Journée des partenaires de la filière laitière

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Journée des partenaires de la filière laitière"

Transcription

1 Journée des partenaires de la filière laitière Grands troupeaux : comment accompagner les éleveurs? Réseau bovins lait Poitou-Charentes 23 Juin 2015 Programme Grands troupeaux : état des lieux en Poitou-Charentes Christophe Mauger (CA17) / Anne-Laure Veysset (CA16) Les expériences étrangères Benoît Rubin (Institut de l élevage) Temps de question Exemples d accompagnement de grands troupeaux en PC CER France / SAPERFEL / Crédit Agricole Débat : quoi faire pour mieux accompagner les grands troupeaux demain? Adèle Marsault (CA86) / Benoît Rubin (Idele) Prévisions économiques 2014 du réseau PC Jérôme Piveteau (CA79) 1

2 Grands troupeaux : Comment accompagner les éleveurs? INTRODUCTION : - S agrandir : pourquoi, comment? - Etat des lieux - Plus de lait pour plus de revenu? - Plus de lait pour diluer les charges? - Plus de vaches et maîtriser ses résultats techniques? - S agrandir : les difficultés et les changements Mardi 23 juin 2015 S AGRANDIR : Etat des lieux en Poitou-Charentes Source : DRAAF - SRISE Poitou- Charentes Malgré les quotas, la restructuration a été forte en Poitou-Charentes ces 15 dernières années Non prise en compte des cheptels de moins de 19 VL - Le nombre d exploitations de + de 100 VL a été multiplié par 3 en 10 ans! - Il passe de 48 (2%) en 2000 à 147 (10%) en 2010 (contre 5% en Pays de la Loire) en 2015 (source edei, assel) : 200 troupeaux de VL (16%) 2

3 S AGRANDIR : comment? Stratégies d agrandissement : ech. cst. 22 f Réseau PC Hausse des moyens de production : L (+24%), + 12 VL, +15 ha SFP Intensification du système : - sur le travail : L/UMO : +25% - sur l animal : L/VL - sur la conduite du système? (dérobée et part du mais) GRANDS TROUPEAUX : plus de revenus? Effet taille? OUI! MAIS 3

4 GRANDS TROUPEAUX : plus de revenus? Résultats 2013 en Poitou-Charentes : Amélioration de l EBE/UMOF : OUI Maîtrise des annuités : Moins évident on observe aussi une tendance à l agrandissement des écarts de résultat pour les grands troupeaux. CONCLUSION DIFFICILE! plus de 100 VL moins de 100 VL CERFrance PC EBE/UMO exploitant (21) (115) 30% CGOcéan EBE/UTH familial (8) (54) 10% CE PC et CA PC EBE/UMO familial (22) (101) 13% Grands troupeaux stabilisés? GRANDS TROUPEAUX : diluer les charges? Charges de structure : peu d économie d échelle - Données CERFrance Poitou-Charentes Données CGOcéan 2013 CERFrance Poitou-Charentes CGOcéan < 100 VL (115) > 100 VL (21) < 100 VL (54) > 100 VL (8) Charges de structure par vache Charges de mécanisation par vache Données coûts de production 2013 (Conseil Elevage et Chambres d agriculture) : 99 exploitations à moins de 100 VL et 22 exploitations à plus de 100 VL Les charges de mécanisation et plus globalement de structure sont proches dans les deux groupes 4

5 GRANDS TROUPEAUX : diluer les charges? Charges opérationnelles : les grands troupeaux pénalisés - Données coûts de production 2013 (Conseil Elevage et Chambres d agriculture) Coût alimentaire supérieur mais variabilité inter groupe importante Frais d élevage : peu de différence GRANDS TROUPEAUX : diluer les charges? La taille n a pas d influence sur la maîtrise technique - Données CERFRANCE 2011 : 1200 exploitations de Normandie/Maine 5

6 GRANDS TROUPEAUX : maîtriser ses résultats techniques? (source Charentes-Poitou Conseil Elevage) Plus de lait par vache Nombre Nombre VL Nombre d'élevages vaches présentes Lait / VP T.B. T.P. CCM , ,7 32,3 373 > , ,5 32,5 338 Moyenne , ,7 32,3 368 Meilleure productivité et qualité du lait => spécialisation du système, meilleures conditions de logement des animaux (résultats confirmés CGO/CER) GRANDS TROUPEAUX : maîtriser ses résultats techniques? (source Charentes-Poitou Conseil Elevage) Vers une spécialisation des systèmes Age 1 er vêlage % Vêlage G < 28 mois Niveau démarrage primipares Nombre Rg de Tx de % 1er % Nombre de VL d'élevages IVV lactation réforme vêlages renouv ,5 28,2 32,5 30,6 19,6 37,4 26,8 > ,3 28,3 33,9 28,8 42,1 48,1 29,1 Moyenne ,4 28,2 32,7 30,3 22,9 38,9 27,1 Moins de dispersions des résultats techniques pour les grands troupeaux, Des génisses qui vêlent plus tôt, un renouvellement plus important et un taux de réforme identique : mortalité? augmentation de la taille du troupeau? => Intensification et spécialisation du système de production 6

7 S AGRANDIR : Enquête BTPL 38 élevages ayant augmenté de + 40% leur livraisons en 4 ans (CNIEL BTPL EDF) S AGRANDIR : Enquête BTPL 38 élevages ayant augmenté de + 40% leur livraisons en 4 ans (CNIEL BTPL EDF) 7

8 S AGRANDIR : Enquête BTPL 38 élevages ayant augmenté de + 40% leur livraisons en 4 ans (CNIEL BTPL EDF) S AGRANDIR : Enquête BTPL 38 élevages ayant augmenté de + 40% leur livraisons en 4 ans (CNIEL BTPL EDF) 8

