Les infractions à l OIBT

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les infractions à l OIBT"

Transcription

1 3 et 8 novembre 2011

2 Sommaire Principales bases légales - Loi sur les installations électriques (LIE, RS 734.0) - Ordonnance sur les installations à basse tension (OIBT, RS ) - Rapport de sécurité - Autorisation d installer - Autorisation de contrôler - Dispositions pénales - Loi sur le droit pénal administratif (DPA, RS 313.0) - Procédure pénale administrative Infractions à l OIBT: exemples tirés de la pratique Aperçu statistique Conclusions 2

3 Bases légales: LIE et OIBT Loi fédérale du 24 juin 1902 concernant les installations électriques à faible et à fort courant (loi sur les installations électriques, LIE ; RS 734.0) Le Conseil fédéral édicte des prescriptions en vue de prévenir les dangers et dommages causés par les installations à fort et à faible courant. Il règle l établissement et l entretien des installations à faible et à fort courant (art. 3 LIE). Ordonnance du 7 novembre 2001 sur les installations électriques à basse tension (ordonnance sur les installations à basse tension, OIBT ; RS ) L ordonnance règle les conditions applicables aux interventions sur des installations électriques à basse tension et le contrôle de ces installations (art. 1 OIBT). 3

4 Les infractions à l OIBT Bases légales: rapport de sécurité (1) Obligations du propriétaire d une installation électrique (art. 5 OIBT) Le propriétaire ou un représentant désigné par lui veille à ce que l installation électrique réponde en tout temps aux exigences fondamentales concernant la sécurité et la lutte contre les perturbations. Il est tenu de faire réparer les défauts sans retards et doit, sur demande, présenter un rapport de sécurité. Rapport de sécurité Le RS apporte la preuve que l installation a été contrôlée et qu elle répond aux exigences fondamentales concernant la sécurité et la lutte contre les perturbations. Le propriétaire reçoit le RS: - pour les nouvelles installations: lors de la remise, ou après le contrôle de réception (période de contrôle < 20 ans); - lors du contrôle périodique: après suppression des défauts. 4

5 Les infractions à l OIBT Bases légales: rapport de sécurité (2) Contrôle périodique (art. 36 et annexe 2 lit. d OIBT) Rôle des exploitants de réseaux: six mois au moins avant l expiration d une période de contrôle, les exploitants de réseaux invitent par écrit les propriétaires des installations qu ils alimentent à présenter un RS; le délai peut être prorogé d une année, au plus, après l expiration de la période de contrôle. Rôle de l ESTI: si le rapport de sécurité n est pas présenté dans le délai malgré deux rappels, l exploitant de réseau confie l exécution du contrôle périodique à l ESTI; l ESTI adresse un premier rappel au propriétaire suivi le cas échéant d une décision exigeant qu il transmette le RS dans un délai donné. Conséquences pénales en cas de non respect (cf. art. 56 LIE) Le non respect de la décision de l ESTI est passible d une amende jusqu à 5000 francs. 5

6 Bases légales: autorisation d installer (1) Travaux soumis à autorisation: principe (art. 6 OIBT) Celui qui établit, modifie ou entretient des installations électriques et celui qui veut y raccorder à demeure des matériels électriques fixes ou qui débranche, modifie ou entretient de tels raccordements doit être titulaire d une autorisation d installer accordée par l ESTI. Installations électriques au sens de l OIBT: l ordonnance s applique aux Installations électriques alimentées en courant fort, exploitées sous une tension n excédant pas 1000 V en courant alternatif ou 1500 V en courant continu, ou exploitées sous haute tension (art. 1 al. 2 OIBT). Les installations électriques sont définies à l art. 2 OIBT. Exceptions - Chemins de fer, éclairage publique (art. 1 al. 5 OIBT) - Travaux d installation sans autorisation (art. 16 OIBT) 6

7 Bases légales: autorisation d installer (2) Rappel: changement de pratique (conduits électriques) Ne sont plus soumis à autorisation au sens de l OIBT: - le creusage de rainures et de gorges (= travaux de maçonnerie); - la pose de conduits vides et le montage de boîtes encastrables (sauf le tirage de fils et de câbles); - le montage de chemins de câbles (sauf le tirage de fils ou de câbles). Documentation complémentaire: 7

8 Bases légales: autorisation d installer (3) Rappel: types d autorisations d installer L autorisation générale d installer est octroyée par l ESTI: - aux personnes physiques, à condition qu elles soient du métier et offrent toute garantie qu elles se conformeront aux prescriptions de l OIBT (art. 7 OIBT). - aux entreprises qui occupent une personne du métier, intégrée de telle sorte qu elle puisse surveiller efficacement les travaux d installation (responsable technique) et offrent toute garantie qu elles se conformeront aux prescriptions de l OIBT (art. 9 OIBT). Autorisations d installer limitées (art. 12 OIBT) pour: - travaux à l intérieur de l entreprise (art. 13 OIBT) - travaux sur des installations spéciales (art. 14 OIBT) - raccordement de matériels électriques (art. 15 OIBT) 8

9 Bases légales: autorisation d installer (4) Obligations découlant de l autorisation générale d installer Respecter les prescriptions de l OIBT, en particulier: - Règles techniques reconnues et exigences fondamentales concernant la sécurité (art. 3 OIBT) - Avis d installation (art. 23 OIBT) - Première vérification, contrôle final et établissement du rapport de sécurité (art. 24 et 37 OIBT) - Autorisation intransmissible (art. 18 OIBT) - Organisation de l entreprise: - Taux d occupation du responsable technique est fonction de la charge de travail/du nombre des collaborateurs (art. 9 OIBT) - Exécution des travaux par les collaborateurs (art. 10 OIBT) - Surveillance des collaborateurs et contrôles réguliers des travaux (art. 10 OIBT) - Sécurité au travail (art. 22 OIBT) - Devoir d annoncer (art. 19 OIBT) 9

10 Bases légales: autorisation de contrôler (1) Principe de l autorisation de contrôler obligatoire (art. 26 al. 2) L autorisation de l Inspection est nécessaire pour les organes de contrôle indépendants et pour les organismes d inspection accrédités (art. 26 al. 2 OIBT). Rappel: condition de l octroi par l ESTI de l autorisation de contrôler aux personnes physiques et aux personnes morales (art. 27 OIBT): - être du métier ou avoir réussi l examen professionnel; - niveau de formation = état le plus récent de la technique, perfectionnement; - directives internes à jour; - appareils de mesure appropriés, calibrés et disponibles; - pour les entreprises: - exécution des contrôles par le personnel de contrôle; - personnel de contrôle = personnes du métier ou ayant réussi l examen professionnel. 10

