Mise au point à propos du programme PAAS ACTION Suivi de la rencontre avec les ministères Avril 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mise au point à propos du programme PAAS ACTION Suivi de la rencontre avec les ministères Avril 2011"

Transcription

1 Mise au point à propos du programme PAAS ACTION Suivi de la rencontre avec les ministères Avril 2011 Si vous ne connaissez pas ce dossier, commencez par lire le résumé en annexe, page 5. Les dernières nouvelles Le 4 avril dernier, nous étions quatre personnes pour représenter le Comité pour une suite à INTERAGIR lors de la rencontre à Québec avec des employés de la Direction des mesures et services aux individus du ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale (MESS) et de la Direction de la santé mentale du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) : Yves Beauregard, une personne utilisatrice du programme; Roy Bhimpaul, directeur de CADRE, un organisme qui utilise largement le programme avec plus de 50 personnes; Marie-Josée Boisvert, directrice du Centre Denise Massé, qui utilise le programme comme une activité importante avec 18 personnes; et, Daniel Latulippe, directeur général du RACOR en santé mentale, regroupement qui a mis sur pied le Comité pour une suite à INTERAGIR. Nous avons débuté la rencontre en rappelant nos motivations : «Nous demandons au ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale (MESS) ou, à défaut, au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), de mettre immédiatement en place tous les éléments pour qu un programme semblable au Programme d aide et d accompagnement social (PAAS) INTERAGIR soit opérationnel au moment de la création du PAAS ACTION en juillet Nous demandons que tous les participants actuels conservent leur droit de participation à ce type de programme et que cette accessibilité soit élargie à d autres participants.» Nous avions en main l appui de 483 signataires provenant de 277 organisations différentes et occupant 78 fonctions distinctes (participant Interagir, formatrice, directeur, psychiatre, curé, intervenante, administrateur, présidente, etc.). Merci à vous tous! Courriel : Site WEB : 1

2 Nous avions aussi en main les réponses à notre sondage de 66 organismes, ce qui nous permet de tracer le tableau suivant : AVANT APRÈS DEPUIS Interagir Devenir Interagir Devenir Interagir Devenir places de moins en Interagir, une diminution de 21,5 %; 36 places de moins en Devenir; 14 % des usagers passent facilement à ACTION; 33 % passent plus ou moins; 53 % passent difficilement ; 44 usagers sur 66 ont l intention de présenter une demande à PAAS ACTION ; une vingtaine ont déjà entrepris des démarches dans ce sens. Une fois faite cette présentation, nous avons poursuivi avec une série de constats que nous avons dégagés des réponses (au sondage, aux demandes d appui et autres échanges) reçues au cours des mois de février et mars Dans l Annexe 2, vous trouverez nos notes de présentation à ce sujet. Les personnes présentes ont reconnu ces faits sans discussion. LA question : PAAS ACTION, c est quoi? Nous avons donc posé notre question : quelles sont les différences entre le PAAS INTERAGIR et ACTION? À la lecture du document qui nous a été remis (document joint : info PAAS Action Organismes AVRIL 2011.pdf), vous constaterez qu il y en a beaucoup moins que ce qui a d abord circulé comme bribes d information l an passé. Le programme d aide et d accompagnement social ACTION vise à appuyer les mêmes personnes que celles rejointes par INTERAGIR : des individus éloignés du marché du travail aux prises avec des difficultés qui les empêchent d entreprendre une démarche «dans les mesures d emploi». Si la clientèle et les objectifs visés sont à peu près les mêmes dans les deux programmes, il y a quelques différences. Le Centre local d emploi (CLE) devrait suivre un peu plus attentivement les activités dans le PAAS offert par les organismes. Il devrait être plus attentif à l évolution des personnes afin de s assurer qu il n y ait pas des gens maintenus dans de «l occupationnel». LE CLE devrait être aussi un peu plus attentif aux personnes qui présentent des possibilités de rentrer dans un emploi régulier afin qu ils soient au moins informés des différentes mesures d emploi qui existe. Courriel : Site WEB : 2

3 Cependant, une chose est très claire, et les agents d aide à l emploi ont été informés à ce sujet : l évaluation de l atteinte des objectifs doit être personnalisée et le rythme de la progression de la personne doit être respecté. L évaluation est au minimum annuelle. Il n y a pas de limite dans le nombre d années de participation. Nous pouvons nous attendre à une réévaluation de ce programme dans cinq ans. Comme les participants sont majoritairement des personnes vivant ou ayant vécu des problèmes de santé mentale, la direction de la santé mentale participe déjà à un comité interministériel pour examiner différentes hypothèses visant à soutenir la participation sociale des personnes qui ne cherchent pas à obtenir un emploi régulier. Nous pouvons espérer que le mandat sera élargi et que les organismes communautaires de différents secteurs (santé mentale, déficience intellectuelle, handicaps physiques, etc.) de même que les personnes concernées seront invités à participer à ces travaux à un moment donné. Pour les organismes ayant des besoins pour consolider leur programme d aide et d accompagnement social ACTION, des ressources seront disponibles dans les CLE pour les accompagner à cette étape. Nous avons observé un important changement d orientation du PAAS dans les derniers mois. Coïncidet-il avec le changement du titulaire du ministère alors que Sam Hamad était remplacé par Julie Boulet? Est-ce la forte réaction que le ministère a reçue de différentes instances, des organismes communautaires, et des personnes concernées? Est-ce des rapports à l interne de la part de leurs agents d emploi qui ont rapidement compris qu ils n auraient plus rien à offrir à des gens motivés et éloignés du marché du travail? Quoi qu il en soit, jusqu à cette rencontre du début d avril, une ancienne vision a côtoyé celle qui doit se mettre en place et qui nous apparaît beaucoup plus intéressante. L avenir : à surveiller Un doute persiste à propos des budgets et du nombre de places disponibles. Le budget du PAAS ACTION se trouve dans une enveloppe fermée. Cela signifie que les CLE doivent s assurer de terminer l année sans dépassement budgétaire. Pour ce faire, les CLE ont été enclins dans les dernières années à encourager la création de plusieurs places en début d année financière et à compter sur une attrition naturelle pour équilibrer les dépenses à la fin de l année. L an passé, la création de nouvelles places semble avoir été plus importante et l attrition naturelle n a pas fonctionné comme les années précédentes. Les directions ont procédé à des compressions et au non-remplacement des départs pour atteindre de nouveau l équilibre budgétaire. Avec l arrivée de la nouvelle année financière, vous devriez pouvoir remplacer les personnes qui ont quitté le programme dans les derniers mois, et ce, probablement, jusqu à concurrence du nombre de places qui vous ont été accordées lors de votre dernier renouvellement. Quoique chaque CLE voudra s assurer d équilibrer son budget et voudra peut-être se garder une marge de manœuvre et retarder, voir refuser de remplacer les départs. Nous vous encourageons à vérifier auprès de votre CLE ses disponibilités budgétaires. Courriel : Site WEB : 3

