Projet de Machines Virtuelles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Projet de Machines Virtuelles"

Transcription

1 Projet de Machines Virtuelles Gabriel Kerneis Vendredi 11 mars Introduction Le but de ce sujet est d implémenter la MARS (Memory Array Redcode Simulator), une machine virtuelle utilisée dans le jeu Core War. Le Core War est un jeu de programmation inventé en 1984 dans lequel deux programmes s affrontent pour contrôler la machine. Ces programmes sont écrits dans un langage assembleur, le Redcode. Le vainqueur est celui qui parvient à arrêter tous les processus du programme adversaire, restant seul en mémoire. Historiquement, le Core War est dérivé d un autre jeu, Darwin, inventé en Darwin se jouait directement dans la mémoire physique des serveurs IBM 7090, sans aucune protection (les participants s engageaient à ne pas tricher et écrire dans des zones mémoires interdites). Vous imaginez facilement l intérêt d une machine virtuelle dans ce contexte. Il existe de très nombreuses variantes du Core War, plus ou moins bien documentées ; ce sujet s inspire de la définition ICWS 88. Si vous voulez en savoir plus, il existe plusieurs sites consacrés à Core War, parmi lesquels le plus actif est sans doute Une bonne introduction à l assembleur Redcode est The beginners guide to Redcode 1. Attention, à partir de la section The instruction modifiers, l auteur aborde des spécificités de la définition ICWS 94 qui ne figurent pas dans le Redcode de ce sujet. 2 Architecture de la MARS Fonctionnement général Les programmes Core War résident dans une mémoire commune. Ils disposent chacun d un ensemble de processus, ordonnancés en file circulaire (round-robin). À chaque cycle, chaque programme exécute une instruction du premier processus de sa file. Il existe quatre types d instructions : Données : l instruction DAT n est pas exécutable : un processus qui tente d exécuter une instruction DAT meurt instantanément. Un programme a perdu lorsque tous ses processus sont morts. Le but d un programme est d amener tous les processus de son adversaire à exécuter des instructions DAT tout en gardant lui-même au moins un processus vivant. Création de processus : l instruction SPL ajoute un nouveau processus à la file de processus du programme. Écriture en mémoire : les instructions MOV, ADD et SUB permettent de copier, ajouter ou retrancher des valeurs en mémoire. Saut conditionnel : les instructions JMP, JMZ, JMZ, CMP et SLT effectuent des sauts conditionnels variés. L instruction DJN est un saut spécial qui décrémente au passage une valeur en mémoire

2 Mémoire (core) La mémoire de la MARS a une structure très particulière : elle est cyclique et à adressage relatif. On la représente par une liste d instructions de taille M (M 8192). Comme la mémoire est cyclique, toutes les opérations sont effectuées sur des entiers positifs modulo M ; un processus qui tenterait d écrire à l adresse M + 42, par exemple, écrirait en fait à l adresse 42. L adressage relatif, à l aide d offsets, résulte du fait qu il n y a aucune instruction qui permette à un processus de connaître son adresse courante (notée PC), ou d accéder à une adresse absolue arbitraire. Par exemple, un processus pourra désigner l adresse «3 instructions plus loin» (offset +3, correspondant à l adresse absolue PC + 3) ou «2 instructions avant» (offset M 2 2, correspondant à l adresse absolue PC 2). Files de processus (task queues) Chaque processus est représenté par son program counter (PC), c est-à-dire par l adresse mémoire absolue de son instruction courante. L ensemble des processus d un programme est stocké dans une file de taille bornée. C est toujours le premier processus qui est retiré de la file puis exécuté. En fin de cycle, l adresse mise à jour est ajoutée en queue de file, sauf pour les instructions DAT (qui tue le processus) et SPL (qui rajoute non pas une mais deux adresses en queue de file). 3 Cycle d exécution 3.1 Démarrage et arrêt Au démarrage, la MARS reçoit en paramètre le code de deux programmes et l adresse à laquelle chacun doit être chargé. Elle initialise sa mémoire avec des instructions DAT # 0, # 0, puis elle copie chaque programme en mémoire à l adresse indiquée. Elle ajoute enfin l adresse de chargement de chaque programme dans sa file de processus et commence le premier cycle d exécution. Chaque cycle d exécution de la MARS comprend un cycle fetch-decode-execute par programme. Les programmes sont exécutés suivant l ordre dans lequel ils ont été chargés en mémoire. La MARS exécute toujours un cycle complet, même dans le cas où le premier des deux programmes meurt à cause d une instruction DAT. À la fin de chaque cycle, la MARS vérifie s il y a un vainqueur : si les deux files de processus sont vides, il y a égalité, sinon, si l une des files est vide, c est l autre programme qui est déclaré vainqueur, sinon, si la MARS a exécuté cycles, il y a égalité, sinon, la MARS exécute le cycle suivant. 3.2 Fetch Le premier processus, désigné par son adresse PC, est retiré de la file de processus du programme courant. L instruction à l adresse absolue PC est ensuite récupérée en mémoire pour être décodée et exécutée. 3.3 Decode Une instruction Redcode est constituée de cinq champs : l opcode, le A-mode et le A-nombre, le B-mode et le B-nombre. L ensemble d un mode et d un nombre est appelé opérande (on parle 2. Rappelez-vous qu on travaille avec des entiers positifs modulo M. 2

