UIDE ESSENTIEL. Pour tout savoir sur. le handicap. Pour nous, l essentiel c est vous

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UIDE ESSENTIEL. Pour tout savoir sur. le handicap. Pour nous, l essentiel c est vous"

Transcription

1 LE UIDE ESSENTIEL Pour tout savoir sur le handicap

2 P R O T É G E R S A S A N T É Avant-propos Vivre avec une déficience, survenue brutalement ou pas, ne s apparente pas au cours d un long fleuve tranquille. A fortiori, lorsque l environnement conçu par et pour des hommes valides accessoirement pour des femmes génère autant d obstacles difficilement franchissables pour les personnes à mobilité réduite. Et quand nos sociétés modernes privilégient la performance et l image, et tendent à s appesantir davantage sur les incapacités réelles ou supposées des personnes que sur leurs potentialités souvent bien réelles, s accumulent alors les éléments qui constituent les situations de handicap, terriblement pénalisantes pour ceux qui les subissent. Avoir accès aux droits fondamentaux de tous, découvrir les droits sociaux particuliers reconnus aux personnes en situation de handicap, devient alors un impératif démocratique. Que ce guide concis et clair puisse y contribuer, et la satisfaction de la CCMO et la mienne seront grandes. Vincent ASSANTE Président de l Association Nationale pour l'intégration des Handicapés Moteurs

3 Guy Leriche, Président Christian Germain, Directeur Général Édito Les handicapés représentent 10 à 15 % de la population française, et au-delà de ce chiffre, plus de 22 millions de personnes, en France, présentent une déficience physique ou un problème de santé qui les handicape à une période de leur vie. Les difficultés que ces personnes rencontrent sont de tous ordres, tant au niveau de leurs droits, de leur statut, de leurs ressources, de leur protection sociale et juridique que pour les actes de leur vie quotidienne, quand des activités simples comme ouvrir une porte, monter un escalier ou communiquer avec les autres ne sont pas toujours réalisables Dans le cadre de sa collection des Guides Essentiels, la CCMO, véritable acteur de santé dans sa région, a souhaité faire paraître en 2003, année européenne du handicap, un document sur ce thème, rassemblant l essentiel des informations générales à destination des personnes handicapées (ou devenues handicapées) et de leur entourage. Le succès remporté par cet ouvrage conduit la mutuelle à rééditer cette année le Guide Essentiel Pour tout savoir sur le HANDICAP. Les mentalités évoluent, les équipements progressent, même s il reste beaucoup à faire notamment en matière d aménagement, et c est l alliance, la solidarité et la force de tous qui permettront aux handicapés un véritable accès à l autonomie. Guy LERICHE Président

4 P R O T É G E R S A S A N T É Sommaire Vos droits 6 Acquérir le statut de personne handicapée 6 Ressources : les principales aides financières 14 Les avantages fiscaux pour les personnes handicapées 18 La protection sociale 21 La protection juridique 22 Vivre à son domicile 25 Aménagement du logement 25 Les aides techniques 27 Les services et aides à domicile 29

5 Vie sociale 31 La scolarisation des enfants handicapés 31 L emploi des adultes handicapés 34 Se déplacer 39 Se distraire 46 Trouver un établissement spécialisé 49 Numéros utiles 53 Une version éditée en braille est à la disposition des handicapés visuels sur simple demande par courrier : CCMO, 17, place Jeanne Hachette BP Beauvais Cedex ou sur simple appel téléphonique au :

6 Vos droits ACQUÉRIR LE STATUT DE PERSONNE HANDICAPÉE Il n y a pas de définition officielle d une personne handicapée. Est considérée comme telle toute personne qui répond aux conditions prévues par les différents textes de loi (voir plus loin). Il y a donc lieu de faire évaluer son incapacité, afin que le handicap soit reconnu. Ceci permet de pouvoir bénéficier des droits et prestations qui se rattachent à ce statut. Plusieurs cas se présentent : Les enfants : Les enfants et adolescents de moins de 20 ans, s ils sont handicapés, relèvent de la Commission Départementale de l Education Spéciale (CDES) qui évalue leurs difficultés (détermination du taux d incapacité) et propose les actions psychologiques, sociales, éducatives, médicales et paramédicales adaptées à leur situation. 6

7 Les enfants handicapés sont soumis, comme les autres, à l obligation scolaire jusqu à 16 ans. Outre la prise en charge, la CDES attribue la carte d invalidité et l Allocation d Education Spéciale (voir rubrique Ressources ). L annonce du handicap : Sujet particulièrement sensible, il conditionne la vie future d un enfant handicapé et de ses parents La révélation aux parents d une pathologie chez leur enfant est un moment particulièrement difficile. Les parents, confrontés à un enfant différent de celui qu ils avaient imaginé, sont profondément affectés. Ils éprouvent au moment de l annonce tout à la fois des sentiments de révolte, d injustice, de désespoir et de culpabilité. Une circulaire de la Direction Générale des Affaires Sociales, publiée en avril 2002 et relative à l accompagnement des parents et à l accueil de l enfant, définit les conditions dans lesquelles doit se dérouler une annonce pré ou postnatale d une maladie ou d une malformation : ce document examine les différents cas de figure et l attitude attendue de la part des praticiens, le soutien à fournir aux parents, l accompagnement durant les premiers jours, la préparation de la sortie de maternité Les parents ont droit à toute la vérité et le corps médical leur doit une attitude humaine et sincère. 7

8 V O S D R O I T S L annonce du handicap (suite) A la fin du séjour en maternité, plusieurs cas peuvent être envisagés : - vie en famille avec prise en charge ambulatoire - vie dans un milieu familial d accueil. A noter que le congé de présence parentale permet à l un des parents, dans un cadre juridique clair, d interrompre son activité professionnelle pendant une période pouvant aller jusqu à un an. Le parent perçoit alors une allocation qui compense partiellement son revenu. Il peut être partagé entre le père et la mère, à temps partiel. Au terme de cette période, les parents ont l assurance de retrouver leur emploi. Dès le séjour de l enfant à la maternité, les parents peuvent rencontrer, s ils le souhaitent, différents professionnels qui pourront apporter leur aide ultérieure. Il peut s agir : - du médecin traitant, - de l équipe du service de protection maternelle et infantile, - de travailleuses familiales et assistantes maternelles, - de l équipe d un Centre d Action Médico-Sociale Précoce (CAMSP), chargé d une part de garantir le suivi de l enfant de 0 à 6 ans et d autre part d assurer sa rééducation et l accompagnement de ses parents (voir page 31), 8

9 L annonce du handicap (suite et fin) - de l équipe d un Service d Education et de Soins Spécialisés A Domicile (SESSAD), qui offre une prise en charge individualisée en favorisant l autonomie de l enfant, - du secteur de psychiatrie, - des associations regroupant des parents d enfants en situation de handicap. Les adultes La situation des adultes de plus de vingt ans et en situation de handicap varie selon le régime de protection sociale auquel ils sont rattachés. A noter que les pensionnés militaires ont un régime spécifique. Si leurs droits à la Sécurité Sociale sont, ou ont été, ouverts (ils étaient salariés ou ont déjà travaillé pendant au moins un an), ils peuvent bénéficier de la mise en invalidité, avec les prestations financières qui s y attachent (voir rubrique Ressources ), lorsque leur incapacité relève d une maladie (dite affection de longue durée ) ou d un accident. Les accidents du travail et maladies professionnelles font l objet d un traitement différent (voir encadré page 13), et la Sécurité Sociale gère leur dossier. S ils n ont jamais cotisé à la Sécurité Sociale (ou plus depuis longtemps), ils doivent s adresser à la Commission technique d orientation et de reclassement professionnel de leur département (Cotorep). La Cotorep peut être saisie 9

