LES ANTICOAGULANTS ORAUX

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES ANTICOAGULANTS ORAUX"

Transcription

1 LES ANTICOAGULANTS ORAUX PIERRE-XAVIER FRANK, PHARMACIEN QUELQUES CHIFFRES POUR DÉBUTER: ANTICOAGULANTS ET IATROGÉNIE (ÉTUDE EMIR 2008 ET ENEIS 2009) Près de 1,2 millions de patients sont traités en France par AVK, dont nouveaux cas par an c est à dire 13 nouveaux cas /an/pharmacie. La iatrogénie médicamenteuse générale représente 3,6% des hospitalisations Les médicaments anticoagulants sont les premiers responsables de ces hospitalisations avec 12,3% des hospitalisations pour effet indésirable hospitalisations sont dues chaque année aux complications hémorragiques des AVK, pour 5000 décès Les anticoagulants représentent 31% des évènements indésirables graves rapportés liés au médicament 1

2 QUELQUES CHIFFRES POUR DÉBUTER: AVK ET SUIVI Les enquêtes françaises menées sur les AVK mettent en évidence (HAS octobre 2008, étude EMIR 2008, ENEIS 2009) : Le manque d information des patients sur leur pathologie Le manque d éducation des patients quant à l utilisation de leur traitement Les chiffres sur les AVK le rappellent : 25% des patients ne réalisent pas un INR au moins tous les mois 40% des patients traités ne connaissent pas leur INR cible Les patients traités passent en moyenne 40% de leur temps en dehors de la zone thérapeutique 50% des patients n ont pas de carnet AVK Au moins 60% des patients ne connaissent pas les signes annonciateurs d un surdosage La priorité fixée par la HAS concerne l éducation thérapeutique pour l ensemble des acteurs concernés : patients et professionnels de santé 1) Rappel sur les voies de la coagulation 2 voies : la voie extrinsèque et la voie intrinsèque Objectif : permettre la production de fibrine qui viendra consolider le clou plaquettaire Comment : par l activation successive des facteurs de la coagulation dont certains sont vitamine K dépendants (facteur II, VII, IX et X) pour être actifs Les AVK agissent en inhibant la synthèse de ces facteurs vitamine K dépendants 2

3 1) Rappel sur les voies de la coagulation (suite) 2) Pharmacodynamie des AVK Les AVK sont des inhibiteurs de la vitamine K époxyde réductase Cette enzyme permet la transformation de la vitamine K époxyde (forme oxydée) en hydroquinone (forme réduite) La forme hydroquinone est le cofacteur d une carboxylase qui permet la synthèse des facteurs de la coagulation vitamine K dépendant Les AVK inhibent indirectement la synthèse des facteurs II, VII, IX et X Efficacité maximale au bout de 5 jours compte tenu de durée de vie de ces facteurs. 3

4 3) Les effets indésirables (EI) Très nombreux et potentiellement gravissimes : 5000 décès/an Si sous-dosage : risque thromboembolique majeur TVP, embolie pulmonaire, AVC, infarctus du myocarde Si surdosage : risque hémorragique de gravité croissante Gingivorragie, épistaxis, hémorragie conjonctivale, hématome Bien plus graves : ménorragie, hématurie, rectorragie, hémoptysie Signes suspects : fatigue, dyspnée, pâleur, maux de tête sont évocateurs d une possible hémorragie interne Les effets indésirables à type d hémorragie peuvent survenir chez un patient bien équilibré par AVK Insister systématiquement sur ce risque d effet indésirable. Le patient doit pouvoir reconnaître ces signes. 4) Le suivi biologique Il est absolument indispensable car il définit la posologie optimale pour chaque patient Il est basé sur le suivi de l INR (International Normalized Ratio) C est un indice qui évalue l efficacité des AVK sur la fluidité du sang ISI : Indice de sensibilité de la thromboplastine Chaque indication d un médicament AVK dispose d un INR cible à atteindre, ainsi qu une fourchette thérapeutique de sûreté. L évaluation de l INR s effectue au moins 1 fois par mois 4

