1 ère partie CONSEILS ET ASSISTANCE TECHNIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 ère partie CONSEILS ET ASSISTANCE TECHNIQUE"

Transcription

1 1 ère partie CONSEILS ET ASSISTANCE TECHNIQUE 6

2 LE SERVICE CONSEIL AUX MAIRES ET DÉVELOPPEMENT DES TERRITOIRES Un outil au service des communes et des intercommunalités > Créé en 2000 au sein des services du Conseil général, le service Conseil aux Maires et développement des territoires apporte, à titre gratuit, son concours aux communes et intercommunalités dans les domaines administratif, financier et juridique afin de leur permettre de gérer les affaires courantes (gestion administrative, gestion des équipements et des services publics) : - fonctionnement du conseil municipal, - pouvoirs de police, - biens de la commune, - marchés publics et travaux, - environnement et urbanisme, - finances Pour cela, le service assure une veille documentaire et apporte des réponses écrites aux questions qui lui sont posées par les communes ou leurs groupements. De plus, le service actualise régulièrement les informations mises en ligne dans l Extranet des communes du Doubs développé par le Conseil général. > Le service Conseil aux Maires et développement des territoires accompagne également les communes rurales et leurs groupements dans l émergence puis la mise en œuvre opérationnelle de leurs projets d investissement : - écoute et conseils dans la définition du besoin, - construction de la vision globale (urbanisme, foncier, réglementation, solutions techniques, gestion ultérieure, ) du projet envisagé, - appropriation de la démarche et des différentes étapes à suivre pour la mise en œuvre de l opération (étude de faisabilité-opportunité, rédaction du programme, élaboration du projet, consultation des entreprises, ), - mobilisation des ressources et compétences idoines (ex : CAUE, Agence foncière, STA, ) pour mener à bien les différentes étapes, - optimisation du plan de financement prévisionnel. Enfin, il assure la gestion des demandes de subvention au titre des dispositifs «assistance à maîtrise d ouvrage» et «dotations aux projets territoriaux». CONTACT : Service Conseil aux Maires et développement des territoires Tél. : Fax :

3 L EXTRANET DES COMMUNES DU DOUBS L Extranet des communes du Doubs est un service mis à la disposition des communes et de leurs groupements par le Conseil général. Comptant près de 500 abonnés, ce service est gratuit pour les collectivités du Doubs qui peuvent ainsi avoir accès à : Une boîte aux lettres électronique Une messagerie est disponible via un système de webmail, consultable depuis n importe quel ordinateur connecté à internet. Des actualités sur la vie des collectivités Par l accès au portail Localtis mais aussi par la rédaction de brèves d infos ou de synthèses sur des sujets d actualités (réforme des collectivités, ) La base documentaire Elle est composée de fiches du guide du maire, d une foire aux questions, de modèles de délibérations, des bulletins des actes administratifs du Conseil général, de documents mis en ligne par les directions du Conseil général, La dématérialisation de la publication et de l attribution des marchés Le module de dématérialisation des marchés publics (publicité uniquement) propose la mise en ligne, sur le site du Conseil général, de publicités pour les marchés à procédure adaptée et permet aux entreprises de télécharger les documents relatifs au marché. Un SIG système d information géographique Un accès à un portail de système d information géographique avec le cadastre numérisé, l orthophotoplan (photo aérienne), le scan25 (carte de l IGN au 1/25 000), les fichiers des services fiscaux, Pour plus de renseignements ou pour vous abonner : CONTACT : Service Conseil aux Maires et développement des territoires Tél :

4 CONSEILS POUR FAVORISER L INSERTION DES PERSONNES EN DIFFICULTÉS L insertion sociale et professionnelle des personnes en difficultés est un enjeu majeur pour le Conseil général, au regard de ses compétences dans le domaine social. Ceci étant, l insertion est l affaire de tous. C est pourquoi, le Conseil général peut accompagner les communes et leurs groupements, qui le souhaitent, dans la mise en œuvre d actions spécifiques. Ainsi, plusieurs outils sont à disposition des collectivités : Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) qui est cofinancé par l Etat et par le Département, étant entendu que Pôle Emploi intervient auprès des employeurs pour faciliter la mobilisation de ce dispositif, l évaluation du besoin et les procédures de recrutement. Le recours à une structure d insertion par l activité économique : - les entreprises d insertion (EI) : elles associent activité économique et accompagnement social, et produisent des biens et des services qui sont destinés au marché (bâtiment, espaces verts, blanchisserie repassage, nettoyage, valorisation des déchets, mécanique et sous-traitance industrielle, ), - les ateliers chantiers d insertion (ACI) : ces structures exercent à la fois des activités dans le secteur marchand et des activités à but non lucratif présentant un caractère d utilité sociale (rénovation de patrimoine et bâtiment, espaces verts, nettoyage, friperie, ), - les associations intermédiaires (AI) : elles ont pour vocation la mise à disposition de personnes sans emploi auprès de particuliers, d associations ou d entreprises. Les dispositions prévues par le Code des marchés publics : Plusieurs articles du Code des marchés publics constituent des leviers de développement de l insertion : - article 14 : permet d imposer aux entreprises la réservation à une action d insertion d une partie des heures de travail générées par un marché, correspondant 9

5 soit à un volume déterminé d heures de travail, soit à un pourcentage déterminé des heures travaillées du marché, - article 15 : possibilité de réserver des marchés ou certains lots d un marché à des entreprises adaptées, ou à des établissements et services d aide par le travail, ou à des structures équivalentes lorsque la majorité des travailleurs concernés sont des personnes handicapées, - article 30 : permet l établissement, selon une procédure adaptée, de marchés ayant pour objet la qualification et l insertion professionnelle à partir de différents supports d activités (ex : nettoyage, entretien d espaces publics, ). Les services du Conseil général sont à votre écoute pour vous informer et vous aider à construire les réponses appropriées en fonction des besoins et des possibilités de votre collectivité. CONTACT : Direction de l Insertion Tél : ou

6 L ASSISTANCE INFORMATIQUE DES COMMUNES Contexte Le Conseil général, lors de sa réunion budgétaire de janvier 1987, a décidé d apporter gratuitement son concours à l informatisation des communes du Doubs. Concrètement, cela a donné lieu à : - la mise à disposition auprès des communes, syndicats et établissements de coopération intercommunale (EPCI) du Doubs, utilisant la comptabilité des collectivités de moins de habitants et votant leur budget par nature, des logiciels de gestion édités par la société MAGNUS : > gestion financière, > gestion des ressources humaines, > gestion des administrés (état civil, élections), > gestion des facturations (compteurs, ordures ménagères, abonnements), - la création d un service «assistance aux communes» assurant l installation, la maintenance et la mise à jour de ces logiciels, ainsi que la formation et l assistance des secrétaires à l utilisation de ces produits. Ce dispositif a connu un franc succès puisque, aujourd hui, 555 sites dont 84 Communautés de communes en bénéficient. Dans le cadre de son projet stratégique «Doubs 2017», le Conseil général poursuit cet accompagnement dans un objectif de solidarité avec les territoires. le service départemental «assistance aux communes» : Au sein de sa Direction des systèmes d information, du pilotage et de la logistique (DSIPL), le Conseil général a mis en place une équipe composée de 4 agents dont les missions sont entièrement dédiées à l assistance informatique des communes. Ainsi, cette équipe constitue le point d entrée unique pour les collectivités en ce qui concerne la mise en œuvre des logiciels de gestion fournis par le Conseil général, à savoir : 11

