La recherche ne manque pas de chien

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La recherche ne manque pas de chien"

Transcription

1 La recherche ne manque pas de chien Depuis une dizaine d années, le chien dans la recherche n est plus un animal de laboratoire parmi d autres. Avec le séquençage de son génome en 2005, il est devenu un véritable modèle en pathologie comparée, pour l étude de maladies humaines. Pour les vétérinaires impliqués, il est aussi un patient à part entière, susceptible de bénéficier en retour des avancées qu il permet chez l homme, qu il s agisse de techniques diagnostiques ou de traitement. > DOSSIER RÉALISÉ PAR HÉLÈNE ROSE LA SEMAINE VÉTÉRINAIRE - N NOVEMBRE

2 Le chien est une espèce domesti - que dont la physiologie est proche de celle de l homme. De plus, il partage son environnement, il est exposé aux mêmes agents chimi - ques, aux mêmes stress, et, jusqu à récemment, à la même alimentation. Bien médicalisé, ce qui favorise le recrutement de cas cliniques, le chien développe de manière spontanée de nombreuses maladies homologues aux affections humaines. Identifier leur déterminisme génétique est une voie importante de la recherche. Or la diversité raciale chez le chien est une opportunité unique pour isoler les gènes responsables (voir encadré). LE CHIEN, MEILLEUR MODÈLE QUE LA SOURIS Ces particularités font du modèle canin un modèle expérimental plus pertinent que celui de la souris. Pour la myopathie de Duchenne, par exemple, notre confrère Yan Cherel, qui mène des travaux au sein d une unité mixte de recherche (UMR 703 Inra- Oniris), rapporte que «le chien est un très bon modèle pour l homme, notamment le golden retriever, car il développe une maladie quasi identique. Une lignée de souris est porteuse de la même anomalie génétique, mais elle ne développe pas de lésion, nous ne pouvons donc pas voir une éventuelle amélioration clinique». Serge Rosolen, chercheur à l Institut de la vision, explique le choix du modèle canin depuis 2009 : «Nos recherches ont une finalité humaine. La souris a un mode de vie nocturne, sa rétine est dépourvue de macula (seuls les primates et l homme en possèdent), elle est malvoyante. Elle peut servir de modèle génétique pour prouver des concepts thérapeutiques, mais c est un très mauvais modèle d expression clinique d une maladie. Il nous fallait trouver un modèle de taille intermédiaire pour réaliser des injections dans le vitré ou en région sous-rétinienne : le chien a des propriétés anatomo-fonctionnelles proches de celles de l homme et développe des affections homologues aux maladies humaines.» < Le chien développe de manière spontanée de nombreuses maladies homologues aux maladies humaines 40 - LA SEMAINE VÉTÉRINAIRE - N NOVEMBRE 2012

3 FRÉDÉR C DECANTE POURQUOI LE CHIEN EST UN MODÈLE PERTINENT Une sélection intense a été pratiquée depuis le XIX E siècle pour fixer les caractères phénotypiques propres à chaque race (morphologie, comportement, etc.), déterminés par les différents allèles des gènes. De nombreuses races ont été obtenues à partir de petits effectifs de reproducteurs, surexploités pour certains, sans souci de consanguinité. Elles constituent autant d isolats génétiques, avec une forte homogénéité des allèles sélectionnés. Ainsi, les maladies génétiques affectent de manière spécifique une ou plusieurs des 400 races canines. Comme leurs pedigrees sont accessibles, et que les chiens se reproduisent plus que les hommes, la collecte de données sur l ensemble d une famille peut être assez rapide. Des arbres généalogiques informatifs sont ainsi établis sans soulever de problèmes éthiques comme chez l homme. L équipe dirigée par Catherine André, du CNRS de Rennes, a participé activement au séquençage du génome canin. Elle est aujourd hui incontournable dans les études de génétique canine. Lorsqu une maladie est déterminée par une mutation sur un seul gène (maladie héréditaire simple, ou monogénique), les études génétiques peuvent parfois être relativement rapides. Au sein de l UMR 955 Inra ENVA de génétique fonctionnelle et médicale dirigée par Geneviève Aubin Houzelstein, notre consœur Marie Abitbol s est ainsi penchée sur l ataxie cérébelleuse de l american staffordshire terrier : «Cette maladie apparaît en moyenne entre 2 et 5 ans, ce qui en fait un très bon modèle pour les céroïdes lipofuscinoses humaines d apparition tardive, voire pour d autres maladies de surcharge neuronale. Nous avons identifié le gène responsable et la mutation. Un test de dépistage a été mis au point par le laboratoire Antagene, et des généticiens humains de l hôpital Cochin travaillent à l identification de mutations dans le gène équivalent chez l homme.» Certaines maladies ont un déterminisme génétique complexe, lié à plusieurs gènes et à plusieurs mutations. Dans une race canine donnée, une maladie complexe est souvent liée à l altération d un de ces gènes, en raison de l homogénéité génétique de la race. Dans une autre race, un autre gène ou une autre mutation peut être responsable. Cela permet d explorer progressivement les différents mécanismes aboutissant à une même maladie clinique. LA SEMAINE VÉTÉRINAIRE - N NOVEMBRE