9 S AGRANDIR : Enquête BTPL 38 élevages ayant augmenté de + 40% leur livraisons en 4 ans (CNIEL BTPL EDF) GRANDS TROUPEAUX : Anticiper pour réussir Grands Troupeaux : - Une amélioration du revenu possible mais pas automatique - Une plus grande disparité des résultats économiques (stabilisation?) - Un enjeu fort à garder la maîtrise technique / financière - Des seuils facilitant les changements L agrandissement impacte : - La technique : de nouveaux repères, une gestion différente - La trésorerie : c est un cap difficile à passer - Les ressources humaines : organisation et gestion de la MO L agrandissement s anticipe : - Côté technique : renouvellement, stocks fourragers, bâtiments - Côté économique : business plan, épargne de précaution - Au niveau des compétences (formation, GRH ) 9

10 Grands troupeaux laitiers : les enseignements des expériences étrangères Benoît RUBIN et Jean Luc REUILLON Institut de l Elevage 23 8 pays enquêtés Danemark Allemagne (Nord) Pays bas Royaume Uni République Tchèque Italie (Lombardie) USA (Wisconsin) Nouvelle Zélande 24 10

11 Participation d experts de la filière laitière Susanne CLAUSEN KCA Danemark Judith KUHL Allemagne (IFCN) Michel de HAAN Wageningen Pays bas Alberto MENGHI CRPA Italie Mark TOPLIFF DAIRY CO Royaume Uni Iveta BOSKOVA UZEI République tchèque John HAUSER consultant Australie Tom KRIEGL USA (Université Wisconsin) Nicola SHALBOT (Massey Université NZ et Fonterra) 25 Quelles sont : Les trajectoires d agrandissement? Les spécificités des grands troupeaux laitiers dans votre pays par rapport aux exploitations moyennes? Les forces/faiblesses/opportunités/menaces sur ces exploitations? 26 11

12 Importance des troupeaux de plus de 100 vaches Exploitations de plus de 100 vaches laitières % des exploitations en 2012* Évolution de la proportion Allemagne Danemark Pays Bas Royaume- Uni Italie Républiqu e Tchèque Nouvelle Zélande 10% 70% 25% 33% 15% 50% 95% 30% USA Grand troupeau : une définition relative De très fortes évolutions 27 Définition des troupeaux moyens et des grands troupeaux Pays-Bas 85 Vs 180 vaches Danemark Vs vaches Allemagne (Nord) Vs vaches Royaume-Uni: Vs vaches République Tchèque 80 Vs 730 vaches Italie (Lombardie) Vs vaches USA (Wisconsin) 80 Vs 500 vaches VL (CA) Nouvelle-Zélande 390 Vs 1100 vaches 28 12

13 Histoires et trajectoires des grands troupeaux par pays Allemagne : historique à l Est, plus récent Danemark : libéralisation des quotas (1990) Pays-Bas : des évolutions progressives Royaume-Uni : une vieille histoire Italie : depuis concentration du lait au Nord République Tchèque : héritage du régime communiste Wisconsin : plus tardif qu ailleurs aux USA Nouvelle-Zélande : nouvelles exploitations dans l Ile du Sud 29 Les spécificités des grands troupeaux laitiers par rapport aux exploitations moyennes Travail, capital, équipements, conduites 30 13

14 Le travail L agrandissement des troupeaux se fait en général avec plus de salariés et quelquefois avec des salariés «managers». Allemagne Danemark Pays-Bas Royaume- Uni Italie République Tchèque Nouvelle Zélande USA Maind œuvre? Salariés Salariés Délégation, un peu de salariat Salariés Sociétés familiales Salariés Salariés (logés sur la ferme) Salariés Qui gère? Agriculteur Agriculteur salarié, banques Agriculteu r Agriculteur, salarié Salarié Agriculteur Salariéassocié Agriculteur Le capital Le financement des grands troupeaux est essentiellement bancaire à part : en Nouvelle-Zélande et aux USA ou des investisseurs privés entrent parfois dans le capital. Particularité au Danemark (crédit hypothécaire basé sur la valeur du foncier ). 14

15 Bâtiments et équipements Peu de différence dans les types de bâtiments. Pour la traite plus de salle de traite rotatives que de robots. Allemagn e Danemark Pays-Bas Royaume- Uni Italie République Tchèque Nouvelle Zélande USA Bâtiments = (stabulation) = (stabulation) = (stabulation) = (stabulation) + de stabulation = (stabulation) Quelques = bâtiments (stabulation) Traite Robot = Robot = Robot - Robot+ /- Salle de traite + Salle de traite+ Roto ou salle de traite + Salle de traite et rotos + Salle de traite + Salle de traites Rotos Salle de traite (=) pas de différence entre moyens et grands troupeaux Conduites techniques Intensification fourragère dans les limites des règles environnementales : Allemagne, Pays-Bas, Royaume-Uni, Nouvelle-Zélande Avec des cultures de vente : + Allemagne et République Tchèque - Arrêt aux USA En général abandon ou diminution du pâturage : Allemagne, Danemark, Pays Bas, UK, USA Pas de différence de production par vache sauf en Allemagne et en Italie 15

16 Prix du lait Des primes liées au volume en Allemagne, Royaume-Uni, République Tchèque et USA. Les atouts Conditions de vie et de travail DE DK NL UK IT CZ NZ USA X X X X X Efficacité du travail X X X X X Economies d échelle X X X 16

