Soins infirmiers et gestion des risques

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Soins infirmiers et gestion des risques"

Transcription

1 Soins infirmiers et gestion des risques I. Principe de précaution Hippocrate disait «soulager le malade et ne pas lui nuire» Cet adage «primun non cere» est le principe de la base de la médecine II. La crise de confiance - Elle s est déclarée dans les années 1950 avec un médicament THALIDOMINE - Ensuite la société a été confrontée aux infections nosocomiales - Dans les années 1980 : sang contaminé par la transfusion sanguine. À partir de là la législation et les droits aux patients ont commencé à émerger : la vache folle : la canicule nous a montré l isolement des personnes âgées - La grippe aviaire (encore présente) III. La perception sociétale du risque La société demande une tolérance zéro face aux responsables de la crise : 77% des français pensent qu il est possible d éviter les crises dans le domaine de la santé à Dans l inconscience collectif, la notion de risque zéro existe 1

2 IV. Les vigilances - Surveiller les incidents et effets indésirables liés aux produits de santé - Processus continu de recueil, d enregistrement, d identification, de traitement, d évaluation et d investigation des événements indésirables ou incidents liés à l utilisation d un produit de santé résultant de l activité médicale ou non L objectif fixé est d identifier des événements indésirables et des incidents rencontrés à l occasion de l emploi de leurs produits de santé respectifs après leur mise sur le marché 1. La pharmacovigilance = Est l ensemble des techniques d identification, d évaluation et de prévention du risque d effets indésirables des médicaments - Son but est d améliorer le rapport bénéfice/risque des médicaments à l échelon individuel et à l échelon populaire - Effets indésirables : réaction nocive et non voulue à un médicament se produisant aux posologies normalement utilisés chez l homme pour la prophylaxie, le diagnostic ou le ttt d une maladie ou la modification d une fonction physiologique ou résultant d un mésusage du médicament. 2

3 - Elle inclut les interactions médicamenteuses, les EI chez l enfant après l exposition au cours de la grossesse, allaitement - Elle n inclut pas les intoxications aiguës, les inefficacités thérapeutique, l absence de ttt, mauvaise observance... - Les EI peuvent aller jusqu au décès, mise en jeu du pronostic vital, invalidité ou incapacité, hospitalisation prolongée, malformations, médicalement grave - Le CSP précise qu il est obliger de signaler l effet indésirable «tout médecin, chrirugien ou sage femme ayant constaté une EI grave ou inattendu susceptible d être dû à un médicament, qu il l ait prescrit ou on doit en faire la déclaration immédiate au centre régional de pharmacovigilance» De même «tout pharmacien ayant eu connaissance d un EI doit également le déclarer aussitôt au centre régional de pharmacovigilance» «Tout membre d une profession de santé peut également en informer le centre régional de pharmacovigilance» 2. La toxicovigilance = Est la surveillance des effets toxiques pour l homme d un produit d une substance ou d une pollution aux fins de mener des actions d alerte, de prévention, de formation et d information. 3. L hémovigilance = Se définit comme l ensemble des procédures de surveillance organisée depuis la collecte du sang et de ses composants jusqu au suivi des receveurs en vue de recueillir et d évaluer les informations sur les effets inattendus ou indésirables résultant de l'utilisation des produits sanguins labiles, et d'en prévenir l'apparition 4. La matériovigilance = Surveillance des incidents ou des risques d incident mettant en cause un dispositif médical mis en place sur le marché 5. L addictovigilance ou pharmacovigilance = Surveillance des cas d abus et de dépendance liés à la prise de toute substance ayant un effet psychoactif, qu elle soit médicamenteuse ou non, à l exclusion de l alcool éthylique et du tabac. - Cette surveillance repose sur un réseau national de centres chargés de recueillir et d évaluer ces cas. - Ce dispositif permet ainsi aux autorités de santé de prendre toute mesure adaptée pour préserver la santé publique. Il est également un instrument d information des autorités sanitaires, des professionnels de santé et du grand public. 6. La pharmacodépendance = Abus, dépendance, détournement, substances psycho-actives (de synthèse ou naturels) 7. La cosmétovigilance 3

