Cahier des charges. DISPOSITIF DE MAINTIEN ET D ACCCOMPAGNEMENT A DOMICILE (DMAD) DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AU RETOUR en FAMILLE (DARF)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cahier des charges. DISPOSITIF DE MAINTIEN ET D ACCCOMPAGNEMENT A DOMICILE (DMAD) DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AU RETOUR en FAMILLE (DARF)"

Transcription

1 Cahier des charges DISPOSITIF DE MAINTIEN ET D ACCCOMPAGNEMENT A DOMICILE (DMAD) DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AU RETOUR en FAMILLE (DARF) I. DEFINITION Le Département s est engagé dans une démarche de création de nouvelles mesures de protection de l enfance visant : POUR LE DISPOSITIF DE MAINTIEN ET D ACCCOMPAGNEMENT A DOMICILE (DMAD) à fournir un cadre juridique précis à une formule de maintien à son domicile d un enfant confronté à des situations de mise en danger, à titre d alternative et de complémentarité à un placement traditionnel, moyennant la mise en place d une intervention éducative intensive auprès de la famille et d une solution de repli pour l hébergement de l enfant en cas de crise dans la famille. Cette formule juridique est accessible à la fois par la voie de l accueil provisoire et par la voie du placement judiciaire à l Aide Sociale à l Enfance (DMAD). il s agit d une mesure de protection de l enfant qui s exerce à son domicile si : le niveau de risque pour l enfant le permet, les potentialités d évolution de la famille le justifient. Il est donc nécessaire de faire porter d abord l évaluation sur le sens de la demande parentale pour vérifier la nature de l adhésion parentale. L évaluation portera sur le degré de danger encouru par l enfant (sont exclues les situations de maltraitance, carences graves..) et sur la nature de la demande parentale (sont exclues les demandes contraintes, instables, perverses ) L évaluation de la situation familiale nécessite de partir d un large champ d analyse pour prendre en compte tous les aspects de la compétence parentale et conduire à la construction d un projet qui intégrera le recours à un ou plusieurs dispositifs dont, le cas échéant le DMAD. Son principe est de reposer sur un diagnostic précis de la situation familiale au regard d indicateurs portant sur le logement, le budget, la formation, l insertion, les relations intrafamiliales, la santé, l environnement socioculturel, les potentialités de la famille élargie les compétences des parents et des enfants Il est important de rappeler que c est à partir d une évaluation globale et complète de la situation qu émerge une réponse adaptée à une problématique donnée : c est donc bien à partir de l évaluation que le recours au DMAD comme à toute autre mesure doit apparaitre et non l inverse. 1/7

2 POUR LE DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AU RETOUR en FAMILLE (DARF) à anticiper une mainlevée de placement, pour des enfants déjà accueillis sur décision administrative ou judiciaire, en MECS ou en accueil familial, en proposant un retour définitif en famille, moyennant une intervention éducative intensive auprès de l enfant et de sa famille et la préparation d une solution de repli pour l hébergement de l enfant en cas de crise dans la famille ( DARF) Le but de cette mesure nouvelle est double : mieux tenir compte de l évolution de la famille dans la durée du placement, en anticipant la demande de mainlevée de la mesure, si l évolution du contexte familial est favorable, sécuriser le retour de l enfant, le préparer et doter la famille de l étayage nécessaire pour garantir la sécurité durable de l enfant. Le projet pour l Enfant (PEI) initié par l ASE en lien avec la MECS ou l assistante familiale est à l origine de la proposition, qui est formulée au juge s il s agit d un placement judiciaire, ou négocié avec les parents en cas d AP. II. BENEFICIAIRES Les profils d enfants concernés par les 2 mesures 1) En DMAD Pour les 0-3 ans : Parents carencés intellectuellement ou affectivement ou victimes d addictions, qui ne mesurent pas la différence de comportement nécessaire pour assurer leurs responsabilités vis-à-vis de leur enfant. Leurs capacités parentales existent, mais la transmission d un modèle de comportement parental leur est nécessaire, sous forme de savoir faire, d attention, de précautions à prendre. Actuellement, sur le nombre d enfants placés au cours de leur première année de vie (entre 80 et 100 par an) : 1/3 des enfants : retournent rapidement en famille 2/3 des enfants : font l objet d un placement long Intérêt d évaluer l opportunité de ce dispositif sur le premier tiers. Pour les jeunes enfants (3-12 ans) : Le comportement parental traduit des carences éducatives, qui mettent régulièrement l enfant en danger. Les parents ont besoin d un accompagnement éducatif soutenu, et d une intervention intensive sur les moments clé. Intérêt de ce dispositif dans les cas de carences éducatives où l attachement parents/enfants existe, notamment pour éviter de séparer les fratries. Pour les adolescents (12-18 ans) : Les profils d enfants concernés relèvent des situations suivantes : mise en danger ponctuelle dans la famille, avec possibilité d atténuer le risque à la faveur d une présence éducative, rupture de la communication avec les parents, rejet du placement traditionnel ou aggravation des tensions comportementales par la vie en collectivité. 2/7

