Faits saillants sur la semaine écoulée

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Faits saillants sur la semaine écoulée"

Transcription

1 AMBASSADE DE FRANCE AUX ETATS-UNIS AGENCE FINANCIÈRE FRENCH TREASURY OFFICE 4101 RESERVOIR ROAD, NW WASHINGTON D.C TEL : (202) FAX : (202) SEVENTH AVENUE, 38 TH FLOOR NEW YORK, N.Y TEL : (212) FAX : (212) AF UT G VGW ew York, le 20 février 2009 Initiatives publiques Faits saillants sur la semaine écoulée *Le Président Obama a signé mardi à Denver l American Recovery and Reinvestment Act de 2009 (plan de relance de l économie américaine de 787 milliards de dollars) tel qu approuvé la semaine dernière par les deux Chambres du Congrès. Il a déclaré à cette occasion que le plan était équilibré, alliant réductions d impôts et investissements et que s il n était que «la première partie» d une stratégie plus large dans un contexte difficile, il marquait «le début de la fin». B. Obama a aussi indiqué qu une équipe serait spécialement chargée de veiller à la «bonne et sage» utilisation des fonds ; un peu plus tôt dans la journée, la Maison Blanche avait mis en place un site internet ( censé permettre aux américains de suivre l'allocation des dépenses liées au plan de relance. *Barack Obama a présenté mercredi 18 février son Homeowner Affordability and Stability Plan destiné à soutenir le marché de l immobilier et à limiter les saisies de logement. Le plan, tel que détaillé par le Trésor, se décline en trois principaux points : 1) Permettre à 4-5 millions de propriétaires «responsables» de se refinancer et de réduire leurs mensualités sur leurs prêts détenus ou garantis par Fannie / Freddie Population ciblée : ménages ayant un bon historique de crédit (peu ou pas de retard de paiement) mais ne pouvant se refinancer malgré le bas niveau des taux d intérêts hypothécaires (souvent parce qu ils sont endettés à plus de 80% de la valeur de leur logement).. Réponse prévue : le programme permet aux ménages ayant un prêt détenu ou garanti par Fannie Mae et Freddie Mac de se refinancer pour des prêts d un montant allant jusqu à 105% de la valeur de marché du logement (chiffre de la Maison Blanche). Leurs mensualités pourront ainsi être réduites de «plusieurs milliers de dollars par an» ; le Trésor prend l exemple d une réduction de 2300 dollars pour un prêt à 30 ans de dollars, grâce à une réduction du taux d intérêt hypothécaire de 6,5 à 5,16%. 2) Permettre à 3-4 millions de propriétaires «à risque» de rester dans leur logement au travers d une Homeowner Stability Initiative de 75 Mds $ touchant tout type de prêt Population ciblée : ménages ayant des difficultés à payer leurs mensualités mais ne pouvant pas vendre leur logement en raison de l ampleur de la baisse des prix ; les deux critères sont i) un ratio dette / revenu «élevé» et/ou ii) un niveau d endettement supérieur à la valeur de marché du logement (on parle dans le jargon de «negative equity» ou de ménage «underwater»). Le fait d être en retard de paiement n est en revanche pas un critère d éligibilité ; le plan inclut les ménages ayant un bon historique de crédit mais étant «à risque» de défaut dans le futur. P A G E 1 / 7

2 Réponse prévue : - le programme permet de réduire la dette des ménages à un niveau «soutenable» en associant prêteurs, servicers, emprunteurs et le gouvernement pour que «touts les participants partagent le coût» de la mesure. Le prêteur devra réduire le taux d intérêt pour que le ratio mensualité / revenu ne soit pas supérieur à 38%. Le gouvernement s engage alors à financer toute nouvelle baisse jusqu à ce que ce ratio atteigne 31%. Enfin, les prêteurs devront s engager à ne pas modifier le montant des mensualités pendant 5 ans, après quoi le taux d intérêt pourra être augmenté graduellement en fonction du taux d intérêt sur conforming loan en vigueur. - des incitations sont prévues pour s assurer le bon fonctionnement du programme : $ aux servicers des prêts pour chaque modification suivant les lignes directrices du Trésor et jusqu à 1000 $ par an supplémentaire si les emprunteurs ne sont pas en retard de paiement $ aux détenteurs du prêt et 500 $ aux servicers pour toute modification de prêt réalisée alors que l emprunteur n est pas encore en retard de paiement + jusqu à 1000 $ par an pendant 5 ans aux emprunteurs qui ne sont pas en retard de paiement + un fonds d assurance contre une baisse plus rapide que prévue du prix du logement pour les prêteurs (le fonds de réserve, géré par l Admnistration et le FDIC serait d un montant maximal de 10 Mds $) - une modification du droit des faillites pour permettre aux juges de modifier les prêts hypothécaires des emprunteurs à cours d options (si aucune autre modification n est possible) ; ce n est applicable qu aux prêts hypothécaires en cours et d un montant conforme aux limites de Fannie Mae et Freddie Mac (conforming loans). - un renforcement des programmes de la FHA et une aide aux communautés touchées par les saisies + notamment pour le programme Hope for Homeowners : réduction des commissions payées et facilitation de l éligibilité pour les emprunteurs, augmentation de la flexibilité dans la modification des prêts pour les prêteurs + 2 Mds $ pour des programmes innovants aidant à réduire les saisies ; 1,5 Mds supplémentaires pour le soutien aux locataires et l aide aux sans-abris Conditions : i) seuls les logements habités sont concernés par le plan ; les «spéculateurs» ne sont pas inclus ii) le montant du prêt hypothécaire ne peut être supérieur à la limite des prêts conventionnels de type Fannie / Freddie (conforming loans) iii) les ménages très endettés («with high total debt») devront prendre part à un programme de counseling du Ministère du logement (HUD), en particulier ceux ayant une dette totale (dont automobile et credit card notamment) supérieure à 55% de leur revenu. 3) Œuvrer à une politique de bas taux d intérêts hypothécaires en «renforçant la confiance» en Fannie Mae et Freddie Mac Objectif : aider les emprunteurs à payer leurs mensualités (maintien des taux d intérêt hypothécaires à un bas niveau) par un soutien fédéral à Fannie Mae et Freddie Mac, les deux principaux acteurs du marché secondaire de l immobilier américain. Réponse prévue : - augmentation de la limite du dispositif de compensation automatique des pertes de Fannie et Freddie par le Trésor (Preferred Stock Purchase Agreements) de 100 à 200 Mds $. La limite initiale ne serait cependant pas encore atteinte, Freddie n ayant jusqu à présent eu recours qu à 50 Mds $ et Fannie à 16 Mds $ selon la Maison Blanche. - continuation de l achat de titres adossés à l immobilier (MBS) de Fannie et Freddie par le Trésor - augmentation de la taille du portefeuille de titres détenu directement par Fannie et Freddie de 850 à 900 Mds $ - soutien des Housing Finance Agencies des Etats (détails non communiqués) Financement : Les fonds débloqués le sont au sein du Housing and Economic Recovery Act (déjà autorisé, ne requiert pas de repasser devant le Congrès) et ne font pas appel au Financial Stability Plan ou à l Emergency Economic Stabilization Act/TARP. P A G E 2 / 7

