RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT"

Transcription

1 EN RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT Direction régionale de Montréal 1 Accident mortel survenu à un travailleur le 10 mars 2004 sur la rue Dickson à Montréal Inspectrice : Line Goulet, ing. Date du rapport : 23 juin 2005

2 Rapport distribué à : Monsieur «U», administrateur, Couvreur Verdun inc. Monsieur «V»,..., Syndicat québécois de la construction Monsieur «W»,..., Conseil conjoint, FTQ construction Monsieur «X»,..., Conseil conjoint - CPQMC Monsieur «Y»,..., CSN Construction Monsieur «Z»,..., CSD Docteur José-Luis Labarias, coroner Monsieur Richard Lessard, directeur, Direction de la santé publique, Régie régionale de la santé et des services sociaux de Montréal-Centre Rue Dickson au coin de Notre-Dame à Montréal, le 10 mars 2004 Page 2

3 TABLE DES MATIÈRES 1 RÉSUMÉ DU RAPPORT 4 2 ORGANISATION DU TRAVAIL STRUCTURE GÉNÉRALE DE L ÉTABLISSEMENT ORGANISATION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL 5 3 DESCRIPTION DE L ACTIVITÉ IMPLIQUÉE DESCRIPTION DU LIEU DE TRAVAIL DESCRIPTION DE L ACTIVITÉ PRINCIPALE LORS DE L ACCIDENT DESCRIPTION DE L'ACTIVITÉ IMPLIQUÉE LORS DE L'ACCIDENT 6 4 ACCIDENT: FAITS ET ANALYSE CHRONOLOGIE DE L'ACCIDENT CONSTATATIONS ET INFORMATIONS RECUEILLIES ÉNONCÉS ET ANALYSE DES CAUSES 13 5 CONCLUSION CAUSES DE L'ACCIDENT RECOMMANDATIONS 16 ANNEXES ANNEXE A : ANNEXE B : ANNEXE C : Accidenté Liste des témoins et des personnes rencontrées Rapport d'expertise Rue Dickson au coin de Notre-Dame à Montréal, le 10 mars 2004 Page 3

4 1. RÉSUMÉ DU RAPPORT Description de l'accident Le 10 mars 2004, vers 18 heures, M. «A», employé de la compagnie Couvreur Verdun, immobilise le camion qu il conduit et monte sur la citerne de bitume. Il ferme le couvercle d alimentation qui s est ouvert à la suite d une surpression ou d une combustion de gaz. Puis, 28 secondes plus tard, alors qu il est toujours sur le dessus de la citerne tout près du couvercle, une combustion de gaz survient le projetant au sol. Conséquences M. «A» subit de graves brûlures et décède deux semaines plus tard. Abrégé des causes Le bitume excède sa température sécuritaire d opération. Le travailleur monte sur la citerne alors que des émanations en sortent, il ne reconnaît vraisemblablement pas cet indice de danger. La citerne est de conception artisanale et ne tient pas compte de la nature du produit. Le présent résumé n'a pas comme tel de valeur légale et ne tient lieu ni de rapport d'enquête, ni d'avis de correction ou de toute autre décision de l'inspecteur. Il ne remplace aucunement les diverses sections du rapport d'enquête qui devrait être lu en entier. Il constitue un aide-mémoire identifiant les éléments d'une situation dangereuse et les mesures correctives à apporter pour éviter la répétition de l'accident. Il peut également servir d'outil de diffusion dans votre milieu de travail. Rue Dickson au coin de Notre-Dame à Montréal, le 10 mars 2004 Page 4

5 2.1 Structure générale de l établissement 2. ORGANISATION DU TRAVAIL La compagnie Couvreur Verdun inc. est spécialisée dans la construction et la réfection de toiture multicouche, principalement dans le secteur commercial. Elle emploie environ 50 personnes réparties en équipes de 5 à 10 travailleurs selon l ampleur des travaux. Chaque équipe est assignée à un chantier sous la supervision d un contremaître. 2.2 Organisation de la santé et de la sécurité du travail La compagnie Couvreur Verdun inc. a élaboré un programme de prévention qui énumère les obligations d un maître d œuvre sur un chantier et les tâches du métier de couvreur. Pour chaque tâche, le programme identifie les risques, les mesures correctives, les moyens de contrôle et la personne responsable de la mise en l application. L une des tâches identifiées est le chauffage du bitume. L explosion, l incendie et les brûlures sont les risques identifiés pour cette tâche. Les mesures correctives proposées ne déterminent pas les risques liés à l utilisation de citerne contenant du bitume à l état liquide provenant d une raffinerie. Rue Dickson au coin de Notre-Dame à Montréal, le 10 mars 2004 Page 5

6 3. DESCRIPTION DE L'ACTIVITÉ IMPLIQUÉE 3.1 Description du lieu de travail L'accident a lieu sur l une des voies de circulation de la rue Dickson à Montréal. 3.2 Description de l activité principale lors de l accident La compagnie Couvreur Verdun inc. utilise des citernes de différents volumes pour le transport et l utilisation du bitume au chantier. La citerne contenant le bitume est remorquée par un camion à benne. Le chauffeur du camion est responsable de la citerne. Il voit à son transport, à son remplissage, au chauffage du bitume et à l opération du système de pompage de la citerne. Après utilisation, le chauffeur effectue le transport de la citerne du chantier à l établissement de Couvreur Verdun inc. 3.3 Description de l'activité impliquée lors de l'accident La citerne numéro 51, impliquée dans l accident, est fabriquée artisanalement par Couvreur Verdun inc. en Le réservoir est constitué d un cylindre d acier d environ 2 mètres de diamètre par 4,7 mètres de longueur. L employeur a transformé le cylindre en ajoutant les éléments requis pour le chauffage et le transport du bitume. Le volume de la citerne est de L (Photo n o 1, p. 7). Deux chicanes sont fixées à l intérieur de la citerne. Celles-ci divisent le réservoir en trois compartiments pour amortir le déplacement du bitume lors du transport. La citerne est alimentée en bitume liquide directement à la raffinerie par une ouverture de 48,5 cm de diamètre située sur le dessus de la citerne. Cette ouverture d alimentation est munie d un couvercle dont les charnières sont orientées vers l avant de la citerne. Ce couvercle, de 20 kg, est maintenu fermé par son propre poids (Photo n o 2, p. 7). La citerne est munie d un système de chauffage du bitume fonctionnant au gaz propane. Quatre bouteilles de propane sont disposées de part et d autre d une plateforme située à l arrière de la citerne. L une des bouteilles est reliée aux deux brûleurs situés à l avant de la citerne. Le débit du gaz qui alimente ces deux brûleurs est contrôlé manuellement à l aide d une valve rotative. La flamme de chaque brûleur est orientée vers l intérieur de la citerne par l intermédiaire de deux conduits métalliques qui servent d échangeurs de chaleur. Ces échangeurs font un aller-retour en forme de U au fond de la citerne, de l avant vers l arrière, et se terminent à l avant par deux cheminées d évacuation des gaz de combustion. Rue Dickson au coin de Notre-Dame à Montréal, le 10 mars 2004 Page 6