17 Les limites Compétence pour gérer des salariés Fragilité à la conjoncture (Plus faible marge, et plus de charges courantes) Endettement, dépendances des banques DE DK NL UK IT CZ NZ US A X X X X X X X X X X X X X X Les opportunités Fin des quotas laitiers X X X DE DK NL UK IT CZ NZ US A Demande mondiale de lait X X X X Apports extérieurs de capitaux X X X X 17

18 Les menaces sur les grands troupeaux dans leur pays selon les partenaires IFCN Acceptabilité sociale (bien-être animal, environnement ) DE D K NL UK IT CZ NZ US A X X X X X Volatilité des prix (fragilité) X X X X X X Mesurer les performances économiques Méthode de calcul de la rémunération du travail total par L de lait vendu. Unité : /1 000 litres de lait commercialisés Rémunération du travail permise par le produit Charges Rémunération du travail exploitant et salarié. Rémunération du capital propre foncier et financier Amortissements Charges courantes Produits Prix de vente du produit principal Produits joints de l atelier Aides (couplées et non couplées) Coût de production de l atelier Produits de l'atelier 40 18

19 Exploitations françaises des réseaux d élevage 75 * 400 = /UMO élevages de plus de 100 vaches. 170 élevages de moins de 100 vaches 80 * 300 = /UMO DK,USA,NZ Rémun. /1000L = lait/umo + PB,IT, All Rémun. /1000L + = lait/umo + GB, RT Rémun /1000L + lait/umo - 19

20 A retenir Plus de salariés dans les grands troupeaux (le fermier devient manager d employés et quelquefois même délègue cette tâche). L avantage «économique» des grands troupeaux laitiers repose plus sur une productivité du travail supérieure que sur une meilleure rémunération par unité de lait produite. Cette productivité du travail accrue est permise par : une plus grande spécialisation (des productions et des tâches), un appel plus important à l automatisation, la délégation, 43 Enseignements pour les systèmes laitiers français (1/2) Dans le monde des très grands troupeaux fonctionnent et obtiennent de bons résultats économiques. Une plus grande fragilité économique. Il n est pas pertinent d envisager d économies de charges (par litres de lait). Les investissements par litres ne sont pas moins élevés. Les volumes de lait produit, plus importants/umo, peuvent permettre de dégager un revenu supplémentaire (avec une bonne maîtrise technique). Les effets de seuils et de ruptures sont difficiles à mettre en évidence. L agrandissement des troupeaux génère des évolutions progressives de conduite (alimentation, équipements)

21 Enseignements pour les systèmes laitiers français (2/2) Le facteur clé de réussite : la capacité à gérer des hommes. L agriculteur change de «statut social» : éleveur => «agri manager». Des formes nouvelles de transmission (et de portage) du capital sont à envisager. Le grand défi pour les grandes fermes à travers le monde semble être aussi leur acceptabilité sociale (image, bien-être animal, effluents ). 45 Merci pour votre attention 46 21

22 47 Journée partenaire Réseau d élevage bovins lait Les «100 vaches et +» : quels leviers pour le conseil? Application N 1 : grand troupeau en croisière Application N 2 : grand troupeau en croissance Réseau bovins lait Mai 23 juin vaches : une logique de fonctionnement spécifique? Logique de fonctionnement Des traits communs avec les «petits» élevages Spécialisés ou mixtes Eleveurs passionnés / Agri éleveurs Spécialisation ou polyvalence du groupe humain Système fourrager Des spécificités «grands troupeaux» Mécanisation (productivité) Monitoring Axe de développement laitier (à quand les 200?) Maitrise de l atelier laitier Ni mieux, ni + mal : c est la productivité de la main-d œuvre qui fait le résultat! x 50 Le pôle RH? Maitrise et exploitation des données? Réseau bovins lait 23 juin

23 vaches : des leviers spécifiques pour le conseil? Leurs attentes/besoins Des traits communs avec «petits» élevages Réactivité du conseil (relation-fréquence) Interlocuteur privilégié Des spécificités «grands troupeaux» Réseau de partenaires extra territorial (nutritionniste, véto conseil ) Attente d un conseiller du projet à MT, suivi PA, validation des choix Besoin de fréquence et d alertes (tableau de bord) Besoin implicite : RH Fidélisation? Réseau bovins lait 23 juin Comprendre la structure à accompagner ATELIER principal Schéma d exploitation Stratégie de main-d œuvre Communication avec les partenaires Cheptel en croisière Cheptel en croissance BL + 80 % SFP BL : 30 % SFP et 70 % cultures de vente [BL + SFP ] + autres ateliers animaux 1 associé + prestataires 1 associé + 1 salarié 1 associé responsable par atelier Plutôt demandeur ou collecteur d informations? Besoin de comprendre ou uniquement d indicateurs? Réseau bovins lait 23 juin

24 51 et son cap à moyen terme! Fiche d exploitation Evolution de la stratégie d entreprise Cheptel en croisière 3 associés SAU : 171 ha dont 105 ha SFP (dt 50 ha maïs fourrage, 13 ha luzerne) 150 VL litres Optimiser le prix du lait (taux + sanitaire) Dilution des charges uniquement si hausse SAU Cheptel en croissance 6 associés SAU : 383 ha dont 130 ha SFP (dt 61 ha maïs fourrage, 13 ha luzerne) 180 VL litres Développer le volume Optimiser le prix du lait (taux + sanitaire) Dilution des charges de structure par effet volume Stabiliser le temps de travail suite au projet Réseau bovins lait 23 juin Détecter les attentes pluridisciplinaires Attentes exprimées Attentes non exprimées Cheptel en croisière Analyse de résultat après clôture et gestion fiscale Prévisionnel de résultat et coût de revient Transmission EA et gestion patrimoniale Veille d actualité économique filière, globale, fiscale, etc. Fréquence de rencontre = 2 Cheptel en croissance Prévisionnel de résultat et coût de revient Optimisation de la fiscalité (gestions fiscales complexes) Analyse des flux de trésorerie (BFR, où passe l argent?) Veille économique de la filière et globale (recherche d une vison neutre) Tout les associés veulent s exprimer!!! Souhait de rigueur (cadrage des rencontres, suivi trésorerie, administratifs entreprise, AGO, etc.) Fréquence de rencontre > 2 Réseau bovins lait 23 juin