4 La pathologie comparée Des retombées pour l homme, mais aussi pour l animal Au sein des équipes pluridisciplinaires de chercheurs, l originalité des vétérinaires est d avoir toujours en tête la santé de l animal, le souci de faire bénéficier les chiens des techniques ou des traitements élaborés sur un modèle canin, mais développés pour soigner l homme. Serge Rosolen exerce en ophtalmologie, comme les membres du Réseau européen en ophtalmologie vétérinaire et vision animale (Reovva), animé collectivement par 39 vétérinaires, issus de 7 pays européens. Il peut ainsi recruter des cas pour la recherche clinique et thérapeutique, sur le glaucome en particulier. Au sein de l Institut de la vision, il travaille notamment sur la thérapie optogénétique pour traiter les rétinopathies dégénératives 1. L implication des vétérinaires est fondamentale pour lui : «Les vétérinaires sont les professionnels de l animal, ils ne sont pas seulement là pour pratiquer des gestes techniques. Ils doivent participer activement à l élaboration des stratégies cliniques et thérapeutiques. Les membres du Reovva considèrent le chien comme un véritable patient. Lui rendre la vue, c est redevenir un vrai prestataire de santé.» Il cite un exemple : «Chez l homme, un nouveau traitement du glaucome est possible grâce à l utilisation d ultrasons thérapeutiques. Cette technique est spécifiquement adaptée au globe oculaire humain, mais elle a été mise au point par un vétérinaire, Fabrice Romano, directeur d une start-up (EyeTechCare). Par son intermédiaire, nous verrons peut-être bientôt cette technique appliquée au chien, ce qui serait un bel exemple de coopération entre médecines humaine et animale, pour un bénéfice mutuel!» (voir schéma). Spécialisée en imagerie cardiovasculaire, notre consœur Valérie Chetboul dirige l unité de cardiologie d Alfort et travaille dans l UMR Inserm-ENVA U 955 (cardiologie), qui regroupe une quarantaine de personnes réparties entre l hôpital Henri- Mondor et l ENVA. Attachée à utiliser des techniques diagnostiques non invasives, elle explique sa démarche : «Pour valider une technique, il faut montrer de manière factuelle la valeur de ce que l on fait (tech LA SEMAINE VÉTÉRINAIRE - N NOVEMBRE 2012 EXEMPLE D INTERACTIONS ENTRE DIFFÉRENTS PARTENAIRES DANS L ÉTUDE DU GLAUCOME CHEZ L EURASIER, DANS LE CADRE PLUS LARGE DU PROJET FIGLAN (FIGHTING GLAUCOMA IN ANIMALS) - Marqueurs cliniques et fonctionnels - Développements thérapeutiques Institut de la vision Ophtimalia Président du Club de l eurasier - Éléments de phénotypage clinique et fonctionnel - Prélèvement, histologie, etc. Problématiques du club : manques et demandes Vébiotel Thèses d université EyeTech Care Informations (normes) validées par le Reovva Cohortes de patients Reovva Institut du glaucome PÔLE PHÉNOTYPE Club de l eurasier (éleveurs et propriétaires) Examens et traitements validés par le Reovva Siem Thèses d université PÔLE GÉNÉTIQUE AFEP/MHOC (base de données) CNRS (P. Quignon) Recherche École d Alfort (M. Abitbol) Clinique Reovva = Réseau européen en ophtalmologie vétérinaire et vision animale. AFEP/MHOC = vétérinaires agréés pour le dépistage des maladies héréditaires oculaires canines. nique répétable, reproductible, détermination d intervalles de référence), afin d en tirer des modèles statistiques. La rigueur est le maître mot du travail de recherche.» Elle a inventé et démontré l efficacité de l échographie sur animal debout, avant de mettre au point la technique du Doppler tissulaire (Tissu Doppler Imaging 2D color mode) chez le chien. Sans anesthésie générale, celle-ci permet une analyse fine du fonctionnement du muscle cardiaque (sur 1 à 2 mm), donc de mieux comprendre la physiopathologie d une cardiopathie. Elle l utilise en clinique, pour diagnostiquer une maladie cardiaque ou détecter précocement une atteinte héréditaire. Elle évalue également l efficacité de médicaments. «Avec l Inserm, l objectif L objectif est de développer des traitements chez l homme, et de faire en sorte qu ils puissent ensuite revenir au chien est de développer des traitements chez l homme, et il me tient à cœur de faire en sorte qu ils puissent ensuite revenir au chien. Grâce à nos travaux, une molécule a été commercialisée en médecine humaine, l ivabradine. Elle pourrait être utile pour traiter la dysrythmie chez le chien.» Ses relations avec l équipe de chirurgie cardiaque de l institut mutualiste Montsouris, dirigée par le P r François Laborde, ont permis quelques interventions pionnières : la correction d une sténose mitrale chez un cairn terrier ou la pose d une valve sous circulation extracorporelle à cœur battant (nécessaire pour éviter l hémolyse provoquée lors du passage du sang canin dans la pompe de la machine). «Ces interventions ne servent pas à l homme, les techniques existent déjà, elles ont été pratiquées uniquement pour le chien!», précise Valérie Chetboul. La collaboration des praticiens, indispensable au recrutement des cas La phase de recrutement est primordiale pour augmenter les chances d aboutir à des résultats. Un protocole rigoureux et des critères diagnostiques précis sont LA SEMA NE VÉTÉR NA RE D APRÈS SERGE ROSOLEN

