Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes"

Transcription

1 Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes

2 Rappel: définitions Accident: - événement soudain Permet de distinguer l accident de la maladie, et en particulier de la maladie professionnelle qui est le résultat d une évolution, d une dégradation progressive de l organisme du travailleur. - qui produit une lésion corporelle Il s agit d une lésion aussi bien d ordre physique (fracture, brûlure, ) que mental (dépression nerveuse, trouble de la mémoire, ). - dont la cause, ou l une des causes, est extérieure à l organisme de la victime Une lésion due uniquement à une cause pathologique (propre à l organisme de la victime) ne peut être prise en considération.

3 Rappel: définitions Accident du travail: Tout accident qui survient à un travailleur dans le cours et par le fait de l exécution du contrat de louage de travail et qui produit une lésion. L accident survenu dans le cours de l exécution du contrat est présumé, jusqu à preuve du contraire, survenu par le fait de cette exécution. Au cours de l exécution du contrat = en tout lieu et à tout moment où le travailleur se trouve, en vertu de son contrat de travail, sous l autorité réelle ou virtuelle de son employeur. Par le fait de l exécution du contrat = doit avoir un certain lien avec le travail ou avec les conditions dans lesquelles celui-ci est effectué.

4 1. Introduction Méthode logique et rationnelle d analyse, a posteriori, des A.T. 1 ère expérimentation: 1970 I.N.R.S. (France). Large diffusion depuis Permet, en partant du fait ultime (blessure, dégât matériel) du processus accidentel, de remonter progressivement dans le temps pour découvrir l enchaînement et les liaisons entre les diverses causes qui ont concouru à l accident. Arbre des causes = représentation de cet enchaînement et de ces liaisons. Méthode parmi d autres, trouve sa place dans une démarche plus large.

5 2. Analyse de l accident, pourquoi? Obligation légale: «Examiner les accidents et les incidents et proposer des mesures» (art. 13 de l A.R. du 27 mars 1998 relatif à la politique du B.E.T.). Accident = échec; reproduction = inacceptable! Obligation de tout mettre en œuvre de manière à éviter la répétition d un accident identique. Comprendre ce qui s est passé = mettre en évidence l enchaînement de faits dans lequel tout accident trouve son origine. Ne pas se limiter à simplement constater l accident; une analyse systématique s impose.

6 2. Analyse de l accident, pourquoi? Mettre en évidence les causes de l accidents prendre les mesures correctrices prendre les mesures préventives pour éviter qu il ne se reproduise. Analyse de l A.T. = outil de prévention. Bonne prévention = analyse systématique des accidents. Certaines causes des A.T. sont humaines. Faire participer à l analyse la victime, mais aussi son responsable direct modifier les comportements. Analyse de l A.T. = outil de motivation.

7 2. Analyse de l accident, pourquoi? Bonne analyse de l A.T. = Dégager TOUTES les causes de survenance de l accident; Suggérer des actions préventives; Être participative

8 3. Quel accident analyser? Pas de relation entre gravité d un A.T. et intérêt sur le plan de la prévention. Obligation légale: TOUT accident doit être analysé. Accidents avec incapacité de travail; Accidents ayant seulement donné lieu à des 1ers soins à l infirmerie; Accidents n ayant entraîné que des dégâts matériels. Distinction= niveau des conséquences (gravité) Accident: tout événement soudain dommageable.

9 3. Quel accident analyser? Relation chiffrée (ratio) entre différents «niveaux» d accident: F. BIRD: 1 accident avec incapacité de travail 10 accidents avec premiers soins 30 accidents matériels 600 incidents (événements n ayant provoqué ni blessure ni dégât matériel mais qui a entraîné une perturbation).

10 4. Plusieurs étapes 4.1 Secourir Organiser et porter secours à la victime Empêcher que l accident de crée un autre accident Couper les énergies, Limiter, contenir les fuites, émanations,, Délimiter la zone, Éloigner les curieux,

11 4. Plusieurs étapes 4.2 Recueillir les informations Qualité de l analyse dépend de la qualité de l information dont on dispose. Immédiatement, le plus rapidement possible. Remise en ordre du lieu de l accident = perte d informations. Sur les lieux mêmes de l accident. Dessin, croquis, photos, En observant les lieux de l accident. Avec curiosité et précision. Ne pas être sélectif.

12 4. Plusieurs étapes 4.2 Recueillir les informations Ne pas porter de jugement de valeur. Simplement constater et rapporter en étant le plus précis possible. Interroger, sans culpabiliser, la victime et les témoins. Relève de la responsabilité du chef direct. Participation possible du C.P. du S.I.P.P. ou d un délégué du C.P.P.T.

13 4. Plusieurs étapes 4.3 Remplir le compte-rendu d accident Par le chef direct de la victime. Doit être complet et précis car sert de base à la déclaration d accident à la compagnie d assurances. Sans tarder (dans les 24 heures). Peut être communiqué au chef de service, à la direction, au C.P. du S.I.P.P.

14 4. Plusieurs étapes 4.4 Analyser Multicausalité de l accident comprendre en profondeur et en vérité ce qui s est passé en recherchant le maximum de causes et en mettant en évidence les liens qui existent entre elles. Analyse dès que possible (dans les 10 jours). En groupe: victime (si possible), témoins, chef direct, collègues de la victime, technicien, chef de service, C.P., délégué du C.P.P.T., Rechercher des causes, pas des coupables. Ne retenir que ce qui est objectif, mesurable et quantifiable.

