Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes"

Transcription

1 Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes

2 Rappel: définitions Accident: - événement soudain Permet de distinguer l accident de la maladie, et en particulier de la maladie professionnelle qui est le résultat d une évolution, d une dégradation progressive de l organisme du travailleur. - qui produit une lésion corporelle Il s agit d une lésion aussi bien d ordre physique (fracture, brûlure, ) que mental (dépression nerveuse, trouble de la mémoire, ). - dont la cause, ou l une des causes, est extérieure à l organisme de la victime Une lésion due uniquement à une cause pathologique (propre à l organisme de la victime) ne peut être prise en considération.

3 Rappel: définitions Accident du travail: Tout accident qui survient à un travailleur dans le cours et par le fait de l exécution du contrat de louage de travail et qui produit une lésion. L accident survenu dans le cours de l exécution du contrat est présumé, jusqu à preuve du contraire, survenu par le fait de cette exécution. Au cours de l exécution du contrat = en tout lieu et à tout moment où le travailleur se trouve, en vertu de son contrat de travail, sous l autorité réelle ou virtuelle de son employeur. Par le fait de l exécution du contrat = doit avoir un certain lien avec le travail ou avec les conditions dans lesquelles celui-ci est effectué.

4 1. Introduction Méthode logique et rationnelle d analyse, a posteriori, des A.T. 1 ère expérimentation: 1970 I.N.R.S. (France). Large diffusion depuis Permet, en partant du fait ultime (blessure, dégât matériel) du processus accidentel, de remonter progressivement dans le temps pour découvrir l enchaînement et les liaisons entre les diverses causes qui ont concouru à l accident. Arbre des causes = représentation de cet enchaînement et de ces liaisons. Méthode parmi d autres, trouve sa place dans une démarche plus large.

5 2. Analyse de l accident, pourquoi? Obligation légale: «Examiner les accidents et les incidents et proposer des mesures» (art. 13 de l A.R. du 27 mars 1998 relatif à la politique du B.E.T.). Accident = échec; reproduction = inacceptable! Obligation de tout mettre en œuvre de manière à éviter la répétition d un accident identique. Comprendre ce qui s est passé = mettre en évidence l enchaînement de faits dans lequel tout accident trouve son origine. Ne pas se limiter à simplement constater l accident; une analyse systématique s impose.

6 2. Analyse de l accident, pourquoi? Mettre en évidence les causes de l accidents prendre les mesures correctrices prendre les mesures préventives pour éviter qu il ne se reproduise. Analyse de l A.T. = outil de prévention. Bonne prévention = analyse systématique des accidents. Certaines causes des A.T. sont humaines. Faire participer à l analyse la victime, mais aussi son responsable direct modifier les comportements. Analyse de l A.T. = outil de motivation.

7 2. Analyse de l accident, pourquoi? Bonne analyse de l A.T. = Dégager TOUTES les causes de survenance de l accident; Suggérer des actions préventives; Être participative

8 3. Quel accident analyser? Pas de relation entre gravité d un A.T. et intérêt sur le plan de la prévention. Obligation légale: TOUT accident doit être analysé. Accidents avec incapacité de travail; Accidents ayant seulement donné lieu à des 1ers soins à l infirmerie; Accidents n ayant entraîné que des dégâts matériels. Distinction= niveau des conséquences (gravité) Accident: tout événement soudain dommageable.

9 3. Quel accident analyser? Relation chiffrée (ratio) entre différents «niveaux» d accident: F. BIRD: 1 accident avec incapacité de travail 10 accidents avec premiers soins 30 accidents matériels 600 incidents (événements n ayant provoqué ni blessure ni dégât matériel mais qui a entraîné une perturbation).

10 4. Plusieurs étapes 4.1 Secourir Organiser et porter secours à la victime Empêcher que l accident de crée un autre accident Couper les énergies, Limiter, contenir les fuites, émanations,, Délimiter la zone, Éloigner les curieux,

11 4. Plusieurs étapes 4.2 Recueillir les informations Qualité de l analyse dépend de la qualité de l information dont on dispose. Immédiatement, le plus rapidement possible. Remise en ordre du lieu de l accident = perte d informations. Sur les lieux mêmes de l accident. Dessin, croquis, photos, En observant les lieux de l accident. Avec curiosité et précision. Ne pas être sélectif.

12 4. Plusieurs étapes 4.2 Recueillir les informations Ne pas porter de jugement de valeur. Simplement constater et rapporter en étant le plus précis possible. Interroger, sans culpabiliser, la victime et les témoins. Relève de la responsabilité du chef direct. Participation possible du C.P. du S.I.P.P. ou d un délégué du C.P.P.T.

13 4. Plusieurs étapes 4.3 Remplir le compte-rendu d accident Par le chef direct de la victime. Doit être complet et précis car sert de base à la déclaration d accident à la compagnie d assurances. Sans tarder (dans les 24 heures). Peut être communiqué au chef de service, à la direction, au C.P. du S.I.P.P.

14 4. Plusieurs étapes 4.4 Analyser Multicausalité de l accident comprendre en profondeur et en vérité ce qui s est passé en recherchant le maximum de causes et en mettant en évidence les liens qui existent entre elles. Analyse dès que possible (dans les 10 jours). En groupe: victime (si possible), témoins, chef direct, collègues de la victime, technicien, chef de service, C.P., délégué du C.P.P.T., Rechercher des causes, pas des coupables. Ne retenir que ce qui est objectif, mesurable et quantifiable.

