LETTRE CIRCULAIRE. n OBJET GRANDE DIFFUSION 29/03/2013 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LETTRE CIRCULAIRE. n 2013-0000019 OBJET GRANDE DIFFUSION 29/03/2013 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE"

Transcription

1 LETTRE CIRCULAIRE n GRANDE DIFFUSION Réf Classement ; ; ; ; ; (nouvelle rubrique) ; ; Montreuil, le 28/03/ /03/2013 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DE LA SECURISATION JURIDIQUE / REGLEMENTATION OBJET Loi n du 17 décembre 2012 de financement de la sécurité sociale pour 2013 (JO du 18 décembre) - Loi n du 29 décembre 2012 de finances pour 2013 (JO du 30 décembre) - Loi n du 29 décembre 2012 de finances rectificative pour 2012 (JO du 30 décembre 2012). Texte à annoter : La présente circulaire commente les principales dispositions issues des lois n du 17 décembre 2012 de financement de la sécurité sociale pour 2013, n du 29 décembre 2012 de finances pour 20 13, n du 29 décembre 2012 de finances rectificative pour 2012, qui impactent le recouvrement des cotisations et contributions sociales.

2 SOMMAIRE 1. Mesures impactant les taux de cotisations et contributions sociales 1.1. Harmonisation du taux de la cotisation accident du travail au titre du personnel mis à disposition par les associations intermédiaires (LFSS 2013, art. 15) 1.2. Fixation du taux de la cotisation maladie des salariés de la CCIP (LFSS 2013 art. 19) 1.3. Majoration du taux des contributions dues au titre du versement transport et du FNAL pour les employeurs affiliés aux caisses de congés payés (LFSS 2013, art. 40) 1.4. Suppression de la cotisation complémentaire en cas de reconnaissance de la faute inexcusable de l employeur (LFSS 2013, art. 86) 1.5. Versement transport : revalorisation du plafond versement transport en Ile de France et validation des délibérations des syndicats mixtes (LF 2013 art. 84, LFR 2012, art. 50) 2. Prévoyance, revenus de remplacement, frais professionnels et épargne salariale 2.1. Création d une contribution sur les avantages de retraite et d invalidité (LFSS 2013, art. 17) 2.2. Modification du régime social de l indemnité spécifique versée à l occasion de la rupture conventionnelle du contrat de travail (LFSS 2013, art. 21) 2.3. Prévoyance complémentaire : contrats responsables (LFSS 2013, art. 49) 2.4. Modification du barème fiscal des indemnités kilométriques (LF 2013, art.6) 2.5. Modification du régime social des options de souscription ou d achat d actions («les stock-options») et des attributions gratuites d actions (LF 2013, art. 11) 3. Particuliers employeurs (LFSS 2013, art.14) 3.1. Suppression de l assiette forfaitaire pour les salariés des particuliers employeurs 3.2. Instauration d une déduction forfaitaire sur les cotisations patronales des particuliers employeurs 3.3. Refonte de l article L du code de la Sécurité sociale relatif au recouvrement des cotisations et contributions dues par les particuliers employeurs

3 4. Contributions pharmaceutiques recouvrées par les URSSAF et pénalités fixées par le Comité Economique des Produits de Santé (CEPS) 4.1. Harmonisation des modalités de paiement des contributions pharmaceutiques recouvrées par les URSSAF (LFSS 2013, art. 26) 4.2. Extension de l assiette de la contribution sur les dépenses de promotion des médicaments visés à l article L CSS (LFSS 2013 art.28) 4.3. Contribution ONDAM: modification du «taux K» pour 2013 (LFSS 2013, art. 29) 4.4. Création d une nouvelle pénalité fixée par le CEPS liée à l interdiction de la publicité sur les dispositifs médicaux (LFSS 2013, art. 55) 5. Travailleurs indépendants 5.1. Déplafonnement des cotisations d assurance maladie-maternité (LFSS 2013, art. 11) 5.2. Création d une réduction dégressive de la cotisation minimale d assurance maladie-maternité du RSI (LFSS 2013, art. 11) 5.3. Réintégration dans l assiette sociale de la déduction fiscale pour frais professionnels (LFSS 2013, art. 11) 5.4. Assujettissement des revenus distribués pour tous les travailleurs indépendants (LFSS 2013, art. 11) 5.5. Affiliation des artisans ruraux au RSI (LFSS 2013, art. 37) 5.6. Suppression de l exonération applicable au salarié créant ou reprenant une entreprise - ASCRE (LF 2013, art. 117) 5.7. Auto-entrepreneurs : hausse des taux de cotisations (LFSS 2013, art. 11) 5.8. Auto-entrepreneurs : exonération de la contribution foncière des entreprises (LFR 2012, art. 47) 6. Contrôle, lutte contre le travail illégal et la fraude 6.1. Elargissement des modalités d exploitation des procès-verbaux de travail dissimulé (LFSS 2013, art. 98) 6.2. Majoration du redressement de cotisations dû par l employeur en cas en cas de réitération d une pratique non conforme à la législation ou en cas de constat de travail dissimulé (LFSS 2013, art. 98) 6.3. Annulation des exonérations de cotisations sociales des donneurs d ordre en cas de travail dissimulé (LFSS 2013, art. 101) 6.4. Echange d informations dans le cadre de la lutte contre la fraude en matière sociale (LFSS 2013, art. 99 et 100)

4 7. Autres mesures 7.1. Création du crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi (LFR 2012 art. 66) 7.2. Limitation de l exonération «OIG» en ZRR aux établissements des organismes d intérêt général ayant un effectif inférieur à 500 salariés (LF 2013, art. 118) 7.3. Prorogation du dispositif expérimental d affiliation au régime général des personnes exerçant une activité réduite à des fins d insertion (LFSS 2013 art. 16) 7.4. Elargissement de la couverture sociale des élus locaux (LFSS 2013 art. 18) 7.5. Modification de la répartition des compétences concernant le contrôle du recouvrement de la taxe due par les organismes complémentaires pour financer le fonds CMU (LFSS 2013 art. 22)