4 = Est l ensemble des moyens permettant la surveillance des effets indésirables de l utilisation des produits cosmétiques. Elle s exerce sur l ensemble des produits cosmétiques après leur mise sur le marché. 8. La réactovigilance = A pour objet la surveillance des incidents et risque d incidents résultant de l utilisation d un dispositif médical de diagnostic in vitro 9. La biovigilance = Surveillance des incidents et des risques d incidents relatifs aux éléments et produits du corps humains utilisée à des fins thérapeutiques et aux produits, autres que les médicaments, qui en dérivent, aux dispositifs médicaux les incorporant et aux produits thérapeutiques annexes, ainsi que des effets indésirables résultant de leur utilisation. - Sont exclus les gamètes et les produits sanguins labiles. 10. L infectiovigilance = Dispositif destiné à surveiller et réduire le risque d infections nosocomiales liées aux soins. - Le décret de juillet 2001 organise le signalement des infections nosocomiales et le recueil des informations les concernant. - Une infection nosocomiale est une infection survenant chez un sujet au cours ou au décours de soins de santé prodigués dans un établissement de santé, qu'il soit ou non hospitalisé à temps complet. - La nosocomiovigilance consiste à surveiller la survenue de certaines infections nosocomiales à partir des services de soins et des laboratoires de microbiologie Facteurs de risque liés à la personne soignée : - Déficit immunitaire - Polytraumatisé - Pathologie chronique - Foyer infectieux - Âge extrême Identifications du risque infectieux Vigilance tatouage : les produits de tatouage regroupent toute substance ou préparation colorante destinée par effraction cutanée à créer à créer une marque sur les parties superficielles du corps humain dans un but esthétique. L Afssaps qui est chargé de la sécurité d emploi de ces produits depuis août 2004, a mis en place un système national spécifique de vigilance. Une fiche spécifique de déclaration d effet(s) 4

5 indésirable(s) consécutif(s) à la réalisation d un tatouage a ainsi été élaborée et elle est désormais disponible sur le site internet de l Agence. La vigilance en radiothérapie : dépend de l autorité de sureté nationale/ elle couvre 3 aspects de la radiothérapie : prescription médicale, application du ttt, fonctionnement et la maintenance des machines. Les différents circuits de signalement : Les fiches de déclaration : - Sur le site de l AFSSAPS (agence française de sécurité sanitaire et des produits de santé) Fiches de déclaration type par vigilance exemple : Hémovigilance Fiche de déclaration d erreur médicamenteuse - Création le 07 juillet 2011 de Vigie radiothérapie par l ASN et l AFSSAPS pour déclarer les EI en radiothérapie : Incident ou accident par exposition aux rayons ionisants Incident ou risque d incident grave de matériovigilance mettant en cause un dispositif médical de radiothérapie La haute autorité de santé (HAS) - Structurer le fonctionnement du système de soins - Éprouver la qualité des démarches d évaluation des pratiques et de certification - Création par la Loi n V. Dispositif de sécurité sanitaire 1. L identitovigilance = Système de surveillance et de préventions des erreurs et risque liés à l identification des patients Objectif : fiabiliser l identification du patient et les documents pour contribuer à la qualité de prise en charge du patient tout au long du séjour et pour chaque séjour Pour éviter : -ttt au mauvais patient -erreur d administration de médicament -intervention chirurgicale avec fiche d anesthésie erronée -erreur d intervention / erreur de côté opéré -diagnostics inversées 5

6 Actions de réduction du risque N d identification patient unique Critères d identification obligatoires: Nom, prénom, DDN, sexe, nom marital Étiquettes patient unique dans l établissement Bracelet Code barre Procédure hémovigilance Procédure GBE - Mis en place pour répondre à : - La complexité croissante des menaces sanitaires - Aux interrogations des scientifiques - Aux demandes des citoyens d un droit à la santé, à la sécurité et à l information - Missions : anticiper, surveiller, alerter, agir, évaluer - Le dispositif dépend du ministère de la santé : contrôle de la sécurité sanitaire des produits destinés à l homme L InVS a crée la veille sanitaire L AFFSaPAS/AFSSA : contrôle des produits de santé et des aliments Ordonnance JUPPER (ANES) : évaluation des actes professionnels ASN : autorité de sureté nationale VI. Gestions des risques à postériori Fondement juridique des risques : - Année 1950 aux USA : volonté de réduire la mise en cause de la responsabilité des professionnels et le coût des assurances - Année 1980 en France : l affaire du sang contaminé et la vache folle mettent en évidence les failles du système de sécurité sanitaire à Objectif : traiter les causes profondes des risques Une règlementation en construction : : loi relative aux droits des malades : circulaire sur la définition d une politique globale de gestion des risques : loi HPST : décret gestion des risques : définit les risques liés aux activités de soins Notion de danger : - Ce qui peut compromettre la sécurité ou l existence de quelqu un ou de quelque chose. - Le danger est la situation ou l état qui menace l intégrité physique des personnes. - Il y a danger ou nuisance quand un matériel, une activité, une organisation, un environnement est capable de provoquer un dommage immédiat ou différé. Notion de risque : - Situation non souhaitée ayant des conséquences négatives résultant de la survenue d un ou plus évènement dont l occurrence est incertaine : tout événement redouté qui réduit l espérance de gain et/ou d efficacité dans une activité humaine. Le risque est lié au contexte de situation 6

