. Une autre conséquence très importante revêt également un aspect purement commercial : sous couvert d harmonisation et à travers cet article VII de l AGCS, l OMC ne cherche-t-elle pas à imposer à terme un modèle unique pour sanctionner ce qu elle appelle «l'éducation ou l'expérience acquise, les prescriptions remplies, ou les licences ou certificats accordés dans un pays d éterminé», afin de faciliter davantage l introduction des entreprises privées dans le système éducatif et d écarter les États de leurs prérogatives sur l Éducation? Pour s en convaincre, il suffit de se rapprocher des articles de l AGCS relatifs aux conditions et aux modalités d accès aux marchés (i), mais aussi de l accord sur les subventions et les mesures compensatoires (ii). Toutes ces dispositions liées à cet article VII permettent une restructuration fondamentale du système éducatif. Les Vivendi, Bouyg ues, Microsoft, Protect & Gamble, Monsanto et autres puissances de l électronique, de l énergie, de l informatique, de la chimie, etc., pourraient dispenser un enseignement payant répondant uniquement à leurs besoins. Ils sanctionneraient eux -mêmes les connaissances acquises par des diplômes dont les critères seront les leurs ; ces diplômes devront ensuite être reconnus sur la scène internationale du marché du travail. Nous pouvons aussi nous interroger sur les effets indirects de cet article VII : Il s inscrit dans le cadre des dispositions communes de l AGCS et s impose à tous les membres de l OMC quels que soient les engagements spécifiques de chacun d eux. Supposons l idée suivante : grâce à la contestation citoyenne lors du sommet de Nice en décembre 2000, le droit de veto a été maintenu pour les négociations relatives à l Éducation dans le cadre du traité d Amsterdam ; cela peut permettre à la France seule d interdire à l Union européenne d ouvrir au marché le secteur de l Éducation dans le cadre des engagements spécifiques de l AGCS. Cela pourrait être intéressant dans la mesure où l Europe constitue l une des parts les plus importante de ce marché et que ce refus à l ouverture rendrait bien moins intéressant l investissement privé dans le domaine de l Éducation. Mais dans cette hypothèse, quel serait l impact de l article VII de l AGCS sur les systèmes éducatifs européens sachant qu il s impose à tous? Par ses dispositions, ne permet -il pas de contourner le refus à l ouverture au marché? Il semble bien que ce soit possible. En effet, nous avons vu qu un État membre de l Union européenne pouvait négocier avec un autre État membre la reconnaissance de leurs diplômes dans le cadre d un accord spécifique (exemple des infirmières espagnoles). L article VII s imposant à tous, obligerait ces deux États à ouvrir les négociations à l ensemble des membres de l OMC sans pour autant ouvrir l Éducation au marché. Ainsi, en touchant à la finalité même de l enseignement, l AGCS rend désuet toute protection du syst ème éducatif, les États membre de l Union européenne pouvant négocier librement la (i) Il s agit principalement de : Disciplines générales Article II Traitement de la nation la plus favorisée Article VI Réglementation intérieure Article XV Subventions Engagement spécifiques : Article XVI Accès aux marchés Article XVII Traitement national Article XVIII Engagements additionnels Consultables dans le texte intégral de l AGCS téléchargeable sur le site de l OMC à l adresse : -gats.pdf (ii) Document téléchargeable sur le site de l OMC : -scm.pdf Point de vue de l OMC sur la question de la reconnais sance des diplôme dans le cadre de l AGCS Page 7

8 reconnaissance des diplômes indépendamment du traité d Amsterdam ; cela isolerait l État membre qui s y refuserait. Nous serions alors en présence d une ouverture au marché contrainte par un chantage à l isolement. Ces méthodes de l OMC sont bien connues et confirme le caractère antidémocratique de cette institution. reconnaissance des acquis (diplôme), il n occupe que quelques lignes dans cet accord. Une étude approfondie de son ensemble démontrerait aisément que l Éducation est bien en danger mais au ssi et surtout l ensemble des services publics. Jean-Marc Fiorese Membre du groupe Éducation ATTAC Nord -Essonne 6 septembre 2001 Même si l article VII de l AGCS est une des clés essentielles de la libéralisation de l Éduca tion parce qu il touche à la finalité de l enseignement à savoir la Page 8 Point de vue de l OMC sur la question de la reconnaissance des diplôme dans le cadre de l AGCS

