Peut-on se fier aux sondages?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Peut-on se fier aux sondages?"

Transcription

1 Peut-on se fier aux sondages? MICHEL BRULÉ * Le choc du premier tour de l élection présidentielle a jeté de sérieux doutes sur la fiabilité des sondages pré-électoraux. Au-delà de leur marge normale d imprécision, les enquêtes qui ont précédé le 21 avril marquent, en même temps qu une nette sous-estimation de l extrême droite, une surestimation du même ordre de l ensemble de la gauche. Pour réduire les biais dus à la composition sociologique de l échantillon ou aux réponses non sincères, les instituts disposent de méthodes de «redressement». Malheureusement, ces techniques restent peu transparentes, elles diffèrent selon les instituts, et leur stabilité dans le temps (nécessaire pour suivre les évolutions) n est nullement garantie Visite, guidée par un spécialiste, dans l univers opaque des sondages politiques. habituels pour les enquêtes d intentions de vote aient suspendu leurs commandes. D autres, en revanche, ont considéré que l écart entre les sondages et les résultats du scrutin du 21 avril était tout à fait compatible avec les particularités de cette élection, et avec les limites inhérentes aux enquêtes par sondage : ils ont donc poursuivi la publication de leurs travaux, même si ceux-ci recevaient moins d échos médiatiques qu à l accoutumée. Nous examinerons d abord les enquêtes d intentions de vote à l élection présidentielle publiées depuis le 1er janvier, avant de nous interroger sur les écarts entre les résultats de ces enquêtes et ceux du scrutin : quels enseignements peut-on en tirer pour les consultations à venir et, plus généralement, sur l utilisation des sondages dans l analyse socio-politique? L élimination surprise de Lionel Jospin au premier tour de l élection présidentielle a valu aux instituts de sondage une volée de bois vert. Du coup, certains d entre eux se sont abstenus de publier leur tra- * Cofondateur de l institut BVA. vaux entre les deux tours, et ont fait preuve d une inhabituelle discrétion pendant le début de la campagne des législatives soit qu ils aient estimé nécessaire de réviser leurs méthodes, soit que leurs clients La loi permettant désormais de publier des sondages jusqu à l avantveille d un scrutin, les instituts ont pu proposer aux médias des chiffres issus d interviews conduites trois à quatre jours avant le 21 avril. Seul un des six instituts familiers de ces sondages pré-electoraux a publié des derniers chiffres à partir d interviews précédant le scrutin d une semaine environ. C est d ailleurs 28

2 PEUT-ON SE FIER AUX SONDAGES? celui qui situait assez nettement les intentions de vote en faveur de Jean- Marie Le Pen au niveau le plus bas. Le tableau 1 résume ces ultimes Tableau 1. LES DERNIERS SONDAGES AVANT LE PREMIER TOUR DE L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE Dates des 12-13/ / / / /4 18/4 interviews Chirac ,5 19, Le Pen 10, , Jospin 16, Bayrou 6, Laguillier ,5 7 8 Chevènement 8,5 6 6,5 6,5 6,5 6 Mamère 6, ,5 5 Sainnt-Josse Besancenot ,5 Madelin 3,5 5 3, Hue 5, Mégret 3 2 2,5 1,5 2,5 2 Taubira 1,5 1 2,5 1,5 1 2 Lepage 2 1 1, Boutin 0,5 2 1,5 1,5 1 1 Gluckstein 0,5 0 0,5 0,5 0,5 0,5 Total Source : site Internet Canal-Ipsos. Tableau 2. MOYENNES DES SONDAGES ET RÉSULTATS RÉELS Moyenne des derniers sondages (6 instituts) Résultats réels Ecarts Chirac 19,67 19,9-0,23 Le Pen 13 16,9-3,90 Jospin 17,75 16,2 1,55 Bayrou 6,25 6,8-0,55 Laguillier 7,25 5,7 1,55 Chevénement 6,67 5,3 1,37 Mamère 6 5,3 0,70 Saint-Josse 3,67 4,2-0,53 Besancenot 3,42 4,2-0,78 Madelin 4,33 3,9 0,43 Hue 5,25 3,4 1,85 Mégret 2,25 2,3 0,05 Taubira 1,58 2,3-0,72 Lepage 1,25 1,9-0,65 Boutin 1,25 1,2 0,05 Gluckstein 0,42 0,5-0,08 Moyenne des écarts (en valeur absolue) : 0,94 enquêtes publiées avant le premier tour (les instituts ne sont pas identifiés, notre but n étant pas de distribuer des bons ou des mauvais points). Ces résultats sont remarquables par leur concordance, à la seule exception, déjà mentionnée, du faible score de Le Pen dans la première de ces enquêtes. Le tableau 2 indique la moyenne des intentions de vote en faveur de chaque candidat, et la compare avec les résultats effectifs du premier tour. Que retirer de cette comparaison? D abord, la faible valeur de la moyenne des écarts entre les derniers sondages et le résultat réel. Bien sûr, ce calcul bénéficie du grand nombre des «petits candidats» : en effet, pour un candidat recueillant 2 % des votes, les intentions exprimées ne peuvent s écarter beaucoup de ce modeste score. Certes, un écart de 1 point représente alors une imprécision de 50 %, alors qu il correspond à une imprécision de 5 % pour un candidat qui recueillera 20 % des suffrages. Mais c est en général l écart en valeur absolue, et non en valeur relative, qui retient l attention des commentateurs. Pour les neuf candidats n ayant pas atteint 5 % des suffrages, l écart moyen n est que de 0,57, alors qu il est de 1,41 pour les six candidats ayant passé la barre des 5% des suffrages exprimés. Ce chiffre demeure modeste : il est à comparer avec les intervalles de confiance que l on calcule quand on travaille sur des échantillons aléatoires ce qui n est pas le cas des sondages politiques. UNE NETTE SURESTIMATION DE LA GAUCHE Il s agit ici d enquêtes quasi-simultanées, avec des échantillons initiaux de même importance (autour de interviewés), et des échantillons utiles de l ordre de 700 individus par sondage (les personnes décidées à 29