4 Advenant un refus, nous vous encourageons à soumettre vos demandes par écrit afin de documenter le fait que vous avez fait une demande. Nous pensons aussi que vous pourriez demander que soit revu, s il y a lieu, le nombre des places qui vous ont été accordées lors du dernier renouvellement. Rappelons que dans les derniers six mois de 2010, environ personnes avaient mensuellement accès à un PAAS (jusqu à une pointe de en février de la même année). Le COMITÉ se réunit de nouveau au début de juin 2011 pour faire le point sur le sujet. Nous rentrerons alors en contact avec vous pour évaluer si le nombre de places obtenues correspond à nos attentes, à savoir qu il équivaut au moins à celui des dernières années. Nous tenterons aussi d évaluer si le nombre de places devrait être rehaussé pour répondre à la demande des personnes susceptibles d utiliser le programme. La transition vers le PAAS ACTION se poursuit dans les prochains mois, et ce, jusqu au 1 er juillet. Le MESS pense qu avec l évolution du marché du travail et la baisse importante du taux de chômage escompté, les personnes plus éloignées du marché du travail seront sollicitées. L idée apparaît très attrayante et nous pouvons espérer que les compagnies imaginent de nouveaux aménagements de travail. Toutefois, nous pressentons que le MESS devrait immédiatement mettre sur pied un comité pour examiner la façon dont il pourra contribuer à briser la stigmatisation que subissent les personnes vivant des problèmes de santé mentale. Il pourra mieux saisir les enjeux des entreprises et des personnes et, à sa manière et en concertation avec ce qui se fait déjà, élaborer des programmes spécifiques. Là comme ailleurs, plusieurs organismes communautaires et personnes ayant fait des démarches pour accéder au marché du travail régulier en auraient long à dire. La suite des événements Communiquez avec nous si, après avoir fait des démarches localement, vous constatez que votre CLE semble avoir une interprétation différente de ce que vous venez de lire dans ce document et dans le document joint : info PAAS Action Organismes AVRIL 2011.pdf Nous communiquerons encore une fois avec vous en mai, probablement sous la forme d un nouveau sondage, pour suivre l évolution des places que vous aurez obtenues dans le PASS ACTION par rapport à ce que vous aviez obtenu dans les précédents programmes. Au nom des personnes concernées, le Comité pour une suite à INTERAGIR vous remercie pour l intérêt que vous portez à ce dossier, pour les démarches que vous avez pu faire afin de faire connaître votre opinion sur ces enjeux et pour l attention que vous aurez dans les prochains mois afin que l arrivée du PAAS ACTION se déroule pour le mieux pour les gens rejoints par ce programme. Daniel Latulippe Pour le Comité Courriel : Site WEB : 4

5 ANNEXE 1 En 2006, le ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale (MESS) crée les Programmes d aide et d accompagnement social (PAAS) INTERAGIR et DEVENIR. Comme ses ancêtres INSO et EXTRA, les PAAS rejoignent des personnes très éloignées d un travail régulier. Ils veulent permettre à un plus grand nombre de personnes de poursuivre une démarche les amenant à prendre une part plus active à la société, à participer à une mesure ou à un programme d aide à l emploi et à se composer un réseau social. Les personnes reçoivent un montant mensuel de 130 $ pour leur participation et 76 $ pour le transport. C est là une source importante de motivation. Voici les définitions des programmes : Interagir : travailler l intégration sociale et briser l isolement avec une clientèle pour qui le marché du travail ne peut être envisagé qu à moyen ou à long terme. Une participation qui peut se renouveler annuellement en fonction des besoins des individus. Devenir : préparer à une mise en mouvement dans les mesures actives ou sur le marché du travail une clientèle susceptible de franchir cette étape dans un an. Une participation de un an maximum. Au cours de l année 2010, le ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale a entrepris de transformer le PAAS INTERAGIR et le PAAS DEVENIR pour créer un nouveau programme nommé PAAS ACTION. Ce programme entre en vigueur en juillet De septembre 2010 jusqu au début d avril 2011, de nombreuses informations ont circulé. Plusieurs craignaient des changements majeurs : les personnes rejointes seraient obligées de se diriger vers des mesures d emplois et vers un emploi régulier ; le participation aurait une durée limitée à cinq ans ; l agent responsable de l évaluation serait plus sévère quant à l atteinte des objectifs de la personne ; les participants seraient progressivement éliminés s ils ne progressaient plus Le Comité pour une suite à INTERAGIR a rapidement été mis sur pied au cours de l automne Ceci nous a permis de recueillir des données qui dévoilent la diversité des réponses des différents CLE, voire les contradictions entre ces réponses. En février et en mars, un sondage et une demande d appui a circulé. Caractéristiques des personnes rejointes par les programmes selon les données du MESS : Moyenne d âge : 41,9 ans Nombre d hommes et de femmes : à peu près égal Vivant seul(e) : 85,4 % (3 502) Majoritairement avec des contraintes sévères à l emploi : 70,6 % (2 895) Recevant une aide financière de dernier recours depuis un peu plus de 15 ans en moyenne. Mois Prestataires Devenir Interagir Réussir Décembre (15,8 %) (79,7 %) 186 (4,5 %) Novembre (16,0 %) (79,6 %) 185 (4,4 %) Octobre (16,0 %) (79,4 %) 187 (4,5 %) Septembre (16,6 %) (79,2 %) 159 (4,21 %) Août (17,9 %) (80,0 %) 77 (2,1 %) Juillet (18,4 %) (79,4 %) 93 (2,2 %) Les chiffres les plus élevés pour un mois ont été atteints au cours de l année 2010 : Février (17,9 %) (78,4 %) 171 (3,7 %) Courriel : Site WEB : 5

