NEGOCE DES MATIERES PREMIERES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NEGOCE DES MATIERES PREMIERES"

Transcription

1 REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département des affaires régionales, de l'économie et de la santé 19 juin 2012 Conseil stratégique de la promotion économique (CSPE) NEGOCE DES MATIERES PREMIERES Index 1. L'importance du négoce international à Genève... p Le commerce international des matières premières... p Définitions... p La fonction des entreprises de négoce... p La critique des activités du négoce... p Interventions parlementaires et position de la Confédération... p Volonté politique d'augmenter la transparence et de réguler les activités de négoce... p Texte du postulat Fässler et réponse du Conseil Fédéral... p Tendances réglementaires supranationales ayant un impact sur les activités de négoce... p Le blanchiment d'argent... p Loi sur le blanchiment (LBA), applicables aux intermédiaires financiers... p Le blanchiment pour son propre compte... p Impact sur le secteur du négoce... p Réglementation des transactions de matières premières... p Environnement du négoce (synthèse en 4 composantes)... p Situation du négoce à Genève et en Suisse... p Propositions du CSPE... p. 14 Cette note est un point de situation sur le négoce international (Commodities trading), son mode de fonctionnement au niveau international, sa place dans le canton de Genève, les risques politiques et d'image découlant de ces activités et les problématiques régulatoires qui émergent autour de ces activités. Elle a été rédigée par un groupe de travail du CSPE composé de Mme Dose Sarfatis, MM. Morard, November, Bernard, Sandoz, Loeffler et Magnin.

2 2/14 1. L'importance du négoce international à Genève En peu de temps, la problématique de l échange des matières premières sur les marchés mondiaux et les activités des sociétés de négoce sont devenues des interrogations dans le débat politique présent. La preuve en est qu en l espace de deux ans (entre 2009 et 2011), cinq interpellations, postulats et motions ont été déposés au bureau du Parlement fédéral. Une saine réponse devrait nous inciter à nous pencher sur la question pour explorer quel est le rôle du négoce international dans les échanges internationaux. Le négoce international occupe une place importante dans l économie genevoise où elle représente plus de 10 % du revenu cantonal 1. La concentration de ce secteur à Genève a donné lieu à l émergence d un véritable pôle d excellence régional en matière de négoce et financement du négoce. La présence de ce savoir-faire spécifique permet de créer et maintenir de nombreux emplois et d'établir des synergies avec le secteur financier. Par ailleurs, Genève compte, selon les données de Genève Place Financière : - Plus de 400 sociétés de Commodities trading - 8'000 emplois 2-1/3 du pétrole exporté se négocie à Genève - 1 er rang mondial dans les transactions de sucre (ex aequo avec Londres), de céréales et d'huiles végétales - 1 er rang européen dans les transactions de coton - 22 % des mouvements de produits secs affrétés (minerais de fer, charbon, grains, ) - 10% des exportations mondiales d'acier initiées par des traders de la Place. 2. Le commerce international des matières premières 2.1 Définitions Les matières premières (commodities) et les produits pétroliers représentent environ la moitié des échanges mondiaux. Leur définition est la suivante : «Tout produit de l'agriculture, des forêts et de la pêche et tout minéral, que ce produit soit sous sa forme naturelle, ou qu'il ait subi la transformation qu'exige communément la vente en quantités importantes sur le marché international (Charte de La Havane, 1948)». Le tableau suivant énumère les principales catégories de matières premières. Principales catégories de matières premières Catégories Produits (exemples) 1) Selon les estimations de l'association Genevoise du Négoce et de l Affrètement (GTSA). 2) Toujours selon les estimations de GTSA. Ce chiffre comprend les sociétés de négoce, d'inspection et de shipping ainsi que les banques actives dans le financement du négoce.

3 3/14 Matières premières agricoles et alimentaires Blé, maïs, orge, riz, soja, café, cacao, coton, bois, caoutchouc, tabac, viande, sucre, lait, etc. Matières premières minérales et métaux Aluminium, nickel, minerais de fer, cuivre, phosphate, étain, zinc, plomb, argent, or, etc. Matières premières énergétiques Pétrole, charbon, gaz naturel, etc. Services liés au négoce Fret maritime, assurances, surveillance, financement Les matières premières s échangent sous diverses formes, notamment : - Vente au comptant ("spot") à livraison immédiate ou à livraison différée - Vente aux enchères (thé, fleurs) - Transfert interne des entreprises multinationales - Contrats à terme avec le vendeur/acheteur spécifient la quantité, la qualité, la date de livraison et le prix - Contrats à long terme - Bourses de matières premières La fonction des entreprises de négoce Le rôle principal des sociétés de négoce est d'acheter et de vendre des marchandises (essentiellement des matières premières et des produits semi-finis) à des tiers, avec acheminement de l endroit de production vers l endroit de consommation, (généralement de l autre bout du monde), sans que celles-ci ne transitent nécessairement par la Suisse. En d autres termes, le négoce international constitue une passerelle entre producteurs et acheteurs afin d assurer la livraison des marchandises demandées dans les délais nécessaires. Pour ce faire, le négociant (trader) s entoure d armateurs, de transitaires, d assureurs, de sociétés de surveillance et de banquiers. Enfin, notons que la filière qui mène du producteur aux consommateurs est différente pour chaque produit, d où la nécessité de spécialisation des négociants. Les opérateurs du négoce commercialisent des matières premières en gérant des risques de différentes natures : risques d ordre qualitatif-sanitaire et quantitatif (aléas climatiques), risques logistiques (frets, grèves portuaires, encombrement des ports), risques politiques (à destination), risques financiers (des acheteurs et des taux de changes) et enfin, risques de marchés. Concernant certains produits, ils doivent de plus en plus souvent gérer des certifications de type qualité, sanitaire ou durabilité. Une entreprise de négoce a pour fonction d acquérir un bien dans un pays disposant d une offre excédentaire à destination d un pays générant une demande