15 4. Plusieurs étapes 4.5 Rechercher les mesures correctrices et préventives Rechercher un maximum d idées. Avec créativité et imagination. Brainstorming. Garder à l esprit la hiérarchie: SUPPRIMER REDUIRE PROTEGER COLLECTIVEMENT PROTEGER INDIVIDUELLEMENT AVERTIR

16 4. Plusieurs étapes 4.6 Choisir les mesures correctrices et préventives Relève de la responsabilité de la ligne hiérarchique. Y associer, dans la mesure du possible, toutes les personnes qui ont participé à l analyse. 4.7 Planifier Définir qui sera responsable de la mise en œuvre de chacune des mesures choisies et retenues. Définir les délais de réalisation.

17 4. Plusieurs étapes 4.8 Mettre en oeuvre Mettre en œuvre chaque mesure retenue, sinon en expliquer les raisons. 4.9 Suivre la mise en œuvre Veiller au respect des délais fixés. Veiller à ce que les personnes désignées responsables ne se déchargent pas sur d autres.

18 4. Plusieurs étapes 4.10 Evaluer les réalisations S assurer que les objectifs visés par les mesures prises. Evaluer de façon régulière. Evaluation supervisée par la direction.

19 5. Les conditions d efficacité Volonté et implication de la direction et de la ligne hiérarchique. Mise en œuvre systématique de la démarche. Choix et mise en œuvre rapide des meures correctrices et préventives. Solide formation du garant. Parfaite maîtrise de la méthode de l arbre des causes. Conduite de groupe.

20 5. Les conditions d efficacité Démarche participative. Personnes concernées. Experts. Ecoute et participation de tous. Pas de blocage psychologique. Créativité. Respect des règles de construction de l arbre des causes.

21 6. Pour une bonne réunion 6.1 Avant la réunion Convoquer les participants en précisant: objet de la réunion, heure de début, durée, lieu, éventuels documents à prendre. Rassembler les différents documents utiles: recueil des informations, photos, croquis, dessins, compte-rendu, certificat, Préparer la salle: disposer les tables et chaises, prévoir le matériel (tableau, projecteur, marqueurs, post-it, papier collant, ).

22 6. Pour une bonne réunion 6.2 La réunion Lancement de la réunion: accueillir et mettre à l aise, préciser l objectif et l importance de la réunion, rappeler les règles essentielles d une bonne réunion et de la construction de l arbre des causes, préciser le rôle de chaque participant (en particulier du garant), annoncer l horaire. Pendant la réunion: veiller au respect de l objectif, gérer le temps, réguler les échanges entre participants, ANIMER.

23 6. Pour une bonne réunion 6.2 La réunion A la clôture de la réunion: faire un tour de table pour obtenir l accord sur l arbre construit, les propositions de mesures correctrices et préventives, tirer les conclusions. 6.3 Après la réunion Etablir le rapport et le diffuser. Tenir au courant des suites données (mesures retenues ou non, mise en œuvre, ).

24 Les 7 règles de construction de l arbre 1. Le tri des faits Eléments recueillis immédiatement après l accident. Ne retenir que les faits en lien direct avec l accident. Ne retenir que ce qui est vérifiable, mesurable, quantifiable. 2. A partir du fait ultime Partir du fait ultime, c est-à-dire du fait qui est la conséquence du processus accidentel (la blessure, le dégât matériel).

25 Les 7 règles de construction de l arbre 3. Un sens de construction De droite à gauche: on remonte ainsi dans le temps et on va jusqu au bout de la réflexion. Du haut vers le bas: on examine chacune des arborescences les unes après les autres.

26 Les 7 règles de construction de l arbre 4. Des questions Pour chacun des faits, on pose systématiquement 3 questions: Qu a-t-il fallu? (quelle est la cause de ce fait?) Est-ce nécessaire? (cette cause était-elle nécessaire pour que le fait se produise?) si oui, cette cause est considérée comme un fait pour lequel le raisonnement sera poursuivi. si non, cette cause n est pas retenue et on passe au fait suivant.

27 Les 7 règles de construction de l arbre 4. Des questions Est-ce suffisant? (d autres causes n étaient-elles pas nécessaires pour que le fait se produise?) si oui, on passe au fait suivant (en respectant le sens). si non, on se repose les 3 questions pour mettre en évidence les autres causes.

28 Les 7 règles de construction de l arbre 5. Des liaisons Trois types de liaisons possibles entre les faits ainsi mis en évidence: Enchaînement simple: un fait a une seule cause Glisse Tombe X est nécessaire et suffisant pour que Y se produise

29 Les 7 règles de construction de l arbre 5. Des liaisons Conjonction: un fait a au moins deux causes Rue en pente Freins usés Ne peut s arrêter à temps Chacun des faits X1 et X2 est nécessaire pour que Y se produise mais aucun des deux ne suffit seul à le causer; seule la réunion des deux provoque la survenance de Y

30 Les 7 règles de construction de l arbre 5. Des liaisons Disjonction: au moins deux faits ont une même cause Tempête Branche cassée Fil du téléphone arraché X est nécessaire et suffisant pour que Y1 et Y2 se produisent

31 Les 7 règles de construction de l arbre 6. Des limites Ouverte: la recherche est encore possible et nécessaire?x Fermée: la recherche est impossible ou inutile X

32 Les 7 règles de construction de l arbre 7. La relecture Pour en vérifier la cohérence logique. Dans le sens logique du déroulement du processus accidentel: de la gauche vers la droite. Représentation ainsi obtenue: permet de saisir l accident dans sa totalité (plus facilement que par un compte-rendu écrit).

