2 ) pour le cas où la juridiction ne s'estimerait p as suffisamment éclairée, d'ordonner une enquête pour confirmer les irrégularités commises ;

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2 ) pour le cas où la juridiction ne s'estimerait p as suffisamment éclairée, d'ordonner une enquête pour confirmer les irrégularités commises ;"

Transcription

1 Conseil d'état, 15 Mai 2009 N ème et 7ème sous-sections réunies M. Vigouroux, président Mme Catherine Chadelat, rapporteur Mme Bourgeois-Machureau Béatrice, commissaire du gouvernement SCP VIER, BARTHELEMY, MATUCHANSKY Lecture du 15 Mai 2009 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Vu la requête, enregistrée le 3 novembre 2008 au secrétariat du contentieux du Conseil d'etat, présentée pour M. Manuel B, élisant domicile...; M. B demande au Conseil d'etat : 1 ) d'annuler le jugement du 30 septembre 2008 par lequel le tribunal administratif de Versailles a rejeté sa protestation contre les opérations électorales qui se sont déroulées les 9 et 16 mars 2008 en vue du renouvellement du conseil municipal d'asnières-sur-seine (Hauts-de-Seine) ; 2 ) pour le cas où la juridiction ne s'estimerait p as suffisamment éclairée, d'ordonner une enquête pour confirmer les irrégularités commises ; 3 ) dans le cas contraire, d'annuler les opérations électorales ; 4 ) de déclarer inéligibles les membres de la liste conduite par M. Sébastien A ; 5 ) de dire qu'il n'y a pas lieu de mettre à sa cha rge la somme de euros au titre de l'article L du code de justice administrative ; Vu les autres pièces du dossier ; Vu le code électoral ; Vu le code de justice administrative ; Après avoir entendu en séance publique : - le rapport de Mme Catherine Chadelat, Conseiller d'etat,

2 - les observations de la SCP Vier, Barthélemy, Matuchansky, avocat de M. A, - les conclusions de Mme Béatrice Bourgeois-Machureau, rapporteur public, - la parole ayant été à nouveau donnée à la SCP Vier, Barthélemy, Matuchansky, avocat de M. A ; Sur la régularité du jugement : Considérant qu'aux termes de l'article R du code de justice administrative : La juridiction peut, soit sur la demande des parties, soit d'office, prescrire une enquête sur les faits dont la constatation lui paraît utile à l'instruction de l'affaire ; Considérant qu'après avoir mentionné la demande de M. B tendant à l'ouverture avant dire droit d'une enquête sur des faits relatifs au déroulement de la campagne électorale, le jugement attaqué répond à l'ensemble des griefs invoqués par celui-ci et, notamment, à celui tiré de l'insincérité du compte de campagne de Mme C, en écartant ainsi implicitement mais nécessairement la mesure d'instruction sollicitée ; que, par suite, le moyen tiré de l'omission de statuer tant sur celle-ci que sur le grief relatif au compte de campagne de Mme C ne peut qu'être écarté ; Sur les griefs tirés du déroulement de la campagne : En ce qui concerne les abus de propagande : Considérant, en premier lieu, que M. B soutient qu'à l'initiative de la liste conduite par M. A, une campagne de dénigrement sur la situation financière de la ville d'asnières dont il est maire sortant, a débuté dès le mois de novembre 2007, par la diffusion massive aux électeurs de la commune et la mise en ligne sur le site d'information Rue 89, d'un rapport de la chambre régionale des comptes sur la gestion communale qui, non seulement ne pouvait être rendu public avant que le conseil municipal n'en ait débattu mais qui était tronqué ; qu'il ne résulte toutefois pas de l'instruction que ce rapport ait été tronqué ou qu'il ait comporté des passages falsifiés ; que les organes de presse, au rang desquels figure le site incriminé, sont libres de rendre compte de la campagne des différents candidats et de prendre position en faveur de l'un ou l'autre d'entre eux ; qu'aucune disposition du code électoral ne fait obstacle à ce qu'ils diffusent les éléments en leur possession ; que si M. B soutient que M. A a largement contribué à la publicité de ce rapport par une pétition en ligne sur son site, il résulte de l'instruction que cette pétition se bornait à réclamer l'organisation d'un débat sur ce rapport en novembre 2007 au conseil municipal ; qu'enfin M. B a été en mesure, alors même que ce débat n'a pas eu lieu avant le déroulement des opérations électorales, d'apporter les mises au point qu'il souhaitait tant dans son journal de campagne que sur son propre site sur lequel il a d'ailleurs publié les extraits les plus favorables à sa gestion ;

3 Considérant, en deuxième lieu, que M. B soutient que Mme C, membre de la majorité sortante, tête de la deuxième liste adverse au premier tour et candidate sur la liste de M. A au second, a orchestré également une campagne de dénigrement contre lui en diffusant sur son site une vidéo tronquée, réalisée par elle lors du dernier conseil municipal précédant les élections, montrant des élus de l'opposition, à qui la parole aurait été refusée, utiliser un porte voix et qu'un tract invitant les électeurs à visionner cette vidéo a été largement diffusé ; qu'il résulte de l'instruction que Mme C s'est bornée à remettre la vidéo qu'elle a tournée, sans en déformer le contenu, à divers organes de presse disposant de sites indépendants qui en ont diffusé, sous leur responsabilité, les extraits qu'ils avaient choisis ; que la même séance a d'ailleurs fait l'objet d'un autre enregistrement vidéo pour le compte du maire sortant et que M. B a procédé à une diffusion d'extraits de ce tournage dans un DVD de présentation de sa campagne et a ainsi pu apporter, par les moyens appropriés, toute réponse utile ; Considérant, en troisième lieu, qu'il n'est pas établi que la promotion médiatique de la publication d'un ouvrage au cours d'une soirée organisée dans une autre commune, quinze jours avant le premier tour de scrutin, par l'association ANTICOR, ait été destinée à soutenir la campagne électorale de Mme C ou ait eu pour objet ou pour effet de valoriser son action dans ce cadre ; En ce qui concerne la diffusion tardive de tracts et documents : Considérant qu'aux termes de l'article L. 49 du code électoral : Il est interdit de distribuer ou faire distribuer, le jour du scrutin, des bulletins, circulaires et autres documents./ A partir de la veille du scrutin à zéro heure, il est interdit de diffuser ou de faire diffuser par tout moyen de communication au public par voie électronique tout message ayant le caractère de propagande électorale ; qu'aux termes de l'article L du même code : Pendant les trois mois précédant le premier jour du mois d'une élection et jusqu'à la date du tour de scrutin où celle-ci est acquise, l'utilisation à des fins de propagande électorale de tout procédé de publicité commerciale par la voie de la presse ou par tout moyen de communication audiovisuelle est interdite. / A compter du premier jour du sixième mois précédant le mois au cours duquel il doit être procédé à des élections générales, aucune campagne de promotion publicitaire des réalisations ou de la gestion d'une collectivité ne peut être organisée sur le territoire des collectivités intéressées par le scrutin ; Considérant, en premier lieu, que s'il résulte de l'instruction que la liste conduite par M. A a diffusé la veille et l'avant-veille du second tour des tracts électoraux, ces documents, qui n'étaient pas tardifs au regard des dispositions précitées, ne dépassaient ni par leur contenu, ni par les termes employés, les limites de la polémique électorale ; Considérant, en deuxième lieu, que si que M. B soutient qu'un tract émanant de l'association ADECA, relatif à l'attribution à des membres de sa famille de logements appartenant à la commune ou à des bailleurs sociaux, a été diffusé massivement le 15 mars 2008 et mis en ligne, il résulte de l'instruction que les faits dénoncés ont été révélés au public dès 2005 et que M. B a eu l'occasion de s'expliquer sur ceux-ci ; que ce tract et cette diffusion n'ont donc pas apporté au débat électoral d'éléments nouveaux susceptibles d'influer sur le comportement des électeurs ;

