X X. Demandeurs. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "X X. Demandeurs. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS."

Transcription

1 Commission d accès à l information du Québec Dossier : Date : 31 juillet 2006 Commissaire : M e Hélène Grenier X X Demandeurs c. MELOCHE MONNEX INC. (SÉCURITÉ NATIONALE CIE D ASSURANCE) Entreprise DÉCISION OBJET DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS. [1] Le 31 mars 2005, les demandeurs s adressent à l entreprise pour obtenir une copie de leur dossier d assurance habitation tel qu il est constitué depuis la date de la dernière réponse de l entreprise à leur demande d accès du 8 décembre 2004; ils demandent aussi copie des renseignements que Estimax inc. et Denis Rochette Interspect inc. détiennent sur eux «depuis le début du sinistre».

2 Page : 2 [2] L entreprise refuse d acquiescer à cette demande d accès le 26 avril Au soutien de sa décision, elle invoque le 2 e paragraphe de l article 39 de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé 1 ; elle rappelle aux demandeurs qu ils ont informé l expert en sinistre Gaétan Robichaud d une éventuelle procédure judiciaire. [3] Le 30 mai 2005, les demandeurs soumettent à la Commission une demande d examen de mésentente résultant de ce refus. Ils nient avoir fait mention d une poursuite judiciaire à monsieur Gaétan Robichaud ou à monsieur Jacques Venne. Ils conviennent avoir des discussions sur l arbitrage qui est prévu par leur contrat d assurance habitation depuis qu ils ont présenté leur réclamation; ils précisent qu aucune procédure judiciaire concernant leur réclamation n a été intentée. PREUVE i) de l entreprise Témoignage de madame Louise Morin : [4] Madame Louise Morin témoigne sous serment. Elle est expert en sinistre; à ce titre, l entreprise lui confie des dossiers dont le traitement est difficile. [5] Madame Morin connaît le dossier des demandeurs; ceux-ci ont conclu un contrat d assurance habitation (E-1) avec l entreprise et le sinistre qui a donné lieu à leur réclamation est survenu le 29 juillet [6] Au 31 août 2004, les demandeurs exprimaient déjà leur insatisfaction résultant des explications que l expert en sinistre leur avait données sur l étendue de l assurance ainsi que sur l indemnité à payer pour la réparation ou le remplacement de biens assurés. Madame Morin souligne que le règlement forfaitaire est, en certains cas, avantageux puisque l entreprise verse un montant sans exiger que le bien endommagé concerné soit remplacé par l assuré. Elle précise que l indemnité versée sur la valeur à neuf d un bien requiert la production d une preuve établissant le remplacement de ce bien par l assuré; la production de preuves requises à cet égard est l une des difficultés rencontrées dans le traitement de la réclamation des demandeurs. 1 L.R.Q., c. P-39.1.

3 Page : 3 [7] Les demandeurs ont multiplié leurs appels d insatisfaction auprès de l entreprise et de son expert en sinistre au cours du mois de septembre 2004; leur impatience a été particulièrement exprimée le 30 septembre 2004 auprès de l expert au dossier. [8] Les demandeurs n ont pas cessé de multiplier leurs appels d insatisfaction au cours du mois d octobre L entreprise a dû faire des recommandations à son expert à ce sujet. [9] Les demandeurs ont formulé une première demande d accès à leur dossier en décembre 2004; l entreprise y a acquiescé au cours du même mois. [10] Le 23 janvier 2005, les demandeurs ont, par écrit, exprimé leur insatisfaction concernant les frais de subsistance supplémentaires qui leur étaient versés. Le 28 janvier 2005, la demanderesse a communiqué par téléphone à ce sujet; elle a réitéré ses appels les 1 er et 2 février [11] Somme toute, selon madame Morin, l ensemble du dossier de réclamation des demandeurs démontre qu ils ont, à plusieurs reprises avant la demande d accès du 31 mars 2005, communiqué à l entreprise leur insatisfaction concernant les décisions prises dans le traitement de cette réclamation. [12] L entreprise a reçu la demande d accès du 31 mars 2005 le 6 avril suivant; les demandeurs y ont ajouté une plainte. À la connaissance de madame Morin, la demanderesse a fait part de son intention d intenter des procédures une deuxième fois le 21 avril La demanderesse aurait ajouté : «Tôt ou tard, je vais les avoir les documents à la Cour». [13] Le 21 avril 2005, la demanderesse a verbalement communiqué son insatisfaction à l entreprise; elle a récidivé par écrit le 22 avril Une plainte s est ajoutée en mai [14] L article 23 du contrat d assurance habitation (E-1) conclu entre les demandeurs et l entreprise prévoit qu un arbitrage doit intervenir en cas de contestation portant sur l indemnité, notamment sur la nature ou sur l étendue des dommages ou sur la valeur des biens assurés.

4 Page : 4 [15] En décembre 2005, le dossier des demandeurs a été confié à madame Morin pour qu elle trouve une solution. Elle a requis de monsieur Jacques Venne, expert en règlement de sinistre chez Denis Rochette Interspect inc., de lui proposer un règlement équitable. Monsieur Venne a effectué un calcul conduisant à un règlement forfaitaire. Les demandeurs ont refusé l offre de l entreprise; ils pouvaient recourir aux services de médiation du Bureau d assurance du Canada mais ils ne l ont pas fait. [16] Les notes que l expert en sinistre Robichaud a prises entre le 10 novembre 2004 et le 31 mars 2005 indiquent que la demanderesse a dit qu elle «montait son dossier» et qu elle porterait plainte; les notes de l analyste indiquent également qu elle entendait, dès le 21 avril 2005, obtenir des documents «à la Cour». Selon madame Morin, le conflit existant entre les demandeurs et l entreprise s envenimait et des procédures judiciaires étaient alors possibles. [17] La majorité des documents qui constituent le dossier des demandeurs proviennent des demandeurs ou leur ont été communiqués par l entreprise. Témoignage de madame Caroline Côté : [18] Madame Caroline Côté témoigne sous serment. Elle est agente d information au service de médiation du Bureau d assurance du Canada qui a reçu un appel de la demanderesse en février Elle a parlé à la demanderesse le 20 février 2006; celle-ci lui a alors exprimé son insatisfaction concernant le traitement de sa réclamation. [19] Madame Côté a avisé madame Morin de la possibilité d une médiation avec les demandeurs pour aider à régler le dossier et ainsi éviter des procédures judiciaires. Madame Morin a fait une offre généreuse que la demanderesse a refusée. Il n y a donc pas eu de médiation comme telle par l entremise du Bureau d assurance du Canada. ii) de la demanderesse [20] La demanderesse témoigne sous serment. Elle n est pas accompagnée du demandeur. [21] Elle admet que son conjoint et elle ont conclu avec l entreprise le contrat d assurance habitation (E-1) en vertu duquel ils ont présenté leur réclamation.

