La situation économique et financière

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La situation économique et financière"

Transcription

1 Bulletin Institutionnel de SMA Gestion DOCUMENT RESERVE EXCLUSIVEMENT AUX CLIENTS PROFESSIONNELS AU SENS DE LA DIRECTIVE MIF La situation économique et financière «Un certain nombre de participants ont émis la volonté de ralentir le rythme de rachats d actifs dès la réunion de juin si les informations économiques reçues d ici là montrent des preuves d une croissance suffisamment solide et durable» Compte-rendu de la réunion du comité de politique monétaire de la Fed, mai 2013 MAI 2013 Le Fed se prépare à resserrer alors que la BCE est contrainte à plus de soutien! La Fed, précurseur des politiques de «quantitative easing» (son bilan a dépassé les 3000 milliards de dollars en janvier, soit environ 20% du PIB américain), pourrait être la première banque centrale à ralentir son programme de soutien aux marchés. Si jusqu à présent, l institution poursuit ses achats de titres (pour un montant mensuel de 85 milliards de dollars), le compte rendu du dernier Comité de politique monétaire (FOMC) fait état de divergences entre certains membres quant à la poursuite de ces politiques. Ce discours semble pour l instant davantage tester la réaction des investisseurs vis-à-vis d un éventuel ralentissement du QE qu il ne le planifie réellement. A l inverse, la BCE réfléchit de son côté à un plan d action pour relancer le financement des PME de la Zone Euro. Malgré la baisse de son principal taux directeur à 0,5% en mai, les PME (notamment d Europe du Sud) font toujours face à une pénurie de crédit qui risque de mettre en péril la reprise économique. L institution s interroge sur la forme que pourrait prendre cette nouvelle aide : réactivation du marché des ABS? Rachat de créances douteuses de pays d'europe du sud afin de soulager la pression qui pèse sur leurs banques? Taux de rémunération négatif pour les dépôts des banques auprès de la BCE afin de stimuler la distribution de prêts? Baisse du taux d intérêt à 0,25% pour stimuler la demande? La Chine ralentit et inquiète La chute de l'indice PMI des directeurs d'achats du secteur manufacturier chinois sous le seuil des 50 en mai vient doucher les espoirs d'une reprise de la croissance au deuxième trimestre. Le FMI a confirmé cette crainte en abaissant sa prévision de la croissance chinoise pour 2013 de 8% à 7.75%. Selon l organisation internationale, la Chine devra donner «une impulsion décisive pour rééquilibrer et augmenter les revenus des ménages». Cette transition n est pas sans danger pour l activité du pays dont le modèle économique est basé sur les exportations et le faible coût de sa main d œuvre. La croissance n est pas le seul sujet d inquiétude des investisseurs. L endettement excessif menace désormais le pays. Le niveau global d endettement est difficile à chiffrer, tant la transparence et la fiabilité des indicateurs sont discutables. Il est néanmoins estimé par certains autour de 200% du PIB. Au-delà de ce niveau élevé, c est d une part, l inquiétante vitesse d endettement et d autre part, son faible effet positif sur la croissance, qui inquiètent. A cela s ajoute la nébuleuse du crédit «informel» («shadow banking») qui ne cesse de croître. Les marchés actions en hausse Les marchés actions ont poursuivi leur progression. En mai, le CAC 40 gagne +2,38%, l Eurostoxx 50 : +2,13%, le S&P500 +2,08% (portant sa performance cumulée depuis le début de l année à +14,34%). L indice américain renoue ainsi avec ses plus hauts historiques effaçant la totalité des pertes provoquées par la crise des subprimes Seul le marché actions japonais ralentit quelque peu la cadence (Nikkeï 225 : -4,32% en mai) après son spectaculaire rallye (+27,58% depuis le début de l année, Cf. Thème du mois). Les marchés actions émergents restent en revanche atones, (MSCI Marchés émergents : +0,15% en mai, -0,79% depuis le début de l année). Sur les marchés obligataires, les taux de la dette 10 ans ont légèrement remonté mais se maintiennent toujours à des niveaux extrêmement bas (1,51% pour le Bund allemand, 2,13% pour le Bond américain au 2/06/2013). Les marchés de dette privés sont relativement stables (aux Etats-Unis, spread de la catégorie Investissement : 114 points, et de la catégorie Spéculative : 459 points, en Zone Euro, spread de la catégorie Investissement : 166 points, et de la catégorie Spéculative : 462 points). Avertissement : Ce document non contractuel a été réalisé à titre d information et ne constitue pas un conseil d investissements. SMA Gestion (Groupe SMABTP), Agrément AMF N GP , avenue Emile Zola, Paris cedex 15 1

