RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE D EXAMEN ET DE TRAITEMENT DES PLAINTES FORMULÉES PAR LES ÉLÈVES OU LEURS PARENTS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE D EXAMEN ET DE TRAITEMENT DES PLAINTES FORMULÉES PAR LES ÉLÈVES OU LEURS PARENTS"

Transcription

1 RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE D EXAMEN ET DE TRAITEMENT DES PLAINTES FORMULÉES PAR LES ÉLÈVES OU LEURS PARENTS 10 juin

2 PARTIE 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES 1. Objet du règlement Le présent règlement détermine le processus à suivre pour la mise en œuvre de la procédure d examen des plaintes établie par la Commission scolaire en vue d assurer la protection des droits des élèves ou de leurs parents. 2. Cadre légal d application Le présent Règlement est établi en vertu de l article de la Loi sur l instruction publique (L.R.Q., c. I-13.3), conformément au Règlement sur la procédure d examen des plaintes établie par une commission scolaire adopté par le ministre de l Éducation (arrêté numéro AM (6 janvier 2010). 3. Définitions Dans le présent règlement on entend par : a) «intéressé» : toute personne ou instance impliquée directement ou indirectement dans les services visés par la plainte; b) «plaignant» : l élève ou ses parents; c) «plainte» : signification du mécontentement d un ou de plusieurs élèves ou des parents quant aux services dispensés, reçus ou offerts, ou sur l application d un encadrement, d un règlement, d une procédure, d un usage ou d une pratique. d) «Protecteur de l élève» : personne désignée par le Conseil des commissaires et relevant dudit Conseil pour recevoir, traiter et intervenir sur toute plainte conformément aux dispositions du présent Règlement, de la Loi sur l instruction publique et du Règlement du Ministre de l Éducation. e) «Responsables de l examen des plaintes» : personnes désignées par la Commission scolaire pour recevoir et examiner les plaintes; (ci-après appelé «Le Responsable») f) «services» : ensemble des prestations de la Commission scolaire envers les élèves. -2-

3 PARTIE II RESPONSABLE DE L EXAMEN DES PLAINTES SECTION I : GÉNÉRALITÉS 4. Fonctions Le Responsable veille au respect des droits des élèves et de leurs parents et du traitement diligent de leur plainte. 5. Conflits d intérêts Le Responsable doit révéler tout conflit d intérêts réel ou apparent. En particulier s il a, lui ou ses proches, un lien personnel ou d affaires avec les personnes concernées par l objet de la plainte autre que le lien d emploi avec la Commission scolaire. SECTION II : FORMULATION ET RÉCEPTION DE LA PLAINTE PRÉALABLE Le plaignant tente de résoudre son différend avec l auteur de la décision, de l action ou de l omission ou le supérieur hiérarchique de celui-ci, au niveau de l unité administrative (service ou établissement) concernée. Le plaignant qui remet en cause une décision rendue concernant un élève, doit amorcer sa plainte en adressant une demande de révision, au sens des articles 9 à 12, LIP. En pareil cas, le secrétaire général prête assistance, pour la formulation de la demande, à l élève ou à ses parents qui le requièrent. Par ailleurs, au stade de la conciliation administrative de la demande de révision, il demande au directeur général adjoint, duquel relève l établissement ou le service, d analyser sommairement le dossier, avec le Responsable, afin de considérer la possibilité de concilier administrativement la demande. -3-

4 6. Dépôt d une plainte Une plainte peut être formulée verbalement ou par écrit. Plainte écrite : Dans le cas d une plainte écrite, le plaignant doit : - fournir ses noms, prénoms et numéro de téléphone et, le cas échéant, le nom de l élève et son code permanent; - exposer sommairement les faits qui justifient sa demande, ainsi que les circonstances de temps et lieu de l action ou de l omission qui la fonde; - fournir tout renseignement ou document qu il juge utile au traitement de sa plainte. Plainte verbale : Une plainte verbale doit permettre au Responsable qui la reçoit d obtenir du plaignant toute l information nécessaire à l examen de sa plainte. Le Responsable qui reçoit la plainte prête assistance au plaignant dans la formulation de sa plainte ou dans toute démarche s y rapportant. Le Responsable qui reçoit la plainte verbale la consigne par écrit. Le Responsable qui reçoit une plainte verbale doit informer le plaignant de la possibilité de faire une plainte écrite et que seule une plainte écrite peut faire l objet d une réponse écrite. Généralités : Le Responsable qui reçoit une plainte doit vérifier l identité du plaignant par tous moyens appropriés. Le Responsable prend les moyens nécessaires pour que les renseignements relatifs à une plainte soient portés à la connaissance des intéressés. 7. Accompagnement Le Responsable qui reçoit une plainte, informe le plaignant qu il peut être accompagné par la personne de son choix à toute étape de la procédure d examen de sa plainte. -4-

5 8. Confidentialité Le dossier d une plainte d un élève ou de ses parents est confidentiel et seules les personnes autorisées par la loi peuvent y avoir accès. La Commission scolaire doit informer les personnes impliquées dans l examen d une plainte que la démarche du plaignant est confidentielle. SECTION III EXAMEN DES PLAINTES 9. Recevabilité de la plainte Le Responsable qui reçoit une plainte, apprécie la recevabilité de la plainte en s assurant que celle-ci est formulée par un élève ou ses parents et qu elle porte sur les services offerts par la Commission scolaire. 10. Recherche d information Au début du processus d examen d une plainte, le Responsable transmet un avis de réception à la personne ou l instance faisant l objet de celle-ci et l invite à présenter ses observations par écrit. Le Responsable communique au plaignant l information reçue et lui permet de présenter ses propres observations. 11. Conciliation Le Responsable qui reçoit une plainte, peut inviter le plaignant à rencontrer les intéressés faisant l objet de la plainte afin que les deux parties puissent s entendre entre elles pour régler le différend qui les opposent. Si une rencontre entre les parties s avère impossible ou ne donne pas lieu à un règlement dans un délai raisonnable, le Responsable poursuit l examen de la plainte. 12. Bien-fondé de la plainte Après l examen de la plainte, le Responsable de l examen des plaintes détermine le bien-fondé ou non de la plainte. Une plainte est fondée si elle permet raisonnablement de constater, selon l ensemble des informations recueillies, que les droits du plaignant n ont pas été respectés en regard des services offerts, donnés ou reçus. -5-