15 4. Plusieurs étapes 4.5 Rechercher les mesures correctrices et préventives Rechercher un maximum d idées. Avec créativité et imagination. Brainstorming. Garder à l esprit la hiérarchie: SUPPRIMER REDUIRE PROTEGER COLLECTIVEMENT PROTEGER INDIVIDUELLEMENT AVERTIR

16 4. Plusieurs étapes 4.6 Choisir les mesures correctrices et préventives Relève de la responsabilité de la ligne hiérarchique. Y associer, dans la mesure du possible, toutes les personnes qui ont participé à l analyse. 4.7 Planifier Définir qui sera responsable de la mise en œuvre de chacune des mesures choisies et retenues. Définir les délais de réalisation.

17 4. Plusieurs étapes 4.8 Mettre en oeuvre Mettre en œuvre chaque mesure retenue, sinon en expliquer les raisons. 4.9 Suivre la mise en œuvre Veiller au respect des délais fixés. Veiller à ce que les personnes désignées responsables ne se déchargent pas sur d autres.

18 4. Plusieurs étapes 4.10 Evaluer les réalisations S assurer que les objectifs visés par les mesures prises. Evaluer de façon régulière. Evaluation supervisée par la direction.

19 5. Les conditions d efficacité Volonté et implication de la direction et de la ligne hiérarchique. Mise en œuvre systématique de la démarche. Choix et mise en œuvre rapide des meures correctrices et préventives. Solide formation du garant. Parfaite maîtrise de la méthode de l arbre des causes. Conduite de groupe.

20 5. Les conditions d efficacité Démarche participative. Personnes concernées. Experts. Ecoute et participation de tous. Pas de blocage psychologique. Créativité. Respect des règles de construction de l arbre des causes.

21 6. Pour une bonne réunion 6.1 Avant la réunion Convoquer les participants en précisant: objet de la réunion, heure de début, durée, lieu, éventuels documents à prendre. Rassembler les différents documents utiles: recueil des informations, photos, croquis, dessins, compte-rendu, certificat, Préparer la salle: disposer les tables et chaises, prévoir le matériel (tableau, projecteur, marqueurs, post-it, papier collant, ).

22 6. Pour une bonne réunion 6.2 La réunion Lancement de la réunion: accueillir et mettre à l aise, préciser l objectif et l importance de la réunion, rappeler les règles essentielles d une bonne réunion et de la construction de l arbre des causes, préciser le rôle de chaque participant (en particulier du garant), annoncer l horaire. Pendant la réunion: veiller au respect de l objectif, gérer le temps, réguler les échanges entre participants, ANIMER.

23 6. Pour une bonne réunion 6.2 La réunion A la clôture de la réunion: faire un tour de table pour obtenir l accord sur l arbre construit, les propositions de mesures correctrices et préventives, tirer les conclusions. 6.3 Après la réunion Etablir le rapport et le diffuser. Tenir au courant des suites données (mesures retenues ou non, mise en œuvre, ).

24 Les 7 règles de construction de l arbre 1. Le tri des faits Eléments recueillis immédiatement après l accident. Ne retenir que les faits en lien direct avec l accident. Ne retenir que ce qui est vérifiable, mesurable, quantifiable. 2. A partir du fait ultime Partir du fait ultime, c est-à-dire du fait qui est la conséquence du processus accidentel (la blessure, le dégât matériel).

25 Les 7 règles de construction de l arbre 3. Un sens de construction De droite à gauche: on remonte ainsi dans le temps et on va jusqu au bout de la réflexion. Du haut vers le bas: on examine chacune des arborescences les unes après les autres.

26 Les 7 règles de construction de l arbre 4. Des questions Pour chacun des faits, on pose systématiquement 3 questions: Qu a-t-il fallu? (quelle est la cause de ce fait?) Est-ce nécessaire? (cette cause était-elle nécessaire pour que le fait se produise?) si oui, cette cause est considérée comme un fait pour lequel le raisonnement sera poursuivi. si non, cette cause n est pas retenue et on passe au fait suivant.

27 Les 7 règles de construction de l arbre 4. Des questions Est-ce suffisant? (d autres causes n étaient-elles pas nécessaires pour que le fait se produise?) si oui, on passe au fait suivant (en respectant le sens). si non, on se repose les 3 questions pour mettre en évidence les autres causes.

28 Les 7 règles de construction de l arbre 5. Des liaisons Trois types de liaisons possibles entre les faits ainsi mis en évidence: Enchaînement simple: un fait a une seule cause Glisse Tombe X est nécessaire et suffisant pour que Y se produise

29 Les 7 règles de construction de l arbre 5. Des liaisons Conjonction: un fait a au moins deux causes Rue en pente Freins usés Ne peut s arrêter à temps Chacun des faits X1 et X2 est nécessaire pour que Y se produise mais aucun des deux ne suffit seul à le causer; seule la réunion des deux provoque la survenance de Y

30 Les 7 règles de construction de l arbre 5. Des liaisons Disjonction: au moins deux faits ont une même cause Tempête Branche cassée Fil du téléphone arraché X est nécessaire et suffisant pour que Y1 et Y2 se produisent

31 Les 7 règles de construction de l arbre 6. Des limites Ouverte: la recherche est encore possible et nécessaire?x Fermée: la recherche est impossible ou inutile X

32 Les 7 règles de construction de l arbre 7. La relecture Pour en vérifier la cohérence logique. Dans le sens logique du déroulement du processus accidentel: de la gauche vers la droite. Représentation ainsi obtenue: permet de saisir l accident dans sa totalité (plus facilement que par un compte-rendu écrit).

33 Les 7 règles de construction de l arbre 7. La relecture?x Caisses sur le sol Freine énergiquement Le vélo dérape Chute sur Le sol Blessure X Il a plu Sol mouillé

34 Les 7 règles de construction de l arbre 7. La relecture A ce stade, toutes les causes nécessaires à la survenance de l accident et les liaisons qui existent entre elles ont été mises en évidence. Il suffit de supprimer une seule de ces causes et l accident ainsi analysé ne se serait pas produit. L arbre contient en lui-même toutes les informations suggestives de mesures correctrices et préventives: chacune des cause est une cible possible de prévention.