3 du A-opérande et du B-opérande). À partir de ces opérandes, la phase de décodage consiste à calculer deux adresses mémoire absolues, le A-pointeur et le B-pointeur. Modes Les modes sont au nombre de quatre : immédiat (noté #), direct (mode par défaut), indirect et indirect pré-décrémenté (noté <). Ils modifient la manière dont le A-nombre et le B-nombre sont interprétés dans le calcul du A-pointeur et du B-pointeur. En mode immédiat, l instruction utilise le nombre tel quel (par exemple en tant que valeur à ajouter pour l instruction ADD) ; le pointeur associé est simplement PC. En mode direct, le nombre représente un offset : le pointeur est la somme de PC et du nombre. En mode indirect, le nombre est également interprété comme un offset vers une instruction ; mais c est ensuite le B-nombre 3 de cette instruction intermédiaire qui, interprété à nouveau comme un offset, donne la valeur du pointeur. Enfin, en mode indirect pré-décrémenté, le B-nombre de l instruction intermédiaire est décrémenté avant de calculer le second offset. Algorithme de décodage Les étapes de décodage précises sont données Figure 1. Il est important de respecter scrupuleusement l ordre indiqué, car le mode indirect pré-décrémenté modifie certaines valeurs en mémoire qui peuvent être réutilisées dans la suite du décodage. Notez que les deux opérandes seront toujours décodés, même si l instruction (par exemple, DAT) ne les utilise pas. On rappelle que tous les calculs se font sur des entiers positifs modulo M. A-pointeur B-pointeur 1. Si le A-mode est «immédiat», le A-pointeur est égal à PC. 2. Sinon, on ajoute le A-nombre et PC pour obtenir une adresse L. 3. Si le A-mode est «direct», le A-pointeur vaut L. 4. Sinon, on lit le B-nombre n de l instruction à l adresse L. 5. Si le A-mode est «indirect», le A-pointeur vaut L + n. 6. Si le A-mode est «indirect pré-décrémenté», on écrit n 1 dans le B-nombre de l instruction à l adresse L et le A-pointeur vaut L + n Si le B-mode est «immédiat», le B-pointeur est égal à PC. 2. Sinon, on ajoute le B-nombre et PC pour obtenir une adresse L. 3. Si le B-mode est «direct», le B-pointeur vaut L. 4. Sinon, on lit le B-nombre n de l instruction à l adresse L. 5. Si le B-mode est «indirect», le B-pointeur vaut L + n. 6. Si le B-mode est «indirect pré-décrémenté», on écrit n 1 dans le B-nombre de l instruction à l adresse L et le B-pointeur vaut L + n 1. Figure 1 Décodage d une instruction 3.4 Execute Une fois le décodage effectué, la phase d exécution modifie certaines valeurs en mémoire, calcule la nouvelle valeur du program counter et l ajoute à la file des processus du programme courant (sauf pour les instructions DAT et SPL). 3. Il s agit bien toujours du B-nombre, même pour le calcul du A-pointeur. 3

4 Par souci de concision, on utilisera dans la suite les termes A-instruction pour désigner l instruction située à l adresse du A-pointeur et B-instruction celle située à l adresse du B- pointeur. De plus, lorsque les termes A-mode, A-nombre, B-mode et B-nombre sont utilisés sans plus de précision, il s agit des champs de l instruction courante. DAT A B L instruction DAT ne fait rien (et cause donc la mort du processus courant). MOV A B Si l A-mode est immédiat, le A-nombre est copié dans le B-nombre de la B-instruction. Sinon, l A-instruction est copiée intégralement à l adresse du B-pointeur. On ajoute ensuite PC + 1 à la file des processus du programme courant. ADD A B Si l A-mode est immédiat, le A-nombre est ajouté au B-nombre de la B-instruction. Sinon, les A et B-nombres de l A-instruction sont ajoutés, respectivement, aux A et B-nombres de la B-instruction. On ajoute ensuite PC + 1 à la file des processus du programme courant. SUB A B Si l A-mode est immédiat, le A-nombre est retranché du B-nombre de la B-instruction. Sinon, les A et B-nombres de l A-instruction sont retranchés, respectivement, des A et B-nombres de la B-instruction. On ajoute ensuite PC + 1 à la file des processus du programme courant. JMP A B Le A-pointeur est ajouté à la file des processus du programme courant. JMZ A B Si le B-nombre de la B-instruction est égal à 0, le A-pointeur est ajouté à la file des processus du programme courant. Sinon, on ajoute PC + 1 à la file des processus du programme courant. JMN A B Si le B-nombre de la B-instruction est différent de 0, le A-pointeur est ajouté à la file des processus du programme courant. Sinon, on ajoute PC+1 à la file des processus du programme courant. CMP A B Si le A-mode est immédiat, on compare le A-nombre au B-nombre de la B-instruction. Sinon, on compare l A-instruction et la B-instruction (champ par champ). Si les valeurs comparées sont égales, l instruction suivante est sautée, c est-à-dire qu on ajoute PC + 2 à la file des processus du programme courant. Sinon, on ajoute PC + 1 à la file des processus du programme courant. SLT A B Si le A-mode est immédiat, on note X le A-nombre, et Y le B-nombre de la B-instruction. Sinon, on note X le B-nombre de l A-instruction, et Y le B-nombre de la B-instruction. Si X < Y, l instruction suivante est sautée, c est-à-dire qu on ajoute PC + 2 à la file des processus du programme courant. Sinon, on ajoute PC + 1 à la file des processus du programme courant. DJN A B On décrémente le B-nombre de la B-instruction, puis on agit exactement comme pour l instruction JMN A B. SPL A B On ajoute PC + 1 à la file des processus du programme courant. Le A-pointeur est ensuite ajouté à la file des processus du programme courant, à condition que celle-ci n ait pas atteint sa taille maximale. 4

5 4 Format binaire La MARS utilise un format binaire pour représenter les instructions. Un programme, ou une copie de la mémoire (core dump), sont simplement représentés comme la concaténation des instructions qui les composent. Un assembleur-désassembleur est fourni avec le sujet pour vous faciliter l écriture de programmes et l analyse du format binaire. Pour plus de détails sur le langage assembleur, vous pouvez vous référer au Beginners Guide indiqué en introduction. Instruction Une instruction est codée sur cinq octets : un pour l opcode et deux pour chaque opérande (Figure 2). b 7... b 0 b b 0 b b 0 opcode A-opérande B-opérande Figure 2 Instruction Opcode L opcode est codé sur un octet. Les trois bits de poids faible sont réservés et doivent être égaux à zéro. Les cinq bits de poids fort représentent un entier non-signé compris entre 0 et 10 (Figure 3). On associe à chaque entier l un des onze opcodes suivants : DAT (0), MOV (1), ADD (2), SUB (3), JMP (4), JMZ (5), JMN (6), CMP (7), SLT (8), DJN (9) et SPL (10). b 7 b 6 b 5 b 4 b 3 b 2 b 1 b 0 opcode réservé Figure 3 Opcode Opérandes Les opérandes sont des entiers non-signés de 16 bits en codage gros-boutiste (bigendian). Les 3 bits de poids fort représentent le mode de l opérande, et les 13 bits de poids faible son nombre (Figure 4). Le nombre est un entier non-signé compris entre 0 et M 1. Le mode est un entier non-signé compris entre 0 et 3. On associe à chaque entier l un des quatre modes suivants : immédiat (0), direct (1), indirect (2) et indirect pré-décrémenté (3). b 15 b 14 b 13 b 12 b 11 b 10 b 9 b 8 b 7 b 6 b 5 b 4 b 3 b 2 b 1 b 0 mode nombre Figure 4 Opérande 5

