Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique"

Transcription

1 BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Mars Série dessaisonalisée et lissée Série dessaisonalisée brute Le baromètre de conjoncture est la synthèse des courbes de conjoncture de l industrie manufacturière, du gros oeuvre de bâtiments, du commerce et des services aux entreprises. Communiqué de presse du 22 mars 212: Après trois améliorations consécutives, le baromètre de conjoncture de la Banque nationale de Belgique s'est quelque peu replié en mars. La confiance des chefs d'entreprise s'est détériorée dans l'industrie manufacturière, la construction et le commerce. Dans ces deux dernières branches d'activité, il s'agit déjà, respectivement, des deuxième et troisième reculs successifs. Le climat conjoncturel s'est, par contre, légèrement rétabli dans les services aux entreprises, alors qu'il s'était sensiblement affaibli le mois passé. D'un autre côté, la courbe synthétique lissée, qui reflète la tendance fondamentale de la conjoncture, est orientée à la hausse pour le deuxième mois d'affilée et ce, grâce aux évolutions favorables de la courbe brute au cours des mois précédents.

2 CHIFFRES CLÉS DE LA CONJONCTURE BELGE I. ENTREPRISES Évolution conjoncturelle et produit intérieur brut MARS Variations en pourcentage du PIB en volume par rapport au trimestre correspondant de l'année précédente (échelle de gauche) Baromètre conjoncturel de la BNB (échelle de droite) Confiance des entrepreneurs - industrie manufacturière 1 Courbes synthétiques selon la catégorie de biens Courbe synthétique de l'industrie - Belgique Industrial confidence indicator - Europe Biens intermédiaires Biens de consommation Biens d'équipement Capacités de production et investissements estimation Degré d'utilisation des capacités de production en pourcentage (échelle de droite) Pct. de variation annuelle des investissements à prix courant (échelle de gauche) Obstacles à la production Manque de personnel qualifié (échelle de droite) Insuffisance d'équipements (échelle de droite) Insuffisance de la demande (échelle de gauche) Commandes intérieures de biens d'équipement Confiance des entrepreneurs - secteur des services Courbes synthétique des services aux entreprises - Belgique Services confidence indicator - Europe Sources: BNB - Enquêtes sur la Conjoncture - Comptes Nationaux, Commission Européenne, DG-ECFIN

3 CHIFFRES CLÉS DE LA CONJONCTURE BELGE MARS Confiance des entrepreneurs - construction 1 Secteurs de la construction Courbe synthétique de l'ensemble de la construction - Belgique Construction confidence indicator - Europe Gros oeuvre de bâtiments Travaux routiers et de génie civil Prévisions des missions auprès des architectes Confiance des entrepreneurs - commerce Bâtiments résidentiels Bâtiments non-résidentiels Courbe synthétique commerce - Belgique Retail trade confidence indicator - Europe Prévisions d'emploi par secteur Appréciations des conditions de crédit par les entrepreneurs Q1 Q2 Q3 Q4 Q1 Q2 Q3 Q4 Q1 Q2 Q Q Construction Services aux entreprises Favorable Neutre Défavorable II. CONSOMMATEURS Confiance des consommateurs Confiance des consommateurs et consommation privée Indicateur de confiance des consommateurs - Belgique (échelle de gauche) Consumer confidence indicator - Europe (échelle de droite) Variations en pourcentage de la consommation privée en volume par rapport au trimestre correspondant de l'année précédente (échelle de droite) Indicateur de confiance des consommateurs - Belgique (échelle de gauche) Sources: BNB - Enquêtes sur la Conjoncture - Comptes Nationaux, Commission Européenne, DG-ECFIN

