RAPPORT RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE QUÉBEC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE QUÉBEC"

Transcription

1 EN RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE QUÉBEC ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN TRAVAILLEUR LE 15 JANVIER 2004, À QUÉBEC, SUR UN CHANTIER DE CONSTRUCTION DE TELUS. PAR : MONSIEUR JEAN LAPOINTE, INSPECTEUR CSST MONSIEUR SERGE DION, INSPECTEUR CSST DATE DU RAPPORT : Jean Lapointe, inspecteur CSST date : Serge Dion, inspecteur CSST date : 2200, rue Jean-Talon Nord, Québec, 15 janvier 2004 vers 00 h 30 Page 1

2 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 1. RÉSUMÉ DU RAPPORT.p.4 2. ORGANISATION DU TRAVAIL. p STRUCTURE GÉNÉRALE DU CHANTIER 2.2 ORGANISATION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL 3. DESCRIPTION DE L ACTIVITÉ IMPLIQUÉE.....p DESCRIPTION DU LIEU DE TRAVAIL 3.2 DESCRIPTION DE L ACTIVITÉ IMPLIQUÉE LORS DE L ACCIDENT 4. L ACCIDENT : FAITS ET ANALYSE p CHRONOLOGIE DE L ACCIDENT 4.2 CONSTATATIONS ET INFORMATIONS RECUEILLIES 4.3 ÉNONCÉS ET ANALYSE DES CAUSES Le travailleur ne vérifie pas si le câble armé du local 116 est sous tension Le disjoncteur du circuit #4 dans le panneau PP-2 est fermé et met sous tension le câble armé du local La main du travailleur touche au métal de la pince à dénuder L employeur n assure pas la formation, l information et la supervision appropriées du travailleur 5. CONCLUSION..p CAUSES DE L ACCIDENT 5.2 AUTRES DOCUMENTS ÉMIS LORS DE L ENQUÊTE ANNEXE A ( croquis )... p.15 ANNEXE B ( photos )....p. 18 ANNEXE C ( pince à dénuder ) p. 28 ANNEXE D ( rapport d expertise ) p , rue Jean-Talon Nord, Québec, 15 janvier 2004 vers 00 h 30 Page 2

3 1. RÉSUMÉ DU RAPPORT DESCRIPTION DE L ACCIDENT : Le 15 janvier 2004, vers 00 h 30, le travailleur A, s apprête à dénuder le conducteur (noir) d un câble électrique avec sa pince à dénuder. Le câble est sous tension. Le travailleur A tient dans une main les 3 conducteurs du câble. Dans l autre main, il tient sa pince à dénuder. Lorsque les mâchoires de la pince percent l isolant noir puis touchent au fil, une décharge électrique traverse le travailleur. CONSÉQUENCE : Le travailleur A est électrocuté. CAUSES RETENUES : Le travailleur A ne vérifie pas si le câble armé du local 116 est sous tension; Le disjoncteur du circuit #4 dans le panneau PP-2 est fermé et met sous tension le câble armé du local 116; La main du travailleur A touche au métal de la pince à dénuder; L employeur n assure pas la formation, l information et la supervision appropriées du travailleur A. MESURES CORRECTIVES : Les mesures correctives suivantes ont été demandées : - Établir puis utiliser une méthode de travail sécuritaire pour les travaux électriques - Informer ses travailleurs de ces nouvelles méthodes de travail et les afficher Ces mesures (arrêt de travail et apposition du scellé E018919) sont consignées dans le rapport d intervention RAP émis le 15 janvier 2004 vers 2 h , rue Jean-Talon Nord, Québec, 15 janvier 2004 vers 00 h 30 Page 3

4 PHOTO GÉNÉRALE NOTE : Le présent résumé n a pas comme tel de valeur légale et ne tient lieu ni de rapport d enquête, ni d avis de correction ou de toute autre décision de l inspecteur. Il ne remplace aucunement l ensemble du rapport d enquête qui devrait être lu en entier. Il constitue un aide-mémoire identifiant les éléments d une situation dangereuse et les mesures correctives à apporter pour éviter la répétition de l accident. Il peut également servir d outil de diffusion dans votre milieu de travail. 2200, rue Jean-Talon Nord, Québec, 15 janvier 2004 vers 00 h 30 Page 4

5 2.ORGANISATION DU TRAVAIL 2.1 STUCTURE GÉNÉRALE DU CHANTIER Le chantier de construction consiste à réaliser des travaux de réaménagement des locaux loués par TELUS incluant entre autres des travaux électriques. Le maître d œuvre sur le chantier est TELUS Communications Québec inc. Le gérant de projet est Le Groupe Techniconfort inc. et monsieur B, est le responsable dudit projet. Le représentant du gérant sur le chantier est monsieur C. Six entrepreneurs relèvent de ce dernier dont une entreprise responsable des travaux électriques. Monsieur D, est représenté par le surintendant monsieur E. Au moment de l accident, 22 travailleurs de 5 entrepreneurs différents oeuvrent sur le chantier. Il n y a pas de superviseurs ou de cadres présents sauf le représentant du gérant de projet, le travailleur A et 2 autres électriciens. 2.2 ORGANISATION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL Le maître d œuvre, le gérant de projet et tous les entrepreneurs possèdent un programme de prévention. Il n y a pas de comité de chantier étant donné qu il y a moins de 25 travailleurs en tout temps, tel que stipulé dans la loi sur la santé et la sécurité du travail. La gestion de la santé et de la sécurité est confiée par le maître d œuvre au gérant de projet et à chaque entrepreneur. Il y a eu une réunion générale au début du chantier avec tous les travailleurs pour planifier les travaux et pour présenter les attentes en santé et sécurité. Il y a des réunions quotidiennes entre le représentant du gérant de projet et les représentants de chaque entrepreneur pour suivre les travaux et apporter les ajustements nécessaires. Puis, le gérant de projet fournit un compte-rendu à TELUS sur l avancement des travaux. L entrepreneur en électricité a fourni une formation sur le cadenassage à tous les électriciens à son emploi en mai Le travailleur accidenté, embauché plus tard en août 2003, est donc absent lors de cette formation. Puis, l entrepreneur a écrit une procédure de cadenassage qu il a remis à ses électriciens et qu il remet à tout nouvel électricien lors de l embauche. L entrepreneur ne fournit pas d autre formation en santé et sécurité du travail. Il fait partie d une mutuelle de prévention. Le surintendant de l entrepreneur en électricité fait le tour quotidiennement de ses chantiers. Lors de cette tournée d environ une heure, il vérifie l avancement des travaux et émet les directives nécessaires à leur poursuite. À cette occasion, il peut mentionner à ses électriciens de ne jamais effectuer des travaux sous tension. Il n y a toutefois pas de vérification régulière sur la mise en application de cette directive verbale. 2200, rue Jean-Talon Nord, Québec, 15 janvier 2004 vers 00 h 30 Page 5