10 P R O T É G E R S A S A N T É d une demande (dossier) remplie par la personne handicapée elle-même ou par une personne de son entourage. La Cotorep est habilitée à évaluer le taux d incapacité de la personne (il s agit d un pourcentage) et statue sur l attribution de l allocation adulte handicapé, de la carte d invalidité, de la reconnaissance du travailleur handicapé et du macaron Grand Invalide Civil (GIC). La Cotorep ne statue que sur ce qui lui est demandé. Si vous avez fait une demande d Allocation Adulte Handicapé (AAH), qui vous a été accordée, ne vous attendez pas à ce qu elle vous attribue pour autant la carte d invalidité. Il faut faire soit une autre demande, soit une demande conjointe. Préparez votre dossier avec un travailleur social qui vous conseillera au mieux de vos intérêts (CCAS ou Circonscription Départementale à la vie sociale). 10

11 Cas particulier : les victimes d accidents Les personnes devenues handicapées à la suite d un accident de la route ou de la vie privée, d une agression ou d une erreur médicale peuvent obtenir une indemnisation, versée par l assureur du tiers responsable ou par un fonds de garantie. Ceci nécessite une procédure, pour laquelle l assistance d un avocat est fortement conseillée. Trois phases seront nécessaires : La reconnaissance du droit à indemnisation (qui détermine la part de responsabilité du tiers : exclusive ou partagée avec la victime). L évaluation médicale des séquelles. La victime peut éventuellement faire pratiquer une contre-expertise si elle juge cette évaluation insuffisante. L évaluation financière des séquelles. Elle tient compte de la perte des revenus, des besoins actuels et futurs de la personne handicapée, voire du prix de la douleur. Au terme de cette procédure, la victime handicapée peut obtenir le versement d un capital ou d une rente mensuelle. Pour vous aider, contactez : l antenne départementale de l Association des Paralysés de France (APF), des juristes spécialisés peuvent vous conseiller. Voir rubrique Numéros utiles 11

12 P R O T É G E R S A S A N T É Dans l entreprise, infirmière et médecin du travail : un rôle clé dans l information Le médecin du travail joue un rôle majeur dans le maintien et/ou le retour à l emploi des personnes en situation de handicap. En effet, comme pour tout salarié, c est le médecin du travail qui délivre le certificat d aptitude à l emploi d une personne handicapée, ou qui autorise sa réinsertion professionnelle ; il est également de sa compétence de maintenir le salarié dans son emploi ou de demander des modifications ou aménagement de poste. Le médecin du travail, tout comme l infirmière d entreprise, sont astreints au secret médical et le salarié peut, en toute confiance, signaler de lui-même les difficultés qu il éprouve soit au moment de la visite médicale annuelle, soit au cours d une consultation effectuée à sa demande. Le service médical, dans le respect de l éthique, entretient des relations étroites avec les organismes institutionnels (Cotorep, Agefiph ) et facilite les différentes démarches à effectuer. 12

13 Les accidents du travail Tout accident survenu pendant ou à l occasion du travail doit d abord être constaté par un certificat médical initial (établi par tout médecin), qui détermine les soins nécessaires et la durée de l arrêt de travail éventuel. Le salarié doit déclarer dans les 24 heures l accident à son employeur, qui informera ensuite la CPAM (habilitée à verser des indemnités journalières, en remplacement du salaire). Un deuxième certificat médical est établi à l issue des soins, indiquant des séquelles éventuelles. Si ces séquelles entraînent une incapacité permanente, partielle ou totale, le salarié peut recevoir une indemnisation (somme forfaitaire) ou, si sa capacité de travail est réduite au moins des 2/3, percevoir une pension d invalidité qui lui sera versée régulièrement (voir rubrique Ressources ). L incapacité est évaluée par le service médical de la CPAM. Le salarié dispose d un recours s il juge l évaluation insuffisante ou si l incapacité évolue. Cette procédure s applique également aux maladies professionnelles. Si vous rencontrez des difficultés dans cette procédure, une association peut vous aider : la Fédération Nationale des Accidentés du Travail et des Handicapés (FNATH) (voir rubrique Numéros utiles ). 13

14 P R O T É G E R S A S A N T É RESSOURCES : LES PRINCIPALES AIDES FINANCIÈRES L Allocation d Education Spéciale (AES) L Allocation d Education Spéciale (AES) peut être versée aux parents, quels que soient leur situation familiale ou revenus, si l enfant a une incapacité permanente évaluée à 80 % ou plus (ou entre 50 % et 80 % si l enfant, en plus, est admis dans un établissement spécialisé ou bénéficie de soins à domicile). L Allocation de Présence Parentale (APP) Elle est destinée aux parents d enfant de moins de 20 ans, gravement malade ou handicapé, qui réduisent ou cessent leur travail pour rester auprès de l enfant (condition établie par certificat médical). Elle est versée pour une durée maximale de 12 mois et peut se cumuler avec l AES. La pension d invalidité Elle est destinée aux personnes handicapées qui ont exercé une activité professionnelle mais dont l invalidité réduit d au moins 2/3 leur capacité de travail, quelle que soit l origine du handicap. C est un revenu qui remplace une perte de capacité de travail. Pour l obtenir, il faut vous adresser à votre CPAM. 14

15 La rente accident du travail Elle est également destinée aux salariés pour remplacer leurs revenus en cas d incapacité de travail causée par un accident du travail ou une maladie professionnelle. L incapacité permanente doit pour cela être évaluée, une fois les blessures consécutives à l accident consolidées. La rente peut prendre deux formes : Une indemnité en capital, si le taux d incapacité permanente est inférieur à 10 % ; Une rente trimestrielle, si le taux d incapacité est égal ou supérieur à 10 %. Les formalités sont à effectuer auprès de votre CPAM. L Allocation Adulte Handicapé (AAH) Grande création de la loi d orientation de 1975 en faveur des personnes handicapées, elle représente un revenu minimum de subsistance pour les personnes qui, compte tenu de leur handicap, ne peuvent exercer une activité professionnelle dans des conditions normales de rentabilité. Elle est donc attribuée aux personnes n ayant jamais travaillé (ou ne travaillant plus depuis longtemps). Pour en bénéficier, il faut que le taux d incapacité permanente de la personne, évalué par la Cotorep, soit au 15

16 V O S D R O I T S moins égal à 80% (ou au moins 50% si la personne handicapée est reconnue inapte à travailler). L AAH est versée par la CAF, après demande faite auprès de la Cotorep (2 e section). L Allocation Compensatrice Tierce Personne (ACTP) Elle est attribuée aux personnes handicapées dont l incapacité est égale ou supérieure à 80% et dans la limite de certaines ressources. C est un revenu de complément pour compenser les surcoûts liés au handicap de certaines personnes qui ont besoin d une aide humaine effective pour accomplir les actes essentiels de l existence. Elle est attribuée par la Cotorep et versée par le Conseil Général. L Allocation Compensatrice pour Frais Professionnels (ACFP) Elle est destinée aux personnes dont l activité professionnelle entraîne des frais supplémentaires liés à leur handicap. Soumise à conditions, elle est attribuée par la Cotorep. L aide à l autonomie Elle s adresse aux personnes handicapées vivant seules, dans un logement indépendant et qui perçoivent déjà l AAH et une aide au logement. Il convient de s adresser à la CAF. 16