5 Page : 5 [22] Elle admet aussi avoir reçu jusqu au 20 décembre 2004 tous les renseignements visés par la demande d accès qu ils avaient adressée à l entreprise le 8 décembre Selon elle, l accès à ces renseignements leur a permis de découvrir des choses. [23] Elle raconte qu à la suite d un sinistre survenu le 29 juillet 2004, leur maison n était pas habitable; alors que le retour devait se faire après 21 jours ouvrables, les demandeurs n avaient pas encore réintégré leur maison six mois après le sinistre. [24] La demanderesse n a pas hésité à saisir l entreprise de leur insatisfaction. Dès le mois d août 2004, il a été question d arbitrage afin de déterminer la valeur des biens endommagés lors du sinistre. [25] La demanderesse avait conservé toutes ses factures depuis 15 ans et elle a rencontré des détaillants. Elle a donc pu vérifier la valeur que l entreprise accordait à chaque bien couvert par l assurance. [26] La demanderesse est claire : il y a mésentente entre les demandeurs et l entreprise depuis le début, et ce, même en ce qui a trait au forum devant lequel ils débattront leur problème. [27] Elle a établi une liste de 4500 items à remplacer à la suite du sinistre; elle devait assurer la gestion de ces remplacements. Elle s est souvent plainte du délai que l entreprise lui accordait pour faire ses achats. Elle ne s entendait pas avec les experts en sinistre au dossier, monsieur Robichaud et monsieur Venne. [28] La demanderesse considère que l entreprise a été mal informée par ses représentants sur l état des biens à réparer ou à remplacer; un litige subsiste encore concernant certains biens. [29] Elle considère spécifiquement que les renseignements qui ont été communiqués à l entreprise par ses représentants sont inexacts : à son avis, les évaluateurs et estimateurs qui ont traité leur réclamation ont mal informé l entreprise. Elle a donc dû tout contester, l entreprise ne disposant pas des renseignements exacts. [30] Elle n a pas dit qu elle intenterait des procédures puisqu elle est en plein milieu d un processus avec l entreprise; elle refuse l arbitrage voulu par l entreprise parce que la décision de l arbitre est finale.

6 Page : 6 [31] Les demandeurs ont formulé leur demande d accès du 31 mars 2005 pour obtenir des renseignements qui leur permettront de connaître l opinion des représentants de l entreprise sur leur réclamation. [32] La demanderesse n a jamais dit que les demandeurs intenteraient des procédures judiciaires. Elle veut recourir à l arbitrage à défaut de régler sa réclamation. Elle a des priorités à réaliser avant «d aller en Cour». [33] Après avoir pris connaissance des 4 listes que l entreprise a préparées pour qualifier la nature des documents qui constituent le dossier des demandeurs, la demanderesse détermine, séance tenante, les renseignements qui demeurent en litige, à savoir: les rapports qui ont été produits concernant la réclamation des demandeurs par Denis Rochette Interspect inc., cabinet d expertise en règlement de sinistres, à compter du 21 décembre 2004 (E-2, E-3, E-4, E-5, confidentiels); les honoraires et autres frais soumis par ce cabinet pour le traitement de cette réclamation (E-3, E-5, confidentiels); les rapports qui ont été produits concernant la réclamation des demandeurs par Estimax inc. à compter du 20 décembre 2004 (E-2, E-3, confidentiels); le rapport d expertise de la firme d ingénieurs Louis Denoncourt & Associés inc., daté du 2 février 2005 (E-4, confidentiel), concernant la réclamation des demandeurs. ARGUMENTATION i) de l entreprise [34] La preuve démontre que la demanderesse veut recourir à l arbitrage. [35] La preuve démontre que l arbitrage a toujours été considéré par les parties. [36] Le processus d arbitrage est de nature judiciaire. [37] L absence formelle de mise en demeure de la part des demandeurs n a pas d effet sur l application du 2 e paragraphe de l article 39 de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé.

7 Page : 7 [38] La preuve démontre que le traitement de la réclamation des demandeurs est ardu en ce qui a trait à l indemnité, à la valeur des biens assurés notamment. [39] L article 9 de la Charte des droits et libertés de la personne 2 concernant le droit au respect du secret professionnel s applique au rapport produit par l expert ingénieur. ii) de la demanderesse [40] L expert en sinistre n est pas un professionnel; ses rapports ne sont pas protégés par le secret professionnel. DÉCISION [41] J ai pris connaissance du dossier des demandeurs, tel qu il est visé par la demande d accès et dont copie a été remise sous pli confidentiel à la Commission par l avocate de l entreprise (E-2 à E-5, confidentiels); les renseignements qui constituent ce dossier appuient la preuve des parties démontrant la difficulté qui caractérise le traitement de la réclamation des demandeurs. [42] Par son témoignage, la demanderesse confirme que le traitement de leur réclamation est litigieux depuis le début. Le dossier constitué par l entreprise depuis le sinistre du 29 juillet 2004 corrobore, de façon univoque et extrêmement détaillée, l évolution de ce conflit de même que l assiduité, l énergie et la ténacité avec lesquelles les demandeurs, à tort ou à raison, font état des problèmes qui se succèdent et réitèrent leur désaccord avec des décisions prises à leur endroit. [43] Le dossier des demandeurs en est un d insatisfaction, d opposition et de refus de médiation; le contrat (E-1) qui lie les parties prévoit qu en cas de contestation portant sur l indemnité, notamment sur la nature ou l étendue des dommages ou sur la valeur des biens assurés, un arbitrage doit intervenir. La preuve démontre que le dossier des demandeurs était nécessairement destiné à l arbitrage. 2 L.R.Q., c. C-12.