7 Un thermomètre pour mesurer la température du bitume est installé à chacune des extrémités de la citerne. Le thermomètre arrière n est accessible qu en montant sur la plate-forme qui supporte les bouteilles de gaz alors que le thermomètre avant peut être lu à partir du sol. L accident survient lors du retour de la citerne à l établissement quand le chauffeur immobilise son camion, monte sur la citerne, et ferme le couvercle d'alimentation. Photo n o 1 : Citerne n o 51. À l avant, les deux cheminées d évacuation des gaz. Source : CSST Photo n o 2 : Dessus de la citerne. Couvercle d alimentation. Source : CSST Photo n o 3 : Dessus de la citerne Tuyau d amenée. Source : CSST Rue Dickson au coin de Notre-Dame à Montréal, le 10 mars 2004 Page 7

8 4.1 Chronologie de l'accident 4. ACCIDENT : FAITS ET ANALYSE Le mardi 9 mars 2004, vers 18 h, M. «A», employé de la compagnie Couvreur Verdun inc. et responsable de l opération de la citerne 51, se rend chez la compagnie Bitumar, fournisseur de bitume à toiture. Il fait remplir la citerne de bitume liquide et la retourne chez son employeur où elle demeure stationnée jusqu au lendemain matin. Le 10 mars 2004, vers 5 h 30, M. «A» récupère la citerne pour l emmener au chantier situé à St-Bruno-de-Montarville. Il arrive au chantier à 6 h 20. Il allume les deux brûleurs de la citerne pour chauffer le bitume et les éteint vers 9 h. Vers 7 h, une équipe de quatre couvreurs, dont M. «A», débute leur troisième journée de travail sur ce chantier. Ils sont sous la supervision du contremaître M. «B». Vers 12 h, M. «A» quitte le chantier à bord du camion pour chercher de la pierre concassée à Laval. Jusqu au milieu de l après-midi, le bitume est utilisé pour faire les relevés du parapet. M. «A» revient au chantier vers 14 h 30 et rallume les brûleurs pour chauffer le bitume contenu dans la citerne pendant une demi-heure. L équipe de travail épand du bitume et le recouvre de gravier jusqu à environ 17 h 30. M. «A» quitte le chantier au volant du camion qui remorque la citerne à destination de l établissement de l employeur. Au moment où il emprunte la rue Dickson, une caméra de surveillance d un stationnement d une usine enregistre le déplacement du camion. Dès le début de l enregistrement, on aperçoit que le couvercle d alimentation de la citerne est ouvert et qu une fumée blanche s en dégage. À 17 h 58 min 24 s, le camion s immobilise en bordure de la rue (Photos n os 4, 5, 6 et 7, p 10). M. «A» descend du camion et se dirige à l arrière de la citerne. Il accède ensuite à la plate-forme fixée au-dessus de la citerne par une échelle située à l arrière. À 17 h 58 min 52 s, il ferme le couvercle avec son pied et s accroupit ensuite sur la plateforme (Photos n os 8 et 9, p. 10). Vingt-sept secondes plus tard, soit à 17 h 59 min 19 s, une intense fumée blanche émane du tuyau d amenée située à l arrière de la citerne (Photo n o 3, p. 7). Une seconde plus tard (Photo n o 10, p. 10), une déflagration provenant de l ouverture d alimentation de la citerne projette M. «A» au sol. M. «A» est recouvert de bitume et ses vêtements sont enflammés. Un passant lui vient en aide pour éteindre le feu à ses vêtements pendant qu une autre personne appelle le 911. Rue Dickson au coin de Notre-Dame à Montréal, le 10 mars 2004 Page 8

9 Un premier camion de pompiers arrive à 18 h 07 min suivi d une ambulance. À 18 h 20 min, l ambulance quitte les lieux de l accident pour amener M. «A» à l unité des grands brûlés de l Hôtel-Dieu de Montréal. Il décède des suites de ses blessures le 23 mars Rue Dickson au coin de Notre-Dame à Montréal, le 10 mars 2004 Page 9

10 Arrière de la citerne Photos n os 4 à 11 (Lire de gauche à droite et de haut en bas). Photos extraites d'un enregistrement vidéo d'une caméra de surveillance d'une entreprise privée. Source : Service de police de Montréal. Rue Dickson au coin de Notre-Dame à Montréal, le 10 mars 2004 Page 10

11 4.2 Constatations et informations recueillies Dès le début de l enregistrement, la vidéo montre que le couvercle d alimentation est soulevé et que d importantes émanations de fumées blanches s en dégagent ; Le couvercle se soulève sous l effet de la pression créée par les vapeurs accumulées à l intérieur de la citerne ; M. «A» prend le temps de stationner le camion et se dirige vers l arrière de la citerne en marchant d un pas régulier ; M. «A» demeure accroupit sur la plate-forme après qu il ait fermé le couvercle ; Il s écoule 28 secondes entre le moment où le travailleur referme le couvercle et la déflagration dans la citerne ; La pression due à la déflagration produite à l intérieur de la citerne expulse une quantité de bitume à l extérieur de la citerne ; Après l accident, le niveau mesuré du bitume se situe à 0,58 m du sommet de la citerne ; Les pompiers arrosent la citerne pour la refroidir pendant plus d une heure après le début de l incendie ; Une lecture de la température prise à 21 h 50 par un représentant de la SAAQ sur le thermomètre installé à l avant sur la citerne indique que la température du bitume est de 252 C ; Aucune autre lecture de la température du bitume n est effectuée au cours de la journée, ni au chantier, ni après la déflagration ; Selon les informations inscrites sur le bon de livraison du fournisseur, le point d éclair du bitume provenant du lot du 9 mars 2005 est de 308 C (586 F) et sa température maximale de chauffe est de 271 C (520 F) ; La fiche signalétique transmise par Bitumar pour le bitume de toiture de type 3 indique un point d éclair de 288 C (550 F) et une température d auto-inflammation supérieure à 370 C (698 F) ; Des analyses réalisées sur deux échantillons de bitume prélevés dans la citerne après l incendie indique des températures de point d éclair de respectivement 278 C (532 F) et 282 C (540 F) ; La température du bitume est indiquée sur deux thermomètres situés à chaque extrémité de la citerne ; Rue Dickson au coin de Notre-Dame à Montréal, le 10 mars 2004 Page 11

12 Aucune consigne relative à la température de chauffe du bitume n est transmise aux travailleurs ; Plusieurs travailleurs interrogés disent ajuster l ouverture des brûleurs de la citerne selon l odeur du bitume et le type de fumées qui s en dégagent ; La température du bitume varie selon l ouverture de la valve d alimentation des brûleurs de la citerne Expertise Une firme spécialisée dans le domaine des causes d incendies et d explosions, Pyrotech BEI, est mandatée pour expertiser la citerne et expliquer les circonstances possibles de la déflagration. Les principales informations provenant de cette expertise sont les suivantes : Le point d éclair du bitume est la température la plus basse à laquelle sont dégagées suffisamment de vapeurs pour former avec l air un mélange inflammable au contact d une flamme ou d une étincelle ; La température d auto-inflammation est celle à laquelle le mélange de vapeurs inflammables, s enflammera spontanément sans une flamme ou une étincelle ; Des émanations de fumées blanches sont visibles lorsque la température du bitume s approche du point d éclair ; Ces émanations de fumées blanches constituent des vapeurs inflammables ; Le chauffage du bitume au-delà de son point d éclair produit une émanation de vapeurs inflammables qui s accumulent à l intérieur de la citerne ; À une température qui s approche du point d éclair, les vapeurs inflammables accumulées dans la citerne peuvent s enflammer en présence d une flamme ou d une étincelle ; Le système de re-circulation du bitume à l intérieur de la citerne favorise la production de vapeurs inflammables dans la partie supérieure de la citerne ; Le déplacement de la citerne avec le couvercle en position ouverte permet un apport d air dans la citerne et favorise la formation d un mélange de vapeurs inflammables. Rue Dickson au coin de Notre-Dame à Montréal, le 10 mars 2004 Page 12

