Les corporations d artisans et de commerçants à Coutances

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les corporations d artisans et de commerçants à Coutances ---------------------------------------------"

Transcription

1 Les corporations d artisans et de commerçants à Coutances (adapté de J.Toussaint, Coutances des origines à la Révolution, t.2) Coutances n'a jamais été un centre commercial important; si jamais elle a eu quelque vocation industrielle, celle-ci est très atténuée dès le XVIIe siècle. Aussi, les conditions économiques ne pouvaient favoriser la naissance d'un patriciat puissant: les familles de marchands, sitôt acquise une honnête aisance, tentaient de déboucher dans la magistrature, mais là elles ont rapidement et sans doute victorieusement été concurrencées par de riches souches paysannes qui, dans leurs villages, sont arrivées à créer une véritable bourgeoisie rurale. Si au début du XVIIe siècle les fils de laboureurs s'en vont en ville pour y faire fortune, au XVIIIe ils s'y établiront pour y vivre honorablement des richesses amassées par leurs parents, ce qui est l'indice d'une situation assez prospère des campagnes basnormandes sous l'ancien Régime. Le commerce et l'industrie ont besoin d'ordre et de sécurité pour naître et pour se développer. Les invasions nordiques leur furent totalement contraires. Dès l'époque ducale, on les voit demander au principe d'association un moyen de protection contre toutes sortes d'obstacles. Ce principe d'union et de solidarité mutuelle, dans le désarroi de toutes les institutions civiles et politiques, fut alors, avec l'administration religieuse, le seul où la société put se reprendre et commencer à se reconstituer. Saint Louis a fourni un code à l'industrie et l'a réglementée, et l'évêque de Coutances, en 1318, donna des règlements aux tisserands de la contrée. Un registre contient les statuts de 21 corporations et donne leur date de constitution ou parfois de leur renouvellement: Toiliers 1475 Drapiers 1480 Cordonniers 1489 Maréchaux 1502 Cuisiniers, pâtissiers 1573 Maçons, tailleurs, imagiers 1581 Serruriers 1581 Bastiers (maçons) 1581 Menuisiers 1587 Couvreurs d'ardoises 1601 Carreleurs (savetiers) 1601 Peintres, vitriers 1601 Selliers 1610 Chandeliers 1611 Estaminiers (potiers d'étain) 1613 Charpentiers 1614 Grossiers, mercier 1615 Chapeliers 1679 Poissonniers 1678 Bouchers 1679 Tailleurs d 'habits 1680 On peut évaluer l'importance de chacun de ces corps de métiers en relevant et en comparant le nombre de délégués qu'ils envoyaient pour soutenir leurs intérêts devant les autorités compétentes... chiffre vraisemblablement proportionné au nombre des membres adhérents : les toiliers et les maçons en fournissent chacun 30; les tailleurs, 26; les menuisiers et les cordonniers, 24; les merciers, 23; les carreleurs ou savetiers, 22; les charpentiers, 17; les maréchaux, 12; les estaminiers, 11; les drapiers, 10; les couvreurs d'ardoises, cuisiniers, pâtissiers, bastiers, serruriers, peintres-vitriers, 9; les selliers, 7; les chandeliers et les poissonniers, 5. Ces chiffres montrent une plus grande importance du commerce et de l'industrie coutançaise au début du XVIIe siècle, sous le ministère de Sully et le règne de Henri IV, que par la suite. Des économistes ont supposé que le commerce coutançais a suivi le sort du port voisin de Regnéville, qu'il fut prospère tant que les gros navires ont pu pénétrer dans ce port naturel et qu'il a, au contraire, fléchi et a fini à peu près par s'éteindre quand le havre de Regnéville s'est ensablé.

2 Les compagnons d'un même métier, quand ils voulaient s'ériger en «corporation» avaient à franchir deux étapes. Ils devaient d'abord se faire connaître et autoriser par l'intendant de la généralité et les assises de Caen. Ils devaient ensuite comparaître devant le sénéchal de la prévôté de Coutances, à qui ils donnaient lecture de l'autorisation venue de Caen. Le sénéchal, après avoir enregistré cette autorisation, faisait jurer aux maîtres d'observer scrupuleusement les règlements de cette corporation, après quoi la publication en était faite à son de trompe dans les carrefours et lieux publics de la ville. Ces statuts enregistrés, contrôlés, certifiés véritables étaient signés par les maîtres-jurés en exercice. Deux métiers ont eu, à Coutances, une importance spéciale: les drapiers, ou toiliers, tisserands et autres ouvriers du drap et du lin ; les tanneurs et ouvriers du cuir. Les drapiers et tisserands Les toiliers et drapiers sont parmi les plus anciens corps d'état. Leur constitution en corporations remonte à 1475 et 1480; mais ils avaient déjà des statuts établis par l'évêque de Coutances en Les terrains de la région sont propices au lin et, à la fin du XVIIIe siècle, la profession de filandier primait toute autre activité. Deux quartiers surtout: la Croix-Quillard (au nord) et le Pont de Soulles (au sud, près de la rivière) possédaient des tisserands et des filandiers (voir les noms des rues «de la Filanderie» et «des Teintures»). Dans un état de population datant de 1689, on trouve des ouvriers laineurs et des ouvriers fouleurs, professions qui ne s'exercent que là où il y a des fabriques de toiles et de draps. Dans un autre état de population qui est de 1666, on constate l'existence de très nombreux ouvriers tisserands, surtout dans les quartiers extrêmes. Un rapport du 14 mars 1612 donne quelques règles propres à la corporation des «tissiers». «Par devant nous Gilles Dandouville, écuyer, sieur Dandouville, conseiller du roi, notre sire, lieutenant-général civil et criminel au bailliage du Cotentin, tenant les assises à Coutances; en présence des conseillers tenant le siège présidial du dit Coutances; et de maître Guy Le Comte, avocat et procureur du roy au dit lieu, sont comparus les maîtres du mestier de tissier, de tellier en toile coetys, droguets et ouvrages, de la ville de Coutances dont les noms ensuyvent. «C'est à savoir: Gilles Boulleur, Nicolas Lerondel, maistres-jurés du dit mestier, Jean Potier, Germain Lecat, Jean de Lisle, Pierre Leroy, etc., pour rétablir et instituer... les statuts et ordonnances qui ensuyvent, en attendant qu'ils pourront recouvrer les statuts fait faire et dresser en l'année 1582 et qui ont disparu...» Suivent des ordonnances concernant l'assistance aux offices liturgiques prescrite par la confrérie... puis des clauses professionnelles : «Item tout apprentif du dit mestier sera tenu faire chef-d œuvre, suivant les ordonnances du roy, sur peine d'amende de vingt sols, la moitié au roy et seigneur évêque de Coutances, l'autre moitié allant aux torches du dit mestier. «Item tout apprentif sera tenu faire chef-d œuvre du plus haut style en ouvrage dont il entend faire usage au temps à venir lequel lui sera ordonné par lesdits maîtres-jurés et gardes du métier, en présence du conseil de six autres maîtres délégués, chargés de surveiller le travail et d'empêcher toute fraude pouvant s'introduire dans la confection du chef-d œuvre... «Item, tous apprentifs ne pourront exercer le métier qu'ils n'aient travaillé sous maître le temps de trois années, pour satisfaire à leur apprentissage, sur peine de 10 sols d'amende...» Cette durée de l'apprentissage variait avec les différents corps de métier et dépendait de leur difficulté, mais on voit que la préparation professionnelle - l'école d'apprentissage - était minutieusement surveillée, que la qualité de l'apprenti devait se prouver, à la sortie d'apprentissage, par un chef-d œuvre présenté à un jury qualifié et contrôlé sévèrement. Après quoi il était reçu maître. «Il est ordonné que nul maître du dit mestier ne pourra tirer ni prendre aucuns tissands, lesquels auront travaillé sous autre maître, sans son consentement, sur peine d'amende...» [ ] «Item, si aucun ouvrier passant par le pays veut besogner en icelle ville ou faubourgs, il fera une pièce chez l'un des maîtres et s'il veut plus besogner il payera une livre de cire, allant à la dite torche, et s'ils ne tiennent à le mettre en besogne, les-dits gardes seront tenus donner 18 deniers tournois aux dépens des dites torches pour lui aider à passer le pays.» [ ] «Item, aucun maître dudit mestier ne besognera à la pièce que l'un des autres maîtres du métier