5 Les prélèvements de chiens sont centralisés dans une biobanque nécessaires pour sélectionner les cohor tes d animaux mala des et sains. «Lorsqu un diagnostic discriminant est nécessaire, des vétérinaires spécialisés établissent la cohorte», explique Guillaume Queney, directeur d Antagene. «Ainsi, quelques dermatologues, en particulier Éric Gaguère, ont collaboré au projet sur l ichtyose chez le golden retriever, qui a permis l identification du gène responsable, retrouvé ensuite chez l homme.» Il poursuit : «Le recrutement est beaucoup moins sélectif aux États- Unis, et les chercheurs font souvent face à une hétérogénéité génétique qui crée un bruit de fond et les ralentit.» Un recrutement large auprès des praticiens peut aussi être approprié, comme pour les études de génétique en cancérologie menée par le CNRS de Rennes. Notre confrère Benoît Hedan en rappelle les modalités : «Pour les analyses génétiques, nous avons besoin d un prélèvement sanguin sur EDTA de chiens atteints et de chiens âgés des mêmes races, mais indemnes de cancer. Dans certains projets, en cancérologie, par exemple, il est nécessaire de prélever les tumeurs, lors d une chirurgie ou en post-mortem, en vue d analyses histologiques et d analyses génétiques complémentaires. Beaucoup de vétérinaires se montrent très réceptifs, motivés pour participer à la recherche». Il ajoute : «Nous sommes là pour répondre à leurs interrogations. Il y a tellement de maladies génétiques qu il est impossible au praticien de les connaître toutes, race par race.» Une banque de prélèvements de chiens, développée et gérée par le CNRS de Rennes, appelée CaniDNA 2, centralise les prélèvements de chiens, avec leurs données généalogiques et cliniques. Comme le précise Catherine André, qui dirige cette unité, «cette biobanque est aussi à la disposition des vétérinaires et des éleveurs intéressés par une maladie pour laquelle il n y a pas de recherche en cours : il importe de l alimenter pour de futures études, plus faciles à lancer lorsqu il y a assez de prélèvements.» Une demande forte des propriétaires et des éleveurs Propriétaires et éleveurs sont souvent demandeurs d avancées pour la santé de leurs animaux. D après Guillaume Queney, les attitudes des clubs de race sont variables : «Nous sommes plus souvent en contact avec les éleveurs que les clubs de race ou la Société centrale canine (SCC). Les clubs motivés existent, mais sont minoritaires. Certains sont même un réel frein. Ils ont peur pour l image de leur race. Cependant, on remarque une prise de conscience de la SCC depuis trois ans.» Pour ses recherches en génétique quantitative, notre confrère Jean-François Courreau (professeur à l ENVA) a un rapport privilégié avec le club du border collie. Il travaille à l indexation génétique de l héritabilité des aptitudes des chiens de troupeau, avec des méthodes de calcul identiques à celles pratiquées chez les animaux de rente. «Les éleveurs de moutons connaissent déjà les principes de l indexation, donc ils comprennent l intérêt de la méthode. Il y a aussi une question de fierté : ils cherchent à améliorer la qualité de leurs chiens pour être plus compétitifs face aux lignées étrangères lors des concours!» Pour recueillir des données standardisées, en limitant les biais (dressage, environnement, etc.), il a mis en place avec le club une évaluation lors de la confirmation : «C est la seule race qui pratique cela!». Auprès de leurs clients éleveurs, les vétérinaires ont un important rôle de conseil à jouer. «Pour diminuer la fréquence de YAN CHEREL portage d un allèle morbide, il est nécessaire de les conseiller pour qu ils pratiquent une sélection raisonnée. Même si les tests génétiques leur permettent de sélectionner les chiens, l expertise du vétérinaire est et restera indispensable, car il est le seul habilité à détecter les symptômes cliniques», rappelle Benoît Hedan. «Soigner est au cœur de notre métier. Il importe de se faire rémunérer pour ses compétences», précise Serge Rosolen. Le financement, un souci récurrent Les financements publics ont pour objectif la santé humaine. La Communauté européenne a ainsi subventionné le projet Lupa, de 2008 à Celui-ci a mobilisé 20 laboratoires, dans 12 pays européens, pour identifier chez le chien les bases génétiques de maladies homologues à celles de l homme. «Le financement s est arrêté, mais pas la recherche!», indique Guillaume Queney, qui ajoute : «Un projet Lupa2 est envisagé, il sera sans doute plus restreint». Pour l étude sur l ichtyose chez le golden retriever, Catherine André rapporte un coût de « au total pour trouver un gène : de l argent est nécessaire pour collecter les échantillons, effectuer >>> L équipe de Yan Chérel a abouti à des résultats prometteurs chez le golden retriever myopathe. Le chien malade (à gauche) soulage ses membres postérieurs en déplaçant son poids vers l avant, et présente une palmigradie, une plantigradie et une ankylose des postérieurs. Chez un chien traité avec des cellules souches (à droite), le poids est réparti équitablement sur les quatre membres et les anomalies posturales ont disparu. «Notre objectif est d aider concrètement les enfants malades, rapporte notre confrère. En thérapie génique, nous cherchons à améliorer l efficacité de la main, pour que les enfants myopathes contrôlent plus longtemps le joystick de leur fauteuil. La protéine produite après l injection de notre vecteur viral (qui permet de sauter la zone mutée lors de la lecture de l ADN) est plus courte que la normale, mais elle est fonctionnelle. Nous espérons qu un essai clinique pourra débuter en 2014.» En thérapie cellulaire, des cellules souches, les MuStem, pourraient être une solution : «Notre plus vieux chien (traité quand il avait 3 mois) a 4 ans, et il est en bonne forme (les chiens atteints ne vivent pas plus d un an). Il n est pas parfait, mais il est dynamique, joueur, il peut se dresser sur ses postérieurs, etc. Ces résultats ont été obtenus grâce à un soutien fort de l Association française contre les myopathies, complété depuis peu par des aides dans le cadre du programme Investissements d avenir. Nous espérons pouvoir appliquer cette technique à l enfant d ici à cinq ans, mais nous sommes des chercheurs, pas des devins. Des problèmes liés à l immunosuppression doivent en particulier être réglés auparavant.» LA SEMAINE VÉTÉRINAIRE - N NOVEMBRE YAN CHEREL

Recherche des causes génétiques de génodermatoses chez le chien. Catherine André. Heuzé. Catherine André CNRS Rennes Mars 2007.