2 La gestion INTERVIEW DU MOIS Interview de Philippe DESURMONT Directeur Général de SMA Gestion Responsable de la gestion Actions et Matières premières Que pensez-vous des niveaux actuels des marchés actions des pays de l OCDE? Philippe DESURMONT : Nous n appréhendons pas les marchés financiers sur une base «top down». Nous privilégions une analyse individuelle des titres ce qui nous permet par aggrégation d obtenir une valorisation des indices boursiers (cf. graphique). En examinant l Eurostoxx 50 par exemple, nous constatons un renchérissement significatif des marchés actions européens, qui dépassent la borne haute de l intervalle de valorisations de la période De ce point de vue, les marchés actions européens présentent donc globalement peu d opportunités d achat à bon compte. Seules certaines entreprises cotées demeurent encore très abordables. Mais il s agit essentiellement de sociétés qui font face à des problèmes structurels (activité domestique confrontée à un environnement économique dégradé, marché structurellement en décroissance ) qui justifient en partie ces niveaux peu élevés de valorisation. Les marchés actions peuvent-ils encore progresser? PhD : Les tenants d une approche «top down», sur la base d indicateurs classiques type PER, jugent les marchés actions notamment européens peu chers dans une perspective historique. Selon eux, la marge de progression peut donc sembler importante et la hausse des marchés actions pourrait se poursuivre. Mais en y regardant de plus près, on constate que les marges opérationnelles des entreprises cotées sont aux plus hauts historiques. Les sociétés ont appris des crises précédentes et se sont déployées pour profiter de la croissance des pays émergents. Elles ont fait d importants efforts de gains de productivité, jouissent d un faible taux d imposition, de frais financiers historiquement bas et ont réussi à endiguer la progression des coûts salariaux. La question est donc celle de la pérennité des niveaux de marges atteints Le potentiel de hausse des marchés actions semble alors moins assuré. Quelles sont, selon vous, les perspectives de rentabilité à moyen terme des sociétés cotées des pays de l OCDE? PhD : On peut raisonnablement penser que dans les années à venir, les frais financiers et les taux impositions seront appelés à augmenter. Par ailleurs, l essentiel des gains de productivité (restructurations, désendettement ) est derrière nous. Les sociétés seront alors tributaires de la demande pour maintenir ou accroitre leurs marges. Or, le paradoxe est que pour stimuler la demande dans les pays de l OCDE, la consommation devra être soutenue par une hausse des salaires! Le gain pour les sociétés serait dès lors contrebalancé par la hausse des coûts salariaux! Ces éléments amèneront tôt ou tard une normalisation des valorisations et donc probablement une correction plus ou moins forte des marchés actions. Il est cependant difficile de se prononcer sur le timing de ces ajustements. 1,50 1,45 1,40 1,35 1,30 1,25 1,20 1,15 1,10 1,05 1,00 0,95 0,90 0,85 0,80 mai-09 juil-09 sept-09 nov-09 févr-10 Cours/Valeur d équilibre* de l Eurostoxx 50 avr-10 juin-10 sept-10 * Estimation selon la méthodologie de valorisation de SMA Gestion. La valeur d équilibre de l Eurostoxx 50 est obtenue par l aggrégation de celles de chaque titre qui le compose. Avertissement : Ce document non contractuel a été réalisé à titre d information et ne constitue pas un conseil d investissements. SMA Gestion (Groupe SMABTP), Agrément AMF N GP , avenue Emile Zola, Paris cedex 15 nov-10 janv-11 avr-11 juin-11 aout 2011 oct-11 janv-12 mars-12 mai-12 août-12 oct-12 déc-12 mars-13 mai-13 2

3 BATI ACTIONS INVESTISSEMENT - FR (I) - FR (P) Classification AMF Actions internationales Frais de gestion max Actif au 31/05/2013 2% TTC VL au 31/05/ , GESTION ACTIONS ZONE EURO mois YTD 1 an 3 ans 5 ans depuis volatilité 52 s création** BATI ACTIONS INVESTISSEMENT 2,09 11,23 32,46 36,28 25,53 44,49 10,34 Euro Stoxx 50 TR 3,26 7,32 38,14 17,56-13,02 13,77 16,18 ** 07/06/05 Bati Actions Investissement Euro Stoxx 50 BATI ACTIONS ARBITRAGE FR (I) FR (P) Classification AMF OPCVM Diversifié Frais de gestion max 2% TTC Actif au 31/05/ VL au 31/05/ , Bati Actions Arbitrage Eonia 1 mois YTD 1 an 3 ans 5 ans depuis volatilité 52 s création* BATI ACTIONS ARBITRAGE -0,57 2,07 2,66 ** ** 3,25 2,68 Eonia 0,01 0,02 0,14 ** ** 0,21 0,01 * 16/02/2012 Les chiffres cités ont trait aux années écoulées et les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Il est recommandé avant toute décision d'investissement de consulter les prospectus. Sources : Europerformances 3

