La Suisse et l installation de l Office européen des Nations unies à Genève

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Suisse et l installation de l Office européen des Nations unies à Genève"

Transcription

1 La Suisse et l installation de l Office européen des Nations unies à Genève Antoine Fleury 1 Si la question des relations entre la Suisse et l Organisation des Nations unies est un vaste sujet, sa complexité se nourrit d une part du fait du refus du peuple suisse jusqu en d adhérer aux Nations unies en dépit de la participation active de la Confédération suisse aux organisations internationales et d autre part de la présence à Genève de l Office européen des Nations unies et de la plupart des organisations internationales du système des Nations unies. Ce sont les enjeux suisses et internationaux qu implique l installation de ce bureau des Nations unies au bord du lac Léman que nous allons examiner, en sollicitant essentiellement les documents tirés des Archives fédérales suisses et partiellement publiés dans les volumes 15, 16 et 17 des Documents diplomatiques suisses et disponibles sur le site Internet Il convient de rappeler que durant la deuxième guerre mondiale, la Suisse a maintenu jusqu à la fin des hostilités en septembre 1945 sa politique d Etat neutre, réaffirmée en septembre 1939, à l adresse de tous les belligérants, à la suite de l agression contre la Pologne. A l issue de la guerre, l'attachement du Conseil fédéral et du peuple suisse à la neutralité sort encore renforcé des épreuves de la guerre 3. Cependant, les circonstances de la fin de la guerre et de la mise en place d'une nouvelle organisation internationale sont très différentes de celles qui prévalaient à l issue du premier conflit mondial, même si les questions de principe se posent dans des termes quasi identiques 4. Ainsi, la Suisse, qui avait 1 Professeur à l Université de Genève. 2 Il revint au Ministre français des Affaires étrangères, Dominique de Villepin, de recommander à l Assemblée générale des Nations unies l adoption du projet de résolution portant admission de la Suisse aux Nations unies, le 12 septembre 2002.Pour une mise en perspective de la question de l adhésion de la Suisse à l ONU, cf. François NORDMANN. La Suisse et l ONU au vingt-et-unième siècle. Genève, éditions du Tricorne, Notre contribution : «La neutralité suisse à l épreuve de la Deuxième Guerre mondiale» in : Guerres mondiales et conflits contemporains. Paris, No 194/1999, pp ; pour les documents essentiels, on se référera aux volumes 13,14 et 15 des Documents diplomatiques suisses, désormais DDS ainsi qu aux volumes 16 et 17 pour la période et aux documents disponibles dans la base de données selon les numéros indiqués. 4 Notre contribution: "La Suisse et la préparation à l'après-guerre" in: Plans des temps de guerre pour l'europe d'après-guerre , (Edit. Michel Dumoulin, Bruxelles, Bruylant, 1995, pp ; pour les documents, cf. DDS, vol. 14 et 15, rubrique : L après-guerre et les organisations internationales.

2 été associée avec d autres Etats neutres à certaines séances consacrées à la rédaction du Pacte de la Société des Nations, à Paris, en 1919, n'a pas participé à la Conférence des Nations Unies convoquée à San Francisco pour mettre au point et adopter les documents élaborés par des experts des Grandes Puissances alliées, notamment à Dumbarton Oaks, en 1944, et approuvés par les Trois Grands - Churchill, Roosevelt, Staline - à Yalta, en février Autrement dit, quand la Conférence de San Francisco se réunit à la fin d'avril 1945, la guerre n'est pas terminée en Europe (l'allemagne capitule le 8 mai) et l'issue encore incertaine en Extrême-Orient (le Japon ne capitulera que le 12 septembre 1945) au moment où la Charte des Nations Unies est adoptée (le 26 juin). Dans ces conditions, les Puissances alliées n'ont même pas tenté d'inviter la Suisse avant tout parce qu'elle rendait d'inestimables services aux belligérants; ceux-ci appréciaient unanimement, à part l'urss, l'active politique de neutralité qu'elle a menée depuis le déclenchement des hostilités, notamment à travers des mandats de représentations des intérêts de presque cinquante Etats en guerre dans tous les continents et par une action humanitaire au nom de la Croix Rouge suisse ou par un soutien constant au Comité international de la Croix Rouge. A la Conférence de San Francisco, en juin 1945, contrairement à la Conférence de la Paix de Paris en 1919, la désignation du siège de la nouvelle Organisation des Nations unies n'a pas été décidée. Cette situation va dicter à la Suisse une grande prudence, tout en manifestant une présence active, en participant à plusieurs conférences à caractère technique convoquées par les Nations Unies dès 1944 (Travail, UNRRA, Transports aériens, Commerce) et un intérêt soutenu pour les projets d'activités et de mécanismes de la nouvelle organisation de paix et de coopération internationale. Mais, ce qui va faire que la Suisse a été immédiatement placée dans une position de partenaire de la nouvelle ONU, c'est le patrimoine laissé par la Société des Nations dont le sort n'avait pas encore été réglé. Il constituait, à vrai dire, un atout incomparable pour la Suisse et représentait un intérêt non négligeable tant au plan matériel que moral pour la nouvelle organisation qui avait besoin de locaux et de compétences. En 1945, la Société des Nations disposait encore de quelque 110 fonctionnaires qui remplissaient diverses tâches techniques, installés dans un prestigieux Palais des Nations, inauguré en Or, qu'allait-il advenir à la fois des fonctionnaires restants (mais ceux-ci étaient aisément transférables dans la mesure où leurs compétences pouvaient être mises à la disposition des Nations Unies) et surtout de l'imposant édifice financé par les Etats membres de la Société des Nations et dont la plupart se retrouvaient à l'onu.

3 Dès l'été 1945, le nom de Genève était évoqué comme éventuelle nouvelle capitale du monde, mais d'autres solutions étaient imaginées, notamment celle d'une répartition de sièges administratifs entre Grandes Puissances, parmi lesquelles les Etats-Unis ne cachaient pas leur ambition de proposer une ville américaine comme siège central. Certes, il y avait des amis de la Suisse et de Genève, surtout dans les milieux diplomatiques européens, notamment au Foreign Office, pour conseiller aux Suisses de ne poser si possible aucune condition, notamment à propos de la neutralité, au cas où les Grandes Puissances en viendraient à proposer Genève comme siège de l'onu. 5 C'est dans ce contexte que certains milieux internationaux et suisses favorables à Genève, mais conscients aussi de l'impossibilité de mettre en cause le statut de neutralité de la Suisse pour des raisons relevant de sa politique intérieure ont envisagé de doter d'un statut d'exterritorialité un territoire restreint qui relierait le domaine de l'ariana, sur lequel avait été construit le Palais des Nations, au Pays de Gex par un corridor qui permettrait une liaison entre le Palais des Nations destiné à abriter les organisations techniques de l'onu et un édifice à construire sur territoire français dans lequel pourrait siéger le Conseil de sécurité et l'etat-major qui lui serait rattaché. L'idée d'une enclave internationale, estimait-on, serait la condition qui pourrait décider, en particulier, l'urss à approuver le choix de Genève, d'autant plus que la Suisse n'avait pas encore réussi à rétablir des relations diplomatiques avec Moscou (ce sera fait en mars 1946) 6. Mais rapidement, cette idée d'enclave a été rejetée par les experts suisses qui estimaient que les droits d'exterritorialité dont bénéficiaient les organisations internationales déjà établies en Suisse, au titre des privilèges et immunités diplomatiques, étaient suffisants. En réalité, le Conseil fédéral s'est montré prudent par rapport à ces perspectives, préoccupé qu'il était de ne pas heurter de front les ambitions notoires des Etats-Unis que même d'autres Puissances avaient beaucoup de peine à contrer en ce qui concerne certains principes ou mécanismes de la nouvelle organisation. 7 C'est finalement la première Assemblée générale constitutive des Nations unies, réunie à Londres du 10 janvier au 14 février 1946 qui s'est prononcée en faveur de l'installation du siège permanent de l'onu dans une ville américaine (non désignée) et qui a adopté les bases d'un règlement de la question du transfert des avoirs et de certaines activités de la Société des Nations à l'onu. Dans une 5 Cf. DoDis 45 in Sur le site indiqué, on consultera soit des documents originaux reproduits sous forme image, soit des références documentaires ou archivistiques. 6 DDS, vol. 16, No 64, pp ; aussi Suisse-Russie. Contacts et ruptures Documents tirés des Archives du Ministère des Affaires étrangères de Russie et des Archives fédérales suisses, choisis, annotés et présentés par Antoine Fleury et Danièle Tosato-Rigo, Berne, Haupt, 1994, surtout documents Nos DDS, vol. 16, No 48, pp