6 3.1 DESCRIPTION DU LIEU DE TRAVAIL RAPPORT Dossier d intervention Numéro du rapport 3. DESCRIPTION DE L ACTIVITÉ IMPLIQUÉE Le lieu de travail est une partie de l édifice situé au 2200 Jean-Talon Nord à Québec. TELUS occupe cette partie en tant que locataire. Le chantier consiste à réaménager les bureaux occupés. Le chantier intérieur est chauffé, éclairé et pourvu de toutes les commodités sanitaires nécessaires. Il est isolé des bureaux exclus du réaménagement. Les travaux se réalisent du lundi au jeudi, en soirée, de 17 h à 3 h et ce depuis le 5 janvier Les électriciens travaillent dans les locaux 116 et 155, près de la chambre électrique. Le local 116 où s est produit l accident a une longueur de 6 m, une largeur de 2,6 m et une hauteur de 2,75 m. Trois des 4 côtés sont des murs de panneaux de gypse. L autre côté communique sur toute la largeur avec le local 155. Le plafond du local 116 est composé de tuiles suspendues et 4 luminaires fluorescents d une longueur de 1,22 m et d une largeur de 25 cm y sont intercalés (photo générale). 3.2 DESCRIPTION DE L ACTIVITÉ IMPLIQUÉE LORS DE L ACCIDENT Les électriciens effectuent des travaux de réaménagement. Ils déplacent entre autres des luminaires fluorescents existants et en installent des nouveaux. Ils les relient entre eux par câblage électrique puis raccordent le tout aux interrupteurs selon le plan établi (croquis 2). Le câblage d alimentation est de type câble armé sous une tension de 347 Volts. Il se compose de 3 fils i.e. 2 conducteurs isolés (noir et blanc) de calibre 12 AWG et d un conducteur nu de mise à la masse (photo 1). L électricien emploie une pince à dénuder pour différents calibres de fils. La pince mesure 15 cm de longueur. Chacun de ses manchons est recouvert d une gaine bleue de 7 cm de longueur pour assurer une prise confortable (photo 2). Les travaux s effectuent pour fournir de l éclairage aux locaux 116 et 155. L éclairage doit être contrôlé par 2 interrupteurs 3 voies, un à l entrée du local 116 et l autre à l entrée du local 155. Les 4 luminaires fluorescents du local 116 sont raccordés à la boîte de jonction alimentée par le circuit #4 dans le panneau PP-2 situé dans la chambre électrique (photos 3 et 4). Les 4 luminaires éclairent. La séquence normale se déroule ainsi (croquis 2) : 1) L électricien passe les câbles armés 2) L électricien installe les 2 interrupteurs 3 voies 3) L électricien raccorde les câbles armés aux 2 interrupteurs 3 voies 4) L électricien raccorde le premier luminaire fluorescent du local 155 à l interrupteur 3 voies du local 155 5) L électricien prépare le câble armé provenant de l interrupteur 3 voies du local 116 en dénudant le conducteur blanc (retour de courant) et le conducteur noir (arrivée de courant) avec sa pince à dénuder 2200, rue Jean-Talon Nord, Québec, 15 janvier 2004 vers 00 h 30 Page 6

7 Tout est en place pour effectuer la coupure de courant ; 6) L électricien ouvre et cadenasse le disjoncteur du circuit #4 (photo 5) 7) L électricien vérifie avec un voltmètre si le câble armé du circuit #4 est sous tension dans la boîte de jonction 8) L électricien raccorde avec un câble armé le premier luminaire fluorescent du local 116 au dernier luminaire fluorescent du local 155 9) L électricien débranche le câble armé alimentant les 4 luminaires fluorescents dans la boîte de jonction du circuit #4 10) L électricien raccorde le câble armé provenant de l interrupteur 3 voies du local 116 au câble armé du circuit #4 dans la boîte de jonction du circuit #4 11) L électricien retire le cadenas sur le disjoncteur du circuit #4 puis remet sous tension le circuit d éclairage Lors de la coupure de courant, l électricien se sert de sa lampe frontale pour visualiser ses travaux. Si la noirceur empêche les autres travailleurs d œuvrer, l électricien installe un éclairage d appoint afin qu ils puissent continuer leurs opérations. L activité impliquée lors de l accident consiste à se servir de la pince à dénuder. L électricien doit dénuder l extrémité du conducteur noir provenant du câble armé raccordé à l interrupteur 3 voies du local 116 (photo 6). 4. L ACCIDENT : FAITS ET ANALYSES 4.1 CHRONOLOGIE DU FAIT ACCIDENTEL Le 14 janvier 2004, le travailleur A travaille avec 2 autres électriciens pour réaménager l éclairage des locaux 116 et 155. Dans la soirée, le câble armé du dernier des 4 luminaires fluorescents est raccordé temporairement au câble armé du circuit #4. Celui-ci se situe à l intérieur d une boîte de jonction ayant le couvercle ouvert dans le fond gauche du local 116. Cela procure de l éclairage à tout le local 116. Les 3 électriciens effectuent, selon leurs tâches respectives, les travaux suivants : - pose des 2 interrupteurs 3 voies, celui du local 116 et celui du local câblage et raccord entre les luminaires fluorescents du local câblage et raccord entre le premier luminaire fluorescent du local 155 et l interrupteur 3 voies du local câblage et raccord entre l interrupteur 3 voies du local 155 et l interrupteur 3 voies du local câblage de l interrupteur 3 voies du local 116 vers la boîte de jonction du circuit #4 2200, rue Jean-Talon Nord, Québec, 15 janvier 2004 vers 00 h 30 Page 7

8 Dossier d intervention Numéro du rapport - raccord d un bout du câble armé du local 116 à l interrupteur 3 voies du local 116, l autre bout étant laissé libre pour un raccord futur - câblage du dernier luminaire fluorescent du local 155 vers le premier luminaire fluorescent du local 116 Au début de la nuit du 15 janvier, le travailleur A raccorde le câble armé du dernier luminaire fluorescent du local 155 au premier luminaire fluorescent du local 116. Cette manœuvre provoque l éclairage complet du local 155. Vers minuit 30, le travailleur A se trouve en compagnie de monsieur F. Ce dernier pose des moulures métalliques pour soutenir des tuiles de plafond suspendu. Il se tient dans le fond droit du local 116 sur la première marche d un échafaudage mobile, dos au travailleur A (photo 7). Le travailleur A se tient dans un escabeau appuyé sur le mur gauche dans le fond du local 116. Il s apprête à raccorder le bout laissé libre du câble armé du local 116 à la boîte de jonction du circuit #4. Soudain, monsieur F se fait frapper dans le dos par le travailleur A. Il tombe en bas de son échafaudage mobile. Il se relève et aperçoit le travailleur A étendu au sol, sur le dos. Celuici est parcouru de spasmes et tient dans sa main le bout du câble armé du local 116. Monsieur F crie pour obtenir de l aide. Il saisit sa pince à tôle Wiss et coupe le câble armé près de la main du travailleur A. Les secours arrivent rapidement. 4.2 CONSTATATIONS ET INFORMATIONS RECUEILLIES Les faits recueillis proviennent de constats visuels dans le local 116 et de témoignages. Ils s énumèrent ainsi: Un voltmètre est disponible sur le chantier; Le courant électrique est interrompu 2 fois en soirée; Il n y a pas d éclairage d appoint sur le chantier; Le surintendant de l entreprise a un surplus d ouvrage l été; Le surintendant de l entreprise est seul pour vérifier tous les chantiers; Le représentant du gérant de projet a déjà averti pour un disjoncteur non cadenassé; Lors de travaux sur le système de chauffage, un sectionneur était cadenassé; Le travailleur accidenté n a pas reçu la formation sur le cadenassage ; Le travailleur accidenté n a pas reçu la procédure de cadenassage lors de son embauche ; Le travailleur accidenté possède un cadenas pour disjoncteur ; Le travailleur accidenté possède un instrument de mesure de base pour vérifier la tension (crayon) (photo 8) ; Le travailleur accidenté utilise la méthode habituelle pour tenir le câble armé du local 116 tout en dénudant le conducteur noir ; Le travailleur accidenté a dénudé le conducteur blanc du câble armé du local 116 ; 2200, rue Jean-Talon Nord, Québec, 15 janvier 2004 vers 00 h 30 Page 8