4 4/14 excédentaire. L acquisition se fait normalement sur la base d un cours mondial transparent pour tous. Cette fonction est de nature à permettre au marché de trouver un prix d équilibre entre l offre et la demande. L entreprise de négoce peut intervenir à plusieurs niveaux : - Réalisation du contrat avec le vendeur ou acheteur avec une quantité, une qualité, un lieu et une date d acquisition précisée - Stockage, transformation, transport, contrôle de qualité et quantité et livraison du bien - Construction de «supply chains» efficaces et performantes permettant d offrir à leurs clients les produits de base les meilleurs, au moindre coût, dans les délais les plus courts tout en réduisant les risques de non livraison. Dans le contexte actuel de pénurie de crédit, beaucoup d opérateurs industriels travaillent avec un stock minimum et dépendent donc de la qualité de leur chaîne d approvisionnement. A chacune des étapes du processus, plusieurs intermédiaires peuvent apparaître : la banque qui va assurer le financement de la transaction par une ligne de crédit, la compagnie d assurance, la société qui contrôle la qualité du produit, l entreprise de transformation, la compagnie de transport (maritime et/ou terrestre) qui va physiquement assurer la logistique de l opération, des sociétés de manutention et d entreposage et, de plus en plus, des organismes de certifications destinés à vérifier la bonne mise en œuvre de référentiels de qualité ou d assurance qualité sanitaire ou environnementale (lié à des exigences de durabilité). En ce qui concerne les marchés à terme, les "contrats" sont des promesses de vente ou d'achat d'une marchandise à une date éloignée du moment de la signature (trois ou six mois), soit à un prix fixé à l'avance, soit au prix du marché. En fait, le trader achète ou vend un produit dérivé, dont il peut posséder ou non l équivalent physique, aux fins de couvrir un risque de fluctuation de prix entre le moment de l achat des produits physiques et la revente. La spéculation à la baisse correspond à un engagement de livrer un produit que le négociant pense pouvoir acheter à un prix plus bas que convenu au moment de la vente, tandis que la spéculation à la hausse représente l achat d'un produit dans l'espoir de pouvoir le revendre à un prix plus élevé. Dans le processus esquissé, les transactions portent sur des biens physiques réels et (minéraux ou produits alimentaires) pour des échéances généralement très courtes mais pouvant, dans certaines situations, se dérouler sur plusieurs années entre le moment de la cession par le vendeur à la société de négoce, la production, le transport et stockage, la vente par la société de négoce à un acheteur. De fait le patrimoine de ces trois opérateurs (vendeur, société de négoce, acheteur) peut subir des fluctuations au gré des cours mondiaux des biens ce qui peut les inciter à sécuriser leurs contrats physiques par des opérations financières de couverture qui peuvent porter soit sur les biens eux-mêmes soit sur les instruments monétaires de la transaction soit sur le coût du transport maritime. Dans le cas où la sécurisation porte sur le contrat physique d'un quelconque des trois opérateurs (acheteur, société de négoce ou producteur/vendeur), celui-ci va recourir classiquement au marché à terme des biens ou au marché des produits dérivés. La fonction de ces deux types de marchés est identique. Comme les contrats physiques portent sur des produits spécifiques, les opérations de couvertures sont elles aussi spécifiques (ce qui explique pourquoi il est rare qu une société traite tous les types de matières premières). Les traders physiques actifs dans des marchandises pour lesquelles des marchés à terme avec des prix cotés sur une bourse de matières

5 5/14 premières existent (contrairement par exemple à l acier), auront généralement accès à ces instruments plutôt que de rester ouverts à ce risque. Certaines sociétés seront spécialisées sur un ou plusieurs produits agricoles, d autres travailleront sur les produits minéraux, enfin certaines se spécialiseront sur les produits énergétiques. De fait, si une société connaît très bien son marché (acheteurs et vendeurs et pratiques), rien ne permet de supposer, vu la diversité des biens et des pratiques que cette société pourra opérer pour un bien différent (par exemple, pétrole et riz). Actuellement, le tissu genevois du Commodities trading est suffisamment diversifié en type de sociétés de négoce qui se répartissent le marché pour que le risque de dégât à l'image de Genève paraisse limité. Cependant, le phénomène de concentration verticale, mouvement assez récent, consiste pour une société à assurer son approvisionnement, et ainsi éviter des pénuries. Ces sociétés acquièrent alors des mines, des installations portuaires, des entrepôts de stockage, des entreprises de transformation ou des surfaces agricoles, ce qui induit une mutation dans leur organisation qui n est plus uniquement de nature commerciale. En vue de sécuriser tout ou une partie de leurs approvisionnements, celles de leurs usines de transformation ou celles de leurs clients, les opérateurs de négoce s appuient de plus en plus fréquemment sur des accords de contractualisation avec les producteurs (notamment dans le cadre du négoce de commodités agricoles). On trouve dans ce domaine de grandes sociétés internationales mais également toutes sortes d acteurs, notamment des bras commerciaux de grands producteurs ou de petites sociétés de négoce. Ce marché est d ailleurs particulier en ceci que la taille n est pas vraiment une barrière à l entrée. Une forme de financement répandue dans le secteur, le crédit transactionnel (la marchandise sert de gage), permet à de petites sociétés de petite taille d intervenir sur ce marché. 3. La critique des activités des sociétés du négoce Toutes les activités humaines (en particulier économiques) peuvent comporter une zone d ombre qui peut être dénoncée et critiquée avec plus ou moins de virulence (cf. Déclaration de Berne (Ed), Swiss trading SA, Editions d en bas, Lausanne, 2011). Les principales critiques concernant le commerce de matières premières et des activités de négoce sont les suivantes : - activités de négoce relèvent de la «spéculation» - enrichissement démesuré des négociants - fiscalité très avantageuse accordée aux sociétés de négoce - «opacité» des activités des entreprises de négoce - «financiarisation» des échanges mondiaux des matières premières - fortes variations du prix des matières premières - blanchiment d'argent - maintien des populations locales dans la pauvreté - répartition inégale de la rente provenant de l exploitation des matières premières, en particulier dans les pays en développement - position dominante des entreprises multinationales sur les marchés.

6 6/14 Ces thématiques mériteraient d être approfondies, ce qui dépasserait le cadre de cette note. On peut, cependant, formuler quelques remarques succinctes : - Dans le cas des sociétés de négoce, l utilisation des marchés à terme est fondamentale afin de se prémunir contre une variation des prix des produits physiques. En d autres termes, pour les traders, la spéculation est un outil de gestion/arbitrage des risques et non pas un acte de spéculation en soi. - Les acteurs financiers (banques, «hedge funds», fonds indiciels, etc..) apportent de la liquidité ainsi que des outils assurantiels ou de couverture «sur mesure» de risques. Par contre, il est important qu ils se cantonnent à ce rôle et évitent certains conflits d intérêts lorsqu ils se mettent à agir également sur les marchés physiques ou en constituant des stocks «spéculatifs» pouvant mettre en danger l équilibre de certains marchés. - Les sociétés de négoce sont donc des sociétés commerciales avec en plus de par la nature des biens échangés une obligation de sécurisation patrimoniale au travers d une opération de couverture financière. Il serait faux d imaginer que tout le commerce mondial «passe» obligatoirement par ce canal, car un certain nombre de pays organisent leur activité exportatrice de matières de base sans passer par le marché. En particulier, le cas de la Chine pour la commercialisation des «terres rares», ne fait pas appel à ce type d intermédiaires. Un autre cas particulier concerne le commerce du diamant, quasi totalement contrôlé par une société unique depuis son extraction jusqu'à sa commercialisation. 4. Interventions parlementaires et position de la Confédération Pour améliorer le fonctionnement du marché des matières premières, un certain nombre de propositions sont déjà avancées dans ce sens par le monde politique et associatif, notamment *) : Considérer les sociétés de négoce de matières premières comme des intermédiaires financiers et les soumettre à la loi fédérale sur le blanchiment d argent. On peut remarquer qu en fait, les négociants de matières premières physiques que l on trouve sur la place de Genève ne sont en principe pas des intermédiaires financiers parce qu ils agissent pour leur propre compte, et non pas pour le compte de tiers; contrairement aux sociétés financières qui agissent sur les marchés des matières premières pour le compte d autrui en vue d obtenir un rendement financier (souvent à court terme). Il apparaît cependant que cette demande est déjà remplie, comme le remarque l avis du Conseil Fédéral du (cf. ci-après) : «en vertu du Code pénal suisse, le négoce de matières premières, également pour son propre compte, est soumis à l'interdiction du blanchiment d'argent. Le négoce de matières premières pour le compte d'autrui est régi en outre par les dispositions de la loi sur le blanchiment». Publier les liens de propriété des sociétés actives dans le domaine de négoce dans les registres cantonaux du commerce. On peut aussi mentionner les recommandations concernant la régulation des marchés de matières premières émises par l Autorité des Marchés Financiers française, en particulier : *) Motion : Régulation des sociétés de négoce de matières premières ( )