4 résolution du 12 février 1946, elle a recommandé en effet que l'onu assure la continuité de certains pouvoirs et de certaines fonctions assumés jusqu'ici par la Société des Nations dès qu'une prochaine assemblée de la SdN aura été réunie régulièrement pour entériner sa dissolution et les transferts de ses avoirs et fonctions à l'onu. Or, l'organisation de cette dernière assemblée de la SdN a sollicité les autorités suisses et bien entendu l'administration résiduelle du Palais des Nations; elle a réuni à Genève du 8 au 18 avril 1946 les délégations de 34 Etats sur la quarantaine d'etats invités. Elle a été marquée par des discours émouvants et solennels de délégués prestigieux tel Lord Robert Cecil (un des pionniers de la SdN dès 1919), du délégué britannique Noël Baker ainsi que du délégué français Paul Boncour qui s'était déjà distingué par ses interventions au sein de la SdN; en ce printemps 1946, il mobilisa son auditoire non par des envolées nostalgiques, mais par une invitation à l'optimisme en formulant ses vœux pour la réussite de l'onu à laquelle la SdN ne léguait pas seulement ses avoirs, pas seulement ses archives, mais surtout son expérience de vingt-cinq ans. Enfin, dans la séance de clôture, le 18 avril, à 15h00, présidée par le Norvégien, Carl Hambro, l'assemblée approuvait les rapports des commissions, notamment les conclusions de la première commission relatives à la reprise par les Nations unies d'institutions ou d'activités assumées par la SdN -Cour permanente de Justice internationale, assistance aux réfugiés, mandats, tâches de secrétariat, enregistrement des traités 8 - et les conclusions de la deuxième commission, chargée d'établir avec le comité ad hoc des Nations unies, créé déjà le 18 décembre 1945, un plan de transferts des avoirs et biens de la SdN, à la nouvelle organisation. Enfin, l'acte de dissolution de la SdN a été prononcé, par appel nominal de chaque pays, à l'unanimité des 34 délégués qui ont répondu par oui ou yes. Le détail a son importance car la séance a été radiodiffusée. Ce qui signifie que les participants et organisateurs souhaitaient donner à cet acte de dissolution une solennité manifeste, mus sans doute par le sentiment et la conviction qu'il ne s'agissait pas d'une cérémonie d'enterrement, mais au contraire d'un passage du témoin, vers un nouveau départ puisque l'onu allait poursuivre ce que la SdN avait commencé, selon les paroles du Président Hambro. Par cette dernière manifestation, la transition et par conséquent la continuité étaient assurées entre la SdN et l'onu. Très concrètement, le transfert des biens et avoirs de la SdN à l'onu, dont le principe avait été approuvé par l'assemblée générale, le 12 février 1946, pouvait être assuré; la valeur totale de ces biens avait été estimée à ,61 francs 8 A ce titre, le Secrétariat de la SdN a enregistré, publié et conservé 4834 traités ou conventions dont la garde et la gestion sont confiées au Secrétariat de l'onu qui poursuit cette mission, en publiant notamment le Recueil des Traités, conformément à l'article 102 de la Charte.

5 suisses comprenant bâtiments, mobilier, stock de fournitures de bureaux, etc. Cependant, le bâtiment de la bibliothèque, construit grâce à un don de Rockefeller pour un coût de ,22 francs suisses n'est pas pris en considération dans ce total, ni d'autres dons dont la valeur minimale a été estimée à francs suisses. L'Assemblée générale de l'onu avait constitué en février 1946 un comité, chargé de négocier avec le gouvernement suisse des accords rendus nécessaires par le transfert aux Nations unies des biens et avoirs de la Société des Nations. 9 Des pourparlers eurent lieu à Berne les 4-6 avril 1946 et se terminèrent à Genève le 19 avril, le lendemain même de la dissolution de la Société des Nations, 10 par la signature: 1. d'une Convention sur l'ariana concernant les droits et obligations de la Suisse et des Nations unies en ce qui concerne l'affectation du domaine de l'ariana (Palais des Nations et extérieurs). En fait, elle remplaçait la convention conclue le 26 mars 1929 entre la société des Nations et la Confédération suisse; 2. d'un Arrangement provisoire sur les privilèges et immunités en vue de l'établissement à Genève de certains services de l'onu, arrangement qui reprend les dispositions de la Convention adoptée par les Nations unies le 13 février 1946, destinée à servir de base à l'arrangement que les Nations unies avaient à négocier avec les Etats-Unis du fait du choix d'une ville américaine, non encore formellement désignée, pour abriter le siège de l'onu 11. Pourquoi l'accord avec la Suisse était-il provisoire? Tout simplement parce que la Suisse n'était pas membre des Nations Unies et que l'on ignorait encore quels seraient les services que l'onu déciderait d'installer à Genève. Toutefois, en approuvant ces accords destinés à assurer toute l'indépendance nécessaire aux activités de l'onu, le Conseil fédéral voulait encourager les efforts déployés au sein des Nations unies en vue de maintenir et de développer à Genève un centre important d'activités internationales 12 ; dans ce but, il s'agissait d'y attirer au plus vite certains services, de ne dresser aucun obstacle à leur installation et de ne formuler aucune restriction si possible en ce qui concerne les activités que l'onu pourrait y exercer, en invoquant notamment le respect de la neutralité du pays-hôte. Mais ce qui allait faciliter et accélérer l'établissement de services des Nations Unies à Genève, c'est que l'onu y disposait dès le ler août 1946 de la jouissance du Palais des Nations dont elle était 9 Cf. DoDis Nos 141,175 et Cf. DoDis Nos 1383, Pour ces accords entre la Suisse et l'onu, cf. Recueil des Traités, vol. I, pp Cf. DoDis No 120.