3 2) En DARF Les critères de déclenchement de la proposition peuvent relever des situations suivantes : évolution de la situation familiale qui reste à consolider par un accompagnement important retours de fratries situation de souffrance liée à la séparation, doutes sur certains aspects de la situation familiale (une observation est nécessaire) III. MODALITES DE FONCTIONNEMENT Ces nouvelles mesures seront exercées par des services éducatifs, qui seront exclusivement issus de la reconversion de postes éducatifs d internat, après fermeture ou transformation des unités (ou lits) d internat correspondants. Ce type de service est ouvert toute l année et peut intervenir 24H/24, 365 jours par an. Le dispositif prévoit une intervention éducative intensive auprès de l enfant et de sa famille (une moyenne de 3 interventions par semaine, avec à minima une intervention à domicile). 1) Origine de la demande L évaluation est réalisée par le professionnel chargé de l accompagnement de la famille ou le référent de l enfant si celui-ci fait déjà l objet d une mesure : Professionnels de la MDS Professionnels des services extérieurs (AEMO A / AEMO J) Référent de l enfant s il est déjà placé Sur cette base, la demande doit être présentée par écrit au Responsable de Secteur ASE avant de contacter la structure Pour accord de principe sur l orientation du projet en cas de demande d AP Pour s assurer de la faisabilité du projet en cas de demande dans un cadre judiciaire L évaluation (sur laquelle le RS ASE aura apposé son visa) est ensuite transmise au service pressenti pour assurer l accompagnement qui, selon les modalités d admission définie dans leur projet de service, pourra : Confirmer (ou non) par écrit la possibilité de prise en charge au sein de leur service Définir les premiers objectifs de travail Ces préalables respectés, le RS ASE pourra contractualiser la mesure d accueil provisoire sur la base du projet défini avec la famille le magistrat aura les éléments nécessaires pour lui permettre de statuer : soit ordonner le placement à l ASE avec orientation vers ce dispositif (charge à l ASE d orienter vers un service autorisé), soit laisser l ASE organiser cette mesure dans le cadre d un AP. 2) Les objectifs du travail éducatif dans l accompagnement des enfants et des familles Les objectifs essentiels se situent sur les plans suivants : place de l enfant dans sa famille : tenir compte des besoins physiologiques, affectifs, psychologiques de l enfant, 3/7

4 compétences et responsabilités parentales : développer et consolider les compétences parentales par un travail de guidance, de soutien, d incitation pour garantir l existence d un cadre familial sécurisant pour l enfant, inscription de la famille dans un environnement socio-familial porteur : rechercher en particulier des relais assurant une prise en charge de l enfant dans le réseau familial de proximité et dans le réseau de droit commun (centre social, activités sportives/culturelles, soutien scolaire, etc.), et garantissant sa visibilité par différents partenaires qui relaient la fonction d observation de l enfant une fois la mesure terminée. Ces objectifs sont à adapter aux risques signalés dans l évaluation initiale sous les rubriques : d identification de la nature du danger : - au niveau des besoins physiologiques et psychologiques de l enfant, - de ses besoins affectifs, observations sur son attachement aux personnes et aux objets, à son attention, à son développement psycho-affectif, de ses loisirs, - aux niveaux du danger signalé, en fonction de l âge de l enfant. de repérage des domaines d intervention : - objectifs contractualisés avec la famille : objectifs de l accompagnement à partager avec la famille, - objectifs de désignation des partenaires, dont la présence est nécessaire : en interne, TISF, psychologue et partenaires à l extérieur. Il s agit de procéder à une évaluation globale de la situation et de rapporter tous ces éléments d information, issus de différents professionnels, dans le Projet Educatif Individualisé. 3) Les modalités d intervention des équipes Le déroulement d une intervention procède par les étapes essentielles suivantes : Des objectifs de travail éducatif sont fixés sur la base d une proposition faite à la famille, l accord des parents étant explicitement recherché Des points d étape réguliers sont établis (concertations en présence du chef de service de la structure et, si besoin, du référent ASE pour mesurer l évolution de la situation familiale). Les axes du travail éducatif sont régulièrement redéfinis, avec un partage des rôles avec les partenaires le cas échéant. Les interventions éducatives se focalisent sur certains moments clés dans le «faire avec» : par ex. le mercredi, ou les soirées pour faciliter le travail scolaire, ou les week-ends, qui sont les moments où les compétences parentales peuvent être mises à contribution. Les visites à domicile peuvent être programmées avec la famille ou être réalisées à l improviste si la situation le nécessite. La famille doit connaitre ces modalités d intervention dès le début de la mesure. Il est possible de s appuyer sur l organisation d ateliers pour les enfants et pour les parents (par ex. avec des jeux). L intervention éducative repose sur un binôme d éducateurs, pour élargir le potentiel de disponibilité, et éventuellement pour dissocier des objectifs de travail éducatif avec les enfants de ceux qui concernent les parents. Le référentiel d intervention auprès de l enfant et de sa famille devra prévoir une intervention pluridisciplinaire avec un psychologue, des travailleurs sociaux, éventuellement d autres qualifications, comme EJE, CESF, auxiliaire de puériculture. Un système d astreinte doit être prévu pour permettre une intervention rapide en cas de crise et, si besoin, organiser le repli de l enfant dans la structure de recours 4/7