6 5 Implémentation demandée Pour avoir la moyenne, un projet doit implémenter l interface minimale décrite ci-dessous et passer tous les tests fournis. Pour ceux qui désirent aller au-delà, des idées d extensions sont proposées. Un programme qui ne passe pas les jeux de test fournis ne sera pas accepté comme solution à ce projet. Tout projet doit être rendu accompagné d un rapport au format pdf décrivant la démarche, les choix d implémentations et documentant les extensions éventuelles. Vous pouvez coder, au choix, en C, Java ou OCaml. Les modalités de rendu seront précisées sur la liste de discussion. 5.1 Interface minimale L interaction avec la MARS se fait par l intermédiaire de la ligne de commande. La MARS attend quatre paramètres : le nom de fichier du premier programme, l adresse à laquelle le premier programme doit être chargé en mémoire, le nom de fichier du second programme et l adresse à laquelle le second programme doit être chargé en mémoire. Par défaut, la MARS utilise une mémoire de 8192 instructions et limite le nombre de processus par programme à 64. La MARS affiche sur sa sortie standard une unique ligne, sur le modèle suivant : winner=1,q1=5,q2=0,cycles=2546 Le champ winner vaut 0 en cas d égalité (que les deux programmes soient morts lors du même cycle, ou que le nombre maximum de cycles ait été atteint) ; sinon, il est égal au numéro du programme vainqueur. Les champs q1 et q2 indiquent la longeur de chaque file à la fin du dernier cycle, et cycles le nombre de cycles exécutés. Tout autre texte doit être dirigé vers la sortie d erreur. Au moment de quitter, la MARS écrit une copie de la mémoire telle qu elle était à la fin du dernier cycle dans un fichier core.dump (dans le répertoire courant). Le code de retour de la MARS est 0 en cas d exécution réussie, et une autre valeur à votre choix en cas d erreur (programme invalide, par exemple). 5.2 Idées d extension Ajouter des options pour modifier la taille de la mémoire, le nombre processus par programme, ou encore charger les programmes à des adresses aléatoires. Supporter l exécution de plus de deux programmes simultanément. Ajouter une interface graphique pour visualiser les combats. Définir de nouveaux opcodes, de nouveaux modes (vous pouvez implémenter la définition ICWS 94 si vous êtes courageux). Pensez à proposer et documenter vos extensions au format binaire sur la liste de discussion pour que d autres puissent aussi les implémenter. Écrire des programmes Redcode, mesurer les performances de programmes existants. Implémenter un mode «tournoi» où la MARS confronte les programmes deux à deux et affiche un classement. 6

Notions de langage machine

Notions de langage machine Notions de langage machine 18 décembre 2009 Rappels et introduction Architecture de Van Neumann : Processeur = UC + UAL Mémoire interne au processeur = les registres (soit seulement l accumulateur, soit

Plus en détail

De l ordinateur au processus : rôle d un système

De l ordinateur au processus : rôle d un système De l ordinateur au processus : rôle d un système Introduction aux systèmes d exploitation Gaël Thomas Présentation du cours Contexte du cours : Introduire notre objet d étude : les systèmes d exploitation

Plus en détail

Architecture matérielle et logicielle

Architecture matérielle et logicielle Architecture matérielle et logicielle Contents I Le Cours 2 1 Généralités 2 2 Micro-processeur 2 3 Mémoire 2 4 Performances 3 II TPs 3 1 Création d un exécutable : 3 2 Les bibliothèques 3 3 Codage de l

Plus en détail

Projet Pratique de INF241 Parcours de Tableaux

Projet Pratique de INF241 Parcours de Tableaux Projet Pratique de INF241 Parcours de Tableaux L objectif de ce projet est de travailler sur les tableaux en langage d assemblage ARM. Vous devez réaliser votre projet en partie lors des séances encadrées

Plus en détail

Architecture des ordinateurs TP 3

Architecture des ordinateurs TP 3 Architecture des ordinateurs ESIPE - IR1 TP 3 Objectif de cette séance L objectif de cette séance est d apprendre à utiliser la pile et à écrire des fonctions en assembleur En particulier, nous verrons

Plus en détail

Modbus 06/05/2013. Version 1.3

Modbus 06/05/2013. Version 1.3 06/05/2013 Version 1.3 Le protocole Modbus TCP, mode «Maître» Table des matières 1 Pré-requis... 3 2 Connecteur Modbus... 3 2.1 Ajout d un connecteur Modbus TCP... 3 2.2 Configuration d un connecteur Modbus

Plus en détail

1 Hello world. 2 Sorties en C. DUT Informatique M3101 Système S3 2015 / 2016. Travaux Pratiques n o 0 : Rappels de programmation C

1 Hello world. 2 Sorties en C. DUT Informatique M3101 Système S3 2015 / 2016. Travaux Pratiques n o 0 : Rappels de programmation C DUT Informatique 2015 / 2016 Travaux Pratiques n o 0 : Rappels de programmation C Nom(s) : Groupe : Date : Objectifs : renouer avec les notions, la manipulation et l écriture de programmes C, en particulier

Plus en détail

Architecture des ordinateurs

Architecture des ordinateurs Architecture des ordinateurs Cours 4 5 novembre 2012 Archi 1/22 Micro-architecture Archi 2/22 Intro Comment assembler les différents circuits vus dans les cours précédents pour fabriquer un processeur?

Plus en détail

Types et performances des processeurs

Types et performances des processeurs Types et performances des processeurs Laboratoire de Systèmes Logiques Structure d un ordinateur contrôle processeur traitement séquenceur registres mémoire entrées/sorties micromémoire opérateurs bus

Plus en détail

Introduction aux systèmes d exploitation

Introduction aux systèmes d exploitation Introduction aux systèmes d exploitation Le système d exploitation est un ensemble de logiciels qui pilotent la partie matérielle d un ordinateur. Les principales ressources gérées par un système d exploitation

Plus en détail

Manuel utilisateur CASH. Table des matières

Manuel utilisateur CASH. Table des matières Manuel utilisateur CASH Table des matières 1 Introduction... 2 1.1 Préliminaires... 2 1.2 Configuration et mises à jour du stock... 2 2 Premiers pas... 2 2.1 Installation... 2 2.2 Installation automatique...

Plus en détail

ASSEMBLAGE ET ÉDITION DES LIENS

ASSEMBLAGE ET ÉDITION DES LIENS ASSEMBLAGE ET ÉDITION DES LIENS Mewtow 11 novembre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 2 La chaine d assemblage 7 2.1 Résolution des symboles.............................. 7 2.2 Relocation.....................................

Plus en détail

III - PROGRAMMATION EN ASSEMBLEUR

III - PROGRAMMATION EN ASSEMBLEUR III - PROGRAMMATION EN ASSEMBLEUR 3.1 Introduction à la programmation en assembleur Pour programmer un ordinateur on utilise généralement des langages dits évolués ou de haut niveau : C, C++, Java, Basic,

Plus en détail

Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010

Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010 Université de Provence Introduction à l Informatique Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010 Année 2009-10 Aucun document n est autorisé Les exercices peuvent être traités dans le désordre.