4 Considérant, en troisième lieu, que s'il résulte de l'instruction que différents sites, les uns animés par des journalistes professionnels, les autres associatifs ou politiques, ont appelé, la veille du premier et du second tours, à voter contre M. B, aucune disposition législative ou réglementaire n'interdit ou ne limite les prises de position politique de la presse, des associations ou des partis politiques lors des campagnes électorales ; qu'ainsi il était loisible à ces sites de diffuser des prises de position défavorables à M. B jusqu'au dernier jour de la campagne électorale ; Considérant, en quatrième lieu, qu'il ne résulte de l'instruction ni que le fax anonyme reçu par les services de la mairie le 14 mars 2008, qui se bornait, au demeurant, à appeler à voter contre M. B, ni que les courriels adressés aux services municipaux, le même jour et aux mêmes fins, et présentés comme émanant d'une organisation syndicale, qui a d'ailleurs contesté en être à l'origine, ni que les messages envoyés sur téléphone mobile ( SMS ) le 15 mars 2008 invitant à évincer M. B, dont les destinataires ne sont, au demeurant pas établis, ni que les envois nominatifs adressés, le 15 mars 2008, à des électeurs ciblés, faisant grief à M. B, les uns, d'avoir interrompu la construction de la mosquée, les autres d'être trop favorables à l'islam, ni que le tract distribué dans des immeubles de la commune dénonçant la prétendue garde à vue de M. B et son inéligibilité et se prévalant d'un article de presse à ce sujet, aient été de nature à influencer les résultats du scrutin ; Considérant, en cinquième lieu, qu'il n'est pas établi que des courriers électroniques en bon nombre dénonçant la gestion du maire aient été adressés aux électeurs à une date très proche du scrutin ; Considérant, en sixième lieu, que l'envoi de SMS depuis un téléphone portable à des électeurs d'un bureau de vote à une heure proche de la clôture du scrutin du second tour, appelant à voter contre M. B qui était désigné comme vainqueur probable, n'est corroboré que par une unique déclaration et n'a pu, en tout état de cause, avoir une ampleur de nature à influer sur les résultats du scrutin ; Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que, d'une part, le grief tiré de ce que des tracts et documents auraient été diffusés, en violation des articles L. 49 et L du code électoral, dans des conditions ne permettant pas à M. B d'y répondre et, d'autre part, le grief tiré de ce que la propagande électorale aurait été entachée de manoeuvres ayant faussé la sincérité du scrutin ne peuvent qu'être écartés ; Sur les griefs tirés de la violation des règles de financement électoral : En ce qui concerne les avantages prohibés : Considérant qu'aux termes du deuxième alinéa de l'article L du code électoral : Les personnes morales, à l'exception des partis ou groupements politiques, ne peuvent participer au financement de la campagne électorale d'un candidat, ni en lui consentant des dons sous quelque forme que ce soit, ni en lui fournissant des biens, services ou autres avantages directs ou indirects à des prix inférieurs à ceux qui sont habituellement pratiqués ; Considérant que si M. B fait valoir, d'une part, que M. A a bénéficié du soutien actif des associations ADECA, AHGRU, ADPV et ANTICOR à travers leur site Internet et la diffusion

5 de tracts, documents et journaux, notamment la gazette du contribuable asniérois, comportant des attaques personnelles violentes à son encontre et, d'autre part, que l'association AGORAVOX a soutenu sur son site la candidature de Mme C en diffusant son programme, les prises de position de ces associations, dont il résulte de l'instruction qu'elles étaient indépendantes des candidats et qui étaient libres d'inciter à voter contre l'un de ceuxci ou en faveur d'un autre, ne peuvent être regardées comme constituant une aide illégale au sens des dispositions précitées ; Considérant, en troisième lieu, que la circonstance que des clefs du service des Postes aient été utilisées pour entrer dans le hall d'un immeuble et y distribuer des tracts en faveur de M. A, ne peut être regardée ni comme constituant un avantage prohibé consenti par une personne morale, ni comme ayant entraîné une rupture d'égalité entre les candidats ; Considérant, en quatrième lieu, que la circonstance que soit apparue de façon éphémère, le 7 mars 2008, sur une page du site de M. A, une fenêtre publicitaire pour une entreprise d'assurances, provenant fortuitement d'un lien d'un article reproduit sur ce site à partir du site du magazine Capital, ne suffit pas à établir que le site de l'intéressé ait été financé par la publicité ; Considérant, en cinquième lieu, que la présentation par M. A, lors d'un conseil municipal, du bilan de l'opposition ne constitue que l'expression d'une intervention d'un élu local lors d'une séance de l'organe délibérant d'une collectivité territoriale ; que l'utilisation par M. A des tribunes réservées de manière habituelle par un journal local à chaque parti politique ne peut s'analyser en un élément de la campagne électorale ; Considérant, en sixième lieu, qu'il n'est, en tout état de cause, pas établi qu'une organisation syndicale ait apporté un soutien à la campagne électorale de M. A ; En ce qui concerne la violation de l'article L du code électoral : Considérant que l'article L du code électoral prescrit de mentionner sur les documents utilisés pour les appels à des dons, d'une part, le candidat ou la liste de candidats destinataires des sommes collectées ainsi que la dénomination de l'association de financement électoral et la date à laquelle elle a été déclarée ou le nom du mandataire financier et la date à laquelle il a été désigné et, d'autre part, l'obligation de recueillir les dons par l'intermédiaire de l'association ou du mandataire ainsi que les dispositions de l'article L du même code ; que s'il n'est pas contesté que les documents d'appel aux dons de la liste conduite par M. A ne reproduisaient pas les dispositions de l'article L et ne mentionnaient pas la date de désignation du mandataire financier, cette absence ne constitue pas à elle seule une cause de nullité des opérations électorales ; En ce qui concerne la sincérité du compte de campagne de M. A : Considérant que l'article L du code électoral prévoit que, dans les communes de plus de habitants, les dépenses électorales exposées au cours de l'année qui précède les élections, autres que les dépenses de propagande directement prises en charge par l'etat, font l'objet d'un plafonnement ; que l'article L du même code impose à tout candidat tête de liste soumis au plafonnement d'établir un compte de campagne retraçant l'ensemble

