Le secteur des matières premières et son financement. ASB Journalistenseminar, Berne le 12 juin 2012 Jacques-Olivier Thomann & Pierre Glauser

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le secteur des matières premières et son financement. ASB Journalistenseminar, Berne le 12 juin 2012 Jacques-Olivier Thomann & Pierre Glauser"

Transcription

1 Le secteur des matières premières et son financement ASB Journalistenseminar, Berne le 12 juin 2012 Jacques-Olivier Thomann & Pierre Glauser

2 1. Le secteur des matières premières, ses acteurs et ses challenges 2. Les types et les techniques de financement 3. Les banques actives dans ces financements et la problématique du funding USD 2

3 1. Le secteur des matières premières, ses acteurs et ses challenges 2. Les types et les techniques de financement 3. Les banques actives dans ces financements et la problématique du funding USD 3

4 Un secteur d activité diversifié De la production, au transport, au stockage à la transformation et jusqu à la distribution Distribution Distributeurs Transformation Raffineries, Aciéries, Moulins, Smelters Raffineries, Aciéries, moulins, Stockage Sociétés de surveillance Entrepositaires Sociétés de surveillance Entrepositaires Transport Production Producteurs Producteurs Armateurs, opérateurs de pipe, transitaires Armateurs / Opérateurs de pipe Brokers / Traders Importateurs / Banques Courtiers / Négociants / Importateurs / Exportateurs / Banques 4

5 Un secteur diversifié par zones géographiques Principaux pays producteurs d acier Principaux pays producteurs de pétrole Principaux pays producteurs de blé

6 Une offre de produits très diversifiée Avec autant de spécificités intrinsèques que de produits Energie Métaux & Minerais Pétrole : brut et produits pétroliers Charbon à vapeur Pétrochimie Gaz Electricité Acier Métaux de base : cuivre, aluminium, nickel, zinc, Minerai de fer, autres minerais, charbon à coke Métaux précieux : or, argent, platine Produits agricoles Grains : blé, maïs, soja. Huiles végétales : tournesol, arachide Produits tropicaux : sucre, café, cacao, riz Autres : coton, tabac, fertilisants Produits de la mer Actifs logistiques Pipe Shipping Transport ferroviaire Entrepôts Réservoirs Installations portuaires 6

7 Un challenge logistique L offre n est pas adéquate avec la demande selon un axe géographique Les différentes qualités de brut ne correspondent pas nécessairement aux critères des raffineries locales Production Consommation Source : BP statistical review

8 Les principaux mouvements de pétrole en 2007 (en millions de tonnes) Ł Derrière ces mouvements, des challenges logistiques parfois complexes

9 Exemple de contrainte logistique Transport Production Gdansk Les «gros» tankers ne peuvent pas transiter par la mer Baltique ou Les «gros»tankers ne peuvent pas transiter par la mer baltique par la et mer par du la mer Nord. du Nord => transfert sur des bateaux de «petites»tailles qui vont de la Pologne àla mer du Nord. Le transfert se fait donc sur des bateaux de «petite» taille qui vont de la Pologne à la mer du Nord. Stockage 9

10 Le rôle clef du négociant en matières premières Il assure la transformation des marchandises, leur stockage et leur transport Il trouve les meilleures solutions logistiques pour l acheminement des marchandises L arbitrage géographique Transport des marchandises des zones de production vers les zones de consommation Équilibrer les zones en excès d une marchandise avec les zones en déficit de cette même marchandise L arbitrage de qualité Acheminer les marchandises de qualité adaptée pour chaque pays pour chaque marché Déplacement selon les normes et les législations en vigueur Les opérations de transformation Trouver et acheminer les produits nécessaires et compatibles avec les unités de transformation (raffineries, aciéries, moulins, fonderies ) Transformer les marchandises, au cas par cas, selon les besoins spécifiques des différents marchés Les opérations de stockage Maintenir des stocks disponibles dans les lieux géographiques stratégiques Livrer, le cas échéant, sur les marchés demandeurs 10

11 Le rôle clef de la banque Offrir des solutions de financement spécifiques au secteur des matières premières Une approche «transactionnelle» des financements : une spécificité genevoise Financer une transaction jusqu à ce que la marchandise sous-jacente soit livrée, vendue et payée en remboursement du financement, et ce en maintenant tout au long de l opération un contrôle et un gage sur cette marchandise. Des financements adossés à Des flux de marchandises produites ou à produire Transit, pré export, préfinancement Des stocks ou des réserves de marchandises Reserve based lending, distribution, contango, borrowing base financing Des processus de transformation Processing, tolling, blending S ajoutent des financements en amont et en aval portant sur des actifs fixes Des financements d équipements, d acquisitions et Corporate Des financements portuaires et logistiques Ainsi que des financements de bateaux S étendent d une durée de 45 jours à plus de 10 ans En bilatéral ou syndiqué 11

12 Les places de négoce dans le monde Dubaï Hong Kong 12

13 L Arc lémanique, place majeure dans le négoce de matières premières Un positionnement unique Aucune place comme l Arc lémanique ne détient des positions fortes dans l ensemble des domaines clés du secteur des matières premières Le négoce La banque L affrètement maritime La surveillance et le contrôle Les services (consultants, avocats, assurances, recrutement ) c Plus de 400 sociétés de négoce c à emplois liés au secteur 13