13 4.3 Énoncés et analyse des causes Les vapeurs produites par la surchauffe du bitume s enflamment spontanément et provoquent une déflagration dans la citerne L enregistrement de la vidéo montre une intense émanation de fumées blanches en provenance de l intérieur de la citerne. Avant la déflagration, ces fumées s échappent par l ouverture d alimentation ainsi que par l évent situé à l arrière de la citerne. Ce dégagement de fumées blanches constitue des vapeurs inflammables à l intérieur de la citerne. Ces fumées blanches sont produites par la décomposition du bitume lorsque sa température atteint son point d éclair. Ces fumées indiquent que la température du bitume dans la citerne dépasse la température de point d éclair. Cette température est de 288 C, tel qu indiqué sur la fiche signalétique disponible pour ce bitume. De plus, la conception du système de re-circulation du bitume dans la citerne favorise et accélère la production de vapeurs inflammables à la surface du bitume. Cette accumulation de vapeurs dans la citerne crée une surpression et ouvre une première fois le couvercle d alimentation de la citerne alors que le camion circule sur la rue. Cette ouverture du couvercle alors que le véhicule est en marche permet une introduction d air qui se mélange aux vapeurs présentes à l intérieur de la citerne. L ouverture du couvercle amène le travailleur à immobiliser le véhicule en bordure de la rue afin de refermer le couvercle. Le couvercle étant refermé, les vapeurs provenant du bitume surchauffé peuvent se mélanger à l air qui s est introduit dans la citerne. Ce mélange produit alors une concentration de vapeurs qui s enflamment spontanément. La température à l intérieur de la citerne atteint la température d auto-inflammation du mélange. Cette combustion des vapeurs provoque une déflagration dans la citerne. Le souffle de la déflagration provenant de la citerne projette le travailleur au sol et expulse une quantité de bitume qui éclabousse le travailleur. Comme il s écoule 28 secondes entre le moment où le travailleur referme le couvercle et la déflagration dans la citerne, aucune flamme provenant de l extérieur de la citerne ne peut avoir allumer les vapeurs inflammables présentes dans la citerne. Il s agit donc d une auto-inflammation des vapeurs à l intérieur de la citerne. Or, seule une surchauffe importante du bitume dans la citerne permet l accumulation de vapeurs inflammables et l atteinte d une température telle qu elles s enflammeront spontanément. La lecture de la température du bitume effectuée à 21 h 30 sur le thermomètre avant de la citerne indique 252 C. Cette température est prise environ sept heures après la dernière période de chauffe du bitume au chantier et trois heures après un arrosage d environ une heure de la citerne pour en refroidir le contenu. Cela permet de croire que le bitume dans la citerne a été chauffé à une température excédent celle de point d éclair et près de sa température d auto-inflammation qui est de l ordre de 370 C. Or, la température Rue Dickson au coin de Notre-Dame à Montréal, le 10 mars 2004 Page 13

14 d utilisation du bitume à toiture est d environ 240 C, soit 130 C de moins que la température à laquelle était chauffé le bitume dans la citerne. Si le bitume n avait pas été chauffé au-delà de la température de chauffe maximale indiquée par le fournisseur, soit 271 C, il n y aurait eu aucune accumulation possible de vapeurs inflammables dans la citerne et de ce fait, aucune déflagration. Cette cause est retenue La formation du travailleur est déficiente quant à la reconnaissance des signes précurseurs d une déflagration La présence d intenses émanations de fumées blanches en provenance du couvercle d alimentation de la citerne est une indication que le bitume à l intérieur de la citerne se décompose en vapeurs inflammables. C est également le signe que la température du bitume a atteint ou dépassé le point d éclair, température à laquelle peuvent s enflammer ces vapeurs présentes dans la citerne. Le fait que le couvercle d alimentation se soit ouvert sous la pression des vapeurs accumulées dans la citerne, montre qu une importante quantité de ces vapeurs était produite à l intérieur de celle-ci. Or, malgré la présence de tous ces signes précurseurs de l imminence d une déflagration provenant de la citerne, le travailleur prend le temps d immobiliser son véhicule et se rend sur la citerne d un pas assuré pour fermer le couvercle d alimentation. Par la suite, le travailleur s accroupit sur la plate-forme et y demeure jusqu à ce que survienne la déflagration, sans aucune inquiétude face à l intense fumée blanche qui s en dégage. De plus, le travailleur ignore la température du bitume à l intérieur de la citerne avant la déflagration, puisqu il n en fait aucune lecture entre le moment où il descend du camion et celui où il monte sur la citerne. Cela démontre que le travailleur ne possède pas les connaissances qui lui auraient permis de reconnaître les risques de déflagration liés à la présence de vapeurs inflammables et à la température élevée du bitume dans la citerne. Rue Dickson au coin de Notre-Dame à Montréal, le 10 mars 2004 Page 14

15 Si le travailleur avait eu la formation nécessaire à la reconnaissance des signes précédent une déflagration, il ne serait probablement pas monté sur la citerne alors qu une intense fumée blanche s en dégageait. Il aurait attendu que le bitume refroidisse dans la citerne et que les vapeurs produites par la décomposition du bitume soient totalement évacuées de la citerne. Cette cause est retenue. Rue Dickson au coin de Notre-Dame à Montréal, le 10 mars 2004 Page 15

16 5. CONCLUSION 5.1 Causes de l'accident Les vapeurs produites par la surchauffe du bitume s'enflamment spontanément et provoque une déflagration dans la citerne. La formation du travailleur est déficiente quant à la reconnaissance des signes précurseurs de la déflagration. 5.2 Recommandations Pour éviter qu'un tel accident ne se reproduise, nous recommandons : Aux employeurs oeuvrant dans le secteur de la construction ou de la réfection de toiture de s'assurer que leurs méthodes de travail prévoient notamment les éléments suivants : - l'identification des risques d'incendie liés à l'utilisation d'une citerne contenant du bitume ainsi que des mesures à prendre ; - l'aménagement sécuritaire du site des travaux dont entre autres les mesures d'urgence en cas d'incendie et le contrôle de la température de chauffe du bitume selon le type utilisé. Aux fournisseurs de s'assurer d'informer les utilisateurs de bitume de la température maximale de chauffe et de la température optimale de pose du bitume de façon à ce qu'ils en connaissent les limites sécuritaires d'utilisation. Rue Dickson au coin de Notre-Dame à Montréal, le 10 mars 2004 Page 16

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1 EN003543 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal 1 Accident mortel survenu à deux travailleurs le 9 novembre 2003 sur un chantier situé au 4665, rue Notre-Dame Ouest à Montréal arrondissement