Plus en détail

1.1 Remote Procedure Call (RPC)

1.1 Remote Procedure Call (RPC) 1.1 Remote Procedure Call (RPC) Le modèle Client-Serveur est un modèle simple à utiliser pour la structuration des systèmes répartis. Mais ce modèle s appuie sur des communications de type entrée/sortie

Plus en détail

Introduction à l Informatique

Introduction à l Informatique Introduction à l Informatique. Généralités : Etymologiquement, le mot informatique veut dire «traitement d information». Ceci signifie que l ordinateur n est capable de fonctionner que s il y a apport

Plus en détail

Cours 1 : Introduction Ordinateurs - Langages de haut niveau - Application

Cours 1 : Introduction Ordinateurs - Langages de haut niveau - Application Université de Provence Licence Math-Info Première Année V. Phan Luong Algorithmique et Programmation en Python Cours 1 : Introduction Ordinateurs - Langages de haut niveau - Application 1 Ordinateur Un

Plus en détail

Cours d Analyse, Algorithmique Elements de programmation

Cours d Analyse, Algorithmique Elements de programmation 1 de 33 Cours d Analyse, Algorithmique Elements de programmation Florent Hivert Mél : Florent.Hivert@lri.fr Adresse universelle : http://www.lri.fr/ hivert 2 de 33 Données et instructions Un programme

Plus en détail

ASR1 TD7 : Un microprocesseur RISC 16 bits

ASR1 TD7 : Un microprocesseur RISC 16 bits {Â Ö Ñ º ØÖ Ý,È ØÖ ºÄÓ Ù,Æ ÓÐ ºÎ ÝÖ Ø¹ ÖÚ ÐÐÓÒ} Ò ¹ÐÝÓÒº Ö ØØÔ»»Ô Ö Óº Ò ¹ÐÝÓÒº Ö» Ö Ñ º ØÖ Ý»¼ Ö½» ASR1 TD7 : Un microprocesseur RISC 16 bits 13, 20 et 27 novembre 2006 Présentation générale On choisit

Plus en détail

Projet 1 ENS Lyon L3IF

Projet 1 ENS Lyon L3IF Projet 1 ENS Lyon L3IF Génération de code Sébastien Briais 8 janvier 2008 Dans cette partie, vous allez devoir implémenter le générateur de code pour l émulateur DLX risc-emu. À rendre pour le 18 janvier

Plus en détail

Mode d emploi pour la P-machine utilisée lors des TPs et des projets du cours INFO010 Théorie des langages et de la compilation.

Mode d emploi pour la P-machine utilisée lors des TPs et des projets du cours INFO010 Théorie des langages et de la compilation. Mode d emploi pour la P-machine utilisée lors des TPs et des projets du cours INFO010 Théorie des langages et de la compilation. Sébastien COLLETTE et Gilles GEERAERTS 1 Introduction Ce document décrit

Plus en détail

Architecture des ordinateurs TD 1

Architecture des ordinateurs TD 1 Architecture des ordinateurs TD 1 ENSIMAG 1 re année April 29, 2008 Imprimer pour chaque étudiant le listing des instructions (page 36 de la doc, ou page 2 du chapitre 7). Pas la peine de tout imprimer.

Plus en détail

Mémoire virtuelle. Généralités

Mémoire virtuelle. Généralités Mémoire virtuelle Généralités La pagination pure - Conversion d adresses virtuelles en adresses physiques - Table des pages à plusieurs niveau et table inversée - Algorithmes de remplacement de page -

Plus en détail

Système d exploitation

Système d exploitation Cours 1 Université du Luxembourg Enseignement : Professeur:. But du cours : Connaître les systèmes d exploitation. Se familiariser avec UNIX. Environnement de programmation : PC sous Windows avec Cygwin

Plus en détail

Poker. A rendre pour le 25 avril

Poker. A rendre pour le 25 avril Poker A rendre pour le 25 avril 0 Avant propos 0.1 Notation Les parties sans * sont obligatoires (ne rendez pas un projet qui ne contient pas toutes les fonctions sans *). Celles avec (*) sont moins faciles

Plus en détail

Clément MILVILLE / Edouard SIMON. Projet CodeWar. Enseignant tuteur: Michaël Hauspie 1/17

Clément MILVILLE / Edouard SIMON. Projet CodeWar. Enseignant tuteur: Michaël Hauspie 1/17 Projet CodeWar Enseignant tuteur: Michaël Hauspie 1/17 2/17 Remerciements: Nous tenons à remercier tout particulièrement notre tuteur M. Michaël HAUSPIE pour son aide, ses conseils, ses avis et sa disponibilité

Plus en détail

Introduction à l informatique, à Python, et représentation des nombres en machine

Introduction à l informatique, à Python, et représentation des nombres en machine Introduction à l informatique, à Python, et représentation des nombres en machine Table des matières Qu est-ce-que l informatique? Qu est-ce-qu un ordinateur? 2 Principaux composants...............................................

Plus en détail

QUELQUES CONCEPTS INTRODUCTIFS

QUELQUES CONCEPTS INTRODUCTIFS ESIEE Unité d'informatique IN101 Albin Morelle (et Denis Bureau) QUELQUES CONCEPTS INTRODUCTIFS 1- ARCHITECTURE ET FONCTIONNEMENT D UN ORDINATEUR Processeur Mémoire centrale Clavier Unité d échange BUS

Plus en détail

Eléments de syntaxe du langage Java

Eléments de syntaxe du langage Java c jan. 2014, v3.0 Java Eléments de syntaxe du langage Java Sébastien Jean Le but de ce document est de présenter es éléments de syntaxe du langage Java : les types primitifs, les opérateurs arithmétiques

Plus en détail

Informatique? Numérique? L informatique est la science du traitement de l information.

Informatique? Numérique? L informatique est la science du traitement de l information. Informatique? Numérique? L informatique est la science du traitement de l information. L information est traitée par un ordinateur sous forme numérique : ce sont des valeurs discrètes. Cela signifie que,

Plus en détail

Manuel utilisateur CASH version 15/10/2015

Manuel utilisateur CASH version 15/10/2015 Manuel utilisateur CASH version 15/10/2015 Table des matières 1 Introduction... 2 1.1 Préliminaires... 2 1.2 Configuration et mises à jour du stock... 2 2 Premiers pas... 2 2.1 Installation... 2 2.2 Installation

Plus en détail

Contrôle Architecture des microprocesseurs Durée 2 heures

Contrôle Architecture des microprocesseurs Durée 2 heures Contrôle Architecture des microprocesseurs Durée 2 heures Tous les documents personnels (cours, TD, TP) sont autorisés. La machine à calculer est autorisée. La qualité de la présentation sera prise en

