CONSEIL DES DROITS DE L HOMME. Examen Périodique Universel (EPU) 20 ème session. (Octobre 2014) MADAGASCAR. Soumission conjointe de :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSEIL DES DROITS DE L HOMME. Examen Périodique Universel (EPU) 20 ème session. (Octobre 2014) MADAGASCAR. Soumission conjointe de :"

Transcription

1 MIAMSI Mouvement International Mouvement International Mouvement Catholique Des Milieux Sociaux Indépendants des Intellectuels catholiques Caritatif International CONSEIL DES DROITS DE L HOMME Examen Périodique Universel (EPU) 20 ème session (Octobre 2014) MADAGASCAR Soumission conjointe de : MIAMSI, Statut Consultatif spécial auprès de l ECOSOC PAX ROMANA Statut consultatif général auprès de l ECOSOC CARITAS INTERNATIONALIS Statut Consultatif général auprès de l ECOSOC Genève, Février 2014

2

3 INTRODUCTION 1. Le Mouvement Catholique International d'apostolat des Milieux Sociaux Indépendants (MIAMSI), MIIC-Pax Romana et Caritas Internationalis présentent des observations écrites concernant Madagascar pour considération par le groupe de travail sur l Examen Périodique Universel (EPU), à sa 20 ème session. 2. Le Mouvement Catholique International d'apostolat des Milieux Sociaux Indépendants (MIAMSI) est une ONG fondée en 1941 par Marie-Louise Monnet. Il regroupe personnes réparties dans 30 pays. Les membres laïcs exercent dans le monde des responsabilités diverses. Leur action est basée sur la doctrine sociale de l Eglise Catholique. Doté du statut consultatif spécial ECOSOC depuis 1996, le MIAMSI est également représenté à la Commission Européenne. 3. PAX ROMANA, le Mouvement International des Intellectuels Catholiques (MIIC -Pax Romana) est un réseau de Leaders Catholiques présents dans 54 pays. Il est engagé dans l action sociale et depuis 1947 a obtenu le statut consultatif (ECOSOC). II participe à l ONU (Genève, New York, Vienne), à l UNESCO à Paris, au Conseil de l Europe, aux Nations Unies à Nairobi. 4. CARITAS INTERNATIONALIS est une confédération internationale qui regroupe 164 organisations catholiques qui s engagent dans des programmes de développement, de réponse à des urgences, d assistance sociale et de santé dans 200 pays. Caritas est engagée à servir les pauvres et promouvoir la justice partout dans le monde. Caritas Internationalis a un statut consultatif Général auprès de l ECOSOC. 5. Le MIAMSI, MIIC-Pax Romana, et CARITAS Internationalis, mettent en lumière les principales préoccupations relatives à la situation des femmes migrantes à Madagascar. 6. Le présent rapport a été rédigé à partir de témoignages de militants du MIAMSI malgache et libanais, de membres du syndicat des professionnels diplômés en travail social, basé à Antananarivo (SPDTS, Syndicat Professionnel des Diplômés en travail Social de Madagascar) ) et de la lettre du Groupe de Travail des Droits Humains, adressée au premier ministre malgache. Enfin, la soumission est complétée par le rapport de la rapporteuse spéciale sur les formes contemporaines d esclavage, ayant effectué une mission officielle fin CONTEXTE POLITIQUE ET ECONOMIQUE 7. La situation des femmes migrantes de Madagascar vers le Liban et d autres pays, a déjà été traitée lors de la première session de l EPU en février Le gouvernement malgache de transition avait alors accepté plusieurs recommandations qui l engageait à prendre des mesures contre le trafic des femmes 1 et la protection des familles migrantes 2, en faveur de 1 «Mettre en place un programme national visant à mettre fin au trafic des femmes et des filles et à les protéger contre l exploitation sexuelle, en s attaquant simultanément aux causes profondes de ces infractions, et adopter des mesures visant à favoriser la réinsertion sociale et la réadaptation des personnes concernées (Mexique)»; Rapport du Groupe de travail sur l Examen Périodique Universel, A/HRC/14/13, du 26 Mars 2010, page 16. «Intensifier ses efforts de lutte contre la traite et l exploitation sexuelle des femmes et des filles, en particulier dans les régions rurales, en adoptant un plan d action ambitieux dans ce domaine et allouer suffisamment de