14 L Arc lémanique, place majeure dans le négoce de matières premières Rappel historique 1ère guerre mondiale Organisations internationales 2ème guerre mondiale Cotonniers Égyptiens Positionnement 1er choc pétrolier Fin monopole majors pétroliers Éclatement URSS Sociétés Traders de négoce internationaux CIS Pétrole 1/3 des volumes de pétrole échangés 75% des exportations Russes Acier Traders : 10% des exportations mondiales Banques : 60% des exportations Soft Commodities Numéro 1 : Céréales et huiles végétales, café, sucre (ex aequo avec Londres), Coton 60% des exportations russes et ukrainiennes Acteurs du secteur Sociétés de négoce Plusieurs centaines de milliards de turnover cumulés Env400 sociétés dont Cargill, Mercuria, Vitol, Trafigura, Louis Dreyfus, Bunge, Addax, Gunvor, Metinvest, Sucafina Banques Dizaine dont BNPP, Crédit Agricole,ING, Société Générale, CreditSuisse, UBS, Banques cantonales, BCP Compagnie de Shipping + de millions de tonnes de marchandises transportées MSC, Geogas, Promar, Riverlake... Sociétés de surveillance: SGS, Cotecna. Sociétés de services Avocats, courtiers en assurance, Sociétés d audit Association : GTSA Dynamique positive Rebond après la crise financière Financements plus pragmatiques Financement de l économie réelle Assure la logistique et les mouvements des matières premières Assure un bon approvisionnement des marchés Contribue au développement des marchés émergents 14

15 Geneva Tradingand Shipping Association 29 Septembre 2006, création d une Association regroupant les différents acteurs du secteur Objectifs de l Association Promouvoir, défendre et sauvegarder les intérêts du secteur Proposer des mesures afin d améliorer le fonctionnement et le développement du secteur Contribuer à la promotion de l Arc lémanique en tant que centre d expertise du négoce et de son financement Principales Actions Liaison avec les autorités Formation : «Master of Arts in International Trading, CommodityFinance and Shipping» ainsi que d un diplôme de formation continue en «CommodityTrading» avec l Université de Genève Études relatives à la compétitivité de la place face aux autres centres internationaux Identifier et assurer l échange d informations sur le secteur Groupes de travail ad hoc sur des sujets d actualité Développement d une plateforme internet multi-banques afin de faciliter les échanges et les instructions entre les négociants et leurs banques 15

16 The GTSA Master at a Glance Created by the University of Geneva in partnership with GTSA Divided in three semesters (24 modules of 24 hours each) Market analysis Legal environment Shipping Trading commodities Trade banking financings Hedging and risk management Commodity Finance. Taught entirely in English 1 academic teacher responsible for each module 1 or 2 guest speakers from the industry Awarded by HEC, University of Geneva Work (80%) -study (20%) formula 16

17 1. Le secteur des matières premières, ses acteurs et ses challenges 2. Les types et les techniques de financement 3. Les banques actives dans ces financements et la problématique du funding USD 17

18 CommodityFinance types de financement Distribution Distributors, Traders Working Capital Inventory Financing Borrowing Base Production Producers Reserve Base Lending Prefinancing Pre-export Financing Acquisition Financing Export Financing Processing Refineries, Mills, Smelters Tolling/ Blending Processing Prefinancing Export Finance Project Finance Acquisition Financing Equipment Financing (export) Producers, Refineries, Mills, Smelters Hedging Solutions Producers, Refineries, Mills, Smelters, Traders Transport Shipowners, Brokers, Pipe Operators, Traders Ship Financing Transit Financing Export Financing Storage Operators, Traders Inventory Financing Contango 18

19 CommodityFinance types de financement Les types et techniques de financement ont vocation à offrir à l ensemble des acteurs intervenant dans la chaîne des matières premières Tous les produits de financement De couverture de risque Et d arbitrage adaptés à leurs besoins spécifiques, particulièrement dans les pays émergents La gamme des produits offerts s étend Des financements transactionnels à court terme (< 1 an) financements de matières premières pour le compte de sociétés actives dans le négoce de marchandises physiques financements de type «self liquidating» Aux financements structurés à moyen et long terme (2 à 7 ans) accompagne les industriels du secteur dans leurs projets de croissance et de développement couvre l ensemble des financements structurés moyen et long terme proposés dans le secteur de l énergie et des matières premières 19

20 CommodityFinance types de financement Les financements transactionnels self liquidiating Financement de transit (par bateau, pipe, train ) Financement de tolling, processing, stockage.. Financement de receivables (avec ou sans recours) Pré-financement court terme (avec ou sans recours) Les financements de Hedging Matières premières Devises Taux d intérêt Les financements Corporate structurés WorkingCapital Facility Revolving Credit Facility Borrowing Base TermLoan Les produits structurés Reserve Based Lending (RBL) Pré-Export Financing (PXF) Bridge Financing et autres financements structurés 20

21 1. Le secteur des matières premières, ses acteurs et ses challenges 2. Les types et les techniques de financement 3. Les banques actives dans ces financements et la problématique du funding USD 21