8 Page : 8 [44] Les renseignements que la demanderesse a ciblés lors de l audience comme étant ceux qui demeurent en litige sont ceux qui, essentiellement, servent de fondement aux positions de l entreprise et à l insatisfaction des demandeurs. Ces renseignements seront connus dans le cadre de l arbitrage qui doit avoir lieu en vertu du contrat précité. [45] La divulgation des renseignements personnels en litige, à savoir les rapports des firmes Denis Rochette Interspect inc., Estimax inc. et Louis Denoncourt & Associés inc. de même que les renseignements annexés aux notes d honoraires et de frais des experts aurait nécessairement un effet sur cet arbitrage dans lequel tant les demandeurs que l entreprise ont un intérêt. Pareille divulgation permettrait aux demandeurs de connaître, de façon prématurée, tous les renseignements que l entreprise utilisera pour appuyer ses positions. Les demandeurs ont compris la valeur que représentent les rapports des experts de même que les renseignements personnels appuyant leurs notes d honoraires et de frais; la valeur de ces documents explique l effet, défavorable pour l entreprise, de leur divulgation prématurée dans un contexte de contestation et de nécessaire arbitrage. [46] L arbitrage qui est obligatoire en vertu du contrat d assurance habitation (E-1) qui lie les parties est une procédure judiciaire. L article 25 de ce contrat prévoit spécifiquement que cet arbitrage s effectue conformément aux dispositions du Code de procédure civile et que la sentence arbitrale est sans appel. [47] L entreprise pouvait, en vertu du 2 e paragraphe de l article 39 de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé, refuser de communiquer aux demandeurs les renseignements personnels les concernant qui demeurent en litige parce qu à la date de la demande d accès, le contexte conflictuel permettait de croire que la divulgation de ces renseignements risquait vraisemblablement d avoir un effet sur l arbitrage obligatoire prévu par le contrat d assurance habitation (E-1) : 39. Une personne qui exploite une entreprise peut refuser de communiquer à une personne un renseignement personnel la concernant lorsque la divulgation du renseignement risquerait vraisemblablement : 1 de nuire à une enquête menée par son service de sécurité interne ayant pour objet de prévenir, détecter ou réprimer le crime ou les infractions à la loi ou, pour son compte, par un service externe ayant le même objet ou une agence d'investigation ou de sécurité

9 Page : 9 conformément à la Loi sur les agences d'investigation ou de sécurité (chapitre A-8); 2 d'avoir un effet sur une procédure judiciaire dans laquelle l'une ou l'autre de ces personnes a un intérêt. [48] POUR CES MOTIFS, LA COMMISSION : REJETTE la demande d examen de mésentente. M e Frances Germain Avocate de l entreprise HÉLÈNE GRENIER Commissaire

99 21 43 Demandeur. Entreprise

99 21 43 Demandeur. Entreprise 99 21 43 BOYER, Martin Demandeur c. CASINO DE MONTRÉAL (SOCIÉTÉ DES CASINOS DU QUÉBEC INC.) Entreprise Le 18 octobre 1999, monsieur Boyer s adressait au Casino de Montréal afin que lui soient remis : «tous

Plus en détail

01 18 29 X, demandeur. entreprise. Le 17 octobre 2001, le demandeur s adresse à l entreprise pour obtenir «une copie de

01 18 29 X, demandeur. entreprise. Le 17 octobre 2001, le demandeur s adresse à l entreprise pour obtenir «une copie de X, demandeur c. BÉLAIR DIRECT, COMPAGNIE D ASSURANCE, entreprise L OBJET DU LITIGE : Le 17 octobre 2001, le demandeur s adresse à l entreprise pour obtenir «une copie de mon dossier complet» de même que

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 11 34. Date : Le 20 octobre 2006. Commissaire : Demandeur ING, COMPAGNIE D ASSURANCE

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 11 34. Date : Le 20 octobre 2006. Commissaire : Demandeur ING, COMPAGNIE D ASSURANCE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 11 34 Date : Le 20 octobre 2006 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. ING, COMPAGNIE D ASSURANCE Entreprise DÉCISION L OBJET DU

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION

Demandeur. Entreprise DÉCISION Dossier : 03 04 05 Date : 20031218 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. BOURSE DE MONTRÉAL Entreprise DÉCISION L'OBJET DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE [1] Le 3 février 2003, le demandeur exige

Plus en détail

Demandeur. Entreprise. renseignements compris dans un rapport pré-emploi le concernant.

Demandeur. Entreprise. renseignements compris dans un rapport pré-emploi le concernant. 01 04 57 X Demandeur c. ASSURANCE VIE DESJARDINS- LAURENTIENNE INC. Entreprise LA MÉSENTENTE : Le demandeur conteste le refus de l entreprise de lui donner communication de certains renseignements compris

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 02 45. Date : Le 22 novembre 2006. Commissaire : M e Christiane Constant.