3 *Le Département du Trésor américain, dans son premier rapport mensuel établi sur la base des 20 banques ayant le plus bénéficié du Capital Purchase Program (CPP), rapporte que les volumes de prêts ont augmenté en décembre. L auditeur fédéral américain, le GAO (Government Accountability Office), avait souligné en janvier l importance de ce rapport dans un souci de transparence. Le Trésor estime que le niveau des prêts aurait été inférieur sans l infusion de capital du CPP. Selon lui, la baisse des taux d intérêt hypothécaires et le programme de garantie de dette de la FDIC ont permis de faire remonter le volume des crédits émis entre novembre et décembre, après deux mois de baisses. Sur les trois mois que couvre le rapport, le changement médian du niveau des prêts hypothécaires résidentiels est une baisse de 1%, de même pour les prêts aux entreprises, tandis que le changement médian pour le niveau des prêts par carte de crédit est une augmentation de 2%. Pour l immobilier commercial, le changement médian pour les renouvellements est une augmentation de 55%, tandis que celui des nouveaux engagements est une baisse de 19%. *La FASB a mis en place deux projets destinés à améliorer la mesure et la présentation des comptes évalués à la juste valeur (Fair Value Estimates). Ces projets font suite au rapport de la SEC au Congrès du 30 décembre dans lequel l autorité de régulation recommandait de ne pas suspendre les évaluations à la juste valeur mais plutôt d améliorer les pratiques existantes 1, ainsi qu aux travaux du Valuation Resource Group de la FASB, créé en juin 2007 et qui s est réuni le 5 février dernier au sujet de la Fair Value. Le premier projet doit permettre de déterminer les cas où un marché n est plus actif pour l évaluation d un actif ou d un engagement, ainsi que les cas où une transaction est en péril, il doit également permettre d appliquer la juste valeur aux intérêts dans des investissements alternatifs (hedge fonds ou encore private equity). Le second projet va étudier la possibilité d exiger la présentation d informations supplémentaires telles que les sensibilités des évaluations par rapport aux données clés. Ces projets devraient aboutir à de nouvelles recommandations comptables avant la fin du deuxième trimestre 2009 pour une application dès les comptes La FASB déclare également avoir commencé à travailler conjointement avec l IASB sur un projet plus global devant permettre de faire converger les normes comptables internationales. *Le dernier rapport H.41 de la Réserve Fédérale américaine, publié jeudi 19 février, met en évidence l accélération de l achat par la Fed de titres adossés à l immobilier (MBS) de Fannie Mae et Freddie Mac. L encours de MBS des GSEs s établit désormais à plus de 65 Mds $ (+ 58 Mds $ sur la semaine) ; l encours de dette propre des GSEs est de son côté stable à 33,6 Mds $ (+ 1,5 Mds $). Il faut noter que la méthode de comptabilisation des MBS tend à ralentir leur prise en compte. La seule autre variation notable à l actif de la Fed est l augmentation de l encours de prêt aux banques commerciales sous forme d enchères (TAF), qui passe de 413 à 448 Mds $ sur la semaine ; les autres facilités sont stables et le bilan de la Fed s accroit donc à nouveau après s être rétréci depuis quelques semaines -, passant de 1845 à 1917 Mds $ (actifs). La Figure 1 et la table cidessous regroupent les facilités de crédit de la Fed selon la typologie évoquée pour la première fois le 13 janvier dernier à Londres par Ben Bernanke 2. Au passif, ce sont, les réserves bancaires détenues à 1 Report and Recommendations Pursuant to Section 133 of the Emergency Economic Stabilization Act of : Study on Mark-To-Market Accounting, 2 Dans un discours à la London School of Economics mardi 13 janvier 2009, Ben Bernanke a distingué trois types de facilités ayant suppléé la politique monétaire classique de baisse des taux. La première, liée au rôle traditionnel de prêteur en dernier ressort, regroupe les facilités qui organisent la provision de liquidité à court terme pour les institutions financières «solvables» («short-term liquidity to sound financial institutions»), comme l extension de la fenêtre d escompte, le TAF, TSLF, PDCF et autres accords de swap de devises avec les banques centrales étrangères. La seconde permet la provision de liquidité directement sur certains marchés du crédit (notamment facilités ciblées sur les money market mutual funds et le papier commercial. Cette catégorie inclut également le TALF, annoncé le 25 novembre et dont les termes viennent d être modifiés (l encours maximal devrait désormais être fixé à 1 trillion de dollars et la gamme de collatéraux éligibles élargis aux titres adossés à l immobilier commercial) qui devrait permettre dans les P A G E 3 / 7