Plus en détail

TP 1 - Utilisation de Python

TP 1 - Utilisation de Python TP 1 - Utilisation de Python L objectif de ce TP est d apprendre à faire réaliser des calculs et des tâches répétitives à un ordinateur. Pour faire cela, il est nécessaire de communiquer avec l ordinateur

Plus en détail

Codes Correcteurs d Erreurs Les codes binaires linéaires parfaits + Code de Hamming, + Code de Golay

Codes Correcteurs d Erreurs Les codes binaires linéaires parfaits + Code de Hamming, + Code de Golay Codes Correcteurs d Erreurs Les codes binaires linéaires parfaits + Code de Hamming, + Code de Golay November 12, 2008 Plan 1 2 Rappel : la borne de Hamming pour un code linéaire est t i=0 ( n i ) 2 n

Plus en détail

Héritage en java : Calculatrice SDC

Héritage en java : Calculatrice SDC Programmation orientée objet L3 MIAGE Héritage en java : Calculatrice SDC Travail à rendre : le code complet du projet SDC sous forme d une archive tar.gz. L archive comportera trois répertoires : un répertoire

Plus en détail

Points fixes de fonctions à domaine fini

Points fixes de fonctions à domaine fini ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE DE CACHAN ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION 2013 FILIÈRE MP HORS SPÉCIALITÉ INFO FILIÈRE PC COMPOSITION D INFORMATIQUE

Plus en détail

Examen d Architecture des Ordinateurs Majeure 1 Polytechnique Lundi 10 Décembre 2001

Examen d Architecture des Ordinateurs Majeure 1 Polytechnique Lundi 10 Décembre 2001 Examen d Architecture des Ordinateurs Majeure 1 Polytechnique Lundi 10 Décembre 2001 L examen dure 3 heures. Le sujet comporte 7 pages dont 3 pages de rappels sur le LC-2 et la microprogrammation. Tous

Plus en détail

Assembleur. Faculté I&C, André Maurer, Claude Petitpierre

Assembleur. Faculté I&C, André Maurer, Claude Petitpierre Assembleur Faculté I&C, André Maurer, Claude Petitpierre INTRODUCTION Logiciel utilisé Faculté I&C, André Maurer, Claude Petitpierre MEMOIRE Mémoire Faculté I&C, André Maurer, Claude Petitpierre Mémoire

Plus en détail

5 Moniteurs. Slide 1. Caractéristique majeure d un programme avec moniteurs = Composé de deux sortes de modules/processus: Slide 2

5 Moniteurs. Slide 1. Caractéristique majeure d un programme avec moniteurs = Composé de deux sortes de modules/processus: Slide 2 5 Moniteurs Motivation = les sémaphores peuvent être utilisés pour résoudre à peu près n importe quel problème d exclusion mutuelle ou synchronisation... mais, les sémaphores possèdent certains désavantages:

Plus en détail

Exercice 1 : Questions diverses (5 points)

Exercice 1 : Questions diverses (5 points) Université Claude Bernard Lyon 1 Licence Sciences, Technologies, Santé L2 Année 2010-2011, 2ème semestre LIF5 Algorithmique & Programmation procédurale Contrôle final du 20 juin 2011 Durée : 1h30 Note

Plus en détail

L3 Info & Miage. TP-Projet SGF

L3 Info & Miage. TP-Projet SGF TP-Projet SGF 1. Introduction L objectif de ce mini-projet est de réaliser un Système de Gestion de Fichiers simplifié capable de gérer des accès à des fichiers séquentiels de type flot. L idée est ici

Plus en détail

Programmation C. Apprendre à développer des programmes simples dans le langage C

Programmation C. Apprendre à développer des programmes simples dans le langage C Programmation C Apprendre à développer des programmes simples dans le langage C Notes de cours sont disponibles sur http://astro.u-strasbg.fr/scyon/stusm (attention les majuscules sont importantes) Modalités

Plus en détail

Pilot4IT Monitoring : Mesurez la qualité et la performance perçue de vos applications.

Pilot4IT Monitoring : Mesurez la qualité et la performance perçue de vos applications. Pilot4IT Monitoring : Mesurez la qualité et la performance perçue de vos applications. La supervision est la «surveillance du bon fonctionnement d un système ou d une activité». Elle permet de surveiller,

Plus en détail

Le programme OFFICE GSP est disponible sur le site http://www.officegsp.com.

Le programme OFFICE GSP est disponible sur le site http://www.officegsp.com. 1 1 - Installation & Mise à Jour du logiciel 1.1 Première Installation Cette procédure d installation est indispensable pour tout ordinateur n ayant jamais fait l objet d une installation du logiciel.

Plus en détail

Le langage Forth. Brique ROSE. Samuel Tardieu sam@rfc1149.net. École Nationale Supérieure des Télécommunications

Le langage Forth. Brique ROSE. Samuel Tardieu sam@rfc1149.net. École Nationale Supérieure des Télécommunications Le langage Forth Brique ROSE Samuel Tardieu sam@rfc1149.net École Nationale Supérieure des Télécommunications Samuel Tardieu (ENST) Le langage Forth 1 / 26 Qu est-ce que Forth? Langage sans syntaxe Mots

Plus en détail

PROGRAMME DE MESSAGERIE INSTANTANEE RAPPORT FINAL. Généralités Structure du code Détail de scénarios Précisions de fonctionnement

PROGRAMME DE MESSAGERIE INSTANTANEE RAPPORT FINAL. Généralités Structure du code Détail de scénarios Précisions de fonctionnement PROGRAMME DE MESSAGERIE INSTANTANEE Généralités Structure du code Détail de scénarios Précisions de fonctionnement Paul RICHIER Gautier LETAROUILLY 30/05/2012 SOMMAIRE I Contexte et généralités II Structure

Plus en détail

Sujet Projets 2 nd Semestre

Sujet Projets 2 nd Semestre Sujet Projets 2 nd Semestre Seuls les appels systèmes vus en cours sont autorisés. L usage d autres fonctions doit impérativement être validé par l enseignant. La date d ouverture pour l assignation de

Plus en détail

Introduction à l assembleur ARM: variables et accès mémoire. GIF-1001 Ordinateurs: Structure et Applications, Hiver 2015 Jean-François Lalonde

Introduction à l assembleur ARM: variables et accès mémoire. GIF-1001 Ordinateurs: Structure et Applications, Hiver 2015 Jean-François Lalonde Introduction à l assembleur ARM: variables et accès mémoire GIF-1001 Ordinateurs: Structure et Applications, Hiver 2015 Jean-François Lalonde Rappel: cycle d instructions Que fait le microprocesseur? 1.

Plus en détail

Démarrage rapide. Protection de logiciels sous MAC avec DinkeyDongle. Contact commercial : Tél. : 02 47 35 70 35 Email : com@aplika.

