- D étudier le retentissement des interactions familiales sur le développement de l individu surdoué.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "- D étudier le retentissement des interactions familiales sur le développement de l individu surdoué."

Transcription

1 Deuxième partie : la famille du surdoué. Entre idéalisation et désillusion Présentation de la Recherche La recherche menée auprès des adultes surdoués a pour triple objectif : - D identifier les spécificités des systèmes familiaux incluant un/des individu(s) surdoué(s) et en particulier le processus de différenciation de soi de la personne surdouée en s appuyant sur la théorie de la différenciation de M Bowen. - D étudier le retentissement des interactions familiales sur le développement de l individu surdoué. - D étudier la gestion des émotions chez les personnes surdouées, sa spécificité et son impact sur les relations familiales et sociales et sur le développement Les questions auxquelles je souhaite apporter des éléments de réponse : - La posture de l individu surdoué au sein de sa famille est-elle spécifique? Si oui, de quelle manière? - Quel est le retentissement de l histoire et des interactions familiales sur le développement du surdoué? - Les stratégies de gestion des émotions sont-elles spécifiques? Quel est la place du cognitif dans ces stratégies? La recherche menée est exploratoire et ne vise donc pas à vérifier des hypothèses précises mais à identifier une ou des dynamiques familiales et leurs impacts potentiels sur le développement des personnes surdouées, en s intéressant en particulier au rôle de la gestion des émotions. Des hypothèses plus précises sur les mécanismes à l œuvre pourront être posées au fur et à mesure de la réalisation des entretiens de recherche dans le but d être vérifiées. J ai mené entre septembre et octobre 2012 des entretiens semi-directifs auprès de 10 adultes (5 hommes et 5 femmes) détectés surdoués et âgés de 30 à 55 ans. Ils ont été réalisés sur la base d un guide d entretien : 9 ont été réalisés en face à face et 1 par téléphone.

2 Le guide d entretien est structuré en 4 thématiques : - Le surdon : son identification, l impact de la détection sur la vie personnelle, les réactions de l environnement si le sujet a été abordé. - Les événements de vie : le participant choisit des événements de vie marquants qu il décrit à l interviewer. Il n est guidé dans ce choix que par son appréciation personnelle de l impact de ces événements sur sa vie. - Les relations familiales et sociales : description des relations passées et actuelles avec la famille d origine (ascendants) et nucléaire (conjoint et descendants). - La gestion des émotions : auto-évaluation de la capacité à gérer les émotions positives et négatives, de l intensité du ressenti émotionnel, de la prise en compte des émotions dans le processus de décision. L analyse est basée sur le contenu des réponses mais aussi les interprétations qui peuvent en être faites, en s appuyant sur les théories systémiques et, en particulier, à la lumière des théories de Bowen, sur les axes suivants : - Les interactions familiales. - Le ressenti émotionnel : son intensité, sa spécificité, son importance dans l expérience de vie. - Les stratégies de gestion des émotions et en particulier les liens entre cognition et émotion. L analyse qualitative par théorisation ancrée (Mucchielli,1996 ; Paillé, 1994 ; Paillé et Mucchielli 2003) a été retenue pour analyser les données après leur retranscription. C est la méthode qui nous a semblé la mieux à même de répondre aux objectifs d exploration et de modélisation que nous nous sommes fixés.

3 Résultats Présentation de l échantillon Nombre de Age ans 10% Age des participants ans 40% ans 10% ans 30% Les participants sont pour moitié de sexe féminin et pour moitié de sexe masculin et sont âgés de 30 à 52 ans dont 60% de plus de 40 ans. Cette répartition assure un bon niveau de diversité ans 10% Nombre de Marié Seule 10% En couple 20% Situation familiale Séparé, enfants 10% Marié, enfants 60% 70% d entre eux ont des enfants et pour 80% d entre eux ils sont en couple ou mariés, ce qui a permis d évaluer les relations de couple et les relations parentales sur une large base. Situation professionnelle des participants Reconversion professionnelle 20% Profession libérale 40% Cadre 40% Les participants se répartissent, à part égale, entre une fonction de cadre au sein de l entreprise et un statut de profession libérale ; ce qui est bien supérieur à la moyenne nationale. Cela n est pas le fruit du hasard mais plutôt celui d une volonté d indépendance ou d une difficulté d intégration dans l entreprise telles que l évoquent les participants. Pour 70% des participants, le parcours professionnel est émaillé de changements d activité professionnelle dont certains très radicaux. Les raisons évoquées pour ce changement sont l ennui éprouvé dans leurs activités antérieures et/ou la volonté d une activité qui réponde davantage à des aspirations personnelles. 80% des participants ont connu des épisodes dépressifs (ou dysthymie pour l une d entre eux). 20% évoquent également des phobies et 20% des troubles du comportement alimentaire. Des données globalement conformes aux statistiques précédemment citées.