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe L UE pour la croissance et l emploi Marché intérieur et services Michel Barnier Membre de la Commission européenne en charge du marché

Plus en détail

ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE

ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE Page 153 ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE Les Membres, Considérant que les Ministres sont convenus, dans la Déclaration de Punta del Este, que "à la suite d'un

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

LE DROIT DU TRAVAIL EN PRATIQUE

LE DROIT DU TRAVAIL EN PRATIQUE Daniel MARCHAND Professeur titulaire de la Chaire de Droit Social du Conservatoire National des Arts et Métiers Ouvrage initié par Yves DELAMOTTE Professeur Honoraire au Conservatoire National des Arts

Plus en détail

Union Internationale des Architectes International Union of Architects

Union Internationale des Architectes International Union of Architects Union Internationale des Architectes International Union of Architects Directives recommandées pour l'accord de l'uia sur les normes internationales recommandées de professionnalisme dans l'exercice de

Plus en détail

Reconnaissance transfrontalière des méthodes d authentification/des signatures électroniques

Reconnaissance transfrontalière des méthodes d authentification/des signatures électroniques Insert picture 4.77 x 10.83 Reconnaissance transfrontalière des méthodes d authentification/des signatures électroniques Robert Boekhorst, Madrid, 15 décembre 2005 0 Introduction Reconnaissance transfrontalière

Plus en détail

Par Me Eric Théroux. Directeur général Affaires multilatérales et Engagements internationaux Ministère des Relations internationales du Québec

Par Me Eric Théroux. Directeur général Affaires multilatérales et Engagements internationaux Ministère des Relations internationales du Québec Par Me Eric Théroux Directeur général Affaires multilatérales et Engagements internationaux Ministère des Relations internationales du Québec L Entente France-Québec sur la reconnaissance mutuelle des

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

Accord multilatéral entre autorités compétentes concernant l échange automatique de renseignements relatifs aux comptes financiers

Accord multilatéral entre autorités compétentes concernant l échange automatique de renseignements relatifs aux comptes financiers Texte original Accord multilatéral entre autorités compétentes concernant l échange automatique de renseignements relatifs aux comptes financiers Considérant que les juridictions des signataires de l Accord

Plus en détail

ACCORD GÉNÉRAL SUR LE COMMERCE DES SERVICES (AGCS) - ÉLÉMENTS PRINCIPAUX -

ACCORD GÉNÉRAL SUR LE COMMERCE DES SERVICES (AGCS) - ÉLÉMENTS PRINCIPAUX - 9056 ACCORD GÉNÉRAL SUR LE COMMERCE DES SERVICES (AGCS) - ÉLÉMENTS PRINCIPAUX - Division du commerce des services OMC 1 Part des services dans la production (PIB - 1999) 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30%

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

ACCORD MULTILATÉRAL ACCORD MULTILATÉRAL

ACCORD MULTILATÉRAL ACCORD MULTILATÉRAL ACCORD MULTILATÉRAL ENTRE AUTORITÉS COMPÉTENTES CONCERNANT L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS RELATIFS AUX COMPTES FINANCIERS (ENSEMBLE SIX ANNEXES), SIGNÉ À BERLIN LE 29 OCTO- BRE 2014 DÉCLARATION

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne.