7 - 2 enquêtes nationales qui ont aboutit aux mêmes conclusions : pas d avancé sur les évènements indésirables, les facteurs principaux étant la défaillance humaine d un professionnel et la supervision insuffisante des collaborateurs, mais également une communication insuffisante entre les professionnels. Typologie des erreurs humaines : - Action non intentionnelle : -Défaillance attentionnelle : intrusion, omission, inversion, désordre -Défaillance de la mémoire : omission d action - Action intentionnelle : -Faute : mauvaise application d une règle, application d une mauvaise règle, faute basée sur les connaissances déclaratives -Violation : routinière, exceptionnelle, actes de sabotage J. REASON (sociologue) identifie 3 types de problèmes : -Les erreurs qui peuvent être évitées par une meilleure maitrise de l environnement -Les bonnes pratiques qui évoluent en permanence -Le travail en équipe, qui multiplie les interfaces et ainsi accroit le risque d erreur Notion de barrière : obstacle, obstruction ou gêne afin de prévenir l exécution d une action ou l occurrence d un événement. Protéger et/ou limiter des conséquences néfastes Une barrière diminue le risque en diminuant l occurrence et la gravité L indentification des risques À priori A postériori 7

8 Les outils Identifications des défaillances : Observation Revue de dossier Signalement (par les professionnels, par les patients, basés sur les traces Typologie des causes : Facteurs individuels Facteurs liés à l équipe Facteurs liés aux tâches Facteurs liés au contexte institutionnel Autre méthode : Revue de mortalité morbidité (RMM) C est une analyse collective, rétrospective et systémique de cas marqué par la survenue d un décès, d une complication ou d un évènement qui aurait pu causer un dommage au patient, qui a pour objectif la mise en œuvre et le suivi d action pour améliorer la prise en charge des patients et la sécurité des soins Les évènements susceptibles d être analysés : -Complications iatrogènes -Accidents thérapeutiques 8

9 -Infections nosocomiales -Hospitalisation en réanimation -Ré-hospitalisation non programmées 9

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES SECTION 1 : Le comité de pilotage, de la qualité et de la certification 1. Composition Le comité

Plus en détail

Gestion des risques Vigilances sanitaires

Gestion des risques Vigilances sanitaires Gestion des risques Vigilances sanitaires Dr François L Hériteau Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales Paris-Nord Le risque Un DANGER, plus ou moins prévisible Ne pas confondre:

Plus en détail

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT Progrès en Urologie (2005), 15 1000-1004 Chapitre IV La matériovigilance Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT paul.meria@sls.ap-hop-paris.fr - jean-louis.pariente@chu-bordeaux.fr - pierre.conort@psl.ap-hop-paris.fr

Plus en détail

Gestion des risques Vigilances sanitaires

Gestion des risques Vigilances sanitaires Gestion des risques Vigilances sanitaires Dr François L Hériteau Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales Paris-Nord Le risque Un DANGER, plus ou moins prévisible Ne pas confondre:

Plus en détail

COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES

COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES 1/8 CENTRE HOSPITALIER INTERCOMMUNAL AMBOISE ~ CHÂTEAU-RENAULT Rue des Ursulines B.P. 329 37403 AMBOISE Cedex COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES REGLEMENT INTERIEUR 2/8 TEXTES

Plus en détail

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Adopté par : Code : CD-176-2008 Page 1 de 6 Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Comité de direction Adopté le : 2008-10-07 Entré en vigueur le : 2008-10-07 Révisé le : Document(s) remplacé(s)

Plus en détail

Analyse des risques a priori

Analyse des risques a priori Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Analyse des risques a priori Elisabeth Laprugne-Garcia Cadre supérieur de santé en hygiène CClin Sud-Est

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

Marquage CE et dispositifs médicaux

Marquage CE et dispositifs médicaux Marquage CE et dispositifs médicaux Références officielles Trois principales directives européennes réglementent la mise sur le marché et la mise en service des dispositifs médicaux : la directive 90/385/CEE

Plus en détail

Bilan de la démarche. de certification V 2010. Haute-Normandie

Bilan de la démarche. de certification V 2010. Haute-Normandie Bilan de la démarche de certification V 2010 Haute-Normandie Juin 2013 La certification V 2010 en Haute Normandie Bilan au 1 er juin 2013 Etat d avancement de la démarche Au 1 er juin 2013, 69 établissements

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL Anne Marie LANUSSE Éducatrice Spécialisée à l ADAPEI des Pyrénées Atlantiques INTERVENTION A LA 3ème JOURNEE SCIENTIFIQUE DE REZOPAU LES OBJECTIFS Mener

Plus en détail

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Programme de développement professionnel continu Date : juin 2013 Comité de Coordination de l Evaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

Articulation hygiène et gestion des risques

Articulation hygiène et gestion des risques Articulation hygiène et gestion des risques Prévention du risque infectieux et gestion des risques Marie-Françoise DUMAY SFHH SIIHH 5 juin 2008 Politique nationale (1) DHOS - DGS Recommandations : mise

Plus en détail

par Bernard Estivals

par Bernard Estivals Fiches de médecine nucléaire n 6-1- Médecine nucléaire par Bernard Estivals Fiche n 6 : La démarche de gestion des risques dans les établissements de santé Largement initiée dans l industrie (nucléaire,

Plus en détail

Réduire les risques en santé

Réduire les risques en santé Réduire les risques en santé «Mieux vaut penser le changement que changer le pansement» Marie-Françoise Dumay, Garménick Leblanc, Marc Moulaire, Gilbert Mounier 1 Définition du risque «Possibilité de dommage»

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES. 1.