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 02 45. Date : Le 22 novembre 2006. Commissaire : M e Christiane Constant. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 02 45 Date : Le 22 novembre 2006 Commissaire : M e Christiane Constant X -et- Y Demandeurs c. VISA DESJARDINS Entreprise DÉCISION LE LITIGE DEMANDE

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION

Demandeur. Entreprise DÉCISION Commission d'accès à l'information du Québec Dossier : 03 03 29 Date : 20040429 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. CANADA-VIE, COMPAGNIE D ASSURANCE Entreprise DÉCISION L'OBJET DEMANDE D EXAMEN

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION

Demandeur. Entreprise DÉCISION Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 05 71 Date : Le 13 juillet 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. SOCIÉTÉ FINANCIÈRE WELLS FARGO CANADA Entreprise DÉCISION OBJET

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 04 05 38. Date : Le 8 août 2007. M e Jacques Saint-Laurent. Commissaire : Demanderesse

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 04 05 38. Date : Le 8 août 2007. M e Jacques Saint-Laurent. Commissaire : Demanderesse Commission d accès à l information du Québec Dossier : 04 05 38 Date : Le 8 août 2007 Commissaire : M e Jacques Saint-Laurent X Demanderesse c. Compagnie d assurance vie RBC Entreprise DÉCISION L OBJET

Plus en détail

01 07 75 PHILIPPE FLAMAND, demandeur. organisme. avec précision dans sa demande d accès du 5 avril 2001.

01 07 75 PHILIPPE FLAMAND, demandeur. organisme. avec précision dans sa demande d accès du 5 avril 2001. 01 07 75 PHILIPPE FLAMAND, demandeur c. COMMISSION DE LA CONSTRUCTION DU QUÉBEC, organisme L OBJET DU LITIGE : M. Flamand s est adressé à l organisme pour obtenir des renseignements qu il a identifiés

Plus en détail

DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS

DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS Commission d accès à l information du Québec Dossier : 03 21 99 Date : 3 février 2005 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. Croix Bleue, Assurance collective Entreprise DÉCISION L OBJET

Plus en détail

M me X DÉCISION DEMANDE D'EXAMEN DE MÉSENTENTE SUR LA RECTIFICATION D'UN RENSEIGNEMENT PERSONNEL

M me X DÉCISION DEMANDE D'EXAMEN DE MÉSENTENTE SUR LA RECTIFICATION D'UN RENSEIGNEMENT PERSONNEL Dossier : 03 03 52 Date : 20031202 Commissaire : M e Christiane Constant M me X Demanderesse c. Citifinancial Entreprise DÉCISION L OBJET DU LITIGE DEMANDE D'EXAMEN DE MÉSENTENTE SUR LA RECTIFICATION D'UN

Plus en détail

Demandeur RONA. Entreprise DÉCISION

Demandeur RONA. Entreprise DÉCISION Dossier : 01 15 48 Date : 20030929 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. RONA Entreprise DÉCISION L'OBJET DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE [1] Le 20 août 2001, le demandeur s adresse à Rona pour

Plus en détail

DÉCISION. [1] Le plaignant a saisi la Commission de la plainte suivante concernant Lou-Tec Location Chomedey Inc. («Lou-Tec»):

DÉCISION. [1] Le plaignant a saisi la Commission de la plainte suivante concernant Lou-Tec Location Chomedey Inc. («Lou-Tec»): Dossier : PV 01 18 02 Date : 29 septembre 2003 Commissaires : M e Hélène Grenier M e Diane Boissinot M e Christiane Constant X Plaignant c. LOU-TEC LOCATION CHOMEDEY INC. Entreprise DÉCISION OBJET PLAINTE

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION

Demandeur. Entreprise DÉCISION Dossier : 02 11 60 Date : 20031218 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. SSQ, GROUPE FINANCIER Entreprise DÉCISION L'OBJET DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE [1] Le demandeur conteste la décision

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

DÉCISION INTERLOCUTOIRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION INTERLOCUTOIRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : D. L et als c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 14 N o d appel : GE-13-635 ENTRE : D. L. et als Appelants et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée et Les

Plus en détail

Citation : H. K. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 819 H. K. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : H. K. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 819 H. K. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : H. K. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 819 Date : Le 26 juin 2015 Numéro de dossier : AD-13-959 DIVISION D APPEL Entre: H. K. Demanderesse et Commission

Plus en détail

X, demandeur. entreprise. de son client, certains renseignements «notamment eu égard aux suites à donner à votre

X, demandeur. entreprise. de son client, certains renseignements «notamment eu égard aux suites à donner à votre X, demandeur c. FINANCIÈRE SUN LIFE, entreprise L OBJET DU LITIGE : Le 13 février 2002, l avocat du demandeur s adresse à l entreprise pour obtenir, au nom de son client, certains renseignements «notamment

Plus en détail

CHARTE de la MÉDIATION

CHARTE de la MÉDIATION CHARTE de la MÉDIATION de l INTERMÉDIATION Banque, assurance, finance Règlement des litiges en ligne Version n : 0001/2015 Mise à jour : 1 er juillet 2015 Avec la Médiation, HK Conseil offre la possibilité

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D ARBITRAGE DES COMPTES DES MEMBRES DE L ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D ARBITRAGE DES COMPTES DES MEMBRES DE L ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D ARBITRAGE DES COMPTES DES MEMBRES DE L ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC SECTION I CONCILIATION Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 88; 1994,

Plus en détail

01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN. Demandeur. Entreprise. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès à

01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN. Demandeur. Entreprise. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès à 01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN Demandeur c. CAISSE D ÉCONOMIE DES POMPIERS DE MONTRÉAL Entreprise L'OBJET DU LITIGE son dossier. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès

Plus en détail

M. A M. B DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS

M. A M. B DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS Commission d accès à l information du Québec Dossier : 03 08 25 Date : 20040220 Commissaire : M e Christiane Constant M. A et M. B c. Demandeurs Courtage à escompte Banque Nationale inc. Entreprise DÉCISION

Plus en détail

DÉCISION. PLAINTE en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé 1.