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Av. de la porte de Hal, 5-8, B-1060 Bruxelles Tél.: +32(0)2/542.72.00 Email : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/542.72.12 http://www.privacy.fgov.be/

Plus en détail

PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience

PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience 10952_VAE_p001p005.indd 5 22/05/08 11:47:18 FICHE 1 Le principe et les modalités de la VAE Faire reconnaître vos connaissances, aptitudes

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières. Introduction

Textes de référence : Table des matières. Introduction LES PROCEDES COMMINATOIRES EQUIVALENTS OU VOISINS DE L ASTREINTE DANS LE SYSTEME JURIDIQUE DU PORTUGAL Textes de référence :! Article 829-A du Code Civil Portugais (rédaction du Décret-Loi n 262/83 du

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative au caractère discriminatoire des mentions faisant référence aux absences pour raisons de santé sur les bulletins

Plus en détail

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970)

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970) 18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1 (Conclue le premier juin 1970) Les Etats signataires de la présente Convention, Désirant faciliter la reconnaissance des

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Protocole d'amendement à la Convention concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale

Protocole d'amendement à la Convention concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale Série des traités du Conseil de l'europe - n 208 Protocole d'amendement à la Convention concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale Paris, 27.V.2010 STCE 208 Assistance mutuelle

Plus en détail

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC ET LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

Ordonnance sur les services de certification électronique

Ordonnance sur les services de certification électronique Ordonnance sur les services de certification électronique (OSCert) 784.103 du 12 avril 2000 (Etat le 23 mai 2000) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 28, 62 et 64 de la loi du 30 avril 1997 sur les

Plus en détail

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT Article 15.1 : Définitions Pour l application du présent chapitre : désigner s entend du fait d établir ou d autoriser un monopole,

Plus en détail

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Les notaires d Europe réunis au sein du CNUE suivent avec grand intérêt les travaux des

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

Liste récapitulative de mise en œuvre. Convention de La Haye du 30 juin 2005 sur les accords d élection de for

Liste récapitulative de mise en œuvre. Convention de La Haye du 30 juin 2005 sur les accords d élection de for conférence de la haye de hague droit conference international private privé international law Liste récapitulative de mise en œuvre Convention de La Haye du 30 juin 2005 sur les accords d élection de for

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

NORME 5 NORMES ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION

NORME 5 NORMES ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION NORME 5 NORME ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION Bien que cette Norme apparaisse dans le Code canadien de sécurité pour les transporteurs routiers, il est important de noter qu'elle s'applique à tous les

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL Préambule Les partenaires sociaux européens, UNICE, UEAPME et CEEP d une part, et CES (et le comité de liaison EUROCADRES/CEC) d

Plus en détail

La protection des pièces détachées en droit communautaire

La protection des pièces détachées en droit communautaire MODÈLE I Historique La protection des pièces détachées en droit communautaire Le processus d harmonisation du droit européen sur la protection juridique des modèles industriels a été lancé par le Livre

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente PREAMBULE Le client souhaite se doter d un site internet Il a lancé une consultation préalable, qui a été communiquée à Nexus Création et a permis d élaborer une proposition

Plus en détail

Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1

Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1 Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1 811.11 du 19 décembre 1877 (Etat le 13 juin 2006) L Assemblée fédérale de la

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219 Paris, le 22 septembre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

L INTERIM S ENGAGE TOUS LES JOURS CONTRE LA DISCRIMINATION. Diversité. Intégration. Compétences. Emploi. Guide juridique et pratique

L INTERIM S ENGAGE TOUS LES JOURS CONTRE LA DISCRIMINATION. Diversité. Intégration. Compétences. Emploi. Guide juridique et pratique Guide-160x230-V2 2/10/06 11:35 Page 1 L INTERIM S ENGAGE TOUS LES JOURS CONTRE LA DISCRIMINATION. Diversité Intégration Compétences Emploi Guide juridique et pratique sommaire Préambule Différence entre

Plus en détail

Communication de M.BOURAS MIMOUNE Membre de la cellule OMC

Communication de M.BOURAS MIMOUNE Membre de la cellule OMC Communication de M.BOURAS MIMOUNE Membre de la cellule OMC ACCESSION DE L ALGERIE A l OMC OBSTACLES TECHNIQUES AU COMMERCE MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES OTC : pourquoi l'accord? - Article XX b

Plus en détail

Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps

Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps Texte original Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps 0.211.212.3 Conclue à La Haye le 1 er juin 1970 Approuvée par l Assemblée fédérale le 4 mars 1976 1 Instrument de