4 la Fed (+ 109 Mds $ à 709 Mds) ont financé l achat de titres, les comptes du Trésor restant stables à 220 Mds $ (cf Figure 2). Figure 1 : Actif de la Fed FED : Actif au 18 février 2009 (en Mds $) Détention de titres à long terme (GSEs) Politiques de crédit (CP, ABCP) Liquidité aux institutions financières étrangères Liquidité aux institutions financières domestiques AIG et Bear Stearns Titres du Trésor disponibles Dec 5, 2007 Jan 2, Jan 30, Feb 27, Mar 26, Apr 23, May 21, Jun 18, July 16, Aug 13, Sept 10, Oct 8, Nov, 5 Dec, 3 Dec, 31 Jan 28, 2009 Figure 2 : Passif de la Fed Fed : Passif au 18 février 2009 (en Mds $) Sept 3, Sept 17, Oct 1, Oct 15, Oct 29, Nov 12, Nov 27, Dec 10, Dec, 24 Jan, Jan 21, 2009 Feb 4, 2009 Feb 18, 2009 CAPITAL Repos inversés Compte supplémentaire du Trésor Billets en circulation Compte général du Trésor Réserves bancaires à la Fed semaines à venir à la Fed de prêter contre des titres adossés notamment à des prêts à la consommation et aux petites entreprises (small-business). Enfin, la troisième catégorie fait référence à l achat par la Fed de titres à long terme, comme le programme dors et déjà en place concernant désormais jusqu à 100 Mds $ de la dette et 500 Mds $ de MBS des GSEs, ou celui envisagé pour l achat de titres du Trésor à long terme. P A G E 4 / 7

5 Table 1 : Classement des facilités de crédit selon la typologie de Ben Bernanke 1a. Liquidité aux institutions financières domestiques Prêts directs aux banques commerciales (Fenêtre d escompte / Discount window) Prêts aux banques commerciales sous forme d'enchères anonymes (TAF) Prêts directs aux "primary dealers" et à leurs filiales (PDCF) Echanges d'actifs avec les "primary dealers" (notamment TSLF) 1b. Liquidité aux institutions financières étrangères (via banques centrales étrangères) Accords de swap avec les banques centrales étrangères 2. Politique directe de crédit Prêts aux banques achetant de l'abcp des Mutual funds (MFCF) Achat de papier commercial à 3 mois (CPFF) A venir : achat d ABS (prêts à la consommation, auto, petites entreprises, immobilier commercial) 3. Achats de titres à long terme Titres de dette des GSEs (Fannie, Freddie et FHLBs) MBS garantis par Fannie Mae, Freddie Mac et Ginnie Mae Peut-être à venir : titres du Trésor 0. AIG et Bear Stearns Structure de défaisance Bear Stearns (Maiden Lane) Crédit à AIG Structure de rachat des RMBS d'aig (Maiden Lane II) Structure de défaisance AIG (Maiden Lane III) *La FED de ew York a annoncé que les régulateurs américains et européens ayant une autorité directe sur au moins une chambre de compensation (existante ou possible) des Credit Default Swap (CDS) se sont réunis ce jeudi pour discuter des méthodes de coopération entre régulateurs et en particulier d un possible accord de partage d informations. La réunion de ce jeudi fait suite à une réunion du 12 janvier, les discussions incluaient la Fed, la CFTC, la FSA (Grande Bretagne), la BaFin (Allemagne), la Bundesbank, le Département des Banques de l Etat de New York, la SEC, la BCE et la FSA hongroise. Les acteurs du marché sont de plus en plus encouragés à passer par une chambre de compensation pour leurs opérations de CDS. Parmi les plateformes possibles, on compte : Intercontinental Exchange Inc., CME Group Inc., Eurex AG, le Liffe et bientôt LHC.Clearnet Ltd. *Mary Schapiro, citée par le Washington Post, prépare un plan d évaluation des conseils d administration des banques. L examen va se concentrer sur la pertinence de la surveillance des conseils d administration pendant la période ayant mené à la crise financière, et également sur les qualifications professionnelles de leurs membres en matière de gestion du risque. Initiatives privées *Affaire Stanford : Allen Stanford est accusé de fraude par la SEC dans une opération de vente de près de 8 milliards de dollars de certificats de dépôts, via une filiale bancaire des Caraïbes. La SEC enquête depuis l été dernier sur cette affaire, et a accru sa vigilance sur ce type de cas depuis les reproches qui lui ont été faits dans l affaire Madoff. D après le régulateur financier, les rendements vantés aux investisseurs étaient «improbables, sinon impossibles». Stanford et son groupe basé à Houston au Texas, ainsi que deux de ses collègues (le CFO de la filiale caribéenne et une membre du comité d investissement de Stanford International) font ainsi l objet de poursuites. Par ailleurs, toujours dans le cadre de la plainte de la SEC, le groupe de Stanford aurait vendu depuis 2005 des parts d un fonds commun de placement sur la base de fausses performances historiques, générant pour plus de 25 P A G E 5 / 7