5 4) Le suivi biologique : les ordonnances Le délai maximal de présentation d une ordonnance de biologie médicale est de 1 an. La durée maximale de validité d une ordonnance de biologie médicale est de 1 an. 1 ligne d ordonnance = 1 acte Le médecin peut fixer le nombre de renouvellement d un acte ou en définir la périodicité ( ex : INR à renouveler 6 fois ou INR à réaliser 1 fois par mois pendant 6 mois) Les examens de laboratoire peuvent aussi se pratiquer sans ordonnance. Dans ce cas ils sont intégralement à la charge de l assuré. Il est identique quelle que soit la pathologie L INR cible ainsi que la fourchette thérapeutique sont fixés par le médecin INITIATION DU TRAITEMENT : 5) Le protocole d instauration d un traitement AVK La dose initiale est probabiliste, aussi proche que possible de la dose d équilibre Chez la personne âgée, la dose initiale est réduite de moitié Jamais de dose de charge Le 1 er contrôle de l INR s effectue dans les 48 +/- 12h suivant le début du traitement L ajustement des AVK se fait par pallier, en contrôlant l INR tous les 2 à 4 jours Une fois l INR cible atteint, les contrôles sont progressivement espacés jusqu à atteindre 1 par mois 5

6 6) AVK, indications et INR Les AVK partagent les mêmes indications A chaque indication est rattachée un INR et une durée de traitement Groupe de pathologies Pathologie INR cible fourchette Durée de traitement Cardiopathies emboligènes Prévention des complications thromboemboliques des fibrillations auriculaires 2,5 (2 à 3) A vie Valvulopathies (valvulopathie mitrale ou prothèse valvulaire mitrale ou aortique) = cœur gauche 3,7 (3 à 4,5) A vie Prothèse de valve tricuspide = cœur droit 2,5 (2 à 3) A vie Infarctus du myocarde Prévention des complications de l infarctus du myocarde et/ou de sa récidive si intolérance à l aspirine 2,5 (2 à 3) Au minimum 3 mois voire à vie Maladie thromboembolique veineuse Traitement et prévention des récidives de la thrombose veineuse et de l embolie pulmonaire 2,5 (2 à 3) 3 à 6 mois 7) Le relai héparine/avk Survient dans le cas d un évènement thromboembolique ponctuel Exemple : thrombose veineuse profonde, infarctus du myocarde Est proposé systématiquement en absence de contre-indications L héparine a une action immédiate L AVK est instauré le 1 er ou le 2 ème jour de traitement pas héparine Le 1 er INR est effectué 48h après l instauration de l AVK Le patient est traité de façon simultanée par héparine et AVK pendant 5 jours en moyenne L héparine est arrêtée lorsque 2 INR sont dans l intervalle thérapeutique à 24h d intervalle 6

7 8) Intervention programmée : maintien des AVK Le traitement par AVK peut être poursuivi dans les cas suivants : Cathétérisme de vaisseaux superficiels La petite chirurgie cutanée (ablation de petite lésion cutanée, correction de cicatrice) Les examens endoscopiques sans biopsie L extraction dentaire simple (extraction de moins de 3 dents sous anesthésie locale ou locorégionale) La cataracte et la majeure partie des opérations touchant la rétine Dans tous les cas : information préalable du professionnel de santé 8) Intervention programmée : maintien des AVK Et dans le cadre de la DMLA de forme humide? 7

8 9) Interactions médicamenteuses : généralités Elles sont nombreuses Elles sont potentiellement mortelles : Majoration du risque hémorragique Majoration du risque thrombotique Les associations formellement contre-indiquées à connaître de l équipe officinale : Molécule Motif de la contre-indication Remarque Acide acétylsalicylique Miconazole Millepertuis Majoration du risque hémorragique Majoration du risque hémorragique Diminution des concentrations de l AVK et risque thrombotique Pour prise 500mg si antécédent d ulcère gastro-duodénale; si 1g/prise Le miconazole est un puissant inhibiteur enzymatique. Le millepertuis est un puissant inducteur enzymatique. 9) Interactions médicamenteuses : généralités (suite) De nombreux médicaments interfèrent avec les AVK : Augmentation de l effet : Allopurinol, amiodarone, glucosamine, raloxifène, tamoxifène, tramadol, antibiotiques, paracétamol, ISRS, AINS, vérapamil, antifongiques azolés (kétoconazole, itraconazole) : à prendre en compte Augmentation de la toxicité du Tramadol en plus (thésaurus mars2012) Diminution de l effet : laxatifs, anticonvulsivants inducteurs enzymatiques, inhibiteurs du VIH boostés par ritonavir Contrôler l INR 3 à 4 jours après toute modification, mise en route ou arrêt d un médicament associé (recommandation HAS/ANSM 2009) Prudence : se référer au thésaurus de l ANSM et au RCP du médicament 8