7 7/14 - encourager les études des marchés de matières premières pour améliorer la connaissance de fonctionnement de ces marchés et adapter en conséquence le cadre de régulation - créer des structures de régulation des marchés physiques (si possible au niveau européen). Les récents travaux du G20 Agricole, sous la présidence française, ont d ailleurs proposé la mise en œuvre de diverses mesures destinées à réduire la volatilité excessive du prix de nombreuses matières premières avec notamment : - la création au sein de la FAO de l AMIS («Agricultural Market Information System») destiné à recueillir et diffuser de façon transparente des données sur la production, la consommation et les stocks des principales commodités agricoles - la mise en place au sein de la FAO avec les partenaires du G20 d un Forum de réaction rapide destiné également à prévenir toute réaction excessive des marchés, notamment ceux causés par des décisions politiques de certains états. En tout état de cause, l'échelon auquel doit être traitée la problématique régulatoire du domaine international est incontestablement l'échelon fédéral, voire même international. Une réglementation de nature cantonale ou locale n'aurait aucun sens. Une prise de contact rapide avec le Secrétariat d'etat aux affaires internationales (SFI) et avec la Direction de la politique économique du SECO s'impose. A plus forte raison que l'administration fédérale a répondu au mois de décembre au postulat de Mme Hildegard Fässler Osterwalder (PS/SG) qui a été déposé le 21 septembre Le postulat était agendé pour passer au Conseil National (CN) le 23 décembre 2011 et la discussion a été renvoyée. Il passera donc pendant la session de printemps au mois de mars. Si le postulat est accepté par une des 2 chambres (CN ou CE), l'administration a 2 ans pour rédiger un rapport à soumettre au Conseil fédéral et, ensuite, aux Chambres fédérales. 5. Volonté politique d'augmenter la transparence et de réguler les activités de négoce La volonté d'augmenter la transparence dans les activités de négoce et les transactions de matières premières apparaît à plusieurs niveaux : au niveau national (notamment au travers du postulat Fässler) et au niveau international (au travers du GAFI et du G20). 5.1 Texte du postulat Fässler et réponse du Conseil Fédéral Texte déposé Le Conseil fédéral est chargé d'établir un rapport sur le rôle que joue la Suisse en tant que siège de nombreuses sociétés liées au commerce de matières premières et exerçant des activités centrales dans notre pays : quels sont les risques pour notre réputation et quelles contre-mesures pouvons-nous prendre? Importance et évolution des activités de négoce en Suisse Notre pays est devenu une plaque tournante importante pour le commerce international de matières premières. Près d'un tiers du commerce mondial de pétrole est dirigé et financé à partir de la Suisse. De grandes sociétés d'exploitation minière y ont établi leur siège ou y opèrent des activités centrales. Les matières premières concernées par ces activités ne passent pratiquement jamais par le territoire helvétique. La plupart du temps, il s'agit uniquement d'opérations commerciales qui se concrétisent à l'étranger.

8 8/14 Le secteur des matières premières a une grande importance économique puisque son bénéfice net a été multiplié par quinze entre 1998 et Parmi les douze sociétés suisses de tous secteurs d'activités dont le chiffre d'affaires est le plus élevé, on trouve cinq sociétés actives dans le commerce des matières premières selon la presse économique et sept selon la Déclaration de Berne. En 2008, le commerce de matières premières a représenté une part du PIB aussi importante que celle du génie mécanique. Malgré cela, les milieux politiques suisses ne se sont quasiment jamais intéressés à ce secteur d'activité, alors qu'il présente des risques pour la réputation de notre pays, qui pourrait être tenu pour responsable de ses agissements. En effet, ces sociétés produisent de grandes quantités de matières premières dans des Etats où ont lieu des conflits armés et où les droits de l'homme ne sont pas toujours respectés. Certaines sociétés d'exploitations minières sont impliquées dans de affaires de corruption, elles font partie des plus gros pollueurs de la planète, elles s'approprient les terres des petits paysans, exploitent les populations locales, tout cela en ne versant que peu d'impôts à ces pays d'accueil, grâce à des manipulations de prix qui ont lieu à l'interne. Ainsi, il existe un risque important que la réputation de la Suisse soit affectée par la présence de ces sociétés sur notre territoire. A noter que ce risque ne dépend pas de la façon dont ces sociétés agissent en Suisse mais plutôt dans des contrées parfois lointaines. Le rapport demandé devra présenter une vue d'ensemble du secteur concerné, les risques pour la réputation de notre pays ainsi que les contre-mesures que le Conseil fédéral devrait prendre. Avis du Conseil fédéral du La part du secteur du commerce des matières premières dans le produit intérieur brut (PIB) de la Suisse est passée de moins de 0,5 pour cent dans les années 1990 à environ 3 pour cent aujourd'hui. On reproche parfois aux entreprises de matières premières ayant leur siège en Suisse et actives aussi bien dans le négoce que dans l'extraction de matières premières d'enfreindre les droits de l'homme, ainsi que les standards sociaux et environnementaux lors d'activités en lien avec l'extraction de matières premières dans des pays en développement. Le Conseil fédéral est conscient que la réputation de la Suisse pourrait se trouver entachée si cela s'avérait exact. Force est toutefois de constater que toutes les entreprises suisses, y compris celles relevant du domaine des matières premières, sont soumises à la législation suisse comme à celle des Etats où elles sont présentes (par ex. en ce qui concerne la fiscalité, l'obligation de présenter des comptes et de rendre compte de ses activités, l'interdiction de la corruption). La Suisse s'engage déjà fortement, aux niveaux national et international, en vue de l'amélioration et de la clarification du cadre (légal) pour les entreprises multinationales. Dans l'optique de la réforme de l'imposition des entreprises III, le Conseil fédéral examinera en détail la position de la Suisse dans le contexte de la concurrence fiscale internationale. Si les limites de ce qui est permis sont franchies et que des abus sont constatés, les autorités fiscales ont la possibilité d'intervenir, notamment en cas d'évasion fiscale ou de soustraction d'impôt. Le Conseil fédéral accorde beaucoup d'importance à l'intégrité de la place financière suisse et s'engage pour qu'elle ne puisse pas servir des desseins déloyaux. En vertu du Code pénal suisse, le négoce de matières premières, également pour son propre compte, est soumis à l'interdiction du blanchiment d'argent. Le négoce de matières premières pour le compte d'autrui est régi en outre par les dispositions de la loi sur le blanchiment. Ce faisant, la législation suisse est non seulement plus sévère que les recommandations du Groupe d'action financière, mais encore que le droit de l'ue et celui des Etats-Unis. Si, dans un pays, l'etat de droit n'est pas encore fermement établi ou qu'il existe un risque élevé de conflit, les obligations entrepreneuriales vont au-delà du respect des lois locales. La Suisse s'engage en conséquence pour que les entreprises helvétiques

