L énergie géothermique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L énergie géothermique"

Transcription

1 L énergie géothermique Par : Michaël St-Pierre Assistant de recherche Sous la supervision de : Yves Gagnon Professeur et Titulaire Chaire K.-C.-Irving en développement durable Université de Moncton

2 Plan de présentation Introduction Notions de base en géothermie Les modèles et moyens d exploitations existants Énergie renouvelable, propre et efficace Conclusion Références des figures

3 Introduction Qui suis-je? Ce que je fait Et vous? Qu est-ce que la géothermie? N hésitez pas à me poser des questions!

4 Notions de base en géothermie D où vient l énergie géothermique?

5 Notions de base en géothermie (suite) D où vient l énergie géothermique?

6 Notions de base en géothermie (suite) D où vient l énergie géothermique?

7 Notions de base en géothermie (suite) D où vient l énergie géothermique?

8 Notions de base en géothermie (suite) D où vient l énergie géothermique? La différence de la puissance d insolation engendre des courants, ceux-ci tentent de rééquilibrer le système.

9 Notions de base en géothermie (suite) D où vient l énergie géothermique?

10 Notions de base en géothermie (suite) D où vient l énergie géothermique?

11 Notions de base en géothermie (suite) D où vient l énergie géothermique?

12 Notions de base en géothermie (suite) D où vient l énergie géothermique?

13 Notions de base en géothermie (suite) D où vient l énergie géothermique? Zones tropicales Mettre une photo de grotte locale avec glaçons Zones tempérées

14 Notions de base en géothermie (suite) D où vient l énergie géothermique?

15 Notions de base en géothermie (suite) D où vient l énergie géothermique?

16 Notions de base en géothermie (suite) D où vient l énergie géothermique?

17 Les modèles et moyens d exploitations existants Les sources d eau chaude et de vapeur Ò Les sources d eau Ò Le sol Ò L air Ò La climatisation Ò : Chaleur : Fraîcheur : Électricité

18 Islande Les modèles et moyens d exploitations existants (suite) Les sources d eau chaude et de vapeur

19 Islande Les modèles et moyens d exploitations existants (suite) Les sources d eau chaude et de vapeur

20 Islande Les modèles et moyens d exploitations existants (suite) Les sources d eau chaude et de vapeur

21 Les modèles et moyens d exploitations existants (suite) Les sources d eau chaude et de vapeur

22 Islande Les modèles et moyens d exploitations existants (suite) Les sources d eau chaude et de vapeur

23 Islande Les modèles et moyens d exploitations existants (suite) Les sources d eau chaude et de vapeur

24 Les modèles et moyens d exploitations existants (suite) Quelles sont les différences entre l Islande et le Canada Atlantique?

25 Islande Les modèles et moyens d exploitations existants (suite) Les sources d eau chaude et de vapeur

26 Les modèles et moyens d exploitations existants (suite) Milieu froid Énergie Milieu chaud La nature tend à atteindre l équilibre

27 Les modèles et moyens d exploitations existants (suite) Milieu froid Énergie Milieu chaud Thermopompe

28 Les modèles et moyens d exploitations existants (suite) 1 Unité d énergie électrique ($) + Thermopompe + Environnement = 4 Unités d énergie thermique 3 unités gratuites Coefficient de performance (+ de 100%) Vs Coefficient d efficacité (- de 100%)

29 Les modèles et moyens d exploitations existants (suite) Thermopompe géothermique Thermopompe atmosphérique

30 Les modèles et moyens d exploitations existants (suite) Système d exploitation ouvert Exploitation Système d exploitation fermé Exploitation

31 Système fermé Les modèles et moyens d exploitations existants (suite) Les sources d eau

32 Les modèles et moyens d exploitations existants (suite) Les sources d eau Système ouvert Système fermé

33 Les modèles et moyens d exploitations existants (suite) Les sources d eau Système d exploitation ouvert Aucune perte de qualité de l eau Ne retire rien à l environnement Exploitation durable Très peu d impacts Etc.

34 Les modèles et moyens d exploitations existants (suite) Les sols

35 Les modèles et moyens d exploitations existants (suite) Les sols

36 Les modèles et moyens d exploitations existants (suite) L air

37 Les modèles et moyens d exploitations existants (suite) La climatisation Système fermé ou ouvert Exploitation de l eau, du sol ou de l air

38 Énergie renouvelable, propre et efficace Économie de dollars $ Protection de l environnement Réduction des émissions de CO 2 Réduction des émissions d autres polluants Convient bien au Nouveau-Brunswick Économie de plus de 60 % sur le chauffage Économie de plus de 80 % sur la climatisation Énergie gratuite à exploitation peu coûteuse

39 Conclusion L énergie géothermique est un excellent moyen d économiser de l énergie Source d énergie renouvelable N est pas dommageable à l environnement Technologie existante très efficace Exploitation relativement facile

40 Référence des figures En ordre d apparition

41 Référence des figures (suite) Photo personnelle

42 Référence des figures (suite) onds01/zoom.jpg

Système de chauffage urbain géothermique La Boucle d Énergie Aujourd'hui et Demain