22 Les banques actives dans ces financements et la problématique du fundingusd Historiquement les financements liés au négoce de matières premières ont été très largement assurés par les banques européennes Qui ont développé une expertise autour des financements transactionnels (dans les années 70) Et qui ont extrapolé sur des financements plus structurés (type RBL ) Les banques américaines ne sont actives que marginalement sur ce type de financements. Elles ont été présentes pour Les financements des Majors sur base Corporate Les financements domestiques US Les syndications d opérations structurées Les banques asiatiques se concentrent sur des financements intra zone Asie pour les besoins de leur clientèle locale Les besoins en financements sont considérables (plusieurs milliards chaque jour) Ces financements se font quasi exclusivement en dollar (USD) 22

23 Les banques actives dans ces financements et la problématique du fundingusd Un contexte réglementaire extrêmement contraignant : Bâle III Ratio de liquidité : LCR (Liquidity CoverageRatio) Ratio de funding: NSFR (Net Stable fundingratio) Ratio de capital : LR (Leverage Ratio) Ł de 4% à 7% à 9% ++ Une méfiance des marchés liée aux incertitudes politiques et à la crise de la dette souveraine Disparition du marché interbancaire Repli des USD money marketfunds Pressions «nationalistes» Qui rendent le funding USD problématique Et imposent à ces banques la prise de mesures exceptionnelles Deleverager leur bilan Réduire leur besoin de fundingen USD 23

24 Le secteur des matières premières et son financement ASB Journalistenseminar, Berne le 12 juin 2012 Jacques-Olivier Thomann & Pierre Glauser

CCI de l Ain pour. Trading international

CCI de l Ain pour. Trading international 133 CCI de l Ain pour Présentation Origine. Dès le XIX e siècle, avec le développement des échanges commerciaux mondiaux, des sociétés de négoce se développent. Elles assurent les transactions de matières

Plus en détail

La place financière: moteur de l économie suisse

La place financière: moteur de l économie suisse La place financière: moteur de l économie suisse Association suisse des banquiers Juliet 2013 Table des matières 1. L Association suisse des banquiers 2. La place financière: acteurs et réglementation

Plus en détail

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi N MEF/DPEE/DSC MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Dakar, mars 2015 DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES DIRECTION DE

Plus en détail

Groupe EYSSAUTIER, courtier en assurances maritimes et transports

Groupe EYSSAUTIER, courtier en assurances maritimes et transports Groupe EYSSAUTIER, courtier en assurances maritimes et transports QUI SOMMES NOUS LE GROUPE EYSSAUTIER : Près de deux siècles passés à assurer navires et cargaisons SNC Gogioso Eyssautier a été créée en

Plus en détail

Hausse du prix de l énergie, hausse des prix agricoles : moyen et long terme? tancrede.voituriez@iddri.org

Hausse du prix de l énergie, hausse des prix agricoles : moyen et long terme? tancrede.voituriez@iddri.org Hausse du prix de l énergie, hausse des prix agricoles : quelles relations et implications à moyen et long terme? Tancrède Voituriez tancrede.voituriez@iddri.org Cinq vérités sur la crise (2006-2008) 2008)

Plus en détail

Colloque COMES 16.10.2012 Philippe Tuzzolino Directeur Environnement Groupe

Colloque COMES 16.10.2012 Philippe Tuzzolino Directeur Environnement Groupe Métaux stratégiques : L approche pour Orange Colloque COMES 16.10.2012 Philippe Tuzzolino Directeur Environnement Groupe Présentation du projet Porteurs Dirigé par Philippe Tuzzolino, QRSE avec Orange

Plus en détail

ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC

ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC BDF-DGEI-COMOZOF CONFIDENTIEL Le 7 septembre z- / J. Legrand C. Courtin ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC En, le ralentissement économique observé dans

Plus en détail

1.1.2. L évolution des cours des matières premières exportées par les pays de la Zone franc

1.1.2. L évolution des cours des matières premières exportées par les pays de la Zone franc 1.1.2. L évolution des cours des matières premières exportées par les pays de la Zone franc En 8, les cours des matières premières, à l exception du nickel, ont enregistré à nouveau, en annuelle, une progression

Plus en détail

Conférence LSA - Préparez vos négociations commerciales 2012! Maîtriser les coûts d achat des matières premières

Conférence LSA - Préparez vos négociations commerciales 2012! Maîtriser les coûts d achat des matières premières www.pwc.com Octobre 2011 Conférence LSA - Préparez vos négociations commerciales 2012! Maîtriser les coûts d achat des matières premières Présentée par François Soubien Partner PwC Strategy Croissance

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance 1 ère partie : La baisse du prix du pétrole Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Rencontres Economiques. Septembre 2012

Rencontres Economiques. Septembre 2012 Rencontres Economiques Septembre 2012 Développement des Sociétés Chinoises en France France = 3 ème partenaire en Europe 90 s : Emergence des Investissements Chinois Banque, Ressources Naturelles Secteur

Plus en détail

Aux services secrets de sa majesté : l accompagnement personnalisé dans l implantation à l international 18 mars 2014

Aux services secrets de sa majesté : l accompagnement personnalisé dans l implantation à l international 18 mars 2014 Aux services secrets de sa majesté : l accompagnement personnalisé dans l implantation à l international 18 mars 2014 Groupe Crédit Agricole Une Banque Universelle de Proximité à votre service Métiers

Plus en détail

La crise mondiale des revenus agricoles

La crise mondiale des revenus agricoles Le marché a perdu la clé des champs André D Beaudoin Secrétaire Général UPA DI La crise mondiale des revenus agricoles Forum Souveraineté alimentaire Niamey/ novembre 2006 Depuis plus de quatre décennies:

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2012 1

Résultats du premier trimestre 2012 1 Résultats du premier trimestre 1 Luxembourg, 9 mai Faits marquants Taux de fréquence 2 en matière de santé et sécurité de 1,0 au 1 er trimestre contre 0,3 au 4 ème trimestre Expéditions de 433 milliers

Plus en détail

Marchés agricoles : la fin du choc?