6 13. Communication du résultat de l examen Dans les trente (30) jours de la réception de la plainte, le Responsable transmet au plaignant et à l intéressé le résultat de l examen de la plainte et informe le plaignant du recours qu il peut exercer auprès du protecteur de l élève s il est insatisfait de l examen de sa plainte ou du résultat de cet examen ainsi que des moyens pour mettre en œuvre les mesures correctives envisagées. À cet effet, dans le cas d une plainte écrite, le Responsable envoie au plaignant un avis écrit lui rappelant sont droit de faire appel au Protecteur de l élève. 14. Mesures correctives Si le Responsable considère la plainte fondée, il invite l intéressé à apporter les mesures correctives proposées. Si l intéressé n apporte pas les mesures correctives proposées dans les quinze (15) jours suivant la transmission de ces mesures, le Responsable en avise le plaignant afin qu il puisse exercer son recours auprès du protecteur de l élève. Prorogation des délais Les délais prévus aux articles 13 et 14 se trouvent proroger d une période équivalente aux semaines de fermeture obligatoire de la Commission scolaire, l été, et au congé des fêtes. SECTION III LE PROTECTEUR DE L ÉLÈVE 15. Intervention Le Protecteur de l élève intervient à la demande du plaignant s il est insatisfait de l examen de sa plainte ou du résultat de cet examen ainsi que des moyens pour mettre en œuvre les mesures correctives envisagées. Le plaignant informe le Protecteur de l élève des raisons justifiant son intervention. Le Protecteur de l élève peut également se saisir d une plainte à toute étape de la procédure d examen de la plainte lorsqu il estime que son intervention est nécessaire afin d éviter que le plaignant ne subisse un préjudice. -6-

7 16. Recevabilité Le Protecteur de l élève qui reçoit une plainte, apprécie la recevabilité de la plainte, en s assurant que celle-ci est formulée par un élève ou ses parents et qu elle porte sur les services offerts par la Commission scolaire. 17. Recherche d information Le Protecteur de l élève prend connaissance du dossier du plaignant et communique avec l intéressé afin qu il présente ses observations. Le Protecteur de l élève communique au plaignant l information reçue et lui permet de présenter ses propres observations. 18. Bien-fondé de la plainte Après analyse du dossier, le Protecteur de l élève détermine si la plainte est fondée ou non. Une plainte est fondée lorsqu elle permet raisonnablement de constater, selon l ensemble des informations recueillies, que les droits du plaignant n ont pas été respectés en regard des services offerts par la Commission scolaire. 19. Communication de l avis Dans les trente (30) jours de la réception de la plainte du plaignant, le Protecteur de l élève donne au Conseil des commissaires son avis sur le bien-fondé de la plainte et, le cas échéant, lui propose les correctifs qu il juge appropriés. Le Protecteur de l élève transmet son avis dans le même délai au plaignant, à l intéressé ainsi qu au Responsable de l examen des plaintes. 20. Suivi aux recommandations Le Conseil des commissaires informe le plaignant, le Protecteur de l élève, le Responsable de l examen des plaintes ainsi que l intéressé des suites qu il entend donner aux correctifs proposés par le Protecteur de l élève. -7-

8 21. Rejet d une plainte À toute étape de la procédure d examen de la plainte, le Protecteur de l élève peut, sur examen sommaire, rejeter une plainte qu il juge frivole, vexatoire ou faite de mauvaise foi. Le Protecteur de l élève en informe le plaignant, l intéressé ainsi que le responsable. 22. Interruption de l examen d une plainte Le Protecteur de l élève peut refuser ou cesser d examiner une plainte s il a des motifs raisonnables de croire que son intervention n est manifestement pas utile ou si le délai écoulé entre le déroulement des événements qui ont engendré l insatisfaction du plaignant et le dépôt de la plainte rend son examen impossible. Le Protecteur de l élève doit refuser ou cesser d examiner une plainte dès qu il constate ou qu il est informé que la plainte concerne une faute grave commise par un enseignant à l occasion de l exercice de ses fonctions ou un acte dérogatoire à l honneur ou à la dignité de la fonction enseignante, dont le ministre est saisi en vertu de l article 26 de la Loi sur l instruction publique (L.R.Q., c. I-13.3). Le Protecteur de l élève en informe le plaignant, l intéressé ainsi que le Responsable de l examen des plaintes. 23. Services administratifs Dans l exercice de ses fonctions, le Protecteur de l élève peut consulter tout membre du personnel de la Commission scolaire dont il juge l expertise nécessaire. Il doit en informer le supérieur de ce membre du personnel. Avec l autorisation du Conseil des commissaires, il peut avoir recours à un expert externe. PARTIE III DISPOSITIONS FINALES 24. Mesures de représailles La Commission scolaire doit s assurer qu aucune mesure de représailles, de quelque nature que ce soit, n est exercée contre un plaignant ou une personne ayant exercé ses droits en vertu du présent règlement. -8-