25 53 pour toujours s adapter!!! Ex : clôture 31/12 Cheptel en croisière Cheptel en croissance Septembre / Novembre Novembre / février Février / Avril Avril / juin Prévisionnel de résultat et coût de revient. Veille d actualité économique Autres thèmes : patrimoine Analyse de résultat et gestion fiscale annuelle Validation des comptes AGO Prévisionnel de résultat et gestion des investissements Analyse de la trésorerie Préparation de la rencontre avec la banque Veille d actualité économique Ajustement prévisionnel résultat et budget trésorerie Autres thèmes : patrimoine Validation résultat/trésorerie Gestion fiscale pluriannuelle Validation des comptes AGO Prévisionnel coût de revient pour la récolte Budget de trésorerie Réseau bovins lait 23 juin 2015 Suivi des grands troupeaux par les OCEL Journée Partenaire Lait 23 juin

26 Services Pas d offre dédiée mais des ajustements des services existants Sur le contrôle de performance Sur le conseil Nombre d élevage % des élevages Nombre de VL présentes Contrôle de performance Evolution des outils pour gagner en efficacité et sécuriser la donnée Lactocorder (échantillonneur électronique) Identification électronique des animaux (bagues paturons) et des flacons (puces RFID) Oriautomate (logiciel d échange entre logiciel éleveur et logiciel OCEL) Saisie en salle de traite 26

27 Conseil Adaptation à des besoins plus poussés sur Suivi de projet : accompagnement des éleveurs dans leur réflexion d agrandissement prestations de dossier IC dossier de subventions prestations bâtiments (Copavenir) Accompagnement technique au quotidien Accompagnement technique Des besoins peu différents des autres élevages, mais une attention particulière portée sur La gestion des effectifs Connaitre finement le nombre de vaches traites (gestion du temps de traite, place dans les bâtiments : souvent une optimisation du bâtiment VL) Gérer les tarissements et les vêlages (donc la situation en cours de gestation des animaux). Attentifs aux calendriers prévisionnels et aux prévision de production Le temps de traite (rapidement autour de 2h/traite) et la main d œuvre 27

28 Accompagnement technique Des besoins peu différents des autres élevages, mais une attention particulière portée sur Des indicateurs globaux Les stades de lactation (<100j / j / >200j), résultats plus significatifs avec le nombre d animaux Conduite et résultats par lots (couts alimentaires) encore peu pratiqué, facteurs limitants : équipement et temps. Une approche moins individuelle même s ils connaissent bien leurs vaches (repro, cellules ) Conclusion 28

29 Marché de l Agriculture Rencontres partenaires producteurs laitiers 23 juin 2015 Investissements grands troupeaux bien sécuriser le financement Durée optimale Forte volatilité prix à la production coûts alimentaires Aléas climatiques, sanitaires Intensité capitalistique «Prêt à piloter» modulation échéances Société de caution mutuelle Assurance récoltes Contexte taux bas Assurance Prévoyance 29

30 En accompagnement soutien de nos clients Contexte de cours et prix dégradés depuis plusieurs mois Trésoreries difficiles et impactées ACTION pro active et de fonds sur les situations de trésorerie dégradée Regard et solution «au cas par cas» 3 typologies de situation et de traitement potentiel Exploitations avec : - situation financière structurellement solide - capacité à mobiliser de l épargne de précaution Structure bilan saine Rentabilité et capacité de remboursement - activation de la modulation contractuelle des échéances des crédits LMT -ajustement des LCCT sous dimensionnées // aux plafonds définis et besoins d activité client Exploitations avec : - encours de financement aux plafonds - pas de capacités à mobiliser de l épargne de précaution - situation financière reste saine avec fonds propres > 20% - EBE prévisionnel (impact réforme PAC intégré) permettant de faire face aux besoins privés, aux FFCT et aux annuités LMT prévisionnelles de 2015 à 2018 Structure bilan saine peu de disponible Etude mise en place d un prêt MT de consolidation (injection de trésorerie), pause crédit Exploitations avec : - encours de financement de trésorerie aux plafonds - pas de capacités à mobiliser de l épargne de précaution - situation financière dégradée avec fonds propres < 20% - EBE prévisionnel (impact réforme PAC intégré) ne permettant pas de faire face aux besoins privés, aux FFCT et aux annuités LMT prévisionnelles de 2015 à 2018 Structure bilan déséquilibrée, résultat insuffisant, dettes externes Etude restructuration partielle ou globale de la dette 30

31 Débat : quels points de vigilance? Travail : Temps disponibilité, compétences, répartition des tâches, management, entente, Capital : masse d investissement, financement, trésorerie, Les surfaces et alimentation : changement de système, autonomie fourragère, Les animaux : effectifs nécessaires, conduite, santé. Les réglementations (plan d épandage, capacité de stockage.) Autres points Prévisions résultats économiques 2014 Regard sur 2015 Rencontre journée lait Poitou-Charentes