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1 EN003730 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal 1 Accident mortel survenu à un travailleur le 21 novembre 2007 sur le chantier situé au 969, rue St-Timothée à Montréal Inspecteurs : Patrick

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN EMPLOYEUR AU 426, RUE GAGNÉ, LASALLE LE 7 JUILLET 2003

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN EMPLOYEUR AU 426, RUE GAGNÉ, LASALLE LE 7 JUILLET 2003 EN003429 RAPPORT D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN EMPLOYEUR AU 426, RUE GAGNÉ, LASALLE LE 7 JUILLET 2003 PAUL LÉTOURNEAU, ING., INSPECTEUR TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4114836 RAP0584290 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale des Laurentides

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4114836 RAP0584290 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale des Laurentides EN003785 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale des Laurentides Accident survenu le 13 mars 2009 sur un chantier de construction situé au 709, rue du Docteur-Gervais à Mont-Tremblant, entraînant le décès

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP RAPPORT D ENQUÊTE. Accident survenu à un travailleur œuvrant pour Epsylon Concept inc. le 12 janvier 2012 au 300 Viger Est

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP RAPPORT D ENQUÊTE. Accident survenu à un travailleur œuvrant pour Epsylon Concept inc. le 12 janvier 2012 au 300 Viger Est RAPPORT D ENQUÊTE EN003929 Accident survenu à un travailleur œuvrant pour Epsylon Concept inc. le 12 janvier 2012 au 300 Viger Est Direction régionale de Montréal-1 Inspecteurs : Pierre-Luc Labelle ing.

Plus en détail

Rapport d'intervention

Rapport d'intervention Rapport d'intervention EN003113 SCIERIE DES OUTARDES CAMP LA BLACHE CAMP FORESTIER SDO KILOMÈTRE 170 ROUTE FORESTIÈRE DE LA SCIERIE (901) I216751 3211885 12 CAMP FORESTIER SDO KILOMÈTRE 170 ROUTE FORESTIÈRE

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Saint-Jean-sur-Richelieu

RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Saint-Jean-sur-Richelieu EN003715 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Saint-Jean-sur-Richelieu Un travailleur de Plomberie St-Luc inc. chute mortellement au chantier du restaurant La Banquette (9179-4388 Québec inc.) à Saint-Jean-sur-Richelieu

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1 EN003598 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal 1 Accident mortel d un travailleur de l entreprise Av-Tech inc. le 4 novembre 2005 alors qu il exécutait des travaux électriques à Place Montréal

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Québec

RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Québec EN003675 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Québec Accident mortel survenu à un travailleur le 26 octobre 2006 sur le chantier des entreprises Piscines Pro & Patios NV inc. Inspecteurs : Serge Gagnon,

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE. Inspecteurs: Date du rapport: EN003432

RAPPORT D'ENQUÊTE. Inspecteurs: Date du rapport: EN003432 EN003432 RAPPORT Employeur Lieu de travail Talbot équipement ltée 450, rue des Méandres Québec (Québec) G2E 5P3 Quai de déchargement sur le site de Industries Davie inc. 22, rue Georges-D. Davie Lévis

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT

RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT EN003591 RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT Direction régionale de Montréal 1 Accident mortel survenu à un travailleur de la compagnie Toitures et profiles métalliques Nobel St-Laurent inc. le 20 octobre 2005

Plus en détail

Rapport d'intervention

Rapport d'intervention EN003294 Rapport d'intervention Numéro du rapport d'intervention R985572 Numéro du dossier d'intervention PIMC0010792 Identification du destinataire LES ENTREPRISES JPG BERGERON INC 53, rue Principale

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT EN0003387 RAPPORT RAPPORT D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE MAURICIE-CENTRE-DU-QUÉBEC ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN POMPIER LE 28 FÉVRIER 2003 À VICTORIAVILLE Ville de Victoriaville, 28 février 2003 Page 1

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4063250 RAP0319223 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 3

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4063250 RAP0319223 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 3 EN003584 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal 3 Accident mortel survenu à une personne le 15 octobre 2005 sur le site du Stationnement Idéal inc. au 1225, rue Metcalfe à Montréal Nicole Dionne,

Plus en détail

Prévenir le risque d explosion

Prévenir le risque d explosion bouteilles d acétylène, d oxygène & de gaz inflammables : Prévenir le risque d explosion Transport en véhicule léger Stockage hors véhicule Association Française 14, rue de la République 92800 Puteaux

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4065142 RAP0341743 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal-2

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4065142 RAP0341743 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal-2 EN003593 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal-2 Accident mortel survenu à un travailleur le 7 décembre 2005 à l'entreprise Emballages Mitchel-Lincoln Ltée 3737, boul. Thimens, arrondissement

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4051132 RAP0271362 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal-2

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4051132 RAP0271362 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal-2 EN003532 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal-2 Accident blessant 2 travailleurs survenu le 10 février 2005 à l'entreprise Volkswagen Gabriel 1855, avenue Dollard, à LaSalle, arrondissement

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4127475 RAP0677343 RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4127475 RAP0677343 RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN003838 Accident mortel survenu le 8 décembre 2009 à un travailleur de l'entreprise Les pneus Robert Bernard (Chambly) ltée 965, boulevard De Périgny, à Chambly Direction régionale de

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN003818 RAPPORT D ENQUÊTE Accident mortel survenu à un travailleur œuvrant pour Les entreprises P.A. Électrique inc. le 30 mai 2009 au 500, rue Sherbrooke Ouest à Montréal Direction régionale de Montréal-1

Plus en détail

Rapport d intervention

Rapport d intervention Rapport d intervention EN003087 Nom et adresse du destinataire N du rapport N du dossier d intervention 166 RUE SULLIVAN VALLEYFIELD (QUEBEC) J6S2J3 N Éta ou ENL I201928 3157351 N de chantier Adresse du

Plus en détail

Fiche d installation sur l utilisation des bonbonnes à gaz de pétrole liquéfie (LPG) Butane Probutane Propane

Fiche d installation sur l utilisation des bonbonnes à gaz de pétrole liquéfie (LPG) Butane Probutane Propane Fiche d installation sur l utilisation des bonbonnes à gaz de pétrole liquéfie (LPG) Butane Probutane Propane 1 1. Définition LPG On entend par LPG (Liquefied Petroleum Gas) du BUTANE, PROPANE et leurs

Plus en détail

18-04-2014 P1 COMPTE RENDU RELATIF A UNE EXPLOSION SUIVIE D INCENDIE DANS LE CADRE D UN TRANSVASEMENT DE PEINTURE

18-04-2014 P1 COMPTE RENDU RELATIF A UNE EXPLOSION SUIVIE D INCENDIE DANS LE CADRE D UN TRANSVASEMENT DE PEINTURE 18-04-2014 P1 COMPTE RENDU RELATIF A UNE EXPLOSION SUIVIE D INCENDIE DANS LE CADRE D UN TRANSVASEMENT DE PEINTURE 1. Les faits 1.1 La firme A a acheté un camion VOLVO et l a fait équiper, par la firme

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4140565 RAP0722816 RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4140565 RAP0722816 RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN003874 Accident mortel survenu au président de l entreprise Multi Rénovations le 27 septembre 2010 sur le chantier situé au 1288 rue Sherbrooke est à Montréal Direction régionale de