9 25. Cumul des recours Le recours en révision prévu aux articles 9 à 12 de la Loi sur l instruction publique (L.R.Q., c. I-13.3) et la procédure d examen des plaintes sont deux recours distincts que peuvent exercer un élève ou ses parents. L exercice du recours en révision peut donner ouverture à l intervention du Protecteur de l élève dans le seul cas où l élève ou ses parents ne sont pas satisfaits du déroulement du processus de révision de décision par le Conseil des commissaires. Le Protecteur de l élève doit s assurer que le plaignant qui demande son intervention s est prévalu et a épuisé les autres recours internes à sa disposition. Le Protecteur de l élève peur refuser d intervenir lorsqu à son avis le plaignant ne s est pas prévalu et n a pas épuisé, au préalable, tels recours internes. En aucun cas, l élève ou ses parents peuvent exercer plus d une fois le recours en révision et la procédure d examen des plaintes pour la même situation, le même événement ou la même décision. 26. Rapport Au plus tard, à la date fixée par le Conseil des commissaires, le Responsable de l examen des plaintes et le Protecteur de l élève préparent un rapport de leurs activités. La Commission scolaire rend compte à la population de l application de la procédure d examen des plaintes dans son rapport annuel. 27. Entrée en vigueur Le présent Règlement entre en vigueur le jour de la publication d un avis public de son adoption par le Conseil des commissaires. -9-

Note : le masculin inclut le féminin et est utilisé dans le seul but d alléger le texte.

Note : le masculin inclut le féminin et est utilisé dans le seul but d alléger le texte. VERSION OFFICIELLE RÈGLEMENT NO 8-2010 CONCERNANT LE TRAITEMENT DES PLAINTES D ÉLÈVES OU DE PARENTS D ÉLÈVES ET CONCERNANT LE PROTECTEUR DE L ÉLÈVE Adopté le 6 avril 2010 Service du secrétariat général

Plus en détail

RÈGLEMENT 32. Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec. concernant

RÈGLEMENT 32. Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec. concernant RÈGLEMENT 32 Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec concernant La procédure d examen des plaintes des usagers Règlement adopté par le conseil d administration,

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE D EXAMEN

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE D EXAMEN RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE D EXAMEN DES PLAINTES DES USAGERS Adopté par le conseil d administration, le 17 septembre 2002 Document préparé par : Le commissaire local aux plaintes et à la qualité des services

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE ROUYN-NORANDA POLITIQUE POUR UN MILIEU DE TRAVAIL EXEMPT DE HARCÈLEMENT ET DE VIOLENCE

COMMISSION SCOLAIRE DE ROUYN-NORANDA POLITIQUE POUR UN MILIEU DE TRAVAIL EXEMPT DE HARCÈLEMENT ET DE VIOLENCE COMMISSION SCOLAIRE DE ROUYN-NORANDA Note explicative (s il y a lieu) Code : P - 39 - RH Rés : CC-0999 Date : 19 décembre 2005 Page : 1 de 9 POLITIQUE POUR UN MILIEU DE TRAVAIL EXEMPT DE HARCÈLEMENT ET

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE D EXAMEN DES PLAINTES DES USAGERS DU CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE D EXAMEN DES PLAINTES DES USAGERS DU CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE D EXAMEN DES PLAINTES DES USAGERS DU CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE QUÉBEC Adopté par le conseil d administration le 11 décembre 2006. Modifié par le conseil d administration

Plus en détail

Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique

Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique Adoptée par le Conseil d administration Le 6 décembre 2011 1. PRINCIPES ET VALEURS Le Cégep de Saint-Jérôme

Plus en détail

PROCÉDURE INTERNE DE GESTION DES PLAINTES RELATIVES AUX SERVICES OFFERTS PAR L INSTITUT

PROCÉDURE INTERNE DE GESTION DES PLAINTES RELATIVES AUX SERVICES OFFERTS PAR L INSTITUT PROCÉDURE INTERNE DE GESTION DES PLAINTES RELATIVES AUX SERVICES OFFERTS PAR L INSTITUT INSTITUT DE TECHNOLOGIE AGROALIMENTAIRE Campus de La Pocatière Campus de Saint-Hyacinthe DIRECTION GÉNÉRALE 5 FÉVRIER

Plus en détail

Politiques et Pratiques Harcèlement en milieu de travail

Politiques et Pratiques Harcèlement en milieu de travail Politiques et Pratiques Harcèlement en milieu de travail OBJECTIFS L objectif de la présente politique est de maintenir un environnement de travail qui repose sur la confiance et le respect, et d affirmer

Plus en détail

Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement

Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement Adoptée : Le 1 er janvier 2005 1. Préambule HEC Montréal reconnaît le droit de tout membre de la communauté

Plus en détail

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014.

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014. L Ombudsman des Assurances intervient si un problème persiste lorsque le demandeur n a pas obtenu de réponse satisfaisante à sa demande de la part de l entreprise d assurances ou de l intermédiaire d assurances.

Plus en détail

Formation destinée aux nouveaux membres des conseils d établissement. Commission scolaire de Sorel-Tracy Le mercredi 15 octobre 2014

Formation destinée aux nouveaux membres des conseils d établissement. Commission scolaire de Sorel-Tracy Le mercredi 15 octobre 2014 Formation destinée aux nouveaux membres des conseils d établissement Commission scolaire de Sorel-Tracy Le mercredi 15 octobre 2014 1 Contenu de la formation Le CÉ au sein du monde scolaire Le cadre juridique

Plus en détail

Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04

Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04 Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04 Introduction Conformément à sa mission qui est de se consacrer au développement de ses étudiants dans la perspective

Plus en détail

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES Numéro du document : 0903-07 Adoptée par la résolution : 60 0903 En date du : 2 septembre 2003 Modifiée par la résolution : En date du

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE HARCÈLEMENT

POLITIQUE SUR LE HARCÈLEMENT Mise à jour : 2011-09-14 POLITIQUE SUR LE HARCÈLEMENT Afin d'alléger le texte du présent document, le masculin sert à désigner, lorsque le contexte s'y prête, aussi bien les hommes que les femmes. POLITIQUE

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR L INTÉGRITÉ DANS LA RECHERCHE