6 des recettes perçues et l'ensemble des dépenses engagées ou effectuées en vue de l'élection par lui-même ou pour son compte au cours de l'année précédant le scrutin ; Considérant que la circonstance que plusieurs listes présentes au premier tour aient fusionné au second, comme le permettent les dispositions de l'article L. 264 du code électoral, ne saurait être regardée comme méconnaissant l'article L ; qu'il ne résulte de l'instruction, alors qu'au demeurant la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques a approuvé le compte de campagne de M. A, tête de la liste adverse au second tour, ni que son compte de campagne ne soit pas sincère, ni qu'il ait excédé le plafond des dépenses autorisées, dans lequel il n'y a pas lieu d'inclure les dépenses engagées pour le premier tour de scrutin par les deux autres listes qui ont fusionné ; Considérant qu'il résulte de ce qui précède que le moyen tiré de la violation des règles de financement électoral ne peut qu'être écarté ; Sur les autres griefs : Considérant, en premier lieu, que si l'article L du code électoral fait interdiction aux candidats, pendant les trois mois précédant le premier jour du mois d'une élection et jusqu'à la date du tour de scrutin où celle-ci est acquise, de porter à la connaissance du public un numéro d'appel téléphonique ou télématique gratuit pour l'appelant, la référence faite par Mme C, sur son site de campagne, à la possibilité de dialoguer en direct avec elle par le procédé Skype, messagerie qui permet une communication téléphonique gratuite entre internautes ayant accès à une liaison à haut débit, ne saurait être regardée comme constituant l'indication d'un numéro d'appel gratuit prohibé par cet article ; Considérant, en deuxième lieu, qu'il n'est pas contesté que la liste conduite par M. A a fait apposer, au cours de la semaine précédant le second tour du scrutin, sur les panneaux électoraux qui lui étaient réservés, un article du Canard Enchaîné dénonçant la présentation d'un article de presse tronqué sur la situation financière de la commune ainsi que la diffusion du prétendu rapport également tronqué de la chambre régionale des comptes ; qu'en admettant même que cet affichage, d'ailleurs limité dans son volume et sa durée, ait contrevenu aux dispositions de l'article L. 90 du code électoral qui interdisent, sous peine de sanctions pénales, l'utilisation du panneau d'affichage dans un but autre que la présentation et la défense de sa candidature et de son programme et alors que la juridiction administrative n'est pas compétente pour prononcer de telles sanctions, il n'a pu, en tout état de cause, avoir une influence sur les résultats du scrutin, alors que la liste conduite par M. B a usé du même procédé et a disposé du temps suffisant pour répondre aux attaques qui la visaient ; Considérant, en troisième lieu, qu'il résulte de l'instruction que la liste conduite par M. A a fait apposer des affiches en dehors des emplacements réservés à l'affichage électoral en contradiction avec les dispositions de l'article 51 du code électoral ; que, toutefois, ces irrégularités, dont le caractère massif n'est pas établi, ne peuvent être regardées comme ayant altéré la sincérité du scrutin compte tenu de l'écart des voix séparant les deux listes en cause et alors que la liste conduite par M. B a procédé à des affichages également irréguliers ;

7 Considérant, en quatrième lieu, que s'il n'est pas contesté que Mme C, dont la profession de foi avait été involontairement tronquée lors de l'envoi officiel, a dû diffuser aux électeurs, à nouveau et à ses frais, sa profession de foi, cette seconde diffusion n'a pu induire une confusion dans l'esprit des électeurs compte tenu du caractère distinct de l'enveloppe et n'a pas été de nature à fausser les résultats du scrutin ; Considérant, en cinquième lieu, que le grief tiré de l'utilisation par une candidate aux élections cantonales du soutien des têtes des trois listes ayant fusionné au second tour des élections municipales est inopérant à l'appui de la contestation des résultats de celles-ci ; Considérant que l'ensemble des incidents et griefs invoqués par M. B à l'appui de sa demande d'annulation n'est pas constitutif d'irrégularités dont le cumul serait d'une gravité ou d'une ampleur de nature à avoir faussé la sincérité du scrutin ; Considérant, enfin, que le tribunal administratif de Versailles, en faisant application de l'article L du code de justice administrative, n'a pas méconnu les dispositions de l'article R de ce code, relatives aux seuls dépens ; Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède, et sans qu'il soit besoin de procéder à l'enquête sollicitée, que M. B n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort, que par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Versailles, qui a répondu à l'ensemble des griefs soulevés, a rejeté sa protestation visant à annuler les opérations électorales qui se sont déroulées les 9 et 16 mars 2008 en vue du renouvellement du conseil municipal d'asnièressur-seine et à déclarer inéligibles les membres de la liste conduite par M. A ; Sur les conclusions relatives à l'application de l'article L du code de justice administrative par le Conseil d'etat : Considérant qu'il n'y a pas lieu, dans les circonstances de l'espèce, de mettre à la charge de M. B la somme que M. A et autres demandent devant le Conseil d'etat à ce même titre ; D E C I D E : Article 1er : La requête de M. B est rejetée. Article 2 : Les conclusions aux fins d'application de l'article L du code de justice administrative présentées par M. A et autres sont rejetées. Article 3 : La présente décision sera notifiée à M. Manuel B, à la S.C.P. Vier, Barthelemy et Matuchansky, avocat de M. Sébastien A et autres, et à la ministre de l'intérieur, de l'outremer et des collectivités territoriales. Abstrats : ÉLECTIONS ET RÉFÉRENDUM. ÉLECTIONS MUNICIPALES. CAMPAGNE ET PROPAGANDE ÉLECTORALES. PROPAGANDE ÉLECTORALE. -

8 INTERDICTION DES NUMÉROS D'APPEL TÉLÉPHONIQUE OU TÉLÉMATIQUE GRATUIT (ART. L DU CODE ÉLECTORAL) - NOTION - PROCÉDÉ DE TÉLÉCOMMUNICATION ENTRE INTERNAUTES SKYPE - EXCLUSION. Résumé : Le procédé de télécommunication entre internautes Skype n'est pas un numéro d'appel téléphonique ou télématique gratuit au sens de l'article L du code électoral. Par suite son utilisation pendant la campagne n'est pas prohibée.