3 30 aller voter et indiquant pour qui) : nous pouvons donc nous permettre de considérer l ensemble comme un échantillon unique d environ individus. A titre indicatif, l intervalle de confiance des estimations obtenues à partir d un échantillon de individus (avec 95 % de chances que le résultat vrai se trouve contenu à l intérieur de cet intervalle de confiance) est de : plus ou moins 1 pour un candidat se situant dans la zone des 16 à 20 % d intentions de vote ; plus ou moins 0,5 pour un candidat se situant dans la zone des 3 %. Même si ces calculs ne s appliquent pas stricto sensu aux méthodes d échantillonnage utilisées dans les enquêtes pré-électorales, ils fournissent une idée du halo d imprécision propre à tout sondage. L amplitude des écarts observés entre les sondages de la dernière semaine et le vote du 21 avril semble donc tout à fait compatible avec les indications du calcul des probabilités. Cependant, ces mesures d écart candidat par candidat ont l inconvénient de ne pas mettre en évidence la représentation globale des forces politiques en présence, représentation qui suppose des regroupements de candidats, étant donné l abondance des candidatures. Nous examinerons plusieurs regroupements possibles (tableau 3) : l extrême gauche (Laguiller, Besancenot, Gluckstein) ; la majorité plurielle (Jospin, Mamère, Hue, Taubira) ; la droite gouvernementale ( Chirac, Bayrou, Madelin, Lepage, Boutin) ; l extrême droite (Le Pen, Mégret). Enfin, pour prendre en compte le vote Chevènement et le vote Saint- Josse, nous proposerons une analyse en deux grandes familles : un «total gauche» incluant l extrême gauche, la majorité plurielle et les voix Chevènement ; un «total droite» incluant la droite gouvernementale, l extrême droite et les voix Saint-Josse. Ce tableau donne une perspective bien différente des chiffres présentés plus haut. Certes, comme nous l avons vu, les écarts moyens par candidat entre sondages et vote effectif sont modestes (sauf pour Le Pen). Mais les regroupements par familles politiques montrent que ces écarts ne se distribuent pas au hasard : si nous nous en tenons aux candidats ayant obtenu au moins 3 % des suffrages, tous ceux de gauche sont surestimés (à l exception de Besancenot). La surestimation relative est particulièrement élevée pour Hue et Laguiller. Familles Estimation Résultats réels Ecarts politiques moyenne Extrême gauche 11,08 10,04 1,04 Majorité plurielle 30,58 27,20 3,38 Droite parlementaire Avant le premier tour de l élection présidentielle, les sondages ont surestimé la gauche de plus de cinq points. Tableau 3. ESTIMATIONS ET RÉSULTATS PAR FAMILLE POLITIQUE 32,75 33,70-0,95 Extrême droite 15,25 19,20-3,95 Total gauche 48,30 42,90 5,40 Total droite 51,70 57,10-5,40 Inversement, tous les candidats de droite sont sous-estimés (à l exception de Madelin, surestimé d un demipoint). Au total, la majorité plurielle a subi une surestimation presque aussi importante que la sous-estimation du vote Le Pen ; de même, la droite parlementaire a fait l objet d une sous-estimation à peu près équivalente à la surestimation de l extrême gauche. Et quand on divise les forces politiques en deux grandes familles la gauche et la droite on s aperçoit que la première a été surestimée en moyenne de plus de 5 points. UN ÉLECTORAT VOLATIL ET INDÉCIS On connaît les arguments qu invoquent les sondeurs pour rendre compte des écarts entre intentions de vote et résultats effectifs (l auteur de ces lignes les a utilisés assez longtemps pour ne pas les avoir oubliés ) : l indécision d une large fraction du corps électoral (certains électeurs ne se décidant que le jour même du scrutin), les évolutions qui peuvent se produire en fin de parcours et dont une image instantanée ne peut rendre compte, et la marge d erreur propre aux enquêtes par sondage. Au vu des résultats récents, que valent ces arguments? Le constat sur la plus grande volatilité de l électorat et le recul de la décision de vote cadre bien avec une certaine déstructuration des comportements politiques, qui s exprime aussi par la montée de l abstention et du vote protestataire. Cette tendance complique sûrement le travail des sondeurs. Reste qu il est étonnant que la prise de décision de dernière minute, si c est elle qu il faut incriminer dans la surestimation de la gauche, se fasse apparemment à sens unique. Sur le caractère instantané des informations issues des sondages, et la nécessité, pour saisir des évolutions, de disposer d une série de mesures successives, cet argument