7 l installation sur site des logiciels suivants : > gestion des ressources humaines (paye), > gestion financière (comptabilité, dette, immobilisations), > relations avec les citoyens (population, élections, cimetière, actes d état-civil, formulaires), > gestion des facturations (compteurs, ordures ménagères, abonnements). la mise en œuvre des logiciels et la réalisation des paramétrages nécessaires à leur bon fonctionnement, la formation des secrétaires à l utilisation de chaque outil mis en place, soit sur le site de la collectivité, soit à l Hôtel du Département, l assistance fonctionnelle auprès des utilisateurs et l apport de réponse à toute question relevant du maniement des logiciels. Ces opérations, selon leur nature et leur importance, peuvent être effectuées sur le site de la collectivité, par téléphone ou via un outil de prise en main à distance. «L assistance aux communes» effectue plus de 300 déplacements et reçoit appels par an, ce qui permet d assurer un service de qualité reconnu par les partenaires du Conseil général. CONTACT Service des systèmes informatiques Pôle «Assistance aux communes» Tél : Fax :

8 LE SERVICE D ASSISTANCE TECHNIQUE DANS LE DOMAINE DE L EAU (SATE) La loi sur l eau et les milieux aquatiques (LEMA) du 30 décembre 2006 prévoit que les Départements peuvent exercer, en faveur des collectivités éligibles qui en font la demande, une assistance technique dans le domaine de l eau (SATE) portant sur les thématiques suivantes : - assainissement collectif et non collectif, - protection de la ressource en eau, - restauration et entretien des milieux aquatiques. Cette assistance technique constitue une mesure de solidarité vis-à-vis des collectivités qui ne disposent pas des moyens suffisants, notamment en termes de personnel technique qualifié, pour l exercice de leurs compétences dans les domaines mentionnés précédemment. Ainsi, peuvent solliciter l assistance technique du Département, au titre du SATE, les communes considérées comme rurales, au sens de l article D du Code général des collectivités territoriales (CGCT), et dont le potentiel financier par habitant est 1,3 fois inférieur au potentiel financier moyen par habitant des communes de moins de habitants au niveau national. Ceci étant, la loi stipule que le service assuré par le Conseil général est encadré par une convention établie avec chaque collectivité bénéficiaire, et donne obligatoirement lieu à une rémunération qui tient compte du nombre d habitants. Dans cet esprit, l intervention du Conseil général du Doubs en matière d assistance technique dans le domaine de l eau (SATE) repose sur le barème suivant : - 0,30 par habitant et par an pour l assainissement collectif, - 0,15 par habitant et par an pour l assainissement non collectif, - 0,15 par habitant et par an pour la ressource en eau, - 0,15 par habitant et par an pour les milieux aquatiques, De plus, bénéficiant d un soutien financier de la part de l Agence de l eau Rhône- Méditerranée et Corse, l assistance technique exercée par le Conseil général porte sur les points suivants : 13

9 Thématique Assainissement collectif Assainissement non collectif Protection de la ressource en eau Milieux aquatiques Contenu de l assistance technique - suivi du fonctionnement des réseaux d assainissement (qui sont la cause de nombreux dysfonctionnements des systèmes d assainissement), - exploitation des données relatives à l auto-surveillance des ouvrages d assainissement, - renseignement des indicateurs devant figurer dans les rapports annuels sur le prix et la qualité du service public d assainissement, - assistance pour l élaboration de programmes de formation des personnels. - aide à la mise en place de services publics d assainissement non collectif (SPANC), - aide à la réalisation de contrôles sur le fonctionnement des dispositifs d assainissement non collectifs. - aide à la mise en place des périmètres de protection des captages, - aide à la mise en place de programmes de préservation de la ressource au niveau des bassins d alimentation des captages. - aide à la définition des actions de protection et de restauration des zones humides et des opérations groupées d entretien régulier des cours d eau. (Carte des territoires d'intervention) 4 agents du service Environnement sont à votre écoute pour vous apporter une assistance technique dans ces différents domaines, et interviennent chacun sur une partie du territoire départemental. Vous trouverez les coordonnées de l agent référent auprès de votre collectivité sur le site à la rubrique «les aides du Conseil général» / «aides aux communes». CONTACT : Service Environnement Tél : Fax :

10 2 ème partie ÉCHÉANCES RÉGLEMENTAIRES Rappels utiles 15

11 MISE EN ACCESSIBILITÉ DES BÂTIMENTS, DE LA VOIRIE ET DES ESPACES PUBLICS Type d immeuble Immeuble d habitation (collectif) Nature de l opération - Construction - Travaux de modification ou d extension - Travaux de changement de destination - Rénovation dont le coût est supérieur à 80 % de la valeur du bâtiment Echéances Depuis le 1 er janvier 2007 Établissement recevant du public ou installation recevant du public Voirie et espaces publics - Construction Création par changement de destination avec ou sans travaux (sauf E.R.P de 5 ème catégorie destinés à accueillir des professions libérales) Mise aux normes des E.R.P existants de la 1 ère à la 4 ème catégorie Mise aux normes d une partie seulement des : - E.R.P de 5 ème catégorie existants - E.R.P de 5 ème catégorie créés par changement de destination pour accueillir les professions libérales - installations existantes ouvertes au public Création, travaux ou aménagements Depuis le 1 er janvier 2007 Depuis le 1 er janvier 2007 Avant le 1 er janvier 2015 Avant le 1 er janvier 2015, une partie accessible du bâtiment doit fournir l ensemble des prestations en vue desquelles l établissement ou l installation est conçue Depuis le 1 er juillet

