Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "http://www.cubavsbloqueo.cu/"

Transcription

1

2 RAPPORT DE CUBA Sur la résolution 68/8 de l Assemblée générale des Nations Unies: «Nécessité de lever le blocus économique, commercial et financier imposé à Cuba par les États-Unis d Amérique» Juillet 2014

3 INTRODUCTION... 1 I. Le blocus viole les droits du peuple cubain. Préjudices causés aux secteurs les plus importants d un point de vue social... 2 II Droit à la santé Droit à l éducation Droit à l alimentation Sport et Culture... 8 Le blocus entrave le développement du pays. Préjudices causés au secteur interne Commerce extérieur et Investissements étrangers Finances La Section 211 de l Omnibus Consolidated and Emergency Supplemental Appropriations Act, 1999, et les nouvelles agressions contre les brevets et les marques III. Le blocus viole le droit international. Application extraterritoriale Sanctions appliquées à des entités cubaines Application extraterritoriale du blocus Préjudices causés à la coopération internationale IV. Rejet international du blocus Opposition à l intérieur de la société étasunienne Opposition de la communauté internationale CONCLUSIONS... 36

4 INTRODUCTION La période analysée dans le présent rapport a été marquée par une recrudescence de la politique génocide du blocus imposé à Cuba depuis cinquante-cinq ans par le gouvernement étasunien, malgré les demandes, de plus en plus nombreuses et systématiques, de la communauté internationale en faveur de sa levée. Sa détermination à renforcer la portée extraterritoriale du blocus se manifeste en particulier par la traque sans précédent de l activité bancaire et financière. Par conséquent, le déroulement normal de la vie économique, sociale, culturelle et politique du pays continue d être sérieusement entravé comme on le verra ciaprès. «Faire plier le peuple par la faim, le désespoir et le renversement du gouvernement cubain», reste l'objectif déclaré du gouvernement des États-Unis. 1 Pour y parvenir, il utilise toutes les voies et méthodes possibles. A commencer par l inclusion absurde et cynique de Cuba dans la liste fallacieuse des pays qui soidisant parrainent le terrorisme international, publiée chaque année unilatéralement par le Département d État ; et par d autres actes plus subtils comme le projet subversif ZunZuneo dont nous parlons ci-après. La trame législative et administrative très complexe et ramifiée du blocus n a pas été abrogée, au contraire, sa validité est renforcée et réaffirmée. La prorogation annuelle de la Loi sur le Commerce avec l Ennemi, qui a été promulguée en 1917 comme mesure de guerre pour limiter le commerce avec les nations considérées comme ennemies, en est une preuve éloquente. Le 12 Septembre 2013, le président Obama a adressé aux secrétaires d'état et du Trésor des États-Unis un mémorandum, publié par la Maison Blanche, dans lequel il réitère sa détermination à maintenir sa politique d agression et d hostilité contre Cuba. Cuba et les États-Unis ne sont pas en guerre. Jamais des attaques militaires contre les États-Unis ont été lancées depuis le territoire cubain, ni des actes de terrorisme contre le peuple étasunien. Impossible de justifier les mesures prises en vertu de cette ordonnance. Comme il a été dit précédemment, le blocus est considéré un acte de génocide aux termes de la Convention pour la Prévention et la Répression du Crime de Génocide, de 1948, et un acte de guerre économique, conformément à la Déclaration sur le droit de guerre maritime, selon la définition donnée par la Conférence navale de Londres de Le 6 avril 1960, Lester D. Mallory, sous-secrétaire d Etat assistant pour les Affaires interaméricaines. Mémorandum à Roy R. Rubottom Jr., alors sous-secrétaire d Etat pour les Affaires interaméricaines. 1

5 Le blocus cause des dommages importants au bien-être matériel, psychique et spirituel du peuple cubain, et dresse de sérieux obstacles à son développement économique, culturel et social. Du fait de l application rigoureuse et agressive des lois et des réglementations du blocus, Cuba ne peut toujours pas exporter ni importer librement des produits et des services vers ou depuis les États-Unis et ne peut utiliser le dollar des États- Unis dans ses transactions financières internationales, ni être titulaire de comptes dans cette monnaie dans des banques de pays tiers. Il ne lui est pas non plus permis d avoir accès à des crédits de banques étasuniennes, de leurs filiales dans des pays tiers ou d institutions financières internationales comme la Banque mondiale, le Fonds monétaire international (FMI) ou la Banque interaméricaine de développement (BID). Nombreux sont les exemples dans ce rapport qui confirment les dommages économiques causés au peuple cubain par le blocus, entre avril 2013 et juin Ce rapport dévoile aussi la portée extraterritoriale de cette cruelle politique étasunienne, conçue pour isoler un petit pays qui défend sa souveraineté et son droit de choisir librement son avenir. Pas un seul domaine d activité économique et sociale du peuple cubain n est épargné par l'action destructrice et déstabilisante de cette politique illégale. Les dommages économiques infligés au peuple cubain par le blocus économique, commercial et financier des États-Unis, en tenant compte de la dépréciation du dollar face à l or sur le marché international, s élève à dollars ; malgré la réduction du prix de l'or par rapport à la période précédente. Durant toutes ces années, le préjudice causé par le blocus se monte à plus de millions de dollars américains à prix courants. Le blocus contre Cuba doit cesser. Il constitue le système de sanctions unilatérales le plus injuste, sévère et prolongé qui n ait jamais été appliqué à un quelconque pays. L Assemblée générale des Nations unies s est prononcée, par une majorité écrasante, en faveur du respect du droit international, des buts et principes de la Charte des Nations unies et du droit du peuple cubain de choisir lui-même son avenir, et cela, il faut le respecter. I. Le blocus viole les droits du peuple cubain. Préjudices causés aux secteurs les plus importants d un point de vue social 1.1. Droit à la santé 2

6 «L admission de tous les peuples au bénéfice des connaissances acquises par les sciences médicales, psychologiques et apparentées est essentielle pour atteindre le plus haut degré de santé». 2 La santé est l'un des piliers du système politique cubain depuis le triomphe de la Révolution en La priorité accordée à la santé est ratifiée à l'article 50 de la Constitution et mise en évidence dans les résultats atteints en cinquante-six ans. Cuba a assumé la présidence l'assemblée mondiale de la Santé en mai 2014, en bénéficiant d une reconnaissance mondiale pour les efforts déployés par le pays dans ce domaine. Cependant, le blocus génocidaire étasunien pèse en permanence sur le système de santé cubain. Il cause des préjudices au secteur de la santé et au bien-être des citoyens cubains, qui sont dus à l achat de médicaments, de réactifs, de pièces de rechange pour des équipements de diagnostic et de traitement, d instruments et d autres intrants sur des marchés lointains, ainsi qu au recours à des intermédiaires, facteurs dont l effet combiné accroît les coûts dans le secteur. Tous les préjudices ne pouvant être évalués en termes d indicateurs monétaires, dans la période analysée dans ce rapport, le ministère de la Santé publique (MINSAP) de la République de Cuba calcule, qu au bas mot, les dommages se chiffrent à dollars américains. Cependant, malgré les chiffres élevés, il est difficile de comptabiliser les dépenses immatérielles du développement social et humain, du fait de l impossibilité d acheter des intrants, la technologie et autres ressources nécessaires dans ce domaine. Voici un résumé des difficultés affrontées par le domaine de la santé publique pour la période analysée : Le Centre national de génétique médicale n a pu acheter des équipements et des réactifs nécessaires au bon fonctionnement des laboratoires, ce qui se répercute de manière directe sur le développement du programme national de diagnostic, traitement et prévention des maladies génétiques et des défauts congénitaux ; et en particulier sur le Laboratoire de Biologie moléculaire de ce centre, qui doit surmonter des obstacles qui l empêchent d acheter des réactifs à des fabricants établis sur le territoire des États-Unis. Parmi ces réactifs se trouvent les gels de SSCP (Polymorphisme conformationnel des Simples Brins) et les kits de Tension standard argent, utilisés pour le diagnostic de maladies comme la fibrose kystique, hyperplasie congénitale des surrénales, la galactosémie entre autres. Il en est de même pour l'amniomax, un milieu complet utilisé pour la culture des cellules souches humaines d'origine non embryonnaire, et qui garanti les études 2 Constitution de l Organisation mondiale de la Santé,