Recherche des causes génétiques de génodermatoses chez le chien. Catherine André. Heuzé. Catherine André CNRS Rennes Mars 2007. Recherche des causes génétiques de génodermatoses chez le chien Catherine André CNRS André Eric Guaguere Lille Emmanuel Bensignor Rennes Mathieu Heuzé Thè Heuzé Thèse vé vétérinaire Guillaume Queney, Queney,

Plus en détail

Intérêt des recherches génétiques

Intérêt des recherches génétiques Intérêt du chien dans la pathologie et la génétique comparée: exemples de maladies et de gènes partagées entre l'homme et le chien Dr. Catherine André candre@univ-rennes1.fr Intérêt des recherches génétiques

Plus en détail

Le cancer cet ennemi commun

Le cancer cet ennemi commun Le cancer cet ennemi commun En France, 360 000 nouveaux cas par an. 1 homme sur 2 et 1 femme sur 3 touchés au cours de leur vie. en Languedoc-Roussillon, ICI il tue 20 personnes par jour. www.icm.unicancer.fr

Plus en détail

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNLGIQUE Série : STL Spécialité biotechnologies SESSIN 2014 CBSV : sous épreuve coefficient 4 Biotechnologies : sous épreuve coefficient 4 Durée totale de l épreuve: 4 heures Les sujets

Plus en détail

Génétique et génomique Pierre Martin

Génétique et génomique Pierre Martin Génétique et génomique Pierre Martin Principe de la sélections Repérage des animaux intéressants X Accouplements Programmés Sélection des meilleurs mâles pour la diffusion Index diffusés Indexation simultanée

Plus en détail

Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux

Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux Unité Inserm UMR 1087-CNRS UMR 6291 Hervé Le Marec Evolution de la médecine et de la recherche biomédicale développement de traitements

Plus en détail

CONVENTION FHP-MCO Du 23 et 24 juin 2015 UNE PROFESSION DEBOUT ET EN MARCHE

CONVENTION FHP-MCO Du 23 et 24 juin 2015 UNE PROFESSION DEBOUT ET EN MARCHE CONVENTION FHP-MCO Du 23 et 24 juin 2015 UNE PROFESSION DEBOUT ET EN MARCHE LES ENJEUX DE L AVENIR DES PLATEFORMES DE GENOMIQUE DR OLIVIER VIRE MÉDECIN ANATOMOPATHOLOGISTE LIBÉRAL SYNDICAT DES MÉDECINS

Plus en détail

Initiative pour l'information sur les cancers fémmes

Initiative pour l'information sur les cancers fémmes Initiative pour l'information sur les cancers fémmes Coordonné par l Institut europeén de la santé des femmes www.eurohealth.ie Cancer et Génétique Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez

Plus en détail

En tant que présidente d un club de race, vous gérez les questions d élevage, de traçabilité et de santé des chiens qui relèvent de votre club.

En tant que présidente d un club de race, vous gérez les questions d élevage, de traçabilité et de santé des chiens qui relèvent de votre club. La Tour de Salvagny, Le 27 juin 2014 Madame la Présidente, En tant que présidente d un club de race, vous gérez les questions d élevage, de traçabilité et de santé des chiens qui relèvent de votre club.

Plus en détail

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Introduction: - Réponse d un animal à l expérimentation (diapo 1) Facteurs environnementaux et propres à l animal - Notion d animal standardisé

Plus en détail

Synthèse d activités 2014 www.genethon.fr

Synthèse d activités 2014 www.genethon.fr Synthèse d activités 2014 www.genethon.fr Missions Généthon a pour mission la conception, le développement préclinique et clinique ainsi que la production de médicaments de thérapie génique pour les maladies

Plus en détail

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Octobre 2014 Médecine «génomique» personnalisée La médecine «génomique» personnalisée repose sur l identification de sous-groupes de

Plus en détail

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip sur la valve mitrale Support destiné aux médecins en vue d informer les patients. À propos de l insuffisance mitrale L insuffisance

Plus en détail

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

Infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Le Concours. Concours Prépa Santé

Infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Le Concours. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 400 h/an Access : 250 h/an de septembre à mai Infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Présents à l hôpital dans tous les services, les infirmiers et les infirmières dispensent

Plus en détail

Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien. Dr Dugast catherine

Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien. Dr Dugast catherine Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien Dr Dugast catherine cc Dépistage de masse K sein chez mère 60 ans, nulliparité? Antécédent de hodgkin à 15 ans???? Quel est mon

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE Université McGill et hôpitaux affiliés Centre universitaire de santé McGill (CUSM) Hôpital général juif - Sir Mortimer B. Davis The Sir Mortimer B. Davis - Jewish General Hospital ADRESSOGRAPHE Département

Plus en détail

Tutoriel pour les enseignants de lycée. Rappel du contenu des programmes au lycée en classe de seconde

Tutoriel pour les enseignants de lycée. Rappel du contenu des programmes au lycée en classe de seconde Tutoriel pour les enseignants de lycée Ce document sert à l enseignant pour préparer différentes séquences pédagogiques afin d aborder : les questions de la génétique, des maladies génétiques, et les métiers

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2014-32 du 14 janvier 2014 relatif aux diagnostics anténataux NOR : AFSP1323594D Publics concernés

Plus en détail

MESSIDOR. Méthodes d Evaluation de Systèmes de Segmentation et d Indexation Dédiées à l Ophtalmologie Rétinienne.