33 Les 7 règles de construction de l arbre 7. La relecture?x Caisses sur le sol Freine énergiquement Le vélo dérape Chute sur Le sol Blessure X Il a plu Sol mouillé

34 Les 7 règles de construction de l arbre 7. La relecture A ce stade, toutes les causes nécessaires à la survenance de l accident et les liaisons qui existent entre elles ont été mises en évidence. Il suffit de supprimer une seule de ces causes et l accident ainsi analysé ne se serait pas produit. L arbre contient en lui-même toutes les informations suggestives de mesures correctrices et préventives: chacune des cause est une cible possible de prévention.

35

36

37 Meulage Étincelles Solvant très inflammable Feu dans seau Il décide de sortir Seau ouvert Seau en plastique Le seau à fondu Liquide en feu dans seau Porte à 2,5m. Liquide en feu /sol Le sol est en pente Feu à la porte Une seule issue Il traverse les flammes Il porte un bleu de travail Pantalon en feu Intervention secours 30 Brûlure jambe Brûlure degré 2 jambe

38 Meulage Étincelles écran Solvant très inflammable Feu dans seau Il décide de sortir Organisation des Secours Formation SST Solvant non inflammable Seau ouvert Seau en plastique Récipient Métallique fermé Le seau à fondu Liquide en feu dans seau Porte à 2,5m. Liquide en feu /sol Le sol est en pente Feu à la porte Une seule issue Il traverse les flammes Il porte un bleu de travail Pantalon en feu Intervention secours 30 Brûlure jambe Brûlure degré 2 jambe Stockage Des solvants? 2ème issue? État du bleu? Gestion des Vêtements de travail

39

INTERPRÉTATIONS ET IDÉES PRÉCONÇUES. Les idées préconçues. Au-delà des idées préconçues. Qu est-ce qu une cause?

INTERPRÉTATIONS ET IDÉES PRÉCONÇUES. Les idées préconçues. Au-delà des idées préconçues. Qu est-ce qu une cause? INTERPRÉTATIONS ET IDÉES PRÉCONÇUES Il est nécessaire de recueillir les témoignages aussitôt que possible après l accident, pour éviter les oublis et les reconstructions imaginaires. Or les témoins sont

Plus en détail

EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS Rappel réglementaire Le Code du travail impose à l employeur de : - Assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs (Art. L. 4121-1 C.

Plus en détail

GTZ GT Z INER NE I R S

GTZ GT Z INER NE I R S Analyse d Accident GTZ INERIS 10 au 12 MAI 2010 P/OME/FLA1/4785-V10 2 Avant-propos Les différents types d accidents: Accident de travail bénin Accident de travail déclaré avec/sans arrêt Accident de travail

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

La procédure interne de gestion des accidents du travail

La procédure interne de gestion des accidents du travail La procédure interne de gestion des accidents du Sandrine Reep GR- CP Niveau I Paperasse!! J ai pas le temps d écrire des procédures!! PROCEDURE Ca ne sert à rien!! QUELS SONT ALORS LES OBJECTIFS? - Respecter

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

Marche à suivre en cas d accident

Marche à suivre en cas d accident Ce document permet de rencontrer les obligations légales relatives aux premiers secours ainsi qu à l enquête d accident. En combinant ces deux registres, on facilite le suivi des accidents de travail et

Plus en détail

Définition d un accident du travail grave selon l article 94bis 1 de la Loi sur le Bien-être :

Définition d un accident du travail grave selon l article 94bis 1 de la Loi sur le Bien-être : 7.1.2 Lutte contre les accidents du travail graves Qu est-ce qu un accident du travail grave? Définition d un accident du travail grave selon l article 94bis 1 de la Loi sur le Bien-être : «Un accident

Plus en détail

Titel. Subtitel + auteur

Titel. Subtitel + auteur Titel Subtitel + auteur 1 Les nouvelles obligations en matière de prévention du stress, du burnout, de la violence et du harcèlement au travail 2 Introduction Les risques psychosociaux étaient auparavant

Plus en détail

Programme de formation initiale SST

Programme de formation initiale SST Programme de formation initiale SST Pré requis : Aucun Encadrement : La formation est dispensée au minimum par un formateur SST rattaché à : Un organisme de formation habilité pour la formation initiale

Plus en détail

Analyse des accidents du travail et des maladies professionnelles

Analyse des accidents du travail et des maladies professionnelles Analyse des accidents du travail et des maladies professionnelles 65 rue Kepler BP 239 85006 La Roche-sur-Yon cedex Tél : 02 51 44 50 60 Fax : 02 51 37 00 66 www.cdg85.fr maison.des.communes@cdg85.fr OBJECTIFS

Plus en détail

Sauveteur Secouriste du Travail (SST)

Sauveteur Secouriste du Travail (SST) Sauveteur Secouriste du Travail (SST) OBJECTIFS Intervenir efficacement face à une situation d accident Intervenir dans le respect des procédures fixées par l entreprise en matière de prévention. CONTENU