3 aura ourdie, si ce n'est de l'accord et du consentement de celui qui l'aura ourdie, sur peine d'une livre de cire allant à l'entretien de la torche.» [ ] «Item, aucun maître ne mettra en besogne nul ouvrier passant qui mène femme avec lui si elle n'est son épouse, sur la peine d'une livre de cire.» [ ] «Item, après le décès des maîtres ou maîtresses ou leurs enfants, les torches du dit mestier seront portées par les susdits gardes et maîtres-jurés du mestier, lesquels seront tenus assister au convoi et enterrement ainsi que c'est usage et coutume...» Le commerce de la toile Le commerce se faisait beaucoup par mer. Le voisinage de la mer était donc source de profits. Des relations de commerce reliaient la côte coutançaise avec les Indes, où l'on exportait des draps, et les îles d'amérique, les Antilles françaises. Les ports d'agon, avec son havre, celui de Blainville et celui de Regnéville ont connu leur époque de prospérité et d'activité. Il y avait pour les habitants de ces côtes maritimes le revers de cette prospérité. C'était le service dans la marine royale et les canonnières gardecôtes. Heugueville, par exemple, fournissait 50 matelots en temps de guerre. Le rapport de l'intendant de Gourgue (1689) constate qu'à son époque il se fait, à Coutances et dans son élection: «un grand commerce de toille et de coutil que l'on porte aux Indes et dont le débit est considérable.» «La moitié des terres de l'élection, écrit M. Lemare (16), étaient cultivées en lin, et même d'après de vieux titres les fermiers de Gavray et de Cerisy avaient le droit de semer en lin les deux-tiers de leurs terres.» Tandis que les femmes filaient à la maison, les hommes, délaissant pour un temps le travail de la terre, s'adonnaient au tissage. Les belles toiles de Coutances, les «Coutances» comme on les appelait, s'expédiaient partout en France, et même à l'étranger. Embarquées à Saint-Malo, elles étaient connues en Angleterre, en Espagne, jusqu'aux Indes. Elles durent être embarquées primitivement à Regnéville, après avoir été vendues aux foires d ' Agon et de Montmartin-sur-Mer. La foire d ' Agon remontait aux ducs de Normandie. Elle se déroulait sur 8 jours, à la Pentecôte, et elle avait été établie par Jean Sans Terre, comte de Mortain et roi d'angleterre, en 1201, à la veille du rattachement de la Normandie au royaume de France. Elle était célèbre dans toute l'europe. Par la suite, elle fut transférée à Montmartin-sur-Mer, plus près de la Sienne et du port de Regnéville. Les vaisseaux d'espagne, de Portugal, d'angleterre, d'irlande, de Flandre et de Hollande y venaient à grandes flottes. Ceux des îles hanséatiques y venaient aussi; mais après plusieurs pillages par les Anglais, notamment en 1451, au lendemain de la guerre de Cent Ans, on éloigna de cette côte dangereuse la foire de Montmartin, qui fut fixée dans un faubourg de Falaise, à Guibray. La suppression de la foire de Montmartin ne supprima pas l'activité du port de Regnéville, ni la prospérité des manufactures de toile de Coutances. Le rapport de l'intendant de Vastan (1731) constate que : «Il n'y a aucune manufacture d'ouvrages de laine dans l'élection de Coutances, mais uniquement des manufactures de toiles. [ ] 465 métiers ou environ, dans l'élection, fournissaient cette branche de manufacture, dont 90 métiers sont dans la ville ou les faubourgs, montés en toiles de différentes qualités, nappes, serviettes et coutils, le surplus dans les paroisses circonvoisines où l'on trouve des coutils, des toiles appelées blancardes et petites toiles rayées et à carreaux, métiers qui font vivre personnes au moins; le salaire d'un compagnon est de 7 à 9 sous par jour; celui d'une fileuse 3 à 4 sous. Les coutils de Coutances ont conservé ce nom, qu'ils soient fabriqués en ville ou dans les environs, parce que ce sont les marchands de Coutances qui les font fabriquer au dehors, afin d'éviter les droits urbains. Leur largeur varie entre une aune, 7/8, 3/4, 2/3 et une demi-aune. Le règlement de 1693 ne comporte que ceux de 3/4 ou de 2/3 d'aune, mais il convient que les trois autres laisses soient également autorisées. Ces coutils se consomment dans le royaume et sont envoyés à Paris, Lyon, La Rochelle, Bordeaux et autres villes; la Bretagne en fait venir beaucoup, ainsi que les îles anglaises de Jersey et de Guernesey. On en fait des lits, des traversins, des tentes et autres bagages de l'armée, ainsi que des habits. Leur qualité est sérieuse, sans approcher toutefois des coutils de Bruxelles, plus fins et d'un prix moins élevé. Les fils qui servent à tisser les coutils de Coutances paient, à leur entrée en ville, un droit de tarif de 57 sous du cent pesant, et après fabrication six deniers par aune et 4 sous par livre. S'ils sont fabriqués à la campagne, comme toujours les chaînes, ils paient 46 sous, bien que le fil utilisé ait déjà payé 57 sous du cent pesant, et quand le tissu revient en ville après fabrication à la