4 leurs droits, et donc de lutter contre la criminalisation des travailleuses domestiques malgaches. 8. C est à partir de la crise politique de 2009 que la maltraitance des migrantes malgaches au Liban a été révélée, cette situation ayant été cachée par les régimes successifs depuis 1992, date du début du recrutement vers ce pays. Le MIAMSI par ses correspondants malgaches et libanais a été informé sur ces faits de violence relatifs à la traite de femmes malgaches dont certaines sont décédées. La même année ce pays a été le premier du Moyen Orient à adhérer à la campagne Cœur Bleu, contre le trafic des personnes, de l Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime Organisé. Depuis 2012, la migration des femmes malgaches s est développée vers d autres pays du golfe notamment vers le Koweït et l Arabie Saoudite. 9. Le grand nombre de travailleuses malgaches migrantes s explique principalement par le degré de pauvreté économique de Madagascar. Près de quatre habitants sur cinq vivent aujourd hui en dessous du seuil de pauvreté, soit plus de 76 % de la population. Cela représente 16 millions de personnes. Cette pauvreté a augmenté depuis 4 ans, de 12%, et la banque mondiale prévoit encore une augmentation, ce qui porterait à 84% de pauvres dans cette grande île. Les conditions de vie sont particulièrement difficiles (0,78 euro/jour). Les populations les plus pauvres se situent dans les régions rurales. Très récemment, en mai 2013, une invasion de 500 milliards de criquets, touchant 15 des 22 régions a détruit nombre de cultures (riz, pâtures, maïs, canne à sucre) privant les habitants de nourriture et de gains modestes 3. CONDITIONS DE VIE, DE DEPART, DE RETOUR DES FEMMES MALGACHES 10. Les recommandations relatives à la situation des femmes et des familles migrantes n ont pas été mises en œuvre par le gouvernement malgache. 11. En effet d après les témoignages oraux, les femmes sont embauchées par des petites agences discrètes, ou d autres agences officielles. Environ vingt agences sont agréées par le gouvernement, mais il est difficile de connaître leurs modalités d accréditation et certaines recrutent de l ordre de 12 personnes par jour. Comme dans les villes les habitants sont informés des risques avérés de sévices, les «rabatteurs» vont chercher les femmes dans les campagnes. Après un entretien et un contrôle médical, les femmes reçoivent un passeport et un contrat prévoyant un salaire bien supérieur à celui qu elles pourraient recevoir dans leur pays. Ce qui n est pas toujours visible, ce sont les conditions de travail souvent inhumaines, comme le précise le SPDTS. Sur les contrats il n est pas mentionné que ces femmes n ont pas le droit de sortir, et il leur est recommandé de s habituer aux mœurs des pays. A l évidence il n y a pas d information sur les conditions de vie qu elles vont devoir affronter. 12. Quand elles arrivent dans les pays de migration, leur contrat n a plus de valeur et leur ressources humaines et financières à la mise en œuvre de ce plan d action (Slovénie)»; Rapport du Groupe de travail sur l Examen Périodique Universel, A/HRC/14/13, op.cit. «Déployer des efforts accrus pour promouvoir les droits des femmes et lutter contre la traite des êtres humains, la violence sexuelle, la violence au foyer et l exploitation des femmes et des enfants (Norvège)»; Rapport du Groupe de travail sur l Examen Périodique Universel, A/HRC/14/13, op.cit. 2 «Signer et ratifier la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille (Argentine)» Rapport du Groupe de travail sur l Examen périodique universel, A/HRC/14/13, du 26 Mars 2010, page Voir notamment le site-web de la Banque Mondiale ; disponible à l adresse :