12 AMÉLIORATION DE LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS Type d immeuble Constructions neuves Obligations RT 2012 Echéances Depuis le 28 octobre 2011 pour les bâtiments publics, secteur tertiaire, bâtiments ANRU. À compter du 1 er janvier 2013 pour le parc résidentiel Mesures obligatoires lors de travaux sur des bâtiments existants Etude de faisabilité technique et économique de l approvisionnement en énergie des bâtiments de surface de plancher > à mètres carrés Mise aux normes des bâtiments existants dans le cadre du Grenelle de l environnement Etude de faisabilité technique et économique de l approvisionnement en énergie des bâtiments de surface de plancher > à mètres carrés et en cas de gros travaux de rénovation Mise aux normes des équipements énergétiques Mise aux normes des bâtiments de surface de plancher > à mètres carrés faisant l objet de gros travaux de rénovation Depuis le 1 er janvier 2008 Selon décrets d application, mais avant 2020 Depuis le 1 er avril 2008 Depuis le 1 er avril 2008 si la mise aux normes intervient dans le cadre de gros travaux de rénovation Depuis le 1 er avril

13 GESTION DE L EAU Eau potable et assainissement Distribution d eau potable Obligations Élaboration d un schéma de distribution d'eau potable déterminant les zones desservies par le réseau de distribution (ce schéma comprend notamment un descriptif détaillé des ouvrages de transport et de distribution d'eau potable). Echéances Fin 2013 Assainissement collectif des eaux usées Élaboration d un schéma d'assainissement collectif comprenant un descriptif détaillé des ouvrages de collecte et de transport des eaux usées. Fin 2013 Assainissement non collectif des eaux usées Contrôle des installations d'assainissement non collectif 31 décembre 2012, puis contrôle selon une périodicité qui ne peut pas excéder 10 ans 18

14 3 ème partie AIDE À L EMERGENCE DES PROJETS 19

15 Les principaux acteurs intervenant dans un projet d investissement Partenaires financiers (Conseil général, Etat, Europe, Région,; ) Maître d ouvrage (Commune ou groupement) Conduite d opération Contrôle technique Assistant à maîtrise d ouvrage Maîtrise d œuvre : Coordonnateur SPS (sécurité et protection de la santé) - architecte - énergéticien, thermicien - bureau d études techniques OPC - économiste de la construction Entreprises (Ordonnateur Pilotage Coordination) 20

16 L accompagnement du Conseil général auprès des communes rurales et de leurs groupements pour l émergence et la mise en œuvre de leurs projets Il faut du temps pour monter un projet. En effet, la réussite d un projet repose sur la qualité des réflexions qui sont conduites le plus en amont possible, afin d en définir les objectifs et les résultats attendus, et d en appréhender également les enjeux ainsi que les points de blocage pouvant survenir au cours des différentes étapes de sa mise en œuvre opérationnelle, voire même induire une remise en cause du calendrier de réalisation et/ou générer des surcoûts imprévus. Elaborer puis mener à bien un projet nécessite donc de se poser les «bonnes questions», au «bon moment», et de mobiliser les compétences utiles (bureau d études, expert, ) pour disposer d une vision globale du projet envisagé, ainsi que pour maîtriser pleinement les différentes étapes de sa mise en œuvre. C est dans cet esprit que le Conseil général apporte, gratuitement, une assistance et des conseils aux communes rurales et à leurs groupements pour leur permettre de mener à bien leurs investissements en matière d équipements, de bâtiments et d espaces publics. En complément du présent guide du partenariat, et afin de vous permettre d élaborer vos projets dans les meilleures conditions, le Conseil général met à votre disposition un guide méthodologique ainsi que plusieurs informations utiles que vous pouvez consulter sur le site à la rubrique «les aides du Conseil général» / «aides aux communes». Objectif du Conseil général : accompagner des projets «bien pensés» Historiquement, le Conseil général est le partenaire financier privilégié des communes rurales et de leurs groupements. En effet, au travers de sa politique de solidarité avec les territoires et soucieux de garantir un développement équilibré entre les secteurs urbains et les secteurs ruraux du département, le Conseil général s attache à accompagner financièrement les maîtres d ouvrage publics dans la mise en œuvre d investissements qui visent à renforcer l offre d équipements et de services mis à la disposition du public, qui contribuent à améliorer le cadre de vie des habitants, ou bien encore qui renforcent l attractivité des territoires et le développement d activités économiques. 21

17 C est pourquoi, dans une logique «gagnant-gagnant», le Conseil général s est fixé pour objectif de faciliter l émergence et de soutenir financièrement des projets répondant, d une part, à des besoins clairement définis par les maîtres d ouvrage, et répondant, d autre part, aux orientations et priorités définies dans son projet stratégique départemental «Doubs 2017». Ainsi, le Conseil général a vocation à : - être facilitateur de projets par l apport de conseils et la mobilisation de compétences adéquates pour permettre aux maîtres d ouvrage d exprimer clairement les besoins à satisfaire, et de disposer d une vision claire et globale (maîtrise foncière, démarches réglementaires, choix techniques, montage juridique et financier, mode de gestion, ) du projet envisagé, - permettre aux élus locaux de bien appréhender les enjeux et les points clés à prendre en compte pour l atteinte des objectifs fixés, et d être en capacité de prendre ainsi les décisions idoines au cours des différentes étapes de leurs projets. En revanche, le Conseil général n a pas vocation à : - faire de la maîtrise d œuvre, - se substituer aux prérogatives des maîtres d ouvrage dans l exercice de leurs responsabilités. Bien au contraire, au travers de l assistance et des conseils apportés par ses services, le Conseil général souhaite rendre autonome les communes rurales et leurs groupements dans le pilotage de leurs projets et dans l organisation des différents intervenants (bureaux d études, maître d œuvre, partenaires financiers, entreprises, ). Des agents et des outils à votre écoute Service à part entière du Conseil général (Direction du développement et de l appui aux territoires), le service Conseil aux Maires et développement des territoires se tient à votre disposition pour vous accompagner dans les étapes auxquelles il convient de porter une attention toute particulière et qui conditionnent la réussite de tout projet d investissement, à savoir : - la définition des besoins, - l élaboration du programme, - le choix du maître d oeuvre. En effet, la réussite d un projet passe par : - la capacité du maître d ouvrage à définir clairement le besoin à satisfaire et à élaborer un programme précis, 22