9 Dossier d intervention Numéro du rapport Le travailleur accidenté tient le conducteur nu de mise à la masse et le conducteur blanc du câble armé du local 116 dans sa main nue ; Le travailleur accidenté serre sa pince à dénuder de l autre main nue ; Les mâchoires de la pince à dénuder entrent en contact avec le cuivre du conducteur noir ; La gaine bleue de chacun des manchons de la pince à dénuder assure une poignée de confort ; La pince à dénuder n est pas une pince isolante ; Le travailleur accidenté ne porte pas des gants isolants ; Le travailleur accidenté reçoit une décharge électrique ; Le câble armé du local 116 pend quasiment du plafond jusqu au sol ; Le disjoncteur du circuit #4 n est pas ouvert ni cadenassé ; Le disjoncteur fermé du circuit #4 met sous tension la boîte de jonction du circuit ; La boîte de jonction du circuit #4 met sous tension les 4 luminaires fluorescents du local 116 ; Les luminaires fluorescents du local 155 sont sous tension par leur jonction avec les luminaires fluorescents du local 116 ; Le courant part des luminaires fluorescents du local 155 et met sous tension l interrupteur 3 voies du local 155 ; Le courant passe de l interrupteur 3 voies du local 155 à l interrupteur 3 voies du local 116 ; Le courant passe de l interrupteur 3 voies du local 116 vers le câble armé du local 116 ; Le câble armé du local 116 est sous tension. 4.3 ÉNONCÉS ET ANALYSES DES CAUSES Voici l énoncé des quatre causes que nous analyserons : Le travailleur A ne vérifie pas si le câble armé du local 116 est sous tension ; Le disjoncteur du circuit #4 dans le panneau PP-2 est fermé et met sous tension le câble armé du local 116 ; La main du travailleur A touche au métal de la pince à dénuder ; L employeur n assure pas la formation, l information et la supervision appropriées du travailleur A LE TRAVAILLEUR NE VÉRIFIE PAS SI LE CÂBLE ARMÉ DU LOCAL 116 EST SOUS TENSION Le travailleur A, tout comme les autres électriciens, possède sur lui un instrument de mesure de base soit un crayon pour vérifier si un câble électrique est sous tension ou non. S il y a tension, une lumière illumine le manche du crayon. Il y a aussi sur le chantier au moins un instrument de mesure plus précis ayant comme fonction de mesurer le voltage sur un câble électrique, i.e. un voltmètre. S il y a tension, les chiffres la quantifiant s inscrivent ou un 0 apparaît indiquant qu il n y a pas de tension. 2200, rue Jean-Talon Nord, Québec, 15 janvier 2004 vers 00 h 30 Page 9

10 Cette vérification doit s effectuer en tout temps et ce même s il y a un cadenas sur un disjoncteur ouvert. Il faut s assurer qu il n y a pas une tension quelconque alimentant malgré tout le câble. Il faut aussi s assurer que le disjoncteur ouvert correspond bien à l alimentation électrique du câble. Lorsqu il apparaît hors de tout doute qu il ne subsiste aucune tension sur le câble, l électricien peut le manipuler en toute sécurité. Si cette vérification ne se fait pas, l électricien peut travailler à son insu sur un câble sous tension et recevoir une décharge électrique mortelle. Avant de dénuder le conducteur noir du câble armé du local 116, le travailleur ne vérifie pas la présence ou l absence de tension. Il reçoit une décharge électrique mortelle. Cette cause est retenue LE DISJONCTEUR DU CIRCUIT #4 DANS LE PANNEAU PP-2 EST FERMÉ ET MET SOUS TENSION LE CÂBLE ARMÉ DU LOCAL 116 Le disjoncteur du circuit #4 alimente directement la boîte de jonction situé dans le fond gauche du local 116. Temporairement, les conducteurs du circuit #4 se relient aux conducteurs du dernier luminaire fluorescent du local 116 permettant ainsi l éclairage dudit local. Pour effectuer une intervention sécuritaire, le disjoncteur du circuit #4 doit être ouvert et cadenassé. Un raccord doit être réalisé entre le dernier luminaire fluorescent du local 155 et le premier luminaire fluorescent du local 116. Puis, les conducteurs du dernier luminaire fluorescent du local 116 doivent être débranchés dans la boîte de jonction afin d y raccorder les conducteurs du câble armé du local 116. En séquence, le courant : provient du circuit #4 dans la boîte de jonction ; alimente l interrupteur 3 voies du local 116 ; alimente l interrupteur 3 voies du local 155 ; si fermé, alimente les luminaires fluorescents du local 155 ; puis grâce au raccord, alimente les 4 luminaires fluorescents du local 116. Le but recherché est de contrôler l éclairage par l un ou l autre des interrupteurs 3 voies en entrant ou en sortant par le local 116 ou le local 155. Avant l accident, le raccord s est réalisé sous tension entre le dernier luminaire fluorescent du local 155 et le premier luminaire fluorescent du local 116. Cela met sous tension les luminaires fluorescents du local 155 et éclaire tout le local. Le courant circule donc en sens inverse. Si le dernier interrupteur 3 voies (#1) est en position ouverte, l accident ne se produit pas. Toutefois, n importe quel travailleur présent sur les lieux peut par inadvertance fermer l interrupteur et mettre ainsi sous tension le câble armé du local 116. Cette hypothèse ne s est pas réalisée car il n y a pas eu de travailleurs qui ont circulé près de l interrupteur 3 voies (#1) 2200, rue Jean-Talon Nord, Québec, 15 janvier 2004 vers 00 h 30 Page 10

11 Dossier d intervention Numéro du rapport dans les minutes précédant l accident. Il n en demeure pas moins que ce n est pas une protection suffisante donc non sécuritaire. Le disjoncteur du circuit #4 doit être nécessairement ouvert et cadenassé. Cela plonge le local 116 et le local 155 dans la noirceur ce qui nécessite de l éclairage d appoint. Mais, cela permet d effectuer en sécurité le raccord entre le dernier luminaire fluorescent du local 116 et le premier luminaire fluorescent du local 155. Cela permet aussi de dénuder et raccorder en sécurité les conducteurs du câble armé du local 116 aux conducteurs du circuit #4 dans la boîte de jonction. Le disjoncteur du circuit #4 dans le panneau PP-2 est fermé et met sous tension le câble armé du local 116. Cette cause est retenue LA MAIN DU TRAVAILLEUR TOUCHE AU MÉTAL DE LA PINCE À DÉNUDER Les 3 conducteurs du câble armé du local 116 sont dégagés de celui-ci d environ 25 cm. Le conducteur de mise à la masse est à nu alors que l extrémité du conducteur blanc est dénudé de son isolant de 2 cm. Le travailleur tient sous son bras le câble armé et les 3 conducteurs passent entre les doigts de sa main nue. Son autre main nue tient sa pince à dénuder. Le câble armé est sous tension. Lorsque les mâchoires de la pince percent l isolant noir du conducteur, elles touchent au cuivre. Le circuit s établit et le courant entre par une main. Il traverse le corps et ressort par l autre main. Nous avons fait expertiser la pince à dénuder (photo 9). Les conclusions sont que les manchons sont faits avec de l isolant électrique et qu ils peuvent supporter une tension alternative de 440 V sans créer de rupture. Cependant, tel que mentionné par le manufacturier des pinces : «Les prises des poignées ne sont pas conçues pour protéger contre les chocs électriques». En effet, la gaine bleue des manchons ne couvre que 7 cm sur la pince à dénuder. Il est donc impossible que la main ne touche au métal de la pince, de là l avertissement du manufacturier. Il aurait donc fallu que le travailleur travaille hors tension avec cette pince à dénuder pour éviter l électrocution. La pince à dénuder est donc l outil qui amorce le chemin et la main du travailleur touchant au métal de la pince à dénuder, le courant passe à travers le travailleur. Cette cause est retenue L EMPLOYEUR N ASSURE PAS LA FORMATION, L INFORMATION ET LA SUPERVISION APPROPRIÉES DU TRAVAILLEUR 2200, rue Jean-Talon Nord, Québec, 15 janvier 2004 vers 00 h 30 Page 11

12 Le travailleur A n est pas à l emploi de l employeur lorsque la formation sur le cadenassage a lieu. L employeur ne vérifie pas si le travailleur A a suivi cette formation lors de ses emplois antérieurs. Après l embauche, l employeur n offre pas la formation sur le cadenassage à son travailleur. Le travailleur A occupe donc ses fonctions et exercent ses activités d électricien et de contremaître sans cette formation. Lors de l embauche, l employeur remet aux nouveaux employés la procédure sur le cadenassage. Toutefois, le surintendant a plusieurs chantiers à surveiller durant l été. À l embauche du travailleur A, surchargé de travail, il ne lui remet pas ladite procédure. Le surintendant avertit verbalement ses électriciens lors des visites de chantier de ne pas travailler sous tension. Cependant, il ne vérifie pas régulièrement si ces derniers mettent en application les directives. L employeur n assure donc pas la formation, l information et la supervision appropriées aux travailleurs. Cette cause est retenue 2200, rue Jean-Talon Nord, Québec, 15 janvier 2004 vers 00 h 30 Page 12

