LES SPÉCIFICITÉS DU DROIT COMPTABLE EN 2007

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES SPÉCIFICITÉS DU DROIT COMPTABLE EN 2007"

Transcription

1 LES SPÉCIFICITÉS DU DROIT COMPTABLE EN Robert OBERT Diplômé d expertise comptable Docteur en sciences de gestion Le droit comptable en 1977 Si Pierre Garnier avait en 1947 écrit que la «comptabilité est l algèbre du droit», on considère généralement que c est René Savatier qui est le père de l expression «droit comptable» lorsqu il publia en 1969 un ouvrage intitulé Le droit comptable au service de l homme. René Savatier distinguait deux manières d'appréhender le droit comptable : une approche relative aux principes juridiques attachés à la comptabilité (c'est-à-dire de la spécificité du droit comptable et sa liaison avec le droit patrimonial) ; une approche relative au périmètre du droit comptable (comptes civils, comptes d'entreprise, comptes publics). Dans un article publié dans le n 77 de novembre 1977 de la RFC Existe-t-il un droit comptable, Francis Windsor et Dominique Ledouble se posaient la question de l existence et de l autonomie du droit comptable. Dans cet article de 20 pages, on ne trouve pas de définition du droit comptable, cette notion ayant été formalisée plus tard notamment par Emmanuel de Pontavice et Alain Viandier. Dans l'introduction, toutefois, les auteurs font remarquer que le droit comptable va plus loin que le simple rôle juridique de preuve privilégié chez nous depuis l'ordonnance de Colbert de Résumé de l article Depuis 1977, date à laquelle se posait la question de l existence du droit comptable, ce dernier a largement évolué. A côté du droit comptable de base s est développé un droit comptable adjacent, lequel a prévu des sanctions à sa non-application. Le droit comptable de base est un droit spécifique dont la particularité est que les sanctions n appartiennent pas en premier à un juge, mais à un tiers, l auditeur. La prochaine publication de la norme IFRS pour PME posera le problème de l évolution du droit comptable. Dans la première section du premier chapitre, ils précisent que les dispositions normatives sont la fois éparses et d'un niveau souvent bas dans la hiérarchie des textes. Ils évoquent aussi la jurisprudence et les autres sources tels les avis du CNC, les recommandations de la COB, les recommandations des organismes professionnels. Sont abordées également les directives européennes et les normes IASC. Dans la deuxième section, les auteurs distinguent trois types d'acteurs du droit comptable : ceux qui produisent la comptabilité, ceux qui la contrôlent, ceux qui l'utilisent. Puis ils évoquent les principes comptables généralement admis comme la continuité de l'entreprise, la prudence, Dans le second chapitre, ils rattachent le droit comptable à un droit alors en gestation appelé droit économique. Le droit économique a été défini notamment par Claude Champaud, en 1967, comme «le droit de l'organisation et du développement économique, que ceux-ci relèvent de l'etat, de l'initiative privée ou du concert de l'un et de l'autre». C'est un droit qui comprend un corps de règles s'appliquant à l'entreprise (dans un sens large) où se retrouve le droit commercial, le droit civil, le droit public, le droit pénal, le droit fiscal et d'autres. Brigitte Raybaud Turillo a notamment développé cette notion et sa relation avec le droit comptable en La définition du droit comptable ne viendra en fait que plus tard avec Emmanuel de Pontavice (1982) et Alain Viandier (1984) : «le droit comptable est la branche du droit privé qui régit les comptables et la comptabilité». Comme on peut le constater la notion de droit comptable des deux auteurs est très large, plus large que celle de Francis Windsor et Dominique Ledouble : on y trouve des éléments de droit professionnel, de droit des sociétés, de droit fiscal, de droit pénal, Les évolutions depuis 1977 En 1977, le droit comptable (au sens large du terme) était très élémentaire : il comprenait : quelques articles du Code de commerce de 1807 datant pour l essentiel de 1953 (art. 8 à 17) assujettissant les commerçants à l obligation de tenir un livre journal et un livre d inventaire et précisant comment ces livres pouvaient être admis par le juge pour faire preuve entre commerçants pour faits de commerce ; quelques articles de la loi du 24 juillet 1966 sur les sociétés commerciales et de la loi du 13 juillet 1967 sur le règlement judiciaire, la liquidation de biens, la faillite personnelle et les banqueroutes ; de nombreuses dispositions fiscales, la fiscalité étant d ailleurs considérée par nombre d auteurs comme une source parasitaire du droit comptable ; le Plan comptable général (PCG) approuvé par arrêté du 11 mai 1957 du Ministre des affaires économiques et financières et du secrétaire d Etat aux affaires économiques ; un certain nombre de notes d information, d avis, de recommandations du Conseil national de la comptabilité (CNC) ; quelques recommandations (sources dites doctrinales) de l Ordre des experts-

2 Comptabilité comptables et des comptables agréés, du Conseil national des commissaires aux comptes, de la Commission des opérations de bourse, etc.). La première transformation du droit comptable national a été prise à la suite de la promulgation de la directive européenne 78/660/CEE du 25 juillet 1978 concernant les comptes annuels de certaines formes de sociétés (dite quatrième directive). La loi du 30 avril 1983 a profondément modifié le Code de commerce de 1807 et la loi du 24 juillet 1966 sur les sociétés commerciales. Elle a été accompagnée du décret du 29 novembre 1983 et d un nouveau plan comptable dit PCG 1982 approuvé par arrêté ministériel du 27 avril 1982 et entré en vigueur pour les exercices ouverts à compter du 1 er janvier La seconde transformation a été prise à la suite de la promulgation de la directive européenne 83/349/CEE du 11 juin 1983 concernant les comptes consolidés (dite septième directive). La loi du 3 janvier 1985 a introduit de nouveaux articles dans la loi du 24 juillet 1966 sur les sociétés commerciales (articles à ), le décret du 17 février 1986 a accompagné cette loi en introduisant de nouvelles dispositions dans le décret du 23 mars 1967 sur les sociétés commerciales et une méthodologie sur les comptes consolidés a été intégrée dans le PCG 1982 par arrêté du 9 décembre La troisième transformation a été prise à la suite de la loi du 6 avril 1998 portant réforme de la réglementation comptable. Il a été institué conformément à l article 1 er de cette loi un Comité de la réglementation comptable (CRC) qui établit les prescriptions comptables générales et sectorielles. Toute personne physique ou morale soumise à l'obligation légale d'établir des documents comptables se doit de respecter les règlements du CRC. Ce dernier adopte ses règlements au vu des recommandations ou après avis du CNC. Les règlements adoptés par le comité sont publiés au Journal officiel de la République française après homologation par arrêtés conjoints du ministre chargé de l'économie, du garde des sceaux, ministre de la justice, et du ministre chargé du budget ainsi que, lorsqu'ils sont relatifs aux institutions de prévoyance régies par le code de la sécurité sociale ou aux organismes régis par le code de la mutualité, du ministre chargé de la sécurité sociale. Si le premier règlement (règlement 99-01) pris en 1999 a concerné les associations et fondations, les second et troisième règlements ont révisé totalement le Plan comptable général alors en application. Ont été pris les règlements du 29 avril 1999 relatif à la réécriture du plan comptable général (règlement qui s applique à toute entité tenue d établir des comptes individuels ou annuels, selon notamment la terminologie du PCG) et du 29 avril 1999 relatif aux comptes consolidés des sociétés commerciales et entreprises publiques. Depuis, de nombreux règlements du CRC homologués par arrêté sont venus modifier les règlements et Enfin, la quatrième transformation a été prise à la suite du règlement (CE) 1606/2002 du Parlement européen et du Conseil du 19 juillet 2002 sur l'application des normes comptables internationales. Pour chaque exercice commençant le 1 er janvier 2005 ou après cette date, les sociétés dont les titres sont admis à la négociation sur un marché réglementé sont tenues de préparer leurs comptes consolidés conformément aux normes comptables internationales adoptées par règlement par la Commission après avis d un comité de réglementation comptable européen (ARC Accounting regulatory committee). Les sources du droit comptable en 2007 «Le droit consiste en l'ensemble des règles juridiques socialement sanctionnées qui Abstract Since 1977, date on which the question of the accounting law existence was asked, it has widely changed. Near accounting basic law, an adjacent accounting law has been developed, which applied sanctions with its non-application. The accounting basic law is a specific one whose characteristic is that sanctions do not belong in first to a judge, but to a third party, the auditor. The next publication of standard IFRS for SME will ask about the evolution of the accounting law. s'appliquent au fonctionnement des institutions d'un État et fixent les rapports entre les citoyens qui le composent». Telle est la définition du droit donnée sur le site Internet Legifrance où l on peut trouver la quasi totalité des textes qui concernent notre droit national. Il y a lieu de distinguer les sources internationales du droit des sources nationales. Pour ce qui concerne le droit comptable, il y a lieu également à notre avis de distinguer le droit comptable proprement dit (ou de base) du droit comptable adjacent. 1/ Le droit comptable proprement dit (ou de base) Le droit comptable de base comprend des sources internationales et des sources nationales. Sources internationales : règlement européen (CE) 1606/2002 du 19 juillet 2002 sur l'application des normes comptables internationales ; règlement (CE) 1725/2003 modifié portant adoption de certaines normes comptables internationales conformément au règlement (CE) 1606/2002. Ces sources internationales ne s appliquent qu aux comptes consolidés des sociétés dont les titres sont admis à la négociation sur des marchés réglementés ou des sociétés qui ont opté pour la présentation de leurs comptes consolidés en normes internationales conformément à l article L du Code de commerce. On pourrait aussi citer les directives européennes 78/660/CEE du 25 juillet 1978 et 83/349/CEE du 11 juin 1983 (dites quatrième et septième directives), maintes fois révisées depuis leur promulgation, mais il est à noter que les directives européennes ne sont jamais applicables directement, les Etats membres de l Union européenne étant tenus de transposer les directives dans leurs droits internes dans les délais prévus par celles-ci. Sources nationales : il y a lieu de distinguer les sources traitant des comptes individuels (appelés comptes annuels par les textes) et celles traitant des comptes consolidés : sources traitant des comptes individuels : Code de commerce, articles L à L ; décret comptable du 29 novembre 1983 (Code de commerce, nouveaux articles R à R ) ; règlement du Comité de la réglementation comptable (Plan comptable général) ; sources traitant des comptes consolidés : Code de commerce, articles 25