4 campagne, il paye encore six deniers par aune et 4 sous par livre, sans compter le droit d'aunage réservé à l'aunier-juré. Encore faut-il y ajouter le droit de la coutume qui, à la vérité, était de peu d'importance. Cette manufacture était peut-être plus forte à Coutances, au XVIIe siècle, qu'elle ne l'est au XVIIIe; mais plutôt que diminuée, elle s'est surtout déplacée de la ville dans les paroisses environnantes. [ ] Ce qui reste certain, c'est que si l'on compare la situation de cette manufacture des coutils dans l'élection, il y a quinze ans (vers 1715) à la situation actuelle (1731), on trouve qu'elle a augmenté des deux-tiers. [ ] Les prix actuels des marchandises manufacturées à Coutances sont : les toiles de lin, de 1 livre 8 sous jusqu'à 4 livres 10 sous; celles de chanvre de 1 livre 7 sous jusqu'à 3 livres 10 sous; celles d'étoupe depuis 11 jusqu'à 20 sous; les serviettes depuis 55 jusqu'à 160 livres la pièce de 48 aunes; les nappes depuis 52 sous jusqu'à 7 livres 10 sous la pièce; les coutils vidés depuis 30 jusqu'à 40 sous; les non vidés depuis 22 jusqu'à 38 sous l'aune. Les petites toiles et à petits carreaux servent à différents usages et se répandent dans tout le royaume; elles ont une demi-aune de largeur. [ ] II est certain que la fabrique de la toile a diminué dans la ville de Coutances pour émigrer dans les faubourgs voisins.» En 1677, il n'y avait plus à Coutances que 5 filandiers, un imprimeur sur toile, 3 marchands et 56 tisserands. L'industrie n'y était pas morte, mais elle déclinait, au profit de Marigny, Cerisy et Canisy. Cela tenait à deux causes: la malfaçon et l'impôt. Les marchands coutançais, éblouis par les bénéfices faciles, manquèrent de prudence en ne prévoyant pas le déplacement inévitable de leur marché. Ils n'ont songé à réagir que lorsqu'il n'était plus temps. On tenta, sous la Révolution, de rétablir l'ancienne prospérité du marché à toiles : en vain. Coutances n'a plus jamais connu cette prospérité. Tanneurs et ouvriers du cuir Le travail des peaux fut une industrie essentielle à Coutances. Il aurait remonté à l'époque gauloise : Cosedia (l un des noms primitifs de Coutances), qui serait une fondation grecque, était située sur l'emplacement du quartier du Pont de Soulles (le nom Cosedia, viendrait du mot grec Kôs, Kôos, toison). Un diplôme décerné à un parcheminier du Pont de Soulles, en 1761, montre le fonctionnement de la corporation. Le postulant, après avoir accompli cinq années d'apprentissage et trois années de compagnonnage et subi l'épreuve du chef-d œuvre, présentait sa requête au bailli du Cotentin. Il devait être porteur d'une pièce attestant qu'il avait passé l'examen devant les maîtres ou jurés du métier, lesquels déclaraient par signature le postulant apte à entrer dans leur corporation; d'une quittance signée du préposé au recouvrement des finances constatant qu'il a payé au trésor la somme de 37 livres 10 sols, droits exigés pour l'exercice de la profession; d'une autre quittance attestant qu'il a payé la cire pour l'entretien des torches du métier et autres droits dus à la communauté. Ces formalités remplies, le lieutenant-général de police du bailliage par lettres patentes, du consentement du procureur du roi, et après avoir reçu le serment du suppliant, le déclarait admis «à tenir ouvreur et à exercer dans la ville de Coutances et banlieue et non ailleurs la profession de tanneur, corroyeur, hongroyeur, peaussier, mégissier et parcheminier ; l'autorisait à jouir des privilèges et exemptions attachés à ladite profession avec obligation de se conformer aux statuts, règlements et charges y afférents». Il était aussi défendu d'acheter des cuirs ailleurs qu'à la halle et avant six heures du matin de Pâques à la Saint-Michel et avant huit heures de la Saint-Michel à Pâques. Les maîtres ne pouvaient exposer leurs souliers en vente avant onze heures en hiver et dix heures en été. Autres exemples de règlements des corporations Certaines observances étaient à peu près communes à chaque corporation. Une élection, généralement triennale, désignait le chef, qu'on appelait le garde-torche, et de deux à six maîtres-jurés qui représentaient la corporation dans les affaires à débattre et défendaient ses intérêts. Ils étaient chargés d'inspecter leurs membres, visitaient chaque semaine les boutiques et ateliers de leur corps d'état, s'assuraient si les statuts étaient observés, la matière première de bonne qualité, la confection convenable. S'ils établissaient une contravention, ils faisaient payer les amendes fixées par les statuts ou même pouvaient faire saisir les marchandises, à la charge d'en prévenir la justice dans les vingtquatre heures. Ils veillaient, en outre, à ce que les marchandises fussent apportées au lieu habituel et mises en vente aux heures fixées. Ils empêchaient les regrattiers, c'est-à-dire les revendeurs de faire

5 leurs achats avant l'heure. Inspecteurs de l'apprentissage, ils présidaient à la confection du chefd œuvre, et jugeaient, avant de délivrer le diplôme de maître, si le chef-d œuvre était bon et suffisant. A l'expiration de leurs trois ans, ils avaient des comptes à rendre, sous la garantie de tous leurs biens meubles ou immeubles, qui se trouvaient ainsi frappés d'une hypothèque légale. Des règlements limitaient le pouvoir du maître. Par exemple, il ne pouvait avoir qu'un seul apprenti pour une période qui variait de deux à cinq ans. Interdiction aussi de prendre l'apprenti ou le compagnon d'un autre maître. Obligation d'exercer leur activité d'une façon ostensible, dans leur atelier ou leur boutique, dans le délai des heures déterminées, de livrer leurs marchandises aux lieux également fixés (halles ou marchés) munies d'une marque de fabrique. Les estaminiers avaient même deux marques de fabrique, une pour l'étain sonnant, c'est-à-dire pour le métal des cloches, et une autre pour l'étain commun. Les veuves pouvaient continuer le commerce de leur mari à certaines conditions; si elles épousaient un compagnon du métier, celui-ci était exempté d'une partie des droits exigibles pour les lettres de maîtrise. Des précautions étaient aussi prises contre les ouvriers étrangers : ils ne pouvaient séjourner plus de huit jours dans la ville de Coutances sans accomplir les conditions requises et payer les droits imposés aux compagnons pour devenir maîtres. Ces dispositions devaient restreindre beaucoup le compagnonnage dangereux pour la société. L'apprentissage variait de deux à cinq ans. Il fallait cinq ans pour produire son chef-d œuvre de menuisier ou pour devenir peintre-vitrier. Ces derniers, d'ailleurs, qui pratiquaient le vitrage au plomb ou la peinture sur verre, n'estimaient pas qu'ils exerçaient un métier mais pratiquaient un art. Le chef-d œuvre pour un jeune serrurier était, naturellement, d œuvrer une serrure originale. L'apprenti sellier, au bout de trois ans, était mis en chambre ou en ouvroir dans l'hôtel d'un des maîtres, et sous la surveillance de maîtres qui ne devront lui donner aucun conseil, il devait «fabriquer un corps de selle pour haquenée ou mule à l'usage de femme avec les arçons et les harnais». L'apprenti carreleur ou savetier devait «mettre en une vieille botte une rosette de cuir neuf, plus relever une pantoufle ou mule, plus coudre une cornière de cuir fort à un soulier ou pantoufle et bien et dûment appliquer le vieux cuir avec le neuf, lequel chef-d œuvre sera exécuté en la présence de gardes et jurés». Le travail devait être exécuté publiquement et non en cachette, de manière à pouvoir être surveillé. Il était expressément défendu aux cuisiniers de «travailler en chambre ou grenier». Nul ne pouvait non plus exercer deux métiers à la fois, même s'ils avaient des rapports. «Nul du métier de bastier ne pourra faire besogne de sellier.» C'était la protection du métier contre le double emploi. Les corporations veillaient beaucoup à la qualité de la marchandise qu'elles livraient à leurs clients. Les poissonniers avaient des règlements sévères pour garantir la fraîcheur de la marée. Il y avait à Coutances un garde et un maître, élus tous les trois ans, pour visiter le poisson frais et salé et séquestrer celui qu'ils jugeaient «indigne d'entrer dans le corps humain». Les statuts des chandeliers étaient tout aussi sévères sur la qualité du suif qu'ils employaient. Ils leur interdisaient d'introduire de la graisse de porc dans les chandelles; d'exercer un autre métier que le leur; de vendre leurs marchandises eux-mêmes, mais leurs femmes en avaient le droit; de la vendre dans la rue ou ailleurs qu'au marché... Ils interdisaient aux bouchers de mettre ensemble le suif de plusieurs bêtes, ou du suif de deux jours différents. Les estaminiers, c'est-à-dire les potiers et fondeurs d'étain, possédaient un étain étalon dont la qualité devait être reproduite dans tous leurs ouvrages. Les maîtres de la corporation avaient tenu à ce qu'il existât une table d'étain bon et loyal pour le profit du bien public. Sur cette table, les maîtres et jurés du métier devaient appliquer leur marque et estampille. On en détachait un petit échantillon, remis à chacun des maîtres, afin qu'ils puissent confronter la qualité de leur marchandise avec celle de la table étalon. L'étain sonnant (les cloches) et l'étain commun avaient des marques différentes La solidarité professionnelle était établie chez les estaminiers, et si l'un d'entre eux versait dans un procès, «les autres maîtres seront tenus passer procuration pour défendre la chose aux communs dépens». Sans doute par crainte des faussaires, «aucun maître ou apprenti, valet ou domestique, n'achètera vaisselle plate (d'étain) s'il ne connaît bien la personne qui la vend», sous condition d'en avertir la justice.