32 Exploitations d élevage BL comme support des estimations de revenu 2014 Des fermes suivies par les agents des Chambres d'agriculture sur les résultats techniques, économiques et environnementaux. Des exploitations de dimension supérieure à la moyenne avec des résultats techniques et économiques plus élevés Des exploitations illustratives des systèmes d'élevage dominants dans les territoires. Des exploitants dynamiques qui cherchent à pérenniser la production de bovins lait sur leurs exploitations. Systèmes de la région : plus «gros» Lait spécialisé de plaine En Poitou- Charentes 2,2 UMO 96 ha de SAU dont 75 ha de SFP 2,2 UMO 106 ha dont 75 ha de SFP l de lait vendus L de lait vendus (+ 6 VL) / + 10 ha de CV L Lait et culture de vente En Poitou- Charentes 2,7 UMO 3,2 UMO (+0,5) 188 ha de SAU dont 117 ha de cultures de vente 246 ha dont 160 de CV L de lait vendus L de lait vendus (+ 17 VL) Différence / UMO / + 7 ha de SAU L (+ 1 VL) 32

33 La méthode d estimation des revenus Hypothèses retenues Prix et volume de lait : + 20 à 25 /1000 litres et + 10 % de production Viande du troupeau laitier : - 8 à - 10 % Concentrés pour VL : prix 4 % et quantité + 5 % Céréales : volume stable; baisse des prix de 15 % (blé) à -25 % (maïs grain) Autres charges : baisse significative de 9 points des engrais et de 2 points pour carburant - 9 à - 12 % des aides PAC 33

34 Carte : localisation des 98 exploitations 34

35 Evolutions des RCAI en Poitou-Charentes Systèmes National Lait spécialisé Poitoucharentes Très bon prix du lait National Lait + cultures Poitou- Charentes Bon produit culture Perspective 2015 des ateliers laitiers Regard de Benoit Rouyer du Cniel Production stable Baisse du prix du lait Légère hausse de l indice Ipampa 35

36 Point conjoncture Merci à tous pour votre participation! 36

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes R E F E R E N C E S Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes Avril 2008 Les cas-types... mode d emploi R E F E R E N C E S Vous avez dit cas-type? Un cas-type est une exploitation représentative d'un

Plus en détail

Trajectoires laitières

Trajectoires laitières Trajectoires laitières Yannick PECHUZAL Lot Conseil Elevage 13 mars 2014 Cantal 2100 producteurs de lait 1000 élevages mixtes 420 ML 5 AOP fromagères Filière Collecte : 360 Ml 60% SODIAAL et assimilés

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR POURQUOI VISIOLYS? EXPERTISE STRATÉGIE ÉCONOMIE Visiolys est né de la volonté commune des deux entreprises de conseil en élevage Clasel et Eilyps de se projeter dans un monde en pleine mutation, de permettre

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Cas type HL 1 En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Rouen Évreux Amiens Beauvais Arras Lille Laon Culture à faible densité d'élevage Herbagère à forte densité d'élevage Mixte à moyenne

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

La couverture des risques agricoles

La couverture des risques agricoles PACIFICA - ASSURANCES DOMMAGES La couverture des risques agricoles Patrick Degiovanni Directeur Général Adjoint Page 1 Marrakech, Jeudi 28 octobre 2010 Sommaire Le contexte Les risques du métier en Agriculture

Plus en détail

SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE

SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE L installation, la mise aux normes, le renouvellement d un matériel, ou tout autre investissement sont autant de situations ou d évènements qui nécessitent des besoins

Plus en détail

Conseil Spécialisé Horticole

Conseil Spécialisé Horticole Conseil Spécialisé Horticole Observatoire économique et financier des exploitations horticoles et pépinières CER France 6 juin 2014 Observatoire économique des exploitations Horticoles et pépinières exercice

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

PLAN DEVELOPPEMENT EXPLOITATION - DESCRIPTION DE L EXPLOITATION REPRISE - 1 Caractéristiques globales LES FACTEURS DE PRODUCTION Productions SAU FONCIER Mécanisé (en %) Irrigué (O/N) Autres Observations

Plus en détail

Plan de soutien à l élevage français

Plan de soutien à l élevage français Plan de soutien à l élevage français MEMENTO Entreprises fragilisées dans le secteur agricole : quels outils pour quelles problématiques? Ce mémento récapitule de façon synthétique les outils existants

Plus en détail

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures?

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Benoît Pagès 1, Valérie Leveau 1 1 ARVALIS Institut du

Plus en détail

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4 Bovins viande Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013 Chif Régions Nbre de Nbre de Nbre de troupeaux troupeaux troupeaux adhérents adhérents suivis en en VA4 en VA0 engraissement Nbre de troupeaux

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable Guide de l utilisateur 2010 Si vous êtes amenés à utiliser cet outil, merci d indiquer votre source. Réseau agriculture durable - Inpact Bretagne

Plus en détail

Les 5 à 7 du SYRPA. Photographie et évolution de la population agricole professionnelle française

Les 5 à 7 du SYRPA. Photographie et évolution de la population agricole professionnelle française Les 5 à 7 du SYRPA Photographie et évolution de la population Quels enseignements en tirer pour vos actions de communication? Christophe SEMONT 1. Hyltel en quelques mots 2. Les concepts du recensement

Plus en détail

Les systèmes équins du Grand Ouest

Les systèmes équins du Grand Ouest Les systèmes s du Grand Ouest Repères techniques et économiques 0 SOMMAIRE SOMMAIRE... PRÉSENTATION... 3 LE DISPOSITIF RÉFÉRENCES ET DE RÉSEAU ÉQUIN... 3 CONTEXTE 0 ET CONJONCTURE... 3 TYPOLOGIE NATIONALE

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

Définition des variables présentées dans le RICA

Définition des variables présentées dans le RICA Les termes en gras italique sont définis par ailleurs dans le lexique. Les termes en italique désignent des variables explicitement recueillies dans le Rica. A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

Plus en détail

CONSERVATION DU PATRIMOINE VIVANT DU MARAIS POITEVIN ENJEUX ET PERSPECTIVES. CREGENE: 2 rue de l église 79510 COULON 05 49 35 15 40 cregene@gmail.