MESSIDOR. Méthodes d Evaluation de Systèmes de Segmentation et d Indexation Dédiées à l Ophtalmologie Rétinienne. MESSIDOR Méthodes d Evaluation de Systèmes de Segmentation et d Indexation Dédiées à l Ophtalmologie Rétinienne. MESSIDOR est un programme financé dans le cadre de l appel d offre TECHNO-VISION des Ministères

Plus en détail

L INSTITUT DE RECHERCHE EN

L INSTITUT DE RECHERCHE EN 1 L INSTITUT DE RECHERCHE EN IMMUNOLOGIE ET EN CANCÉROLOGIE COMMERCIALISATION DE LA RECHERCHE VISION Être un centre reconnu internationalement pour ses activités de maximisation de la valeur de la recherche

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Enquête : Que disent les vétérinaires qui ont fait le choix de la thérapie K-LASER TM?

Enquête : Que disent les vétérinaires qui ont fait le choix de la thérapie K-LASER TM? Enquête : Que disent les vétérinaires qui ont fait le choix de la thérapie K-LASER TM? Enquête de satisfaction réalisée auprès de 27 vétérinaires ayant un recul d au moins deux mois et équipés par Mian.

Plus en détail

La médecine personnalisée

La médecine personnalisée La médecine personnalisée Clément Cousin Notes de l atelier s étant tenu à Science Po le 20 mai 2014 dans le cadre de la Semaine doctorale intensive clement.cousin@riseup.net Table des matières 1 Définition

Plus en détail

A- Exploiter des animations pour repérer une mutation et étudier son mécanisme de réparation.

A- Exploiter des animations pour repérer une mutation et étudier son mécanisme de réparation. THEME 1A : Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique Chapitre 2 : Variabilité Génétique et Mutation de l ADN TP-3-: Réparation de l ADN, mutations et polyallélisme Les mutations de l ADN

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Né du souhait de mieux répondre aux grands défis de notre système de santé, Cité générations est un nouveau

Plus en détail

PLUS QU UN ANIMAL, UNE AIDE PRECIEUSE

PLUS QU UN ANIMAL, UNE AIDE PRECIEUSE Organisons, organisons... CHIEN DE CONDUITE DU TROUPEAU conduite et... PLUS QU UN ANIMAL, UNE AIDE PRECIEUSE Les exploitations ovines ne peuvent plus aujourd hui se passer des nombreux services rendus

Plus en détail

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines Les caractères d un individu dépendent de plusieurs facteurs : certains dépendent des caractères présents dans la famille

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Décret n o 2008-321 du 4 avril 2008 relatif à l examen des caractéristiques génétiques

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

Les Affaires Medicales

Les Affaires Medicales Les Affaires Medicales 1 Les tendances du marché français 2014 Introduction Real Life Sciences met à votre disposition des études autour des métiers niches de l industrie pharmaceutique. Concernant les

Plus en détail

La maladie de Huntington, une maladie du cerveau

La maladie de Huntington, une maladie du cerveau Actualités à propos de la recherche sur la maladie de Huntington. Expliqué simplement. Écrit par des scientifiques. Pour la communauté mondiale HD. La greffe de moelle osseuse dans la maladie de Huntington

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Rapport de formation (cours interentreprises) Evaluation du niveau de formation de:

Rapport de formation (cours interentreprises) Evaluation du niveau de formation de: Rapport de formation (cours interentreprises) Evaluation du niveau de formation de: Domaine Aide à la consultation 1.1. Relation avec le propriétaire de l animal et administration/connaissances informatiques

Plus en détail

Centre du sein. Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu

Centre du sein. Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu Centre du sein Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu Présentation Situé à la Maternité, le Centre du sein regroupe au même endroit toutes les expertises et tous les équipements nécessaires

Plus en détail

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre Fondation PremUp Mieux naître pour mieux vivre Une fondation de coopération scientifique initiée par les pouvoirs publics en 2007 6 membres fondateurs : L Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, l Inserm,

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE Université McGill et hôpitaux affiliés Hôpital Royal Victoria Hospital Hôpital général de Montreal General Hospital Hôpital général juif - Sir Mortimer B. Davis The Sir Mortimer B. Davis - Jewish General

Plus en détail

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06 Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro Directive européenne 98/79/CE du 27/10/98 relative aux DMDIV OBJECTIFS Directive dite «Nouvelle approche» - Harmonisation des réglementations nationales

Plus en détail

Deuxième partie. Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII

Deuxième partie. Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII Deuxième partie Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII Présentation Les programmes informatiques MDM et grafgen L analyse de schémas de construction de génotypes

Plus en détail

Profil de Compétences Professionnelles Ostéopathie

Profil de Compétences Professionnelles Ostéopathie ProfildeCompétencesProfessionnellesOstéopathie Document Documentdediscussionavecl intentiond obtenirunconsensus approuvée par la Chambre ostéopathie le 12-06-2012 (11 votes pour - pas de votes contre -