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d'état N 368748 ECLI:FR:CESSR:2015:368748.20150311 Mentionné aux tables du recueil Lebon Mme Anne Iljic, rapporteur Mme Aurélie Bretonneau, rapporteur public SCP GATINEAU, FATTACCINI ; SCP GADIOU,

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL,

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Décision n 2012-4638 AN du 18 janvier 2013 A.N., Eure (2 ème circ.) M. Jean-Pierre NICOLAS LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu la requête n 2012-4638 présentée, pour M. Jean-Pierre NICOLAS, demeurant à Evreux

Plus en détail

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu les autres pièces du dossier ; CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux FM N 366290 ASSOCIATION NATIONALE DES CONSEILS FINANCIERS (ANACOFI) et autres M. Olivier Japiot Rapporteur Mme Marie-Astrid Nicolazo de Barmon Rapporteur public REPUBLIQUE

Plus en détail

La notion de recettes publiques, la gestion de fait et les contrats contenant un mandat financier

La notion de recettes publiques, la gestion de fait et les contrats contenant un mandat financier AJDA 2009 p. 2401 La notion de recettes publiques, la gestion de fait et les contrats contenant un mandat financier Arrêt rendu par Conseil d'etat section 6 novembre 2009 n 297877 Sommaire : Sauf dans

Plus en détail

JURISPRUDENCE SOURCE LEGIFRANCE N / DATE / PAGE / NATURE Arrêt N 296964 DATE 31/07/2009. VILLE DE GRENOBLE c/ SOCIETE GAZ ELECTRICITE DE GRENOBLE

JURISPRUDENCE SOURCE LEGIFRANCE N / DATE / PAGE / NATURE Arrêt N 296964 DATE 31/07/2009. VILLE DE GRENOBLE c/ SOCIETE GAZ ELECTRICITE DE GRENOBLE Base Documentaire du Centre National de Documentation JURISPRUDENCE SOURCE LEGIFRANCE N / DATE / PAGE / AUTEUR CONSEIL D'ETAT NATURE Arrêt N 296964 DATE 31/07/2009 AFFAIRE VILLE DE GRENOBLE c/ SOCIETE

Plus en détail

ACTUALITÉ EN DROIT ELECTORAL. 1. La définition d un établissement des collectivités territoriales au sens de l article L.231 du code électoral

ACTUALITÉ EN DROIT ELECTORAL. 1. La définition d un établissement des collectivités territoriales au sens de l article L.231 du code électoral ACTUALITÉ EN DROIT ELECTORAL 1. La définition d un établissement des collectivités territoriales au sens de l article L.231 du code électoral Dans une série de cinq arrêts 1 rendus au mois de février 2015,

Plus en détail

2 ) d'enjoindre à l'etat de lui transférer la propriété des biens immobiliers affectés à la direction régionale de l'afp A ; ...

2 ) d'enjoindre à l'etat de lui transférer la propriété des biens immobiliers affectés à la direction régionale de l'afp A ; ... CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 326332 REPUBLIQUE FRANÇAISE REGION CENTRE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Mme Emilie Bokdam-Tognetti Rapporteur Le Conseil d'etat statuant au contentieux (Section du

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Président. Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal,

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Président. Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON N 1102334 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. M. Président M. 5 T ' Rapporteur public AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal, Audience du

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d'état N 247277 Inédit au recueil Lebon 7ème et 2ème sous-sections réunies M. Daël, président M. Alban de Nervaux, rapporteur M. Boulouis, commissaire du gouvernement SCP COUTARD, MAYER ; SCP NICOLAY,

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI ORGANIQUE

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI ORGANIQUE TEXTE ADOPTE n o 181 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2002-2003 24 juillet 2003 PROJET DE LOI ORGANIQUE relatif au référendum

Plus en détail

Cette décision sera mentionnée dans les. CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 318617 LEBON

Cette décision sera mentionnée dans les. CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 318617 LEBON CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 318617 Cette décision sera mentionnée dans les t~hl~::: dl ~0cuei! LEBON REPUBLIQUE FRANÇAISE SR SYNDICAT INTERCOMMUNAL DES TRANSPORTS PUBLICS DE CANNES LE CANNET

Plus en détail

Sources : Inédit au recueil Lebon

Sources : Inédit au recueil Lebon Conseil d état 28 novembre 2012 ECLI:FR:CEORD:2011:353554.20111128 Juge des référés M. Philippe Martin, rapporteur SCP LYON-CAEN, THIRIEZ, avocats Sources : Inédit au recueil Lebon Références au greffe

Plus en détail

Au nom du peuple français REJET du pourvoi formé par : Dalloz jurisprudence Cour de cassation Chambre criminelle

Au nom du peuple français REJET du pourvoi formé par : Dalloz jurisprudence Cour de cassation Chambre criminelle Dalloz jurisprudence Cour de cassation Chambre criminelle 3 avril 1995 n 93-81.569 Publication :Bulletin criminel 1995 N 142 p. 397 Citations Dalloz Codes : Code de procédure fiscale, art. l. 103 Revues

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443. M. Olivier Yeznikian Rapporteur

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443. M. Olivier Yeznikian Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Olivier Yeznikian Rapporteur M. Charles-Edouard Minet Rapporteur 4ublic Le

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d'état N 363164 ECLI:FR:CESSR:2014:363164.20140514 Inédit au recueil Lebon Mme Julia Beurton, rapporteur M. Alexandre Lallet, rapporteur public SCP DELAPORTE, BRIARD, TRICHET, avocats 1ère / 6ème

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d'état N 335513 Mentionné au tables du recueil Lebon 9ème et 10ème sous-sections réunies M. Thierry Tuot, président M. Philippe Josse, rapporteur M. Frédéric Aladjidi, rapporteur public SCP NICOLAY,

Plus en détail

Article L52-4 Article L52-5 Article L52-6

Article L52-4 Article L52-5 Article L52-6 Article L52-4 Tout candidat à une élection désigne un mandataire au plus tard à la date à laquelle sa candidature est enregistrée. Ce mandataire peut être une association de financement électoral, ou une