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES. 1. TITRE : POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES 1. Préambule La politique et procédure de déclaration d un incident ou d un accident

Plus en détail

AVIS 16 novembre 2011

AVIS 16 novembre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 16 novembre 2011 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 31 décembre 2006 (JO du 28 février 2008) POLERY ADULTES, sirop Flacon

Plus en détail

Charte de déontologie. Janvier 2004

Charte de déontologie. Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 1 Indépendance de jugement < Compétence < Adaptation des moyens Transparence < Qualité scientifique et technique < Devoir d information

Plus en détail

Qu est ce que l identitovigilance dans un établissement de santé?

Qu est ce que l identitovigilance dans un établissement de santé? Qu est ce que l identitovigilance dans un établissement de santé? P.FRESSY, Cellule Qualité, Vigilances et Gestion des risques liés aux soins, ARS d Auvergne Ambert 2011 L identitovigilance? De quoi parlons

Plus en détail

Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble.

Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble. 1 Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble. Une expérience de gestion intégrée de la qualité et des risques sanitaires. P François, MR Mallaret, J Shum, V Danel. PFrancois@chu-grenoble.fr

Plus en détail

CHAPITRE V: LA QUALITÉ DE VIE

CHAPITRE V: LA QUALITÉ DE VIE CHAPITRE V: LA QUALITÉ DE VIE SECTION 5.3: LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL POLITIQUE INSTITUTIONNELLE RELATIVE À LA SANTÉ ET LA PAGE: 1 CHAPITRE: V Adoptée : CAD-7600 (26 08 03) ÉNONCÉ Assurer à la

Plus en détail

LA E-PRESCRIPTION UNE INFORMATION PARTAGÉE PLATEFORME E-SANTÉ LUXEMBOURG 7 RENCONTRE DES BONNES PRATIQUES 23 OCTOBRE 2013

LA E-PRESCRIPTION UNE INFORMATION PARTAGÉE PLATEFORME E-SANTÉ LUXEMBOURG 7 RENCONTRE DES BONNES PRATIQUES 23 OCTOBRE 2013 LA E-PRESCRIPTION UNE INFORMATION PARTAGÉE PLATEFORME E-SANTÉ LUXEMBOURG 7 RENCONTRE DES BONNES PRATIQUES 23 OCTOBRE 2013 2 SOMMAIRE LA E-PRESCRIPTION 1 2 3 Présentation de l Agence esanté Luxembourg La

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.)

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) Introduction L aboutissement à un usage rationnel des médicaments est le résultat d un programme exécuté par une chaîne

Plus en détail

PS : SECURITE DU PATIENT & GESTION DES RISQUES

PS : SECURITE DU PATIENT & GESTION DES RISQUES PS : SECURITE DU PATIENT & GESTION DES RISQUES NOMBRE DE REFERENCES : 12 NOMBRES DE PAGES : 5 LIGNES DIRECTRICES La sécurité du patient est devenue une priorité des politiques des systèmes de santé. Une

Plus en détail

L ORGANISATION DE LA SECURITE LORS DE LA PREPARATION DES TRAVAUX

L ORGANISATION DE LA SECURITE LORS DE LA PREPARATION DES TRAVAUX L ORGANISATION DE LA SECURITE LORS DE LA PREPARATION DES TRAVAUX AIDE-MEMOIRE AVANT PROPOS Cet aide-mémoire se veut avant tout un outil pratique d information et de sensibilisation. Il est le fruit d une

Plus en détail

ZARIFI ZARIFI GESTION. Politique de Gestion des Conflits d intérêts. Société de Gestion de Portefeuille. Entreprise d Investissement

ZARIFI ZARIFI GESTION. Politique de Gestion des Conflits d intérêts. Société de Gestion de Portefeuille. Entreprise d Investissement ZARIFI Entreprise d Investissement ZARIFI GESTION Société de Gestion de Portefeuille Politique de Gestion des Conflits d intérêts Préambule Zarifi Entreprise d'investissement est une entreprise d investissement

Plus en détail

Annexe III. Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit

Annexe III. Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit Annexe III Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit Remarque : Ces modifications des rubriques concernées du Résumé des caractéristiques du produit et de la notice sont

Plus en détail

Les Assises du Médicament MAI 2011

Les Assises du Médicament MAI 2011 Propositions Pour Les Assises du Médicament MAI 2011 1 OBJECTIFS Être force de proposition pour la consolidation du statut de Visiteur Médical (VM) Informer le grand public des missions du VM. 2 Visite

Plus en détail

Risques et dispositifs médicaux. «Responsabilités encourues» Isabelle Lucas-Baloup. 12, 13 et 14 octobre 2010

Risques et dispositifs médicaux. «Responsabilités encourues» Isabelle Lucas-Baloup. 12, 13 et 14 octobre 2010 Risques et dispositifs médicaux «Responsabilités encourues» 1 Le circuit du dispositif médical Responsabilité D.M. approche systématique approche du produit implique analyse des missions et responsabilités