Plus en détail

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare Montréal, 24 mars 2015 David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting 1 RSSPQ, 2013 2 MÉDECINE INDIVIDUALISÉE Médecine personnalisée Médecine de précision Biomarqueurs Génomique

Plus en détail

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 Durée : 3 h 30 Coefficient : 7 Avant de composer, le candidat s assurera

Plus en détail

GLOBAL CARE Initiative : un lancement international réussi lors de BIO-Europe 2013

GLOBAL CARE Initiative : un lancement international réussi lors de BIO-Europe 2013 dvvxcvcxvdfvcs GLOBAL CARE Initiative : un lancement international réussi lors de BIO-Europe 2013 Le projet GLOBAL CARE Initiative (The Global Partnering Research Initiative of the Carnot Human Health

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

LUC LEGRÈS est ingénieur de recherche dans le laboratoire UMR S728 Inserm/Université Paris-Diderot, à l Institut universitaire d hématologie à Paris

LUC LEGRÈS est ingénieur de recherche dans le laboratoire UMR S728 Inserm/Université Paris-Diderot, à l Institut universitaire d hématologie à Paris 32 LUC LEGRÈS est ingénieur de recherche dans le laboratoire UMR S728 Inserm/Université Paris-Diderot, à l Institut universitaire d hématologie à Paris depuis 1999. Il est lauréat du Prix Innovation 2008.

Plus en détail

L aventure génétique, Le cas du lapin

L aventure génétique, Le cas du lapin Histoire de lapins... Le lapin européen (Oryctolagus Cuniculus) De la Renaissance au XIXème siècle : Des élevages de production apparaissent (Olivier de Serres), les lapins sont élevés en clapier et les

Plus en détail

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Donner un rein de son vivant peut concerner chacun. Cela s appelle le don du vivant. LE REIN, un organe indispensable à la vie l

Plus en détail

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron à Saint-Louis Cancers & imagerie médicale Un progrès majeur pour une meilleure prise en charge des patients. Accroitre les possibilités

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2 Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Ajouter ici le logo de la structure évaluatrice Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

4- Type d activité prise en compte : activité de soins, d enseignement, ou de recherche (article 3 de l arrêté du 23 juillet 2003)

4- Type d activité prise en compte : activité de soins, d enseignement, ou de recherche (article 3 de l arrêté du 23 juillet 2003) FICHE TECHNIQUE RELATIVE AUX CONDITIONS DE MOBILITE EXIGEES DES CANDIDATS AU CONCOURS DE PROFESSEUR DES UNIVERSITES - PRATICIEN HOSPITALIER DES CENTRES HOSPITALIERS ET UNIVERSITAIRES Textes de références

Plus en détail

Un centre sur les neurosciences

Un centre sur les neurosciences Sommaire Un centre sur les neurosciences Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Le 6 août 2014 Centre des sciences de la santé Sunnybrook L incidence des maladies du système

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

L externat en médecine générale L exemple de Paris V

L externat en médecine générale L exemple de Paris V L externat en médecine générale L exemple de Paris V Mémoire DIU Pédagogie Médicale 2010 Dr Olivier Benainous CCA médecine générale Dr Mirna Salloum Urgentiste 1 Sommaire I. Externat en médecine générale

Plus en détail

Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement.

Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement. Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement. Les gènes gouvernent la synthèse des protéines qui participent à la réalisation du phénotype mais d'autres éléments, comme

Plus en détail

1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand :

1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand : 1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand : information et communication au service des patients Chargé de communication et des missions culturelles 2011, la Fédération

Plus en détail

La parvovirose canine

La parvovirose canine Fiche technique n 5 La parvovirose canine La parvovirose canine est une affection contagieuse très grave et souvent mortelle. Elle est l une des causes les plus fréquentes de diarrhées infectieuses chez

Plus en détail

Qu est-ce qu un vaccin?

Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 Qu est-ce que la vaccination? Un vaccin est un médicament particulier, destiné à «éduquer» le système immunitaire* à se défendre contre un agent pathogène* bien déterminé. Il a pour

Plus en détail

ostéopathe Le Métier d Ostéopathe Concours et Formation Concours Prépa Santé

ostéopathe Le Métier d Ostéopathe Concours et Formation Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 896 h/an Access : 700 h/an de septembre à mai ostéopathe Le Métier d Ostéopathe L ostéopathe est un spécialiste de la médecine douce appelée ostéopathie. Elle est basée

Plus en détail

Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème identito-vigilance. Il est prévu que les différents

Plus en détail

Physiopathologie mitochondriale

Physiopathologie mitochondriale [Notice explicative 2012] Physiopathologie mitochondriale Vous souhaitez déposer une lettre d intention dans le cadre de l appel d offres «Physiopathologie mitochondriale» Nous vous informons que cette

Plus en détail

Maladie de Steinert (ou dystrophie myotonique de type 1)

Maladie de Steinert (ou dystrophie myotonique de type 1) Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladie de Steinert (ou dystrophie myotonique de type 1) Lisez attentivement ce document et conservez-le

Plus en détail

Stage obligatoire de médecine familiale à l externat

Stage obligatoire de médecine familiale à l externat Stage obligatoire de médecine familiale à l externat Cours MMD3507 Le stage obligatoire de médecine familiale à l externat n exige pas de stage préalable. Il peut donc prendre à chacune des périodes dans

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

Orthoptiste. Le Métier d Orthoptiste. Concours et Formation. Concours Prépa Santé

Orthoptiste. Le Métier d Orthoptiste. Concours et Formation. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 728 h/an Access : 644 h/an de septembre à mai Orthoptiste Le Métier d Orthoptiste La vocation de l orthoptiste est le dépistage, la rééducation, la réadaptation et l exploration