6 propriétaire depuis la dissolution de la Société des Nations; là résidait l'atout majeur de Genève, puisque l'onu ne possédait pas encore un quelconque bâtiment à elle pour son secrétariat provisoirement installé aux Etats-Unis. Or, le lendemain déjà, le Secrétaire général des Nations Unies, le Norvégien Trygve Lie, débarquait à Genève pour visiter les lieux qu'il ne connaissait pas encore, et il se rendit à Berne, le 3 août, en vue de s'assurer que le Conseil fédéral était bien disposé à lui accorder l'emploi inconditionnel du Palais des Nations. 13 Sa question était d'autant plus légitime que la Suisse n'était pas membre et qu'il était sans doute bien informé des réticences helvétiques à entrer à l'onu tant que cette dernière ne reconnaîtrait pas le statut de neutralité de la Suisse comme la SdN l'avait fait en Aussi pour le Secrétaire général était-il important de savoir si la Suisse ne s'opposerait pas à la tenue de séances du Conseil de sécurité. Or, à Berne, les avis des experts et du Conseil fédéral étaient unanimes à penser qu'il fallait éviter de risquer de mettre en cause le statut de neutralité au cas où le Conseil de sécurité y siégerait, notamment en période de crises internationales impliquant des décisions militaires; le Département fédéral des Affaires étrangères n'a donc pas pu répondre positivement à cette exigence formulée explicitement par le Secrétaire général d'utiliser le Palais des Nations "pour des réunions de tous les organes de l'onu, et pour les activités de tous les services de l'onu, sans exception". Ainsi le premier voyage du premier Secrétaire général des Nations Unies à Berne, en août 1946, a été un demi-succès; la clarification de la situation nécessitera une suite de contacts, puis de négociations à Genève, puis à New York, dans le cadre de la deuxième session de l'assemblée générale des Nations unies, en automne Dans l'intervalle, toutes les organisations spécialisées des Nations Unies - Organisation pour l'aviation civile internationale, Organisation mondiale de la Santé, celle pour l'alimentation et l'agriculture - ont évoqué la possibilité de s'établir à Genève, tandis que l'organisation internationale du Travail était déjà en train d'y effectuer le retour de son Bureau. 14 Aussi la délégation suisse, présente en tant qu'observateur à New York à la fin de 1946, a-t-elle beaucoup contribué à clarifier les relations entre la Suisse et l'onu, du fait que cette délégation se soit trouvée dans la situation d'avoir des problèmes concrets importants à régler avec le Secrétariat et avec certaines commissions de l'assemblée tandis que les délégations de la plupart des Etats membres n'avaient pour ainsi dire pas de questions bilatérales à traiter avec les Nations unies. Or, l'un de ces problèmes concrets, en plus d'autres questions importantes comme la participation de la Suisse à la nouvelle Cour internationale de 13 DDS, vol. 16, No 82, pp et DoDis Nos 56,148,251, DDS, vol. 16, No 95, pp et DoDis No 45,122, 245,248, 249.

7 Justice qu'elle a réussi à faire entériner par l'assemblée plénière du 11 décembre 1946, 15 sans qu'ait été soulevée la question de l'adhésion préalable à l'onu, concernait en premier lieu l'installation de services des Nations Unies à Genève, au Palais des Nations; 16 il s'agissait en particulier de clarifier les conditions liées à leurs activités, étant donné le statut de neutralité de la Suisse et de la non-appartenance à l'onu. 17 Dans les pourparlers qu'ils conduisirent à New York sur cet aspect délicat à propos duquel le Conseil fédéral n'était pas parvenu à une position satisfaisante, lors de la visite du Secrétaire général à Berne, en août, les délégués suisses, qui échangèrent de nombreux projets de déclaration avec les fonctionnaires du Secrétariat général au cours du mois d'octobre reçurent un soutien décisif du chef de la diplomatie suisse, Max Petitpierre; dans une lettre, datée du 22 octobre 1946, adressée au Secrétaire général des Nations Unies, Petitpierre annonçait qu'en plus de l'engagement pris dans l'accord du 19 avril 1946, de faciliter au mieux l'installation et la présence des délégués, experts et fonctionnaires accomplissant des tâches définies par les Nations unies, sous réserve d'activités qui pourraient être contraires à la neutralité suisse, le Conseil fédéral levait désormais toute restriction à l'application de cet accord et autorisait par conséquent les Nations unies à convoquer en Suisse toute réunion ou y installer tout service qu'elles jugeraient bon "sans aucune restriction". Toutefois, le Conseil fédéral tenait à préciser que "la Confédération suisse n'encourt aucune responsabilité du fait des activités en Suisse de l'onu, de ses organes, de ses fonctionnaires et de toute personne agissant pour son compte ou en son nom". En ce qui concerne la neutralité proprement dite, le Conseil fédéral se limitait à émettre la réserve "que des opérations militaires en cas de conflit entre Membres des Nations unies ou entre les Nations unies et un Etat tiers ne seront en aucun cas dirigées du territoire suisse". L'effort de clarification avait porté sur une formulation qui impliquait au départ une réserve générale à l'égard du Conseil de sécurité et qui ne s'appliquerait plus dans la nouvelle formule qu'en cas de guerre. Les termes de cette clarification des relations entre la Suisse et les Nations Unies ont été portés à la connaissance de l'assemblée générale, le 8 novembre; ils ont été approuvés, le 28 novembre, à l'unanimité des délégués, qui avalisaient ainsi l'ultime réserve formulée par le gouvernement suisse en ce qui concerne l'installation d'un Etat-major opérationnel à partir de Genève en cas de conflit. Par rapport à son exigence formulée en août, il est vrai que le Secrétaire général, mal informé des implications diverses de la neutralité pour la Suisse, mais aussi pour l'onu elle-même, 15 Cf. DoDis No Cf. DoDis No Cf. DoDis Nos 40, 118, 151, 153, 254, 1486.

8 avait finalement accepté la formulation juridiquement boiteuse, mais politiquement adroite, proposée par les diplomates suisses; que le Secrétaire général l'ait acceptée a été considéré comme une concession de sa part. En effet, les délégués suisses avaient pu progressivement convaincre les fonctionnaires du secrétariat, chargés de la négociation, que les mesures que la Suisse prendra, en tant qu'etat neutre, pour sauvegarder sa propre sécurité, ne pourra que profiter à la sécurité des organes des Nations unies installés à Genève, mais à condition que ces derniers ne soient pas impliqués dans des actions concrètes de caractère militaire. On laissait ainsi entrevoir la possibilité qu'en cas de conflit international les organes des Nations unies pourront poursuivre à Genève en toute sécurité leurs activités ordinaires, ce qui ne serait sans doute pas le cas s'ils se trouvaient installés dans un pays en guerre. N'oublions pas qu'en 1946 la perspective d'une troisième guerre mondiale était dans bien des esprits, notamment à la suite des premiers affrontements entre Washington et Moscou au sujet des agissements et prétentions soviétiques en Iran et en Turquie. Autrement dit, dans ce contexte où la paix générale était loin d'être assurée, l'installation des Nations Unies à Genève, dans un Etat qui affirmait vouloir non seulement maintenir son statut de neutralité, mais prendre les mesures pour le garantir tant au plan diplomatique que militaire, recueillit l'approbation de tous les Etats présents à New York. Le nouvel arrangement entre le gouvernement suisse et les Nations unies, concernant l'utilisation du Palais des Nations, approuvé par l'assemblée générale le 14 décembre , levait enfin l'obstacle qui empêchait le Secrétaire général d'envisager l'utilisation en toute liberté de la place de Genève comme lieu d'activités permanentes ou de réunions d'organes de l'onu. Pour le négociateur suisse, Daniel Secrétan, la Suisse voyait ainsi sa position doublement renforcée par rapport aux Nations unies, en ce sens que c'était la première fois que le nouvel ordre mondial reconnaissait implicitement le statut particulier de la Suisse, pays non-membre, mais néanmoins hôte de celle-ci et que grâce aux arrangements intervenus depuis avril 1946, le bureau de l'organisation à Genève pourra se développer peu à peu; son développement reflétera d'ailleurs, estime-t-il, la part grandissante que saura prendre l'europe dans les affaires mondiales, pour rééquilibrer ainsi l'hégémonie américaine sur les Nations unies, que beaucoup d'observateurs de l'époque jugeaient certes inévitable et utile étant donné l'état de délabrement matériel dans lequel se trouvaient la plupart des Etats européens mais qu'il faudra rapidement contenir. Or, le fait que Genève ait été choisie procurait quelque espoir dans ce rééquilibrage, mais le démarrage était bien modeste, en tout cas plus modeste 18 Recueil des Traités, vol. I, pp