17 La garantie de ressources C est un complément de salaire, ouvert aux personnes handicapées qui exercent une activité professionnelle en tant que salarié, soit : - en milieu ordinaire de travail, - en atelier protégé ou dans un centre de distribution de travail à domicile, -en centre d aide par le travail (voir chapitre Vie sociale ). La garantie de ressources est l ensemble constitué par le salaire versé par l employeur et le complément de rémunération versé par l État. Après 60 ans, la personne handicapée relève de l assurance vieillesse. L AAH cesse alors d être versée et l ACTP peut être remplacée par l Allocation Personnalisée d Autonomie (APA), souvent plus intéressante. Avec la nouvelle loi votée en 2004, la prestation de compensation devrait remplacer les allocations compensatrices en étant affectée, quel que soit l âge, aux charges liées à un besoin d aides humaines, animalières, techniques ou d aménagement du logement. 17

18 V O S D R O I T S Autres droits et avantages : Les bénéficiaires de l AAH peuvent obtenir auprès de la CAF une réduction sociale téléphonique (remboursement de la taxe de branchement + 50% des frais d abonnement de base). Les personnes utilisant elles-mêmes (ou les proches qui s occupent d elles) un véhicule automobile peuvent demander à bénéficier de la carte européenne de stationnement pour personne handicapée (voir rubrique Se déplacer ). LES AVANTAGES FISCAUX POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES Certains avantages fiscaux sont réservés aux détenteurs de la carte d invalidité. Il faut donc en avoir fait la demande préalable à la Cotorep. Impôts sur le revenu Certaines personnes bénéficient d une demi-part supplémentaire : titulaires d une carte d invalidité, d une rente pour accident de travail (si incapacité 40%), d une pension militaire d invalidité Pour la plupart, cette demi-part s applique aussi au foyer fiscal auquel elle est rattachée (non cumulable avec la demi-part d un enfant). 18

19 La plupart des prestations ou allocations perçues par les personnes handicapées ne sont pas soumises à l impôt sur le revenu : AAH (et son complément), AES, ACTP ou ACFP, les indemnités et rentes d accident du travail, les pensions militaires d invalidité En revanche, sont imposables et doivent être déclarées : la garantie de ressources, les pensions de vieillesse ou d invalidité sous certaines conditions Les personnes handicapées, dont le revenu global net n excède pas un certain montant, peuvent bénéficier d un abattement sur ce revenu. D autres avantages existent, pour lesquels la consultation d un spécialiste peut s avérer nécessaire : charges déductibles, réductions ou crédits d impôt Impôts locaux Une personne handicapée (ou sa famille qui l héberge) peut obtenir, sous certaines conditions, un abattement sur la taxe d habitation de son habitation principale. Les titulaires de l AAH, les personnes handicapées sans activité professionnelle qui vivent seuls ou en couple à leur domicile (et sous certaines conditions de ressources) sont exonérés de la taxe d habitation. 19

20 V O S D R O I T S TVA De même, s ils sont propriétaires de leur logement principal, ils sont exonérés de la taxe foncière. Les appareillages, prothèses et fauteuils roulants pour les personnes handicapées remboursés par la Sécurité Sociale sont soumis à une TVA réduite à 5,5 %. Il en est de même pour les aides techniques : fauteuils spéciaux, équipements automobiles, commandes vocales, appareils en braille, logiciels Le taux réduit de TVA à 5,5% s applique également aux travaux d accessibilité de l habitat. Les travaux subventionnés par l Agence Nationale pour l Amélioration de l Habitat (ANAH) peuvent faire l objet d un remboursement partiel de TVA (voir rubrique Aménagement du logement ). Taxe sur les salaires Les personnes handicapées qui emploient à leur domicile un salarié, dont la présence est nécessitée par leur état de santé, sont exonérées de la taxe sur les salaires. Redevance TV Les personnes handicapées ayant un taux d incapacité de plus de 80 %, si leurs ressources ne dépassent pas une certaine limite, sont exonérées de la redevance télévision. 20

21 CSG - CRDS Les allocations suivantes ne sont pas soumises à la Contribution Sociale Généralisée : AAH, AES, aides au logement, et dans certains cas, pension d invalidité. Sont exonérées de la contribution au remboursement de la dette sociale : AAH, AES, pension d invalidité (sous réserve d un certain montant). LA PROTECTION SOCIALE L affiliation d une personne handicapée à l assurance maladie du régime général de la Sécurité Sociale dépend de sa situation sociale et professionnelle : selon qu elle exerce ou non une activité professionnelle, qu elle perçoit une pension ou une allocation, qu elle est étudiante Ainsi, les titulaires d une pension d invalidité relèvent de la Sécurité Sociale, alors que les personnes percevant l AAH sont affiliées, via la CMU de base. Des dispositions spécifiques existent afin d assurer le remboursement des soins justifiés par leur état et en charge certains appareillages et/ou aides techniques destinés à compenser leurs déficiences. 21

22 V O S D R O I T S Les personnes handicapées - sous certaines conditions - peuvent être dispensées de toute participation à leurs dépenses de soins. Le remboursement des soins et traitements dispensés aux personnes handicapées accueillies dans des établissements médico-sociaux dont le financement est à la charge totale ou partielle de l assurance maladie, fait l objet de modalités particulières. LA PROTECTION JURIDIQUE La gestion des questions administratives et financières peut poser des difficultés à certaines personnes rendues vulnérables par leur état de santé. Elles sont protégées par la loi, en particulier les personnes dont les facultés mentales sont altérées. Les actes juridiques qu elles pourront passer (achat, vente, location ) sont dès lors réduits ou contrôlés, afin de ne pas mettre en péril leurs ressources ou leur patrimoine. La loi du 3 janvier 1968 instaure trois mesures principales de protection juridique : 22

23 1. la sauvegarde de justice est une mesure d urgence (dans l attente d une mesure plus protectrice) qui permet de revenir a posteriori sur certains actes effectués par la personne handicapée. 2. la tutelle est une mesure de représentation : la personne protégée doit se faire représenter par son tuteur désigné pour tous les actes de la vie civile (y compris pour se marier). 3. la curatelle est une mesure d assistance : l adulte majeur protégé est assisté de son curateur qui le contrôle ou le conseille pour certains actes de la vie civile. La curatelle est adaptée aux capacités de la personne handicapée (on liste les actes qu elle peut effectuer seule et ceux pour lesquels elle doit être assistée). Ces mesures de protection sont demandées par la personne handicapée elle-même, un membre de sa famille ou toute personne y ayant intérêt, auprès du juge des tutelles (Tribunal d Instance). La demande doit être motivée et accompagnée d un certificat médical établi par un psychiatre expert auprès du tribunal. Au terme d une procédure contradictoire, le juge des tutelles prononce la mesure la plus adéquate et désigne un tuteur ou un curateur. 23

24 V O S D R O I T S Al inverse, si la mesure ne se justifie plus, une demande de main-levée peut être effectuée, toujours auprès du juge des tutelles. Le tuteur, ou le curateur, peut être une personne physique (y compris un membre de la famille) ou une association spécialisée, dite association tutélaire. C est le juge qui le désigne, au mieux des intérêts de la personne handicapée protégée. 24

25 Vivre à son domicile C est une réalité : seulement 10% des personnes handicapées vivent dans une institution spécialisée. Les autres vivent à leur domicile, seules ou en couple, ou au domicile d un membre de leur famille. Un environnement qui présente souvent des obstacles au quotidien. AMÉNAGEMENT DU LOGEMENT Une personne devenue handicapée, qui réintègre son précédent logement, peut avoir besoin d y effectuer des travaux : toilettes, salle de bains De nombreuses sociétés spécialisées et des cabinets d architectes sont habilités à les conseiller sur ce type de travaux, ou à en suivre l exécution. Si la personne handicapée est locataire, elle peut demander à son bailleur (en particulier s il s agit d un organisme type HLM) d effectuer ces travaux, qui peuvent être pris en charge en tout ou partie par l Agence Nationale pour l Amélioration de l Habitat (ANAH). Si la personne est propriétaire et occupante du logement, elle peut faire directement sa demande à l ANAH, qui subventionne une partie des travaux. 25