7 chromosomiques chez les femmes enceintes, âgées de plus de 37 ans ou présentant des pathologies détectées dans les écographies. Le logiciel d acquisition du spectrofluorimètre, de la marque Shimadzu, n a pas pu être acheté, car il contient un logiciel étasunien. Cet équipement généralement utilisé dans les études de maladies causées par des erreurs congénitales du métabolisme. L Institut de neurologie et neurochirurgie Dr. Rafael Estrada (INN) n a pu acheter l équipement pour réaliser des angiographies, technique servant à l étude du système vasculaire chez des patients atteints de maladies neurologiques, parce qu il était composé de pièces étasuniennes. L institut avait passé la commande à la marque Phillips, celle-ci n avait pas de licence des États-Unis pour vendre à Cuba. Le Groupe national et la Société scientifique d Allergologie n ont pas pu acheter des pièces détachées pour les équipements de chromatographie, achetés chez Pharmacia. Le centre de cardiologie infantile William Soler n a pu acheter de nutriments de qualité comme l aminosteryl, très important pour le traitement pré et postopératoire chez les patients sous-alimentés, atteints de cardiopathies complexes et critiques. Ce nutriment n est produit que par les Laboratoires ABBO, d origine étasunienne. L Institut de Gastroentérologie a constaté une augmentation du coût des médicaments indispensables pour la thérapie de maladies chroniques invalidantes chez les enfants et les adolescents. Ils ont dû acquérir ces médicaments sur des marchés d importation lointains. Les laboratoires étasuniens, européens et/ou japonais, fabricants de rétroviraux comme le Tenofovir (traitement contre l hépatite B) et le Telaprevir (traitement contre l hépatite C) ont peur de se voir infligés des sanctions par les États-Unis en cas de commercialisation avec Cuba. Le Centre national d Electro Médecine s est heurté à des difficultés pour l achat direct de pièces et accessoires pour les moniteurs multiparamétriques modèle MP- 20 et les défibrillateurs Heartstart XL tous les deux de la marque étasunienne Phillips. L Institut de cardiologie et de chirurgie cardiovasculaire ne dispose pas d équipements d'imagerie par fluoroscopie 3D, fabriqués par les marques étasuniennes Carto-Biosense et Saint-Jude, sans lesquels il est impossible de réaliser des ablations cardiaques complexes. Cela implique une dépense de à euros par patient traité en Italie (frais de séjour et billets d avion non compris). L hôpital Hermanos Amejeiras ne peut pas acheter le laser vert (green light KTP), utilisé pour le traitement des patients atteints d hyperplasie de la prostate, très utile dans les cas où les anticoagulants sont nécessaires. Le prix de l équipement 4

8 devient impayable pour les autorités de la santé à Cuba, étant donné que les producteurs craignent les menaces des amendes. L Institut d Hématologie et Immunologie, dans son rapport annuel présente 72 cas de leucémie chez des enfants, dont 75 % de leucémies aigües lymphoblastiques. Pour le traitement, l enzyme L-Asparaginasa est utilisée. On l obtient à partir de la bactérie Escherichia coli qui provoque des allergies chez la plupart des patients. Par contre, des enzymes modifiées comme le Polietilenglicol ou celle obtenue de la bactérie Erwinia carotovora, toutes les deux étasuniennes, sont interdites à Cuba depuis plus de 10 ans. La société Medicuba S.A., qui se consacre à l importation et exportation de produits médicaux, a subi des préjudices importants du fait de l annulation durant cette période de plusieurs produits, ce qui a entrainé son non-approvisionnement. C est à travers le fournisseur CARIMED CANADA que la société achetait les dérivés du traitement de l hydrocéphalie du fabricant étasunien INTEGRA NEUROSCIENCE. Or, depuis fin 2013, ledit fournisseur a suspendu ses livraisons à Cuba suite à une décision du Département du Trésor. Le pays a dû payer dollars pour la substitution du produit et le programme Mère-Enfant en a subit les conséquences. D autre part, le fournisseur d origine allemande MAQUET CRITICAL CARE, sous la pression du Département du Trésor, a annulé la livraison des humidificateurs avec servo-moteurs utilisés pour la ventilation des patients en état grave (adultes et enfants) parce qu ils contenaient des pièces étasuniennes. Il a été nécessaire de chercher de nouveaux fournisseurs de produits compatibles sur d autres marchés, faire une évaluation des échantillons et enregistrer les produits pour le nouvel approvisionnement. Suite à cette situation, les services de santé n ont pas été approvisionnés pendant plus de six mois Droit à l éducation «assurer à tous le plein et égal accès à l éducation, la libre poursuite de la vérité objective et le libre échange des idées et des connaissances» 3 L éducation est un droit inaliénable de tout Cubain au long de sa vie. C est un principe fondamentale de la Révolution, consacré à l article 39 de la Constitution, et constituant une priorité incontestable pour l État cubain. En dépit des efforts consentis par le gouvernement cubain pour garantir à tous ses citoyens l accès gratuit à une éducation de qualité et non discriminatoire à tous les niveaux, le blocus entrave la réalisation d un droit aussi important. 3 Constitution de l Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture,

9 La politique du gouvernement étasunien continue de créer des difficultés à Cuba, parfois insurmontables, pour la collaboration en matière d éducation avec d autres pays, en vue d accéder à la technologie, aux connaissances et aux matériels scolaires nécessaires pour élever la qualité du système d enseignement cubain. Voici quelques exemples des principales difficultés auxquelles se heurte le secteur de l éducation à Cuba : - L éducation spéciale compte 982 ateliers d enseignement destinés à la formation des élèves en vue de leur totale intégration sociale et professionnelle. Néanmoins, les restrictions imposées par le blocus étasunien rendent difficile auxdits ateliers l accès aux matières premières, aux intrants et aux équipements de nouvelle technologie, outils, instruments et accessoires. Cette situation touche plus de élèves ayant des besoins éducatifs spéciaux. - Dans le domaine de l informatique éducative, le blocus empêche l accès aux outils informatiques nécessaires pour la création de multimédias éducatifs ou pour la consultation de références bibliographiques, telles que celles fournies par Cisco Systems, Google, Symantec, SunMicrosystems, NetBeans, ORACLE, ProCite, EndNote, Reference Manager et RefViz. Les licences nécessaires pour accéder à ces outils doivent être payées à des sociétés étasuniennes, ce qu empêchent les réglementations du blocus. - L Université de Cienfuegos développait depuis 2001 un programme d échange avec l université de Tacoma (Washington). Celui-ci a dû être interrompu car elle s est vue a refusé le renouvèlement de sa licence. - Le docteur étasunien Gordon L. Amidon, professeur de l université du Michigan et créateur du système de classification biopharmaceutique n a pu assister au premier atelier de biopharmacie et bioéquivalence qui s est tenu du 1er au 5 juillet 2013 à l Université Marta Abreu de las Villas, Cuba, car le permis qu il avait sollicité lui a été refusé. Cette rencontre faisait partie des activités revues dans le cadre du projet ALPHA III (réseau biopharma de la Commission européenne). Le docteur L. Amidon est en outre rédacteur en chef de la revue Molecular Pharmaceutics, membre du comité de rédaction d une dizaine de revues scientifiques, expert consultant auprès de la Food and Drugs Administration, et directeur de la Drug Delivery Foundation, une organisation internationale sans but lucratif qui promeut l éducation, la formation et la recherche dans le domaine de la biopharmacie et de la distribution de médicaments. - Le concours régional de l ACM-ICPC (Association for Computer Machinery- International Collegiate Programming Contest), qui se tient tous les ans à Cuba, ne peut pas bénéficier du soutien financier offert par la société International Business Machines (IBM) dans le cadre de son parrainage mondial de ces rencontres. Cette situation porte préjudice non seulement aux participants cubains mais également à ceux des pays des Caraïbes. 6