9 que ce que certaines prévisions avançaient; en effet le premier budget voté par l'assemblée générale pour le "bureau de Genève" ne s'élevait qu'à dollars, soit 3 millions de francs suisses; ce qui correspondait à un dixième du budget de la SdN, au temps de sa prospérité; quant au nombre de fonctionnaires prévus pour Genève, il était évalué à 200 personnes. Dans ces conditions, note Secrétan, il "convient de ne pas se laisser aller à des illusions", même si l'adhésion prochaine d'etats européens devait renforcer les services établis à Genève. Rappelons qu'en 1946 seuls onze Etats européens sur vingt-cinq étaient membres des Nations unies. Parallèlement aux négociations menées durant l'été et l'automne de 1946 au sujet de l'établissement à Genève de certains organes et services de l'onu, la diplomatie suisse a été tentée de solliciter de la part de l'assemblée des Nations unies la reconnaissance du statut de neutralité comme condition de son adhésion à la nouvelle organisation de paix; ce qui était visé, c'était une formule qui reprendrait l'essentiel de la déclaration de Londres de février 1920 qui avait permis au gouvernement fédéral de faire approuver par le peuple l'entrée à la Société des Nations. Pensant qu'il pourrait tirer parti des excellentes dispositions manifestées par les Etats au sujet de la fonction internationale de Genève, malgré la réserve exprimée par Berne au titre de la neutralité, le Chef du Département politique fédéral, Petitpierre, a adressé une lettre, datée du 19 octobre, au Président de l'assemblée des Nations unies, le Ministre belge des Affaires étrangères, P. H. Spaak, dans laquelle il exprimait le souhait du Conseil fédéral d'examiner dans quelles conditions la Suisse pourrait être admise avec un statut spécial, à titre exceptionnel, au sein des Nations unies 19. Bien au fait des obstacles juridiques et politiques qu'une telle demande impliquerait, le Président Spaak a conseillé de ne pas soulever un tel débat de principe au sein de l'assemblée générale, car il risquerait de compromettre une politique qui a si bien réussi à la Suisse, à savoir de participer pleinement aux activités non politiques des Nations unies 20. Petitpierre a eu la sagesse de ne pas insister car tous les sondages auprès des délégués et hommes d'etat considérés comme amis de la Suisse avaient montré qu'une telle demande aurait été rejetée quasi à l'unanimité des Etats membres et sans doute compromis la pleine participation de la Suisse aux institutions spécialisées de l'onu à commencer par la Cour internationale de Justice. Par ailleurs, il était évident à l'époque, et cela semble être valable jusqu'à nos jours, que le peuple suisse ne saurait sacrifier le statut de neutralité sur l'autel de l'onu. Durant plus d un demi-siècle, jusqu à sa participation pleine et entière à l Organisation des 19 DDS, vol. 16, No 98, pp DDS, vol. 16, No 100. pp

10 Nations unies, depuis septembre 2002, la Suisse a pu concilier une politique apparemment contradictoire, celle qui aurait dû normalement la conduire à l'isolement par rapport aux autres Etats, tous membres de l'organisation des Nations unies, et celle d'un engagement permanent que requièrent les multiples intérêts communs avec les Nations unies du fait du développement de celles-ci à Genève, notamment par l installation de la grande majorité des organisations spécialisées du système des Nations unies et d un nombre exponentiel d agences et d organisations non-gouvernementales en relation avec les activités des diverses institutions internationales. Prenant en considération ce développement impressionnant qu a connu la fonction internationale de Genève qu aucun expert n aurait pu prévoir dans cette dimension en 1945/1946, il convient de reconnaître l'incomparable atout qu'a représenté à un moment crucial la présence d'un majestueux Palais des Nations ; sans cette présence la vocation internationale de Genève n'aurait guère eu de chances de reprendre le flambeau qu'elle tenait en tant que siège de la Société des Nations et du Bureau international du Travail. On peut aussi faire remarquer qu une conséquence non moins importante de cette relance de la Genève internationale, c'est qu'elle a, plus que tout autre facteur, permis à la Suisse de demeurer neutre, sans pour autant être isolée. On peut même affirmer que, grâce au développement de l'office européen des Nations unies en un véritable centre d'activités et de négociations internationales, la Suisse s'est trouvée au contraire en permanence au cœur des grands événements de ce dernier demi-siècle, sans qu'elle le recherchât. Elle a non seulement été sollicitée à accomplir plusieurs mandats au service de la communauté internationale, à commencer par sa participation à la commission de contrôle de l armistice en Corée de 1953 à nos jours, par l accueil de la conférence sur les questions asiatiques qui mit fin au conflit franco-indochinois en 1954, de la première rencontre au Sommet, dix ans après la conférence de Potsdam, celui des Quatre Grands en juillet 1955 ainsi que de la grande conférence pour l utilisation de l énergie atomique à des fins pacifiques en août 1955 : autant de manifestations qui semblaient annoncer la fin de la guerre froide entre les deux grands blocs qui se disputaient le contrôle de notre planète. 21 Autant d événements qui ont permis à la diplomatie d être au centre des grands enjeux internationaux dont la série des six volumes des Documents diplomatiques suisses qui couvrent la période rendent compte abondamment, complétés par de nombreux documents originaux disponibles sur le site 21 Pour des documents, des témoignages et des illustrations, cf. Guy METTAN. Genève. Ville de Paix. De la Conférence de 1954 sur l Indochine à la coopération internationale. Genève, Slatkine, 2004.