Démarrage rapide. Protection de logiciels sous MAC avec DinkeyDongle. Contact commercial : Tél. : 02 47 35 70 35 Email : com@aplika. Démarrage rapide Protection de logiciels sous MAC avec DinkeyDongle Contact commercial : Tél. : 02 47 35 70 35 Email : com@aplika.fr Contact Technique : Tél. : 02 47 35 53 36 Email : support@aplika.fr

Plus en détail

Représentation des nombres entiers et réels. en binaire en mémoire

Représentation des nombres entiers et réels. en binaire en mémoire L3 Mag1 Phys. fond., cours C 15-16 Rep. des nbs. en binaire 25-09-05 23 :06 :02 page 1 1 Nombres entiers 1.1 Représentation binaire Représentation des nombres entiers et réels Tout entier positif n peut

Plus en détail

1 Programmation Client/Serveur basée sur TCP/IP

1 Programmation Client/Serveur basée sur TCP/IP Outils Informatique pour l ingénieur TD 1 Réseau et Web IP, Client/serveur 1 Programmation Client/Serveur basée sur TCP/IP 1.1 Buts de cette réalisation Ce TP sur la programmation client/serveur a pour

Plus en détail

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 éducalgo Manuel d utilisation 26 juin 2011 Table des matières 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 2 Comment écrire un algorithme? 3 2.1 Avec quoi écrit-on? Avec les boutons d écriture........

Plus en détail

Gestion multi-stocks

Gestion multi-stocks Gestion multi-stocks Dans l architecture initiale du logiciel IDH-STOCK, 11 champs obligatoires sont constitués. Ces champs ne peuvent être supprimés. Ils constituent l ossature de base de la base de données

Plus en détail

Traduction des Langages : Le Compilateur Micro Java

Traduction des Langages : Le Compilateur Micro Java BARABZAN Jean-René OUAHAB Karim TUCITO David 2A IMA Traduction des Langages : Le Compilateur Micro Java µ Page 1 Introduction Le but de ce projet est d écrire en JAVA un compilateur Micro-Java générant

Plus en détail

Architecture des ordinateurs. Optimisation : pipeline. Pipeline (I) Pipeline (II) Exemple simplifié : Instructions de type R

Architecture des ordinateurs. Optimisation : pipeline. Pipeline (I) Pipeline (II) Exemple simplifié : Instructions de type R Architecture des ordinateurs Licence Informatique - Université de Provence Jean-Marc Talbot Optimisation : pipeline jtalbot@cmi.univ-mrs.fr L3 Informatique - Université de Provence () Architecture des

Plus en détail

Le mot «algorithme» vient du nom de l auteur persan Al-Khuwarizmi (né vers 780 - mort vers 850) Une définition: «un algorithme est une suite finie de

Le mot «algorithme» vient du nom de l auteur persan Al-Khuwarizmi (né vers 780 - mort vers 850) Une définition: «un algorithme est une suite finie de Le mot «algorithme» vient du nom de l auteur persan Al-Khuwarizmi (né vers 780 - mort vers 850) Une définition: «un algorithme est une suite finie de règles à appliquer dans un ordre déterminé à un nombre

Plus en détail

Chapitre 3 : Pointeurs et références

Chapitre 3 : Pointeurs et références p. 1/18 Chapitre 3 : Pointeurs et références Notion de pointeur L adresse d une variable est une valeur. On peut donc la stocker dans une variable. Un pointeur est une variable qui contient l adresse d

Plus en détail

Reproductibilité des expériences de l article "Analyse et réduction du chemin critique dans l exécution d une application"

Reproductibilité des expériences de l article Analyse et réduction du chemin critique dans l exécution d une application Reproductibilité des expériences de l article "Analyse et réduction du chemin critique dans l exécution d une application" Katarzyna Porada and David Parello and Bernard Goossens Univ. Perpignan Via Domitia,

Plus en détail

Sujet 17 : Exploitation de données financières de Google Finance en C#

Sujet 17 : Exploitation de données financières de Google Finance en C# Amsellem Ari Pour le 01/06/11 Ohayon Alexandre Gueguen Tristan Sujet 17 : Exploitation de données financières de Google Finance en C# Introduction : Il convient tout d abord de signaler que le titre de

Plus en détail

Instructions assembleur

Instructions assembleur Instructions assembleur 0001011011110110 0001011101101101 10001001 Instruction vue par le programmeur assembleur ou instruction élémentaire cible d'un compilateur Réalise une modification de l'état interne

Plus en détail

Travaux pratiques. Compression en codage de Huffman. 1.3. Organisation d un projet de programmation

Travaux pratiques. Compression en codage de Huffman. 1.3. Organisation d un projet de programmation Université de Savoie Module ETRS711 Travaux pratiques Compression en codage de Huffman 1. Organisation du projet 1.1. Objectifs Le but de ce projet est d'écrire un programme permettant de compresser des

Plus en détail

Concours de Programmation ULCO 2013

Concours de Programmation ULCO 2013 Concours de Programmation ULCO 2013 Notice d aide à l utilisation de Prog&Play 7 mars 2013 Introduction Le concours de cette année a pour cadre un jeu de stratégie temps réel, basé sur le moteur Spring,

Plus en détail

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Introduction La mémoire des ordinateurs est constituée d une multitude de petits circuits électroniques qui ne peuvent être que dans deux états : sous

Plus en détail

Les ordinateurs dispositifs électroniques fonctionnant sur la principe de création, transmission et conversion d impulses électriques

Les ordinateurs dispositifs électroniques fonctionnant sur la principe de création, transmission et conversion d impulses électriques Les ordinateurs dispositifs électroniques fonctionnant sur la principe de création, transmission et conversion d impulses électriques Les informations traitées par l ordinateur (nombres, instructions,

Plus en détail

Rappels d architecture

Rappels d architecture Assembleur Rappels d architecture Un ordinateur se compose principalement d un processeur, de mémoire. On y attache ensuite des périphériques, mais ils sont optionnels. données : disque dur, etc entrée

Plus en détail

Vous pouvez obtenir une extension nécessaire via des achats In-App dans Paramètres (bouton en haut à gauche) > Extensions.