5 4) Le rôle de l ASE la mise en place de ces dispositifs pourrait être l occasion de repenser la répartition de la charge de travail entre professionnels des MDS et des services qui exercent une référence globale sur les situations. Le référent ASE peut être très distancié et intervenir en début et en fin de mesure, où à la demande du service en cas de besoin et de réorientation nécessaire. D autre part ces interventions ne pourront pas être cumulées avec des mesures d AEMO. 5) La question du «repli» en cas d urgence Il est nécessaire de disposer d un recours en hébergement de l enfant en cas de danger, ou de crise, dans la famille. L accueil en cas de repli est organisé par le service chargé de la mesure DMAD/DARF. Ce temps de repli ne doit pas être uniquement une «mise à l abri». Il doit être un véritable temps de travail avec l enfant et sa famille En cas de repli, le RS ASE doit être informé dans les meilleurs délais par un écrit circonstancié justifiant l accueil en urgence dans l établissement. S il s agit d une décision judicaire, il appartiendra au RS ASE d en informer le juge des enfants. L organisation des solutions de repli : A tout moment, si un état de crise aigüe le justifie, l équipe éducative chargée du suivi peut organiser l accueil de l enfant Dans le cadre d un accueil provisoire, l accueil de l enfant n est possible, en cas de crise, qu avec l accord des parents. Si les parents s y opposent, il appartiendra à l équipe éducative du DMAD/DARF d interpeller en urgence le RS ASE pour une demande d OPP au Parquet si l état de danger de l enfant le nécessite, voire de solliciter directement le Parquet si le RS ASE ne peut être joint. Dans le cadre d une mesure judiciaire, l accueil de l enfant ne nécessite pas une nouvelle décision et se fait même sans l adhésion des parents. Le repli ne peut pas être supérieur à quinze jours consécutifs. Si le repli dure plusieurs jours, une concertation doit avoir lieu avec l ASE pour redéfinir les objectifs fixés avec la famille ou réorienter la mesure sur une autre réponse (de même si les situations de repli de courte durée devaient se répéter sur un laps de temps court). La décision de repli ne peut pas revenir à l éducateur seul qui serait confronté à une situation de crise dans la famille. Un lien avec un tiers, à priori un cadre hiérarchique, est nécessaire. Il convient de permettre au travailleur social de se distancier de l urgence et de ne pas être en situation de décideur. Cette nécessité est à mettre en lien avec la mise en place impérative d une astreinte à la fois au niveau de l équipe éducative et des cadres. Si le retour de l enfant au domicile n est pas possible, l enfant est réorienté vers un lieu d accueil permanent. Dans le cadre d un accueil provisoire, si les parents s opposent à la réorientation et demandent le retour de leur enfant à domicile ou demandent la fin de l accueil 5/7

6 provisoire, sur évaluation de l équipe éducative du DMAD et du référent ASE, le RS ASE demande en urgence une OPP au Parquet si l état de danger pour l enfant le nécessite. Dans le cadre d une mesure judiciaire, il est demandé au juge des enfants de mettre fin à la disposition visant au maintien du mineur à domicile dans le cade du placement ASE. 6) La durée de la mesure Elle est prévue pour 6 mois, renouvelable une fois, si nécessaire. Trois semaines au minimum avant la date de fin de mesure, l établissement devra transmettre au Responsable de Secteur ASE un rapport complet, précisant les modalités d intervention, tant vis-à-vis de l enfant que de sa famille, les dates et les objectifs d intervention ainsi que l évaluation de ces objectifs. Ce rapport devra particulièrement préciser de quelle manière la famille a été inscrite dans un environnement socio-familial porteur, garantissant notamment des relais de prise en charge de l enfant dans le réseau de droit commun. En cas de demande de renouvellement, ce rapport devra en outre préciser les éléments justifiant la poursuite de l intervention et les objectifs visés. Il n y a pas lieu d envoyer d autres écrits au RS ASE durant la mesure, sauf incident et en cas de repli sur la structure. IV. MOYENS HUMAINS : RATIOS, TYPES DE PROFESSIONNELS Le nombre de places à créer, par territoire de MDS, sera fonction du nombre d enfants issus de ce territoire faisant l objet d une décision de placement soit en MECS soit en Placement familial. A titre de cadrage de départ, l objectif est de créer une capacité d intervention pour 10 % des enfants placés originaires de chaque territoire. Cette capacité d intervention détermine le format des équipes éducatives à constituer, en partant d un ratio d encadrement de 1 ETP éducatif pour 7 jeunes avec possibilité d en suivre 9 en cas de fratrie (1 place d internat = 3 prises en charge DMAD). Par suite, le nombre d ETP éducatifs à redéployer à partir des internats existants, qui ne seront pas situés nécessairement sur le même territoire que celui de la création du service, découle de ce mode de calcul. Le détail du nombre d enfants placés originaires de chaque territoire et les modalités d articulation entre les équipes à créer, les professionnels des MDS, et les autres partenaires seront examinés, au niveau des territoires, dans le cadre de réunions d élaboration avec les Directeurs de MDS. V. MOYENS FINANCIERS Ces services doivent dépendre d établissements ou services existants. Leur développement ne pourra s envisager que par redéploiement. Les reconversions de places d accueil classique se feront sur la base du rapport suivant : une place d accueil classique reconvertie permettra la mise en place de 3 places de prise en charge dans les dispositifs DMAD / DARF. 6/7