4 Banque nationale de Belgique Enquêtes sur la conjoncture CONFIDENTIEL Commentaire relatif à l enquête sur la conjoncture de mars 212 Suite à la révision méthodologique d'avril 29, la courbe synthétique des différentes branches d'activité se base dorénavant sur une sélection de questions qui varie entre trois et quatre selon la branche d'activité: - pour l'industrie manufacturière: appréciation du carnet de commandes total, appréciation du niveau des stocks de produits finis, prévisions d'emploi et prévisions de demande; - pour les services aux entreprises: appréciation de l'activité, prévisions d'activité et prévisions de demande générale; - pour la construction: évolution du carnet de commandes, évolution du matériel utilisé, appréciation du carnet de commandes total et prévisions de demande; - pour le commerce: prévisions de demande, prévisions des commandes auprès des fournisseurs et prévisions d'emploi. Dans ce présent commentaire, le résumé relatif à chaque branche d'activité se limite désormais aux questions reprises dans la courbe synthétique. L'ensemble des questions de l'enquête sont détaillées par la suite, en distinguant les évolutions récentes, les appréciations et les prévisions. Après trois mois de progression, la confiance des entrepreneurs s'est amenuisée à nouveau en mars dans l'industrie manufacturière. Ainsi, après la revue à la baisse au cours du mois dernier, les stocks ont de nouveau été considérés un peu plus élevés en mars et l'important regain d'optimisme relatif au carnet de commandes de février s'est également quelque peu étiolé. Pour les prochains mois, une baisse de la demande est pressentie. L'emploi continuerait cependant d'évoluer favorablement. Au niveau sectoriel, le climat conjoncturel s'est détérioré dans environ deux tiers des secteurs interrogés. La dégradation a été la plus prononcée dans les industries de la sidérurgie, graphique, des textiles et dans la production des matériaux de construction. En revanche, le climat des affaires s'est renforcé dans l'industrie des métaux non ferreux et, de manière plus limitée, dans les industries de la transformation du bois et technologique. Pour ce dernier secteur, il s'agit là de la troisième amélioration d'affilée. Evolutions Dans l'ensemble de l'industrie manufacturière, le rythme de production s'est stabilisé en mars. Il s'est considérablement accru dans les industries des métaux non ferreux, des papiers et cartons, de l'alimentation et, de manière moins prononcée, dans les industries technologique et du plastique. Par contre, il s'est nettement ralenti dans la production des matériaux de construction, dans les industries graphique, de la chimie et, de façon limitée, dans les industries des textiles, de la transformation du bois et de la sidérurgie. La demande s'est redressée, fortement pour celle en provenance de l'étranger, plus modérément pour le marché intérieur. Les commandes intérieures et extérieures se sont nettement raffermies dans les industries de l'alimentation, de la sidérurgie, technologique et, moindrement, dans l'industrie de la chimie. En revanche, elles se sont tassées dans les industries de la transformation du bois, graphique et, plus timidement, dans l'industrie du plastique. Dans la production des matériaux de construction, dans l'industrie des papiers et cartons ainsi que dans l'industrie des métaux non ferreux, une amélioration de la demande étrangère a côtoyé une détérioration de la demande intérieure. Dans l'industrie des textiles, la demande belge a progressé alors que la demande extérieure s'est repliée. Appréciations Pour l'ensemble de l'industrie manufacturière, les appréciations portées sur le carnet de commandes étranger se sont améliorées, celles relatives au carnet de commandes total se sont quelque peu détériorées. Ces deux indicateurs ont marqué une hausse dans la sidérurgie, dans les industries de la chimie, du plastique et de l'alimentation. Par contre, ces mêmes indicateurs se sont détériorés dans les industries des métaux non ferreux, des papiers et cartons, dans la production des matériaux de construction, dans les industries graphique, des textiles et de la transformation du bois. Dans l'industrie technologique, en dépit d'une appréciation plus favorable du carnet de commandes étranger, le carnet de commandes total s'est déprécié. Globalement, le niveau des stocks a été signalé supérieur. Les stocks ont été signalés plus fréquemment "supérieurs à la normale" dans la sidérurgie et, de façon plus atténuée, dans l'industrie des textiles, dans les divers secteurs des matériaux de construction, dans les industries de la chimie, du plastique et de la transformation du bois. Dans les autres industries, les stocks ont plus souvent été jugés d'un niveau inférieur à la normale. Prévisions Dans l'ensemble de l'industrie manufacturière, les perspectives d'emploi se sont légèrement améliorées alors que celles portant sur la demande se sont cependant dégradées. L'emploi augmenterait surtout pour l'industrie des métaux non ferreux et, de manière moins prononcée, pour les industries de la sidérurgie, de la transformation du bois, des divers matériaux de construction, technologique et du plastique. En revanche, l'effectif se réduirait dans les industries graphique, des textiles, des papiers et cartons, de la chimie et de l'alimentation. La demande se replierait considérablement dans les industries de la sidérurgie, des métaux non ferreux, du plastique et, de moindre manière, dans les industries de l'alimentation, des textiles, des papiers et cartons, graphique et de la chimie. Par contre, un raffermissement de la demande serait observé pour la production des matériaux de construction ainsi que dans les industries technologique et de la transformation du bois. Services aux entreprises Dans les services aux entreprises, où l'image conjoncturelle s'est particulièrement détériorée le mois passé, une légère amélioration est apparue en mars. Par rapport au mois dernier, les chefs d'entreprise ont été un peu plus optimistes en ce qui concerne leur appréciation de l'évolution de l'activité. De même, pour les trois prochains mois, ils s'attendent à une légère augmentation de l'activité pour leur entreprise. Dans le même temps, ils pressentent une hausse de la demande générale du marché. Au niveau sectoriel, une importante dégradation a été enregistrée pour le secteur informatique et ce, pour le deuxième mois consécutif. Par contre, la confiance des entrepreneurs s'est renforcée dans le transport et activités annexes, dans les autres activités de services et dans les services de location. Evolutions et appréciations La légère hausse de l'activité dans l'ensemble des services aux entreprises a été jugée positive pour la saison. Ces deux indicateurs se sont considérablement redressés dans la branche informatique. Dans les services de location, une nette embellie de l'activité a toutefois été considérée comme insuffisante pour cette période de l'année. Dans les autres activités de services, l'activité s'est repliée et a été jugée défavorable pour cette période de l'année. Dans le secteur du transport et activités annexes, un vif recul de l'activité n'a, par contre, pas été ressenti comme anormal pour la saison. Dans l'ensemble, l'emploi s'est clairement raffermi. Ainsi, l'emploi s'est accru considérablement dans A_MCOMNAAF 1 / 2