Plus en détail

Prévenir les risques. Enjeux et responsabilités du CHSCT. Groupe de travail CHSCT du

Prévenir les risques. Enjeux et responsabilités du CHSCT. Groupe de travail CHSCT du Prévenir les risques Enjeux et responsabilités du CHSCT Groupe de travail CHSCT du vendredi 8 juin 2012 Les acteurs de l association Employeur et encadrement Salariés Services de santé Médecin du travail

Plus en détail

LES ACCIDENTS DU TRAVAIL - DE TRAJET

LES ACCIDENTS DU TRAVAIL - DE TRAJET LES ACCIDENTS DU TRAVAIL - DE TRAJET Qu est-ce qu un accident du travail? Quelles sont les caractéristiques de l accident du travail et comment reconnaître son caractère professionnel? Définir l'accident

Plus en détail

Document d aide à la prévention de nouveaux accidents et de collecte des renseignements pour la déclaration d accident de service.

Document d aide à la prévention de nouveaux accidents et de collecte des renseignements pour la déclaration d accident de service. CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE ACCIDENT DU TRAVAIL Espace Performance 3-35769 SAINT GRÉGOIRE Cedex - www.cdg35.fr - Téléphone 02 99 23 31 00 - Télécopie 02 99 23 38 00 - E-mail

Plus en détail

Créteil, le 30 octobre 2014. L inspectrice d académie, directrice académique des services départementaux de l éducation nationale du Val-de-Marne

Créteil, le 30 octobre 2014. L inspectrice d académie, directrice académique des services départementaux de l éducation nationale du Val-de-Marne Créteil, le 30 octobre 2014 L inspectrice d académie, directrice académique des services départementaux de l éducation nationale du Val-de-Marne à Mesdames et Messieurs les chefs d établissements du second

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS

Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS Les nécessités d une bonne exploitation soucieuse de la Sécurité et de la Santé exigent d appliquer les règles légales avec une connaissance

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles CHAPITRE 7 Les accidents et les maladies professionnelles 7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles 7.2.1 Méthodologie Définitions L accident

Plus en détail

LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL. Employé service RH

LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL. Employé service RH LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Employé service RH EVALUATION GDI DU SALARIE Employé service RH NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule : Date de l'entretien : Préambule à l'entretien Ce que

Plus en détail

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques Partie 2 SOMMAIRE v Les objectifs du Document Unique v Quelques Recommandations v L évaluation Professionnels Une démarche Méthodologique 25-06- 2015 Isabelle Weissberger Président de BW Consultants Précédemment

Plus en détail

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident Dispositions à prendre en cas d accident et d incident En cas d accident ou d incident, les Chefs de Corps et les Commandants d Unité doivent veiller à appliquer certaines procédures, comme la rédaction

Plus en détail

FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL

FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL OBJECTIFS PEDAGOGIQUES PROFIL PARTICIPANTS Tout public. 1. Permettre à un membre du personnel ou à plusieurs d acquérir les compétences nécessaires afin de pouvoir

Plus en détail

RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION. Activités

RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION. Activités RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION Activités 147 148 Étudier le projet de l émission 1.1.S informer et discuter du projet de l émission S informer auprès du producteur de ses intentions Faire préciser

Plus en détail

FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS

FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS Durée : Participants : Public : Pré-requis : 5 jours (effectif > 300 pers) 4 à 9 personnes Membres du CHSCT Délégués du personnel investis des

Plus en détail

Rapport circonstancié accident du travail grave

Rapport circonstancié accident du travail grave Octobre 2012 Informations périodiques du Service Prévention InfoRisques SERVICE PRÉVENTION Rapport circonstancié accident du travail grave (A.R. 24.02.2005) L employeur veille à ce que son Service Interne

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION des SAUVETEURS-SECOURISTES DU TRAVAIL

PROGRAMME DE FORMATION des SAUVETEURS-SECOURISTES DU TRAVAIL PROGRAMME DE FORMATION des SAUVETEURS-SECOURISTES DU TRAVAIL La formation s adresse à un groupe de 4 à 10 personnes et sa durée est de 12 heures auxquelles il faut ajouter, si nécessaire, le temps pour

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

«Les plans de prévention : quel minimum commun y intégrer pour être efficace?»

«Les plans de prévention : quel minimum commun y intégrer pour être efficace?» «Les plans de prévention : quel minimum commun y intégrer pour être efficace?» Synthèse des réunions d échanges d expérience 20 et 27 juin 2013 Ordre du jour: 14h00 : Accueil des participants 14h15 : Présentation

Plus en détail

La méthode d enquête de la CNESST. Pierre Privé Coordonnateur aux enquêtes Direction générale de la prévention inspection

La méthode d enquête de la CNESST. Pierre Privé Coordonnateur aux enquêtes Direction générale de la prévention inspection La méthode d enquête de la CNESST Pierre Privé Coordonnateur aux enquêtes Direction générale de la prévention inspection La CNESST (Janvier 2016) Mission : La CNESST est une porte d entrée unique pour

Plus en détail

L entretien professionnel annuel (EPA)

L entretien professionnel annuel (EPA) INSTRUCTION n 2012-43 du 21 février 2012 L entretien professionnel annuel (EPA) Emetteurs : DGA RH Direction gestion des carrières et politique de rémunération Correspondants : Marie BALLAND Isabel IBANEZ

Plus en détail

2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation.