Les métiers de la ville 1. Joffrey 5 3 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE, ANNÉE 2009-2010 LES MÉTIERS DE LA VILLE AU MOYEN-ÂGE

Les métiers de la ville 1. Joffrey 5 3 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE, ANNÉE 2009-2010 LES MÉTIERS DE LA VILLE AU MOYEN-ÂGE Les métiers de la ville 1 Joffrey 5 3 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE, ANNÉE 2009-2010 LES MÉTIERS DE LA VILLE AU MOYEN-ÂGE Les métiers de la ville 2 SOMMAIRE INTRODUCTION P.3 - PREMIÈRE PARTIE : LES MÉTIERS P.4 DEUXIÈME

Plus en détail

La Grand Place de Bruxelles.

La Grand Place de Bruxelles. Origine du nom. La Grand Place de Bruxelles. A l'origine, la Grand Place était le lieu d'un grand marché. Grote Markt, en néerlandais, se traduit par "Grand Marché". On peut constater cela par les noms

Plus en détail

Thème 1 : L'Europe dans le monde au début du XVIII e siècle

Thème 1 : L'Europe dans le monde au début du XVIII e siècle Thème 1 : L'Europe dans le monde au début du XVIII e siècle Quelle est la place de l'europe dans le monde au début du XVIII e siècle? Carole Tagnard Collège Joseph Roumanille - Avignon (84) I - L EUROPE

Plus en détail

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970)

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970) 18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1 (Conclue le premier juin 1970) Les Etats signataires de la présente Convention, Désirant faciliter la reconnaissance des

Plus en détail

FORMATION DES CHAMBRES DE COMMERCE

FORMATION DES CHAMBRES DE COMMERCE A - Collège électoral FORMATION DES CHAMBRES DE COMMERCE Art. 3. - Le Collège électoral appelé à élire les membres des Chambres de Commerce comprend les personnes de l'un ou l'autre sexe, chefs ou représentants

Plus en détail

CONVENTION INTERNATIONALE POUR L'UNIFICATION DE CERTAINES REGLES RELATIVES AUX PRIVILEGES ET HYPOTHEQUES MARITIMES

CONVENTION INTERNATIONALE POUR L'UNIFICATION DE CERTAINES REGLES RELATIVES AUX PRIVILEGES ET HYPOTHEQUES MARITIMES UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES CONVENTION INTERNATIONALE POUR L'UNIFICATION DE CERTAINES REGLES RELATIVES AUX PRIVILEGES ET HYPOTHEQUES MARITIMES Conclue à Bruxelles le 10 avril 1926-1 - CONVENTION INTERNATIONALE

Plus en détail

Contrat de VRP exclusif

Contrat de VRP exclusif Contrat de VRP exclusif Entre les soussignés La Société, Adresse : N o URSSAF : URSSAF Code NAF : Représentée par Monsieur agissant en qualité de d'une part, et Monsieur Né le, à Nationalité : N o d'immatriculation

Plus en détail

Titre trentième: Du registre du commerce

Titre trentième: Du registre du commerce Titre trentième: Du registre du commerce A. But et organisation I. En général Art. 927 1 Chaque canton doit posséder un registre du commerce. 2 Les cantons sont libres d instituer des registres par district.

Plus en détail

CONTRAT D'ASSURANCE ET MODALITES DE RESILIATION. Article juridique publié le 16/02/2015, vu 1139 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine

CONTRAT D'ASSURANCE ET MODALITES DE RESILIATION. Article juridique publié le 16/02/2015, vu 1139 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine CONTRAT D'ASSURANCE ET MODALITES DE RESILIATION Article juridique publié le 16/02/2015, vu 1139 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine I Le défaut d information ou l information tardive du délai de préavis

Plus en détail

Les cahiers des corporations de la ville du Havre Mars 1789

Les cahiers des corporations de la ville du Havre Mars 1789 ARCHIVES MUNICIPALES DU HAVRE Groupe 3 SERVICE EDUCATIF NOMS : 2012-2013 Les cahiers des corporations de la ville du Havre Mars 1789 Avant la Révolution Française, les habitants des villes étaient réunis

Plus en détail

TITRE IIIBIS OBLIGATIONS DES TRANSPORTEURS RELATIVES A L'ACCES DES ETRANGERS AU TERRITOIRE

TITRE IIIBIS OBLIGATIONS DES TRANSPORTEURS RELATIVES A L'ACCES DES ETRANGERS AU TERRITOIRE TITRE IIIBIS OBLIGATIONS DES TRANSPORTEURS RELATIVES A L'ACCES DES ETRANGERS AU TERRITOIRE Article 74/2 1er.- Est puni d'une amende de 3000 EUR par passager transporté: 1 le transporteur aérien, public

Plus en détail

SAINT TRIVIER DE COURTES,

SAINT TRIVIER DE COURTES, Le maire de SAINT TRIVIER DE COURTES, Vu, le code général des collectivités territoriales et, notamment ses articles L 2121-29, L 2212-1 et 2 et L 2224-18 ; Vu, la délibération du conseil municipal en

Plus en détail

Partie I. L'Europe et le monde au XVIIIe siècle

Partie I. L'Europe et le monde au XVIIIe siècle Partie I. L'Europe et le monde au XVIIIe siècle Chapitre 1 : L'Europe dans le monde au début du XVIIIe siècle Comment les grandes puissances européennes exercent-elles leur domination au XVIIIe siècle?

Plus en détail

Clotilde FREYD- MAETZ Maître de Conférences - Université de Lorraine Faculté de Droit de Nancy

Clotilde FREYD- MAETZ Maître de Conférences - Université de Lorraine Faculté de Droit de Nancy UNIVERSITE DU NOTARIAT Journée du 23 octobre 2015 Clotilde FREYD- MAETZ Maître de Conférences - Université de Lorraine Faculté de Droit de Nancy La liquidation et le partage de la communauté légale (Mise

Plus en détail

Le Havre sous l Ancien Régime

Le Havre sous l Ancien Régime Le Havre sous l Ancien Régime Les privilèges des Havrais Document: Confirmation de privilèges (cote AMH AA2) Transcription Janvier 1718 Confirmation par Louis XV des chartes et privilèges accordées par

Plus en détail

S T A T U T S D E L'UNION NATIONALE DES EGLISES RÉFORMÉES EVANGÉLIQUES INDÉPENDANTES DE FRANCE.