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970)

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970) 18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1 (Conclue le premier juin 1970) Les Etats signataires de la présente Convention, Désirant faciliter la reconnaissance des

Plus en détail

Estimant opportun de fixer les règles et les méthodes à suivre en vue de l'application de l'article 102 de la Charte des Nations Unies, ainsi conçu:

Estimant opportun de fixer les règles et les méthodes à suivre en vue de l'application de l'article 102 de la Charte des Nations Unies, ainsi conçu: ENREGISTREMENT ET PUBLICATION DES TRAITÉS ET ACCORDS INTERNATIONAUX. RÈGLEMENT DESTINÉ À METTRE EN APPLICATION L'ARTICLE 102 DE LA CHARTE DES NATIONS UNIES Adopté par l'assemblée générale le 14 décembre

Plus en détail

STATUTS ASSOCIATION Compos Sui

STATUTS ASSOCIATION Compos Sui STATUTS ASSOCIATION Compos Sui Titre I : Buts et Composition de l association Article 1 : Dénomination, Buts et Siège social Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Accord entre l'organisation des Nations Unies et l'organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle [ * ] Préambule

Accord entre l'organisation des Nations Unies et l'organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle [ * ] Préambule Accord entre l'organisation des Nations Unies et l'organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle [ * ] Préambule En application des dispositions de l'article 57 de la Charte des Nations Unies et

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/2006/10 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr.: Générale 29 novembre 2006 Français Original: Anglais Première session Amman, 10-14

Plus en détail

ARTICLE 27. Introduction... 1-4. I. Généralités... 5-7. II. Résumé analytique de la pratique... 8-11

ARTICLE 27. Introduction... 1-4. I. Généralités... 5-7. II. Résumé analytique de la pratique... 8-11 ARTICLE 27 Table des matières Paragraphes Texte de l'article 27 Introduction... 1-4 I. Généralités... 5-7 II. Résumé analytique de la pratique... 8-11 A. La distinction entre les "questions de procédure"

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Union africaine Union africaine E/ECA/COE/34/2 Commission économique pour l Afrique Comité d experts Trente-quatrième réunion Union africaine Comité d experts

Plus en détail

25. la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe)

25. la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe) -coopération 25. la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe) 1 9. Reconnaît les conséquences négatives que la non exécution des requêtes de la Cour peut avoir sur la capacité de la Cour à mener à bien

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

L'Organisation Internationale du Travail (l'oit) en général

L'Organisation Internationale du Travail (l'oit) en général L'Organisation Internationale du Travail (l'oit) en général Depuis quand existe l'oit? Qu'est-ce que l'oit en chiffres? Qu'est ce que le Travail décent? Quels sont les principes et droits fondamentaux

Plus en détail

STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre

STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre ARTICLE 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

ASSOCIATION DES LAUREATS DE L'INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE ET D'ADMINISTRATION DES ENTREPRISES Région de Casablanca ALISCA

ASSOCIATION DES LAUREATS DE L'INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE ET D'ADMINISTRATION DES ENTREPRISES Région de Casablanca ALISCA ASSOCIATION DES LAUREATS DE L'INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE ET D'ADMINISTRATION DES ENTREPRISES Région de Casablanca ALISCA Association marocaine régie par le dahir du 15 novembre 1958 Siège : Casablanca,

Plus en détail

COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS. Projet. Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988

COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS. Projet. Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988 "STRICTED '*9 988 Déciale COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS Projet Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988 Les délégations sont invitées à faire parvenir au secrétariat, d'ici au

Plus en détail

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES STATUTS

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES STATUTS FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES Association Internationale Sans But Lucratif STATUTS Approuvé par l Assemblée Générale du 16/06/2015 Dénomination, but et objectif

Plus en détail

STATUTS CLUB FJR 1300 France www.clubfjr1300france.fr

STATUTS CLUB FJR 1300 France www.clubfjr1300france.fr STATUTS CLUB FJR 1300 France www.clubfjr1300france.fr Article 1 : Création Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) En vue d'une première discussion, le comité permanent

Plus en détail

Projet de modification de la loi concernant la profession d'avocat - RSJU 188.11

Projet de modification de la loi concernant la profession d'avocat - RSJU 188.11 Projet de modification de la loi concernant la profession d'avocat - RSJU 188.11 Tableau comparatif Législation actuelle Projet de loi Commentaires La loi du 3 septembre 2003 concernant la profession d'avocat

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

Commission de la défense nationale

Commission de la défense nationale Commission de la défense nationale RÈGLEMENT XII e LÉGISLATURE CHAPITRE I Dénomination, composition et attributions Article 1 er (Dénomination) 1. La Commission de la défense nationale est la commission

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la fonction publique Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C Le ministre de la fonction publique à

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI F OMPI A/46/11 ORIGINAL : anglais DATE : 26 novembre 2008 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI Quarante-sixième série de réunions Genève, 12

Plus en détail

Amis du Chant Lyrique Associés en Europe. Association loi 1901

Amis du Chant Lyrique Associés en Europe. Association loi 1901 Amis du Chant Lyrique Associés en Europe. Association loi 1901 Statuts TITRE PREMIER ARTICLE 1 : CONSTITUTION ET DENOMINATION Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

BANQUE DE DEVELOPPEMENT DU CONSEIL DE L EUROPE

BANQUE DE DEVELOPPEMENT DU CONSEIL DE L EUROPE BANQUE DE DEVELOPPEMENT DU CONSEIL DE L EUROPE REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE DIRECTION 1 Edition mise à jour en novembre 2014 1 La version originale adoptée les 19-20 décembre 1994 mentionnait «Fonds

Plus en détail

STATUTS ARAET. Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012

STATUTS ARAET. Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012 -1- STATUTS ARAET Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012 TITRE I : Nom Buts Siège - Durée Article 1 : Nom 1.1 L Association Romande Arts, Expression et Thérapies - ARAET - est une

Plus en détail

CONVENTION SUR LA COMPÉTENCE DU FOR CONTRACTUEL EN CAS DE VENTE A CARACTÈRE INTERNATIONAL D'OBJETS MOBILIERS CORPORELS (Conclue le 15 avril 1958)

CONVENTION SUR LA COMPÉTENCE DU FOR CONTRACTUEL EN CAS DE VENTE A CARACTÈRE INTERNATIONAL D'OBJETS MOBILIERS CORPORELS (Conclue le 15 avril 1958) CONVENTION SUR LA COMPÉTENCE DU FOR CONTRACTUEL EN CAS DE VENTE A CARACTÈRE INTERNATIONAL D'OBJETS MOBILIERS CORPORELS (Conclue le 15 avril 1958) Les Etats signataires de la présente Convention; Désirant

Plus en détail

CONVENTION SUR LA COMPÉTENCE DU FOR CONTRACTUEL EN CAS DE VENTE A CARACTÈRE INTERNATIONAL D'OBJETS MOBILIERS CORPORELS (Conclue le 15 avril 1958)

CONVENTION SUR LA COMPÉTENCE DU FOR CONTRACTUEL EN CAS DE VENTE A CARACTÈRE INTERNATIONAL D'OBJETS MOBILIERS CORPORELS (Conclue le 15 avril 1958) CONVENTION SUR LA COMPÉTENCE DU FOR CONTRACTUEL EN CAS DE VENTE A CARACTÈRE INTERNATIONAL D'OBJETS MOBILIERS CORPORELS (Conclue le 15 avril 1958) Les Etats signataires de la présente Convention; Désirant

Plus en détail

COMITE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE

COMITE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE Octobre 2013 CFS 2013/40/10 Rev.1 F COMITE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE MONDIALE Quarantième session Rome (Italie), 7-11 octobre 2013 PROPOSITIONS D'AMENDEMENTS À APPORTER AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CSA ET