Vous pouvez obtenir une extension nécessaire via des achats In-App dans Paramètres (bouton en haut à gauche) > Extensions. Important: La description correspond à la version de ALON Dictaphone qui comprend toutes les extensions construites. Les extensions construites sont: Partager des Notes Audio Pack Audio Avancé Sélection

Plus en détail

3 ElementsdeprogrammationJava 15 3.1 Premierspas... 15

3 ElementsdeprogrammationJava 15 3.1 Premierspas... 15 Tabledesmatières 1 IntroductionaulangageJava 1 1.1 EnvironnementJava... 1 1.1.1 Compilation... 2 1.1.2 Interprétation... 2 1.2 Programmationorientée-objet... 2 1.2.1 Classe... 3 1.2.2 Objet... 4 2 Syntaxedulangage

Plus en détail

U90 Ladder. Fonctions spéciales. Lionel Lecointe - Support technique Tel : 01.60.92.41.74 mail : lionel.lecointe@pl-systems.fr

U90 Ladder. Fonctions spéciales. Lionel Lecointe - Support technique Tel : 01.60.92.41.74 mail : lionel.lecointe@pl-systems.fr U90 Ladder Fonctions spéciales Lionel Lecointe - Support technique Tel : 01.60.92.41.74 mail : lionel.lecointe@pl-systems.fr 1 Plan du document Introductions fonctions spéciales Page 3 A*B/C Page 4 Communication

Plus en détail

Asynchronous Mailing System. Jérôme Clet-Ortega François Broquedis Dave Tapesar Stéphanie Moreaud 12 janvier 2007

Asynchronous Mailing System. Jérôme Clet-Ortega François Broquedis Dave Tapesar Stéphanie Moreaud 12 janvier 2007 Asynchronous Mailing System Jérôme Clet-Ortega François Broquedis Dave Tapesar Stéphanie Moreaud 12 janvier 2007 1 2 Objectifs Asynchronous Mailing System (AMS) doit permettre de rédiger des mails sur

Plus en détail

Arbres binaires et codage de Huffman

Arbres binaires et codage de Huffman MP Option Informatique Premier TP Caml Jeudi 8 octobre 2009 Arbres baires et codage de Huffman 1 Arbres baires Soit E un ensemble non vide. On défit la notion d arbre baire étiqueté (aux feuilles) par

Plus en détail

Manuel d utilisation du logiciel Signexpert Paraph

Manuel d utilisation du logiciel Signexpert Paraph Manuel d utilisation du logiciel Signexpert Paraph 1 Contenu Introduction... 3 Téléchargement de Signexpert Paraph... 4 Installation de Signexpert Paraph... 4 Description des différentes zones du logiciel...

Plus en détail

Internet & Réseaux. Introduction à la plateforme Mininet

Internet & Réseaux. Introduction à la plateforme Mininet Internet & Réseaux Introduction à la plateforme Mininet Dino López L objectif de ce TP est de commencer à vous familiariser avec la plateforme Mininet. Mininet est un outil qui permet de déployer un réseau,

Plus en détail

Structure d un programme

Structure d un programme Architecture des ordinateurs Cours 6 Structure d un programme 3 décembre 2012 Archi 1/30 Programme en Assembleur Archi 2/30 Sections de données programme en assembleur = fichier texte (extension.asm) organisé

Plus en détail

Exécution des instructions machine

Exécution des instructions machine Exécution des instructions machine Eduardo Sanchez EPFL Exemple: le processeur MIPS add a, b, c a = b + c type d'opération (mnémonique) destination du résultat lw a, addr opérandes sources a = mem[addr]

Plus en détail

INTRODUCTION AUX SYSTEMES D EXPLOITATION. TD2 Exclusion mutuelle / Sémaphores

INTRODUCTION AUX SYSTEMES D EXPLOITATION. TD2 Exclusion mutuelle / Sémaphores INTRODUCTION AUX SYSTEMES D EXPLOITATION TD2 Exclusion mutuelle / Sémaphores Exclusion mutuelle / Sémaphores - 0.1 - S O M M A I R E 1. GENERALITES SUR LES SEMAPHORES... 1 1.1. PRESENTATION... 1 1.2. UN

Plus en détail

PG208, Projet n 3 : Serveur HTTP évolué

PG208, Projet n 3 : Serveur HTTP évolué PG208, Projet n 3 : Serveur HTTP évolué Bertrand LE GAL, Serge BOUTER et Clément VUCHENER Filière électronique 2 eme année - Année universitaire 2011-2012 1 Introduction 1.1 Objectif du projet L objectif

Plus en détail

Projet d informatique M1BI : Compression et décompression de texte. 1 Généralités sur la compression/décompression de texte

Projet d informatique M1BI : Compression et décompression de texte. 1 Généralités sur la compression/décompression de texte Projet d informatique M1BI : Compression et décompression de texte Le but de ce projet est de coder un programme réalisant de la compression et décompression de texte. On se proposera de coder deux algorithmes

Plus en détail

ALICE Prise en main du logiciel

ALICE Prise en main du logiciel Alice : Manuel de prise en main 1/9 Introduction Alice est un programme qui permet de construire des mondes virtuels composés d objets en 3 dimensions. Ces objets respectent la logique de la programmation

Plus en détail

Evaluation et mise en place d un serveur de messages pour Chamilo 2.0

Evaluation et mise en place d un serveur de messages pour Chamilo 2.0 Evaluation et mise en place d un serveur de messages pour Chamilo 2.0 Descriptif Dans ce projet, on va montrer l évaluation et la mise en place d un serveur de message pour Chamilo. Le but est d améliorer

Plus en détail

Chap. III : Le système d exploitation

Chap. III : Le système d exploitation UMR 7030 - Université Paris 13 - Institut Galilée Cours Architecture et Système Le système d exploitation (ou O.S. de l anglais Operating System ) d un ordinateur est le programme qui permet d accéder

Plus en détail

Chapitre2 : Les composants d un ordinateur

Chapitre2 : Les composants d un ordinateur Chapitre2 : Les composants d un ordinateur A. L unité centrale L unité centrale, c est l organe principal de l ordinateur, elle renferme plusieurs composants destinés au traitement et à la circulation

Plus en détail

Fonctionnement de Windows XP Mode avec Windows Virtual PC

Fonctionnement de Windows XP Mode avec Windows Virtual PC Fonctionnement de Windows XP Mode avec Windows Virtual PC Guide pratique pour les petites entreprises Table des matières Section 1 : présentation de Windows XP Mode pour Windows 7 2 Section 2 : démarrage

Plus en détail

Introduction au Java Development Kit Et quelques instructions en Java. 1 Création des répertoires d accueil des programmes Java

Introduction au Java Development Kit Et quelques instructions en Java. 1 Création des répertoires d accueil des programmes Java HLIN406 - Janvier 2015 Le Java Development Kit offre un ensemble d outils de développement d applications Java. Pour utiliser ces outils, JDK ne propose pas d interface utilisateur, on doit donc écrire

Plus en détail

CHAPITRE 6 : Tableaux. Définition. Tableaux à une dimension (Vecteurs)

CHAPITRE 6 : Tableaux. Définition. Tableaux à une dimension (Vecteurs) Année Universitaire 2006/2007 CHAPITRE 6 : Tableaux Définition Tableaux à une dimension (Vecteurs) Déclaration ; Mémorisation M ; Tableaux à plusieurs dimensions Déclaration Tableaux à deux dimensions