10 1.3. Droit à l alimentation «L alimentation ne doit pas être utilisée comme instrument de pression politique ou économique. Nous réaffirmons l importance de la coopération et de la solidarité internationales ainsi que la nécessité de s abstenir de mesures unilatérales non conformes au droit international ou à la Charte des Nations Unies et qui compromettraient la sécurité alimentaire» 4 Cuba a mis en place un des programmes de protection sociale les plus intégraux du monde, ce qui a permis d éradiquer la faim dans le pays. La sécurité alimentaire de la population, étroitement liée aux aspects économiques, sociaux et environnementaux du développement, est une priorité stratégique pour le pays. La volonté politique du gouvernement cubain et ses notables réussites dans la lutte pour l éradication complète de la faim à Cuba ont été reconnus par l Organisation des Nations unies pour l agriculture et l alimentation lors de la trentehuitième session de son Assemblée générale, tenue à Rome, en Italie, en juin Dans son message de félicitation au président cubain Raúl Castro Ruz, le Directeur général de la FAO, M. José Graziano da Silva a mis en relief la priorité du gouvernement cubain de garantir le droit à l alimentation de sa population, ainsi que les politiques mises en œuvre à cet effet. Ce qui a permis au pays de remplir l objectif de développement du millénaire concernant cette question avant le délai accordé de Le système éducatif cubain garantit la disponibilité en aliments dans tous les centres de niveau préscolaire et les écoles du pays. Des efforts sont réalisés pour promouvoir une alimentation saine et équilibrée. Toutefois, la politique menée par les États-Unis depuis plus de cinq décennies contre Cuba viole le droit à l alimentation du peuple cubain, dans la mesure où elle empêche l accès normal des Cubains aux marchés internationaux d aliments, y compris aux producteurs étasuniens. Ce secteur, de par sa nature, reste un des plus touchés par le blocus. Le repositionnement de marchés - dont certains assez éloignés -, pour l importation des intrants nécessaires à l industrie alimentaire, avec le renchérissement des coûts et des frets maritimes que cela implique, ainsi que les taux de change élevés du fait de la prohibition d utiliser le dollar des États-Unis pour ses transactions, sont certains des principaux préjudices subis par le secteur. A titre d illustration, voici quelques exemples : 4 Déclaration du Sommet mondial sur la Sécurité alimentaire, Rome, novembre

11 L Unión Nacional Avícola s est vue refuser l accès aux technologies d élevage étasuniennes et/ou d autres pays qui utilisent des composants ou des brevets étasuniens. Le Grupo Empresarial Porcino est confronté à une situation semblable en ce qui concerne l accès aux technologies de pointe pour l élevage porcin. Ce manque d accès aux technologies a pour conséquence : une faible rentabilité des élevages ; un excès de morts causées par des maladies qui pourraient être évitées ou qui sont curables ; des animaux écartés pour maladies et des animaux présentant des troubles de la croissance. De son côté, la société mixte Coracan S.A., a vu une augmentation de ses coûts et dépenses due au renchérissement des frets maritimes d importation de matières premières, du fait de l impossibilité de les acheter directement sur des marchés plus proches, comme le marché étasunien. C est le cas du néotame, un édulcorant hypocalorique artificiel (non nutritif). La fabrication et commercialisation dudit produit étant dans le monopole de la société étasunienne Nutrasweet Company, qui a des filiales dans le monde entier. Le Grupo Agroindustrial de Granos s est vu empêché de mettre à jour par de nouvelles technologies son industrie rizicole qui existe depuis plus de cinquante ans, et ce du fait de leur provenance étasunienne. Les machines et les pièces de rechange doivent être achetées sur un marché auquel elle n a pas accès. Cette limitation réduit de 6 à 8 p. cent la qualité du riz produit pour la consommation et diminue le rendement industriel. Si elle n avait pas dû faire face à cette situation, la société aurait pu produire de 3 à 4 mille tonnes de riz de plus par an. Par ailleurs, durant la période analysée, la société LABIOFAM a subi de sérieux préjudices du fait du repositionnement géographique des importations de matière première destinée à la production des vaccins viraux nécessaires pour garantir la santé du bétail cubain. Celle-ci n est vendue que par des sociétés étasuniennes Sport et Culture «Face aux déséquilibres que présentent actuellement les flux et les échanges des biens culturels à l échelle mondiale, il faut renforcer la coopération et la solidarité internationales destinées à permettre à tous les pays, en particulier aux pays en développement et aux pays en transition, de mettre en place des industries culturelles viables et compétitives sur les plans national et international». 5 La Révolution cubaine a une longue tradition de promotion de la culture et du sport, domaines qui sont devenus indispensable à l éducation et au développement des citoyens. 5 Déclaration universelle de l UNESCO sur la diversité culturelle. Article 10 Renforcer les capacités de création et de diffusion à l échelle mondiale. 2 novembre

12 Cuba a réalisé de grands efforts pour faire connaitre au monde la capacité de création et le talent du peuple cubain. Le blocus continue néanmoins à entraver la divulgation du patrimoine culturel national et la pratique saine du sport pour tous. Le blocus empêche la promotion, la diffusion et la commercialisation adéquates du talent culturel cubain, fait chuter à des valeurs infimes les prix de vente du produit culturel du pays et limite l accès à notre musique au public international. Une des raisons de tout ceci réside dans le contrôle du marché par les grandes multinationales de l art et de la musique qui sont en majorité étasuniennes ou qui sont très présentes aux États-Unis. Ces grandes entreprises dominent les circuits de promotion et de diffusion des artistes à l échelle internationale. A cet égard, par exemple, les représentations en direct des musiciens cubains aux États-Unis doivent avoir un caractère d échange culturel, sans conclusion par les parties de contrats commerciaux, comme c est le cas dans le monde entier, ce qui les empêche d en percevoir tous les bénéfices financiers. Ça a été le cas pour des artistes cubains comme Buena Fe, Osmany García, Partes Privadas, le Septeto Santiaguero (nominé aux Grammy Latin) et René Arancibia, réalisateur audiovisuel, dont la promotion des œuvres a été assurée par la Empresa de Grabaciones y Ediciones Musicales (EGREM). C est ce qui est également arrivé à d autres musiciens cubains reconnus comme Ivette Cepeda, la Charanga Habanera, et à l orchestre Elito Revé y su Charangón, rattachées à d autres sociétés et agences de représentation cubaines. Durant l année 2013 l EGREM a constaté la commercialisation pirate, par des entrepreneurs étrangers, d importants enregistrements musicaux cubains comme la collection de CD Cinco Leyendas de Cuba et Banda Gigante del Benny Moré. On estime que unités de ces CD ont été vendues à un prix d environ 20 dollars chacune. L impossibilité d accéder normalement et directement au marché discographique étasunien, particulièrement important dans le domaine de la musique, a pour conséquence un manque à gagner difficile à chiffrer. Par ailleurs, les possibles exportations sur le territoire étasunien de l industrie cinématographique cubaine se sont vues affectées du fait de l impossibilité de participer à l American Film Market de Los Angeles. Ce marché international, qui est incontestablement l un des plus importants et constitue une porte d accès au marché cinématographique sur le territoire étasunien, est interdit au service des ventes internationales de l Institut cubain d art et d industrie cinématographiques. La participation d étudiants et de professeurs cubains à différents événements, tels que concours, festivals, ateliers et à d autres activités dont le siège se trouve sur le territoire étasunien, est très limitée pour toute la spécialité - théâtre, danse, ballet, arts plastiques et musique. A cet égard, le gouvernement étasunien interdit la conclusion d accords culturels entre des institutions d enseignement des deux pays, qui permettent le développement culturel et la création artistique de nos étudiants. 9