35

36

37 Meulage Étincelles Solvant très inflammable Feu dans seau Il décide de sortir Seau ouvert Seau en plastique Le seau à fondu Liquide en feu dans seau Porte à 2,5m. Liquide en feu /sol Le sol est en pente Feu à la porte Une seule issue Il traverse les flammes Il porte un bleu de travail Pantalon en feu Intervention secours 30 Brûlure jambe Brûlure degré 2 jambe

38 Meulage Étincelles écran Solvant très inflammable Feu dans seau Il décide de sortir Organisation des Secours Formation SST Solvant non inflammable Seau ouvert Seau en plastique Récipient Métallique fermé Le seau à fondu Liquide en feu dans seau Porte à 2,5m. Liquide en feu /sol Le sol est en pente Feu à la porte Une seule issue Il traverse les flammes Il porte un bleu de travail Pantalon en feu Intervention secours 30 Brûlure jambe Brûlure degré 2 jambe Stockage Des solvants? 2ème issue? État du bleu? Gestion des Vêtements de travail

39

Analyse des accidents du travail et des maladies professionnelles

Analyse des accidents du travail et des maladies professionnelles Analyse des accidents du travail et des maladies professionnelles 65 rue Kepler BP 239 85006 La Roche-sur-Yon cedex Tél : 02 51 44 50 60 Fax : 02 51 37 00 66 www.cdg85.fr maison.des.communes@cdg85.fr OBJECTIFS

Plus en détail

LES ACCIDENTS DU TRAVAIL - DE TRAJET

LES ACCIDENTS DU TRAVAIL - DE TRAJET LES ACCIDENTS DU TRAVAIL - DE TRAJET Qu est-ce qu un accident du travail? Quelles sont les caractéristiques de l accident du travail et comment reconnaître son caractère professionnel? Définir l'accident

Plus en détail

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident Dispositions à prendre en cas d accident et d incident En cas d accident ou d incident, les Chefs de Corps et les Commandants d Unité doivent veiller à appliquer certaines procédures, comme la rédaction

Plus en détail

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3. Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.1998) Modifié par: (1) arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et

Plus en détail

La procédure interne de gestion des accidents du travail

La procédure interne de gestion des accidents du travail La procédure interne de gestion des accidents du Sandrine Reep GR- CP Niveau I Paperasse!! J ai pas le temps d écrire des procédures!! PROCEDURE Ca ne sert à rien!! QUELS SONT ALORS LES OBJECTIFS? - Respecter

Plus en détail

Créteil, le 30 octobre 2014. L inspectrice d académie, directrice académique des services départementaux de l éducation nationale du Val-de-Marne

Créteil, le 30 octobre 2014. L inspectrice d académie, directrice académique des services départementaux de l éducation nationale du Val-de-Marne Créteil, le 30 octobre 2014 L inspectrice d académie, directrice académique des services départementaux de l éducation nationale du Val-de-Marne à Mesdames et Messieurs les chefs d établissements du second

Plus en détail

DECLARATION D ACCIDENT DU TRAVAIL DOCUMENT DESTINE A LA VICITME

DECLARATION D ACCIDENT DU TRAVAIL DOCUMENT DESTINE A LA VICITME DEPARTEMENT DE L ADMINISTRATION FINANCIERE (D.A.F.) SERVICE DES ASSURANCES - CP 150 Email : assurulb@admin.ulb.ac.be DECLARATION D ACCIDENT DU TRAVAIL DOCUMENT DESTINE A LA VICITME Madame, Monsieur, Vous

Plus en détail

Accident de travail et de trajet (droit privé)

Accident de travail et de trajet (droit privé) Accident de travail et de trajet (droit privé) Fondamentaux Est considéré comme accident du travail, quelle qu'en soit la cause, l'accident survenu par le fait ou à l'occasion du travail à toute personne

Plus en détail

Prévenir les risques. Enjeux et responsabilités du CHSCT. Groupe de travail CHSCT du

Prévenir les risques. Enjeux et responsabilités du CHSCT. Groupe de travail CHSCT du Prévenir les risques Enjeux et responsabilités du CHSCT Groupe de travail CHSCT du vendredi 8 juin 2012 Les acteurs de l association Employeur et encadrement Salariés Services de santé Médecin du travail

Plus en détail

Marche à suivre en cas d accident

Marche à suivre en cas d accident Ce document permet de rencontrer les obligations légales relatives aux premiers secours ainsi qu à l enquête d accident. En combinant ces deux registres, on facilite le suivi des accidents de travail et

Plus en détail

Guide pour la mise en place du. Registre Santé et Sécurité au Travail

Guide pour la mise en place du. Registre Santé et Sécurité au Travail Guide pour la mise en place du Registre Santé et Sécurité au Travail I. Introduction 2 II. Référent 2 III. Obligations réglementaires 2 IV. Objectifs du registre santé et sécurité au travail 3 V. Quatre

Plus en détail

Définition d un accident du travail grave selon l article 94bis 1 de la Loi sur le Bien-être :

Définition d un accident du travail grave selon l article 94bis 1 de la Loi sur le Bien-être : 7.1.2 Lutte contre les accidents du travail graves Qu est-ce qu un accident du travail grave? Définition d un accident du travail grave selon l article 94bis 1 de la Loi sur le Bien-être : «Un accident

Plus en détail

Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM. Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM

Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM. Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM Le contexte règlementaire L évaluation des risques professionnels