Système de chauffage urbain géothermique La Boucle d Énergie Aujourd'hui et Demain Système de chauffage urbain géothermique La Boucle d Énergie Aujourd'hui et Demain Michel Caron, ing. Université Bishop s John B. Samulack, Ameresco Xavier Marchand, ing. Ameresco 1 mars 2013 Ordre de

Plus en détail

Le gaz naturel : un allié pour le développement économique durable

Le gaz naturel : un allié pour le développement économique durable Le gaz naturel : un allié pour le développement économique durable Présenté par : Sonia Veilleux, Ambioner 28 avril 2014 Introduction Le principe de base dans la gestion des matières 1. Réduire 2. Réutiliser

Plus en détail

Le confort toute l année

Le confort toute l année Le confort toute l année Altherma de Daikin, c est une solution performante pour le chauffage de votre maison, mais pas seulement! C est aussi votre source d eau chaude sanitaire, ainsi que votre système

Plus en détail

Vers l emploi vert? Moi aussi, je peux! JOB DAY, Gosselies, 8 décembre 2010

Vers l emploi vert? Moi aussi, je peux! JOB DAY, Gosselies, 8 décembre 2010 Vers l emploi vert? Moi aussi, je peux! JOB DAY, Gosselies, 8 décembre 2010 Les emplois verts, c est quoi? «Les emplois verts réduisent l impact sur l environnement des entreprises et des secteurs économiques

Plus en détail

Management intelligent de flux de chaleur. by TEKO.

Management intelligent de flux de chaleur. by TEKO. Management intelligent de flux de chaleur. by TEKO. 02 Les ressources en énergie se réduisent, les couts énergétiques augmentent. Pour ces raisons, l Energie est une valeur importante dans nos sociétés.

Plus en détail

ACTIVITE DECOUVRIR ET ANALYSER : Mise en évidence du phénomène de déperdition thermique aux travers des parois

ACTIVITE DECOUVRIR ET ANALYSER : Mise en évidence du phénomène de déperdition thermique aux travers des parois DR1 Fiche chauffer bois Comment améliorer son habitat? ACTIVITE DECOUVRIR ET ANALYSER : Mise en évidence du phénomène de déperdition thermique aux travers des parois 1. Première activité : Mise en évidence

Plus en détail

Les cogénérations en Ile-de-France

Les cogénérations en Ile-de-France Les cogénérations en Ile-de-France Hélène SANCHEZ Direction Régionale et Interdépartementale de l Environnement et de l Énergie (DRIEE) Service Energie Climat Véhicules Colloque ATEE/AFG/APC/AICVF/ARENE

Plus en détail

solaire en énergie thermique qui

solaire en énergie thermique qui Élé Des capteurs thermiques sur votre maison? Quelques explications! Le solaire thermique, qu est-ce? C est la transformation de l énergie solaire en énergie thermique qui servira au chauffage de votre

Plus en détail

La géothermie. Hôpital Rivière-des-Prairies. Colloque-exposition SAN-TECH 2008. Avril 2008 EN PARTENARIAT AVEC

La géothermie. Hôpital Rivière-des-Prairies. Colloque-exposition SAN-TECH 2008. Avril 2008 EN PARTENARIAT AVEC La géothermie Hôpital Rivière-des-Prairies Colloque-exposition SAN-TECH 2008 EN PARTENARIAT AVEC 1 Participants André Rochette Ecosystem Yvette Fortier HRDP Michel Lapointe HRDP 2 L Hôpital Rivière-des-

Plus en détail

LA POMPE À CHALEUR UTILISE UN PRINCIPE THERMODYNAMIQUE PERMETTANT DE TRANSFÉRER LA CHALEUR D UN MILIEU VERS UN AUTRE GRÂCE À LA COMPRESSION ET LA

LA POMPE À CHALEUR UTILISE UN PRINCIPE THERMODYNAMIQUE PERMETTANT DE TRANSFÉRER LA CHALEUR D UN MILIEU VERS UN AUTRE GRÂCE À LA COMPRESSION ET LA 1 2 LA POMPE À CHALEUR UTILISE UN PRINCIPE THERMODYNAMIQUE PERMETTANT DE TRANSFÉRER LA CHALEUR D UN MILIEU VERS UN AUTRE GRÂCE À LA COMPRESSION ET LA DÉTENTE DU RÉFRIGÉRANT 3 4 DIFFÉRENTS TYPES DE GÉOTHERMIE

Plus en détail

Survol des différentes technologies en géothermie de très basse température

Survol des différentes technologies en géothermie de très basse température Survol des différentes technologies en géothermie de très basse température Philippe Pasquier Département des génies civil, géologique et des mines 7 mars 2012 7 mars 2012 Conférence du GRIES page 1 Plan

Plus en détail

SIG2013, Versailles, 3 octobre 2013. Identifier et planifier des réseaux thermiques à l'aide d'un SIG

SIG2013, Versailles, 3 octobre 2013. Identifier et planifier des réseaux thermiques à l'aide d'un SIG Identifier et planifier des réseaux thermiques à l'aide d'un SIG Création et vision Le Centre de Recherches Energétiques et Municipales CREM a été conjointement créé en 1986 par la Ville de Martigny et

Plus en détail

Thermopompes et systèmes de chauffage à résistance électrique

Thermopompes et systèmes de chauffage à résistance électrique Thermopompes et systèmes de chauffage à résistance électrique Les objectifs d'apprentissage : Être familiarisés avec les différents types de systèmes de chauffage à l électricité, Comprendre le fonctionnement

Plus en détail

N 1. solution. climate BUILDINGS. for sustainable - 1

N 1. solution. climate BUILDINGS. for sustainable - 1 N 1 climate solution for sustainable BUILDINGS F1-1 Du point de vue écologique comme architectural, un plafond SAPP ceiling est le système de climatisation qui s impose pour les projets les plus divers.