7 Le repérage des places ou unités d internat à reconvertir se fera en fonction de la répartition des places d internat telles qu elles existent aujourd hui, d une part et, des besoins repérés au niveau de chacun des territoires du département, concernant les nouveaux dispositifs, d autre part. Les moyens libérés par la fermeture des places ou unités d internat seront réemployés pour le fonctionnement des nouveaux dispositifs. Le financement par dotation mensuelle sera généralisé à tous les établissements en VI. L EVALUATION Les expérimentations sur ces dispositifs feront l objet d une évaluation à compter de juin Ces évaluations porteront à minima sur les critères suivants : - Le nombre d enfants suivis - La part des mesures en DMAD et en DARF - La part des mesures administratives et judiciaires - La durée des mesures - Le parcours des enfants pris en charge (mesure antérieure au dispositif, décision à la sortie du dispositif ) et la situation de l enfant au moment de l évaluation - La nature de l accompagnement proposé à chaque situation (objectifs fixés, types d interventions, professionnels mobilisés, fréquence des interventions ) - La gestion des situations d urgence ayant généré un «repli» au sein de l établissement (nombre, nature des situations, processus de gestion (prise de décision, explication à la famille et à l enfant ), modalités de préparation du retour de l enfant dans sa famille, aménagements du projet initial ) - L effectivité de la mise en place d un «dispositif de veille» avant la fin de mesure - L accompagnement par la structure de la mise en place de ces nouveaux services (organisation retenue, association du personnel, formation proposée, ) 7/7

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour»

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d accueil de jour -SAJE- est implanté sur le 19 e arrondissement de Paris et accueille

Plus en détail

INTERVENIR À DOMICILE POUR LA PROTECTION DE L ENFANT

INTERVENIR À DOMICILE POUR LA PROTECTION DE L ENFANT Guide Pratique Protection de l enfance INTERVENIR À DOMICILE POUR LA PROTECTION DE L ENFANT grandir parents respecter prévenir devoirs écouter mieux-être protéger INTERVENIR À DOMICILE POUR LA PROTECTION

Plus en détail

APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS

APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS Appel à projet hébergement et accompagnement éducatif MIE JMIE octobre 2014 1

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

Dép. 75 «Enfant présent»

Dép. 75 «Enfant présent» Dép. 75 «Enfant présent» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Créée en 1987, l association Enfant Présent, dispositif multi-accueil à caractère préventif, dispose de plusieurs

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

LE PROJET POUR L ENFANT

LE PROJET POUR L ENFANT Groupe d appui pour accompagner la réforme de la protection de l enfance LE PROJET POUR L ENFANT Fiche technique Mars 2010 Pour accompagner la mise en œuvre de la loi réformant la protection de l enfance

Plus en détail

LA CELLULE DÉPARTEMENTALE DE RECUEIL, DE TRAITEMENT ET D ÉVALUATION

LA CELLULE DÉPARTEMENTALE DE RECUEIL, DE TRAITEMENT ET D ÉVALUATION Guide Pratique Protection de l enfance LA CELLULE DÉPARTEMENTALE DE RECUEIL, DE TRAITEMENT ET D ÉVALUATION grandir parents respecter prévenir devoirs écouter mieux-être protéger LA CELLULE DÉPARTEMENTALE

Plus en détail

Des questions..des réponses

Des questions..des réponses 1 Des questions..des réponses C est quoi le Foyer 150?... 3 Qui travaille au Foyer 150?... 4 Pourquoi est-on placé au Foyer 150?... 4 Comment arrive-t-on au Foyer 150?...... 5 Première étape : contact

Plus en détail

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION 30 téléphones portables disponibles 27 femmes ont été admises au dispositif. Le bénéfice du TGD pendant une durée de 6 mois a

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Circulaire n 5051 du 04/11/2014

Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Collaboration entre les Centres psycho-médico-sociaux, le Service de médiation scolaire et le Service des équipes mobiles missions et rôles Réseaux et niveaux concernés

Plus en détail

Secteur social et médico-social : zoom sur quatre métiers qui recrutent

Secteur social et médico-social : zoom sur quatre métiers qui recrutent Métiers... Secteur social et médico-social : zoom sur quatre métiers qui recrutent Le secteur social et médico-social est constitué d une large gamme d organismes et de services qui offrent des services

Plus en détail

Comment se déroule le droit de visite et d hébergement d un parent en cas de fixation de la résidence habituelle chez l autre parent?

Comment se déroule le droit de visite et d hébergement d un parent en cas de fixation de la résidence habituelle chez l autre parent? Comment se déroule le droit de visite et d hébergement d un parent en cas de fixation de la résidence habituelle chez l autre parent? Lorsque l enfant vit au domicile de l un de ces parents, ce qui est,

Plus en détail

Le Domicile Collectif FTVS ( Foyer de Transition à la Vie Sociale)

Le Domicile Collectif FTVS ( Foyer de Transition à la Vie Sociale) Le Domicile Collectif FTVS ( Foyer de Transition à la Vie Sociale) Son histoire 1972 Situé à Villefranche-sur-Saône, le FTVS était un service de transition professionnelle vers le milieu ordinaire. 1993

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays Module 2 : Services à la population 2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays réservée : 400 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Développer les solidarités locales et l'accessibilité de tous aux services (Axe

Plus en détail

OCTOBRE 2010. Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles

OCTOBRE 2010. Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles PROTOCOLE DE COLLABORATION CONSEILLERS & DIRECTEURS AJ - EQUIPES SOS ENFANTS PROTOCOLE

Plus en détail

La visite en présence d un tiers dans le cadre de la protection judiciaire : faire de la visite un acte bientraitant et éducatif