5 1.MESURES IMPACTANT LES TAUX DE COTISATIONS ET CONTRIBUTIONS SOCIALES 1.1 Harmonisation du taux de la cotisation accident du travail au titre du personnel mis à disposition par les associations intermédiaires (LFSS 2013, art. 15) Les associations intermédiaires sont actuellement soumises, pour les personnes qu'elles mettent à disposition, à deux taux différents de cotisation d'accidents du travail et de maladies professionnelles : - la part de la rémunération correspondant à une durée d'activité inférieure ou égale à 750 heures par an supporte une cotisation forfaitaire fixée par arrêté ministériel (3,7 % depuis 1987), - la part de la rémunération correspondant aux heures dépassant ce plafond est assujettie aux cotisations de droit commun (5 % pour 2012). L article 15 supprime la cotisation forfaitaire prévue à l'article L du code de la sécurité sociale due par les associations intermédiaires au titre des personnes qu'elles emploient moins de 750 heures par an. Un taux unique sera donc applicable sur l ensemble de la rémunération à compter du 1 er janvier Dans cette attente, un arrêté du 17 décembre 2012 (J.O du 21/12/2012) portant modification de l arrêté du 4 mai 1987 relatif aux cotisations d accidents du travail dues par les associations intermédiaires substitue au taux de 3,70%, le taux de 3,1%. Ce taux est applicable à compter du 1 er janvier Fixation du taux de la cotisation maladie des salariés de la CCIP (LFSS 2013 art. 19) Etapes antérieures à la LFSS pour 2013 Le personnel titulaire de la Chambre de commerce et d industrie de Paris (CCIP) relève d un régime spécial de sécurité sociale. L article 70 de la loi n du 2 août 2005 e n faveur des petites et moyennes entreprises a prévu l affiliation des salariés et anciens salariés de la Chambre de commerce de Paris au régime général de la Sécurité sociale pour les risques vieillesse et invalidité à compter du 1 er janvier Sur le plan pratique, seul a été transféré au régime général le risque vieillesse, la gestion du risque invalidité étant difficile à dissocier de la gestion du risque maladie non transféré. Dans le prolongement des dispositions de la loi du 2 août 2005, l article 28 de la LFSS pour 2012 a prévu le transfert du régime spécial vers le régime général des risques maladie, maternité et décès pour les salariés et anciens salariés de la CCIP à compter du 1 er janvier 2013 ainsi que l affiliation au régime général pour le risque invalidité à cette même date.

6 L article 28 de la LFSS pour 2012 renvoie : - à un décret en Conseil d Etat le soin de déterminer les modalités de mise en œuvre de ce transfert, et notamment les adaptations nécessaires en matière de droit à prestations maladie, maternité et décès. Ce décret a été publié au JO du 29/12/12 (décret n du 27 décembre 2012) - à un décret simple le soin de fixer le taux des cotisations, dues chaque année au régime général par la Chambre de commerce et d industrie de la région Paris Ile-de- France à raison de l affiliation au régime général de sécurité sociale des assurés qui relevaient antérieurement au régime spécial d assurance maladie de la CCIP, permettant d atteindre progressivement le taux de cotisation employeur des assurances maladie, maternité, invalidité et décès du régime général. La rédaction de cette disposition conduisait à un alignement progressif du taux de la cotisation employeur fixé à 5,1 %, sur celui du régime général qui s'établit à 12,8 % L article 19 de la LFSS pour 2013 a modifié ce dispositif. L article 19 de la LFSS pour 2013 a précisé que : 1/ Le transfert au régime général du régime spécial d assurance maladie, maternité et décès ne concerne, pour les risques maladie et maternité, que les prestations en nature. Les prestations en espèces restent en effet à la charge de l employeur, 2/ Est maintenue l application des dispositions du premier alinéa de l article L du code de la sécurité sociale, en vertu duquel les personnels de la CCIP n étaient plus redevables de la cotisation d assurance maladie, maternité, invalidité et décès depuis le 1 er janvier 1998, la CSG lui étant entièrement substituée depuis cette date. 3/ Le taux de la cotisation employeur des assurances maladie, maternité, invalidité et décès due par la Chambre de commerce et d industrie de région Paris Ile-de-France au régime général de sécurité sociale au titre des salariés qui relevaient antérieurement au 1 er janvier 2013 du régime spécial d assurance maladie de la CCIP et désormais intégrés dans le régime général au 1 er janvier 2013 est, à terme, identique au taux acquitté par l Etat pour les fonctionnaires de l Etat en application de l article L du code de la sécurité sociale (les prestations en espèce des risques maladie et maternité étant à la charge de l employeur dans les deux cas). Le taux et l assiette sont fixés par l article D du code de la sécurité sociale (soit une cotisation patronale de 9,70% assise sur une assiette comprenant le traitement indiciaire brut et la nouvelle bonification indiciaire). Le décret n du 27 décembre 2012 (J.O du 29/12/2012) fixe la montée en charge de cette cotisation selon le calendrier suivant : 1 ) 5,80% à compter du 1 er janvier ) 6,50% à compter du 1 er janvier ) 7,20% à compter du 1 er janvier ) 7,90% à compter du 1 er janvier ) 8,60% à compter du 1 er janvier ) 9,30% à compter du 1 er janvier ) 9,70% à compter du 1 er janvier 2019 En pratique, les Urssaf recouvraient déjà la cotisation vieillesse (plafonnée et déplafonnée), les allocations familiales, la cotisation AT/MP ainsi que la CSG et la