S T A T U T S D E L'UNION NATIONALE DES EGLISES RÉFORMÉES EVANGÉLIQUES INDÉPENDANTES DE FRANCE. 1 S T A T U T S D E L'UNION NATIONALE DES EGLISES RÉFORMÉES EVANGÉLIQUES INDÉPENDANTES DE FRANCE. (Adoptés au Synode national et général de Bagard les 15,16 et 17 mars 1985) Déposés à la Préfecture du

Plus en détail

Projet de loi n o 61 Loi sur les comptables professionnels agréés. Résumé

Projet de loi n o 61 Loi sur les comptables professionnels agréés. Résumé Projet de loi n o 61 Loi sur les comptables professionnels agréés Résumé NOTES EXPLICATIVES Projet de loi a été déposé à l Assemblée nationale du Québec le 28 mars 2012 par le ministre de la Justice et

Plus en détail

Chapitre IV : Des obligations des tiers responsables ou solidaires. Article 93 : Les rôles d'impôts, états de produits et autres titres de

Chapitre IV : Des obligations des tiers responsables ou solidaires. Article 93 : Les rôles d'impôts, états de produits et autres titres de Chapitre IV : Des obligations des tiers responsables ou solidaires Article 93 : Les rôles d'impôts, états de produits et autres titres de perception régulièrement mis en recouvrement sont exécutoires contre

Plus en détail

Loi de noms commerciaux, dénominations sociales et enseignes d'établissement

Loi de noms commerciaux, dénominations sociales et enseignes d'établissement EXPOSÉ DES MOTIFS La présente Loi stipule les principes et les critères pour l'adoption et l'utilisation des signes servant à distinguer des établissements, des activités commerciales et des sociétés dans

Plus en détail

STATUTS. Article 3 - Le présent syndicat a pour but d entretenir les bonnes relations entre ses membres et de défendre les intérêts de la corporation.

STATUTS. Article 3 - Le présent syndicat a pour but d entretenir les bonnes relations entre ses membres et de défendre les intérêts de la corporation. STATUTS TITRE I - CONSTITUTION BUT COMPOSITION Article 1 - Il est fondé un syndicat, conformément à la loi du 21 mars 1884 et aux dispositions qui suivent, entre les pharmacies de la Guadeloupe qui auront

Plus en détail

Le commerçant. 1. Les conditions de l acquisition de la qualité de commerçant

Le commerçant. 1. Les conditions de l acquisition de la qualité de commerçant Le commerçant Le commerçant est un entrepreneur personne physique. Il assume tous les risques de son entreprise sur son patrimoine. L intérêt de l entreprise coïncide avec l intérêt du commerçant. L étude

Plus en détail

Cour suprême du canton de Berne. Autorité de surveillance en matière de poursuite et de faillite

Cour suprême du canton de Berne. Autorité de surveillance en matière de poursuite et de faillite Obergericht des Kantons Bern Aufsichtsbehörde in Betreibungs- und Konkurssachen Cour suprême du canton de Berne Autorité de surveillance en matière de poursuite et de faillite Circulaire no B 12 de la

Plus en détail

Loi n 41-80 portant création et organisation d'un corps d'huissiers de justice (1).

Loi n 41-80 portant création et organisation d'un corps d'huissiers de justice (1). Dahir n 1-80-440 du 17 safar 1401 ( 25 décembre 1980 ) portant promulgation de la loi n 41-80 portant création et organisation d'un corps d'huissiers de justice (1). LOUANGE A DIEU SEUL! (Grand Sceau de

Plus en détail

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Académie Ibn Sina Au fil du temps Date : 12/12/2013 Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Table des matières De 1905 à 1960... 1 Le changement... 1 Les causes de ce changement... 1 Les conséquences de ce

Plus en détail

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie?

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? En cas d autorité parentale exclusive, c est la liberté ; le parent la détenant pouvant

Plus en détail

Dimanche 02 septembre 2012 de 09h à 18h00*

Dimanche 02 septembre 2012 de 09h à 18h00* Châtenay-Malabry, le 6 juillet 2012 Mademoiselle, Monsieur, Vous figurez sur la liste des candidats admis à l Ecole Centrale des Arts et Manufactures à la rentrée prochaine. L accueil à la Résidence des

Plus en détail

0.211.422.913.61 Convention additionnelle

0.211.422.913.61 Convention additionnelle Traduction 1 0.211.422.913.61 Convention additionnelle à la Convention du 6 décembre 1920 entre la Confédération suisse et l Empire allemand, concernant les hypothèques suisses avec clause d or en Allemagne

Plus en détail

Art. 1 er. Le fonds de commerce peut être donné en gage dans les conditions déterminées par le présent arrêté.

Art. 1 er. Le fonds de commerce peut être donné en gage dans les conditions déterminées par le présent arrêté. Réglementation de la mise en gage du fonds de commerce Arrêté grand-ducal du 27 mai 1937 portant réglementation de la mise en gage du fonds de commerce. Arrêté grand-ducal du 27 mai 1937 portant réglementation

Plus en détail

Projet de modification de la loi concernant la profession d'avocat - RSJU 188.11

Projet de modification de la loi concernant la profession d'avocat - RSJU 188.11 Projet de modification de la loi concernant la profession d'avocat - RSJU 188.11 Tableau comparatif Législation actuelle Projet de loi Commentaires La loi du 3 septembre 2003 concernant la profession d'avocat

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 55 29 avril 2008. S o m m a i r e PROTECTION DES CONSOMMATEURS

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 55 29 avril 2008. S o m m a i r e PROTECTION DES CONSOMMATEURS MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 759 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 55 29 avril 2008 S o m m a i r e PROTECTION DES CONSOMMATEURS Loi du

Plus en détail

SURVEILLANT DE PORT DE PLAISANCE: UN NOUVEAU METIER PLEIN D AVENIR

SURVEILLANT DE PORT DE PLAISANCE: UN NOUVEAU METIER PLEIN D AVENIR SURVEILLANT DE PORT DE PLAISANCE: UN NOUVEAU METIER PLEIN D AVENIR 6 ème rencontres nationales Activités portuaires & développement durable - La Baule le 28 mars 2012 Maître Geneviève REBUFAT-FRILET Avocat

Plus en détail

L huissier de justice

L huissier de justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique L huissier de justice auxiliaire de justice et partenaire 1. QUI EST L HUISSIER DE JUSTICE? L huissier de justice

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 RÉSILIER UN CONTRAT D'ASSURANCE MOTO, SCOOTER, DEUX-ROUES

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 RÉSILIER UN CONTRAT D'ASSURANCE MOTO, SCOOTER, DEUX-ROUES RÉSILIER UN CONTRAT D'ASSURANCE MOTO, SCOOTER, DEUX-ROUES La résiliation du contrat d'assurance deux-roues: Moto, scooter, quad Introduction La résiliation d'un contrat d'assurance d'un deux-roues, comme

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 METTRE EN GÉRANCE UN FOND DE COMMERCE : LA LOCATION-GÉRANCE

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 METTRE EN GÉRANCE UN FOND DE COMMERCE : LA LOCATION-GÉRANCE METTRE EN GÉRANCE UN FOND DE COMMERCE : LA LOCATION-GÉRANCE La location gérance Introduction Le propriétaire d'un fonds de commerce peut en confier l'exploitation à un locataire gérant. Ce locataire supporte

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 130 11 août 2010. S o m m a i r e MISE SUR LE MARCHÉ DES DÉTERGENTS

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 130 11 août 2010. S o m m a i r e MISE SUR LE MARCHÉ DES DÉTERGENTS MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2157 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 130 11 août 2010 S o m m a i r e MISE SUR LE MARCHÉ DES DÉTERGENTS

Plus en détail

ETAT-CIVIL > MARIAGE :

ETAT-CIVIL > MARIAGE : ETAT-CIVIL > MARIAGE : En France deux personnes peuvent se marier à condition qu'elles soient âgées d'au moins 18 ans, (sauf dispense d'âge pour "motifs graves" accordée par le Procureur de la République)

Plus en détail

Ils ne peuvent porter que sur des marchandises appartenant à des commerçants.