La visite en présence d un tiers dans le cadre de la protection judiciaire : faire de la visite un acte bientraitant et éducatif Groupe d appui à la protection de l enfance La visite en présence d un tiers dans le cadre de la protection judiciaire : faire de la visite un acte bientraitant et éducatif Décembre 2012 2 Créé en octobre

Plus en détail

Fondation d Auteuil Etablissements Saint-Roch

Fondation d Auteuil Etablissements Saint-Roch St-Rochok.qxp 07/11/2007 10:39 Page 1 Midi-Pyrénées Fondation d Auteuil Etablissements Saint-Roch Durfort-Lacapelette (82) St-Rochok.qxp 07/11/2007 10:39 Page 2 La Fondation d Auteuil Œuvre d Eglise, fondation

Plus en détail

Politique Institutionnelle. Politique de protection de l enfance. Direction Générale Fédérale 2007 PI 01

Politique Institutionnelle. Politique de protection de l enfance. Direction Générale Fédérale 2007 PI 01 Politique Institutionnelle Politique de protection de l enfance Direction Générale Fédérale 2007 PI 01 Politique Institutionnelle Politique de protection de l enfance 2 1. PRINCIPES : PRÉVENTION DES ABUS

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

REGLEMENT RELATIF AUX AIDES REGIONALES EN FAVEUR DES ELEVES ET ETUDIANTS EN FORMATIONS SOCIALES, PARAMEDICALES ET DE SANTE

REGLEMENT RELATIF AUX AIDES REGIONALES EN FAVEUR DES ELEVES ET ETUDIANTS EN FORMATIONS SOCIALES, PARAMEDICALES ET DE SANTE CP 13/09/13 REGLEMENT RELATIF AUX AIDES REGIONALES EN FAVEUR DES ELEVES ET ETUDIANTS EN FORMATIONS SOCIALES, PARAMEDICALES ET DE SANTE VU le Code Général des Collectivités Territoriales, VU la délibération

Plus en détail

Annexe 1 : Objectifs opérationnels du Dispositif de Premier Accueil des Demandeurs d Asile

Annexe 1 : Objectifs opérationnels du Dispositif de Premier Accueil des Demandeurs d Asile Direction de l Asile - PADA- Appel à Projet 2014 Juillet 2013 Annexe 1 : Objectifs opérationnels du Dispositif de Premier Accueil des Demandeurs d Asile Direction de l Asile - PADA- Appel à Projet 2014

Plus en détail

PROJET VIVRE, HABITER ET TRAVAILLER DANS LYON ET LE GRAND LYON

PROJET VIVRE, HABITER ET TRAVAILLER DANS LYON ET LE GRAND LYON PROJET VIVRE, HABITER ET TRAVAILLER DANS LYON ET LE GRAND LYON Pourquoi une structure innovante pour jeunes adultes autistes dits «évolués»? L association Sésame-Autisme Rhône-Alpes souhaite offrir aux

Plus en détail

Dép. 54 Accueil de jour Educatif et Scolaire (A.J.E.S.)

Dép. 54 Accueil de jour Educatif et Scolaire (A.J.E.S.) Dép. 54 Accueil de jour Educatif et Scolaire (A.J.E.S.) PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation L accueil de Jour Educatif et Scolaire -A.J.E.S.- est implanté dans la commune

Plus en détail

Ateliers Santé Ville de Marseille

Ateliers Santé Ville de Marseille Ateliers Santé Ville de Marseille QUESTIONS-REPONSES SUR LES DROITS A LA COUVERTURE MALADIE Dernière mise à jour : 30 janvier 2008 Ce document est destiné aux professionnels concernés par les questions

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

SECTEUR HÉBERGEMENT APARTE LE PUBLIC ACCUEILLI. Les missions HABILITATION

SECTEUR HÉBERGEMENT APARTE LE PUBLIC ACCUEILLI. Les missions HABILITATION SECTEUR HÉBERGEMENT APARTE 104-106 avenue Chanzy - 53000 LAVAL 02.43.49.31.68 Fax : 02.43.53.78.64 E.mail : aparte@sms.asso.fr Directeur : Eric CHARBONNIER LE PUBLIC ACCUEILLI Le service s adresse à des

Plus en détail

QU'EST-CE QU'UNE MAISON D ASSISTANTS MATERNELS (MAM)? QUI EST L EMPLOYEUR DES ASSISTANTS MATERNELS?

QU'EST-CE QU'UNE MAISON D ASSISTANTS MATERNELS (MAM)? QUI EST L EMPLOYEUR DES ASSISTANTS MATERNELS? Mise à jour Septembre 2011 Un assistant maternel est agréé par le Conseil général. Il peut moyennant rémunération, accueillir habituellement et de façon non permanente des mineurs : - à son domicile (art.