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4164780 RAP0823108 RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4164780 RAP0823108 RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN003945 Accident survenu à deux travailleurs de l'entreprise Revêtements de la Capitale inc. le 30 mars 2012, sur un chantier sis au 215, boulevard Louis XIV à Québec Direction régionale

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal-1

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal-1 EN003649 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal-1 Accident mortel survenu à un travailleur, le 17 août 2006 à l'entreprise Samuels Signs & Lighting, au magasin Zellers de la plaza Côte-des-Neiges

Plus en détail

À conserver. FICHE D INFORMATION sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs. Scénarios impliquant un produit inflammable : PROPANE

À conserver. FICHE D INFORMATION sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs. Scénarios impliquant un produit inflammable : PROPANE À conserver FICHE D INFORMATION sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs Scénarios impliquant un produit inflammable : PROPANE Propane IMPACTS POTENTIELS CARACTÉRISTIQUES Le propane est

Plus en détail

pour les altitudes élevées

pour les altitudes élevées Notice de conversion pour les altitudes élevées Chaudière spéciale gaz Cet assemblage de conversion ainsi que les consignes correspondantes servent à convertir les chaudières spéciales au gaz, modèle GA24,

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4160782 RAP0793572

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4160782 RAP0793572 RAPPORT D ENQUÊTE EN003930 Accident mortel survenu à un travailleur le 14 décembre 2011 à l'entreprise Triwest Trading (Canada) ltd située au 90, rue de Rotterdam à Saint-Augustin-de-Desmaures Direction

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUETE D'ACCIDENT DIRECTION REGIONALE LAURENTIDES ACCIDENT MORTEL SURVENU A UN POMPIER VOLONTAIRE LE 13 JANVIER 1990

RAPPORT D'ENQUETE D'ACCIDENT DIRECTION REGIONALE LAURENTIDES ACCIDENT MORTEL SURVENU A UN POMPIER VOLONTAIRE LE 13 JANVIER 1990 EN002503 RAPPORT D'ENQUETE D'ACCIDENT DIRECTION REGIONALE LAURENTIDES ACCIDENT MORTEL SURVENU A UN POMPIER VOLONTAIRE LE 13 JANVIER 1990 Dans la caserne de pompiers de la Corporation Municipale Ville St-Jovite

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1 EN003549 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal 1 Accident mortel survenu à un travailleur le 27 janvier 2005 au projet Condominiums Loft McGill Ouest 630, rue Williams à Montréal Inspecteur

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE L'ÎLE DE MONTRÉAL-5

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE L'ÎLE DE MONTRÉAL-5 EN003100 RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE L'ÎLE DE MONTRÉAL-5 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN TRAVAILLEUR LE 30 MAI 1998 À L'USINE VIAU, FABRICATION CULINAR INC. SITUÉE AU 2097, RUE VIAU

Plus en détail

Processus d analyse de risques

Processus d analyse de risques Processus d analyse de risques Tel que le rapporte la Loi sur la Santé et la Sécurité du Travail, tout travailleur doit «participer à l'identification et à l'élimination des risques d'accidents du travail

Plus en détail

RC030/RC035 Appareil d aspiration de liquide à air comprimé (manuel) Instructions. Celui-ci peut être utilisé pour l aspiration de :

RC030/RC035 Appareil d aspiration de liquide à air comprimé (manuel) Instructions. Celui-ci peut être utilisé pour l aspiration de : RC030/RC035 Appareil d aspiration de liquide à air comprimé (manuel) Instructions Celui-ci peut être utilisé pour l aspiration de : Huile de moteur Huile de boîte de vitesses et du système de transmission

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4229183 RAP1065154 RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4229183 RAP1065154 RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN004090 Accident mortel survenu à un travailleur de l entreprise Constructions Brodeur et Brault Inc., le 7 décembre 2015, sur un chantier de construction situé au [ ] à Lac-Supérieur

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION CUISEUR ÉLECTRIQUE MULTIFONCTIONS PRESTO PAN POUR USAGE DOMESTIQUE UNIQUEMENT

MANUEL D UTILISATION CUISEUR ÉLECTRIQUE MULTIFONCTIONS PRESTO PAN POUR USAGE DOMESTIQUE UNIQUEMENT MANUEL D UTILISATION CUISEUR ÉLECTRIQUE MULTIFONCTIONS PRESTO PAN Lisez attentivement ce mode d'emploi avant d'utiliser l'appareil et conservez-le pour un usage ultérieur. POUR USAGE DOMESTIQUE UNIQUEMENT

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal - 1

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal - 1 EN003784 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal - 1 Chute mortelle d un de l entreprise Couverture Montréal-Nord ltée à partir de l entretoit de l'établissement de Transport Logi-Pro inc. 9001,

Plus en détail

FS 124320 FS 127920 FSE 24301 FS124330. Refrigerator Kühlschrank/Gefrierschrank Congélateur/Réfrigérateur Koelkast Køleskab

FS 124320 FS 127920 FSE 24301 FS124330. Refrigerator Kühlschrank/Gefrierschrank Congélateur/Réfrigérateur Koelkast Køleskab FS 124320 FS 127920 FSE 24301 FS124330 Refrigerator Kühlschrank/Gefrierschrank Congélateur/Réfrigérateur Koelkast Køleskab Veuillez d abord lire la notice d utilisation! Chère cliente, cher client, Nous

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ ASPHALTE COULÉ

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ ASPHALTE COULÉ Date d édition : 15/09/2011 FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ ASPHALTE COULÉ 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE Désignation : Asphalte coulé Utilisation commerciale : Produits pour revêtements

Plus en détail

Garde-corps. (moyens d accès permanents aux machines)

Garde-corps. (moyens d accès permanents aux machines) Garde-corps (moyens d accès permanents aux machines) Le présent feuillet d information rassemble les prescriptions (règles techniques) applicables aux garde-corps permettant d accéder à des machines. Il

Plus en détail

Permis de travail par point chaud. Juillet 2014

Permis de travail par point chaud. Juillet 2014 Permis de travail par point chaud Juillet 2014 Objectif de la formation À la fin de cette formation, le participant connaîtra le permis de travail par point chaud, son fonctionnement et son application.

Plus en détail

Rapport d intervention

Rapport d intervention Rapport d intervention EN003230 Nom et adresse du destinataire N du rapport N du dossier d intervention MARC FILIATREAULT COUVREUR INC I189159 29216774 2183 RUE MONTEREY LAVAL QUÉBEC H7L3T6 N Éta ou ENL

Plus en détail

NOTICE D INSTALLATION ET D UTILISATION

NOTICE D INSTALLATION ET D UTILISATION NOTICE D INSTALLATION ET D UTILISATION 1 Cher client, Nous vous félicitons pour votre choix et l achat de la chaudière à chauffage central dernière technologie fabriquée par notre société. Vous venez d

Plus en détail

INSCRIPTION, CLASSEMENT ET EMBALLAGE. Communication de l expert de l Afrique du Sud

INSCRIPTION, CLASSEMENT ET EMBALLAGE. Communication de l expert de l Afrique du Sud NATIONS UNIES ST Secrétariat Distr. GÉNÉRALE ST/SG/AC.10/C.3/2005/47 13 septembre 2005 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ D EXPERTS DU TRANSPORT DES MARCHANDISES DANGEREUSES ET DU SYSTÈME GÉNÉRAL HARMONISÉ

Plus en détail

Laddomat 21-60 Kit de chargement

Laddomat 21-60 Kit de chargement Laddomat 21-60 Kit de chargement Laddomat 21 a pour fonction de... Guide d utilisation et d installation... lors du chauffage, permettre à la chaudière de rapidement atteindre la température de service....

Plus en détail

Manuel de l utilisateur Dispositif d utilisation hivernale DUH À utiliser uniquement avec le modèle GSWH-1

Manuel de l utilisateur Dispositif d utilisation hivernale DUH À utiliser uniquement avec le modèle GSWH-1 Manuel de l utilisateur Dispositif d utilisation hivernale DUH À utiliser uniquement avec le modèle GSWH-1 Aide à protéger le chauffe-eau GSWH-1 contre les dommages causes par les températures hivernales.

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL Ces dispositions s appliquent spécifiquement aux établissements fabriquant ou distribuant des

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN TRAVAILLEUR AU 2 110, RUE NOTRE-DAME OUEST À MONTRÉAL

RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN TRAVAILLEUR AU 2 110, RUE NOTRE-DAME OUEST À MONTRÉAL EN003463 RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN TRAVAILLEUR AU 2 110, RUE NOTRE-DAME OUEST À MONTRÉAL LE 27 OCTOBRE 2003 PAUL LÉTOURNEAU, ING.,

Plus en détail

Sécurité incendie dans les garages

Sécurité incendie dans les garages Sécurité incendie dans les garages Assuré et rassuré. Risques d incendie dans les garages Lorsque le feu prend dans des garages, il provoque souvent des dégâts importants, et dans les cas les plus graves,

Plus en détail

LE TRANSPORT DES MATIÈRES DANGEREUSES

LE TRANSPORT DES MATIÈRES DANGEREUSES FICHE TECHNIQUE #51 PRODUITS ET MATIÈRES DANGEREUSES LE TRANSPORT DES MATIÈRES DANGEREUSES Le Règlement sur le transport des matières dangereuses encadre la manutention et le transport des matières dangereuses

Plus en détail

Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie

Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie Manipulation 1 Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie Consignes de sécurité Soyez prudent en utilisant le gaz naturel. Dans le cas d une odeur de gaz, fermez la

Plus en détail

Risques pour la santé et la sécurité : évaluation et balises d intervention de la CSST. Luc Ménard Direction de la prévention-inspection CSST

Risques pour la santé et la sécurité : évaluation et balises d intervention de la CSST. Luc Ménard Direction de la prévention-inspection CSST Risques pour la santé et la sécurité : évaluation et balises d intervention de la CSST Luc Ménard Direction de la prévention-inspection CSST Plan de présentation INTRODUCTION 1. Chambre de mélange 2. Entreposage

Plus en détail

Plan de formation Installateur en sanitaire CFC Check-list des objectifs de formation en entreprise

Plan de formation Installateur en sanitaire CFC Check-list des objectifs de formation en entreprise Objectifs particuliers Administration Expliquer et respecter les procédures en vigueur dans l'entreprise Expliquer et décrire les procédures du métier Développement durable Utiliser avec discernement les

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN003937 RAPPORT D ENQUÊTE Accident mortel d un travailleur de l entreprise Roger Tremblay et fils inc. survenu le 30 mars 2012 au 1319, Rang 4 à Normandin Direction régionale du Saguenay Lac-Saint-Jean

Plus en détail

CONSIGNES DE SECURITE

CONSIGNES DE SECURITE CONSIGNES DE SECURITE BITUME CHAUD RISQUES PRECAUTIONS BRULURES GRAVES au 3ème degré Les bitumes sont stockés et manipulés à des températures élevées ordinairement supérieures à 130 C. PORTER des VETEMENTS

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE (Version dépersonnalisée)

RAPPORT D ENQUÊTE (Version dépersonnalisée) RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4138427 RAP0722140 Dossier d intervention Numéro du rapport RAPPORT D ENQUÊTE (Version dépersonnalisée) Accident grave survenu à trois travailleurs et un président le 11 août 2010

Plus en détail

TAP-PAR. Test d aptitudes physiques pour paramédics. Description du test

TAP-PAR. Test d aptitudes physiques pour paramédics. Description du test TAP-PAR Test d aptitudes physiques pour paramédics Description du test INTRODUCTION Le travail de paramédic nécessite une capacité physique supérieure à celle de la population moyenne. En effet, ceux-ci

Plus en détail

Dangers des gaz NATURE : TEMPERATURE : PRESSION : Transport de gaz dans des véhicules non ADR (Qté transportée < Qté définies par le 1.1.3.

Dangers des gaz NATURE : TEMPERATURE : PRESSION : Transport de gaz dans des véhicules non ADR (Qté transportée < Qté définies par le 1.1.3. Dangers des gaz NATURE : Gaz inerte : Azote, Argon, CO2, Hélium Gaz comburant : Oxygène, Protoxyde d azote Gaz inflammable : Hydrogène, Acétylène, Propane Gaz toxique : Ammoniac, Chlore, Fluor, SO2 Risque

Plus en détail

modèle d atelier de LECTURE-ÉCRITURE

modèle d atelier de LECTURE-ÉCRITURE modèle d atelier de LECTURE-ÉCRITURE à partir du tableau SIMDUT et des fiches signalétiques Les commissions scolaires, les experts de la formation en entreprise. Durée : 3 heures Les étapes de l atelier

Plus en détail

VIESMANN. Notice d'utilisation VITODENS 111-W. pour l'utilisateur

VIESMANN. Notice d'utilisation VITODENS 111-W. pour l'utilisateur Notice d'utilisation pour l'utilisateur VIESMANN Installation de chauffage avec régulation pour marche à température d'eau constante ou en fonction de la température extérieure VITODENS 111-W 4/2012 A

Plus en détail

Qu est ce qu un gaz comprimé?

Qu est ce qu un gaz comprimé? Qu est ce qu un gaz comprimé? Il existe plusieurs produits à base de gaz ou de mélanges de gaz sous pression conservés dans des bouteilles 1. La plupart de ces gaz sont classés dans la catégorie des «gaz

Plus en détail

CLP - INFLAMMABLES GAZ INFLAMMABLES. Définitions. Critères de classification LIQUIDES INFLAMMABLES. Définitions. Critères de classification

CLP - INFLAMMABLES GAZ INFLAMMABLES. Définitions. Critères de classification LIQUIDES INFLAMMABLES. Définitions. Critères de classification CLP - INFLAMMABLES GAZ INFLAMMABLES Un gaz inflammable est un gaz ou un mélange de gaz ayant un domaine d inflammabilité en mélange avec l air à 20 C et à une pression normale de 101,3 kpa Catégorie 1

Plus en détail

Consignes spécifiques dans le cadre de travaux de génie civil réalisés dans les environs de conduites de gaz à haute pression

Consignes spécifiques dans le cadre de travaux de génie civil réalisés dans les environs de conduites de gaz à haute pression Consignes spécifiques dans le cadre de travaux de génie civil réalisés dans les environs de conduites de gaz à haute pression Juillet 2009 ( Version 2.0 ) 1/9 Sommaire 1 ) Introduction 3 ) Responsabilité

Plus en détail

Acétylène. Bonnes pratiques. www.airliquide.ca

Acétylène. Bonnes pratiques. www.airliquide.ca Acétylène Bonnes pratiques www.airliquide.ca Utilisé principalement en soudage, coupage, brasage et chauffe, l acétylène est le gaz combustible le plus performant et le plus polyvalent. L acétylène est

Plus en détail

FUITE DE GAZ. L utilisation des gaz comprimés et du gaz naturel fait en sorte qu ils représentent pour l organisation un risque d incident.