Marchés agricoles : la fin du choc? Marchés agricoles : la fin du choc? Professeur Philippe Chalmin philippe.chalmin@cercle-cyclope.com Cyclope European leading research Institute on commodity markets Décembre 2013 La rechute économique

Plus en détail

Holman Fenwick Willan DES AVOCATS AU SERVICE DU COMMERCE INTERNATIONAL PARIS

Holman Fenwick Willan DES AVOCATS AU SERVICE DU COMMERCE INTERNATIONAL PARIS Holman Fenwick Willan DES AVOCATS AU SERVICE DU COMMERCE INTERNATIONAL PARIS LA CONNAISSANCE SECTORIELLE AU SERVICE DE L EXCELLENCE JURIDIQUE Attaché à une approche pragmatique et doté d une parfaite connaissance

Plus en détail

5.3 5.3 5.2 5.1 5.1 5.1 5.0 4.9 4.8 4.6 4.6 4.6 4.5 4.5 4.5 4.1 3.3 3.1. Comparaisons internationales

5.3 5.3 5.2 5.1 5.1 5.1 5.0 4.9 4.8 4.6 4.6 4.6 4.5 4.5 4.5 4.1 3.3 3.1. Comparaisons internationales 3.1 INFORMATIONS GÉNÉRALES 3.1.1 Etat de développement des clusters Le développement des clusters est élevé et généralisé dans l économie (sur une échelle de 1 à 7, le score le plus élevé étant le meilleur).

Plus en détail

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire Panorama de la RDC La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire La situation économique générale en RDC ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL SUR LE PLAN ÉCONOMIQUE

Plus en détail

Assistant Trader H/F. Ile-de-France Stage

Assistant Trader H/F. Ile-de-France Stage Assistant Trader H/F Ile-de-France Stage HSBC, troisième groupe bancaire mondial, est solidement implanté dans 84 pays et sert plus de 60 millions de clients dans le monde. HSBC France, filiale du Groupe

Plus en détail

Fahmi Ben Abdelkader ESCP, Paris 9/14/2014 8:20 PM 2

Fahmi Ben Abdelkader ESCP, Paris 9/14/2014 8:20 PM 2 Fondements de Finance Chapitre 13. Introduction aux Forwards et au Futures Le risque de prix et des les futures Fahmi Ben Abdelkader ESCP, Paris 9/14/2014 8:20 PM 2 Le risque de prix et des les futures

Plus en détail

Table des matières. Introduction... 1

Table des matières. Introduction... 1 Table des matières Introduction... 1 Sommaire... 4 Introduction... 5 1.1 Intermédiaires impliqués dans la transaction internationale... 5 1.1.1 Fournisseurs en matières... 5 1.1.2 Courtiers en douane...

Plus en détail

Exemples d actualité pour la mise en application de normes internationales sur les fonds propres et les liquidités

Exemples d actualité pour la mise en application de normes internationales sur les fonds propres et les liquidités Exemples d actualité pour la mise en application de normes internationales sur les fonds propres et les liquidités Séminaire des journalistes 2014 Hôtel Bellevue Palace, Berne 3 juin 2014 Dr Markus Staub

Plus en détail

Le manque de liquidité en USD sur les marchés et son influence sur le négoce de matières premières à Genève.

Le manque de liquidité en USD sur les marchés et son influence sur le négoce de matières premières à Genève. Le manque de liquidité en USD sur les marchés et son influence sur le négoce de matières premières à Genève. Travail de Bachelor réalisé en vue de l obtention du Bachelor HES par : Andrea PROBST Conseiller

Plus en détail

Etude prospective sur le recours à la logistique et au transport des marchandises en Picardie Point d étape final

Etude prospective sur le recours à la logistique et au transport des marchandises en Picardie Point d étape final Etude prospective sur le recours à la logistique et au transport des marchandises en Picardie Point d étape final Centre d analyse régional des mutations de l économie et de l emploi Mission d assistance

Plus en détail

Céréales, Agro-Industrie Hub européen d excellence. Les solutions de l axe Seine

Céréales, Agro-Industrie Hub européen d excellence. Les solutions de l axe Seine Céréales, Agro-Industrie Hub européen d excellence Les solutions de l axe Seine HAROPA, 1er ensemble portuaire de France Le Port de Rouen, 1er Port européen d exportation de céréales, s est associé aux

Plus en détail

BASE DE DONNÉES MONDE

BASE DE DONNÉES MONDE BASE DE DONNÉES MONDE 2013 SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda Plan 1. À propos de la FMB 2. Évolution de la FMB 3. Présentation et caractéristiques des produits 4. Facteurs

Plus en détail

Observatoire des prix et des marges Produits agricoles Février 2015

Observatoire des prix et des marges Produits agricoles Février 2015 Service du soutien au réseau (SR) Sous-direction de la communication, programmation et veille économique () Bureau de la veille économique et des prix (B) Observatoire des prix et des marges Produits agricoles

Plus en détail

Métaux industriels. Pétrole

Métaux industriels. Pétrole Nous sous-pondérons les matières premières les plus cycliques (métaux industriels et pétrole). Mais nous considérons toujours l or et les autres métaux précieux comme des valeurs refuge. Les matières premières

Plus en détail

LA VOIE MARITIME DU SAINT-LAURENT

LA VOIE MARITIME DU SAINT-LAURENT SOMMAIRE LA VOIE MARITIME DU SAINT-LAURENT... 1 SÉCURITÉ, FIABILITÉ ET EFFICACITÉ... 2 PRINCIPALES MARCHANDISES TRANSPORTÉES SUR LES GRANDS LACS ET LA VOIE MARITIME DU SAINT-LAURENT... 3 LE COEUR DE L

Plus en détail

DROIT, ÉCONOMIE & GESTION MASTER GESTION DE PRODUCTION, LOGISTIQUE, ACHATS MANAGEMENT PORTUAIRE ET MARITIME. www.univ-littoral.fr

DROIT, ÉCONOMIE & GESTION MASTER GESTION DE PRODUCTION, LOGISTIQUE, ACHATS MANAGEMENT PORTUAIRE ET MARITIME. www.univ-littoral.fr DROIT, ÉCONOMIE & GESTION MASTER GESTION DE PRODUCTION, LOGISTIQUE, ACHATS MANAGEMENT PORTUAIRE ET MARITIME www.univ-littoral.fr OBJECTIFS DE LA FORMATION Permettre aux futurs professionnels d exercer

Plus en détail

Barbara M. Leach Administratrice Associée

Barbara M. Leach Administratrice Associée Ministère de l Agriculture des États-Unis Agence de gestion de risques Nouveautés s en Assurances RécoltesR Barbara M. Leach Administratrice Associée Conférence internationale 2010 La gestion de risques

Plus en détail

Introduction aux matières premières et à l énergie

Introduction aux matières premières et à l énergie Introduction aux matières premières et à l énergie Introduction aux matières premières et à l énergie Définition Un bref rappel sur la définition des deux termes principaux du titre va nous permettre de

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Plan de la présentation 1 2 3 4 5 6 Résultats Avancement de l'intégration Banque de Financement et d investissement Banque Privée et Gestion d'actifs Banque de Détail La révolution Internet 1 Une nouvelle

Plus en détail

SOMMAIRE. PREMIÈRE PARTIE Origines et principes du Trade Finance. DEUXIÈME PARTIE Les instruments de paiement traditionnels du Trade Finance

SOMMAIRE. PREMIÈRE PARTIE Origines et principes du Trade Finance. DEUXIÈME PARTIE Les instruments de paiement traditionnels du Trade Finance BANQUE FINANCE SOCIAL GESTION DROIT MARKETING Trade Finance Principes et fondamentaux David Leboiteux SOMMAIRE Préface de Gérard Worms, Président d honneur de la Chambre de Commerce Internationale, Président

Plus en détail

Quel rôle l industrie du recyclage tient-elle dans la relance de l économie française et européenne?

Quel rôle l industrie du recyclage tient-elle dans la relance de l économie française et européenne? Quel rôle l industrie du recyclage tient-elle dans la relance de l économie française et européenne? Mr Bruno MAILLARD Directeur Général Adjoint Direction du Pôle Développement Sommaire 1. Le Recyclage

Plus en détail

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse Avertissement Cette présentation et les commentaires qui l accompagnent peuvent contenir des déclarations prospectives relatives à la situation financière,

Plus en détail

AGEFI TechDay. TechDay Nexfi THEAM Asset Alpha

AGEFI TechDay. TechDay Nexfi THEAM Asset Alpha AGEFI TechDay TechDay Nexfi THEAM Asset Alpha Industrialisation et réduction du risque opérationnel 2 Solutions Progicielles pour la Gestion d Actifs Présentation de Nexfi Editeur de progiciels créé en

Plus en détail

CADRE D INTERPRÉTATION

CADRE D INTERPRÉTATION GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Cadre d interprétation Indicateurs

Plus en détail

Parmi les douze produits de base les plus prisés par les investisseurs, on retrouve l argent (+20% en euro), le zinc (+11%) ou le cuivre (+8,5%).

Parmi les douze produits de base les plus prisés par les investisseurs, on retrouve l argent (+20% en euro), le zinc (+11%) ou le cuivre (+8,5%). => Nous restons neutre sur les ressources naturelles. L indice composite des 24 principales ressources naturelles concocté par S&P et Goldman Sachs a atteint le 24 février un nouveau sommet inédit depuis

Plus en détail

OLAM GABON SARL CORPORATE PRESENTATION. IFIA COMIFAC CONFERENCE Libreville Mai 2008

OLAM GABON SARL CORPORATE PRESENTATION. IFIA COMIFAC CONFERENCE Libreville Mai 2008 OLAM GABON SARL CORPORATE PRESENTATION IFIA COMIFAC CONFERENCE Libreville Mai 2008 0 Le groupe OLAM International Ltd. Avec son siège social à Singapour, le Groupe OLAM est le leader mondial des chaines