7 CRDS. Elles ont désormais en charge le recouvrement de la cotisation employeur pour les risques maladie, maternité, invalidité et décès assise sur la totalité du salaire. Il convient de préciser que les dispositions de l article 28 de la LFSS pour 2012 (telles que modifiées par l article 19 de la LFSS pour 2013) ne sont applicables qu aux salariés qui relevaient avant le 1er janvier 2013 du régime spécial de la CCIP : les salariés recrutés à compter de cette date au sein de la Chambre de commerce et d industrie de région Paris Ile-de-France relèveront du régime général pour la totalité des risques dans les conditions de droit commun. A la cotisation d assurance maladie, maternité, invalidité et décès, il faut ajouter la contribution solidarité autonomie. En effet, en application de la loi du 30 juin 2004 instituant la contribution solidarité autonomie (CSA), due par tout employeur de droit privé ou de droit public, cette contribution (0,30%), ayant la même assiette que les cotisations d assurance maladie dont l employeur est redevable au titre du salarié considéré, devra être ajoutée et recouvrée dans les mêmes conditions que la cotisation patronale d'assurance maladie. La mise en œuvre de cette mesure n entraîne pas la création d un nouveau code type de personnels, celui-ci existant déjà pour le recouvrement des cotisations vieillesse et AF (CTP 109). Seule une mise à jour au 1 er janvier de chaque année est donc prévue. 1.3 Majoration du taux des contributions dues au titre du versement transport et du FNAL pour les employeurs affiliés aux caisses de congés payés (LFSS 2013, art. 40) Dans les professions à travail discontinu limitativement énumérées par la loi, des «caisses de congés payés» se substituent à l employeur pour le paiement des indemnités de congés payés (article L du code du travail). Les cotisations salariales et patronales de sécurité sociale ainsi que la CSG-CRDS dues sur ces indemnités sont acquittées, auprès de l organisme du recouvrement compétent, par la caisse de congés payés. La loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 transfère des caisses aux entreprises la charge du paiement du FNAL et du versement de transport dus sur les indemnités de congés payés versées par les Caisses de congés payés pour les salariés qui en relèvent en application de L du Code du travail. Les employeurs des salariés concernés doivent s'en acquitter sous forme d'une majoration du FNAL et du versement de transport dont ils sont redevables au titre des rémunérations versées à leurs salariés, à compter du 1er janvier Le taux de ces majorations est fixé par décret à 11,5% (art. L nouveau du Code de la sécurité sociale et décret n d u 28 décembre 2012). En pratique, la déclaration de la somme correspondant à cette majoration est effectuée par une majoration de l assiette afférente aux contributions VT et FNAL. Cette majoration de l'assiette du versement transport et celle de la contribution FNAL ne nécessite ni la création d'un CTP spécifique ni la modification des CTP existants. Pour les employeurs d au plus 9 salariés qui procèdent au décalage de paie avec rattachement à la période d emploi en application de l article R du code de la sécurité sociale, le taux de cette majoration s applique à compter des rémunérations versées au titre des périodes d emploi de l année 2013.

8 Les caisses de congés payés demeurent redevables dans les conditions de droit commun du paiement des cotisations et contributions de sécurité sociale, de la CSG, de la CRDS et des contributions d assurance chômage et cotisations AGS sur les indemnités de congés payés versées aux salariés qui relèvent de ces Caisses au titre de L du Code du travail. Les conditions de l extension de ce mécanisme à l ensemble des cotisations et contributions sociales feront l objet d un rapport du Gouvernement au Parlement remis au plus tard le 1 er juillet Les questions et les réponses relatives à la mise en œuvre de dispositif sont précisées dans un document en annexe 1 de cette circulaire. 1.4 Suppression de la cotisation complémentaire en cas de reconnaissance de la faute inexcusable de l employeur (LFSS 2013, art. 86) Lorsqu un salarié est victime d un accident de travail ou d une maladie professionnelle, il peut engager la responsabilité de l employeur en tentant de faire reconnaître, outre le caractère professionnel du sinistre, la faute inexcusable de celui-ci. La faute inexcusable se définit comme un manquement à l obligation de sécurité de résultat à laquelle est tenu l employeur, motivé par le fait que celui-ci avait ou aurait dû avoir conscience du danger auquel était exposé le salarié. Une fois reconnue, la faute inexcusable engage l employeur, sur sa propre trésorerie, à payer une majoration du capital ou de la rente accordée au salarié au titre du sinistre. Indépendamment, une action en réparation de divers préjudices (physique, moral, esthétique, d agrément ou encore résultant de la perte ou diminution des possibilités de promotion professionnelle) est ouverte au salarié. Avant la loi, c était la caisse primaire d assurance maladie qui avançait les frais occasionnés par la reconnaissance de la faute inexcusable de l employeur. Toutefois, celle ci rencontrait des difficultés pour recouvrer auprès de l employeur les sommes avancées par elle, pour divers motifs comme : - la disparition ou l insolvabilité de l employeur, - la contestation du caractère contradictoire de la procédure de reconnaissance du caractère professionnel du sinistre par l employeur, qui faisait obstacle à la reconnaissance subséquente de la faute inexcusable et donc au remboursement des sommes avancées à ce titre par la caisse. L article 86 prévoit deux mesures : - la première, applicable au titre des majorations de rente et d indemnités de capital prenant effet à compter du 1er avril 2013, consiste à ce que le remboursement des sommes avancées par la caisse au titre de la faute inexcusable soit effectué sous forme de capital, et non plus de cotisation complémentaire. Cette mesure sera précisée par voie réglementaire, notamment sur la désignation de l organisme chargé du recouvrement de ce capital, - la seconde tient à dissocier la procédure contradictoire de reconnaissance d un sinistre au titre de la législation sur les risques professionnels du remboursement de la part de l employeur des sommes avancées par la caisse au titre de la faute inexcusable de celui-ci.