5 passeport est souvent confisqué. Elles n ont plus d existence légale et n ont plus le pouvoir de résister aux abus et de les contester. Pour beaucoup, leurs conditions de vie sont extrêmement difficiles : elles font souvent l objet de violences sexuelles, de temps de travail excessif voire de manque de nourriture. De nombreux témoignages qui nous ont été rapportés attestent ces faits et la rapporteuse spéciale sur les formes contemporaines d esclavage a décrit les situations dramatiques de femmes violées et battues 4. Celles-ci tentent alors de trouver un peu d argent pour retourner dans leur pays. Quand elles réussissent, elles arrivent malades, épuisées, traumatisées et présentent des troubles psychiques 5. Certaines perdent la vie. 13. Précisons aussi que certaines femmes malgaches sont envoyées dans des pays non officiellement et sont donc clandestines. Pour preuve, le SPDTS Antananarivo rapporte la démarche de l ambassadeur malgache au Koweït : ce diplomate a alerté les médias sur le fait que l ambassade n a pas reçu la liste officielle des migrantes, et souligné que le personnel de l ambassade devrait être prévenu des arrivées afin de les accueillir et garder leurs papiers en lieux sûrs. CADRE LEGAL 14. Le gouvernement Malgache a ratifié la convention de Palerme relative criminalité transnationale organisée 6, en En 2012 et 2013, un arrêté ministériel malgache a suspendu l envoi de main d œuvre au Koweit, en Arabie Saoudite et au Liban mais des réseaux parallèles font transiter des travailleurs par d autres pays Le protocole additionnel de la convention de Palerme contre le trafic illicite de migrants par terre, mer et air 8, a été ratifié par Madagascar et prévoit des mesures rigoureuses d assistance juridique et matérielle aux victimes (article 16 du protocole). Il est aussi précisé que les Etats doivent veiller à l application des procédures et à l information des migrants. Mais les agences essaient de contourner la loi pour pouvoir envoyer un maximum de travailleuses. En parallèle l immigration clandestine prospère au profit de pays, comme ceux du Golfe, dont la publicité faite par les agences promet des salaires attractifs et des conditions de vie meilleures. 16. La convention OIT 189 relative au travail décent pour les travailleuses et les travailleurs domestique entrée en vigueur le 4 septembre 2013, n a pas encore été ratifiée par Madagascar. Pourtant, elle impose aux Etats membres de règlementer notamment les contrats de travail permettant aux personnes de migrer dans un autre pays en tant que travailleurs domestique (articles 8 et 9). En règlementant les départs des migrantes, l Etat éviterait des situations dans lesquelles les femmes se retrouvent en situation d exploitation sans pouvoir revenir dans leur pays d origine. 4 Rapport de la Rapporteuse spéciale sur les formes contemporaines d esclavage, y compris leurs causes et leurs conséquences, Mme Gulnara Shahinian, Mission à Madagascar, A/HRC/24/43/add.2, 23 juillet 2013, conclusion VI, p Rapport de la Rapporteuse spéciale sur les formes contemporaines d esclavage, op.cit. p15. 6 Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée, New York, 15 novembre 2000, Nations Unies, Recueil des Traités,vol. 2225, p Rapport de la Rapporteuse spéciale sur les formes contemporaines d esclavage, op.cit. pp Protocole contre le trafic illicite de migrants par terre, mer et air, additionnel à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée, Recueil des Traités, vol. 2237, p. 319; Doc. A/55/383.

6 RECOMMANDATIONS 17. Le MIAMSI recommande au gouvernement de Madagascar de : - Enquêter sur les agences de recrutement (officielles ou non) et contrôler la fiabilité des contrats que ces agences délivrent. - Informer les migrantes de la nature de l emploi proposé et des conditions de vie dans le pays de migration. Préciser les droits des femmes dans le pays de migration. - Garantir, dans le pays de migration la possibilité de liens confidentiels entre la famille restée «au pays» et les migrantes. - Mettre en place une ligne téléphonique prépayée pour permettre aux migrantes de joindre leur famille et/ou des responsables pouvant être alertés de leur situation. - Ratifier la convention 189 de l OIT et mettre en œuvre le protocole relatif au trafic des personnes (2005). - Développer des relations entre Madagascar et les pays de migration dans le but de protéger les migrantes de toute forme de violence, assurer leur accès aux soins. - Faciliter le retour des migrantes dans leur pays d origine en leur restituant leurs papiers et en leur attribuant une aide financière - Lutter contre la pauvreté, cause principale de l immigration des femmes migrantes

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)] Nations Unies A/RES/55/67 Assemblée générale Distr. générale 31 janvier 2001 Cinquante-cinquième session Point 107 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

A/RES/55/25 II. Protection des victimes de la traite des personnes

A/RES/55/25 II. Protection des victimes de la traite des personnes 2. L original de la présente Convention, dont les textes anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe font également foi, sera déposé auprès du Secrétaire général de l Organisation des Nations

Plus en détail

Ordre du jour provisoire annoté et projet d organisation des travaux

Ordre du jour provisoire annoté et projet d organisation des travaux Nations Unies A/AC.260/1 Assemblée générale Distr.: Générale 25 juin 2001 Français Original: Anglais Réunion du Groupe intergouvernemental d experts à composition non limitée chargé d élaborer un projet