Plus en détail

MERCANTILE EXCHANGE OF MADAGASCAR SA

MERCANTILE EXCHANGE OF MADAGASCAR SA MERCANTILE EXCHANGE OF MADAGASCAR SA www.mexmadagascar.com Mercantile Exchange of Madagascar, en tant que bourse de commerce, travaille dans la mise en place d une plateforme boursière sur laquelle s échangeront

Plus en détail

BANKING BUSINESS CONSULTING. Luxembourg Paris Brussels. POINT OF VIEW MAY 2012 Bâle III : la réforme de la liquidité dans les banques

BANKING BUSINESS CONSULTING. Luxembourg Paris Brussels. POINT OF VIEW MAY 2012 Bâle III : la réforme de la liquidité dans les banques BANKING BUSINESS CONSULTING Luxembourg Paris Brussels POINT OF VIEW MAY 2012 Bâle III : la réforme de la liquidité dans les banques 11/05/2012 Luxembourg Paris Brussels La réforme Bâle III a énoncé de

Plus en détail

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi N MEF/DPEE/DSC MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Dakar, 18 février 2015 DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES DIRECTION

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE. Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015

GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE. Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Cadre d interprétation Indicateurs

Plus en détail

CICA 2004 CHYPRE GESTION DU RISQUE DE MARCHE DES ENTREPRISES AGRICOLES

CICA 2004 CHYPRE GESTION DU RISQUE DE MARCHE DES ENTREPRISES AGRICOLES CICA 2004 CHYPRE GESTION DU RISQUE DE MARCHE DES ENTREPRISES AGRICOLES Contexte Européen Réforme de la PAC (Politique Agricole Commune) 1992 : Baisse des prix garantis ( 25 %), compensés par des aides

Plus en détail

La logistique au Brésil

La logistique au Brésil La logistique au Brésil Antoinette Manousso 25 juin 2014 Puissance économique, industrielle et territoriale 7 ème puissance économique mondiale, 3 ème constructeur aéronautique, dans les 5 premiers constructeurs

Plus en détail

Financement de la chaîne logistique possible grâce aux banques. Michael Andrade

Financement de la chaîne logistique possible grâce aux banques. Michael Andrade Financement de la chaîne logistique possible grâce aux banques Michael Andrade 1INCE FARMERS) L agriculture en Inde 10 % tranche supérieure Progressif & inclus Plus grand groupe d exploitants Exploitants

Plus en détail

La Voie Maritime du Saint-Laurent / Système des Grands Lacs Une porte vers toute l Amérique du Nord

La Voie Maritime du Saint-Laurent / Système des Grands Lacs Une porte vers toute l Amérique du Nord La Voie Maritime du Saint-Laurent / Système des Grands Lacs Une porte vers toute l Amérique du Nord La Voie Maritime du Saint-Laurent La Voie Maritime du Saint-Laurent et le réseau des Grands Lacs est

Plus en détail

LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE?

LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE? SERVICES DE FINANCEMENT DU COMMERCE INTERNATIONAL LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE? PRENDRE AVANTAGE DE L INFORMATION DISPONIBLE Un accès sécuritaire à de l information

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail

Les banques et la stabilité financière

Les banques et la stabilité financière Les banques et la stabilité financière 26e Rendez vous de la Mondialisation : Banques et stabilité financière dans la mondialisation Mercredi 27 juin 2012 Laurent Clerc Directeur de la stabilité financière

Plus en détail

fin d une époque Négoce de devises et de métaux précieux:

fin d une époque Négoce de devises et de métaux précieux: Négoce de devises et de métaux précieux: fin d une époque L assujettissement des négociants en devises à la Loi sur les banques et les autres restrictions imposées par la CFB ont mis un sérieux coup d

Plus en détail

Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance

Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance En bref : Président Directeur Général: Mohamed EL KETTANI Siège Social : 2. Bd Moulay Youssef - BP: 11141 20000 Casablanca - Maroc Capital:

Plus en détail

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement 5 objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 13 Objectif Mettre en place un partenariat mondial pour le développement La crise financière mondiale et les turbulences de la zone euro continuent

Plus en détail

Propositions de la Commission relatives à la révision de la Directive MIF (Marchés des instruments financiers) Directive 2004/39/CE

Propositions de la Commission relatives à la révision de la Directive MIF (Marchés des instruments financiers) Directive 2004/39/CE Propositions de la Commission relatives à la révision de la Directive MIF (Marchés des instruments financiers) Directive 2004/39/CE Partie I- Généralités Définitions Contexte général Evolutions Définitions

Plus en détail

Qui sommes-nous? 171 M 750 M CHIFFRES CLÉS. À propos de Nord Europe Assurances. Le Crédit Mutuel Nord Europe. Le Groupe Crédit Mutuel - CIC

Qui sommes-nous? 171 M 750 M CHIFFRES CLÉS. À propos de Nord Europe Assurances. Le Crédit Mutuel Nord Europe. Le Groupe Crédit Mutuel - CIC Qui sommes-nous? Nord Europe Life Luxembourg S.A. est une société d assurance vie luxembourgeoise créée en 2003, dont les produits sont disponibles sur le marché belge. CHIFFRES CLÉS au 31 décembre 2014

Plus en détail

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS,

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, ( Le système ÉLECTRIQUE français Le nouveau groupe de production qui serait implanté à Flamanville s inscrit dans l ensemble du système électrique français dont

Plus en détail

QU EST CE QUE LE TRADING?