5 les autres activités de services, dans la branche informatique et, plus modérément, dans le transport et activités annexes. Enfin, dans les services de location, une importante réduction des effectifs a été enregistrée. Prévisions Dans l'ensemble, les perspectives en termes d'activité pour les trois prochains mois sont orientées à la hausse. L'activité se renforcerait de manière importante dans les services de location, le transport et activités annexes et les autres activités de services. Dans le secteur de l'informatique, une forte réduction de l'activité est pressentie. En général, après quatre légères hausses d'affilée, l'emploi se contracterait. Les effectifs seraient réduits de manière substantielle dans la branche informatique et, de façon plus atténuée, dans le transport et activités annexes et dans les services de location. L'emploi ne se consoliderait que dans les autres activités de services. Les prévisions en matière de demande générale du marché s'améliorent. Les perspectives de demande se renforcent dans les autres activités de services et dans le transport et activités annexes. Par contre, les attentes en termes de demande se détériorent quelque peu dans le secteur informatique. Enfin, dans les services de location, la demande ne varierait pratiquement pas. Construction Dans la construction, le climat économique s'est assombri considérablement pour le deuxième mois d'affilée. Suite à une forte baisse de l'activité, le recours au matériel disponible a continué de se restreindre. Le nombre de nouvelles missions reçues a de nouveau diminué provoquant ainsi aussi une poursuite de la détérioration de l'appréciation du carnet de commandes. Le seul point d'éclaircie réside dans les prévisions portant sur la demande qui se sont ravivées quelque peu après deux mois de vif repli. La détérioration de la confiance des entrepreneurs dans la construction a affecté tant le bâtiment résidentiel que non résidentiel. Bâtiments résidentiels Dans le secteur des bâtiments résidentiels, l'indicateur synthétique brut s'est rétracté. L'activité exercée s'est fortement réduite. Le nombre de nouvelles commandes a clairement diminué et le carnet de commandes total a été estimé plus défavorable pour la saison. De plus, le recours au personnel et au matériel a été plus restreint. Les perspectives d'emploi et, dans une faible mesure, celles en termes de demande sont toutefois optimistes. Bâtiments non résidentiels Dans le secteur des bâtiments non résidentiels, l'indicateur synthétique brut s'est également replié. L'activité exercée s'est détériorée très fortement. Le nombre de nouvelles commandes s'est réduit de manière importante et le carnet de commandes total a été jugé plus défavorable. L'emploi s'est légèrement consolidé mais le matériel a fait l'objet d'un usage moins intensif. Pour les trois prochains mois, les perspectives d'emploi sont clairement orientées à la baisse; celles en termes de demande se détériorent dans une faible mesure. Commerce Dans le commerce, la confiance des chefs d'entreprise continue de s'étioler. Parmi tous les secteurs interrogés, le commerce a connu la plus grande dégradation. Les prévisions en termes de demande ont continué de s'éroder. Les prévisions se rapportant à l'emploi se sont également fortement détériorées pour le deuxième mois d'affilée. En outre, après encore quelques mois de relatif optimisme, les attentes ayant trait aux commandes auprès des fournisseurs s'orientent de manière défavorable. Sur le plan sectoriel, le climat commercial a continué de s'assombrir dans les commerces de meubles, de distribution de véhicules automobiles et de produits alimentaires. En revanche, le climat commercial s'est amélioré dans le commerce de chaussures et, de façon plus limitée, dans les commerces d'articles textiles et d'appareils électriques et électroniques. Evolutions et appréciations La forte hausse des ventes dans le commerce a globalement été considérée comme favorable pour la saison. Ces deux indicateurs se sont nettement raffermis dans les commerces de produits alimentaires, de meubles, de chaussures et, dans une moindre importance, dans le commerce d'articles textiles. A l'inverse, les deux indicateurs se sont repliés dans le commerce d'appareils électriques et électroniques. Enfin, dans le commerce de distribution de véhicules automobiles, une hausse importante des ventes a été jugée clairement insuffisante pour cette période de l'année. Dans l'ensemble, les stocks ont été estimés à un niveau nettement inférieur au mois passé. Sur un plan sectoriel, les stocks ont été jugés plus fréquemment "inférieurs à la normale" dans les commerces d'articles textiles, de produits alimentaires et, plus modérément, dans le commerce de chaussures. Dans le commerce d'appareils électriques et électroniques et dans celui de meubles, les stocks ont été estimés à nouveau à un niveau supérieur par rapport au mois dernier. Dans le commerce de distribution de véhicules automobiles, l'appréciation des stocks est restée pratiquement inchangée. Prévisions Pour l'ensemble du commerce, les perspectives en termes d'emploi sont orientées à la baisse. L'emploi se contracterait dans le commerce de produits alimentaires et, dans une faible mesure, dans les commerces de meubles et de distribution de véhicules automobiles. En revanche, l'emploi se renforcerait dans les commerces d'articles textiles, de chaussures et, dans une moindre mesure, dans le commerce d'appareils électriques et électroniques. En général, les perspectives de demande restent orientées négativement pour les trois prochains mois. La demande reculerait nettement dans les commerces de distribution de véhicules automobiles, de meubles et, de façon moins prononcée, dans les commerces de chaussures et de produits alimentaires. Inversement, la demande serait plus soutenue dans les commerces d'appareils électriques et électroniques et d'articles textiles. Globalement, les commandes auprès des fournisseurs seraient considérablement réduites. Les commandes baisseraient surtout dans les commerces de meubles, de distribution de véhicules automobiles et, faiblement, dans les commerces d'articles textiles, de produits alimentaires et d'appareils électriques et électroniques. Les commandes ne seraient fortement amplifiées que dans le commerce de chaussures. A_MCOMNABF 2 / 2