Plus en détail

Janvier 2011. Département Formation

Janvier 2011. Département Formation Janvier 2011 Département Formation PLAN D INTERVENTION SST 2 PREVENIR Face à une situation de travail, le SST doit être capable de : Repérer des dangers, des situations dangereuses, des risques. Identifier

Plus en détail

Chapitre 4 : les accidents du travail et les maladies professionnelles. Objectif général: distinguer accident du travail et maladie professionnelle

Chapitre 4 : les accidents du travail et les maladies professionnelles. Objectif général: distinguer accident du travail et maladie professionnelle Chapitre 4 : les accidents du travail et les maladies professionnelles Objectif général: distinguer accident du travail et maladie professionnelle Chapitre 4 : AT et MP A la fin de ce thème, vous devrez

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE TITRE: NATURE DU DOCUMENT: Règlement x Procédure Page 1 de 6 x Politique Directive C.A. C.E. x C.G. Direction générale Résolution 00-650-6.00 Direction x Nouveau document x Amende

Plus en détail

La Société d assurance automobile du Québec

La Société d assurance automobile du Québec CHAPITRE 2 : La Société d assurance automobile du Québec La SAAQ 1. Vrai ou faux? Il n est pas nécessaire, pour une victime d accident d automobile résidente du Québec, de déterminer le responsable de

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

LA METHODE DE L'ARBRE DES CAUSES

LA METHODE DE L'ARBRE DES CAUSES LA METHODE DE L'ARBRE DES CAUSES ANALYSER LES INCIDENTS/ACCIDENTS LA METHODE DE L'ARBRE DES CAUSES Par Jean-Pierre HECKMANN D'après un document de l'iuta de l'université de Bordeaux SOMMAIRE I. HISTORIQUE

Plus en détail

Le point sur la déclaration et l enregistrement des accidents du travail

Le point sur la déclaration et l enregistrement des accidents du travail Prévention et législation Le point sur la déclaration et l enregistrement des accidents du travail 2012/2 révision novembre 2014 Sommaire 1 Cadre légal... 5 1.1 Références... 5 1.2 Historique... 5 1.2.1

Plus en détail

L analyse des AT/MP par le CHSCT

L analyse des AT/MP par le CHSCT ATELIER L analyse des AT/MP par le CHSCT L accident du travail : Dès lors qu il survient dans le cadre de l activité professionnelle, un accident peut être considéré comme un accident du travail. Selon

Plus en détail

Rapport circonstancié accident du travail grave

Rapport circonstancié accident du travail grave Octobre 2012 Informations périodiques du Service Prévention InfoRisques SERVICE PRÉVENTION Rapport circonstancié accident du travail grave (A.R. 24.02.2005) L employeur veille à ce que son Service Interne

Plus en détail

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles CHAPITRE 7 Les accidents et les maladies professionnelles 7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles 7.2.1 Méthodologie Définitions L accident

Plus en détail

Titel. Subtitel + auteur

Titel. Subtitel + auteur Titel Subtitel + auteur 1 Les nouvelles obligations en matière de prévention du stress, du burnout, de la violence et du harcèlement au travail 2 Introduction Les risques psychosociaux étaient auparavant

Plus en détail

ES & ST Education pour la Santé et la SécuritS

ES & ST Education pour la Santé et la SécuritS ES & ST Education pour la Santé et la SécuritS curité au Travail LP Etienne LENOIR J. MUZARD Bac Professionnel Restauration 1 sommaire 1. ES & ST titre 2. Sommaire 3. Pourquoi la prévention des risques?

Plus en détail

Guide d enquête et d analyse des accidents

Guide d enquête et d analyse des accidents Guide d enquête et d analyse des accidents Juin 1998 Conception : Charles Plante Sylvie Poulin Traitement de texte : Guylaine Chevalier Conception graphique : Passerelle bleue Infographie : Steve Langlois

Plus en détail

Le chef d entreprise, l encadrement, les salariés, tous sont impliqués, tout changement se fait dans le respect des personnes.

Le chef d entreprise, l encadrement, les salariés, tous sont impliqués, tout changement se fait dans le respect des personnes. ENJEUX ET VALEURS DE LA PRÉVENTION L ensemble des acteurs de l entreprise tire bénéfice des actions de prévention conduites dans l entreprise. Les clients et fournisseurs de l entreprise en bénéficient

Plus en détail

LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES

LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES Le législateur exige de l employeur qu il évalue les risques auxquels sont soumis les salariés, alors même qu aucun accident du travail ne s est produit et qu

Plus en détail

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Carrefour ARRAS Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Page / 4 Site : Carrefour ARRAS Expertise Identité complète Responsable : M. Bidon Paul rue des Sachets 600 ARRAS Date d'audit : 06/05/00 Consultant

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME

CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME Dispositions générales Risque chimique Dans tous les cas, se reporter à la Fiche de Données de Sécurité de chaque produit (fournie à l utilisateur par le fabricant

Plus en détail

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien Tous droits réservés Design Spirale Communication visuelle Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien > d un événement majeur Alerte à la bombe Violentes intempéries

Plus en détail

LE REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL

LE REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL LE REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL Principe général : toute personne qui constate un danger pouvant affecter la santé, la sécurité et les conditions de travail doit le signaler sur le registre

Plus en détail

Vous utilisez des produits chimiques? Vous êtes concerné!