13 Le sport cubain, reconnu dans le monde entier du fait des résultats obtenus dans de nombreuses manifestations sportives dans toutes les disciplines, se heurte également à de nombreux obstacles dans son développement et renforcement. La politique de blocus continue d entraver, voire parfois d empêcher, les relations directes et normales avec différentes institutions sportives internationales, ainsi que la participation d athlètes à d importantes compétitions qui se tiennent aux États-Unis et à Cuba. De même, la dimension extraterritoriale de ces mesures renchérit l accès au financement externe et empêche l achat d équipements sportifs. Les équipes sportives cubaines ont parfois dû se priver d acheter des équipements sportifs de haut niveau, produits pour la plupart par des sociétés étasuniennes, ou, dans le meilleur des cas, de se rendre sur des marchés distants pour les acheter à des prix plus élevés. Malgré cette politique hostile le gouvernement cubain n a cessé de garantir l accès au sport de tous ses citoyens. Toutefois, il faut souligner que les effets du blocus se traduisent par des manques quotidiens qui affectent le développement de ce secteur. Cuba s est vue limitée dans l achat d équipements sportifs Louisville, Wilson, Xbat, Rawlings, Easton, produits par des sociétés étasuniennes, souvent d usage obligatoire selon les règlements officiels des fédérations internationales, d où la nécessité de faire appel à des pays tiers pour leur achat, avec le coût additionnel que cela implique. L Institut de médecine sportive s est vu empêché d acheter des réactifs et des substances de référence pour le laboratoire antidoping produits par des sociétés étasuniennes ou leurs filiales dans des pays tiers. C est le cas des anticorps monoclonaux pour la détermination de l érythropoïétine humaine (un des indices de dopage) produits exclusivement par des sociétés étasuniennes. C est ce qui se passe aussi avec le complexe hématologique servant à la confection passeport hématologique des athlètes cubains. Des spécialistes du Centre de recherches sur le sport n ont pu participer à des rencontres scientifiques réalisées aux États-Unis, tout comme des spécialistes étasuniens n ont pu assister à celles organisées à Cuba. C est ce qui arrive également aux athlètes des centres de formation à qui l on refuse la possibilité de faire des entrainements conjoints. Dans la période analysée, les visites de 6 groupes d étasuniens intéressés par des échanges sportifs ont été annulées, car ils se sont vus refuser les autorisations nécessaires pour voyager à Cuba. 10

14 II. Le blocus entrave le développement du pays. Préjudices causés au secteur interne. «Nous exhortons les États à s abstenir d adopter ou d appliquer toute mesure économique, financière ou commerciale unilatérale contraire au droit international et à la Charte des Nations Unies qui viendrait entraver la pleine réalisation du potentiel de développement économique et social, notamment des pays en développement». 6 L application des mesures législatives du blocus visent à entraver le développement du pays et à provoquer délibérément le découragement et le désespoir chez les habitants. Les préjudices qu il cause s étendent à tous les domaines de l économie nationale, aucun n échappant au régime de sanctions unilatérales imposées par le gouvernement étasunien. Le blocus constitue, dans la situation actuelle, une sérieuse entrave à l octroi au pays de crédits à des conditions favorables, au transfert de technologies de pointe, à la mobilisation de capitaux externes, à l attrait des investissements étrangers directs, à la protection de l environnement et à la plaine intégration du pays dans l économie mondiale. Les pertes subies tous les ans par l économie cubaine se chiffrent en milliards de dollars. Ces pertes sont causées par le manque à gagner pour exportations de biens et services non réalisées ; les coûts résultants du repositionnement géographique du commerce, notamment ceux dérivés de l immobilisation des stocks ; les préjudices monétaires et financiers dus à l exposition des acteurs économiques aux variations des taux de change (impossibilité d utiliser le dollar pour les paiements et les encaissements) et l augmentation des coûts financiers. Un des secteurs les plus touchés par le blocus est celui de l industrie touristique et des activités économiques qui y sont associées. Pour la période analysée, on estime que le tourisme cubain a subi des préjudices se montant à dollars, dans des domaines cruciaux pour le secteur comme les services, les opérations des agences de voyage et la logistique. Du fait du blocus, l industrie touristique cubaine ne peut pas travailler de façon méthodique le marché étasunien émetteur de touristes, y compris les modalités de navire de croisière et l utilisation des marinas et clubs nautiques du pays. En outre, la nature extraterritoriale des mesures étasuniennes finit par porter préjudice à d autres marchés émetteurs de touristes. Les agences de la société 6 Paragraphe 26, L avenir que nous voulons, Document final du Sommet mondial sur le Développement durable Rio + 20, Résolution de l Assemblée générale 66/

15 cubaine Havanatur établies au Canada (Hola Sun Holidays, Limited y Canadá Inc. Caribe Sol), doivent payer des frais supplémentaires pour le traitement des cartes de crédit : de 3,79 à 1,6 p. 100 de plus que les autres voyagistes établis dans ce pays. L impossibilité d utiliser des passerelles de paiements qui opèrent en dollars comme Webpay, PayPal, PayOnline et d autres, qui sont les plus utilisées sur le marché, oblige à recourir à des modules de paiement en ligne spécifiques pour les ventes des entreprises cubaines établies à l étranger. En 2012, la passerelle Azubapay a été mise en place et personnalisée pour euros. Compte tenu de la nécessité de disposer de plus d une passerelle, nous serions contrains à utiliser une passerelle supplémentaire pour un coût similaire. En plus, les majorations appliquées aux transactions financières en rapport avec Cuba, qui sont considérés à hauts risques du fait de la traque des agences du gouvernement étasunien, sont supérieures de 1 p. cent à la moyenne internationale. 7 L industrie est un secteur qui a subi des préjudices estimés à dollars, causés principalement par les différences entre les prix d importations, lesquelles sont dues au repositionnement géographique des marchés, aux coûts supplémentaires pour immobilisation de ressources sur les marchés et aux préjudices monétaires et financiers. L industrie sidérurgique, la construction d usines et d équipements, la fabrication d équipements médicaux, d accessoires sanitaires et d autres biens de consommation, l industrie du recyclage et d autres secteurs de l industrie cubaine se heurtent constamment à des obstacles pour garantir la production, l importation et la commercialisation des intrants de toute sorte dont l économie du pays a besoin pour sa croissance. En ce qui concerne le secteur hydraulique, essentiel pour garantir aux citoyens l accès à l eau et l assainissement, la société Cubahidráulica a subi des préjudices se montant à dollars, essentiellement dus aux difficultés rencontrées pour trouver un marché adéquat pour les importations de matières premières et faire face aux coûts de financement des opérations d achat. La branche de la construction, qui se voit dans l impossibilité d accéder aux technologies de construction les plus efficaces, légères et à faible consommation de matériaux de base et de composants énergétiques, chiffre ses pertes à dollars. Étroitement liées au tourisme et au reste de la vie économique et sociale nationale, toutes les modalités de transport (maritime, aérienne, terrestre ; les services portuaires et aéroportuaires ; développement et entretien des voies et du réseau 7 Billing and Settlement Plan : Système commun aux compagnies aériennes et aux agences de voyage qui fournit une méthode simplifiée de gestion et de facturation. 12