Plus en détail

N O. Sac ados France (16 à 20 ans inclus) DOSSIER DE PRÉSENTATION ET DE CANDIDATURE JEUNES TITRE DU PROJET :

N O. Sac ados France (16 à 20 ans inclus) DOSSIER DE PRÉSENTATION ET DE CANDIDATURE JEUNES TITRE DU PROJET : 1 9 s o d a Sac N A L P N O B! s e c n a c a v 2013 LE Sac ados France (16 à 20 ans inclus) DOSSIER DE PRÉSENTATION ET DE CANDIDATURE JEUNES TITRE DU PROJET : LISTE DES PIÈCES OBLIGATOIRES À FOURNIR PAR

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

2015-2016-2017. Entre,

2015-2016-2017. Entre, Convention n Relative aux contributions respectives de l association «Jeunesse et Cultures», des Communes de Charmes, Thaon-les-Vosges et du Conseil général des Vosges à des actions dites de prévention

Plus en détail

Circulaire de la DPJJ du 13 novembre 2008 visant à améliorer la prise en charge des mineurs placés en centre éducatif fermé

Circulaire de la DPJJ du 13 novembre 2008 visant à améliorer la prise en charge des mineurs placés en centre éducatif fermé Centre éducatif fermé Juge des enfants Protection judiciaire de la jeunesse Circulaire de la DPJJ du 13 novembre 2008 visant à améliorer la prise en charge des mineurs placés en centre éducatif fermé NOR

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi et de la santé Direction de la sécurité sociale

Ministère du travail, de l emploi et de la santé Direction de la sécurité sociale Ministère du travail, de l emploi et de la santé Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès aux soins, des prestations familiales et des accidents du travail Bureau couverture maladie universelle

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Service Municipal d Accueil Postscolaire

Service Municipal d Accueil Postscolaire Service Municipal d Accueil Postscolaire Règlement intérieur 2013-2014 Direction de la Vie Scolaire et de la Petite Enfance 15 mail d Allagnat 63000 Clermont-Ferrand mail : dvspe-secretariat@ville-clermont-ferrand.fr

Plus en détail

Demande d A.E.E.H. (Allocation d Education Enfant Handicapé)

Demande d A.E.E.H. (Allocation d Education Enfant Handicapé) Demande d A.E.E.H. (Allocation d Education Enfant Handicapé) Ce document est conçu uniquement pour vous aider à remplir le formulaire de demande, mais il ne peut pas être utilisé à sa place. Téléchargez

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

OFFRES TARIFAIRES AU PERSONNEL DE LA CEIDF

OFFRES TARIFAIRES AU PERSONNEL DE LA CEIDF OFFRES TARIFAIRES AU PERSONNEL DE LA CEIDF 1- Conditions d éligibilité aux avantages tarifaires bancaires Etre salarié sous contrat à durée indéterminée à la CEIDF, après validation de la période d essai.

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Vie affective et parentale des personnes déficientes intellectuelles

Vie affective et parentale des personnes déficientes intellectuelles Répertoire des lieux ressources Vie affective et parentale des personnes déficientes intellectuelles Délégation de la Solidarité du Bassin de Saint-Nazaire Édition 2013 1 UN REPERTOIRE 1, POUR QUOI? Le

Plus en détail

Etablissement S.A.S. / ARPADE. Services d Accueil et de Soins. - Livret d accueil -

Etablissement S.A.S. / ARPADE. Services d Accueil et de Soins. - Livret d accueil - Etablissement S.A.S. / ARPADE Services d Accueil et de Soins - Livret d accueil - Association Régionale de Prévention et d Aide face aux Dépendances et aux Exclusions Valeurs fondamentales de l Association

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

Parents, enfants. un guide pour vous

Parents, enfants. un guide pour vous Parents, enfants un guide pour vous edit s mmaire Parents, Notre engagement de mettre en place un territoire compétitif, solidaire et durable ne peut se concevoir sans répondre aux besoins des enfants

Plus en détail

PROJET DE SERVICE LE SERVICE D ACCUEIL D URGENCE ET D ORIENTATION REPONDRE A L URGENCE DES ADOLESCENTS EN CRISE

PROJET DE SERVICE LE SERVICE D ACCUEIL D URGENCE ET D ORIENTATION REPONDRE A L URGENCE DES ADOLESCENTS EN CRISE PROJET DE SERVICE LE SERVICE D ACCUEIL D URGENCE ET D ORIENTATION REPONDRE A L URGENCE DES ADOLESCENTS EN CRISE SOMMAIRE L URGENCE DES ADOLESCENTS AUJOURD HUI 3 LE SAUO AUJOURD HUI 4-1/ CARACTERISTIQUES

Plus en détail

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL EXPERIENCES PROFESSIONNELLES Détail des expériences Responsable qualité association secteur SMS : - Conception, mise en œuvre, animation et

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Pôle Culture, Sport, Santé, Associations Secteur Santé Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Nom du demandeur: Intitulé du projet : Contact

Plus en détail

COMMUNE DE CANNES-ECLUSE REGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE

COMMUNE DE CANNES-ECLUSE REGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE COMMUNE DE CANNES-ECLUSE REGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE Le présent règlement définit les relations entre les enfants, les accompagnateurs et le personnel du restaurant scolaire. Il a pour finalité de

Plus en détail

Les prérogatives du mineur sur sa santé

Les prérogatives du mineur sur sa santé 5e Rencontres médico-juridico-sociales autour de l enfant Protection de l enfance et santé Les prérogatives du mineur sur sa santé Claire Quennesson - Doctorante CERFAP Introduction Mineur Personne âgée

Plus en détail

Livret d accueil. Service Appartements «Les Nouveaux Cèdres»

Livret d accueil. Service Appartements «Les Nouveaux Cèdres» Plan d accès RER B station du vert galant Autoroute A1 et A3 sortie Tremblay en France, Villepinte Livret d accueil Service Appartements «Les Nouveaux Cèdres» 12 avenue Pasteur 93290 Tremblay en France