6 ANNEXE 2 Constats à propos de la transition du PAAS INTERAGIR vers ACTION Notes de travail issues de courriels reçus. Pour les personnes Passe, passe pas Mais ce même agent demande un autre rapport d'évaluation (un troisième!) avant de confirmer la participation au programme action de notre participante!!! Négociation à la pièce pour renouveler pour une année La plupart auraient un an de grâce car inapte à l'emploi Pour d'autres, l'agent regarde leur parcours et décide qu Action ne leur convient pas. Ensuite, plusieurs d'entre eux se font admettre pour 6 mois et l'agent nous téléphone pour nous dire que ce n'est pas un programme occupationnel et qu Action ne convient pas à notre clientèle... Cinq autres participants se sont vus retirer leur PAAS, car ils étaient dans cette mesure depuis plus de cinq ans. En décembre 2010, les cinq participants ayant perdu leur PAAS à cause de leur ancienneté se sont vus offrir par Emploi-Québec la possibilité de retrouver leur poste au sein de notre organisme. Si tu ne passes pas J'ai déjà une personne qui terminera à la fin juin, c'est une désolation, il n'a pas d'autres places pour lui, car il est considéré inapte pour le retour au travail. Raisons Trop loin du marché du travail Même s'ils ont la motivation. Ce ne semble pas réaliste pour le CLE. Trop d'obstacles reliés ont la santé mentale. Les personnes aux prises avec un problème de santé mentale sévère et persistant ont parfois des périodes où elles décompensent, ne peuvent pas fournir un bon rendement et sont sujettes à s'absenter du travail, et Emploi Québec n'est pas intéressé à investir pour des personnes dont l'avenir sur le marché du travail est loin d'être gagné. Exigences élevées Selon Emploi Québec, notre clientèle ne correspond pas avec le nouveau programme, car les personnes avec des graves problèmes de santé mentale sont incapables de fournir plus de 20 heures de travail par semaine et l'objectif du programme PAAS Action est d'amener la clientèle à retourner sur le marché du travail dans un délai de 5 ans, c'est-à-dire de suivre un horaire de travail avec en moyenne 35 heures ou plus de travail par semaine. Il faut ajouter à cela que plusieurs personnes de notre clientèle ne possèdent même pas leur secondaire V. Il y en a qui possèdent qu'un français de base et une mathématique pour se débrouiller, ce qui veut dire qu'il faudrait que la clientèle soit recyclée. C'est impensable de vouloir les mettre sur le marché du travail d'ici 5 ans avec tout le bagage de connaissances qui leur manquent. Courriel : Site WEB : 6

7 Nous ne pensons pas que nos clients (déficience intellectuelle légère) seront tous acceptés au programme PAAS Action. J'en ai un qui est DI et qui a un handicap au niveau du langage, cela fait trois ans qu'il est avec nous, pour lui nous l'avons sauvé et lui avons donné une maison où il se sent bien. J'en ai une autre que cela fait six ans qu'elle est avec nous, en raison de son âge, elle n'est pas éligible au nouveau programme, est-ce le retour à la surmédication pour elle et l'hospitalisation qui la guette? J'en ai un autre dans la trentaine, très insécure qui a fait beaucoup de chemin avec nous depuis quatre ans, mais non éligible au nouveau programme. Évaluation médicale sur la capacité physique de la personne handicapée À la retraite à 55 ans Contraintes dues à l âge. 55 ans et plus sont admissibles à un surplus pour contraire temporaire dû à l âge donc entre le programme et la contrainte due à l âge, le participant a une différence de 7$ sur son chèque. Pour l organisme Au dernier renouvellement des coupures de 10 à 40 % des places en Interagir Absence de remplacement (attrition) Nous sommes quand même victimes de l'embargo et ne pouvons pas faire accéder nos participants aux postes vacants. Confusion Nous avons trois personnes qui ont leur papier pour PAAS Action, mais nous n avons pas signé d entente même si un des agents a inscrit le nom de notre organisme. Informations Je n ai aucune nouvelle du nouveau programme PAAS Action, car la personne qui s occupe de ce dossier au CLE ne m en a pas encore donné. L'on demande à l'organisme que les personnes participent à raison de 20 heures au lieu de 15 par semaine et notre organisme ne peut répondre à ce critère. Donc, lorsque la mesure Interagir prendra fin le 10 juin, nous ne la renouvellerons pas. En conclusion Il y a un groupe de personnes qui actuellement se sont exclues pensant ne pas correspondre au nouveau programme. Il y a un groupe de personnes qui ont été coupées, certaines ont été rattrapées d autres pas. Il y a un autre groupe de personnes qui sont actuellement en sursis pour un an ou jusqu au prochain renouvellement et qui, selon toute vraisemblance, s attendent à être coupées. Des organismes hésitent à faire une démarche pour demander un PAAS ACTION. L information à propos de l ensemble du PAAS ACTION donne lieu à plusieurs interprétations. Courriel : Site WEB : 7

Comité des Organismes COmmunautaires du PAAS ACTION COCOPA

Comité des Organismes COmmunautaires du PAAS ACTION COCOPA Page1 Analyse et commentaires à la suite du sondage de l été 2011 Introduction page 2 Les faits saillants page 3 Un peu d histoire page 4 Été 2011, un nouveau sondage : les chiffres page 5 Les questions

Plus en détail

Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION

Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION Au cours de l année 2014-2015, Emploi Québec a modifié deux fois le chapitre du Programme d aide et d accompagnement social (PAAS) ACTION