6 million de dollars de commission, et faisant passer la taille du fonds d à peine 10 millions de dollars en 2004 à plus de 1,2 milliards aujourd hui. Bloomberg révèle ainsi que dans une déposition sous serment à la SEC datée du 30 janvier dernier, un cadre de Stanford International Bank (Michael Zarich), filiale caribéenne du groupe d Allen Stanford, explique que son institution présentait à des clients des chiffres «hypothétiques» comme s il s agissait de données réelles. Cette déposition appuie les accusations portées par la SEC à l encontre du groupe, lui reprochant d avoir sciemment trompé leurs clients. L année dernière déjà, deux anciens courtiers du groupe (Charles Rawl et Mark Tidwell) avaient poursuivi celui-ci, l accusant de les avoir forcés à démissionner pour ne pas avoir participé à ses activités illégales consistant à donner à leurs clients de fausses données historiques et à détruire des documents relatifs à leurs pratiques commerciales. Selon la SEC, le groupe Stanford attirait les courtiers avec des commissions plus importantes que la concurrence (FINRA avait déjà reproché à Stanford Groupe de ne pas avoir informé les investisseurs de ce conflit d intérêt possible entre les courtiers et le groupe). Ceux-ci proposaient à leurs clients d investir dans un fonds commun de placement captif (Stanford Allocation Strategy - SAS) qui présentait en fait de faux rendements historiques. Les investisseurs étaient ensuite incités à investir dans un programme de certificats de dépôts de Stanford International Bank supposé être investi dans des actifs liquides, suivis par plus d une vingtaine d analystes et audités par les autorités de contrôle compétentes ; mais la SEC accuse le groupe d avoir placé les fonds dans de l immobilier et du private equity non liquide et d avoir géré le portefeuille correspondant de manière discrétionnaire et non auditée. *American Express, la plus grande compagnie de carte de crédit par volume d achats, a annoncé dans un rapport public que les défauts sur les paiements augmentent (8.29% en janvier contre 7% en décembre). L action de la compagnie a alors chuté de 1,78 de dollars ou 11% mercredi, pour atteindre sa valeur la plus basse depuis 1996 à $ La situation s est aggravée plus tôt que prévu d après les analystes, et cela ne fera qu empirer avec la hausse du chômage. Les autres compagnies de cartes de crédit, comme Capital One et Discover, confirment mardi cette tendance et annoncent également une hausse des défauts et des paiements en retard. *Le plus important assureur monoline américain, MBIA Inc., a annoncé la séparation de son activité de garantie des obligations des municipalités (municipal bonds insurance) de son activité de garantie des dettes liées à des prêts hypothécaires. Cette dernière activité est responsable de la perte l année dernière de la notation maximale dont bénéficiait MBIA, et qui était un atout majeur pour son activité. Cette dégradation a alors profité à des concurrents comme Assured Guaranty ou encore FSA, l ancienne filiale de Dexia. La part de marché de MBIA sur les nouvelles émissions de municipal bonds était tombée à 2.5% l année dernière contre 22% en Dans le même temps, la part des municipal bonds assurés était tombée à 18% (contre 47% en 2007). L entité dédiée aux municipal bonds, MBIA Insurance Corp, devrait être renommée National Public Finance Guarantee. MBIA est également en discussion avec le Département du Trésor américain afin de pouvoir bénéficier d une infusion de capital dans le cadre du TARP. Ces mesures devraient permettre à l entité ainsi mise en place de bénéficier d un relèvement de son rating, les analystes considérant qu une note AA pourrait être suffisante pour soutenir son activité. *Afin d éviter la faillite, General Motors demande mercredi une nouvelle aide publique de 16,6 milliards de dollars après avoir déjà reçu 13,4 milliards de dollars. General Motors, a présenté mardi au Trésor son plan de restructuration, et a également annoncé prévoir la suppression de emplois à travers le monde ainsi que la fermeture de cinq usines supplémentaires aux Etats-Unis. Le groupe a ajouté que le remboursement des prêts s'étalerait de 2012 à 2017 et qu'une faillite pourrait coûter jusqu'à 100 milliards de dollars, soulignant cependant que ce scénario est le pire scénario envisagé. Tout comme GM, Chrysler demande une nouvelle aide étatique de 5 milliards de dollars, faisant là aussi peser la menace d'une faillite en cas de refus. Le groupe a déjà reçu 4 milliards de dollars. P A G E 6 / 7