9 En conséquence, les sommes dues par l employeur à la CPAM seront récupérées sous forme de capital et non plus sous forme de cotisations complémentaires jusqu alors recouvrées par la branche recouvrement. 1.5 Versement transport : hausse du plafond du versement transport en Ile de France et validation des délibérations des syndicats mixtes prises avant le 1 er janvier 2008 (LF 2013 art. 84, LFR 2012, art. 50) Hausse du plafond du versement transport en Ile de France (LF 2013 art. 84) Les taux plafonds du versement transport en Ile de-france sont augmentés de 0,10 % et sont portés à : 2,7 % à Paris et dans les départements des Hauts-de-Seine 1,8 % dans les autres communes déterminées en tenant compte notamment de l unité urbaine de Paris (dont la liste est fixée par le décret n du 6 avril 2012) 1,5 % dans les autres communes de la région Ile-de-France. L article L du Code général des collectivités territoriales est modifié en conséquence. En pratique, l augmentation effective du taux du versement transport pour les employeurs est conditionnée à une délibération du Syndicat des Transports en IDF (STIF). Par délibération du 13 février 2013, le STIF a décidé d augmenter les taux du versement transport à compter du 1 er juillet 2013 au plus tôt. Par ailleurs dans les communes dont la liste est fixée par le décret du 6 avril 2012 précité, l évolution du taux du versement transport a augmenté de 1.4% à 1,7%. Cette évolution du taux est actuellement progressivement mise en œuvre par tiers sur trois ans, du 1 er juillet 2012 au 1 er juillet Compte tenu de l évolution désormais portée sur quatre ans par quart, l augmentation du taux de 1,7% à 1,8% est prévue pour n être effective qu à compter du 1 er juillet 2015 au plus tôt. La hausse au 1 er juillet 2013 du versement transport en Ile-de-France fera l objet d une circulaire de l ACOSS spécifique. Délibérations des syndicats mixtes prises avant le 1 er janvier 2008 (LFR 2012, art. 50) Les délibérations instituant le versement transport adoptées par les syndicats mixtes, ouverts ou fermés, avant le 1er janvier 2008 sont validées, sous réserve des décisions de justice passées en force de chose jugée, en tant que leur légalité serait contestée sur le motif que les syndicats mixtes ne sont pas des établissements publics de coopération intercommunale au sens des articles L , L et L du code général des collectivités territoriales. Depuis le 1er janvier 2008, la compétence des syndicats mixtes pour instituer un tel versement est expressément prévue par l article L du Code général des collectivités territoriales.

10 2. PREVOYANCE, REVENUS DE REMPLACEMENT, FRAIS PROFESSIONNELS ET EPARGNE SALARIALE 2.1 Création d une contribution sur les avantages de retraite, d invalidité et de préretraite (LFSS 2013, art. 17) L article 17 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 crée une contribution de solidarité assise sur les pensions de retraite et d invalidité ainsi que sur les avantages de préretraite servis à compter du 1 er avril Le taux de la contribution est fixé à 0,3 % et son produit est attribué à la Caisse Nationale de solidarité pour l autonomie. Cette contribution a été couramment appelée «contribution additionnelle de solidarité pour l autonomie» mais elle ne s additionne en droit à aucune contribution existante. Il s agit en pratique d une «CSA retraites». Assiette de la contribution. La contribution est due : - sur les pensions de retraite servies par les régimes de sécurité sociale (régime général et régimes spéciaux), - sur les pensions versées par les régimes de retraite complémentaire légalement obligatoire (ARRCO, AGIRC, IRCANTEC, CRPNAC, CAVEC ). - sur les avantages versés dans le cadre des régimes de retraite supplémentaire mis en place dans les entreprises, qu ils soient à cotisations définies ou à prestations définies. - sur les pensions d invalidité servies par les régimes de base, -sur les allocations complémentaires d invalidité servies par les organismes de prévoyance complémentaire. Il convient de noter que les compléments de pension d invalidité servis par l employeur et qualifiés de compléments de salaire par la jurisprudence, sont soumis à la contribution de solidarité pour l autonomie assise sur les revenus d activité et sont de ce fait exclus du champ de la présente contribution. -sur les avantages de préretraite (dispositifs publics, préretraites d entreprise ). Sont redevables de la contribution les personnes dont le montant de l impôt sur le revenu, acquitté l année précédant le versement du revenu de remplacement, est supérieur ou égal au seuil de mise en recouvrement de l impôt sur le revenu (61 euros) soit, s agissant des titulaires de pensions de retraite et d invalidité, ceux qui sont assujettis à la CSG au taux de 6,6 %.

11 Sont par ailleurs exonérées de la contribution, les personnes titulaires d un avantage de vieillesse ou d invalidité non contributif (allocation de solidarité aux personnes âgées, allocation supplémentaire du Fonds spécial d invalidité). Enfin, certains avantages de vieillesse non soumis à l impôt sur le revenu en application de l article 81 du code général des impôts (CGI), ne sont pas assujettis à la nouvelle contribution (pensions servis aux anciens combattants et victimes de guerre, fraction des pensions temporaires d orphelins correspondant au montant des prestations familiales auxquelles aurait eu droit le parent décédé ). Recouvrement de la contribution La contribution est recouvrée et contrôlée selon les règles, garanties et sanctions applicables au recouvrement de la CSG due sur les mêmes revenus, mentionnées à l article L du code de la sécurité sociale. Le recouvrement de la contribution additionnelle est adossé à celui de la CSG. En conséquence, la contribution due sur les pensions de retraite autres que celles servies par les régimes de base, sur les allocations complémentaires d invalidité et sur les avantages de préretraite, est précomptée par l organisme débiteur de l avantage et versée à l URSSAF dans les mêmes conditions que la CSG assise sur ces mêmes revenus. Règles de gestion en URSSAF Pour le recouvrement de cette nouvelle contribution, un CTP particulier au taux de 0,3 % est créé (CTP 022). Date d application Aux termes de la loi, la contribution s applique aux avantages servis postérieurement au 1 er avril. Conformément aux termes des travaux parlementaires, notamment des débats parlementaires à l Assemblée nationale en première lecture, la détermination de cette date doit faire coïncider la revalorisation des pensions et l entrée en vigueur de la contribution. En pratique, il conviendra de la prélever sur les prestations servies à compter de celles qui ont fait l objet de la revalorisation annuelle pour Partant, les arrérages versés en avril dans l hypothèse où ils seraient servis au titre du mois de mars, ne seront pas soumis à la contribution. En revanche, les arriérés de pensions qui seraient éventuellement versés concomitamment ou postérieurement aux prestations faisant l objet de la revalorisation annuelle pour 2013, quelle que soit la période à laquelle ils se rattachent, seront assujettis à la contribution. 2.2 Modification du régime social de l indemnité spécifique versée à l occasion de la rupture conventionnelle du contrat de travail (LFSS 2013, art. 21) La LFSS pour 2013 exclut du forfait social les indemnités de licenciement et de mise à