DÉCISION. PLAINTE en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé 1. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 110772 Date : Le 5 décembre 2013 Membre: M e Diane Poitras Plaignants et (PROPRIÉTAIRE) Entreprise DÉCISION OBJET PLAINTE en vertu de la Loi sur la

Plus en détail

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE Version juin 2014 REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances de protection juridique

Plus en détail

SENTENCE ARBITRALE DE LA COMMISSION DE LITIGES VOYAGES A BRUXELLES

SENTENCE ARBITRALE DE LA COMMISSION DE LITIGES VOYAGES A BRUXELLES SENTENCE ARBITRALE DE LA COMMISSION DE LITIGES VOYAGES A BRUXELLES AUDIENCE DU 22 JUIN 2004 En cause : Monsieur A, domicilié à xxx, et Monsieur B ainsi que son épouse Madame C, domiciliés ensemble à xxx,

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : R. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 10 Appel n o : GE-13-2316 ENTRE : R. G. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

G... B... Demanderesse. Organisme DÉCISION

G... B... Demanderesse. Organisme DÉCISION G.B. c. Centre hospitalier universitaire de Québec (Hôpital de L'Enfant-Jésus) 2015 QCCAI 120 Commission d accès à l information du Québec Dossier : 1007202 Date : Le 1 er juin 2015 Membre: M e Christiane

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (S.A.A.Q.) DÉCISION

LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (S.A.A.Q.) DÉCISION Y.D. c. Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) Commission d accès à l information du Québec Dossier : 09 03 82 Date : Le 20 octobre 2009 Commissaire : M e Jean Chartier 2009 QCCAI 226 Y D Demandeur

Plus en détail

Commission d accès aux et de réutilisation des documents administratifs

Commission d accès aux et de réutilisation des documents administratifs Commission d accès aux et de réutilisation des documents administratifs Section publicité de l administration 7 septembre 2015 AVIS n 2015-64 Sur le refus de donner accès à la décision motivée et au détail

Plus en détail

Plaignant BELL MOBILITÉ. Intimée. l intimée, lui a refusé le service SCP numérique parce qu il ne lui a pas fourni son

Plaignant BELL MOBILITÉ. Intimée. l intimée, lui a refusé le service SCP numérique parce qu il ne lui a pas fourni son PV 99 03 48 RENÉ COMEAU Plaignant c. BELL MOBILITÉ Intimée LA PLAINTE Le plaignant allègue que la Boutique du téléphone, agente autorisée de l intimée, lui a refusé le service SCP numérique parce qu il

Plus en détail

Montréal, le 1 er août 2014. M e François Giroux McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L 1000, rue de la Gauchetière Ouest Bureau 2500 Montréal (Québec) H3B 0A2

Montréal, le 1 er août 2014. M e François Giroux McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L 1000, rue de la Gauchetière Ouest Bureau 2500 Montréal (Québec) H3B 0A2 Montréal, le 1 er août 2014 M. M e François Giroux McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L 1000, rue de la Gauchetière Ouest Bureau 2500 Montréal (Québec) H3B 0A2 Objet : Plainte de M. à l endroit de la CIBC N/Réf.

Plus en détail

CONSEIL DE LA MAGISTRATURE I. B. M. le juge [...] RAPPORT D'EXAMEN. LE plaignant formule deux (2) reproches à l endroit du juge intime soit:

CONSEIL DE LA MAGISTRATURE I. B. M. le juge [...] RAPPORT D'EXAMEN. LE plaignant formule deux (2) reproches à l endroit du juge intime soit: CANADA PROVINCE DE QUÉBEC CONSEIL DE LA MAGISTRATURE CM-8-90-55 DANS L'AFFAIRE DE: I. B. plaignant et M. le juge [...] intimé RAPPORT D'EXAMEN LE plaignant formule deux (2) reproches à l endroit du juge

Plus en détail

LE RôLE ET LEs services du syndic

LE RôLE ET LEs services du syndic Le Rôle et les services du syndic La présente brochure a pour seul objectif de donner de l information sur le rôle et les services du syndic de l Ordre des comptables agréés du Québec. Elle ne vise pas

Plus en détail

NOTE IMPORTANTE : cette version est une traduction de la version originale anglaise.

NOTE IMPORTANTE : cette version est une traduction de la version originale anglaise. NOTE IMPORTANTE : cette version est une traduction de la version originale anglaise. CENTRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS SPORTIFS DU CANADA (CRDSC) SPORT DISPUTE RESOLUTION CENTRE OF CANADA (CRDSC) N o

Plus en détail

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière En application de l article L. 316-1 du Code monétaire et financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différends

Plus en détail

Entreprise. son dossier complet d assurance-invalidité à partir du 1 er septembre 1999. Les parties sont entendues le 11 octobre 2001, à Québec.

Entreprise. son dossier complet d assurance-invalidité à partir du 1 er septembre 1999. Les parties sont entendues le 11 octobre 2001, à Québec. 01 05 91 X Demanderesse c. CANADA-VIE, COMPAGNIE D ASSURANCE Entreprise Le 8 février 2001, la demanderesse s adresse à l entreprise afin que lui soit communiqué son dossier complet d assurance-invalidité

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. J. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 53 Appel n o : GE-14-966 ENTRE : M. J. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

L arbitrage familial. Un seul droit de la famille. flew. fodf. Renseignez-vous sur vos droits. Version révisée AOcVF avril 2010

L arbitrage familial. Un seul droit de la famille. flew. fodf. Renseignez-vous sur vos droits. Version révisée AOcVF avril 2010 FR007 7 L arbitrage familial Un seul droit de la famille pour toutes les femmes Renseignez-vous sur vos droits fodf Femmes ontariennes et droit de la famille Le dro i t d e s avoir flew Family Law Education

Plus en détail

Note : le masculin inclut le féminin et est utilisé dans le seul but d alléger le texte.