26 V I V R E À S O N D O M I C I L E L association Pact Arim (voir rubrique Numéros utiles ) intervient gratuitement pour conseiller les personnes handicapées sur l aménagement de leur habitation (qu elles soient locataires ou propriétaires), les aider à monter un plan de financement et participer éventuellement au suivi des travaux avec les entreprises. Accès au logements HLM : la fin des priorités Depuis 1999, les personnes handicapées ne sont plus prioritaires pour l attribution d un logement HLM. Toutefois, les offices HLM ont des critères pour évaluer leur priorité, qui tiennent toujours compte des revenus et de l urgence de la situation. Les allocations logement La perte totale ou partielle de revenus due au handicap peut nécessiter une aide pour le paiement du loyer. Citons, à ce titre : l Allocation de Logement à caractère Social (ALS), attribuée au regard des faibles ressources d une personne et sous des conditions minima de superficie et de salubrité du logement. 26

27 l Aide Personnalisée au Logement (APL), calculée en fonction des ressources de la personne et soumise à un accord entre l Etat et le propriétaire (certains logements donnent droit à l APL, d autres non). Elle est versée directement au propriétaire, qui ne peut être ni un ascendant ni un descendant du locataire. l Allocation de Logement Familial (ALF), ouverte dans certains cas à toute personne ayant à sa charge et hébergeant un tiers handicapé. LES AIDES TECHNIQUES On appelle généralement aides techniques tous les équipements ou appareillages mobiles ou démontables qui facilitent le quotidien d une personne handicapée : fauteuil, soulève-personne, monte-escalier, poignée ergonomique, rampe d accès, commande vocale ou visuelle Les associations spécialisées dans le handicap moteur (APF, AFM, GIHP ) peuvent vous fournir la liste des fabricants de ce type de matériel. De même, les Centres d Information et de Conseil sur les Aides Techniques (CICAT) regroupent des ergothérapeutes qui peuvent vous conseiller sur le matériel le plus approprié. Un service de documentation fournit catalogues, adresses de fournisseurs, prix Il est néanmoins prudent de demander un devis avant tout achat. 27

28 V I V R E À S O N D O M I C I L E Les véhicules pour handicapés physiques (fauteuils roulants) sont pris en charge par la Sécurité Sociale, dans la limite du tarif de convention, s ils sont prescrits par le médecin et figurent dans une liste publiée au Journal Officiel. Le remboursement nécessite une entente préalable. Certaines personnes handicapées peuvent obtenir le remboursement de lits médicaux. Les autres aides techniques sont à la charge de la personne handicapée. Toutefois, ces équipements non remboursables peuvent faire l objet d une prise en charge partielle exceptionnelle, en adressant une demande auprès de divers organismes : CPAM (Commission d action sanitaire et sociale), Caisse de retraite (Fonds de secours), Centre communal d action sociale, Commission de prestations exceptionnelles des Mutuelles Ces organismes tiennent compte des revenus de la personne au regard de cette dépense exceptionnelle et instruisent les dossiers selon leurs propres critères. Une assistante sociale peut efficacement vous conseiller pour constituer un tel dossier avec le maximum de probabilités de succès (plusieurs financements cumulatifs sont possibles). 28

29 LES SERVICES ET AIDES À DOMICILE Les soins Les personnes de plus de 60 ans, malades ou dépendantes, ainsi que les personnes ayant une maladie invalidante (quel que soit leur âge) peuvent bénéficier de soins à domicile sur prescription médicale : surveillance médicale, assistance à la toilette, soins paramédicaux (kinésithérapie ). Ces actes sont remboursés à 100 % du tarif de la Sécurité Sociale. Les aides humaines Les personnes dépendantes ou à mobilité réduite doivent parfois recourir à l aide d une autre personne pour les actes essentiels de la vie (toilette, repas, lever/couchage ). Ce sont des auxiliaires de vie (parfois des aides ménagères) qui assurent ces prestations, auxquelles s ajoutent d autres actes quotidiens : ménage, entretien du linge, confection de repas Certaines de ces aides accompagnent la personne handicapée à l extérieur du domicile : visite chez le médecin, sorties On trouve ces professionnels auprès d associations et/ou de services spécialisés. Consultez votre mairie qui vous en communiquera les coordonnées. 29

30 V I V R E À S O N D O M I C I L E Le financement est assuré directement par la personne handicapée demandeuse, qui peut percevoir à ce titre l Allocation Compensatrice pour Tierce Personne (ACTP - voir rubrique Ressources ), ou l APA pour les plus de 60 ans. Les services ponctuels Renseignez-vous auprès de votre mairie ou des associations locales qui organisent peut-être des prestations plus ciblées : portage de repas à domicile, ménage, télé-alarme, organisation des courses 30

31 Vie sociale Pour la petite enfance : les CAMSP Les enfants handicapés non encore scolarisables peuvent être accueillis dans des Centres d Aide Médico-Sociale Précoce (CAMSP), souvent situés dans des établissements hospitaliers. Outre le soutien qu ils apportent aux familles, ces centres aident et conseillent pour la future intégration scolaire. Certaines crèches et haltes-garderies proposent un accueil spécialisé et individualisé pour les tout-petits handicapés. LA SCOLARISATION DES ENFANTS HANDICAPÉS Trouver un parcours de scolarisation Les enfants en âge d être scolarisés, présentant un handicap ou des troubles du comportement, sont soumis à l obligation scolaire. Trois possibilités d intégration existent : milieu scolaire ordinaire, CLasse d Intégration Scolaire (CLIS), établissement spécialisé. 31

32 V I E S O C I A L E Dans la plupart des établissements scolaires existe un Réseau d Aide et de Soutien aux Enfants en Difficulté (RASED), chargé d accompagner ces élèves dans leur scolarité. C est la Commission Départementale d Education Spéciale qui propose ces orientations, sur consultation de la Commission de circonscription pré-élémentaire et élémentaire (pour la maternelle et le primaire) ou de la Commission de circonscription du second degré (pour le secondaire). Classe ordinaire : l enfant est accueilli individuellement, dans les conditions les plus proches de ses camarades. En complément, il peut bénéficier du soutien d un Service d Education Spéciale et de Soins A Domicile (SESSAD), à l école ou à domicile. CLasse d Intégration Scolaire (CLIS) : accueille un petit groupe d enfants présentant le même type de handicap, dans un établissement ordinaire. Dans les collèges et lycées, ces classes sont appelées Unités Pédagogiques d Intégration (UPI). Etablissement spécialisé : il s agit d institution à caractère médico-social : institut médico-éducatif (pour les déficiences mentales), institut de rééducation (pour les troubles du comportement), institut d éducation sensorielle (pour les handicaps auditifs ou visuels), institut d éducation-motrice (handicap moteur) Pendant une période d hospitalisation ou de convalescence, l enfant malade peut bénéficier de l intervention d enseignants 32

Livret. Maison. handicapées. Maison. de prestations. des personnes. départementale

Livret. Maison. handicapées. Maison. de prestations. des personnes. départementale Livret de prestations Maison départementale des personnes handicapées Vous informer, vous orienter, évaluer vos besoins, suivre vos prestations Maison départementale des personnes handicapées PYRÉNÉES-ATLANTIQUES