Plus en détail

Arrangement de reconnaissance mutuelle (ARM) et harmonisation des règles en matière d immigration

Arrangement de reconnaissance mutuelle (ARM) et harmonisation des règles en matière d immigration Le 11 août 2011 Madame la Ministre Kathleen Weil Ministère de l Immigration et des Communautés culturelles Édifice Gérald-Godin 360, rue McGill 4 e étage Montréal QC H2Y 2E9 Objet : Arrangement de reconnaissance

Plus en détail

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire «Le traitement des restrictions verticales en droit comparé de la concurrence» Université Paris II Panthéon Assas & University College London Paris, le 23 mai 2008 Importations parallèles: intérêt du consommateur

Plus en détail

La carte professionnelle européenne

La carte professionnelle européenne CPE La carte professionnelle européenne Procédure électronique pour la reconnaissance des qualifications professionnelles Union européenne CPE La carte professionnelle européenne (CPE) De quoi s agit il?

Plus en détail

ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA

ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA (Ébauche, novembre 2007) 1 PARTIES 1.1 L Institution of Engineers of Ireland (Engineers Ireland)

Plus en détail

RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES. adoptée par

RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES. adoptée par RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES adoptée par l Assemblée de l Union de Paris pour la protection de la propriété industrielle et l Assemblée générale de l Organisation Mondiale

Plus en détail

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT Article 15.1 : Droit et politique en matière de concurrence 1. Chacune des Parties adopte ou maintient des mesures prohibant les

Plus en détail

Concours de recrutement de professeurs de français - Genève - 2006. Note d information

Concours de recrutement de professeurs de français - Genève - 2006. Note d information OFFICE DES NATIONS UNIES A GENEVE UNITED NATIONS OFFICE AT GENEVA Concours de recrutement de professeurs de français - Genève - 2006 Note d information 1. Un concours de recrutement de professeurs de français

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Annexes : Tableau récapitulatif des catégories d assurés soumises ou non au parcours de soins.

Annexes : Tableau récapitulatif des catégories d assurés soumises ou non au parcours de soins. MINISTERE DES SOLIDARITES, DE LA SANTE, ET DE LA FAMILLE REPUBLIQUE FRANCAISE DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE Division des affaires communautaires et internationales Le ministre des solidarités, de la

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

Présentation de l OMC

Présentation de l OMC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L ECONOMIE ET COMMERCE Programme Hub&Spokes II Atelier de Vulgarisation sur l Accord sur la Facilitation des Echanges de l OMC, à l attention de la Presse

Plus en détail

CADRE CANADIEN RELATIF AU DROIT D EXERCICE

CADRE CANADIEN RELATIF AU DROIT D EXERCICE NÉGOCIATION D ENTENTES INTERNATIONALES DE RECONNAISSANCE MUTUELLE Définition des principaux aspects à prendre en considération Cette section définit et interprète les principaux aspects à prendre en considération

Plus en détail

La Convention de La Haye du 29 mai 1993 Analyse juridique

La Convention de La Haye du 29 mai 1993 Analyse juridique La Convention de La Haye du 29 mai 1993 Analyse juridique Par Isabelle Lammerant Centre International de Référence pour la Protection de l'enfant dans l'adoption - SSI L analyse juridique de la Convention

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du marquage NEUTRALITE CARBONE

Conditions générales d utilisation du marquage NEUTRALITE CARBONE Conditions générales d utilisation du marquage NEUTRALITE CARBONE ARTICLE I - Objet...2 ARTICLE II - Etendue de la Sous-licence...3 ARTICLE III - Territoires concédés...3 ARTICLE IV - Conditions d accès...3

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

Communication concernant l appréciation des accords verticaux dans le secteur automobile

Communication concernant l appréciation des accords verticaux dans le secteur automobile Wettbewerbskommission WEKO Commission de la concurrence COMCO Commissione della concorrenza COMCO Competition Commission COMCO Communication concernant l appréciation des accords verticaux dans le secteur

Plus en détail

Organismes de formation : précisions sur les nouvelles modalités de contractualisation