3 26 L à L ; décret sur les sociétés commerciales du 23 mars 1967, articles 248 à (Code de commerce, nouveaux articles R à R ) ; règlement du Comité de la réglementation comptable relatif aux comptes consolidés des sociétés commerciales et entreprises publiques. A côté des sources légales ou réglementaires (décrets, arrêtés), on peut aussi classer les sources jurisprudentielles, rares en matière de droit comptable proprement dit, et les sources qu on pourrait qualifier de doctrinales que sont les avis du CNC n ayant pas fait l objet de règlements du CRC, les recommandations du CNC, les règlements, instructions et recommandations de l Autorité des marchés financiers, les avis et recommandations de la Compagnie des commissaires aux comptes et de l Ordre des experts-comptables. 2/ Le droit comptable dérivé Nous appelons droit comptable dérivé tous les textes légaux et réglementaires qui traitent directement ou indirectement de la comptabilité. Ces textes, épars, sont classés avec d autres droits, mais leur influence sur les obligations comptables des entités est significative. Dans ce droit comptable dérivé, il y a lieu de retenir notamment : des éléments de droit des sociétés (livre II du Code de commerce : présentation des comptes sociaux, publicité des comptes, infractions pénales, etc.) ; des éléments de droit des difficultés des entreprises (livre VI du Code de commerce : prévention des difficultés, faillite personnelle, banqueroute, etc.) ; des éléments de droit professionnel (livre VIII du Code de commerce : commissariat aux comptes, etc.) ; des éléments de droit fiscal (nombreux articles du Code général des impôts et notamment l article 38 quater de l annexe III qui stipule que «les entreprises doivent respecter les définitions édictées par le plan comptable général, sous réserve que celles-ci ne soient pas incompatibles avec les règles applicables pour l'assiette de l'impôt») ; des éléments de droit du travail (documents comptables à transmettre au comité d entreprise, participation des salariés aux résultats, etc.) ; mais aussi des éléments du Code monétaire et financier, du Code des collectivités territoriales, du Code des juridictions financières, du Code de la sécurité sociale, du Code civil, du Code pénal, etc. Les sanctions au non-respect des obligations comptables Le droit, nous l avons précisé ci-dessus, consiste en un ensemble de règles sanctionnées socialement. On ne peut pas concevoir de droit si la non-exécution n est pas punie. Des sanctions au non-respect des obligations comptables ne sont pas prévues par le droit comptable proprement dit : elles dérivent du droit adjacent ; on peut distinguer les sanctions pénales, les sanctions civiles et les sanctions fiscales. 1/ Sanctions pénales Le délit d omission d établissement des documents comptables. Pour l article L du Code de commerce (L pour les sociétés à responsabilité limitée, L pour toutes les autres sociétés par actions) «est puni d'une amende de 9 000? le fait, pour le président, les administrateurs ou les directeurs généraux d'une société anonyme, de ne pas, pour chaque exercice, dresser l'inventaire et établir des comptes annuels et un rapport de gestion». L article L II du Code de commerce punit de la même peine le fait, pour les membres du directoire, du conseil d'administration ou les gérants des sociétés, de ne pas établir et adresser aux actionnaires ou associés, dans les délais prévus par la loi, les comptes consolidés. Le délit de défaut de présentation des comptes annuels. L article L du Code de commerce (L pour les sociétés à responsabilité limitée, L pour toutes les autres sociétés par actions) punit d'un emprisonnement de six mois et d'une amende de le fait, pour le président ou les administrateurs d'une société anonyme, de ne pas soumettre à l'approbation de l assemblée générale ordinaire les comptes annuels et le rapport de gestion. Le délit de répartition des dividendes fictifs. Pour l article L du Code de commerce (L pour les SARL, article L pour toutes les autres sociétés par actions) «est puni d'un emprisonnement de cinq ans et d'une amende de ? le fait pour le président, les administrateurs ou les directeurs généraux d'une société anonyme d'opérer entre les actionnaires la répartition de dividendes fictifs, en l'absence d'inventaire, ou au moyen d'inventaires frauduleux». La banqueroute. La banqueroute est punie de cinq ans d'emprisonnement et de d'amende. Pour l article L et 5 du Code de commerce «en cas d'ouverture d'une procédure de redressement judiciaire ou de liquidation judiciaire, sont coupables de banqueroute les personnes mentionnées à l'article L contre lesquelles a été relevé l'un des faits ci-après : avoir tenu une comptabilité fictive ou fait disparaître des documents comptables de l'entreprise ou de la personne morale ou s'être abstenu de tenir toute comptabilité lorsque les textes applicables en font obligation ; avoir tenu une comptabilité manifestement incomplète ou irrégulière au regard des dispositions légales». Le faux. S il peut être tentant pour un chef d entreprise en difficulté de chercher à occulter ses défaillances par une présentation habile et fallacieuse de ses comptes, de même il pourra chercher à parvenir à ce résultat en les modifiant matériellement par grattage, collage ou gommage. Le faux et l'usage de faux sont punis de trois ans d'emprisonnement et de d'amende. Selon l article du Code pénal «constitue un faux toute altération frauduleuse de la vérité, de nature à causer un préjudice et accomplie par quelque moyen que ce soit, dans un écrit ou tout autre support d'expression de la pensée qui a pour objet ou qui peut avoir pour effet d'établir la preuve d'un droit ou d'un fait ayant des conséquences juridiques». Le délit de publication ou de présentation des comptes annuels infidèles. L article L du Code de commerce (L pour les SARL, article L pour toutes les autres sociétés par actions) punit d'un emprisonnement de cinq ans et d'une amende de «le fait pour le président, les administrateurs ou les directeurs généraux d'une société anonyme de publier ou présenter aux actionnaires, même en l'absence de toute distribution de dividendes, des comptes annuels ne donnant pas, pour chaque exercice, une image fidèle du résultat des opérations de l'exercice, de la situation financière et du patrimoine, à l'expiration de cette période, en vue de dissimuler la véritable situation de la société».