11 Bases légales: autorisation de contrôler (2) Compétences et tâches des organes de contrôle (art. 32 OIBT) Les organes de contrôle indépendants et les organismes d inspection accrédités effectuent des contrôles techniques sur mandat des propriétaires d installation électriques et établissent les rapports de sécurité correspondants. Les compétences en matière de contrôle des installations électriques sont définies dans l annexe OIBT: - organes de contrôle indépendants: cf. annexe 2 OIBT - organismes d inspection accrédités: cf. annexe 1 OIBT (Exploitants de réseaux: cf. art. 33 OIBT) (ESTI: cf. art. 34 OIBT) 11

12 Bases légales: autorisation de contrôler (3) Obligations découlant de l autorisation de contrôler Respecter les prescriptions de l OIBT, en particulier: - Règles techniques reconnues et exigences fondamentales concernant la sécurité (art. 3 OIBT) - Niveau de formation professionnel = état le plus récent de la technique, perfectionnement et formation continue (art. 27 OIBT) - Mise à jour des directives internes (art. 27 OIBT) - Calibrage et disponibilité des appareils de mesure (art. 27 OIBT) - Exécution des contrôles par le personnel de contrôle (entreprises) (art. 27 OIBT) - Indépendance des contrôles (art. 31 OIBT) - Mise hors tension en cas de danger imminent (art. 40 OIBT) - Devoir d annoncer (art. 28 OIBT) 12

13 Bases légales: autorisation de contrôler (4) Rappel: indépendance des contrôles (art. 31 OIBT) Celui qui a participé à la conception, à l exécution, à la modification ou à la remise en état d une installation ne peut pas effectuer le contrôle de réception, ni le contrôle périodique ni des contrôles sporadiques. Dans son jugement A-7688/2010 du 6 juin 2011, le Tribunal administratif fédéral à interprété cette disposition de manière stricte. Conséquences: - tout travail réalisé sur une installation électrique exclut que le contrôle indépendant puisse être réalisé par cette même personne; - cette interdiction n est pas limitée dans le temps (seule exception : lorsque l installation a été entièrement transformée par un tiers); - un rapport de sécurité manifestement établi en violation de l art. 31 OIBT doit être refusé par les exploitants de réseaux. Documentation complémentaire: pdf 13

14 Bases légales: dispositions pénales Art. 56 LIE Celui qui, en dépit d un avertissement et bien qu il ait été menacé de la peine prévue au présent article, ne se conforme pas à une disposition de la LIE ou d une ordonnance d exécution ou à une décision officielle fondée sur une telle disposition sera puni d une amende d ordre de 5000 francs au plus. Art. 42 OIBT Sera puni celui qui aura: - exécuté des travaux d installation sans posséder l autorisation requise; - exécuté des contrôles sans posséder l autorisation requise; - contrevenu aux obligations découlant d une autorisation. L art. 55 LIE stipule que les contraventions à l art. 42 OIBT seront punies d une amende jusqu à 100'000 francs en cas d infraction intentionnelle ou francs en cas d infraction par négligence. Rappel: Les condamnations emportant une amende supérieure à 5000 francs sont inscrites au casier judiciaire. Les disposition spéciales du code pénal (p.ex. homicide par négligence, soustraction d énergie, dommages à la propriété, etc.) restent applicables. 14

15 Bases légales: procédure pénale administrative (1) Déroulement de la procédure: enquête de l OFEN Cf. loi fédérale du 22 mars 1974 sur le droit pénal administratif (DPA, RS 313.0) Dénonciation de l ESTI sur la base d indices provenant des exploitants de réseaux, des organes de contrôle, des installateurs et des tiers. Ouverture de la procédure et enquête de l OFEN - Obligation de poursuivre de l OFEN (principe de la légalité) - But de l enquête = constater les faits et conserver les preuves - Enquête normalement écrite, entraide judiciaire (p.ex. registre foncier, police), mesures de contrainte Clôture de l enquête par un procès-verbal final - Description de l infraction et notification à l inculpé avec possibilité de consulter le dossier, de s expliquer et de requérir un complément d enquête. 15

16 Bases légales: procédure pénale administrative (2) Déroulement de la procédure: jugement de l OFEN et possibilités de recours Ordonnance de classement (acquittement) ou mandat de répression (condamnation) de l OFEN pris sur le vu du procès-verbal final. Possibilité d opposition contre le mandat de répression et procédure d opposition devant l OFEN, qui reconsidère l affaire et rend une décision de classement (acquittement) ou une décision pénale (condamnation). Possibilité de recours contre la décision pénale et procédure judiciaire devant le tribunal cantonal, puis succession ordinaire d instances. 16

17 Bases légales: procédure pénale administrative (3) Déroulement de la procédure: précisions Personnes punissables - L auteur, mais aussi le chef d entreprise ou l employeur qui omet fautivement de prévenir une infraction commise par le subordonné (art. 6 DPA). - La personne morale peut être condamnée au paiement de l amende lorsque l auteur n a pas pu être identifié et que l amende entrant en ligne de compte ne dépasse pas 5000 francs (art. 7 DPA). Fixation du montant de l amende - Les amendes n excédant pas 5000 francs sont fixées selon la gravité de l infraction et de la faute; il n est pas nécessaire de tenir compte d autres éléments d appréciation (art. 8 DPA). - Amendes > 5000 francs: renvoi aux dispositions du code pénal (art. 47 CP) - Rappel: aggravation récente de la pratique de l OFEN concernant le montant des amendes prononcées. 17

18 Casuistique: art. 42 lit. a OIBT (1) Principe Cette disposition sanctionne la violation du principe de l autorisation d installer obligatoire (art. 6 OIBT). Principaux cas de figure - Installations électriques réalisées sans autorisation par des entreprises, des professionnels ou des bricoleurs. - Cas de mise à disposition de l autorisation et sous-traitance Sanctions - Amende - (Inscription au casier judiciaire) 18