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR L INTÉGRITÉ DANS LA RECHERCHE Direction générale POLITIQUE N O 15 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR L INTÉGRITÉ DANS LA RECHERCHE Adoptée le 9 juin 2015 cegepdrummond.ca Adoptée au conseil d administration : 9 juin 2015 (CA-2015-06-09-12)

Plus en détail

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT Le CHSCT Un comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) doit être constitué dans tout établissement de cinquante salariés et plus (art. L4611-1 du code du travail). A défaut de CHSCT

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE HARCÈLEMENT AU TRAVAIL SOCIÉTÉ AGIL obnl

POLITIQUE SUR LE HARCÈLEMENT AU TRAVAIL SOCIÉTÉ AGIL obnl G aménagement - gestion - innovation - legs SOCIÉTÉ OBNL POLITIQUE SUR LE HARCÈLEMENT AU TRAVAIL SOCIÉTÉ AGIL obnl Cette Politique sur le harcèlement au travail résulte de la révision et de l actualisation

Plus en détail

Politique de scolarisation à la maison

Politique de scolarisation à la maison Code : 2521-02-12-01 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE Politique de scolarisation à la maison Date d approbation : 12 juin 2012 Service dispensateur : Date d entrée en vigueur : 13 juin 2012 Services

Plus en détail

LE RôLE ET LEs services du syndic

LE RôLE ET LEs services du syndic Le Rôle et les services du syndic La présente brochure a pour seul objectif de donner de l information sur le rôle et les services du syndic de l Ordre des comptables agréés du Québec. Elle ne vise pas

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE

POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE Référer à la : SECTION I PRÉAMBULE Préambule 1. La Politique d intégrité en recherche (ci-après appelée la «présente politique») découle de la Politique institutionnelle

Plus en détail

Taxes à la consommation

Taxes à la consommation BULLETIN D INTERPRÉTATION ET DES PRATIQUES ADMINISTRATIVES CONCERNANT LES LOIS ET LES RÈGLEMENTS Taxes à la consommation LAF. 36-1/R1 Prorogation de délais Publication : 29 décembre 2011 Renvoi(s) : Loi

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau. Politique pour contrer le harcèlement

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau. Politique pour contrer le harcèlement Centre de la petite enfance Le Petit Réseau Politique pour contrer le harcèlement Février 2008 2 A- Énoncé et application L objectif premier de cette politique est de consacrer notre souci de prévenir

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES COMMISSAIRES

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES COMMISSAIRES CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES COMMISSAIRES 1. CHAMP D APPLICATION Le présent code d éthique et de déontologie s applique à tout commissaire au sens de la Loi sur l instruction publique. Il s applique

Plus en détail

Le congé de représentation

Le congé de représentation MINISTERE DE LA JUSTICE Direction de la Protection Judiciaire de la Jeunesse Le congé de représentation Guide du congé de représentation des fonctionnaires et des agents non titulaires de la direction

Plus en détail

POLITIQUE POUR PRÉVENIR ET CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL ET PROMOUVOIR LA CIVILITÉ

POLITIQUE POUR PRÉVENIR ET CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL ET PROMOUVOIR LA CIVILITÉ POLITIQUE POUR PRÉVENIR ET CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL ET PROMOUVOIR LA CIVILITÉ Préambule Tous nos employés ont le droit d être traités avec intégrité, respect et dignité dans leur

Plus en détail

Relatif aux contrats d approvisionnement, de services et de travaux de construction

Relatif aux contrats d approvisionnement, de services et de travaux de construction Règlement no 14 Relatif aux contrats d approvisionnement, de services et de travaux de construction 10.06.16.16 14.06.11.05 Article 1 Dispositions générales 1.1 Le Cégep a la responsabilité d acquérir

Plus en détail

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration POLITIQUE DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : APPROUVÉ PAR : 2013-12-10 Conseil d administration DERNIÈRE MISE À JOUR : f 2013-12-10 DATE D ABROGATION : AAAA-MM-JJ Politique de gestion des

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU CENTRE UNIVERSITAIRE DE SANTÉ MCGILL

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU CENTRE UNIVERSITAIRE DE SANTÉ MCGILL CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU CENTRE UNIVERSITAIRE DE SANTÉ MCGILL Objet Le présent document a pour objet d établir, conformément à la législation applicable,

Plus en détail

Adoptée : En vigueur : Amendement :

Adoptée : En vigueur : Amendement : SCOLARISATION À LA MAISON Adoptée : En vigueur : Amendement : 9 novembre 2010 (CC-2010-463) 9 novembre 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES.. 3 1.1 Objet et but de la politique 3 1.2 Champ

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES Recueil de gestion POLITIQUE Code : 2222-00-10 Nombre de pages : 13 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES Adoptée par le Conseil d administration le 23 novembre 1994 (CA-2069) Amendée

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D ARBITRAGE DES COMPTES DES MEMBRES DE L ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D ARBITRAGE DES COMPTES DES MEMBRES DE L ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D ARBITRAGE DES COMPTES DES MEMBRES DE L ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC SECTION I CONCILIATION Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 88; 1994,

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE (ADM-2116)

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE (ADM-2116) POLITIQUE ADMINISTRATIVE OBJET DE LA POLITIQUE : POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE (ADM-2116) DATE D'ENTRÉE EN VIGUEUR : 2011-01-01 (résolution n o C.M. 2010-7083-00 du conseil municipal du 20 décembre

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION Les règles du comité de vérification qui suivent ont été mises à jour en juin 2009 après un examen annuel de toutes les règles des comités du conseil. I. OBJET Le comité

Plus en détail

Violence au travail Un organisme national

Violence au travail Un organisme national Violence au travail Un organisme national Violence au travail : prévention, protocoles et sanctions Politique La Société s engage à offrir un milieu de travail sécuritaire. Elle reconnaît que la violence