16 routier) ont été touchées par le blocus. Les préjudices subis par ce secteur sont estimés à dollars. L aviation civile, voie principale d accès des visiteurs au pays, a subi des pertes s élevant à dollars, causées par divers obstacles qu elle a dû affronter au cours de la période analysée. La compagnie aérienne Cubana de Aviación a été contrainte de changer de fournisseur de services de passerelles de paiements en ligne, car la banque Crédit mutuel lui a notifié, en octobre 2012, qu il lui était impossible de traiter pour elle des paiements à partir des cartes de crédit Visa et Mastercard. Par ailleurs, quand, en juillet 2013, la société a rouvert la ligne La Havane-Sao Paolo (Brésil), elle s est heurtée à l impossibilité d utiliser le système BSP6, ce qui a limité la vente de billets sur ce vol. Le secteur cubain des communications, un des secteurs les plus sensibles du pays, est victime d attaques de toute sorte de la part des États-Unis. Au préjudice économique causé par la politique hostile des États-Unis, estimé au bas mot à dollars, s ajoutent les violations continuelles de l espace radioélectronique cubain et l utilisation de nouvelles technologies de l information pour promouvoir la déstabilisation de la société cubaine. En avril 2014, la société de télécommunications ETECSA a dénoncé la réalisation, jusqu en octobre 2013, depuis les États-Unis vers Cuba, de 219 opérations d envois massifs de spam, ce qui porte le nombre de messages indésirables reçus par le réseau de téléphonie mobile de l île à , ce qui constitue une claire violation des lois étasuniennes et internationales. Les attaques proviennent non seulement du réseau Zunzuneo (une opération clandestine menée par le gouvernement des États-Unis contre Cuba, récemment révélée par l agence de presse AP et dénoncée par Cuba et par de nombreuses institutions internationales), mais aussi d autres projets gouvernementaux étasuniens, comme Martínoticias qui, depuis 2011, lançaient des attaques de spam vers le réseau cubain de téléphonie dans le but avoué d un «changement de régime à Cuba». Le 13 avril 2011, Martínoticias a réalisé le premier des nombreux envois massifs de SMS à Cuba. D autres médias financés par le gouvernement étasunien pour mener des actions illégales sur l île, comme les publications numériques Cubasincensura et Diario de Cuba, ont également été les auteurs de ces attaques. À l instar du projet Zunzuneo, Martínoticias a également utilisé des numéros de téléphone obtenus frauduleusement, violant ainsi la vie privée des citoyens et les lois qui régissent les communications tant à Cuba qu aux États-Unis. 13

17 Cette situation s est aggravée suite aux graves attaques informatiques subis par les réseaux cubains d information et de communication, ce qui constitue une violation du droit international et des normes les plus élémentaires garantissant un cyber espace pacifique, organisé et sûr. Tout ceci contraste avec le refus opposé à Cuba par les autorités étasuniennes d accéder à l équipement, à la technologie, à la connexion au réseau, aux câbles de fibre optique qui passent autour de l île et à d autres moyens qui faciliteraient le développement du pays dans le domaine des technologies de l information Commerce extérieur et Investissements étrangers Comme il a été dit, l insularité et les conditions de développement de Cuba déterminent la haute incidence du commerce extérieur sur l accès aux technologies de pointe, la mobilisation de capitaux extérieurs, l octroi de crédits, l encouragement aux investissements étrangers et la coopération internationale. L application de lois à caractère extraterritoriale a des retombées directes sur le commerce extérieur et le développement des investissements étrangers directs dans le pays, un secteur qui a été l une des cibles principales de la guerre économique menée par les États-Unis contre Cuba. Pour la période analysée, les préjudices causés au commerce extérieur cubain s élèvent à dollars. Les principaux préjudices sont dus au manque à gagner pour exportations de biens et services, car le marché étasunien est interdit aux exportateurs cubains. À cet égard, si les produits traditionnels cubains, comme le tabac et le rhum, pouvaient accéder au marché étasunien à des conditions non discriminatoires, le pays disposerait d environ dollars supplémentaires qui pourraient être destinés au renforcement de programmes de protection sociale de toute la population. Les coûts de financement des opérations commerciales augmentent, car ils sont directement proportionnels au risque-pays, lequel est à son tour déterminé para la constante menace de sanctions contre ceux qui commercent et investissent à Cuba. De même, les sociétés de commercialisation cubaine sont contraintes de payer d importantes sommes supplémentaires au titre de frets et d assurances du fait de l interdiction faite aux navires d entrer dans un port américain s ils ont auparavant accosté dans un port cubain. Cette interdiction oblige à la réalisation d opérations de transbordement de biens dans des ports de pays tiers, ce qui renchérit le processus d exportation et importation. 14

18 Les lois Torricelli et Helms-Burton sont conçues pour entraver les investissements étrangers au mépris de la légitimité des nationalisations menée à bien dans le pays lors du triomphe révolutionnaire en La traque subie par les hommes d affaires qui investissent à Cuba recouvre le refus d accès à la technologie de pointe d origine étasunienne, l impossibilité pour les exportations qui pourraient résulter de ces investissements d accéder au marché étasunien, la prohibition d accès aux financements provenant de banques étasuniennes pour le développement des investissements étrangers, le renchérissement des autres sources de financement des mesures extraterritoriales prévues par les lois étasuniennes et l application de sanctions à des entités de pays tiers pour réalisation d opérations avec Cuba Finances L implacable traque des transactions financières cubaines est une des caractéristiques les plus visibles de la tentative d asphyxie étasunienne de l économie cubaine. Dans un monde globalisé, des relations normales et transparentes entre les institutions bancaires sont essentielles pour garantir des ressources financières qui soutiennent les politiques nationales visant au développement durable de chaque pays. Le domaine des finances internationales du pays est l un de ceux où l on peut apprécier le plus clairement la portée du préjudice causé par le blocus. À titre d exemple de pressions exercées par le blocus, on peut citer une tendance croissante à la clôture de comptes de banques cubaines par des institutions financières et bancaires étrangères, ainsi qu à la limitation de leurs affaires avec Cuba. Par conséquent, les entreprises étrangères qui avaient des relations avec lesdites banques doivent passer leurs transactions à travers des banques intermédiaires dans lesquelles elles n ont pas forcément des comptes, d où transfert à la charge de l importateur cubain des frais supplémentaires pour médiation dans l exécution des opérations. En ce sens, la suppression ou la restriction de la prestation de services des banques correspondantes a des conséquences difficiles à quantifier, qui se traduisent par des coûts plus élevés pour les importateurs cubains qui sont obligés de modifier leurs modalités habituelles de paiement et d encaissement. A ceci s ajoute le préjudice économique causé par le risque cambiaire du fait des fluctuations des taux de change, dans la mesure où l interdiction d utiliser le dollar comme monnaie de paiement se maintient et qu il faut utiliser d autres devises pour les paiements et les encaissements du pays. 15

19 Les difficultés de fonctionnement du système bancaire sont dues à divers obstacles, parmi lesquelles on peut citer : a) Le service d information bancaire et financière que Reuters offrait non seulement aux banques cubaines mais aussi à d autres institutions de commerce extérieur a été suspendu à la clôture du premier trimestre Cette mesure entraine un recul technologique, ce qui implique des retards, un manque de sûreté et une augmentation des coûts pour les opérations des banques cubaines. D où l obligation pour les banques cubaines de réaliser leurs négociations avec d autres banques à travers le courrier électronique et par téléphone, et la limitation de leur capacité à communiquer de manière professionnelle et sûre avec les institutions financières internationales. b) Difficultés rencontrées par le service de messagerie de DHL (Correos de Cuba), car la documentation ne peut pas passer sur le territoire des États- Unis. c) Cette année, SWIFT 8 PanAmerican a de nouveau refusé au groupe d utilisateurs de Cuba de participer à la seconde Conférence pour l Amérique latine, qui s est tenue dans un pays de la région. Le siège de cet organisme international, établi dans un pays de la région, a adressé une lettre dans laquelle il a informé qu il lui était impossible d accréditer aucun cubain pour la rencontre, du fait des sanctions appliquées par les États-Unis à Cuba. d) Une banque cubaine a vu sa licence Astaro annulée sans avis préalable car celle-ci fonctionnait comme un firewall 9 pour la connexion à Internet. Cette licence appartenait à une société européenne qui a été absorbée par une société anglo-étasunienne. La série d entraves imposées au pays a entrainé le renchérissement de toutes les transactions car les opérations ont dû être réalisées à travers des tiers. En outre, Cuba ne peut toujours pas renouveler son abonnement aux services Banker s Almanac, très utiles en matière de correspondance entre les banques commerciales, depuis sa fusion avec Accuity, une société à capital étasunien. L application de sanctions par les États-Unis à un groupe de banques étrangères pour réalisation de négociations ou de transactions avec Cuba ou intervention d une façon quelconque dans celles-ci entravent les relations des banques 8 Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication 9 Firewall : Partie d un système informatique ou d un réseau conçue pour bloquer les demandes d accès non autorisées tout en laissant passer celles qui le sont. 16