4 PEUT-ON SE FIER AUX SONDAGES? repose sur des bases solides. Depuis le début de l année, les sondages nous ont fait vivre de réelles évolutions, que nous aurions ignorées sans eux : l ascension, puis le retour à la case départ, de Chevènement puis Laguiller, la baisse constante des intentions de vote en faveur de Chirac et de Jospin, la brusque montée de Le Pen dans les derniers jours. Au point que plusieurs politologues, prolongeant ces évolutions dans leurs analyses ultimes, n avaient pas exclu que les courbes Jospin et Le Pen puissent se croiser. On peut être moins convaincu par l invocation des marges d erreur. Si les écarts s expliquaient par les fluctuations aléatoires propres aux mesures sur échantillons, alors les chiffres devraient encadrer la valeur vraie, en s en écartant parfois par excès, parfois par défaut. Ce n est pas ce que suggèrent les tableaux, qui montrent une tendance systématique à surestimer les candidats de gauche et à sous-estimer les candidats de droite, à commencer par Jean-Marie Le Pen. De surcroît, les instituts ne publient pas des résultats bruts, mais des résultats redressés, ce qui a normalement pour effet de réduire l ampleur des fluctuations aléatoires, donc les marges d erreur. LES TECHNIQUES DE REDRESSEMENT Ce terme de «redressement», appliqué aux enquêtes politiques, a longtemps senti le soufre. Il s agit pourtant, dans son principe, d un procédé banal destiné à améliorer la précision des estimations. Il consiste à vérifier dans l échantillon la distribution de quelques variables dont les valeurs réelles sont connues au niveau de l ensemble de la population, et qui présentent une relation plausible avec la variable que l on veut connaître, puis à en rétablir les distributions exactes par un jeu de pondération quand l échantillon s en écarte. C est ainsi que les enquêtes sur les sujets les plus divers contrôlent des variables telles que la répartition par tranches d âge, ou encore la répartition régionale ou professionnelle des interviewés, variables dont la distribution exacte nous est connue par les recensements. Dans le domaine politique, l utilisation de ces redressements dits «socio-démographiques» est courante, mais insuffisante. Elle ne permet pas, en effet, de combattre les biais les plus importants. Le premier est la sousreprésentation chronique de certaines couches de l électorat, entraînant automatiquement la surreprésentation d autres groupes. En matière de sous-représentation, on pense d abord à l extrême droite et au vote Le Pen. Il faut d ailleurs une certaine dose de naïveté ou de mauvaise foi à certains commentateurs pour reprocher aux sondeurs de n avoir pas saisi toute la force du vote Le Pen, et, dans les mêmes colonnes, de dénoncer la souillure que ce vote constitue pour notre démocratie. Peut-on vraiment s étonner des hésitations des électeurs d extrême droite face aux enquêteurs des instituts de sondage, quand leur choix politique est assimilé à la «peste brune» des années 30? Comment les instituts procèdentils pour tenter de compenser cette sous-estimation? Ils s appuient sur la reconstitution d un ou plusieurs scrutins antérieurs dont le résultat est connu. En demandant par exemple aux interviewés comment ils avaient voté aux précédentes législatives ou aux précédentes présidentielles, on obtient des distributions de votes que l on compare à la réalité. On calcule alors des coefficients de pondération, en espérant que le rétablissement des Il faut une certaine dose de mauvaise foi pour reprocher aux sondeurs de n avoir pas saisi toute la force du vote Le Pen, en même temps qu on dénonce la souillure que ce vote constitue pour notre démocratie. familles politiques à leur niveau réel du scrutin antérieur permettra leur représentation exacte dans les intentions de vote pour le scrutin à venir. Il s agit là d un correctif puissant, puisque les coefficients utilisés dans le cas de l extrême droite, principal écueil des sondeurs, sont couramment égaux ou supérieurs à 2. Cependant, cette méthode n est pas aussi rigoureuse que son principe le suggère. C est que la reconstitution d un vote passé, utilisée ici comme base de redressement, n est pas une donnée «dure» comme peuvent l être l âge, le sexe ou la catégorie de commune, qui serviront aux redressements socio-démographiques. L interviewé peut avoir oublié comment il a voté il y a cinq ou sept ans. Il peut aussi confondre ses dispositions actuelles avec celles d alors : du coup, quand les intentions de vote en faveur d une étiquette progressent, la part de cette étiquette dans la reconstitution des votes passés tend également à progresser. Pas dans les mêmes proportions, sinon les deux distributions tendraient à se confondre, ce qui n est pas le cas, mais suffisamment pour qu on ne puisse pas prendre à la lettre ces reconstitutions. UNE CORRECTION NÉCESSAIRE, MAIS IMPARFAITE Le résultat de cette «contamination» des reconstitutions du passé par les intentions présentes, c est que l on risque de sur-corriger les intentions enregistrées en voulant rétablir la «vraie» distribution des votes passés. C est ce qui s est produit à l élection présidentielle de 1995, quand les sondeurs s appuyaient sur les législatives de 1993 pour vérifier la représentativité 31

5 32 politique de leurs échantillons. Mais ce scrutin de 1993 était atypique, la gauche y ayant enregistré son pire score à des législatives sous la V e République. Or une fraction de ses électeurs, qui l avaient abandonnée en 1993, l ont rejointe en Les instituts ont donc systématiquement estimé que les échantillons étaient «trop à gauche», et ont opéré des redressements de forte ampleur pour y remédier. C est pourquoi ils n ont pas prévu que Jospin parviendrait en tête du premier tour. A la veille de ce premier tour, le très médiatique directeur d un des principaux instituts convia même ses meilleurs clients pour leur confier, sous le sceau du secret de polichinelle qui prévalait pendant la période de censure précédant le scrutin, que Jospin ne serait pas au second tour : il ne s était trompé que de sept ans. Cette correction est donc nécessaire les résultats bruts s écartent davantage de la réalité des forces politiques que les résultats redressés mais imparfaite, parce que fondée sur une variable assez peu fiable. La qualité de la reconstitution d un vote passé varie avec son éloignement dans le temps : les seconds tours des L attitude à élections sont en général l égard du principe mieux cernés que les même du sondage premiers, parce qu on peut «caler» les échantillons sur des données être plus électoral semble toutes fraîches ; elle varie favorable dans aussi avec la netteté du souvenir qu il a laissé à l électorat de l électeur, et avec l ampleur des fluctuations gauche que dans celui de droite, politiques qui se sont produites depuis. d où une propension plus grande à accepter l interview. Cette méthode de redressement des intentions de vote, principalement destinée aujourd hui à corriger la sous-estimation chronique du vote d extrême droite, ne pèche pas toujours par défaut, comme ce fut le cas à la veille du 21 avril. Lorsque l évolution de l extrême droite entre le scrutin passé et le scrutin à venir s est produite à la baisse, elle peut même aboutir au contraire à surestimer les voix Le Pen ou Mégret : c est ce qui s est passé aux élections européennes de Mais comme il s agissait d un événement politique de moindre retentissement ou plus conforme aux vœux des observateurs on ne l a guère relevé. En général, la correction apportée au rapport gauche-droite par les redressements politiques est importante ; elle produit un rééquilibrage politique de l ordre de 5 à 10 points en faveur du vote de droite. Rééquilibrage qui peut cependant se révéler insuffisant, comme on l a vu au premier tour de l élection présidentielle. LES AMÉLIORATIONS POSSIBLES Pourquoi les résultats bruts présentent-ils de telles distorsions? Dans le cas du Front national, la réponse, on l a vu, semble claire : il s agit d une erreur d observation, due à une assez compréhensible dissimulation de la part des interrogés. En revanche, la propension des sondages à surestimer la gauche pose un problème plus complexe. On peut penser qu elle reflète plutôt une forme de biais d échantillon. Et risquer une hypothèse : l attitude à l égard du principe même du sondage électoral est plus favorable dans l électorat de gauche que dans celui de droite, et se traduit par une propension plus forte à accepter l interview. C est ce qu on observe dans la partie la plus âgée de l électorat modéré, et notamment chez certaines électrices âgées, qui considèrent comme un peu inconvenant qu on vienne s enquérir de leurs intentions de vote, et se dérobent plus fréquemment que les autres électeurs. Pour respecter son plan de travail, l enquêteur sera amené à rechercher une autre femme âgée qui, elle, acceptera l interview. Mais si la seconde est plus à gauche que la première, le biais demeurera. Comment combattre ces facteurs de distorsion des enquêtes préelectorales? La dissimulation du vote extrême est un problème qu ont bien connu les sondeurs des premiers temps de la V e République mais, à l époque, c était le vote communiste qui était largement sous-estimé. On eut alors recours à des procédés destinés à accroître la confidentialité des réponses, comme l utilisation d une urne et d un jeu de bulletins tendus à l interviewé, qui glissait dans l urne le bulletin de son choix et détruisait les autres. Avec de réels effets, puisque la reconstitution du vote communiste passait d environ 1/2 à 3/4. Aujourd hui, la plupart des sondages pré-électoraux se font par téléphone : le recours à l urne n est plus envisageable, et il appartient aux instituts d inventer de nouvelles méthodes pour mettre l enquêté plus en confiance. Quant au biais dû à la plus grande propension des électeurs de gauche à participer aux enquêtes électorales, certaines précautions peuvent diminuer son incidence sur nos échantillons. Notamment dans l élaboration des questionnaires. Les chargés d étude frais émoulus de la rue Saint-Guillaume ont tendance à rédiger des questionnaires plus adaptés au niveau d information politique de leurs congénères qu à celui de la «veuve de Carpentras» ce qui peut inciter cette dernière à prétexter de son incompétence pour se dérober à l interview. Les questionnaires doivent donc être rédigés en pensant que, si les électeurs à la pensée politique la plus sophistiquée peuvent aussi répondre