13 5. CONCLUSION 5.1 CAUSES DE L ACCIDENT Le travailleur A ne vérifie pas si le câble armé du local 116 est sous tension ; Le disjoncteur du circuit #4 dans le panneau PP-2 est fermé et met sous tension le câble armé du local 116 ; La main du travailleur A touche au métal de la pince à dénuder ; L employeur n assure pas la formation, l information et la supervision appropriées du travailleur. 5.2 AUTRES DOCUMENTS ÉMIS LORS DE L ENQUÊTE Le rapport d intervention RAP a été remis sur le lieu de travail, jeudi le 15 janvier 2004, vers 2 heures 15, pour suspendre les travaux électriques et le scellé E a été apposé. Une fois les correctifs suivants apportés : - Établir puis utiliser une méthode de travail sécuritaire pour les travaux électriques; - Informer ses travailleurs de ces nouvelles méthodes de travail et les afficher. Le scellé a été levé et l autorisation de reprendre les travaux a été émise sur le rapport RAP , lundi le 19 janvier 2004, vers 18 h. 2200, rue Jean-Talon Nord, Québec, 15 janvier 2004 vers 00 h 30 Page 13

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal-1

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal-1 EN003649 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal-1 Accident mortel survenu à un travailleur, le 17 août 2006 à l'entreprise Samuels Signs & Lighting, au magasin Zellers de la plaza Côte-des-Neiges

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN EMPLOYEUR AU 426, RUE GAGNÉ, LASALLE LE 7 JUILLET 2003

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN EMPLOYEUR AU 426, RUE GAGNÉ, LASALLE LE 7 JUILLET 2003 EN003429 RAPPORT D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN EMPLOYEUR AU 426, RUE GAGNÉ, LASALLE LE 7 JUILLET 2003 PAUL LÉTOURNEAU, ING., INSPECTEUR TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4063250 RAP0319223 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 3

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4063250 RAP0319223 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal 3 EN003584 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal 3 Accident mortel survenu à une personne le 15 octobre 2005 sur le site du Stationnement Idéal inc. au 1225, rue Metcalfe à Montréal Nicole Dionne,

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE L'ÎLE DE MONTRÉAL-5

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE L'ÎLE DE MONTRÉAL-5 EN003100 RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE L'ÎLE DE MONTRÉAL-5 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN TRAVAILLEUR LE 30 MAI 1998 À L'USINE VIAU, FABRICATION CULINAR INC. SITUÉE AU 2097, RUE VIAU

Plus en détail

45610/ZW2001/ZW2002. Interrupteur auxiliaire de commande d éclairage sans fil de la marque GE

45610/ZW2001/ZW2002. Interrupteur auxiliaire de commande d éclairage sans fil de la marque GE 45610/ZW2001/ZW2002 Interrupteur auxiliaire de commande d éclairage sans fil de la marque GE Cet interrupteur auxiliaire est une composante du système de commande d éclairage Z-Wave de la marque GE et

Plus en détail

Habilitation électrique : Nouvelle version (septembre 2012)

Habilitation électrique : Nouvelle version (septembre 2012) Habilitation électrique : Nouvelle version (septembre 2012) 7 avenue de l étang 84000 AVIGNON 04 90 13 46 00 http://crta.fr jp.graff@crta.fr 1 Contexte L habilitation électrique est une disposition règlementaire

Plus en détail

Manuel de l utilisateur

Manuel de l utilisateur Manuel de l utilisateur Borne de recharge de niveau 2 pour véhicule électrique EVC30T/EVC30T-IN ELMEC inc. JUIN 2014 (REV8) Table des matières 1 Aperçu... 2 2 Liste des pièces... 3 3 Spécifications...

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE POUR L ENTREPRENEUR TRAVAUX À PROXIMITÉ DES LIGNES ÉLECTRIQUES

AIDE-MÉMOIRE POUR L ENTREPRENEUR TRAVAUX À PROXIMITÉ DES LIGNES ÉLECTRIQUES AIDE-MÉMOIRE POUR L ENTREPRENEUR TRAVAUX À PROXIMITÉ DES LIGNES ÉLECTRIQUES Édition 2013 2 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 4 CHANTIERS À PROXIMITÉ DE LIGNES AÉRIENNES 7 Risques potentiels à surveiller

Plus en détail

Electrocuté dans une armoire de commande. Publication 13032.f

Electrocuté dans une armoire de commande. Publication 13032.f Electrocuté dans une armoire de commande Publication 13032.f Electrocuté dans une armoire de commande Tragique erreur: Alex J. (33 ans)* enlève le protecteur d une armoire de commande et reçoit une décharge

Plus en détail

Model: PSB100. Système de sonde pour parking en marche arrière. Guide d installation TABLE DES MATIERES

Model: PSB100. Système de sonde pour parking en marche arrière. Guide d installation TABLE DES MATIERES Système de sonde pour parking en marche arrière Model: PSB100 Guide d installation TABLE DES MATIERES Avertissements...2 Descriptions du produit...3 Bordereau de marchandises...3 Instructions d installation...4

Plus en détail

1. Domaine d'utilisation

1. Domaine d'utilisation Habilitation 2 Les niveaux d habilitation S 5.1 L habilitation c'est la reconnaissance, par son employeur, de la capacité d'une personne à accomplir en sécurité les tâches fixées. L'habilitation n'est

Plus en détail

LES DANGERS DU COURANT ELECTRIQUE

LES DANGERS DU COURANT ELECTRIQUE Leçon 2 Technologie Page 1 LES DANGERS DU COURANT ELECTRIQUE 1 - Faits divers parus dans la presse sur des accidents d origine électrique En jouant près de chez lui à Paris Un enfant est électrocuté par

Plus en détail

Prévention des risques électriques

Prévention des risques électriques Prévention des risques électriques par Tony Venditti, M. Ing. Chargé de recherche technique ASFETM FORUM SST Québec, 7 mai 2014 Prévention des risques électriques - Association sectorielle Fabrication

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes

Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes Rappel: définitions Accident: - événement soudain Permet de distinguer l accident de la maladie, et en particulier de la maladie professionnelle

Plus en détail

HYPERJUICE MAGIC BOX Kit de Modification de votre chargeur MagSafe

HYPERJUICE MAGIC BOX Kit de Modification de votre chargeur MagSafe La Magic Box modifie votre chargeur Apple MagSafe existant pour l utiliser avec les batteries externes HyperJuice pour MacBook. Compatibilité : Tous modèles Apple MacBook / MacBook Pro / MacBook Air -

Plus en détail

Service d électricité en basse tension Norme E.21-10

Service d électricité en basse tension Norme E.21-10 Service d électricité en basse tension Norme E.21-10 Objet : Mise à jour de la 10 e édition Mars 2015 Vous trouverez ci-joint certaines pages réimprimées de la 10 e édition de la Norme E.21-10, Service

Plus en détail

*********************************

********************************* NOM :... PRENOM :... Qualité :... ********************************* Présentation du contrôle des acquis pour la formation à l habilitation électrique de niveau ELECTRICIEN EXECUTANT B1V BASSE TENSION TEST

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal - 1

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Montréal - 1 EN003784 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Montréal - 1 Chute mortelle d un de l entreprise Couverture Montréal-Nord ltée à partir de l entretoit de l'établissement de Transport Logi-Pro inc. 9001,

Plus en détail

Norme NFC 18-510. Règlementation 22 avril 2012

Norme NFC 18-510. Règlementation 22 avril 2012 Norme NFC 18-510 Norme NFC 18-510 PRINCIPALES NOUVEAUTES DE LA NORME NFC 18-510 EN APPLICATION DU DECRET 2010 118 DU 22 SEPTEMBRE 2010 NOTA : Cette présentation de la Norme succincte, tronquée, et non