Plus en détail

Les procédures de prise de décision au niveau européen

Les procédures de prise de décision au niveau européen Les procédures de prise de décision au niveau européen Introduction L Union européenne s est édifiée suivant un modèle original et unique dans l Histoire, au centre duquel se trouvent trois institutions

Plus en détail

Formule de plainte relative à une demande d accès ou de rectification

Formule de plainte relative à une demande d accès ou de rectification Formule de plainte relative à une demande d accès ou de rectification Plainte déposée conformément à la Loi sur la protection des renseignements personnels sur la santé (LPRPS) Rem. : Dans la LPRPS, une

Plus en détail

Code d éthique et de déontologie des membres du Comité de retraite du Régime de retraite de la Corporation de l École Polytechnique

Code d éthique et de déontologie des membres du Comité de retraite du Régime de retraite de la Corporation de l École Polytechnique Code d éthique et de déontologie des membres du Comité de retraite du Régime de retraite de la Corporation de l École Polytechnique Adopté par le Comité de retraite du Régime de retraite de la Corporation

Plus en détail

Politique en matière de harcèlement psychologique au travail

Politique en matière de harcèlement psychologique au travail Politique en matière de harcèlement psychologique au travail Projet déposé au conseil d administration Lors de sa séance du 3 juillet 2014 Gatineau (Québec) 1. OBJECTIFS La présente politique vise à instaurer

Plus en détail

Arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et au fonctionnement des comités pour la prévention et la protection au travail (M.B. 10.7.

Arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et au fonctionnement des comités pour la prévention et la protection au travail (M.B. 10.7. Arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et au fonctionnement des comités pour la prévention et la protection au travail (M.B. 10.7.1999) Modifié par: (1) arrêté royal du 10 août 2001 modifiant

Plus en détail

Volume 781 Page 150. Sont aussi présents: - M. Serge Lamontagne, directeur général; - Me Chantal Sainte-Marie, greffière adjointe.

Volume 781 Page 150. Sont aussi présents: - M. Serge Lamontagne, directeur général; - Me Chantal Sainte-Marie, greffière adjointe. Page 150 PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAVAL PROCÈS-VERBAL D UNE SÉANCE DU COMITÉ EXÉCUTIF DE LA VILLE DE LAVAL tenue à huis clos le lundi 10 mars 2014 à 9:10 heures à l hôtel de ville, 1 Place du Souvenir,

Plus en détail

Code de droit économique. Livre XVI

Code de droit économique. Livre XVI Code de droit économique Livre XVI Table des matières LIVRE XVI Règlement extrajudiciaire des litiges de consommation... 3 TITRE 1er. - Disposition générale... 3 TITRE 2. - Le traitement des plaintes par

Plus en détail

Règlement intérieur. Commission du régime de retraite des employés manuels de la Ville de Montréal

Règlement intérieur. Commission du régime de retraite des employés manuels de la Ville de Montréal Commission du régime de retraite des employés manuels de la Ville de Montréal Approuvé le 4 juin 2008 (MA-060-036) Modifié le 22 octobre 2008 (MA-062-031) Commission du régime de retraite des employés

Plus en détail

Plaintes et procédures d enquête dans le secteur immobilier

Plaintes et procédures d enquête dans le secteur immobilier Plaintes et procédures d enquête dans le secteur immobilier Condominiums Immobilier rural Immobilier commercial Ventes de maisons neuves Gestion immobilière Immobilier résidentiel Division de l immobilier

Plus en détail

Charte des droits de l étudiant

Charte des droits de l étudiant Charte des droits de l étudiant Revisée : Sénat 21 janvier 2009 Résolution 3 L historique complet en fin de document. PARTIE I : DROITS ET LIBERTÉS FONDAMENTAUX 1 Chaque étudiant jouit à l Université de

Plus en détail

Directive relative à la protection contre le harcèlement sexuel sur le lieu de travail au Département fédéral des affaires étrangères

Directive relative à la protection contre le harcèlement sexuel sur le lieu de travail au Département fédéral des affaires étrangères DFAE 00-6-0 Directive relative à la protection contre le harcèlement sexuel sur le lieu de travail au Département fédéral des affaires étrangères du septembre 0 vu la Loi du mars 000 sur le personnel de

Plus en détail

PRÉVENIR LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX AU TRAVAIL

PRÉVENIR LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX AU TRAVAIL PRÉVENIR LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX AU TRAVAIL Réglementation applicable au 1.09.2014 Plan 2 Aperçu des principales modifications de la réglementation Principes de base de la nouvelle réglementation Analyse

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D'ARBITRAGE DES COMPTES DES SEXOLOGUES

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D'ARBITRAGE DES COMPTES DES SEXOLOGUES RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D'ARBITRAGE DES COMPTES DES SEXOLOGUES NOTE IMPORTANTE Conformément à l alinéa 1 de l article 12 des Lettres patentes constituant l Ordre professionnel des

Plus en détail

Décret en date du 8 avril 2008 portant application de la loi n 2008-08 du 25 janvier 2008 sur la protection des données à caractère personnel

Décret en date du 8 avril 2008 portant application de la loi n 2008-08 du 25 janvier 2008 sur la protection des données à caractère personnel 8-4-2008 - Décret portant application de la loi n 2008-08 sur la protection des données à caractère personnel 1 République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Décret en date du 8 avril 2008 portant application

Plus en détail

Loi sur l Agence nationale d encadrement du secteur financier

Loi sur l Agence nationale d encadrement du secteur financier DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 107 (2002, chapitre 45) Loi sur l Agence nationale d encadrement du secteur financier Présenté le 8 mai 2002 Principe adopté le 6 juin 2002

Plus en détail

Ombudsman des banques suisses

Ombudsman des banques suisses Ombudsman des banques suisses La procédure en bref Résumé de la procédure de médiation INSTANCE D INFORMATION ET DE MÉDIATION NEUTRE L Ombudsman des banques suisses est un médiateur neutre qui examine

Plus en détail

Objet : Mise en œuvre du compte épargne temps au ministère de l agriculture, de l alimentation, de la pêche et des affaires rurales

Objet : Mise en œuvre du compte épargne temps au ministère de l agriculture, de l alimentation, de la pêche et des affaires rurales MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES Direction générale de l administration Sous-direction du développement professionnel et des relations sociales Bureau

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e SECTEUR DES ASSURANCES

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e SECTEUR DES ASSURANCES MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1831 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 103 21 juillet 2005 S o m m a i r e SECTEUR DES ASSURANCES Loi du

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 02 45. Date : Le 22 novembre 2006. Commissaire : M e Christiane Constant.