2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation. 2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation. 2e Congrès biennal du C.Q.J.D.C. Présenté par Sylvain Bernier, Commission scolaire des Bleuets, St-Félicien; Louis

Plus en détail

Prévenir le risque d explosion

Prévenir le risque d explosion bouteilles d acétylène, d oxygène & de gaz inflammables : Prévenir le risque d explosion Transport en véhicule léger Stockage hors véhicule Association Française 14, rue de la République 92800 Puteaux

Plus en détail

PROGRAMME D INTÉGRATION À LA TÂCHE PROGRAMME D INTÉGRATION À LA TÂCHE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL POSTE DE SERVEUR

PROGRAMME D INTÉGRATION À LA TÂCHE PROGRAMME D INTÉGRATION À LA TÂCHE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL POSTE DE SERVEUR PROGRAMME D INTÉGRATION À LA TÂCHE PROGRAMME D INTÉGRATION À LA TÂCHE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL POSTE DE SERVEUR PROGRAMME D INTÉGRATION À LA TÂCHE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE FORMATION DES SAUVETEURS SECOURISTES DU TRAVAIL

RÉFÉRENTIEL DE FORMATION DES SAUVETEURS SECOURISTES DU TRAVAIL Document à usage des moniteurs RÉFÉRENTIEL DE FORMATION DES SAUVETEURS SECOURISTES DU TRAVAIL En cohérence avec le programme national de Formation des Sauveteurs Secouristes du Travail (ED 4129) Compétence

Plus en détail

Chapitre 4 : les accidents du travail et les maladies professionnelles. Objectif général: distinguer accident du travail et maladie professionnelle

Chapitre 4 : les accidents du travail et les maladies professionnelles. Objectif général: distinguer accident du travail et maladie professionnelle Chapitre 4 : les accidents du travail et les maladies professionnelles Objectif général: distinguer accident du travail et maladie professionnelle Chapitre 4 : AT et MP A la fin de ce thème, vous devrez

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

Réalisation d une étude épidémiologique

Réalisation d une étude épidémiologique Réalisation d une étude épidémiologique Dr A.TIBICHE, Médecin Epidémiologiste, Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive, CHU de Tizi-Ouzou. Introduction La réalisation d une étude épidémiologique

Plus en détail

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS,

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, LA DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA SECURITE PUBLIQUE ET LE GROUPEMENT DE GENDARMERIE DEPARTEMENTALE

Plus en détail

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF CARTA EUROPEA avec le soutien de la Commission Européenne et des barreaux des Programmes EUROMED DROIT et EURODROIT SUD EST MEDITERRANEE Siège social Maison de l Europe à Montpellier Adresse administrative

Plus en détail

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE DE SECURITE ET DE CONDITIONS DE TRAVAIL DE L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE Document validé par le CHSCT au cours de sa séance du 18 septembre 2012 Mis à

Plus en détail

Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique

Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique Septembre 2010 Sommaire Réalisé par : Les Médecins du Travail Et Les IPRP du SMTI Comprendre ce qu est la démarche de prévention ainsi que l évaluation

Plus en détail

Analyse des incidents

Analyse des incidents Analyse des incidents Formation B-Quanum 26/06/2012 N. Jacques Coordinatrice Qualité CMSE Introduction Contexte Contrat SPF Coordinateur qualité Médecine nucléaire Hôpital = Entreprise à Haut Risque Efficacité

Plus en détail

SEANCE D INFORMATIONS. Stagiaire MP 3+1 BIENVENUE!

SEANCE D INFORMATIONS. Stagiaire MP 3+1 BIENVENUE! SEANCE D INFORMATIONS Stagiaire MP 3+1 BIENVENUE! Programme Accueil Présentation du secrétariat central, Stages en Entreprise MP Branche S&A Questions 27.03.2014 2 Présentation de la Branche S&A La CIFC-JB

Plus en détail

Conférence Group S - 19/03/2014 Titel Subtitel + auteur L AUDIT SOCIAL, ou comment optimiser ses pratiques sociales 2 1 PROPOS INTRODUCTIFS DÉFINITIONS DE L AUDIT «Forme d observation qui tend à vérifier

Plus en détail

arbre des causes méthode en prévention Tél. 03 80 70 51 93 Fax 03 80 70 51 73

arbre des causes méthode en prévention Tél. 03 80 70 51 93 Fax 03 80 70 51 73 Pour mettre en oeuvre l arbre des causes, le Service Prévention de la CRAM Bourgogne et Franche-Comté propose des stages d initiation et de perfectionnement. Pour nous contacter CRAM Bourgogne et Franche-Comté

Plus en détail

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE Cette charte a vocation à s appliquer lors de travaux effectués par une ou plusieurs entreprises, dites sous-traitantes, à l intérieur de l enceinte et des

Plus en détail

L analyse des AT/MP par le CHSCT

L analyse des AT/MP par le CHSCT ATELIER L analyse des AT/MP par le CHSCT L accident du travail : Dès lors qu il survient dans le cadre de l activité professionnelle, un accident peut être considéré comme un accident du travail. Selon

Plus en détail

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Vous êtes visé Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Prévenir les vols ou les effets d un vol sur les employés Rôle de la direction de la succursale Désigner un