Organismes de formation : précisions sur les nouvelles modalités de contractualisation LETTRE D INFORMATIONS JURIDIQUES N 48 Le 4 juin 2010 REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Organismes de formation : précisions sur les nouvelles modalités de contractualisation Un décret du 20 mai 2010

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

LA MARCHANDISATION DE L ÉDUCATION : PROBLÉMATIQUES DE L OFFRE PRIVÉE DANS LES CYCLES PRIMAIRE ET SECONDAIRE

LA MARCHANDISATION DE L ÉDUCATION : PROBLÉMATIQUES DE L OFFRE PRIVÉE DANS LES CYCLES PRIMAIRE ET SECONDAIRE LA MARCHANDISATION DE L ÉDUCATION : PROBLÉMATIQUES DE L OFFRE PRIVÉE DANS LES CYCLES PRIMAIRE ET SECONDAIRE Questionnaire 1. Existe-t-il un ou plusieurs textes fondant la distinction entre l enseignement

Plus en détail

Saisine : Ministre de la Santé (11 juillet 2012) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de la Santé (11 juillet 2012) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 23 juillet 2012 Objet : Avant-projet de règlement grand-ducal modifiant le règlement grand-ducal modifié du 15 décembre 1992 relatif à la mise sur le marché des médicaments et le règlement

Plus en détail

Action 13 : Dispositif de mise en œuvre des déclarations pays par pays

Action 13 : Dispositif de mise en œuvre des déclarations pays par pays Projet OCDE/G20 sur l érosion de la base d imposition et le transfert de bénéfices Action 13 : Dispositif de mise en œuvre des déclarations pays par pays Projet OCDE/G20 sur l érosion de la base d imposition

Plus en détail

Ordonnance sur la maturité professionnelle fédérale

Ordonnance sur la maturité professionnelle fédérale Ordonnance sur la maturité professionnelle fédérale (OMPr) 412.103.1 du 24 juin 2009 (Etat le 1 er octobre 2013) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 25, al. 5, de la loi fédérale du 13 décembre 2002 sur

Plus en détail

Mise sur le marché des engrais en Europe. Paris, le 9 septembre 2009. Vincent Delvaux

Mise sur le marché des engrais en Europe. Paris, le 9 septembre 2009. Vincent Delvaux Mise sur le marché des engrais en Europe Paris, le 9 septembre 2009 Vincent Delvaux Implémentation pratique des Articles 28 et 30 et 95 du Traité CE Législation harmonisée garantit que les produits sont

Plus en détail

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières 1. À mesure que la profession actuarielle se mondialise et que les clients que nous servons élargissent

Plus en détail

COMMERCE et ENVIRONNEMENT. Ouvrir la voie au développement durable

COMMERCE et ENVIRONNEMENT. Ouvrir la voie au développement durable COMMERCE et ENVIRONNEMENT Ouvrir la voie au développement durable Le saviez vous? La création de l OMC en 1995 a marqué une étape cruciale dans l histoire du commerce multilatéral, offrant de nouvelles

Plus en détail

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD)

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) I. Introduction

Plus en détail

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen.

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La question s est posée à plusieurs reprises au sein de la Commission Etiquetage

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTERIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE

LE MINISTRE DE L INTERIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DLPAJ/ECT/4B/AM/S- NOR INT/D/02/00133/C Paris, le 3 JUIN 2002 LE MINISTRE DE L INTERIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES A

Plus en détail

PROPOSITION DE COMMERCIALISATION DES SOINS DE SANTÉ DANS LE CADRE DES NÉGOCIATIONS SUR L'ACS IMPACT SUR LA SANTÉ PUBLIQUE

PROPOSITION DE COMMERCIALISATION DES SOINS DE SANTÉ DANS LE CADRE DES NÉGOCIATIONS SUR L'ACS IMPACT SUR LA SANTÉ PUBLIQUE 28 janvier 2015 PROPOSITION DE COMMERCIALISATION DES SOINS DE SANTÉ DANS LE CADRE DES NÉGOCIATIONS SUR L'ACS IMPACT SUR LA SANTÉ PUBLIQUE L impact du «Document de réflexion sur les services de soins de