Plus en détail

Formulaire de demande(s) auprès de la MDPH

Formulaire de demande(s) auprès de la MDPH Tampon dateur de la MDPH Formulaire de demande(s) auprès de la MDPH N 13788*01 A - Identification de l enfant ou de l adulte concerné par la demande Nom de naissance : Nom d épouse ou nom d usage : Prénom(s)

Plus en détail

La reconnaissance du handicap

La reconnaissance du handicap Information La ville de Suresnes a signé le 7 novembre 2001 la «Charte Ville- Handicap» avec les associations de la Plate-forme Inter Associative des Personnes Handicapées des Hauts-de-Seine. Par cet engagement,

Plus en détail

Tableau synthétique des différentes aides au bénéfice des personnes handicapées. Document réalisé par la MDPH 04 Mise à jour : mai 2013 1

Tableau synthétique des différentes aides au bénéfice des personnes handicapées. Document réalisé par la MDPH 04 Mise à jour : mai 2013 1 Tableau synthétique des différentes aides au bénéfice des personnes handicapées Document réalisé par la MDPH 04 Mise à jour : mai 2013 1 Prestations financières pour adultes handicapés Prestation financière

Plus en détail

Formulaire de demande(s) auprès de la MDPH Enfants/Jeunes (0-20 ans)

Formulaire de demande(s) auprès de la MDPH Enfants/Jeunes (0-20 ans) Tampon dateur de la Formulaire de demande(s) auprès de la Enfants/Jeunes (0-20 ans) Vous formulez une demande auprès de la pour votre enfant Nom de naissance : I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I

Plus en détail

Les aides pour l adaptation du véhicule au handicap

Les aides pour l adaptation du véhicule au handicap Fiche technique n 96 créée en avril 2013 Les aides pour l adaptation du véhicule au handicap La conduite d un véhicule n est pas incompatible avec le handicap. Cependant, des aménagements sont parfois

Plus en détail

INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE

INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE 5. INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Dr Jacqueline Cardona L INCAPACITÉ PERMANENTE (IP) EN ACCIDENT DU TRAVAIL Principe juridique Article L 434-2 du code de la sécurité sociale

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

Prénom : Date de naissance : Commune de résidence : M.D.A. Maison Départementale de l'autonomie DOSSIER DE DEMANDES POUR LES PERSONNES HANDICAPEES

Prénom : Date de naissance : Commune de résidence : M.D.A. Maison Départementale de l'autonomie DOSSIER DE DEMANDES POUR LES PERSONNES HANDICAPEES Identification du demandeur Nom : Prénom : Date de naissance : Commune de résidence : M.D.A. Maison Départementale de l'autonomie Dossier à retourner au : Service autonomie de la Maison du Conseil général

Plus en détail

Formulaire de demande d aide financière extra-légale

Formulaire de demande d aide financière extra-légale Formulaire de demande d aide financière extra-légale pour les personnes en situation de handicap Bénéficiaire NOM, Prénom Date de naissance Assuré Conjoint Personne vivant maritalement avec l assuré Enfant

Plus en détail

Comment m informer au mieux?

Comment m informer au mieux? Comment m informer au mieux? Pour suivre le versement de ma pension d invalidité, j ouvre mon compte sur JE SUIS ACCOMPAGNÉ EN CAS D INVALIDITÉ L'ASSURANCE MALADIE EN LIGNE Pour en savoir plus sur l information

Plus en détail

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées Guide des interventions Edition 2010 Mot du président Le Centre Communal d Action Sociale de Saint-Yrieix-sur-Charente est un outil majeur de la politique sociale de la municipalité. Au delà des aides

Plus en détail

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN 1 1 L ACTION SOCIALE NOS VALEURS SOLIDARITÉ Valeur centrale, elle s exprime par la mise en œuvre d interventions au profit de tous ses clients : entreprises,

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

c[jjedi#bw [d fbwy[ fekh gk[ Y^WYkd LOI jhekl[ iw fbwy[ HANDICAP Contact > Le guide de la loi www.handicap.gouv.fr vril 2006 A

c[jjedi#bw [d fbwy[ fekh gk[ Y^WYkd LOI jhekl[ iw fbwy[ HANDICAP Contact > Le guide de la loi www.handicap.gouv.fr vril 2006 A > Le guide de la loi > Sommaire La loi du 11 février 2005 - les grandes avancées 3 Le droit à compensation - le financement du projet de vie 4 La scolarité - l insertion en milieu ordinaire 6 L emploi

Plus en détail

LOGEMENT. L adaptation du. aux personnes handicapées. Les aménagements possibles, les aides financières, les conseils

LOGEMENT. L adaptation du. aux personnes handicapées. Les aménagements possibles, les aides financières, les conseils direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction L adaptation du LOGEMENT aux personnes handicapées Les aménagements possibles, les aides financières, les conseils Les aménagements

Plus en détail

La protection sociale des professions indépendantes

La protection sociale des professions indépendantes La protection sociale des professions indépendantes Artisan Commerçant Industriel Janvier 2009 1 SOMMAIRE 1. L organisation des Régimes 2. Les cotisations 3. Les cas particuliers 4. Les formalités 5. Les

Plus en détail

MÉMENTO DES AIDES DESTINÉES AUX PERSONNES VICTIMES D UN AVC AVC

MÉMENTO DES AIDES DESTINÉES AUX PERSONNES VICTIMES D UN AVC AVC MÉMENTO DES AIDES DESTINÉES AUX PERSONNES VICTIMES D UN AVC AVC 5 SOMMAIRE Rappel 3 1) Mémento des aides 4 La prise en charge des dépenses de santé 4 L indemnisation en cas d arrêt de travail 5 Le domaine

Plus en détail

Le logement social à Suresnes

Le logement social à Suresnes Logement La ville de Suresnes a signé le 7 novembre 2001 la «Charte Ville- Handicap» avec les associations de la Plate-forme Inter Associative des Personnes Handicapées des Hauts-de-Seine. Par cet engagement,

Plus en détail

Vous conseiller pour les démarches clés

Vous conseiller pour les démarches clés Vous conseiller pour les démarches clés Les principales formalités DANS LES 48 H DANS LA SEMAINE DANS LE MOIS DANS LES 6 MOIS Faire la déclaration de décès au service de l Etat Civil de la mairie pour

Plus en détail

VIE QUOTIDIENNE et DROITS SOCIAUX DES JEUNES ADULTES en situation de handicap. Sophie MENU - Assistante sociale Réseau VADLR Juin 2014

VIE QUOTIDIENNE et DROITS SOCIAUX DES JEUNES ADULTES en situation de handicap. Sophie MENU - Assistante sociale Réseau VADLR Juin 2014 VIE QUOTIDIENNE et DROITS SOCIAUX DES JEUNES ADULTES en situation de handicap Sophie MENU - Assistante sociale Réseau VADLR Juin 2014 PLAN L accès à la majorité, le changement de statut - 18 ans la majorité

Plus en détail

TRAVAILLEURS HANDICAPES OBTENIR OU CONSERVER UN EMPLOI

TRAVAILLEURS HANDICAPES OBTENIR OU CONSERVER UN EMPLOI Novembre 2010 TRAVAILLEURS HANDICAPES OBTENIR OU CONSERVER UN EMPLOI www.mdph77.fr Maison Départementale des Personnes Handicapées de Seine et Marne 16, rue de l Aluminium 77 543 SAVIGNY LE TEMPLE Cedex

Plus en détail

- Evaluation de la situation sur dossier ou à domicile (vous pouvez être amené à rencontrer différents professionnels)