QU EST CE QUE LE TRADING? QU EST CE QUE LE TRADING? www.tradafrique.com 1 1) Définition du trading 2) Définition du trader 3) Quoi trader? 4) Ou trader? 5) Comment trader? www.tradafrique.com 2 Définition du trading Le trading

Plus en détail

HSBC FRANCE RESULTATS ANNUELS 2015 ET FAITS MARQUANTS

HSBC FRANCE RESULTATS ANNUELS 2015 ET FAITS MARQUANTS Communiqué de presse 22 février 2016 HSBC FRANCE RESULTATS ANNUELS 2015 ET FAITS MARQUANTS Le Conseil d'administration de HSBC France, réuni le 8 février 2016, a arrêté les comptes de l'exercice 2015 du

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

Sont présentés ci-dessous les principaux risques et facteurs de risques auxquels le Groupe est confronté. L analyse et le

Sont présentés ci-dessous les principaux risques et facteurs de risques auxquels le Groupe est confronté. L analyse et le Sont présentés ci-dessous les principaux risques et facteurs de risques auxquels le Groupe est confronté. L analyse et le management des risques constituent un enjeu majeur pour la pérennité du Groupe

Plus en détail

LES ENJEUX DE LA VOLATILITE DU PETROLE ET DU GAZ ENTRETIENS ENSEIGNANTS-ENTREPRISE 28 AOÛT 2013- INSTITUT DE L ENTREPRISE

LES ENJEUX DE LA VOLATILITE DU PETROLE ET DU GAZ ENTRETIENS ENSEIGNANTS-ENTREPRISE 28 AOÛT 2013- INSTITUT DE L ENTREPRISE LES ENJEUX DE LA VOLATILITE DU PETROLE ET DU GAZ ENTRETIENS ENSEIGNANTS-ENTREPRISE 28 AOÛT 213- INSTITUT DE L ENTREPRISE Helle Kristoffersen Directeur de la Stratégie TOTAL VOLATILITÉ DES MATIÈRES PREMIÈRES

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

DÉFENSE & SÉCURITÉ. sdv.com

DÉFENSE & SÉCURITÉ. sdv.com DÉFENSE & SÉCURITÉ sdv.com SDV, UN SERVICE DE PROXIMITÉ ET UNE PERFORMANCE ASSURÉE La puissance de notre réseau : Notre présence dans 102 pays garantit un service de proximité auprès de tous nos clients

Plus en détail

I N V I T A T I O N Cycle de formation

I N V I T A T I O N Cycle de formation I N V I T A T I O N Cycle de formation Comprendre les conditions de financement des PME post-crise De 8h30 à 14h - CGPME 75 19 rue de l Amiral d Estaing 75116 Paris OBJECTIF DU SEMINAIRE : Les PME sont

Plus en détail

Nos Métiers. Historique. Notre Vision. Notre Mission

Nos Métiers. Historique. Notre Vision. Notre Mission Historique 1958 : Création de la SMMO : Minoterie de blé tendre à Oujda. Première minoterie cotée en bourse entre 1972 et 1980. 1989 : Création de la société COPATES ; première unité industrielle de production

Plus en détail

Le Port de Montréal au cœur des chaînes d approvisionnement mondiales

Le Port de Montréal au cœur des chaînes d approvisionnement mondiales Le Port de Montréal au cœur des chaînes d approvisionnement mondiales février 2014 Nouvelles dynamiques du commerce international Qu est-ce que cela signifie pour les ports? 3 défis 1. Comment la migration

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO

ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO Chambre de Commerce et d Industrie Avril 2015 1 BURKINA FASO Votre porte d accès au marché ouest africain 2 AGENDA Contexte géographique

Plus en détail

UN TRADING HUB QUI ATTIRE TOUTES LES ENTREPRISES DU SECTEUR

UN TRADING HUB QUI ATTIRE TOUTES LES ENTREPRISES DU SECTEUR Dossier : La Suisse : un paradis financier spécialisé et intégré UN TRADING HUB QUI ATTIRE TOUTES LES ENTREPRISES DU SECTEUR (textes et cartes issus de : Atlas mondial des matières premières, Bernadette

Plus en détail

et financement de projets

et financement de projets Atelier 15 Développement du raffinage et financement de projets Peut-on encore financer l industrie du raffinage en Europe? Régis Collieux Senior Oil Analyst Due Diligence & Market Intelligence 1 Quelles

Plus en détail

Rsa Corporate Finance. Visitez notre site web www.groupe-rsa.com

Rsa Corporate Finance. Visitez notre site web www.groupe-rsa.com Rsa Corporate Finance Visitez notre site web www.groupe-rsa.com La puissance d un réseau mondial doté d une forte implantation nationale Le Groupe Rsa, membre du du 9 ème réseau mondial Crowe Horwath International

Plus en détail

Newsletter Aoû t 2013

Newsletter Aoû t 2013 Newsletter Aoû t 2013 Table des matières Introduction... 2 Performances... 3 SIF Structured Product Sicav... 3 Eurinvest Flexible Opportunities... 4 Procès-verbal du Comité de Placement du 22 août 2013...