Ils ne peuvent porter que sur des marchandises appartenant à des commerçants. Art. 1 er. - Le warrant et sa cédule sont des titres de commerce, transmissibles par endossement. Ils ne peuvent porter que sur des marchandises appartenant à des commerçants. Art. 2. - Les warrants et

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

1. Dans le présent règlement, les mots suivants signifient :

1. Dans le présent règlement, les mots suivants signifient : R.R.V.M. c. C-10 RÈGLEMENT SUR LE CONTRÔLE DES CHIENS ET AUTRES ANIMAUX SECTION I DÉFINITIONS 1. Dans le présent règlement, les mots suivants signifient : «directeur» : le directeur du service des permis

Plus en détail

Organisation successorale internationale: analyse de droit international privé. Conseil de l Union européenne Comité du personnel 20 juin 2013

Organisation successorale internationale: analyse de droit international privé. Conseil de l Union européenne Comité du personnel 20 juin 2013 Organisation successorale internationale: analyse de droit international privé Conseil de l Union européenne Comité du personnel 20 juin 2013 Plan de l exposé Introduction Les conséquences civiles Les

Plus en détail

COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS. Projet. Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988

COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS. Projet. Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988 "STRICTED '*9 988 Déciale COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS Projet Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988 Les délégations sont invitées à faire parvenir au secrétariat, d'ici au

Plus en détail

Formation complète. à distance professionnelle. Le monde de la généalogie s ouvre à vous. 47 rue d Auvergne 41000 Blois. www.formation-genealogie.

Formation complète. à distance professionnelle. Le monde de la généalogie s ouvre à vous. 47 rue d Auvergne 41000 Blois. www.formation-genealogie. 47 rue d Auvergne 41000 Blois Formation complète à distance professionnelle www.formation-genealogie.com 47 rue d'auvergne 41 000 Blois Le monde de la généalogie s ouvre à vous tel 09 52 39 57 67 : courriel

Plus en détail

CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960)

CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960) CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960) ARTICLES 1874 À 1914 DU PRÊT Téléchargé sur Le premier portail consacré au droit des affaires à Madagascar TITRE DIXIEME Du prêt Art. 1874 - Il y a deux sortes de

Plus en détail

Les enceintes de Paris

Les enceintes de Paris Une brève histoire de l aménagement de Paris et sa région Les enceintes de Paris L administration et l expansion de Paris sous l Ancien régime : L administration de Paris Les différentes enceintes Les

Plus en détail

Convention concernant l'égalité de traitement des nationaux et des non-nationaux en matière de sécurité sociale

Convention concernant l'égalité de traitement des nationaux et des non-nationaux en matière de sécurité sociale C118 Convention sur l'égalité de traitement (sécurité sociale), 1962 Convention concernant l'égalité de traitement des nationaux et des non-nationaux en matière de sécurité sociale Date d'entrée en vigueur:

Plus en détail

REVISION DU LOYER COMMERCIAL

REVISION DU LOYER COMMERCIAL REVISION DU LOYER COMMERCIAL 04/03/2011 Les parties sont libres quant à la fixation du loyer initial. En revanche, le révision du loyer fait l objet d une réglementation spécifique. Il faut distinguer

Plus en détail

Chapitre 4 : Un monde urbain qui s affirme (XIème XIIIème siècles)

Chapitre 4 : Un monde urbain qui s affirme (XIème XIIIème siècles) Chapitre 4 : Un monde urbain qui s affirme (XIème XIIIème siècles) Armorial de Revel, France (Auvergne, château et ville de Bussy-la-Ville), 1456Paris, BnF, département des I ntroduction Au Moyen Age,

Plus en détail

Article: 1 Le commissionnaire est celui qui agit en son nom propre ou sous un nom social pour le compte d'un commettant.

Article: 1 Le commissionnaire est celui qui agit en son nom propre ou sous un nom social pour le compte d'un commettant. 19 JANVIER 1920 - DÉCRET. DES COMMISSIONNAIRES ET DES TRANSPORTEURS. (B.O., 1920, P.194). Section 1. Des commissionnaires Article: 1 Le commissionnaire est celui qui agit en son nom propre ou sous un nom

Plus en détail

Fiche Juridique CRÉATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE ASSOCIATION LOI DU 1ER JUILLET 1901!

Fiche Juridique CRÉATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE ASSOCIATION LOI DU 1ER JUILLET 1901! Fiche Juridique CRÉATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE ASSOCIATION LOI DU 1ER JUILLET 1901 Cette fiche à vocation pédagogique a été conçue pour vous initier au droit des associations, tout en vous présentant

Plus en détail

Cette sûreté est un effet de commerce qui peut faire l objet ou non de dépossession.

Cette sûreté est un effet de commerce qui peut faire l objet ou non de dépossession. WARRANT 22/12/2014 Le warrant est une sûreté mobilière dévolue aux professionnels qui permet à ces derniers d obtenir du crédit en donnant en gage des éléments de leurs exploitations. Cette sûreté est

Plus en détail

Communication sur le Progrès 2007

Communication sur le Progrès 2007 Monsieur le Secrétaire Général de l'onu, L'année 2007 a été marquée par la réorganisation de la branche construction d'eiffage. En effet, les différentes sociétés EIFFAGE CONSTRUCTION se sont regroupées

Plus en détail

A R R E T E LE MINISTRE DU TRAVAIL ET DE LA SECURITE SOCIALE

A R R E T E LE MINISTRE DU TRAVAIL ET DE LA SECURITE SOCIALE MINISTÈRE DU TRAVAIL ET DE LA SÉCURITÉ SOCIALE BURKINA FASO UNITÉ - PROGRÈS - JUSTICE Arrêté n 2008-008/MTSS/SG/DGPS relatif à l affiliation, à l immatriculation des travailleurs et autres assurés au régime

Plus en détail

Commune de Cany-Barville EXPLOITATION DES MARCHES ET DES FETES FORAINES. DELEGATION DE SERVICE PUBLIC procédure simplifiée CONVENTION D'EXPLOITATION

Commune de Cany-Barville EXPLOITATION DES MARCHES ET DES FETES FORAINES. DELEGATION DE SERVICE PUBLIC procédure simplifiée CONVENTION D'EXPLOITATION Commune de Cany-Barville EXPLOITATION DES MARCHES ET DES FETES FORAINES DELEGATION DE SERVICE PUBLIC procédure simplifiée CONVENTION D'EXPLOITATION ENTRE LES SOUSSIGNES: La Commune de Cany-Barville, régulièrement

Plus en détail

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour,

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N0702717 M. A X M. Pernot Conseiller Audience du 30 avril 2007 Lecture du 30 avril 2007 MD LA DEMANDE M. A X, de nationalité

Plus en détail

La rente viagère. I. Définition et principes. 1. La vente en viager est un contrat aléatoire

La rente viagère. I. Définition et principes. 1. La vente en viager est un contrat aléatoire La rente viagère I. Définition et principes 1. La vente en viager est un contrat aléatoire La vente en viager est la vente d'un bien dont le vendeur (le crédirentier) cède la pleine ou la nue-propriété

Plus en détail

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier,

Plus en détail

Histoire d'une ferme en Flandre. A. L'histoire L'histoire de la maison et de ses occupants est en bleu et les éléments d'histoire locale en rouge.