20 cubaines avec leurs banques étrangères correspondantes, ainsi que les opérations futures d investissements directs et d achats de biens destinés à l économie nationale. De même, les banques étrangères ont procédé à la clôture de compte d institutions bancaires cubaines et à l annulation des mots de passe RMA 10, dans certains cas sans avis préalables, et avec des opérations commerciales en cours. La forte influence des intérêts étasuniens dans la région rend impossible le transfert de fonds depuis et vers l Amérique latine. À cet égard, seules de modestes avancées ont été enregistrées dans la conclusion d accords avec des banques correspondantes. Cette situation affecte directement l envoi de fonds aux familles à Cuba, aussi bien des cubains résidants dans des pays latino-américains que des familles des nombreux étudiants de la région qui étudient à Cuba. Les familles sont alors contraintes d envoyer leurs aides par des voies non bancaires et informelles. Le blocus et son application extraterritoriale a entrainé le refus par certaines banques européennes de confirmer des cartes de crédit en dollars, même payées en euros, et de vérifier la conformité des instruments de paiement émis par des banques cubaines. Durant la période analysée, vingt-sept institutions bancaires étrangères ont causé, par diverses voies, des préjudices au système bancaire cubain. En voici quelques exemples : Fermeture des comptes de banques cubaines par six banques étrangères (quatre d Europe, une d Asie et une d Amérique latine). Résiliation d un accord avec une banque correspondante européenne. Annulation, via SWIFT, de cinq mots de passe RMA par deux banques latino-américaines, deux asiatiques et une européenne. Refus par cinq banques (trois européennes et deux asiatiques) de fournir des services bancaires, et refus par dix autres banques (cinq européennes, deux asiatiques et trois latino-américaines) de réaliser des opérations spécifiques à des moments donnés. Refus de traiter et/ou de confirmer des lettres de crédit par six banques étrangères (six européennes et une latino-américaine). 10 L'application de gestion des relations (RMA) Autorisations échangées avec les banques correspondantes, permettant aux utilisateurs d accéder à la messagerie, de filtrer et limiter les messages sur la boîte de réception et la boîte d envoi. 17

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

ASSEMBLEE DE L UNION LOI N 07- /AU

ASSEMBLEE DE L UNION LOI N 07- /AU UNION DES COMORES Unité Solidarité Développement ------ ASSEMBLEE DE L UNION LOI N 07- /AU Autorisant le Président de l Union à ratifier La Convention entre le Gouvernement de l Union des Comores et la

Plus en détail

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE La Conférence Internationale: L assurance agricole, un instrument pour la gestion des risques, qui a eu lieu à Madrid les 15, 16 et 17 Novembre 2006, a constitué un forum de

Plus en détail

UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE. CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a. Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE

UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE. CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a. Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE Commission mixte 2 (Développement et coopération) Equipe de projet «Développement

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

Loi N 60-19 du 27 juillet 1960(2 safar 1380), portant réglementation de l Industrie Cinématographique

Loi N 60-19 du 27 juillet 1960(2 safar 1380), portant réglementation de l Industrie Cinématographique Loi N 60-19 du 27 juillet 1960(2 safar 1380), portant réglementation de l Industrie Cinématographique Au nom du peuple, Nous, Habib Bourguiba, Président de la République Tunisienne, L Assemblée Nationale

Plus en détail

MODÈLE DE MÉMORANDUM D ACCORD DE COOPÉRATION AVEC UNE ENTITÉ COMMERCIALE. Modèle de mémorandum d accord de coopération. entre

MODÈLE DE MÉMORANDUM D ACCORD DE COOPÉRATION AVEC UNE ENTITÉ COMMERCIALE. Modèle de mémorandum d accord de coopération. entre MODÈLE DE MÉMORANDUM D ACCORD DE COOPÉRATION AVEC UNE ENTITÉ COMMERCIALE Modèle de mémorandum d accord de coopération entre l Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) et

Plus en détail

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Le saviez vous? La valeur des échanges de produits agricoles s est élevée à 1 765 milliards

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

COM (2015) 289 final

COM (2015) 289 final COM (2015) 289 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 juin 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

ACCORD DE COOPÉRATION ENTRE L ORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION (ISO) ET L ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ANIMALE (OIE)

ACCORD DE COOPÉRATION ENTRE L ORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION (ISO) ET L ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ANIMALE (OIE) ACCORD DE COOPÉRATION ENTRE L ORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION (ISO) ET L ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ANIMALE (OIE) Adopté par l OIE et l ISO le 27 Mai 2011 Entre L Organisation internationale

Plus en détail

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Commission Droit & Pratiques du Commerce International SEMINAIRE L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Sujet de l exposé : Le contrat d externalisation de services & La

Plus en détail

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE FRAIS DE GESTION des mutuelles PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Les Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent 3 milliards

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE 65 TABLEAU COMPARATIF Texte du projet de loi Texte adopté par l Assemblée nationale Propositions de la Commission PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER

Plus en détail

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51 JORF n 0115 du 20 mai 2010 Texte n 51 DECRET Décret n 2010-518 du 19 mai 2010 relatif à la mise à disposition de l offre de jeux et de paris par les opérateurs agréés de jeux ou de paris en ligne NOR:

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

Ordonnance sur les services de certification électronique

Ordonnance sur les services de certification électronique Ordonnance sur les services de certification électronique (OSCert) 784.103 du 12 avril 2000 (Etat le 23 mai 2000) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 28, 62 et 64 de la loi du 30 avril 1997 sur les

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL 2006, PORTANT DIRECTIVES GENERALES AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT, AUX BANQUES NON RESIDENTES ET A L OFFICE NATIONAL DES

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

LE CODE DE BONNE CONDUITE D ELENGY

LE CODE DE BONNE CONDUITE D ELENGY LE CODE DE BONNE CONDUITE D ELENGY I. Introduction I.1. L objectif du Code de bonne conduite I.2. La réglementation applicable I.3. Les engagements I.4. Contractualisation avec les prestataires II. Règles

Plus en détail

CONVENTION-TYPE. le Groupement d intérêt public «Agence nationale de la recherche» (ci-après l ANR), situé 1 rue Descartes, Paris (75005) ;

CONVENTION-TYPE. le Groupement d intérêt public «Agence nationale de la recherche» (ci-après l ANR), situé 1 rue Descartes, Paris (75005) ; CONVENTION-TYPE Entre le Groupement d intérêt public «Agence nationale de la recherche» (ci-après l ANR), situé 1 rue Descartes, Paris (75005) ; et le Titulaire «Dénomination sociale» «Forme juridique»

Plus en détail

Article 29 Groupe de protection des données

Article 29 Groupe de protection des données Article 29 Groupe de protection des données 10972/03/FR final WP 76 Avis 2/2003 concernant l'application des principes de protection des données aux annuaires «Whois» Adopté le 13 juin 2003 Le groupe de

Plus en détail

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie 2014-R-01 du 3 juillet 2014 1. Contexte L analyse des pratiques et des conventions observées sur le marché de