Note : le masculin inclut le féminin et est utilisé dans le seul but d alléger le texte. VERSION OFFICIELLE RÈGLEMENT NO 8-2010 CONCERNANT LE TRAITEMENT DES PLAINTES D ÉLÈVES OU DE PARENTS D ÉLÈVES ET CONCERNANT LE PROTECTEUR DE L ÉLÈVE Adopté le 6 avril 2010 Service du secrétariat général

Plus en détail

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après 00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24 Demandeur c. LA CAPITALE, COMPAGNIE D'ASSURANCE GENERALE Entreprise OBJET DU LITIGE L'entreprise a transmis au demandeur une copie intégrale du dossier qu'il a réclamée.

Plus en détail

RÈGLE 60 DÉPENS. (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables :

RÈGLE 60 DÉPENS. (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables : Mode général de liquidation des dépens RÈGLE 60 DÉPENS (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables : Dépens raisonnables a) par une autre partie;

Plus en détail

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est Section locale 2000 Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est actuellement en vigueur... 3 1997...3

Plus en détail

RÈGLES DE PROCÉDURE DU COMITÉ CONSULTATIF DE LA BANQUE NATIONALE DE DONNÉES GÉNÉTIQUES

RÈGLES DE PROCÉDURE DU COMITÉ CONSULTATIF DE LA BANQUE NATIONALE DE DONNÉES GÉNÉTIQUES Interprétation RÈGLES DE PROCÉDURE DU COMITÉ CONSULTATIF DE LA BANQUE NATIONALE DE DONNÉES GÉNÉTIQUES 1. (1) Les définitions qui suivent s appliquent aux présentes règles : «Loi» La Loi sur l identification

Plus en détail

Ombudsman des banques suisses

Ombudsman des banques suisses Ombudsman des banques suisses La procédure en bref Résumé de la procédure de médiation INSTANCE D INFORMATION ET DE MÉDIATION NEUTRE L Ombudsman des banques suisses est un médiateur neutre qui examine

Plus en détail

Règlement de la Recommandation en ligne des noms de domaines gérés par l'afnic

Règlement de la Recommandation en ligne des noms de domaines gérés par l'afnic Règlement de la Recommandation en ligne des noms de domaines gérés par l'afnic Article 1 : Objet 1.1 Le CMAP met à la disposition des usagers de l Internet, conformément à la Charte de nommage de l Association

Plus en détail

LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC

LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC CANADA PROVINCE DE QUÉBEC N o : 22-08-0367 DATE : Le 20 juillet 2009 LE CONSEIL : M e SERGE VERMETTE Président suppléant M. GHISLAIN BÉGIN,

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 12768 FRA Québec, le : 10 juillet 2013 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Personne salariée Partie plaignante et Maçonnerie Pigeon

Plus en détail

Examen d habileté à effectuer des tâches de chef d équipe pour le personnel de bureau. Exemples de questions

Examen d habileté à effectuer des tâches de chef d équipe pour le personnel de bureau. Exemples de questions Examen d habileté à effectuer des tâches de chef d équipe pour le personnel de bureau (G C E B) Pour approfondir vos connaissances sur les emplois dans la fonction publique, consultez le site www.carrieres.gouv.qc.ca.

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (décret 841-98 du 17 juin 1998)

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (décret 841-98 du 17 juin 1998) ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (décret 841-98 du 17 juin 1998) Organisme d'arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Le Groupe d'arbitrage

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D'ARBITRAGE DES COMPTES DES MÉDECINS

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D'ARBITRAGE DES COMPTES DES MÉDECINS Loi médicale (L.R.Q., c. M-9, a. 3) Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 88) SECTION I CONCILIATION 1. Le syndic transmet une copie du présent règlement à tte personne qui lui en fait la demande.

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 7 Arbitrage familial FR 007 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Arbitrage familial La présente brochure est

Plus en détail

Objet : Plainte de M. c. Location d outils Simplex N/Réf. : 11 16 54

Objet : Plainte de M. c. Location d outils Simplex N/Réf. : 11 16 54 Montréal, le 26 septembre 2013... Vice-président aux finances Location d outils Simplex 9740, boul. de l Acadie Montréal (Québec) H4N 1L8 Objet : Plainte de M. c. Location d outils Simplex N/Réf. : 11

Plus en détail

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur rendue le 11 mai 2012 à Zurich, Suisse par Geoff Thompson (Angleterre) Juge unique de la Commission du Statut du Joueur, au sujet d une plainte

Plus en détail

Règlement d arbitrage des litiges relatifs aux noms de domaines

Règlement d arbitrage des litiges relatifs aux noms de domaines République Tunisienne Instance Nationale des Télécommunications ---------------------------------- ------------------------------------ Règlement d arbitrage des litiges relatifs aux noms de domaines Version

Plus en détail

Commission d'accès à l'information du Québec. Dossier : 03 10 17 Date : 20040719. Commissaire : M e Christiane Constant. Demandeur

Commission d'accès à l'information du Québec. Dossier : 03 10 17 Date : 20040719. Commissaire : M e Christiane Constant. Demandeur Commission d'accès à l'information du Québec Dossier : 03 10 17 Date : 20040719 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. École nationale de police du Québec Organisme public DÉCISION L OBJET

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à des observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Droits des usagers des services

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DU QUÉBEC

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DU QUÉBEC TRIBUNAL ADMINISTRATIF DU QUÉBEC Section des affaires sociales En matière d'indemnisation Date : 26 janvier 2009 Référence neutre : 2009 QCTAQ 01356 Dossier : SAS-Q-129787-0608 Devant les juges administratifs

Plus en détail

SYNDICAT DE COPROPRIÉTÉ DU 3546-3552 RUE ÉDITH À LAVAL (ci-après «le Bénéficiaire»)

SYNDICAT DE COPROPRIÉTÉ DU 3546-3552 RUE ÉDITH À LAVAL (ci-après «le Bénéficiaire») ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs (Décret 841-98 du 17 juin 1998) Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Société pour la résolution