FUITE DE GAZ. L utilisation des gaz comprimés et du gaz naturel fait en sorte qu ils représentent pour l organisation un risque d incident. FUITE DE GAZ 1. OBJECTIFS L utilisation des gaz comprimés et du gaz naturel fait en sorte qu ils représentent pour l organisation un risque d incident. C est donc dans cette perspective que le présent

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale du Saguenay Lac-Saint-Jean

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale du Saguenay Lac-Saint-Jean EN003673 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale du Saguenay Lac-Saint-Jean Accident mortel survenu le 1 er mars 2007 à un agent de protection de la faune, au retour d une patrouille en motoneige dans la

Plus en détail

Directives d installation des Chauffe-Air d adjonction électriques montés dans les plénums

Directives d installation des Chauffe-Air d adjonction électriques montés dans les plénums Directives d installation des Chauffe-Air d adjonction électriques montés dans les plénums Août 2008 VERSION 4 CES INSTRUCTIONS D INSTALLATIONS COUVRENT: MODÈLES T-4 à T-30 (4Kw à 30 Kw) NOTES GÉNÉRALES

Plus en détail

Matières dangereuses dans le ménage et l atelier. Prévention incendie

Matières dangereuses dans le ménage et l atelier. Prévention incendie Matières dangereuses dans le ménage et l atelier Prévention incendie Stocker et utiliser correctement les matières dangereuses Deux tiers des feux se produisent dans des lieux habités. En observant quelques

Plus en détail

Choisir et utiliser un détecteur de gaz pour le travail en espace clos.

Choisir et utiliser un détecteur de gaz pour le travail en espace clos. entreposage Choisir et utiliser un détecteur de gaz pour le travail en espace clos. Un détecteur de gaz contribue à déterminer les mesures de prévention et l équipement de protection nécessaires dans le

Plus en détail

La méthode d enquête de la CNESST. Pierre Privé Coordonnateur aux enquêtes Direction générale de la prévention inspection

La méthode d enquête de la CNESST. Pierre Privé Coordonnateur aux enquêtes Direction générale de la prévention inspection La méthode d enquête de la CNESST Pierre Privé Coordonnateur aux enquêtes Direction générale de la prévention inspection La CNESST (Janvier 2016) Mission : La CNESST est une porte d entrée unique pour

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN003844 RAPPORT D ENQUÊTE Accident mortel survenu le 18 juin 2010 à deux travailleurs de l entreprise Gouttières André Potvin au chantier du 134, rue des Laurentides à Saguenay, arrondissement de Chicoutimi

Plus en détail

Manuel d utilisation du modèle

Manuel d utilisation du modèle Manuel d utilisation du modèle FLOWMAX-90 Chauffe-eau à condensation 85 000 BTU AVERTISSEMENT Si les consignes suivantes ne sont pas attentivement respectées, un feu ou une explosion peut se produire et

Plus en détail

CONSIGNES DE SÉCURITÉ IMPORTANTES

CONSIGNES DE SÉCURITÉ IMPORTANTES Consignes de sécurité importantes CONSIGNES DE SÉCURITÉ IMPORTANTES AVERTISSEMENT : Si les consignes contenues dans ce manuel ne sont pas suivies à la lettre, une explosion ou un feu peuvent en résulter,

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4214973 RAP1025070 RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4214973 RAP1025070 RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN004059 Accident mortel survenu à un travailleur le 26 février 2015 à l entreprise Côme Richer située au 1849, chemin de la Lièvre Sud à Mont-Laurier (Québec) Direction régionale des

Plus en détail

RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2

RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2 RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2 TRANSPORT: Classement du produit pour le transporteur Le classement du produit Chemtane 2 pour le transporteur est le suivant:

Plus en détail

Chaudière gaz. Notice d utilisation Logano GC 144 II 6 720 810 029 (2013/08) US/CA. A lire attentivement avant le montage et la maintenance.

Chaudière gaz. Notice d utilisation Logano GC 144 II 6 720 810 029 (2013/08) US/CA. A lire attentivement avant le montage et la maintenance. Chaudière gaz Notice d utilisation Logano GC 144 II 6 720 810 029 (2013/08) US/CA A lire attentivement avant le montage et la maintenance. Table des matières Table des matières 1 Consignes de sécurité.................................

Plus en détail

FICHE D INFORMATION sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs. À conserver

FICHE D INFORMATION sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs. À conserver FICHE D INFORMATION sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs À conserver Propane IMPACTS POTENTIELS CARACTÉRISTIQUES Le propane est un gaz de pétrole liquéfié qui est entreposé sous pression

Plus en détail

ÉNERGIE-CHAUFFAGE. Référentiel. des supports de communication existants. énergie

ÉNERGIE-CHAUFFAGE. Référentiel. des supports de communication existants. énergie ÉNERGIE-CHAUFFAGE Référentiel des supports de communication existants énergie Le présent document recense l ensemble des outils de communication existants et disponibles, ainsi que les matériels disponibles

Plus en détail

Rapport d intervention

Rapport d intervention d intervention Nom et adresse du destinataire MARIO BOUCHARD PAYSAGISTE INC 1081, CH. STE-MARGUERITE POINTE-CLAIRE, QC GOX IZO N ETA ou ENL N de chantier N région 15 Adresse du lieu de travail Année mois

Plus en détail

Guide Plan de prévention et de mesures d urgence

Guide Plan de prévention et de mesures d urgence Guide Plan de prévention et de mesures d urgence TABLE DES MATIÈRES 1. Plan de prévention... 2 1.1. Numéros de téléphone en cas d urgence... 2 1.2. Équipement de protection personnelle... 3 1.3. Équipements

Plus en détail

ASFETM Travail sécuritaire en espace clos

ASFETM Travail sécuritaire en espace clos Colloque, CSST Sherbrooke, 22 mai 2013 ASFETM Travail sécuritaire en espace clos par Charbel Mouawad, M.Sc. Hygiéniste industriel/ergonome, ASFETM 1 Objectifs À la fin de la session, les participants seront

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE HYDROGENE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE HYDROGENE Page : 1/6 Danger 2.1 : gaz inflammable. 1. Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise Identificateur de produit Nom commercial : Hydrogène N FDS : EIGA067A Description chimique

Plus en détail

VEX270 - HCE Batterie de chauffage électrique avec Automatique EXact2

VEX270 - HCE Batterie de chauffage électrique avec Automatique EXact2 3005129-2014-08-21 HCE_VEX270 VEX270 - HCE Batterie de chauffage électrique avec Automatique EXact2 É ÉCHANGEURS ROTATIFS Product information...chapter 1 + 5 Mechanical assembly...chapter 2 Electrical

Plus en détail

Travail à chaud Réglementation et permis (version abrégée)