Vous utilisez des produits chimiques? Vous êtes concerné! 0 Vous utilisez des produits chimiques? Vous êtes concerné! À votre travail, vous utilisez des peintures, colles, graisses, encres, solvants, désherbants, ce sont des produits chimiques. Ils se présentent

Plus en détail

Certificat Prévention Secours (CPS) Intervenant à domicile

Certificat Prévention Secours (CPS) Intervenant à domicile COMITE DEPARTEMENTAL DES YVELINES ASSOCIATION YVELINES FORMATIONS Siège Social : 5, rue des Frères Lumière 78370 PLAISIR Téléphone : 01 30 55 02 02, Télécopie : 01 30 54 72 41 E-mail : formations@croixblanche78.org

Plus en détail

ZI des Dagueys - 5, rue Firmin Didot 33503 Libourne CEDEX Tél: 05.57.55.28.00 Fax: 05.57.55.28.01 E-mail : contact@cms33.org

ZI des Dagueys - 5, rue Firmin Didot 33503 Libourne CEDEX Tél: 05.57.55.28.00 Fax: 05.57.55.28.01 E-mail : contact@cms33.org ZI des Dagueys - 5, rue Firmin Didot 33503 Libourne CEDEX Tél: 05.57.55.28.00 Fax: 05.57.55.28.01 E-mail : contact@cms33.org 1 2 NOTRE OBJECTIF A l issue de la formation, le SST sera capable : FORMATION

Plus en détail

Le registre Santé et Sécurité au Travail

Le registre Santé et Sécurité au Travail Le registre Santé et Sécurité au Travail Sommaire : Les obligations règlementaires - page 2 Un registre pour qui? Pour quoi faire? pages 3-4 La liste des assistants de prévention page 4 Conseils et procédures

Plus en détail

Prévenir le risque d explosion

Prévenir le risque d explosion bouteilles d acétylène, d oxygène & de gaz inflammables : Prévenir le risque d explosion Transport en véhicule léger Stockage hors véhicule Association Française 14, rue de la République 92800 Puteaux

Plus en détail

1- LES CHUTES DE PERSONNES...

1- LES CHUTES DE PERSONNES... 7 1-1- LES CHUTES DE PERSONNES... sont la cause de plusieurs accidents de travail Les chutes n ont pas de cible. Qui n est pas tombé dans un stationnement, en sortant de sa voiture, en se rendant à sa

Plus en détail

Registre de premiers secours et d enquête d accident

Registre de premiers secours et d enquête d accident Registre de premiers secrs et d enquête d accident Premiers secrs Urgence Secristes désignés Service Quart de travail Attestation échue le Numéros utiles Téléphone Internet Urgence (police, pompiers, ambulance)

Plus en détail

DOSSIER DE PSE. Aide à la rédaction. Le dossier de PSE comprendra différentes parties :

DOSSIER DE PSE. Aide à la rédaction. Le dossier de PSE comprendra différentes parties : DOSSIER DE PSE Aide à la rédaction PSE TBAC PRO Le dossier de PSE comprendra différentes parties : 1. Présenter l entreprise : (3 points) Identifier l entreprise : nom, localisation géographique (adresse

Plus en détail

RAPPORT. Guide de concertation général de Dépistage Participatif des Risques (Déparis)

RAPPORT. Guide de concertation général de Dépistage Participatif des Risques (Déparis) RAPPORT Guide de concertation général de Dépistage Participatif des Risques (Déparis) Entreprise: xxx Situation de travail: Concertation Etablissement Personnes ayant participé à l'étude: CPPT Dates :

Plus en détail

Le Registre de Santé et Sécurité au Travail

Le Registre de Santé et Sécurité au Travail Le Registre de Santé et Sécurité au Travail Le registre santé et sécurité au travail est un document obligatoire (article 3-2 décret 82-453 modifié relatif à l hygiène, à la sécurité et à la prévention

Plus en détail

Objectif: Mettre en place une politique santé et sécurité au travail. Stratégie: Recenser les risques professionnels Donner un caractère de priorité aux risques recensés Proposer des actions en vue de

Plus en détail

PROCÉDURE DE DÉCLARATION DES ACCIDENTS, DES INCIDENTS ET DES SITUATIONS DANGEREUSES EN MILIEU DE TRAVAIL Novembre 2013

PROCÉDURE DE DÉCLARATION DES ACCIDENTS, DES INCIDENTS ET DES SITUATIONS DANGEREUSES EN MILIEU DE TRAVAIL Novembre 2013 1. Identification Titre : Procédure de déclaration des accidents, des incidents et des situations dangereuses en milieu de travail. Ce document s adresse : aux membres du personnel enseignant et non enseignant

Plus en détail

Affouagistes... Les bonnes conduites à tenir

Affouagistes... Les bonnes conduites à tenir vous guider Particuliers Partenaires Affouagistes... Les bonnes conduites à tenir Le Service Santé Sécurité au Travail de la MSA vous accompagne www.msafranchecomte.fr EQUIPEMENT DE PROTECTION POUR TOUT

Plus en détail

LA COMMISSION DE REFORME INTERDEPARTEMENTALE DE LA PETITE COURONNE D ILE DE FRANCE

LA COMMISSION DE REFORME INTERDEPARTEMENTALE DE LA PETITE COURONNE D ILE DE FRANCE LA COMMISSION DE REFORME INTERDEPARTEMENTALE DE LA PETITE COURONNE D ILE DE FRANCE I PRESENTATION ET ATTRIBUTIONS DE LA COMMISSION DE REFORME INTERDEPARTEMENTALE A - DEFINITION ET CONSTITUTION DE LA COMMISSION

Plus en détail

Les accidents de service et maladies professionnelles. Définitions. Note 001-2010

Les accidents de service et maladies professionnelles. Définitions. Note 001-2010 Note HYGIENE & SECURITE 001-2010 Les accidents de service et maladies professionnelles Quelque soit la collectivité, un accident ou une maladie professionnelle est un évènement lourd de conséquences au