4 Pour 90% d entre eux la détection du surdon est récente et s est inscrite dans une démarche de recherche personnelle (60%) ou par le biais d une émission de radio ou d une identification par un tiers pour les autres. Un seul a été détecté dans sa jeunesse. Pour des raisons de confidentialité, dans les cas qui sont évoqués dans ce document les noms des personnes ont été modifiés. Le récit des événements de vie et les échanges sur les relations familiales ont permis d explorer le processus de différenciation des participants. - La nature des relations passées et actuelles avec la famille d origine, leur dynamique. - L évocation des différentes étapes du cycle de vie familial (enfance, adolescence, départ du domicile des parents, rencontre du conjoint, naissance puis adolescence des enfants). - les références (leur fréquence, leur nature) à l histoire familiale dans le discours. - etc Les points de convergence identifiés chez les participants à la recherche sont : - La difficulté à trouver la bonne distance avec les autres membres de la famille. - Un jugement ambivalent vis-à-vis de la famille d origine. - Une idéalisation de la Famille comme lieu de l unité (ou de la fusion). - Une position spécifique dans la famille sous la forme d une triangulation répétitive ayant conduit à l attribution d un rôle spécifique et inconfortable. - Un fort retentissement de l histoire familiale sur le parcours professionnel et personnel, source d insatisfaction. Trouver la bonne distance Indice d une difficulté de différenciation de soi, tous les participants à l étude ont/ont eu des difficultés pour établir une juste distance avec la famille d origine : - A un extrême, 4 des participants sont ou ont été en rupture avec l un au moins de leurs parents (père, mère, les deux) selon un processus que Bowen décrit comme «la mise à distance émotive» ou «le cut-off émotionnel». Mis en place pour résoudre les tensions affectives, elle ne participe pas au processus de différenciation de soi. Au contraire, la fuite maintient l individu dans la dépendance à sa famille. - A l autre extrême, 2 participants sont très proches de leurs parents, dans une communauté de vie (ils sont voisins).

5 - Parmi les 4 autres participants : l une a perdu ses deux parents ; 2 autres évoquent des relations familiales trop distantes ou trop envahissantes à leur goût. Ces difficultés de différenciation sont légitimes dans des contextes de trauma ou de tensions dans la famille, source d angoisse. C est le cas pour 4 des 10 personnes de l échantillon étudié : - 3 participants ont vécu des situations traumatiques : 2 pendant leur enfance (décès de la mère à l adolescence pour l un, alcoolisme de la mère et violence du père pour l autre), et 1 participante à l âge adulte (perte d un enfant de quelques semaines). - 1 autre participante est indirectement concernée et ressent les effets d un trauma familial toujours actif (une tante décédée dans sa jeunesse de maladie à laquelle elle est identifiée). - Les autres vivent des situations familiales qu on pourrait qualifier de banales : des parents d origine pied noir «exilés», des conflits conjugaux avec ou sans adultère, le divorce des parents) ou «sans histoires». Le jugement vis-à-vis de le famille d origine : ambivalence De façon générale, la famille est spontanément évoquée dans les premières minutes de l entretien (alors qu il n est pas spécifié que c est l objet de l étude), le plus souvent comme une contreréférence (ne pas reproduire ce qui a été fait par le père/la mère/les deux). Plus de la moitié des participants évoquent une relation insatisfaite avec leur mère jugée distante ou absente dans l enfance. Effectivement, trois mères ont subi une dépression et une autre souffre d une addiction à l alcool qui pourrait expliquer cette distance affective. Ces affirmations sont nuancées par des affirmations du type «ils ont fait de leur mieux» démontrant l ambivalence d une relation où alternent frustration et protection. Une attitude congruente avec la notion de parentification, un mode de triangulation fréquent quand l un des parents est en situation de fragilité qui entretient un double sentiment de frustration mais aussi une valorisation de l enfant, protecteur de sa famille. Ces situations pourraient conforter la vision psychanalytique du surdon d un déficit d investissement maternel ou du moins expliquer l émergence de cette interprétation. A mon sens, il faut replacer cela dans un cadre plus large et ne pas céder à la tentation de l équation : mère dépressive ou froide = investissement intellectuel excessif de l enfant, équation fréquemment mise en échec par l expérience. Par ailleurs, d autres participants évoquent des relations familiales plus sereines.

6 Les représentations de la famille actuelle : entre idéalisation et déception Tous les participants partagent un idéal de la famille très élevé qu il soit inspiré ou pas par une expérience réussie dans la famille d origine. Cette idéalisation de la famille comme lieu d unité et d entente conduit à un (sur?)investissement de la famille et en particulier de la relation avec les enfants et à la peur de l échec. Du côté féminin, 3 des participantes évoquent des difficultés pour investir la relation mère-enfant avec leur nourrisson : l une d entre elles, du fait d une dépression post-partum, les autres sur un mode moins marqué évoquent des difficultés avec le lien nourricier ou simplement un manque d intérêt pour les nouveau-nés. Une autre évoque des inquiétudes vis-à-vis de son fils : «Je ressens de la culpabilité : c'est un enfant angoissé en souffrance. C'est un peu de ma faute. Je l'ai peut-être mis dans le trou. Je n'arrive pas à l'en sortir». «Aujourd'hui je ressens un poids quand je pense à lui». Du côté masculin, 3 des participants expriment des inquiétudes quant à leur posture de père : L un craint d être trop exigeant, sur un mode proche de ce qu il a vécu avec sa famille : «Je suis un peu trop exigeant : il faut que je lutte contre cela» L autre se déclare insatisfait de la relation avec ses enfants : trop distante alors que deux de ses enfants sont en difficulté actuellement. Un autre lutte contre sa difficulté à exprimer ses sentiments pour ses enfants «J essaie que cela ne se voit pas trop qu ils pensent que c est naturel (d exprimer ses sentiments)» L un des participants a, lui, choisi de ne pas fonder de famille : il est en rupture avec la sienne et déclare ne pas vouloir fonder de famille pour préserver la planète «Il faudrait que la population humaine diminue. Je le ressens intimement ( ) je ne peux pas voir tout cela et avoir un enfant». Tous les participants sont inquiets de réussir leur vie de famille : ce qui me semble démontrer un excès d investissement du sujet ou un certain perfectionnisme plus encore que de réelles difficultés dans la relation.