Plus en détail

Ministère de la Justice Direction générale des services de justice

Ministère de la Justice Direction générale des services de justice Ministère de la Justice Direction générale des services de justice Médiation à la Division des petites créances Guide de fonctionnement à l intention des médiateurs Octobre 2003 (mise à jour octobre 2014)

Plus en détail

SENTENCE ARBITRALE DE LA COMMISSION DE LITIGES VOYAGES A BRUXELLES

SENTENCE ARBITRALE DE LA COMMISSION DE LITIGES VOYAGES A BRUXELLES SENTENCE ARBITRALE DE LA COMMISSION DE LITIGES VOYAGES A BRUXELLES AUDIENCE DU 28 SEPTEMBRE 2004 En cause : Monsieur A, xxx, domicilié à xxx ; Et Madame B, domiciliée à xxx ; Et C (mineur) Demandeurs comparaissant

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel [TRADUCTION] Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. R. B., 2014 TSSDA 226 Appel No : 2012-1851 ENTRE : Commission de l assurance-emploi du Canada Appelante et R. B. Intimé DÉCISION DU

Plus en détail

Votre droit à contester la décision prise concernant votre demande

Votre droit à contester la décision prise concernant votre demande Votre droit à contester la décision prise concernant votre demande Votre droit à contester la décision prise concernant votre demande La Sécurité sociale veut être certaine que vous bénéficiez bien des

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

MANQUEMENT CONTRACTUEL DANS L INFORMATIQUE GESTION EXPERTE DES INFORMATIQUES

MANQUEMENT CONTRACTUEL DANS L INFORMATIQUE GESTION EXPERTE DES INFORMATIQUES MANQUEMENT CONTRACTUEL DANS L INFORMATIQUE GESTION EXPERTE DES LITIGES POUR LES PRESTATAIRES INFORMATIQUES Avec plus de 15 ans d expérience et des équipes de souscription et de sinistres dédiées aux prestataires

Plus en détail

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES AGREMENT DES CORRESPONDANTS REGLEMENT Préambule Conformément à l article 4 du Règlement Général 1 du Conseil des Bureaux qui a pour objet de régir les relations entre les Bureaux nationaux d assurance

Plus en détail

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTRE : LE BARREAU DU QUÉBEC, ayant son siège social au 445, boul. Saint-Laurent, Montréal, Québec, H2Y 3T8 (Ici représenté

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

Régie du Bâtiment du Québec Société pour la résolution des conflits Inc. Contrat no : 062041 Dossier : 051123001

Régie du Bâtiment du Québec Société pour la résolution des conflits Inc. Contrat no : 062041 Dossier : 051123001 Régie du Bâtiment du Québec Soreconi Société pour la résolution des conflits Inc. Contrat no : 062041 Dossier : 051123001 Excellence Construction Entrepreneur-appelant c. Jacques Fontaine Bénéficiaire-défendeur

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q.

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q. ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) ENTRE: BIBIANE PECK NADER (L APPELANTE ) ET: COMMISSION ADMINISTRATIVE

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques)

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3 Société biopharmaceutique admissible...

Plus en détail

CHIRURGIE RÉFRACTIVE : COLLABORATION ENTRE MÉDECINS OPHTALMOLOGISTES ET OPTOMÉTRISTES

CHIRURGIE RÉFRACTIVE : COLLABORATION ENTRE MÉDECINS OPHTALMOLOGISTES ET OPTOMÉTRISTES LIGNES DIRECTRICES ÉNONCÉ DE POSITION Septembre 2000 CHIRURGIE RÉFRACTIVE : COLLABORATION ENTRE MÉDECINS OPHTALMOLOGISTES ET OPTOMÉTRISTES INTRODUCTION Ces dernières années, le nombre croissant de patients

Plus en détail

LA PREMIÈRE LETTRE DU TRIBUNAL

LA PREMIÈRE LETTRE DU TRIBUNAL Conformément au paragraphe 48.9 (1) de la Loi canadienne sur les droits de la personne, le Tribunal doit instruire les plaintes de façon expéditive et équitable. Par conséquent, et sous réserve des directives

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités Politique de gestion des plaintes La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités PRÉAMBULE L administration gouvernementale québécoise place au cœur de ses priorités la qualité

Plus en détail

Comment faire face à une plainte d un travailleur à la Commission des normes du travail?

Comment faire face à une plainte d un travailleur à la Commission des normes du travail? Comment faire face à une plainte d un travailleur à la Commission des normes du travail? Me Éric Latulippe et Me François Bouchard, avocats Firme Langlois, Kronström, Desjardins www.langloiskronstromdesjardins.com/latulippe-eric/voir-details.html

Plus en détail

99 14 73 MONGEAU HARVEY, avocats, société en nom collectif

99 14 73 MONGEAU HARVEY, avocats, société en nom collectif 99 14 73 MONGEAU HARVEY, avocats, société en nom collectif ci-après appelé «la demanderesse» c. MINISTÈRE DES RELATIONS AVEC LES CITOYENS ET DE L'IMMIGRATION ci-après appelé «l organisme» OBJET Le 26 juillet

Plus en détail

COLLEGE D ARBITRAGE DE LA COMMISSION LITIGES VOYAGES SENTENCE ARBITRALE

COLLEGE D ARBITRAGE DE LA COMMISSION LITIGES VOYAGES SENTENCE ARBITRALE COLLEGE D ARBITRAGE DE LA COMMISSION LITIGES VOYAGES SENTENCE ARBITRALE EN CAUSE Monsieur A, domicilié à xxx, DEMANDEUR comparaissant en personne MADAME B, domiciliée à xxx, Madame C, domiciliée à xxx,