Histoire d'une ferme en Flandre. A. L'histoire L'histoire de la maison et de ses occupants est en bleu et les éléments d'histoire locale en rouge. Histoire d'une ferme en Flandre A. L'histoire L'histoire de la maison et de ses occupants est en bleu et les éléments d'histoire locale en rouge. La construction Quand débute la construction de la ferme,

Plus en détail

L du 03 mai 1934 (Mém. n 27 du 12 mai 1934, p.567)

L du 03 mai 1934 (Mém. n 27 du 12 mai 1934, p.567) Loi du 3 mai 1934 portant remplacement de celle du 14 février 1900 sur les warrants agricoles. - base juridique de: AGD du 08 août 1934 (Mém. A - 46 du 25 août 1934, p. 841) - citant: L du 27 novembre

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire MINISTERE DU COMMERCE

République Algérienne Démocratique et Populaire MINISTERE DU COMMERCE République Algérienne Démocratique et Populaire MINISTERE DU COMMERCE Les facilitations introduites depuis 2003 en matière de procédures d inscription au registre du commerce a) Pour les personnes physiques

Plus en détail

SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.)

SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.) SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.) 02/03/2015 La société civile immobilière est une forme de société civile dont les opérations sont relatives aux immeubles. Cependant, il ne peut s'agir de toutes

Plus en détail

Réglementation des loyers des locaux d habitation

Réglementation des loyers des locaux d habitation Réglementation des loyers des locaux d habitation Page 1 S O M M A I R E DECRET N o 146/PG-RM DU 27 SEPTEMBRE 1967 TITRE PREMIER TITRE II Du maintien dans les lieux et du droit de reprise page 3 TITRE

Plus en détail

Décision n 05-D-56 du 21 octobre 2005 relative à des pratiques mises en œuvre par le barreau d'évry

Décision n 05-D-56 du 21 octobre 2005 relative à des pratiques mises en œuvre par le barreau d'évry RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 05-D-56 du 21 octobre 2005 relative à des pratiques mises en œuvre par le barreau d'évry Le Conseil de la concurrence (Commission Permanente), Vu la lettre, enregistrée

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. La validation des acquis de l expérience (VAE)

FICHE TECHNIQUE. La validation des acquis de l expérience (VAE) FICHE TECHNIQUE La validation des acquis de l expérience (VAE) Synthèse Reconnue par le Code du travail, la validation des acquis de l expérience (VAE) permet de faire reconnaître son expérience notamment

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2011/26/06 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

1 C95 Convention sur la protection du salaire, 1949

1 C95 Convention sur la protection du salaire, 1949 1 C95 Convention sur la protection du salaire, 1949 Convention concernant la protection du salaire (Note: Date d'entrée en vigueur: 24:09:1952. Cette convention a été partiellement révisée en 1992 par

Plus en détail

Régimes matrimoniaux. Faut-il faire un contrat de mariage?

Régimes matrimoniaux. Faut-il faire un contrat de mariage? Régimes matrimoniaux Faut-il faire un contrat de mariage? 2 Dès le mariage, les époux sont soumis à un régime matrimonial, c'est-à-dire à un ensemble de règles fixant leurs droits et leurs devoirs. S ils

Plus en détail

Décret du 29 juillet 1909 relatif à la vérification et la construction des poids et mesures (1) (J.O.T. du 31 juillet 1909, p.

Décret du 29 juillet 1909 relatif à la vérification et la construction des poids et mesures (1) (J.O.T. du 31 juillet 1909, p. Décret du 29 juillet 1909 relatif à la vérification et la construction des poids et mesures (1) (J.O.T. du 31 juillet 1909, p. 745) TITRE PREMIER DU SERVICE DE LA VERIFICATION ARTICLE PREMIER Le Service

Plus en détail

Absence pour maladie sans justification

Absence pour maladie sans justification Absence pour maladie sans justification Un salarié engagé comme aide-cuisinier est en arrêt de maladie depuis le 13/11/2003. La reprise du travail est fixée au 14/05/2004. Mais il ne se présente pas au

Plus en détail

La demande de renouvellement dans un contrat de bail commercial

La demande de renouvellement dans un contrat de bail commercial La demande de renouvellement dans un contrat de bail commercial «Le renouvellement d un contrat de bail commercial n est pas automatique» 1. La demande de renouvellement Il n existe pas de renouvellement

Plus en détail

Convention de mise à disposition d un apprenti travaillant en France, auprès d une entreprise d accueil à l étranger

Convention de mise à disposition d un apprenti travaillant en France, auprès d une entreprise d accueil à l étranger Convention de mise à disposition d un apprenti travaillant en France, auprès d une entreprise d accueil à l étranger Entre : (Code du travail article L. 6211-5, R6223-17 - règlements européens 883/2004

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL DE SAINTE-ANNE-DE-BELLEVUE RÈGLEMENTS DE RÉGIE INTERNE

SOCIÉTÉ DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL DE SAINTE-ANNE-DE-BELLEVUE RÈGLEMENTS DE RÉGIE INTERNE SOCIÉTÉ DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL DE SAINTE-ANNE-DE-BELLEVUE RÈGLEMENTS DE RÉGIE INTERNE TEL QUE DÛMENT ADOPTÉ LE 25 MARS 2015 PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION Page 1 sur 17 S.D.C. DE SAINTE-ANNE-DE-BELLEVUE

Plus en détail

Avons arrêté et arrêtons: Section unique. - De la prestation du serment des membres du tribunal spécial.

Avons arrêté et arrêtons: Section unique. - De la prestation du serment des membres du tribunal spécial. Assainissement de créances privilégiées et hypothécaires Arrêté grand-ducal du 31 octobre 1935, complétant la loi du 17 août 1935, concernant l'assainissement de certaines créances privilégiées et hypothécaires.

Plus en détail

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de DELEGATION DE CREANCE D UN CONTRAT D ASSURANCE VIE RACHETABLE Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Ci-après dénommé «le Délégant», Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de Ci-après

Plus en détail

L Association pour la protection du boisé Sainte-Dorothée (APBSD) RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX. RÈGLEMENT N 1.1 (Étant les règlements généraux)

L Association pour la protection du boisé Sainte-Dorothée (APBSD) RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX. RÈGLEMENT N 1.1 (Étant les règlements généraux) L Association pour la protection du boisé Sainte-Dorothée (APBSD) RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX RÈGLEMENT N 1.1 (Étant les règlements généraux) 1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES 1.1. DÉNOMINATION SOCIALE L Association pour

Plus en détail

Code rural (nouveau)

Code rural (nouveau) Code rural (nouveau) Version à venir au 1 janvier 2007 Partie législative Livre II : Santé publique vétérinaire et protection des végétaux Titre Ier : La garde et la circulation des animaux et des produits

Plus en détail

Protocole d'amendement à la Convention concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale

Protocole d'amendement à la Convention concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale Série des traités du Conseil de l'europe - n 208 Protocole d'amendement à la Convention concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale Paris, 27.V.2010 STCE 208 Assistance mutuelle

Plus en détail

CONVENTION. entre le Grand-Duché de Luxembourg et le Royaume de Belgique sur la sécurité sociale des travailleurs frontaliers.