6 BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE COURBES SYNTHETIQUES ET LEURS COMPOSANTES TABLEAU 1 Solde dessaisonalisé des réponses ''augmentation'' ou ''supérieur à la normale'' (+) et ''diminution'' ou ''inférieur à la normale'' (-). Courbe synthétique globale Série brute Série lissée Min. Max. Avg. Déc. Jan. Fév. Mars Oct. Nov. Déc. Jan. - 31,8 + 9,2-7,6-1,6-9, - 7,7-9,6-1,2-1, - 1,3-9,8 Courbe de l'industrie manufacturière - 34,3 + 6, - 1,7-13,8-13,6-8,4-1,7-12,9-13,3.. Appréciation du carnet de commandes total - 6, + 1, - 21,8-3,1-3,4-2, - 2,8-27,8-29,1.. Appréciation du niveau des stocks ² - 12,9 + 2, + 6,8 +,6 +, - 3,2 + 2, +,7 +,6.. Prévisions de l'emploi - 36, + 8, - 8,9-8,4-4,1 -,6 -,1-7, - 6,8.. Prévisions de la demande - 37, + 1, -,4-11,2-14, - 6,1-9,3-11,1-11,8.. Courbe du commerce - 28,6 + 16, -,9-1,8-13,4-1,8-2,6-7,8-1,8.. Prévisions de l'emploi - 18,4 + 18, + 2,9 + 4,8 + 4,6 -,7-3, +,7 + 4,2.. Prévisions de la demande - 4, + 29, + 1,8-12, - 21,6-23,9-27,7-13,7-17,9.. Prévisions des commandes aux fournisseurs - 39, + 1, -,9-24,7-23,3-22,6-3,6-1,7-2,6.. Courbe de la construction - 39, + 24,3-7,4-6,2 -,6-9, - 12,1 -,8-6,8.. Evolution du carnet de commandes - 2, + 4, -,1 -,2 -, - 1, - 6,3 + 1, -,2.. Evolution du matériel utilisé - 19,4 + 24, + 2,8 -,3 +,3-1,9-8,6-3,3-2,9.. Appréciation du carnet de commandes - 74, + 3, - 24,7-1,3-1,7-12,3-1,2-12,3-12,8.. Prévisions de la demande - 39, + 21, - 2,6-9, - 12,1-2,9-18,3-9, - 1,1.. Courbe des services aux entreprises - 41,7 + 34, + 12, -,9 +,9 -,6 + 1,2 -,1 -,7.. Appréciation de l'activité exercée - 4,4 + 2, - 4,2-7,9 -,3-12,8-11,8-7,6-8,1.. Prévisions de l'activité - 32, + 1,7 + 2, + 7,4 + 2, + 11,9 + 13,1 + 12,3 + 12,.. Prévisions de la demande - 43, + 4, + 16, - 2,3 + 2,9-1, + 2,3-3,1-3,.. 1 Minimum, maximum et moyenne de chaque indicateur (série brute) depuis janvier Un solde positif (négatif) signifie que les stocks sont jugés supérieurs (inférieurs) à la normale, pour la saison, par les chefs d'entreprise participant à l'enquête. Pour le calcul de la courbe, le signe de cet indicateur est inversé.