Plus en détail

La Neurofibromatose en 20 questions

La Neurofibromatose en 20 questions CNN la NF en 20 questions Responsable : Pr Jean-Francois Stalder Clinique Dermatologique CHU Nantes Contact : Blandine Legeay Tel :02-40-08-31-23 blandine.legeay@chu-nantes.fr La Neurofibromatose en 20

Plus en détail

Nouveaux Documents Généalogiques Par Michel Mottet, Président de la Commission Elevage et Secrétaire Général de la SCC

Nouveaux Documents Généalogiques Par Michel Mottet, Président de la Commission Elevage et Secrétaire Général de la SCC Nouveaux Documents Généalogiques Par Michel Mottet, Président de la Commission Elevage et Secrétaire Général de la SCC Lorsque le projet «Pedigrees enrichis» a été lancé, l objectif était d ajouter aux

Plus en détail

Etude réalisée en collaboration avec le service. Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar.

Etude réalisée en collaboration avec le service. Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar. Page 1 sur 8 Etude réalisée en collaboration avec le service Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar. Effectuée en 2013-2014 OBJECTIF : mesurer l efficacité l effet thérapeutique de l Eau thermale de

Plus en détail

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie -I -Unité et diversité des diabètes Mesures de la glycémie en continu chez un patient diabétique 1 Les critères de diagnostic du diabète 2 3 Conclusion

Plus en détail

Genopole Siège Campus 1 - Bâtiment Genavenir 8 5, rue Henri Desbruères F-91030 Evry cedex T. +33 1 60 87 83 00 - F.

Genopole Siège Campus 1 - Bâtiment Genavenir 8 5, rue Henri Desbruères F-91030 Evry cedex T. +33 1 60 87 83 00 - F. Annuaire Genopole Mars 2007 G opole Genopole Siège Campus 1 - Bâtiment Genavenir 8, rue Henri Desbruères F-91030 Evry cedex T. +33 1 60 87 83 00 - F. +33 1 60 87 83 01 prénom.nom@genopole.fr 2 Réussir

Plus en détail

Conférence-Débat. Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE. des sciences. Discussion générale

Conférence-Débat. Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE. des sciences. Discussion générale Conférence-Débat Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE Académie des sciences 15h15 Introduction Jean-François Bach, Secrétaire perpétuel de l Académie des sciences 15h30 Actualités sur

Plus en détail

Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes

Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes CINQ PROFILS Les «Compagnons» Qui sont ils? Les hommes, les adultes et les seniors (au delà de 45 ans), sont particulièrement

Plus en détail

Options chirurgicales dans le cas d un glaucome

Options chirurgicales dans le cas d un glaucome Options chirurgicales dans le cas d un glaucome Le glaucome est défini comme une augmentation de pression dans l œil (appelée pression intraoculaire ou PIO) qui cause une dégénérescence du nerf optique

Plus en détail

La dégénerescence maculaire liée à l âge

La dégénerescence maculaire liée à l âge dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques

Plus en détail

Les microarrays: technologie pour interroger le génome

Les microarrays: technologie pour interroger le génome Les microarrays: technologie pour interroger le génome Patrick DESCOMBES patrick.descombes@frontiers-in-genetics.org Plate forme génomique NCCR Frontiers in Genetics Université de Genève http://genomics.frontiers-in-genetics.org

Plus en détail

Angiœdème héréditaire (AOH)

Angiœdème héréditaire (AOH) Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports Direction Générale de la Santé Informations et conseils Angiœdème héréditaire (AOH) Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES TECHNIQUE DU SYSTEME NATIONAL D APPELLATION DE CHEPTEL EN MATIERE DE VISNA-MAËDI

CAHIER DES CHARGES TECHNIQUE DU SYSTEME NATIONAL D APPELLATION DE CHEPTEL EN MATIERE DE VISNA-MAËDI CAHIER DES CHARGES TECHNIQUE DU SYSTEME NATIONAL D APPELLATION DE CHEPTEL EN MATIERE DE VISNA-MAËDI REF. : CC/VM/01 révision A Date de Création : 08/12/2003 Date de Révision : 07/12/2004 Rédaction : Mme.

Plus en détail

Identification de récepteurs r endothéliaux stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler

Identification de récepteurs r endothéliaux stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler Identification de récepteurs r endothéliaux à différents stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler S.Lavisse 1, V. Lazar 2, P. Opolon 3, P. Dessen 2, A. Roche 1, N. Lassau 1 Équipes

Plus en détail

La maladie d Alzheimer

La maladie d Alzheimer La maladie d Alzheimer Titre: Alzheimer, diagnostiquer et annoncer la maladie Public : neurologues de niveau A2 Durée : 2 heures Objectif général : établir un diagnostic de la maladie d Alzheimer Mots-clés

Plus en détail

Le bilan des pôles de compétitivité en santé. vu par le ministère de la santé, acteur de la recherche et de l innovation

Le bilan des pôles de compétitivité en santé. vu par le ministère de la santé, acteur de la recherche et de l innovation Le bilan des pôles de compétitivité en santé vu par le ministère de la santé, acteur de la recherche et de l innovation C Chamoux Le ministère de la santé s est organisé pour être un acteur des politiques

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

Observatoire sociétal «Les Français et la qualité des soins»

Observatoire sociétal «Les Français et la qualité des soins» Observatoire sociétal «Les Français et la qualité des soins» Deuxième édition Septembre 2010 Nobody s Unpredictable Fiche technique Sondage effectué pour : Générale de Santé Echantillon : 967 personnes,

Plus en détail

Qu est-ce qu un test génétique?