Plus en détail

DOSSIER DE PSE. Aide à la rédaction. Le dossier de PSE comprendra différentes parties :

DOSSIER DE PSE. Aide à la rédaction. Le dossier de PSE comprendra différentes parties : DOSSIER DE PSE Aide à la rédaction PSE TBAC PRO Le dossier de PSE comprendra différentes parties : 1. Présenter l entreprise : (3 points) Identifier l entreprise : nom, localisation géographique (adresse

Plus en détail

QUALITE HYGIENE SECURITE ENVIRONNEMENT

QUALITE HYGIENE SECURITE ENVIRONNEMENT QUALITE HYGIENE SECURITE ENVIRONNEMENT Normes iso 9001-V 2008 Réaliser des audits qualité internes Sauveteurs Secouristes du Travail SST Recyclage SST CHSCT de 300 salariés Renouvellement CHSCT en intra

Plus en détail

Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels

Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels Charte Prévention Artisans et Entreprises du Bâtiment La démarche V.A.L.E.U.R. Bien sûr... Boîte à outils Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels État des lieux du risque Statistiques

Plus en détail

Outil de diagnostic PRISE EN CHARGE DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL. cnesst.gouv.qc.ca/priseencharge

Outil de diagnostic PRISE EN CHARGE DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL. cnesst.gouv.qc.ca/priseencharge Outil de diagnostic PRISE EN CHARGE DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL Commission des normes, de l équité, de la santé et de la sécurité du travail cnesst.gouv.qc.ca/priseencharge Ce document est

Plus en détail

ZI des Dagueys - 5, rue Firmin Didot 33503 Libourne CEDEX Tél: 05.57.55.28.00 Fax: 05.57.55.28.01 E-mail : contact@cms33.org

ZI des Dagueys - 5, rue Firmin Didot 33503 Libourne CEDEX Tél: 05.57.55.28.00 Fax: 05.57.55.28.01 E-mail : contact@cms33.org ZI des Dagueys - 5, rue Firmin Didot 33503 Libourne CEDEX Tél: 05.57.55.28.00 Fax: 05.57.55.28.01 E-mail : contact@cms33.org 1 2 NOTRE OBJECTIF A l issue de la formation, le SST sera capable : FORMATION

Plus en détail

Accident de travail et de trajet (droit privé)

Accident de travail et de trajet (droit privé) Accident de travail et de trajet (droit privé) Fondamentaux Est considéré comme accident du travail, quelle qu'en soit la cause, l'accident survenu par le fait ou à l'occasion du travail à toute personne

Plus en détail

Le Registre de Santé et Sécurité au Travail

Le Registre de Santé et Sécurité au Travail Le Registre de Santé et Sécurité au Travail Le registre santé et sécurité au travail est un document obligatoire (article 3-2 décret 82-453 modifié relatif à l hygiène, à la sécurité et à la prévention

Plus en détail

COMMENT EVALUER UN RISQUE

COMMENT EVALUER UN RISQUE COMMENT EVALUER UN RISQUE Rappel : danger et risque Le danger est la propriété ou capacité intrinsèque d un équipement, d une substance, d une méthode de travail, d un environnement à causer un dommage

Plus en détail

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN»

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» ATELIER 1 FORMATION-ACTION «ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» 20-10 -2014 Formatrice : Myriam GAYOT myriam.gayot@mg-rh.fr MGRH - «être Manager au quotidien» 1 20/10/2014 Objectifs de l atelier 1 Visualiser le

Plus en détail

CSST LA LÉSION PROFESSIONNELLE

CSST LA LÉSION PROFESSIONNELLE CSST LA LÉSION PROFESSIONNELLE Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles - LATMP Par le fait du travail ZONE GRISE À l occasion du travail La lésion professionnelle Comprend 3 concepts:

Plus en détail

CONGES MALADIE ET ACCIDENTS DE SERVICE ET FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

CONGES MALADIE ET ACCIDENTS DE SERVICE ET FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CONGES MALADIE ET ACCIDENTS DE SERVICE ET FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX En cas de congé pour maladie l agent voit son maintien de rémunération assuré par sa

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

PROCÉDURE DE DÉCLARATION DES ACCIDENTS, DES INCIDENTS ET DES SITUATIONS DANGEREUSES EN MILIEU DE TRAVAIL Novembre 2013

PROCÉDURE DE DÉCLARATION DES ACCIDENTS, DES INCIDENTS ET DES SITUATIONS DANGEREUSES EN MILIEU DE TRAVAIL Novembre 2013 1. Identification Titre : Procédure de déclaration des accidents, des incidents et des situations dangereuses en milieu de travail. Ce document s adresse : aux membres du personnel enseignant et non enseignant

Plus en détail

Conformément au programme de l I.N.R.S. et à l art. R 231-71 du Code du Travail

Conformément au programme de l I.N.R.S. et à l art. R 231-71 du Code du Travail PREV 1: Prévention des risques liés à l activité physique Conformément au programme de l I.N.R.S. et à l art. R 231-71 du Code du Travail Durée: 2 jours aucun Public concerné : Personnel occupant un poste

Plus en détail

guide d auto-évaluation

guide d auto-évaluation guide d auto-évaluation PROMOUVOIR LE RÔLE DES CHSCT dans les établissements est une priorité du plan régional santé au travail (PRST) de Midi- Pyrénées. Dans ce cadre, un groupe de travail pluridisciplinaire