18 - la capacité du maître d œuvre, missionné par le maître d ouvrage, à élaborer un projet répondant aux exigences formulées dans le programme, puis à organiser le déroulement des travaux qui sont commandités aux entreprises par le maître d ouvrage. C est pourquoi, au travers de son service Conseil aux Maires et développement des territoires, le Conseil général met à la disposition des maîtres d ouvrage publics une équipe de «référents territoriaux-développeurs» qui constituent, au niveau de chaque territoire dont ils ont la responsabilité : - un interlocuteur unique ayant pour mission d accompagner les élus locaux dans l émergence de leurs projets, c est-à-dire depuis l idée initiale jusqu à la consultation d un maître d œuvre, - un relais auprès des services du Conseil général qui assureront ensuite l instruction technique et financière des dossiers de demande de subvention qui auront été déposés par les maîtres d ouvrage en vue de la mise en œuvre opérationnelle des projets concernés. Vous trouverez les coordonnées de l agent «référent» auprès de votre collectivité sur le site à la rubrique «les aides du Conseil général» / «aides aux communes». Etant à l écoute des maîtres d ouvrage et par le biais de questionnements adaptés, les «référents territoriaux-développeurs» ont pour mission d aider les décideurs locaux à : - construire une vision précise du projet envisagé (besoins à satisfaire, opportunité, faisabilité), - inscrire le projet envisagé dans une logique de cohérence territoriale, - faciliter la mobilisation des différentes ressources et compétences utiles (Agence d urbanisme, CAUE, Agence foncière, Etablissement public foncier, ) pour comparer les différentes solutions envisageables et pour établir les bases du futur programme, - appréhender les différentes démarches (urbanisme, foncier, réglementation,...) et les étapes à suivre pour la mise en œuvre du projet, - optimiser le plan de financement prévisionnel. De ce fait, les maîtres d ouvrages publics peuvent prendre appui sur les compétences et l expertise des agents du Conseil général pour l élaboration et la mise en œuvre de leurs projets, en bénéficiant de conseils techniques, juridiques et financiers. Bien entendu, cela suppose que les maîtres d ouvrage associent, le plus en amont possible, les services du Conseil général lors de leurs réflexions préalables sur le projet envisagé. 23

19 Par ailleurs, les différents partenaires du Conseil général (ADIL, Agence foncière, EPF, Agences d urbanisme, CAUE, Développement 25, CDT) participent à cette dynamique au travers de leurs plans d action respectifs, sachant que le Conseil général s attache (via les «référents-développeurs») à garantir la cohérence et la complémentarité des interventions de chacun de ces organismes composant un réseau actif de soutien, de telle manière que les communes et groupements de communes puissent disposer de tous les éléments nécessaires pour la prise des décisions relatives à l engagement et à l avancement de leurs projets. Pour mémoire, les outils externes du Conseil général pouvant être mobilisés pour accompagner l émergence des projets d investissement portés par les maîtres d ouvrage publics dans les domaines du bâtiment, de l aménagement du territoire et des espaces publics, sont les suivants : - le CAUE sur les aspects liés à l architecture, au paysage, aux bâtiments, aux espaces publics et à la maîtrise de l énergie, - l Agence foncière sur les aspects fonciers et d urbanisme, - l Etablissement public foncier (EPF) sur les acquisitions et le portage, - l Agence départementale d information sur le logement (ADIL) sur les aspects liés au logement, - le Comité départemental du tourisme (CDT) sur les aspects touristiques, - l Agence départementale de développement économique (Développement 25) sur les aspects économiques, - les Agences d urbanisme (AUDAB et ADUPM) sur les aspects stratégiques, prospectifs et d observation des territoires. Une assistance et des conseils tout au long des différentes étapes d un projet Sur la base des éléments exposés précédemment, la démarche que le Conseil général se propose de développer auprès des communes rurales et de leurs groupements pour leur permettre d élaborer leurs projets d investissement (bâtiments, équipements, espace public) se déroule, schématiquement, comme suit pour chacune des étapes marquant le déroulement d un projet type : 24

20 Le référent/développeur est à l écoute de l idée ou des besoins formulés par les communes rurales ou leurs groupements. Il a ainsi connaissance des attentes, des initiatives et des projets au niveau de son territoire d intervention (Cf. carte «Territoire d intervention des référents/développeurs»). Suite à ce contact, le référent/développeur enregistre dans le tableau de bord suivi de projet, la demande exprimée. Lorsqu une idée ou un besoin est exprimé par un maître d ouvrage, celui-ci sollicite le Président du Conseil général par une lettre signée afin de pouvoir bénéficier de l assistance du Conseil général pour l émergence du projet, en application de l article L du Code général des Collectivités territoriales. Pour les projets de taille modeste et/ou ne présentant pas de complexité technique particulière, la faisabilité peut être analysée par un groupe de travail qui, sous l égide du maître d ouvrage, est accompagné par le Conseil général, étant entendu que le rôle et les attributions de chacun des membres de ce groupe de travail (ex : SCMDT, STA, CAUE, Agence foncière, ) sont précisément définis en amont des rencontres avec le maître d ouvrage. Suite à la réception de ce courrier, le référent/développeur organise une rencontre avec le maître d ouvrage, si besoin avec d autres partenaires, afin de lui proposer l assistance du Conseil général, pour l émergence du projet. En s appuyant sur un fonds documentaire, le référent/développeur informe le maître d ouvrage sur les différentes étapes de mise en œuvre du projet et sur le rôle des différents intervenants.

21 Cette étape consiste à amener le maître d ouvrage à construire par luimême une vision précise du projet qu il envisage : les différentes étapes à suivre au regard de la nature et la localisation du projet, les besoins éventuels d investigation pour mieux appréhender le contexte local, les besoins et/ou les contraintes, les partenaires et/ou les personnes ressources qu il conviendra d associer à de prochains échanges (ou de contacter) pour élaborer le programme, optimiser le montage juridique et financier de l opération, et garantir le bon déroulement du projet (maîtrise des coûts, respect des délais, erreurs à éviter, ), ainsi que sur les rôles et responsabilités qui lui incombent. Pour cela le référent/développeur participe, si besoin, aux rencontres organisées par le maître d ouvrage. Les différents échanges auxquels le référent/développeur aura participé sont enregistrés dans la fiche suivi. Ces échanges se font sur la base d un support de questionnement thématique établie préalablement par le Conseil général. Pour mieux clarifier le besoin exprimé, ce support (qui sert de fil conducteur lors des échanges) permet : d aborder les différents volets du projet (compétence, urbanisme, disponibilité foncière, performance énergétique, accessibilité, contraintes réglementaires, capacités financières, mixité sociale, mode de gestion envisagé, ) ; d appréhender les conditions de réalisation du projet (commande publique, étapes réglementaires à respecter, calendrier prévisionnel du projet, plan de financement,.) ; et de vérifier sa cohérence avec d éventuels autres projets de collectivités voisines. Lors des échanges, le référent/développeur mobilise donc, autant que de besoin, les compétences des autres directions du Conseil général (DRI, DEPT, DEF, DFAJ, ), des agences départementales (Agence foncière, EPF,