6 PEUT-ON SE FIER AUX SONDAGES? aux questions les plus simples, l inverse n est pas vrai. La correction «politique» des échantillons, à travers la reconstitution d un ou plusieurs votes passés, peut aussi gagner en exactitude si l on parvient améliorer la qualité du souvenir en aidant l interviewé à bien faire la différence entre son choix d aujourd hui et celui d hier : en mentionnant, par exemple, les noms des candidats en présence et pas seulement leur étiquette, que certains électeurs ignorent dans les circonscriptions rurales notamment, où les candidats sont connus en tant que personnalités locales plutôt qu en représentants d une formation nationale. IRREMPLAÇABLES SONDAGES POLITIQUES Que retirer de cet examen critique des sondages électoraux qui ont précédé l élection présidentielle? D abord, qu il ne faut pas jeter le bébé avec l eau du bain. Les mêmes publications qui annonçaient la «Berezina des sondages» dès le 22 avril analysaient le coup de tonnerre du premier tour à l aide d informations largement empruntées à ces mêmes sondages : c est ainsi qu on a appris que Le Pen était en tête chez les ouvriers et les chômeurs ; à quel moment le thème de l insécurité avait dépassé celui du chômage dans les préoccupations des Français ; ce qu étaient devenus les électeurs qui avaient voté à droite ou à gauche en 1995 ou en 1997 ; quelles compétences les Français accordaient ou refusaient aux candidats qui avaient sollicité leurs suffrages ; ou encore, pourquoi le message de Jean- Pierre Chevènement n avait pas pris chez les jeunes électeurs On mesure à quel point les enseignements de la géographie électorale d hier paraissent limités, maintenant que nous disposons grâce aux sondages des liaisons entre le vote et toutes les caractéristiques signalétiques des électeurs : âge, profession, niveau d instruction, revenus, alors qu hier on devait s en tenir aux analyses par bureaux ou agrégats de bureaux de vote. Les cartes électorales dressées au lendemain du premier tour suggèrent bien des corrélations entre le vote Le Pen et le niveau de l immigration, du chômage ou de la délinquance, mais seules les données individuelles permettent de transformer ces présomptions en certitudes, en montrant le poids de chacun de ces facteurs dans la décision du vote en faveur de l extrême droite. Il faudrait aussi rappeler le rôle irremplaçable des enquêtes d opinion entre les consultations : comment connaîtrait-on, sans elles, les hauts et les bas d une législature ou l impact des principales décisions qui la jalonnent? L ensemble de ces informations constitue aujourd hui un corps de données indispensables à qui veut comprendre la vie politique contemporaine, données pour lesquelles il n existe pas de sources alternatives. Le fait de ne pas avoir formellement annoncé que Jospin ne serait pas présent au second tour de la présidentielle n est pas de nature à remettre en question tout cet apport. Certes, on l a vu, des distorsions apparaissent dans l estimation du poids des grandes familles politiques, même après redressement des échantillons et a fortiori avant. Ce constat aiguillonnera sûrement les instituts dans leurs recherches pour améliorer tant la saisie des intentions de vote que leur méthodes de correction des données brutes. DES MÉTHODES ENCORE TROP OPAQUES Il reste que l ampleur de ces écarts justifierait que l on informe le lecteur des sondages de la nature des chiffres qu on lui présente ; s agit-il de données brutes, de données ayant subi un redressement socio-démographique, ou de données ayant également fait l objet d une correction politique, et laquelle? Les méthodes de redressement sontelles identiques pour les différents candidats? Sont-elles constantes au fil de la campagne? Nous avons constaté, en analysant les derniers sondages antérieurs au premier tour de l élection présidentielle, que l estimation par familles politiques avait sensiblement surestimé les candidats de gauche à la veille du scrutin ; le même calcul, appliqué, non plus aux six ultimes sondages (un par institut), mais à la moyenne des publications des quatre premiers mois de, fait apparaître les résultats indiqués au tableau 4. La lecture de ce tableau suggère que le total des voix de gauche a subi un fléchissement en fin de campagne, même s il reste assez nettement surestimé tout près de l arrivée. Pour que cet enseignement puisse être analysé avec profit par les observateurs, et notamment par les responsables des campagnes, il est essentiel que la tendance enregistrée exprime les variations des intentions de vote à méthodes de redressement constantes. C est le rôle de la Commission des sondages, mise en place par la loi du 19 Juillet 1977, que de veiller à la rigueur méthodologique des sondages relatifs aux élections et faisant l objet d une publication. Elle dispose pour cela des notices techniques que les instituts lui remettent à la veille de la publication ; elle peut en outre requérir de ceux-ci les compléments d information qui lui sembleraient nécessaires. Les modifications apportées par la loi du 2 février prévoient d ailleurs que désormais «toute personne a le droit de consulter auprès de la Commission des sondages la notice prévue par l article 3». 33