Plus en détail

Les clés pour comprendre

Les clés pour comprendre Les clés pour comprendre La Réglementation Thermique 2012 (RT2012) a pour objectif, tout comme les précédentes réglementations thermiques de limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs qu

Plus en détail

LA COGENERATION. Durée : 2 heures. Thème abordé : La cogénération. Objectifs : - A partir de la cogénération de la ville d Amiens

LA COGENERATION. Durée : 2 heures. Thème abordé : La cogénération. Objectifs : - A partir de la cogénération de la ville d Amiens LA COGENERATION Classes : Lycée technique et BTS Durée : 2 heures Disciplines : STI, SSI, Génie Electrique Thème abordé : La cogénération Objectifs : - A partir de la cogénération de la ville d Amiens

Plus en détail

RT 2012 et RT existant

RT 2012 et RT existant RT 2012 et RT existant RéglemenTaTion TheRmique et efficacité énergétique Dimitri molle et Pierre-manuel Patry ÊG roupeêe yrolles,ê2 011,ÊI SBNÊ:Ê9 78-2-212-12979-3 Sommaire Avant-propos... 1 Partie 1

Plus en détail

Une expérience réussie de géothermie en région Rhône-Alpes : la CAF de Lyon Bilan des neuf années de fonctionnement

Une expérience réussie de géothermie en région Rhône-Alpes : la CAF de Lyon Bilan des neuf années de fonctionnement Une expérience réussie de géothermie en région Rhône-Alpes : la CAF de Lyon Bilan des neuf années de fonctionnement José NAVETEUR (1), Christian BRUSS (2) (1) EDF Département EnerBat - BP 46-77818 Moret-sur-Loing

Plus en détail

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE COMPLEXE CINEMATOGRAPHIQUE DU PLATEAU DE LA BRIE PROJET DE CINEMA SUR LE TERRITOIRE DE COULOMMIERS NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE MAITRE D OUVRAGE: COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA BRIE DES

Plus en détail

SURVOL DES SYSTÈMES GÉOTHERMIQUES COMMERCIAUX

SURVOL DES SYSTÈMES GÉOTHERMIQUES COMMERCIAUX SURVOL DES SYSTÈMES GÉOTHERMIQUES COMMERCIAUX Philippe Pasquier, ing., Ph.D. Département des génies civil, géologique et des mines Polytechnique Montréal Plan de la conférence Généralités Géothermie de

Plus en détail

Quel chauffage pour ma maison? facesud énergie 1968 Mase www.facesud- energie.ch

Quel chauffage pour ma maison? facesud énergie 1968 Mase www.facesud- energie.ch Quel chauffage pour ma maison? facesud énergie 1968 Mase OrganisaBon : Amis de Mase Quel chauffage pour ma maison? Mase, 19.01.2012 UNE HISTOIRE ORDINAIRE Il était une fois en 1970 ConstrucBon d une villa

Plus en détail

DESCRIPTION DES DOCUMENTS TECHNIQUES REQUIS

DESCRIPTION DES DOCUMENTS TECHNIQUES REQUIS DESCRIPTION DES DOCUMENTS TECHNIQUES REQUIS Volet sur mesure - Nouveau bâtiment ÉnerCible Volume 1, numéro 1 Mars 2012 Liste des documents à transmettre Afin que nous puissions effectuer l analyse technique

Plus en détail

Panneaux solaires thermiques

Panneaux solaires thermiques NOUVEAU Panneaux solaires thermiques Une solution chauffage 100 % fiable pour économiser l énergie. Ne choisissez plus entre confort et performance énergétique. Avec les solutions de capteurs solaires

Plus en détail

LYON. BORDEAUX. LA REUNION. BRUXELLES. BARCELONE. MILAN. DUSSELDORF.TUNIS. BUENOS AIRES. PEKIN. SHANGHAI. CANTON. HANOI. HO CHI MINH VILLE.

LYON. BORDEAUX. LA REUNION. BRUXELLES. BARCELONE. MILAN. DUSSELDORF.TUNIS. BUENOS AIRES. PEKIN. SHANGHAI. CANTON. HANOI. HO CHI MINH VILLE. JOURNEE DEBAT DE LA CNEJE 15 NOVEMBRE 2011 INTERVENTION DE MAITRE FREDERIC LEVY Cabinet DS AVOCATS Thème : L expertise judiciaire : un lieu de rencontre entre la police administrative et la responsabilité

Plus en détail

L EVOLUTION DE L ISOLATION

L EVOLUTION DE L ISOLATION L EVOLUTION DE L ISOLATION FABRIQUÉ AU CANADA DEPUIS 1986 ICYNENE.BE, ICYNENE.EU, ICYNENE.COM MOUSSE D ISOLATION PROJETEE C EST VRAI la mousse d isolation projetée Icynene est un peu plus onéreuse que

Plus en détail

Le chauffage. Défi FAEP

Le chauffage. Défi FAEP Le chauffage Défi FAEP Les aspects abordés L impact du chauffage sur les consommations Les bonnes questions à se poser Lutter contre les parois froides Exemple avec une famille moyenne La part du chauffage

Plus en détail

Des systèmes de chauffage avec pompe à chaleur et accumulateur de chaleur pour les construction dans les zones de montagne.