CONSERVATION DU PATRIMOINE VIVANT DU MARAIS POITEVIN ENJEUX ET PERSPECTIVES. CREGENE: 2 rue de l église 79510 COULON 05 49 35 15 40 cregene@gmail. CONSERVATION DU PATRIMOINE VIVANT DU MARAIS POITEVIN ENJEUX ET PERSPECTIVES CREGENE: 2 rue de l église 79510 COULON 05 49 35 15 40 cregene@gmail.com Espèces locales et territoire, un destin commun? Pâturage

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS

LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS > Les synthèses de FranceAgriMer février 2013 numéro LAIT / 1 LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS 12 12 rue rue Henri Henri Rol-Tanguy / TSA / TSA 20002 20002

Plus en détail

Organisation des bâtiments dans les grands troupeaux 5 exemples d organisation spatiale en Europe

Organisation des bâtiments dans les grands troupeaux 5 exemples d organisation spatiale en Europe Organisation des bâtiments dans les grands troupeaux 5 exemples d organisation spatiale en Europe Avril 2009 FICHES TECHNIQUES Auteur : Jacques CHARLERY Pôle Herbivores Chambres d agriculture de Bretagne

Plus en détail

LES CONTRATS EN AVICULTURE. Comité Volailles FranceAgriMer, 31 janvier 2013 1

LES CONTRATS EN AVICULTURE. Comité Volailles FranceAgriMer, 31 janvier 2013 1 LES CONTRATS EN AVICULTURE Comité Volailles FranceAgriMer, 31 janvier 2013 1 CONTEXTE, OBJECTIFS ET MÉTHODE Comité Volailles FranceAgriMer, 31 janvier 2013 2 CONTEXTE Déficit de compétitivité français

Plus en détail

Agriculture et Finances

Agriculture et Finances Agriculture et Finances Quelles régulations pour une allocation optimale des capitaux? Cahier n 12 Présentation générale du Cahier Dans les systèmes d économie de marché des pays développés comme des pays

Plus en détail

COMPTE RENDU D'AUDITION DU PLAN RÉGIONAL DE L'AGRICULTURE DURABLE

COMPTE RENDU D'AUDITION DU PLAN RÉGIONAL DE L'AGRICULTURE DURABLE PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes Service régional de l'économie agricole, de la forêt et de l environnement

Plus en détail

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale Le développement du semis-direct sous couverture végétale pour les agriculteurs des exploitations familiales des biomes Cerrados (2005-2009) et Amazonia (2008-2013) Un expérience pluridisciplinaire de

Plus en détail

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Formation «Mesures et indicateurs en agriculture durable» - 5 mars et 19 mai 2008- FNCIVAM Indicateurs clés socio-économiques Les indicateurs connus sont

Plus en détail

Indice de Confiance agricole Crelan 2015

Indice de Confiance agricole Crelan 2015 Indice de Confiance agricole Crelan 2015 Résultats marquants La confiance des agriculteurs est à la baisse en Belgique et surtout dans le secteur laitier L appréciation du résultat financier recule en

Plus en détail

De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités

De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités Organisateurs : Partenaires : Des outils d accompagnement Des outils de financement Zoom

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES POTENTIEL AGRICOLE ASSURABLE ET PERSPECTIVES D EVOLUTION

SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES POTENTIEL AGRICOLE ASSURABLE ET PERSPECTIVES D EVOLUTION REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMNET RURAL SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES POTENTIEL AGRICOLE ASSURABLE ET PERSPECTIVES D EVOLUTION Communication

Plus en détail

PLAN D'ENTREPRISE - PCAE

PLAN D'ENTREPRISE - PCAE Modèle document national Version du 17/03/2015 PLAN D'ENTREPRISE - PCAE Cadre réservé à l'administration Date de dépôt du dossier : / / 1. RENSEIGNEMENTS SUR LE CANDIDAT Identification Nom / Prénom : -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

CONVENTION. Syndicat des éleveurs limousins de la Vienne. Syndicat des éleveurs charolais de la Vienne

CONVENTION. Syndicat des éleveurs limousins de la Vienne. Syndicat des éleveurs charolais de la Vienne CONVENTION Syndicat des éleveurs limousins de la Vienne Syndicat des éleveurs charolais de la Vienne 1 Préambule La filière viande bovine subit depuis plusieurs années des crises successives, mettant beaucoup

Plus en détail

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009 Royaume du Maroc PLAN MAROC VERT Mai 2009 ENJEUX Enjeux économiques Contribue pour 19 % du PIB national 15% production 4% Agro industrie Rôle capital dans la stabilité macro économique Enjeux sociaux Emploie

Plus en détail

LE TRAVAIL EN ÉLEVAGE BOVIN LAIT, BOVIN VIANDE ET OVIN VIANDE

LE TRAVAIL EN ÉLEVAGE BOVIN LAIT, BOVIN VIANDE ET OVIN VIANDE RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION RÉFÉRENCES LE TRAVAIL EN ÉLEVAGE BOVIN LAIT, BOVIN VIANDE ET OVIN VIANDE DES RÉFÉRENCES POUR LE CONSEIL NORD-PAS-DE-CALAIS, PICARDIE ET NORMANDIE

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

EXAMEN PROFESSIONNEL (article R* 813-19 du code rural) SESSION 2007 Section : SCIENCES ET TECHNIQUES ECONOMIQUES ET SOCIALES EPREUVE D ECONOMIE

EXAMEN PROFESSIONNEL (article R* 813-19 du code rural) SESSION 2007 Section : SCIENCES ET TECHNIQUES ECONOMIQUES ET SOCIALES EPREUVE D ECONOMIE EPREUVE D ECONOMIE (Coefficient : 1 - Durée : 4 heures) ------------------------------ L usage de la calculatrice est autorisé. Elle comprend deux parties notées chacune sur 10 points. Le candidat doit

Plus en détail

Pourquoi est-il important pour une banque de sécuriser le chiffre d affaires des entreprises agricoles?