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/08/35 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

E 5040 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010

E 5040 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 E 5040 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat le 20 janvier 2010 le 20 janvier

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES 5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES Qu est est-ce que la DG Trésor? La direction générale du Trésor est au service du ministre pour lui proposer et conduire sous son autorité la politique

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

ABTOF - REGLES QUI REGISSENT L ASSOCIATION

ABTOF - REGLES QUI REGISSENT L ASSOCIATION ABTOF - REGLES QUI REGISSENT L ASSOCIATION "L ABTOF travaille au nom des professionnels du tourisme programmant la France. Le but essentiel de l association est de conseiller et d influencer les actions

Plus en détail

Légende: Source: Copyright: URL: Date de dernière mise à jour:

Légende: Source: Copyright: URL: Date de dernière mise à jour: Règlement (CEE) n 3598/84 du Conseil sur l'aide financière destinée à l'amélioration des structures agricoles et de pêche au Portugal (18 décembre 1984) Légende: Le 18 décembre 1984, dans la perspective

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

RÈGLEMENTS DU CONCOURS Gagnez une certification en ligne SMART

RÈGLEMENTS DU CONCOURS Gagnez une certification en ligne SMART RÈGLEMENTS DU CONCOURS Gagnez une certification en ligne SMART 1. DURÉE DU CONCOURS Le concours «Gagnez une certification!» (ci-après le «Concours») est organisé par Marcotte Systèmes (ci-après l «Organisateur»).

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES

CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES CHARTE ASSOCIATIVE liant l UNCCAS et les UNIONS Départementales et Régionales de l UNCCAS «le réseau national des solidarités communales» Entre L Union

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Introduction 17 Seuils relatifs à l examen 20 Généralités 24 Par Shanon Grauer INTRODUCTION Lois sur les investissements étrangers 19 La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur

Plus en détail

Adoptés le 8 avril 2014 Date d entrée en vigueur : 8 avril 2014 TABLE DES MATIÈRES

Adoptés le 8 avril 2014 Date d entrée en vigueur : 8 avril 2014 TABLE DES MATIÈRES TARIFS DES SERVICES D ADRESSAGE FOURNIS PAR L OPÉRATEUR DU FCR AUX ADMINISTRATEURS DE COMPTE FCR Publiés par l OP3FT, l organisation à but non lucratif dont l objet est de détenir, promouvoir, protéger

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1

Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1 Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1 811.11 du 19 décembre 1877 (Etat le 13 juin 2006) L Assemblée fédérale de la

Plus en détail

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives,

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives, Délibération n 09-12 du 23 novembre 2009 portant proposition d élaboration d une norme permettant la déclaration simplifiée de conformité des traitements automatisés d informations nominatives relatifs

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente AccepTV 1. Préambule Les présentes conditions générales de vente détaillent les droits et obligations de la société AccepTV et de son client (ci-après le «Client») dans le

Plus en détail

CAHIER DE GESTION. Le personnel enseignant du Service de la formation continue de l Institut maritime du Québec.

CAHIER DE GESTION. Le personnel enseignant du Service de la formation continue de l Institut maritime du Québec. CAHIER DE GESTION RÈGLEMENT RÉGISSANT LES CONDITIONS DE TRAVAIL DU PERSONNEL ENSEIGNANT NON SYNDIQUÉ DU SERVICE DE LA FORMATION CONTINUE DE L INSTITUT MARITIME DU QUÉBEC (Règlement n 07-01.25) COTE 32-06-01.301

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF À L'UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

RÈGLEMENT RELATIF À L'UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION RÈGLEMENT RELATIF À L'UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION Adopté par le Conseil le 7 février 2006 En vigueur le 7 février 2006 Abrogé par le Conseil et entré en vigueur le 24 avril 2012 Règlement

Plus en détail

Ministère de l Industrie, de la Petite et Moyenne Entreprise. Institut National Algérien de la Propriété Industrielle

Ministère de l Industrie, de la Petite et Moyenne Entreprise. Institut National Algérien de la Propriété Industrielle Ministère de l Industrie, de la Petite et Moyenne Entreprise et de la Promotionde l Investissement Institut National Algérien de la Propriété Industrielle La contrefaçon dans le domaine des TIC, en vertu

Plus en détail

objectifs de d exploiter

objectifs de d exploiter Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/37 1 12/2/13 Point 1 : 1.2 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Aperçu général des tendances

Plus en détail

Projets de principes sur la répartition des pertes en cas de dommage transfrontière découlant d activités dangereuses 2006

Projets de principes sur la répartition des pertes en cas de dommage transfrontière découlant d activités dangereuses 2006 Projets de principes sur la répartition des pertes en cas de dommage transfrontière découlant d activités dangereuses 2006 Texte adopté par la Commission du droit international à sa cinquante-huitième

Plus en détail

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT Article 15.1 : Droit et politique en matière de concurrence 1. Chacune des Parties adopte ou maintient des mesures prohibant les

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Cas n COMP/M.3870 Carlyle/ Otor. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 7(3) date: 27/06/2005

Cas n COMP/M.3870 Carlyle/ Otor. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 7(3) date: 27/06/2005 FR Cas n COMP/M.3870 Carlyle/ Otor Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 7(3) date: 27/06/2005 COMMISSION DES COMMUNAUTES

Plus en détail

Texte révisé d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac présenté par le Président et débat général

Texte révisé d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac présenté par le Président et débat général Conférence des Parties Organe intergouvernemental de négociation d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac Troisième session Genève (Suisse), 28 juin-5 juillet 2009 Point 4 de l ordre

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE Adopté le 29 juin 2009 par le conseil d'administration (275 e assemblée résolution n o 2321) Modifié le 21 avril 2015 par le conseil d administration (310 e assemblée

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE N 22 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 octobre 2008 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE pour le financement de l économie, ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête:

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête: (Bail à loyer et à ferme) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête: Le code des obligations 2 est modifié

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES A L USAGE DES SITES WEB DES SYNDICATS CFDT SANTÉ-SOCIAUX - Annexe au règlement intérieur SOMMAIRE

CHARTE DES BONNES PRATIQUES A L USAGE DES SITES WEB DES SYNDICATS CFDT SANTÉ-SOCIAUX - Annexe au règlement intérieur SOMMAIRE CHARTE DES BONNES PRATIQUES INTERNET CHARTE DES BONNES PRATIQUES A L USAGE DES SITES WEB DES SYNDICATS CFDT SANTÉ-SOCIAUX - Annexe au règlement intérieur SOMMAIRE PRÉAMBULE La Charte des bonnes pratiques

Plus en détail

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES Aidez vos clients à protéger leur entreprise contre les frais imprévus.