- Evaluation de la situation sur dossier ou à domicile (vous pouvez être amené à rencontrer différents professionnels) Maison Départementale des Personnes Handicapées du Haut-Rhin CG 68 - Direction de la Communication - Dessins réalisés par des usagers des établissements pour personnes handicapées du Haut-Rhin Qu est-ce

Plus en détail

Les avantages fiscaux

Les avantages fiscaux Réduction d impôt sur le revenu Les avantages fiscaux La réduction ou le crédit d'impôt Toute personne ayant recours aux services d'une aide à domicile dans sa résidence principale, secondaire ou celle

Plus en détail

n 8 Hépatites virales chroniques : faciliter mes démarches...

n 8 Hépatites virales chroniques : faciliter mes démarches... HépatiteC onseil n 8 Ma maladie Mon traitement Ma vie sociale Hépatites virales chroniques : faciliter mes démarches... Sommaire ( Qu est-ce 1 2 3 Les hépatites chroniques sont des affections de longue

Plus en détail

ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE

ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE - 30 - ANNEXE N 3 ASSISTANCE MÉDICALE (Mutuelle Assistance International, Mutuelle Assistance France) I. CONDITIONS GÉNÉRALES En cas de besoin, chaque bénéficiaire peut, 24

Plus en détail

Formulaire de demande(s)

Formulaire de demande(s) Formulaire de demande(s) auprès de la MDPH A - Identification de l enfant (1) ou de l adulte (1) concerné par la demande (1) rayer la mention inutile Nom de naissance : Nom d épouse ou nom d usage : Prénom(s)

Plus en détail

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre.

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. 1 Qu est-ce qu un aidant familial Une personne qui vient en aide, à titre non professionnel

Plus en détail

LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS

LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS ANJEU-TC juin 2008-1 - PETIT GUIDE PRATIQUE LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS Dès 18 ans, le jeune est légalement capable de tous les actes de la vie civile et ses parents ne peuvent plus agir pour son

Plus en détail

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés 2012 Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés Avant-propos La scolarisation des élèves handicapés constitue une priorité nationale. Dans ce domaine, des progrès considérables ont

Plus en détail

auremar - Fotolia.com

auremar - Fotolia.com auremar - Fotolia.com Bien vivre chez soi Différents dispositifs permettent aux seniors giffois de rester chez eux avec des repas à domicile, des aides ponctuelles comme le ménage, le repassage, les courses

Plus en détail

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Définition Qu est ce qu une pathologie chronique? «C est une maladie de longue durée, évolutive,

Plus en détail

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) :

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) : C14 Allocation compensatrice tierce personne (ACTP) Depuis la mise en œuvre au 01/01/2006 de la loi du 11 février 2005 instaurant la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) remplaçant l Allocation

Plus en détail

Sommaire. 1- Les droits et les aides. 2- Personnes malades de moins de 60 ans. 3- La protection des majeurs. 4- Le droit des patients

Sommaire. 1- Les droits et les aides. 2- Personnes malades de moins de 60 ans. 3- La protection des majeurs. 4- Le droit des patients 1- Les droits et les aides - Le récapitulatif des principaux droits à connaître - L Affection longue durée (ALD) - La carte d invalidité - L Aide sociale adulte (ASA) - Les frais de transport - L aide

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Module 1 Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Partie 3 - Assurance Maladie Invalidité les indemnités. Plan A- INCAPACITÉ PRIMAIRE(1)(2) B- INVALIDITÉ (1)(2) (3)Principes

Plus en détail

PROTECTION MALADIE LA COMPLÉMENTAIRE CMU

PROTECTION MALADIE LA COMPLÉMENTAIRE CMU LA COMPLÉMENTAIRE CMU La complémentaire CMU (Couverture maladie universelle) est une protection maladie complémentaire de service public, gratuite, sous condition de ressources, dont le contenu est défini

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014 Questions sociales Note d information n 14-15 du 6 août 2014 ALLOCATIONS CHOMAGE Effet au 01/07/2014 Références Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation

Plus en détail

AIDES FINANCIERES POUR L AMELIORATION DE L HABITAT

AIDES FINANCIERES POUR L AMELIORATION DE L HABITAT AIDES DU CONSEIL GENERAL DEPARTEMENTAL Prestation de Compensation du Handicap (PCH) : Vous avez moins de 60 ans ou jusqu à 75 ans si les droits ont été justifiés avant. Renseignements auprès de la Maison

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION HÉBERGEMENT EN ÉTABLISSEMENT D ACCUEIL POUR PERSONNES ÂGÉES DOSSIER D INSCRIPTION Vous envisagez de vous inscrire dans un établissement d accueil pour personnes âgées. Afin de faciliter vos démarches,

Plus en détail

FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés

FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés I. QUELLES OBLIGATIONS? UNE OBLIGATION A PARTIR DE 20 SALARIES Tous les employeurs occupant au moins 20 salariés (l effectif s

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

Liste des pièces à fournir pour une demande de prise en charge des frais d hébergement en maison de retraite au titre de l aide sociale

Liste des pièces à fournir pour une demande de prise en charge des frais d hébergement en maison de retraite au titre de l aide sociale Centre Communal d Action Sociale 01.34.90.89.73 Liste des pièces à fournir pour une demande de prise en charge des frais d hébergement en maison de retraite au titre de l aide sociale - Livret de Famille

Plus en détail

Une exposition : «Les services à la personne»

Une exposition : «Les services à la personne» Une exposition : «Les services à la personne» Pour tous vos forums, salons, espaces d'accueil de public, une exposition itinérante en 4 panneaux (100 x 40 cm) disponible gratuitement. Un aperçu des activités,

Plus en détail

COMPTE DE GESTION DES BIENS POUR L ANNÉE... Période de gestion du... au... LA PERSONNE PROTÉGÉE LA MESURE DE PROTECTION

COMPTE DE GESTION DES BIENS POUR L ANNÉE... Période de gestion du... au... LA PERSONNE PROTÉGÉE LA MESURE DE PROTECTION Tribunal d Instance de CHÂTEAUROUX Service Tutelles des majeurs 11 rue Paul-Louis Courier B.P. 625 36020 CHATEAUROUX CEDEX Téléphone : 02 54 53 03 11 / 13 Fax : 02 54 08 44 86 COMPTE DE GESTION DES BIENS

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE Protection ACCIDENT Protection HOSPI Capital ÉQUIPEMENT HANDICAP / DÉPENDANCE Contact presse : Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64

Plus en détail

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE Dernière mise à jour : avril 2010 CPCEA 1 2 Préambule Le régime conventionnel des cadres de la production agricole est institué

Plus en détail

Le Foyer d Hébergement

Le Foyer d Hébergement Le Foyer d Hébergement Résidences Strada et Vittoz du Complexe de Braconnac - Les Ormes Complexe de Braconnac - Les Ormes Jonquières - 81440 LAUTREC - Tél. 05 63 82 10 70 - Fax. 05 63 82 10 79 - e.mail

Plus en détail

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés Avant-propos Une nouvelle loi, de nouveaux principes La loi du 11 février 2005 relative à l égalité des droits et des chances, la participation

Plus en détail

1. Procédure d admission

1. Procédure d admission Direction générale de l action sociale SD2/SD3 Document de travail MESURE 18 : HEBERGEMENT DES MALADES JEUNES ADMISSION D UNE PERSONNE AGEE DE MOINS DE 60 ANS DANS UN ETABLISSEMENT POUR PERSONNES HANDICAPEES

Plus en détail

150 conseils pour payer moins d impôts

150 conseils pour payer moins d impôts m a r i e l a m b e r t Illustrations d Anna Daffos 150 conseils pour payer moins d impôts, 2010, 2011 ISBN : 978-2-212-54880-8 Chapitre 3 Enfants : les pépites fiscales «Pourquoi est-ce qu en matière

Plus en détail

INDEMNISATION ARTISTES ET TECHNICIENS : VOTRE ALLOCATION CHÔMAGE POLE-EMPLOI.FR

INDEMNISATION ARTISTES ET TECHNICIENS : VOTRE ALLOCATION CHÔMAGE POLE-EMPLOI.FR INDEMNISATION ARTISTES ET TECHNICIENS : VOTRE ALLOCATION CHÔMAGE POLE-EMPLOI.FR VOTRE ALLOCATION CHÔMAGE Bénéficient du régime d intermittents du spectacle relevant des annexes 8 et 10 de l assurance chômage

Plus en détail

Mémento. de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents. GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon. Table des matières

Mémento. de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents. GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon. Table des matières Mémento de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents (LAA) GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon Table des matières Base légale de l assurance Page Personnes assurées 1.