12 la retraite, ainsi que les indemnités de départ volontaire lorsque celles-ci sont versées dans le cadre d un PSE, qui sont exclues de l assiette des cotisations sociales en application du douzième alinéa de l article L CSS. Demeurent donc non assujetties au forfait social au taux de 20% (3 de l art. L CSS) dans la limite d exclusion de l assiette des cotisations de sécurité sociale : les indemnités de licenciement (PSE ou non PSE), les indemnités de mise à la retraite (PSE ou non PSE), les indemnités de départ volontaire versées dans le cadre d un PSE. Les indemnités de rupture conventionnelle entrent désormais dans l assiette du forfait social. Elles sont soumises à forfait social du premier euro jusqu à 2 PASS, ce qui correspond juridiquement à : - la part exclue de l assiette des cotisations et de l assiette de la CSG/CRDS (montant légal ou conventionnel), - et la part exclue de l'assiette des cotisations et soumise à CSG/CRDS (au dessus du montant légal ou conventionnel et jusqu à 2 PASS). Ces dispositions s appliquent aux indemnités de rupture conventionnelle versées à compter du 1 er janvier Cas spécifique du décalage de paye : dans le cas où une rupture a été notifiée antérieurement à l entrée en vigueur de la LFSS et qu elle donne lieu à des versements après le 1 er janvier 2013 en raison du décalage de la paye (paiement de l indemnité avec la paye du mois de décembre 2012 qui est versée en janvier 2013) le prélèvement du forfait social à 20% ne sera pas opéré. Outre ces dispositions, la loi confirme que l assujettissement à CSG et CRDS des indemnités de rupture est indépendant de leur assujettissement à l impôt sur le revenu (article L136-2 CSS modifié). Cette disposition permet notamment de rétablir l assujettissement, à compter du 1 er janvier 2013, des indemnités de départ volontaire versées dans la fonction publique (avant l entrée en vigueur de la LFSS, la jurisprudence de la Cour de cassation imposait d exonérer ces indemnité de CSG, du fait d un raisonnement qui avait consisté à considérer qu une telle exonération pouvait se déduire de l existence d une exonération en matière d impôt sur le revenu). A noter que s agissant des indemnités transactionnelles, elles doivent être considérées comme une majoration de l indemnité de rupture versée préalablement à la transaction (licenciement, mise à la retraite, démission, rupture conventionnelle, etc.). Dès lors, leur montant doit être cumulé avec l indemnité de licenciement, de mise à la retraite, etc. et être soumis au régime social et fiscal de l indemnité en cause. Ces indemnités ne sont pas assujetties au forfait social sauf dans l hypothèse où une transaction ferait suite à une rupture conventionnelle. 2.3 Prévoyance complémentaire : contrats responsables (LFSS 2013, art. 49) Les contributions patronales de prévoyance sont exclues de l assiette des cotisations dans les conditions posées aux articles L 242-1, et R à R du code de la sécurité sociale. Par ailleurs, les contrats prévoyant des garanties destinées au remboursement ou à l indemnisation des frais occasionnés par une maladie, une maternité ou un accident

13 doivent respecter les conditions des contrats dits responsables, posées par l article L du même code. L article 56 de la LFSS pour 2012 avait modifié cet article en prévoyant que les contrats responsables éligibles aux exclusions d assiette, doivent prévoir la prise en charge des dépassements d honoraires, à hauteur du taux maximal autorisé, sur les tarifs des actes et consultations des médecins autorisés à pratiquer des dépassements d honoraires encadrés. L article 49 de la loi de financement pour 2013 abroge l article 56 de la loi de financement précédente et supprime le dernier alinéa de l article L du code de la sécurité sociale, revenant ainsi sur la condition liée à cette nouvelle obligation de prise en charge des dépassements d honoraires. 2.4 Modification du barème fiscal des indemnités kilométriques (LF 2013, art.6) Lorsque le travailleur salarié ou assimilé est contraint d'utiliser son véhicule personnel à des fins professionnelles, l'indemnité forfaitaire kilométrique est réputée utilisée conformément à son objet dans les limites fixées par les barèmes kilométriques annuellement publiés par l'administration fiscale (article 4 de l arrêté du 20/12/2002 relatif aux frais professionnels déductibles pour le calcul des cotisations de sécurité sociale). Ce barème couvre actuellement les véhicules de 3CV à 13CV et dépend de la distance parcourue. En application des nouvelles dispositions fiscales, le barème est désormais limité à 7CV. Cette mesure s'applique sur le plan fiscal à compter de l'imposition des revenus de Sur le plan social, cette mesure est également applicable à compter des remboursements effectués depuis le 1 er janvier Toutefois, compte-tenu de la parution tardive du barème fiscal, l employeur peut ne pas en faire application pour les remboursements effectués en Modification du régime social des options de souscription ou d achat d actions («les stock-options») et des attributions gratuites d actions (LF 2013, art. 11) Les sociétés dont le siège est en France ou, sous certaines conditions, dont le siège est à l étranger peuvent attribuer des stock-options et des actions gratuites à leurs salariés et leurs dirigeants dans les conditions prévues, respectivement, aux articles L à L du code du commerce et L à L du code du commerce. Ces plans sont alors dit qualifiés. Ces deux dispositifs permettent de bénéficier, à différentes étapes, d avantages financiers dont certains ont une nature salariale. Tel est le cas de la plus-value d acquisition réalisée par le bénéficiaire sur le prix de l action, entre la date d attribution et la date de la levée de l option («stock- options») ou à l expiration de la période d acquisition (attributions gratuites d actions). Par ailleurs, si le rabais consenti sur le prix de l action lors de l attribution des options (stock-options) est exclu de l assiette des cotisations sociales dès lors qu il est inférieur à 5%, le rabais dit excédentaire (fraction du rabais comprise entre 5% et 20%) est assujetti comme salaire dès la levée de l option