7 *Prudential Financial Inc, le deuxième assureur vie américain, n est plus éligible au CPP (Commercial Paper Program) après la dégradation de sa dette de court terme par Fitch (passant de F1 à F2). Fitch rating a ainsi sanctionné les deux trimestres consécutifs de pertes affichés par la holding. Prudential Financial rejoint ainsi Hartford Financial Services Group Inc et Genworth Financial Inc qui ont précédemment subis le même sort. Le porte-parole de Prudential ajoute que les besoins de liquidité de la firme ne dépendaient pas de l accès au CPP. La branche assurance de Prudential reste, quant à elle, éligible au CPP. *Le gouvernement américain poursuit UBS pour forcer la banque à révéler l'identité de clients américains titulaires de comptes secrets suisses ayant ainsi échappé à l imposition des revenus perçus sur ces comptes. Cette attaque en justice intervient un jour après qu UBS avait accepté de dévoiler les noms de 250 titulaires de compte et de payer une amende de 780 millions de dollars pour éviter d être poursuivie pour complicité à l évasion fiscale. Les Etats-Unis et UBS n ont pu se mettre d accord sur le nombre d identités à révéler à l IRS. Selon le communiqué du Département de la Justice, les comptes totaliseraient 14,8 milliards de dollars ; comptes environ étant composés de titres, les autres étant composés de cash. *Le CEO de Bank of America, est assigné à comparaître par le procureur général de l Etat de ew York, Andrew Cuomo. D après Bloomberg, ce dernier enquêterait sur les conditions dans lesquelles Bank of America a présenté aux investisseurs les informations relatives à la santé financière de Merill Lynch & Co dans le cadre de son rachat (respect du Martin Act de New York). Le mois dernier, Cuomo avait déjà assigné John Thain, l ancien CEO de Merill Lynch, et J. Steele Alphin, Chief Administrative Officer de Bank of America, dans le cadre d une enquête sur la légalité des bonus versés par Merill à une partie de ses cadres (pour 3.6 milliards de dollars) avant le rachat de la banque et l aide publique accordée par la suite par le gouvernement américain (respect des debtor-creditor laws de New York). P A G E 7 / 7

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Le poids de la consommation dans le Pib atteint des niveaux

Le poids de la consommation dans le Pib atteint des niveaux AMBASSADE DE FRANCE AUX ETATS-UNIS MISSION FINANCIÈRE FRENCH TREASURY OFFICE 11 RESERVOIR ROAD, NW WASHINGTON D.C. 7 TEL : () 9-33, FAX : () 9-39 E - M A I L : afny@missioneco.org 1 SEVENTH AVENUE, 3 TH

Plus en détail

Credit default swaps : Quels sont les risques et défis en matière de stabilité financière?

Credit default swaps : Quels sont les risques et défis en matière de stabilité financière? Credit default swaps : Quels sont les risques et défis en matière de stabilité financière? ORICE WILLIAMS BROWN Directeur Financial Markets and Community Investment US Government Accountability Office

Plus en détail

Décryptage des méthodes modernes de la création monétaire

Décryptage des méthodes modernes de la création monétaire Décryptage des méthodes modernes de la création monétaire Nikolay Gertchev Deuxième Université d automne de l économie autrichienne 5-7 Octobre 212, Troyes Eléments essentiels des systèmes bancaires contemporains

Plus en détail

Etats-Unis : le pays qui a le plus besoin de la mondialisation prêt à céder à la tentation protectionniste

Etats-Unis : le pays qui a le plus besoin de la mondialisation prêt à céder à la tentation protectionniste 1 avril 9 - N 17 Etats-Unis : le pays qui a le plus besoin de la mondialisation prêt à céder à la tentation protectionniste Des indices multiples montrent que la tentation protectionniste est de plus en

Plus en détail

Marchés immobiliers et croissance économique : enseignements de la vague de refinancements aux États-Unis 1

Marchés immobiliers et croissance économique : enseignements de la vague de refinancements aux États-Unis 1 Akash Deep +1 617 495 134 akash_deep@harvard.edu Dietrich Domanski +41 61 28 8353 dietrich.domanski@bis.org Marchés immobiliers et croissance économique : enseignements de la vague de refinancements aux

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 30 janvier 2009 8h55 Dexia met en œuvre son plan de transformation pour consolider son redressement et devrait enregistrer

Plus en détail

Les banques centrales face à la crise

Les banques centrales face à la crise DOSSIER III Les banques centrales face à la crise Guilhem Bentoglio * Guillaume Guidoni * Allianz Global Investors France * Les auteurs tiennent à remercier Hélène Baron pour ses relectures successives

Plus en détail

Total Sélection Période de souscription : Durée d investissement conseillée Éligibilité

Total Sélection Période de souscription : Durée d investissement conseillée  Éligibilité Total Sélection Instrument financier émis par Natixis SA (Moody s : A2, Fitch : A, Standard & Poor s : A au 20 novembre 2014) dont l investisseur supporte le risque de crédit. Total Sélection est une alternative

Plus en détail

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance.

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. alpha sélection alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

Crises et sorties de crises

Crises et sorties de crises Eclairages Direction des Études Économiques Mensuel - N 127 Novembre 2008 Crises et sorties de crises Comment en sortir? 1 Les grandes phases de la crise 3 Les banques centrales à la manœuvre 5 Les gouvernements

Plus en détail

TARGET ACTION TOTAL MARS 2015

TARGET ACTION TOTAL MARS 2015 TARGET ACTION TOTAL MARS 2015 Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance 1 Durée d investissement conseillée : 8 ans (hors cas de remboursement automatique

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

RENDEMENT ACTION BOUYGUES JUILLET 2015

RENDEMENT ACTION BOUYGUES JUILLET 2015 RENDEMENT ACTION BOUYGUES JUILLET 2015 Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance 1 Durée d investissement conseillée : 8 ans (hors cas de remboursement

Plus en détail

PRISMA Renminbi Bonds Hedgé USD/CHF Quelle situation dans le crédit en Chine? Marc Zosso CIO, Prisminvest SA