Plus en détail

L HABILITATION EN ÉLECTRICITÉ Démarche en vue de l habilitation du personnel

L HABILITATION EN ÉLECTRICITÉ Démarche en vue de l habilitation du personnel Prévention et Gestion des Risques Professionnels Sécurité Sociale Caisse régionale d assurance maladie Alsace-Moselle L HABILITATION EN ÉLECTRICITÉ Démarche en vue de l habilitation du personnel Note Technique

Plus en détail

ETAT DE L INSTALLATION INTERIEURE D ELECTRICITE

ETAT DE L INSTALLATION INTERIEURE D ELECTRICITE ETAT DE L INSTALLATION INTERIEURE D ELECTRICITE En application de l arrêté du 4 avril 2011 et de la norme XP C16-600 Réf dossier n 100512.4204 A Désignation du ou des immeubles bâti(s) LOCALISATION DU

Plus en détail

ALIMENTATION PORTABLE 9000 AVEC DEMARRAGE DE SECOURS POUR VOITURE

ALIMENTATION PORTABLE 9000 AVEC DEMARRAGE DE SECOURS POUR VOITURE ALIMENTATION PORTABLE 9000 AVEC DEMARRAGE DE SECOURS POUR VOITURE Guide d'utilisation 31889 Veuillez lire attentivement ce manuel avant l'utilisation de ce produit. Dans le cas contraire, cela pourrait

Plus en détail

Rapport de l Etat de l Installation Intérieure d Electricité

Rapport de l Etat de l Installation Intérieure d Electricité Rapport de l Etat de l Installation Intérieure d Electricité Numéro de dossier : Norme méthodologique employée : Date du repérage : Heure d arrivée : Durée du repérage : 02249-AGRASC-10-13 AFNOR XP C 16-600

Plus en détail

Les Essentiels COLLECTION. Les règles de sécurité. pour le dépannage. des véhicules électriques. & hybrides. Commission

Les Essentiels COLLECTION. Les règles de sécurité. pour le dépannage. des véhicules électriques. & hybrides. Commission COLLECTION Les Essentiels Commission Mai 2013 Président : Eric Faucheux Véhicules électriques & hybrides Les règles de sécurité pour le dépannage des véhicules électriques & hybrides 1 Sommaire I. Les

Plus en détail

Affaire n : 2 282 131 N/Réf : CB623/2010/272/BC/CD Rapport émis par : B. COZE Rueil-Malmaison, le 7 mars 2011

Affaire n : 2 282 131 N/Réf : CB623/2010/272/BC/CD Rapport émis par : B. COZE Rueil-Malmaison, le 7 mars 2011 BUREAU VERITAS 5 bd Marcel POURTOUT 92563 RUEIL MALMAISON CEDEX Urbania Val d Ouest 38 rue Albert Sarraut 78000 VERSAILLES Téléphone :01 47 52 49 70 Télécopie : 01 47 77 03 22 A l attention de Mme ALILI

Plus en détail

NOM : Groupe : Prénom : Câblage HABITAT. Objectif général du T. P. Réaliser en encastré l installation électrique d une chambre.

NOM : Groupe : Prénom : Câblage HABITAT. Objectif général du T. P. Réaliser en encastré l installation électrique d une chambre. NOM : Prénom : Groupe : Câblage HABITAT TP n 2 : Câblage Chambre Objectif général du T. P Réaliser en encastré l installation électrique d une chambre Bac Pro ELEEC 1 - Cahier des charges : Lors de la

Plus en détail

Observer. L électricité. Structurer

Observer. L électricité. Structurer Observer Tester L électricité Structurer L électricité Quelques questions de départ - A quoi sert l électricité dans nos maisons? o Différentes propositions possibles : Chauffer, Eclairer, Travailler,

Plus en détail

Travaux de rénovation partielle de bureaux et de laboratoires

Travaux de rénovation partielle de bureaux et de laboratoires Travaux de rénovation partielle de bureaux et de laboratoires Centre de recherche Saint Antoine UMR-S 893 Site de l Hôpital Saint Antoine Bâtiment Inserm Raoul KOURILSKY 6 ème étage Equipe 13 Alex DUVAL

Plus en détail

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude.

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude. Chapitre 3 : Mesure et ncertitude. Le scientifique qui étudie un phénomène naturel se doit de faire des mesures. Cependant, lors du traitement de ses résultats ce pose à lui la question de la précision

Plus en détail

Dangers liés à l électricité

Dangers liés à l électricité CUSSTR : Commission Universitaire de Sécurité et Santé au Travail Romande Version 2009 Dangers liés à l électricité Vers 2009 0 Introduction Personnes habilitées à effectuer des travaux d installations

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE L ETAT DES INSTALLATIONS INTERIEURES D ELECTRICITE DES IMMEUBLES A USAGE D HABITATION

DIAGNOSTIC DE L ETAT DES INSTALLATIONS INTERIEURES D ELECTRICITE DES IMMEUBLES A USAGE D HABITATION DIAGNOSTIC DE L ETAT DES INSTALLATIONS INTERIEURES D ELECTRICITE DES IMMEUBLES A USAGE D HABITATION Conformément au Code de la Construction et de l Habitation : articlel134, la LOI n 2006-872 du 13 juillet

Plus en détail

Chapitre 3 CONDUCTEURS ET ISOLANTS

Chapitre 3 CONDUCTEURS ET ISOLANTS Chapitre 3 CONDUCTEURS ET ISOLANTS Circuit à réaliser Réalisez les circuits ci-dessous, constitué d une lampe (ou une D.E.L. qui est plus sensible que la lampe), une pile et des objets conducteurs ou isolants.

Plus en détail

par Patricia Vega, ing. ASFETM Colloque sur la santé et la sécurité du travail 12 Octobre 2012 Extraits

par Patricia Vega, ing. ASFETM Colloque sur la santé et la sécurité du travail 12 Octobre 2012 Extraits Prévention des risques électriques par Patricia Vega, ing. ASFETM Colloque sur la santé et la sécurité du travail 12 Octobre 2012 Extraits Prévention des risques électriques - Association sectorielle Fabrication

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 25

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 25 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 25 HYGIENE ET SÉCURITÉ DÉCEMBRE 2002 Robin EMERIT Technicien en équipements électrique et énergie Tel : 02 38 79 46 74 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène

Plus en détail

CREST d Oloron IEN Oloron. Centre administratif 2 ème étage, 14 rue adoue 64 400 Oloron Ste Marie cedex Tel : 05 59 39 79 09 - Email:

CREST d Oloron IEN Oloron. Centre administratif 2 ème étage, 14 rue adoue 64 400 Oloron Ste Marie cedex Tel : 05 59 39 79 09 - Email: Séquence : l'électricité au cycle 2 Place dans les programmes : 4. Le monde des objets Ils réalisent des maquettes élémentaires et des circuits électriques simples pour comprendre le fonctionnement d un

Plus en détail

INSTALLER UN CHAUFFAGE ELECTRIQUE. Construire Aménager Décorer Jardiner CONSEIL. Castorama

INSTALLER UN CHAUFFAGE ELECTRIQUE. Construire Aménager Décorer Jardiner CONSEIL. Castorama 80.04 INSTALLER UN CHAUFFAGE ELECTRIQUE CONSEIL Castorama Memo page 2&3 L alimentation electrique page 4&5 Emplacement et branchement pages 6 Fixation et entretien pages 7 page 1/7 MEMO Ce mémo vous permet

Plus en détail

Quel est le document principal qui vous précise les instructions de sécurité

Quel est le document principal qui vous précise les instructions de sécurité TEST HABILITATION Quizz 1 Textes et Normes Quel est le document principal qui vous précise les instructions de sécurité La norme NFC 15-100 Les prescriptions UTE C18 510 Le règlement interne de l'entreprise

Plus en détail

Le CAHIER NORMATIF pour les travaux de construction. 5. Électricité 5.4 Alarmes, communications et sécurité

Le CAHIER NORMATIF pour les travaux de construction. 5. Électricité 5.4 Alarmes, communications et sécurité Le CAHIER NORMATIF pour les travaux de construction 5. Électricité 5.4 Alarmes, communications et sécurité Le 18 novembre 2013 TABLE DES MATIÈRES 5. Électricité... 1 5.4 Service et distribution électrique...

Plus en détail

Poseuse de systèmes intérieurs

Poseuse de systèmes intérieurs Poseuse de systèmes intérieurs Le plan de formation des apprentissages (poseuse de systèmes intérieurs) Les tâches du métier de poseuse de systèmes intérieurs Tâche 1 : Tâche 2 : Tâche 3 : Tâche 4 :

Plus en détail

Niveau de risque pour des tâches effectuées sous tension

Niveau de risque pour des tâches effectuées sous tension ÉLECTRICITÉ IDUSTRIELLE Par Pascal Poisson, ing., M.Sc.A., de Intervention Prévention inc. Cet article porte sur les distances d approche ainsi que sur l analyse de risque relié à la tâche du travailleur.

Plus en détail

ELEGANT ET COMPACT. Pièces frontales décoratives ETAP

ELEGANT ET COMPACT. Pièces frontales décoratives ETAP K1 ELEGANT ET COMPACT 2 K1 ETAP K1 possède une forme élégante et compacte qui s intègre aux environnements les plus variés. La gamme très complète utilise différentes sources lumineuses et des possibilités

Plus en détail

Petit guide pratique de dépannage du système d alerte centralisée (modèles de 1980 à 1988)

Petit guide pratique de dépannage du système d alerte centralisée (modèles de 1980 à 1988) Petit guide pratique de dépannage du système d alerte centralisée (modèles de 1980 à 1988) Le système d alerte centralisée de la 928 est destiné a présenter au conducteur toute anomalie de fonctionnement

Plus en détail

AMELIORER LE RESULTAT DE VOTRE DIAGNOSTIC ELECTRIQUE GUIDE DES RECOMMANDATIONS

AMELIORER LE RESULTAT DE VOTRE DIAGNOSTIC ELECTRIQUE GUIDE DES RECOMMANDATIONS 2012 AMELIORER LE RESULTAT DE VOTRE DIAGNOSTIC ELECTRIQUE GUIDE DES RECOMMANDATIONS VOUS VENDEZ VOTRE BIEN IMMOBILIER? INFO CONSEIL Diagnostic vous donne les Informations nécessaires et indispensables

Plus en détail

Préparation et Réalisation d Ouvrages Electriques

Préparation et Réalisation d Ouvrages Electriques SOCIETE NATIONALE DES MEILLEURS OUVRIERS DE FRANCE Organisatrice du concours national «Un des Meilleurs Apprentis de France» 16 rue Saint-Nicolas 75012 PARIS Tél. : 01 43 42 33 02 Fax : 01 43 42 20 41

Plus en détail

KIT SOLAIRE EVOLUTIF DE BASE

KIT SOLAIRE EVOLUTIF DE BASE PARALLELE ENERGIE KIT SOLAIRE EVOLUTIF DE BASE Ce kit solaire est un système solaire facile à utiliser. Il s agit d un «générateur solaire» qui convertit la lumière du soleil en électricité, et qui peut

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4088473 RAP9082588 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Laval

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4088473 RAP9082588 RAPPORT D ENQUÊTE. Direction régionale de Laval EN003709 RAPPORT D ENQUÊTE Direction régionale de Laval Accident mortel survenu à un travailleur de Métal Arti ltée, le 14 juin 2007, sur un chantier de construction situé aux 2968-3000, avenue Pierre-Péladeau

Plus en détail

Notice de montage et d utilisation

Notice de montage et d utilisation BECK-O-TRONIC 5 Version : Centronic fr Notice de montage et d utilisation Commande de porte Informations importantes pour: l'installateur / l'électricien / l'utilisateur À transmettre à la personne concernée!

Plus en détail

Travaux d adaptation du logement pour les personnes âgées

Travaux d adaptation du logement pour les personnes âgées Fiche pratique Personnes âgées Travaux d adaptation du logement pour les personnes âgées Accéder à son logement - utiliser les escaliers - prendre l ascenseur - accéder aux équipements Profiter de son

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE R-GO SPA. Production et assemblage 100 % Française. 3 Rue Pierre Mendès France 61200 ARGENTAN

DOSSIER TECHNIQUE R-GO SPA. Production et assemblage 100 % Française. 3 Rue Pierre Mendès France 61200 ARGENTAN DOSSIER TECHNIQUE R-GO SPA R-GO SPA Production et assemblage 100 % Française 1 Implantation technique Il faut retenir que la partie technique a un encombrement total de 250 cm par 90 cm au minimum, et

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION

MANUEL D UTILISATION MANUEL D UTILISATION Table des matières Sécurité du produit 3 Mesures de précautions 4 Exigences électriques 5 Dépannage 5 Caractéristiques de My Rotisserie 6 Caractéristiques de My Rotisserie 7 Diagramme

Plus en détail

Le code du travail précise que pour réaliser des opérations sur ou à proximité d une installation électrique, le travailleur doit être habilité.

Le code du travail précise que pour réaliser des opérations sur ou à proximité d une installation électrique, le travailleur doit être habilité. Généralités Le code du travail précise que pour réaliser des opérations sur ou à proximité d une installation électrique, le travailleur doit être habilité. L habilitation est la reconnaissance, par l

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ Décret n o 2008-1325 du 15 décembre 2008 relatif à la sécurité des ascenseurs,

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP0861922 RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI RAP0861922 RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN003999 Accident mortel d un conducteur de Location Discam inc. survenu au garage St-Félicien Diesel 1988 inc. le 25 mars 2013 à Saint-Félicien Direction régionale du Saguenay Lac-Saint-Jean

Plus en détail

en toute sécurité Votre habitation La sécurité repose sur

en toute sécurité Votre habitation La sécurité repose sur ma solution TRANQUILLITÉ LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE Votre habitation en toute sécurité Pour vivre en toute sérénité et vous protéger contre tous risques électriques, votre installation doit respecter quelques

Plus en détail

Colloque APDQ 2012. Véhicule enlisé ou accidenté. Pas de présence policière. Pas d information transmise sur le type de véhicule en cause

Colloque APDQ 2012. Véhicule enlisé ou accidenté. Pas de présence policière. Pas d information transmise sur le type de véhicule en cause Véhicules «verts» et remorquage 1 Colloque APDQ 2012 autoprevention.qc.ca/depannage Véhicule enlisé ou accidenté Pas de présence policière Pas de blessé Pas de dommage à l environnement Pas de dommage

Plus en détail

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs Droits et obligations des travailleurs et des employeurs La Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) vise à assurer des conditions de santé et de sécurité minimales dans les entreprises québécoises.

Plus en détail

SOMMAIRE PLUSIEURS TYPES DE MODULES ET DE SYSTÈMES DE MONTAGE DES CHANTIERS DE TAILLES TRÈS DIFFÉRENTES

SOMMAIRE PLUSIEURS TYPES DE MODULES ET DE SYSTÈMES DE MONTAGE DES CHANTIERS DE TAILLES TRÈS DIFFÉRENTES Ce document s adresse à l exploitant ou futur exploitant d une installation de production d électricité photovoltaïque pour lui permettre de prendre en compte les risques inhérents à cette activité, notamment

Plus en détail

Fluorescent ou phosphorescent?

Fluorescent ou phosphorescent? Fluorescent ou phosphorescent? On entend régulièrement ces deux termes, et on ne se préoccupe pas souvent de la différence entre les deux. Cela nous semble tellement complexe que nous préférons rester

Plus en détail

Habilitation Electrique BR

Habilitation Electrique BR Habilitation Electrique BR Nom et prénom : Les dangers de l électricité 1 - Y-a-t-il une différence apparente entre un jeu de barres hors tension et un jeu de barres sous tension? 3 - En alternatif, le

Plus en détail

Sécuriser une intervention sur un poste de travail

Sécuriser une intervention sur un poste de travail Sécuriser une intervention sur un poste de travail Dominique Pagnier Table des matières 1. Introduction... 3 2. Sécurisation logique... 3 2.1. Environnement logiciel (pilotes, applications, )... 3 2.2.

Plus en détail

Échelles et autres aides à monter

Échelles et autres aides à monter Échelles et autres aides à monter Utiliser des aides à grimper et des échelles inadaptées est une des causes les plus fréquentes des chutes d une certaine hauteur. Par commodité, économie mal placée ou

Plus en détail

Electricité et mise à la terre

Electricité et mise à la terre Electricité et mise à la terre... 2 Le bruit électrique... 2 Les décharges électrostatiques... 2 La mise à la terre du matériel informatique... 3 Le problème des terres multiples... 4 Les perturbations

Plus en détail

FROID ET CLIMATISATION

FROID ET CLIMATISATION SOCIETE NATIONALE DES MEILLEURS OUVRIERS DE FRANCE Organisatrice du concours national «Un des Meilleurs Apprentis de France» 16 rue Saint-Nicolas 75012 PARIS Tél. : 01 43 42 33 02 Fax : 01 43 42 20 41

Plus en détail

Manuel d'installation, d'utilisation et de maintenance

Manuel d'installation, d'utilisation et de maintenance Simplicity & Comfort* Manuel d'installation, d'utilisation et de maintenance Ce manuel fait partie intégrante du kit et ne doit jamais être séparé de celui-ci F interphone vidéo à encastrer 2 fils platine

Plus en détail

Installation électrique du logement

Installation électrique du logement FICHE TECHNIQUE Installation électrique du logement 2 CONNAÎTRE > Courant électrique > Fourniture du courant, abonnement > Eléments constitutifs d une installation électrique d habitation > Compteur de

Plus en détail

UPS003LSM MODULE DE DÉTECTION DE CHARGE D ALIMNTATION SANS INTERRUPTION MODE D EMPLOI

UPS003LSM MODULE DE DÉTECTION DE CHARGE D ALIMNTATION SANS INTERRUPTION MODE D EMPLOI UPS003LSM PA27224A01 Rév.: 02 3-2014 MODULE DE DÉTECTION DE CHARGE D ALIMNTATION SANS INTERRUPTION MODE D EMPLOI Panduit Corp. 2014 Traduction des instructions d origine AFIN DE RÉDUIRE LE RISQUE DE BLESSURES,

Plus en détail

SYSTÈME DE CONTRÔLE SOLAIRE LX-220 Installation et mode d emploi

SYSTÈME DE CONTRÔLE SOLAIRE LX-220 Installation et mode d emploi SYSTÈME DE CONTRÔLE SOLAIRE LX-220 Installation et mode d emploi IMPORTANTES CONSIGNES DE SÉCURITÉ LISEZ ET OBSERVEZ TOUTES LES CONSIGNES CONSERVEZ CES CONSIGNES EN LIEU SÛR AVERTISSEMENT Avant d installer

Plus en détail

1- LES CHUTES DE PERSONNES...

1- LES CHUTES DE PERSONNES... 7 1-1- LES CHUTES DE PERSONNES... sont la cause de plusieurs accidents de travail Les chutes n ont pas de cible. Qui n est pas tombé dans un stationnement, en sortant de sa voiture, en se rendant à sa

Plus en détail

Electrocinétique Livret élève

Electrocinétique Livret élève telier de Physique Secondaire supérieur Electrocinétique Livret élève ouquelle Véronique Pire Joëlle Faculté des Sciences Diffusé par Scienceinfuse, ntenne de Formation et de Promotion du secteur Sciences

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

Défi 1 Qu est-ce que l électricité statique?

Défi 1 Qu est-ce que l électricité statique? Défi 1 Qu estce que l électricité statique? Frotte un ballon de baudruche contre la laine ou tes cheveux et approchele des morceaux de papier. Décris ce que tu constates : Fiche professeur Après avoir

Plus en détail

Le capteur solaire thermique : un exemple concret

Le capteur solaire thermique : un exemple concret Le capteur solaire thermique : un exemple concret Une utilisation possible du soleil est le chauffage de l eau sanitaire, utilisée pour se laver, pour faire la vaisselle ou encore le ménage. Il s agit

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES

PROFIL DE COMPÉTENCES Q UALIFICATION PROFESSIONNELLE DES ENTREPRENEURS DE CONSTRUCTION PROFIL DE COMPÉTENCES 13.2 - Entrepreneur en systèmes d alarme incendie DES MODIFICATIONS AU CONTENU PEUVENT ÊTRE APPORTÉES EN TOUT TEMPS

Plus en détail

L ÉLECTROCUTION Intensité Durée Perception des effets 0,5 à 1 ma. Seuil de perception suivant l'état de la peau 8 ma

L ÉLECTROCUTION Intensité Durée Perception des effets 0,5 à 1 ma. Seuil de perception suivant l'état de la peau 8 ma TP THÈME LUMIÈRES ARTIFICIELLES 1STD2A CHAP.VI. INSTALLATION D ÉCLAIRAGE ÉLECTRIQUE SÉCURISÉE I. RISQUES D UNE ÉLECTROCUTION TP M 02 C PAGE 1 / 4 Courant Effets électriques 0,5 ma Seuil de perception -

Plus en détail

2 e édition. Marie-Josée Ross, ing.

2 e édition. Marie-Josée Ross, ing. 2 e édition Marie-Josée Ross, ing. LA SÉCURITÉ RELIÉE À L ÉLECTRICITÉ COMPRENDRE ET PRÉVENIR 2 e édition & Marie-Josée Ross, ing. LA SÉCURITÉ RELIÉE À L ÉLECTRICITÉ COMPRENDRE ET PRÉVENIR 2 e édition Conception

Plus en détail

Lampes à DEL EcoShine II Plus

Lampes à DEL EcoShine II Plus Lampes à DEL EcoShine II Plus LAMPES POUR TABLETTE, RAIL et PAVILLON POUR COMPTOIRS MULTI-NIVEAUX, LIBRE-SERVICE ET DE PRODUITS SPÉCIALISÉS Une efficacité d éclairage maximale dans la vente d aliments

Plus en détail

INSTRUCTIONS D INSTALLATION MODÈLE 300521

INSTRUCTIONS D INSTALLATION MODÈLE 300521 INSTRUCTIONS D INSTALLATION MODÈLE 300521 WWW.BURCAM.COM 2190 Boul. Dagenais Ouest LAVAL (QUEBEC) CANADA H7L 5X9 TÉL: 514.337.4415 FAX: 514.337.4029 info@burcam.com Votre pompe a été soigneusement emballée

Plus en détail

Sécurité des machines CE neuves è Grille de détection d anomalies

Sécurité des machines CE neuves è Grille de détection d anomalies Sécurité des machines CE neuves Grille de détection d anomalies ED 4450 Document uniquement téléchargeable sur www.inrs.fr Afin de ne pas exposer les opérateurs à des risques d accident ou de maladie professionnelle,

Plus en détail

Cahier des charges pour la réhabilitation électrique dans les classes de l école SALENGRO

Cahier des charges pour la réhabilitation électrique dans les classes de l école SALENGRO Cahier des charges pour la réhabilitation électrique dans les classes de l école SALENGRO Le présent marché a pour objet la réhabilitation électrique. Une précédente consultation inclus les travaux peintures

Plus en détail

12 e édition 2015 Guide pour. l installation électrique. d une résidence

12 e édition 2015 Guide pour. l installation électrique. d une résidence 12 e édition 2015 Guide pour l installation électrique d une résidence Ce guide est conçu pour vous aider à effectuer votre propre installation électrique de façon sécuritaire et conforme à la 12 e édition

Plus en détail

Questionnaire pour définir le niveau d habilitation dont vous avez besoin selon la nouvelle norme NF C 18-510. Entrée