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

Revenus de remplacement : modalités déclaratives

Revenus de remplacement : modalités déclaratives Revenus de remplacement : modalités déclaratives Les revenus de remplacement sont destinés à compenser la perte de rémunération pendant une période d inactivité partielle ou totale. Sont notamment considérés

Plus en détail

Nouveautés au 1er janvier 2015

Nouveautés au 1er janvier 2015 Nouveautés au 1er janvier 2015 Urssaf.fr vous propose une présentation générale des principales dispositions de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2015 *, de la loi de finances pour 2015**

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire SOMMAIRE 1 Assujettissement à cotisations sociales... 3 1.1 Cotisations concernées par l exemption d assiette... 3 1.2 Limites

Plus en détail

Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales 2015

Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales 2015 Flash du RSI Bretagne aux experts comptables Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales Les cotisants artisans, industriels et commerçants, reçoivent à partir du 15 décembre 2014 l

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail

Le versement transport (VT)

Le versement transport (VT) Le versement transport (VT) Textes de référence : Articles L2333-64 et L2531-2 du code général des collectivités territoriales Lettre circulaire Acoss n 2006-116 du 9 novembre 2006 Lettre circulaire Acoss

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS Paiement des cotisations : précisions sur les nouvelles modalités de calcul et d appel de cotisations des indépendants Circulaire RSI n 2007-91 du 20 juillet

Plus en détail

La rémunération de l apprenti :

La rémunération de l apprenti : F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

Les agents des collectivités territoriales

Les agents des collectivités territoriales Les agents des collectivités territoriales Les agents des collectivités territoriales et des établissements publics hospitaliers affiliés à la CNRACL Sont affiliés à la caisse nationale de retraite des

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4 LETTRE D ACTUALITE SOCIALE GROUP S MANAGEMENT SERVICES DONNEES ET CHIFFRES CLES POUR 2015 SOCIAL : GENERALITES ET ELEMENTS DE COTISATIONS 2 SMIC ET MINIMUM GARANTI 2 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE 2 FORFAIT

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau de la législation financière

Plus en détail

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2014

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2014 Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales Les cotisants artisans, industriels et commerçants, reçoivent à partir du 16 décembre 2013 l échéancier de paiement de leurs cotisations et

Plus en détail

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE COMPLEMENTAIRE SUR UN SALAIRE A TEMPS PLEIN Ludivine LEROUX, juriste au sein des équipes du pôle Veille d ADP, nous propose une lecture synthétique des

Plus en détail

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T)

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) NOTE D INFORMATION CV Réf. : II-6-1-14 Pôle des services 1 er avril 2011 Tel : 05 63 60 16 66 1-3 Temps de travail Mail : services@cdg81.fr COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) Décret n 2004-878 du 26 août 2004

Plus en détail

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS)

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) La Contribution Sociale Généralisée (CSG) sur les revenus d'activité et de remplacement a été instituée par

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

La protection sociale des professions indépendantes

La protection sociale des professions indépendantes La protection sociale des professions indépendantes Artisan Commerçant Industriel Janvier 2009 1 SOMMAIRE 1. L organisation des Régimes 2. Les cotisations 3. Les cas particuliers 4. Les formalités 5. Les

Plus en détail

n 2012-0000017 LETTRE CIRCULAIRE OBJET GRANDE DIFFUSION 15/03/2012 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE

n 2012-0000017 LETTRE CIRCULAIRE OBJET GRANDE DIFFUSION 15/03/2012 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE n 2012-0000017 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1.037;1.032.11;5.72.1; 1.015.427;1.029.9;1.020.2; 1.031.4;1.010.21;1035.5; 3.43;5.7;3;1.001.01;1.026; 3.30;3.310;3.32;3.410;3.50;3.6 10

Plus en détail

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Epargne Entreprise DOSSIER SPÉCIAL Juridique et Fiscalité La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise Les versements de l entreprise

Plus en détail

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France Protection sociale La multiplicité des régimes de protection sociale conduit les pluriactifs à des situations administratives complexes : chacune de leurs activités les rattache à une caisse spécifique.

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR FAR SOMMAIRE RAPPEL : les professionnels concernés par le dispositif Madelin I. FISCALITÉ DES COTISATIONS A. RETRAITE Calcul du disponible Cas des contrats dits «Madelin agricole» Transfert Exercice décalé

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social Le forfait social Textes de référence : Articles L137-15 à L. 137-17 du Code de la Sécurité sociale créés par l article 13 de la loi n 2008-1330 du 17 décembre 2008 de financement de la sécurité sociale

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L

Plus en détail

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP CCVRP 7 et 9 rue Frédérick-Lemaître 75971 PARIS CEDEX 20 Téléphone : 01 40 33 77 77 Télécopie : 01 47 97 75 44 Site : www.ccvrp.com Mail : accueil@ccvrp.com Petit aujourd hui forcément grand demain Organisme

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

Le plan d épargne entreprise (ou PEE)

Le plan d épargne entreprise (ou PEE) Pégase 3 Le plan d épargne entreprise (ou PEE) Dernière révision le 18/05/2009 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Versement des participants... 4 Versement de l intéressement sur le

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014 Questions sociales Note d information n 14-15 du 6 août 2014 ALLOCATIONS CHOMAGE Effet au 01/07/2014 Références Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation

Plus en détail

Taux et montants. Disposition presse. Déduction forfaitaire spécifique pour frais professionnels

Taux et montants. Disposition presse. Déduction forfaitaire spécifique pour frais professionnels Taux et montants Disposition presse L emploi de journalistes professionnels ouvre droit à l application de dispositions législatives spécifiques. Les entreprises de presse employant des journalistes peuvent

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 N 2041 GH N 50149 #18 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. REVENUS

Plus en détail

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Epargne Entreprise Dossier spécial Juridique et Fiscalité La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Février 2014 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise Les versements de

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1;010;04 Montreuil, le 12/08/2015 12/08/2015 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION REGLEMENTATION

Plus en détail

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur :

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1 PREAMBULE Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1. Le «quasi salarié» : Le dirigeant de SA et de SAS ou le gérant minoritaire de SARL. Sa rémunération relève des traitements et salaires. Il peut

Plus en détail

N 20 14 / 001 14/02/2014

N 20 14 / 001 14/02/2014 N 20 14 / 001 14/02/2014 Origine : Direction de la Règlementation et des Affaires Juridiques Contact : Département de la Règlementation du Recouvrement Draj.reglementationrecouvrement@rsi.fr Annexes :

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.)

LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.) CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA LOIRE LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.) Références - Décret n 2004-878 du 26 août 2004 modifié relatif au compte épargne temps dans la fonction

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Le RSI est votre interlocuteur social unique pour toute votre protection sociale personnelle obligatoire. votre CaissE Édition : Caisse nationale du RSI - Mise à jour : Parimage - Dépôt légal : février

Plus en détail

REGLEMENT DU COMPTE EPARGNE-TEMPS

REGLEMENT DU COMPTE EPARGNE-TEMPS Comité Technique Paritaire Réunion du 28 septembre 2010 Annexe 1 REGLEMENT DU COMPTE EPARGNE-TEMPS Règles d ouverture, de fonctionnement, de gestion et de fermeture du Compte Epargne-Temps (art 10 du décret

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

Mise à jour 17/04/2012

Mise à jour 17/04/2012 Mise à jour 17/04/2012 Le maintien de salaire Incidence sur le bulletin de paye CCB 21 mai 2010 En application des dispositions de la convention collective du 21mai 2010 Note de synthèse réalisée par les

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

Déclaration Sociale Nominative. Guide Acoss : comment déclarer les cotisations Urssaf en DSN Avril 2015 Version 1.3 avec mise à jour le 16.04.

Déclaration Sociale Nominative. Guide Acoss : comment déclarer les cotisations Urssaf en DSN Avril 2015 Version 1.3 avec mise à jour le 16.04. Déclaration Sociale Nominative Guide Acoss : comment déclarer les cotisations Urssaf en DSN Avril 2015 Version 1.3 avec mise à jour le 16.04.2015 Modification par rapport à la version précédente du 10

Plus en détail

85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr

85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Compte épargne temps 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 9 mars 2010 Mise à jour du 1 er juin 2010 Références

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale FISCALITÉ La Fiscalité de l Épargne Salariale Le cadre fiscal et social pour l entreprise A - Les versements dans les dispositifs Pour l entreprise Nature du versement Charges sociales et taxes patronales

Plus en détail

CIRCULAIRE d INFORMATIONS N 2010/05 du 23 JUIN 2010

CIRCULAIRE d INFORMATIONS N 2010/05 du 23 JUIN 2010 CIRCULAIRE d INFORMATIONS N 2010/05 du 23 JUIN 2010 LE COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) Textes de référence : Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique

Plus en détail

Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant

Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant Patrice MARIE Parmi les dépenses du médecin libéral, le poste des charges sociales occupe de loin la première place et augmente régulièrement

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

La protection sociale du travailleur indépendant

La protection sociale du travailleur indépendant La protection sociale du travailleur indépendant On en parle aujourd hui A chaque statut, son régime social A chaque activité, son régime social Un interlocuteur social unique Une protection sociale complète

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1531 du 17 décembre 2014 relatif au taux des cotisations d allocations familiales et d assurance

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature Avantages en nature Textes de référence : Arrêté du 10 décembre 2002 relatif l évaluation des avantages en nature en vue du calcul des cotisations de sécurité sociale. Observation préalable : Afin d accompagner

Plus en détail

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite PRÉVOYANCE - RETRAITE PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE Santé Prévoyance & Retraite Matinale de l entrepreneur CCI 11 JUIN 2013 LE REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Mots-clés : Taxe de solidarité additionnelle aux cotisations d'assurance dite «taxe CMU» Contribution CMU Organismes complémentaires.

Mots-clés : Taxe de solidarité additionnelle aux cotisations d'assurance dite «taxe CMU» Contribution CMU Organismes complémentaires. 1 Ministère du travail, de l emploi et de la santé Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l'etat Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Direction

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Assurance maladie, maternité, décès. Direction de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Assurance maladie, maternité, décès. Direction de la sécurité sociale Protection sociale Assurance maladie, maternité, décès MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES _ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12 IMPOT SUR LE REVENU. REGLES PARTICULIERES APPLICABLES AUX PERSONNES NON DOMICILIEES EN FRANCE. RETENUE A LA SOURCE SUR LES

Plus en détail

Contribution de solidarité

Contribution de solidarité FLASH D INFORMATIONS N 19/2012 Contribution de solidarité Références - Loi n 82-939 du 04/11/1982, modifiée - Loi n 97-1239 du 29/12/1997 - Décret n 82-1001 du 25/11/1982 (J.O. du 27/11/1982) - Décret

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition 2011

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition 2011 Artisans, commerçants et professionnels libéraux L'auto-entrepreneur Édition 2011 2 L auto-entrepreneur 3 Qui peut devenir auto-entrepreneur? Ce dispositif permet à toute personne de créer, avec des formalités

Plus en détail

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2014

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2014 Bulletins de paie PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 20 e année - Abonnement 144 - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 Modèles à jour au 1-1-2014 Mis à part le premier

Plus en détail

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition janvier 2012

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition janvier 2012 Artisans, commerçants et professionnels libéraux L'auto-entrepreneur Édition janvier 2012 2 L auto-entrepreneur Qui peut devenir auto-entrepreneur? Ce dispositif permet à toute personne de créer, avec

Plus en détail

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Depuis le 1er janvier 2005, de nouvelles modalités de taxation s appliquent aux dividendes distribués par les sociétés

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Associations > Centre aéré / colonie > Vos salariés - Vos cotisations > Taux et montants

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Associations > Centre aéré / colonie > Vos salariés - Vos cotisations > Taux et montants Taux et montants Accueil collectif, séjour de vacances L arrêté du 11 octobre 1976 a instauré un dispositif spécifique applicable aux personnes recrutées à titre temporaire et non bénévole pour assurer

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE Dernière mise à jour : avril 2010 CPCEA 1 2 Préambule Le régime conventionnel des cadres de la production agricole est institué