7 La position dans la famille : triangulation Si l on s en tient au récit de leur histoire de vie, neuf des 10 participants ont été triangulés dans leur famille d origine sous des formes variées et parfois croisées selon trois mécanismes que nous allons détailler et illustrer : - Le parentification, - La projection parentale, - Le mandat transgénérationnel. La parentification Le concept de parentification est introduit en 1965 par Ivan Boszormenyi-Nagy, thérapeute familial et fondateur de la thérapie contextuelle. Il sera ensuite repris en enrichi par de nombreux intervenants en thérapie familiale. Souvent décrit comme une inversion des rôles parent/enfant (ou inversion générationnelle) et un manque de frontières entre les générations, il est perçu comme destructif pour l enfant. Nagy et les thérapeutes contextuels le présentent sous un jour plus favorable : il est également le moyen pour l enfant de donner et de rétablir un équilibre dans les relations intergénérationnelles. Car la parentification s opère le plus souvent sur plusieurs générations comme un modèle de relations familiales. Elle peut ne pas être destructrice pour l enfant si son rôle est reconnu par les parents. Les formes prises par la parentification sont multiples. Décrivons celles qui sont observées dans le cadre de cette étude. - L alliance avec un parent sur fond de confit conjugal : l enfant est invité à prendre parti pour l un ou l autre des conjoints, de façon plus ou moins explicite. Roxane est triangulée dans un conflit conjugal : elle s oppose à sa mère quand elle prend conscience de l adultère commis avec le meilleur ami de son père. Henri est l aîné d une famille où les parents se déchirent. Il est invité par son père à faire alliance avec lui contre sa mère. Jacques se trouve pris entre deux parents qui ne s entendent plus mais ne se séparent pas «pour le préserver». - L inversion générationnelle dans un contexte de parent ou couple parental défaillant : l enfant prend le rôle du ou des parents qui ne sont pas en mesure d assumer leur rôle vis-àvis de lui.

8 Martha s occupe de sa mère dépressive délaissée par un mari qui va et vient entre sa femme et sa maîtresse. Ainsi sa mère lui demande de mentir à ses grands-parents sur la situation de son couple, les problèmes financiers, la dépression de sa mère. Christine prend soin d une mère dépressive et alcoolique qui l élève seule. Elle reçoit la propriétaire quand sa mère ne peut plus payer le loyer. Elle est également triangulée par son père qui se sert d elle pour faire souffrir sa mère. La projection parentale Un/les parent(s) projette(nt) leur projet de réussite personnelle (qu ils n ont souvent pu accomplir eux-mêmes) sur l enfant. Celui-ci en prend la charge et est investi de la réussite pour le compte du parent. Laurence porte les projets de réussite professionnelle de son père : elle poursuit des études dans une grande école de commerce pour combler les attentes de son père. Il pleure de joie lorsqu elle est admissible à HEC. Alain «échoue» en ne réussissant pas des études d ingénieur qui répondent aux souhaits de ses parents. Ils se désintéressent de la scolarité et de la carrière de leur fils dès lors. Le mandat transgénérationnel L enfant «remplace» un membre de la famille qui a connu un destin tragique ou une vie difficile. Son parcours de vie est tracé pour remplacer ou poursuivre l œuvre d un ascendant. Roger est le troisième garçon d une famille où l on attendait une fille. Il est d abord identifié à la fille que ses parents n ont jamais eue puis vers 12 ans il perd son grand-père et lui promet sur son lit de mort de réussir. Cette promesse et cette identification le portent dans son parcours scolaire. Il deviendra ingénieur. Martha est identifiée à la sœur de sa mère décédée à la fleur de l âge. Cette identification l amène à une relation exclusive avec ses grands-parents qui se substituent à ses propres parents. Raynald entretient une relation fusionnelle avec sa mère jusqu à la mort de cette dernière alors qu il est âgé de 14 ans. Démarre alors une relation conflictuelle avec son père qu il met sur le compte de son identification à sa mère. Il incarne dès lors la perte de l être aimé pour son père.