Plus en détail

«Les droits et devoirs du personnel de bloc opératoire»

«Les droits et devoirs du personnel de bloc opératoire» «Les droits et devoirs du personnel de bloc opératoire» Sabrina Burgat, Avocate, collaboratrice à l institut de droit de la santé, Neuchâtel - 1 - Plan de l exposé 1. Introduction 2. Le personnel du bloc

Plus en détail

Fiche de jurisprudence Responsabilité pénale TGI PARIS, 3 septembre 2003 Hôpital TROUSSEAU

Fiche de jurisprudence Responsabilité pénale TGI PARIS, 3 septembre 2003 Hôpital TROUSSEAU Fiche de jurisprudence Responsabilité pénale TGI PARIS, 3 septembre 2003 Hôpital TROUSSEAU FAITS Un enfant est hospitalisé, suite à des vomissements répétés, une intolérance alimentaire et une forte déshydratation.

Plus en détail

Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème identito-vigilance. Il est prévu que les différents

Plus en détail

Responsabilité civile et pénale de l instituteur

Responsabilité civile et pénale de l instituteur Responsabilité civile et pénale de l instituteur 1 Responsabilité civile et pénale de l instituteur Le terme instituteur désigne toute personne mandatée ou agréée par l administration pour assurer un enseignement

Plus en détail

Le médecin et les assurances

Le médecin et les assurances «Le rôle du médecin, hier, aujourd hui et demain» Présentation par Yves Robert, M.D. M.Sc. Secrétaire Dans le cadre du midi-conférence de l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux Décembre

Plus en détail

FORMATION INITIALE DES MEMBRES DU CHSCT (Établissements de moins de 300 salariés)

FORMATION INITIALE DES MEMBRES DU CHSCT (Établissements de moins de 300 salariés) FORMATION INITIALE DES MEMBRES DU CHSCT (Établissements de moins de 300 salariés) Préambule Le Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) s'impose de plus en plus comme un acteur

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale Cette fiche est consacrée au «Document Unique». Le Document Unique d évaluation des risques professionnels est : le premier outil de gestion des

Plus en détail

Service Prévention et Sécurité CNRS DR18

Service Prévention et Sécurité CNRS DR18 Service Prévention et Sécurité CNRS DR18 Fiche de lecture : Loi n 2010-751 du 05/07/2010 relative à la rénovation du dialogue social et comportant diverses dispositions relatives à la fonction publique

Plus en détail

RESPONSABILITE MEDICALE en endoscopie digestive. Quelques principes fondamentaux

RESPONSABILITE MEDICALE en endoscopie digestive. Quelques principes fondamentaux RESPONSABILITE MEDICALE en endoscopie digestive Quelques principes fondamentaux Encadrement législatif et réglementaire Droit européen Droit français : La Loi (votée par les assemblées) Code pénal -code

Plus en détail

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Dossier de presse AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Contact presse Lauranne Cournault 03 80 41 99 94 lauranne.cournault@ars.sante.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE La télémédecine au service

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE

EDUCATION THERAPEUTIQUE EDUCATION THERAPEUTIQUE Qu est ce que la santé? Définition OMS 1948: absence de maladie et bien être physique mental et social complet Définition refusée par le ministère de la santé 13 millions de malades

Plus en détail

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème Safe. Il est prévu que les différents partenaires de l

Plus en détail

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI)

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL SP AFI/08-WP/45 17/10/08 RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Durban (Afrique du Sud), 24

Plus en détail

IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA

IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA Dominique Combarnous (CSS) Dr Alain Lepape, Réanimation Nord Centre Hospitalier Lyon Sud JLPR 2006 Introduction - Notion

Plus en détail

Evaluation globale de la démarche de gestion des risques en établissement de santé

Evaluation globale de la démarche de gestion des risques en établissement de santé Evaluation globale de la démarche de gestion des risques en établissement de santé Journées APHAL 24 Avril 2012 Un contexte complexe : 55 domaines de risques Sécurité d utilisation des produits et vigilance

Plus en détail

Il s agit du Trouble avec Déficit Attentionnel et/ou Hyperactivité impulsivité (TDAH).