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 02 45. Date : Le 22 novembre 2006. Commissaire : M e Christiane Constant. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 02 45 Date : Le 22 novembre 2006 Commissaire : M e Christiane Constant X -et- Y Demandeurs c. VISA DESJARDINS Entreprise DÉCISION LE LITIGE DEMANDE

Plus en détail

Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11)

Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11) DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11) Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection

Plus en détail

DIRECTION CENTRALE DU SERVICE DE SANTÉ DES ARMÉES : sous-direction ressources humaines ; bureau enseignement.

DIRECTION CENTRALE DU SERVICE DE SANTÉ DES ARMÉES : sous-direction ressources humaines ; bureau enseignement. DIRECTION CENTRALE DU SERVICE DE SANTÉ DES ARMÉES : sous-direction ressources humaines ; bureau enseignement. INSTRUCTION N 20280/DEF/DCSSA/RH/ENS/2 relative à l attribution des brevets élémentaire et

Plus en détail

Comment obtenir des réponses à vos questions? Écoles catholiques

Comment obtenir des réponses à vos questions? Écoles catholiques Comment obtenir des réponses à vos questions? Écoles catholiques Objectifs Permettre aux participants d apprendre : Comment obtenir des réponses le plus rapidement possible. Qui prend les décisions. Quelles

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 310) CHAPITRE I DÉFINITION, OBJET ET CHAMP

Plus en détail

Loi n 46-942 du 7 mai 1946 instituant l Ordre des géomètres-experts

Loi n 46-942 du 7 mai 1946 instituant l Ordre des géomètres-experts Loi n 46-942 du 7 mai 1946 instituant l Ordre des géomètres-experts Modifiée par la loi n 85-704 du 12 juillet 1985, par la loi n 85-1408 du 30 décembre 1985, par la loi n 87-998 du 15 décembre 1987, par

Plus en détail

Politique et procédures en matière de harcèlement sexuel

Politique et procédures en matière de harcèlement sexuel CIRCULAIRE N O 543(REV.1) HRD Série: 6 Distribution A 1 29 septembre 2004 Politique et procédures en matière de harcèlement sexuel 1. Selon la politique du Bureau, chacun a le droit d être traité avec

Plus en détail

GUIDE DE COURTOISIE PROFESSIONNELLE

GUIDE DE COURTOISIE PROFESSIONNELLE GUIDE DE COURTOISIE PROFESSIONNELLE et Procédure informelle pour la réception et le traitement des manquements au Guide de courtoisie professionnelle Table des matières Introduction 1 Guide de courtoisie

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire

Plus en détail

POLITIQUE CONTRE LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE GARDERIE TOUT-EN-JEUX

POLITIQUE CONTRE LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE GARDERIE TOUT-EN-JEUX POLITIQUE CONTRE LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE GARDERIE TOUT-EN-JEUX Approuvée par le comité de parents lors de la réunion du 15 octobre 2013 1 - Objet : L'objectif premier de cette politique est de prévenir

Plus en détail

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le Conseil d Administration du 29 juillet 2014 TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le Conseil d administration de TOTAL S.A. 1, a arrêté le présent Règlement intérieur.

Plus en détail

Procédure type 1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES

Procédure type 1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES Procédure type Procédure à appliquer pour chaque travailleur qui s estime victime de violence, de harcèlement moral ou sexuel au travail, à reprendre dans le règlement de travail 1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES

Plus en détail

OBJET : Politique sur la prévention et la gestion des conflits, du harcèlement et de la violence en milieu de travail

OBJET : Politique sur la prévention et la gestion des conflits, du harcèlement et de la violence en milieu de travail Page 1 sur 21 A.GÉNÉRALITÉS ET RESPONSABILITÉS 1. ÉNONCÉ DE LA POLITIQUE La présente politique reflète les valeurs que le conseil d administration et la direction générale du Centre de santé et de services

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES PLAINTES

POLITIQUE DE GESTION DES PLAINTES POLITIQUE DE GESTION DES PLAINTES Novembre 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. La politique sur la gestion des plaintes... 4 1.1 Préambule... 4 1.2 Objectif... 4 1.3 Définitions... 4 1.4 Champ d application de

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL

POLITIQUE SUR LE HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL Approuvée par le conseil d administration de la SADC le 7 décembre 2005 Modifiée le 5 mars 2014 POLITIQUE SUR LE HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL Principes généraux La SADC s est donné pour mission d établir

Plus en détail

FICHE D ENTRETIEN PROFESSIONNEL CATÉGORİE B. Année : IDENTIFICATION ET SITUATION ADMINISTRATIVE DE L AGENT. Nom de la collectivité ou établissement :

FICHE D ENTRETIEN PROFESSIONNEL CATÉGORİE B. Année : IDENTIFICATION ET SITUATION ADMINISTRATIVE DE L AGENT. Nom de la collectivité ou établissement : FICHE D ENTRETIEN PROFESSIONNEL CATÉGORİE B Année : Nom de la collectivité ou établissement : Service : Date de réalisation de l entretien professionnel : Nom et fonction de l évaluateur (supérieur hiérarchique