Plus en détail

CHAMBRE DISCIPLINAIRE NATIONALE DE L ORDRE DES CHIRURGIENS-DENTISTES 16 rue Spontini 75116 PARIS

CHAMBRE DISCIPLINAIRE NATIONALE DE L ORDRE DES CHIRURGIENS-DENTISTES 16 rue Spontini 75116 PARIS JFV/CB/NR Audience publique du 14 mars 2013 Décision rendue publique par affichage le 13 mai 2013 Affaire : Docteur G. M. Chirurgien-dentiste Dos. n 2027 LA CHAMBRE DISCIPLINAIRE NATIONALE, Vu la requête,

Plus en détail

Cour de cassation Chambre sociale Cassation partielle 8 juin 2011 N 10-11.933 10-13.663 Bulletin 2011, V, n 143

Cour de cassation Chambre sociale Cassation partielle 8 juin 2011 N 10-11.933 10-13.663 Bulletin 2011, V, n 143 Jurisprudence Cour de cassation Chambre sociale 8 juin 2011 n 10-11.933 10-13.663 Publication : Bulletin 2011, V, n 143 Sommaire : Selon l'article L. 2411-5 du code du travail, le licenciement d'un délégué

Plus en détail

Base Documentaire du Centre National de Documentation du Trésor public JURISPRUDENCE TRIBUNAL ADMINISTRATIF LYON

Base Documentaire du Centre National de Documentation du Trésor public JURISPRUDENCE TRIBUNAL ADMINISTRATIF LYON JURISPRUDENCE SOURCE JURIDICTION ADMINISTRATIVE N / DATE / PAGE / AUTEUR NATURE Jugement N s TRIBUNAL ADMINISTRATIF LYON AFFAIRE / 0601780 0603484 DATE 30/4/2008 1 ) Mme X., a saisi le tribunal administratif

Plus en détail

N 127 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1982-1983 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT

N 127 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1982-1983 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT PROJET DE LOI adopté le 8 juin 1983 N 127 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1982-1983 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT relatif à l'organisation et à la démocratisation du secteur public. Le Sénat a

Plus en détail

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif à la limitation des dépenses électorales et à la clarification du financement des activités politiques.

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif à la limitation des dépenses électorales et à la clarification du financement des activités politiques. PROJET DE LOI adopté le 16 novembre 1989 N 24 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1989-1990 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT relatif à la limitation des dépenses électorales et à la clarification du

Plus en détail

COUR ADMINISTRATIVE D'APPEL DE MARSEILLE N 11MA03597 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Mme Ségura Rapporteure AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

COUR ADMINISTRATIVE D'APPEL DE MARSEILLE N 11MA03597 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Mme Ségura Rapporteure AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS CB COUR ADMINISTRATIVE D'APPEL DE MARSEILLE Mme Laurence ALAMI et autres RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme Ségura Rapporteure AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Massin Rapporteur public La cour administrative d'appel

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NICE N 0700854 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Mme M AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. BADIE Président-rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NICE N 0700854 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Mme M AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. BADIE Président-rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NICE N 0700854 Mme M M. BADIE Président-rapporteur M. DIEU Commissaire du gouvernement RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Nice, 1ère chambre,

Plus en détail

Ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 portant loi organique sur le Conseil constitutionnel 1

Ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 portant loi organique sur le Conseil constitutionnel 1 Ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 portant loi organique sur le Conseil constitutionnel 1 modifiée par l'ordonnance n 59-223 du 4 février 1959 2 et par les lois organiques n 74-1101 du 26 décembre

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Bordeaux statuant au contentieux N 04BX02064 Inédit au Recueil Lebon M. Jean-Michel BAYLE, Rapporteur M. PEANO, Commissaire du gouvernement M. LEPLAT, Président CABINET D

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LIMOGES if N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. C/ Ministre de la culture et de la communication et autre Mme Ozenne Rapporteur AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG N 1104713 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIETE PUBLIMAT AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M.

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG N 1104713 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIETE PUBLIMAT AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG N 1104713 SOCIETE PUBLIMAT M. Simon Rapporteur Mme Messe Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Strasbourg (4

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Création d une filiale par une université.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Création d une filiale par une université. COMMUNIQUÉ DE PRESSE Création d une filiale par une université. Le Tribunal administratif de Paris annule la création par l université Paris-II Panthéon- Assas d une filiale, sous la forme d une société

Plus en détail

2 ) par voie de conséquence, d'enjoindre au président de l'université de Lyon d'organiser à nouveau les élections à l'enveloppe et à l'urne ;

2 ) par voie de conséquence, d'enjoindre au président de l'université de Lyon d'organiser à nouveau les élections à l'enveloppe et à l'urne ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON N 1300629 SYNDICAT NATIONAL DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR et autres Mme Meyer Rapporteure M. Stillmunkes Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le

Plus en détail

Conseil d'état - 5ème et 4ème sous-sections réunies. Lecture du mercredi 30 mars 2011. Société Betclic Enterprises Limited

Conseil d'état - 5ème et 4ème sous-sections réunies. Lecture du mercredi 30 mars 2011. Société Betclic Enterprises Limited Conseil d'état - 5ème et 4ème sous-sections réunies Lecture du mercredi 30 mars 2011 Société Betclic Enterprises Limited M. Stirn, président M. Xavier de Lesquen, rapporteur M. Thiellay Jean-Philippe,

Plus en détail

Madame FRAYSSE KOUKOUI Chef de bureau. Service permis de conduire Préfecture de la Haute Garonne. 1 rue Saint Anne 31000 Toulouse

Madame FRAYSSE KOUKOUI Chef de bureau. Service permis de conduire Préfecture de la Haute Garonne. 1 rue Saint Anne 31000 Toulouse Monsieur LABORIE André 2 rue de la Forge 31650 Saint Orens Tél : 05-61-25-10-97. Saint Orens le 9 octobre 2007 Madame FRAYSSE KOUKOUI Chef de bureau. Service permis de conduire Préfecture de la Haute Garonne.