Plus en détail

1. Résolution sur les dispositions transitoires

1. Résolution sur les dispositions transitoires RESOLUTIONS ADOPTEES PAR LA CONFERENCE DE PLENIPOTENTIAIRES RELATIVE A LA CONVENTION DE STOCKHOLM SUR LES POLLUANTS ORGANIQUES PERSISTANTS 1. Résolution sur les dispositions transitoires Ayant adopté le

Plus en détail

Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps

Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps Texte original Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps 0.211.212.3 Conclue à La Haye le 1 er juin 1970 Approuvée par l Assemblée fédérale le 4 mars 1976 1 Instrument de

Plus en détail

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Commission des finances Distr. GÉNÉRALE ISBA/5/FC/1 30 septembre 1999 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Cinquième session Kingston

Plus en détail

Projet de position de la Communauté sur la procédure et l'organisation des négociations d'adhésion du Portugal (Bruxelles, 29 novembre 1978)

Projet de position de la Communauté sur la procédure et l'organisation des négociations d'adhésion du Portugal (Bruxelles, 29 novembre 1978) Projet de position de la Communauté sur la procédure et l'organisation des négociations d'adhésion du Portugal (Bruxelles, 29 novembre 1978) Légende: Conformément au mandat qui lui a été confié le 17 octobre

Plus en détail

REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI

REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI 1 REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL TABLE DES MATIERES REGLE SUJET PAGE 1 Membres 3 2-3 Réunions 3 4 Invitation aux observateurs 3 5-6 Délégations 3 7-10 Ordre du

Plus en détail

Association «Comm'une Sereine»

Association «Comm'une Sereine» Association «Comm'une Sereine» STATUTS Adoptés par l'assemblée Générale Constitutive du 26 septembre 2014. ARTICLE 1 CONSTITUTION ET DENOMINATION Les adhérents aux présents statuts fondent une association

Plus en détail

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS PREAMBULE Les Médiateurs des pays membres de l UEMOA, conformément à la recommandation de leur première réunion tenue à Ouagadougou

Plus en détail

Statuts de l association Médiation Culturelle Suisse

Statuts de l association Médiation Culturelle Suisse Statuts de l association Médiation Culturelle Suisse I. Nom, siège, but, financement Art. 1 Nom et siège 1 Sous le nom Médiation Culturelle Suisse, nommée ci-après l association, est constituée une association

Plus en détail

Ordre du jour provisoire annoté et projet d organisation des travaux

Ordre du jour provisoire annoté et projet d organisation des travaux Nations Unies A/AC.260/1 Assemblée générale Distr.: Générale 25 juin 2001 Français Original: Anglais Réunion du Groupe intergouvernemental d experts à composition non limitée chargé d élaborer un projet

Plus en détail

ANNEXE. à la PROPOSITION DE DÉCISION DU CONSEIL

ANNEXE. à la PROPOSITION DE DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 29.7.2015 COM(2015) 368 final ANNEX 1 ANNEXE à la PROPOSITION DE DÉCISION DU CONSEIL définissant la position à prendre, au nom de l Union européenne, au sein du conseil

Plus en détail

GREP (10) 2 FR FR FR

GREP (10) 2 FR FR FR FR GREP (10) 2 FR FR REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR DUGROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES POSTAUX (GREP) LE GROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES

Plus en détail

Association des Psychologues-Neuropsychologues de Bourgogne. * Statuts * Association des Psychologues - Neuropsychologues de Bourgogne (APNB)

Association des Psychologues-Neuropsychologues de Bourgogne. * Statuts * Association des Psychologues - Neuropsychologues de Bourgogne (APNB) Association des Psychologues-Neuropsychologues de Bourgogne * Statuts * TITRE I : PRESENTATION DE L ASSOCIATION Article 1 : Création de l association Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

T'N DANSE. association déclarée par application de la loi du 1 er juillet 1901 et du décret du 16 août 1901. STATUTS

T'N DANSE. association déclarée par application de la loi du 1 er juillet 1901 et du décret du 16 août 1901. STATUTS T'N DANSE association déclarée par application de la loi du 1 er juillet 1901 et du décret du 16 août 1901. STATUTS ARTICLE PREMIER - DENOMINATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

STATUTS. Organisation Nationale du Curly de Loisirs et de Sports

STATUTS. Organisation Nationale du Curly de Loisirs et de Sports STATUTS Préambule : en date du 14 septembre 2006, il a été déclaré à la sous-préfecture de La Flèche une association loi 1901 ayant pour nom «Organisation Nationale du Curly de Loisirs et de Sports». Conformément

Plus en détail

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A65/35 Point 18.2 de l ordre du jour provisoire 29 mars 2012 Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale Rapport du Secrétariat 1.

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION «SEO CAMP»

STATUTS DE L ASSOCIATION «SEO CAMP» STATUTS DE L ASSOCIATION «SEO CAMP» Version ratifiée par l AGE du 8 décembre 2012 Préambule (modifié par l AGE du 8.12.12) Le SEO Camp rassemble toutes les personnes physiques ou morales dont l'activité

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

but lucratif organisée corporativement au sens des articles 60 et suivants du Code civil suisse.

but lucratif organisée corporativement au sens des articles 60 et suivants du Code civil suisse. Titre préliminaire AEAG : Association des Etudiants Albanais de Genève Art. - CONSTITUTION L Association des Etudiants Albanais de Genève (AEAG) est une association sans but lucratif organisée corporativement

Plus en détail

Statuts de Open Data France

Statuts de Open Data France Statuts de Open Data France Association des Collectivités engagées dans l Open Data I - Constitution, but, composition, siège Article 1 - Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Aucune disposition du règlement intérieur ne peut être adoptée si elle n est pas en conformité avec les statuts du syndicat.

REGLEMENT INTERIEUR. Aucune disposition du règlement intérieur ne peut être adoptée si elle n est pas en conformité avec les statuts du syndicat. CHAMBRE DE L INGENIERIE ET DU CONSEIL DE FRANCE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I DISPOSITIONS PRELIMINAIRES Article 1 er OBJET Le présent règlement, établi en vertu des dispositions de l article 4 des statuts

Plus en détail

Cent soixante et unième session

Cent soixante et unième session ex Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif Cent soixante et unième session Point 9.6 de l'ordre du jour provisoire 161 EX/52 PARIS, le 17 avril 2001 Original

Plus en détail

STATUTS. L Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne 12, place du Panthéon 75 231 Paris Cedex 05

STATUTS. L Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne 12, place du Panthéon 75 231 Paris Cedex 05 STATUTS Article 1 DENOMINATION Il est créé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour dénomination : l Association

Plus en détail

(Entrée en vigueur : 19 avril 1994)

(Entrée en vigueur : 19 avril 1994) Convention intercantonale entre les cantons de Berne, Fribourg, Vaud, Valais, Neuchâtel, Genève et Jura concernant la concertation intercantonale en matière de gestion des déchets (Entrée en vigueur :

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DÉCEMBRE 2014 NOTE N 24 LA

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE --------- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS, LA COUR DE DISCIPLINE BUDGÉTAIRE ET FINANCIÈRE,

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE --------- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS, LA COUR DE DISCIPLINE BUDGÉTAIRE ET FINANCIÈRE, Cour de discipline budgétaire et financière Arrêt du 11 juin 1971, Mutuelle générale française accidents N 19-53 -------------- RÉPUBLIQUE FRANÇAISE --------- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS, LA COUR, LA COUR

Plus en détail

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées.