Plus en détail

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES EXTÉRIEURES

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES EXTÉRIEURES Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416 943-5838 Courriel : pward@mfda.ca APA-0040 Le 20 mai 2005 AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

Mémoire Projet de loi n o 88. Loi sur la sécurité privée

Mémoire Projet de loi n o 88. Loi sur la sécurité privée Mémoire Projet de loi n o 88 Loi sur la sécurité privée Présenté à la Commission des institutions par l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec Janvier 2005 Introduction L Association

Plus en détail

MUNICIPALITÉ DE FERME-NEUVE POLITIQUE PORTANT SUR LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE EN MILIEU DE TRAVAIL

MUNICIPALITÉ DE FERME-NEUVE POLITIQUE PORTANT SUR LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE EN MILIEU DE TRAVAIL MUNICIPALITÉ DE FERME-NEUVE POLITIQUE PORTANT SUR LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE EN MILIEU DE TRAVAIL Juillet 2009 TABLE DES MATIÈRES PAGE 1. Énoncé politique... 3 2. But... 3 3. Définition... 3 4. Champs

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES PLAINTES DANS LES MAISONS DE RETRAITE

LE TRAITEMENT DES PLAINTES DANS LES MAISONS DE RETRAITE LE TRAITEMENT DES PLAINTES DANS LES MAISONS DE RETRAITE Cet article a été initialement publié dans l édition du printemps/été 2013 du bulletin de nouvelles d ACE Disponible à www.acelaw.ca Les différends

Plus en détail

Année académique 2014 2015. REGLEMENT DES ETUDES ET DES EXAMENS DE 1 ER CYCLES (exclusivement les 60 premiers crédits du bachelier)

Année académique 2014 2015. REGLEMENT DES ETUDES ET DES EXAMENS DE 1 ER CYCLES (exclusivement les 60 premiers crédits du bachelier) Année académique 2014 2015 REGLEMENT DES ETUDES ET DES EXAMENS DE 1 ER CYCLES (exclusivement les 60 premiers crédits du bachelier) PREAMBULE... 4 I. LES INSCRIPTIONS... 5 I. 1. INSCRIPTIONS AUX ETUDES

Plus en détail

Justice Équité Respect Impartialité Transparence Rapport d intervention

Justice Équité Respect Impartialité Transparence Rapport d intervention Justice Équité Respect Impartialité Transparence Rapport d intervention Intervention au Centre de santé et de services sociaux Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke Québec, le 18 février 2015

Plus en détail

Principes Critères Protocole Compétences. aux fins de l obtention du titre de. ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A)

Principes Critères Protocole Compétences. aux fins de l obtention du titre de. ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A) Principes Critères Protocole Compétences aux fins de l obtention du titre de ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A) I INTRODUCTION L arbitrage est un processus par lequel les parties prenantes à un différend

Plus en détail

Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives Présenté le 26 avril 2005

Plus en détail

NOTE AU LECTEUR. Dans ce document, les termes utilisés pour désigner des personnes et rôles sont épicènes, à moins que le sens ne s y oppose.

NOTE AU LECTEUR. Dans ce document, les termes utilisés pour désigner des personnes et rôles sont épicènes, à moins que le sens ne s y oppose. Politique locale de gestion des cadres d école et de centre de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay Février 2007 NOTE AU LECTEUR Dans ce document, les termes utilisés pour désigner des personnes

Plus en détail

OFFICE BENELUX DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE. DECISION en matière d OPPOSITION Nº 2007025 du 04 avril 2013

OFFICE BENELUX DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE. DECISION en matière d OPPOSITION Nº 2007025 du 04 avril 2013 OFFICE BENELUX DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE DECISION en matière d OPPOSITION Nº 2007025 du 04 avril 2013 Opposant : THE TEA BOARD 14 Biplabi Trailokya Maharaja Sarani 700 001 Calcutta Inde Mandataire

Plus en détail

Fiche n 1 Procédure de mise en œuvre d un licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi

Fiche n 1 Procédure de mise en œuvre d un licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi Fiche n 1 Procédure de mise en œuvre d un licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi Les dispositions sont applicables aux entreprises de 50 salariés et plus, en

Plus en détail

LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC

LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC CANADA PROVINCE DE QUÉBEC N o : 22-08-0367 DATE : Le 20 juillet 2009 LE CONSEIL : M e SERGE VERMETTE Président suppléant M. GHISLAIN BÉGIN,

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA PRÉVENTION ET À LA GESTION DES SITUATIONS DE HARCÈLEMENT AU TRAVAIL

POLITIQUE RELATIVE À LA PRÉVENTION ET À LA GESTION DES SITUATIONS DE HARCÈLEMENT AU TRAVAIL POLITIQUE RELATIVE À LA PRÉVENTION ET À LA GESTION DES SITUATIONS DE HARCÈLEMENT AU TRAVAIL La Politique relative à la prévention et à la gestion des situations de harcèlement au travail est entrée vigueur

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DES COMITÉS DU BARREAU DU QUÉBEC

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DES COMITÉS DU BARREAU DU QUÉBEC CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DES COMITÉS DU BARREAU DU QUÉBEC Barreau du Québec Mars 2011 (**Mise à jour le 29 mai 2015 concordance Nouvelle Gouvernance)

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

Plaignant BELL MOBILITÉ. Intimée. l intimée, lui a refusé le service SCP numérique parce qu il ne lui a pas fourni son

Plaignant BELL MOBILITÉ. Intimée. l intimée, lui a refusé le service SCP numérique parce qu il ne lui a pas fourni son PV 99 03 48 RENÉ COMEAU Plaignant c. BELL MOBILITÉ Intimée LA PLAINTE Le plaignant allègue que la Boutique du téléphone, agente autorisée de l intimée, lui a refusé le service SCP numérique parce qu il