Plus en détail

0.443.917.2. Accord entre la Confédération suisse et le Royaume de Belgique sur les relations cinématographiques

0.443.917.2. Accord entre la Confédération suisse et le Royaume de Belgique sur les relations cinématographiques Texte original 0.443.917.2 Accord entre la Confédération suisse et le Royaume de Belgique sur les relations cinématographiques (Accord de coproduction entre la Suisse et la Belgique) Conclu le 9 janvier

Plus en détail

Condition d'utilisation. Conditions générales de vente des cours de cuisine pour les particuliers

Condition d'utilisation. Conditions générales de vente des cours de cuisine pour les particuliers Condition d'utilisation Conditions générales de vente des cours de cuisine pour les particuliers Article 1- Objet : Casa d'arno propose des cours de cuisine pour les particuliers dont les différentes formules

Plus en détail

NOR: DEVT0769851A. Le ministre d Etat, ministre de l écologie, du développement et de l aménagement durables,

NOR: DEVT0769851A. Le ministre d Etat, ministre de l écologie, du développement et de l aménagement durables, Arrêté du 21 décembre 2007 relatif à l agrément des experts ou organismes qualifiés pour évaluer la conception et la réalisation de systèmes ou sous-systèmes ferroviaires nouveaux ou substantiellement

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI F OMPI A/46/11 ORIGINAL : anglais DATE : 26 novembre 2008 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI Quarante-sixième série de réunions Genève, 12

Plus en détail

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D ESTONIE ET LE GOUVERNEMENT DU CANADA RELATIF AUX ÉCHANGES JEUNESSE

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D ESTONIE ET LE GOUVERNEMENT DU CANADA RELATIF AUX ÉCHANGES JEUNESSE ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D ESTONIE ET LE GOUVERNEMENT DU CANADA RELATIF AUX ÉCHANGES JEUNESSE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D ESTONIE et LE GOUVERNEMENT DU CANADA, ci-après désignés

Plus en détail

------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT

------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE GUINEE ------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT DECRET D/2012/ /PRG/SGG PORTANT ORGANISATION ET MODALITÉS DE FONCTIONNEMENT

Plus en détail

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE. (représentée par le président) LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE. (représentée par le président) LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE MDN : 2011010001 CCSN : 3639875 PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (représentée par le président) ET LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE (représenté par le sous-ministre

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

AIDE A L IMMOBILIER D ENTREPRISE Convention n 20..-C-DGAD-DEE-

AIDE A L IMMOBILIER D ENTREPRISE Convention n 20..-C-DGAD-DEE- AIDE A L IMMOBILIER D ENTREPRISE Convention n 20..-C-DGAD-DEE- ENTRE Le Département de la Vienne, Place Aristide Briand, BP 319, 86008 POITIERS Cedex, représenté par le Président du Conseil Général, Monsieur..,

Plus en détail

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier Loi n 13-89 relative au commerce extérieur promulguée par le dahir n 1-91-261 du 13 joumada I 1413 (9 novembre 1992), telle quelle a été modifiée et complétée par la loi n 37-93 promulguée par le dahir

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation de l Option Anti-spam Plus

Conditions Générales d Utilisation de l Option Anti-spam Plus Conditions Générales d Utilisation de l Option Anti-spam Plus ARTICLE 1. DÉFINITIONS Les parties conviennent d entendre sous les termes suivants : Client : personne physique ou morale s étant inscrite

Plus en détail

Impact des règles de protection des données Sur l industrie financière. Dominique Dedieu ddedieu@farthouat.com

Impact des règles de protection des données Sur l industrie financière. Dominique Dedieu ddedieu@farthouat.com Impact des règles de protection des données Sur l industrie financière Dominique Dedieu ddedieu@farthouat.com 1 INTRODUCTION Loi Informatique et Liberté et établissements financiers Plan : 1. Règles de

Plus en détail

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages Convention sur la diversité biologique : ABS Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages RESSOURCES GÉNÉTIQUES CONNAISSANCES TRADITIONNELLES FOURNISSEURS UTILISATIONS CONSENTEMENT PRÉALABLE

Plus en détail

MANAO Conditions générales de vente au 01/11/2012

MANAO Conditions générales de vente au 01/11/2012 Préambule 1.1 Les Conditions Générales de vente de la société MANAO comprennent 3 titres qui sont indissociables : Titre 1 : Contrat commercial Titre 2 : Licence d utilisation des logiciels MANAO Titre

Plus en détail

Algérie. Accord d investissements avec l Espagne

Algérie. Accord d investissements avec l Espagne Accord d investissements avec l Espagne Décret exécutif n 90-39 du 30 janvier 1990 [NB - Accord entre la République algérienne démocratique et populaire et le Royaume d Espagne relatif à la promotion et

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMMUNICATION AUDIOVISUELLE ======================================= Fixant le régime de la Communication Audiovisuelle

CONSEIL NATIONAL DE LA COMMUNICATION AUDIOVISUELLE ======================================= Fixant le régime de la Communication Audiovisuelle 1 CONSEIL NATIONAL DE LA COMMUNICATION AUDIOVISUELLE ======================================= LOI N 91-1001 DU 27 DECEMBRE 1991 Fixant le régime de la Communication Audiovisuelle 2 REPUBLIQUE DE COTE D

Plus en détail

DIRECTIVES VOLONTAIRES

DIRECTIVES VOLONTAIRES DIRECTIVES VOLONTAIRES à l appui de la concrétisation progressive du droit à une alimentation adéquate dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale Adoptées à la cent vingt-septième session du

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE Date : 01/06/2013 Le présent ensemble des Conditions Générales de Vente de GLUAL HIDRÁULICA est applicable à toutes les livraisons et à toutes les prestations. ARTICLE 1. GÉNÉRALITÉS ARTICLE 2.- OFFRES

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

Comité consultatif sur l application des droits

Comité consultatif sur l application des droits F WIPO/ACE/10/13 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER SEPTEMBRE 2015 Comité consultatif sur l application des droits Dixième session Genève, 23 25 novembre 2015 OUTILS PÉDAGOGIQUES POUR LA PROMOTION DU RESPECT

Plus en détail

Vérification de la fonction de trésorerie

Vérification de la fonction de trésorerie Vérification de la fonction de trésorerie La fonction de trésorerie est conforme à l ensemble des dispositions législatives et des politiques Ottawa, le 28 novembre 2013 Le vérificateur général Alain Lalonde

Plus en détail

Antitrust: décision adressé au Groupement des Cartes Bancaires «CB» - les questions les plus fréquemment posées (voir aussi IP/07/1522)

Antitrust: décision adressé au Groupement des Cartes Bancaires «CB» - les questions les plus fréquemment posées (voir aussi IP/07/1522) MEMO/07/413 Bruxelles, le 17 octobre 2007 Antitrust: décision adressé au Groupement des Cartes Bancaires «CB» - les questions les plus fréquemment posées (voir aussi IP/07/1522) La décision n est-elle

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION APPLICATION COGELEC

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION APPLICATION COGELEC CONDITIONS GENERALES D UTILISATION APPLICATION COGELEC Article 1 Définitions L «Application» : il s agit de l application mise à disposition des Clients par COGELEC. La «Base de données» : il s agit de

Plus en détail

ANNEXE G MANDAT DU COMITÉ RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

ANNEXE G MANDAT DU COMITÉ RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION Mis en place par conseil d administration, le comité responsable des ressources humaines et de la rémunération (le «comité») a pour mission d élaborer la philosophie et les lignes directrices de la société

Plus en détail

Licence d Utilisation des Produits Pléiades attribués à Tarif Préférentiel aux Utilisateurs Institutionnels Autorisés

Licence d Utilisation des Produits Pléiades attribués à Tarif Préférentiel aux Utilisateurs Institutionnels Autorisés Licence d Utilisation des Produits Pléiades attribués à Tarif Préférentiel aux Utilisateurs Institutionnels Autorisés INTRODUCTION Veuillez lire attentivement les termes et conditions de cette Licence

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Par David Goldstein, président directeur général de l AITC 2 Association

Plus en détail

Atelier sur «Commerce, Investissement et Développement»

Atelier sur «Commerce, Investissement et Développement» Atelier sur «Commerce, Investissement et Développement». Enjeux et perspectives des négociations sur le Commerce et l investissement... Amadou BA Chef de la Division des Négociations Commerciales Internationales

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL CEANS-WP/5 15/4/08 CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 15 20 septembre 2008 Point 1

Plus en détail

Carte Visa Affaires RBC Banque Royale. Un outil plus performant pour faire des affaires

Carte Visa Affaires RBC Banque Royale. Un outil plus performant pour faire des affaires Carte Visa Affaires RBC Banque Royale Un outil plus performant pour faire des affaires Une gestion des dépenses simplifiée Nous sommes heureux de vous présenter la carte Visa Affaires RBC Banque Royale

Plus en détail

CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE

CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE Rabat, le 11 juillet 2000 CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE Aux termes de l article 1 er du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail