RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal-1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal-1"

Transcription

1 EN RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal-1 Accident mortel survenu à un travailleur, le 17 août 2006 à l'entreprise Samuels Signs & Lighting, au magasin Zellers de la plaza Côte-des-Neiges située au 6700, chemin de la Côte-des-Neiges à Montréal Inspectrices : Naïma Sebbah, ing. Andréanne Chiasson, ing. jr Date du rapport : 20 décembre 2006

2 Rapport distribué à : Monsieur «T», Samuels Signs and Lighting Monsieur «U», Relamping Services Canada Limited Dr René Maurice Bélanger, coroner Monsieur «V»,, FTQ Construction Monsieur «W»,, CPQMC Monsieur «X»,, CSN Construction Monsieur «Y»,..., Syndicat québécois de la construction Monsieur «Z»,, CSD Monsieur Richard Lessard, directeur, Direction de la santé publique, Régie régionale de la santé et des services sociaux de Montréal-Centre

3 TABLE DES MATIÈRES 1 RÉSUMÉ DU RAPPORT 1 2 ORGANISATION DU TRAVAIL STRUCTURE GÉNÉRALE DE L ÉTABLISSEMENT ORGANISATION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL MÉCANISMES DE PRISE EN CHARGE GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ 4 3 DESCRIPTION DE L ACTIVITÉ EFFECTUÉE DESCRIPTION DU LIEU DE TRAVAIL DESCRIPTION DE L ACTIVITÉ EFFECTUÉE LORS DE L ACCIDENT DESCRIPTION DE LA PROCÉDURE DE TRAVAIL DESCRIPTION DE LA PROCÉDURE DE CADENASSAGE DU MAÎTRE D'OEUVRE 6 4 ACCIDENT: FAITS ET ANALYSE CHRONOLOGIE DE L'ACCIDENT CONSTATATIONS ET INFORMATIONS RECUEILLIES ÉNONCÉS ET ANALYSE DES CAUSES LA MÉTHODE DE TRAVAIL UTILISÉE POUR CHANGER LES BALLASTS DES MODULES D'ÉCLAIRAGE EST DANGEREUSE LES MESURES DE CONTRÔLE, LA PLANIFICATION ET LA SURPERVISION DES TRAVAUX SONT DÉFICIENTES 9 5 CONCLUSION CAUSES DE L'ACCIDENT AUTRES DOCUMENTS ÉMIS LORS DE L ENQUÊTE 11 ANNEXES ANNEXE A : Accidenté 12 ANNEXE B : Procédure de cadenassage de Relamping Services Canada Limited 13 ANNEXE C: Liste des témoins et personnes rencontrées ou contactées 18 ANNEXE D: Photos 19

4 SECTION 1 1 RÉSUMÉ DU RAPPORT Description de l'accident M. «A» est un employé de la compagnie Samuels Signs and Lighting. Il est chargé par son employeur de procéder aux changements de ballasts et de tubes fluorescents alimentés par un circuit de 347 volts, au magasin Zellers de la Plaza Côte-des-Neiges situé au 6700, chemin de la Côte-des-Neiges à Montréal. Lors de son premier soir de travail à cet endroit, le 17 août 2006 vers 2 h, il procède au changement, sous-tension, des ballasts et tubes fluorescents de la cuisine en utilisant un escabeau pour accéder au plafond. Lorsque M. «A» touche à un fil sous-tension, il est électrisé et tombe de son escabeau. Conséquences La tête de M. «A» heurte le plancher de la cuisine où il effectue son travail. Des manœuvres de réanimation lui sont prodiguées sur place. Il décède le 19 août 2006 des suites de l électrocution. Lieu de l'accident Source: CSST Abrégé des causes La méthode de travail utilisée pour changer les ballasts des modules d éclairage est dangereuse; Les mesures de contrôle, la planification et la supervision des travaux sont déficientes. Plaza Côte-des-Neiges, 6700, chemin de la Côte-des-Neiges à Montréal, le 17 août 2006 page 1

5 Mesures correctives Le rapport a été émis le 17 août 2006 interdisant les travaux de changement de ballast dans le magasin Zellers où a eu lieu l accident. Le rapport a été émis le 28 août 2006 identifiant le maître d œuvre et interdisant tous les travaux de changement de ballast et de tubes fluorescents sur le territoire de la province. Le rapport a été émis le 30 août 2006 à la suite de l intervention du 17 août Il décrit les circonstances de l accident et interdit l accès à la cuisine jusqu à ce qu un électricien certifié sécurise l endroit. Le rapport a été émis le 30 août 2006 et autorise la reprise des travaux. Le présent résumé n'a pas comme tel de valeur légale et ne tient lieu ni de rapport d'enquête, ni d'avis de correction ou de toute autre décision de l'inspecteur. Il ne remplace aucunement les diverses sections du rapport d'enquête qui devrait être lu en entier. Il constitue un aide-mémoire identifiant les éléments d'une situation dangereuse et les mesures correctives à apporter pour éviter la répétition de l'accident. Il peut également servir d'outil de diffusion dans votre milieu de travail. Plaza Côte-des-Neiges, 6700, chemin de la Côte-des-Neiges à Montréal, le 17 août 2006 page 2

6 2 ORGANISATION DU TRAVAIL 2.1 Structure générale du chantier RAPPORT SECTION 2 Relamping Services Canada Limited, ci-après nommée Relamping est une entreprise spécialisée dans la maintenance et la fourniture de matériel d éclairage d édifices commerciaux à travers le Canada. Elle emploie 55 employés et son siège social se situe à Brampton, Ontario. Relamping a signé le 20 septembre 2003 un contrat national de services avec la compagnie Hudson s Bay Company (Hbc), propriétaire de grands magasins. Ce contrat consiste principalement à fournir le matériel et la main d œuvre afin d inspecter, nettoyer, remplacer ou réparer les composantes du système d éclairage des magasins Hbc et de leurs filiales selon un programme d entretien établi. Dans le cadre de ce contrat, Relamping sollicite occasionnellement les services de sous-traitants, sous réserve d une approbation écrite de Hbc. Une clause contractuelle spécifie que l entreprise exerce une responsabilité complète à l égard du sous-traitant engagé. Relamping est désigné comme maître d œuvre dans le cadre de ces travaux (rapport émis le 28 août 2006). Samuels Signs and Lighting est une entreprise qui se spécialise également dans la maintenance de système d éclairage. Elle emploie neuf employés et elle est basée à Kitchener, Ontario. L entreprise a été engagée comme sous-traitant par Relamping pour des travaux au Québec. Le jour de l accident, deux travailleurs de l entreprise se trouvent sur le lieu de travail. 2.2 Organisation de la santé et de la sécurité du travail Mécanismes de prise en charge Le 1 er janvier 2006, une convention a été signée entre Samuels Signs and Lighting et Relamping. La convention (désignée ci-dessous comme le document) stipule entre autres que : «Le sous-contractant consent à respecter en tout temps, les exigences du manuel de santé et sécurité de Relamping et les politiques de prévention des accidents qui sont joints au présent document. Le sous-contractant a également signé le document sur les rôles et responsabilités des parties sur le lieu de travail». De plus, Relamping Services Canada Limited a élaboré une procédure de cadenassage devant s appliquer à ses employés ainsi qu à ceux de ses sous-traitants. La procédure vise à réduire les risques reliés aux travaux électriques sous-tension (annexe B). Plaza Côte-des-Neiges, 6700, chemin de la Côte-des-Neiges à Montréal, le 17 août 2006 page 3

7 2.2.2 Gestion de la santé et de la sécurité Chez Samuels Signs and Lighting, les travaux sont exécutés par des équipes de deux travailleurs qui reçoivent des directives verbales de leur superviseur concernant les dangers reliés aux travaux sous-tension et la nécessité de procéder à une mise hors tension avant les travaux. Plaza Côte-des-Neiges, 6700, chemin de la Côte-des-Neiges à Montréal, le 17 août 2006 page 4

8 SECTION 3 3 DESCRIPTION DE L ACTIVITÉ EFFECTUÉE 3.1 Description du lieu de travail La Plaza Côte-des-Neiges est un centre commercial situé dans le quartier Côte-des-Neiges, au 6700, chemin de la Côte-des-Neiges à Montréal. L édifice est délimité par le chemin de la Côtedes-Neiges, l avenue Barclay et les rues Légaré et Mackenzie. Les magasins sont répartis sur deux niveaux. L accident est survenu dans la cuisine du magasin Zellers situé au niveau de la rue. Dans cette cuisine, il y a deux rangées de neuf modules d éclairage chacune. Chaque module contient deux tubes fluorescents (photo 5, annexe D). 3.2 Description de l activité effectuée lors de l accident Au moment de l accident, l équipe de travail procède au remplacement des ballasts des modules d éclairage. Selon les directives reçues, les ballasts sont remplacés systématiquement dès que les tubes fluorescents sont changés, selon le programme d entretien établi par Relamping. Les tubes fluorescents d une puissance de 34 watts doivent être remplacés par des tubes générant une puissance de 30 watts dans le but d améliorer progressivement l efficacité énergétique du système d éclairage. 3.3 Description de la procédure de travail devant être appliquée Selon M. «B», travailleur pour Samuels Signs and Lighting et collègue de M. «A», voici une procédure qui devrait être utilisée pour changer des ballasts sur un réseau d éclairage fluorescent alimenté par une tension de 347 volts : 1. Couper la source d énergie 2. Cadenasser la source d énergie 3. Vérifier la tension dans les fils à l aide du voltmètre 4. Couper le fil noir et y installer un raccordeur de fils (marrette) 5. Couper le fil blanc et y installer un raccordeur de fils (marrette) 6. Couper les autres fils qui relient l ancien ballast au luminaire 7. Changer le ballast 8. Raccorder les fils du nouveau ballast au luminaire 9. Raccorder le fil blanc au ballast 10. Raccorder le fil noir au ballast Plaza Côte-des-Neiges, 6700, chemin de la Côte-des-Neiges à Montréal, le 17 août 2006 page 5

9 3.4 Description de la procédure de cadenassage du maître d œuvre devant être appliquée au moment de l accident (extraits de la procédure de cadenassage) : Cette procédure de cadenassage (annexe B) prévoit notamment de : 14.19) «Vérifier les lieux qui seront affectés par une coupure de la source d énergie et informer le personnel concerné; 14.20) Déterminer si l éclairage d appoint sera nécessaire pour effectuer de façon sécuritaire la tâche et rendre l éclairage opérationnel avant de couper la source d énergie; 14.21) Déterminer quel élément sera utilisé pour couper la source d énergie de l appareillage concerné et mettre cet élément dans la position appropriée; 14.22) Installer un cadenas adéquat sur l élément et faire installer des cadenas supplémentaires conformément à la section (14.13); 14.23) Étiqueter l élément cadenassé conformément à la section (14.15); 14.24) Tester le voltmètre sur un circuit alimenté pour s assurer que le voltmètre est fonctionnel; 14.25) Tester avec le voltmètre les circuits non alimentés pour s assurer que le bon élément a été cadenassé; 14.26) Si une tâche doit être effectuée à différents endroits sur le circuit, tester le circuit à tous ces endroits avec le voltmètre; 14.27) Après s être assuré que tout le travail a été effectué, que les lieux sont électriquement sécuritaires et que toute personne affectée par la coupure d énergie est avisée de la reprise de l énergie, le superviseur sur les lieux peut autoriser les travailleurs à retirer leur cadenas et étiquette de l élément et à remettre l élément en position appropriée». (Notre traduction) Plaza Côte-des-Neiges, 6700, chemin de la Côte-des-Neiges à Montréal, le 17 août 2006 page 6

10 4 ACCIDENT: FAITS ET ANALYSE 4.1 Chronologie de l'accident RAPPORT SECTION 4 Le matin du 16 août 2006, MM. «A» et «B» quittent le siège social de Kitchener en Ontario pour se diriger vers Montréal. Ils arrivent à destination vers 16 h 30. Ils se rendent au magasin Zellers de la Plaza Côte-des-Neiges vers 19 h afin de rencontrer le superviseur du magasin, inspecter le lieu de travail et vérifier le matériel. Ils quittent le magasin et y reviennent vers 20 h 30. Ils débutent les travaux par les bureaux administratifs situés à l étage et retournent sur le plancher du rez-de-chaussée où ils se partagent les tâches. M. «B» travaille dans la salle de bains des dames attenante à la cuisine et M. «A» accomplit sa tâche dans la cuisine du restaurant. Vers 1 h 15, le 17 août 2006, les deux travailleurs prennent une pause au cours de laquelle M.«A» confie à son collègue qu il se sent un peu fatigué. Vers 2 h, M. «A» a changé les tubes et les ballasts de six modules à éclairage fluorescent de la rangée de droite dans la cuisine (photo 5, annexe D). Au moment où il change les ballasts du 7 e module situé au-dessus des éviers, et s apprête à raccorder les fils noirs conducteurs de courant, il subit un choc électrique par un contact de son index gauche avec un fil électrique sous-tension. Il chute de son escabeau et tombe sur le dos en se blessant à l arrière de la tête. Trois employés du magasin, présents dans le restaurant attenant à la cuisine entendent un fracas en provenance de la cuisine. Ils s y précipitent et trouvent M. «A» gisant à terre, inconscient et saignant de la tête. Un des employés avise M. «B» qui travaille dans la salle de bains des dames, située près de la cuisine, que son collègue est blessé. Ce dernier se rend auprès de son collègue et constate que les employés lui prodiguent les manœuvres de premiers secours. Par la suite, M. «A» est transporté à l Hôpital général juif de Montréal où son décès est constaté deux jours plus tard des suites des blessures causées par l électrocution. 4.2 Constatations et informations recueillies Selon M. «B», M. «A» et lui-même de Samuels Signs and Lighting, sont informés verbalement par leur superviseur de l existence d une procédure de cadenassage élaborée par Relamping; Les deux travailleurs ne sont pas soumis à une pression horaire de production; M. «A» travaille sur un escabeau en aluminium de classe 1, d une longueur d environ 1,82 mètre (6 pi); Plaza Côte-des-Neiges, 6700, chemin de la Côte-des-Neiges à Montréal, le 17 août 2006 page 7

11 L escabeau utilisé est la propriété du magasin Zellers. Selon M. «B», cela est inhabituel, car lui et M. «A», utilisent habituellement leur propre escabeau en fibre de verre; La chambre électrique abritant les panneaux de distribution est située au rez-de-chaussée, en arrière de la cuisine et est verrouillée à clé en tout temps. Le jour, seul le superviseur du magasin possède la clé qui y donne accès (photo 1, annexe D); MM. «A» et «B» n ont pas demandé l accès à la chambre électrique lors de leur rencontre avec le superviseur, vers 19 h; Il y a un interrupteur pour chacune des deux rangées de luminaires. Ils sont situés tous les deux à l entrée de la cuisine près de la porte (photo 2, annexe D); Toutes les lumières sont allumées au moment de l accident, sauf la lumière provenant du module 7 de la rangée de droite (photo 5, annexe D); Selon l article du Code canadien de l électricité, aucune réparation ou modification d un appareil électrique ne doit être effectuée sous-tension. Sauf, s il n est pas possible de déconnecter complètement l appareil; Le circuit électrique de l éclairage de la cuisine est protégé à 20A. Chaque rangée est contrôlée par un interrupteur. La rangée de droite est reliée à l interrupteur n 18 (photo 3, annexe D); Les articles 14.4 et 14.5 de la procédure de cadenassage de Relamping mentionnent notamment que la compétence des travailleurs relativement à l application de cette procédure est vérifiée par des tests pratiques et écrits; Lors du choc électrique subit par le travailleur, le disjoncteur a maintenu l alimentation électrique (il n a pas «sauté»); Un interrupteur ou un disjoncteur en position «fermée ou ON» maintient le circuit électrique sous-tension. En position «ouverte ou OFF», le circuit est hors tension; Selon les données médicales, un choc électrique provoque un arrêt cardiaque à partir de 80 ma; Le point d entrée du courant électrique est situé sur l index gauche de la victime; Le point de sortie du courant électrique est situé entre la paume et l index droits de la victime; La victime est gauchère; Plaza Côte-des-Neiges, 6700, chemin de la Côte-des-Neiges à Montréal, le 17 août 2006 page 8

12 Selon M. «B», M. «A» possédait un cadenas dans sa boîte à outils, sur le lieu de travail. Cette vérification n a pu avoir lieu puisque la boîte à outils n était plus sur le lieu de travail. 4.3 Énoncés et analyse des causes La méthode de travail utilisée pour changer les ballasts des modules d éclairage est dangereuse Selon l article du Code canadien de l électricité, aucune réparation ou modification d un appareil électrique ne doit être effectuée sous-tension, sauf s il n est pas possible de déconnecter complètement l appareil. Le remplacement d un ballast dans un module d éclairage fluorescent alimenté par une tension de 347 volts, doit donc s effectuer hors tension. Au moment de l accident, M. «A» effectue ce travail sous-tension. Or, lors de ces travaux, la mise hors tension du circuit sur lequel œuvrait le travailleur était possible. Le travailleur aurait dû mettre en position ouverte (OFF), le disjoncteur du panneau de distribution relié à la rangée de modules sur laquelle il travaillait et mettre ainsi le circuit hors tension. Celui-ci est situé dans la chambre électrique qui était fermée et verrouillée au moment de l accident. Seul le superviseur de jour du magasin est en possession de la clé y donnant accès. Aucune demande des deux travailleurs de Samuels' Signs and Lighting n a été faite au superviseur lors de leur rencontre, vers 19 h, pour accéder à la chambre électrique. Pourtant, les deux travailleurs sont informés et connaissent adéquatement la procédure de travail sécuritaire. De plus, l interrupteur de contrôle de la rangée de droite où se trouve le module d éclairage impliqué dans l accident est situé dans la cuisine, près du poste de travail, et était en position fermée (ON) pour éclairer le lieu de travail. Bien que la position ouverte (OFF) ne constitue pas un cadenassage, elle aurait à tout le moins mis le circuit hors tension. Pourtant, l éclairage provenant de la rangée de gauche contrôlée par un autre interrupteur éclairait suffisamment le poste de travail. La procédure de travail utilisée a fait en sorte que les travaux se sont déroulés sous-tension sans que cela soit justifié ni nécessaire et en ignorant les dangers reliés à l électricité. Cette procédure est dangereuse. Cette cause est retenue Les mesures de contrôle, la planification et la supervision des travaux sont déficientes Le maître d œuvre a élaboré une procédure de cadenassage relative aux travaux électriques. Cette procédure s applique autant aux travailleurs de Relamping qu aux sous-traitants engagés par l entreprise. Les articles 14.4 et 14.5 de la procédure mentionnent notamment que la compétence des travailleurs relativement à l application de cette procédure est vérifiée par des tests pratiques et écrits. Selon M. «B», aucune de ces mesures n a été appliquée aux deux travailleurs de Samuels Signs and Lighting. Plaza Côte-des-Neiges, 6700, chemin de la Côte-des-Neiges à Montréal, le 17 août 2006 page 9

13 De plus, aucune supervision ni vérification n ont été effectuées par le maître d œuvre afin de s assurer de la mise en application de sa procédure de travail par son sous-traitant. Quant à l employeur, il n a également effectué aucune surveillance ou mesure de contrôle afin de s assurer de la mise en application des directives verbales données aux employés par le superviseur de l entreprise. Ainsi, la planification des travaux s est limitée aux activités de production sans inclure la gestion de la sécurité. En effet, les travailleurs ainsi que l employeur se sont contentés de commander et de vérifier la réception du matériel à installer (tubes fluorescents et ballasts). Ils ne se sont pas préoccupés des équipements nécessaires à la sécurité ni à l application de la procédure de travail sécuritaire, tels que escabeau en fibre de verre, voltmètre, étiquettes qui étaient absents sur le lieu de travail lors de l accident. Cette façon de faire comporte des lacunes en termes de sécurité et semble être habituelle autant chez le maître d œuvre à l égard de ses sous-traitants que chez l employeur à l égard de ses travailleurs. Cette cause est retenue. Plaza Côte-des-Neiges, 6700, chemin de la Côte-des-Neiges à Montréal, le 17 août 2006 page 10

14 SECTION 5 5 CONCLUSION 5.1 Causes de l'accident L enquête a permis d identifier deux causes pour expliquer cet accident : La méthode de travail utilisée pour changer les ballasts des modules d éclairage est dangereuse; Les mesures de contrôle, la planification et la supervision des travaux sont déficientes. 5.2 Autres documents émis lors de l enquête Le rapport a été émis le 17 août 2006 interdisant les travaux de changement de ballast dans le magasin Zellers où a eu lieu l accident. Le rapport a été émis le 28 août 2006 identifiant le maître d œuvre et interdisant tous les travaux de changement de ballast et de tubes fluorescents sur le territoire de la province. Le rapport a été émis le 30 août 2006 à la suite de l intervention du 17 août Il décrit les circonstances de l accident et interdit l accès à la cuisine jusqu à ce qu un électricien certifié sécurise l endroit. Le rapport a été émis le 30 août 2006 et autorise la reprise des travaux. Plaza Côte-des-Neiges, 6700, chemin de la Côte-des-Neiges à Montréal, le 17 août 2006 page 11

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1 EN003598 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal 1 Accident mortel d un travailleur de l entreprise Av-Tech inc. le 4 novembre 2005 alors qu il exécutait des travaux électriques à Place Montréal

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1 EN003730 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal 1 Accident mortel survenu à un travailleur le 21 novembre 2007 sur le chantier situé au 969, rue St-Timothée à Montréal Inspecteurs : Patrick

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN003818 RAPPORT D ENQUÊTE Accident mortel survenu à un travailleur œuvrant pour Les entreprises P.A. Électrique inc. le 30 mai 2009 au 500, rue Sherbrooke Ouest à Montréal Direction régionale de Montréal-1

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN EMPLOYEUR AU 426, RUE GAGNÉ, LASALLE LE 7 JUILLET 2003

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN EMPLOYEUR AU 426, RUE GAGNÉ, LASALLE LE 7 JUILLET 2003 EN003429 RAPPORT D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN EMPLOYEUR AU 426, RUE GAGNÉ, LASALLE LE 7 JUILLET 2003 PAUL LÉTOURNEAU, ING., INSPECTEUR TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

RAPPORT RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE QUÉBEC

RAPPORT RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE QUÉBEC EN003495 RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE QUÉBEC ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN TRAVAILLEUR LE 15 JANVIER 2004, À QUÉBEC, SUR UN CHANTIER DE CONSTRUCTION DE TELUS. PAR : MONSIEUR JEAN

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4065142 RAP0341743 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal-2

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4065142 RAP0341743 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal-2 EN003593 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal-2 Accident mortel survenu à un travailleur le 7 décembre 2005 à l'entreprise Emballages Mitchel-Lincoln Ltée 3737, boul. Thimens, arrondissement

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Saint-Jean-sur-Richelieu

RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Saint-Jean-sur-Richelieu EN003715 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Saint-Jean-sur-Richelieu Un travailleur de Plomberie St-Luc inc. chute mortellement au chantier du restaurant La Banquette (9179-4388 Québec inc.) à Saint-Jean-sur-Richelieu

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE L'ÎLE DE MONTRÉAL-4

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE L'ÎLE DE MONTRÉAL-4 EN003414 RAPPORT RAPPORT D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE L'ÎLE DE MONTRÉAL-4 ACCIDENT MORTEL SURVENU DANS LES BUREAUX DE L'ENTREPRISE MAAX CANADA INC, À MONTRÉAL (DIVISION ANJOU), LE 29 AOÛT 2003. Produit

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4063250 RAP0319223 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 3

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4063250 RAP0319223 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 3 EN003584 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal 3 Accident mortel survenu à une personne le 15 octobre 2005 sur le site du Stationnement Idéal inc. au 1225, rue Metcalfe à Montréal Nicole Dionne,

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4114836 RAP0584290 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale des Laurentides

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4114836 RAP0584290 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale des Laurentides EN003785 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale des Laurentides Accident survenu le 13 mars 2009 sur un chantier de construction situé au 709, rue du Docteur-Gervais à Mont-Tremblant, entraînant le décès

Plus en détail

PROCÉDURE DE CADENASSAGE LORS DE TRAVAUX ÉLECTRIQUES (Contrats de construction)

PROCÉDURE DE CADENASSAGE LORS DE TRAVAUX ÉLECTRIQUES (Contrats de construction) 1. Cadre contractuel PROCÉDURE DE CADENASSAGE LORS DE TRAVAUX ÉLECTRIQUES (Contrats de construction) La présente procédure de cadenassage lors de travaux électriques fait partie intégrante du Contrat entre

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4160782 RAP0793572

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4160782 RAP0793572 RAPPORT D ENQUÊTE EN003930 Accident mortel survenu à un travailleur le 14 décembre 2011 à l'entreprise Triwest Trading (Canada) ltd située au 90, rue de Rotterdam à Saint-Augustin-de-Desmaures Direction

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP RAPPORT D ENQUÊTE. Accident survenu à un travailleur œuvrant pour Epsylon Concept inc. le 12 janvier 2012 au 300 Viger Est

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP RAPPORT D ENQUÊTE. Accident survenu à un travailleur œuvrant pour Epsylon Concept inc. le 12 janvier 2012 au 300 Viger Est RAPPORT D ENQUÊTE EN003929 Accident survenu à un travailleur œuvrant pour Epsylon Concept inc. le 12 janvier 2012 au 300 Viger Est Direction régionale de Montréal-1 Inspecteurs : Pierre-Luc Labelle ing.

Plus en détail

Circulation des visiteurs ou entrepreneurs dans les salles électriques

Circulation des visiteurs ou entrepreneurs dans les salles électriques Service des immeubles Division entretien préventif et réparation Section Générale PROCÉDURE # G-23 Circulation des visiteurs ou entrepreneurs dans les salles électriques Salles électriques avec un écriteau

Plus en détail

RISQUE ELECTRIQUE ET HABILITATION ELECTRIQUE

RISQUE ELECTRIQUE ET HABILITATION ELECTRIQUE RISQUE ELECTRIQUE ET HABILITATION ELECTRIQUE Fabrice NORGEUX, Carsat Centre Ouest 1 1 Le risque électrique : quelques chiffres La réglementation et ses évolutions L'habilitation électrique 2 Le risque

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4140565 RAP0722816 RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4140565 RAP0722816 RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN003874 Accident mortel survenu au président de l entreprise Multi Rénovations le 27 septembre 2010 sur le chantier situé au 1288 rue Sherbrooke est à Montréal Direction régionale de

Plus en détail

PROCÉDURE DE CADENASSAGE

PROCÉDURE DE CADENASSAGE PROCÉDURE DE CADENASSAGE Adoptée par le conseil d administration le 10 mars 2009 Procédurecadenassagemars2009 TABLE DES MATIÈRES 1. Principes généraux... 3 1.1 Pourquoi une procédure de cadenassage?...

Plus en détail

Sécurité en matière d électricité au travail (Norme CSA Z462-12)

Sécurité en matière d électricité au travail (Norme CSA Z462-12) Sécurité en matière d électricité au travail (Norme CSA Z462-12) Colloque annuel du comité Énergie et gestion technique siemens.ca/answers Table des matières Objectifs de la norme Z462-12 Pratiques de

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT

RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT EN003591 RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT Direction régionale de Montréal 1 Accident mortel survenu à un travailleur de la compagnie Toitures et profiles métalliques Nobel St-Laurent inc. le 20 octobre 2005

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE QUÉBEC

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE QUÉBEC EN003336 RAPPORT D'ENQUÊTE Dossier d'intervention DPI4011255 Numéro du rapport 0005958 RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE QUÉBEC ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN TRAVAILLEUR LE JEUDI 4 JUILLET

Plus en détail

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure de cadenassage / énergie zéro

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure de cadenassage / énergie zéro Préparé par : Daniel Dufresne Approuvé CÉF par : Bernard Roy Date : 28 aout 2012 Révisé par : Gilbert Hautcoeur Approuvé CSF par : Yvan Lebel Page : 1 de 8 1.0 OBJET Cette procédure a comme objectif d

Plus en détail

Electrocuté dans une armoire de commande. Publication 13032.f

Electrocuté dans une armoire de commande. Publication 13032.f Electrocuté dans une armoire de commande Publication 13032.f Electrocuté dans une armoire de commande Tragique erreur: Alex J. (33 ans)* enlève le protecteur d une armoire de commande et reçoit une décharge

Plus en détail

Extraits du Code Canadien de l électricité

Extraits du Code Canadien de l électricité Extraits du Code Canadien de l électricité Section 46 - Systèmes d alimentation de secours, luminaires autonomes et enseignes de sortie 46-000 Domaine d application 1. Cette section s applique à l installation,

Plus en détail

Rapport d intervention

Rapport d intervention Rapport d intervention EN003087 Nom et adresse du destinataire N du rapport N du dossier d intervention 166 RUE SULLIVAN VALLEYFIELD (QUEBEC) J6S2J3 N Éta ou ENL I201928 3157351 N de chantier Adresse du

Plus en détail

Guide de l entrepreneur

Guide de l entrepreneur Guide de l entrepreneur Par le Service des terrains et bâtiments Mise à jour le 6 avril 2010 1 Table des matières 1 Table des matières... 2 2 Liste de distribution... 3 3 Généralité... 4 3.1 Informations

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 1 EN003549 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal 1 Accident mortel survenu à un travailleur le 27 janvier 2005 au projet Condominiums Loft McGill Ouest 630, rue Williams à Montréal Inspecteur

Plus en détail

Rapport d'intervention

Rapport d'intervention EN003294 Rapport d'intervention Numéro du rapport d'intervention R985572 Numéro du dossier d'intervention PIMC0010792 Identification du destinataire LES ENTREPRISES JPG BERGERON INC 53, rue Principale

Plus en détail

PROCÉDURE DE DÉCLARATION DES ACCIDENTS, DES INCIDENTS ET DES SITUATIONS DANGEREUSES EN MILIEU DE TRAVAIL Novembre 2013

PROCÉDURE DE DÉCLARATION DES ACCIDENTS, DES INCIDENTS ET DES SITUATIONS DANGEREUSES EN MILIEU DE TRAVAIL Novembre 2013 1. Identification Titre : Procédure de déclaration des accidents, des incidents et des situations dangereuses en milieu de travail. Ce document s adresse : aux membres du personnel enseignant et non enseignant

Plus en détail

La CSST Qui sommes nous? Charles Taschereau, conseiller DPI Olivier Lesquir, inspecteur

La CSST Qui sommes nous? Charles Taschereau, conseiller DPI Olivier Lesquir, inspecteur La CSST Qui sommes nous? Par : Charles Taschereau, conseiller DPI Olivier Lesquir, inspecteur Blainville 3 avril 2008 La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) Une compagnie d assurance

Plus en détail

ADOPTION : Comité de direction. Le cégep de Saint-Laurent offre à l ensemble de sa communauté un milieu de travail et un milieu éducatif sécuritaire.

ADOPTION : Comité de direction. Le cégep de Saint-Laurent offre à l ensemble de sa communauté un milieu de travail et un milieu éducatif sécuritaire. PROCÉDURE PROCÉDURE DE CADENASSAGE DATE : 16 juin 2015 SECTION : Procédure NUMÉRO : PR307 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des ressources humaines ADOPTION : Comité de direction MODIFICATIONS : DESTINATAIRES

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4156073 RAP0761925 RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4156073 RAP0761925 RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN003920 Accident grave survenu le 7 septembre 2011 à un travailleur de l'entreprise R. Piché Dynamitage inc. sur un chantier situé sur le chemin Isaac-Grégoire Nord dans la municipalité

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUETE D'ACCIDENT DIRECTION REGIONALE LAURENTIDES ACCIDENT MORTEL SURVENU A UN POMPIER VOLONTAIRE LE 13 JANVIER 1990

RAPPORT D'ENQUETE D'ACCIDENT DIRECTION REGIONALE LAURENTIDES ACCIDENT MORTEL SURVENU A UN POMPIER VOLONTAIRE LE 13 JANVIER 1990 EN002503 RAPPORT D'ENQUETE D'ACCIDENT DIRECTION REGIONALE LAURENTIDES ACCIDENT MORTEL SURVENU A UN POMPIER VOLONTAIRE LE 13 JANVIER 1990 Dans la caserne de pompiers de la Corporation Municipale Ville St-Jovite

Plus en détail

La santé et la sécurité du travail dans l enseignement

La santé et la sécurité du travail dans l enseignement La santé et la sécurité du travail dans l enseignement Outils pratiques et moyens réalistes Solange Picard, conseillère en prévention jeunesse Direction régionale de la Chaudière-Appalaches 14 mars 2014

Plus en détail

RISQUE ELECTRIQUE ET HABILITATION ELECTRIQUE. Fabrice NORGEUX - CARSAT Centre Ouest

RISQUE ELECTRIQUE ET HABILITATION ELECTRIQUE. Fabrice NORGEUX - CARSAT Centre Ouest RISQUE ELECTRIQUE ET HABILITATION ELECTRIQUE Fabrice NORGEUX - CARSAT Centre Ouest 21 octobre 2011 1 Le risque électrique : quelques chiffres La réglementation et ses évolutions L'habilitation électrique

Plus en détail

Manuel d installation KIT FAST

Manuel d installation KIT FAST Veuillez lire attentivement ces consignes de sécurité qui s adressent uniquement à un installateur photovoltaïque qualifié : Manuel d installation KIT FAST Ce présent document contient des informations

Plus en détail

RESPONSABILITÉ CIVILE DE L OCCUPANT LES GLISSEMENTS, TRÉBUCHEMENTS ET CHUTES

RESPONSABILITÉ CIVILE DE L OCCUPANT LES GLISSEMENTS, TRÉBUCHEMENTS ET CHUTES RESPONSABILITÉ CIVILE DE L OCCUPANT LES GLISSEMENTS, TRÉBUCHEMENTS ET CHUTES ASSURANCE ENTREPRISE PARCOUREZ IBC.CA LES GLISSEMENTS, TRÉBUCHEMENTS, ET CHUTES donnent lieu à certaines des réclamations en

Plus en détail

HABILITATION ELECTRIQUE

HABILITATION ELECTRIQUE HABILITATION ELECTRIQUE N de déclaration d activité : 22 600 288 660 // Téléphone : 09 81 78 92 25 // directeur.groupemab@gmail.com 96 PREPARATION A L HABILITATION H0V-B0 - Etre capable d accéder sans

Plus en détail

VILLE DE CHÂTEAUGUAY FOURNITURE ET INSTALLATION D UN BÂTIMENT PRÉFABRIQUÉ ET TRAVAUX CONNEXES POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY

VILLE DE CHÂTEAUGUAY FOURNITURE ET INSTALLATION D UN BÂTIMENT PRÉFABRIQUÉ ET TRAVAUX CONNEXES POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY VILLE DE CHÂTEAUGUAY FOURNITURE ET INSTALLATION ET TRAVAUX CONNEXES POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY DOCUMENT D APPEL D OFFRES NO : SP-14-144 CHAPITRE E CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIÈRES FOURNITURE

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN003844 RAPPORT D ENQUÊTE Accident mortel survenu le 18 juin 2010 à deux travailleurs de l entreprise Gouttières André Potvin au chantier du 134, rue des Laurentides à Saguenay, arrondissement de Chicoutimi

Plus en détail

Travailler hors tension C est possible!

Travailler hors tension C est possible! Travailler hors tension C est possible! Les risques associés à l électricité: mieux les comprendre pour mieux les éviter Ø Par Yanick Vaillancourt, ing. Ingénieur-conseil en électricité http://www.vaillancourting.com

Plus en détail

LE RISQUE ELECTRIQUE

LE RISQUE ELECTRIQUE Centre de gestion Fonction Publique Territoriale des Hautes-Alpes Pôle Concours, Emploi, Santé, Sécurité, Organisation du Travail et Maintien dans l Emploi Service Prévention LE RISQUE ELECTRIQUE En 2010,

Plus en détail

L accueil d une entreprise extérieure au sein d une entreprise utilisatrice

L accueil d une entreprise extérieure au sein d une entreprise utilisatrice D - De la signature du contrat à l intervention Extrait n 3 Référence Internet ST.82.D Saisissez la «Référence Internet» ST.82.D dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder

Plus en détail

Résultats, privilèges et obligations qui découlent de l adhésion à votre mutuelle

Résultats, privilèges et obligations qui découlent de l adhésion à votre mutuelle Résultats, privilèges et obligations qui découlent de l adhésion à votre mutuelle Aubert Tremblay, CRHA Février 2012 Objets de la présentation Résultats : Comparaison des taux de cotisation 1999-2012 (Unité

Plus en détail

CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE

CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE Direction de la gestion des espaces et des services auxiliaires CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE 1. OBJECTIF Le présent cadre de gestion a pour objet de définir des règles minimales

Plus en détail

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES Janvier 2009 TABLE DES MATIÈRES Page Préambule 3 1. Dotation en personnel 4 1.1 Compétences du personnel 4 1.2 Fonctions

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4164780 RAP0823108 RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4164780 RAP0823108 RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN003945 Accident survenu à deux travailleurs de l'entreprise Revêtements de la Capitale inc. le 30 mars 2012, sur un chantier sis au 215, boulevard Louis XIV à Québec Direction régionale

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4068282 RAP0347578 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale des Laurentides

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4068282 RAP0347578 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale des Laurentides EN003619 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale des Laurentides Accident mortel survenu à un travailleur de l entreprise Ébénisterie Samuel inc. le 15 mars 2006, lors de travaux effectués à l'entreprise

Plus en détail

AVIS CONCERNANT LE SYSTÈME DE GESTION DES DEMANDES D ÉVALUATION DU BUREAU D ÉVALUATION MÉDICALE DU MINISTÈRE DU TRAVAIL DOSSIER 01 18 22

AVIS CONCERNANT LE SYSTÈME DE GESTION DES DEMANDES D ÉVALUATION DU BUREAU D ÉVALUATION MÉDICALE DU MINISTÈRE DU TRAVAIL DOSSIER 01 18 22 AVIS CONCERNANT LE SYSTÈME DE GESTION DES DEMANDES D ÉVALUATION DU BUREAU D ÉVALUATION MÉDICALE DU MINISTÈRE DU TRAVAIL DOSSIER 01 18 22 AVRIL 2002 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 1. PORTÉE DE L'ÉVALUATION...

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT

RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT EN003550 RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT Direction régionale de Montréal 1 Accident mortel survenu à un travailleur le 30 septembre 2004 au chantier de l'aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal,

Plus en détail

Gestion de la prévention

Gestion de la prévention Gestion de la prévention Pour un comité de santé et de sécurité efficace Coopérer pour réduire les lésions professionnelles L expérience montre qu une entreprise qui se dote d un comité de santé et de

Plus en détail

(P)-RM-2006-07. Adoptée : Le 28 novembre 2006(CC-2006-481) En vigueur : Le 28 novembre 2006. Amendement : Section 07

(P)-RM-2006-07. Adoptée : Le 28 novembre 2006(CC-2006-481) En vigueur : Le 28 novembre 2006. Amendement : Section 07 (P)-RM-2006-07 Santé et sécurité au travail Adoptée : Le 28 novembre 2006(CC-2006-481) En vigueur : Le 28 novembre 2006 Amendement : Politique de santé et sécurité au travail 1. But de la politique La

Plus en détail

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES. 1.

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES. 1. TITRE : POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES 1. Préambule La politique et procédure de déclaration d un incident ou d un accident

Plus en détail

FORMATION INITIALE ASSISTANT DE PREVENTION RISQUES ELECTRIQUES

FORMATION INITIALE ASSISTANT DE PREVENTION RISQUES ELECTRIQUES FORMATION INITIALE ASSISTANT DE PREVENTION RISQUES ELECTRIQUES Laurent NABOULET Chef de service Logistique PAC Victoire Responsable PCSI PAC Victoire LA REGLEMENTATION Abrogation du décret du 14 novembre

Plus en détail

CENTRE SPATIAL JOHN H. CHAPMAN GESTION IMMOBILIÈRE PROGRAMME TRAVAIL EN HAUTEUR

CENTRE SPATIAL JOHN H. CHAPMAN GESTION IMMOBILIÈRE PROGRAMME TRAVAIL EN HAUTEUR CENTRE SPATIAL JOHN H. CHAPMAN GESTION IMMOBILIÈRE PROGRAMME TRAVAIL EN HAUTEUR AVRIL 2013 Page 1 sur 13 1. BUT... 3 2. PORTÉE... 3 3. DÉFINITIONS... 3 4. RÔLES ET RESPONSABILITÉS... 3 a)gestionnaire immobilier...

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE L'ÎLE DE MONTRÉAL-5

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE L'ÎLE DE MONTRÉAL-5 EN003100 RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE L'ÎLE DE MONTRÉAL-5 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN TRAVAILLEUR LE 30 MAI 1998 À L'USINE VIAU, FABRICATION CULINAR INC. SITUÉE AU 2097, RUE VIAU

Plus en détail

principes fondamentaux en matière de sécurité

principes fondamentaux en matière de sécurité 10 principes fondamentaux en matière de sécurité Principes fondamentaux du programme Travailler ensemble en toute sécurité Nous estimons que ces principes permettront de diminuer les risques et ainsi

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN TRAVAILLEUR AU 2 110, RUE NOTRE-DAME OUEST À MONTRÉAL

RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN TRAVAILLEUR AU 2 110, RUE NOTRE-DAME OUEST À MONTRÉAL EN003463 RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN TRAVAILLEUR AU 2 110, RUE NOTRE-DAME OUEST À MONTRÉAL LE 27 OCTOBRE 2003 PAUL LÉTOURNEAU, ING.,

Plus en détail

DIRECTIVE SUR LE CADENASSAGE

DIRECTIVE SUR LE CADENASSAGE DIRECTIVE SUR LE CADENASSAGE Direction des ressources matérielles Adopté en comité de direction le 11 décembre 2012 DIRECTIVE SUR LE CADENASSAGE BUT Le but d un système efficace de cadenassage est de prévenir

Plus en détail

MEUBLE DE SALLE DE BAIN PORTO. *Accessoires non inclus

MEUBLE DE SALLE DE BAIN PORTO. *Accessoires non inclus MEUBLE DE SALLE DE BAIN PORTO *Accessoires non inclus Ref 114152 PORTO Notice de montage et d utilisation Lisez attentivement la présente notice qui vous fournira des informations importantes sur le montage

Plus en détail

Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE

Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE Dans cet ouvrage, les génériques masculins sont utilisés sans discrimination et uniquement pour alléger le texte. Toute reproduction doit être autorisée

Plus en détail

Entretien électrique, Installations de TPSGC à Iqaluit Travaux publics et Services gouvernementaux Canada

Entretien électrique, Installations de TPSGC à Iqaluit Travaux publics et Services gouvernementaux Canada PARTIE I PORTÉE DES TRAVAUX 1.1 Responsable sur place 1. Gestionnaire des immeubles et des installations Bureau de TPSGC à Iqaluit Les coordonnées seront fournies au moment de l émission de l offre à commandes.

Plus en détail

POLITIQUE DE TÉLÉTRAVAIL RÉGIE INTERMUNICIPALE DE TRANSPORT GASPÉSIE ÎLES DE LA MADELEINE

POLITIQUE DE TÉLÉTRAVAIL RÉGIE INTERMUNICIPALE DE TRANSPORT GASPÉSIE ÎLES DE LA MADELEINE POLITIQUE DE TÉLÉTRAVAIL RÉGIE INTERMUNICIPALE DE TRANSPORT GASPÉSIE ÎLES DE LA MADELEINE POLITIQUE DE TÉLÉTRAVAIL RÉGIE INTERMUNICIPALE DE TRANSPORT GASPÉSIE ÎLES DE LA MADELEINE PROVINCE DE QUÉBEC POLITIQUE

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal - 1

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal - 1 EN003784 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal - 1 Chute mortelle d un de l entreprise Couverture Montréal-Nord ltée à partir de l entretoit de l'établissement de Transport Logi-Pro inc. 9001,

Plus en détail

Prévenir les blessures dans les métiers de coffreur de béton, de maçon, de poseur de bardage et de couvreur de toitures-terrasses

Prévenir les blessures dans les métiers de coffreur de béton, de maçon, de poseur de bardage et de couvreur de toitures-terrasses Prévenir les blessures dans les métiers de coffreur de béton, de maçon, de poseur de bardage et de couvreur de toitures-terrasses Le ministère du Travail renforce l application de la Loi sur la santé et

Plus en détail

Formulaire de demande de permis pour l entretien d équipement réglementé de catégorie II

Formulaire de demande de permis pour l entretien d équipement réglementé de catégorie II Partie A Demandeur A1 Type de demande Formulaire de demande de permis pour l entretien d équipement réglementé de catégorie II La partie A doit être remplie pour tous les types de demande de permis. Nouveau

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Circulaire d'informations n 2009/17 du 15 septembre 2009 LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Références : - Loi n 84-594 du 12 juillet 1984 modifiée relative à la formation des agents de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT

REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L HERAULT SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS GROUPEMENT GESTION DES RISQUES SERVICE PREVISION PREVISION TECHNIQUE RELATIVE AUX AVIS TECHNIQUES SUR LES PROJETS

Plus en détail

Processus d analyse de risques

Processus d analyse de risques Processus d analyse de risques Tel que le rapporte la Loi sur la Santé et la Sécurité du Travail, tout travailleur doit «participer à l'identification et à l'élimination des risques d'accidents du travail

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Québec

RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Québec EN003675 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Québec Accident mortel survenu à un travailleur le 26 octobre 2006 sur le chantier des entreprises Piscines Pro & Patios NV inc. Inspecteurs : Serge Gagnon,

Plus en détail

1. Domaine d'utilisation

1. Domaine d'utilisation Habilitation 2 Les niveaux d habilitation S 5.1 L habilitation c'est la reconnaissance, par son employeur, de la capacité d'une personne à accomplir en sécurité les tâches fixées. L'habilitation n'est

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP0861922 RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP0861922 RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN003999 Accident mortel d un conducteur de Location Discam inc. survenu au garage St-Félicien Diesel 1988 inc. le 25 mars 2013 à Saint-Félicien Direction régionale du Saguenay Lac-Saint-Jean

Plus en détail

Description des travaux nécessaires. pour permettre l ajout et le remplacement de certaines antennes

Description des travaux nécessaires. pour permettre l ajout et le remplacement de certaines antennes Description des travaux nécessaires pour permettre l ajout et le remplacement de certaines antennes sur la plate-forme supérieure de la tour du mont Royal. Projet prévu à l été 2009 Préparé par : Jacques

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION de LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. RÔLE DU CONSEIL Le rôle du conseil est d assumer la responsabilité

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4202972 RAP1005941 RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4202972 RAP1005941 RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN004038 Accident mortel survenu le 11 juin 2014 à un travailleur de l'entreprise Climchauffe Inc. chez un client résidant au 634, rue Beaumanoir à Thetford-Mines Direction régionale

Plus en détail

L'intégration et le montage d'appareillages électriques doivent être réservés à des électriciens

L'intégration et le montage d'appareillages électriques doivent être réservés à des électriciens Automate d'éclairage de cage d'escaliers rail DIN N de commande : 0821 00 Module à impulsion N de commande : 0336 00 Manuel d utilisation 1 Consignes de sécurité L'intégration et le montage d'appareillages

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

Modifications Règlementaires au RSST et CSTC. Cadenassage & Autres Méthodes de Contrôle des Énergies

Modifications Règlementaires au RSST et CSTC. Cadenassage & Autres Méthodes de Contrôle des Énergies Modifications Règlementaires au RSST et CSTC Cadenassage & Autres Méthodes de Contrôle des Énergies Présenté le 4 Mai 2016 par: Henri Bernard, ing. & Éric Deschênes, ing. Conseillers-experts DGPI Nom de

Plus en détail

LE RISQUE ELECTRIQUE. Effet du courant sur le corps humain: électrisation, électrocution, brûlure

LE RISQUE ELECTRIQUE. Effet du courant sur le corps humain: électrisation, électrocution, brûlure LE RISQUE ELECTRIQUE Effet du courant sur le corps humain: électrisation, électrocution, brûlure Effet du courant sur le corps humain: électrisation, électrocution, brûlure L électrisation,l électrocution

Plus en détail

Politique : travail en hauteur

Politique : travail en hauteur Page 1 sur 9 1. BUT... 3 2. PORTÉE... 3 3. DÉFINITIONS... 3 4. RÔLES ET RESPONSABILITÉS... 3 a) Chef d exploitation / Agent de projets de l ASC... 3 b) Exécutant de l ASC et sous-traitant... 4 c) Agent

Plus en détail

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE Cette charte a vocation à s appliquer lors de travaux effectués par une ou plusieurs entreprises, dites sous-traitantes, à l intérieur de l enceinte et des

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4211398 RAP1012159 RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4211398 RAP1012159 RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN004048 Accident mortel survenu à un travailleur de l'entreprise Michel Sylvain, le 10 novembre 2014, sur un chantier situé au 881, rang de l Achigan Nord à L Épiphanie Direction régionale

Plus en détail

2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation.

2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation. 2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation. 2e Congrès biennal du C.Q.J.D.C. Présenté par Sylvain Bernier, Commission scolaire des Bleuets, St-Félicien; Louis

Plus en détail

CCTP. Renseignements généraux d ordre Technique. Maître d Ouvrage : Mairie de Guipavas. Mairie de Guipavas Services Techniques

CCTP. Renseignements généraux d ordre Technique. Maître d Ouvrage : Mairie de Guipavas. Mairie de Guipavas Services Techniques V I L L E D E G U I P A V A S SERVICES TECHNIQUES LOT : 3 ELECTRICITE CCTP Renseignements généraux d ordre Technique Maître d Ouvrage : Mairie de Guipavas Mairie de Guipavas Services Techniques Monsieur

Plus en détail

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302*

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Transports Canada Transport Canada TP 14693F (05/2007) Aviation civile Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Imprimé au Canada Veuillez acheminer vos commentaires, vos commandes

Plus en détail

Action nationale 2012 dans les mines et carrières : l intervention des entreprises extérieures

Action nationale 2012 dans les mines et carrières : l intervention des entreprises extérieures Action nationale 2012 dans les mines et carrières : l intervention des entreprises extérieures 1 Pourquoi le thème «entreprises extérieures»? Dans le comparatif RGIE/code du travail, il apparaît que les

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DE VISITE D UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE DOMESTIQUE EN BASSE TENSION LORS DE LA VENTE D UNE UNITÉ D HABITATION

PROCÈS-VERBAL DE VISITE D UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE DOMESTIQUE EN BASSE TENSION LORS DE LA VENTE D UNE UNITÉ D HABITATION EXEMPLAIRE ORIGINAL N de rapport : 2015/04/01--005105 N de fiche : 1780956 Date d inspection : 01 avr. 2015 PROCÈS-VERBAL DE VISITE D UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE DOMESTIQUE EN BASSE TENSION LORS DE LA

Plus en détail

La prévention à la ferme. La CSST : un assureur public. Ordre du jour. La CSST : un assureur public. La CSST en bref : un assureur public

La prévention à la ferme. La CSST : un assureur public. Ordre du jour. La CSST : un assureur public. La CSST en bref : un assureur public Ordre du jour La prévention à la ferme AGRI-VISION Journée Relève et établissement 22 janvier 2013 Luc Lefebvre, ing. inspecteur CSST La CSST en bref : un assureur public Les obligations légales en matière

Plus en détail

Introduction à la maîtrise des énergies dangereuses: Le cadenassage selon la norme CSA Z460

Introduction à la maîtrise des énergies dangereuses: Le cadenassage selon la norme CSA Z460 Introduction à la maîtrise des énergies dangereuses: Le cadenassage selon la norme CSA Z460. Congrès Bitume Québec 22 Mars 2013 Présenté par Éric Deschênes ing. 1 Statistiques Répartition annuelle des

Plus en détail

PROGRAMME DE PRÉVENTION EN SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL 2013-2016

PROGRAMME DE PRÉVENTION EN SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL 2013-2016 PROGRAMME DE EN SANTÉ SÉCURITÉ DU TRAVAIL 2013-2016 Document préparé par : Comité de la santé et de la sécurité du travail Objectif : Éliminer à la source même les dangers pour la santé, la sécurité et

Plus en détail

Préambule. Claude Sicard Vice-président au partenariat et à l expertise-conseil 2 LE CADRE D INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION

Préambule. Claude Sicard Vice-président au partenariat et à l expertise-conseil 2 LE CADRE D INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION Préambule Le présent guide d application du cadre d intervention s adresse aux inspecteurs, aux chefs d équipe et aux directeurs en santé et sécurité en prévention-inspection de la CSST de même qu aux

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 328 RÈGLEMENT RELATIF AUX AVERTISSEURS DE FUMÉE =====================================================================

RÈGLEMENT NUMÉRO 328 RÈGLEMENT RELATIF AUX AVERTISSEURS DE FUMÉE ===================================================================== PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINTE-JUSTINE-DE-NEWTON RÈGLEMENT NUMÉRO 328 ===================================================================== RÈGLEMENT RELATIF AUX AVERTISSEURS DE FUMÉE =====================================================================

Plus en détail

Code canadien du travail Partie II Santé et sécurité au travail

Code canadien du travail Partie II Santé et sécurité au travail Bureau d appel canadien en Canada Appeals Office on santé et sécurité au travail Occupational Health and Safety 165 Hôtel de Ville, Hull (Québec) K1A 0J2 Télécopieur : (819) 953-3326 Code canadien du travail

Plus en détail

SOCIÉTÉ PARKINSON CANADA

SOCIÉTÉ PARKINSON CANADA POLITIQUE EN MATIÈRE DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SOCIÉTÉ PARKINSON CANADA Adopté par le Conseil national en février 2004 1 OBJET DU MANUEL...2 POLITIQUE EN MATIÈRE DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS

Plus en détail

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS,

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, LA DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA SECURITE PUBLIQUE ET LE GROUPEMENT DE GENDARMERIE DEPARTEMENTALE

Plus en détail

Ville : BOURGUEIL Date de la visite 02/07/2014 Date saisie du rapport : 02/07/2014

Ville : BOURGUEIL Date de la visite 02/07/2014 Date saisie du rapport : 02/07/2014 ETAT DE L INSTALLATION INTERIEURE D ELECTRICITE La présente mission consiste à établir un Etat des Installations électriques à usage domestique conformément à la législation en vigueur : Décret n 2008-384

Plus en détail

arbre des causes méthode en prévention Tél. 03 80 70 51 93 Fax 03 80 70 51 73

arbre des causes méthode en prévention Tél. 03 80 70 51 93 Fax 03 80 70 51 73 Pour mettre en oeuvre l arbre des causes, le Service Prévention de la CRAM Bourgogne et Franche-Comté propose des stages d initiation et de perfectionnement. Pour nous contacter CRAM Bourgogne et Franche-Comté

Plus en détail

Procédure à suivre à la suite d'un accident de travail avec lésions graves ou mortelles (PROCÉDURE)

Procédure à suivre à la suite d'un accident de travail avec lésions graves ou mortelles (PROCÉDURE) Encadrements administratifs Procédure à suivre à la suite d'un accident de travail avec lésions graves ou mortelles (PROCÉDURE) Date d'entrée en vigueur: 09/06/02 Date de fin: Commentaire: Service émetteur:

Plus en détail

BATIMENT TRAVAUX PUBLIC S.A.S au Capital de 500 000. Tél : 04 90 60 00 94 - Fax : 04 90 63 05 01. Manuel Qualité

BATIMENT TRAVAUX PUBLIC S.A.S au Capital de 500 000. Tél : 04 90 60 00 94 - Fax : 04 90 63 05 01. Manuel Qualité BATIMENT TRAVAUX PUBLIC S.A.S au Capital de 500 000 Tél : 04 90 60 00 94 - Fax : 04 90 63 05 01 Manuel Qualité Préambule La note ci jointe décrit les engagements de la société vis-à-vis des procédures

Plus en détail