4 Comptabilité 2/ Sanctions civiles La faillite personnelle. La faillite personnelle emporte interdiction de diriger, gérer, administrer ou contrôler, directement ou indirectement, toute entreprise commerciale ou artisanale, toute exploitation agricole ou toute entreprise ayant toute autre activité indépendante et toute personne morale. Pour l article L du Code de commerce «le tribunal peut prononcer la faillite personnelle de toute personne mentionnée à l'article L contre laquelle a été relevé l'un des faits ci-après : avoir fait disparaître des documents comptables, ne pas avoir tenu de comptabilité lorsque les textes applicables en font obligation, ou avoir tenu une comptabilité fictive, manifestement incomplète ou irrégulière au regard des dispositions applicables». Les actions en responsabilité (contractuelle ou délictuelle). Il s agit de l action en responsabilité ouverte à la victime du dommage causé par l établissement de cette irrégularité (articles 1142 et 1382 du Code civil). Le plus souvent la victime est le banquier, l investisseur, le créancier ; le responsable, le chef d entreprise qui, par sa manœuvre, a voulu berner son partenaire. Le refus de certification. Les commissaires aux comptes peuvent refuser de certifier la régularité, la sincérité et la fidélité des comptes sociaux et consolidés. Ils attirent ainsi l attention de l assemblée des associés qui peuvent procéder à la révocation des organes dirigeants. 3/ Sanctions fiscales Le délit d omission d écritures ou de passation d écritures inexactes ou fictives. Pour l article du CGI, est puni des peines prévues à l'article 1741 (amende de pouvant être portée à en cas de ventes sans factures et d'un emprisonnement de cinq ans) quiconque a sciemment omis de passer ou de faire passer des écritures ou a passé ou fait passer des écritures inexactes ou fictives au livre-journal et au livre d'inventaire, ou dans les documents qui en tiennent lieu. Le délit d organisation de fausse comptabilité. Pour l article du CGI «sont passibles, indépendamment des sanctions fiscales édictées par le présent code, d'une amende de 4 500? et d'un emprisonnement de cinq ans ou de l'une de ces deux peines seulement tout agent d'affaires, expert et toute autre personne qui fait profession, soit pour son compte, soit comme dirigeant ou agent salarié de société, association, groupement ou entreprise quelconque, de tenir les écritures comptables de plusieurs clients et qui est convaincu d'avoir établi ou aidé à établir de faux bilans, inventaires, comptes et documents, de quelque nature qu'ils soient, produits pour la détermination des bases des impôts dus par lesdits clients». Le délit de fraude fiscale. Ce délit, régi par l article 1741 du CGI rend passible d'une amende de et d'un emprisonnement de cinq ans ( et un emprisonnement de cinq ans lorsque les faits ont été réalisés ou facilités au moyen soit d'achats ou de ventes sans facture, soit de factures ne se rapportant pas à des opérations réelles, ou qu'ils ont eu pour objet d'obtenir de l'etat des remboursements injustifiés) «quiconque s'est frauduleusement soustrait ou a tenté de se soustraire frauduleusement à l'établissement ou au paiement total ou partiel des impôts visés dans la présente codification, soit qu'il ait volontairement omis de faire sa déclaration dans les délais prescrits, soit qu'il ait volontairement dissimulé une part des sommes sujettes à l'impôt, soit qu'il ait organisé son insolvabilité ou mis obstacle par d'autres manœuvres au recouvrement de l'impôt, soit en agissant de toute autre manière frauduleuse». Les sanctions concernant les professionnels. Les professionnels (expertscomptables, comptables salariés) peuvent être poursuivis comme complices des infractions présentées ci-dessus. Le rejet de comptabilité. Cette opération consiste, pour l administration, à l issue d une vérification de comptabilité, à dénier toute authenticité aux résultats comptables ayant servi à déterminer les résultats fiscaux déclarés et à leur substituer de nouvelles bases d impositions. Le rejet de comptabilité peut intervenir en cas de graves irrégularités dans la comptabilisation des opérations (erreurs, omissions, inexactitudes graves et répétées), lorsque les documents comptables sont dénués de toute valeur probante du fait notamment de l absence de pièces justificatives, mais aussi, lorsque, régulière en la forme, la comptabilité n est pas de nature à justifier le résultat déclaré en raison d anomalies constatées par le vérificateur qui a de sérieuses raisons d en contester la sincérité (pourcentage anormal de bénéfice brut, par exemple). Le rôle majeur du commissaire aux comptes Le Code de commerce et notamment les articles L à traitent de la mission du commissaire aux comptes. Le commissaire aux comptes se doit de révéler les irrégularités comptables à l organe chargé de l administration, à l assemblée générale, voire au procureur de la République. Il a aussi le pouvoir de refuser la certification des comptes qui lui sont soumis. L obligation de porter à la connaissance de l organe chargé de l administration et de l assemblée générale. Selon l article L du Code de commerce «les commissaires aux comptes doivent porter à la connaissance de l'organe collégial chargé de l'administration et, le cas échéant, de l'organe chargé de la direction, leur programme général de travail mis en œuvre ainsi que les différents sondages auxquels ils ont procédé, les modifications qui leur paraissent devoir être apportées aux comptes devant être arrêtés ou aux autres documents comptables, en faisant toutes observations utiles sur les méthodes d'évaluation utilisées pour leur établissement, les irrégularités et les inexactitudes qu'ils auraient découvertes, les conclusions auxquelles conduisent les observations et rectifications ci-dessus sur les résultats de la période comparés à ceux de la période précédente». Ils doivent également (article L al. 1) «signaler à la plus prochaine assemblée générale ou réunion de l'organe compétent les irrégularités et inexactitudes relevées par eux au cours de l'accomplissement de leur mission». La révélation au procureur de la République. En vertu de l article L al. 2 du Code de commerce, les commissaires aux comptes doivent révéler au procureur de la République les faits délictueux dont ils ont eu connaissance, sans que leur responsabilité puisse être engagée par cette révélation. Le refus de certification. Le risque de refus de certification est l une des garanties de la bonne exécution du droit comptable. Un droit, nous l avons précisé ci-dessus, n existe que parce que le non respect des règles peut être sanctionné. Or, les sanctions que nous avons présentées ci-dessus proviennent toutes du droit comptable dit adjacent et non pas du droit comptable dit de base. Aussi pensons-nous qu'il y a lieu, 27