9 7) Interactions médicamenteuses : généralités (suite) De nombreux médicaments interfèrent avec les AVK : Augmentation de l effet : Allopurinol, amiodarone, glucosamine, anticonvulsivants inducteurs enzymatiques, raloxifène, tamoxifène, tramadol, antibiotiques, paracétamol, ISRS, antifongiques azolés : à prendre en compte Diminution de l effet : laxatifs Prudence! L introduction d un nouveau traitement chez un patient sous AVK doit systématiquement amener un renforcement de la surveillance Le contrôle a lieu 3 à 4 jours après l introduction du traitement Si le traitement nécessite un changement de dose de l AVK, l INR est contrôlé au bout de 4 jours. 10) Focus sur une interaction médicamenteuse courante Le paracétamol : A conseiller en priorité dans une démarche «antalgie» Mais rester prudent car : Le paracétamol subit une métabolisation hépatique Un métabolite inhibe partiellement la détoxication des AVK Augmentation de l INR si posologie de 4g/jour pendant 4 jours au moins Conduite à tenir : contrôle de l INR si paracétamol au long cours à haut dosage 9

10 11) Protocole en vigueur si l INR est déséquilibré (ANSM 2009) Le médecin agit, le pharmacien réagit Dans 15 à 30% des cas, un surdosage est totalement asymptomatique : prudence! 1)Stratégie à adopter en cas d INR cible fixé à 2,5 INR trop haut Valeur de l INR INR < 4 4 INR < 6 6 INR < 10 INR 10 Action pharmacien Appel immédiat au médecin traitant pour obtenir un avis médical dans la journée Appel immédiat au médecin traitant, un médecin de garde ou le 15. Avis à obtenir dans la demijournée Appel immédiat du SAMU qui indiquera la meilleure conduite à tenir (soit consultation médecin traitant, soit hospitalisation) Appel immédiat du SAMU et hospitalisation en urgence Action médecin Pas de saut de prise, pas de vitamine K. Adaptation de la posologie et contrôle INR Saut d une seule prise, pas de vitamine K et contrôle INR Arrêt du traitement, administration de 1 à 2mg de vitamine K par voie orale (1/2 à 1 ampoule buvable de forme pédiatrique) et contrôle INR Arrêt du traitement, administration de 5mg de vitamine K par voie orale (1/2 ampoule buvable forme adulte), contrôle INR 11) Protocole en vigueur si l INR est déséquilibré (ANSM 2009, suite) 2) Si l INR est trop bas??? Appel du médecin traitant pour adapter le traitement Avis impératif dans la demi-journée 3) Stratégie à adopter en cas d INR cible fixé à 3,7 (valvulopathie gauche : fourchette 3 4,5) Valeur de l INR INR < 6 6 INR < 10 Action pharmacien Appel immédiat au médecin traitant pour obtenir un avis médical dans la journée Appel immédiat au médecin spécialiste (cardiologue) ou au SAMU. Avis à obtenir dans la demijournée Action médecin Pas de saut de prise, pas de vitamine K. Adaptation de la posologie et contrôle INR Saut d une seule prise, pas de vitamine K et contrôle INR Appel immédiat du SAMU qui indiquera la meilleure conduite à tenir Un avis spécialisé ou une hospitalisation INR 10 (soit consultation médecin spécialiste, sans délai est recommandée Dans tous les cas : soit rédaction hospitalisation) d une opinion pharmaceutique (sécur 10

11 12) AVK et alimentation L alimentation ne perturbe pas l absorption du médicament AVK Prise possible pendant ou en dehors des repas L alimentation peut perturber l INR Attention aux aliments riches en vitamine K Apport de vitamine K = synthèse des facteurs de la coagulation et baisse de l INR risque thrombotique potentiellement majoré La consommation d aliments à forte teneur en vitamine K est possible, à condition de les répartir régulièrement dans l alimentation et de les consommer sans excès 12) AVK et alimentation : suite Les aliments riches en vitamine K sont essentiellement les légumes verts et «les foies» Les produits laitiers, céréales et dérivés, œufs, viandes, poissons sont relativement pauvres en vitamine K Teneur en vitamine K Forte : 100 à 1000µg/100g Moyenne : 10 à 100µg/100g Aliments Brocoli, chou vert, laitue, cresson, persil, huile de colza, de soja, épinard, choux de Bruxelles Haricot vert, chou rouge, chou fleur, concombre, poireau, margarine, huile d olive, pois 11