9 Le retentissement de l histoire familiale sur le développement Au-delà de la triangulation évoquée par tous les participants, pour tous l histoire familiale a fortement retenti sur le développement personnel et/ou professionnel conduisant pour la plupart à une insatisfaction dans leur vie actuelle. Un sentiment de frustration symptomatique d une différenciation de soi qui ne serait pas complètement aboutie. Encore attachés au projet de leurs parents ou à leur rôle dans la famille, les participants ont encore des difficultés à trouver leur propre voie. Un phénomène que l on pourrait qualifier de banal sur le fond mais qui révèle de vraies souffrances psychologiques. Le besoin d accomplissement personnel des individus semble se heurter à une barrière insurmontable : quitter le rôle ou le projet familial. Roxane n a pas pardonné l adultère commis par sa mère avec laquelle elle est conflit depuis l âge de 8 ans. Cette relation insatisfaisante rejaillit sur sa relation avec ses filles (une dépression post-partum après chaque grossesse) et son mari avec qui les relations avec la belle-famille sont un sujet de discorde. Dans sa vie privée et professionnelle, elle s attache à faire le contraire de sa mère. Laurence a échappé à la mort à sa naissance et à l adolescence et a été investie par ses parents comme l enfant miraculée et fragile. La naissance de ses sœurs, incarnant la perte possible de l amour des parents, est vécue comme un trauma qui se manifeste par des somatisations massives (perte des cheveux et sourcils, fortes migraines). Dans ses relations avec ses enfants, la peur de la perte, réactivée par le décès d un enfant en bas-âge, reste une obsession et le positionnement en tant que mère est difficile avec son fils qui aborde l adolescence. Sur le plan professionnel, elle a poursuivi une scolarité puis une carrière pour combler les vœux de réussite professionnelle de son père puis décidé à 38 ans de se consacrer à sa passion : l écriture. Un choix qui reste difficile à assumer. Alain exerce de multiples activités en tant qu indépendant et est reconnu dans son travail. Pourtant il y accorde peu d importance s investissant plutôt dans son épanouissement personnel et sa vie de famille, par opposition à une enfance marquée par l absence du père et la froideur de la mère. Il a une bonne relation avec ses parents qui habitent à côté de chez lui et se montre compréhensif voire protecteur vis-à-vis d eux. Roger, âgé de 54 ans s est identifié dès l enfance à un grand-père n ayant jamais réussi sur le plan professionnel en dépit de ses aptitudes et n arrive pas à trouver sa voie malgré de multiples reconversions. Il lui a pourtant juré sur son lit de mort qu il serait fier de lui. A 54 ans, il porte encore ce projet.

10 Raynald a coupé les ponts avec toute sa famille depuis 10 ans après avoir renoncé à entretenir des relations satisfaisantes avec son père et sa sœur. Du point de vue professionnel, il a choisi de travailler dans le développement durable dans une loyauté à sa mère décédée, amoureuse de la nature. Du point de vue sentimental, il a du mal à s investir dans des relations, hanté par la peur de la perte et de la dépendance affective et ne souhaite pas fonder un foyer. Après une carrière en tant que sportif, une création d entreprise et un dépôt de bilan, Henri a pris un poste dans la société où travaille sa femme et est en arrêt de travail pour cause de dépression. Il n a pas encore accepté les résultats de son test de QI passé il y a 6 mois et s angoisse du temps perdu et du risque de ne pas réaliser son potentiel. Il attribue ses difficultés au manque d investissement de ses parents dans son éducation scolaire et au refus de son père de voir ses enfants réussir mieux que lui Sur le plan affectif, il a du mal à exprimer ses sentiments à sa compagne et doit combattre son naturel peu expansif pour le faire avec ses fils. Martha s est longtemps interdit d être mère (jusqu à une aménorrhée) pour ne pas faire vivre à son enfant sa position d objet dans sa famille. Sur le même principe, elle s interdit d écrire après des débuts prometteurs (un prix littéraire) de peur de redevenir l objet de sa mère et de sa grand-mère. Christine a toujours peur des hommes depuis qu elle a eu le sentiment de l ambiguïté de sa relation avec son père même si il n y a pas eu d abus à proprement parler. La disparition de son père est vécue comme une délivrance et lui a permis de franchir une étape dans la réalisation de sa féminité. Brigitte, 32 ans, est en reconversion professionnelle pour devenir psychologue. On peut supposer que ce désir répond à un fort besoin de réparation : vis-à-vis d un père «hyperactif», phobique et très émotif. Elle a choisi un conjoint qui ressemble à son père en termes de personnalité et de parcours professionnel, identifié comme bipolaire. Jacques, 33 ans, s est complètement investi dans la cause du surdon. Il n évoque pas son travail (dans lequel il s ennuie) pourtant choisi dès l enfance pour suivre les traces de son père. Père de trois enfants, il est très impliqué dans leur éducation, en particulier dans les choix scolaires. Son implication dans les associations de surdoués vise à trouver des pairs avec qui dialoguer mais aussi à informer et aider.