7 BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE AUTRES INDICATEURS DE L'ENQUÊTE SUR LA CONJONCTURE TABLEAU 2 Solde dessaisonalisé des réponses ''augmentation'' ou ''supérieur à la normale'' (+) et ''diminution'' ou ''inférieur à la normale'' (-). Série brute Série lissée Min. Max. Avg. Déc. Jan. Fév. Mars Oct. Nov. Déc. Jan. Evolution du rythme de production - 33, + 2, -,9-7,3-4,7 + 3,8 + 3,7-8,6-7,7.. Evolution des commandes intérieures - 3, + 16, - 7,7 + 2,4-4,4-1, - 7,6-1,2-9,2.. Evolution des commandes extérieures - 44, + 3, - 2,9-7,3-13,1 -,9 + 3,4-7,8-7,4.. Appréciation du carnet de commandes étrangers - 61, + 1, - 23,6-33, - 3,9-2,7-2,4-3,6-32,.. Evolution des prix - 21, + 24, + 1,6-7,7-3, - 1, + 1,7-2,6-2,7.. Prévisions des prix - 24, + 43, + 7,7 -, + 11,2 + 7,7 + 11, - 1,2 -,1.. Degré d'utilisation des capacités (en pct. des capacités de production totales) 7,1 84,6 79, - 78,4 - - Source : enquête trimestrielle sur les capacités de production Commerce Evolution des ventes - 46, + 37, + 1, +, + 8,7-11, + 13,1-3,9-3,.. Appréciation portée sur les ventes - 41, + 28, - 7,7-3,9-1,3-34,9-2, - 6,6-8,.. Appréciation du niveau des stocks ² - 3, + 32, + 12,6 + 18,8 + 1,7 + 23,3 + 13,2 + 13,7 + 1,6.. Evolution des prix - 2, +, + 2,3 +,7 + 4,3 + 9,9 + 2,8 + 2,4 + 1,4.. Prévisions des prix - 11, + 66,2 + 12,4 + 6,4 + 9,4 + 7, + 8,1 + 8, + 7,3.. Construction Evolution de l'activité - 44, + 34,7 -,2 + 1,6 + 3,8 +,1-2,3-2,1-1,8.. Evolution de l'emploi - 38, + 22, -,2 -,3-1,9-4,2-6,2-6,8 -,9.. Prévisions de l'emploi -, + 3, -,3 -,2-6, - 6,6-11,9-2,8-3,6.. Evolution des prix - 22,8 + 32, -,4-9, - 9,6-1,4-11, - 6,8-8,2.. Prévisions des prix - 2,6 + 46, + 7,2-2,7-2,2-1, -,4 -, -,9.. Services aux entreprises Evolution de l'activité - 38, + 37, + 11,3 + 13, + 12,9 + 1,7 + 2,4 + 12,6 + 11,.. Evolution de l'emploi - 49,4 + 34, + 7,6 + 13,8 +,1 + 2,7 + 12,8 + 1,2 + 8,7.. Prévisions de l'emploi - 3, + 48, + 17,8 + 7,4 + 9,4 + 1,4 + 7, + 11,8 + 8,8.. Evolution des prix - 1,8 + 12, + 1,7-3, +,1 + 3,8 + 6, +, +,6.. Prévisions des prix - 13, + 3, + 6,1 + 1, + 13,9 + 2,9 + 11,3 + 7,3 + 9,9.. 1 Minimum, maximum et moyenne de chaque indicateur (série brute) depuis janvier Un solde positif (négatif) signifie que les stocks sont jugés supérieurs (inférieurs) à la normale, pour la saison, par les chefs d'entreprise participant à l'enquête.

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai 25-5-27 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 25 La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai Le baromètre de

Plus en détail

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février 25-2-24 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - février 25 Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février Le baromètre

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

rapport CCE 2015-1250

rapport CCE 2015-1250 rapport CCE 2015-1250 La conjoncture économique dans la distribution Avril 2015 CCE 2015-1250 Rapport sur la conjoncture économique dans la distribution Avril 2015 Personnes de contact Gautier Gérome

Plus en détail

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014 MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE Avril 2014 Éditeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Esteban Lanter Max Künnemann Adresse BAK Basel Economics AG Güterstrasse 82 CH-4053 Basel T +41 61 279 97 00 F +41

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Moniteur des branches Industrie MEM

Moniteur des branches Industrie MEM Moniteur des branches Industrie MEM Octobre 2014 Editeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Traduction Anne Fritsch, Verbanet GmbH, www.verbanet.ch Le texte allemand fait foi Adresse BAK Basel Economics

Plus en détail

Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises

Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Le crédit bancaire au secteur privé

Le crédit bancaire au secteur privé Le crédit bancaire au secteur privé en Belgique M. Hradisky * Après des taux de croissance de plus de 1 p.c. en rythme annuel au cours de l année, la progression des crédits au secteur privé en Belgique

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Nouvellesperspectives politiqueset économiques en Europe

Nouvellesperspectives politiqueset économiques en Europe Nouvellesperspectives politiqueset économiques en Europe 11 mars 2015 Didier REYNDERS Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires étrangères et européennes - 1 - Table des matières I. Situation économique

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2010 Note semestrielle N 1 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1. CHIFFRE D AFFAIRES TOTAL DES CENTRES D AFFAIRES Chiffre d affaires total / surface totale

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Kenniscentrum voor Financiering van KMO Centre de Connaissances du Financement des PME VZW. Enquête CeFiP

Kenniscentrum voor Financiering van KMO Centre de Connaissances du Financement des PME VZW. Enquête CeFiP Kenniscentrum voor Financiering van KMO Centre de Connaissances du Financement des PME VZW Enquête CeFiP Financement des PME 2011 Table des matières Avant-propos 4 Executive summary 6 Introduction 10 Partie