PRISMA Renminbi Bonds Hedgé USD/CHF Quelle situation dans le crédit en Chine? Marc Zosso CIO, Prisminvest SA PRISMA Renminbi Bonds Hedgé USD/CHF Quelle situation dans le crédit en Chine? Marc Zosso CIO, Prisminvest SA Plusieurs investisseurs nous demandent à juste titre quelle est la véritable situation du crédit

Plus en détail

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant)

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Présentation Cogefi Gestion est la société de gestion, filiale à 100% de la maison mère Cogefi. Elle fait partie

Plus en détail

www.unmondelibre.org

www.unmondelibre.org www.unmondelibre.org La déréglementation est-elle responsable de la crise? par Mark Calabria Selon le récit de plus en plus populaire à Washington, le démantèlement du système de réglementation depuis

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIÉ LE 7 MAI 2014

PROSPECTUS SIMPLIFIÉ LE 7 MAI 2014 LE 7 MAI 2014 PROSPECTUS SIMPLIFIÉ Fonds de revenu Fonds Desjardins Revenu à taux variable (parts de catégories A, I, C et F) Aucune autorité en valeurs mobilières ne s est prononcée sur la qualité de

Plus en détail

Sommaire. Informations clés... 04. Profil... 06. Corporate et Institutional Banking... 08. Retail Banking... 10. Private Banking...

Sommaire. Informations clés... 04. Profil... 06. Corporate et Institutional Banking... 08. Retail Banking... 10. Private Banking... _ FR Sommaire Informations clés... 04 Profil... 06 Corporate et Institutional Banking... 08 Retail Banking... 10 Private Banking... 12 Treasury et Financial Markets... 14 La BIL à votre service depuis

Plus en détail

Comprendre la crise économique Les Origines de la Crise

Comprendre la crise économique Les Origines de la Crise Comprendre la crise économique Les Origines de la Crise Patrick Bolton Columbia University Un tour d horizon des crises récentes Les Années 1980 Le Crack de 1987 Les Années 1990 La crise Japonaise La crise

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 20 avril 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO FÉVRIER 2015 En février 2015, l encours de parts émises par les

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 13 mai 2009 7h00 Résultat net de EUR 251 millions au 1 er trimestre 2009 Ratio Tier 1 de 10,7 % et core Tier 1 de 9,8 % Faits

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1. François Longin 2

Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1. François Longin 2 Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1 François Longin 2 Résumé Cet article insiste sur le changement de business model des banques qui peut constituer une explication

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

L he b d o Finan c e de la

L he b d o Finan c e de la - DU 24 Novembre AU 1 Décembre 2007 - Numéro 17 Dossier : Dossier : LES CO U R S Simulation d un prêt immobilier Titrisation p1-3 p-3-4 p-5-7 L he b d o Finan c e de la M A C S Ce bulletin d informations

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

G&R Europe Distribution 5

G&R Europe Distribution 5 G&R Europe Distribution 5 Instrument financier émis par Natixis, véhicule d émission de droit français, détenu et garanti par Natixis (Moody s : A2 ; Standard & Poor s : A au 6 mai 2014) dont l investisseur

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity?

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity? 1. Qu est ce que le private equity? Le private equity ou capital investissement désigne une forme spécifique d investissement institutionnel dans des entreprises privées avec comme objectif de financer

Plus en détail

Secteur de la construction au Canada

Secteur de la construction au Canada PIB en G$ CAD Survol des tendances de l industrie Secteur de la construction au Canada Principaux développements T2/214 214 Le PIB réel a atteint un sommet de 1 69 millions de dollars canadiens en novembre

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR David Benamou +33 1 84 16 03 61 david.benamou@axiom-ai.com Philip Hall +33 1 44 69 43 91 p.hall@axiom-ai.com Adrian Paturle +33 1 44 69 43 92 adrian.paturle@axiom-ai.com Le Comité de Bâle vous souhaite

Plus en détail

Protégez vous contre l inflation

Protégez vous contre l inflation Credit Suisse (A+/Aa) À QUOI VOUS ATTENDRE? P. Inflation Booster 0 Credit Suisse Inflation Booster 0 est un titre de dette structuré. Le produit est émis par Credit Suisse AG et vous donne droit à un coupon

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Activités et résultats 2011

Activités et résultats 2011 Activités et résultats rci en bref RCI Banque est la captive financière de l Alliance Renault Nissan et assure à ce titre le financement des ventes des marques Renault, Renault Samsung Motors (RSM), Dacia,

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1 Fortis AG - Vos assurances chez votre courtier Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1 1 Cette fiche d information financière décrit les modalités du produit qui sont d application

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

L ouverture des marchés àterme basés sur les matières premières agricoles en Europe

L ouverture des marchés àterme basés sur les matières premières agricoles en Europe L ouverture des marchés àterme basés sur les matières premières agricoles en Europe Les réformes successives de la PAC depuis 1992 ont induit une plus forte variabilitédes prix Baisse des prix institutionnels,

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Groupe Crédit Mutuel Arkéa Résultats annuels 2013. Avril 2014

Groupe Crédit Mutuel Arkéa Résultats annuels 2013. Avril 2014 Groupe Crédit Mutuel Arkéa Résultats annuels 2013 Avril 2014 Avertissement Ce document peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie du Crédit Mutuel

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020 4,50 % par an (1) pendant 8 ans Souscrivez du 30 janvier au 24 février 2012 (2) La durée conseillée de l investissement est de 8 ans. Le capital est garanti à l

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

Actif (Asset) Bien de valeur d une entreprise, d un ménage ou d un particulier. Ce qui appartient à une entreprise après le paiement des dettes.