Des systèmes de chauffage avec pompe à chaleur et accumulateur de chaleur pour les construction dans les zones de montagne. Des systèmes de chauffage avec pompe à chaleur et accumulateur de chaleur pour les construction dans les zones de montagne. Formation à la promotion des énergies renouvelables à CEFIDEC Vatra Dornei Dănuţ

Plus en détail

L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts?

L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts? L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts? Colloque Sorbonne Immo-RICS 23 juin 2010 23/06/2010 1 SOMMAIRE 1. 1. L Immobilier Durable Quelles définitions?

Plus en détail

LA COURSE DES CASSEROLES

LA COURSE DES CASSEROLES LA COURSE DES CASSEROLES Objectif(s) : Faire prendre conscience aux élèves de l influence de leur comportement sur la consommation d énergie. Description générale de l activité : Cette expérience est proposée

Plus en détail

Les systèmes de chauffage domestique

Les systèmes de chauffage domestique Les systèmes de chauffage domestique Les objectifs d'apprentissage : Comprendre la différence entre chauffage autonome et chauffage central, Pouvoir identifier les différents types de systèmes de distribution

Plus en détail

Réduction de 4,4 GWh de la consommation électrique des systèmes CVCA d un bâtiment institutionnel. Stéphan Gagnon, ing.

Réduction de 4,4 GWh de la consommation électrique des systèmes CVCA d un bâtiment institutionnel. Stéphan Gagnon, ing. Réduction de 4,4 GWh de la consommation électrique des systèmes CVCA d un bâtiment institutionnel Stéphan Gagnon, ing., CEM, LEED GA Plan de la présentation Genèse du projet Mode de réalisation Description

Plus en détail

L écoénergie et le CSTPQ

L écoénergie et le CSTPQ L écoénergie et le CSTPQ Principes et applications Véronic Francoeur-Castilloux, ing. et Jocelyn Caux, ing., M.Sc. Collaboration: M. Michel Bochud Survol de la présentation 1 PRINCIPES: L écoénergie, c

Plus en détail

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 ENERGY BREAKFAST Le chauffage de votre entreprise 2 TABLE DES MATIERES Le chauffage : C EST IMPORTANT! Diverses techniques de chauffage Nouvelles techniques de chauffe La

Plus en détail

Exercices et corrections

Exercices et corrections Exercices et corrections Apprenez avec vos élèves à réaliser un Diagnostic de Performance Energétique. A utiliser avec les exemples d'ecoville ou avec un cas réel. Exercices L'énergie primaire est une

Plus en détail

Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques

Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques Face à des budgets de plus en plus serrés, des inquiétudes sur l empreinte écologique, ainsi que des coûts de plus en plus élevés

Plus en détail

A savoir - Modification des exigences concernant les nouvelles constructions

A savoir - Modification des exigences concernant les nouvelles constructions ULC Artikel März 2015 A savoir - Modification des exigences concernant les nouvelles constructions 1. Modification règlementaires À partir du 1 janvier 2015 les nouvelles constructions se rapprocheront

Plus en détail

Climatisation : accompagnement pour la demande d'autorisation

Climatisation : accompagnement pour la demande d'autorisation Climatisation : accompagnement pour la demande d'autorisation Flavio Foradini E4tech Software SA octobre 2014 Genève Strategic thinking in sustainable energy Lesosai certifications & bilans écologiques

Plus en détail

Plusieurs technologies différentes de piles à combustible

Plusieurs technologies différentes de piles à combustible Qu est-ce qu une pile à combustible? Un générateur (pas un stockage) électrochimique, alimenté en gaz, et transformant directement son énergie chimique en électricité et chaleur, sans pièces mobiles, sans

Plus en détail

Devis de l installateur. Eléments à fournir

Devis de l installateur. Eléments à fournir Devis de l installateur Eléments à fournir ELEMENTS TECHNIQUES 1. Scénarios de développement d un projet En fonction des différents substrats organiques mobilisables pour l installation, l installateur

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les pompes à chaleur pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier 75724 Paris Cedex

Plus en détail

par Maxime Lalonde-Filion

par Maxime Lalonde-Filion ANALYSE DES IMPACTS ÉNERGÉTIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX ASSOCIÉS À L'IMPLANTATION MASSIVE DES VÉHICULES HYBRIDES ÉLECTRIQUES RECHARGÉS PAR LE RÉSEAU (PLUG-IN HYBRID ELECTRIC VEHICLE : PHEV) AUX ÉTATS-UNIS

Plus en détail

Opération : PNE Réhabilitation des entrepôts Macdonald Activités / Pépinière d entreprises PARIS (75)

Opération : PNE Réhabilitation des entrepôts Macdonald Activités / Pépinière d entreprises PARIS (75) Opération : PNE Réhabilitation des entrepôts Macdonald Activités / Pépinière d entreprises PARIS (75) Phase PRO-DCE : Mise à jour du calcul phase APD des émissions de CO 2 SO 2 déchets BET HQE : SEQUOIA

Plus en détail

RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE

RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE PAC absorption gaz Le site de la Résidence Dinetard à Toulouse SOMMAIRE Le site instrumenté Etudes de dimensionnement : 1, 2 ou 3 PAC??