5 28 pour analyser la qualification du droit comptable, de tenir compte de l'intervention de l'auditeur (du commissaire aux comptes le plus souvent, de l'expertcomptable parfois). L'auditeur se comporte comme un juge. Il vérifie si les règles de droit comptable sont appliquées aux états financiers qui lui sont présentés (comme le juge vérifie si les règles de droit sont appliquées au cas qui lui est présenté) puis il prend une décision notifiée dans un rapport (qu'on pourrait qualifier de jugement) : il certifie que les comptes présentés sont réguliers (c'est-à-dire conformes aux règles), ou certifie avec réserve ou refuse sa certification. C'est donc par la présence de l'auditeur que, selon nous, le droit comptable peut être aussi qualifié de véritable droit. En fait, l'auditeur, lui-même responsable juridiquement (responsabilité civile, pénale, professionnelle), par sa prise de décision de non-conformité des états financiers présentés par rapport au droit comptable, sanctionne l'entité à la manière d'un juge. Le droit comptable (droit comptable proprement dit) est donc un droit spécifique dont la particularité est que les sanctions n'appartiennent pas en premier au juge, mais à un tiers, dont la profession est réglementée, l'auditeur. L avenir du droit comptable Le 15 février 2007, l IASB a publié un exposé sondage relatif aux IFRS pour les PME (International financial reporting standard for small and medium- size entities - IFRS for SMEs). Pour l IASB, cette future norme IFRS-PME (qui concerne à la fois les comptes individuels et les comptes consolidés) est appelée à être adoptée par les instances légales et réglementaires de chaque pays. On peut donc se poser la question suivante : l application de cette norme en France va-t-elle conduire à une disparition du PCG et du règlement sur les comptes consolidés et en conséquence, révolutionner le droit comptable national? Actuellement, en dehors du PCG et du règlement 99-02, le droit comptable, nous l avons évoqué ci-dessus, comprend encore des textes de niveau supérieur, lois et décrets (inclus dans le Code de commerce, partie législative et réglementaire). On pourrait très bien concevoir que ces textes soient abrogés et que, conformément à la loi du 6 avril 1998, relative à la réglementation comptable, le CRC soit le seul à pouvoir établir les prescriptions comptables générales et sectorielles qui seraient ensuite publiées au JO après homologation par arrêté ministériel. Il serait alors possible d envisager une convergence totale vers les IFRS. Comment pourrait s effectuer cette convergence : il y a pour nous deux voies possibles : La première est de continuer le travail qui a été commencé par le CNC et le CRC, c est-à-dire modifier tous les règlements du CRC (règlements généraux comme le dit PCG et le sur les comptes consolidés, mais aussi règlements spécifiques sur les banques, les assurances, les associations, etc.). C est une solution longue qui permet de garder les acquis du PCG. Il ne faut pas oublier que le PCG ne traite pas seulement de l information financière qui doit être présentée dans les états financiers, mais aussi du processus d élaboration de cette information, le chapitre 4 notamment traitant de la tenue, de la structure et du fonctionnement des comptes, avec des articles consacrés à la tenue du livre journal du grand livre, aux pièces justificatives, aux traitements informatisés et une référence bien connue du plan de comptes avec une numérotation dont se sont inspirés d ailleurs un certain nombre de plans comptables étrangers, belge et espagnol par exemple. Ceci risque d être long et il n est pas sûr que le CNC (lequel vient d'être réformé par le décret du 27 avril 2007) accepte toutes les dispositions formulées par les IFRS, notamment à cause de la fiscalité ou de dispositions trop centrées sur les besoins d une certaine catégorie d utilisateurs. La seconde, peut-être plus rapide, serait, pour le CRC, de faire comme l a fait le comité de réglementation comptable européen (l ARC), c est-à-dire d accepter en bloc (après peut-être avis du CNC) les normes IFRS applicables en France pour les comptes sociaux et les comptes consolidés des entités. Le plan comptable disparaîtrait alors. Mais alors se poserait le problème de savoir quels IFRS prendre? Si l on décidait de remplacer le PCG et le par IFRS PME (nous voyons mal remplacer le PCG par un full IFRS, car comment le comptable de PME pourrait-il intégrer à la place d un texte de 100 pages pour le PCG et 50 pages pour le environ un ensemble de 800 pages de réglementation), il faudrait, en même temps que l homologation d IFRS PME par le CRC, homologuer les dispositions des «full IFRS» auxquels IFRS PME fait appel, la solution la plus simple étant alors de faire référence aux dispositions européennes qui, rappelons-le, concernent la consolidation et les sociétés cotées sur un marché réglementé. Le droit comptable n a pas fini d évoluer. L avenir nous dira ce qu il en sera. Bibliographie Robert OBERT René Savatier, Le droit comptable au service de l'homme, Dalloz, Paris, 1969, 529 p. Francis Windsor, Dominique Ledouble, Existe-t-il un droit comptable, Revue française de comptabilité, n 77, novembre 1977, pp. 575 à 594. Le code annoté de la comptabilité, Editions de publications fiduciaires, 1977, 495 p. Comptabilité et Droit comptable (ouvrage collectif écrit sous la direction d Alain Burlaud), Gualino éditeur, mars 1998, chapitre 1 les sources du droit comptable, p. 14 à 28 et chapitre 15 les sanctions du non-respect des obligations comptables, pp. 591 à 604. Robert Obert, Droit comptable, comptabilité financière, audit : analyse et évolution, Thèse sur travaux de doctorat en sciences de gestion, Conservatoire national des arts et métiers, Paris, septembre 2000, 500 p. Robert Obert, La construction du droit comptable, 1999 mis à jour 2006, sur tml. Brigitte Raybaud-Turillo, Le droit comptable patrimonial, Les enjeux d'un droit comptable substantiel, Vuibert, Paris, 1997, 364 p. Christian de Lauzainghein, J.L. Navarro, Dominique Nechelis, Droit comptable, 3 e édition, Dalloz, Paris, 2004, 464 p. Bernard Colasse, Professeur à l Université de Paris-Dauphine, L évolution récente du droit comptable, Conférence prononcée à la journée pédagogique sur L actualité comptable 2004 organisée par l Association Francophone de Comptabilité (AFC) le jeudi 16 septembre 2004 à l ENS de Cachan sur Exposé sondage, IFRS for small and medium-size entities sur

TABLEAU COMPARATIF DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI SARBANES - OXLEY (USA), DE LA LOI SUR LA

TABLEAU COMPARATIF DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI SARBANES - OXLEY (USA), DE LA LOI SUR LA TABLEAU COMPARATIF DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI SARBANES - OXLEY (USA), DE LA LOI SUR LA SECURITE FINANCIERE (FRANCE) ET DE LA LOI RELATIVE AU RENFORCEMENT DE LA SECURITE DES RELATIONS FINANCIERES

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE I. Organisation de la profession comptable Profession comptable Comptable s salariés Comptable s libéraux Comptable s publics A. Comptables salariés 1. La profession

Plus en détail

La Responsabilité Civile et Pénale de l Administrateur dans la Moyenne Entreprise

La Responsabilité Civile et Pénale de l Administrateur dans la Moyenne Entreprise La Responsabilité Civile et Pénale de l Administrateur dans la Moyenne Entreprise Recommandations de l ADAE pour une meilleure Gouvernance en Entreprise Moyenne PME - PMI Merci et bravo à : - Jean-Marc

Plus en détail

DÉLAIS DE CONSERVATION DES DOCUMENTS COMMERCIAUX

DÉLAIS DE CONSERVATION DES DOCUMENTS COMMERCIAUX DÉLAIS DE CONSERVATION DES DOCUMENTS COMMERCIAUX Les documents, émis ou reçus par une entreprise dans l exercice de son activité, doivent être conservés pendant des durées déterminées, essentiellement

Plus en détail

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle I -Notion de consolidation et de groupe A - Définition B - Motivation de la consolidation C - Comment la notion de contrôle doit-elle se comprendre? Exemple simplifié

Plus en détail

Loi du 17 juillet 1975 relative à la comptabilité des entreprises. Coordination officieuse au 22/04/2012. Article 1 er.

Loi du 17 juillet 1975 relative à la comptabilité des entreprises. Coordination officieuse au 22/04/2012. Article 1 er. Loi du 17 juillet 1975 relative à la comptabilité des entreprises Coordination officieuse au 22/04/2012 Chapitre I er - De la comptabilité et des comptes annuels des entreprises Article 1 er. Pour l'application

Plus en détail

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA RESPONSABILITE FINANCIERE SOMMAIRE Propos introductifs ------------------------------------------------page

Plus en détail

N 125 SÉNAT PROJET DE LOI. concernant la centralisation de la documentation relative à la circulation routière. (Texte définitif.)