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

Programme d investissements d avenir

Programme d investissements d avenir Programme d investissements d avenir Action Véhicules et transports du futur Octobre 2015 3,3Mds d euros gérés par l ADEME au service de la transition énergétique et écologique Répartition des montants

Plus en détail

SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com. Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz

SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com. Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz SDV, UN SERVICE DE PROXIMITÉ ET UNE PERFORMANCE ASSURÉE La puissance de notre réseau : Notre présence dans 102 pays garantit un

Plus en détail

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 :

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 : 26 Février 2009 Résultats 2008 : Informations financières spécifiques (basées sur les recommandations du Forum de Stabilité Financière en matière de transparence financière) Expositions sensibles basées

Plus en détail

Résultats Semestriels 2007. Réunion d information du 3 octobre 2007

Résultats Semestriels 2007. Réunion d information du 3 octobre 2007 Résultats Semestriels 2007 Réunion d information du 3 octobre 2007 1 S o m m a i r e efront, expert en solutions logicielles pour la finance Stratégie de développement Activité du 1 er semestre 2007 Perspectives

Plus en détail

Nicolas Bricas, Cirad, UMR Moisa, Montpellier. 4 mars 2011

Nicolas Bricas, Cirad, UMR Moisa, Montpellier. 4 mars 2011 Suivi des facteurs de risques de crise alimtaire Février 2011 Nicolas Bricas, Cirad, UMR Moisa, Montpellier 4 mars 2011 En complémt de la note sur les risques de crise liés à la hausse des prix internationaux

Plus en détail

Éthanol cellulosique: Développements au Québec. Conférence CanBio

Éthanol cellulosique: Développements au Québec. Conférence CanBio Éthanol cellulosique: Développements au Québec Conférence CanBio Mai 2011 Confidentiel Enerkem 2011. Tous droits réservés. Répond aux enjeux économiques, énergétiques et environnementaux du Québec Confidentiel

Plus en détail

INDICATEURS DE CONJONCTURE. Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change

INDICATEURS DE CONJONCTURE. Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE DES ETUDES INDICATEURS DE CONJONCTURE Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change OCTOBRE 2013 I. INTRODUCTION

Plus en détail

Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement.

Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement. Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement Xavier Reille Responsable département "Accès aux Services Financiers" de

Plus en détail

Résultats annuels 2014

Résultats annuels 2014 Résultats annuels 2014 Un positionnement de 1 er plan Conteneurs Maritimes : 57% du CA Notre position o o o leader européen 2ème gestionnaire mondial de conteneurs pour compte de tiers 627 000 conteneurs

Plus en détail

Redefining The Importer/Custom Brocker relationship. Focus on compliance

Redefining The Importer/Custom Brocker relationship. Focus on compliance Redefining The Importer/Custom Brocker relationship Focus on compliance La mondialisation et la bataille libre-échange / protectionnisme Gatt et OMC sont les artisans du désarmement douanier Droits de

Plus en détail

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Novembre 2008 Introduction : CONTEXTE ET CONJONCTURE national et international l augmentation des cours des matières premières

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL

GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL Plan de la présentation > > Introduction > > I RAPPEL HISTORIQUE DE LA CRISE BANCAIRE DES

Plus en détail

Global Standards, Local Values, Outstanding Performance. Présenté par: Jalal JIHAZI

Global Standards, Local Values, Outstanding Performance. Présenté par: Jalal JIHAZI Global Standards, Local Values, Outstanding Performance Présenté par: Jalal JIHAZI AGENDA Présentation des Emirats Arabes Unis (E.A.U). L économie des Emirats. Présentation des secteurs d activités. Opportunités

Plus en détail

ORGANISATION MARITIME DE L AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE

ORGANISATION MARITIME DE L AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE ORGANISATION MARITIME DE L AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE LA COOPERATION ENTRE L OHI ET L OMAOC QUELLES PERSPECTIVES? par Alain Michel LUVAMBANO Secrétaire Général Atelier sur le développement des services

Plus en détail

«Développement de l assurance agraire en Russie»

«Développement de l assurance agraire en Russie» «Développement de l assurance agraire en Russie» Conférence Internationale «Gestion des risques et des crises dans l assurance agraire» 15,16 et 17 mars 2010 Liudmila Kosholkina Directrice du Département

Plus en détail

LE TRANSPORT MARITIME FRANÇAIS. 90 % des marchandises. transportées dans le monde empruntent le mode maritime.

LE TRANSPORT MARITIME FRANÇAIS. 90 % des marchandises. transportées dans le monde empruntent le mode maritime. LE TRANSPORT MARITIME FRANÇAIS 90 % des marchandises transportées dans le monde empruntent le mode maritime. 72 % des importations et exportations de la France s effectuent par le mode maritime. 15 millions

Plus en détail

Corporate Profile (Français)

Corporate Profile (Français) Corporate Profile (Français) Mai 2009 Corporate profile TENZING partners 2009 Page 1 Notre mission Nous accompagnons les entreprises durant leurs phases de transition: Mesurer et valider les choix stratégiques

Plus en détail

La Banque, votrepartenaired affairesdansla gestiondes risquesau Japon

La Banque, votrepartenaired affairesdansla gestiondes risquesau Japon La Banque, votrepartenaired affairesdansla gestiondes risquesau Japon Par: Julien Richard Directeur Commerce International et François Norris-Paquette Directeur Services aux Entreprises 7 juin 2013 Une

Plus en détail

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ COMMENT AMELIORER LA LIQUIDITE DE VOS ACTIFS? «Bâle III, dispositif international de mesure, normalisation et surveillance du risque de liquidité» est paru en

Plus en détail