9 9/14 assument leurs responsabilités dans tous les pays où elles sont présentes. Elle a soutenu activement le développement, par l'onu, des principes directeurs sur les activités des entreprises privées et les droits de l'homme et œuvrera, de concert avec les milieux de l'industrie et la société civile, à leur mise en place par les acteurs suisses. La Suisse s'efforce en outre de sensibiliser les entreprises à la responsabilité sociale des entreprises (RSE). Elle soutient activement la mise en œuvre des principes directeurs de l'ocde mis à jour en 2011 à l'intention des entreprises multinationales, principes qui comportent des recommandations en matière de transparence, de relations du travail, d'environnement, de corruption, de droits de l'homme ou encore d'impôts. Dans le secteur de l'extraction de matières premières, la Suisse soutient diverses initiatives qui encouragent les entreprises à assumer leurs responsabilités sociales (par ex. l'initiative pour la transparence dans les industries extractives). Il est dans l'intérêt de la légitimité et de l'acceptation d'un système économique mondial libéral que les entreprises respectent des standards de RSE et prennent en considération, dans leur gestion des risques, des indicateurs en matière de droits de l'homme allant au-delà des normes légales contraignantes en la matière. La mise en place de telles mesures doit permettre de diminuer le risque potentiel de ternir la réputation de la Suisse. Le Conseil fédéral rend compte régulièrement des questions soulevées par le présent postulat dans le rapport sur la politique économique extérieure et dans le rapport sur la politique extérieure. Convaincu qu'un examen approfondi de la question sert aussi les intérêts des entreprises de matières premières, le Conseil fédéral est disposé à présenter un rapport dans le but d'établir s'il y a des dysfonctionnements, d'introduire d'éventuels correctifs et de prévenir des reproches injustifiés à l'encontre de ces entreprises. Le Conseil fédéral cherche à faire de la Suisse une place économique à la fois attrayante pour toutes les entreprises, y compris celles actives dans le négoce de matières premières, et respectueuse de normes éthiques élevées. Proposition du Conseil fédéral du Le Conseil fédéral propose d'accepter le postulat Tendances réglementaires supranationales ayant un impact sur les activités de négoce Le secrétariat d'etat aux questions financières internationales (SFI) défend les intérêts de la Suisse sur la scène internationale pour les questions financières et fiscales et prend part aux négociations internationales menées dans ces domaines. Il est directement subordonné au chef du DFF. Dans le cadre de l'activité de négoce, le SFI a été sollicité par rapport à deux problématiques distinctes : le blanchiment, d'une part, et la réglementation des transactions de matières premières, d'autre part. A noter que les sollicitations concernant la volonté d'élargir la règlementation du blanchiment d'argent pour les matières premières et l'immobilier est "interne" (interventions au niveau du parlement suisse) alors que la volonté de règlementer les transactions liées aux matières premières est externe (discussions au sein du G20) Le blanchiment d'argent Le Groupe d'action financière (GAFI) est un organisme intergouvernemental visant à développer et promouvoir des politiques nationales et internationales afin de lutter contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Le GAFI est donc

10 10/14 un organe de décision, s'efforçant de susciter la volonté politique nécessaire pour réformer les lois et réglementations dans ce domaine. Le GAFI surveille les progrès réalisés par ses membres dans la mise en œuvre des mesures nécessaires, examine les techniques et contre-mesures propres au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme, et encourage l'adoption et la mise en œuvre des mesures adéquates au niveau mondial. 3 La Suisse fait partie des pays les plus engagés dans la lutte contre la criminalité financière internationale et dispose d'un dispositif efficace de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. Le dispositif est basé sur deux piliers : la loi sur le blanchiment et le code pénal Loi sur le blanchiment (LBA), applicables aux intermédiaires financiers L objectif de la loi fédérale concernant la lutte contre le blanchiment d argent dans le secteur financier du 10 octobre 1997 (LBA) est de mettre en place un dispositif complet de prévention et de lutte contre le blanchiment concernant l'ensemble des intermédiaires financiers et introduit un devoir de communication en matière de blanchiment. La LBA introduit un devoir de diligence entraînant l'obligation de prévenir le blanchiment (vérification de l'identité du cocontractant et de l'identification de l'ayant droit économique). Les intermédiaires financiers ont l'obligation de communiquer les soupçons de blanchiment Le blanchiment pour son propre compte Le blanchiment pour son propre compte est soumis au code pénal. En effet, toutes personnes sont soumises au droit pénal suisse (les articles interdisant la corruption d agents publics suisses ou étrangers, la corruption privée, l abus de confiance, la gestion déloyale, l escroquerie). Le principe de diligence ne s'applique pas dans ce cadre Impact sur le secteur du négoce Comme toutes personnes physiques ou morales en Suisse, les sociétés de négoce doivent respecter l ensemble du droit pénal suisse, en particulier les articles interdisant la corruption d agents publics suisses ou étrangers, la corruption privée, l abus de confiance, la gestion déloyale, l escroquerie, de même que la disposition pénale réprimant le blanchiment d argent. 5 De plus, les sociétés de négoce sont soumises indirectement à la loi sur le blanchiment. En effet, le règlement de nombreuses transactions s effectue moyennant l utilisation d instruments de paiement bancaires, en particulier le crédit documentaire et l encaissement documentaire. Ces instruments, traités par des employés aguerris de banques spécialisées, sont en lien direct avec la marchandise et la transaction commerciale. Les banques sont ainsi à même de déceler si une opération est inhabituelle ou insolite et peuvent refuser d y procéder ou, le cas échéant, décider de l annoncer aux autorités 6, conformément aux dispositions émises dans le cadre de la LBA Réglementation des transactions de matières premières 3 Site internet 4 Site internet 5 Note de GTSA 6 Note GTSA

11 11/14 Selon certains membres du G20, il y a une nécessité d'améliorer la transparence dans le marché lié aux matières premières. Ainsi, plusieurs pays membres ont émis des souhaits liés aux marchés des matières premières. Il est à relever, cependant, que ces attentes sont diverses. Les principaux pays revendicateurs sont la Russie, l'allemagne et la France. Ces pays désirent : une transparence accrue des marchés notamment en termes de prix appliqués et de disponibilité des marchandises sur les marchés une transparence accrue dans le mécanisme de fixation des prix. Selon certains observateurs, les prix des matières premières divergent des fondamentaux (offre versus demande) à cause des produits financiers. Ainsi, l'objectif serait la mise en place d'un système de régulation incluant un observatoire sur les prix et les stocks de matières premières et un référentiel de ces prix (trade repository). De plus, les transactions de gré à gré (over the counter ou OTC) seraient centralisées. Ce système aurait pour but d'apporter une transparence dans les transactions afin de permettre aux autorités de surveillance de faire leur travail et de mettre en évidence les déviances éventuelles des prix des matières premières dues aux produits financiers. 6. Environnement du négoce (synthèse en 4 composantes)

12 12/14 Politique Juridique Economique Social Environnemental Ethique Technologique Hors Suisse Multiplication des propositions normatives de nature à impacter le secteur Rôle stratégique des matières premières. Accroissement mondial de la consommation Rapidité des flux et des transactions Risques d'instabilité politique dans les pays producteurs Grande diversité législative d'un Etat à l'autre, notamment en matière commerciale et fiscale. Raréfaction des ressources de première nécessité Volatilité et financiarisation du secteur Compétition internationale en matière de commerce et de revenus générés Corruption, tensions sociales autour des matières premières de première nécessité, conflits Accélération de la concentration, émergence de monopoles Répartition inégale des revenus, optimisation financière et fiscale intra groupes Influence accrue des acteurs du développement durable Technicité des instruments financiers Environnement technique en mutation constante En Suisse et à Genève La Suisse dispose d un arsenal législatif permettant d agir contre des comportements abusifs et socialement irresponsables (LBA, CP, LEmb, etc.) Pressions politiques visant à renforcer le paysage normatif Forte implantation de sièges sociaux actifs dans le secteur dans tous les domaines d'activités (commerce, finance & logistique). Retombées économiques et fiscales pour la Suisse et Genève Rôle international et influence de la Suisse et de Genève Expertise et disponibilité des compétences techniques et financières nécessaires au développement du secteur (commerce, finance & logistique) Analyse PEST février 2012

13 13/14 7. Situation du négoce à Genève et en Suisse 1/Le Secteur du négoce Forces Faiblesses Diversité et multiplicité des acteurs de la chaîne, actifs en Suisse et à Genève, depuis les sociétés extractrices jusqu aux sociétés de contrôle qualité Haut niveau de qualification des personnels dans leur ensemble Forte rentabilité du secteur Secteur à haut risque (lié au rendement) Mutation rapide du secteur et manque de visibilité à moyen/long terme Manque de transparence individuellement et collectivement (communication faible) Manque d insertion locale (international versus local) Dégradation des conditions cadres genevoises (immobilier, transport, sécurité, pressions normatives & fiscales) ainsi que de l'image de Genève 2/Impact pour Genève et la Suisse Opportunités Avantage en termes de ressources fiscales pour les cantons qui accueillent et la Suisse Menaces Risque de perte d image de marque et de réputation pour le pays Opportunité de développer de nouvelles compétences dans un pays sans matières premières Sauvegarder la chaîne de ressources stratégique pour le pays Risque financier dû à la disparition des sociétés (volontaire ou involontaire) Risque de marginalisation internationale par absence de collaboration Se placer en interlocuteur international en termes de réglementation et de régulation Analyse SWOT février 2012

14 14/14 8. Propositions du CSPE 1. Suivre attentivement les projets fédéraux suite à l'acceptation du postulat Fässler et maintenir le contact tant avec le Seco qu'avec le SFI. 2. Examiner si un «Code de conduite» peut être adopté par les membres du GTSA. 3. Coordonner une politique de communication avec les acteurs concernés comprenant notamment une communication institutionnelle Etat. 4. Organiser des séances de travail régulières avec des représentants de l'administration fédérale, des représentants aux Chambres fédérales et des représentants des milieux politiques concernés. Associer la députation vaudoise à cette action.

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL 2006, PORTANT DIRECTIVES GENERALES AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT, AUX BANQUES NON RESIDENTES ET A L OFFICE NATIONAL DES

Plus en détail

Recommandations révisées du GAFI: davantage d obligations de diligence pour les intermédiaires financiers?

Recommandations révisées du GAFI: davantage d obligations de diligence pour les intermédiaires financiers? Recommandations révisées du GAFI: davantage d obligations de diligence pour les intermédiaires financiers? Séminaire pour journalistes de SwissBanking, Alexander Karrer, Secrétaire d Etat suppléant Secrétariat

Plus en détail

Considérant les faits et les arguments soumis par ICE US au soutien de la demande, notamment :

Considérant les faits et les arguments soumis par ICE US au soutien de la demande, notamment : DÉCISION N 2014-PDG-0149 Dispense de reconnaissance d ICE Futures U.S., Inc., à titre de bourse et de marché organisé en vertu de l article 12 de la Loi sur les instruments dérivés, RLRQ, c. I-14.01 Dispense

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

La loi fédérale du 12 décembre 2014 sur la mise en œuvre des recommandations du GAFI, révisées en 2012

La loi fédérale du 12 décembre 2014 sur la mise en œuvre des recommandations du GAFI, révisées en 2012 La loi fédérale du 12 décembre 2014 sur la mise en œuvre des recommandations du GAFI, révisées en 2012 Dr Riccardo Sansonetti Chef de la section criminalité financière Secrétariat d'etat aux questions

Plus en détail

Conférence LSA - Préparez vos négociations commerciales 2012! Maîtriser les coûts d achat des matières premières

Conférence LSA - Préparez vos négociations commerciales 2012! Maîtriser les coûts d achat des matières premières www.pwc.com Octobre 2011 Conférence LSA - Préparez vos négociations commerciales 2012! Maîtriser les coûts d achat des matières premières Présentée par François Soubien Partner PwC Strategy Croissance

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Adoptés par la Délégation des Commissions de gestion le 16 novembre 2005, soumis pour information aux Commissions de gestion le 20 janvier