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC L R. Q., c. C-23.1 Résumé du Code Août 2012 COMMISSAIRE À L ÉTHIQUE ET À LA DÉONTOLOGIE CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE

Plus en détail

RÈGLEMENT CM 2002-37 RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL MUNICIPAL LE CONSEIL MUNICIPAL DÉCRÈTE CE QUI SUIT : CHAPITRE I DÉFINITIONS

RÈGLEMENT CM 2002-37 RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL MUNICIPAL LE CONSEIL MUNICIPAL DÉCRÈTE CE QUI SUIT : CHAPITRE I DÉFINITIONS RÈGLEMENT CM 2002-37 RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL MUNICIPAL LE CONSEIL MUNICIPAL DÉCRÈTE CE QUI SUIT : CHAPITRE I DÉFINITIONS 1. Dans le présent règlement, à moins que le contexte n indique un sens différent,

Plus en détail

CONSEIL QUÉBÉCOIS DES ARTS MÉDIATIQUES

CONSEIL QUÉBÉCOIS DES ARTS MÉDIATIQUES ! Conseil québécois des arts médiatiques 3995 rue Berri. Montréal, Québec. H2L 4H2! www.cqam.org / info@cqam.org 514 527 5116 / 1 888 527 5116! CONSEIL QUÉBÉCOIS DES ARTS MÉDIATIQUES POLITIQUE DE GESTION

Plus en détail

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies Préambule La Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies, Ayant à l esprit

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L'ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES ET AU CLASSEMENT DES ÉLÈVES DU SECTEUR DES JEUNES (préscolaire primaire secondaire)

POLITIQUE RELATIVE À L'ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES ET AU CLASSEMENT DES ÉLÈVES DU SECTEUR DES JEUNES (préscolaire primaire secondaire) COMMISSION SCOLAIRE DE LA RÉGION-DE-SHERBROOKE Service des ressources pédagogiques POLITIQUE RELATIVE À L'ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES ET AU CLASSEMENT DES ÉLÈVES DU SECTEUR DES JEUNES (préscolaire primaire

Plus en détail

RECUEIL DE GESTION SECTEUR RESSOURCES HUMAINES IDENTIFICATION 5231-04-01 POLITIQUE RELATIVE AU HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE

RECUEIL DE GESTION SECTEUR RESSOURCES HUMAINES IDENTIFICATION 5231-04-01 POLITIQUE RELATIVE AU HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE 1. RÉFÉRENCE Loi sur les normes du travail (en vigueur le 1 er juin 2004, art. 81.18) 2. DÉFINITIONS 2.1 Comportement se manifestant soit par des paroles, des actes ou des gestes répétés, à caractère vexatoire

Plus en détail

Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts

Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts 1 POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS 1.1 PRINCIPES Le présent document a pour but d informer les investisseurs des

Plus en détail

2.3 De maintenir un climat de travail exempt d incivilité et de harcèlement.

2.3 De maintenir un climat de travail exempt d incivilité et de harcèlement. Objet : Politique concernant le harcèlement au travail En vigueur le : 2011-06-02 Mise à jour le : 2014-09-01 DIRECTIVE NO : 26 Page 1 de 5 Cette politique remplace toute autre politique antérieure concernant

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Objet : Plainte à l endroit de l institut Philippe Pinel de Montréal et du Ministère de la Sécurité publique N/Réf. : 1004160 et 1005042

Objet : Plainte à l endroit de l institut Philippe Pinel de Montréal et du Ministère de la Sécurité publique N/Réf. : 1004160 et 1005042 Montréal, le 12 mars 2015 Monsieur Responsable de l accès aux documents Institut Philippe Pinel de Montréal 10905, boul. Henri-Bourassa E. Montréal (Québec) H1C 1H1 Monsieur Responsable ministériel Ministère

Plus en détail

PROCÉDURE EN CAS DE LITIGE DANS LE CADRE DE LA RELATION PÉDAGOGIQUE ENTRE ÉTUDIANTS ET ENSEIGNANTS (ENSEIGNEMENT RÉGULIER)

PROCÉDURE EN CAS DE LITIGE DANS LE CADRE DE LA RELATION PÉDAGOGIQUE ENTRE ÉTUDIANTS ET ENSEIGNANTS (ENSEIGNEMENT RÉGULIER) PROCÉDURE EN CAS DE LITIGE DANS LE CADRE DE LA RELATION PÉDAGOGIQUE ENTRE ÉTUDIANTS ET ENSEIGNANTS (ENSEIGNEMENT RÉGULIER) Adoptée à la Commission des études du 28 février 2008 2 1 PRÉAMBULE Le Collège

Plus en détail

VOTRE PLAINTE À LA RÉGIE DE L ÉNERGIE GUIDE PRATIQUE À L INTENTION DU CONSOMMATEUR

VOTRE PLAINTE À LA RÉGIE DE L ÉNERGIE GUIDE PRATIQUE À L INTENTION DU CONSOMMATEUR VOTRE PLAINTE À LA RÉGIE DE L ÉNERGIE GUIDE PRATIQUE À L INTENTION DU CONSOMMATEUR QUELQUES RÈGLES DE BASE L EXAMEN DE VOTRE DOSSIER Vous avez produit une demande à la Régie et vous demandez à celle-ci

Plus en détail

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Numéro du document : 1209-04 Adoptée par la résolution : 109 1209 En date du : 8 décembre 2009 Remplacée

Plus en détail

Conditions Générales "Contract Management" - Version 2015

Conditions Générales Contract Management - Version 2015 Conditions Générales "Contract Management" - Version 2015 1. Objet (a) Les présentes Conditions Générales s appliquent au service offert par exbo au Client dans le cadre du Contrat, qui consiste en la

Plus en détail