Actif (Asset) Bien de valeur d une entreprise, d un ménage ou d un particulier. Ce qui appartient à une entreprise après le paiement des dettes. A Actif (Asset) Bien de valeur d une entreprise, d un ménage ou d un particulier. Ce qui appartient à une entreprise après le paiement des dettes. Actif à court terme (Current assets) Ressources précieuses

Plus en détail

Banking Business Consulting SYNTHESE SUR LES ENJEUX LIES A LA MISE EN PLACE DE FATCA. 1 P a g e. 1. Objectif de FATCA

Banking Business Consulting SYNTHESE SUR LES ENJEUX LIES A LA MISE EN PLACE DE FATCA. 1 P a g e. 1. Objectif de FATCA 1. Objectif de FATCA En mars 2010, le Sénat américain a adopté la loi "Foreign Account Tax Compliance Act" aux termes de laquelle les établissements financiers et les fonds étrangers sont appelés à collaborer

Plus en détail

REGLEMENT REGLEMENT RELATIF A LA CLASSIFICATION DES TYPES DE GARANTIES ET DES NANTISSEMENTS

REGLEMENT REGLEMENT RELATIF A LA CLASSIFICATION DES TYPES DE GARANTIES ET DES NANTISSEMENTS REGLEMENT RELATIF A LA CLASSIFICATION DES TYPES DE GARANTIES ET DES NANTISSEMENTS TABLE DE MATIÈRES 1. Introduction...1 2. Structure...2 2.1 Vue d'ensemble...2 2.2 Niveau 1...2 2.2.1 Règle 1...2 2.2.2

Plus en détail

Subprime : topographie

Subprime : topographie Une retombée de la crise des subprimes aux États-Unis : la ruée sur la banque Northern Rock au Royaume-Uni. Subprime : topographie d une crise Randall Dodd COMMENT une hausse modeste des impayés au titre

Plus en détail

CIC Activité commerciale toujours en croissance

CIC Activité commerciale toujours en croissance Paris, le 26 juillet 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE CIC Activité commerciale toujours en croissance Résultats au 30 juin 2012(1) Résultats financiers - Produit net bancaire 2 228 M - Résultat brut d exploitation

Plus en détail

L impact de la crise financière sur les PPPs

L impact de la crise financière sur les PPPs + Infrastructureeconomics Frédéric Blanc-Brude, PhD Research fellow, King s College London L impact de la crise financière sur les PPPs IAE, Chaire d Economie des PPPs 26 Mai 2010 + Plan Les PPPs et le

Plus en détail

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif Annexe 1 Stratégie de gestion de la dette 2014 2015 Objectif La Stratégie de gestion de la dette énonce les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement du Canada au chapitre de la gestion de ses

Plus en détail

Mai 2010 SPROTT ASSET MANAGEMENT LP

Mai 2010 SPROTT ASSET MANAGEMENT LP ` Mai 2010 SPROTT ASSET MANAGEMENT LP Une formule ratée Par Eric Sprott et David Franklin Il n y a rien de mal à consacrer un peu d argent au règlement d un problème. Il n y a rien de mal non plus à utiliser

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007

COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007 COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007 Nouvelles normes IFRS7 Méthode de valorisation dans le contexte de crise financière Mars 2008 La nouvelle norme, Instruments financiers

Plus en détail

Comment s établir aux États-unis?

Comment s établir aux États-unis? Comment s établir aux États-unis? Zara Law Offices 111 John Street Suite 510 New York, NY 10038 Tel: 1-212-619 45 00 Fax: 1-212-619 45 20 www.zaralawny.com 1 Introduction La récente baisse du dollar constitue

Plus en détail

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX US 2

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX US 2 Placements financiers CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX US 2 Profitez de la hausse potentielle des taux de l économie américaine et d une possible appréciation du dollar américain (1). (1) Le support Conservateur

Plus en détail

TARGET ACTION GDF SUEZ

TARGET ACTION GDF SUEZ TARGET ACTION GDF SUEZ NOVEMBRE 2014 Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance 1 Durée d investissement conseillée : 8 ans (hors cas de remboursement automatique

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

GROUPAMA Résultats annuels 2012. Présentation presse & analystes 21 février 2013

GROUPAMA Résultats annuels 2012. Présentation presse & analystes 21 février 2013 GROUPAMA Résultats annuels 2012 Présentation presse & analystes 21 février 2013 Introduction 2 «Je serai attentif à faire vivre un mutualisme moderne : qui s appuie sur un modèle d engagement et de responsabilité

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP

Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP Rapports et études Les prises de position de la Chambre de commerce et d industrie de Paris Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP Rapport de Monsieur Philippe HOUZÉ avec la collaboration

Plus en détail

Problèmes de crédit et coûts de financement

Problèmes de crédit et coûts de financement Chapitre 9 Problèmes de crédit et coûts de financement Ce chapitre aborde un ensemble de préoccupations devenues essentielles sur les marchés dedérivésdecréditdepuislacriseducréditde2007.lapremièredecespréoccupations

Plus en détail

Collection Au Quotidien

Collection Au Quotidien Collection Au Quotidien Toutes nos publications sont disponibles : - en téléchargement, depuis l adresse internet de notre ASBL dans la rubrique Publications : http://www.cpcp.be/etudes-et-prospectives