7 Tableau 4. EVOLUTION DES SONDAGES AVANT LE 21 AVRIL Mois : Janvier Février Mars Avril Dont 6 derniers Vote réel Nbre de sondages Total gauche 51,9 52,1 51,1 48,7 48,3 42,9 Total droite 47, ,5 51,3 51,7 57,1 Total général (1) (1) (1) (1) Total inférieur à 100 en raison de la présence de candidats inclassables. Source : site Internet Canal-Ipsos. Un accord est intervenu entre la commission et les instituts pour que le contenu de l information donnée aux personnes désirant faire usage de ce droit d accès n inclue pas le détail des opérations de redressement effectués sur les résultats bruts : ces opérations, considérées comme un savoir-faire spécifique de chaque institut, n auraient pas à être mises sur la place publique. Au moins les personnes intéressées peuvent-elles connaître le principe des redressements effectués : redressements socio-démographiques et redressements politiques, et, pour ces derniers, à partir de quelles bases. Certaines des notices émanant des instituts laissent d ailleurs le lecteur étonné, quand il apprend par exemple que les résultats ont été pondérés (entre autres) sur la base des préférences partisanes : on se demande d où peut être extraite la distribution exacte de ces préférences dans l ensemble de la population, si l on admet qu une telle variable est suffisamment stable pour servir à redresser un échantillon. D autres notices sont plus disertes sur l étendue de l expérience des responsables des études politiques de l institut en matière de sondages électoraux que sur la façon dont les nombreuses variables politiques énumérées comme bases de pondération ont pu être simultanément prises en compte. Le lecteur reste sur l impression que les méthodes utilisées peuvent laisser beaucoup de place à l arbitraire au moment d arrêter les chiffres qui seront finalement publiés. Et qu une certaine confusion existe entre le rôle du technicien, qui devrait être de produire des chiffres aussi exempts de biais que possible, et le rôle du politologue, qui est de les interpréter. Il nous semble que les déconvenues du 21 avril devraient amener la Commission des sondages à exiger des instituts davantage de précision sur la façon dont leurs chiffres sont produits. Il serait également souhaitable, compte tenu de l ampleur des déformations constatées dans le rapport droite-gauche, que la partie de la notice consultable par le public inclue une distribution des intentions de vote avant et après redressement, sans entrer dans le détail des procédures permettant de passer de l une à l autre ; ces dernières resteraient connues de la seule commission, à charge pour elle d en garantir l objectivité et la constance au fil de la campagne. La qualité du travail des instituts dans la collecte de leurs données apparaîtrait ainsi à travers l ampleur des calculs correctifs subies par celles-ci. Enfin, il serait raisonnable que les fiches techniques dont les instituts assortissent leurs publications complètent les renseignements usuels dates et modalités des interviews, texte des questions, taille des échantillons par l indication de la nature des redressements effectués : socio-démographique et/ou politique. Quand on observe que le déplacement sur l équilibre droite-gauche opéré par certains redressements politiques peut atteindre 10 points, cette information devient trop importante pour ne pas être mentionnée, compte tenu de l enjeu politique des sondages. l Législatives : des sondages discrets mais instructifs Quelle appréciation les observateurs auraient-ils portée sur le travail des instituts de sondages si les législatives avaient eu lieu avant les présidentielles? Ils leur auraient vraisemblablement accordé un satisfecit, au vu des intentions de vote publiées par cinq d entre eux. En effet, les tendances fortes sont détectées, le poids de l ex-majorité plurielle est bien situé, et la poussée vigoureuse à droite bien annoncée. Tout au plus peut-on observer qu au sein du total des voix de droite, la droite de gouvernement est sous-estimée et l extrême droite surestimée. C est l effet des redressements, qui imputent à l ensemble de l électorat Le Pen le comportement des plus déterminés de ses électeurs, ceux qui annoncent leur vote aux enquêteurs. Reste un paradoxe : l élection présidentielle, statistiquement la plus simple, aura causé cette année bien plus de tourments aux sondeurs que ce premier tour des législatives avec ses 577 compétitions particulières 34

Comment faire parler les chiffres

Comment faire parler les chiffres Sondages d opinions Comment faire parler les chiffres Sept règles d or à l usage des journalistes et des communicants pour utiliser les données d un sondage d opinions sans se tromper ni tromper son audience

Plus en détail

29 mai 2005, un paysage dynamité

29 mai 2005, un paysage dynamité 29 2005, un paysage dynamité Par Dominique Reynié, Professeur des Universités à l Institut d études politiques de Paris L exercice démocratique du 29 2005 confirme amplement que le référendum demeure un

Plus en détail

Peut-on croire un sondage?

Peut-on croire un sondage? Peut-on croire un sondage? Après le «traumatisme» du premier tour de l élection présidentielle de 2002, sont parus le même jour dans le journal «le Monde» deux articles au ton assez différent. On peut

Plus en détail

Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle

Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle COMMUNIQUE DE PRESSE Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle Sondage Harris Interactive pour M6-MSN-RTL Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

La Constitution et l exercice des pouvoirs

La Constitution et l exercice des pouvoirs Thème La Constitution et l exercice des pouvoirs Instituée par le général de Gaulle en 958, et toujours en vigueur aujourd hui grâce à la souplesse des institutions qui ont su s adapter au fil du temps,

Plus en détail

Les intentions de vote pour les élections régionales en Midi-Pyrénées- Languedoc-Roussillon

Les intentions de vote pour les élections régionales en Midi-Pyrénées- Languedoc-Roussillon Les intentions de vote pour les élections régionales en Midi-Pyrénées- Languedoc-Roussillon Ifop pour Midi Libre, Centre Presse, La Dépêche du Midi et L Indépendant JF/EP N 113175 Contacts Ifop : Jérôme

Plus en détail

LA MÉTHODE D ENQUÊTE. Section Méthodologie LES CARACTÉRISTIQUES DE L ÉCHANTILLON SÉLECTIONNÉ

LA MÉTHODE D ENQUÊTE. Section Méthodologie LES CARACTÉRISTIQUES DE L ÉCHANTILLON SÉLECTIONNÉ Section Méthodologie Cette section provient intégralement du rapport Sécurité ou insécurité routière dans la culture populaire Enquête sur la tolérance à l insécurité routière détenteurs de permis de conduire

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 61 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 25 octobre 2010 PROPOSITION DE LOI sur les sondages visant à mieux garantir la sincérité du débat politique et électoral,

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail

Les principales méthodes d évaluation

Les principales méthodes d évaluation Attention : Cette fiche n a pas pour objet de fixer administrativement la valeur des biens. Elle ne doit pas être assimilée à une instruction administrative. Elle propose les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

SIMULATION ELECTORALE

SIMULATION ELECTORALE SIMULATION ELECTORALE COMMUNICATION - PROGIS - JOURNALISME IEP Grenoble - Présidentielle 2012 SIMULATION ELECTORALE PRÉSIDENTIELLE 2012 A l initiative de l Association des Diplômés, cette simulation du

Plus en détail

Commentaires. Michael Narayan. Les taux de change à terme

Commentaires. Michael Narayan. Les taux de change à terme Commentaires Michael Narayan L étude de Levin, Mc Manus et Watt est un intéressant exercice théorique qui vise à extraire l information contenue dans les prix des options sur contrats à terme sur le dollar

Plus en détail

Le Baromètre Politique Français (2006-2007) CEVIPOF - Ministère de l Intérieur

Le Baromètre Politique Français (2006-2007) CEVIPOF - Ministère de l Intérieur Le Baromètre Politique Français (2006-2007) CEVIPOF - Ministère de l Intérieur 1 ère vague Printemps 2006 Les électeurs français et l information télévisée Thierry Vedel Centre de Recherches Politiques

Plus en détail

HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012

HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012 Ifop Fiducial / Europe 1 Bilan de l action de François Hollande un an après l élection présidentielle de 2012 BILAN DE L ACTION DE FRANÇOIS HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012 La méthodologie

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL»

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» La représentation de l activité des entreprises, dans les normes comptables

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique. Les Français, leur épargne et leur retraite

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique. Les Français, leur épargne et leur retraite CECOP Centre d études et de connaissances sur l opinion publique Les Français, leur épargne et leur retraite FD/EP N 113015 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Esteban Pratviel Département Opinion et Stratégies

Plus en détail

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 WWW.CROP.CA Le Protocole CROP de calibration des panels en ligne

Plus en détail

CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING

CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING SÉLECTION DES RISQUES PRÉVISION DES DÉFAUTS SUIVI ET CONTRÔLE Pierre-Louis GONZALEZ Différents types de

Plus en détail

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction.

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Etudes et traitements statistiques des données : le cas illustratif de la démarche par sondage INTRODUCTION

Plus en détail

Le Baromètre Politique Français (2006-2007)

Le Baromètre Politique Français (2006-2007) Le Baromètre Politique Français (2006-2007) 3 ème vague Hiver 2006 L IMAGE DES CANDIDATS EST-ELLE LA CLÉ DE L ÉLECTION? Daniel Boy & Jean Chiche Les données du BPF 2006-2007 ont été produites par le CEVIPOF

Plus en détail

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES Université Paris 13 Cours de Statistiques et Econométrie I UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 Licence de Sciences Economiques L3 Premier semestre TESTS PARAMÉTRIQUES Remarque: les exercices 2,

Plus en détail

Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique

Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique Romain Guignard, Jean-Louis Wilquin, Jean-Baptiste Richard,

Plus en détail

Le regard des Français sur le secret des échanges entre un avocat et son client. IFOP pour Ordre des avocats de Paris

Le regard des Français sur le secret des échanges entre un avocat et son client. IFOP pour Ordre des avocats de Paris Le regard des Français sur le secret des échanges entre un avocat et son client IFOP pour Ordre des avocats de Paris FD/MCP N 112477 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Femmes et politique Le rôle des partis politiques et l impact du système électoral dans la représentation des femmes au parlement

Femmes et politique Le rôle des partis politiques et l impact du système électoral dans la représentation des femmes au parlement Femmes et politique Le rôle des partis politiques et l impact du système électoral dans la représentation des femmes au parlement Projet de rapport Présenté par Mme Pascale Boistard, députée (France) Rapporteure

Plus en détail

10 QUESTIONS/RÉPONSES POUR DEVENIR INCOLLABLE SUR LES SONDAGES

10 QUESTIONS/RÉPONSES POUR DEVENIR INCOLLABLE SUR LES SONDAGES 10 QUESTIONS/RÉPONSES POUR DEVENIR INCOLLABLE SUR LES SONDAGES Marine Le Pen était-elle vraiment première candidate des jeunes en 2012? Dix ans plus tôt, pouvait-on prévoir le 21 avril 2002? Les sondages

Plus en détail

Les Français et la liberté de la presse. Ifop pour Metronews et Reporters sans frontières

Les Français et la liberté de la presse. Ifop pour Metronews et Reporters sans frontières Les Français et la liberté de la presse FD/GM N 113153 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume Marchal Département Opinion et Stratégies d'entreprise TEL : 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com JUIN 2015

Plus en détail

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ Rédigé par Edwin L. Weinstein, Ph.D., C.Psych. The Brondesbury Group Résumé Le présent sondage a pour objectif premier de cerner les facteurs

Plus en détail

Sondages en ligne : une méthodologie éprouvée

Sondages en ligne : une méthodologie éprouvée Sondages en ligne : une méthodologie éprouvée Les critiques à l encontre des sondages comme outils de connaissance et d analyse des ressorts de l opinion publique ne sont pas chose nouvelle. Toutefois,

Plus en détail

Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015

Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015 www.pwc.com/ca/insurance Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015 Puisque divers points de vue sont analysés lors des réunions de l IASB, et qu il est souvent difficile de décrire

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE

LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE 201 LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE Jérôme JAFFRÉ Directeur du Centre d Études et de Connaissances sur l Opinion Publique Jean-Pierre GAILLARD Président du Cercle des Epargnants Philippe CREVEL Secrétaire

Plus en détail

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI Supplément spécial ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI Mairie-conseils décrypte pour vous les principaux changements apportés par la loi électorale du 17 mai 2013 : abaissement du seuil du scrutin

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Note d analyse Les Français et la protection sociale Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive du 1 er au 6 février 2012. Echantillon

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES 25 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 25 ième

Plus en détail

Observatoire des politiques publiques :

Observatoire des politiques publiques : Observatoire des politiques publiques : Les Français et l économie sociale et solidaire Sondage Ifop pour Acteurs Publics Contact Ifop : Damien Philippot Directeur des Etudes Politiques Département Opinion