Plus en détail

POURQUOI VOUS PRIVER DE L EXPERTISE CITROËN? D ESSUIE-GLACES

POURQUOI VOUS PRIVER DE L EXPERTISE CITROËN? D ESSUIE-GLACES POURQUOI VOUS PRIVER DE L EXPERTISE CITROËN? GUIDE BALAIS D ESSUIE-GLACES LES BALAIS D Essuie-glaceS : UNE MEILLEURE VISIBILITÉ POUR PLUS DE SÉCURITÉ Le balai d essuie-glace comprend plusieurs éléments

Plus en détail

1 er réseau de chaleur en France

1 er réseau de chaleur en France 1 er réseau de chaleur en France CPCU, une Entreprise Publique Locale avec pour actionnariat : 64,39% : GDF Suez Energie Services 33,50% : Ville de Paris 2,11% : public 396 ME de chiffre d affaires La

Plus en détail

l offre économie d énergie France Air

l offre économie d énergie France Air l offre économie d énergie France Air les solutions à énergie renouvelable Le secteur du bâtiment est le premier consommateur d énergie en France. Il représente 43 % de l énergie consommée, et 25 % des

Plus en détail

FENETRES A TRIPLE VITRAGE EFFICACITE ENERGETIQUE REELLE EN FRANCE?

FENETRES A TRIPLE VITRAGE EFFICACITE ENERGETIQUE REELLE EN FRANCE? FENETRES A TRIPLE VITRAGE EFFICACITE ENERGETIQUE REELLE EN FRANCE? Le fait d intégrer un triple vitrage dans une fenêtre est de plus en plus souvent présenté comme la seule amélioration possible de sa

Plus en détail

L ingénierie au service de la nature MC

L ingénierie au service de la nature MC L ingénierie au service de la nature MC Concerto, la fenêtre qui est testée pour l étanchéité à l air aussi bien à -30 C qu à température ambiante 20 C. Pourquoi est-il important d évaluer le degré d étanchéité

Plus en détail

Flash information : Juin 2010

Flash information : Juin 2010 Flash information : Juin 2010 Comment rendre son logement plus performant Le coût de l énergie, son impact polluant sur notre environnement, nous mènent aujourd hui à favoriser et à développer chez chacun

Plus en détail

La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève

La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève Ressources à disposition : http://www.explorateurs energie.com/explo_ens/anim.php# http://www.edf.com/html/ecole_energie/ L

Plus en détail

P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l. Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option!

P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l. Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option! P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option! France Air & Robur Technology France Air, en partenariat avec Robur

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil L essentiel en un coup d œil Bien choisir sa chaudière La chaudière est le moteur de votre chauffage central. Chaudière au gaz, au fioul, à bois, ou au GPL, il y en a pour tous les goûts et toutes les

Plus en détail

La maîtrise de l énergie par les TIC

La maîtrise de l énergie par les TIC La maîtrise de l énergie par les TIC Les Technologies de l Information et de la Communication au cœur de la production électrique national et de son ajustement en temps réel. Sommaire 1. Notre offre de

Plus en détail

Tables des figures et des tableaux

Tables des figures et des tableaux Tables des figures et des tableaux 1. Table des figures Figure 1 : Priorités de la démarche négawatt... 7 Figure 2 : Démarche de modélisation du scénario négawatt 2011... 11 Figure 3 : Diagramme de Sankey

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

Novembre 2015. *Gaz à Effet de Serre CONSTRUCTION. Développement Durable. Eiffage Construction

Novembre 2015. *Gaz à Effet de Serre CONSTRUCTION. Développement Durable. Eiffage Construction Novembre 2015 de *Gaz à Effet de Serre CONSTRUCTION Développement Durable Eiffage Construction Préliminaire R é f é r e n c e s Date du Bilan Carbone Logiciel utilisé Période de Référence Adresse de publication

Plus en détail

LES CONSOMMATIONS DES VEILLES A LA MAISON

LES CONSOMMATIONS DES VEILLES A LA MAISON LES CONSOMMATIONS DES VEILLES A LA MAISON Objectif(s) : Faire prendre conscience aux élèves de la consommation des appareils électriques lorsqu ils sont en mode veille et qu ils doivent éteindre ces appareils

Plus en détail

Nom - Prénom :... Code postal - Ville :... Objet : demande de subvention installation d un système de géothermie par forage vertical

Nom - Prénom :... Code postal - Ville :... Objet : demande de subvention installation d un système de géothermie par forage vertical Nom - Prénom :... Adresse :... Code postal - Ville :... Tel :... Monsieur le Président Communauté de Communes de Cattenom et Environs 2 av. du général de Gaulle 57570 CATTENOM Objet : demande de subvention