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015

RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 30 juillet 2015 RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015 Croissance des résultats opérationnels Produit Net Bancaire : 2 929 millions d euros (+ 2.9

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Barème de frais et de commissions

Barème de frais et de commissions BMO Ligne d action 1 er mai 2015 Barème de frais et de commissions Pour des commissions et des frais concurrentiels, vous pouvez compter sur nous Chez BMO Ligne d action, nous sommes déterminés à fournir

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

Tendances de l insolvabilité au Canada

Tendances de l insolvabilité au Canada Tendances de l insolvabilité au Canada Ginette Trahan Directeur général, Services des relations externes Bureau du surintendant des faillites Le 16 novembre 2011 Association canadienne de la gestion de

Plus en détail

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables Cycle de Conférence à la Cour de Cassation 21 février 2005 Alain Duchâteau Directeur de la Surveillance Générale

Plus en détail

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde)

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) Présentation générale HSBC Global Private Banking (GPB) et en particulier sa banque privée suisse, HSBC Private Bank Suisse, ont subi une transformation

Plus en détail

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions Circulaire d offre Compagnie Pétrolière Impériale Ltée Aucune commission de valeurs mobilières ni organisme similaire ne s est prononcé de

Plus en détail

p s den Titres de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance(1).

p s den Titres de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance(1). p s den 1 / 12 Titres de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance(1). ériode de commercialisation : du 18 mai au 17 juillet 2015. La commercialisation

Plus en détail

BILLETS DE DÉPÔT ÉQUILIBRE MONDIAL PLUS RBC INVESTISSEMENTS MANUVIE

BILLETS DE DÉPÔT ÉQUILIBRE MONDIAL PLUS RBC INVESTISSEMENTS MANUVIE BILLETS DE DÉPÔT ÉQUILIBRE MONDIAL PLUS RBC INVESTISSEMENTS MANUVIE Une protection du capital, une participation au marché boursier et des gestionnaires de placements de première catégorie Séries 7, 8

Plus en détail

l eri Communication à caractère promotionnel

l eri Communication à caractère promotionnel l eri Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance. L investisseur supporte le risque de crédit de NATIXIS (Moody s : A2 / Fitch : A / Standard & Poor s :

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

Dix questions sur la crise. Michel Aglietta. Professeur à l université de paris X Nanterre. Journées de l Economie. Lyon 21 novembre 2008

Dix questions sur la crise. Michel Aglietta. Professeur à l université de paris X Nanterre. Journées de l Economie. Lyon 21 novembre 2008 Dix questions sur la crise Michel Aglietta Professeur à l université de paris X Nanterre Journées de l Economie Lyon 21 novembre 2008 Extraits d un article pour le Nouvel Observateur 1/ Que sont exactement

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

PRIVATE EQUITY. La solidité et la prospérité du marché suisse. Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier

PRIVATE EQUITY. La solidité et la prospérité du marché suisse. Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier VIRGIN REAL ESTATE INVEST PRIVATE EQUITY La solidité et la prospérité du marché suisse Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier L excellence de la place luxembourgeoise. ADEJE

Plus en détail

La consolidation des passifs bancaires

La consolidation des passifs bancaires La consolidation des passifs bancaires Les mesures de soutien au financement des banques, nécessaires dès le mois de septembre 2008 à cause de la paralysie des marchés interbancaire et obligataire, ont

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

RAPPORT DE GESTION DU CONSEIL D ADMINISTRATION COMPTES SEMESTRIELS CLOS AU 30 JUIN 2014

RAPPORT DE GESTION DU CONSEIL D ADMINISTRATION COMPTES SEMESTRIELS CLOS AU 30 JUIN 2014 Société anonyme au capital de 220 000 000 Siège social : 6 avenue de Provence 75452 PARIS Cedex 9 480 618 800 RCS Paris RAPPORT DE GESTION DU CONSEIL D ADMINISTRATION COMPTES SEMESTRIELS CLOS AU 30 JUIN

Plus en détail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada Document de travail le 27 août 2001 2 Introduction Un certain nombre de mesures

Plus en détail

TURBOS WARRANTS CERTIFICATS. Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital.

TURBOS WARRANTS CERTIFICATS. Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital. TURBOS WARRANTS CERTIFICATS Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital. 2 LES TURBOS 1. Introduction Que sont les Turbos? Les Turbos sont des produits

Plus en détail

Examiner les risques. Guinness Asset Management

Examiner les risques. Guinness Asset Management Examiner les risques Guinness Asset Management offre des produits d investissement à des investisseurs professionnels et privés. Ces produits comprennent : des compartiments de type ouvert et investissant

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Introduction au modèle multi-boutique unique de BNY Mellon Asset Management

Introduction au modèle multi-boutique unique de BNY Mellon Asset Management Introduction au modèle multi-boutique unique de BNY Mellon Asset Management La construction de solutions d investissement sur mesure requiert une maîtrise d oeuvre adaptée Les boutiques de gestion dédiées

Plus en détail

La réglementation de l assurance vie au Grand-Duché de Luxembourg

La réglementation de l assurance vie au Grand-Duché de Luxembourg La réglementation de l assurance vie au Grand-Duché de EFE Rendez-vous annuel de l assurance vie - Hôtel Westminster 13/12/2012 Marc Gouden & Pierre MOREAU Partners Avocats aux Barreaux de et de Quelques

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Mercredi 16 mai 2012 Sommaire : Introduction > Un premier trimestre 2012 impacté par des éléments exceptionnels > Une dynamique commerciale

Plus en détail