12 13) AVK et sport La pratique d un sport ne dépend pas seulement de l existence d un traitement AVK, mais aussi et surtout de la raison pour laquelle il a été instauré Sport de compétition : toujours sous le contrôle d un spécialiste Si risque de choc ou de traumatisme : sport fortement déconseillé (football, rugby, sports de combats ) La pratique sportive de loisir est autorisée pour le vélo, le golf, la natation, le tennis de table Chez un sportif, la surveillance de l INR doit être renforcée en cas d instauration d une complémentation alimentaire A retenir : tout est affaire de cas par cas et l avis d un spécialiste reste souvent indispensable 14) AVK, grossesse et allaitement Tous les AVK sont tératogènes et foetotoxiques : CI pendant la grossesse Malformation cardiaque, de l oreille interne, du rachis, augmentation du risque de fausse couche, hémorragie du foetus Orienter la patiente vers son médecin traitant sans attendre Conduite tenue : arrêt de l AVK, HBPM à dose curative En période d allaitement : Acénocoumarol et warfarine peuvent être utilisés durant l allaitement La supplémentation du nourrisson en vitamine K reste indispensable en cas d allaitement maternel exclusif La fluindione est contre-indiquée en raison d un faible passage dans le lait maternel 12

13 15) AVK et autosurveillance de l INR En Europe : L automesure de l INR est largement pratiquée par les patients adultes traités par AVK en Allemagne, Autriche, Danemark, Espagne, Italie, Luxembourg, aux Pays-Bas, en Suède et au Royaume Uni où les pharmaciens font suivi d INR et adaptation de la posologie si désigné par un médecin! Les lecteurs spécifiques et les bandelettes associées sont remboursés En France : L automesure remboursée de l INR n est pratiquée que pour les sujets de moins de 18 ans, sur prescription émanant d un service de cardio-pédiatrie Cette population pédiatrique est très encadrée et les protocoles d automesure sont strictes 2 appareils : Coaguchek XS et INRatio2 (LPP à 790 l appareil, 114 la boite de 24 bandelettes) 15) AVK et autosurveillance de l INR (suite) Coaguchek XS (Roche) INRatio2 (HémoSense) 13

14 16) Délivrance d AVK et conseil officinal La posologie des AVK est souvent protocolisée (ex : ½ - ¾ ) Attention à la prise jour pair/jour impaire pour les mois de 31 jours en raison du décalage et de la destabilisation de l INR. A conseiller : inscription au jour le jour sur un calendrier Remise d un document écrit avec la posologie Le médicament est toujours pris le soir (modification de la posologie dans la journée possible suivant l INR) Prise au moment ou en dehors des repas, à distance de l huile de paraffine et des topiques digestifs (30 min avant ou 2h après) Si oubli d une prise : délai maximal de rattrapage de 8h. Passé ce délai, sauter la prise et prendre la suivante à l heure habituelle à marquer dans le carnet AVK. 17) Le carnet AVK Indispensable! Il rappelle les règles de bon usage et permet, lorsqu il est bien complété, de disposer de ses valeurs d INR à tout moment Les officines peuvent se le procurer gratuitement auprès : Du CESPHARM De la fédération française de cardiologie 14

15 Le Médicament Anticoagulant 18) Eclairage sur les nouveaux anticoagulants oraux Xarelto (rivaroxaban, 2008) inhibiteur direct du facteur Xa Pradaxa (dabigatran, 2009) inhibiteur direct du facteur IIa (thrombine) Eliquis (Apixaban, 2012) inhibiteur direct du facteur Xa 15

16 Le Médicament Anticoagulant 18) Eclairage sur les nouveaux anticoagulants oraux (suite) Indications : Prévention des accidents thromboemboliques veineux dans le cadre d une intervention chirurgicale pour pose de prothèse totale de hanche ou de genou Prévention de l AVC et de l embolie systémique dans la FA (mars 2012) pour le rivaroxaban et le dabigatran Traitement de l embolie pulmonaire de l adulte (rivaroxaban) obtenue en Le seul cas dans lequel un NACO peut être proposé en relai d un AVK, c est lorsqu il y a une difficulté majeure à maintenir l INR dans la zone thérapeutique. Absence de surveillance biologique de routine (contrôle uniquement en cas de risque élevé de thrombose ou d hémorragie). Patient moins attentif? Le Médicament Anticoagulant 18) Eclairage sur les nouveaux anticoagulants oraux (suite) Différentes posologies possibles, fonctions à la fois de l indication et de la typologie de sujet Posologies du dabigatran, du rivaroxaban et de l apixaban (extrait ANSM) : 16