Il s agit du Trouble avec Déficit Attentionnel et/ou Hyperactivité impulsivité (TDAH). L hyperactivité se définit comme un trouble comportemental reconnu (cf rapport du Parlement Européen 2002) et répondant à des critères diagnostiques précis selon le DSM IV ou la CIM 10. Il s agit du Trouble

Plus en détail

Financement des formations à la sécurité

Financement des formations à la sécurité Financement des formations à la sécurité Il existe de nombreux contentieux, soit avec l administration, soit avec des OPCA, sur la question du financement des formations à la sécurité. La présente note

Plus en détail

Commission spéciale de prévention

Commission spéciale de prévention Commission spéciale de prévention La prévention des risques professionnels peut-elle être proposée d une certaine façon comme un modèle pour la prévention en santé publique? France La prévention des risques

Plus en détail

La surveillance de la thérapie médicamenteuse Jusqu où va la responsabilité professionnelle? MÉNARD, MARTIN, AVOCATS Par M e Jean-Pierre Ménard

La surveillance de la thérapie médicamenteuse Jusqu où va la responsabilité professionnelle? MÉNARD, MARTIN, AVOCATS Par M e Jean-Pierre Ménard La surveillance de la thérapie médicamenteuse Jusqu où va la responsabilité professionnelle? MÉNARD, MARTIN, AVOCATS Par M e Jean-Pierre Ménard PLAN DE LA PRÉSENTATION Les conditions de la responsabilité

Plus en détail

Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH

Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH Missions, nouvelles missions, nouveaux rôles du pharmacien

Plus en détail

Situation dans le secteur des assurances au Grand-Duché du Luxembourg

Situation dans le secteur des assurances au Grand-Duché du Luxembourg La DIRECTIVE 2004/113/CE DU CONSEIL du 13 décembre 2004 mettant en oeuvre le principe de l égalité de traitement entre les femmes et les hommes dans l accès à des biens et services et la fourniture de

Plus en détail

Depuis 1974, année de parution de la première Charte du patient hospitalisé, des textes se sont multipliés pour définir les droits et les devoirs des

Depuis 1974, année de parution de la première Charte du patient hospitalisé, des textes se sont multipliés pour définir les droits et les devoirs des Depuis 1974, année de parution de la première Charte du patient hospitalisé, des textes se sont multipliés pour définir les droits et les devoirs des patients. Ces textes s efforcent : d accompagner l

Plus en détail

S.E.G.P.A. CONVENTION DE STAGE D APPLICATION

S.E.G.P.A. CONVENTION DE STAGE D APPLICATION S.E.G.P.A. CONVENTION DE STAGE D APPLICATION PRÉNOM, NOM DE L ÉLÈVE DATE DE NAISSANCE ADRESSE RESPONSABLE LÉGAL Il a été convenu ce qui suit, en application des dispositions du Décret N 2003-812 du 26-8-2003,

Plus en détail

Renseignements généraux

Renseignements généraux ANNEXE XIV ARTICLE 6 DE LA LISTE DES MÉDICAMENTS Règlement modifiant le Règlement concernant la Liste des médicaments couverts par le régime général d assurance médicaments Loi sur l assurance médicaments

Plus en détail

ICI VOUS ÊTES QUELQU'UN CENTRE HOSPITALIER DE CORNOUAILLE "VOTRE IDENTITÉ C EST VOTRE SÉCURITÉ"

ICI VOUS ÊTES QUELQU'UN CENTRE HOSPITALIER DE CORNOUAILLE VOTRE IDENTITÉ C EST VOTRE SÉCURITÉ ICI VOUS ÊTES QUELQU'UN CENTRE HOSPITALIER DE CORNOUAILLE "VOTRE IDENTITÉ C EST VOTRE SÉCURITÉ" ICI VOUS ÊTES ICI VOUS ÊTES VOUS ÊTES UNIQUE UNIQUE < L espérance de vie augmente régulièrement. Cela est

Plus en détail

INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE. SBrosse FEMS

INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE. SBrosse FEMS INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE SBrosse FEMS PLAN 1.DEFINITION DU RISQUE EN ES 2.HISTORIQUE DE LA DEMARCHE DE GESTION DES RISQUES 3.ENJEUX SBrosse FEMS LE RISQUE La

Plus en détail

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ PLAN Préambule Historique de la démarche Cartographie Organigramme Situation actuelle Constat Préambule OVE comprend : Un secteur social Un secteur médico-social

Plus en détail

La matériovigilance. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 01/07/11. - Support de Cours (Version PDF) -

La matériovigilance. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 01/07/11. - Support de Cours (Version PDF) - La matériovigilance Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 01/07/11 1/26 Table des matières SPECIFIQUES :... 2 I La sécurité sanitaire en France... 4 I.1 La notion de sécurité

Plus en détail

Diaporama. présentation de la réforme

Diaporama. présentation de la réforme Diaporama présentation de la réforme Sommaire 1. Les réflexions qui ont précédé la réforme 2. Les textes de la réforme 3. Les objectifs de la réforme 3.1 Clarifier le rôle de l urbanisme 3.2 Améliorer

Plus en détail

PHARMACIENS, VOUS ÊTES DISTRIBUTEURS DE PRODUITS COSMÉTIQUES : FAITES LE POINT SUR VOS OBLIGATIONS!