Plus en détail

N 113 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1989-1990. Annexe au procès-verbal de la séance du 7 décembre 1989 PROJET DE LOI

N 113 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1989-1990. Annexe au procès-verbal de la séance du 7 décembre 1989 PROJET DE LOI N 113 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1989-1990 Annexe au procès-verbal de la séance du 7 décembre 1989 PROJET DE LOI ADOPTÉ AVEC MODIFICATIONS PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE EN DEUXIÈME LECTURE. relatif

Plus en détail

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 6 octobre 2010 MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n V 09-68.962 Rejet Arrêt n 1881 F-D LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE

Plus en détail

COUR ADMINISTRATIVE D'APPEL DE MARSEILLE

COUR ADMINISTRATIVE D'APPEL DE MARSEILLE COUR ADMINISTRATIVE D'APPEL DE MARSEILLE N 13MA01787 COMMUNE DE SAINT-GUIRAUD M. Argoud Rapporteur M. Roux Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La cour administrative d'appel

Plus en détail

C ommentair e. Élections législatives de juin 2012. Décisions du Conseil constitutionnel sur les réclamations soumises à instruction contradictoire

C ommentair e. Élections législatives de juin 2012. Décisions du Conseil constitutionnel sur les réclamations soumises à instruction contradictoire C ommentair e Élections législatives de juin 2012 Décisions du Conseil constitutionnel sur les réclamations soumises à instruction contradictoire Les élections législatives de juin 2012 ont donné lieu

Plus en détail

Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information. Conseil d'etat Assemblée

Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information. Conseil d'etat Assemblée Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information Conseil d'etat Assemblée 3 octobre 2008 n 297931 Citations Dalloz Codes : Code de l'environnement,

Plus en détail

...,...,...,... Vu les autres pièces du dossier;

...,...,...,... Vu les autres pièces du dossier; CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux DP N 360949 REPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIETE COLRUYT FRANCE et ETABLISSEMENTS FR COLRUYT AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Mme Maïlys Lange Rapporteur Le Conseil d'etat statuant

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/08/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 09BX00019 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre (formation à 3) M. DE MALAFOSSE, président Mme Dominique BOULARD, rapporteur Mme DUPUY, rapporteur

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 365219 ECLI:FR:CESSR:2014:365219.20140411 Inédit au recueil Lebon 9ème et 10ème sous-sections réunies Mme Maïlys Lange, rapporteur M. Frédéric Aladjidi, rapporteur public SCP COUTARD,

Plus en détail

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 10 000 euros au titre des dispositions de l article L. 761-1 du code de justice administrative ;

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 10 000 euros au titre des dispositions de l article L. 761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MELUN N 1210804 Société IEF2I Mme Vergnaud Rapporteur M. Kauffmann Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Melun (10ème Chambre)

Plus en détail

Décision n 2006-17 D du 16 mars 2006. Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2006

Décision n 2006-17 D du 16 mars 2006. Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2006 C o n s e i l c o n s t i t u t i o n n e l Décision n 2006-17 D du 16 mars 2006 Demande tendant à la déchéance de plein droit de M. Jean-François MANCEL, Député Dossier documentaire Source : services

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d'état N 274664 Publié au recueil Lebon Section du Contentieux M. Genevois, président M. Olivier Japiot, rapporteur M. Vallée, commissaire du gouvernement Lecture du mardi 18 juillet 2006 REPUBLIQUE

Plus en détail

CHAMBRE DISCIPLINAIRE NATIONALE DE L ORDRE DES CHIRURGIENS-DENTISTES 16 rue Spontini 75116 PARIS

CHAMBRE DISCIPLINAIRE NATIONALE DE L ORDRE DES CHIRURGIENS-DENTISTES 16 rue Spontini 75116 PARIS JFV/CB/NR Audience publique du 17 avril 2014 Décision rendue publique par affichage le 12 juin 2014 Affaire : Docteur A.B. Chirurgien-dentiste et SELARL «Y.» Dos. n 2176 LA CHAMBRE DISCIPLINAIRE NATIONALE,

Plus en détail

------------------------------------------------------------------------------------------------- -----------------

------------------------------------------------------------------------------------------------- ----------------- Cour Administrative d'appel de Marseille N 07MA03868 Inédit au recueil Lebon 1ère chambre - formation à 3 M. LAMBERT, président M. Olivier MASSIN, rapporteur M. BACHOFFER, commissaire du gouvernement CABINET

Plus en détail

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire Décision n 2014-246 L Nature juridique de l article L. 723-23 du code rural et de la pêche maritime Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2014 Sommaire I. Normes de référence...

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d'état N 294239 Publié au recueil Lebon Section du Contentieux M. Stirn, président Mme Karin Ciavaldini, rapporteur Mme Legras Claire, rapporteur public HAAS ; FOUSSARD, avocats Lecture du vendredi

Plus en détail

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES YS/LD N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme M. Simon Magistrat désigné Audience du 21 mai 2013 Lecture du 18 juin 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

Conseil d'état - 5ème et 4ème sous-sections réunies. Lecture du vendredi 30 décembre 2011. Société Stanley International Betting Limited

Conseil d'état - 5ème et 4ème sous-sections réunies. Lecture du vendredi 30 décembre 2011. Société Stanley International Betting Limited Conseil d'état - 5ème et 4ème sous-sections réunies Lecture du vendredi 30 décembre 2011 Société Stanley International Betting Limited Sources : N 330604 Mentionné dans les tables du recueil Lebon Références

Plus en détail

STATUTS. Il est créé entre les adhérents aux présents statuts, une Association dénommée, qui a pour sigle.

STATUTS. Il est créé entre les adhérents aux présents statuts, une Association dénommée, qui a pour sigle. Le présent document est un modèle de Statuts proposé à titre indicatif aux clubs affiliés ou souhaitant s affilier à la Fédération Française d Haltérophilie Musculation (F.F.H.M). Il constitue une aide

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783. Mme Dejana R M. Dzibrail R RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783. Mme Dejana R M. Dzibrail R RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783 Mme Dejana R M. Dzibrail R Mme Frackowiak Rapporteur public M. Lavail Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Audience du 8 mars

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 22 mai 2013 Cassation partielle sans renvoi M.

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 22 mai 2013 Cassation partielle sans renvoi M. COMM. CF COUR DE CASSATION Audience publique du 22 mai 2013 Cassation partielle sans renvoi M. ESPEL, président Pourvoi n o J 12-15.305 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 09DA01584 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 (bis) M. Mortelecq, président M. Vladan Marjanovic, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 331669 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 5ème et 4ème sous-sections réunies M. Philippe Martin, président Mme Anissia Morel, rapporteur Mme Sophie-Justine Lieber, rapporteur public

Plus en détail

N 249552 Section du Contentieux Publié au recueil Lebon M. Stirn, président M. Bernard Stirn, rapporteur SCP BOUZIDI ; BLONDEL, avocats

N 249552 Section du Contentieux Publié au recueil Lebon M. Stirn, président M. Bernard Stirn, rapporteur SCP BOUZIDI ; BLONDEL, avocats Conseil d'état N 249552 Section du Contentieux Publié au recueil Lebon M. Stirn, président M. Bernard Stirn, rapporteur SCP BOUZIDI ; BLONDEL, avocats Lecture du 16 août 2002 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL,