Qu est-ce qu un test génétique? 8 Vous pouvez rechercher les laboratoires de diagnostic dans votre pays par nom de maladie ou de gène à l'adresse suivante: Qu est-ce qu un test génétique? http://www.orpha.net/consor/cgi-bin/clinicallabs.php?lng=fr

Plus en détail

LA DEMARCHE DE RESPONSABILITE SOCIALE DANS LES FACULTES DE MEDECINE

LA DEMARCHE DE RESPONSABILITE SOCIALE DANS LES FACULTES DE MEDECINE LA DEMARCHE DE RESPONSABILITE SOCIALE DANS LES FACULTES DE Rappels Plusieurs phases:. Appropriation et applicabilité: la direction, les membres de la faculté et les principaux partenaires étudient les

Plus en détail

Le point sur la réglementation en expérimentation animale dans le domaine des antiparasitaires et antifongiques

Le point sur la réglementation en expérimentation animale dans le domaine des antiparasitaires et antifongiques Le point sur la réglementation en expérimentation animale dans le domaine des antiparasitaires et antifongiques INRA, UE-1277 PFIE, Centre Val de Loire, 37380 Nouzilly, France Mickaël Riou, Nathalie Kasal

Plus en détail

Professeur André SCHEEN Professeur André SCHEEN

Professeur André SCHEEN Professeur André SCHEEN Cette brochure gratuite a été réalisée par «Liège Province Santé» de l O.M.S. sur base d un texte scientifique du Professeur André SCHEEN, Professeur de Médecine, Université de Liège, Chef de Service du

Plus en détail

La prise en charge de votre fibrillation auriculaire

La prise en charge de votre fibrillation auriculaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre fibrillation auriculaire Vivre avec une fibrillation auriculaire Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Le métier d enseignant chercheur

Le métier d enseignant chercheur Conférence d UV industrie n 4. Le métier d enseignant chercheur Donnée le 18 janvier 2006, Par Isabelle Margaill. Groupe numéro 4 I. Parcours universitaire. Son parcours : Etude de pharmacie : -5ème année

Plus en détail

Université catholique de Louvain Faculté de médecine. Programme du baccalauréat en médecine (MED 1BA)

Université catholique de Louvain Faculté de médecine. Programme du baccalauréat en médecine (MED 1BA) Université catholique de Louvain Faculté de médecine Programme du baccalauréat en médecine (MED 1BA) Objectif de la formation La médecine se situe au confluent des sciences exactes et des sciences humaines.

Plus en détail

Notre Mission. Notre vision. Nos valeurs

Notre Mission. Notre vision. Nos valeurs Notre Mission Pour répondre aux besoins de la communauté scientifique d analyser des échantillons par le contenu moléculaire ou par l image, Excilone propose une gamme complète de services en micro et

Plus en détail

cancers du sein et de l ovairel

cancers du sein et de l ovairel Prédispositions héréditaires h aux cancers du sein et de l ovairel 1ère Journée Médicale Calédonienne E.Camus JUIN 2012 17q21 2cM BRCA1 King, 1990 BCLC, 1993 Skolnick, 1994 13q12 BRCA2 Stratton, 1994 Stratton,

Plus en détail

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants YOUCEF K. Pr. TEBBOUNE C.B. Service de Médecine du Travail CHU Oran INTRODUCTION Le cancer est une

Plus en détail

EXERCICE INFIRMIER SELON LE DÉCRET N 2002-194 DU 11 FEVRIER 2002 RELATIF AUX ACTES PROFESSIONNELS ET A L EXERCICE DE LA PROFESSION D INFIRMIER

EXERCICE INFIRMIER SELON LE DÉCRET N 2002-194 DU 11 FEVRIER 2002 RELATIF AUX ACTES PROFESSIONNELS ET A L EXERCICE DE LA PROFESSION D INFIRMIER EXERCICE INFIRMIER SELON LE DÉCRET N 2002-194 DU 11 FEVRIER 2002 RELATIF AUX ACTES PROFESSIONNELS ET A L EXERCICE DE LA PROFESSION D INFIRMIER DSCSI- SY/GL/MB 1 I INTRODUCTION I 1 HISTOIRE Loi de 1978,

Plus en détail

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Direction de la Politique Médicale (DPM) Formulaire Département de la Recherche clinique et du Développement (DRCD) GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Méthode. Définition du niveau de risque de la recherche

Plus en détail

Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. 1. Cadre 2.

Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. 1. Cadre 2. THEMATIQUE A Titre : Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. Présenté par : Professeur Chrysostôme RAMINOSOA, Directeur de l

Plus en détail

La génomique marque-t-elle l avènement de la médecine personnalisée?

La génomique marque-t-elle l avènement de la médecine personnalisée? Décembre 2010. Volume 3, numéro 2 La génomique marque-t-elle l avènement de la médecine personnalisée? L annonce de la fin du Projet du génome humain, complété et publié il y a 10 ans, avait soulevé à

Plus en détail

La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE

La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Pascal Xicluna-http://photo.agriculture.gouv.fr La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

Plus en détail

SOINS DE PREMIÈRE LIGNE

SOINS DE PREMIÈRE LIGNE AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QUESTIONNAIRE PRÉPARATOIRE À LA VISITE D AGRÉMENT DU PROGRAMME SEPTEMBRE 2011 Ordre des infirmières

Plus en détail