Plus en détail

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013 Note de recommandation Médecins du Monde Concertation sur la Réforme de l Asile Octobre 2013 Introduction Cette note de contribution est rédigée dans le cadre de la concertation sur la Réforme de l Asile,

Plus en détail

Une école bienveillante face aux situations de mal-être des élèves. Guide à l attention des équipes éducatives des collèges et des lycées

Une école bienveillante face aux situations de mal-être des élèves. Guide à l attention des équipes éducatives des collèges et des lycées Une école bienveillante face aux situations de mal-être des élèves Guide à l attention des équipes éducatives des collèges et des lycées Ce guide constitue l une des mesures annoncées lors du Comité interministériel

Plus en détail

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale PREMIER MINISTRE PLAN PLURIANNUEL contre la pauvreté et pour l inclusion sociale 3 mars 2015 SYNTHÈSE Adopté à la suite d un comité interministériel de lutte contre l exclusion en 2013, le plan pluriannuel

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Aide à la jeunesse: questions de parents

Aide à la jeunesse: questions de parents Aide à la jeunesse: questions de parents Septembre 008 de Belgique Où trouver de l aide? Comment se prennent les décisions? Quelle est l intervention des différents services? Quel est le rôle du SAJ, du

Plus en détail

Droit du travail - Jurisprudence. Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral

Droit du travail - Jurisprudence. Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral Cour de cassation - chambre sociale Audience publique du 14 septembre 2010 N de pourvoi: 09-66762 Cassation partielle sans renvoi Dans un arrêt

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION BOURSES D ETUDES POUR LES FORMATIONS SANITAIRES ET SOCIALES

REGLEMENT D INTERVENTION BOURSES D ETUDES POUR LES FORMATIONS SANITAIRES ET SOCIALES REGLEMENT D INTERVENTION BOURSES D ETUDES POUR LES FORMATIONS SANITAIRES ET SOCIALES Septembre 2008 1 Direction Générale Adjointe Solidarités Formations tout au long de la vie Direction des Solidarités

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

au service de chacun!

au service de chacun! Les associations sanitaires et sociales : au service de chacun! Petite enfance Handicap Jeunes en danger Santé Personnes âgées Pauvreté, Exclusion * «L association est la convention par laquelle deux ou

Plus en détail

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SOUTIEN AUX EMPLOIS DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ECONOMIE 17.12 DESCRIPTIF DE L'INTERVENTION OBJECTIFS Consolider l emploi des entreprises de l économie sociale et solidaire

Plus en détail

FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014

FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014 FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014 1 SOMMAIRE 1) Textes de référence 2) Cadrage départemental 3) Charte du tuteur : rôle et missions 4) Les outils des professeurs des écoles

Plus en détail

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796.

Plus en détail

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN 1 1 L ACTION SOCIALE NOS VALEURS SOLIDARITÉ Valeur centrale, elle s exprime par la mise en œuvre d interventions au profit de tous ses clients : entreprises,

Plus en détail

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail.

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail. Introduction Les troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs concernent tous les intervenants de l entreprise : dangerosité du salarié pour lui-même et pour autrui, risque de désorganisation de l activité

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

Pour la création d une maison d assistants maternels

Pour la création d une maison d assistants maternels CHARTE DÉPARTEMENTALE Pour la création d une maison d assistants maternels Mars 2011 CHARTE DÉPARTEMENTALE Pour la création d une maison d assistants maternels Le Code de l Action Sociale et des Familles

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS

REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS Avenue des Thermes - BP 71 01220 Divonne-les-Bains Tel/Fax : 04 50 20 29 15 Courriel : divonne.espacejeunes@alfa3a.org REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS A compter du 1 er septembre 2014

Plus en détail

PASS CULTURE SPORT REGLEMENT D INTERVENTION

PASS CULTURE SPORT REGLEMENT D INTERVENTION PASS CULTURE SPORT REGLEMENT D INTERVENTION OBJET A travers ce dispositif, la Région souhaite : Démocratiser l accès à la culture Faire du dispositif un véritable outil d ouverture culturelle Valoriser

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

(CEP) Mars 2008. UNASEA Groupe CEP mars 2008

(CEP) Mars 2008. UNASEA Groupe CEP mars 2008 LES CENTRES EDUCATIFS ET PROFESSIONNELS (CEP) Une expérience qui mérite d être confortée Mars 2008 1 Sommaire A QUI S ADRESSENT LES CEP? 4 1. Le public accueilli dans les CEP 6 2. Les objectifs poursuivis

Plus en détail

Présentation des plateformes d accueil de Forum réfugiés Cosi. 13 septembre 2012

Présentation des plateformes d accueil de Forum réfugiés Cosi. 13 septembre 2012 Présentation des plateformes d accueil de Forum réfugiés Cosi 13 septembre 2012 Sommaire Introduction I. La plateforme de Lyon: la maison du réfugié 1. Présentation générale 2. Le réseau partenarial 3.