17 Le Médicament Anticoagulant 18) Eclairage sur les nouveaux anticoagulants oraux (suite) (ANSM avril et juillet 2012) Du fait de l action très rapide des NAO, il ne doit jamais y avoir de chevauchement avec une héparine. Rattrapage d une prise : Dabigatran : 6h max avant la dose suivante dernier délai Rivaroxaban : le jour prévu de la prise Apixaban: immédiat puis poursuivre le traitement comme d habitude Ne jamais doubler la dose Protocole de passage des AVK aux NACO : arrêt de l AVK. Dabigatran instauré dès que INR 2, rivaroxaban, apixaban INR 3 Protocole de passage d un NACO à un AVK : début de l AVK avant l arrêt du NACO. Surveillance de l INR et arrêt quand INR 2. Le Médicament Anticoagulant 19) Interactions médicamenteuses Les interactions des AVK avec les antiagrégants plaquettaires, les héparines, les AINS, les glucocorticoïdes et les ISRS sont extrapolées à cette classe des nouveaux anticoagulants oraux (NACO) : prudence! Ils ont une activité anticoagulante dose-dépendante plus prédictible que celle des AVK On ne dispose pas d antidote, ce qui pose problème en cas d hémorragie ou lorsque l effet anticoagulant doit être interrompu rapidement. Si urgence absolue : dialyse si dabigatran. Une alternative est l injection d un concentré de complexes prothrombiniques (CCP) (valable pour les «- xaban» et le dabigatran). 17

18 Le Médicament Anticoagulant 19) Interactions médicamenteuses (suite) Extrait du thésaurus de l ANSM, juillet 2012 : le dabigatran (Pradaxa ) Le Médicament Anticoagulant 19) Interactions médicamenteuses (suite) 18

19 FA : NOUVEAUX ANTICOAGULANTS VS AVK AVC OU EMBOLIE SYSTÉMIQUE FA : NOUVEAUX ANTICOAGULANTS VS AVK SAIGNEMENT MAJEUR 19

20 FA : NOUVEAUX ANTICOAGULANTS VS AVK SAIGNEMENT INTRACRÂNIEN FA : NOUVEAUX ANTICOAGULANTS VS AVK MORTALITÉ TOTALE 20

21 Le Médicament Anticoagulant 20) Les incontournables A retenir : un risque de mésusage important existe en raison De leur nouveauté Des dosages différents en fonction des indications De l absence de surveillance biologique (risque : inobservance) D un faible poids (< 50 kg) D une IR, même modérée (Cl Créat. < 60 ml/min) L élargissement possible des indications La fonction rénale doit avoir été systématiquement évaluée avant la mise en route de ces traitements Risque hémorragique comparable voire supérieur à celui des AVK 21

22 MERCI POUR VOTRE ATTENTION ET À BIENTÔT! 22

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien.

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien. REPUBLIQUE FRANÇAISE Avril 2009 Questions / Réponses Traitement anticoagulant oral par anti-vitamine k (AVK) Vous recevez un traitement anticoagulant oral par antivitamine K. Ce traitement vous est indispensable

Plus en détail

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Infospot Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) - Octobre - Novembre - Decembre 2014 1 I. Définition Il est actuellement

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux?

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux? La nouvelle convention pharmaceutique offre l opportunité aux pharmaciens d accompagner les patients traités par anticoagulants oraux au long cours afin de prévenir les risques iatrogéniques. Les anticoagulants

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

NACO dans la FA non Valvulaire

NACO dans la FA non Valvulaire NACO dans la FA non Valvulaire VII ème Rencontres chalonnaises Dr Buttard 29/11/2012 INTRODUCTION La consommation des anticoagulants a été multiplié par 2 en 10 ans Les indications de traitement anticoagulants

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS. Dr Y Moreau 2009

AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS. Dr Y Moreau 2009 AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS Dr Y Moreau 2009 Surdosage asymptomaeque des AVK INR cible entre 2 et 3 INR < 4 : adaptaeon seule INR entre 4 et 6 : saut d une prise et

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Emmanuel HAZARD/Jean-loup HERMIL Chronologie Héparine non fractionnée 1950 HBPM 1980 NACO >2008 AVK 1960 Fondaparinux 2002 2 Les indications des NACOs En médecine

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

Programme pour les patients traités par les nouveaux anti-coagulants oraux.

Programme pour les patients traités par les nouveaux anti-coagulants oraux. Programme P H A R M A C O pour les patients traités par les nouveaux anti-coagulants oraux. AG Caffin 1, Y Chabi 1, C Sévin 2, B Leclere 3, C Debelmas 4, G Camus 1, X Bohand 1 1 Hôpital d Instruction des

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile

Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile Introduction Qu est-ce qu un traitement anticoagulant par AVK? La vitamine K joue un rôle dans la coagulation

Plus en détail

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire»

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire» Orthorisq journée de formation 2013 «Défaillance de la prise en charge d un patient sous ou sous antiagrégant plaquettaire» Christel Conso Chirurgien orthopédiste Institut Mutualiste Montsouris Olivier

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Les nouveaux anticoagulants oraux Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Je n ai pas de conflit d intérêt à déclarer. Les nouveaux anticoagulants oraux Les anticoagulants

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 29 septembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 29 septembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 29 septembre 2004 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans par avis de renouvellement du 30 novembre

Plus en détail

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

La douleur qu est-ce que c est?

La douleur qu est-ce que c est? La douleur qu est-ce que c est? Le plus souvent la douleur signale une blessure, une fracture, une maladie Dans ce cas, la douleur est nécessaire, elle est là pour nous alerter. Un signal d alarme Il permet

Plus en détail

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Anne GODIER Service d Anesthésie-Réanimation Hopital Cochin Paris Table ronde anticoagulants 15 novembre 2013 Conflits

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

Rapport. Bon usage des médicaments antivitamine K (AVK)

Rapport. Bon usage des médicaments antivitamine K (AVK) Rapport Bon usage des médicaments antivitamine K (AVK) Actualisation Juillet 2012 Bon usage des médicaments antivitamine K (AVK) Actualisation Juillet 2012 MESSAGES CLÉS 1. La prescription ne se conçoit

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES Isabelle Taillon Pharmacienne IUCPQ, Québec Professeure agrégée de clinique Université Laval Objectifs Discuter des problématiques rencontrées

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 février 2006 PRAVADUAL, comprimé Boîte de 30 (CIP : 369873-9) Boîte de 90 (code CIP : 373769-8) Laboratoire BRISTOL MYERS SQUIBB Pravastatine (40 mg/comprimé) + aspirine

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux

Les nouveaux anticoagulants oraux Les nouveaux anticoagulants oraux Dr Adnan El Jabali, Cardiolgue,CH Bagnols-sur-Cèze Il existe actuellement 3 molécules : - (Pradaxa), inhibiteur direct du facteur IIa (ou de la thrombine). - (Xarelto),

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

NOTICE: INFORMATION POUR L'UTILISATEUR

NOTICE: INFORMATION POUR L'UTILISATEUR NOTICE: INFORMATION POUR L'UTILISATEUR DAFALGAN Nourrisson 80 mg suppositoires DAFALGAN Jeune enfant 150 mg suppositoires DAFALGAN Grand enfant 300 mg suppositoires Paracétamol Veuillez lire attentivement

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin?

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH

Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH Missions, nouvelles missions, nouveaux rôles du pharmacien

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE TRANSPARENCE 9 mai 2001 METALYSE 10 000 unités, poudre et solvant pour solution injectable Flacon

Plus en détail

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Le diabète est une pathologie chronique, c'est-à-dire dont on ne guéri pas, qui se définit comme une hyperglycémie constante. Cela veut dire que le taux de sucre

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament Encadré NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR CLASTOBAN 800 mg, comprimé pelliculé Clodronate disodique Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre

Plus en détail

Conseils pour réaliser un tableau de sortie

Conseils pour réaliser un tableau de sortie Conseils pour réaliser un tableau de sortie Ne pas oublier d adapter le langage au patient ou à l institution! Attention au langage trop scientifique ; mais rester cependant clair et précis ; faire passer

Plus en détail

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Raffaella Votino Service gynécologie et andrologie Plan : Définition Types de THS Débat dernières années Balance risques bénéfices THS et ostéoporose

Plus en détail

MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE. ANTICOAGULANTS (2h)

MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE. ANTICOAGULANTS (2h) MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE ANTICOAGULANTS (2h) PO Inj Hôpital Pasteur Pharmacie CHU Nice Ly-Hor HENG 1 Objectifs de l UE S3 I. Repérer les familles thérapeutiques, leurs moyens d action et leurs indications

Plus en détail

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX?

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? Les antagonistes de la vitamine K (AVK) sont depuis 50 ans la référence dans la

Plus en détail

Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral

Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral Pierre Raphaël, Cédric Pariset Clinique Saint-Gatien, Tours La Baule, le 13 septembre 2012 Descriptif de notre pratique

Plus en détail

MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE. ANTICOAGULANTS (2h)

MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE. ANTICOAGULANTS (2h) MEDICAMENTS en CARDIOLOGIE ANTICOAGULANTS (2h) PO Inj Hôpital Pasteur Pôle Pharmacie CHU Nice Ly-Hor HENG/Katia MULLER Pierre-Antoine FONTAINE (fontaine.pa@chu-nice.fr) 1 RAPPEL Pôle 1- L hémostase primaire

Plus en détail

NOTICE. HYDROCORTISONE UPJOHN 100 mg, préparation injectable HYDROCORTISONE UPJOHN 500 mg, préparation injectable