N 125 SÉNAT PROJET DE LOI. concernant la centralisation de la documentation relative à la circulation routière. (Texte définitif.) PROJET DE LOI adopté le 12 juin 1970. SECONDE N 125 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1969-1970 PROJET DE LOI concernant la centralisation de la documentation relative à la circulation routière. (Texte définitif.)

Plus en détail

Le rôle de conseil du comptable public et le devoir d alerte

Le rôle de conseil du comptable public et le devoir d alerte Le rôle de conseil du comptable public et le devoir d alerte Rappel : Le devoir d'alerte concerne tous les fonctionnaires et pas expressément les comptables. En aucun cas, sous couvert de ce principe,

Plus en détail

LES DEUTS COMPTABLES

LES DEUTS COMPTABLES COLLECTION DROIT DES AFFAIRES ET DE L'ENTREPRISE dirigee par Yves Guyon SERIE : RECHERCHES Nicole STOLOWY LES DEUTS COMPTABLES 63 ECONOMICA 49, rue H6ricart, 75015 Paris Table des matieres Introduction

Plus en détail

Etude réalisé par M. Bachir SEDEGUI Expert Comptable LE MANUEL D ORGANISATION COMPTABLE OUTIL DE GESTION ET DE CONTRÔLE

Etude réalisé par M. Bachir SEDEGUI Expert Comptable LE MANUEL D ORGANISATION COMPTABLE OUTIL DE GESTION ET DE CONTRÔLE Etude réalisé par M. Bachir SEDEGUI Expert Comptable LE MANUEL D ORGANISATION COMPTABLE OUTIL DE GESTION ET DE CONTRÔLE 1. INTRODUCTION 1.1 Objectif et intérêt du mémoire 1.2 Cadre légal et situation de

Plus en détail

Guide du créateur d entreprise sociale et solidaire. Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse

Guide du créateur d entreprise sociale et solidaire. Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse Quelle que soit sa taille, son activité et sa forme juridique, l'entreprise d'économie sociale et sociale est tenue de maintenir une comptabilité conforme à

Plus en détail

JORF n 0192 du 21 août 2015. Texte n 43

JORF n 0192 du 21 août 2015. Texte n 43 Le 22 octobre 2015 JORF n 0192 du 21 août 2015 Texte n 43 ORDONNANCE Ordonnance n 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation NOR: EINC1512728R ELI:http://www.legifrance.gouv.fr/eli/ordonnance/2015/8/20/EINC1512728R/jo/texte

Plus en détail

CONVENTION ENTRE L'ETAT LE TERRITOIRE DE LA POLYNESIE FRANCAISE

CONVENTION ENTRE L'ETAT LE TERRITOIRE DE LA POLYNESIE FRANCAISE CONVENTION ENTRE L'ETAT ET LE TERRITOIRE DE LA POLYNESIE FRANCAISE TENDANT A ELIMINER LES DOUBLES IMPOSITIONS ET A ETABLIR DES REGLES D'ASSISTANCE MUTUELLE ADMINISTRATIVE POUR L'IMPOSITION DES REVENUS

Plus en détail

DECLARATION DU PARTENAIRE OU DU CONJOINT COLLABORATEUR

DECLARATION DU PARTENAIRE OU DU CONJOINT COLLABORATEUR DECLARATION DU PARTENAIRE OU DU CONJOINT COLLABORATEUR Je soussigné(e) :. Né(e) le :. à :. Nationalité :.. Domicile :. Epoux /épouse de ou pacsé/pacsée de :. déclare avec mon conjoint collaborer effectivement

Plus en détail

La faillite personnelle : une sanction civile et professionnelle des dirigeants sociaux

La faillite personnelle : une sanction civile et professionnelle des dirigeants sociaux La faillite personnelle : une sanction civile et professionnelle des dirigeants sociaux Article juridique publié le 11/03/2011, vu 29036 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM 1) Définition et conditions de

Plus en détail

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DES SOCIETES

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DES SOCIETES RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DES SOCIETES 27/02/2015 Les dirigeants sont susceptibles d engager leur responsabilité, à de maintes reprises, dans le cadre de leurs activités. Cependant, nous nous

Plus en détail

Code du commerce Partie législative Chapitre V : Des sociétés anonymes Section 3 : Des assemblées d'actionnaires

Code du commerce Partie législative Chapitre V : Des sociétés anonymes Section 3 : Des assemblées d'actionnaires Code du commerce Partie législative Chapitre V : Des sociétés anonymes Section 3 : Des assemblées d'actionnaires Article L225-102-1 En savoir plus sur cet article... Modifié par LOI n 2010-788 du 12 juillet

Plus en détail

DSCG 4 Fusion Consolidation

DSCG 4 Fusion Consolidation DSCG 4 Fusion Consolidation Robert Obert Agrégé des techniques économiques de gestion Docteur en sciences de gestion Diplômé d'expertise comptable 3 e édition Collection «Express Expertise comptable» DCG

Plus en détail

Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011

Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011 Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011 INTRODUCTION En 2009, 74 % des créateurs d entreprises ont choisi d exercer leur activité dans le cadre d une entreprise individuelle, soit une hausse de

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Préface... 11 Sommaire... 13 Principales abréviations... 15 Introduction... 21

TABLE DES MATIÈRES. Préface... 11 Sommaire... 13 Principales abréviations... 15 Introduction... 21 TABLE DES MATIÈRES Préface... 11 Sommaire... 13 Principales abréviations... 15 Introduction... 21 PREMIÈRE PARTIE LA PHASE D ÉLABORATION : LES DOCUMENTS COMPTABLES RÉGIS PAR LE DROIT Titre 1 - L objectif

Plus en détail

1 - Les obligations comptables légales des associations. La comptabilité des associations. La comptabilité des associations - 02/2009

1 - Les obligations comptables légales des associations. La comptabilité des associations. La comptabilité des associations - 02/2009 La comptabilité des associations. Outil de gestion, Outil de contrôle. Préambule. Rappel de l'article 1 de la loi de 1901 : Les textes fondateurs qui régissent la vie des associations : La loi du 1er juillet

Plus en détail

Vu la Loi n 13/007 du 22 janvier 2013 portant habilitation du Gouvernement ;

Vu la Loi n 13/007 du 22 janvier 2013 portant habilitation du Gouvernement ; ORDONNANCE-LOI N 13/008 DU 23 FEVRIER 2013 MODIFIANT ET COMPLETANT CERTAINES DISPOSITIONS DE L ORDONNANCE-LOI N 69/009 DU 10 FEVRIER 1969 RELATIVE AUX IMPOTS CEDULAIRES SUR LES REVENUS Le Président de

Plus en détail

Introduction à la comptabilité financière

Introduction à la comptabilité financière PARTIE 1 Introduction à la comptabilité financière Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 D une approche patrimoniale et juridique à une approche économique et financière... 3 Les tableaux de synthèse

Plus en détail

Comment appréhender la lutte contre la fraude fiscale dans votre sphère antiblanchiment

Comment appréhender la lutte contre la fraude fiscale dans votre sphère antiblanchiment LES RENCONTRES DE L ARGUS de l ASSURANCE «BLANCHIMENT- FRAUDE FISCALE» Comment appréhender la lutte contre la fraude fiscale dans votre sphère antiblanchiment Maître Sylvie VAQUIERI Avocat Associé FIDAL

Plus en détail

Veiller à la protection de la vie privée et des données à caractère personnel. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes

Veiller à la protection de la vie privée et des données à caractère personnel. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes Veiller à la protection de la vie privée et des données à caractère personnel Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes Les données personnelles (ou nominatives) sont les informations

Plus en détail

COLLECTION NOTES D INFORMATION LE COMMISSAIRE AUX COMPTES ET LES CHANGEMENTS COMPTABLES DÉPARTEMENT ÉDITION

COLLECTION NOTES D INFORMATION LE COMMISSAIRE AUX COMPTES ET LES CHANGEMENTS COMPTABLES DÉPARTEMENT ÉDITION COLLECTION NOTES D INFORMATION NI X. LE COMMISSAIRE AUX COMPTES ET LES CHANGEMENTS COMPTABLES Juin 2011 SERVICES DÉPARTEMENT ÉDITION Compagnie nationale des commissaires aux comptes 16 avenue de Messine