Plus en détail

INANCEMENT À TRAVERS LES SYSTÈMES DE ÉCÉPISSÉS D ENTREPÔT EXPÉRIENCE DE LA HOUSING FINANCE BANK EN OUGANDA

INANCEMENT À TRAVERS LES SYSTÈMES DE ÉCÉPISSÉS D ENTREPÔT EXPÉRIENCE DE LA HOUSING FINANCE BANK EN OUGANDA INANCEMENT À TRAVERS LES SYSTÈMES DE ÉCÉPISSÉS D ENTREPÔT EXPÉRIENCE DE LA HOUSING FINANCE BANK EN OUGANDA FORUM SUR LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE Du 28 au 30 mars 2012 Kampala, Ouganda HOUSING FINANCE

Plus en détail

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation Thésaurus de l offre de formation Champs sémantiques Listes annexes Des types de certifications/diplômes/titres Des pays Des logiciels Des publics Des mots-outils Correspondances Formacode Formacode Présentation

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 Nouvelles contraintes, limites, mais avec quel avantage? Vincent Tattini Plan A. Les nouveautés de MIFID 2 B. Loi sur les services financiers

Plus en détail

MERCANTILE EXCHANGE OF MADAGASCAR SA

MERCANTILE EXCHANGE OF MADAGASCAR SA MERCANTILE EXCHANGE OF MADAGASCAR SA www.mexmadagascar.com Mercantile Exchange of Madagascar, en tant que bourse de commerce, travaille dans la mise en place d une plateforme boursière sur laquelle s échangeront

Plus en détail

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle Édition janvier 2015 2 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PLACEMENT

RÈGLEMENT DE PLACEMENT RÈGLEMENT DE PLACEMENT Sur la base de l article 49a OPP 2 ainsi que des articles 19 et 19a OLP, le Conseil de Fondation édicte le présent règlement de placement. Les dispositions d exécution, devant être

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE 1. OBJET La présente politique vise à garantir la conformité D EXANE SA, EXANE DERIVATIVES, EXANE OPTIONS, EXANE LIMITED et leurs succursales concernées

Plus en détail

Colloque COMES 16.10.2012 Philippe Tuzzolino Directeur Environnement Groupe

Colloque COMES 16.10.2012 Philippe Tuzzolino Directeur Environnement Groupe Métaux stratégiques : L approche pour Orange Colloque COMES 16.10.2012 Philippe Tuzzolino Directeur Environnement Groupe Présentation du projet Porteurs Dirigé par Philippe Tuzzolino, QRSE avec Orange

Plus en détail

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales 1 Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires es Universite Nationale du Vietnam-Hanoi Faculté de Droit Matières Objectifs du cours Compétences acquises UE UE-1

Plus en détail

Le Conseil d Etat du canton de Fribourg

Le Conseil d Etat du canton de Fribourg .0.5 Ordonnance du mai 005 relative aux sites Internet de l Etat Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu l article 9 let. c de la loi du 6 octobre 00 sur l organisation du Conseil d Etat et de l administration

Plus en détail

POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE

POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE 1. INTRODUCTION... 2 2. ENGAGEMENT... 2 3. GESTION DU RISQUE... 2 4. STANDARDS ET CRITÈRES SPÉCIFIQUES AU SECTEUR... 3 5. CHAMP D'APPLICATION... 4 6. PROCÉDURES D'APPLICATION...

Plus en détail

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Réunion du réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA Libreville Gabon, 2-3 octobre 2012 Plan de la présentation

Plus en détail

Prise de position de la Déclaration de Berne Lausanne. 3 avril 2012

Prise de position de la Déclaration de Berne Lausanne. 3 avril 2012 Modification de loi fédérale sur le blanchiment d argent (Bureau de communication en matière de blanchiment d argent ; collaboration avec les autorités étrangères) Prise de position de la Déclaration de

Plus en détail

La place financière: moteur de l économie suisse

La place financière: moteur de l économie suisse La place financière: moteur de l économie suisse Association suisse des banquiers Juliet 2013 Table des matières 1. L Association suisse des banquiers 2. La place financière: acteurs et réglementation

Plus en détail

MINISTERE DES FINANCES

MINISTERE DES FINANCES MINISTERE DES FINANCES 11 JUILLET 1997. Arrangement administratif du 11 juillet 1997 entre les Ministres des Finances belge et italien en vue d'effectuer des contrôles fiscaux simultanés, conformément

Plus en détail

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle DEONTOLOGIE Règles de bonne conduite professionnelle et personnelle Fonds de Réserve pour les Retraites 56 rue de Lille 75007 Paris Tel : 01 58 50 99 12 Fax : 01 58 50 05 33 www.fondsdereserve.fr Le Président

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

LABEL «RELATIONS FOURNISSEUR RESPONSABLES»

LABEL «RELATIONS FOURNISSEUR RESPONSABLES» LABEL «RELATIONS FOURNISSEUR RESPONSABLES» Référentiel d objectifs d évaluation de la Charte des relations inter-entreprises 1/9 VALIDEE LE 08/02/2013/ V2 DOMAINE : RELATIONS DURABLES ET EQUILIBREES ENTRE

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Conférence suisse des impôts Cl 16

Conférence suisse des impôts Cl 16 Conférence suisse des impôts Cl 16 L Ordonnance du Conseil fédéral du 9 mars 2001 sur l application de la loi fédérale sur l harmonisation des impôts directs dans les rapports intercantonaux Circulaire

Plus en détail

SERVICE DU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE. Division de l industrie, du commerce et des services POLITIQUE D ALIÉNATION DES IMMEUBLES INDUSTRIELS MUNICIPAUX

SERVICE DU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE. Division de l industrie, du commerce et des services POLITIQUE D ALIÉNATION DES IMMEUBLES INDUSTRIELS MUNICIPAUX SERVICE DU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE Division de l industrie, du commerce et des services POLITIQUE D ALIÉNATION DES IMMEUBLES INDUSTRIELS MUNICIPAUX Décembre 2010 PRÉAMBULE La Politique d aliénation des

Plus en détail

Guide: mise en oeuvre de la surveillance par des mandataires (état : mai 2007)

Guide: mise en oeuvre de la surveillance par des mandataires (état : mai 2007) Guide: mise en oeuvre de la surveillance par des mandataires (état : mai 2007) La Commission fédérale des banques (CFB) est chargée de veiller au respect des lois régissant les marchés financiers et prend

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Propositions de la Commission relatives à la révision de la Directive MIF (Marchés des instruments financiers) Directive 2004/39/CE

Propositions de la Commission relatives à la révision de la Directive MIF (Marchés des instruments financiers) Directive 2004/39/CE Propositions de la Commission relatives à la révision de la Directive MIF (Marchés des instruments financiers) Directive 2004/39/CE Partie I- Généralités Définitions Contexte général Evolutions Définitions