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Décision n 2002-2870 et autres du 6 février 2003 A.N., Inéligibilités (Règlement de dépenses électorales par des candidats ayant désigné un mandataire financier) LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu les décisions

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 15 mars 2013, présentée pour M., par Me Glon, avocat ;

Vu la requête, enregistrée le 15 mars 2013, présentée pour M., par Me Glon, avocat ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'ORLÉANS mr N 1300785 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. M. Durand Magistrat désigné AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Mme Loisy Rapporteur public Audience du 28 juin 2013 Lecture du 11 juillet 2013

Plus en détail

AGENCE COMPTABLE DU LYCEE PROFESSIONNEL PIERRE DESGRANGES A ANDREZIEUX-BOUTHEON REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

AGENCE COMPTABLE DU LYCEE PROFESSIONNEL PIERRE DESGRANGES A ANDREZIEUX-BOUTHEON REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS RAPPORT N 2013-080 JUGEMENT N 2013-021 LYCEE PROFESSIONNEL PIERRE DESGRANGES (LOIRE) AUDIENCE PUBLIQUE DU 14 JUIN 2013 CODE N 042 844 001 DELIBERE DU 14 JUIN 2013 EXERCICES 2008 A 2010 LECTURE PUBLIQUE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 08LY02748 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. du BESSET, président M. Philippe ARBARETAZ, rapporteur Mme GONDOUIN, rapporteur public POUJADE, avocat(s)

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIETE CREDIT LYONNAIS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Ouillon Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIETE CREDIT LYONNAIS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Ouillon Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 SOCIETE CREDIT LYONNAIS M. Ouillon Rapporteur M. Toutain Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Montreuil

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE

REPUBLIQUE FRANCAISE REPUBLIQUE FRANCAISE COMMISSION NATIONALE DU CONTENTIEUX DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.95.019 Président : Monsieur COUDURIER Rapporteur : Monsieur DEFER Commissaire du Gouvernement

Plus en détail

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 Jurisprudence Cour de cassation Chambre commerciale 30 mars 2010 n 09-14.287 Sommaire : Texte intégral : Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 République française

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms N 1201552 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. Devillers M agistrat désigné Audience du 20 février 2013 Lecture du 27 mars 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES. (1ère section) Décision du 18 août 2014

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES. (1ère section) Décision du 18 août 2014 Recours 14/16 CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1ère section) Décision du 18 août 2014 Dans l affaire enregistrée sous le n 14/16, ayant pour objet un recours introduit le 8 mai 2014, en accord

Plus en détail

Loi organique relative à la Haute Cour

Loi organique relative à la Haute Cour Loi organique relative à la Haute Cour Dahir portant loi organique n 1-77-278 du 24 chaoual 1397 (8 octobre 1977) relative à la Haute Cour (1) Louange à Dieu Seul! (Grand Sceau de Sa Majesté Hassan II)

Plus en détail

Décision n 485-D. CONSEIL REGIONAL DES PHARMACIENS D'OFFICINE Rhône-Alpes. Le Président du Conseil de l'ordre des Pharmaciens de la Région Rhône-Alpes

Décision n 485-D. CONSEIL REGIONAL DES PHARMACIENS D'OFFICINE Rhône-Alpes. Le Président du Conseil de l'ordre des Pharmaciens de la Région Rhône-Alpes Ain Adêche Drôme Isère Loire Rhône Savoie Haute-Savoie Décision n 485-D CONSEIL REGIONAL DES PHARMACIENS D'OFFICINE Rhône-Alpes Le Président du Conseil de l'ordre des Pharmaciens de la Région Rhône-Alpes

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 350788 Publié au recueil Lebon M. Jacques Arrighi de Casanova, président M. Frédéric Dieu, rapporteur M. Nicolas Boulouis, rapporteur public SCP BORE ET SALVE DE BRUNETON ; CARBONNIER,

Plus en détail

1 sur 5 01/10/2013 12:16

1 sur 5 01/10/2013 12:16 1 sur 5 01/10/2013 12:16 Références Cour Administrative d'appel de Marseille N 10MA02456 Inédit au recueil Lebon M. GUERRIVE, président Mme Micheline LOPA-DUFRENOT, rapporteur Mme MARKARIAN, rapporteur

Plus en détail

N 125 SÉNAT PROJET DE LOI. concernant la centralisation de la documentation relative à la circulation routière. (Texte définitif.)

N 125 SÉNAT PROJET DE LOI. concernant la centralisation de la documentation relative à la circulation routière. (Texte définitif.) PROJET DE LOI adopté le 12 juin 1970. SECONDE N 125 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1969-1970 PROJET DE LOI concernant la centralisation de la documentation relative à la circulation routière. (Texte définitif.)

Plus en détail

REPUBL QUE FRANCA SE

REPUBL QUE FRANCA SE CIV.1 A.M COUR DE CASSATION Audience publique du 28 mai 2009 Cassation partielle sans renvoi M. BARGUE, président Pourvoi n S 08-15.802 Arrêt n 608 F-P+B REPUBL QUE FRANCA SE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

- de mettre à la charge de l Etat une somme de 3 000 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative ;

- de mettre à la charge de l Etat une somme de 3 000 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N 1300640 ASSOCIATION DES PROPRIETAIRES DU HAVRE et M. Jean-Pierre Devanne Mme Picquet Rapporteur M. Lesigne Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Plus en détail

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France Page 1 Document 1 de 1 Cour de cassation Chambre civile 1 2 Avril 2009 Cassation - renvoi Evry Sélectionné N 08-11.231 Société slg canal ce Société comité d'entreprise de la société dimension data France

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 9 juin 2011 N de pourvoi: 09-69923 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault, président M. Jessel, conseiller rapporteur Mme Petit

Plus en détail

Le fonctionnement du conseil municipal * * * Association des maires du département de La Réunion

Le fonctionnement du conseil municipal * * * Association des maires du département de La Réunion Le fonctionnement du conseil municipal * * * Association des maires du département de La Réunion I. La préparation de la séance du conseil municipal II. La séance du conseil municipal III. Les comptes

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN N 1300605 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE CONSEIL RÉGIONAL DE L'ORDRE DES ARCHITECTES DE BASSE-NORMANDIE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN N 1300605 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE CONSEIL RÉGIONAL DE L'ORDRE DES ARCHITECTES DE BASSE-NORMANDIE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN EB N 1300605 CONSEIL RÉGIONAL DE L'ORDRE DES ARCHITECTES DE BASSE-NORMANDIE M. Bellec Rapporteur M. Revel Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE A L USAGE DES ELUS ET DES SALARIES DE L ASSOCIATION NORD EUROPE RETRAITE. Préambule