Plus en détail

(P)-RM-2006-07. Adoptée : Le 28 novembre 2006(CC-2006-481) En vigueur : Le 28 novembre 2006. Amendement : Section 07

(P)-RM-2006-07. Adoptée : Le 28 novembre 2006(CC-2006-481) En vigueur : Le 28 novembre 2006. Amendement : Section 07 (P)-RM-2006-07 Santé et sécurité au travail Adoptée : Le 28 novembre 2006(CC-2006-481) En vigueur : Le 28 novembre 2006 Amendement : Politique de santé et sécurité au travail 1. But de la politique La

Plus en détail

Surveillance de la santé. Brochure d information dans la cadre du "bien-être au travail"

Surveillance de la santé. Brochure d information dans la cadre du bien-être au travail Surveillance de la santé Brochure d information dans la cadre du "bien-être au travail" Sommaire Sommaire 1 1. Introduction 2 2. Analyse des risques 3 2.1. Etablissement de la liste des risques 3 2.2.

Plus en détail

CSST LA LÉSION PROFESSIONNELLE

CSST LA LÉSION PROFESSIONNELLE CSST LA LÉSION PROFESSIONNELLE Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles - LATMP Par le fait du travail ZONE GRISE À l occasion du travail La lésion professionnelle Comprend 3 concepts:

Plus en détail

Projet Apprendre à porter secours Cycle 3 - Séance 4 - L alerte et les saignements - Page 1 sur 5

Projet Apprendre à porter secours Cycle 3 - Séance 4 - L alerte et les saignements - Page 1 sur 5 Projet Apprendre à porter secours Cycle 3 - Séance 4 - L alerte et les saignements - Page 1 sur 5 SEANCE 4 : Partie 1 : Retour sur l alerte (suite) Partie 2 : Secourir une victime qui saigne abondamment

Plus en détail

par Bernard Estivals

par Bernard Estivals Fiches de médecine nucléaire n 9-1- Médecine nucléaire par Bernard Estivals Fiche n 9 : L évaluation des risques professionnels en médecine nucléaire Le document unique. L évaluation des risques professionnels

Plus en détail

LESI LIVRET POUR L ENTRETIEN EN SÉCURITÉ DES INSTALLATIONS

LESI LIVRET POUR L ENTRETIEN EN SÉCURITÉ DES INSTALLATIONS LESI LIVRET POUR L ENTRETIEN EN SÉCURITÉ DES INSTALLATIONS Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Commission fédérale de coordination pour la sécurité au travail (CFST)

Plus en détail

SYNDROME D EPUISEMENT PROFESSIONNEL : BURNOUT

SYNDROME D EPUISEMENT PROFESSIONNEL : BURNOUT SYNDROME D EPUISEMENT PROFESSIONNEL : BURNOUT INTRODUCTION Le burnout est un trouble de l adaptation lié au travail, il touche les professionnels qui exercent en relation d aide. Initialement ce terme

Plus en détail

Programme de formation initiale SST

Programme de formation initiale SST Programme de formation initiale SST Pré requis : Aucun Encadrement : La formation est dispensée au minimum par un formateur SST rattaché à : Un organisme de formation habilité pour la formation initiale

Plus en détail

Sauveteur Secouriste du Travail (SST)

Sauveteur Secouriste du Travail (SST) Sauveteur Secouriste du Travail (SST) OBJECTIFS Intervenir efficacement face à une situation d accident Intervenir dans le respect des procédures fixées par l entreprise en matière de prévention. CONTENU

Plus en détail

COMMENT EVALUER UN RISQUE

COMMENT EVALUER UN RISQUE COMMENT EVALUER UN RISQUE Rappel : danger et risque Le danger est la propriété ou capacité intrinsèque d un équipement, d une substance, d une méthode de travail, d un environnement à causer un dommage

Plus en détail

Toute personne motivée par l évolution de l entreprise

Toute personne motivée par l évolution de l entreprise Toute personne motivée par l évolution de l entreprise La formation s adresse à un groupe de 4 à 10 personnes (Si le groupe compte plus de 10 personnes, la durée de la formation est majorée d une heure

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 5 DECEMBRE 2011 S.11.0001.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.11.0001.F AXA BELGIUM, société anonyme dont le siège social est établi à Watermael- Boitsfort, boulevard du Souverain, 25, demanderesse

Plus en détail

LES ASSURANCES A J&S

LES ASSURANCES A J&S LES ASSURANCES A J&S 1. INTRODUCTION Jeunesse & Santé asbl est souscripteur de polices d assurances destinées principalement à couvrir : Quoi? Les dommages corporels et la responsabilité civile Qui? Des

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

ANIMATEUR PREVENTION SECURITE ENVIRONNEMENT

ANIMATEUR PREVENTION SECURITE ENVIRONNEMENT ANIMATEUR PREVENTION SECURITE ENVIRONNEMENT DE LA FORMATION Etre capable de : Situer son entreprise par rapport à la réglementation Analyser les risques Identifier et mesurer les écarts Proposer et animer

Plus en détail

Les lignes électriques et la sécurité à la ferme

Les lignes électriques et la sécurité à la ferme Les lignes électriques et la sécurité à la ferme Elecsafe un partenariat d organisations sans but lucratif qui s attache à promouvoir la sécurité dans le domaine de l électricité s est joint à l Association

Plus en détail

DECRIRE une situ t ati t on de t r t ava v il

DECRIRE une situ t ati t on de t r t ava v il PREALABLES à L APPROCHE par les RISQUES (progression) 1 Décrire une situation de travail 2 Définition d une situation de travail selon I.T.MA.MI. (Introduction de la notion de multicausalité des Accidents