22 CAUE, ) et / ou des structures partenaires (CAF, Education nationale, SEM, Syndicats mixtes, ). Au fur et à mesure des rencontres, le référent/développeur renseigne le tableau de bord suivi de projet. Cet outil permet notamment de suivre l état d avancement du projet. Il peut être partagé avec les partenaires sollicités dans le projet. Les contacts permettent de préciser les actions à mettre en œuvre par chacun des intervenants dans le cadre de cette démarche d assistance. Si nécessaire, il peut le mettre en contact avec d autres maîtres d ouvrage ayant mené à bien un projet similaire. Il peut également organiser des visites sur place afin de favoriser un partage d expérience directement ou par l intermédiaire d un partenaire. Pour un projet spécifique (présentant une complexité particulière, interfaces avec d autres projets, ), des éléments de cadrage peuvent être partagés entre le maître d ouvrage et le Conseil général. Le référent/développeur accompagne le maître d ouvrage dans la rédaction du cahier des charges qui aborde différents points, tels que (liste non exhaustive) : l urbanisme pour que le projet soit cohérent avec les documents de planification territoriale ; le foncier pour la maîtrise des coûts et gestion économe de l espace ; le montage juridique et financier avec un recours prioritaire aux structures de portage foncier et immobilier dont le Conseil général est membre ; l optimisation des usages (de l équipement ou de l aménagement) et les évolutions possibles ; le mode de gestion et moyens nécessaires ; le coût global (investissement et fonctionnement) ; les retombées économiques et sociales pour le territoire ;

Principes généraux. www.architectes.org mars 2015 1 Les enjeux des Agendas d Accessibilité Programmée (Ad AP) en 9 points

Principes généraux. www.architectes.org mars 2015 1 Les enjeux des Agendas d Accessibilité Programmée (Ad AP) en 9 points www.architectes.org mars 2015 1 Les enjeux des Agendas d Accessibilité Programmée (Ad AP) en 9 points Au 1er janvier 2015, seule une partie des établissements recevant du public (ERP) ont répondu aux obligations

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014 Le nouveau programme national de renouvellement urbain CRDSU septembre 2014 Un nouveau programme de renouvellement urbain! Un projet à l échelle de l agglomération, un projet intégré : le contrat de ville!

Plus en détail

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES CAHIER DES CHARGES DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES Rappel du cadre général d intervention des 3 collectivités : Dans le prolongement du Schéma Régional de Développement

Plus en détail

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES HOTELS D ENTREPRISES

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES HOTELS D ENTREPRISES CAHIER DES CHARGES DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES HOTELS D ENTREPRISES Rappel du cadre général d intervention des 3 collectivités : Dans le prolongement du Schéma Régional de Développement

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 Département Administration Paris, le 3 mars 2014 et Gestion Communales VP/AH/Note 11 Affaire suivie par Véronique PICARD CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 La continuité - maintien du montant

Plus en détail

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Accroître les soutiens aux projets de territoire Budget total du 10 e programme : 3 653 M dont 3561 M pour le bassin Rhône Méditerranée,

Plus en détail

Unité territoriale Dordogne 94, rue du Grand Prat - 19600 Saint-Pantaléon-de-Larche Tél : 05 55 88 02 00

Unité territoriale Dordogne 94, rue du Grand Prat - 19600 Saint-Pantaléon-de-Larche Tél : 05 55 88 02 00 Date d ouverture de l appel à projet : 1er octobre 2015 Date limite d envoi des dossiers de candidatures : 31 janvier 2016 Pour toutes questions : Délégation du bassin Atlantique-Dordogne Unité territoriale

Plus en détail

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Pôle Culture, Sport, Santé, Associations Secteur Santé Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Nom du demandeur: Intitulé du projet : Contact

Plus en détail

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014 CAHIER DES CHARGES ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE LA STRATEGIE LEADER DU PNR DE LA BRENNE Appel d offres Novembre 2014 Parc naturel régional de la Brenne Maison du Parc Le Bouchet - 36300 ROSNAY 02

Plus en détail

Chantier-Formation PARTENARIAT ENTRE UNE ENTREPRISE PRIVÉE ET 2 STRUCTURES D INSERTION POUR LA RÉPONSE À UNE CLAUSE ART.14 DANS UN MARCHÉ PUBLIC

Chantier-Formation PARTENARIAT ENTRE UNE ENTREPRISE PRIVÉE ET 2 STRUCTURES D INSERTION POUR LA RÉPONSE À UNE CLAUSE ART.14 DANS UN MARCHÉ PUBLIC Chantier-Formation PARTENARIAT ENTRE UNE ENTREPRISE PRIVÉE ET 2 STRUCTURES D INSERTION POUR LA RÉPONSE À UNE CLAUSE ART.14 DANS UN MARCHÉ PUBLIC LOCALISATION : Quartier des bassins à Cherbourg-Octeville

Plus en détail

INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES... 10

INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES... 10 Rapport d avancement des travaux de lla Commiissiion Localle de ll Eau du bassiin du Loiiret ANNÉE 2004 INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES...

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE)

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Date de l ouverture de l appel à projets : Mi-juillet 2013 Date de clôture de l appel à projets : 31 octobre

Plus en détail

LE MAIRE ET L INGENIERIE. Mémento à destination des élus pour une aide à la réalisation des projets (aménagement, voirie, espaces publics )

LE MAIRE ET L INGENIERIE. Mémento à destination des élus pour une aide à la réalisation des projets (aménagement, voirie, espaces publics ) LE MAIRE ET L INGENIERIE Mémento à destination des élus pour une aide à la réalisation des projets (aménagement, voirie, espaces publics ) Novembre 2011 Sommaire Introduction...1 I. Rôles et responsabilités

Plus en détail

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays Module 2 : Services à la population 2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays réservée : 400 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Développer les solidarités locales et l'accessibilité de tous aux services (Axe

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES

MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES RESTRUCTURATION PARTIELLE DU RESEAU CVC CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES EN APPLICATION DU CODE DES MARCHES PUBLICS DECRET N 2006-975 DU 1ER AOUT

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

FINANCES et RESSOURCES TERRITORIALES

FINANCES et RESSOURCES TERRITORIALES Territoriales Finances. Territoriales Finances. et Ressources Finances Ressources Humaines - Intercommunalité Management Public FINANCES et RESSOURCES TERRITORIALES Formation Expertise Recrutement Accompagnement-

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme 1 PREAMBULE Quelques dates pour situer la réforme du permis de construire 2 Le permis de construire en quelques dates 1852 : décret relatif

Plus en détail

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Volet eau potable

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Volet eau potable LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Volet eau potable Accroître les soutiens aux projets de territoire Budget total du 10 e programme : 3 653 M dont 3561 M pour

Plus en détail

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014 CADRE DÉPARTEMENTAL DE RÉFÉRENCE CDAJE À l intention des élus municipaux et leurs représentants, des institutions, de l ensemble des acteurs de la petite enfance et des porteurs de projet. CDAJE 16 mai

Plus en détail

REUSSIR VOTRE ACHAT IMMOBILIER. Les frais annexes

REUSSIR VOTRE ACHAT IMMOBILIER. Les frais annexes REUSSIR VOTRE ACHAT IMMOBILIER 2 Les frais annexes La réussite de votre projet d habitation dépen Sachez évaluer le coût réel de votre projet en prenant en compte tous les frais annexes qu il entraîne