19 Casuistique: art. 42 lit. a OIBT (2) Résumé X dirige une petite entreprise générale de construction, laquelle a établi des installations électriques soumises à autorisation. Lors de l enquête, X avance être économiquement obligé d accepter les mandats tels qu ils se présentent; étant avant tout un artisan, il n est pas informé immédiatement de chaque modification législative. Issue : condamnation de X Conclusions - L OIBT est obligatoire pour tous et vaut aussi pour les petites entreprises, indépendamment de la conjoncture économique. - Quiconque entend exécuter des travaux d installation doit préalablement s informer de la réglementation en vigueur. 19

20 Casuistique: art. 42 lit. a OIBT (3) Résumé X a effectué nombre de petits travaux d installation soumis à autorisation. Lors de l enquête, X explique avoir mal compris la «nouvelle» réglementation; la responsabilité du contrôle des installations incombant désormais au propriétaire, X en a conclu que les travaux d installations n étaient plus soumis à autorisation; qui plus est, le matériel électrique se trouve en vente libre et les travaux en cause ont été effectués pour des amis ou des connaissances. Issue: condamnation de X Conclusions - Les contrôles indépendants ne remplacent pas l autorisation d installer. - La vente libre de matériel électrique n a rien à voir avec l autorisation d installer. - Les termes de l art. 16 OIBT sont exhaustifs; les travaux réalisés pour des connaissances sont également soumis à autorisation. 20

21 Casuistique: art. 42 lit. a OIBT (4) Résumé X, ressortissant allemand, a exécuté des travaux d installation soumis à autorisation. Lors de l enquête, X avance que les travaux en cause ne sont pas soumis à autorisation en Allemagne. Issue : condamnation de X Conclusions - L OIBT est obligatoire pour tous et vaut aussi pour les ressortissants étrangers. - Le régime de l OIBT n est pas remis en cause par les accords de libre circulation des personnes. - Quiconque entend exécuter des travaux d installation doit préalablement d informer de la réglementation en vigueur. 21

22 Casuistique: art. 42 lit. a OIBT (5) Résumé X, électricien de formation, exécute en tant qu indépendant des travaux d installation soumis à autorisation. Les avis et rapports de sécurité correspondants sont établis par l entreprise B, titulaire d une autorisation générale d installer. Lors de l enquête, X avance que sa manière de faire offre les mêmes garanties de qualité que l OIBT ; la qualité de ses travaux serait irréprochable et cette manière de procéder serait courante dans la branche. Issue : condamnation de X pour installation sans autorisation et condamnation de B pour violation de devoirs découlant de l autorisation d installer (mise à disposition de l autorisation, cf. art. 42 lit. c OIBT). Conclusions - La réglementation de l OIBT est obligatoire pour tous et des usages contraires ne peuvent pas s y substituer. - L autorisation d installer est intransmissible. - L exécution correcte de travaux d installation ne palie pas à l absence d autorisation. 22

23 Casuistique: art. 42 lit. b OIBT (1) Principe Cette disposition sanctionne la violation du principe de l autorisation de contrôler obligatoire (cf. art. 26 al. 2 OIBT). Principaux cas de figure - Contrôle périodique effectué sans autorisation. - Contrôle d une installation au sens de l annexe 1 OIBT effectué par un organe de contrôle indépendant. Sanctions - Amende - (inscription au casier judiciaire) 23

24 Casuistique: art. 42 lit. b OIBT (2) Résumé X, organe de contrôle indépendant, s est retrouvé en face d installations «bizarres» alors qu il effectuait le contrôle périodique d un abris de la protection civile ; X a interrompu le contrôle puis établis un rapport de contrôle pour la partie contrôlée. Or il s est avéré que les installations en cause, protégées contre les effets du «nuclear electro magnetical pulse (NEMP)», étaient munies d un système d alimentation propre. Issue : condamnation de X Conclusions - X aurait dû reconnaître la nature de ces installations «bizarres» (devoir de formation correspondant à l état le plus récent de la technique). - X devait s abstenir d établir le rapport de contrôle. - Le contrôle des installations protégées contre le NEMP est réservé aux organismes accrédités et à l ESTI (chap. 1 lit. c de l annexe OIBT). 24

25 Casuistique: art. 42 lit. c OIBT (autorisation d installer) (1) Principe Cette disposition sanctionne la violation par des obligations découlant d une autorisation d installer. Principaux cas de figure - Les contrôles prescrits n ont pas été effectués ou de façon gravement incorrecte; remise au propriétaire d installations électriques présentant des défauts dangereux (cf. art. 42 OIBT). - Surveillance technique inefficace (cf. art. 9 et 10 OIBT) - Autorisation mise à disposition d un tiers ( collaborateur de l entreprise, sous-traitance) (cf. art. 18 OIBT). - Violation (grave) des règles reconnues de la technique (cf. art. 3 OIBT) Sanctions - Amende - (Inscription au casier judiciaire) 25

26 Casuistique: art. 42 lit. c OIBT (autorisation d installer) (2) Résumé X est accusé de n avoir pas procédé correctement aux contrôle final (art. 24 al. 2 OIBT). Lors de l enquête, X explique avoir correctement exécuté ce contrôle, la preuve étant qu il a consigné les résultats sur des «notes»; l organe de contrôle indépendant n a pas procédé au contrôle de réception car le protocole de mesures faisait défaut, en dépit de la disponibilité de ses «notes». Issue : condamnation de X Conclusions - L établissement correct du protocole de mesures et d essai fait partie intégrante du contrôle final. - L organe de contrôle a agi correctement en refusant d établir le rapport de sécurité en l absence des protocoles de mesures et d essais. 26

27 Casuistique: art. 42 lit. c OIBT (autorisation d installer) (3) Résumé L entreprise X a fait signer des rapports de sécurité sur le chevet de son responsable technique, alors hospitalisé, sans qu il n ait jamais vu les installations en cause. Issue : condamnation de X Conclusions - Le responsable technique ne peut pas assurer une surveillance technique efficace depuis un lit d hôpital. - La surveillance technique doit être assurée en premier lieu sur le chantier. - L entreprise titulaire d une autorisation d installer a l obligation d organiser son entreprise de manière à garantir l efficacité de la surveillance technique. 27