Plus en détail

DES INSTITUTIONS EFFICACES. Rendez-vous Hydro-Québec 2010 André-Benoit Allard, ing., directeur de projets, Ecosystem

DES INSTITUTIONS EFFICACES. Rendez-vous Hydro-Québec 2010 André-Benoit Allard, ing., directeur de projets, Ecosystem DES INSTITUTIONS EFFICACES Rendez-vous Hydro-Québec 2010 André-Benoit Allard, ing., directeur de projets, Ecosystem SOMMAIRE Vidéo sur le projet réalisé aux Muséums Nature de Montréal Survol des mesures

Plus en détail

Le séchage des ateliers :

Le séchage des ateliers : Le séchage des ateliers : Quelles technologies et quels coûts énergétiques? Jacques GUILPART- MF Conseil j. guilpart@mfconseil.fr 06 43 44 66 28 www.mfconseil.fr Adam TCHAÏKOWSKI, Dessica a.tchaikowski@dessica.fr

Plus en détail

Sommaire. Remerciements... 1. Avant-propos... 3

Sommaire. Remerciements... 1. Avant-propos... 3 Bruno Béranger Les pompes à chaleur ON 3e ÉDITI ÊG roupeêe yrolles,ê 2006,Ê 2013Ê pourê laê présenteê édition,ê ISBNÊ :Ê 978-2-212-13656-2 Sommaire Remerciements... 1 Avant-propos... 3 Un peu d histoire...

Plus en détail

Réglementation thermique : de la RT 2005 à la RT 2012 : anticiper pour gagner de nouveaux marchés!

Réglementation thermique : de la RT 2005 à la RT 2012 : anticiper pour gagner de nouveaux marchés! Réglementation thermique : de la RT 2005 à la RT 2012 : anticiper pour gagner de nouveaux marchés! Damien MONOT Conseiller technique Contexte 1. Contexte mondial - Le réchauffement de la planète - dérèglement

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les isolants pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier 75724 Paris Cedex 15 Tél.

Plus en détail

BILAN ENERGETIQUE D UN LOGEMENT Première approche CENTRE D INTERET CI 1. CONCEPTION, COMPETITIVITE ET CREATIVITE OBSERVATIONS

BILAN ENERGETIQUE D UN LOGEMENT Première approche CENTRE D INTERET CI 1. CONCEPTION, COMPETITIVITE ET CREATIVITE OBSERVATIONS ENSEIIGNEMENT TRANSVERSAL Page 1/7 Classe : Nom :.. Prénom :. Binôme :..... BILAN ENERGETIQUE D UN LOGEMENT Première approche Date :... CENTRE D INTERET CI 1. CONCEPTION, COMPETITIVITE ET CREATIVITE NOTE

Plus en détail

ThermoCondensor alufer Hoval Exploitation maximale de l'énergie grâce à la technique de condensation pour des puissances élevées

ThermoCondensor alufer Hoval Exploitation maximale de l'énergie grâce à la technique de condensation pour des puissances élevées ThermoCondensor alufer Hoval Exploitation maximale de l'énergie grâce à la technique de condensation pour des puissances élevées L'exploitation efficace des potentiels disponibles facilite considérablement

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

Importance de la ventilation et principales erreurs relevées sur le terrain chez les prothésistes dentaires

Importance de la ventilation et principales erreurs relevées sur le terrain chez les prothésistes dentaires Importance de la ventilation et principales erreurs relevées sur le terrain chez les prothésistes dentaires 1 Amaury BECUE Toxicologue industriel Groupe Toxicologie Annecy Santé au Travail 2 PRINCIPAUX

Plus en détail

Précy. Géothermie. Aérothermie. Système de POMPES à CHALEUR ASSOCIÉES À UN PILOTE HYDRO-ÉLECTRONIQUE GIAPAK AQUAPAK. Pilotes hydro-électroniques

Précy. Géothermie. Aérothermie. Système de POMPES à CHALEUR ASSOCIÉES À UN PILOTE HYDRO-ÉLECTRONIQUE GIAPAK AQUAPAK. Pilotes hydro-électroniques Précy Système de POMPES à CHALEUR ASSOCIÉES À UN PILOTE HYDRO-ÉLECTRONIQUE Précy Aérothermie Précy Géothermie GIAPAK AQUAPAK Pilotes hydro-électroniques Pompe à chaleur air/eau de 6 à 17 kw Pompe à chaleur

Plus en détail

Géothermie dans les Ardennes

Géothermie dans les Ardennes Géothermie dans les Ardennes Comment initier et monter efficacement son projet 26 septembre 2013 Poix- Terron / Charleville- Mézières Méthodologie d un projet Choix des systèmes, outils d aide à la décision,

Plus en détail

Cegep de Trois-Rivières Département de mécanique du bâtiment

Cegep de Trois-Rivières Département de mécanique du bâtiment Description du projet Cegep de Trois-Rivières Département de mécanique du bâtiment 1) Le système géothermique Thermopompe avec réseau de distribution (ventilation) Climatisation et chauffage L échangeur

Plus en détail

T.Flow. Le système qui ré-invente l eau chaude. 1 SYSTEME 2 FONCTIONS. Bienvenue dans un monde tempéré. SYSTEMES DE TEMPERATION DOMESTIQUE