Plus en détail

LABOUR NEWS - TRAVAIL

LABOUR NEWS - TRAVAIL LABOUR NEWS - TRAVAIL Qu est-ce qu un faux indépendant : quelle est la limite entre le statut de salarié et le statut d indépendant? Une personne physique peut très bien se trouver, d un point de vue administratif,

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3235 Convention collective nationale IDCC : 2101. ENSEIGNEMENT PRIVÉ À DISTANCE ACCORD DU 4 DÉCEMBRE 2006

Plus en détail

FIT EUROPE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE

FIT EUROPE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE Considérant le rôle majeur que jouent les traducteurs et les interprètes dans la facilitation et la promotion de la communication et de la compréhension internationales,

Plus en détail

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE 25/02/2015 Cette forme d entraide, courante dans les petites entreprises (de type familiale) ou au cours des phases de lancement d une affaire, soulève un certain nombre

Plus en détail

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Le saviez vous? La valeur des échanges de produits agricoles s est élevée à 1 765 milliards

Plus en détail

Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1)

Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1) Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1) Table des matières : Comment puis-je obtenir la documentation sur le programme?... 2 Quels types de fonds sont

Plus en détail

CONCOURS DE MONITEUR EDUCATEUR TERRITORIAL

CONCOURS DE MONITEUR EDUCATEUR TERRITORIAL 3440, route de Neufchâtel B.P. 72 76233 BOIS-GUILLAUME Cedex Tél. : 02 35 59 71 11 Fax : 02 35 59 94 63 www.cdg76.fr FILIERE SOCIALE CONCOURS DE MONITEUR EDUCATEUR TERRITORIAL I - Catégorie et composition...

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

REFERENTIEL DU CONCOURS. TECHNICO COMMERCIAL EN SOLUTIONS SANITAIRES OU ENERGETIQUES Options 1/ sanitaire 2/ énergétique

REFERENTIEL DU CONCOURS. TECHNICO COMMERCIAL EN SOLUTIONS SANITAIRES OU ENERGETIQUES Options 1/ sanitaire 2/ énergétique REFERENTIEL DU CONCOURS 25 e CONCOURS 2013-2015 Groupe XVII Classe 3 TECHNICO COMMERCIAL EN SOLUTIONS SANITAIRES OU ENERGETIQUES Options 1/ sanitaire 2/ énergétique L ŒUVRE LES CONDITIONS A REMPLIR LES

Plus en détail

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS sur UN PROJET DE LOI RELATIF AU STATUT ET AU CONTRÔLE DES PLANIFICATEURS FINANCIERS INDEPENDANTS ET A LA FOURNITURE DE

Plus en détail

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Préambule Le présent accord illustre le rôle que les partenaires sociaux peuvent jouer dans la stratégie européenne pour l emploi, adoptée

Plus en détail

Programme TAEHIL. Formation contractualisée pour l emploi

Programme TAEHIL. Formation contractualisée pour l emploi Programme TAEHIL Deux Mesures concrètes pour le programme TAEHIL Formation contractualisée pour l emploi Formation qualifiante ou de reconversion Objectif FCE: Formation contractualisée pour l emploi La

Plus en détail

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS De plus en plus d entreprises, par exemple les sociétés de dépannage

Plus en détail

F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S. sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT

F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S. sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT (entériné par le Conseil Supérieur des Indépendants et

Plus en détail

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Politique prudentielle Bruxelles, le 24 octobre 2005 PPB/154 Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Madame, Monsieur, Dans sa lettre du 3 juin 2005 (PPB/57), la Commission

Plus en détail

3 juillet 2014. Numéro d identification au Registre de transparence : 4633926420-79

3 juillet 2014. Numéro d identification au Registre de transparence : 4633926420-79 Ré ponsé dé Béttér Financé a la consultation dé la DG COMMERCE dé la CE sur lés modalité s pour la protéction dés invéstisséménts ét lé ré glémént dés diffé rénds éntré invéstisséurs ét E tats (RDIE) dans

Plus en détail