Plus en détail

L ACTION SOCIALE À VOS CÔTÉS

L ACTION SOCIALE À VOS CÔTÉS L ACTION SOCIALE À VOS CÔTÉS CCN, des organismes gestionnaires de Foyers et Services pour Jeunes Travailleurs. RETRAITE PRÉVOYANCE SANTÉ ÉPARGNE Livret CCN FSJT 2 Humanis s engage à vous accompagner durablement

Plus en détail

CARCEPT ACTION SOCIALE 05/2011

CARCEPT ACTION SOCIALE 05/2011 05/2011 : POUR LES PARTICIPANTS ACTIFS ET RETRAITÉS Cette présentation de l concerne les cotisants de la 2 SOMMAIRE Première partie : Les participants actifs. Deuxième partie : Les participants retraités.

Plus en détail

VIVRE SON HANDICAP À SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS GUIDE PRATIQUE

VIVRE SON HANDICAP À SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS GUIDE PRATIQUE VIVRE SON HANDICAP À SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS GUIDE PRATIQUE SOMMAIRE VOS INTERLOCUTEURS P.5 La MDPH du Val-de-Marne P.6 Les missions de la MDPH P.6 La CDAPH section enfants P.7 La CDAPH section adultes P.7

Plus en détail

Demande. d intervention sociale. 1 - le demandeur (écrire en lettres majuscules et en noir) 2 - le conjoint actuel

Demande. d intervention sociale. 1 - le demandeur (écrire en lettres majuscules et en noir) 2 - le conjoint actuel Demande d intervention sociale Confidentiel Cadre réservé au service 1 - le demandeur (écrire en lettres majuscules et en noir) actif chômeur (1) retraité autre, précisez : nom de naissance : prénom :

Plus en détail

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance 10 Santé Ce régime, aussi nommé «complémentaire santé», permet le remboursement total ou partiel des frais de santé restant à la charge de l assuré

Plus en détail

https://bv.ac-reunion.fr/dpep du 7 février au 23 février 2014

https://bv.ac-reunion.fr/dpep du 7 février au 23 février 2014 Le recteur à Mesdames et messieurs les enseignants du 1 er degré public S/c de mesdames et messieurs les IEN chargés des circonscriptions du premier degré S/c de mesdames et messieurs les principaux TRES

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

NOUS SOMMES LA POUR VOUS AIDER

NOUS SOMMES LA POUR VOUS AIDER INFORMATIONS PRATIQUES VOUS DEVEZ FAIRE FACE A DES DÉPENSES DE SANTÉ IMPORTANTES. VOUS SUBISSEZ UNE PERTE DE REVENUS DUE A LA MALADIE, LA MATERNITÉ, LE DÉCÈS, UN ACCIDENT DE TRAVAIL. NOUS SOMMES LA POUR

Plus en détail

Demande d aide financière

Demande d aide financière Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre Service départemental. Demande d aide financière Dossier parrainé par NOM :. Prénom : Date et lieu de naissance :. Adresse : Email : Téléphone

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL CCAS. des services à la personne. CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de La Verrière. + d infos : www.ville-laverriere.

LIVRET D ACCUEIL CCAS. des services à la personne. CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de La Verrière. + d infos : www.ville-laverriere. LIVRET D ACCUEIL des services à la personne + d infos : www.ville-laverriere.com CCAS CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de La Verrière Agrément qualité Service d Aide à la Personne : 267802783 Délivré

Plus en détail

Pièces à joindre RENTREE 2015-2016. Qui peut bénéficier de la bourse de lycée?

Pièces à joindre RENTREE 2015-2016. Qui peut bénéficier de la bourse de lycée? INFORMATIONS PRATIQUES A DESTINATION DES FAMILLES Ouverture de la campagne de bourse de lycée RENTREE 2015-2016 Pièces à joindre Qui peut bénéficier de la bourse de lycée? Où peut- on retirer un formulaire

Plus en détail

GUIDE DES AIDES ET DES SERVICES AUX PERSONNES AGEES

GUIDE DES AIDES ET DES SERVICES AUX PERSONNES AGEES GUIDE DES AIDES ET DES SERVICES AUX PERSONNES AGEES PREAMBULE CE GUIDE VISE A DÉCRIRE DE FAÇON GÉNÉRALE TOUTES LES AIDES ET LES SERVICES QUI EXISTENT POUR LES PERSONNES ÂGÉES. IL EST DESTINÉ AUX PERSONNES

Plus en détail

Règlement d Action Solidaire modifié par l Assemblée générale des 15 et 16 septembre 2014 Mis à jour au 1 er janvier 2015

Règlement d Action Solidaire modifié par l Assemblée générale des 15 et 16 septembre 2014 Mis à jour au 1 er janvier 2015 1 Conformément aux articles 5 des statuts et 11 du règlement intérieur, ce présent règlement précise les conditions de mise en œuvre de l action solidaire de la Mutuelle. Chapitre I CONDITIONS GENERALES

Plus en détail

LES TYPOLOGIES DE LOCATAIRES ELIGIBLES AUX OFFRES LOGIS-ZEN GRL & LOGIS ZEN GRL PLUS

LES TYPOLOGIES DE LOCATAIRES ELIGIBLES AUX OFFRES LOGIS-ZEN GRL & LOGIS ZEN GRL PLUS 1 LES TYPOLOGIES DE LOCATAIRES ELIGIBLES AUX OFFRES LOGIS-ZEN GRL & LOGIS ZEN GRL PLUS Seuls les locataires définis comme «nouveaux locataires» sont éligibles à ces offres. Notion de «nouveau locataire»

Plus en détail

Rapport du Gouvernement au Parlement sur les aides aux familles auxquelles ouvre droit la charge de jeunes adultes et celles qui leur sont versées

Rapport du Gouvernement au Parlement sur les aides aux familles auxquelles ouvre droit la charge de jeunes adultes et celles qui leur sont versées Rapport du Gouvernement au Parlement sur les aides aux familles auxquelles ouvre droit la charge de jeunes adultes et celles qui leur sont versées Ministère de l emploi et de la solidarité Avril 2001 Sommaire

Plus en détail

SDPM fiche Cédric MICHEL. Rente d incapacité permanente partielle = IPP

SDPM fiche Cédric MICHEL. Rente d incapacité permanente partielle = IPP SDPM fiche Cédric MICHEL Rente d incapacité permanente partielle = IPP Si le salarié reste atteint d une incapacité permanente, qui résulte de l accident du travail, il pourra percevoir une rente. L attribution

Plus en détail

Cadre réservé au service

Cadre réservé au service Cadre réservé au service Numéro de dossier : N 14069*02 Le demandeur Monsieur Madame : : Date de naissance : Nationalité : Française Union européenne Hors Union européenne Situation familiale : Célibataire

Plus en détail

SERVICES. aux Adhérents NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE

SERVICES. aux Adhérents NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE SERVICES aux Adhérents NOUS SOMMES PARCE BIEN QUE PLACÉS VOUS ÊTES POUR PLUS VOUS QU UN COMPRENDRE MÉDECIN, NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Services aux adhérents + En partenariat avec

Plus en détail

LA CESSATION PROGRESSIVE D'ACTIVITÉ

LA CESSATION PROGRESSIVE D'ACTIVITÉ Circulaire n 24/2006 Cl. C 477 Colmar, le 29 juin 2006 CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 22, rue Wilson - 68000 COLMAR 03 89 20 36 00-03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net - www.cdg68.fr

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Pour l inscription d une société aux documents précédents s ajoutent les statuts et le journal d annonces légales.