Plus en détail

Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris

Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris Sondage Ifop pour la FFSE Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Anne-Sophie Vautrey Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE HAUT CONSEIL DE LA COMMUNICATION HCC CODE DE BONNE CONDUITE POUR LES ACTEURS POLITIQUES, SOCIAUX ET LES MEDIAS A L OCCASION DES ELECTIONS PRESIDENTIELLE ET LEGISLATIVES DE 2011 -*-*-*-*-*-*- Bangui, décembre

Plus en détail

La crise économique vue par les salariés français

La crise économique vue par les salariés français La crise économique vue par les salariés français Étude du lien entre la performance sociale et le contexte socioéconomique Baggio, S. et Sutter, P.-E. La présente étude s intéresse au lien entre cette

Plus en détail

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012 Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012 Un sondage Anacej / Ifop L Anacej a lancé en novembre 2011 la campagne 2012, je vote pour inciter les jeunes à vérifier leur inscription

Plus en détail

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO)

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Enquête sur le financement des PME en Suisse réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Mai 200 Table des matières 2 Page 1. Descriptif de la recherche 3 2. Profil et mode de financement des

Plus en détail

Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal

Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal Mémoire déposé dans le cadre des consultations citoyennes sur le projet de réforme de la gouvernance du Renouveau Sherbrookois

Plus en détail

Les Français et le libéralisme

Les Français et le libéralisme Les Français et le libéralisme Vague 2 Sondage Ifop pour L Opinion/Génération Libre/i>TELE Mai 2015 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume Marchal Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2012/2013 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

Le Baromètre de l économie. BVA - BFM - La Tribune - The Phone House

Le Baromètre de l économie. BVA - BFM - La Tribune - The Phone House Mai 2008 Le Baromètre de l économie BVA - BFM - La Tribune - The Phone House Les indices de confiance BVA - BFM - La Tribune - The Phone House Impact de la crise financière internationale sur l attitude

Plus en détail

Le rôle du Tribunal fédéral suisse comme autorité de recours dans le processus électoral

Le rôle du Tribunal fédéral suisse comme autorité de recours dans le processus électoral Troisième séminaire des correspondants nationaux de l ACCPUF Paris, 17 19 novembre 2003 Le rôle du Tribunal fédéral suisse comme autorité de recours dans le processus électoral par Robert Zimmermann, Docteur

Plus en détail

L organisation des pouvoirs de la Vème République

L organisation des pouvoirs de la Vème République L organisation des pouvoirs de la Vème République I. Comment fonctionne la Vème République? A. La constitution P. 105 : Préambule de la Constitution de la Vème République : Qu est-ce qu une constitution?

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA Après ces projets dont notre Président nous permet d espérer la réalisation

Plus en détail

2.2 Objet du contrôle Il y a lieu de vérifier les points suivants de manière individuelle ou combinée.

2.2 Objet du contrôle Il y a lieu de vérifier les points suivants de manière individuelle ou combinée. Protection des données; examen périodique des applications informatiques; CONDITIONS GÉNÉRALES (également valables lors de recours à des sociétés d audit) 1 Quiconque souhaite charger une société d audit

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA QUESTION DE LA

LES FRANÇAIS ET LA QUESTION DE LA LES FRANÇAIS ET LA QUESTION DE LA CANDIDATURE DE DOMINIQUE STRAUSS- KAHN A L ELECTION PRESIDENTIELLE - Sondage de l'institut CSA - N 1100267A Février 2011 Contact : Jérôme Sainte-Marie Directeur du département

Plus en détail

Les Français et l assurance santé

Les Français et l assurance santé Mai 2013 Contacts : 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français et l assurance santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon :

Plus en détail

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs!

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! France Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! Comme le rappelle la CNIL dans sa délibération n 88-083 du 5 Juillet 1988 portant adoption d une recommandation relative

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Les Français et les complémentaires santé

Les Français et les complémentaires santé Les Français et les complémentaires santé Sondage Ifop pour Lecomparateurassurance.com Contact Ifop : Romain Bendavid Directeur de clientèle Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45 84 14 44

Plus en détail

La définition La méthode. Les échelles de mesure L ENQUETE PAR SONDAGE : LA METHODE

La définition La méthode. Les échelles de mesure L ENQUETE PAR SONDAGE : LA METHODE L ENQUETE PAR SONDAGE : LA METHODE La définition La méthode Le questionnaire Les biais La passation du questionnaire La validité des réponses Les échelles de mesure Les échelles d évaluation Les échelles

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013 CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE Commission Services Publics 26 novembre 2013 Intervention de Christophe SOULLEZ, chef du département ONDRP Depuis notre dernière encontre nous avons poursuivi

Plus en détail

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements En un quart de siècle, la mobilité sociale a peu évolué Stéphanie Dupays En 2003, un homme âgé de 40 à 59 ans sur trois a une position sociale identique à celle de son père au même âge. Ce chiffre cache

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

Législatives 2012. Le financement de la campagne électorale

Législatives 2012. Le financement de la campagne électorale Législatives 2012 Le financement de la campagne électorale Quelques rappels : La campagne débutera après l investiture du nouveau Président de la République et la formation du nouveau gouvernement soit

Plus en détail

JF/FM N 18819 Contacts Ifop : Jérôme Fourquet / Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com. pour

JF/FM N 18819 Contacts Ifop : Jérôme Fourquet / Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com. pour JF/FM N 18819 Contacts Ifop : Jérôme Fourquet / Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com pour Les jugements sur les mesures de lutte contre l insécurité Résultats détaillés Août 2010

Plus en détail

Baromètre de l innovation

Baromètre de l innovation Baromètre de l innovation Un baromètre BVA Syntec numérique Ce sondage est réalisé par pour le Publié dans et, le 10 avril, et diffusé sur Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon

Plus en détail

Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011

Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali A la demande du Cercle des Epargnants et de Generali, le Centre d Etudes et de Connaissances

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

Guide méthodologique : Enquêtes en ligne

Guide méthodologique : Enquêtes en ligne Guide méthodologique : Enquêtes en ligne Une enquête est une «méthode systématique de collecte d'informations à partir d un échantillon possédant des caractéristiques représentatives de l'ensemble de la