Plus en détail

L avocat et l assurance de protection juridique

L avocat et l assurance de protection juridique Chapitre 20 L avocat et l assurance de protection juridique Section 1 - Comment aborder un client assuré en protection juridique?... 1 Section 2 - À partir de quand l intervention de l avocat est-elle

Plus en détail

Principes Critères Protocole Compétences. aux fins de l obtention du titre de. ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A)

Principes Critères Protocole Compétences. aux fins de l obtention du titre de. ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A) Principes Critères Protocole Compétences aux fins de l obtention du titre de ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A) I INTRODUCTION L arbitrage est un processus par lequel les parties prenantes à un différend

Plus en détail

Vu la loi n 78-753 du 17 juillet 1978 portant diverses mesures d amélioration des relations entre l administration et le public ;

Vu la loi n 78-753 du 17 juillet 1978 portant diverses mesures d amélioration des relations entre l administration et le public ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N o 1216457/6-2 SOCIETE D'EDITION DE MEDIAPART et Mme A. Mme David Rapporteur M. Jauffret Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : A. O. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 12 Appel n o : GE-13-1356 ENTRE : A. O. Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC 2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC 139 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC La Société de l assurance automobile du Québec «a pour mission d assurer et de protéger les personnes

Plus en détail

Demandeur AXA ASSURANCES INC. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS.

Demandeur AXA ASSURANCES INC. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 10 19 Date : 26 juillet 2006 Commissaire : M e Hélène Grenier X Demandeur c. AXA ASSURANCES INC. Entreprise DÉCISION OBJET DEMANDE D EXAMEN DE

Plus en détail

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.)

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) N o 5 Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (assurance de remplacement) F.P.Q. N o 5 1 er

Plus en détail

L expérience à votre service. Architectes et ingénieurs Petites entreprises. Assurance de la responsabilité professionnelle

L expérience à votre service. Architectes et ingénieurs Petites entreprises. Assurance de la responsabilité professionnelle L expérience à votre service Architectes et ingénieurs Petites entreprises Assurance de la responsabilité professionnelle Architectes et ingénieurs Petites entreprises L importance de l assurance responsabilité

Plus en détail

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration POLITIQUE DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : APPROUVÉ PAR : 2013-12-10 Conseil d administration DERNIÈRE MISE À JOUR : f 2013-12-10 DATE D ABROGATION : AAAA-MM-JJ Politique de gestion des

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Mandat du Comité d audit du Programme alimentaire mondial (PAM)

Mandat du Comité d audit du Programme alimentaire mondial (PAM) Mandat du Comité d audit du Programme alimentaire mondial (PAM) Approuvé par le Conseil d'administration à sa deuxième session ordinaire, le 15 novembre 2011 Objet 1. Le Comité d audit joue un rôle d expert-conseil

Plus en détail

Citation : C. N. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 737 C. N. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : C. N. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 737 C. N. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : C. N. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 737 Date : Le 15 juin 2015 Numéro de dossier : AD-13-698 DIVISION D APPEL Entre: C. N. Demanderesse et Commission

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : W. F. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 537 Appel No. AD-13-697 ENTRE : W. F. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

RÉGIE DE L ÉNERGIE. D-2002-160 R-3491-2002 15 juillet 2002 PRÉSENT : M. Michel Hardy, B. Sc. A., MBA Régisseur. Hydro-Québec Demanderesse

RÉGIE DE L ÉNERGIE. D-2002-160 R-3491-2002 15 juillet 2002 PRÉSENT : M. Michel Hardy, B. Sc. A., MBA Régisseur. Hydro-Québec Demanderesse QUÉBEC RÉGIE DE L ÉNERGIE D-2002-160 R-3491-2002 15 juillet 2002 PRÉSENT : M. Michel Hardy, B. Sc. A., MBA Régisseur Hydro-Québec Demanderesse Décision procédurale Avis sur Internet Concernant la demande

Plus en détail

c. Université du Québec à Montréal (UQAM) Plainte du 22 février 2011 N/Réf. : 11 03 44

c. Université du Québec à Montréal (UQAM) Plainte du 22 février 2011 N/Réf. : 11 03 44 Québec, le 15 avril 2013 Université du Québec à Montréal C. P. 8888, succ. Centre-Ville Montréal (Québec) H3C 3P8 Objet : c. Université du Québec à Montréal (UQAM) Plainte du 22 février 2011 N/Réf. : 11

Plus en détail

Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec

Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec bulletin Canadien Date 2014-06-05 Destinataires Référence Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec RE-14-008 Objet Pièce

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 10 94. Date : Le 14 décembre 2006. Commissaire : Demanderesse

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 10 94. Date : Le 14 décembre 2006. Commissaire : Demanderesse Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 10 94 Date : Le 14 décembre 2006 Commissaire : M e Christiane Constant X Demanderesse c. RÉGIE DE L ASSURANCE MALADIE DU QUÉBEC Organisme DÉCISION

Plus en détail

DÉCISION DEMANDE DE RÉVISION EN MATIÈRE D ACCÈS À DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

DÉCISION DEMANDE DE RÉVISION EN MATIÈRE D ACCÈS À DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS Commission d'accès à l'information du Québec Dossier : 05 01 50 Date : 10 mars 2006 Commissaire : M e Hélène Grenier X Demandeur c. VILLE DE LAVAL Organisme DÉCISION OBJET DEMANDE DE RÉVISION EN MATIÈRE

Plus en détail

PROGRAMME D APPLICATION DE LA GARANTIE DE REMBOURSEMENT D ENGAGEMENTS FINANCIERS

PROGRAMME D APPLICATION DE LA GARANTIE DE REMBOURSEMENT D ENGAGEMENTS FINANCIERS PROGRAMME D APPLICATION DE LA GARANTIE DE REMBOURSEMENT D ENGAGEMENTS FINANCIERS NOTE AU LECTEUR Le Programme d application de la garantie de est entré en vigueur le 7 septembre 2012 (2012, G.O. 1, 1111).

Plus en détail