Plus en détail

Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais

Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais Des conclusions qui appellent à la mobilisation Rapport du RIOCM sur le sous-financement des organismes communautaires de

Plus en détail

Comité des Organismes COmmunautaires du PAAS ACTION COCOPA

Comité des Organismes COmmunautaires du PAAS ACTION COCOPA Page1 Sondage réalisé par le auprès des organismes communautaire du Québec du 24 juillet au 19 septembre 2014 1. Organismes 68 organismes œuvrant dans différents secteurs avec des personnes vivant avec

Plus en détail

L endettement chez les jeunes Rapport final

L endettement chez les jeunes Rapport final L endettement chez les jeunes Rapport final Résultats du sondage pour le secteur d Alma L école secondaire Séminaire Marie-Reine-du-Clergé ainsi que le Collège d Alma Remis au : Service budgétaire de Lac-

Plus en détail

Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative

Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative BULLETINS DU PIRAP Volume 1, numéro 11 : Février 2013 Programme d'aide et d'accompagnement social : Le PIRAP comme PAAS-

Plus en détail

Guide de présentation. Programme de subventions aux entreprises adaptées

Guide de présentation. Programme de subventions aux entreprises adaptées Guide de présentation Programme de subventions aux entreprises adaptées Guide de présentation Programme de subventions aux entreprises adaptées Direction régionale d Emploi-Québec du Centre-du-Québec Direction

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

INTERODAS 2014 HORS-SERIE BULLETIN D INFORMATION ET DE LIAISON ORGANISATION D AIDE AUX SANS-EMPLOI (ODAS-MONTRÉAL)

INTERODAS 2014 HORS-SERIE BULLETIN D INFORMATION ET DE LIAISON ORGANISATION D AIDE AUX SANS-EMPLOI (ODAS-MONTRÉAL) INTERODAS 2014 HORS-SERIE BULLETIN D INFORMATION ET DE LIAISON ORGANISATION D AIDE AUX SANS-EMPLOI (ODAS-MONTRÉAL) TESTEZ VOS CONNAISSANCES SUR L AIDE SOCIALE VRAI ou FAUX? 1. Le ministère de l Emploi

Plus en détail

LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8. Code de vie du «137»

LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8. Code de vie du «137» LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8 Code de vie du «137» Bienvenue parmi nous! Ce code de vie est conçu pour expliquer le fonctionnement du «137». Étant donné que cet

Plus en détail

Nos clients une réussite!

Nos clients une réussite! BULLETIN SARCA Commission scolaire des Premières-Seigneuries Volume 4, n o 3 Juin 2014 CONTENU Au babillard... 1 Nos clients une réussite!... 1 Retourner en classe Moi?.. 2 Démystifier la formation professionnelle...

Plus en détail

En avril 2006, un citoyen produit sa déclaration de revenus 2005. En septembre de la même année, il constate une erreur dans sa déclaration initiale et produit une déclaration amendée à laquelle il joint

Plus en détail

GUIDE SUR LES MUTUELLES DE FORMATION. Règlement sur les mutuelles de formation

GUIDE SUR LES MUTUELLES DE FORMATION. Règlement sur les mutuelles de formation GUIDE SUR LES MUTUELLES DE FORMATION Règlement sur les mutuelles de formation GUIDE SUR LES MUTUELLES DE FORMATION Règlement sur les mutuelles de formation ÉDITION SEPTEMBRE 2010 Dans le cadre d une entente

Plus en détail

5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées

5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées 5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées 5.11 PROGRAMME DE SUBVENTIONS AUX ENTREPRISES ADAPTÉES 2014-02-17 Table des matières Page 2 sur 16 Table des matières RÉFÉRENCE 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements

Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements Résumé Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés avec quatre Équipes

Plus en détail

Pierre Marchand Consultant

Pierre Marchand Consultant Pierre Marchand Consultant 1 Avant-propos Mot de bienvenue Présentation du formateur Logistique Mise en garde Modifications par rapport à 2012-2013 Les exemples présentés proviennent des paramètres de

Plus en détail

SOMMAIRE DU RÉGIME RÉGIME FIDUCIAIRE D ÉPARGNE-ÉTUDES GLOBAL (le «Régime»)

SOMMAIRE DU RÉGIME RÉGIME FIDUCIAIRE D ÉPARGNE-ÉTUDES GLOBAL (le «Régime») SOMMAIRE DU RÉGIME RÉGIME FIDUCIAIRE D ÉPARGNE-ÉTUDES GLOBAL (le «Régime») Type de régime : Régime de bourses d études individuel Gestionnaire d investissement du fonds : Les actifs de croissance Global

Plus en détail

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Le Sommaire constitue un abrégé du document intitulé Bilan de l an I de Solidarité jeunesse : Rapport du Comité aviseur de Solidarité

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS : SONDAGE 2015 SUR L EFFICACITÉ MENÉ AUPRÈS DES INTERVENANTS

FOIRE AUX QUESTIONS : SONDAGE 2015 SUR L EFFICACITÉ MENÉ AUPRÈS DES INTERVENANTS FOIRE AUX QUESTIONS : SONDAGE 2015 SUR L EFFICACITÉ MENÉ AUPRÈS DES INTERVENANTS Cette FAQ est préparée à l intention des titulaires de permis et des exploitants de maisons de retraite. Objectif du sondage

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION DE NORTHBRIDGE. À propos de Northbridge

PROGRAMME DE FORMATION DE NORTHBRIDGE. À propos de Northbridge PROGRAMME DE FORMATION DE NORTHBRIDGE À propos de Northbridge Northbridge est l une des plus importantes compagnies d assurance générale commerciale au pays avec des primes souscrites d une valeur de 1,3

Plus en détail

PROJET DE LOI 10 : LES IMPACTS POSSIBLES SUR VOTRE SITUATION PROFESSIONNELLE

PROJET DE LOI 10 : LES IMPACTS POSSIBLES SUR VOTRE SITUATION PROFESSIONNELLE PROJET DE LOI 10 : LES IMPACTS POSSIBLES SUR VOTRE SITUATION PROFESSIONNELLE Service des ressources humaines et affaires juridiques 20 octobre 2014 TABLE DES MATIÈRES Contenu Introduction 1 Les dispositions

Plus en détail

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation Guide sur les mutuelles de formation Règlement sur les mutuelles de formation ÉDITION AVRIL 2008 Dans le cadre d une entente de délégation prévue par la Loi sur le ministère de l Emploi et de la Solidarité

Plus en détail

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) interroge ses membres sur plusieurs aspects touchant leur pratique professionnelle à l aide de sondages, de groupes de

Plus en détail

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER?