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT DES PAYS DE LA LOIRE 2nd semestre 2013 - Edition Janvier 2014 Au cours du second semestre, l activité a été contrastée. Même si le nombre d artisans déclarant une hausse

Plus en détail

KU Leuven. Étude sur l importance du crédit à la consommation et du crédit hypothécaire dans l économie belge

KU Leuven. Étude sur l importance du crédit à la consommation et du crédit hypothécaire dans l économie belge Étude sur l importance du crédit à la consommation et du crédit hypothécaire dans l économie belge Prof. Dr Nancy Huyghebaert Professeur Corporate Finance Département «Accountancy, Finance & Insurance

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

UN REGAIN D OPTIMISME

UN REGAIN D OPTIMISME 2015 UN REGAIN D OPTIMISME Activité : reprise en pente douce Emploi : renforcement des effectifs Comme pressenti en novembre dernier, les chefs d entreprise de la région Rhône- Alpes anticipent un développement

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif

La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif Ivry, le 27 février 2014 La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif Progression du résultat opérationnel courant à 72 m (+13,3%) Résultat net positif

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du deuxième trimestre

Intact Corporation financière annonce ses résultats du deuxième trimestre Communiqué de presse TORONTO, le 29 juillet 2015 Intact Corporation financière annonce ses résultats du deuxième trimestre Résultat opérationnel net par action de 1,56 $ avec un ratio combiné de 91,6 %.

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Communiqué de presse TORONTO, le 2 novembre 2011 Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Résultat opérationnel net par action de 0,97 $ attribuable aux résultats en assurance

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance CONJONCT URE estre NOTE DE conjoncture TRIMESTRIELLE de L APEC N Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance Les recruteurs font toujours preuve de prudence dans leurs

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Enquête sur le devenir des diplômés de licence professionnelle

Enquête sur le devenir des diplômés de licence professionnelle Enquête sur le devenir des diplômés de licence professionnelle Vous pouvez répondre à ce questionnaire en vous connectant sur Internet avec le code ci-contre : http://enquetes.u-bordeaux.fr/orpea/lp2012/questionnaire.htm

Plus en détail

LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015

LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015 LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015 LES ÉTABLISSEMENTS 31 748 COMMERCES EN REGION LE COMMERCE DE DÉTAIL, REPRÉSENTE 1/3 DES ÉTABLISSEMENTS DE LA RÉGION

Plus en détail

Dares Analyses. Emploi, chômage, population active : bilan de l année 2012

Dares Analyses. Emploi, chômage, population active : bilan de l année 2012 Dares Analyses juin 2013 N 037 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Emploi, chômage, population active : bilan de l année Avec la contraction de l

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Depuis maintenant plusieurs années, les collectivités locales s'efforcent d'augmenter leur épargne afin d'autofinancer

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES 25 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 25 ième

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Bas Saint-Laurent. Fiche régionale. Portrait régional de l emploi

Bas Saint-Laurent. Fiche régionale. Portrait régional de l emploi Portrait régional de l emploi (*) (*) (en milliers) Bas Saint-Laurent 200 756 habitants % du Québec 2,6 % Agriculture 3,1 Services publics 0,0 Construction 4,9 Emploi par groupe d âge (*) Bas Saint-Laurent

Plus en détail

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 Editorial Les dernières données statistiques sur le marché locatif révèlent finalement que les loyers ont globalement augmenté

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

DÉPENSES PERSONELLES. S M L W Structure

DÉPENSES PERSONELLES. S M L W Structure Révisé: le 2 novembre, 2005 TITRE ET CODE SÉQUENTIEL AU NIVEAU LE MOINS ÉLEVÉ (S) (basé sur FND013.TTL) TITRE ET CODE SÉQUENTIEL AU NIVEAU MOYEN (M) (basé sur FND037.TTL) Titre et code séquentiel au niveau

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 2 ème trimestre 2013 Repli accentué au 2 ème trimestre (-2%) du volume de travaux d entretienrénovation de logements Cette baisse d activité correspond à une baisse

Plus en détail

Seule adresse Le Service Information et Etudes Economiques de la CCD

Seule adresse Le Service Information et Etudes Economiques de la CCD une Seule adresse Le Service Information et Etudes Economiques de la CCD BP 84 - Tél : 21 35 10 70 Fax : 21 35 00 96 - E-mail : ccd@intnet.dj - d'une opportunité à saisir, - d un partenariat à nouer, -

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC Commission de la CEMAC Département des Politiques Economique, Monétaire et Financière Direction des

Plus en détail

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010 Communiqué de presse TORONTO, le 5 août 2010 INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010 Bénéfice net d exploitation par action en hausse de 34 % en raison de l amélioration

Plus en détail

Communiqué de presse S1 2014-2015

Communiqué de presse S1 2014-2015 Communiqué de presse 27 novembre 2014 Huizingen, Belgique Communiqué de presse S1 2014-2015 (Résultats pour le premier semestre clôturé le 30 septembre 2014) Le chiffre d affaires semestriel a connu une

Plus en détail

Les entreprises paient avec un retard de 19,3 jours la morale de paiement en berne à cause de l effet domino