CODE DE DEONTOLOGIE A L USAGE DES ELUS ET DES SALARIES DE L ASSOCIATION NORD EUROPE RETRAITE. Préambule CODE DE DEONTOLOGIE A L USAGE DES ELUS ET DES SALARIES DE L ASSOCIATION NORD EUROPE RETRAITE Association GERP Nord Europe Retraite auprès des Assurances Crédit Mutuel Nord - Vie Association Nord Europe

Plus en détail

OPEN-ENDED INTERGOVERNMENTAL WORKING GROP ON THE PREVENTION OF CORRUPTION ARTICLE 7 UNCAC

OPEN-ENDED INTERGOVERNMENTAL WORKING GROP ON THE PREVENTION OF CORRUPTION ARTICLE 7 UNCAC FRANCE (FIFTH SESSION) Organisation des Nations Unies contre la Drogue et le Crime Informations en vue de la quatrième réunion intersessions du Groupe de travail sur la prévention de la corruption (8-10

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE SYNDIC

ASSEMBLEE GENERALE SYNDIC ASSEMBLEE GENERALE SYNDIC Participation à l'assemblée L'assemblée est une réunion privée à laquelle ne peuvent assister que les copropriétaires ou leurs mandataires. Les personnes étrangères au syndicat,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 319103 Mentionné dans les tables du recueil Lebon M. Vigouroux, président Mme Agnès Fontana, rapporteur M. Dacosta Bertrand, commissaire du gouvernement SCP BOULLOCHE ; SCP PEIGNOT, GARREAU,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

Conseil d Etat - 2ème et 7ème sous-sections réunies. Lecture du 10 novembre 2010

Conseil d Etat - 2ème et 7ème sous-sections réunies. Lecture du 10 novembre 2010 Conseil d Etat - 2ème et 7ème sous-sections réunies Lecture du 10 novembre 2010 Fédération française des télécommunications et des communications électroniques (FFTCE), Syndicat intercommunal de la périphérie

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1314533/9 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE ASSOCIATION PARENTS CONTRE LA DROGUE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1314533/9 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE ASSOCIATION PARENTS CONTRE LA DROGUE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1314533/9 ASSOCIATION PARENTS CONTRE LA DROGUE Mme Régnier-Birster Juge des référés Audience du 30 octobre 2013 Ordonnance du 31 octobre 2013 54-035-02-03 C RÉPUBLIQUE

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d'état N 360344 ECLI:FR:CESEC:2014:360344.20140328 Publié au recueil Lebon Section du Contentieux Mme Sophie Roussel, rapporteur M. Xavier de Lesquen, rapporteur public SCP VINCENT, OHL ; SCP PIWNICA,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Versailles N 07VE03227 Inédit au recueil Lebon 4ème Chambre M. BROTONS, président Mme Corinne SIGNERIN-ICRE, rapporteur Mme JARREAU, rapporteur public POULY, avocat(s) lecture

Plus en détail

SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY, VEXLIARD ; SCP CELICE, BLANCPAIN, SOLTNER, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY, VEXLIARD ; SCP CELICE, BLANCPAIN, SOLTNER, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 328655 Publié au recueil Lebon 9ème et 10ème sous-sections réunies M. Philippe Martin, président M. Philippe Josse, rapporteur M. Pierre Collin, rapporteur public SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY,

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG N 1302997 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG N 1302997 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ct N 1302997 Union Nationale des Etudiants de France Assemblée Générale des Etudiants de Strasbourg - UNEF M. Gros Rapporteur M. Rees Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. TRIBUNAL ADMINISTRATIF d'orléans N 1004250. Mme Borot Magistrat désigné

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. TRIBUNAL ADMINISTRATIF d'orléans N 1004250. Mme Borot Magistrat désigné TRIBUNAL ADMINISTRATIF d'orléans ab N 1004250 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Mme Borot Magistrat désigné M. Viéville Rapporteur public Le magistrat désigné, statuant en application des

Plus en détail

Associations sollicitant la reconnaissance d'utilité publique Statuts (Brochure «Associations, régime général», J.O. n 1068)

Associations sollicitant la reconnaissance d'utilité publique Statuts (Brochure «Associations, régime général», J.O. n 1068) Maj le 15/09/09 Associations sollicitant la reconnaissance d'utilité publique Statuts (Brochure «Associations, régime général», J.O. n 1068) I. But et composition de l'association Article 1 er L'association

Plus en détail

M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky, Vexliard et Poupot, SCP Gadiou et Chevallier, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE

M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky, Vexliard et Poupot, SCP Gadiou et Chevallier, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du mardi 15 septembre 2015 N de pourvoi: 13-24.726 13-25.229 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky,

Plus en détail

Vu la loi n 86 1067 du 30 septembre 1986 modifiée relative à la liberté de communication ;

Vu la loi n 86 1067 du 30 septembre 1986 modifiée relative à la liberté de communication ; Décision n 98 506 de l'autorité de régulation des télécommunications en date du 24 juin 1998 se prononçant sur un différend entre Copper Communications et France Télécom L'Autorité de régulation des télécommunications,

Plus en détail

Page 1. Document 1 de 1. Cour d'appel Lyon Chambre civile 1 A. 16 Octobre 2014. Confirmation partielle N 13/01414. Jacques DOTHAL, Odile DOTHAL

Page 1. Document 1 de 1. Cour d'appel Lyon Chambre civile 1 A. 16 Octobre 2014. Confirmation partielle N 13/01414. Jacques DOTHAL, Odile DOTHAL Page 1 Document 1 de 1 Cour d'appel Lyon Chambre civile 1 A 16 Octobre 2014 Confirmation partielle N 13/01414 Jacques DOTHAL, Odile DOTHAL SARL BONVALLET Classement : Contentieux Judiciaire Résumé Numéro

Plus en détail

3 ) de mettre à la charge de la ville de Toulouse la somme de 5 000 euros en application de l article L. 761-1 du code de justice administrative ;

3 ) de mettre à la charge de la ville de Toulouse la somme de 5 000 euros en application de l article L. 761-1 du code de justice administrative ; COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE BORDEAUX CC N o 14BX00735 SOCIETE BNP PARIBAS Mme Catherine Girault Président M. Paul-André Braud Rapporteur REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La cour administrative

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

Élections municipales de 2014. Communes de moins de 1000 habitants

Élections municipales de 2014. Communes de moins de 1000 habitants Élections municipales de 2014 Communes de moins de 1000 habitants Introduction présentation générale de la réforme Importantes modifications du code électoral introduites par la loi du 17 mai 2013 et son

Plus en détail