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Version fin mai 2012 Ce document est destiné aux personnes participantes du Régime et vise à les aider à déterminer si le rachat d une rente pour service

Plus en détail

FORMATION EN GESTION ADMINISTRATIVE - COMPTABILITÉ

FORMATION EN GESTION ADMINISTRATIVE - COMPTABILITÉ FORMATION EN GESTION ADMINISTRATIVE - COMPTABILITÉ Les entrepreneurs détiennent une forte connaissance de leurs produits ou services qui les incitent à se lancer en affaires, toutefois, plusieurs éléments

Plus en détail

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER?

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Version janvier 2015 Ce document est destiné aux personnes participantes du Régime et vise à les aider à déterminer si le rachat d une rente pour service

Plus en détail

PROGRAMME DE SOUTIEN FINANCIER POUR LA CRÉATION ET LA CONSOLIDATION D ACTIVITÉS DE LOISIR AUX AÎNÉS DE SAINT-ALEXANDRE-DE-KAMOURASKA.

PROGRAMME DE SOUTIEN FINANCIER POUR LA CRÉATION ET LA CONSOLIDATION D ACTIVITÉS DE LOISIR AUX AÎNÉS DE SAINT-ALEXANDRE-DE-KAMOURASKA. PROGRAMME DE SOUTIEN FINANCIER POUR LA CRÉATION ET LA CONSOLIDATION D ACTIVITÉS DE LOISIR AUX AÎNÉS DE SAINT-ALEXANDRE-DE-KAMOURASKA Édition 2013 Guide d information sur le programme La Table d harmonisation

Plus en détail

Conseil de la Ville. 1. Définitions Pour les fins de l application des articles 2 et 4, on entend par :

Conseil de la Ville. 1. Définitions Pour les fins de l application des articles 2 et 4, on entend par : Conseil de la Ville Règlement RV-2012-12-18 sur la tarification pour les services et les activités offerts par la Direction de la vie communautaire LE CONSEIL DE LA VILLE DÉCRÈTE CE QUI SUIT : 1. Définitions

Plus en détail

GUIDE POUR UNE DEMANDE D OCTROIS PAR UN ORGANISME, UNE ÉCOLE, UN SERVICE DE GARDE 2015-2016. 1 er SEPTEMBRE AU 15 OCTOBRE 2015. Fonds en santé sociale

GUIDE POUR UNE DEMANDE D OCTROIS PAR UN ORGANISME, UNE ÉCOLE, UN SERVICE DE GARDE 2015-2016. 1 er SEPTEMBRE AU 15 OCTOBRE 2015. Fonds en santé sociale GUIDE POUR UNE DEMANDE D OCTROIS PAR UN ORGANISME, UNE ÉCOLE, UN SERVICE DE GARDE 2015-2016 Fonds en santé sociale Fonds Marie-Soleil Tougas Fonds Josée Lavigueur 1 er SEPTEMBRE AU 15 OCTOBRE 2015 https://octrois.operationenfantsoleil.ca

Plus en détail

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Programme Transit Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Développé par l Association des personnes handicapées de la rive-sud

Plus en détail

Inclusion sociale et services à domicile. Synthèse du mémoire d Ex aequo sur l assurance autonomie

Inclusion sociale et services à domicile. Synthèse du mémoire d Ex aequo sur l assurance autonomie Inclusion sociale et services à domicile Synthèse du mémoire d Ex aequo sur l assurance autonomie Présentation d Ex aequo Ex aequo est un organisme montréalais se consacrant à la promotion et à la défense

Plus en détail

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada Mars 2002 icongo, Inc 740, rue St Maurice, bureau 602 Montréal, (Québec) Canada H3C 1L5 Tél. : 514-866-2664 Télécopieur : 514-866-8404

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Ligne directrice. Demande de soutien financier - Projet. Demande de bourse d excellence. Juin 2014

Ligne directrice. Demande de soutien financier - Projet. Demande de bourse d excellence. Juin 2014 Ligne directrice Demande de soutien financier - Projet Demande de bourse d excellence Juin 2014 Table des matières 1) Le Fonds pour l éducation et la saine gouvernance... 3 2) La demande de soutien financier

Plus en détail

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Préparé pour la Conférence économique 2005, Ottawa 10 mai 2005 Colleen Dempsey Recherche et statistiques stratégiques Citoyenneté et

Plus en détail

Ministère de la Santé et des Soins de longue durée

Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Lignes directrices du OBJECTIF Inciter les infirmières et infirmiers des régions rurales et éloignées à pratiquer dans des collectivités admissibles de

Plus en détail

Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal

Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal Mémoire déposé dans le cadre des consultations citoyennes sur le projet de réforme de la gouvernance du Renouveau Sherbrookois

Plus en détail

Concours national 2015 Appelez, cliquez ou passez nous voir de Co-operators - Prix de 15 000 $

Concours national 2015 Appelez, cliquez ou passez nous voir de Co-operators - Prix de 15 000 $ Concours national 2015 Appelez, cliquez ou passez nous voir de Co-operators - Prix de 15 000 $ SEULS LES RÉSIDENTS CANADIENS SONT ADMISSIBLES À CE CONCOURS RÉGI PAR LES LOIS CANADIENNES. 1. PÉRIODE DU

Plus en détail

Mémoire. CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile.