Plus en détail

Evolution de l'environnement juridique et fiscal

Evolution de l'environnement juridique et fiscal Evolution de l'environnement juridique et fiscal Présentation de Monsieur David Hiler, Conseiller d'etat Septembre 2013 A partir de 2008, la pression internationale s'intensifie Page 2 La Suisse, une économie

Plus en détail

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier Loi n 13-89 relative au commerce extérieur promulguée par le dahir n 1-91-261 du 13 joumada I 1413 (9 novembre 1992), telle quelle a été modifiée et complétée par la loi n 37-93 promulguée par le dahir

Plus en détail

Note sur le trafic des paiements sans numéraire 1. But et champ d'application

Note sur le trafic des paiements sans numéraire 1. But et champ d'application abcdefg 3 e département Zurich, le 1 er juin 2010 Note sur le trafic des paiements sans numéraire 1. But et champ d'application La Banque nationale suisse () doit notamment faciliter et assurer le bon

Plus en détail

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES CODE DE CONDUITE LE PRÉSENT CODE DE CONDUITE EST FONDÉ SUR LES VALEURS DE GMI- DISTRIBUTION. IL A POUR OBJET DE GARANTIR QUE L ENSEMBLE DES EMPLOYÉS, DES GESTIONNAIRES ET DES DIRIGEANTS DE GMI-DISTRIBUTION

Plus en détail

Vu les faits et les arguments soumis par IFE au soutien de la demande, notamment :

Vu les faits et les arguments soumis par IFE au soutien de la demande, notamment : DÉCISION N 2014-PDG-0177 Dispense de reconnaissance d ICE Futures Europe à titre de bourse et de marché organisé en vertu de l article 12 de la Loi sur les instruments dérivés, RLRQ, c. I-14.01 Dispense

Plus en détail

- que certains des signataires appliquent d ores et déjà tout ou partie des principes de la charte ;

- que certains des signataires appliquent d ores et déjà tout ou partie des principes de la charte ; PREAMBULE L étude des dossiers soumis à la Médiation du crédit depuis sa création en novembre 2008 a révélé un certain nombre de difficultés dans la relation des PME avec leurs grands clients, donneurs

Plus en détail

CADRE DE COMPÉTENCES EN COMMERCE D INTÉGRATION

CADRE DE COMPÉTENCES EN COMMERCE D INTÉGRATION CADRE DE COMPÉTENCES EN COMMERCE D INTÉGRATION Étude sur les ressources humaines du commerce international du FITT d intérêts et de connaissances. Toutefois, compte tenu de la nature du commerce d intégration,

Plus en détail

Préambule. Charte de déontologie des Acteurs de la finance participative (Crowdfunding) en France

Préambule. Charte de déontologie des Acteurs de la finance participative (Crowdfunding) en France Automne 12 Charte de déontologie des acteurs de la finance participative (Crowdfunding) en France. Impulsée par l association Française de la Finance Participative en France. Il n existait pas de charte

Plus en détail

La Banque centrale des Caraïbes orientales (BCCO) réglemente les activités bancaires au nom de et en coopération avec le gouvernement.

La Banque centrale des Caraïbes orientales (BCCO) réglemente les activités bancaires au nom de et en coopération avec le gouvernement. et d'établissements financiers opèrent conformément à l'accord sur la Banque centrale des Caraïbes de l'est et la loi bancaire. Le système financier comprend les banques commerciales, les compagnies d'assurance

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse

2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse 2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse Vue d'ensemble des principaux faits La Suisse compte, avec un produit intérieur brut de 603

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Lignes directrices applicables à la réglementation des marchés financiers

Lignes directrices applicables à la réglementation des marchés financiers 3 juillet 2013 Lignes directrices applicables à la réglementation des marchés financiers Einsteinstrasse 2, 3003 Berne Tél. +41 (0)31 327 91 00, fax +41 (0)31 327 91 01 www.finma.ch /A18124 Table des matières

Plus en détail

COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES. Paris, le 09/05/2014

COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES. Paris, le 09/05/2014 COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES Paris, le 09/05/2014 1 1 Global Compact o Lancé en 2000, le Pacte Mondial des Nations Unies est un

Plus en détail

DU METIER DE VENDEUR AU METIER DE RESPONSABLE COMMERCIAL : UN PARCOURS PAR ETAPES

DU METIER DE VENDEUR AU METIER DE RESPONSABLE COMMERCIAL : UN PARCOURS PAR ETAPES DU METIER DE VENDEUR AU METIER DE RESPONSABLE COMMERCIAL : UN PARCOURS PAR ETAPES Convention Collective Nationale de l Expédition- Exportation de fruits et légumes (CCN N 3233) Cet outil «passerelle» a

Plus en détail

PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS

PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS Depuis 1992, CIS a développé une gamme complète de services pour ses clients du secteur pétrolier et parapétrolier (Total, Shell, Bouygues, Technip, KBR, Hyundaï,

Plus en détail

Charte des fournisseurs d électricité

Charte des fournisseurs d électricité Charte des fournisseurs d électricité dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers

Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers Certification professionnelle Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers Professionnels concernés et modalités de vérification Mai 2013 Sommaire

Plus en détail

O.P.C.I. (Organisme de Placement Collectif Immobilier)

O.P.C.I. (Organisme de Placement Collectif Immobilier) Document non contractuel Janvier 2006 O.P.C.I. (Organisme de Placement Collectif Immobilier) Les pouvoirs publics par voie de l'ordonnance n' 2005-1278 du 13 octobre 2005 ont créé un nouveau produit d'épargne,

Plus en détail

Charte RSE fournisseurs

Charte RSE fournisseurs Charte RSE fournisseurs La Fnac s'est engagée à respecter et à promouvoir dans ses activités et sa sphère d'influence les principes relatifs aux Droits de l'homme, au Droit du Travail, à l'environnement

Plus en détail

Nikolaos Karavasilis 23 février 2015

Nikolaos Karavasilis 23 février 2015 Nikolaos Karavasilis 23 février 2015 Résumé du projet de Guide de l OCDE pour des chaînes d'approvisionnement agricoles responsables, qui était soumis a consultation en janvier-février 2015 Dans les années

Plus en détail

LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ET REGLES D IDENTIFICATION DE LA CLIENTELE

LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ET REGLES D IDENTIFICATION DE LA CLIENTELE LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ET REGLES D IDENTIFICATION DE LA CLIENTELE Punissabilité des entreprises En automne 2001, les Chambres fédérales ont adopté les nouveaux articles 102 et 102a du Code pénal qui

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds de WCI, inc.

Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds de WCI, inc. NOTE Dest. : Conseil d administration de WCI, inc. Exp. : Mary Nichols, trésorière Date : 18 novembre 2015 Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds

Plus en détail

Principes de bonne pratique :

Principes de bonne pratique : Principes de bonne pratique : Recommandations en vue de la création de bases de données génétiques nationales Le présent document a été élaboré par le Groupe d experts d INTERPOL sur le suivi des techniques

Plus en détail

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président et chef de la direction

Plus en détail

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Traduction juridique du concept de réserve de biosphère en droit national Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Ce projet de modèle de loi a été

Plus en détail

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1. Sommaire statistique Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1.1 Vue d ensemble Nombre de groupes Participants par catégorie 34 Producteurs 4 5 Transformateurs 1 Distributeur Nombre de participants

Plus en détail

Modalités de présentation des offres. Pour la Vente d un terrain domanial possédé par de l Ambassade de France en Géorgie

Modalités de présentation des offres. Pour la Vente d un terrain domanial possédé par de l Ambassade de France en Géorgie Ambassade de France en Géorgie [Lundi 10 août 2015] Modalités de présentation des offres Pour la Vente d un terrain domanial possédé par de l Ambassade de France en Géorgie 1. L Adresse et le Nom de l

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR L EVALUATION DES SOCIETES DE REASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR L EVALUATION DES SOCIETES DE REASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR L EVALUATION DES SOCIETES DE REASSURANCE (adoptée par le Conseil lors de sa 921ème session, le 25 mars 1998 [C/M(98)7/PROV]) 1 LE CONSEIL, Vu l article 5 b) de la Convention

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

AGENDA DES CONSOMMATEURS 2010 DES TROIS ORGANISATIONS DE CONSOMMATEURS ACSI FRC - SKS

AGENDA DES CONSOMMATEURS 2010 DES TROIS ORGANISATIONS DE CONSOMMATEURS ACSI FRC - SKS AGENDA DES CONSOMMATEURS 2010 DES TROIS ORGANISATIONS DE CONSOMMATEURS ACSI FRC - SKS AXE POLITIQUE 1. SANTE Une santé moins chère, mais plus transparente 2. CONCURRENCE Plus de concurrence et une action

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Soutenir l émergence de stratégies collectives nationales et internationales de filières, et de projets collaboratifs, notamment par le dialogue

Plus en détail

POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales

POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales LE POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN (PCN) En 2009: Adhésion du Royaume du Maroc

Plus en détail

Règlement de placement de la Fondation collective Trigona pour la prévoyance professionnelle. (Édition de janvier 2014)

Règlement de placement de la Fondation collective Trigona pour la prévoyance professionnelle. (Édition de janvier 2014) Règlement de placement de la Fondation collective Trigona pour la prévoyance professionnelle (Édition de janvier 2014) 2 Règlement de placement Sommaire 1. Bases 3 2. Gestion de la fortune 3 3. Objectifs

Plus en détail

Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire

Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire E. Bourgois Juriste, Bureau Juridique FAO SOMMAIRE Création d un espace sanitaire commun (1) grace au concours d institutions

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR* DU CONSEIL D ADMINISTRATION

REGLEMENT INTERIEUR* DU CONSEIL D ADMINISTRATION REGLEMENT INTERIEUR* DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Etabli par le Conseil d administration dans sa séance du 27 mai 2015, et modifié lors des séances des 30 août 2005, 12 décembre 2007, 20 janvier 2009,

Plus en détail

Principes et pratiques relatifs à la vente de produits. et services par les courtiers en assurance de dommages

Principes et pratiques relatifs à la vente de produits. et services par les courtiers en assurance de dommages Principes et pratiques relatifs à la vente de produits La déclaration intitulée Principes et pratiques relatifs à la vente de produits et services par les courtiers en assurance de dommages a été élaborée

Plus en détail

POLITIQUE DE TRANSPARENCE DE L AGENCE FRANÇAISE DE DEVELOPPEMENT

POLITIQUE DE TRANSPARENCE DE L AGENCE FRANÇAISE DE DEVELOPPEMENT POLITIQUE DE TRANSPARENCE DE L AGENCE FRANÇAISE DE DEVELOPPEMENT La politique de transparence est inscrite dans la dynamique de changement et de partenariat qui caractérise le plan d orientation stratégique

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE LIMINAIRES Covéa Finance, sis 8-12 rue Boissy d Anglas 75008 Paris, est une société de gestion de portefeuille, agréée

Plus en détail

Procédure de dispense simplifiée pour les banques suisses dans le cadre d activités financières transfrontières en Allemagne

Procédure de dispense simplifiée pour les banques suisses dans le cadre d activités financières transfrontières en Allemagne Communication FINMA 54 (2014) 6 janvier 2014 Procédure de dispense simplifiée pour les banques suisses dans le cadre d activités financières transfrontières en Allemagne Banques Einsteinstrasse 2, 3003

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE

LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR Créer une entreprise comporte une part de risque mais la reprise d une structure déjà existante également! Les risques

Plus en détail

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL)

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) Conseil d administration I. Mandat Le conseil d administration (le «conseil») de BCE Inc. (la

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

SEMINAIRE DE FORMATION LES BOURSES DE L ELECTRICITE ALGER 4 & 5 MAI 2009

SEMINAIRE DE FORMATION LES BOURSES DE L ELECTRICITE ALGER 4 & 5 MAI 2009 SEMINAIRE DE FORMATION LES BOURSES DE L ELECTRICITE ALGER 4 & 5 MAI 2009 Nous reprenons dans ce document les principaux messages délivrés lors du séminaire de formation sur les bourses de l électricité

Plus en détail

SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com. Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz

SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com. Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz SDV, UN SERVICE DE PROXIMITÉ ET UNE PERFORMANCE ASSURÉE La puissance de notre réseau : Notre présence dans 102 pays garantit un

Plus en détail

UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE. CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a. Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE

UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE. CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a. Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE Commission mixte 2 (Développement et coopération) Equipe de projet «Développement

Plus en détail

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme 1. Organisation interne de l opérateur. L opérateur de ventes volontaires doit mettre en

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Sécurisez la rédaction r de vos contrats

Sécurisez la rédaction r de vos contrats Sécurisez la rédaction r de vos contrats Olivier COLNAT Michael DECORNY AUDIT CONSEIL DÉFENSE 1 INTRODUCTION De nombreux outils sont à la disposition des entreprises pour régir leurs relations avec les

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Rôle de l économie verte dans l émergence de la Côte d Ivoire à l horizon 2020. - Orientation générale -

Rôle de l économie verte dans l émergence de la Côte d Ivoire à l horizon 2020. - Orientation générale - COMITE DE CONCERTATION ETAT/SECTEUR PRIVE REUNION DES POINTS FOCAUX Rôle de l économie verte dans l émergence de la Côte d Ivoire à l horizon 2020 - Orientation générale - DIRECTION DE L ECONOMIE VERTE

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS

Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS Agenda 1. Les gérants indépendants sous pression 2. Surveillance actuelle 3. Directive AIFM

Plus en détail