Plus en détail

Matières dangereuses dans le ménage et l atelier. Prévention incendie

Matières dangereuses dans le ménage et l atelier. Prévention incendie Matières dangereuses dans le ménage et l atelier Prévention incendie Stocker et utiliser correctement les matières dangereuses Deux tiers des feux se produisent dans des lieux habités. En observant quelques

Plus en détail

FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL

FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL OBJECTIFS PEDAGOGIQUES PROFIL PARTICIPANTS Tout public. 1. Permettre à un membre du personnel ou à plusieurs d acquérir les compétences nécessaires afin de pouvoir

Plus en détail

CONCOURS INTERNE D'ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE. Spécialité : «Conduite de véhicules»

CONCOURS INTERNE D'ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE. Spécialité : «Conduite de véhicules» CONCOURS INTERNE D'ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE Spécialité : «Conduite de véhicules» Vérification, au moyen d une série de questions à réponses courtes ou de tableaux ou graphiques à constituer ou

Plus en détail

PREAMBULE. Elle fait partie d un ensemble d actions d information qui doivent être planifiées lors de l élaboration du programme annuel de prévention.

PREAMBULE. Elle fait partie d un ensemble d actions d information qui doivent être planifiées lors de l élaboration du programme annuel de prévention. PREAMBULE Dans la fonction territoriale, la sensibilisation des agents et des décideurs à la prévention des risques professionnels est un aspect ESSENTIEL dans la démarche d amélioration continue des conditions

Plus en détail

Aide à domicile. Bonnes pratiques de prévention des risques professionnels

Aide à domicile. Bonnes pratiques de prévention des risques professionnels Aide à domicile Bonnes pratiques de prévention des risques professionnels Ce document s adresse aux responsables de structures, à l encadrement, aux représentants du personnel ainsi qu à l ensemble des

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

INFORMATION AU PUBLIC

INFORMATION AU PUBLIC Ville de Versailles INFORMATION AU PUBLIC SECURITE CIVILE COMMUNALE LES GESTES ESSENTIELS EN CAS DE RISQUES LES ALERTES L ALERTE PAR LA SIRENE En cas de danger imminent, le signal national d alerte comporte

Plus en détail

Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels

Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels Charte Prévention Artisans et Entreprises du Bâtiment La démarche V.A.L.E.U.R. Bien sûr... Boîte à outils Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels État des lieux du risque Statistiques

Plus en détail

Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014)

Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014) Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014) Section première.- Champ d application et définitions Article 1 er.- Le présent arrêté s applique

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Technicien d intervention ouvrages gaz Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des fonctions en lien avec la qualification Le CQP est en lien

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Annexe 1: bases de conception des signaux de sécurité et des signaux auxiliaires

Annexe 1: bases de conception des signaux de sécurité et des signaux auxiliaires Annexes à la règle CIPA n 22 Annexe 1: bases de conception des signaux de sécurité et des signaux auxiliaires 1.1 Signaux de sécurité Forme géométrique Signification Couleur de sécurité Couleur de contraste

Plus en détail

LES ENJEUX DE L ÉVALUATION ET DE LA PRÉVENTION DES RISQUES

LES ENJEUX DE L ÉVALUATION ET DE LA PRÉVENTION DES RISQUES LES ENJEUX DE L ÉVALUATION ET DE LA PRÉVENTION DES RISQUES - Répondre à une obligation réglementaire : L évaluation des risques et la formalisation du document unique a fait l objet d un décret de novembre

Plus en détail

Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS

Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS Les nécessités d une bonne exploitation soucieuse de la Sécurité et de la Santé exigent d appliquer les règles légales avec une connaissance

Plus en détail

Droit d auteur Max2G 2012 : Reproduction permise avec obligation d indiquer la source www.max2g.com

Droit d auteur Max2G 2012 : Reproduction permise avec obligation d indiquer la source www.max2g.com Max2G Démarche d analyse de risques avec l Assistant Méhari L analyse de risques est une approche de gestion permettant d identifier les risques négatifs pouvant affecter une organisation et de déterminer

Plus en détail

Accident du travail. les bons réflexes. www.accg.be

Accident du travail. les bons réflexes. www.accg.be 1 Accident du travail les bons réflexes www.accg.be 2 sommaire 3 Accident du travail : les bons réflexes 4 Les idées reçues 5 La déclaration 8 L hospitalisation 9 Les indemnités 12 La remise au travail

Plus en détail

Prévention du risque d agression des salariés en contact avec le public

Prévention du risque d agression des salariés en contact avec le public RECO mmandation Des comités techniques régionaux de la Carsat du Languedoc-Roussillon Prévention du risque d agression des salariés en contact avec le public Pour prévenir le risque de violences externes

Plus en détail

PRÉVENIR LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX AU TRAVAIL

PRÉVENIR LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX AU TRAVAIL PRÉVENIR LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX AU TRAVAIL Réglementation applicable au 1.09.2014 Plan 2 Aperçu des principales modifications de la réglementation Principes de base de la nouvelle réglementation Analyse

Plus en détail

Présentation du Registre Santé et Sécurité au travail Service

Présentation du Registre Santé et Sécurité au travail Service Présentation du Registre Santé et Sécurité au travail Service I. Introduction 2 II. Obligations réglementaires 2 III. Objectifs du registre santé et sécurité au travail 2 IV. Ce qui sera noté sur les fiches

Plus en détail

Conseils à l employeur sur LE RISQUE AGRESSION. Fiche n 1 : Evaluer le risque d agression

Conseils à l employeur sur LE RISQUE AGRESSION. Fiche n 1 : Evaluer le risque d agression Fiche n 1 : Evaluer le risque d agression Repérer les situations à risques liées au site : La sécurité doit être intégrée dès la conception des locaux. Il faut repérer et évaluer les vulnérabilités du