Mémoire. CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles Mémoire Présenté par l Association des recycleurs de pièces d autos et de camions du Québec

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Document d information

Document d information Document d information Direction des finances municipales Janvier 2008 ISBN 978-2-550-51851-8 (PDF seulement) (3 e édition) ISBN 978-2-550-49637-3 (PDF seulement) (1 re édition) La consolidation des états

Plus en détail

Avis régional de la Commission jeunesse du Bas-Saint-Laurent

Avis régional de la Commission jeunesse du Bas-Saint-Laurent Avis régional de la Commission jeunesse du Bas-Saint-Laurent dans le cadre des audiences publiques de la Commission des transports du Québec à la suite de la demande de la compagnie Orléans Express visant

Plus en détail

Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes. Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc.

Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes. Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc. Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc.ca Le Directeur parlementaire du budget a pour mandat de présenter

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION CDC MRC DE L ASSOMPTION

POLITIQUE DE COMMUNICATION CDC MRC DE L ASSOMPTION 1 Politique de communication Corporation de développement communautaire MRC de L Assomption Introduction Mise en contexte Issue de la Table de concertation des organismes communautaires MRC de L Assomption,

Plus en détail

Liste de vérification de la mise en œuvre d une équipe de santé familiale

Liste de vérification de la mise en œuvre d une équipe de santé familiale Équipes de santé familiale Améliorer les soins de santé familiale Liste de vérification de la mise en œuvre d une équipe de santé familiale Juillet 2009 Version 2.0 Table des matières Introduction...3

Plus en détail

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au Réfugiés pris en charge par le gouvernement Canada Réinstallation des réfugiés au Bulletin d information Vous souhaitez vous réinstaller au Canada et votre demande a fait l objet d un examen initial par

Plus en détail

ENTREPRISE D ETE Lignes directrices 2015

ENTREPRISE D ETE Lignes directrices 2015 ENTREPRISE D ETE Lignes directrices 2015 Rejoignez la communauté d entrepreneurs sur nos réseaux sociaux et recevez de l information, des idées d affaires et astuces pour gérer votre entreprise www.ontario.ca/entreprisedete

Plus en détail

Certification des ressources d hébergement en toxicomanie ou en jeu pathologique

Certification des ressources d hébergement en toxicomanie ou en jeu pathologique Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction générale des services sociaux, Direction des dépendances et de l itinérance Certification des ressources d hébergement en toxicomanie ou en jeu pathologique

Plus en détail

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1 Généralités, l'écoute active : présentation et techniques... 3 Introduction... 3 Plan... 3 La présentation de l'écoute active... 4 Définition... 4 Fondement... 4 Application... 4 de l'écoute active...

Plus en détail

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention À moins d indications contraires, toutes les définitions

Plus en détail

Programme régional de soutien au développement et à la consolidation des organismes de formation spécialisée (préparatoire ou de loisir) en arts de

Programme régional de soutien au développement et à la consolidation des organismes de formation spécialisée (préparatoire ou de loisir) en arts de Programme régional de soutien au développement et à la consolidation des organismes de formation spécialisée (préparatoire ou de loisir) en arts de la Côte-Nord Table des matières Introduction... 3 Origine

Plus en détail

Manuel de l utilisateur à l intention des candidats externes

Manuel de l utilisateur à l intention des candidats externes Manuel de l utilisateur à l intention des candidats externes Version 13A Société canadienne d hypothèques et logement Août 2013 Élaboré pour la SCHL par : Rémi R. Paquette Révisé par : Kristen Provost

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

Le genre féminin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Le genre féminin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes. Programme d intéressement pour l implantation du rôle de l infirmière praticienne spécialisée Modalités d application 15-919-04W RÉDACTION Direction des soins infirmiers Direction générale des services

Plus en détail

La Loi sur l aide aux personnes et aux familles

La Loi sur l aide aux personnes et aux familles La Loi sur l aide aux personnes et aux familles (L.R.Q., chapitre A-13.1.1) Par : Olivia Dugré, étudiante en droit à l Université Laval Sous la supervision de Christian Loupret Avril 2012 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO)

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LA PÉRIODE ALLANT DU 1ER AVRIL 2015 AU 31 MARS 2016 1 PROGRAMME

Plus en détail

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Cette section vous propose une synthèse des questions les plus susceptibles d être posées en entrevue de sélection. Cette section peut vous aider lors de

Plus en détail

Carte Visa Esso RBC Banque Royale. Le moyen le plus rapide d accumuler des points Esso Extra

Carte Visa Esso RBC Banque Royale. Le moyen le plus rapide d accumuler des points Esso Extra GuI de des avanta G e S Carte Visa Esso RBC Banque Royale Le moyen le plus rapide d accumuler des points Esso Extra Optimisez votre pouvoir d achat Nous vous remercions d avoir choisi la carte Visa Esso

Plus en détail

Objectif de cette note d orientation... 7. Références légales... 8. Contexte... 9. Ministère Emploi et Développement social Canada (EDSC)...

Objectif de cette note d orientation... 7. Références légales... 8. Contexte... 9. Ministère Emploi et Développement social Canada (EDSC)... Numéro : 52P Protection des personnes participant aux programmes des gouvernements fédéral et provincial (articles 11,12,12.0.1,12.1,15 et 16 de la LATMP L.R.Q. c., A-3.001) 21 mai 2014 1 Objectif de cette

Plus en détail

Vers une nouvelle génération de programmes d assurance médicaments. Présenté par Pierre Marion

Vers une nouvelle génération de programmes d assurance médicaments. Présenté par Pierre Marion Vers une nouvelle génération de programmes d assurance médicaments Présenté par Pierre Marion AGENDA Évolution des régimes d assurance médicaments La tendance actuelle Statistiques sur l utilisation des

Plus en détail

Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 08-00031 ISBN 978-2-550-52679-7 (version imprimée) ISBN 978-2-550-52680-3

Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 08-00031 ISBN 978-2-550-52679-7 (version imprimée) ISBN 978-2-550-52680-3 IV Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 08-00031 ISBN 978-2-550-52679-7 (version imprimée) ISBN 978-2-550-52680-3 (PDF) Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales

Plus en détail

Pour une école adaptée aux enfants qui ont des besoins particuliers

Pour une école adaptée aux enfants qui ont des besoins particuliers Le comité consultatif des services aux élèves handicapés et aux élèves en difficulté d adaptation ou d apprentissage 15 Pour une école adaptée aux enfants qui ont des besoins particuliers V e r s i o n

Plus en détail

ENTENTE EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LE QUÉBEC ET LE ROYAUME DU MAROC. Demande de prestations du Régime de rentes du Québec

ENTENTE EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LE QUÉBEC ET LE ROYAUME DU MAROC. Demande de prestations du Régime de rentes du Québec MAR / QUE 5 ENTENTE EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LE QUÉBEC ET LE ROYAUME DU MAROC Demande de prestations du Régime de rentes du Québec Rentes d'invalidité et d'enfant de personne invalide Q-114-INV

Plus en détail

Bulletin. Le nouveau contrat pour administrer le RSSFP a été adjugé à la Sun Life TABLE DES MATIÈRES

Bulletin. Le nouveau contrat pour administrer le RSSFP a été adjugé à la Sun Life TABLE DES MATIÈRES N u m é r o 2 3 J a n v i e r 2 0 1 0 Bulletin Le nouveau contrat pour administrer le RSSFP a été adjugé à la Sun Life Le 24 septembre 2009, le contrat pour administrer le RSSFP a été adjugé à la Sun Life

Plus en détail

FAQ LES ÉTUDIANTS INTERNATIONAUX ET L IMPÔT SERVICE DE SOUTIEN À LA DÉCLARATION DE REVENUS 2012

FAQ LES ÉTUDIANTS INTERNATIONAUX ET L IMPÔT SERVICE DE SOUTIEN À LA DÉCLARATION DE REVENUS 2012 FAQ LES ÉTUDIANTS INTERNATIONAUX ET L IMPÔT SERVICE DE SOUTIEN À LA DÉCLARATION DE REVENUS 2012 Ce document ne contient que des informations générales sur les étudiants internationaux et l impôt. Pour

Plus en détail

L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI

L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI Les ERP «ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC» Le nouveau dispositif réglementaire L ESPRIT DE LA LOI Nouvelle définition de la personne en situation de handicap Accessibilité

Plus en détail

Emprunt : Comment traiter une demande?

Emprunt : Comment traiter une demande? Emprunt : Comment traiter une demande? Par défaut, toute demande soumise doit être autorisée par le personnel du PEB avant d être transmise à une bibliothèque prêteuse. La demande est retenue aussi longtemps

Plus en détail

Projet de loi n o 20

Projet de loi n o 20 Loi édictant la Loi favorisant l accès aux services de médecine de famille et de médecine spécialisée et modifiant diverses dispositions législatives en matière de procréation assistée Mémoire présenté

Plus en détail

Activité des programmes de médicaments

Activité des programmes de médicaments Chapitre 4 Section 4.05 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Activité des programmes de médicaments Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.05 du Rapport annuel

Plus en détail

DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT

DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT Que devez-vous savoir sur la tutelle en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse? LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE CETTE BROCHURE A ÉTÉ RÉALISÉE

Plus en détail

Fiche entreprise : E10

Fiche entreprise : E10 Fiche entreprise : E10 FONCTION ET CARACTÉRISTIQUES / PERSONNE INTERVIEWÉE La personne interviewée est le directeur de la mutuelle de formation 1 dans le secteur des entreprises adaptées dont 95 % gèrent

Plus en détail

PROGRAMME DE BOURSES DE INTERNATIONAL COUNCIL OF OPHTHALMOLOGY 1. Les Bourses de trois mois de International Council of Ophthalmology

PROGRAMME DE BOURSES DE INTERNATIONAL COUNCIL OF OPHTHALMOLOGY 1. Les Bourses de trois mois de International Council of Ophthalmology PROGRAMME DE BOURSES DE INTERNATIONAL COUNCIL OF OPHTHALMOLOGY 1. Les Bourses de trois mois de International Council of Ophthalmology Dans le cadre de la promotion et du renforcement des capacités en ophtalmologie,

Plus en détail

Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC

Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC Mars 2005 Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC La majeure partie des avoirs financiers des propriétaires de petite entreprise est souvent immobilisée dans les actions d

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

Préparation d un Plan de mesures d urgence

Préparation d un Plan de mesures d urgence Préparation d un Plan de mesures d urgence Guide Pour les organismes humanitaires et communautaires Élaboré par: Regroupement des organismes humanitaires et communautaires pour les mesures d urgence à

Plus en détail

«Prenez vos finances. «Comment vais-je arriver. en main.» à payer mes comptes?» Prendre soin de soi. À quoi s attendre. Que faire

«Prenez vos finances. «Comment vais-je arriver. en main.» à payer mes comptes?» Prendre soin de soi. À quoi s attendre. Que faire Prendre soin de soi À quoi s attendre Que vous travailliez à l extérieur de la maison ou que vous soyez parent au foyer, le cancer du sein pourrait nuire à votre capacité de travailler, ce qui aura inévitablement

Plus en détail

SERVICE DE TRANSPORT ADAPTÉ GUIDE DE L USAGER

SERVICE DE TRANSPORT ADAPTÉ GUIDE DE L USAGER SERVICE DE TRANSPORT ADAPTÉ GUIDE DE L USAGER BIENVENUE À BORD! Vous trouverez dans le présent Guide de l usager tous les renseignements que vous devez connaître sur l utilisation du service de transport

Plus en détail

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1 La mission et les résultats en chiffres 1 La mission du Protecteur du citoyen Le Protecteur du citoyen a pour mandat, en vertu de la Loi sur le Protecteur du citoyen et, depuis le 1 er avril 2006, en vertu

Plus en détail

GUIDE DE L UTILISATEUR DE CONNEXION HOOPP

GUIDE DE L UTILISATEUR DE CONNEXION HOOPP GUIDE DE L UTILISATEUR DE CONNEXION HOOPP MAI 2013 Introduction... 3 À propos de Connexion HOOPP... 3 Navigateurs pris en charge... 3 Onglets Connexion HOOPP -- Aperçu... 3 Accueil... 4 Retraite... 4 Rente...