Plus en détail

Thème 2 : Obligations et droits des commerçants (suite)

Thème 2 : Obligations et droits des commerçants (suite) Thème 2 : Obligations et droits des commerçants (suite) 1.2.4 Sanctions pour défaut d inscription Lorsque le Ministère du commerce met en demeure un commerçant et que ce dernier ne procède pas à l immatriculation,

Plus en détail

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Direction Générale de l Habitat et de la Construction Direction de la Gestion Immobilière Sous Direction de la Préservation du Patrimoine Immobilier Synthèse des

Plus en détail

Cadre réservé à l administration : Demande reçue le. Collège communal du :

Cadre réservé à l administration : Demande reçue le. Collège communal du : Commune d Esneux Cadre réservé à l administration : Demande reçue le. Collège communal du : Aides déjà octroyées sur l exercice : oui / non FORMULAIRE A REMPLIR POUR LA DEMANDE DE MISE A DISPOSITION GRATUITE

Plus en détail

1. Le régime comptable applicable aux GIP soumis à la comptabilité publique

1. Le régime comptable applicable aux GIP soumis à la comptabilité publique FICHE N 11 LE REGIME COMPTABLE DES GIP 1. Le régime comptable applicable aux GIP soumis à la comptabilité publique L'article 99 de la loi n 2011-525 du 17 mai 2011 de simplification et d'amélioration de

Plus en détail

LOI N 99/014 DU 22 DECEMBRE 1999 REGISSANT LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

LOI N 99/014 DU 22 DECEMBRE 1999 REGISSANT LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES LOI N 99/014 DU 22 DECEMBRE 1999 REGISSANT LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES L assemblée nationale a délibéré et adopté, le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit : CHAPITRE

Plus en détail

FICHE. La profession comptable et le cadre conceptuel 1 LA PROFESSION COMPTABLE. A La diversité des statuts. 1) La profession comptable salariée

FICHE. La profession comptable et le cadre conceptuel 1 LA PROFESSION COMPTABLE. A La diversité des statuts. 1) La profession comptable salariée La profession comptable et le cadre conceptuel FICHE 1 1 LA PROFESSION COMPTABLE A La diversité des statuts 1) La profession comptable salariée Il existe deux types de contrats de travail : Le contrat

Plus en détail

NOTE DE PRÉSENTATION

NOTE DE PRÉSENTATION AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRÉSENTATION RÈGLEMENT N 2011-01 DU 9 JUIN 2011 Relatif au plan comptable applicable aux organismes paritaires collecteurs de la formation professionnelle continue

Plus en détail

LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation

LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation Cette loi (n 2005-845 du 26 Juillet 2005, publiée au Journal

Plus en détail

I. Il est inséré au titre quatrième du livre premier du code des assurances (partie législative) un chapitre ainsi rédigé :

I. Il est inséré au titre quatrième du livre premier du code des assurances (partie législative) un chapitre ainsi rédigé : Dispositions législatives de transposition de la directive n 2003/41 CE pour ce qui concerne les entreprises d'assurance Article 1 er I. Il est inséré au titre quatrième du livre premier du code des assurances

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Délais de conservation des documents de l association»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Délais de conservation des documents de l association» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Délais de conservation des documents de l association» Points clés Les documents, émis ou reçus par une association dans l'exercice de son activité, doivent être conservés

Plus en détail

SENAT PROJET DE LOI. relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.)

SENAT PROJET DE LOI. relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.) PROJET DE LOI adopté le 21 décembre 1977 N 88 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978 PROJET DE LOI relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.) Le Sénat a adopté, dans

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

SOUS-SECTION 2 OBLIGATIONS CONSÉCUTIVES À L'HABILITATION [DB 5J1332]

SOUS-SECTION 2 OBLIGATIONS CONSÉCUTIVES À L'HABILITATION [DB 5J1332] SOUS-SECTION 2 OBLIGATIONS CONSÉCUTIVES À L'HABILITATION [DB Références du document 5J1332 Date du document 15/03/95 2. Respect d'engagements particuliers. Conformément à l'article 164 F unvicies C de

Plus en détail

REGLEMENT PORTANT MODALITES DE RECRUTEMENT ET STATUT DE L'AUDITEUR DES SESSIONS NATIONALES DE L'INSTITUT NATIONAL

REGLEMENT PORTANT MODALITES DE RECRUTEMENT ET STATUT DE L'AUDITEUR DES SESSIONS NATIONALES DE L'INSTITUT NATIONAL REGLEMENT PORTANT MODALITES DE RECRUTEMENT ET STATUT DE L'AUDITEUR DES SESSIONS NATIONALES DE L'INSTITUT NATIONAL DES HAUTES ETUDES DE LA SECURITE ET DE LA JUSTICE Le présent règlement pris pour l'application

Plus en détail

Sénégal. Réglementation bancaire

Sénégal. Réglementation bancaire Réglementation bancaire Loi n 90-06 du 26 juin 1990 Titre 1 - Généralités Art.1.- La présente loi s applique aux banques et établissements financiers exerçant leur activité sur le territoire de la République

Plus en détail

I. LES RAPPORTS DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS ET CONSOLIDÉS

I. LES RAPPORTS DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS ET CONSOLIDÉS COLLECTION NOTES D INFORMATION I. LES RAPPORTS DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS ET CONSOLIDÉS FÉVRIER 2010 SERVICES DÉPARTEMENT ÉDITION 3 SOMMAIRE SYNTHÉTIQUE AVANT-PROPOS... 19 1. TEXTES

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

(BON. 1930 du 21-10-1949) (BON. 2039 du 23-11-1951) Que l on sache par les présentes puisse Dieu en élever et en fortifier la teneur!

(BON. 1930 du 21-10-1949) (BON. 2039 du 23-11-1951) Que l on sache par les présentes puisse Dieu en élever et en fortifier la teneur! Dahir du 5 kaada 1368 (30 août 1949) relatif à la répression des infractions à la réglementation des changes, tel qu il à été modifié et complété par le dahir du 25 moharrem 1371 (27octobre 1951). LOUANGE

Plus en détail

Décision n 2006-17 D du 16 mars 2006. Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2006

Décision n 2006-17 D du 16 mars 2006. Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2006 C o n s e i l c o n s t i t u t i o n n e l Décision n 2006-17 D du 16 mars 2006 Demande tendant à la déchéance de plein droit de M. Jean-François MANCEL, Député Dossier documentaire Source : services

Plus en détail

N 103 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1970-1971 PROJET DE MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. modifiant et complétant le décret du 14 juin 1938

N 103 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1970-1971 PROJET DE MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. modifiant et complétant le décret du 14 juin 1938 PROJET de loi N 103 adopté le 27 mai 1971. SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1970-1971 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT modifiant et complétant le décret du 14 juin 1938 unifiant le contrôle de l'état

Plus en détail

Le Conseil des Ministres

Le Conseil des Ministres UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------------- Le Conseil des Ministres UEMOA DIRECTIVE N 0 2 / 07 /CM/UEMOA PORTANT CREATION D'UN ORDRE NATIONA DES EXPERTS-COMPTABLE ET DES COMPTABLES AGREES

Plus en détail

MORGENSTERN ET ASSOCIES SARL 7 rue du Chevalier de Saint George 75008 PARIS. NOTE D INFORMATION n 2014.14 du 23 septembre 2014

MORGENSTERN ET ASSOCIES SARL 7 rue du Chevalier de Saint George 75008 PARIS. NOTE D INFORMATION n 2014.14 du 23 septembre 2014 NOTE D INFORMATION n 2014.14 du 23 septembre 2014 Fichier FEC : exigences du fisc sur les systèmes et logiciels d encaissement : quel impact pour les entreprises? En mai dernier l administration fiscale

Plus en détail

Article 1er. - La présente loi a pour objet de déterminer les obligations à la charge² des assujettis, en matière de sécurité sociale.