28 Casuistique: art. 42 lit. c OIBT (autorisation de contrôler) (1) Principe Cette disposition sanctionne la violation des obligations découlant d une autorisation de contrôler. Principaux cas de figure - Violation du devoir d indépendance (cf. art. 31 OIBT) - Violation du devoir de perfectionnement (cf. art. 27 OIBT) - Violation (grave) des règles techniques reconnues (cf. art. 3 OIBT) - Les contrôles n ont pas été effectués ou de façon gravement incorrecte; remise d installations présentant des défauts dangereux (cf. art. 42 OIBT). - Défaut de mise hors tension en cas de danger imminent (cf. art. 40 OIBT) Sanctions - Amende - (Inscription au casier judiciaire) 28

29 Casuistique: art. 42 lit. c OIBT (autorisation de contrôler) (2) Résumé X est propriétaire et gérant de l entreprise d installation A et de l entreprise de contrôle B. C a effectué un contrôle final (art. 24 al. 2 OIBT) en tant qu employé de A, puis le contrôle de réception (art. 35 al. 3 OIBT) du même objet pour le compte de B. Issue : condamnation de X Conclusions - Un contrôle indépendant ne peut pas être effectué par une personne qui a participé à la conception, l établissement ou l entretien d une installation. - Le devoir d indépendance vaut tant pour les personnes que pour les entreprises. 29

30 Casuistique: art. 42 lit. c OIBT (autorisation de contrôler) (3) Résumé X, organe de contrôle indépendant, a décelé plusieurs défauts lors d un contrôle périodique. Le même jour, il établissait le rapport de sécurité avec la remarque «RS valable une fois les défauts supprimés». Issue : condamnation de X Conclusions - Le rapport de sécurité ne peut pas être établi sous réserves. - La suppression des défauts doit en principe faire l objet d un contrôle. - Le rapport de sécurité apporte la preuve que l installation ne comporte aucun défaut. 30

31 Aperçu statistique (1) Evolution du nombre des dénonciations (LIE/OIBT) enregistrées par l OFEN depuis l entrée en vigueur de l OIBT

32 Aperçu statistique (2) Dénonciations enregistrées par l OFEN en ; 1% 53; 17% 188; 59% 62; 19% 14; 4% Art. 56 LIE Art. 55 LIE Art. 42 let. a OIBT Art. 42 let. b OIBT Art. 42 let.c OIBT 32

33 Message L OIBT est appliquée de manière stricte. Les autorités de surveillance sont présentes. Les infractions à l OIBT coûtent cher. 33

34 Documentation complémentaire Fiches d information de l OFEN concernant l OIBT > Documentation > Questions et réponses (FAQ) concernant l OIBT Communications de l ESTI concernant l OIBT > Documentation > ESTI Communications > OIBT/NIB 34

35 Contact Lic. iur. Section Droit de l électricité et des eaux Office fédéral de l énergie OFEN CH 3003 Berne Tel Fax Courriel: Internet: 35

Loi sur le transport de voyageurs

Loi sur le transport de voyageurs Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Loi sur le transport de voyageurs (LTV) Modification du 26 septembre 2014 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil

Plus en détail

Loi fédérale sur les entreprises de transport par route

Loi fédérale sur les entreprises de transport par route Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Loi fédérale sur les entreprises de transport par route (LEnTR) Modification du 26 septembre 2014 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse,

Plus en détail

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs (Loi sur la surveillance de la révision, LSR) 221.302 du 16 décembre 2005 (Etat le 1 er janvier 2013) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

Loi fédérale contre la concurrence déloyale (LCD) du 19 décembre 1986

Loi fédérale contre la concurrence déloyale (LCD) du 19 décembre 1986 Loi fédérale contre la concurrence déloyale (LCD) du 19 décembre 1986 (État le 10 décembre 2002) 241 TABLE DES MATIÈRES Articles Chapitre premier : But... 1 er Chapitre 2 : Section 1 : Section 2 : Section

Plus en détail

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs (Loi sur la surveillance de la révision, LSR) 221.302 du 16 décembre 2005 (Etat le 1 er septembre 2007) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels

Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels (Loi sur le transfert des biens culturels, LTBC) 444.1 du 20 juin 2003 (Etat le 1 er janvier 2012) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

Conditions Générales du RME

Conditions Générales du RME 1. Champ d application 1 2. Règlement RME 1 3. Prestations du RME 1 3.1 Généralités 1 3.2 Enregistrement 1 3.3 Liste des Méthodes 2 3.4 Conditions d Enregistrement 2 3.5 Demandes d enregistrement 2 3.6

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

Loi sur l hébergement, la restauration et le commerce de détail de boissons alcoolisées

Loi sur l hébergement, la restauration et le commerce de détail de boissons alcoolisées - - 95. Loi sur l hébergement, la restauration et le commerce de détail de boissons alcoolisées du 8 avril 00 Le Grand Conseil du canton du Valais vu les articles 7 et 05 de la Constitution fédérale; vu

Plus en détail

Loi fédérale sur la mise en œuvre des recommandations du Groupe d action financière, révisées en 2012

Loi fédérale sur la mise en œuvre des recommandations du Groupe d action financière, révisées en 2012 Délai référendaire: 2 avril 2015 Loi fédérale sur la mise en œuvre des recommandations du du 12 décembre 2014 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 13 décembre

Plus en détail

Yves Delessert Etre bénévole et responsable

Yves Delessert Etre bénévole et responsable Yves Delessert Etre bénévole et responsable La responsabilité des membres de comité des IPE associatives du fait des activités déployées conformément aux buts de l association FIPEGS 9 juin 2015 Principales

Plus en détail

La responsabilité pénale dans l entreprise

La responsabilité pénale dans l entreprise La responsabilité pénale dans l entreprise PLATO Le Lieu : CCI Granville. 1 Plan de l intervention Déterminer les zones de risques pénales dans l entreprise. Qui peut voir sa responsabilité pénale engagée?

Plus en détail

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL 02/06/2015 En matière de droit du travail, la responsabilité de l employeur peut être engagée dans de nombreuses situations que nous allons examiner ci-dessous.