11 Première conclusion : une complexité avérée du processus de différenciation Ces constats convergent pour affirmer l hypothèse d une complexité du processus de différenciation du soi des personnes surdouées. Rappelons d ailleurs qu il ne s agit pas dans cette recherche de juger du niveau de différenciation atteint par les individus mais d en étudier les mécanismes. En quoi et pourquoi ce processus serait-il plus complexe chez les personnes surdouées. Qu est-ce qui permet de penser que le surdon est à l origine de cette difficulté? Nous sommes tous façonnés par notre histoire familiale : car la famille est le lieu de tous les apprentissages et en particulier celui du social. Comment être en lien avec les autres? C est ce que la famille nous apprend et qui est conforté ou pas dans nos autres expériences sociales (professionnelles, amicales). L analyse du récit et du parcours des personnes surdouées interrogées dans cette recherche souligne, à mon sens, les difficultés introduites par le surdon dans ce processus. L acuité avec laquelle sont vécues les situations et la spécificité de leur interprétation me semblent au premier plan. Elles induisent un vécu puis des comportements singuliers qui rendent complexe le développement de la personne surdouée. A propos de l auteur : Anne Juvanteny, 41 ans, est coach et thérapeute familiale à Aix-en-Provence. Après une formation en gestion (EDHEC) et 10 ans d expérience en cabinets de conseil en management, elle choisit en 2004 de se recentrer sur les problématiques humaines en se formant au coaching (coach certifiée auprès d ICF, International Coaching Federation) puis en reprenant des études en psychologie clinique (Université Paris 8) avec l objectif d intervenir auprès des personnes et des familles. En 2011, elle mène une recherche sur l utilisation des émotions dans la relation thérapeutique (in Cahiers critiques de thérapie familiale et de pratiques de réseaux 2012/1 (n 48) «Le thérapeute : propre outil de ses interventions? Étude et proposition d'une modélisation du processus de gestion des émotions chez les thérapeutes familiaux»). En 2012, elle s intéresse au parcours de vie des personnes surdouées et mène une recherche sur ce thème. Actuellement, elle exerce ses activités auprès d entreprises et de particuliers avec le même souci d accompagner le changement individuel et collectif. Contact :

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Le guide s articule autour de quatre thèmes, qui sont incontournables pour bien documenter une situation d aliénation parentale ou de risque:

Le guide s articule autour de quatre thèmes, qui sont incontournables pour bien documenter une situation d aliénation parentale ou de risque: GUIDE D ENTREVUE TROUSSE DE SOUTIEN À L ÉVALUATION DU RISQUE D ALIÉNATION PARENTALE Véronique Lachance Marie-Hélène Gagné Ce guide d entrevue a été conçu pour vous aider à documenter les situations familiales

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant le mot du médiateur de l éducation nationale Madame, monsieur, Parent, enseignant, vous aurez l occasion, au long de l année scolaire, de vous

Plus en détail

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif Isabelle Cyr, B.sc. Psychologie. B.sc. Service social. T.s. Thérapeute Josée Dostie, B.A. Psychologie. Thérapeute

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

Questionnaire pour les enseignant(e)s

Questionnaire pour les enseignant(e)s info@educatout123.fr www.educatout123.fr +31 614303399 L enfant qui bouge beaucoup! C est un fait, un enfant bouge beaucoup, il a besoin de se dépenser. Il arrive même parfois qu on n arrive plus à tenir

Plus en détail

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6 Lignes directrices Pour l expertise en matière de garde d enfants et des droits d accès février 2oo6 INTRODUCTION................. 3 PRÉAMBULE.................. 3 I. AMORCE DU PROCESSUS........... 4 A.

Plus en détail

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Pendant la grossesse Troubles mineurs, dépressions

Plus en détail

Définition. Recherche sur Internet. Quelques chiffres. Stress et enseignement. Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress

Définition. Recherche sur Internet. Quelques chiffres. Stress et enseignement. Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress Stress et enseignement Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress Recherche sur Internet Moteur de recherche: GOOGLE Mots-clés: + stress + enseignement Nombre de pages francophones

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

Les grands-parents ont-ils le droit de voir leurs petitsenfants même en cas de conflit aigu avec les parents?

Les grands-parents ont-ils le droit de voir leurs petitsenfants même en cas de conflit aigu avec les parents? Les grands-parents ont-ils le droit de voir leurs petitsenfants même en cas de conflit aigu avec les parents? Oui. Sauf si l intérêt de l enfant nécessite l absence de tous contacts avec ses grands-parents.

Plus en détail

Comment se déroule le droit de visite et d hébergement d un parent en cas de fixation de la résidence habituelle chez l autre parent?

Comment se déroule le droit de visite et d hébergement d un parent en cas de fixation de la résidence habituelle chez l autre parent? Comment se déroule le droit de visite et d hébergement d un parent en cas de fixation de la résidence habituelle chez l autre parent? Lorsque l enfant vit au domicile de l un de ces parents, ce qui est,

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

«Séniors et adaptation du logement»

«Séniors et adaptation du logement» «Séniors et adaptation du logement» APPROCHE QUALITATIVE & BENCH MARK Etude réalisée en dpt 37 et 71 SYNTHESE DE L ETUDE POUR LA PRESSE MARS 2015 15 rue de Bellefond, 75009 Paris // www.adjuvance.fr //

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants Premiers résultats Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Objectifs de l enqul enquête Mieux identifier la souffrance psychique