4 GESTION OBLIGATAIRE ZONE EURO BATI CREDIT PLUS - FR Classification AMF Frais de gestion max Actif au 31/05/ Obligations et autres titres de créances en euros 1% de l'actif net hors OPCVM VL au 31/05/ , Bati Crédit Plus Eonia Iboxx 1 mois YTD 1 an 3 ans 5 ans depuis création* volatilité 52 s Sensibilité BATI CREDIT PLUS 0,13 1,24 6,84 15,49 39,55 45,43 1,61 2,00 IBOXX Corporate Overall All T -0,20 1,77 8,98 19,16 37,27 36,06 2,50 4,38 EONIA capitalisé 0,01 0,03 0,11 1,46 4,65 9,24 0,01 *10/05/07 BATI TAUX FR Classification AMF OPCVM Diversifié Frais de gestion max 2% TTC Actif au 31/05/ VL au 31/05/ , Bati Taux Euro MTS 3-5 ans Eonia Iboxx 1 mois YTD 1 an 3 ans 5 ans depuis volatilité 52 s création* BATI TAUX 0,08 0,54 2,88 ** ** 3,97 0,79 Eonia 0,01 0,03 0,11 ** ** 0,22 0,01 EuroMTS 3-5 ans -0,57 1,05 6,54 ** ** 7,54 2,30 Iboxx -0,20 1,77 8,98 ** ** 11,51 2,50 * 15/02/2012 Les chiffres cités ont trait aux années écoulées et les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Il est recommandé avant toute décision d'investissement de consulter les prospectus. Sources : Europerformances 4

5 BATI MATIERES PREMIERES- FR (I) - FR (P) Classification AMF Diversifié Date de création : 14 juin 2012 Frais de gestion maximum 2,5% de l actif part I et 3% de l actif part P GESTION MATIERES PREMIERE Conformément à la réglementation AMF, nous ne pouvons diffuser les performances du fonds BATI MATIERES PREMIERES car il n a pas encore atteint un an d existence. Commentaires sur les marchés des matières premières : Sylvain BERTHELET, CFA, gérant analyste Matières Premières Aurélien BONNEVIOT, gérant analyste Matières Premières L environnement : En mai, les cours des matières premières sont restés sous pression. Les chiffres macro-économiques ont été contrastés mais les attentes d une croissance chinoise moins dynamique et d une reprise de l économie américaine dominent toujours. Dans ce contexte, les métaux précieux ont reperdu une bonne partie du terrain reconquis lors des dernières semaines d avril. Seul le palladium s est apprécié, probablement porté par des attentes d un marché en déficit et un marché automobile américain robuste. Le compartiment énergétique a présenté une tendance baissière. Si quelques inadéquations apparaissent au niveau local, l offre physique est relativement abondante sur le plan global. Les prix agricoles ont aussi baissé lors de cette même période. Il semble que ce soit un ajustement après avoir connu des hausses de prix marquées en début d année (produits tropicaux notamment) et des craintes de s les tardives en raison de la météo (grains américains particulièrement). Les métaux industriels ont paradoxalement affiché une petite reprise des cours mais celle-ci s effectue sur des niveaux bas quand on considère l historique récent. Les réductions de capacités annoncées n ont eu que peu d effet au regard des craintes de ralentissement de la consommation chinoise. Notre gestion : L environnement actuel est délicat : de nombreux opérateurs anticipent une réduction des interventions de la Réserve Fédérale sur les marchés de capitaux et donc un mouvement de raffermissement du dollar ce qui a tendance à nuire aux matières premières et notamment à l or ainsi qu autres valeurs dites «refuges». Le contexte actuel de recherche de rendement et de nette baisse de l aversion au risque renforce ce climat défavorable. Sur le moyen terme, nous pensons que le chemin vers une croissance durable et une solution à l endettement des Etats est encore étroit et que l hyperactivité des banques centrales (comme celle Banque du Japon récemment) implique aussi des risques. Aussi le compartiment des métaux précieux reste attractif sur longue période à nos yeux. Nous avons renforcé notre exposition au platine à des cours que nous avons jugés proches des coûts de production. Nous avons initié une ligne sur le café, les cours actuels reflètent des attentes de récolte importante mais nous semblent attractifs sur le moyen terme. Nous avons en revanche coupé notre position sur le sucre. Malgré des prix bas, il est probablement nécessaire d attendre encore avant de se repositionner sur ce marché toujours en net excédent. Matières premières agricoles Métaux précieux 31/05/13 Δ mois Δ /05/13 Δ mois Δ 2013 Blé (USc/bu) 705,50-2,3% -9,3% Or ($/once) 1392,60-5,4% -16,9% Maïs (USc/bu) 662,00-3,1% -5,2% Argent ($/once) 22,24-7,9% -26,3% Soja (USc/bu) 1510,00 2,9% 6,4% Platine ($/once) 1461,80-3,0% -5,0% Café (USc/lb) 127,05-5,9% -11,6% Palladium ($/once) 751,05 7,6% 6,8% Sucre (USc/lb) 16,55-6,3% -15,2% Coton (USc/lb) 79,36-7,2% 5,6% Métaux industriels Energie 31/05/13 Δ mois Δ /05/13 Δ mois Δ 2013 Cuivre ($/t) 7309,00 3,6% -7,8% Pétrole - Brent ($/b),39-1,9% -9,6% Aluminium ($/t) 1906,00 1,9% -8,1% Pétrole - WTI ($/b) 91,97-1,6% 0,2% Nickel ($/t) 14825,00-3,7% -13,1% Gaz Naturel ($/b) 3,98-8,3% 18,9% Zinc ($/t) 1927,00 3,2% -7,4% Essence ($/Gal) 277,89-0,8% -1,2% Plomb ($/t) 2201,00 8,6% -5,5% Mazout ($/b) 279,21-2,8% -8,3% Etain ($/t) 20900,00 2,6% -10,7% Gasoil ($/Gal) 844,75-0,1% -8,9% Les chiffres cités ont trait aux années écoulées et les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Il est recommandé avant toute décision d'investissement de consulter les prospectus. Sources : Europerformances 5