Plus en détail

Ficoba. Le Parc des Expositions du Gipuzkoa

Ficoba. Le Parc des Expositions du Gipuzkoa Le Parc des Expositions du Gipuzkoa «Pour bien préparer un Salon» Justification des Salons - Le SALON est l outil de marketing le plus utilisé après la propre force de vente. - Contacter un visiteur à

Plus en détail

Yphise optimise en Coût Valeur Risque l informatique d entreprise

Yphise optimise en Coût Valeur Risque l informatique d entreprise Comprendre comment réussir la continuité de service Mars 2008 Xavier Flez yphise@yphise.com Propriété Yphise 1 Constat Nous voyons dans beaucoup de DSI des opérations métier critiques sur lesquelles les

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS SOMMAIRE Le rappel des obligations légales. les principaux risques. Le document Unique. Rappel des obligations légales Article

Plus en détail

Livret d accompagnement à destination des enseignants encadrant des élèves collèges/lycées

Livret d accompagnement à destination des enseignants encadrant des élèves collèges/lycées VISITE D ENTREPRISE INTERVENTION DE PROFESSIONNELS EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE TABLE RONDE Livret d accompagnement à destination des enseignants encadrant des élèves collèges/lycées Edition 2013 SOMMAIRE

Plus en détail

Guide d enquête et d analyse des accidents

Guide d enquête et d analyse des accidents Guide d enquête et d analyse des accidents Juin 1998 Conception : Charles Plante Sylvie Poulin Traitement de texte : Guylaine Chevalier Conception graphique : Passerelle bleue Infographie : Steve Langlois

Plus en détail

L accueil d une entreprise extérieure au sein d une entreprise utilisatrice

L accueil d une entreprise extérieure au sein d une entreprise utilisatrice D - De la signature du contrat à l intervention Extrait n 3 Référence Internet ST.82.D Saisissez la «Référence Internet» ST.82.D dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Les fondamentaux en Santé Sécurité au Travail

Les fondamentaux en Santé Sécurité au Travail santé - sécurité au travail Enseignement agricole Les fondamentaux en Santé Sécurité au Travail Du danger à la prévention des risques professionnels Le secteur agricole est un secteur «à risques». Mais

Plus en détail

Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer)

Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer) Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer) Prise en main rapide Avertissement : Le module Troubles Fonctionnels Urinaires développé sur Episodus est un module d aide au diagnostic,

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle Préparation de l évaluation des compétences par le candidat Vous souhaitez obtenir le Certificat de Qualification Professionnelle Inter-branches

Plus en détail

Comment remplir. Votre. Document Unique? SERVICE HYGIENE ET SECURITE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS AIDE A LA REDACTION DU DOCUMENT UNIQUE

Comment remplir. Votre. Document Unique? SERVICE HYGIENE ET SECURITE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS AIDE A LA REDACTION DU DOCUMENT UNIQUE Comment remplir Votre Document Unique? Page 1 sur 17 Ce support a été réalisé par le (SHS). L objectif est d harmoniser les réponses de chaque unité, en vue de faciliter l exploitation de l ensemble des

Plus en détail

Risques psychosociaux : Comment lutter contre les souffrances au travail? Quelles actions peuvent être menées par les représentants du personnel?

Risques psychosociaux : Comment lutter contre les souffrances au travail? Quelles actions peuvent être menées par les représentants du personnel? FORMATION ASSISTANCE EXPERTISE CONSEIL Risques psychosociaux : Comment lutter contre les souffrances au travail? Quelles actions peuvent être menées par les représentants du personnel? Siège social : 20/24,

Plus en détail

Sur le rapport de Notre Ministre de la Sécurité sociale et après délibération du Gouvernement en conseil ; Arrêtons :

Sur le rapport de Notre Ministre de la Sécurité sociale et après délibération du Gouvernement en conseil ; Arrêtons : *09012FF580E1 9135* Référence : 80dxcccc5 Objet : Avant-projet de règlement grand-ducal modifiant le règlement grand-ducal du 17 décembre 2010 déterminant la procédure de déclaration des accidents et précisant

Plus en détail

- Référentiel de formation CHSCT -

- Référentiel de formation CHSCT - - Référentiel de formation CHSCT - On peut distinguer quatre grands types de fonctions assurées par les membres des CHSCT : 1) Implication dans la démarche globale de prévention des risques : a) Comprendre

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE TITRE: NATURE DU DOCUMENT: Règlement x Procédure Page 1 de 6 x Politique Directive C.A. C.E. x C.G. Direction générale Résolution 00-650-6.00 Direction x Nouveau document x Amende

Plus en détail

Préambule. Claude Sicard Vice-président au partenariat et à l expertise-conseil 2 LE CADRE D INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION

Préambule. Claude Sicard Vice-président au partenariat et à l expertise-conseil 2 LE CADRE D INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION Préambule Le présent guide d application du cadre d intervention s adresse aux inspecteurs, aux chefs d équipe et aux directeurs en santé et sécurité en prévention-inspection de la CSST de même qu aux

Plus en détail

FORMATION INITIALE DES MEMBRES DU CHSCT (Établissements de moins de 300 salariés)