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

L'engagement http://gazette.ditaime.com/article/38.html

L'engagement http://gazette.ditaime.com/article/38.html L'engagement http://gazette.ditaime.com/article/38.html Définition Que veut dire au juste le mot engagement? Le dictionnaire nous en donne la définition suivante : «Promesse formelle, acte par lequel une

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

ANAMNÈSE - 1 - Création : Dre Josée Douaire, psychologue

ANAMNÈSE - 1 - Création : Dre Josée Douaire, psychologue ANAMNÈSE - 1 - (N.B. : le carnet de santé de votre enfant peut vous être utile pour remplir ce questionnaire) Nom de la personne qui complète ce questionnaire : Informations générales Nom de l enfant :

Plus en détail

Différents facteurs impliqués dans l addiction

Différents facteurs impliqués dans l addiction Différents facteurs impliqués dans l addiction Facteurs génétiques Neurobiologiques Circuits, métabolisme, neuroadaptation Développement Puberté Maturation cérébrale Sexe Comportement Tempérament Personnalité

Plus en détail

Les enjeux existentiels du dirigeant

Les enjeux existentiels du dirigeant La complexité, tout simplement Les rencontres Trajectives Les enjeux existentiels du dirigeant S accomplir pour mieux diriger la transformation Qui sommes-nous? Un cabinet avec 10 années d expérience et

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION Société des Coaches Gestaltistes Coordinateur projet: Marius Moutet INTRODUCTION Un coaching d individus ou d équipe inspiré de la posture humaniste

Plus en détail

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille.

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Parent avant tout Parent malgré tout Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Edition: Addiction Suisse, Lausanne 2012 Que vous soyez directement concerné-e ou que

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

La crise économique vue par les salariés français

La crise économique vue par les salariés français La crise économique vue par les salariés français Étude du lien entre la performance sociale et le contexte socioéconomique Baggio, S. et Sutter, P.-E. La présente étude s intéresse au lien entre cette

Plus en détail

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La rue Grandir, qu est-ce que cela signifie vraiment? Un jeune qui a vécu isolé dans les rues de Paris témoigne. Cette fiche pédagogique propose de découvrir une réalité peu connue de la France d aujourd

Plus en détail

La contribution des pères au développement de leur enfant

La contribution des pères au développement de leur enfant Activité 1 La contribution des pères au développement de leur enfant Le père: Un rôle en évolution Théorie de l évolution Question de survie! Homme Animaux Christine Gervais, Ph. D., Professeur au département

Plus en détail

FORMATIONS 2015 PRATIQUES ÉDUCATIVES & SOCIALES PRATIQUES EN MANAGEMENT & COACHING PRATIQUES EN PSYCHOTHÉRAPIE

FORMATIONS 2015 PRATIQUES ÉDUCATIVES & SOCIALES PRATIQUES EN MANAGEMENT & COACHING PRATIQUES EN PSYCHOTHÉRAPIE FORMATIONS 2015 Centre de Formation et de Perfectionnement aux Pratiques Éducatives, Sanitaires, Sociales et Psychothérapeutiques PRATIQUES ÉDUCATIVES & SOCIALES PRATIQUES EN MANAGEMENT & COACHING PRATIQUES

Plus en détail

Contribution à la Consultation nationale des acteurs du soutien à la parentalité

Contribution à la Consultation nationale des acteurs du soutien à la parentalité Contribution à la Consultation nationale des acteurs du soutien à la parentalité dans le cadre de la «Mobilisation pour la petite enfance et la parentalité», menée par le Ministère délégué chargé de la

Plus en détail

Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance

Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance Colloque QuébecStrasbourg Octobre 2008 Présenté par Gilles Cantin, Ph.D. Département d éducation et pédagogie UQAM

Plus en détail

COUPLE ET PROBLÈMES SEXUELS

COUPLE ET PROBLÈMES SEXUELS COUPLE ET PROBLÈMES SEXUELS Introduction Christine Reynaert et Pierre Collart ont tous deux activement participé à l ouverture de centres spécialisés dans le traitement de troubles sexuels (voir analyse

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

Les représentations sociales des juges et des experts concernant le meilleur intérêt de l enfant dont la garde est contestée

Les représentations sociales des juges et des experts concernant le meilleur intérêt de l enfant dont la garde est contestée Les représentations sociales des juges et des experts concernant le meilleur intérêt de l enfant dont la garde est contestée Elisabeth Godbout Doctorante en service social Université Laval Colloque Autour

Plus en détail

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée?

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Hélène Le Brun, conseillère septembre 2007 D-11815 Centrale des syndicats du Québec

Plus en détail

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention À moins d indications contraires, toutes les définitions

Plus en détail

De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage. La vision familiale. Série 1, numéro 1

De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage. La vision familiale. Série 1, numéro 1 De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage La vision familiale Série 1, numéro 1 En l espace de 25 ans, le profil de la famille québécoise s est transformé de

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Bien-être et Performance Collective Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble

Bien-être et Performance Collective Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble Comment concilier «bienêtre» et «performance collective»? Comment aider les opérationnels à assumer leur responsabilité managériale,

Plus en détail

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises 1 Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises Luca Fumagalli Adjoint au chef du Service des établissements spécialisés et délégué du canton au groupe d accompagnement