Pourquoi est-il important pour une banque de sécuriser le chiffre d affaires des entreprises agricoles? Pourquoi est-il important pour une banque de sécuriser le chiffre d affaires des entreprises agricoles? Pourquoi est-il important pour une banque de sécuriser le chiffre d affaires des entreprises agricoles?

Plus en détail

Communiqué de presse. Tereos Europe 500 000 000 d emprunt obligataire à 6 3/8 % dus à 2014. Pour le semestre clos au 31 mars 2012.

Communiqué de presse. Tereos Europe 500 000 000 d emprunt obligataire à 6 3/8 % dus à 2014. Pour le semestre clos au 31 mars 2012. Communiqué de presse Lille, le 29 juin 2012 Tereos Europe 500 000 000 d emprunt obligataire à 6 3/8 % dus à 2014 Pour le semestre clos au 31 mars 2012. L Entreprise organise une conférence téléphonique

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1

sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1 sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1 1 GENERALITES SUR LE CAPITAL INVESTISSEMENT LE CAPITAL DEVELOPPEMENT ET LE CAPITAL TRANSMISSION 17-18 FEVRIER 2007 2 2 DEFINITIONS

Plus en détail

Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois

Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Haute-Loire Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois Cet élevage de trait Comtois

Plus en détail

Elaboration et Suivi des Budgets

Elaboration et Suivi des Budgets Elaboration et Suivi des Budgets 1 1- La Notion Du contrôle de Gestion 2- La Place du Contrôle de Gestion dans le système organisationnel 3- La Notion des Centres de responsabilité 4- La procédure budgétaire

Plus en détail

Calcul de la marge brute en production laitière

Calcul de la marge brute en production laitière Mode d emploi : Calcul de la marge brute en production laitière Calculez la marge brute en production laitière sur votre exploitation et comparez-la avec celle d autres exploitations du même type. Utilisation

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL Faits et chiffres de l aviculture CH 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

Détail des cultures de l'exploitation en 2007

Détail des cultures de l'exploitation en 2007 République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Formulaire annexe à la déclaration 2007 servant à déterminer le revenu et la fortune professionnels de l'agriculture

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION 2012 PLAN DE MODERNISATION DES BATIMENTS D ELEVAGE (121 A)

DEMANDE DE SUBVENTION 2012 PLAN DE MODERNISATION DES BATIMENTS D ELEVAGE (121 A) Mise à jour 01 décembre 2011 DEMANDE DE SUBVENTION 2012 PLAN DE MODERNISATION DES BATIMENTS D ELEVAGE (121 A) Cette demande d aide une fois complétée constitue, avec les justificatifs joints par vos soins,

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

ANAIS LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE. Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél.

ANAIS LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE. Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél. LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél. 05 57 35 07 95 PHILOSOPHIE DU LOGICIEL - CONCEPTS DE BASE ET MECANISMES 1.

Plus en détail

MONITORING 100% CONNECTÉ : MEDRIA LANCE LE FEEDPHONE

MONITORING 100% CONNECTÉ : MEDRIA LANCE LE FEEDPHONE MEDRIA 2014 DOSSIER DE PRESSE Alimentation-Reproduction-Santé MONITORING 100% CONNECTÉ : MEDRIA LANCE LE FEEDPHONE 1/18 COMMUNIQUÉ DE PRESSE MEDRIA lance au SPACE 2014 sa dernière innovation, le FeedPhone

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Observatoire économique Entreprises conchylicoles du réseau Nautil

Observatoire économique Entreprises conchylicoles du réseau Nautil 2013 Observatoire économique Entreprises conchylicoles du réseau Nautil NORMANDIE BRETAGNE SUD PAYS DE LOIRE - VENDÉE CHARENTE MARITIME GIRONDE Lexique Annuités Remboursement annuel des emprunts (capital

Plus en détail

Observatoire économique et financier des exploitations horticoles et pépinières

Observatoire économique et financier des exploitations horticoles et pépinières > ÉDITION avril 2015 Observatoire économique et financier des exploitations horticoles et pépinières Résultats 2013 LES ÉTUDES DE Présentation de l'étude 4 Objectifs de l'étude Méthode Échantillon Echantillon

Plus en détail

DECiDE, un outil pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre (GES) et les consommations énergétiques des exploitations agricoles wallonnes

DECiDE, un outil pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre (GES) et les consommations énergétiques des exploitations agricoles wallonnes DECiDE, un outil pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre (GES) et les consommations énergétiques des exploitations agricoles wallonnes 14 ème journée d étude des productions porcines et avicoles,

Plus en détail

Caisse Nationale de Mutualité Agricole

Caisse Nationale de Mutualité Agricole Séminaire national sur la vulgarisation, l appui-conseil et les bonnes pratiques agricoles Le rôle des Assurances Agricole dans le développement de la politique du renouveau Agricole et Rural Présentation

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 SOMMAIRE DÉTAILLÉ INTRODUCTION : L évolution de l environnement a transformé les métiers de la finance