Questionnaire pour définir le niveau d habilitation dont vous avez besoin selon la nouvelle norme NF C 18-510. Entrée Questionnaire pour définir le niveau d habilitation dont vous avez besoin selon la nouvelle norme NF C 18-510 Entrée Vous effectuez des tâches d ordre non électrique (ex : Peinture, menuiserie, maçonnerie,

Plus en détail

ERDF À VOTRE SERVICE BRETAGNE

ERDF À VOTRE SERVICE BRETAGNE ERDF À VOTRE SERVICE BRETAGNE SOMMAIRE Qui est ERDF? 3 ERDF au service des clients 4 Les éléments qui composent votre installation 5 Vous souhaitez être dépanné 6 Vous emménagez dans un nouveau logement

Plus en détail

Prévention des accidents lors de travaux de nature électrique

Prévention des accidents lors de travaux de nature électrique Prévention des accidents lors de travaux de nature électrique RISQUES ÉLECTRIQUES? TRAVAILLER HORS TENSION Le Grand Rendez-vous santé et sécurité du travail Francis Bergeron Inspecteur CSST Déroulement

Plus en détail

ETAT DE L INSTALLATION INTERIEURE D ELECTRICITE

ETAT DE L INSTALLATION INTERIEURE D ELECTRICITE SARL CLAUDE MOREAU 401 rue de Bordeaux 16000 ANGOULEME Tél. : 05 45 94 10 94 - Fax : 05 45 94 66 57 http://www.claude-moreau-diagnostic.com ETAT DE L INSTALLATION INTERIEURE D ELECTRICITE Date de la mission

Plus en détail

Les dangers de l électricité

Les dangers de l électricité Faculté des Sciences et Techniques de l Ingénieur (STI) Laboratoire de réseaux électriques (LRE) Les dangers de l électricité Table ronde du 22 janvier 2009 Pierre Zweiacker Plan de la présentation La

Plus en détail

Service d électricité en basse tension

Service d électricité en basse tension Service d électricité en basse tension Norme E.21-10 Coordonné par Communication avec la clientèle pour la vice-présidence Réseau de distribution 10e édition Juin 2014 Service d électricité en basse tension

Plus en détail

Vinci formation - Déclaration d activité 11 75 45521 75 auprès du préfet de l I.D.F 102 ave des Champs Elysées 75008 Paris 8éme.

Vinci formation - Déclaration d activité 11 75 45521 75 auprès du préfet de l I.D.F 102 ave des Champs Elysées 75008 Paris 8éme. Vinci formation - Déclaration d activité 11 75 45521 75 auprès du préfet de l I.D.F 102 ave des Champs Elysées 75008 Paris 8éme. RCS : Paris 520.239.070 APE 8559A S.A.S Nouveaux décrets qui sont apparus

Plus en détail

Vous avez plusieurs prises. ou + B. Vous n avez pas de prise à 6 pôles. 1 Préparez le matériel nécessaire.

Vous avez plusieurs prises. ou + B. Vous n avez pas de prise à 6 pôles. 1 Préparez le matériel nécessaire. Vous avez plusieurs prises B. Vous n avez pas de prise à 6 pôles Une habitation peut posséder plusieurs prises. La ligne Belgacom n entre toutefois chez vous que par une seule prise. Nous l appellerons

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE #36 LÉGISLATION ET INTERVENANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE #36 LÉGISLATION ET INTERVENANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL FICHE TECHNIQUE #36 LÉGISLATION ET INTERVENANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL DÉFINITIONS ET CHAMP D'APPLICATION La législation québécoise en matière de santé et de sécurité du travail est constituée

Plus en détail

Panneau d alimentation de Store Cellulaire

Panneau d alimentation de Store Cellulaire Panneau d alimentation de Store Cellulaire Directives d installation CSPS-P1-10-6 CSPS-P1-10-6 Entrée : 120-240 V 50/60 Hz 1.5 A Sortie : 12 V 5 A Poids : 3,85 kg (8.5 lb) Répertorié culus (E135084) Directives

Plus en détail

ÉCLAIRAGE DE CUISINE

ÉCLAIRAGE DE CUISINE ÉCLAIRAGE DE CUISINE La préparation des repas, la cuisson et toute autre activité de cuisine sont bien plus plaisantes en présence d un éclairage sûr, efficace et couvrant uniformément le plan de travail.

Plus en détail

MANUEL D INSTRUCTIONS K-STAR ÉLECTRIQUE Chauffe-piscine/spa électrique

MANUEL D INSTRUCTIONS K-STAR ÉLECTRIQUE Chauffe-piscine/spa électrique GARANTIE (Valide uniquement pour le propriétaire initial) Le chauffe-piscine/spa K-Star est garanti à l acheteur original pendant un an à partir de la date d achat contre tout défaut de fabrication. Exception

Plus en détail

FICHE DE SEQUENCE TOTAL : / 170. LOGICIEL «Legrand» : VDI. Lieu d activité : Atelier. Système : Ordinateur VOUS AVEZ APPRIS: VOUS AVEZ:

FICHE DE SEQUENCE TOTAL : / 170. LOGICIEL «Legrand» : VDI. Lieu d activité : Atelier. Système : Ordinateur VOUS AVEZ APPRIS: VOUS AVEZ: FICHE DE SEQUENCE Repère : Logiciel VDI LOGICIEL «Legrand» : VDI Système : Ordinateur Lieu d activité : Atelier OBJECTIF : Introduction à la VDI. Comprendre un câblage VDI. Pourquoi un faire un câblage

Plus en détail

GRILLE DE POSITIONNEMENT

GRILLE DE POSITIONNEMENT GRILLE DE POSITIONNEMENT 1-Évaluation du niveau de compétences en électricité Rappel : l évaluation du niveau de compétences ou de qualification du personnel est de la responsabilité de l employeur. NON

Plus en détail

Somfy : Tél 0 810 12 12 37. (prix d un appel local du lundi au samedi de 9h à 12h15 et de 13h30 à 18h). e-mail www.consommateurs@somfy.

Somfy : Tél 0 810 12 12 37. (prix d un appel local du lundi au samedi de 9h à 12h15 et de 13h30 à 18h). e-mail www.consommateurs@somfy. Somfy : Tél 0 810 12 12 37 (prix d un appel local du lundi au samedi de 9h à 12h15 et de 13h30 à 18h). e-mail www.consommateurs@somfy.com Document non contractuel. Nous nous réservons le droit à tout moment,

Plus en détail

Pour un bâtiment non détenu en copropriété et pour la partie privative d un bâtiment détenu en copropriété

Pour un bâtiment non détenu en copropriété et pour la partie privative d un bâtiment détenu en copropriété Inspections régionales Inc. http://www.inspectionsregionales.com/ courriel: info@inspectionsregionales.com Téléphone : 819-893-3460 (Gatineau) Téléphone : 514-312-8240 (Montréal) Télécopieur : 1-855-587-8858

Plus en détail

ETAT DE L'INSTALLATION INTERIEURE D'ELECTRICITE

ETAT DE L'INSTALLATION INTERIEURE D'ELECTRICITE 250 834 RCS Limoges31/12/2013XFR 0050627LI et XFR0048625FI09A BATIMENT C 1 AVENUE NEIL ARMSTRONG 33700 MERIGNAC Tel : Fax : A ETAT DE L'INSTALLATION INTERIEURE D'ELECTRICITE Articles L 134-7 et R 134-10

Plus en détail

INFUSIONS MC Marquises contrastantes en polycarbonate Mode d assemblage et d installation

INFUSIONS MC Marquises contrastantes en polycarbonate Mode d assemblage et d installation INFUSIONS MC Marquises contrastantes en polycarbonate Mode d assemblage et d installation 1. DÉFINITION Les marquises contrastantes Infusions offrent un choix de 16 finis de métal ou de plastique transparent

Plus en détail

Manuel d utilisation Alarme Auto na-2088 Attention :

Manuel d utilisation Alarme Auto na-2088 Attention : Manuel d utilisation Alarme Auto na-2088 Attention : 1) Le contenu de ce manuel comprend les informations nécessaires à une utilisation correcte de cet appareil. Nous vous suggérons dès lors de le lire

Plus en détail