Plus en détail

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité INFORMATIONS MEDIATION La médiation fait partie du dispositif de protection de la personnalité des membres du personnel de l'etat de Genève et des institutions

Plus en détail

Coaching et Team Building

Coaching et Team Building recherché par les entreprises Ils représentent deux leviers ENTREPRISE Coaching et Team Building des outils de management au service de la personne, des entreprises et des organisations Serge LANTEAUME

Plus en détail

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

Sommaire. Sommaire. L Entreprise Page 3. Qu est-ce que la PNL? Page 4. Thérapie PNL et hypnose ericksonienne Page 7

Sommaire. Sommaire. L Entreprise Page 3. Qu est-ce que la PNL? Page 4. Thérapie PNL et hypnose ericksonienne Page 7 Sommaire L Entreprise Page 3 Qu est-ce que la PNL? Page 4 Thérapie PNL et hypnose ericksonienne Page 7 Préparation mentale pour sportif Page 8 Arrêter de fumer Page 11 Mincir par l hypnose Page 12 Traitement

Plus en détail

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe.

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Quand on est convaincu que l on ne peut pas travailler tout le temps avec toute sa classe en même temps et que l on souhaite mettre en place

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT?

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? Élisabeth Mazalon et Sylvain Bourdon Université de Sherbrooke

Plus en détail

«La capacité à être seul», WINNICOTT

«La capacité à être seul», WINNICOTT «La capacité à être seul», WINNICOTT La capacité d être seul est un signe des plus importants de la maturité du développement affectif. On repère chez le sujet ce qu il éprouve dans des situations de solitude,

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Expertis. Étude Stress. Stress. sur le Éléments statistiques. Dr Brigitte Lanusse-Cazalé. Production : Le Laussat.

Expertis. Étude Stress. Stress. sur le Éléments statistiques. Dr Brigitte Lanusse-Cazalé. Production : Le Laussat. Expertis Étude Stress Stress sur le Éléments statistiques Dr Brigitte Lanusse-Cazalé Production : Le Laussat. Les réactions au stress Les phases de stress + le stress dure, + le capital d adaptation s

Plus en détail

Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS)

Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS) Département fédéral des affaires étrangères DFAE Direction des ressources DR Personnel DFAE Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS) L ensemble des données figurant dans ce questionnaire sont soumises

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

Questionnaire destiné aux parents Médiation

Questionnaire destiné aux parents Médiation Questionnaire destiné aux parents Médiation Si vous êtes intéressé/e par une médiation ou si vous souhaitez en savoir plus sur ce que peut vous apporter une médiation, les informations suivantes vous concernant

Plus en détail

Quand le corps devient objet de l autre

Quand le corps devient objet de l autre Quand le corps devient objet de l autre (Hypersexualisation, pornographie, prostitution à l heure des technologies de l information et de la communication) Robert Courtois Clinique Psychiatrique Universitaire

Plus en détail

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Comprendre les différentes formes de communication

Comprendre les différentes formes de communication Chapitre 2 Communiquer de façon professionnelle 2. Lisez la mise en situation ci-dessous. Ensuite, nommez les attitudes favorisant la communication qui n ont pas été mises en pratique et expliquez votre

Plus en détail

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de connaissances, la pratique d habilités ou le développement d

Plus en détail

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH J.A. Malarewicz Conseil Conseil, Formation, Supervision, Coaching S.A.S. au capital de 8OOO TVA : FR 36478450471 SIRET : 478 450471 00014 N formateur 11921445592 Région IdF 11 rue du Professeur Leroux

Plus en détail

Comment se constitue la personnalité? Un bébé heureux a-t-il le plus de chances de devenir un adulte heureux?

Comment se constitue la personnalité? Un bébé heureux a-t-il le plus de chances de devenir un adulte heureux? Philippe Scialom 1 Un bébé heureux a-t-il le plus de chances de devenir un adulte heureux? La petite enfance est une période beaucoup plus déterminante qu on ne pourrait le penser : tout ce que va vivre

Plus en détail

Les pratiques des 9-16 ans sur Internet

Les pratiques des 9-16 ans sur Internet Les pratiques des 9-16 ans sur Internet Regards croisés entre parents et enfants! - Principaux résultats -! Décembre 2012! Arnaud ZEGIERMAN Directeur associé az@institut-viavoice.com Aurélien PREUD HOMME

Plus en détail

Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation

Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation Anne Kolasinski Coach de Vie certifiée Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation Prendre vos fonctions Atteindre vos objectifs Améliorer vos performances Renforcer

Plus en détail

Questions-réponses sur le thème du nouveau droit du nom

Questions-réponses sur le thème du nouveau droit du nom Département fédéral de justice et police DFJP Office fédéral de la justice OFJ Questions-réponses sur le thème du nouveau droit du nom 1) Où puis-je trouver les nouvelles dispositions légales? Les modifications

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

La politique de l entreprise (esprit et incitation au challenge) implique :

La politique de l entreprise (esprit et incitation au challenge) implique : Introduction Image classique = Cadre supérieur + grande responsabilité Mais aussi le bas de l échelle Zéro défauts, l excellence a un prix = Le Stress I Définition Interaction entre un environnement et