6 Le Thème du mois L OFFENSIVE JAPONAISE DE MONSIEUR ABE En 2013, le Japon semble plus que jamais décidé à tourner la page de la déflation. Le nouveau gouvernement de M. Abé affiche un programme ambitieux mais pas sans conséquence pour le reste du monde. Le Japon, une économie en déflation chronique et surendettée L éclatement de la bulle boursière et immobilière en 1990 a fait sombrer le Japon dans la «Décennie Perdue». Ainsi, entre 1990 et 2000, le pays a connu une croissance du PIB négative, une hausse du chômage, des faillites d établissements financiers ainsi qu une très forte augmentation de l endettement public. La banque centrale du Japon (BoJ) a essayé de relancer la croissance avec une politique monétaire de «taux zéro» couplée à des plans de relance mais sans succès. Plus de 20 ans plus tard, les résultats se font toujours attendre, la croissance demeure atone et l inflation est quasi nulle. Ces politiques ont par ailleurs conduit à la très forte dégradation des comptes publics : endettement public = 212% du PIB (fin 2012) et déficit public = -9,9% du PIB (fin 2012). Contrairement à certains membres de la Zone Euro, le Japon ne subit pas la pression des marchés pour rétablir sa situation financière (sa dette étant dans sa quasi-totalité financée par l épargne domestique). Néanmoins, pour réduire son endettement et renouer avec une croissance durable et auto-entretenue, le pays, de par son modèle économique, est dépendant de la croissance et du commerce mondial. qui voit sa balance commerciale tomber dans le rouge. L industrie constitue une composante significative du PIB domestique (28%) et les exportations japonaises ont permis au pays, entre 1980 et 2010, de dégager de très importants excédents commerciaux. Mais depuis quelques années, l attractivité des produits japonais se réduit. D une part, la compétitivité «coût» s est fortement érodée à l international avec l appréciation du yen ( alimentée par la politique de «taux zéro» pratiquée bien avant ses partenaires commerciaux). D autre part, la compétitivité «hors coût» des produits japonais s est nettement détériorée (l industrie électronique par exemple a perdu son leadership sur de nombreux marchés). Parallèlement, l arrêt du nucléaire (conséquence de Fukushima) a provoqué une forte augmentation des importations d énergie. En conséquence, la balance commerciale japonaise est devenue déficitaire depuis Si la situation perdure, c est la capacité du Japon à auto financer ses déficits publics qui serait remise en cause, et ce d autant que le vieillissement de la population devrait à l avenir réduire le taux d épargne des ménages. Face à cette situation très problématique à moyen terme, un nouveau gouvernement a été élu (décembre 2012) sur la base d un programme de politique économique très agressif. «Abenomics» Déterminé et ambitieux, le nouveau chef du gouvernement, M. Abé, veut sortir à tout prix son pays de la déflation. Baptisé «Abenomics», son programme de redressement comprend des mesures de relance de l'investissement par la dépense publique, et des injections massives de liquidités (1.400 milliards de dollars dans l'économie en deux ans!!) conduites par la Banque du Japon, pour mettre fin à 15 ans de déflation. Le nouveau gouverneur de la BoJ, M. Kuroda a ainsi relevé son objectif d inflation à 2% (contre une inflation constatée de -0,70% actuellement) et a annoncé vouloir «faire tout ce qui est possible pour vaincre la déflation». A court terme, force est de constater que les investisseurs semblent convaincus! Le marché actions japonais s offre un puissant rallye depuis l été 2012 ( Nikkeï 225 : +55,3% entre le 24/07/2012 et le 31/05/2013). De plus, la volonté affichée d affaiblir le yen a conduit à une forte dépréciation de la monnaie (-24,2% face à l euro, -17,7% face au dollar entre le 30/09/2012 et le 31/01/2013) qui devrait stimuler les exportations A elles seules, les mesures de stimulations budgétaires et monétaires ne suffiront pas à faire repartir durablement la demande interne et à redresser l économie japonaise. Elles doivent s accompagner de réformes structurelles, longues et difficiles à mettre en place, et qui ne sont pas garanties de succès (M. Abé doit les annoncer au cours du mois de juin). De plus, rétablir la compétitivité des exportations avec la politique monétaire de la BoJ et la dépréciation du yen risque de se faire au détriment de nombreux pays (Corée du Sud, Taïwan, Allemagne ). Si le plan de M. Abé échouait, il est fort à parier que le Japon n aura réussi qu à exporter sa déflation au reste du monde. A terme, c est donc le risque d une guerre des monnaies qui plane, et plus généralement, d une dégradation du climat coopératif. 6 Avertissement : Ce document non contractuel a été réalisé à titre d information et ne constitue pas un conseil d investissements. SMA Gestion (Groupe SMABTP), Agrément AMF N GP , avenue Emile Zola, Paris cedex 15