Plus en détail

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes La loi n 2000-1028 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbain, dite «loi SRU», avait instauré une participation

Plus en détail

Cahier des charges pour la création du site internet Pays Sologne Val Sud

Cahier des charges pour la création du site internet Pays Sologne Val Sud Cahier des charges pour la création du site internet Pays Sologne Val Sud Septembre 2011 Domaine du Ciran - 45240 Ménestreau-en-Villette Tél: 02.38.49.19.49 - Fax : 02.38.49.19.59 - sologne.val.sud@wanadoo.fr

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 511 Petite loi ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIEME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 1999-2000 23 mai 2000 PROJET DE LOI ADOPTE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE EN NOUVELLE

Plus en détail

Ingénierie et action foncière. Janvier 2014

Ingénierie et action foncière. Janvier 2014 ANJOU PORTAGE FONCIER Ingénierie et action foncière dans la Politique Départementale de l Habitat Janvier 2014 Les outils d action foncière et td d urbanisme durable du PDH Une phase d étude préalable

Plus en détail

MAIRIE de SAINT-PIERRE d'autils 59 rue du Puits 27950 SAINT PIERRE D AUTILS

MAIRIE de SAINT-PIERRE d'autils 59 rue du Puits 27950 SAINT PIERRE D AUTILS DÉPARTEMENT DE L'EURE - ARRONDISSEMENT D ÉVREUX - CANTON DE VERNON-NORD Tel : 02 32 52 22 17 Fax : 02 32 52 94 97 Email : mairie.saint-pierre.autils wanadoo.fr MAIRIE de SAINT-PIERRE d'autils 59 rue du

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES : CERTIFICATION NF X 50 770 PEPINIERE D ENTREPRISES

CAHIER DES CHARGES : CERTIFICATION NF X 50 770 PEPINIERE D ENTREPRISES Communauté de Communes de la Lomagne Gersoise CAHIER DES CHARGES : CERTIFICATION NF X 50 770 PEPINIERE D ENTREPRISES 1 Février 2012 PRESENTATION MAITRE D OUVRAGE ET CONTEXTE Présentation Communauté de

Plus en détail

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP Capacités d accueil, aménagements commerciaux, mutabilité foncière : des outils concrets pour construire un SCOT intégrant les vulnérabilités énergétiques et climatique Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Plus en détail

Procès-verbal de la réunion du Conseil Municipal

Procès-verbal de la réunion du Conseil Municipal Département de Vaucluse Commune de Venasque Procès-verbal de la réunion du Conseil Municipal SEANCE DU VENDREDI 4 FEVRIER 2011 Nombre de membres : Afférents au Conseil Municipal 15 En exercice : 14 Qui

Plus en détail

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention 3 CR 72-12 Budget participatif des lycées Règlement d intervention Préambule : La mise en œuvre du budget participatif des lycées manifeste la volonté de la région de poursuivre la démarche de dialogue

Plus en détail

Le financement du projet

Le financement du projet Le financement du projet Comment financer mon projet? 14 Votre budget doit faire l objet d une étude approfondie. Pour vous aider à établir votre plan de financement, faites appel à l Association Départementale

Plus en détail

Sommaire détaillé. Sommaire. Réaliser les études préalables. Définir le programme. Choisir et rémunérer le maître d œuvre

Sommaire détaillé. Sommaire. Réaliser les études préalables. Définir le programme. Choisir et rémunérer le maître d œuvre Réf. Internet Pages Partie 1 Optimiser la programmation de l opération de travaux Réaliser les études préalables Accomplir les études de prospection et de diagnostic...3092 9 Choisir la localisation du

Plus en détail

Guide Leader + 16 pages 12/07/05 11:20 Page 1. En Pays Portes de Gascogne l Europe est partenaire de vos projets LEADER +

Guide Leader + 16 pages 12/07/05 11:20 Page 1. En Pays Portes de Gascogne l Europe est partenaire de vos projets LEADER + Guide Leader + 16 pages 12/07/05 11:20 Page 1 En Pays Portes de Gascogne l Europe est partenaire de vos projets LEADER + Guide Leader + 16 pages 12/07/05 11:20 Page 2 LEADER + Qu est-ce que c est? Liaison

Plus en détail

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE École nationale supérieure d architecture Montpellier PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Bases juridiques et dernières évolutions règlementaires Séminaire des animateurs territoriaux, le 26 juin 2012 Ludiana KORTH, chargée d étude juridique

Plus en détail

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 EAU ET MILIEUX AQUATIQUES Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 Janvier 2007 9 es 2007-2012 programmes des agences de l eau «L Europe s est dotée d un cadre communautaire pour

Plus en détail

Rapport technique n 8 :

Rapport technique n 8 : Modernisation de l action publique Groupe de travail interministériel sur les agences et opérateurs de l Etat Rapport technique n 8 : L'appui des têtes de réseau interministérielles en matière de fonctions

Plus en détail

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2.

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2. Appel à proposition Projet Alimen terre Un système d'alimentation local sur le Pays de Vannes 3 ème année Avec près de 60 % de surfaces agricoles, l agriculture demeure prépondérante sur notre territoire.

Plus en détail

L EXONÉRATION ou LA DISPENSE de déclaration : Aucune formalité déclarative requise

L EXONÉRATION ou LA DISPENSE de déclaration : Aucune formalité déclarative requise TABLEAU RÉCAPITULATIF : QUELLE DÉCLARATION POUR QUEL FICHIER? Edition septembre 2009 L EXONÉRATION ou LA DISPENSE de déclaration : Aucune formalité déclarative requise Texte de référence Information et

Plus en détail

Le Plan Départemental de l Eau

Le Plan Départemental de l Eau de l Eau CG1/PIADDT/DAE/MD-LS-9/05/009 de l Eau Son organisation schématique va s appuyer sur : 1. Les infrastructures existantes d intérêt départemental,. Les schémas directeurs territoriaux, 3. Des maillages

Plus en détail

[Texte] GLOSSAIRE DU CDT. [Texte]

[Texte] GLOSSAIRE DU CDT. [Texte] GLOSSAIRE DU CDT AGENCE NATIONALE POUR LA RENOVATION URBAINE (ANRU) L agence nationale pour la rénovation urbaine est un établissement public industriel et commercial, créé par l article 10 de la loi d

Plus en détail

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE Un certain regard sur les résultats 2011 Ce guide est cofinancé par l Union Européenne Ce guide est cofinancé par l Union Européenne PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

Plus en détail

Marin. 1ère Réunion publique. 18 juin 2014- Salle Polyvalente

Marin. 1ère Réunion publique. 18 juin 2014- Salle Polyvalente Marin 1ère Réunion publique 18 juin 2014- Salle Polyvalente action municipale consultative et icipative les commissions thématiques les comités consultatifs les réunions publiques les comités de hameaux