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales

Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales Carl Gaigné Directeur de Recherche INRA RMT Economie des filières animales Compétitivité des filières animales françaises 10/12/13

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 2. Économie avicole, calculations 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises 1 Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises Sommaire Préambule Comment bien évaluer une entreprise? Le diagnostic Le business plan L approche

Plus en détail

Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020

Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020 Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020 CADRE REGLEMENTAIRE : FEADER, PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT RURAL 2014 2020, REGION LIMOUSIN Cette annexe

Plus en détail

Des territoires laitiers contrastés

Des territoires laitiers contrastés Agreste Primeur 308 Numéro 308 - décembre 203 Les exploitations laitières bovines en France métropolitaine Télécharger les données au format tableur Des territoires laitiers contrastés 77 000 exploitations

Plus en détail

Projet de création / reprise d entreprises

Projet de création / reprise d entreprises Projet de création / reprise d entreprises Repère méthodologique pour élaborer votre plan d affaires Cet outil est destiné à vous aider dans l élaboration de votre plan d affaires. Il est scindé en 2 parties

Plus en détail

Fin des quotas laitiers, contractualisation et stratégies productives : enseignements d une modélisation bioéconomique

Fin des quotas laitiers, contractualisation et stratégies productives : enseignements d une modélisation bioéconomique INRA Prod. Anim., 2012, 25 (1), 67-76 Fin des quotas laitiers, contractualisation et stratégies productives : enseignements d une modélisation bioéconomique B. LELYON 1, V. CHATELLIER 2, K. DANIEL 2,3

Plus en détail

1 - Le catalogue d états prêts à l emploi p.2

1 - Le catalogue d états prêts à l emploi p.2 Nouveau Sage 100 Gestion Commerciale Edition Pilotée Plus simple, plus riche, plus métier! Sage 100 Gestion Commerciale Edition Pilotée est la solution de référence pour vous accompagner dans votre gestion

Plus en détail

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection,

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection, Ma vache, mon maïs fourrage, et moi 50 ans de progrès! Depuis maintenant 50 ans, le maïs fourrage a bénéficié avec succès du progrès génétique et de l innovation variétale. Il a su s inscrire durablement

Plus en détail

Accès aux services et structuration des éleveurs laitiers du département de Dagana Asstel Dagana Réflexions phase 2 Comité pilotage du 24 avril 2015

Accès aux services et structuration des éleveurs laitiers du département de Dagana Asstel Dagana Réflexions phase 2 Comité pilotage du 24 avril 2015 Accès aux services et structuration des éleveurs laitiers du département de Dagana Asstel Dagana Réflexions phase 2 Comité pilotage du 24 avril 2015 Un projet soutenu par : Avec la participation de : Quelques

Plus en détail

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2011

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2011 Références technico-économiques Palmipèdes gras Année 2011 FILIERE LONGUE : ELEVAGE 1-Les points clés de «l'atelier type» élevage d'aujourd'hui DESCRIPTIF 36 000 Volume animal /an 6 000 6 Nb de bandes

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

L assurance récoltes en France

L assurance récoltes en France P A C I F I C A - A S S U R A N C E S D O M M A G E S L assurance récoltes en France Colloque FARM - Pluriagri du 18 décembre 2012 Thierry LANGRENEY Directeur général de Pacifica L assurance, un outil

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

Présentation du métier d actuaire vie

Présentation du métier d actuaire vie 06 Octobre 2010 Frédéric Daeffler 14/10/2010 Agenda Assurance vie : Produits concernés Actuaire produit : Tarification et conception d un produit Actuaire financier : Pilotage des résultats, Gestion actif-passif,

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015. Réunion d information Septembre 2014

Réforme de la PAC 2015. Réunion d information Septembre 2014 Réforme de la PAC 2015 Réunion d information Septembre 2014 DE NOMBREUX DEFIS POUR LA PAC : LES PROPOS DE D. CIOLOS Juillet 2010 Le contexte : -> fin de la programmation 2007-2013 -> contexte de crise

Plus en détail

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France CPOM 2013-2018 Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France FICHE D AIDE AU DIAGNOSTIC ET A LA NEGOCIATION Annexe 2 Moyens Volet 3

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Marcel MAZOYER professeur à La Paz juillet 2 007 Contenu 1. Une situation agricole et alimentaire mondiale inacceptable 2. Développement

Plus en détail

Mesure du surendettement en Europe

Mesure du surendettement en Europe Mesure du surendettement en Europe Conférence du 24 juin 2008 Didier Davydoff, Directeur de l OEE 0EE - Observatoire de l'épargne européenne 1 Introduction: l augmentation des encours de crédit aux ménages

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2013 Réunion financière du 5 mars 2014

RÉSULTATS ANNUELS 2013 Réunion financière du 5 mars 2014 RÉSULTATS ANNUELS 2013 Réunion financière du 5 mars 2014 Intervenants Jean Louis Bouchard Président Bruno Lemaistre Directeur Général Jean Philippe Roesch Directeur Général P. 1 Sommaire 1 2 3 4 5 6 Le

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE Evaluation

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

COMPTABILITE EN LIGNE

COMPTABILITE EN LIGNE COMPTABILITE EN LIGNE Portail CERFRANCE Connect : une authentifi cation unique, un partage de contenus avec deux grands éditeurs pour vous offrir plus de services et simplifi er la vie de vos clients.

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

Résultats Semestriels 2007. Réunion d information du 3 octobre 2007

Résultats Semestriels 2007. Réunion d information du 3 octobre 2007 Résultats Semestriels 2007 Réunion d information du 3 octobre 2007 1 S o m m a i r e efront, expert en solutions logicielles pour la finance Stratégie de développement Activité du 1 er semestre 2007 Perspectives

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail