Le cerveau, cet artiste

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le cerveau, cet artiste"

Transcription

1 VILAYANUR RAMACHANDRAN Le cerveau, cet artiste Traduit de l anglais par Anne-Bénédicte Damon, 2005 ISBN :

2 LE CERVEAU, CET ARTISTE FIGURE 1.5 (a) Représentation de la surface corporelle sur la surface du cerveau derrière la scissure de Rolando. L homoncule («petit homme») est surtout à l envers, et ses pieds sont repliés sur la surface médiane (surface interne) du lobe pariétal, tout en haut, alors que le visage est en bas vers le bas de la surface externe. Remarquez également que l aire du visage est en dessous de l aire de la main au lieu d être où elle devrait être près du cou et que les parties génitales sont représentées sous le pied. (b) Une étrange modélisation en trois dimensions de l homoncule de Penfield le petit homme dans le cerveau. sur le visage refroidiront ou réchaufferont le doigt fantôme. Lorsque de l eau se mit à couler sur son visage, Victor, un patient, la sentit aussi glisser le long de son bras fantôme. Quand il leva le bras, il fut étonné de sentir le filet d eau remonter le long de son bras fantôme, contrairement à toutes les lois de la physique. Pour tester notre hypothèse de «nouvelle cartographie» ou d «interférences», nous avons utilisé la technique d imagerie du cerveau appelée MEG ou magnétoencéphalographie. Cette technique montre les parties du cerveau stimulées lorsque dif- 26

3 LES FANTÔMES DU CERVEAU FIGURE 1.6 Image obtenue par magnétoencéphalographie (MEG) superposée à l image obtenue par résonance magnétique (RM) du cerveau d un patient qui a eu le bras droit amputé sous le coude. Le cerveau est vu du dessus. L hémisphère droit montre une activation normale des zones du cortex correspondant à la main droite (hachures), au visage (zone noire) et au haut du bras (zone blanche) selon la carte de Penfield. Dans l hémisphère gauche, il n y a pas d activation correspondant à la main droite manquante, mais l activité du visage et du haut du bras s est étendue sur cette zone. férentes parties du corps sont touchées. Et en effet, nous avons remarqué que chez Victor (et d autres personnes amputées du bras comme lui), toucher son visage activait non seulement la zone faciale du cerveau, mais aussi la zone de la main de la carte de Penfield (Figure 1.6). Cette réaction est très différente de ce qu on voit dans un cerveau normal, où toucher le visage 27

4 LE CERVEAU, CET ARTISTE n active que la zone faciale du cortex. Il y a évidemment eu une mauvaise compréhension des signaux dans le cerveau de Victor : cela nous permet de corréler les changements d anatomie du cerveau, les transformations des cartes sensorielles du cerveau, avec la phénoménologie. Ce lien entre physiologie et psychologie est l un des buts majeurs des neurosciences cognitives 3. Cette découverte a bien d autres conséquences. L une des choses que tous les étudiants en médecine apprennent est que les connections du cerveau sont établies chez le fœtus ou dans la petite enfance, et qu une fois qu elles sont fixées, on ne peut plus faire grand-chose pour les transformer chez un adulte. C est pourquoi lorsque le système nerveux est endommagé, comme par exemple après un infarctus, il fonctionne à nouveau si mal après. C est également pourquoi les maladies neurologiques sont réputées difficiles à traiter ou du moins c est ce qu on nous a enseigné. Ce que j ai vu contredit catégoriquement cette théorie et suggère que même le cerveau adulte est tout à fait plastique et malléable, et ceci peut être démontré lors d une expérience de cinq minutes avec un patient ayant un membre fantôme. Nous ne savons pas encore comment on peut utiliser cette «plasticité» des cartes du corps dans les cas cliniques, mais je vais mentionner un autre exemple pour montrer comment certaines de ces théories peuvent être utiles en pratique médicale. Certains patients peuvent «bouger» leurs membres fantômes et ces personnes vous diront qu elles «vous disent au revoir» ou qu elles «vous serrent la main» 4. Mais de nombreux autres patients sentent que leur bras fantôme est «paralysé», «rigide», «coulé dans du ciment» ou «ne bouge pas d un centimètre». Souvent, la main fantôme subit des spasmes involontaires douloureux qui la ferment, ou bien est fixée dans une position incommode et douloureuse que le patient ne peut pas 28

5 LES FANTÔMES DU CERVEAU changer. Nous avons découvert que certains de ces patients avaient déjà les nerfs endommagés avant l amputation, comme par exemple un bras paralysé et plâtré. Après l amputation, le patient se retrouvait avec un fantôme paralysé comme si la paralysie s était «transmise» au fantôme. Lorsque le bras était intact mais paralysé, il est possible qu à chaque fois que l avant du cerveau envoyait au bras l ordre de bouger, il recevait un feedback visuel disant : «Non, il ne peut pas bouger.» D une manière ou d une autre, ce feedback s est imprimé sur les circuits du lobe pariétal ou ailleurs dans le cerveau (nous appelons cela «paralysie apprise»). Comment pourrait-on tester cette théorie hautement spéculative? Si on donnait à un patient comme feedback visuel que le fantôme obéissait aux ordres du cerveau, la paralysie apprise pourrait peut-être être «oubliée». Nous avons installé un miroir verticalement sur une table en face d un patient étendu sur le ventre, pour que le miroir fasse un angle droit avec son buste, et nous lui avons demandé de poser son bras gauche fantôme sur le côté gauche du miroir, puis de poser de même sa main droite sur le côté gauche du miroir. Nous lui avons ensuite demandé de regarder dans le côté droit du miroir, pour qu il voie le reflet de sa main intacte superposé optiquement sur la position ressentie du fantôme (Figure 1.7). On lui a demandé ensuite d essayer de bouger symétriquement les deux mains, comme s il applaudissait ou qu il dirigeait un orchestre, tout en regardant dans le miroir. Imaginez sa surprise et la nôtre lorsque soudain il vit, et même sentit, le fantôme bouger. J ai reproduit cette expérience avec plusieurs patients, et il semble que le feedback visuel anime le fantôme de manière à ce qu il bouge comme jamais auparavant, souvent pour la première fois depuis des années. De nombreux patients ont remarqué que cette sensation subite leur permet- 29

6 LE CERVEAU, CET ARTISTE FIGURE 1.7 IIllustration de l installation des miroirs utilisés pour «ressusciter» le membre fantôme. tant de contrôler leur membre fantôme et le mouvement de celui-ci les soulageaient du spasme ou de la douleur insoutenable entraînée par la position inconfortable du membre 5. Pouvoir apaiser une douleur dans un membre fantôme est déjà très surprenant. Peut-on aussi appliquer ce procédé dans le cas d une douleur réelle dans un bras ou une jambe intacts? En général, nous considérons la douleur comme une seule sensation : cependant, on peut différencier au moins deux types de douleurs qui se développent dans des buts différents. D abord, la douleur vive et intense développée pour permettre le réflexe de s éloigner du feu, par exemple, ainsi que probablement pour enseigner au sujet à éviter des objets dangereux et créateurs de douleur comme les épines. Ensuite, la douleur chronique, comme lors d une fracture ou d un membre gangrené, qui est 30

7 LES FANTÔMES DU CERVEAU totalement différente : elle s est développée pour immobiliser par réflexe le bras afin de le laisser au repos et hors de danger jusqu à guérison complète. En général, la douleur est un mécanisme adaptatif très utile : un don, et non pas une malédiction. Mais parfois, le mécanisme a des ratés. Nous voyons souvent des patients atteints de «douleur chronique de type 1», une condition qui inclut le syndrome clinique étrange appelé «dystrophie réflexe sympathique» ou DRS. Chez les patients atteints de DRS, une petite lésion (un bleu, une piqûre d insecte ou une fracture du bout du doigt) entraîne des douleurs intolérables dans tout le bras qui est totalement paralysé, enflammé et gonflé. Cette réaction est totalement disproportionnée par rapport à sa cause. Et elle est interminable. La théorie évolutionniste nous permet de comprendre l origine de cette pathologie. Souvenez-vous que le but initial de la douleur chronique est une immobilisation temporaire pour permettre la guérison. Lorsque le cerveau envoie une commande motrice au bras, une douleur intense empêche le mouvement. En général, ce processus est adaptatif, mais je pense que, parfois, il fonctionne mal et conduit à ce que j appelle la «douleur acquise» : le seul fait d essayer de bouger le bras (c est-à-dire la commande motrice) devient pathologiquement associé à une douleur insoutenable. Cela étant, même lorsque l événement initiateur a depuis longtemps disparu, le patient conserve une pseudo-paralysie causée par la douleur acquise. En 1995, j ai suggéré que cette pathologie de douleur chronique de type 1 pourrait être traitée par le feedback visuel du miroir. Imaginez que le patient voit l image d une main normale superposée optiquement à la main anormale douloureuse et paralysée. Si on bouge alors la main normale (tout en essayant partiellement de bouger la main douloureuse), le patient verra son bras malade ressusciter soudainement et bouger en toute liberté! Cela 31

8 LE CERVEAU, CET ARTISTE pourrait peut-être aider les patients atteints de DRS à «désapprendre» la connexion fallacieuse à l intérieur de leurs cerveaux faite entre le mouvement du bras et la douleur, ce qui annihilerait alors la douleur et leur ferait retrouver la mobilité. En 1995, ce n était qu une hypothèse audacieuse, mais récemment, McCabe et ses collègues (2003) ont testé le procédé du miroir sur neuf patients lors de tests cliniques contrôlés par des placebos. Chez de nombreux patients ayant utilisé des miroirs, la douleur a complètement disparu et la mobilité est revenue, alors que dans le groupe de contrôle, qui a utilisé du plexiglas, il n y a eu aucun résultat positif. Ce résultat est si surprenant que je serais resté sceptique si Patrick Wall probablement le plus grand expert mondial dans les domaines de la douleur et des placebos n avait pas fait partie des auteurs de cette étude. Si ces résultats se confirment, on peut envisager un nouveau traitement efficace pour certains patients atteints de douleur chronique 6. Les interférences dans le cerveau qui résultent parfois des amputations peuvent également provenir d une mutation génétique Au lieu de rester séparés, les modules du cerveau se connectent accidentellement, provoquant une condition curieuse appelée synesthésie, décrite pour la première fois de manière très précise par Francis Galton au XIX e siècle. La synesthésie, qui semble-t-il se transmet génétiquement, cause un mélange des cinq sens. Par exemple, entendre une note de musique peut évoquer une couleur ; do dièse, le rouge, fa dièse, le bleu De même, des nombres perçus visuellement peuvent produire un effet similaire : 5 peut être toujours perçu rouge, 6 vert, 7 indigo, 8 jaune La synesthésie est une affection étonnamment courante, qui se manifeste chez un individu sur deux cents. Quelle est la cause de ce mélange des signaux? Ed Hubbard, un de mes étudiants, observait avec moi des atlas du 32

9 LES FANTÔMES DU CERVEAU cerveau, et nous regardions en particulier le gyrus fusiforme, où l information de la couleur est traitée. Nous remarquâmes que la zone des nombres du cerveau, qui fabrique les graphèmes visuels des nombres, se trouve aussi dans le gyrus fusiforme, et est quasi adjacente à la zone des couleurs. On peut donc supposer que la synesthésie est causée par une interférence entre les zones nombres et couleurs dans le gyrus fusiforme, suite à une anomalie chromosomique héréditaire, tout comme une amputation peut produire des interférences entre le visage et la main. Bien que la synesthésie ait été décrite par Galton il y a une centaine d années, le phénomène n a jamais été vraiment intégré dans les neurosciences. On a souvent pensé que ces gens étaient tout simplement fous, ou bien essayaient d attirer l attention sur eux-mêmes. Peut-être était-ce seulement un lointain souvenir d enfance : des chiffres aimantés sur la porte du réfrigérateur ou un livre scolaire où le 5 était rouge, le 6 bleu, le 7 vert mais dans ce cas, pourquoi le phénomène serait-il héréditaire? Mes collègues et moi avons voulu démontrer que la synesthésie était un véritable phénomène sensoriel, et non pas un phénomène provenant de l imagination ou de la mémoire de la personne concernée. Nous avons inventé un écran de visualisation sur ordinateur montrant un certain nombre de 5 noirs sur un fond blanc. Parmi ces 5, on trouve des 2 qui forment une figure cachée (Figure 1.8). Puisqu ils ont été faits sur ordinateurs, les 2 sont des images inversées des 5. La plupart des gens qui regardent cette figure ne voient qu un assemblage aléatoire de chiffres, mais une personne atteinte de synesthésie voit les 5 en vert et les 2 former une figure rouge bien visible dans une forêt verte (voir la description schématique en Figure 4.1). Le fait que les synesthètes puissent identifier ces figures plus facilement que les gens normaux laisse 33

10 LE CERVEAU, CET ARTISTE FIGURE 1.8 Test «clinique» de la synesthésie. La matrice est composée de 2 imbriqués parmi des 5 placés au hasard. Les non-synesthètes ont beaucoup de mal à discerner la forme dessinée par les 2 (ici, un triangle). Les synesthètes, qui voient les chiffres en couleur, détectent le triangle beaucoup plus facilement (voir Figure 4.1). supposer qu ils ne sont pas fous, mais qu ils subissent un véritable phénomène sensoriel. Notre groupe de La Jolla, ainsi que Jeffrey Gray, Mike Morgan et d autres à Londres avons réalisé des expériences pour tester l hypothèse d interférences dans le cerveau. Nous avons démontré que lorsqu on montrait à ces gens des chiffres en noir et blanc, la zone couleur du gyrus fusiforme était activée. (Chez des individus normaux, la zone couleur n est activée que si on leur montre des chiffres en couleur.) 34

11 LES FANTÔMES DU CERVEAU Les membres fantômes, la synesthésie et le syndrome de Capgras peuvent être au moins partiellement, expliqués en termes de circuits dans le cerveau. Cependant, j ai un jour rencontré quelqu un atteint d un syndrome encore plus étrange, appelé asymbolie de la douleur. À mon grand étonnement, ce patient répondait à un stimulus douloureux, non par un cri, mais par un éclat de rire. Quelle ironie : un homme riant face à la douleur. Pourquoi réagirait-on ainsi? Nous devons d abord répondre à une question plus basique : pourquoi rions-nous? À l évidence, le rire est programmé, c est une caractéristique «universelle» de tous les êtres humains. Chaque société, chaque civilisation, chaque culture possède sa propre forme de rire et d humour. Mais comment le rire s est-il développé lors de la sélection naturelle? Quelle est son utilité biologique? Toutes les plaisanteries ont un point commun : elles commencent par une histoire banale, dans laquelle intervient un coup de théâtre inattendu qui demande une réinterprétation de tous les faits précédents : la chute. Il est évident qu un coup de théâtre en soi ne suffit pas à provoquer le rire, sans quoi toute grande découverte scientifique provoquant un «déplacement de paradigme» serait reçue par l hilarité générale, et même par celle des auteurs dont la théorie se voit contredite. (Aucun scientifique ne trouve drôle de voir sa théorie contredite ; croyez-moi, j ai essayé!) La réinterprétation en elle-même ne suffit pas non plus. Le nouveau modèle doit se révéler sans conséquences, ou avec des conséquences peu importantes. Ainsi, par exemple, un homme un peu fort se dirigeant vers sa voiture glissant sur une peau de banane et tombant. S il s ouvre le crâne et saigne, il est évident que vous n allez pas rire. Vous allez vous précipiter sur le téléphone pour appeler une ambulance. Mais s il se contente d essuyer son visage, de regarder autour de lui et de se relever, vous vous mettez à rire. Je suggère que c est 35

12 LE CERVEAU, CET ARTISTE parce que vous savez que l incident a été sans conséquences, que rien de grave n est arrivé. Je dirais que le rire est la manière qu a la nature de signaler : «C était une fausse alerte.» Pourquoi ce point est-il important d un point de vue évolutionniste? Je pense que le son saccadé et rythmé de notre rire s est développé pour dire aux autres membres de notre espèce : ne gâchez pas vos précieuses ressources pour cette situation, ce n est qu une fausse alerte. Le rire est le OK de la nature. Quel est donc le rapport avec mon patient atteint d asymbolie de la douleur? Laissez-moi vous expliquer. Lorsque nous avons examiné son cerveau à l aide d un scanner, nous avons pu observer qu il y avait une lésion près de la zone appelée cortex insulaire sur les côtés du cerveau. Le cortex insulaire reçoit les signaux de douleur émis par les viscères et la peau. C est l endroit où la sensation brute de douleur est subie, mais il y a plusieurs degrés de douleur : ce n est pas une entité unitaire. Le message part du cortex insulaire pour aller vers l amygdale, rencontrée précédemment dans le syndrome de Capgras, puis dans le reste du système limbique, et surtout la circonvolution cingulaire antérieure, où nous répondons émotionnellement à la douleur. Nous subissons le supplice de la douleur et nous réagissons par l action appropriée. Il est donc possible que chez ce patient, le cortex insulaire soit normal, de sorte qu il puisse ressentir la douleur, mais que le câble allant de l insula au reste du système limbique et à la circonvolution cingulaire antérieure soit sectionné : on retrouverait la déconnexion présente dans le syndrome de Capgras. Une telle situation donnerait les deux ingrédients clés nécessaires au rire et à l humour : une partie du cerveau signale un danger potentiel, mais immédiatement après une autre partie la circonvolution cingulaire antérieure ne reçoit pas de signal de confirmation, et donc en déduit : «Il s agit d une fausse alerte.» Le patient se met donc à rire de 36

13 LES FANTÔMES DU CERVEAU manière incontrôlée. C est la même chose dans le cas du chatouillement, une sorte de répétition avant l acquisition d un sens de l humour adulte. Un adulte s approche d un enfant, les mains étendues devant lui, menaçant les parties vulnérables du corps de l enfant, puis d un coup renverse cette menace potentielle par une stimulation douce et un «guilli, guilli, guilli!». Ce processus est le même que dans l humour adulte mature : une menace potentielle suivie d une annihilation de cette menace. Les syndromes précédents laissent supposer que nous avons beaucoup à apprendre sur le fonctionnement d un cerveau normal en examinant les singularités neurologiques 7. Comme je l ai écrit dans Le fantôme intérieur : Il y a décidément quelque chose de bizarre chez un primate néotène et sans poils qui a évolué et donné naissance à une espèce capable de regarder en arrière pour étudier ses propres origines. Plus étrangement encore, un cerveau peut non seulement découvrir comment fonctionnent d autres cerveaux, mais aussi répondre à des questions sur lui-même : qui suis-je? Quel est le sens de ma vie? Pourquoi je ris? Pourquoi je rêve? Pourquoi j apprécie l art, la musique et la poésie? Est-ce que mon esprit n est constitué que de l activité des neurones de mon cerveau? Et si c est le cas, quelle place a mon libre arbitre? C est le caractère bizarrement récursif de ces questions lorsque le cerveau essaie de découvrir son propre fonctionnement qui fait de la neurologie une science si fascinante. 37

14 LE CERVEAU, CET ARTISTE Songer à répondre à toutes ces questions durant le prochain millénaire est à la fois stimulant et inquiétant, mais c est sûrement l aventure la plus importante dans laquelle l espèce humaine s est jamais embarquée. 38

Le cortex cérébral et la plasticité du SNC

Le cortex cérébral et la plasticité du SNC 1 CHAPITRE D Le cortex cérébral et la plasticité du SNC 2 Les précédents chapitres nous ont permis de constater que le SN est organisé comme un réseau très complexe de neurones, au sein duquel circulent

Plus en détail

la Quadranopsie: Le trajet du message nerveux de la rétine au cortex occipital

la Quadranopsie: Le trajet du message nerveux de la rétine au cortex occipital CORRECTION du TP3: Exemples de troubles de la vision Méthodologie pour ce travail : Faire le lien entre la modification du champ visuel et la lésion constatée. Conclure sur le traitement de l information

Plus en détail

Chapitre 2 : De la rétine au cerveau

Chapitre 2 : De la rétine au cerveau Chapitre 2 : De la rétine au cerveau Document illusions d optique Les illusions d'optique nous montrent que l'image que nous percevons ne correspond pas toujours à la réalité. En fait, l'œil reçoit les

Plus en détail

6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie?

6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie? 6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie? Sans doute NON car la chronicisation des symptômes n est pas vécue de façon identique selon que le malade a en lui les ressources nécessaires

Plus en détail

Les Neurones Miroirs 1

Les Neurones Miroirs 1 Les Neurones Miroirs 1 Plan du Cours Action vs. Perception Théorie de la «théorie de l esprit» vs. Théorie de la simulation Données expérimentales sur l espace péripersonnel, l affordance et les neurones

Plus en détail

Aide aux devoirs Les AVC

Aide aux devoirs Les AVC Le cerveau et les AVC Le cerveau est l organe le plus complexe de votre corps. Il commande tout ce que vous faites, pensez, ressentez et dites! Il possède plus de 100 milliards de cellules nerveuses spéciales

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Equipe ACCES Neurosciences

Equipe ACCES Neurosciences Equipe ACCES Neurosciences Programme de 1 ère S : Référentiel : Le cortex sensoriel et la plasticité du système nerveux central (illustration grâce { des images d activation du cortex somesthésique ou

Plus en détail

Mission de promotion de la santé en faveur des élèves LE RISQUE AUDITIF

Mission de promotion de la santé en faveur des élèves LE RISQUE AUDITIF 1 Collège Jean-Baptiste Carpeaux Mission de promotion de la santé en faveur des élèves LE RISQUE AUDITIF Quelques chiffres : Environ 10% des jeunes de moins de 25 ans présentent une perte auditive pathologique.

Plus en détail

Développement physique du trottineur

Développement physique du trottineur 4.1 Formatif 1- Lecture et faire un résumé d UN sujet : o Ouïe et vision p.105 et 106 o o Réflexes p.110-111 p.111-113 2- SANS les notes de cours, échanger l information comprise avec un autre élève de

Plus en détail

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL?

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? La dysplasie fibreuse des os (DF) est une maladie osseuse rare pouvant atteindre tous les os. Le nombre d os concernés est très variable : un seul os, deux, trois

Plus en détail

EXERCICES. 5 1. Chez le tritanope, les cônes sensibles au bleu sont déficients.

EXERCICES. 5 1. Chez le tritanope, les cônes sensibles au bleu sont déficients. 3. Les filtres utilisés permettent de soustraire «une couleur à une autre», c est-à-dire certaines radiations lumineuses à la colorée incidente. Leur rôle est de ne transmettre, à un œil, que les informations

Plus en détail

Janvier 2011. Département Formation

Janvier 2011. Département Formation Janvier 2011 Département Formation PLAN D INTERVENTION SST 2 PREVENIR Face à une situation de travail, le SST doit être capable de : Repérer des dangers, des situations dangereuses, des risques. Identifier

Plus en détail

Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes

Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes Rappel: définitions Accident: - événement soudain Permet de distinguer l accident de la maladie, et en particulier de la maladie professionnelle

Plus en détail

Le domaine de la motricité fine

Le domaine de la motricité fine Le domaine de la motricité fine Le domaine de la motricité fine traite d une réalisation importante dans la vie des nourrissons et des jeunes enfants, soit l utilisation des mains pour atteindre, prendre

Plus en détail

Concepts et méthodes en psychologie cognitive

Concepts et méthodes en psychologie cognitive Concepts et méthodes en psychologie cognitive La psychologie cognitive La pensée très peu (voir AT, S2) organisation des processus mentaux mémoire, perception, decision, action Carte de route Conceptes

Plus en détail

Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien

Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien 2014 Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien Grand témoin Natalie Dessay Invités plateau Hervé Platel (Le cerveau transparent la révolution des techniques de neuroimagerie cérébrale) Emmanuel Bigand (Historique

Plus en détail

LE RÔLE DU CERVEAU DANS LA VISION

LE RÔLE DU CERVEAU DANS LA VISION 1 LE RÔLE DU CERVEAU DANS LA VISION 2 3 L œil est un organe sensoriel du corps humain qui reçoit 80% des informations extérieures. Il sert uniquement à voir. Il n interprète pas les images qu il voit.

Plus en détail

Une approche de la PNL

Une approche de la PNL Qu est ce que la PNL? Une approche de la PNL La PNL signifie Programmation NeuroLinguistique. C est une approche plus ou moins scientifique de tout ce qui touche à la communication et le fonctionnement

Plus en détail

Bases et analyses préliminaires

Bases et analyses préliminaires Prévention du syndrome RSI grâce à de nouveaux dispositifs d entrée sur l ordinateur - L Étude faite par l Université Technique de Darmstadt examine les tablettes à stylet en tant qu alternative ergonomique

Plus en détail

Jeux de science et Robots

Jeux de science et Robots Jeux de science et Robots Les aventuriers Carnet de missions Editions du Pass Ce carnet de missions appartient à Prénom Prénom Prénom Prénom Prénom Prénom Nom Nom Nom Nom Nom Nom Equipe De l école Ici

Plus en détail

APPRENDRE À PORTER SECOURS (A.P.S.) Programme pédagogique pour l'enseignement des gestes de premiers secours dans les écoles primaires

APPRENDRE À PORTER SECOURS (A.P.S.) Programme pédagogique pour l'enseignement des gestes de premiers secours dans les écoles primaires (A.P.S.) Programme pédagogique pour l'enseignement des gestes de premiers secours dans les écoles primaires LIVRET ELEVE - CYCLE 3 Les gestes de premiers secours appris Une fois que j ai protégé pour agir

Plus en détail

LA COMMOTION CÉRÉBRALE

LA COMMOTION CÉRÉBRALE LA COMMOTION CÉRÉBRALE Philippe Fait, PhD, ATC, CAT(C) Thérapeute du Sport Agréé, Professeur-Chercheur à l UQTR Fondateur de la clinique Cortex Médecine & Réadaptation Séminaire St-Joseph, le 14 avril

Plus en détail

4.0 : LE STRESS, L ANXIÉTÉ

4.0 : LE STRESS, L ANXIÉTÉ 4.0 : LE STRESS, L ANXIÉTÉ 13-14 (gestion) 4.1 L IMPORTANT EST DE 1) identifier les facteurs de stress 2) reconnaître ses propres symptômes 3) identifier ses propres déclencheurs de stress, 4) gérer son

Plus en détail

La psychologie médicale. sa place en médecine et dans l enseignement médical

La psychologie médicale. sa place en médecine et dans l enseignement médical La psychologie médicale sa place en médecine et dans l enseignement médical La psychologie médicale! Tout médecin qui soigne perçoit que des liens particuliers se nouent entre les patients et lui.! Ces

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement. Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15

PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement. Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15 Sommaire Avant-propos... 11 PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement CHAPITRE 1 Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15 I. Les différents champs disciplinaires de la

Plus en détail

OPTION Neurobiologie. Les Emotions

OPTION Neurobiologie. Les Emotions OPTION Neurobiologie Les Emotions 1. Situation du Problème a. Qu est-ce qu une émotion? C est une sensation plus ou moins nette de plaisir ou de déplaisir que l on peut reconnaître en soi ou prêter aux

Plus en détail

L anxiété à l école. Présentation au colloque des TES 31 mai 2013

L anxiété à l école. Présentation au colloque des TES 31 mai 2013 L anxiété à l école Présentation au colloque des TES 31 mai 2013 Par Jacinthe Beaulieu Conseillère pédagogique en adaptation scolaire Commission scolaire des Samares Objectifs de la rencontre Comprendre

Plus en détail

Mécanismes cérébraux de la lecture. Second Cours. Vers une physiologie de la lecture

Mécanismes cérébraux de la lecture. Second Cours. Vers une physiologie de la lecture Mécanismes cérébraux de la lecture Stanislas Dehaene Chaire de Psychologie Cognitive Expérimentale Second Cours Vers une physiologie de la lecture Résumé du premier cours et plan du second cours La lecture

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

Echelle NIHSS ( National Institute of Health Stroke Score)

Echelle NIHSS ( National Institute of Health Stroke Score) Echelle NIHSS ( National Institute of Health Stroke Score) 1a. Niveau de conscience 0 Eveillé, réactivité vive Choisir une réponse, même si une évaluation complète est impossible du fait d une intubation,

Plus en détail

Infolettre #6: SkyDrive

Infolettre #6: SkyDrive Infolettre #6: SkyDrive Table des matières AVANTAGES DE SKYDRIVE 2 DÉSAVANTAGES DE SKYDRIVE 2 INSCRIPTION AU SERVICE 2 MODIFIER VOTRE PROFIL 4 AJOUTER UN DOSSIER 5 AJOUTER DES FICHIERS DANS LE DOSSIER

Plus en détail

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN La fatigue visuelle figure souvent au premier plan parmi les manifestations physiques ressenties par les utilisatrices

Plus en détail

2 ème PARTIE : FONCTIONNEMENT DU SYSTEME NERVEUX

2 ème PARTIE : FONCTIONNEMENT DU SYSTEME NERVEUX 2 ème PARTIE : FONCTIONNEMENT DU SYSTEME NERVEUX INTRODUCTION cliquez : UNE ANIMATION POUR COMPRENDRE LE ROLE DES MUSCLES DANS LA MOUVEMENT Je ne donne pas de réponse à la 4/ car c'est votre hypothèse

Plus en détail

La collection des fiches est également disponible en version papier sur www.sparadrap.org > Catalogue > Par types de documents > Fiches pratiques

La collection des fiches est également disponible en version papier sur www.sparadrap.org > Catalogue > Par types de documents > Fiches pratiques Pour guider les enfants dans le monde de la santé Vous venez d apprendre que votre enfant doit avoir un examen ou un soin et vous manquez de temps pour commander la fiche SPARADRAP? Pour vous rendre service,

Plus en détail

Marie Lébely. Le large dans les poubelles

Marie Lébely. Le large dans les poubelles Marie Lébely Le large dans les poubelles Prologue «La vitesse de conduction des fibres postganglionnaires est-elle du même ordre que celle des fibres nerveuses motrices du système nerveux somatique?» C

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 2 : L œil et ses défauts

1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 2 : L œil et ses défauts 1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 2 : L œil et ses défauts Cours I. Modélisation d un œil : 1. Schéma de l œil et vision : L œil est un récepteur de lumière sensible aux radiations lumineuses

Plus en détail

Idées reçues sur la dyslexie

Idées reçues sur la dyslexie Idées reçues sur la dyslexie Annie Dumont Issues de la tradition ou de l air du temps, mêlant souvent vrai et faux, les idées reçues sont dans toutes les têtes. L auteur les prend pour point de départ

Plus en détail

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON ATTENTION! LASER ET LAMPE À MERCURE : DANGER! - Ne jamais regarder directement le faisceau Laser, sous peine de brûlures irréversibles de la rétine. - Ne jamais regarder directement

Plus en détail

Les outils qui peuvent soulager ou faciliter la vie quotidienne

Les outils qui peuvent soulager ou faciliter la vie quotidienne Les outils qui peuvent soulager ou faciliter la vie quotidienne L adaptation de l environnement Ceci concerne les objets usuels adaptés pour limiter les efforts afin de ne pas se luxer : des ouvres bouteilles,

Plus en détail

La maladie de Lyme mars 2014

La maladie de Lyme mars 2014 La maladie de Lyme mars 2014 Il y a sur l internet beaucoup d information erronée et soi disant scientifique concernant la maladie de Lyme. Efforcons nous de mettre les choses au clair. Résumé La maladie

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

Association Université Européenne Assomptionniste. Polymorphisme des déficits cognitifs après lésion cérébrale De l analyse clinique à la récupération

Association Université Européenne Assomptionniste. Polymorphisme des déficits cognitifs après lésion cérébrale De l analyse clinique à la récupération Association Université Européenne Assomptionniste Polymorphisme des déficits cognitifs après lésion cérébrale De l analyse clinique à la récupération Jeudi 27 mars 2008 Gilles Rode Université de Lyon,

Plus en détail

Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel MÉMOIRE(S) Mémoire à Court Terme MCT

Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel MÉMOIRE(S) Mémoire à Court Terme MCT Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel Capacité à se rappeler ou à reconnaître une expérience antérieure MÉMOIRE(S) Mémoire (Sensorielle)

Plus en détail

II) Pourquoi l ostéopathie dans la prise en charge de l autisme?

II) Pourquoi l ostéopathie dans la prise en charge de l autisme? I) Qu est que l ostéopathie? L ostéopathie est une méthode de soins qui s emploie à rechercher et à traiter les restrictions de mobilité qui peuvent affecter l ensemble des structures composant le corps

Plus en détail

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer?

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer? VAGINISME Quelques pistes pour avancer? Vaginisme Pendant longtemps, pénétration vaginale quasi impossible car trop douloureuse : brûlures. Et même pas de nom pour ça. Un jour : un mot. VAGINISME. Vaginisme

Plus en détail

APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE

APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE GENERALITES Douleur chronique = douleur qui évolue depuis plus de 6 Mois. Douleur «maladie» qui évolue par elle même Douleur «traumatisme»:

Plus en détail

Quinzaine Bloc 9 Psychologie Cognitive Partie 1. 1. Anatomie. Comparaisons entre cerveaux. cerveau. L oeil Le cerveau Les modules

Quinzaine Bloc 9 Psychologie Cognitive Partie 1. 1. Anatomie. Comparaisons entre cerveaux. cerveau. L oeil Le cerveau Les modules Quinzaine Bloc 9 Psychologie Cognitive Partie 1 1. Anatomie 2. Mesure: les champs récepteurs 3. Inférence: choix de l histoire le plus apte 4. Attention 5. Architecture 1. Anatomie L oeil Le cerveau Les

Plus en détail

Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale. Date de retour :

Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale. Date de retour : Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale Date de retour : Message aux parents Les fascicules «Mes défis au préscolaire» suggèrent des activités à réaliser avec votre enfant. Le choix

Plus en détail

Œil réduit - Défauts et corrections

Œil réduit - Défauts et corrections Première L Œil réduit - Défauts et corrections I) La vision : Formation de l'image : Comment est l image sur la rétine? Existe-t-il plusieurs positions possibles de l objet permettant d obtenir une image

Plus en détail

Une origine évolutive ancienne UNE ORIGINE ÉVOLUTIVE ANCIENNE 01/10/2014 LES SCHÉMAS NEUROBIOLOGIQUES DU CIRCUIT DE LA RÉCOMPENSE

Une origine évolutive ancienne UNE ORIGINE ÉVOLUTIVE ANCIENNE 01/10/2014 LES SCHÉMAS NEUROBIOLOGIQUES DU CIRCUIT DE LA RÉCOMPENSE 01/10/2014 Journées d études de l Institut des Actuaires et du SACEI LES SCHEMAS NEUROBIOLOGIQUES DE LA PRISE DE RISQUE Marion Noulhiane, PhD Neurosciences. Journées d études de l Institut des Actuaires

Plus en détail

Les illusions d optiques

Les illusions d optiques Les illusions d optiques Informations et illusions tirées du site : http://ophtasurf.free.fr/illusion.htm La plupart des illusions classiques dites «optico-géométriques» ont été découvertes dans les années

Plus en détail

Etablis un constat de l expérience et essaie d expliquer le phénomène :

Etablis un constat de l expérience et essaie d expliquer le phénomène : Défi : La lumière est-elle blanche? un disque compact, une lampe de poche 1. Eclaire le CD. Ton hypothèse s est-elle vérifiée? 1 Défi : La lumière est-elle blanche? un miroir, une cuvette, de l eau, une

Plus en détail

CONFERENCE du 12 AVRIL 2012 par JOHANNE LEMIEUX «L ENFANT ADOPTÉ ET L ÉCOLE : 12 CONSEILS POUR UN VÉCU SCOLAIRE RÉUSSI»

CONFERENCE du 12 AVRIL 2012 par JOHANNE LEMIEUX «L ENFANT ADOPTÉ ET L ÉCOLE : 12 CONSEILS POUR UN VÉCU SCOLAIRE RÉUSSI» CONFERENCE du 12 AVRIL 2012 par JOHANNE LEMIEUX «L ENFANT ADOPTÉ ET L ÉCOLE : 12 CONSEILS POUR UN VÉCU SCOLAIRE RÉUSSI» 1. Qu est ce que la normalité adoptive? a. Discrimination Il est nécessaire de les

Plus en détail

Allo Parents - Bébé 0800 00 34 56

Allo Parents - Bébé 0800 00 34 56 Les pleurs sont le mode d expression de votre bébé, et ils peuvent correspondre à des besoins qui ne sont pas satisfaits. Parfois un bébé pleure sans que l on sache pourquoi L important c est donc de savoir

Plus en détail

Trampoline et Enceinte Directives d Assemblage

Trampoline et Enceinte Directives d Assemblage Trampoline et Enceinte Directives d Assemblage Poids recommandé 175 lbs (80 kg) Version 718502 L information contenue dans ce document peut être modifiée sans préavis. Springfree Trampoline Inc. 2005,

Plus en détail

Qu est-ce que l hémophilie?

Qu est-ce que l hémophilie? Qu est-ce que l hémophilie? 1425 boul. René-Lévesque Ouest, bureau 1010 Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada Qu est-ce que l hémophilie? L hémophilie est un trouble de saignement. Les personnes atteintes

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

FORMATION DES IMAGES ET STIGMATISME

FORMATION DES IMAGES ET STIGMATISME OPTIQUE GEOMETRIQUE R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI FORMATION DES IMAGES ET STIGMATISME «Qui voit la figure humaine correctement? Le photographe, le miroir ou le peintre?» Pablo Picasso I Les objets et

Plus en détail

11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux

11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux SEMESTRE 2 UE 2.6.S2 Processus psychopathologiques 11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux Névrose et anxiété La névrose est une perturbation de l ensemble de la personnalité plus marquée au niveau

Plus en détail

Comment Réussir sa vie par la PNL

Comment Réussir sa vie par la PNL 1 Comment Réussir sa vie par la PNL Condensé de la conférence de Didier Pénissard 1 Ce compte-rendu à été réalisé par Françoise (membre du club) et au nom du groupe, je la remercie chaleureusement Nous

Plus en détail

Lumière et couleurs CRDP de Poitou-Charentes

Lumière et couleurs CRDP de Poitou-Charentes Lumière et couleurs CRDP de Poitou-Charentes Les ondes colorées de la lumière blanche La lumière est un rayonnement composé d ondes électromagnétiques qui se propagent dans le vide à la vitesse de 299

Plus en détail

Effets du Reiki sur des changements de température du corps humain : Prises de vue par camera infra-rouge thermique.

Effets du Reiki sur des changements de température du corps humain : Prises de vue par camera infra-rouge thermique. Effets du Reiki sur des changements de température du corps humain : Prises de vue par camera infra-rouge thermique. L expérience a été réalisée à l initiative de Nicole, enseignante de Reiki depuis près

Plus en détail

L hypnose clinique. Alexia RAPHAEL Psychologue-hypnothérapeute Institut Paoli Calmettes

L hypnose clinique. Alexia RAPHAEL Psychologue-hypnothérapeute Institut Paoli Calmettes L hypnose clinique Alexia RAPHAEL Psychologue-hypnothérapeute Institut Paoli Calmettes Historique de l hypnose Mesmer en 1778: théorie du magnétisme James Braid (1796-1860) médecin: théorie du sommeil

Plus en détail

Avoir de bons outils pour gérer son temps Comprendre et pratiquer ; désapprendre et remplacer

Avoir de bons outils pour gérer son temps Comprendre et pratiquer ; désapprendre et remplacer Béatrice MILLETRE, Docteur en Psychologie Avoir de bons outils pour gérer son temps Comprendre et pratiquer ; désapprendre et remplacer Au-delà de la théorie, qui nous permet de changer notre regard sur

Plus en détail

Un anneau contraceptif chaque mois. Les aspects géniaux de NuvaRing! Pourquoi un contraceptif dans le vagin?

Un anneau contraceptif chaque mois. Les aspects géniaux de NuvaRing! Pourquoi un contraceptif dans le vagin? Franska Un anneau contraceptif chaque mois Le NuvaRing étonogestrel/éthinyloestradiol, est un anneau de plastique souple que vous insérez vousmême dans votre vagin et que vous conservez pendant trois semaines.

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail

MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE DESCRIPTION DE LA MAQUETTE ET MISE EN SERVICE

MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE DESCRIPTION DE LA MAQUETTE ET MISE EN SERVICE : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : @ : info@sordalab.com MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE Ref: OEILP Cette maquette munie d un cristallin, lentille à focale variable (lentille remplie d eau), permet

Plus en détail

mqwertyuiopasdfghjklzxcvb mqwertyuiopasdfghjklzxcvb qwertyuiopasdfghjklzxcvbn qwertyuiopasdfghjklzxcvbn

mqwertyuiopasdfghjklzxcvb mqwertyuiopasdfghjklzxcvb qwertyuiopasdfghjklzxcvbn qwertyuiopasdfghjklzxcvbn qwertyuiopasdfghjklzxcvbn qwertyuiopasdfghjklzxcvbn mqwertyuiopasdfghjklzxcvb mqwertyuiopasdfghjklzxcvb nmqwertyuiopasdfghjklzxcv nmqwertyuiopasdfghjklzxcv bnmqwertyuiopasdfghjklzxc bnmqwertyuiopasdfghjklzxc

Plus en détail

BACCALAUREAT GENERAL «BLANC» SESSION 2014 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE SERIES L ES

BACCALAUREAT GENERAL «BLANC» SESSION 2014 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE SERIES L ES BACCALAUREAT GENERAL «BLANC» SESSION 2014 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE SERIES L ES Durée de l épreuve : 1h 30 Coefficient 2 Ce sujet comporte 8 pages numérotées de 1 à 8. Le candidat traite chacune des parties

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

EXEMPLES FORMATIFS : ETUDE D UNE SITUATION DE HANDICAP En lien avec le tableau approche situationnelle du handicap et la Loi de 2005

EXEMPLES FORMATIFS : ETUDE D UNE SITUATION DE HANDICAP En lien avec le tableau approche situationnelle du handicap et la Loi de 2005 EXEMPLES FORMATIFS : ETUDE D UNE SITUATION DE HANDICAP En lien avec le tableau approche situationnelle du handicap et la Loi de 2005 Cas n 1 : Mr P, professeur à la faculté, polyomyélite à l âge de 4 ans

Plus en détail

Éléments d un ordinateur

Éléments d un ordinateur Page 1 sur 6 Éléments d un ordinateur Dans cet article l Unité système l Stockage l Souris l Clavier l Moniteur l Imprimante l Haut-parleurs l Modem Si vous utilisez un ordinateur de bureau, vous savez

Plus en détail

Manuscrit et Vocabulaire

Manuscrit et Vocabulaire Manuscrit et Vocabulaire Histoires fantastiques : En voiture! «Bienvenue dans votre voiture. Je vais accompagner pendant votre voyage. Laissez-moi vous guider!» On entend une voix mélodieuse quand Papa

Plus en détail

Nos activités avec le robot Thymio II

Nos activités avec le robot Thymio II Nos activités avec le robot Thymio II Le Thymio est un robot. Il a des fonctions préprogrammées qui sont associées à des couleurs. Il contient de nombreux capteurs qui contiennent chacun un led coloré

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION. Utilisation du logiciel & Création de parcours et d exercices

GUIDE D UTILISATION. Utilisation du logiciel & Création de parcours et d exercices GUIDE D UTILISATION OCAD 9 Utilisation du logiciel & Création de parcours et d exercices Rédigé par Stéphane CLEMENT-AGONI Mise à jour 2010 Distribution : Ligue de Bourgogne de C.O et Talant Sport Orientation

Plus en détail

Passages de Paris 8 (2013) 13-19 UN ARTISTE AU PAYS DE L INTERCOMPRÉHENSION

Passages de Paris 8 (2013) 13-19 UN ARTISTE AU PAYS DE L INTERCOMPRÉHENSION Passages de Paris 8 (2013) 13-19 www.apebfr.org/passagesdeparis UN ARTISTE AU PAYS DE L INTERCOMPRÉHENSION Entretien avec Nino MONTALTO Nino Montalto est né en Sicile. Très jeune, il travaille dans un

Plus en détail

Programme «Guérir avec le sourire»

Programme «Guérir avec le sourire» Programme «Guérir avec le sourire» La Fondation Sabrina et Camillo D Alesio a été établie en mémoire de deux enfants exceptionnels dont l enthousiasme et l amour de la vie ont amené les parents à croire

Plus en détail

Chapitre 2 : La couleur des objets (p. 29)

Chapitre 2 : La couleur des objets (p. 29) PRTIE 1 - OSERVER : OULEURS ET IMGES hapitre 2 : La couleur des objets (p. 29) onnaissances : Phénomènes d absorption, de diffusion et de transmission. Savoir-faire : Utiliser les notions de couleur blanche

Plus en détail

Gestion du stress et de l anxiété par les TCC. Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille

Gestion du stress et de l anxiété par les TCC. Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille Gestion du stress et de l anxiété par les TCC Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille Rappel sur les bases du modèle cognitif du stress Définitions du

Plus en détail

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit.

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit. Lola Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin www.majuscrit.fr www.majuscrit.fr Marcus Papa Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine

Plus en détail

Berkeley Center for new media

Berkeley Center for new media Berkeley Center for new media Greg Niemeyer : Comme nous le savons, le monde visuel consiste en une réflexion de la lumière qui est constituée elle même de molécules. La lumière se diffuse par ondes dont

Plus en détail

Qu est-ce qui différencie une bonne photo d une mauvaise? Trois éléments sont importants : La composition L éclairage La qualité et la résolution

Qu est-ce qui différencie une bonne photo d une mauvaise? Trois éléments sont importants : La composition L éclairage La qualité et la résolution PRENDRE DE MEILLEURES PHOTOS 101 Par Lesley Ouimet Rien de plus facile que de prendre une photo numérique, mais c est un peu plus difficile de prendre une bonne photo numérique. Qu est-ce qui différencie

Plus en détail

LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD

LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD Renato SAIU (2009). En ligne sur detour.unice.fr Master 2 de psychologie clinique et gérontologique Résumé : La formation professionnelle du personnel en EHPAD

Plus en détail

Jean Dubuffet AUTOPORTRAIT II - 1966

Jean Dubuffet AUTOPORTRAIT II - 1966 Jean Dubuffet AUTOPORTRAIT II - 1966 MON VISAGE A LA MANIERE DE JEAN DUBUFFET OBJECTIFS - utiliser son expérience sensorielle visuelle pour produire une œuvre picturale. - réaliser une œuvre s'inspirant

Plus en détail

Conduire le changement avec succès

Conduire le changement avec succès Conduire le changement avec succès Lynn M.Levo, CSJ Occasional Papers Eté 2012 Le changement est inévitable et selon la nature du changement, il peut aussi être un défi. Les responsables d aujourd hui

Plus en détail

de l instruction publique estime que je vais donner des idées aux enfants lorsque je vais dans les écoles et nous devons nous battre pour aller dans

de l instruction publique estime que je vais donner des idées aux enfants lorsque je vais dans les écoles et nous devons nous battre pour aller dans Gavin COCKS, fondateur de l Association GASP/Afrique du Sud («des jeux auxquels les enfants ne devraient pas jouer»). Actions de prévention en Afrique du Sud. Bonjour à tous et merci beaucoup à Françoise

Plus en détail

Françoise S. Maheu, PhD. Département de psychiatrie, Université de Montréal

Françoise S. Maheu, PhD. Département de psychiatrie, Université de Montréal Troubles anxieux et fonctionnement du cerveau chez les jeunes Conférences de Revivre - 9 février 2010 Françoise S. Maheu, PhD Centre de recherche, CHU Ste-Justine Centre de recherche, CHU Ste-Justine Département

Plus en détail

Tout s éclaire! 1- L électricité statique Expérience avec un ballon magique. 2- Lampe de poche Découverte et manipulation

Tout s éclaire! 1- L électricité statique Expérience avec un ballon magique. 2- Lampe de poche Découverte et manipulation Découverte du monde Langage au cœur des apprentissages Tout s éclaire! Objectifs : - Découvrir d où vient la lumière, - Adopter une démarche expérimentale. 1- L électricité statique Expérience avec un

Plus en détail

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Rappel anatomique Moelle épinière Racines C5-T1 Tronc primaire supérieur (C5-C6), intermédiaire (C7), & inférieur (C8-T1) Tronc secondaire antéro-externe (médianmusculo-cutané),

Plus en détail

32 Syndrome du tunnel cubital

32 Syndrome du tunnel cubital 32. Syndrome du tunnel cubital 201 32 Syndrome du tunnel cubital SYNDROME CLINIQUE Le syndrome du tunnel cubital est une cause rare de douleur et de faiblesse de la partie latérale de l avant-bras qui

Plus en détail

I Représentation et modélisation de l œil.

I Représentation et modélisation de l œil. I Représentation et modélisation de l œil. Doc 1 : voir livre p 202 Lorsque la lumière pénètre dans l oeil par la pupille, elle traverse des milieux transparents : la cornée, l humeur aqueuse, le cristallin

Plus en détail

Deuxième partie : Optique

Deuxième partie : Optique Deuxième partie : Optique Introduction Exemples de questions Comment fonctionne un projecteur de dias? Qu est-ce que la mise au point d un appareil photo? Comment la lumière peut-elle être guidée dans

Plus en détail

Chapitre 1. Arrivée à la maison

Chapitre 1. Arrivée à la maison Chapitre 1 Arrivée à la maison 18 Enfant qui a mal, enfant qui fait mal? Ce livre vous est destiné, à vous et votre petit bout adopté ou au bébé ou au jeune enfant que vous espérez accueillir. Il a pour

Plus en détail

L'histoire de la MH et le cancer

L'histoire de la MH et le cancer Actualités à propos de la recherche sur la maladie de Huntington. Expliqué simplement. Écrit par des scientifiques. Pour la communauté mondiale HD. Quel est le lien entre la maladie de Huntington et le

Plus en détail