Pour l inscription d une société aux documents précédents s ajoutent les statuts et le journal d annonces légales. L affiliation à la MSA Les contacts nécessaires avant toute création d entreprise Il est nécessaire de prendre contact avec la MSA, au moins trois mois avant toute installation pour y récupérer, la demande

Plus en détail

N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX. as MAIA région mulhousienne

N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX. as MAIA région mulhousienne RE ACCES AUX DROITS N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX 2014 as MAIA région mulhousienne SOMMAIRE ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL Formation Missions ARTICULATION GESTIONNAIRE DE CAS / ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE - SECURITE SOCIALE -

NOTE JURIDIQUE - SECURITE SOCIALE - Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - SECURITE SOCIALE - OBJET : cumul de la pension d invalidité du régime général avec d autres pensions, rentes

Plus en détail

Mieux comprendre la protection sociale

Mieux comprendre la protection sociale Mieux comprendre la protection sociale www.cnrs.fr Direction des ressources humaines Service du développement social Septembre 2010 1 - En préambule Premier volet : ma protection sociale en quelques lignes

Plus en détail

Le conjoint - un statut en mouvement

Le conjoint - un statut en mouvement Le conjoint - un statut en mouvement Constat De nombreuses femmes participent activement à l entreprise ou la société de leur conjoint, contribuant à sa mise en place et à son développement. Environs 85

Plus en détail

Professions indépendantes. Vos prestations maladie

Professions indépendantes. Vos prestations maladie Professions indépendantes Vos prestations maladie Édition 2012 Vos prestations maladie Sommaire Quels sont les bénéficiaires de l assurance maladie? 3 Comment bénéficier des prestations? 4 Quels sont les

Plus en détail

Septième partie. Les cartes pour personnes handicapées

Septième partie. Les cartes pour personnes handicapées Septième partie Les cartes pour personnes handicapées 151 CHAPITRE 1 LA CARTE D INVALIDITÉ La carte d invalidité est délivrée à toute personne dont le taux d incapacité permanente est au moins de 80% ou

Plus en détail

La Protection des majeurs

La Protection des majeurs La Protection des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs sont définies dans le cadre de la loi du 5/03/2007 portant réforme de la protection

Plus en détail

La retraite et l inaptitude au travail

La retraite et l inaptitude au travail La retraite et l inaptitude au travail 1 Le calcul de la retraite Salaire annuel moyen X Taux X Trimestres du RG Calculé sur les 25 meilleures années Varie entre 160 25% minimum et 50% maximum 2 Le taux

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

La Mutualité en chiffres

La Mutualité en chiffres La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 5 La complémentaire santé dans l activité des mutuelles Les prestations

Plus en détail

Assurance et prévoyance

Assurance et prévoyance Assurance et prévoyance Assistance famille en cas d accident. IDCP Des prestations d assistance sont prévues en cas d accident par le contrat IDCP. Elles peuvent être déclenchées après appel préalable

Plus en détail

Agents des collectivités de VENDEE

Agents des collectivités de VENDEE Réunion d information Agents des collectivités de VENDEE Contrat prévoyance «maintien de salaire» Le groupe SMACL, leader sur la marché de l assurance des collectivités SMACL Santé: mutuelle Régie par

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux.

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux. R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES DÉFINITION : Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques

Plus en détail

PRESENTATION DE LA MDPH

PRESENTATION DE LA MDPH PRESENTATION DE LA MDPH 1) LA LOI HANDICAP DU 11/02/2005 La loi handicap de 2005 (la précédente remonte à 1975) a révolutionné tant les institutions dans leur fonctionnement, que l accueil des élèves dans

Plus en détail

La MSA peut prendre en charge différentes formes d aide pour faciliter la vie quotidienne des retraités à leur domicile.

La MSA peut prendre en charge différentes formes d aide pour faciliter la vie quotidienne des retraités à leur domicile. DEMANDE D ACCOMPAGNEMENT A DOMICILE Informations pratiques Vous êtes retraité du régime agricole et vous souhaitez bénéficier d une prise en charge de la MSA pour pouvoir recourir à des services vous permettant

Plus en détail

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale Le salaire des internes en DES de Médecine Générale *************** «Le salaire est la contrepartie du travail fourni» Guide pratique du droit au travail, La Documentation Française. **************** (I)

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

DECISION FORMULAIRE UNIQUE DE DEMANDE D'AIDE FINANCIERE OU D'ACCOMPAGNEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NATURE DE L AIDE SOLLICITÉE :

DECISION FORMULAIRE UNIQUE DE DEMANDE D'AIDE FINANCIERE OU D'ACCOMPAGNEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NATURE DE L AIDE SOLLICITÉE : FORMULAIRE UNIQUE DE DEMANDE D'AIDE FINANCIERE OU D'ACCOMPAGNEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NATURE DE L AIDE SOLLICITÉE : N dossier familial (IODAS) : Centre Médico-Social de Mende Travailleur Social Travailleur

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

MALAKOFF MÉDÉRIC ASSISTANCE

MALAKOFF MÉDÉRIC ASSISTANCE Votre assistance santé à domicile MALAKOFF MÉDÉRIC ASSISTANCE Avec Malakoff Médéric Prévoyance et MUT2M, bénéficiez de nouveaux services gratuits 24h/24 et 7j/7 grâce à votre n d identification 753734

Plus en détail

Caisse Générale de Sécurité Sociale de la Réunion

Caisse Générale de Sécurité Sociale de la Réunion Caisse Générale de Sécurité Sociale de la Réunion REGLEMENT D ACTION SANITAIRE ET SOCIALE 2015 DIRECTION ACTION SANITAIRE ET SOCIALE Préambule Aux termes de l article L.752-4 5 du Code de la Sécurité Sociale,

Plus en détail

MALAKOFF MÉDÉRic AssistAnce

MALAKOFF MÉDÉRic AssistAnce VOTRE ASSISTANCE SANTÉ À DOMICILE MALAKOFF MÉDÉRic AssistAnce Avec Malakoff Médéric Prévoyance et Malakoff Médéric Mutuelle, bénéficiez de nouveaux services gratuits 24h/24 et 7j/7 grâce à votre n d identification

Plus en détail

REGLEMENT RELATIF A LA PRISE EN CHARGE DES REMUNERATIONS ET DROITS CONNEXES DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

REGLEMENT RELATIF A LA PRISE EN CHARGE DES REMUNERATIONS ET DROITS CONNEXES DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE REGLEMENT RELATIF A LA PRISE EN CHARGE DES REMUNERATIONS ET DROITS CONNEXES DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE (version initiale du 22 juin 2009, version modifiée par les Commissions Permanentes

Plus en détail