Article 1er. - La présente loi a pour objet de déterminer les obligations à la charge² des assujettis, en matière de sécurité sociale. Loi n 83-14 du 2 juillet 1983 relative obligations des assujettis en matière de sécurité sociale, p. 1217. N J.O.R.A. N 28 DU 05/07/1983 TITRE I DISPOSITIONS PRELIMINAIRES Article 1er. - La présente loi

Plus en détail

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE promulgue la loi dont la teneur suit :

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE promulgue la loi dont la teneur suit : REPUBLIQUE DU BENIN PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE LOI N 94-009 du 28 juillet 1994 Portant création, organisation et fonctionnement des Offices à caractères social, culturel et scientifique L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

N 2010 / 033 29/09/2010

N 2010 / 033 29/09/2010 N 2010 / 033 29/09/2010 Origine : Direction des Retraites, du Recouvrement, des Clients et de l Animation du Réseau (DIRRCA) : Direction du Recouvrement Contact : Nicole SELLIER nicole.sellier@le-rsi.fr

Plus en détail

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013 L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée 2 Nouveautés À qui s adresse se statut d EIRL? Quelle procédure accomplir?

Plus en détail

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE,

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- NOR : DIM9902042DL DELIBERATION N 2000-16 APF DU 27 JANVIER 2000 ------------------------------------------------------------ prise pour l application de la

Plus en détail

INFORMATION DE LA DGI

INFORMATION DE LA DGI INFORMATION DE LA DGI I- NATURE DES CONTROLES EFFECTUES PAR L ADMINISTRATION FISCALE IVOIRIENNE L administration fiscale ivoirienne met en œuvre trois types de contrôles : - Le contrôle sur pièces : qui

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 MARS 2012 5 B-13-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 MARS 2012 5 B-13-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 MARS 2012 5 B-13-12 IMPOT SUR LE REVENU. IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE. ALLEGEMENT DES OBLIGATIONS DECLARATIVES DES AYANTS DROIT DU DEFUNT

Plus en détail

Loi n 2000-642 du 10 juillet 2000 portant réglementation des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques

Loi n 2000-642 du 10 juillet 2000 portant réglementation des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques Loi n 2000-642 du 10 juillet 2000 portant réglementation des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques Chapitre Ier : Les ventes volontaires de meubles aux enchères publiques. (abrogé) Article

Plus en détail

La responsabilité du Directeur administratif et financier

La responsabilité du Directeur administratif et financier La responsabilité du Directeur administratif et financier Quels sont les risques liés à la fonction de DAF? Comment les prévenir? Le livre blanc des experts SVP Pourquoi vous proposer un livre blanc sur

Plus en détail

La prise illégale d intérêts

La prise illégale d intérêts La prise illégale d intérêts Valeurs sociales protégées : Il s agit simplement de préserver, d une part, la probité dans la gestion des affaires publiques en respectant le vieil adage " nul ne peut servir

Plus en détail

Projet de loi n o 93. Présentation. Présenté par M. Claude Béchard Ministre responsable de la Réforme des institutions démocratiques

Projet de loi n o 93. Présentation. Présenté par M. Claude Béchard Ministre responsable de la Réforme des institutions démocratiques PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 93 Loi modifiant la Loi électorale concernant les règles de financement des partis politiques et modifiant d autres dispositions législatives

Plus en détail

Demande de subvention pour l année 2013

Demande de subvention pour l année 2013 Demande de subvention pour l année 2013 Date limite de dépôt des dossiers : 14 décembre 2012 Association : Vous trouverez dans ce dossier tout ce dont vous avez besoin pour déposer votre demande de subvention

Plus en détail

Se référer aux textes. Outil 1. Loi du 4 août 2008 : modernisation de l économie [Extraits : fonds de dotation]

Se référer aux textes. Outil 1. Loi du 4 août 2008 : modernisation de l économie [Extraits : fonds de dotation] Outil 1. Loi du 4 août 2008 : modernisation de l économie [Extraits : fonds de dotation] [Loi n o 2008-776 du 4 août 2008 de modernisation de l économie, JO du 5 août 2008] Article 140 [Définition Création]

Plus en détail

DSCG session 2008 UE4 Comptabilité et audit Corrigé indicatif DOSSIER 1 - INFORMATION FINANCIERE

DSCG session 2008 UE4 Comptabilité et audit Corrigé indicatif DOSSIER 1 - INFORMATION FINANCIERE DSCG session 2008 UE4 Comptabilité et audit Corrigé indicatif DOSSIER 1 - INFORMATION FINANCIERE 1. Points que le président doit faire figurer dans l information à mettre à disposition des actionnaires

Plus en détail

L du 31 mai 1999 (Mém. n 77 du 21 juin 1999, p.1681)

L du 31 mai 1999 (Mém. n 77 du 21 juin 1999, p.1681) Domiciliation des sociétés Loi du 31 mai 1999 régissant la domiciliation des sociétés et - modifiant et complétant certaines dispositions de la loi modifiée du 10 août 1915 concernant les sociétés commerciales;

Plus en détail

DL SOFTWARE RAPPORT SPECIAL SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE

DL SOFTWARE RAPPORT SPECIAL SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE DL SOFTWARE Société Anonyme au capital de 354 436,48 euros Siège social : 50 rue Monceau 75008 PARIS 445.053.937 RCS PARIS RAPPORT SPECIAL SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE (Article L. 225-37 du Code

Plus en détail

Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières.

Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières. Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières. TITRE PREMIER Renforcement de la sincérité des comptes des sociétés Chapitre premier Renforcement de

Plus en détail

Annexes. Attestations entrant dans le cadre de diligences directement liées à la mission de commissaire aux comptes...p. 57

Annexes. Attestations entrant dans le cadre de diligences directement liées à la mission de commissaire aux comptes...p. 57 Annexes Rapport annuel H3C 2008 Annexes FONCTIONNEMENT DU HAUT CONSEIL Pas d annexe ACTIVITÉ NORMATIVE Annexe 2.1. Liste des normes d exercice professionnel au 31 janvier 2009...p. 55 Normes homologuées

Plus en détail

Organisations syndicales et transparence financière : ce qui change et ce qui va changer

Organisations syndicales et transparence financière : ce qui change et ce qui va changer Organisations syndicales et transparence financière : ce qui change et ce qui va changer La loi n 2008-789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail a instauré

Plus en détail

Titre I Des fautes de Gestion

Titre I Des fautes de Gestion Base de données Loi n 85-74 du 20 Juillet 1985 relative à la définition et à la sanction des fautes de gestion commises à l égard de l Etat, des établissements publics administratifs, des collectivités

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE A L USAGE DES ELUS ET DES SALARIES DE L ASSOCIATION NORD EUROPE RETRAITE. Préambule

CODE DE DEONTOLOGIE A L USAGE DES ELUS ET DES SALARIES DE L ASSOCIATION NORD EUROPE RETRAITE. Préambule CODE DE DEONTOLOGIE A L USAGE DES ELUS ET DES SALARIES DE L ASSOCIATION NORD EUROPE RETRAITE Association GERP Nord Europe Retraite auprès des Assurances Crédit Mutuel Nord - Vie Association Nord Europe

Plus en détail

N 57 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1967-1963 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. modifiant le statut de VOrdre

N 57 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1967-1963 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. modifiant le statut de VOrdre PROJET DE LOI adopte le 25 avril 1968. N 57 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1967-1963 PROJET DE MODIFIÉ PAR LE SÉNAT LOI modifiant le statut de VOrdre des experts-comptables et des comptables agréés.