NOTICE. HYDROCORTISONE UPJOHN 100 mg, préparation injectable HYDROCORTISONE UPJOHN 500 mg, préparation injectable NOTICE 1. IDENTIFICATION DU MEDICAMENT a) DENOMINATION HYDROCORTISONE UPJOHN 100 mg, préparation injectable HYDROCORTISONE UPJOHN 500 mg, préparation injectable b) COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE

Plus en détail

Annexe III. Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit

Annexe III. Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit Annexe III Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit Remarque : Ces modifications des rubriques concernées du Résumé des caractéristiques du produit et de la notice sont

Plus en détail

Quatrième partie. Le jeune diabétique hors de son milieu familial

Quatrième partie. Le jeune diabétique hors de son milieu familial Quatrième partie Le jeune diabétique hors de son milieu familial Chapitre 51 1 À la garderie Caroline Boucher L entrée d un enfant diabétique à la garderie peut s avérer traumatisante pour certains parents.

Plus en détail

NOTICE. Contenu de cette notice:

NOTICE. Contenu de cette notice: NOTICE Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant de administrer ce médicament. Elle contient des informations importantes pour votre traitement. Si vous avez d autres questions, si

Plus en détail

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consulta"on médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consultaon médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre Eléments à vérifier avant inclusion du patient dans l étude : Age 75 ans Fibrillation auriculaire (code CIM 10 : I 48) en diagnostic principal OU associé) Critère d exclusion : Patients en FA avec valve

Plus en détail

NOTICE POUR LE PUBLIC

NOTICE POUR LE PUBLIC NOTICE POUR LE PUBLIC Dicynone 250 mg, Comprimés Dicynone 250 mg/2 ml, Solution injectable (Etamsylate) Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament car elle contient des informations

Plus en détail

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 juin 2010 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 14 juin 2005 (JO du 28 avril 2006) ARTOTEC 50 mg/0,2 mg, comprimé B/30 -

Plus en détail

PROGRAMME RSI~Diabète

PROGRAMME RSI~Diabète MON PARCOURS PRÉVENTION diabète PROGRAMME RSI~Diabète Vous aider à prendre en charge votre diabète Support patients www.rsi.fr/diabete Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par une hyperglycémie

Plus en détail

Un médicament SOIGNE s il est pris correctement MAIS il peut être un POISON s il n est pas pris avec quelques précautions

Un médicament SOIGNE s il est pris correctement MAIS il peut être un POISON s il n est pas pris avec quelques précautions Un médicament SOIGNE s il est pris correctement MAIS il peut être un POISON s il n est pas pris avec quelques précautions CLCV Impasse Jonquet rue du Refuge 34000 Montpellier Tél. : 04 67 60 31 10 fax

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Vivre avec mon traitement contre la tension

Vivre avec mon traitement contre la tension LES FONDAMENTAUX POUR SOIGNER MA TENSION Vivre avec mon traitement contre la tension L'apprentissage PHARAON UN PROGRAMME POUR l HYPERTENDU Programme éducatif Hygiéno-diététique et d Auto prise en charge

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Christelle DURAND-BIGORIE Déléguée santé CAFAT LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NACO)

Christelle DURAND-BIGORIE Déléguée santé CAFAT LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NACO) Christelle DURAND-BIGORIE Déléguée santé CAFAT LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NACO) MAI 2014 1 SOMMAIRE Quelques données chiffrées Place des NACO dans la Fibrillation Auriculaire Non Valvulaire (FANV)

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Épidémiologie des accidents hémorragiques dus aux anticoagulants oraux

Épidémiologie des accidents hémorragiques dus aux anticoagulants oraux Épidémiologie des accidents hémorragiques dus aux anticoagulants oraux Docteur Marie-Josèphe JEAN-PASTOR Centre Régional Pharmacovigilance Marseille-Provence-Corse Hôpital Sainte Marguerite AP-HM Tél :

Plus en détail

Annexe III. Modifications des rubriques concernées des Résumés des caractéristiques du produit et des notices

Annexe III. Modifications des rubriques concernées des Résumés des caractéristiques du produit et des notices Annexe III Modifications des rubriques concernées des Résumés des caractéristiques du produit et des notices Note : Ce Résumé des Caractéristiques du Produit, cet étiquetage et cette notice sont le résultat

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia

www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia V O U S I N F O R M E www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia Dosage de l HbA 1c Comme vous le savez, il est essentiel de bien maintenir votre glycémie près des valeurs normales pour

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

Aspirine 500 Effervescent, 500 mg, comprimé effervescent. Acide acétylsalicylique

Aspirine 500 Effervescent, 500 mg, comprimé effervescent. Acide acétylsalicylique NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Aspirine 500 Effervescent, 500 mg, comprimé effervescent Acide acétylsalicylique Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT : Pradaxa 75 mg, Pradaxa 110 mg et Pradaxa 150 mg, gélules. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE : Chaque gélule

DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT : Pradaxa 75 mg, Pradaxa 110 mg et Pradaxa 150 mg, gélules. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE : Chaque gélule DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT : Pradaxa 75 mg, Pradaxa 110 mg et Pradaxa 150 mg, gélules. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE : Chaque gélule contient 75, 110 ou 150 mg de dabigatran etexilate (sous forme

Plus en détail

Les médicaments au quotidien et les prescriptions

Les médicaments au quotidien et les prescriptions Les médicaments au quotidien et les prescriptions DCI DCI = dénomination commune internationale DCI = nom scientifique du médicament Eviter, si possible et si le médicament fait l objet de plusieurs spécialités,

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste Juin 2012 PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE DE LA DMLA EXSUDATIVE

Plus en détail

1 Le contexte. Vers quels nouveaux rôles des pharmaciens en France : les leçons des pays étrangers. Sommaire

1 Le contexte. Vers quels nouveaux rôles des pharmaciens en France : les leçons des pays étrangers. Sommaire Vers quels nouveaux rôles des pharmaciens en France : les leçons des pays étrangers. Dr Luc BESANÇON Sommaire 1. Le contexte 2. Les nouveaux champs d activités des pharmaciens 3. Vers de nouveaux métiers

Plus en détail

Bilan de la démarche. de certification V 2010. Haute-Normandie

Bilan de la démarche. de certification V 2010. Haute-Normandie Bilan de la démarche de certification V 2010 Haute-Normandie Juin 2013 La certification V 2010 en Haute Normandie Bilan au 1 er juin 2013 Etat d avancement de la démarche Au 1 er juin 2013, 69 établissements

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

NOTICE D-CURE CONTENU DE CETTE NOTICE

NOTICE D-CURE CONTENU DE CETTE NOTICE NOTICE D-CURE Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant d utiliser ce médicament. Elle contient des informations importantes pour votre traitement/votre maladie. Si vous avez d autres

Plus en détail

Alimentation des nourrissons et viande

Alimentation des nourrissons et viande L interprofession suisse de la filière viande Proviande société coopérative Finkenhubelweg 11 Case postale CH-3001 Berne +41(0)31 309 41 11 +41(0)31 309 41 99 info@proviande.ch www.viandesuisse.ch Alimentation

Plus en détail

La prise en charge de votre fibrillation auriculaire

La prise en charge de votre fibrillation auriculaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre fibrillation auriculaire Vivre avec une fibrillation auriculaire Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

dabigatran ou rivaroxaban, au long cours présentant une hémorragie ou nécessitant une chirurgie urgente

dabigatran ou rivaroxaban, au long cours présentant une hémorragie ou nécessitant une chirurgie urgente dabigatran ou rivaroxaban, au long cours présentant une hémorragie ou nécessitant une chirurgie urgente Gilles Pernod et Pierre Albaladejo, pour le Mise en garde Ce texte concerne la prise en charge des

Plus en détail

sur le bon usage des médicaments antivitamine K (AVK)

sur le bon usage des médicaments antivitamine K (AVK) Bon usage Mise au point sur le bon usage des médicaments antivitamine K (AVK) Actualisation MESSAGES CLÉS 1. La prescription ne se conçoit que dans les indications validées, après évaluation individuelle

Plus en détail

Fiche Information patient : les antalgiques par voie orale après un geste chirugical

Fiche Information patient : les antalgiques par voie orale après un geste chirugical 201 avenue d Alsace B.P. 20129 68003 COLMAR Cedex Fiche Information patient : les antalgiques par voie orale après un geste chirugical Réf : CLU/DIN/INF/012 Version : 3.0 Etat : Applicable Mise en application

Plus en détail

Gluconate de cuivre, or colloïdal, gluconate d argent

Gluconate de cuivre, or colloïdal, gluconate d argent Gluconate de cuivre, or colloïdal, gluconate d argent Indications thérapeutiques : Utilisé comme modificateur du terrain en particulier au cours de la phase de convalescence de maladies infectieuses, d

Plus en détail

FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL

FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL «Au-delà de l obligation réglementaire, un enjeu de prévention» EVOLUTION DES PROGRAMMES DE SST Des textes récents des ministères chargés de la santé et de l intérieur

Plus en détail

Règles de prescription des Antidépresseurs

Règles de prescription des Antidépresseurs Dr GERAUD - Groupe Angevin d'etudes en Psychopharmacologie et en Psychiatrie Biologique - Février 2007 Prévalence des troubles psychiatriques dans la population générale française et dans cinq pays européens

Plus en détail