Plus en détail

POUR UN RENOUVEAU DU PARC IMMOBILIER DES ANNEES 50-70 De la requalification classique au portage immobilier

POUR UN RENOUVEAU DU PARC IMMOBILIER DES ANNEES 50-70 De la requalification classique au portage immobilier BREST 28 et 29 NOVEMBRE 2013 POUR UN RENOUVEAU DU PARC IMMOBILIER DES ANNEES 50-70 De la requalification classique au portage immobilier Présentation de la SPLA SOREQA SPLA à vocation métropolitaine crée

Plus en détail

Préparation des contrats de ville. Réunions Chefs de projet Novembre 2014

Préparation des contrats de ville. Réunions Chefs de projet Novembre 2014 Préparation des contrats de ville Réunions Chefs de projet Novembre 2014 Contenu des contrats de ville 3 piliers Cohésion sociale Cadre de vie et renouvellement urbain (y compris hors NPNRU) Développement

Plus en détail

Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE

Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE INTRODUCTION : Les collectivités territoriales Depuis la révision constitutionnelle du 28 mars 2003, sont définies comme

Plus en détail

EXTRAIT DU COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 6 FEVRIER 2015

EXTRAIT DU COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 6 FEVRIER 2015 EXTRAIT DU COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 6 FEVRIER 2015 Le compte-rendu de la réunion précédente est lu et approuvé. Désignation des délégués à Evolis 23 Le Maire rappelle au Conseil Municipal que

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE

FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE 13 e APPEL A PROJETS Les moyens destinés au soutien financier de l Etat en faveur

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

Comité syndical 29 avril 2015 à Janzé

Comité syndical 29 avril 2015 à Janzé Comité syndical 29 avril 2015 à Janzé Les missions du Pays touristique (inscrites dans les statuts du Syndicat Mixte). 1. Élaborer et participer à la mise en œuvre d un projet de développement touristique

Plus en détail

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DIRECTION DE L'EAU Sous-Direction de l'action territoriale, De la directive cadre

Plus en détail

Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013

Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013 Direction Générale Développement / Direction du Développement urbain Question n 182 Direction de l'urbanisme REF : DU2013027 Signataire : SM/NL Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013 RAPPORTEUR : Jean-Yves

Plus en détail

La fonction publique en France

La fonction publique en France MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE édition 2013 La fonction en France Des métiers au service des citoyens les essentiels Dans la fonction, tous les agents

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

#accessibleatous AGENDA D ACCESSIBILITÉ PROGRAMMÉE. Questions/réponses sur les agendas d accessibilité programmée (Ad AP)

#accessibleatous AGENDA D ACCESSIBILITÉ PROGRAMMÉE. Questions/réponses sur les agendas d accessibilité programmée (Ad AP) OCTOBRE 2014 #accessibleatous Questions/réponses sur les agendas d accessibilité programmée (Ad AP) Etablissement recevant du public Le 1er janvier 2015 est la date limite pour la mise en accessibilité

Plus en détail

Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30

Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30 CONSEIL DE QUARTIER DU GUICHET Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30 ORDRE DU JOUR 1- Présentation du budget de la ville 2015 : serré et responsable. 2- Révision du Plan Local d Urbanisme : objectifs, cadre

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DE MONTBETON SÉANCE DU 14 OCTOBRE 2010

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DE MONTBETON SÉANCE DU 14 OCTOBRE 2010 COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DE MONTBETON SÉANCE DU 14 OCTOBRE 2010 Nombre de conseillers : en exercice : 22 présents : 19 votants : 19 Pouvoirs : 01 L an deux mille dix le quatorze

Plus en détail

Consultation d acquéreurs en vue de la réalisation du programme de la Z.A.C. des Bergères ILOT DE LA ROTONDE - LOT N 19

Consultation d acquéreurs en vue de la réalisation du programme de la Z.A.C. des Bergères ILOT DE LA ROTONDE - LOT N 19 Consultation d acquéreurs en vue de la réalisation du programme de la Z.A.C. des Bergères ILOT DE LA ROTONDE - LOT N 19 Eco-quartier des Bergères - Cahier des Charges de la consultation d acquéreurs ILOT

Plus en détail

Réunion tenue en séance publique sous la présidence de M. DESHAYES Jean-Pierre, Maire.

Réunion tenue en séance publique sous la présidence de M. DESHAYES Jean-Pierre, Maire. Le lundi 28 octobre 2013 à 20h00, réunion du Conseil Municipal suivant convocation du 18 octobre 2013 remise ou envoyée aux conseillers municipaux et affichée ce même jour en mairie. Ordre du jour : -

Plus en détail

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) ont pour objet d offrir aux personnes adultes handicapées un

Plus en détail

APPEL A PROJETS FEDER QUARTIER DEMONSTRATEUR BAS CARBONE. Programme Opérationnel FEDER 2014 2020

APPEL A PROJETS FEDER QUARTIER DEMONSTRATEUR BAS CARBONE. Programme Opérationnel FEDER 2014 2020 APPEL A PROJETS FEDER QUARTIER DEMONSTRATEUR BAS CARBONE Programme Opérationnel FEDER 2014 2020 Axe 3 «conduire la transition énergétique en Région Nord Pas de Calais» Investissement Prioritaire 4e «en

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL SEANCE DU 14 DECEMBRE 2012. Au 5 Cité de la Traverse - la salle de la Traverse - Poitiers

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL SEANCE DU 14 DECEMBRE 2012. Au 5 Cité de la Traverse - la salle de la Traverse - Poitiers En vertu des articles L.2131-1, L.5211-2 et L.5211-3 du CGCT, le Président de la Communauté d Agglomération Grand Poitiers atteste que le présent acte a été affiché, transmis en Préfecture le. et/ou notifié

Plus en détail

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA DECENTRALISATION, DE LA GOUVERNANCE LOCALE, DE L ADMINISTRATION ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES Elaboré par la Direction Générale

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 13 SEPTEMBRE 2005 A 18h30 NOTE DE SYNTHESE

CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 13 SEPTEMBRE 2005 A 18h30 NOTE DE SYNTHESE CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 13 SEPTEMBRE 2005 A 18h30 NOTE DE SYNTHESE En préalable, Mr Mély donne lecture des actes et contrats signés lors des derniers mois A remarquer un nombre de transactions toujours

Plus en détail

Synthèse de la CNCH du 19 juin 2008

Synthèse de la CNCH du 19 juin 2008 ACTIONS EN MATIÈRE D'INTÉGRATION DES PERSONNES HANDICAPÉES DU MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Synthèse de la CNCH du 19 juin 2008 LE CONTEXTE La Commission nationale Culture-Handicap La