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

A vertissement de l auteur

A vertissement de l auteur A vertissement de l auteur Attention, ce livre n est pas à mettre entre toutes mains ; il est strictement déconseillé aux parents sensibles. Merci à Madame Jeanne Van den Brouck 1 qui m a donné l idée

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

La psychothérapie. Se poser les bonnes questions

La psychothérapie. Se poser les bonnes questions La psychothérapie Se poser les bonnes questions? LA PSYCHOTHÉRAPIE Au Québec, la psychothérapie est une activité réservée par la loi * depuis juin 2012, ce qui signifie que seules les personnes autorisées,

Plus en détail

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS ACTIVISION Coaching : un cursus de formation complet accrédité ICF pour acquérir les compétences et la posture du coach professionnel. Une formation professionnelle, pour des professionnels, par des professionnels.

Plus en détail

4.1. Exercice pour mieux se connaître

4.1. Exercice pour mieux se connaître Fiche de travail 4.1 4.1. Exercice pour mieux se connaître Objectif: Trouver ou retrouver qui vous êtes. Identifier ce que vous aimez chez vous. 1 ère étape Compléter les phrases suivantes: 1. Ce que j'aime

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

Questionnaire pour les parents

Questionnaire pour les parents SiBO Schoolloopbanen in het BasisOnderwijs Dekenstraat 2 B 3000 Leuven Questionnaire pour les parents Nom de l enfant qui a amené ce questionnaire à la maison et sur lequel porte donc ce questionnaire:

Plus en détail

LA PROPOSITION DE LA VACCINATION ANTI-PAPILLOMAVIRUS: INFORMATIONS TRANSMISES ET VECU DE LA PROPOSITION

LA PROPOSITION DE LA VACCINATION ANTI-PAPILLOMAVIRUS: INFORMATIONS TRANSMISES ET VECU DE LA PROPOSITION LA PROPOSITION DE LA VACCINATION ANTI-PAPILLOMAVIRUS: INFORMATIONS TRANSMISES ET VECU DE LA PROPOSITION ETUDE QUALITATIVE REALISEE AUPRES DE MEDECINS GENERALISTES DU JURA ET DE COUPLES ADOLESCENTES/ REPRESENTANTS

Plus en détail

Fiche d exploitation andragogique La maison de Marjo

Fiche d exploitation andragogique La maison de Marjo Fiche d exploitation andragogique La maison de Marjo Résumé du livre Marjo a toujours rêvé d avoir une grande maison avec des animaux. Après avoir épousé Daniel, elle réalise son rêve et devient fermière.

Plus en détail

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca 5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 LES TECHNIQUES D INTERVENTION Accepter mes propres émotions, éviter l affrontement, respecter l image du jeune. Ce n est pas toujours évident d intervenir

Plus en détail

Animer une association

Animer une association FICHE PRATIQUE N 7 www.animafac.net gestion de projet Animer une association Une association vit mieux si elle est composée de plusieurs membres partageant un projet collectif. Si la loi 1901 est une loi

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL

ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL DES MANAGERS ET DES DIRIGEANTS des démarches de croissance, d adaptation continue et de créativité dans des environnements et des marchés en mutation DIRIGEANTS ET MANAGERS EN

Plus en détail

5 postures pour mobiliser le don

5 postures pour mobiliser le don Confiance Sollicitude Réciprocité d engagement Tirer partie de son Relance expérience relationnelle constructive 5 postures pour mobiliser le don Attention à soi Alliance : Lier sans défier Donner Recevoir

Plus en détail

Problèmes de rejet, de confiance, d intimité et de loyauté

Problèmes de rejet, de confiance, d intimité et de loyauté Chapitre 7 Problèmes de rejet, de confiance, d intimité et de loyauté Il y a en moi un désir profond d avoir une relation longue et pleine de sens avec quelqu un, mais cela me fait peur, parce que si vous

Plus en détail

La chronique de Katherine Lussier, psychoéducatrice M.Sc. Psychoéducation.

La chronique de Katherine Lussier, psychoéducatrice M.Sc. Psychoéducation. 1 La chronique de Katherine Lussier, psychoéducatrice M.Sc. Psychoéducation. Édition d avril 2009 Thème : Le trouble déficitaire de l attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H) Références : www.comportement.net

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Prix de la bourse commémorative communautaire Kim Halliday. (Une division de la bourse commémorative Ron Smyth)

Prix de la bourse commémorative communautaire Kim Halliday. (Une division de la bourse commémorative Ron Smyth) Prix de la bourse commémorative communautaire Kim Halliday (Une division de la bourse commémorative Ron Smyth) Le comité du fonds de la bourse commémorative Ronald P. Smyth et Centraide de la région du

Plus en détail

Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant

Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant MYLÈNE GINCHEREAU M.SC. PSYCHOÉDUCATION

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE O Reilly Consultants est un cabinet de conseil en gestion des ressources humaines, formation et coaching qui vise à réconcilier l épanouissement individuel : Accompagner les individus dans la réappropriation

Plus en détail

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX?

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? Projet formulé à partir de ma pratique de terrain: Constats Public défavorisé Plus le niveau d instruction est bas plus plus le risque est grand de développer des troubles

Plus en détail