7 Nous contacter SMA Gestion 114, avenue Emile Zola Paris cedex 15 Ralph BOUCHONNET Alix TOLEDANO Avertissement SMA Gestion a apporté le plus grand soin à la synthèse des informations qui ont permis l élaboration du présent document. Ces informations ont été obtenues auprès de sources considérées comme fiables, toutefois, aucune garantie n est donnée quant à la fiabilité ou au caractère complet de ces informations. Ce document s adresse aux clients professionnels au sens de la directive MIF. Ce document non contractuel a été réalisé à titre d information et ne constitue pas un conseil d investissement. Les informations contenues dans ce document ne sauraient être considérées comme une recommandation d investissement, ou une incitation de quelque nature que ce soit à investir, ni comme une offre d achat, de vente ou de souscription d instruments financiers. Les opinions qui y figurent reflètent le sentiment de SMA Gestion au moment de sa parution et sont susceptibles de changer sans avis préalable. Elles ne sauraient toutefois constituer un quelconque engagement ou garantie de SMA Gestion. Les performances affichées sont celles des OPCVM (source Europerformance), elles ne tiennent pas compte des frais liés aux supports sur lesquels ils sont souscrits. Les chiffres cités ont trait aux années écoulées et les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Il est rappelé qu il appartient à chacun de vérifier l adéquation de l investissement avec la situation patrimoniale et personnelle de chaque investisseur potentiel et de consulter le prospectus de chaque OCPVM avant toute souscription (prospectus disponible sur le site de l AMF : ou sur le site internet de SMA Gestion). Le dernier rapport annuel, qui comporte des informations en termes de risques, de commissions et de coûts, peut être obtenu sur simple demande écrite à l adresse suivante : SMA Gestion 114, avenue Emile Zola Paris Cedex 15. Dans le cadre de sa politique de responsabilité sociétale et conformément aux conventions signées par la France, SMA Gestion exclut des fonds, qu'elle gère directement, toute entreprise impliquée dans la fabrication, le commerce et le stockage de mines antipersonnel et/ou d'armes à sous munitions. Toute reproduction partielle ou totale de ce document est interdite, sans l autorisation préalable de SMA Gestion, sous peine de poursuites. Édité par SMA Gestion, Société de Gestion de Portefeuille au capital de euros, 114 avenue Émile Zola, Paris Cedex 15. Agrément AMF N GP97 133, RCS Paris

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée?

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Flash Stratégie Janvier 2015 2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Jean Borjeix Paris, le 20 janvier 2015 Dans ce document nous allons tout d abord rapprocher nos

Plus en détail

OUESSANT. Vivienne investissement. Printemps-été 2015. Rapport de gestion. L analyse quantitative au service de la gestion active

OUESSANT. Vivienne investissement. Printemps-été 2015. Rapport de gestion. L analyse quantitative au service de la gestion active Ce document est destiné à des investisseurs professionnels uniquement Vivienne investissement L analyse quantitative au service de la gestion active OUESSANT Rapport de gestion Printemps-été 2015 Vivienne

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

GENERALI INVESTMENTS EUROPE GF FIDELITE FR0010113894 15 juin 2015

GENERALI INVESTMENTS EUROPE GF FIDELITE FR0010113894 15 juin 2015 Sur la période 11 mai 2015 au 10 juin 2015, la performance du fonds est en retrait de -1.04% par rapport à son indicateur de référence*. Néanmoins, depuis le début d année, GF Fidélité surperforme son

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS FINANCE FONDS DE FONDS A PLUS DYNAMIQUE A PLUS PATRIMOINE A PLUS TALENTS A PLUS OBLIGATIONS RAPPORT DE AU 30-06-2015 COMMENTAIRE DE 1 er SEMESTRE 2015 Le premier semestre 2015 a été caractérisé par le

Plus en détail

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE DE LA GESTION PRIVÉE COMPTE RENDU DAVID DESOLNEUX DIRECTEUR DE LA GESTION SCÉNARIO ÉCONOMIQUE ACTIVITÉS La croissance économique redémarre, portée par les pays développés. Aux Etats-Unis, après une croissance

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Perspective des marchés financiers en 2014

Perspective des marchés financiers en 2014 Perspective des marchés financiers en 2014 21/01/2014 13 ième édition 1 Outil d aide à la décision : The Screener OUTIL D AIDE À LA DÉCISION : THESCREENER Des analyses sur les valeurs boursières Disponible

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

ANTICIPATIONS HEBDO. 16 Février 2015. L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015