PHARMACIENS, VOUS ÊTES DISTRIBUTEURS DE PRODUITS COSMÉTIQUES : FAITES LE POINT SUR VOS OBLIGATIONS! PHARMACIENS, VOUS ÊTES DISTRIBUTEURS DE PRODUITS COSMÉTIQUES : FAITES LE POINT SUR VOS OBLIGATIONS! Le nouveau Règlement européen (CE) n 1223/2009 relatif aux produits cosmétiques reprend l ensemble des

Plus en détail

DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS. Direction de l évaluation et de l assurance de la qualité Comité de direction

DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS. Direction de l évaluation et de l assurance de la qualité Comité de direction REGLE REG-DEAQ-01 DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation et de l assurance de la qualité Comité de direction DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2005/11/10 DATE

Plus en détail

LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES

LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES Le législateur exige de l employeur qu il évalue les risques auxquels sont soumis les salariés, alors même qu aucun accident du travail ne s est produit et qu

Plus en détail

Résidences étudiantes

Résidences étudiantes SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Résidences étudiantes Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Comment gérer les activités festives dans nos résidences? Comment gérer les nuisances autour? Quelles solutions

Plus en détail

Politique relative à la gestion des risques

Politique relative à la gestion des risques SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique relative à la gestion des risques Adoption Instance/Autorité Date Résolution Conseil d administration 8 décembre 2014 380-CA-5766

Plus en détail

L impact d un incident de sécurité pour le citoyen et l entreprise

L impact d un incident de sécurité pour le citoyen et l entreprise L impact d un incident de sécurité pour le citoyen et l entreprise M e Jean Chartier Président Carrefour de l industrie de la sécurité 21 octobre 2013 - La Malbaie (Québec) Présentation générale La Commission

Plus en détail

Notion de risques professionnels chez les soignants AP 1314 MOD 6

Notion de risques professionnels chez les soignants AP 1314 MOD 6 Notion de risques professionnels chez les soignants AP 1314 MOD 6 1 Risques infectieux ++++ Risques chimiques, allergiques. Risques physiques : TMS (cf.mod 4) Risques psychiques : charge mentale, charge

Plus en détail

L évaluation du personnel

L évaluation du personnel Convention sectorielle 2005-2006 Pacte pour une fonction publique locale et provinciale solide et solidaire Formation du personnel des pouvoirs locaux et provinciaux L évaluation du personnel Ann LENAERTS

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS Nom : Politique de gestion des conflits d intérêts Création : 21 février 2008 Mise à jour : 26/ Février 2008 Mise à jour : 21 Octobre 2009 Mise à jour : 22

Plus en détail

La gestion des risques dans les établissements de soins

La gestion des risques dans les établissements de soins La gestion des risques dans les établissements de soins Forum des Usagers 01/03/2010 Dr Agnès PERRIN Sce de Gestion du Risque Infectieux et des Vigilances CHRU de LILLE Débuts de la gestion des risques

Plus en détail

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse الجمهوريةالجزائريةالديمقراطيةالشعبية REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE وزارةالصحة, السكانوإصالحالمستشفيات MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE DIRECTION GENERALE

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE

CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE Responsabilité de chacun et sensibilisation de tous 1 - Tous les professionnels travaillant au contact

Plus en détail

Action nationale 2012 dans les mines et carrières : l intervention des entreprises extérieures

Action nationale 2012 dans les mines et carrières : l intervention des entreprises extérieures Action nationale 2012 dans les mines et carrières : l intervention des entreprises extérieures 1 Pourquoi le thème «entreprises extérieures»? Dans le comparatif RGIE/code du travail, il apparaît que les

Plus en détail

d éliminer les risques d accidents pour les membres de l équipage, le navire de pêche et l environnement marin.

d éliminer les risques d accidents pour les membres de l équipage, le navire de pêche et l environnement marin. SGS - Système officiel i institué par une entreprise dans le but de diminueri et d éliminer les risques d accidents pour les membres de l équipage, le navire de pêche et l environnement marin. - Un système

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-168

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-168 PARIS, le 29/11/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-168 OBJET : Régime social des contributions patronales finançant des prestations de prévoyance

Plus en détail

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Bertrice LOULIERE, coordonnateur OMEDIT ARS Aquitaine Journée Qualité et Sécurité des Soins dans les établissements de santé 30 septembre 2011

Plus en détail

Florent Vaubourdolle Vendredi 27 mai 2011

Florent Vaubourdolle Vendredi 27 mai 2011 STOCKAGE TRAÇABILITÉ PARTAGE ASPECTS JURIDIQUES Florent Vaubourdolle Vendredi 27 mai 2011 STOCKAGE TRAÇABILITÉ PARTAGE ASPECTS JURIDIQUES 1/ Quelles données? 2/ Problématiques juridiques vues par / pour

Plus en détail

Les donneurs bénévoles constituent un élément fondamental et précieux du système d approvisionnement en sang. Le donneur doit :

Les donneurs bénévoles constituent un élément fondamental et précieux du système d approvisionnement en sang. Le donneur doit : 1 : DU DONNEUR AU RECEVEUR UN OUVRAGE SUR L ACTIVITÉ TRANSFUSIONNELLE AU CANADA Robert Barr et Ted Alport Le système canadien d approvisionnement en sang est complexe, solidement intégré et rigoureusement