FORMATION INITIALE DES MEMBRES DU CHSCT (Établissements de moins de 300 salariés) FORMATION INITIALE DES MEMBRES DU CHSCT (Établissements de moins de 300 salariés) Préambule Le Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) s'impose de plus en plus comme un acteur

Plus en détail

RAPPORT. Guide de concertation général de Dépistage Participatif des Risques (Déparis)

RAPPORT. Guide de concertation général de Dépistage Participatif des Risques (Déparis) RAPPORT Guide de concertation général de Dépistage Participatif des Risques (Déparis) Entreprise: xxx Situation de travail: Concertation Etablissement Personnes ayant participé à l'étude: CPPT Dates :

Plus en détail

17, bd Poissonnière. 75002 Paris Tél. 01 70 64 93 00. Site : www.isast.fr Mel : contact@isast.fr

17, bd Poissonnière. 75002 Paris Tél. 01 70 64 93 00. Site : www.isast.fr Mel : contact@isast.fr & 17, bd Poissonnière. 75002 Paris Tél. 01 70 64 93 00 Site : www.isast.fr Mel : contact@isast.fr 1 Prévenir les risques psychosociaux : le rôle des représentants du personnel Risques psychosociaux : de

Plus en détail

Déclaration de sinistre

Déclaration de sinistre Déclaration de sinistre Responsabilité civile privée et bâtiment Le présent formulaire doit être rempli par la personne assurée ou son représentant légal. Les réponses aux questions doivent être complètes

Plus en détail

Programme de formation Trois jours de 9h à 12h et 13h à 17h

Programme de formation Trois jours de 9h à 12h et 13h à 17h Innovation - Prévention conseil - accompagnement - formation Programme de formation Trois jours de 9h à 12h et 13h à 17h «Formation des Membres du C.H.S.C.T.» Avec Suivi et Accompagnement d un an Contact

Plus en détail

Déléguer efficacement

Déléguer efficacement Déléguer efficacement La délégation n est pas une aptitude innée La délégation est un des éléments essentiels du leadership Copyright 2002 - Tous droits réservés Paule Bolduc inf. M. Éd. Le leadership

Plus en détail

Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM. Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM

Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM. Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM Le contexte règlementaire L évaluation des risques professionnels

Plus en détail

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 INSTRUCTION n 2015-25 du 6 mars 2015 Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 Emetteurs : Direction des Ressources humaines et des Relations sociales - Direction du Développement RH Correspondants

Plus en détail

CAP AGENT DE PREVENTION ET DE MEDIATION

CAP AGENT DE PREVENTION ET DE MEDIATION CAP AGENT DE PREVENTION ET DE MEDIATION DOSSIER D EVALUATION PAR CONTROLE EN COURS DE FORMATION Session 2013 EP1- U1 Accueil, information et accompagnement EP1.A Accueil, information et accompagnement

Plus en détail

Projet Apprendre à porter secours Cycle 3 - Séance 4 - L alerte et les saignements - Page 1 sur 5

Projet Apprendre à porter secours Cycle 3 - Séance 4 - L alerte et les saignements - Page 1 sur 5 Projet Apprendre à porter secours Cycle 3 - Séance 4 - L alerte et les saignements - Page 1 sur 5 SEANCE 4 : Partie 1 : Retour sur l alerte (suite) Partie 2 : Secourir une victime qui saigne abondamment

Plus en détail

CONCOURS INTERNE D'ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE. Spécialité : «Conduite de véhicules»

CONCOURS INTERNE D'ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE. Spécialité : «Conduite de véhicules» CONCOURS INTERNE D'ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE Spécialité : «Conduite de véhicules» Vérification, au moyen d une série de questions à réponses courtes ou de tableaux ou graphiques à constituer ou

Plus en détail

LE REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL

LE REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL LE REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL Principe général : toute personne qui constate un danger pouvant affecter la santé, la sécurité et les conditions de travail doit le signaler sur le registre

Plus en détail

Le régime de la responsabilité civile des enseignants

Le régime de la responsabilité civile des enseignants Le régime de la responsabilité civile des enseignants Document réalisé par le SE-UNSA 94 Octobre 2014 Complexité : tel est le maître mot du régime de la responsabilité des enseignants. Ses grands principes

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Circulaire d'informations n 2009/17 du 15 septembre 2009 LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Références : - Loi n 84-594 du 12 juillet 1984 modifiée relative à la formation des agents de

Plus en détail

LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL. Hôtesse Standardiste

LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL. Hôtesse Standardiste LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Hôtesse Standardiste EVALUATION GDI DU SALARIE Hôtesse Standardiste NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule : Date de l'entretien : Préambule à l'entretien

Plus en détail

Devenir SST : Programme

Devenir SST : Programme Devenir SST : Programme Pré requis : Aucun Encadrement : La formation est dispensée au minimum par un formateur SST rattaché à : Un organisme de formation habilité pour la formation de SST et le maintien/actualisation

Plus en détail

Coordinateur Finances et Ressources Humaines

Coordinateur Finances et Ressources Humaines Coordinateur Finances et Ressources Humaines L ASSOCIATION ALIMA ALIMA (the Alliance For International Medical Action) fête ses 4 ans d existence en 2013. Depuis sa création, l association a su se développer

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME

CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME Dispositions générales Risque chimique Dans tous les cas, se reporter à la Fiche de Données de Sécurité de chaque produit (fournie à l utilisateur par le fabricant

Plus en détail