Plus en détail

PROCES VERBAL CONSEIL MUNICIPAL DU 9 septembre 2010

PROCES VERBAL CONSEIL MUNICIPAL DU 9 septembre 2010 Département de Loire-Atlantique PROCES VERBAL CONSEIL MUNICIPAL DU 9 septembre 2010 Approbation du procès verbal de la séance du 6 mai 2010 Approbation à l unanimité Ordre du jour : 1- Réhabilitation d

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

Réseau départemental de bornes de recharges électriques. Comité de Pilotage du 7 juin 2014

Réseau départemental de bornes de recharges électriques. Comité de Pilotage du 7 juin 2014 Comité de Pilotage du 7 juin 204 SDE65 juin204 Comité de Pilotage du 7 juin 204 présentation du projet. Rappel sur l organisation du projet (SDE - B. Rouch) 2. Quelques repères sur la mobilité électrique

Plus en détail

TITRE DE LA PRÉSENTATION > TITRE DE LA PARTIE PROJET D ORGANISATION ADMINISTRATIVE ET TECHNIQUE CIBLE

TITRE DE LA PRÉSENTATION > TITRE DE LA PARTIE PROJET D ORGANISATION ADMINISTRATIVE ET TECHNIQUE CIBLE TITRE DE LA PRÉSENTATION > TITRE DE LA PARTIE PROJET D ORGANISATION ADMINISTRATIVE ET TECHNIQUE CIBLE 2 Projet organisation administrative et technique > Sommaire Sommaire PREAMBULE POURQUOI? Les objectifs

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 5 DU 12 JANVIER 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 7 S-1-10 INSTRUCTION DU 29 DECEMBRE 2009 IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE. CALCUL DE L IMPOT. REDUCTION D

Plus en détail

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES SOMMAIRE I- AVANT-PROPOS I.1- LES TROIS MODES DE FINANCEMENT DU SERVICE PUBLIC D ÉLIMINATION

Plus en détail

Crédit Impôt Recherche et Aides OSEO

Crédit Impôt Recherche et Aides OSEO Crédit Impôt Recherche et Aides OSEO Ce document de synthèse rassemble les informations présentées lors de la réunion «Crédit Impôt Recherche et Aides OSEO : mode d emploi» du 1 er février 2011 à la CCI

Plus en détail

D i s p o s i t i f d i n t e r v e n t i o n EN MATIÈRE SPORTIVE. e n m a t i è r e s p o r t i v e. Les équipements sportifs

D i s p o s i t i f d i n t e r v e n t i o n EN MATIÈRE SPORTIVE. e n m a t i è r e s p o r t i v e. Les équipements sportifs D i s p o s i t i f d i n t e r v e n t i o n EN MATIÈRE SPORTIVE e n m a t i è r e s p o r t i v e Les équipements sportifs JANVIER 2010 Janvier 2010 2/10 LES EQUIPEMENTS SPORTIFS STRUCTURANTS Les équipements

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

COMMENT OBTENIR DES SUBVENTIONS EUROPEENNES

COMMENT OBTENIR DES SUBVENTIONS EUROPEENNES COMMENT OBTENIR DES SUBVENTIONS EUROPEENNES L environnement, la recherche, l éducation, la santé, sont des domaines d intervention privilégiés pour les collectivités locales. Leur développement peut donner

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

LOI ALUR Copropriétés dégradées prévention et traitement

LOI ALUR Copropriétés dégradées prévention et traitement LOI ALUR Copropriétés prévention et traitement Ministère Copropriétés les principales dispositions de la loi Alur Prévention de l endettement et de la dégradation Traitement curatif Prévention de l endettement

Plus en détail

COMPTE-RENDU de la SEANCE du CONSEIL MUNICIPAL du 19 DECEMBRE 2013

COMPTE-RENDU de la SEANCE du CONSEIL MUNICIPAL du 19 DECEMBRE 2013 Mairie de Trèves (Rhône) 450 route des Deux Vallées 69420 TREVES COMPTE-RENDU de la SEANCE du CONSEIL MUNICIPAL du 19 DECEMBRE 2013 Le Conseil Municipal, dûment convoqué le 13 décembre 2013 s est réuni

Plus en détail

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 LE PACTE : un outil pragmatique et partenarial au service des habitants et des acteurs économiques POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 Depuis sa création Est Ensemble a fait du

Plus en détail

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement ZAC et Lotissement - Version 1 - Juin 2012 Zone d Aménagement Concerté et Lotissement Définition générale : Il existe deux procédures différentes permettant de réaliser une opération d aménagement : la

Plus en détail

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL D AMFREVILLE JEUDI 30 OCTOBRE 2010

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL D AMFREVILLE JEUDI 30 OCTOBRE 2010 REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL D AMFREVILLE JEUDI 30 OCTOBRE 2010 PRESENTS : M. X. MADELAINE, Maire ; L.AUGUSTE, L.PARDOEN, E.DELAUNAY, R.FOLTETE, B.LEDRU, P.GOUPIL, C.LECHARPENTIER, B.NUYTEN, N.DUPUIS,

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010

PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010 PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010 Les enjeux de l accession sociale PREAMBULE DANS LE CADRE DES ORIENTATIONS DEFINIES PAR LE PROTOCOLE D ACCORD D NATIONAL INTERPROFESSIONNEL ET

Plus en détail

EP LOIRE Plateau collaboratif d échange. Intranet / Internet. du plan Loire grandeur nature 2007-2013. Note de cadrage

EP LOIRE Plateau collaboratif d échange. Intranet / Internet. du plan Loire grandeur nature 2007-2013. Note de cadrage EP LOIRE Plateau collaboratif d échange Intranet / Internet du plan Loire grandeur nature 2007-2013 Note de cadrage est une SARL au capital de 15 244,90, N SIRET 410 711 626 00029, APE 721 Z 60, rue Benjamin

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 17 janvier 2013 à 19 heures. Salle du Conseil municipal

CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 17 janvier 2013 à 19 heures. Salle du Conseil municipal CONSEIL MUNICIPAL Séance du 17 janvier 2013 à 19 heures. Salle du Conseil municipal COMPTE-RENDU Le Conseil municipal, après en avoir délibéré, décide : 2013.01.01 Intercommunalité. Nouvelle définition

Plus en détail

Cahier des charges assistance juridique de l Apur 13 août 2013

Cahier des charges assistance juridique de l Apur 13 août 2013 Cahier des charges assistance juridique de l Apur 13 août 2013 1 Présentation de l Apur 2 1.1 Création, missions 2 1.2 Statuts et membres 2 1.3 Fonctionnement 2 2 Contexte général de la mission 3 3 Prestation

Plus en détail

La construction du budget communal. 25 avril 2015

La construction du budget communal. 25 avril 2015 La construction du budget communal 25 avril 2015 Le budget : un acte fondamental, très encadré Un acte de prévision et d autorisation Prévoit chaque année les recettes et dépenses de la commune Autorise

Plus en détail