Plus en détail

Erreur médicale au cabinet

Erreur médicale au cabinet Plan Erreur médicale au cabinet Prof. Philippe Ducor Médecine communautaire 13 avril 2011 1. Evolution récente en Suisse dérive à l américaine? 2. Aspects juridiques 3. Aspects psychologiques 4. Apects

Plus en détail

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 avril 2015 1 arrête:

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 avril 2015 1 arrête: (Droit du registre du commerce) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 avril 2015 1 arrête: I 1. Le titre trentième du code des obligations

Plus en détail

520.1 Loi fédérale sur la protection de la population et sur la protection civile

520.1 Loi fédérale sur la protection de la population et sur la protection civile Loi fédérale sur la protection de la population et sur la protection civile (LPPCi) du 4 octobre 2002 (Etat le 1 er février 2015) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 61 de la Constitution

Plus en détail

520.1 Loi fédérale sur la protection de la population et sur la protection civile

520.1 Loi fédérale sur la protection de la population et sur la protection civile Loi fédérale sur la protection de la population et sur la protection civile (LPPCi) du 4 octobre 2002 (Etat le 12 juillet 2005) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 61 de la Constitution

Plus en détail

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration.

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration. L'AGENT IMMOBILIER L'agent immobilier est un intermédiaire intervenant dans les opérations d achat, de vente, d échange, de sous-location ou de location de maisons, appartements, fonds de commerce, terrains.

Plus en détail

Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction

Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction (dans la version du 24 décembre 2012) La commission de l'organisme d'autorégulation de l'association Suisse des Sociétés de Leasing (OAR /

Plus en détail

Notice sur les allégements dans l exécution des peines et mesures

Notice sur les allégements dans l exécution des peines et mesures Notice sur les allégements dans l exécution des peines et mesures 1. Situation actuelle De l article 123 al. 2 de la Constitution fédérale (RS 101) découle le principe selon lequel l exécution des sanctions

Plus en détail

La responsabilité juridique des soignants

La responsabilité juridique des soignants La responsabilité juridique des soignants Les soignants, face à des conditions de travail parfois difficiles et aux aléas de la médecine, songent plus souvent aux risques thérapeutiques qu aux risques

Plus en détail

Le Parlement Wallon a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit :

Le Parlement Wallon a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit : Le Parlement Wallon a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit : CHAPITRE I er. Dispositions générales et définitions Article premier Le présent décret règle, en application de l article

Plus en détail

FAUX dans les TITRES: art. 251-257 + 317-318 CPS

FAUX dans les TITRES: art. 251-257 + 317-318 CPS FAUX dans les TITRES: art. 251-257 + 317-318 CPS Notes de cours du Prof. Nicolas QUELOZ 1. Bien juridique en jeu = bien juridique collectif = intérêt public ou général (Mars 2006) = fiabilité des titres

Plus en détail

La responsabilité juridique des infirmiers. Carine GRUDET Juriste

La responsabilité juridique des infirmiers. Carine GRUDET Juriste La responsabilité juridique des infirmiers Carine GRUDET Juriste Introduction Dans notre société civile, la responsabilité est un principe juridique selon lequel chacun doit répondre des conséquences de

Plus en détail

Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange

Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange La Commission des sanctions a constaté que le participant

Plus en détail

Généralités. 1 Introduction

Généralités. 1 Introduction Le Groupe Helsana comprend Helsana Assurances SA, Helsana Assurances complémentaires SA, Helsana Accidents SA, Avanex Assurances SA, Progrès Assurances SA, Sansan Assurances SA et Maxi.ch Assurances SA.

Plus en détail

ROF 2003_096. Ordonnance. modifiant certaines dispositions relatives à la sécurité des ascenseurs. Le Conseil d Etat du canton de Fribourg

ROF 2003_096. Ordonnance. modifiant certaines dispositions relatives à la sécurité des ascenseurs. Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Ordonnance du 1 er juillet 2003 Entrée en vigueur : 01.07.2003 modifiant certaines dispositions relatives à la sécurité des ascenseurs Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi fédérale du 19 mars

Plus en détail

Contrat d interface pour l enregistrement et la gestion des noms de domaine qui dépendent du domaine ".ch" et ".li" conclu entre

Contrat d interface pour l enregistrement et la gestion des noms de domaine qui dépendent du domaine .ch et .li conclu entre Contrat d interface pour l enregistrement et la gestion des noms de domaine qui dépendent du domaine ".ch" et ".li" conclu entre SWITCH Werdstrasse 2 8021 Zurich Suisse ci-après registre et Partie2 Personne

Plus en détail

LOI N 2006-01 portant Code des Postes

LOI N 2006-01 portant Code des Postes REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi LOI N 2006-01 portant Code des Postes EXPOSE DES MOTIFS Le secteur postal connaît actuellement des mutations liées notamment aux avancées technologiques,

Plus en détail

Quelles sont vos obligations dans le domaine de la sécurité au travail et de la protection de la santé?

Quelles sont vos obligations dans le domaine de la sécurité au travail et de la protection de la santé? Quelles sont vos obligations dans le domaine de la sécurité au travail et de la protection de la santé? Le modèle Suva Les quatre piliers de la Suva La Suva est mieux qu une assurance: elle regroupe la

Plus en détail

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7 La majorité, ses droits et ses devoirs chapitre 7 Si le 18 e anniversaire véhicule souvent l idée de plus d indépendance, il est aussi le moment de la majorité légale, assortie d un certain nombre de droits

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE MONTPELLIER 27 mai 2013 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité Les

Plus en détail

Habiter. Le travail illégal FICHE 15

Habiter. Le travail illégal FICHE 15 FICHE 15 Habiter Le travail illégal Sont interdits par la loi : > le travail dissimulé : absence de déclarations obligatoires, de remises de bulletin de paie, dissimulation d heures de travail ; > le prêt

Plus en détail

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile et pénale Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile est la conséquence, soit de l'inexécution d'un contrat, soit d'un acte volontaire ou

Plus en détail

Demande formelle de l entreprise ou de l association économique

Demande formelle de l entreprise ou de l association économique Demande d habilitation à remettre à ses employés, ses membres ou aux personnes qui travaillent pour ces membres les cartes de légitimation pour commerçants itinérants Demande formelle de l entreprise ou

Plus en détail

Secourisme en milieu de travail et responsabilité des différents acteurs.

Secourisme en milieu de travail et responsabilité des différents acteurs. 1 Secourisme en milieu de travail et responsabilité des différents acteurs. S. ARTIGNAN 1 (1) assistant en médecine du travail, Ecole d application du service de santé des armées, BP n 1, 00466 - Armées

Plus en détail

954.1. Loi fédérale sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières. (Loi sur les bourses, LBVM) Dispositions générales

954.1. Loi fédérale sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières. (Loi sur les bourses, LBVM) Dispositions générales Loi fédérale sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières (Loi sur les bourses, LBVM) 954.1 du 24 mars 1995 (Etat le 1 er janvier 2015) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les

Plus en détail

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux PRINCIPAUTÉ DE MONACO Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux RAINIER III PAR LA GRACE DE DIEU PRINCE SOUVERAIN

Plus en détail

Service pénal Fiche contrevenant

Service pénal Fiche contrevenant Service pénal Fiche contrevenant SOMMAIRE : 1 Vous avez été verbalisé(e), vous recevez une amende forfaitaire : concernant le paiement concernant la contestation 2 Vous êtes poursuivi devant la juridiction

Plus en détail

Les Assurance en République du Congo

Les Assurance en République du Congo Les Assurance en République du Congo Article juridique publié le 19/10/2012, vu 610 fois, Auteur : Joseph MIKALA Inscrit dans l esprit de l article 1382 du Code civil stipulant «tout fait quelconque de

Plus en détail

Situation: 01.08.2012

Situation: 01.08.2012 Conditions pour l exécution de travaux sur des véhicules automobiles, des remorques, des agrégats et sur leurs pièces constitutives ainsi que sur des fauteuils roulants et sur leurs pièces constitutives

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES GENERALES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Les responsabilités des agents publics de l État sont de trois ordres:

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

Emplacement de la photo d ouverture du domaine

Emplacement de la photo d ouverture du domaine FORMATION INITIATEUR Emplacement de la photo d ouverture du domaine Commission pédagogique de la Direction Technique Nationale 28/11/03 Une dimension morale «Être responsable» c est accepter et subir,

Plus en détail

Votre droit au français

Votre droit au français Votre droit au français République française dans le monde du travail > Vous êtes salarié d une entreprise : vous avez un droit imprescriptible à vous exprimer et à recevoir une information en français.

Plus en détail

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ;

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ; E-réputation : la poursuite et les sanctions des propos injurieux ou diffamatoires sur internet Article juridique publié le 15/07/2014, vu 4483 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM L'injure et la diffamation

Plus en détail

sur la police du feu et la protection contre les éléments naturels Le Grand Conseil du canton de Fribourg

sur la police du feu et la protection contre les éléments naturels Le Grand Conseil du canton de Fribourg 7.0. Loi du novembre 964 sur la police du feu et la protection contre les éléments naturels Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat du 7 janvier 964 ; Sur la proposition

Plus en détail

INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES

INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES 1.1. Qualification juridique En application de la directive européenne 2002/92 du 9 décembre 2002 sur l intermédiation en assurance, l article L. 511-1 I du Code des assurances

Plus en détail

La responsabilité des présidents d A.C.C.A.

La responsabilité des présidents d A.C.C.A. La responsabilité des présidents d A.C.C.A. Bernard MERAUD : Avocat au Barreau de Bourgoin-Jallieu (Assemblée générale FDCI du 26 avril 2014) ---------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Circulation Privée Immeuble PME. assista. Conditions générales d assurance Edition 2007. Assurance protection juridique pour PME et Indépendants

Circulation Privée Immeuble PME. assista. Conditions générales d assurance Edition 2007. Assurance protection juridique pour PME et Indépendants Circulation Privée Immeuble PME assista Conditions générales d assurance Edition 2007 Assurance protection juridique pour PME et Indépendants CGA TABLE DES MATIÈRES DISPOSITIONS GÉNÉRALES 1 Parties au

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale

Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale (Le contenu de cette présentation n engage pas le Ministère public) 1 Objectifs et plan I. Tour d horizon des différentes

Plus en détail

Politique de gestion contractuelle de la SHDM

Politique de gestion contractuelle de la SHDM Politique de gestion contractuelle de la SHDM Adoptée par les membres du conseil d administration le 22 octobre 2013 Direction des affaires juridiques et corporatives Politique de gestion contractuelle

Plus en détail

952.111. Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse

952.111. Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse (Ordonnance de la FINMA sur les banques étrangères, OBE-FINMA) 1 du 21 octobre 1996 (Etat le

Plus en détail

Créer son entreprise quelle forme juridique choisir?

Créer son entreprise quelle forme juridique choisir? Créer son entreprise quelle forme juridique choisir? Muriel Sella Bassoli, titulaire du brevet d avocat, LLM Senior Manager, Département juridique et fiscal Blaise Praz, titulaire du brevet d avocat Consultant,

Plus en détail

Dispositions pénales Loi du Bien-être et Code Code pénal social 1/5

Dispositions pénales Loi du Bien-être et Code Code pénal social 1/5 Dispositions pénales Loi du Bien-être et Code Code pénal social 1/5 Code pénal social Application sur la Loi et le Code du Bien-être au travail Dispositions pénales de la Loi du Bien-être de 1996 Les articles

Plus en détail

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse (Ordonnance de la FINMA sur les banques étrangères, OBE-FINMA) 1 du 21 octobre 1996 (Etat le

Plus en détail

LOI 614.05 du 21 novembre 2006. sur la Cour des comptes LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD

LOI 614.05 du 21 novembre 2006. sur la Cour des comptes LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD LOI 614.05 du 21 novembre 2006 sur la Cour des comptes LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD vu l article 166 de la Constitution du Canton de Vaud du 14 avril 2003 vu le projet de loi présenté par le Conseil

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT. par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS

LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT. par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS INTRODUCTION la responsabilité médicale,c est l obligation morale ou juridique

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. Montpellier - 13 novembre 2012

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. Montpellier - 13 novembre 2012 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE Montpellier - 13 novembre 2012 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques La nature de l activité L âge des participants à l activité Le lieu de l activité

Plus en détail

Responsabilité civile et pénale de l instituteur

Responsabilité civile et pénale de l instituteur Responsabilité civile et pénale de l instituteur 1 Responsabilité civile et pénale de l instituteur Le terme instituteur désigne toute personne mandatée ou agréée par l administration pour assurer un enseignement

Plus en détail

Règlement des Agents de Joueurs

Règlement des Agents de Joueurs Règlement des Agents de Joueurs 1 TABLE DES MATIÈRES Chapitre Article Page RÈGLEMENT DES AGENTS DE JOUEURS Définitions 4 I. DISPOSITIONS PRÉLIMINAIRES 1 Champ d application 5 II. ADMISSIBILITÉ DE L ACTIVITÉ

Plus en détail

Notions de responsabilité. Stage initial initiateur CTD 74 - nov 2003 -Jean-Pierre GUERRET

Notions de responsabilité. Stage initial initiateur CTD 74 - nov 2003 -Jean-Pierre GUERRET Notions de responsabilité L initiateur responsable! La pratique de la plongée présente des risques particuliers avec des recherches de responsabilité systématiques en cas d accident L initiateur est confronté

Plus en détail

La législation est très stricte sur la sécurité des portes automatiques d où un grand nombre de normes et de règlementations.

La législation est très stricte sur la sécurité des portes automatiques d où un grand nombre de normes et de règlementations. La législation est très stricte sur la sécurité des portes automatiques d où un grand nombre de normes et de règlementations. Portes automatiques de garage Les normes relatives à la sécurité des portes

Plus en détail

AT/MP 3. - Responsabilité pénale et délégation de pouvoirs. Maître Olivier BARRAUT 09/10/2014

AT/MP 3. - Responsabilité pénale et délégation de pouvoirs. Maître Olivier BARRAUT 09/10/2014 AT/MP 3. - Responsabilité pénale et délégation de pouvoirs Maître Olivier BARRAUT 09/10/2014 Plan 1. Le responsable pénal dans l entreprise La responsabilité du chef d entreprise La responsabilité de la

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

L ABUS DE CONFIANCE I - CONDITION PREALABLE A - LES BIENS CONCERNÉS B - LA REMISE DU BIEN

L ABUS DE CONFIANCE I - CONDITION PREALABLE A - LES BIENS CONCERNÉS B - LA REMISE DU BIEN L ABUS DE CONFIANCE L abus de confiance est le fait par une personne de détourner au préjudice d autrui des fonds, des valeurs ou un bien quelconque qui lui ont été remis et qu elle a acceptés à charge

Plus en détail

Dispositions relatives aux services bancaires en ligne valables dès le 1er janvier 2013

Dispositions relatives aux services bancaires en ligne valables dès le 1er janvier 2013 1. Objet et champ d application 1.1 Les dispositions suivantes règlent les services bancaires en ligne de la bank zweiplus sa (ci-après «services bancaires en ligne»). 1.2 Elles s appliquent au client

Plus en détail

152.1. Loi fédérale sur l archivage. (LAr) Dispositions générales. du 26 juin 1998 (Etat le 1 er août 2008)

152.1. Loi fédérale sur l archivage. (LAr) Dispositions générales. du 26 juin 1998 (Etat le 1 er août 2008) Loi fédérale sur l archivage (LAr) 152.1 du 26 juin 1998 (Etat le 1 er août 2008) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 85, ch. 1, de la constitution 1, vu le message du Conseil fédéral

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE Résolution CM13 0552 du conseil municipal le 17 juin 2013 et Résolution CG13 0246 du conseil d agglomération du 20 juin 2013 CONTEXTE L article 573.3.1.2 de la Loi sur les cités et villes oblige les municipalités

Plus en détail

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Direction Générale de l Habitat et de la Construction Direction de la Gestion Immobilière Sous Direction de la Préservation du Patrimoine Immobilier Synthèse des

Plus en détail

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 Siège national UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 L'UNSA et internet Le site web www.unsa.org Le courriel unsa@unsa.org page 2 les délégués du personnel

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS de meubles incorporels (aussi appelée saisie-arrêt) est une procédure au moyen de laquelle il est possible pour un créancier d appréhender les biens dématérialisés constituant le patrimoine de son débiteur

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 37 Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile Présentation Présenté par Madame Pauline Marois Ministre des Finances Éditeur officiel du

Plus en détail

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011 30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) (coordination officieuse au 1 er juillet 2011 ; modifié par l arrêté royal du 20 juillet 2000 introduction de l

Plus en détail

Initiative parlementaire Prévention de l endettement par l interdiction de la publicité en faveur des petits crédits

Initiative parlementaire Prévention de l endettement par l interdiction de la publicité en faveur des petits crédits ad 10.467 Initiative parlementaire Prévention de l endettement par l interdiction de la publicité en faveur des petits crédits Rapport du 28 janvier 2014 de la Commission de l économie et des redevances

Plus en détail

En devenant majeur-e, vous devenez responsable de vos actes, c est-à-dire que vous en mesurez toutes les conséquences.

En devenant majeur-e, vous devenez responsable de vos actes, c est-à-dire que vous en mesurez toutes les conséquences. 3La responsabilité La responsabilité civile La responsabilité pénale La procédure judiciaire applicable La protection judiciaire pour les jeunes majeurs En devenant majeur-e, vous devenez responsable de

Plus en détail

Ordonnance relative à l admission, au séjour et à l exercice d une activité lucrative

Ordonnance relative à l admission, au séjour et à l exercice d une activité lucrative Ordonnance relative à l admission, au séjour et à l exercice d une activité lucrative (OASA) 142.201 du 24 octobre 2007 (Etat le 1 er janvier 2014) Le Conseil fédéral suisse, vu la loi fédérale du 16 décembre

Plus en détail

Certification Conseiller Clientèle bancaire

Certification Conseiller Clientèle bancaire SAQ Swiss Association for Quality Autorité de certification de personnes Accréditée selon la norme SN/EN ISO IEC 17024:2012 Service d Accréditation Suisse SAS (SCESe 016) Certification Conseiller Clientèle

Plus en détail

Conditions générales de AgenceWeb SA. I. Dispositions générales

Conditions générales de AgenceWeb SA. I. Dispositions générales Conditions générales de AgenceWeb SA I. Dispositions générales Art. 1 Champ d application 1.1 Les présentes conditions générales s appliquent à l ensemble des prestations de services Internet de AgenceWeb

Plus en détail

1 Dispositions générales

1 Dispositions générales 1 Dispositions générales 1.1 Définitions Les termes utilisés dans les présentes conditions générales sont également valables pour les autres parties intégrantes du contrat selon l article 10.2.1. 1.2 Objet

Plus en détail

ACCORD DE SOUS-LICENCE ET DE CERTIFICATION

ACCORD DE SOUS-LICENCE ET DE CERTIFICATION Copyright : FoodPLUS GmbH Page 1 sur 6 ACCORD DE SOUS-LICENCE ET DE CERTIFICATION pour la participation en tant qu'acteur du marché intéressé dans le cadre du système GLOBALGAP (EUREPGAP) de Bonnes Pratiques

Plus en détail

CHARTE DES BONS USAGES DES MOYENS NUMERIQUES DE L UNIVERSITE

CHARTE DES BONS USAGES DES MOYENS NUMERIQUES DE L UNIVERSITE CHARTE DES BONS USAGES DES MOYENS NUMERIQUES DE L UNIVERSITE Annexe juridique Frédéric DEHAN Directeur général des services Affaire suivie par Philippe PORTELLI Tél. : +33 (0)3 68 85 00 12 philippe.portelli@unistra.fr

Plus en détail

Conditions d utilisation de la plateforme de trading bilatérale

Conditions d utilisation de la plateforme de trading bilatérale Conditions d utilisation de la plateforme de trading bilatérale 1. But et structure 1 Les présentes Conditions régissent l utilisation de la plateforme de trading bilatérale. 2 L exploitant de la plateforme

Plus en détail

LE CONTROLE DES CONCENTRATIONS DANS LE NOUVEAU DROIT SUISSE DE LA CONCURRENCE. par Pierre Tercier et Silvio Venturi*

LE CONTROLE DES CONCENTRATIONS DANS LE NOUVEAU DROIT SUISSE DE LA CONCURRENCE. par Pierre Tercier et Silvio Venturi* LE CONTROLE DES CONCENTRATIONS DANS LE NOUVEAU DROIT SUISSE DE LA CONCURRENCE par Pierre Tercier et Silvio Venturi* Dans le numéro précédent de la Revue du droit international des affaires, les auteurs

Plus en détail

Nathalie Calatayud - Responsabilité juridique de l'infirmière

Nathalie Calatayud - Responsabilité juridique de l'infirmière Responsabilité de l infirmière Que signifie être responsable? Dans le langage juridique Dans le langage courant c'est répondre des conséquences dommageables de ses actes ou de ses abstentions obligation

Plus en détail

Conditions générales du contrat Dynatic-Vol de Atral-Services

Conditions générales du contrat Dynatic-Vol de Atral-Services Conditions générales du contrat Dynatic-Vol de Atral-Services Préambule Dynatic-Vol d Atral services est un service innovant permettant au Client équipé d un boitier télématique, embarqué dans son véhicule,

Plus en détail

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine.

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine. COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) CYBERTERRORISME L UTILISATION DE L INTERNET A DES FINS TERRORISTES FRANCE Avril 2008 Kapitel 1 www.coe.int/gmt A. Politique Nationale 1. Existe-t-il une politique

Plus en détail

LES OUTILS. Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés

LES OUTILS. Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés LES OUTILS Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés SEPTEMBRE 2011 QUE FAUT-IL DÉCLARER? Tous les fichiers informatiques contenant des données à caractère personnel sont soumis à la Loi Informatique

Plus en détail

RÈGLEMENT # 302 Règlement concernant les alarmes applicable par la Sûreté du Québec

RÈGLEMENT # 302 Règlement concernant les alarmes applicable par la Sûreté du Québec RÈGLEMENT # 302 Règlement concernant les alarmes applicable par la Sûreté du Québec CONSIDÉRANT QUE le Conseil municipal juge nécessaire et d intérêt public de réglementer la possession, l utilisation

Plus en détail

STATUTS. Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique. I. Nom, but, siège et durée de l'association.

STATUTS. Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique. I. Nom, but, siège et durée de l'association. STATUTS du 25 juin 2003 Fondée le 9 juillet 1869 Siège social: Wallisellen Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique I. Nom, but, siège et durée de l'association Art. 1 Siège social,

Plus en détail

Assurance de protection juridique de circulation et privée (VPR)

Assurance de protection juridique de circulation et privée (VPR) Assurance de protection juridique de circulation et privée (VPR) Conditions générales d assurance CGA Edition 01.2011 Contrat But Champ d application Durée Prestations Aperçu Evénements assurés Protection

Plus en détail

Loi fédérale concernant des mesures en matière de lutte contre le travail au noir

Loi fédérale concernant des mesures en matière de lutte contre le travail au noir Loi fédérale concernant des mesures en matière de lutte contre le travail au noir 18.01.2008 - Page 1 Travail au noir Pas de définition juridique univoque du travail au noir Activité salariée ou indépendante

Plus en détail

Responsabilité professionnelle des Infirmiers

Responsabilité professionnelle des Infirmiers Responsabilité professionnelle des Infirmiers Diplômés s d Etatd Direction des Affaires Juridiques et des Droits du Patient Bureau de la Responsabilité Médicale et du Contentieux des Personnels Emily THIBAULT

Plus en détail

Que l on sache par les présentes - puisse Dieu en élever et en fortifier la teneur! Que Notre majesté Chérifienne, A DECIDE CE QUI SUIT :

Que l on sache par les présentes - puisse Dieu en élever et en fortifier la teneur! Que Notre majesté Chérifienne, A DECIDE CE QUI SUIT : '$+,53257$17/2,1ƒ'8&+$28$/2&72%5( 5(/$7,)$/ (175(7,(1'(6,00(8%/(6(7$/,167$//$7,21 '(&21&,(5*(5,(6'$16/(6,00(8%/(6' +$%,7$7,21 ( B.O n 3388 bis du 10.10.1977, page 1117) LOUANGE A DIEU SEUL! (Grand Sceau

Plus en détail

Camping-car Park est un concept novateur de gestion d aires d étapes de camping-cars en France et à l Etranger, ouvertes 24 H/24, toute l année.

Camping-car Park est un concept novateur de gestion d aires d étapes de camping-cars en France et à l Etranger, ouvertes 24 H/24, toute l année. CONDITIONS GENERALES DE VENTES CAMPING-CAR PARK Camping-car Park est un concept novateur de gestion d aires d étapes de camping-cars en France et à l Etranger, ouvertes 24 H/24, toute l année. PRÉAMBULE

Plus en détail

Le Parlement wallon a adopté et Nous, Gouvernement wallon, sanctionnons ce qui suit :

Le Parlement wallon a adopté et Nous, Gouvernement wallon, sanctionnons ce qui suit : DÉCRET modifiant certaines dispositions du Code wallon de l action sociale et de la santé relatives au transport médico-sanitaire Le Parlement wallon a adopté et Nous, Gouvernement wallon, sanctionnons

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs, est un acte juridique par lequel une personne/autorité (le délégant) se dessaisit d'une fraction des pouvoirs qui lui sont conférés et les transfère à une personne/autorité subordonnée

Plus en détail