Plus en détail

MANUEL DE L UTILISATEUR

MANUEL DE L UTILISATEUR MANUEL DE L UTILISATEUR TABLE DES MATIERES TABLE DES MATIERES TABLE DES MATIERES....................... 2 INTRODUCTION............................. 3 Twig PC Tools............................. 3 Présentation

Plus en détail

Philippe Gandy - 1 septembre 2015. Basésur les notes de coursde Daniel Morin et RochLeclerc

Philippe Gandy - 1 septembre 2015. Basésur les notes de coursde Daniel Morin et RochLeclerc Philippe Gandy - 1 septembre 2015 Basésur les notes de coursde Daniel Morin et RochLeclerc Présentationet lecture du plan de cours Introduction sur Java Installation d Eclipseet créationde workspace Conventions

Plus en détail

Chargement de processus Allocation contigüe Allocation fragmentée Gestion de pages. Gestion mémoire. Julien Forget

Chargement de processus Allocation contigüe Allocation fragmentée Gestion de pages. Gestion mémoire. Julien Forget Julien Forget Université Lille 1 École Polytechnique Universitaire de Lille Cité Scientifique 59655 Villeneuve d Ascq GIS 3 2011-2012 1 / 46 Rôle du gestionnaire de mémoire Le gestionnaire de mémoire a

Plus en détail

TPS 5 : Prise en main du système de Développement IMAP137L. Préparation. Objectifs : Manipulation :

TPS 5 : Prise en main du système de Développement IMAP137L. Préparation. Objectifs : Manipulation : TPS 5 : Prise en main du système de Développement IMAP137L Préparation 1. Prendre connaissance de l annexe de ce TP et revoir les pages 110-126 du cours. 2. Quels sont les principaux constituants du Système

Plus en détail

Instructions pour l installation de IBM SPSS Text Analytics for Surveys (Licence réseau)

Instructions pour l installation de IBM SPSS Text Analytics for Surveys (Licence réseau) Instructions pour l installation de IBM SPSS Text Analytics for Surveys (Licence réseau) Les instructions suivantes permettent d installer IBM SPSS Text Analytics for Surveys version 4.0.1 en utilisant

Plus en détail

édition revue et corrigée avec Java SE 7 7 1 Les bases 11 Compiler un programme Java 13 Exécuter un programme Java 14 Définir le chemin de classe 15

édition revue et corrigée avec Java SE 7 7 1 Les bases 11 Compiler un programme Java 13 Exécuter un programme Java 14 Définir le chemin de classe 15 Table des matières Au sujet de l auteur 1 Introduction 3 édition revue et corrigée avec Java SE 7 7 1 Les bases 11 Compiler un programme Java 13 Exécuter un programme Java 14 Définir le chemin de classe

Plus en détail

Ordinateurs, Structure et Applications

Ordinateurs, Structure et Applications Ordinateurs, Structure et Applications Cours 13, Le DOS Etienne Tremblay Université Laval, Hiver 2011 Cours 13, p.1 Le DOS DOS signifie Disk Operating System Le DOS est un système d exploitation. Il existe

Plus en détail

Manuel d installation et d utilisation du logiciel GigaRunner

Manuel d installation et d utilisation du logiciel GigaRunner Manuel d installation et d utilisation du logiciel GigaRunner Manuel Version : V1.6 du 12 juillet 2011 Pour plus d informations, vous pouvez consulter notre site web : www.gigarunner.com Table des matières

Plus en détail

Le fichier séquentiel [fs]

Le fichier séquentiel [fs] Le fichier séquentiel [fs] Karine Zampieri, Stéphane Rivière, Béatrice Amerein-Soltner Unisciel algoprog Version 17 avril 2015 Table des matières 1 Présentation 2 2 Exploitation d un document 3 3 Primitives

Plus en détail

5.2. Introduction à la programmation en assembleur et en langage machine

5.2. Introduction à la programmation en assembleur et en langage machine 5. Couche conventionnelle. Introduction à la programmation en assembleur et en langage machine. Instructions - types, formats, champs; types d'adressage et utilisation des registres. Branchements, sauts

Plus en détail

LOGICIEL : SUPERVISEUR GEN32

LOGICIEL : SUPERVISEUR GEN32 LOGICIEL : SUPERVISEUR GEN32 Version 2 Manuel d utilisation Manuel d utilisation 1 Table des Matières I. Installation Gen32 3 II. III. IV. Premier démarrage du logiciel.3 1) Code d accès.3 2) Identification

Plus en détail

Architecture des Ordinateurs et Systèmes d Exploitation

Architecture des Ordinateurs et Systèmes d Exploitation Architecture des Ordinateurs et Systèmes d Exploitation Cours n 5 Le langage assembleur (2): Pile, Procédures. Les Interruptions 3ème année L assembleur 8086 : la pile = structure de «rangement» de données

Plus en détail

ÉPREUVE FACULTATIVE D INFORMATIQUE. Codage cyclique

ÉPREUVE FACULTATIVE D INFORMATIQUE. Codage cyclique ÉCOLE POLYTECHNIQUE CONCOURS D ADMISSION 2003 FILIÈRES PSI ET PT ÉPREUVE FACULTATIVE D INFORMATIQUE (Durée : 2 heures) L utilisation des calculatrices n est pas autorisée pour cette épreuve. Avertissements

Plus en détail

Machines composées de (depuis 1940 env.) : http://cui.unige.ch/isi/cours/std/

Machines composées de (depuis 1940 env.) : http://cui.unige.ch/isi/cours/std/ données pr ogramme 11111101 11001101 01000101 b us disque ma gnétique processeur écran Structures de données et algorithmes Ordinateurs Gilles Falquet, printemps-été 2002 Machines composées de (depuis

Plus en détail

Programmation avancée en C

Programmation avancée en C Département Informatique Nom : Prénom : Année scolaire : 2007 2008 Date : 23 juin 2008 Module INF446 Session de juin Programmation avancée en C Contrôle de connaissance 1 de 45 minutes ÅERCI de répondre

Plus en détail

%DUELHU)UpGpULF*, /RXUG5RGROSKH*, (',7,21&2//$%25$7,9( 5$33257

%DUELHU)UpGpULF*, /RXUG5RGROSKH*, (',7,21&2//$%25$7,9( 5$33257 %DUELHU)UpGpULF*, /RXUG5RGROSKH*, (',7,21&2//$%25$7,9( 5$33257 6200$,5( 1. Cahier des charges...3 a. Création...3 b. Ouverture...3 c. Modification...3 d. Fermeture...3 e. Schéma de l'interface...4 2. Spécifications...5

Plus en détail