Les entreprises paient avec un retard de 19,3 jours la morale de paiement en berne à cause de l effet domino Statistiques des comportements de paiement: le comporte Statistiques des comportements ment de paiement: de paiement le comportement des de entreprises en Suisse 4 ème trimestre et perspectives 2009 Editeur:

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Le poids de la consommation dans le Pib atteint des niveaux

Le poids de la consommation dans le Pib atteint des niveaux AMBASSADE DE FRANCE AUX ETATS-UNIS MISSION FINANCIÈRE FRENCH TREASURY OFFICE 11 RESERVOIR ROAD, NW WASHINGTON D.C. 7 TEL : () 9-33, FAX : () 9-39 E - M A I L : afny@missioneco.org 1 SEVENTH AVENUE, 3 TH

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012

Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012 Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012 Juin 2012 Sextant Expertise 27, Boulevard des Italiens 75002 Paris Tél. : 01 40 26 47 38 www.sextant-expertise.fr Société inscrite à l ordre des

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

Programme «Société et Avenir»

Programme «Société et Avenir» Programme «Société et Avenir» Rapport final volet «Synthèse de recherche» 1 CONTRAT DE RECHERCHE : TA/00/23 ACRONYME DU PROJET : REFBARIN TITRE : «RÉFORME DU MARCHÉ DES BIENS ET SERVICES, NÉGOCIATION SALARIALE

Plus en détail

Info-commerce : Incertitude économique mondiale

Info-commerce : Incertitude économique mondiale Info-commerce : Incertitude économique mondiale avril 2012 Panel de recherche d EDC Résultats du sondage de février 2012 Faits saillants Même si les É.-U. restent une importante destination commerciale,

Plus en détail

1 LA SITUATION ECONOMIQUE ET FINANCIERE

1 LA SITUATION ECONOMIQUE ET FINANCIERE LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE LA SITUATION ECONOMIQUE ET FINANCIERE. La situation économique dans la zone euro 0 0.. Les décisions de politique monétaire 0..2 Les marchés obligataires..3 Le marché

Plus en détail

Croissance des ventes en France et amélioration de la génération de free cash flow

Croissance des ventes en France et amélioration de la génération de free cash flow Ivry, le 30 juillet 2014 Croissance des ventes en France et amélioration de la génération de free cash flow Stabilisation du chiffre d affaires du Groupe au 2 nd trimestre : -0,3% à magasins comparables,

Plus en détail

Lecture commentée du rapport 2004 de la Banque Nationale

Lecture commentée du rapport 2004 de la Banque Nationale Fondation Travail-Université Chaussée de Haecht, 579 1030 - BRUXELLES PG/BL/B.1.4./04052005/05.035. Lecture commentée du rapport 2004 de la Banque Nationale François MARTOU 1. L environnement international

Plus en détail

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013)

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013) Observatoire des Métiers et de l Artisanat Région Centre Juin 214 Artiscope Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 213 (2ème Semestre 213 - Année 213) La révision

Plus en détail

ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Saint Etienne

ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Saint Etienne ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Saint Etienne 6 804 projets de recrutement en 2012 1 Sommaire 1 L ESSENTIEL 2 LES METIERS PORTEURS 3 LES METIERS NON SAISONNIERS 4 LES METIERS DIFFICILES 5

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

Licence professionnelle Systèmes Informatiques (SIL) spécialité multimédia

Licence professionnelle Systèmes Informatiques (SIL) spécialité multimédia IUT - Institut Universitaire de Technologie Licence professionnelle Systèmes Informatiques (SIL) spécialité multimédia / Lieu de formation : Le Puy en Velay Lieu de formation : Le Puy en Velay Objectifs

Plus en détail

Délais de paiement : Le grand écart

Délais de paiement : Le grand écart Délais de paiement : Le grand écart Conférence de Presse, Paris, le 28 juin 2012 Ludovic Subran, Chef Economiste Arnaud Roger, Directeur des Indemnisations Maxime Lemerle, Responsable des Etudes Macroéconomiques

Plus en détail

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI Métiers et professions

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI Métiers et professions PLATEFORME HORIZONS EMPLOI Métiers et professions Agent/agente d'encadrement de maintenance (51211 ) Informations sur le groupe de métiers Les métiers du groupe Chef d'équipe en maintenance industrielle................................