Plus en détail

FORMATION INITIALE SST CONTENU DE LA FORMATION

FORMATION INITIALE SST CONTENU DE LA FORMATION FORMATION INITIALE SST CONTENU DE LA FORMATION Conforme au programme élaboré par l INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité) Selon la Circulaire CNAMTS/DRP n -Cir-32/2010 du 3 décembre 2010

Plus en détail

Prévention des chutes des personnes âgée à Domicile

Prévention des chutes des personnes âgée à Domicile Prévention des chutes des personnes âgée à Domicile Dr D. Mengue Semaine bleue 2013 «CODERPA 89» États des lieux plan Quelques chiffres intéressants Les engagements publics pour prévenir la chute chez

Plus en détail

Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014

Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014 Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014 Responsabilités et assurances dans le domaine du sport Présentation de la maïf La Maïf est le 1 er assurées. assureur des

Plus en détail

SEMINAIRES IRIS. Dr B. Claessens, SMUR- CHU St Pierre 14 octobre 2003. Amiante. Du grec «amiantos» : imputrescible nom masculin,

SEMINAIRES IRIS. Dr B. Claessens, SMUR- CHU St Pierre 14 octobre 2003. Amiante. Du grec «amiantos» : imputrescible nom masculin, Smur et amiante Dr B. Claessens, SMUR- CHU St Pierre 14 octobre 2003 Amiante Du grec «amiantos» : imputrescible nom masculin, Famille de minéraux très répandue à la surface du globe, Largement utilisée

Plus en détail

RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION. Activités

RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION. Activités RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION Activités 147 148 Étudier le projet de l émission 1.1.S informer et discuter du projet de l émission S informer auprès du producteur de ses intentions Faire préciser

Plus en détail

guide d auto-évaluation

guide d auto-évaluation guide d auto-évaluation PROMOUVOIR LE RÔLE DES CHSCT dans les établissements est une priorité du plan régional santé au travail (PRST) de Midi- Pyrénées. Dans ce cadre, un groupe de travail pluridisciplinaire

Plus en détail

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail.

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail. Introduction Les troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs concernent tous les intervenants de l entreprise : dangerosité du salarié pour lui-même et pour autrui, risque de désorganisation de l activité

Plus en détail

QU EST-CE QU UN ACCIDENT DU TRAVAIL? QUE FAIRE SI VOUS ETES VICTIME D UN ACCIDENT DU TRAVAIL? QUELS SONT VOS RECOURS?

QU EST-CE QU UN ACCIDENT DU TRAVAIL? QUE FAIRE SI VOUS ETES VICTIME D UN ACCIDENT DU TRAVAIL? QUELS SONT VOS RECOURS? GUIDE D APPLICATION POUR LES MEMBRES DU PERSONNEL DE SOUTIEN QU EST-CE QU UN ACCIDENT DU TRAVAIL? QUE FAIRE SI VOUS ETES VICTIME D UN ACCIDENT DU TRAVAIL? QUELS SONT VOS RECOURS? En cas de doute, il est

Plus en détail

- Les réserves motivées en cas d accident du travail et de trajet -

- Les réserves motivées en cas d accident du travail et de trajet - - Les réserves motivées en cas d accident du travail et de trajet - 1 - Les Matinées Employeurs - 2011 Qu est-ce qu une réserve motivée? La déclaration d accident du travail ou de trajet t peut être assortie

Plus en détail

17, bd Poissonnière. 75002 Paris Tél. 01 70 64 93 00. Site : www.isast.fr Mel : contact@isast.fr

17, bd Poissonnière. 75002 Paris Tél. 01 70 64 93 00. Site : www.isast.fr Mel : contact@isast.fr & 17, bd Poissonnière. 75002 Paris Tél. 01 70 64 93 00 Site : www.isast.fr Mel : contact@isast.fr 1 Prévenir les risques psychosociaux : le rôle des représentants du personnel Risques psychosociaux : de

Plus en détail

arbre des causes méthode en prévention Tél. 03 80 70 51 93 Fax 03 80 70 51 73

arbre des causes méthode en prévention Tél. 03 80 70 51 93 Fax 03 80 70 51 73 Pour mettre en oeuvre l arbre des causes, le Service Prévention de la CRAM Bourgogne et Franche-Comté propose des stages d initiation et de perfectionnement. Pour nous contacter CRAM Bourgogne et Franche-Comté

Plus en détail

Chapitre 5 : Les risques professionnels dans l activité de travail

Chapitre 5 : Les risques professionnels dans l activité de travail Contenus : Module 8 : Prévention des risques professionnels Chapitre 5 : Les risques professionnels dans l activité de travail Objectif général: Appliquer l approche par les risques dans l activité de

Plus en détail

Formation SST (Initiale):

Formation SST (Initiale): Formation SST (Initiale): Sauveteurs Secouristes du Travail Selon la Circulaire CNAMTS/DRP n -Cir-32/2010 du 3 décembre 2010 abrogeant la circulaire n -Cir. 53/2007. Public Concerné Toute personne motivée

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4065142 RAP0341743 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal-2

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4065142 RAP0341743 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal-2 EN003593 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal-2 Accident mortel survenu à un travailleur le 7 décembre 2005 à l'entreprise Emballages Mitchel-Lincoln Ltée 3737, boul. Thimens, arrondissement

Plus en détail

Travail à chaud Réglementation et permis (version abrégée)

Travail à chaud Réglementation et permis (version abrégée) Travail à chaud Réglementation et permis (version abrégée) par Claude Millette Conseiller en préveniton, ASFETM Le Grand Rendez-vous SST Montréal, 18 octobre 2011 Travail à chaud - 0 Contenu Objectifs

Plus en détail