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D

P A T R I C K M I C H A U D P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE ANALYSE PRATIQUE DE LA CIRCULAIRE DE BERNARD CAZENEUVE SUR LE TRAITEMENT DES DÉCLARATIONS RECTIFICATIVES

Plus en détail

LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS

LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS Fiche technique 5 LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS Références : Articles L. 6133-1 et suivants du code de la santé publique (CSP) ; Articles R. 6133-1 et suivants du CSP. La détermination des

Plus en détail

Le Club de Gestion. Nomination d un Commissaire aux Comptes. www.club-gestion.fr. Nomination d un Commissaire aux Comptes

Le Club de Gestion. Nomination d un Commissaire aux Comptes. www.club-gestion.fr. Nomination d un Commissaire aux Comptes I - Cas de nomination dans les différentes formes de société 1) Les sociétés par actions a) Les Sociétés Anonymes (SA) La nomination d un ou plusieurs CAC est obligatoire dans les SA. L art. L. 225-16

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Décret n o 2011-733 du 27 juin 2011 modifiant les dispositions du code de la mutualité relatives au fonds

Plus en détail

N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997. Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI

N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997. Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997 Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, relative à l'épargne retraite, TRANSMISE PAR M.

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

LES TRAVAUX D INVENTAIRE

LES TRAVAUX D INVENTAIRE LES TRAVAUX D INVENTAIRE I. Les opérations de fin d exercice Les opérations de fin d exercice ou «travaux d inventaire», réalisé s en fin d exercice comptable, ont pour objectif l élaboration des documents

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne 31.3.2015 FR L 86/13 RÈGLEMENT (UE) 2015/534 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 17 mars 2015 concernant la déclaration d'informations financières prudentielles (BCE/2015/13) LE CONSEIL DES GOUVERNEURS

Plus en détail

e. Le respect d engagements les obligations du professionnel 2. LA PROCEDURE DE MISE EN ŒUVRE DU VISA AU SEIN D UNE AGC :

e. Le respect d engagements les obligations du professionnel 2. LA PROCEDURE DE MISE EN ŒUVRE DU VISA AU SEIN D UNE AGC : Note technique : Bordeaux, janvier 2011 Le visa fiscal SOMMAIRE : 1. PRESENTATION DU DISPOSITIF : a. Les textes de référence b. Objectifs du visa c. Délivrance du visa d. La lettre de mission e. Le respect

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES - Sociétés de droit étranger établies en Belgique: Champ d'application des articles 81, 82, 83 et 107 du Code des sociétés Avis du 14 janvier 2009 (en remplacement de l

Plus en détail

Note d information à l intention des Emprunteurs

Note d information à l intention des Emprunteurs Réforme des sanctions : élargissement de la portée du régime des sanctions pour inclure des activités autres que la passation des marchés et imposition de sanctions en cas de manœuvre obstructionniste

Plus en détail

Charte d éthique et de comportement

Charte d éthique et de comportement Charte d éthique et de comportement Préambule Le groupe BDO France, membre à part entière du réseau international BDO, effectue des missions de nature variées dans les domaines de l audit, du conseil financier

Plus en détail

Responsabilités du comptable salarié et de l expert-comptable

Responsabilités du comptable salarié et de l expert-comptable La profession comptable et le cadre conceptuel Thème 1 Exercice 1 Responsabilités du comptable salarié et de l expert-comptable Extrait d examen librement adapté La société YPREMIUM étant en croissance

Plus en détail

III. LE COMMISSAIRE AUX COMPTES ET L ALERTE

III. LE COMMISSAIRE AUX COMPTES ET L ALERTE COLLECTION NOTES D INFORMATION III. LE COMMISSAIRE AUX COMPTES ET L ALERTE AVRIL 2010 SERVICES DÉPARTEMENT ÉDITION 3 SOMMAIRE SYNTHÉTIQUE AVANT-PROPOS... 25 1. DISPOSITIF LÉGISLATIF ET RÉGLEMENTAIRE RELATIF

Plus en détail

LE PARTICULARISME DE LA CHAMBRE DES COMPTES A L INTERIEUR DE LA COUR SUPREME DU CAMEROUN : INTERET ET ENJEU

LE PARTICULARISME DE LA CHAMBRE DES COMPTES A L INTERIEUR DE LA COUR SUPREME DU CAMEROUN : INTERET ET ENJEU REPUBLIQUE DU CAMEROUN 3 PAIX-TRAVAIL-PATRIE COUR SUPREME CHAMBRE DES COMPTES 3 ème SECTION : 22 22 64 24 : 1770 REPUBLIC OF CAMEROON PEACE-WORK-FATHERLAND SUPREME COURT AUDIT BENCH THIRD DIVISION : 22

Plus en détail

Expertise. Prestations comptables et fiscales :

Expertise. Prestations comptables et fiscales : Pour le PCG (plan, générale, comptable), la comptabilité est définie comme un système d organisation de l information financière. La comptabilité est un outil qui fournit, après traitement approprié, un

Plus en détail

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées NOTE SUR LES SUBVENTIONS - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées - Les produits de la tarification ne sont pas des subventions A. Récapitulatif des obligations des associations

Plus en détail

Loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants

Loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants Loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants Dahir n 1-92-138 (30 joumada II 1413) portant promulgation de la loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants (B.O. 30 décembre

Plus en détail

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005 relative à la prévention et la répression des infractions en matière de chèques (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS Article

Plus en détail

RECUEIL DE TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES TARIFICATION DES RISQUES ACTUARIAT

RECUEIL DE TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES TARIFICATION DES RISQUES ACTUARIAT RECUEIL DE TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES TARIFICATION DES RISQUES ET ACTUARIAT SOMMAIRE A. TEXTES RELATIFS A LA TARIFICATION DES RISQUES... 3 1. Ordonnance n 95-07 modifiée et complétée :... 4 2.

Plus en détail

Lettre d information des contrôleurs qualité

Lettre d information des contrôleurs qualité COMMISSION QUALITÉ 4 ème trimestre 2012 Numéro 5 Lettre d information des contrôleurs qualité René KERAVEL Président Commission Qualité du CSOEC Expert-comptable Commissaire aux comptes Audrey FIEUJEAN

Plus en détail

PROJET DE CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE. authentique de ce projet de loi, dont je vous prie de vouloir N 368

PROJET DE CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE. authentique de ce projet de loi, dont je vous prie de vouloir N 368 N 368 CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE SESSION ORDINAIRE DE 1957-1958 Annexe au procès-verbal de la séance du 20 mars 1958. PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE portant amnistie dans les Territoires

Plus en détail

- STATUTS - SOCIETE ANONYME UNIPERSONNELE

- STATUTS - SOCIETE ANONYME UNIPERSONNELE - STATUTS - SOCIETE ANONYME UNIPERSONNELE Le Soussigné: Si l actionnaire est une personne physique, sont indiqués le prénom, le nom et l'adresse. Si l actionnaire est une personne morale, sont indiqués

Plus en détail

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit.

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit. PROJET DE LOI adopté le 2 juillet 1993 N 113 SENAT DEUXIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1992-1993 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

SECTION 3 ENTREPRISES UTILISANT UNE ADRESSE DITE DE DOMICILIATION [DB 4G223]

SECTION 3 ENTREPRISES UTILISANT UNE ADRESSE DITE DE DOMICILIATION [DB 4G223] Références du document 4G223 Date du document 25/06/98 SECTION 3 Entreprises utilisant une adresse dite de domiciliation Dans le cadre des mesures destinées à faciliter la création des entreprises, la

Plus en détail

modifié par le règlement n 2002-07 du 21 novembre 2002 et les arrêtés du 15 mai 2006, du 18 décembre 2009 et du 15 mai 2014

modifié par le règlement n 2002-07 du 21 novembre 2002 et les arrêtés du 15 mai 2006, du 18 décembre 2009 et du 15 mai 2014 Règlement n 99-14 du 23 septembre 1999 relatif à la garantie des titres détenus, pour le compte d'investisseurs, par les établissements de crédit, les entreprises d'investissement et les autres intermédiaires

Plus en détail