CONVENTION. entre le Grand-Duché de Luxembourg et le Royaume de Belgique sur la sécurité sociale des travailleurs frontaliers. CONVENTION entre le Grand-Duché de Luxembourg et le Royaume de Belgique sur la sécurité sociale des travailleurs frontaliers. Loi du 6 janvier 1995 portant approbation de la Convention entre le Grand-Duché

Plus en détail

CODE DU DRAPEAU DES NATIONS UNIES ET RÈGLEMENTS

CODE DU DRAPEAU DES NATIONS UNIES ET RÈGLEMENTS CODE DU DRAPEAU DES NATIONS UNIES ET RÈGLEMENTS CODE DU DRAPEAU ST/SGB/132 On trouvera ci-dessous le texte du Code du drapeau des Nations Unies, tel qu'il a été modifié par le Secrétaire général le 11

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION MEUBLEE

CONTRAT DE LOCATION MEUBLEE CONTRAT DE LOCATION MEUBLEE RESIDENCE LES JARDINS D AURORE www.location-meuble69.fr SIRET 509 066 510 RCS Lyon 97 CHEMIN DE REVAISON F 69 800 SAINT-PRIEST CONDITIONS PARTICULIERES Entre les soussignés

Plus en détail

Transcription d un document manuscrit, rédigé par., le.., et comportant : *****

Transcription d un document manuscrit, rédigé par., le.., et comportant : ***** Transcription d un document manuscrit, rédigé par., le.., et comportant : Analyse des cahiers des charges de 1834 et de 1848, en vue de confirmer une servitude de passage de canalisations. ***** CAHIER

Plus en détail

Loi sur les sépultures (inhumation gratuite)

Loi sur les sépultures (inhumation gratuite) 10 juillet 1894 Loi sur les sépultures (inhumation gratuite) Etat au 1 er janvier 2015 Le Grand Conseil de la République et Canton de Neuchâtel, sur la proposition du Conseil d'etat et d'une commission

Plus en détail

ATTESTATION D ASSURANCE. Votre attestation d assurance doit être conforme au code du sport.

ATTESTATION D ASSURANCE. Votre attestation d assurance doit être conforme au code du sport. ATTESTATION D ASSURANCE Votre attestation d assurance doit être conforme au code du sport. Article R331-10 Modifié par Décret n 2010-773 du 8 juillet 2010 - art. 3 L'autorisation ne peut être accordée

Plus en détail

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce.

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce. Thème N 4 LES VOIES D EXECUTION VERONE Les voies d exécution sont régies en France par la loi du 9 juillet 1991 portant réforme des procédures civiles d exécution et du décret du 18 décembre 1992. Rares

Plus en détail

La saisie-gagerie : un «outil» inexploité par les bailleurs

La saisie-gagerie : un «outil» inexploité par les bailleurs La saisie-gagerie : un «outil» inexploité par les bailleurs Par Pierre ROUSSEAUX, avocat, Président SNP Charleroi Le bailleur connaît-il l importance que peut revêtir pour lui la valeur du mobilier se

Plus en détail

Le statut des baux commerciaux résulte d'un décret du 30 septembre 1953. On parle de statut car plusieurs dispositions sont d'ordre public et ne

Le statut des baux commerciaux résulte d'un décret du 30 septembre 1953. On parle de statut car plusieurs dispositions sont d'ordre public et ne Le Bail commercial Le statut des baux commerciaux résulte d'un décret du 30 septembre 1953. On parle de statut car plusieurs dispositions sont d'ordre public et ne peuvent être contredites par les conventions

Plus en détail

Sur offres de prix N 06FCUH2C/2014

Sur offres de prix N 06FCUH2C/2014 ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE LA FORMATION DES CADRES *** UNIVERSITE HASSAN II DE CASABLANCA Présidence Sur offres de prix N 06FCUH2C/2014 OBJET

Plus en détail

CHAPITRE 151. [Sanctionnée le 17 mai 1937]

CHAPITRE 151. [Sanctionnée le 17 mai 1937] CHAPITRE 151 Loi concernant la succession de feu Alfred Dalbec [Sanctionnée le 17 mai 1937] ATTENDU que dame Hermine Dalbec, veuve de Georges Tassé, en son vivant médecin, de la ville d'iberville, district

Plus en détail

I. Enlèvement des biens mis sur la voie publique suite a un jugement d'expulsion

I. Enlèvement des biens mis sur la voie publique suite a un jugement d'expulsion Le role des communes vis-a-vis des vehicules abandonnes sur la voie publique et des biens mis sur la voie publique suite a un jugement d'expulsion Mars 2004 Nombreuses sont les communes confrontées au

Plus en détail

I Buts, Composition et Ressources de l'association

I Buts, Composition et Ressources de l'association I Buts, Composition et Ressources de l'association Article 1. Il est fondé entre les différents adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août

Plus en détail

Chapitre VI - Des devoirs et des droits respectifs des époux Chapitre issu de la loi du 22 septembre 1942, validée par l'ordonnance du 9 octobre 1945

Chapitre VI - Des devoirs et des droits respectifs des époux Chapitre issu de la loi du 22 septembre 1942, validée par l'ordonnance du 9 octobre 1945 Chapitre VI - Des devoirs et droits respectifs époux Chapitre issu de la loi du 22 septembre 1942, validée par l'ordonnance du 9 octobre 1945 Art. 212 - Devoirs de fidélité, secours et assistance Texte

Plus en détail

MODÈLE DE STATUTS DE SOCIETE CIVILE DE MOYENS

MODÈLE DE STATUTS DE SOCIETE CIVILE DE MOYENS MODÈLE DE STATUTS DE SOCIETE CIVILE DE MOYENS Communication du contrat en deux exemplaires au conseil départemental (art. L. 4113-9 du code de la Santé publique). ENTRE LES SOUSSIGNÉS : (Nom - Prénom -

Plus en détail

Comores. Réglementation des warrants agricoles

Comores. Réglementation des warrants agricoles Réglementation des warrants agricoles Décret du 10 mai 1932 [NB - Décret du 10 mai 1932, réglementant les warrants agricoles Modifié par le décret du 19 mars 1937] Art.1.- Tout agriculteur peut emprunter

Plus en détail

RÈGLES DE PRATIQUE RELATIVES AUX AFFAIRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET AUX ASSEMBLÉES GÉNÉRALES

RÈGLES DE PRATIQUE RELATIVES AUX AFFAIRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET AUX ASSEMBLÉES GÉNÉRALES RÈGLES DE PRATIQUE RELATIVES AUX AFFAIRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET AUX ASSEMBLÉES GÉNÉRALES (Adoptées le 7 février 2013, par la résolution no B-13-11453) SECTION I LE CONSEIL D'ADMINISTRATION 1.

Plus en détail

BAIL A LOYER (DROIT COMMUN)

BAIL A LOYER (DROIT COMMUN) BAIL A LOYER (DROIT COMMUN) LE PRESENT CONTRAT DE BAIL A LOYER EST ETABLI ENTRE : SARL GREEN HILL Représenté par Jean-Philippe COURTEL 34, bd de Grand Case 97150 SAINT MARTIN Cell :0690.22.21.20 jpcourtel@hotmail.com

Plus en détail

Liquidation des compagnies, Loi sur la, L.R.Q. c - L-4

Liquidation des compagnies, Loi sur la, L.R.Q. c - L-4 Liquidation des compagnies, Loi sur la, L.R.Q. c - L-4 Dernière mis à jour: avril 2007 L.R.Q., chapitre L-4 Loi sur la liquidation des compagnies SECTION I DU MODE DE LIQUIDATION VOLONTAIRE Liquidation

Plus en détail

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 6 - La responsabilité civile

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 6 - La responsabilité civile Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil Publications CCH ltée Corrigé du chapitre 6 - La responsabilité civile Réponses aux questions 6.1 Le Code civil du Québec reconnait l'existence des

Plus en détail

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS Cycle et niveau Cycle 3, classe de CM1 Chapitre Le Moyen Age Objectifs Découvrir les conséquences de la rivalité opposant le Roi de France au plus puissant de ces

Plus en détail

occupent en Suisse des travailleurs à domicile.

occupent en Suisse des travailleurs à domicile. Loi fédérale sur le travail à domicile (Loi sur le travail à domicile, LTrD) 1 822.31 du 20 mars 1981 (Etat le 1 er janvier 2009) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 34 ter et

Plus en détail