ANTICIPATIONS HEBDO. 16 Février 2015. L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015 Direction de la Recherche Economique Auteur : Philippe Waechter L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015 Le premier point cette semaine porte sur la croissance modérée de la zone Euro au dernier

Plus en détail

IGEA Patrimoine FCP agréé par l AMF

IGEA Patrimoine FCP agréé par l AMF IGEA Patrimoine FCP agréé par l AMF Présentation La Société de Gestion IGEA Finance La structure L approche originale Société de gestion agréée par l AMF Gestion diversifiée, patrimoniale Clients privés

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

Expertise Crédit Euro. La sélection de titres au coeur de la performance de notre gestion. Décembre 2014

Expertise Crédit Euro. La sélection de titres au coeur de la performance de notre gestion. Décembre 2014 Expertise Crédit Euro La sélection de titres au coeur de la performance de notre gestion Décembre 2014 destiné à des investisseurs professionnels au sens de la Directive Européenne MIF Performance cumulée

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

Placements sur longue période à fin 2011

Placements sur longue période à fin 2011 Les analyses MARS 2012 Placements sur longue période à fin 2011 Une année 2011 particulièrement favorable aux «valeurs refuges», mais la suprématie des actifs risqués reste entière sur longue période.

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

Orchidée I Long Short

Orchidée I Long Short Orchidée I Long Short Concilier performance, décorrélationet faible volatilité 1er trimestre 2015 Document d information non contractuel réservé à des investisseurs professionnels au sens du Règlement

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. iii

TABLE DES MATIERES. iii RAPPORT DU COMITE DE POLITIQUE MONETAIRE N 1/2014 ii TABLE DES MATIERES LISTE DES ACRONYMES... iv RESUME ANALYTIQUE... v 1. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL... 1 1.1. Croissance du PIB mondial...

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA BANQUE DE FRANCE

RAPPORT ANNUEL DE LA BANQUE DE FRANCE 2014 RAPPORT ANNUEL DE LA BANQUE DE FRANCE Rapport adressé à Monsieur le Président de la République et au Parlement par Christian Noyer, gouverneur Sommaire La Banque de France a fait appel à des métiers

Plus en détail

Cedrus Sustainable Opportunities CSO Présentation du fonds Réservé exclusivement aux clients professionnels au sens de la Directive MIF

Cedrus Sustainable Opportunities CSO Présentation du fonds Réservé exclusivement aux clients professionnels au sens de la Directive MIF Cedrus Sustainable Opportunities CSO Présentation du fonds Cette information est établie à l'intention exclusive de son destinataire et est strictement confidentielle Cedrus AM est une Société de Gestion

Plus en détail

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 PERSPECTIVES La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 Depuis le début de l année 2015, de nombreuses banques centrales à travers le monde ont abaissé leur taux d intérêt ou pris d autres

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

FCPE AG2R LA MONDIALE ES CARMIGNAC INVESTISSEMENT. Notice d Information

FCPE AG2R LA MONDIALE ES CARMIGNAC INVESTISSEMENT. Notice d Information FCPE AG2R LA MONDIALE ES CARMIGNAC INVESTISSEMENT Fonds Commun de Placement d Entreprise (FCPE) - Code valeur : 990000097549 Compartiment oui non Nourricier oui non Notice d Information Un Fonds Commun

Plus en détail

Deutsche Bank AG (DE) (A+/A2) BRL 6,15% 2018. Deutsche Bank Une opportunité d investissement en réal brésilien. A quoi vous attendre?

Deutsche Bank AG (DE) (A+/A2) BRL 6,15% 2018. Deutsche Bank Une opportunité d investissement en réal brésilien. A quoi vous attendre? Deutsche Bank Une opportunité d investissement en réal brésilien Type d investissement Ce produit est une obligation. En souscrivant à cette obligation, vous prêtez de l argent à l émetteur qui s engage

Plus en détail

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas Informations générales 1 er trimestre 2015 Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas A propos de Swisscanto Swisscanto figure parmi les plus grands promoteurs de fonds de placement et prestataires

Plus en détail

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 Sommaire I - Le rôle prépondérant des marchés financiers I.1 - Financiarisation de l'économie mondiale I.2 Lien avec l'entreprise

Plus en détail

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 Le point sur la situation économique et financière du québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

RAPPORT SEMESTRIEL. ACER ACTIONS S1 au 30.06.2013. Acer Finance Société de Gestion agrément AMF n GP-95009

RAPPORT SEMESTRIEL. ACER ACTIONS S1 au 30.06.2013. Acer Finance Société de Gestion agrément AMF n GP-95009 RAPPORT SEMESTRIEL ACER ACTIONS S1 au 30.06.2013 Acer Finance Société de Gestion agrément AMF n GP-95009 8 rue Danielle Casanova 75002 Paris Tel: +33(0)1.44.55.02.10 / Fax: +33(0)1.44.55.02.20 acerfinance@acerfinance.com

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

SG FRANCE PME. Pour profiter des opportunités du marché des PME et ETI françaises. Commercialisation jusqu au 31 juillet 2014