Plus en détail

Les Français, l épargne et la retraite

Les Français, l épargne et la retraite 11, boulevard Haussman. 75009 Paris 01 58 38 65 87 / 37 www.cercledesepargnants.com contact@cercledesepargnants.com Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Le Cercle des Epargnants, partenaire

Plus en détail

GUIDE DE SENSIBILISATION DES ELECTEURS

GUIDE DE SENSIBILISATION DES ELECTEURS 1 République de Guinée Commission Electorale Nationale Indépendante GUIDE DE SENSIBILISATION DES ELECTEURS Election Présidentielle, octobre 2015 Conakry, Août 2015 1 2 Introduction Les organisations de

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public ENQUÊTE NATIONALE SUR LA POPULATION CANADIENNE Document destiné à l Association canadienne du diabète Préparé par Environics

Plus en détail

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Octobre 2005 Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle Dans un contexte de mondialisation, face à une compétitivité

Plus en détail

Observer dans la durée les atteintes aux voitures

Observer dans la durée les atteintes aux voitures Observer dans la durée les atteintes aux voitures I. Une baisse continue À l échelle nationale 1, le seul indicateur qui permette de suivre l évolution des atteintes aux véhicules sur le long terme est

Plus en détail

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) interroge ses membres sur plusieurs aspects touchant leur pratique professionnelle à l aide de sondages, de groupes de

Plus en détail

Les propositions de Nicolas Sarkozy

Les propositions de Nicolas Sarkozy Les propositions de Nicolas Sarkozy Sondage CSA pour Les Echos, Radio Classique et l Institut Montaigne Mars 2015 Etude N 1500259B Fiche technique Interrogation Echantillon national représentatif de 1010

Plus en détail

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 Rattache pour ordre au procès-verbal de la séance du 8 juillet 1992. Enregistre a la Présidence du Senat le 28 septembre 1992. PROPOSITION DE LOI

Plus en détail

SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ

SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ RÉSULTATS DE L ÉTÉ 2008 JUMELÉS À CEUX DE L HIVER 2008 RAPPORT VERSION FINALE Daniel

Plus en détail

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales Étude sur la compétitivité des administrations cantonales réalisée pour les Chambres de commerce latines Avril 2015 2 1. Descriptif de la recherche Contexte et méthodologie 3 La 7 ème vague de l étude

Plus en détail

Brock. Rapport supérieur

Brock. Rapport supérieur Simplification du processus de demande d aide financière dans les établissementss : Étude de cas à l Université Brock Rapport préparé par Higher Education Strategy Associates et Canadian Education Project

Plus en détail

Vote par Internet : quel avenir?

Vote par Internet : quel avenir? Journée de la sécurité des systèmes d information du 22 mai 2008 Proposition d intervention Thème général : anonymat, vie privée et gestion d'identité Vote par Internet : quel avenir? Le 22 mai 2008 Benoit

Plus en détail

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE Michel MOUILLART Directeur Scientifique de l Observatoire de l Endettement des Ménages

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

pour les compagnies d assurances non-vie relatif à l estimation des paramètres du modèle standard SST

pour les compagnies d assurances non-vie relatif à l estimation des paramètres du modèle standard SST GUIDE PRATIQUE pour les compagnies d assurances non-vie relatif à l estimation des paramètres du modèle standard SST Edition du 16 décembre 2011 But Le présent guide pratique s entend comme une aide pour

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise

FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise 35 rue de la gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39 pour Les Français

Plus en détail

LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL AU QUÉBEC

LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL AU QUÉBEC LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL AU QUÉBEC Par: Jean-Pierre Brun, professeur Éric Plante, Professionnel de recherche Sondage par: Léger Marketing Mars 2004 DÉFINITION DU HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE

Plus en détail

Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité

Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité (adopté par le Conseil d administration du 8 octobre 2014) * Chapitre 1. Dispositions électorales communes aux instances de gouvernance Article 1.

Plus en détail

Le présent document a pour objet de définir les modalités d organisation de l élection des délégués du personnel (ou du C E) de

Le présent document a pour objet de définir les modalités d organisation de l élection des délégués du personnel (ou du C E) de Le présent document a pour objet de définir les modalités d organisation de l élection des délégués du personnel (ou du C E) de Article 1 er : Effectif de l entreprise Nombre de sièges à pourvoir L effectif

Plus en détail

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Table des matières 1 Cœur-satellite : une méthode de placement efficace 3 Avantages d une gestion indicielle pour le cœur du portefeuille 6 La

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification AUDIT DES COMPTES D UN CANDIDAT À UNE ÉLECTION FÉDÉRALE AOÛT 2015 Modèle de lettre de mission d audit, modèle de lettre d acceptation et modèle de rapport de l auditeur indépendant

Plus en détail

Sondage auprès des électeurs au sujet des communications avec les électeurs

Sondage auprès des électeurs au sujet des communications avec les électeurs RAPPORT FINAL Sondage auprès des électeurs au sujet des communications avec les électeurs Rapport rédigé pour le compte d Élections Canada Mars 2013 Also available in English upon request. Phoenix SPI

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Introduction : Dans le but d accroître la transparence et la comparabilité des rapports

Plus en détail

RÈGLEMENTINTÉRIEUR MAI 2015. Éditions de l Union

RÈGLEMENTINTÉRIEUR MAI 2015. Éditions de l Union RÈGLEMENTINTÉRIEUR Éditions de l Union TITRE I ADHÉRENTS Article 1 er DEMANDE D ADHÉSION 1. Toute personne physique souscrivant à l objet et aux valeurs du Mouvement peut adresser une demande d adhésion,

Plus en détail

Les étapes des élections des délégués du personnel

Les étapes des élections des délégués du personnel C est à l employeur qu il appartient, lorsque le seuil d effectif est dépassé puis une fois tous les 4 ans, d organiser les élections des délégués du personnel. Il doit alors préparer les élections en

Plus en détail

FD/MH N 1-6920 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Mayeul l Huillier Tél : 01 45 84 14 44 mayeul.lhuillier@ifop.com. pour

FD/MH N 1-6920 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Mayeul l Huillier Tél : 01 45 84 14 44 mayeul.lhuillier@ifop.com. pour FD/MH N 1-6920 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Mayeul l Huillier Tél : 01 45 84 14 44 mayeul.lhuillier@ifop.com pour Le climat électoral dans le 5ème arrondissement de Paris Résultats détaillés Le 4 mars

Plus en détail