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées. Association loi 1901- Statuts type avec objet plus large ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901,

Plus en détail

PARTIE I : RAISON, SIEGE ET BUTS DE L ASSOCIATION. Article premier Raison sociale et type d association. Article 2 - Siège

PARTIE I : RAISON, SIEGE ET BUTS DE L ASSOCIATION. Article premier Raison sociale et type d association. Article 2 - Siège STATUTS DE LA SOCIETE INTERNATIONALE E D D ANNOTATION ASSOCIATION DE DROIT SUISSE A BUT NON LUCRATIF Etat au 9 Décembre 2008; Révisé le 10 Septembre 2014 PARTIE I : RAISON, SIEGE ET BUTS DE L ASSOCIATION

Plus en détail

Le Bouq*Café, café-librairie associatif STATUTS

Le Bouq*Café, café-librairie associatif STATUTS Le Bouq*Café, café-librairie associatif STATUTS Siège social: 1 a rue des cadeniers - 44640 LE PELLERIN Le Bouq*Café, café-librairie associatif (association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION PARIS EST VILLAGES

STATUTS DE L ASSOCIATION PARIS EST VILLAGES STATUTS DE L ASSOCIATION PARIS EST VILLAGES Les modifications de ces statuts, établies par le Conseil d'administration de l'association, ont été votées et acceptées à l'assemblée Générale Ordinaire du

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION «SEO CAMP «

STATUTS DE L ASSOCIATION «SEO CAMP « STATUTS DE L ASSOCIATION «SEO CAMP «Préambule Le SEO Camp rassemble toutes les personnes dont l'activité principale ou les centres d'intérêts sont le référencement naturel et les disciplines associées

Plus en détail

Rédaction des statuts d une association de protection de l environnement

Rédaction des statuts d une association de protection de l environnement LES FICHES PRATIQUES Rédaction des statuts d une association de protection de l environnement Les statuts, ce sont deux choses fondamentalement : - d une part, des règles de fonctionnement interne (pour

Plus en détail

de l Organisation de l aviation civile internationale

de l Organisation de l aviation civile internationale TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 859 Affaire No 956 : CARROLL Contre : Le Secrétaire général de l Organisation de l aviation civile internationale LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DES NATIONS UNIES, Composé

Plus en détail

Arte Libera STATUTS DE L ASSOCIATION. Une Charte, qui figure en annexe des statuts, précise les principes de l Association.

Arte Libera STATUTS DE L ASSOCIATION. Une Charte, qui figure en annexe des statuts, précise les principes de l Association. Arte Libera STATUTS DE L ASSOCIATION TITRE 1 NOM, SIÈGE, DURÉE, CHARTE, BUT, MOYENS D ACTION Article 1 - Nom, siège, durée L Association Arte Libera sera constituée le 1 er novembre 2002 au sens des articles

Plus en détail

STATUTS. Elle a son siège au Havre (76), 45 rue Lord Kitchener. Il pourra être transféré ailleurs par simple décision du Conseil d'administration.

STATUTS. Elle a son siège au Havre (76), 45 rue Lord Kitchener. Il pourra être transféré ailleurs par simple décision du Conseil d'administration. STATUTS I. Individualisation de l'association Article 1 : constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association, régie par la loi du 1er juillet 1901 modifiée

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE Q-17 LES ACTIONS SUBALTERNES

INSTRUCTION GÉNÉRALE Q-17 LES ACTIONS SUBALTERNES INSTRUCTION GÉNÉRALE Q-17 LES ACTIONS SUBALTERNES Titre premier Champ d'application et interprétation 1. L'action de participation est une action qui comporte le droit de participer, sans limite, au bénéfice

Plus en détail

Cent soixante-quinzième session

Cent soixante-quinzième session ex Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture Conseil exécutif Cent soixante-quinzième session 175 EX/20 PARIS, le 11 août 2006 Original anglais Point 19 de l ordre du jour

Plus en détail

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/WG.4/2012/1 Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 25 mai 2012 Français Original: anglais Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille Conformément à l article 14 de ses statuts, le «Orchestre Universitaire de Lille» arrête son Règlement Intérieur d association. ARTICLE 14 - Règlement

Plus en détail

ASSOCIATION SUISSE POUR LA QUALITE DANS LES SOINS PALLIATIFS STATUTS. Art.1

ASSOCIATION SUISSE POUR LA QUALITE DANS LES SOINS PALLIATIFS STATUTS. Art.1 ASSOCIATION SUISSE POUR LA QUALITE DANS LES SOINS PALLIATIFS STATUTS I. Nom et siège Art.1 Sous le nom de qualitépalliative, Association suisse pour la qualité dans les soins palliatifs existe une association

Plus en détail

FRANCE RETOUR ACCUEIL STATUTS

FRANCE RETOUR ACCUEIL STATUTS FRANCE RETOUR ACCUEIL STATUTS présentés et adoptés par l Assemblée Constituante du 15 septembre 2015 Article 1er - Nom Le 15/09/2015, il est fondé une Association régie par la loi du 1 er juillet 1901

Plus en détail

Séminaire sur la mise en œuvre du Protocole facultatif à la Convention des Nations Unies contre la Torture au Bénin

Séminaire sur la mise en œuvre du Protocole facultatif à la Convention des Nations Unies contre la Torture au Bénin Séminaire sur la mise en œuvre du Protocole facultatif à la Convention des Nations Unies contre la Torture au Bénin Recommandations / Feuille de route Les participants au séminaire sur la mise en œuvre

Plus en détail

ACCORD SUR LE STATUT LES FONCTIONS DE LA COMMISSION INTERNATIONALE POUR LES PERSONNES DISPARUES

ACCORD SUR LE STATUT LES FONCTIONS DE LA COMMISSION INTERNATIONALE POUR LES PERSONNES DISPARUES ACCORD SUR LE STATUT ET LES FONCTIONS DE LA COMMISSION INTERNATIONALE POUR LES PERSONNES DISPARUES Les Parties au présent Accord, Préoccupées par la disparition de nombreuses personnes chaque année partout

Plus en détail

STATUTS DE L OFFICE CULTUREL VALLEE DE L HERAULT

STATUTS DE L OFFICE CULTUREL VALLEE DE L HERAULT STATUTS DE L OFFICE CULTUREL VALLEE DE L HERAULT ARTICLE PREMIER TITRE Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août

Plus en détail

État présenté par le Secrétaire général conformément à l article 153 du Règlement intérieur de l Assemblée générale

État présenté par le Secrétaire général conformément à l article 153 du Règlement intérieur de l Assemblée générale Nations Unies A/C.5/56/29 Assemblée générale Distr. générale 12 décembre 2001 Français Original: anglais Cinquante-sixième session Cinquième Commission Points 106 b) et 123 de l ordre du jour Troisième

Plus en détail

1. Qu est-ce que l IGC?

1. Qu est-ce que l IGC? Questions fréquemment posées concernant l accréditation auprès du Comité intergouvernemental de la propriété intellectuelle relative aux ressources génétiques, aux savoirs traditionnels et au folklore