T.Flow. Le système qui ré-invente l eau chaude. 1 SYSTEME 2 FONCTIONS. Bienvenue dans un monde tempéré. SYSTEMES DE TEMPERATION DOMESTIQUE SYSTEMES DE TEMPERATION DOMESTIQUE T.Flow Le système qui ré-invente l eau chaude. SYSTEME Ventiler Produire l ECS 2 FONCTIONS Bienvenue dans un monde tempéré. Système de Températion Domestique T.Flow Bienvenue

Plus en détail

Solaire Thermique Industriel : Une énergie renouvelable rentable Smart Solar Energy

Solaire Thermique Industriel : Une énergie renouvelable rentable Smart Solar Energy Solaire Thermique Industriel : Une énergie renouvelable rentable Dr. Matthieu Martins Responsable Recherche & Innovation Congres européen: Eco-technologie pour le futur 14 juin 2012 Contexte et enjeux

Plus en détail

La cogénération et PAC

La cogénération et PAC Bruxelles Environnement Service du Facilitateur Bâtiment Durable «Remplacement des chaudières dans les immeubles à appartements» La cogénération et PAC Yves LEBBE Spécialiste Cogénération 7 octobre 201

Plus en détail

Les pompes à chaleur Fabrice Ondet Carrier

Les pompes à chaleur Fabrice Ondet Carrier Les pompes à chaleur Fabrice Ondet Carrier Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1 Sommaire 1) Coût des énergies 2) Les différents systèmes 3) Choix du système Serres horticoles

Plus en détail

Chaudières à mazout à condensation

Chaudières à mazout à condensation Olivier Lesage et Isabelle Nauwelaers Test Chaudières à mazout à Malgré la suppression de l avantage fiscal, ce type de chaudière reste intéressant. Vous y gagnez à long terme et, l environnement, immédiatement!

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre ENTREPRISE MALET Rapport final Année 211 CAROLE BURGUE-MAZARS 3 AVENUE DE LARRIEU 3181 TOULOUSE CEDEX 1 5 61 31 72 89 carole.burgue@entreprise-malet.fr BILAN

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les équipements solaires thermiques pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier

Plus en détail

ITEX Échangeur de chaleur à plaques et joints

ITEX Échangeur de chaleur à plaques et joints ITEX Échangeur de chaleur à plaques et joints La précision dans l échange Pour des échanges durables... ITEX la gamme des experts Maîtrise des échanges Grâce à leurs excellents coefficients de transfert

Plus en détail

Systèmes de récupération de chaleur des eaux de drainage

Systèmes de récupération de chaleur des eaux de drainage Systèmes de récupération de chaleur des eaux de drainage Les objectifs d'apprentissage: Cet exposé vous informera au sujet des systèmes de récupération de chaleur des eaux de drainage (SRCED) et: Comment

Plus en détail

Nouveaux usages du gaz en résidentiel-tertiaire permettant de répondre aux enjeux du Développement Durable

Nouveaux usages du gaz en résidentiel-tertiaire permettant de répondre aux enjeux du Développement Durable Nouveaux usages du gaz en résidentiel-tertiaire permettant de répondre aux enjeux du Développement Durable Thomas Muller, Gaz de France Réseau Distribution Le 12 septembre 2007 Bâtiment et développement

Plus en détail

Un bouquet énergétique équilibré, faiblement émetteur de GES et contribuant à l indépendance énergétique nationale ;

Un bouquet énergétique équilibré, faiblement émetteur de GES et contribuant à l indépendance énergétique nationale ; REACTIONS AUX CONCLUSIONS DU RAPPORT ETABLI PAR LE GROUPE DE TRAVAIL «ENERGIES RENOUVELABLES APPLIQUEES AU BATIMENT» MIS EN PLACE DANS LE CADRE DU PLAN BATIMENT GRENELLE La Loi Grenelle Environnement a,

Plus en détail

14/02/14 1. Forum du bâ*ment durable 2014 / Santé et climat : bien vivre le bâ*ment

14/02/14 1. Forum du bâ*ment durable 2014 / Santé et climat : bien vivre le bâ*ment 14/02/14 1 Accompagner la construction durable: outils et certifications EMILIE: Outil d introduction de l innovation en rénovation Vincent Morfouace Pôle de compétitivité Capenergies 14/02/14 2 Démontrer

Plus en détail

Quel chauffage pour quel immeuble?

Quel chauffage pour quel immeuble? Quel chauffage pour quel immeuble? Michel Bonvin michel.bonvin@hevs.ch 18 décembre 2008 Montana 1 Préambule : CO 2 18 décembre 2008 Montana 2 Préambule : CO 2 18 décembre 2008 Montana 3 Préambule : La

Plus en détail

1/19 Chauffage à la biomasse ------- Bonnes pratiques Yann ROGAUME Mise en Place d une Chaufferie Plaquettes 2/19 Etapes importantes : - Maîtriser les dépenses énergétiques ; - Déterminer précisément les

Plus en détail

LE REVÊTEMENT MURAL AU SERVICE DU CONFORT THERMIQUE

LE REVÊTEMENT MURAL AU SERVICE DU CONFORT THERMIQUE MURS INTÉRIEURS, CONFORT, BIEN-ÊTRE LE REVÊTEMENT MURAL AU SERVICE DU CONFORT THERMIQUE LE REVÊTEMENT EN VERRE TISSÉ HAUTE RÉSISTANCE POUR MURS ET PLAFONDS 2 La qualité du son d un instrument ne souffre