Plus en détail

Article II. ORGANISATION DES INSCRIPTIONS

Article II. ORGANISATION DES INSCRIPTIONS Adopté au Conseil Municipal du 9 février 2015 Article I. PRÉSENTATION La Mairie de Montmorency propose aux enfants montmorencéens de partir en séjour pendant les vacances scolaires. Les vacances constituent

Plus en détail

Les accueils de jour du Nord

Les accueils de jour du Nord PRÉFET DU NORD Les accueils de jour du Nord Avril 2014 Direction départementale de la cohésion sociale Mission urgence sociale hébergement insertion Le dispositif d Accueil, d Hébergement et d Insertion»

Plus en détail

AVIS D APPEL A PROJETS MEDICO-SOCIAL RELEVANT DE LA COMPETENCE DE

AVIS D APPEL A PROJETS MEDICO-SOCIAL RELEVANT DE LA COMPETENCE DE AVIS D APPEL A PROJETS MEDICO-SOCIAL RELEVANT DE LA COMPETENCE DE L AGENCE REGIONALE DE SANTE D ALSACE RELATIF A LA CREATION DE PLACES DE SERVICES DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE (SSIAD) ARS Alsace Cité

Plus en détail

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI),

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI), Le rôle du Fichier central des chèques et du Fichier national des chèques irréguliers Note d information La Banque de France a reçu du législateur la mission de «veiller au bon fonctionnement et à la sécurité

Plus en détail

AIDES FORMATION / ACCES A LA QUALIFICATION. Région Département 04 05 06 13 83 84 Local

AIDES FORMATION / ACCES A LA QUALIFICATION. Région Département 04 05 06 13 83 84 Local AIDES FORMATION / ACCES A LA QUALIFICATION Bourse d études Conseil régional Provence-Alpes-Côte d Azur Mise à jour : Février 2011 (Réf. FO00001) Secteur géographique concerné Région Département 04 05 06

Plus en détail

Définition des temps périscolaires et extrascolaires

Définition des temps périscolaires et extrascolaires ANNEXE 3 Définition des temps périscolaires et extrascolaires Le temps périscolaire est constitué des heures qui précèdent et suivent la classe durant lesquelles un encadrement est proposé aux enfants

Plus en détail

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations.

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations. PROCESSUS D ASSURANCE QUALITE MIS EN ŒUVRE APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE 1. Identification des circonstances déclenchantes de l acte de maltraitance. 2. Définition des objectifs correctifs. 3. Elaboration

Plus en détail

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s Un Pass santé contraception pour les jeunes francilien-ne-s Mardi 26 avril 2011 Lycée Elisa Lemonnier Contacts Presse Emmanuel Georges-Picot 01.53.85.57.33 emmanuel.georges-picot@iledefrance.fr Véronique

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr ) Découvrez les métiers de la Justice Informez-vous sur www.justice.gouv.fr PENITENTIAIRE Sommaire SOMMAIRE Magistrat............................................................. p. 4, 5 Greffier en chef......................................................

Plus en détail

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes 2013 marque le début de la refondation de la formation initiale des enseignants > Pour remplacer les départs des enseignants en 2013, 22 100 postes

Plus en détail

Les violences conjugales

Les violences conjugales MINISTÈRE le point sur Femmes/égalité Lutte contre les violences envers les femmes Les violences conjugales Les victimes de violences craignent le plus souvent de s exprimer. Paralysées par la peur, une

Plus en détail

Règlement Intérieur des Services de Restauration Scolaire et d Accueil Périscolaire de la Ville de Jarvillela-Malgrange

Règlement Intérieur des Services de Restauration Scolaire et d Accueil Périscolaire de la Ville de Jarvillela-Malgrange Accusé de réception - Ministère de l'intérieur 054-215402744-20140619-N6-19-06-2014-DE Accusé certifié exécutoire Réception par le préfet : 26/06/2014 Règlement Intérieur des Services de Restauration Scolaire

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FONCTIONNEMENT MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FONCTIONNEMENT MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FONCTIONNEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT PORTAGE DE REPAS A DOMICILE

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT PORTAGE DE REPAS A DOMICILE REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT PORTAGE DE REPAS A DOMICILE Article 1 Objet du service de portage de repas à domicile Dans le cadre de ses actions «vie autonome», le CCAS de Saint Paul-Trois- Châteaux propose

Plus en détail

DEVELOPPER LES RESSOURCES SOCIALES DES FAMILLES EN PROTECTION DE L ENFANCE EN MOBILISANT LES PARTENAIRES TERRITORIAUX. Fabienne FRUCHART LEMAIRE

DEVELOPPER LES RESSOURCES SOCIALES DES FAMILLES EN PROTECTION DE L ENFANCE EN MOBILISANT LES PARTENAIRES TERRITORIAUX. Fabienne FRUCHART LEMAIRE DEVELOPPER LES RESSOURCES SOCIALES DES FAMILLES EN PROTECTION DE L ENFANCE EN MOBILISANT LES PARTENAIRES TERRITORIAUX Fabienne FRUCHART LEMAIRE 2014 R e m e r c i e m e n t s Je remercie les personnes

Plus en détail

LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES

LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES LE SAMU SOCIAL DE BRUXELLES Le SAMU SOCIAL DE BRUXELLES Un dispositif de lutte contre l exclusion : 24h/24, 365j/an : 1) Une permanence téléphonique le N vert : 080099/340 2) Des équipes mobiles d aide

Plus en détail

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier DGOS/PF3/CdC MSP PF3 R2 DSS RB 21 07 10 Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier L article L. 6323-3 du code de la santé publique prévoit

Plus en détail