Travail à chaud Réglementation et permis (version abrégée) Travail à chaud Réglementation et permis (version abrégée) par Claude Millette Conseiller en préveniton, ASFETM Le Grand Rendez-vous SST Montréal, 18 octobre 2011 Travail à chaud - 0 Contenu Objectifs

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE. Rapport d'enquête d'accident mortel Direction régionale Côte-Nord

RAPPORT D'ENQUÊTE. Rapport d'enquête d'accident mortel Direction régionale Côte-Nord RAP0099770 Rapport d'enquête d'accident mortel Direction régionale Côte-Nord Accident ayant causé la mort d'un travailleur le 24 août 2001 sur la route 389, MRC Manicouagan Équipe d'enquête : Guy Chénard,

Plus en détail

L'INSPECTION EN USINE: PREVENIR LES RISQUES CHR 103. Philippe Malouines, 10 Avril 2008

L'INSPECTION EN USINE: PREVENIR LES RISQUES CHR 103. Philippe Malouines, 10 Avril 2008 L'INSPECTION EN USINE: PREVENIR LES RISQUES CHR 103 Philippe Malouines, 10 Avril 2008 Le Décret du 20 février 1992 Champ d application Le décret du 20 février 1992 est applicable lorsque du personnel d

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT

RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT EN003550 RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT Direction régionale de Montréal 1 Accident mortel survenu à un travailleur le 30 septembre 2004 au chantier de l'aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal,

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4068282 RAP0347578 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale des Laurentides

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4068282 RAP0347578 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale des Laurentides EN003619 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale des Laurentides Accident mortel survenu à un travailleur de l entreprise Ébénisterie Samuel inc. le 15 mars 2006, lors de travaux effectués à l'entreprise

Plus en détail

6301 8856 11/2001 FR Pour l utilisateur. Notice d utilisation. Chaudière spéciale fioul/gaz Logano GE515. Lire attentivement avant utilisation SVP

6301 8856 11/2001 FR Pour l utilisateur. Notice d utilisation. Chaudière spéciale fioul/gaz Logano GE515. Lire attentivement avant utilisation SVP 6301 8856 11/2001 FR Pour l utilisateur Notice d utilisation Chaudière spéciale fioul/gaz Logano GE515 Lire attentivement avant utilisation SVP Préface Remarque Cet appareil répond aux exigences de base

Plus en détail

PROCÉDURE DE DÉCLARATION DES ACCIDENTS, DES INCIDENTS ET DES SITUATIONS DANGEREUSES EN MILIEU DE TRAVAIL Novembre 2013

PROCÉDURE DE DÉCLARATION DES ACCIDENTS, DES INCIDENTS ET DES SITUATIONS DANGEREUSES EN MILIEU DE TRAVAIL Novembre 2013 1. Identification Titre : Procédure de déclaration des accidents, des incidents et des situations dangereuses en milieu de travail. Ce document s adresse : aux membres du personnel enseignant et non enseignant

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4096539 RAP0536115 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de la Chaudière-Appalaches

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4096539 RAP0536115 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de la Chaudière-Appalaches EN003725 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de la Chaudière-Appalaches Explosion blessant 5 personnes survenue, le 17 décembre 2007 à l entreprise Aciers Rémi Latulippe inc. située au 481 route 112

Plus en détail

Procédure à suivre à la suite d'un accident de travail avec lésions graves ou mortelles (PROCÉDURE)

Procédure à suivre à la suite d'un accident de travail avec lésions graves ou mortelles (PROCÉDURE) Encadrements administratifs Procédure à suivre à la suite d'un accident de travail avec lésions graves ou mortelles (PROCÉDURE) Date d'entrée en vigueur: 09/06/02 Date de fin: Commentaire: Service émetteur:

Plus en détail

à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de la prévention incendie ; à l inspecteur à la prévention ; au Comité SST.

à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de la prévention incendie ; à l inspecteur à la prévention ; au Comité SST. GRILLE D AUTO-ÉVALUATION EN SANTÉ SÉCURITÉ AU TRAVAIL COMMISSION SCOLAIRE DES PATRIOTES atelier Février 2002 DOCUMENT À CONSERVER ET À FOURNIR SUR DEMANDE : à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de

Plus en détail

Aménagement des véhicules citernes routiers pour un accès sécuritaire

Aménagement des véhicules citernes routiers pour un accès sécuritaire Aménagement des véhicules citernes routiers pour un accès sécuritaire La meilleure façon de ne pas tomber, c est de ne pas monter! sinon, voici deux façons de vous protéger. Statistiques Les statistiques

Plus en détail

Procédure: L acces aux espaces confines

Procédure: L acces aux espaces confines Table des matières 1 Objectif...1 2 Champ d application...1 3 Définitions...1 4 Flowchart...1 5 Procére...1 5.1 Méthode...1 5.2 Mesures de gaz...2 5.3 Surveillance au trou d homme...3 5.4 Le soudage, le

Plus en détail

Bepac eau chaude sanitaire à capteur sol. Bepac. Ecs 300LT CAPTEUR SoL

Bepac eau chaude sanitaire à capteur sol. Bepac. Ecs 300LT CAPTEUR SoL Ecs 300LT CAPTEUR SoL 1 Pose du Capteur Manuel d installation et utilisation Le capteur se pose à 80 cm de profondeur, il doit être installé dans le sol et sera recouvert de terre.(tolérance du terrassement

Plus en détail

6302 7351 06/2003 FR Pour l'utilisateur. Notice d'utilisation. Chaudière spéciale gaz Logano G124 WS. Lire attentivement avant utilisation SVP

6302 7351 06/2003 FR Pour l'utilisateur. Notice d'utilisation. Chaudière spéciale gaz Logano G124 WS. Lire attentivement avant utilisation SVP 6302 7351 06/2003 FR Pour l'utilisateur Notice d'utilisation Chaudière spéciale gaz Logano G124 WS Lire attentivement avant utilisation SVP Préface Cet appareil répond aux exigences de base des normes

Plus en détail

Manuel d installation KIT NUR

Manuel d installation KIT NUR Veuillez lire attentivement ces consignes de sécurité qui s adressent uniquement à un installateur photovoltaïque qualifié : Manuel d installation KIT NUR Ce présent document contient des informations

Plus en détail

LES VÉHICULES RÉCRÉATIFS CERTAINES RÈGLES S APPLIQUENT

LES VÉHICULES RÉCRÉATIFS CERTAINES RÈGLES S APPLIQUENT LES VÉHICULES RÉCRÉATIFS CERTAINES RÈGLES S APPLIQUENT CONDUITE ET REMORQUAGE SÉCURITAIRES La conduite et le remorquage d un véhicule récréatif exigent le respect de certaines règles (arrimage, charges

Plus en détail

Votre sécurité. Utilisez avec. précaution

Votre sécurité. Utilisez avec. précaution Votre sécurité et les RÉFRIGÉRATEURS au propane Utilisez avec précaution Le propane est une source d énergie pratique et sûre, à la condition de respecter certaines règles de sécurité élémentaires. Pour

Plus en détail

Procédure de travail à chaud

Procédure de travail à chaud Procédure de travail à chaud Par le Service des terrains et bâtiments Mise à jour le 21 janvier 2010 1 Table des matières 1 Table des matières... 2 2 Liste de distribution... 3 3 Généralité... 4 4 Travail

Plus en détail