SG FRANCE PME. Pour profiter des opportunités du marché des PME et ETI françaises. Commercialisation jusqu au 31 juillet 2014 FONDS PROTÉGÉ EN CAPITAL À HAUTEUR DE 70% À L ÉCHÉANCE SG FRANCE PME Pour profiter des opportunités du marché des PME et ETI françaises Commercialisation jusqu au 31 juillet 2014 n Ce placement n est pas

Plus en détail

Juin 2010. www.fundesys.com

Juin 2010. www.fundesys.com Une analyse synthétique sur les fonds flexibles Juin 2010 www.fundesys.com Des performances très contrastées Sélection Fonds Flexibles PEA Année 2009 1 an 3 ans sur 1 an sur 1 an Encours Performances arrêtées

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE 26 février 2015 Résultats de l exercice 2014 Groupe SEB : Des performances opérationnelles solides Des devises pénalisantes 1 Ventes de 4 253 M en croissance organique* de + 4,6 % Croissance organique*

Plus en détail

Environnement Economique

Environnement Economique RAPPORT ANNUEL Stratégie Monde (Fond Commun de placement) Rapport annuel (30 décembre 2013-31 décembre 2014) Environnement Economique L année 2014 aura été une nouvelle année économiquement contrastée

Plus en détail

FCM ROBOTIQUE. contact@cm-finances.com +33 1 58 56 38 80

FCM ROBOTIQUE. contact@cm-finances.com +33 1 58 56 38 80 1 FCM ROBOTIQUE contact@cm-finances.com +33 1 58 56 38 80 Un fonds actions internationales qui investit dans des entreprises directement ou indirectement liées au secteur de la robotique. Ce FCP procède

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

L instabilité politique en Ukraine et en Grèce sont aussi des éléments qui peuvent continuer à perturber les marchés.

L instabilité politique en Ukraine et en Grèce sont aussi des éléments qui peuvent continuer à perturber les marchés. L année 2014 s achève, pour l indice boursier français, au niveau où elle a commencé, le CAC 40 a perdu - 0,5% sur l année, l indice européen (l Eurostoxx 50) a lui gagné + 2,82%, alors que l indice américain

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

PER Convergence Le Guide de l épargnant

PER Convergence Le Guide de l épargnant Comment choisir vos supports de placement? PER Convergence Le Guide de l épargnant Avec PER Convergence, votre entreprise met à votre disposition deux dispositifs d épargne au service de vos projets dans

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les principaux indicateurs économiques Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif.

Plus en détail

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire Fonds Assurance Retraite BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014 Communication à caractère publicitaire Le contrat BNP Paribas Avenir Retraite est géré par Cardif Assurance Vie avec un

Plus en détail

Taux d intérêt nominaux négatifs «Terra incognita»

Taux d intérêt nominaux négatifs «Terra incognita» Apériodique n 5/5 avril 5 Taux d intérêt nominaux négatifs Au vu de ses objectifs immédiats (baisse des taux d intérêt gouvernementaux et des primes de risque acquittées par les pays dits périphériques),

Plus en détail

Les divergences dominent le marché

Les divergences dominent le marché Les divergences dominent le marché L euro a continué de glisser, pour la sixième semaine consécutive, face au dollar américain. Et cette baisse devrait continuer de s accentuer dans les prochains jours,

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM 29 juin 2009 Forex Weekly Highlights I. Evénements clés et statistiques de la semaine du 22 juin 2009 Le retour de l aversion au risque a permis au billet vert d effacer un peu les pertes accumulées face

Plus en détail

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts Philippe Waechter Directeur de la recherche économique de Natixis AM L a dynamique de l'économie française est-elle franchement différente de celle

Plus en détail

Septembre 2013. Baromètre bancaire 2013 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse

Septembre 2013. Baromètre bancaire 2013 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse Septembre 2013 Baromètre bancaire 2013 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse Baromètre bancaire 2013 Executive summary 3 1 Evolution économique globale 1.1 Economie internationale 1.2 Suisse

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard

TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard Note de synthèse : Les avantages et les inconvénients d une politique de changes flexibles La politique de change

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Synthèse n 16, Février 2012. Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire

Synthèse n 16, Février 2012. Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire Synthèse n 16, Février 2012 Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire ----------- 1. Les investissements nécessaires à la transition vers un modèle de croissance durable

Plus en détail

Gamme tre off. HPWM Select. offre de fonds alloc multigestionnaires. mul

Gamme tre off. HPWM Select. offre de fonds alloc multigestionnaires. mul e Gamme HPW iva te Ba nk Fr an c Gamme Notre tre off offre de fonds d allocation alloc d actifs multigestionnaires mul La multigestion Avec un savoir-faire de près de 20 ans et une recherche permanente

Plus en détail

Letko, Brosseau & Associés Inc.