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

REGLEMENT DU REGIME COMPLEMENTAIRE DES AVOCATS ETABLI PAR LA CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANÇAIS

REGLEMENT DU REGIME COMPLEMENTAIRE DES AVOCATS ETABLI PAR LA CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANÇAIS CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANCAIS REGLEMENT DU REGIME COMPLEMENTAIRE DES AVOCATS ETABLI PAR LA CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANÇAIS Arrêté du 30 décembre 2005 J.O. du 25 janvier 2006 Arrêté du 31

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Entreprises de travail temporaire > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Entreprises de travail temporaire > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d entrepreneur de travail temporaire, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la

Plus en détail

A Régime fiscal des contrats collectifs à adhésion obligatoire

A Régime fiscal des contrats collectifs à adhésion obligatoire 1 U.NPM.F. Direction Générale Service Veille Juridique et fiscale Paris, le 12 septembre 2005 Références : LC/D. 2005-0081 Emetteur : Laurence CHREBOR OBJET : Incidence de la loi portant réforme des retraites

Plus en détail

Accord de prévoyance des personnels cadres et assimilés - mai 2011

Accord de prévoyance des personnels cadres et assimilés - mai 2011 1 SYNADIC PRÉAMBULE Un régime de prévoyance obligatoire au niveau national garantissant les risques incapacité, invalidité et décès a été instauré par l accord du 28 novembre 2005. Les partenaires sociaux

Plus en détail

Vos contacts GUIDE DE L EMPLOYEUR. Régime d assurance complémentaire Santé

Vos contacts GUIDE DE L EMPLOYEUR. Régime d assurance complémentaire Santé Vos contacts Pour tous renseignements ou questions relatives : aux cotisations : contacter votre caisse de MSA, pour toute autre question : contacter l ANIPS au 09 69 32 34 27 (numéro non surtaxé). de

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Activité générale > Vos salariés - Vos cotisations > Taux et montants

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Activité générale > Vos salariés - Vos cotisations > Taux et montants Taux et montants En tant qu employeur, vous êtes responsable de la déclaration et du paiement des cotisations et des contributions sociales de votre salarié. Selon leur nature, leur taux peut être d application

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2015

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2015 Bulletins de paie PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 20 e année - Abonnement 144 Ā - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 Modèles à jour au 1-1-2015 Les données communes

Plus en détail

Contribution de solidarité. Le taux de la contribution est de 1 % sur la rémunération «nette».

Contribution de solidarité. Le taux de la contribution est de 1 % sur la rémunération «nette». REMUNERATION Note d'information n 13-07 du 22 janvier 2013 Contribution de solidarité Références - Loi n 82-939 du 04/11/1982, modifiée - Loi n 97-1239 du 29/12/1997 - Décret n 82-1001 du 25/11/1982 (J.O.

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale Le salaire des internes en DES de Médecine Générale *************** «Le salaire est la contrepartie du travail fourni» Guide pratique du droit au travail, La Documentation Française. **************** (I)

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurances sociales des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

Le montant des sommes versées à l occasion de la manifestation sportive :

Le montant des sommes versées à l occasion de la manifestation sportive : Taux et montants Associations sportives Les sommes versées par une association sportive à une personne pratiquant une discipline sportive, en équipe ou en individuel, en amateur ou à titre professionnel,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 F-16-01 N 136 du 27 JUILLET 2001 5 F.P. / 58 - F 114 INSTRUCTION DU 18 JUILLET 2001 TRAITEMENTS ET SALAIRES. ASSIETTE. REGIME D IMPOSITION DES

Plus en détail

La validité du CET était limitée à 10 ans, courant à partir de la date où le compte comportait 20 jours.

La validité du CET était limitée à 10 ans, courant à partir de la date où le compte comportait 20 jours. LE NOUVEAU RÉGIME DU COMPTE ÉPARGNE-TEMPS Paris, le 13 décembre 2012 Pour analyser le décret relatif au compte épargne-temps dans la fonction publique hospitalière, paru au Journal officiel du 8 décembre

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE - SECURITE SOCIALE -

NOTE JURIDIQUE - SECURITE SOCIALE - Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - SECURITE SOCIALE - OBJET : cumul de la pension d invalidité du régime général avec d autres pensions, rentes

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-048

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-048 PARIS, le 06/03/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-048 OBJET : Modifications apportées aux mécanismes de l'épargne salariale. Loi n

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 68 (2008, chapitre 21) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres

Plus en détail

Moyens de déclaration

Moyens de déclaration Moyens de déclaration Obligation de déclaration et de paiement par voie dématérialisée L obligation de payer exclusivement par virement bancaire : Les entreprises ou établissements d'une même entreprise,

Plus en détail

ÉPARGNE TEMPS DÉCRET CIRCULAIRE DECRET

ÉPARGNE TEMPS DÉCRET CIRCULAIRE DECRET LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS DÉCRET N 2004-878 DU 26 AOÛT 2004 MODIFIE CIRCULAIRE DU 31 MAI 2010 SUR LA REFORME DU CET DANS LA FONCTION PUBLIQUE DECRET 2010-531 DU 21 MAI 2010 Le compte épargne temps (CET)

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS

LE COMPTE EPARGNE TEMPS STATUT LE COMPTE EPARGNE TEMPS Références : Décret 2004-878 du 26 août 2004, modifié par le décret 2010-531 du 20 mai 2010 ; Circulaire ministérielle N10-007135-D du 31 mai 2010 (annexe 1). Les règles

Plus en détail

IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012

IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012 IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012 Les lois de finances de la fin 2012 ont modifié sur de nombreux points le mode d'imposition des dividendes des SARL et des EURL à l'i.s S'agissant des dividendes

Plus en détail

Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Article liminaire La prévision de solde structurel et de solde effectif de l ensemble des administrations publiques pour 2014

Plus en détail

Heures supplémentaires

Heures supplémentaires Heures supplémentaires Présentation et évolutions des allégements Tepa La loi du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat a créé au 1er octobre 2007, une exonération d impôt

Plus en détail