Plus en détail

Bienvenue dans votre logement BBC

Bienvenue dans votre logement BBC Bienvenue dans votre logement Ce guide est là pour vous aider à bien utiliser votre appartement. Conservez le précieusement, afin de pouvoir le consulter en cas de doute. SOMMAIRE les points clés L isolation

Plus en détail

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Rapport du bilan destiné à la Préfecture de Police de Paris Décembre 2012

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Rapport du bilan destiné à la Préfecture de Police de Paris Décembre 2012 Lectra S.A. Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Rapport du bilan destiné à la Préfecture de Police de Paris Décembre 2012 World Headquarters & siège social : 16-18, rue Chalgrin 75016 Paris France

Plus en détail

( ) Améliorer le chauffage. Roger Cadiergues L17. SOMMAIRE. Livraison 17. 30 avril 2009 (prochain livret le 7 mai 2009) 1. Introduction p.

( ) Améliorer le chauffage. Roger Cadiergues L17. SOMMAIRE. Livraison 17. 30 avril 2009 (prochain livret le 7 mai 2009) 1. Introduction p. Roger Cadiergues ( ) Améliorer le chauffage L17. SOMMAIRE 1. Introduction p. 3 1.01. Les trois familles d actions 1.02. Améliorer la distribution 1.03. Le rendement de production 1.04. Les voies de l amélioration

Plus en détail

Devenez Expert Tertiaire Somfy. Et engagez vous sur la voie du succès!

Devenez Expert Tertiaire Somfy. Et engagez vous sur la voie du succès! Devenez Expert Tertiaire Somfy Et engagez vous sur la voie du succès! Valorisez votre savoir-faire et vos compétences avec l appui des chargés d affaires tertiaire Somfy qui s engagent à vos côtés. Votre

Plus en détail

IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase

IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase Energie Solaire SA Version 16.03.2015 ENERGIE SOLAIRE SA www.energie-solaire.com 1/29 Energie Solaire SA: Fondée

Plus en détail

Projecteurs LED haute puissance pour stands et expositions

Projecteurs LED haute puissance pour stands et expositions Projecteurs LED haute puissance pour stands et expositions touch. switch. light L innovation dans la technique d eclairage Très grande force d éclairage, construction extremement petite, aucun danger de

Plus en détail

Evaluation des émissions

Evaluation des émissions Evaluation des émissions de gaz à effet de serre générées par les activités de la Bourse de l Immobilier 28 Avenue thiers 33100 BORDEAUX Tél : 05 57 77 17 77 - Fax : 05 56 40 58 63 www.bourse-immobilier.fr

Plus en détail

LA GÉOTHERMIE SUR CHAMP DE SGV

LA GÉOTHERMIE SUR CHAMP DE SGV LA GÉOTHERMIE SUR CHAMP DE SGV Réalisation d une installation de PAC Géothermiques décentralisées sur boucle d eau froide couplées à un champ de 141 SGV de 205m de profondeur sur un site de 5 hectares

Plus en détail

Chauffage et ventilation des maisons BBC et passives

Chauffage et ventilation des maisons BBC et passives Chauffage et ventilation des maisons BBC et passives Maisons BBC et passives Qualité d air intérieur et ventilation Confort thermique Solutions préconisées Mise en œuvre Maintenance prix De l importance

Plus en détail

Troisième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «GLOBALE» Champ d application Principes Exigences Exemples

Troisième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «GLOBALE» Champ d application Principes Exigences Exemples Troisième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «GLOBALE» Arrêté relatif à la performance énergétique des bâtiments existants de surface supérieure à 1000 m², lorsqu ils font

Plus en détail

Notre solution : Souplesse des systèmes

Notre solution : Souplesse des systèmes Projet d efficacité énergétique Notre solution : Souplesse des systèmes et équipements efficaces! par Daniel Bussière, ing. 1 Objectifs du projet Atteindre les objectifs de réduction fixés par le ministère

Plus en détail

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Introduction Introduction Sources d EnR Issues du soleil : biomasse solaire thermique et photovoltaïque éolien hydraulique Issues de la chaleur

Plus en détail

climacell ouate de cellulose Isoler naturellement avec la Ouate de Cellulose Climacell Économie Écologie Confort L ISOLATION DES BÂTIMENTS

climacell ouate de cellulose Isoler naturellement avec la Ouate de Cellulose Climacell Économie Écologie Confort L ISOLATION DES BÂTIMENTS Isoler naturellement avec la Ouate de Cellulose Climacell Économie Écologie Confort L ISOLATION DES BÂTIMENTS une priorité pour l environnement. La Climacell Installée depuis 1984 en Allemagne à Angelbachtal,

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les modules solaires photovoltaïques pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier

Plus en détail

Construire une maison ou immeuble d appartements éconergétique

Construire une maison ou immeuble d appartements éconergétique Construire une maison ou immeuble d appartements éconergétique Les objectifs d'apprentissage : Quelles sont les caractéristiques d une bâtiment éconergétique; Comment les bâtiments éconergétiques sont

Plus en détail