Letko, Brosseau & Associés Inc. Letko, Brosseau & Associés Inc. Perspectives sur la conjoncture économique et les marchés financiers Sommaire L amélioration progressive de la conjoncture économique dans les pays développés, menée par

Plus en détail

Des dividendes élevés, synonymes d une forte croissance des bénéfices futurs

Des dividendes élevés, synonymes d une forte croissance des bénéfices futurs Des dividendes élevés, synonymes d une forte croissance des bénéfices futurs Plus le taux de versement des dividendes est élevé, plus les anticipations de croissance des bénéfices sont soutenues. Voir

Plus en détail

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut LE DOLLAR règne en maître, par défaut Les arrangements monétaires internationaux sont examinés à la loupe depuis la crise financière mondiale Eswar Prasad LE DOLLAR a été la principale monnaie mondiale

Plus en détail

La dette des ménages canadiens demeure très élevée

La dette des ménages canadiens demeure très élevée 12 septembre 2014 La dette des ménages canadiens demeure très élevée Faits saillants États Unis : accélération bienvenue des ventes au détail. Forte hausse du crédit à la consommation en juillet aux États

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Deuxième trimestre 2015

Deuxième trimestre 2015 Deuxième trimestre 2015 Contenu Perspectives économiques mondiales Perspectives sur les catégories d'actif Paul English, MBA, CFA vice-président principal, Placements Tara Proper, CFA vice-présidente adjointe,

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

Processus et stratégie d investissement

Processus et stratégie d investissement FCP Bryan Garnier Long Short Equity Recherche de performance par le «stock picking» Processus et stratégie d investissement FCP Bryan Garnier Long Short Equity TABLE DES MATIERES Introduction 2 I Méthodologie

Plus en détail

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance.

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. alpha sélection alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines 5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines Avec toute la volatilité qui règne sur les marchés ces derniers temps, nombreux sont les investisseurs qui cherchent à diversifier leur portefeuille.

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique?

ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique? ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique? A_Que nous-dis le programme? NOTIONS : Fluctuations économiques, crise économique, désinflation, croissance potentielle, dépression,

Plus en détail

Diversification obligataire et recherche de rendement : Un rôle stratégique pour la dette émergente. Insight + Process = Results

Diversification obligataire et recherche de rendement : Un rôle stratégique pour la dette émergente. Insight + Process = Results Diversification obligataire et recherche de rendement : Un rôle stratégique pour la dette émergente Insight + Process = Results Des fondamentaux solides Un potentiel de diversification Dans un environnement

Plus en détail

Total Sélection Période de souscription : Durée d investissement conseillée Éligibilité

Total Sélection Période de souscription : Durée d investissement conseillée  Éligibilité Total Sélection Instrument financier émis par Natixis SA (Moody s : A2, Fitch : A, Standard & Poor s : A au 20 novembre 2014) dont l investisseur supporte le risque de crédit. Total Sélection est une alternative

Plus en détail

La Banque nationale suisse surprend les marchés

La Banque nationale suisse surprend les marchés La Banque nationale suisse surprend les marchés 16 janvier 2015 Faits saillants États-Unis : baisse décevante des ventes au détail en décembre. États-Unis : les prix de l essence font diminuer l inflation,

Plus en détail

Emerging Manager Day 18 décembre 2014

Emerging Manager Day 18 décembre 2014 Emerging Manager Day 18 décembre 2014 KARAKORAM Agrément AMF n 11000038 SAS au capital de 200 000 euros 112 Boulevard Haussmann 75008 Paris Tel : 01 82 83 47 30 2 1 La Société 3 1 Karakoram Une société

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant)

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Présentation Cogefi Gestion est la société de gestion, filiale à 100% de la maison mère Cogefi. Elle fait partie

Plus en détail

2.2.4. La courbe en J et la condition de Marshall-Lerner

2.2.4. La courbe en J et la condition de Marshall-Lerner 224 file:///fichiers/enseignement/site%20web/impression/rmi/fiches/rmi224... 2.2.4. La courbe en J et la condition de Marshall-Lerner Introduction Paragraphe au format pdf L'exemple de l'italie comme les

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

Notions: déflation, récession, inflation, taux d'intérêt réel, BCE, credit crunch, taux de change

Notions: déflation, récession, inflation, taux d'intérêt réel, BCE, credit crunch, taux de change TRAVAILLER SUR UN TEXTE Faire un bilan collectif à partir d'un texte sur les acquis des chapitres sur la croissance (fluctuations et crises) et mondialisation et intégration européenne Notions: déflation,

Plus en détail

Conférence téléphonique. Tél.: (+33) 1 42 60 06 06 Fax: (+33) 1 42 60 06 22 www.prigest.com

Conférence téléphonique. Tél.: (+33) 1 42 60 06 06 Fax: (+33) 1 42 60 06 22 www.prigest.com Conférence téléphonique mercredi 6 octobre 2010 11 heures 223, rue Saint honoré 75001 PARIS Tél.: (+33) 1 42 60 06 06 Fax: (+33) 1 42 60 06 22 www.prigest.com THEMES DE LA CONFERENCE TELEPHONIQUE 1 ère

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances Les marchés boursiers ont repris au cours de l année 2003. Par conséquent, les plus-values latentes sur actifs des sociétés d assurances augmentent. Les

Plus en détail