Plus en détail

Programme National pour la Sécurité des Patients

Programme National pour la Sécurité des Patients Programme National pour la Sécurité des Patients Isabelle Martin Marie-France Angelini Tibert Cellule de coordination des vigilances et des risques liés aux soins Nathalie Lugagne Delpon responsable pôle

Plus en détail

GRILLE GENERIQUE D INVESTIGATION PAR AUDIT PROCESSUS

GRILLE GENERIQUE D INVESTIGATION PAR AUDIT PROCESSUS Méthode de visite Réalisation d un audit de processus dans le cadre des visites de certification des établissements de santé GRILLE GENERIQUE D INVESTIGATION PAR AUDIT PROCESSUS Définitions Processus :

Plus en détail

EPP : quelle mise en œuvre pour les professionnels de santé autres que médecins? Ensemble, améliorons la qualité en santé 1

EPP : quelle mise en œuvre pour les professionnels de santé autres que médecins? Ensemble, améliorons la qualité en santé 1 EPP : quelle mise en œuvre pour les professionnels de santé autres que médecins? Ensemble, améliorons la qualité en santé 1 EPP : Quelle mise en œuvre pour les pharmaciens? 2 Sylvère QUILLEROU Membre du

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Les CAP français en 2009 Réponse téléphonique Toxicovigilance Flesch Françoise QU EST CE QU UN CENTRE ANTIPOISON Art D.711-9-1 1 (Décret

Plus en détail

LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS

LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS Pr. R. X. PERRIN COTONOU Objectifs d Apprentissage

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 37 - Texte adopté par l Assemblée nationale. Textes en vigueur. Texte du projet de loi. Propositions de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 37 - Texte adopté par l Assemblée nationale. Textes en vigueur. Texte du projet de loi. Propositions de la commission - 37 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi relatif à l accès au crédit des personnes présentant un risque aggravé de santé Projet de loi relatif à l accès au crédit des personnes présentant un risque aggravé

Plus en détail

Comité de bioéthique 18 novembre 2014

Comité de bioéthique 18 novembre 2014 Le projet de loi 52 - Loi concernant les soins de fin de vie: bref survol et réflexion éthique Comité de bioéthique 18 novembre 2014 M e Annie Tremblay Annie.tremblay@clcw.ca 1 Loi sanctionnée le 10 juin

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION DU COMITÉ DE GESTION DE LA TAXE SCOLAIRE DE L ÎLE DE MONTRÉAL (Adoptée le 16 décembre 2004 par la résolution 19 par le Comité de gestion de la taxe scolaire de l île de Montréal)

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE Septembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT

Plus en détail

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles POLITIQUE SUR LA DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS GASPÉ, LE 30 AVRIL 2004 1. PRÉAMBULE : Dans le cadre des dispositions prévues à la Loi (L.Q. 2002, ch. 71, art.

Plus en détail

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 2 1- OBJECTIFS -INSPECTEUR HSE L inspecteur HSE est avant tout un technicien HSE mais il est formé aux multiples tâches d inspections : Vérifier la conformité dans l exécution

Plus en détail

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 - SUPERVISEUR HSE - 1- OBJECTIFS Donner une formation HSE d un niveau de supervision et notamment : Aider à la définition de la politique et des objectifs HSE. Comprendre

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

LA SECURITE TRANSFUSIONNELLE LE CADRE LEGAL HEMOVIGILANCE DOSSIER TRANSFUSIONNEL LES EXAMENS IMMUNOHEMATOLOGIQUES RECEPTION

LA SECURITE TRANSFUSIONNELLE LE CADRE LEGAL HEMOVIGILANCE DOSSIER TRANSFUSIONNEL LES EXAMENS IMMUNOHEMATOLOGIQUES RECEPTION LA SECURITE TRANSFUSIONNELLE LE CADRE LEGAL HEMOVIGILANCE DOSSIER TRANSFUSIONNEL LES EXAMENS IMMUNOHEMATOLOGIQUES RECEPTION Être responsable Se reconnaître auteur incontestable de ses actes et en assumer

Plus en détail

Étude ESPRIT Etude nationale en Soins PRImaires sur les événements indésirables

Étude ESPRIT Etude nationale en Soins PRImaires sur les événements indésirables Étude ESPRIT Etude nationale en Soins PRImaires sur les événements indésirables Ph Michel (HCL, Lyon), au nom du CCECQA (Bordeaux) Responsable des études ESPRIT, EVISA, ENEIS 2004, ENEIS 2009 et le groupe

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

ANNEXE I. Charte du patient

ANNEXE I. Charte du patient ANNEXE I Charte du patient Premièrement Principes généraux 1- Toute personne a droit à la protection de sa santé dans les meilleures conditions possibles, sans discrimination en raison de sa religion,

Plus en détail

Normes d audit internes (Exercices + corrigés)

Normes d audit internes (Exercices + corrigés) A Exercices Normes d audit internes (Exercices + corrigés) 1 Le comité d audit est le plus susceptible de participer à l approbation A Des promotions et augmentations de salaire des auditeurs B Des observations

Plus en détail