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

«Association Maison des lycéens du lycée (Nom du lycée)»

«Association Maison des lycéens du lycée (Nom du lycée)» 1 «Association Maison des lycéens du lycée (Nom du lycée)» Statuts Article 1 Création Il est créé, une association dénommée «Maison des lycéens (MDL) du lycée (Nom du lycée)», conformément aux dispositions

Plus en détail

CONSEIL SYNDICAL LE CONSEILLER SYNDICAL

CONSEIL SYNDICAL LE CONSEILLER SYNDICAL COLLECTION Ce que tout propriétaire ou copropriétaire doit connaître Union des Syndicats de l Immobilier LE CONSEIL SYNDICAL LE CONSEILLER SYNDICAL Notre métier, c est votre garantie Le conseil syndical

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS Plumet 1955 DOUANIERS ET LE COMMERCE Distribution limitée

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS Plumet 1955 DOUANIERS ET LE COMMERCE Distribution limitée RESTRICTED ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS Plumet 1955 DOUANIERS ET LE COMMERCE Distribution limitée Original: anglais UNION DOUANIERE ENTRE L'UNION SUD-AFRICAINS ET LA RHODESIE DU SUD. Nouveau tarif douanier

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Nations Unies CTOC/COP/WG.3/2010/1 Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Distr. générale 1 er avril 2011 Français Original: anglais Rapport

Plus en détail

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 DOCUMENT DE BUENOS AIRES SUR LE MÉCANISME DE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

MAISON KULTURA STATUTS

MAISON KULTURA STATUTS Route de Chêne 41b - CH 1208 Genève - Tél. 022/340 71 11 - Fax 022/344 71 92 - www.kultura.ch MAISON KULTURA STATUTS I. NOM, DURÉE, SIÈGE Dénomination Art. 1 L Association «Maison Kultura» est une fédération

Plus en détail

STATUTS Association des collectivités du Grand Roissy

STATUTS Association des collectivités du Grand Roissy STATUTS Association des collectivités du Grand Roissy Article 1 er Dénomination Durée Siège Objet Accusé de réception Ministère de l intérieur 68488072 I. Il est constitué, une Association régie par la

Plus en détail

RÉSOLUTION 986 (1995) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 3519e séance, le 14 avril 1995

RÉSOLUTION 986 (1995) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 3519e séance, le 14 avril 1995 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/986 (1995) 14 avril 1995 RÉSOLUTION 986 (1995) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 3519e séance, le 14 avril 1995 Le Conseil de sécurité, Rappelant

Plus en détail

N 40 SÉNAT PROJET DE LOI. portant réorganisation. du Conseil de gouvernement. de la Nouvelle-Calédonie. ( Urgence déclarée.) (Texte définitif.

N 40 SÉNAT PROJET DE LOI. portant réorganisation. du Conseil de gouvernement. de la Nouvelle-Calédonie. ( Urgence déclarée.) (Texte définitif. PROJET DE LOI adopté i 13 décembre 1963. N 40 SÉNAT 1 " SESSION ORDINAIRE DE 1963-1964 PROJET DE LOI portant réorganisation du Conseil de gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. ( Urgence déclarée.) (Texte

Plus en détail

STATUTS. Il pourra être transféré par simple décision du Conseil d Administration ; la ratification par l Assemblée Générale sera nécessaire.

STATUTS. Il pourra être transféré par simple décision du Conseil d Administration ; la ratification par l Assemblée Générale sera nécessaire. STATUTS ARTICLE 1- TITRE de l ASSOCIATION Il est fondé entre les adhérents, actuels et futurs, aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, ayant

Plus en détail

Lyon, 15 16 mai 2014 Auditorium

Lyon, 15 16 mai 2014 Auditorium Cinquante-sixième Session 25/03/2014 Lyon, 15 16 mai 2014 Auditorium POINT SUR LE PROJET DE «NOUVEAU CENTRE» 1. Ce document décrit l état d avancement du projet de «Nouveau Centre» présenté dans les documents

Plus en détail

Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CI/RGL) Rencontre Spéciale des Coordonnateurs Nationaux. Nairobi, le 20 mai 2004

Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CI/RGL) Rencontre Spéciale des Coordonnateurs Nationaux. Nairobi, le 20 mai 2004 Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CI/RGL) Rencontre Spéciale des Coordonnateurs Nationaux Nairobi, le 20 mai 2004 Résumé des Discussions et Recommandations 1. Il s est tenu à Nairobi,

Plus en détail

QUESTION 88. Enregistrement international des marques

QUESTION 88. Enregistrement international des marques QUESTION 88 Annuaire 1985/III, page 289 Comité Exécutif de Rio de Janeiro, 13-18 mai 1985 Q88 QUESTION Q88 Résolution L'AIPPI: 1. Prend note du travail fait par le Comité des Experts de l'ompi concernant

Plus en détail

Règlement intérieur. Sommaire

Règlement intérieur. Sommaire Règlement intérieur Sommaire Règlement intérieur... 1 TITRE I : DISPOSITIONS GÉNÉRALES... 2 1. Objet du règlement intérieur... 2 2. Procédure de modification du règlement intérieur de l association...

Plus en détail

Société française d'économie rurale

Société française d'économie rurale Article 1 : L'association dite «Société Française d'économie Rurale}} est régie par la loi du 1er juillet 1901 et par les présents statuts. Article 2 : Le siége social de la SFERest au 19 avenue du Maine,

Plus en détail

MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES

MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES ÉTATS À EXÉCUTER, CONFORMÉMENT AUX RÈGLES INTERNATIONALES QUI RÉGISSENT

Plus en détail

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES Les épreuves écrites et orales des concours externe et interne pour l accès à l emploi de secrétaire des affaires étrangères

Plus en détail

STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE»

STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE» 1 STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE» 2 ARTICLE 1 DESIGNATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le

Plus en détail

Représenter son Unité à l'assemblée Générale du Mouvement

Représenter son Unité à l'assemblée Générale du Mouvement Publications SGP SGP - P904006 - P904074 Mensuel - Mensuel - Numero - Numéro Spécial Spécial - N 157 - N - Août 157 2009 - Août (Ne 2009 paraît (Ne pas paraît en juillet) pas en - Ed. juillet) resp. -

Plus en détail

Statuts de l association

Statuts de l association Statuts de l association «le Cirque du vent, crèche associative» 1/8 Statuts de l association «le Cirque du vent, crèche associative» Article premier : Titre Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE LA BANQUE INTERAMÉRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE LA BANQUE INTERAMÉRICAINE DE DÉVELOPPEMENT 1 RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE LA BANQUE INTERAMÉRICAINE DE DÉVELOPPEMENT Ce Règlement a pris effet le 8 février 1960 et a été modifié ultérieurement, la dernière modification étant entrée en vigueur le 16 mai

Plus en détail

STATUTS MAISON DE QUARTIER DE SAINT-JEAN

STATUTS MAISON DE QUARTIER DE SAINT-JEAN STATUTS MAISON DE QUARTIER DE SAINT-JEAN ASSOCIATION DE LA MAISON DE QUARTIER CENTRE DE LOISIRS ET DE RENCONTRES DE SAINT-JEAN FONDATION TITRE SIEGE S T A T U T S Art. 1 Sous le nom d'association DE LA

Plus en détail