Plus en détail

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET ÉQUITABLE Bonjour, je me présente, Louise Bourgeois, présidente de la Fédération des Mouvements Personne

Plus en détail

Dans tous les secteurs de notre service, partout au Canada, voire à l échelle mondiale, les volumes de plaintes sont en hausse. En très forte hausse.

Dans tous les secteurs de notre service, partout au Canada, voire à l échelle mondiale, les volumes de plaintes sont en hausse. En très forte hausse. Nouvelles et information de l OSBI, le service indépendant de résolution de différends Numéro 7, Avril 2009 Dans tous les secteurs de notre service, partout au Canada, voire à l échelle mondiale, les volumes

Plus en détail

Foire aux questions Régime médicaments du Nouveau-Brunswick Le 10 décembre 2013

Foire aux questions Régime médicaments du Nouveau-Brunswick Le 10 décembre 2013 Foire aux questions Régime médicaments du Nouveau-Brunswick Le 10 décembre 2013 1. Qu'est-ce que le Régime médicaments du Nouveau-Brunswick? Le Régime médicaments du Nouveau-Brunswick est une assurance

Plus en détail

Assemblée du 14 mars 2015

Assemblée du 14 mars 2015 Animation : Gabrielle Compte-rendu : Camille Assemblée du 14 mars 2015 au Collège de Maisonneuve 3800 rue Sherbrooke Est 5 participantes et participants, 1 observateur. Début de l assemblée à 13h20. Tour

Plus en détail

L éduca onfinancière. Manuelduparticipant Lacotedecrédit. Unedivisionde

L éduca onfinancière. Manuelduparticipant Lacotedecrédit. Unedivisionde L éduca onfinancière Manuelduparticipant Lacotedecrédit Unedivisionde 1 DOCUMENT 7-1 Les bureaux de crédit Les bureaux de crédit sont des agences qui recueillent des renseignements sur la façon dont nous

Plus en détail

7h00 à 18h00 7.00$ Pour tous. Maximum de 5 heures de garde 7.00$

7h00 à 18h00 7.00$ Pour tous. Maximum de 5 heures de garde 7.00$ Régie interne Chers parents, Le personnel du service de garde de l école Notre-Dame d Etchemin est heureux d accueillir votre enfant. Notre service s inscrit dans la continuité des services pédagogiques

Plus en détail

Révision salariale - Manager

Révision salariale - Manager Révision salariale - Manager Version : V1.0, mise à jour le 29/07/2014 Légende : 1 Information Points d attention Etapes Astuces De quoi s agit-il? VITALIS a pour vocation de permettre et faciliter la

Plus en détail

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part :

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part : ENTENTE À INTERVENIR entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC et d autre part : LE SECRÉTARIAT INTERSYNDICAL DES SERVICES PUBLICS (SISP) LA CONFÉDÉRATION DES SYNDICATS NATIONAUX (CSN) LA FÉDÉRATION

Plus en détail

Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec

Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec Présentation à la ministre des Finances du Québec, Mme Monique Jérôme-Forget lors des consultations prébudgétaires le 14 février

Plus en détail

il n y a pas d avertisseur de fumée sans feu Les avertisseurs de fumée sont-ils vraiment efficaces? «Oui : ils diminuent

il n y a pas d avertisseur de fumée sans feu Les avertisseurs de fumée sont-ils vraiment efficaces? «Oui : ils diminuent PIERRE RACINE À qui revient la responsabilité de rendre obligatoires les avertisseurs de fumée? Le débat est ouvert PHOTOS : ELENKA ALEXANDROV TODOROV il n y a pas d avertisseur de fumée sans feu Les avertisseurs

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX et RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION. CONCOURS «Gagnez jusqu à 35 000$ avec Immo-Clic.ca!»

RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX et RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION. CONCOURS «Gagnez jusqu à 35 000$ avec Immo-Clic.ca!» RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX et RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION CONCOURS «Gagnez jusqu à 35 000$ avec Immo-Clic.ca!» 1. DURÉE DU CONCOURS Date de lancement du concours dans le public : 1er décembre 2014 Le concours

Plus en détail

DONS D'ASSURANCE VIE

DONS D'ASSURANCE VIE DONS D'ASSURANCE VIE Il est intéressant de donner par le biais d une assurance vie car ainsi, pour un coût modeste, on peut faire un don ultérieur substantiel. Plusieurs options sont envisageables : 1

Plus en détail

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir.

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir. Le droit d être informé prend sa source dans les droits fondamentaux de la Charte des droits et libertés québécoise. L article 44 confirme que tout Québécois a droit à l information, sous réserve de la

Plus en détail

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.)

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) 2002 Pourquoi la planification de la retraite est-elle importante? Peu importe vos projets pour la

Plus en détail

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Comment les entreprises devraient-elles entrevoir l avenir en matière de régime de retraite

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

POLITIQUE FINANCIÈRE

POLITIQUE FINANCIÈRE POLITIQUE FINANCIÈRE SYNDICAT DES ÉTUDIANTS ET ÉTUDIANTES SALARIÉS-E-S DE L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI (SEES-UQAR) ALLIANCE DE LA FONCTION PUBLIQUE DU CANADA (AFPC)/FTQ Adoptée en AG le 30 octobre

Plus en détail

SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL

SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL Avertissement : LE PRÉSENT DOCUMENT CONSTITUE UN CONDENSÉ DU RAPPORT ANNUEL DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL. VOUS ÊTES INVITÉ À CONSULTER LA VERSION INTÉGRALE

Plus en détail

Bilan des réalisations 2014 à l égard des personnes handicapées

Bilan des réalisations 2014 à l égard des personnes handicapées Bilan des réalisations 2014 à l égard des personnes handicapées Contexte Le bilan des réalisations à l égard des personnes handicapées présente les engagements de la Société de l assurance automobile du

Plus en détail