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Enquête triennale sur le marché des changes et le marché des produits dérivés: résultats pour la Belgique.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Enquête triennale sur le marché des changes et le marché des produits dérivés: résultats pour la Belgique. Bruxelles, le 25 septembre 2007. COMMUNIQUÉ DE PRESSE Enquête triennale sur le marché des changes et le marché des produits dérivés: résultats pour la Belgique. En avril 2007, cinquante-quatre banques

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

Activité au 30 septembre 2009

Activité au 30 septembre 2009 Séch ché Environnement Activité au 30 septembre 2009 Conférence téléphonique du 28 octobre 2009 1 Faits marquants du trimestre Séché : confirmation des tendances du 1 er semestre (CA : 91,9 soit -2,5%

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2012 Note semestrielle N 5 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES Une activité dynamique qui pourrait s essouffler L activité d hébergement d entreprises au premier

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 CCE 2014-2415 Rapport technique 2014 22 décembre 2014 2 CCE 2014-2415 3 CCE 2014-2415 Le tableau 1 présente les principaux indicateurs du contexte macro-économique belge

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 البنك المركزي التونسي BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 SOMMAIRE Pages Introduction... 5 Endettement extérieur

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

FICHIERS INDEX DES COMPTES ANNUELS DÉPOSÉS AUPRÈS DE LA BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE

FICHIERS INDEX DES COMPTES ANNUELS DÉPOSÉS AUPRÈS DE LA BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE FICHIERS INDEX DES COMPTES ANNUELS DÉPOSÉS AUPRÈS DE LA BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE 1. FICHIERS INDEX QUOTIDIENS 1.1. GÉNÉRALITÉS Les références de tous les comptes annuels, des comptes consolidés et

Plus en détail

Pôle n 13 : Pôle de La Sentinelle

Pôle n 13 : Pôle de La Sentinelle Pôle n 13 : Pôle de La Sentinelle S'étendant sur la majeure partie de la commune de La Sentinelle mais également à la marge sur les communes de Valenciennes et Trith-Saint- Léger, ce pôle regroupe plus

Plus en détail

économi ue Les annonces de suppressions et de créations/maintiens de postes entre janvier et décembre 2013 indreet-loire

économi ue Les annonces de suppressions et de créations/maintiens de postes entre janvier et décembre 2013 indreet-loire tableau de bord économi ue n#40# FÉVRIER 2014 Période de référence : Septembre - Décembre 2013 DE LA RÉGION CENTRE Cinq années après le début de la crise, l économie européenne semble reprendre des couleurs.

Plus en détail

Les marchés de l énergie et la macroéconomie

Les marchés de l énergie et la macroéconomie Les marchés de L énergie et La macroéconomie Les marchés de l énergie et la macroéconomie v. baugnet d. dury (1) Introduction L énergie joue un rôle primordial dans le fonctionnement des économies, notamment

Plus en détail

FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES

FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES Octobre 2011 Gabriela TURCATTI Jordi GUILLO SOMMAIRE IMMOBILIER SUISSE 3 CATÉGORIES L immobilier résidentiel 4 L immobilier commercial 5 L immobilier de bureau 5

Plus en détail

p.2 p.6 ... Exposé des motifs Texte du projet de règlement grand-ducal Commentaire des articles Fiche financière Fiche d'évaluation d'impact p.

p.2 p.6 ... Exposé des motifs Texte du projet de règlement grand-ducal Commentaire des articles Fiche financière Fiche d'évaluation d'impact p. ... LE GOUVERNEMENT Projet de règlement grand-ducal déterminant les conditions d'accès du public et des administrations aux informations conservées par la Centrale des bilans et le tarif applicable. 1.

Plus en détail

REUNION PRESSE JEUDI 13 FEVRIER 2014. Contact presse CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias.

REUNION PRESSE JEUDI 13 FEVRIER 2014. Contact presse CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias. REUNION PRESSE JEUDI 13 FEVRIER 2014 Contact presse CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias.fr SOMMAIRE LE MARCHE DU PNEUMATIQUE EN FRANCE EN 2013 (Sources : ventes

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

Analyse et exploitation des données du rapport. du PNUD sur le développement humain

Analyse et exploitation des données du rapport. du PNUD sur le développement humain Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Analyse et exploitation des données du rapport du PNUD sur le développement humain Novembre 1995 Document de travail n 02 Analyse et

Plus en détail

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD mai LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Faits saillants Le fait que la Banque du Canada ait récemment indiqué que les taux d intérêt pourraient

Plus en détail

Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 2014

Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 2014 Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 11 Diffusé à 8 h 3, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 14 Le taux d'épargne s'entend du rapport entre l'épargne brute et le

Plus en détail

RISK INDEX 2014 SUISSE

RISK INDEX 2014 SUISSE RISK INDEX SUISSE L indice de risque a été conçu par Intrum Justitia. Depuis 1998, Intrum Justitia recense les données de dizaines de milliers d entreprises européennes. Le premier rapport portant sur

Plus en détail

La Lettre de l IMSEPP

La Lettre de l IMSEPP La Lettre de l IMSEPP N 46 27 janvier 2015 Marché du travail 2014 en Martinique : Bilan d une année de demandes d emploi Page 1 16 Synthèse : Au mois de décembre 2014, la baisse tendancielle du nombre

Plus en détail

Le crédit fournisseur est plus populaire que jamais Les entreprises paient leurs factures avec un retard moyen de 19,5 jours

Le crédit fournisseur est plus populaire que jamais Les entreprises paient leurs factures avec un retard moyen de 19,5 jours Statistiques relatives aux pratiques de paiement: Statistiques relatives aux pratiques Les de paiement: performances Les performances des des Éditeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 892

Plus en détail