Plus en détail

Règles et normes de l Organisation des Nations Unies

Règles et normes de l Organisation des Nations Unies Règles et normes de l Organisation des Nations Unies en matière de prévention du crime et de justice pénale Aide-mémoire des Casques bleus Vous avez signé un contrat avec l Organisation des Nations Unies

Plus en détail

Notre candidature. Les Pays-Bas, un candidat. engagé pour le Conseil. des droits de l homme

Notre candidature. Les Pays-Bas, un candidat. engagé pour le Conseil. des droits de l homme Les Pays-Bas, un candidat engagé pour le Conseil des droits de l homme Notre candidature Les Pays-Bas ont chaleureusement accueilli la création du Conseil des droits de l homme. Membre actuel du Conseil

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014

130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014 130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014 Commission permanente de la C-III/130/DR-am démocratie et des droits de l homme 6 mars 2014 PROTEGER LES DROITS DES ENFANTS, EN PARTICULIER

Plus en détail

CENTRE CATHOLIQUE INTERNATIONAL DE GENEVE (CCIG) RAPPORT D ACTIVITES 2011

CENTRE CATHOLIQUE INTERNATIONAL DE GENEVE (CCIG) RAPPORT D ACTIVITES 2011 CENTRE CATHOLIQUE INTERNATIONAL 1, rue de Varembé CENTRO CATOLICO INTERNACIONAL Case postale 43 INTERNATIONAL CATHOLIC CENTRE CH 1211 Genève 20 GENEVE Tel : 00 41 22 734 14 65 Fax : 00 41 22 734 08 78

Plus en détail

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement.

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement. PROTOCOLE ADDITIONNEL À LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CRIMINALITÉ TRANSNATIONALE ORGANISÉE VISANT À PRÉVENIR, RÉPRIMER ET PUNIR LA TRAITE DES PERSONNES, EN PARTICULIER DES FEMMES ET DES ENFANTS

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1133932L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1133932L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention d entraide judiciaire en matière pénale entre le Gouvernement de la République

Plus en détail

Cinquième rapport périodique Espagne

Cinquième rapport périodique Espagne Comité pour l élimination de la dis crimination à l égard des femmes Trente et unième session 6-23 juillet 2004 Extrait du supplément N o 38 (A/59/38) Cinquième rapport périodique Espagne Conclusions du

Plus en détail

LA LUTTE CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME. Par Mohamed Ely Keihell Secrétaire Général de la CANIF. Introduction

LA LUTTE CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME. Par Mohamed Ely Keihell Secrétaire Général de la CANIF. Introduction LA LUTTE CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME Par Mohamed Ely Keihell Secrétaire Général de la CANIF Introduction Le monde a été secoué ces dernières années par des attaques terroristes sanglantes et destructrices.

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS

TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS Titre: Gestionnaire de projet Type de contrat: SSA Période de la consultation: 8 mois (Février Septembre 2014) Niveau proposé: NOC Section:

Plus en détail

Profits et pauvreté: la dimension économique du travail forcé

Profits et pauvreté: la dimension économique du travail forcé US$150,000,000,000 Profits et pauvreté: la dimension économique du travail forcé L intégration globale des systèmes économiques, notamment des marchés du travail, a apporté de nombreuses opportunités pour

Plus en détail

UNICEF/NYHQ2009-0870/SokoL. Principes Régissant les Entreprises dans le Domaine des Droits de l enfant

UNICEF/NYHQ2009-0870/SokoL. Principes Régissant les Entreprises dans le Domaine des Droits de l enfant UNICEF/NYHQ2009-0870/SokoL Principes Régissant les Entreprises dans le Domaine des Droits de l enfant 12345678910 UNICEF/NYHQ2008-1775/Pirozzi Introduction Les enfants de moins de 18 ans représentent près

Plus en détail

Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip

Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip 133 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 17-21.10.2015 Conseil directeur CL/197/10c)-R.1 Point 10 6 octobre 2015 Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip c) 10 ème Réunion

Plus en détail

DECISION No 557 PLAN D ACTION DE L OSCE POUR LUTTER CONTRE LA TRAITE DES ETRES HUMAINS

DECISION No 557 PLAN D ACTION DE L OSCE POUR LUTTER CONTRE LA TRAITE DES ETRES HUMAINS PC.DEC/557 Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe Conseil permanent FRANÇAIS Original : ANGLAIS 462ème séance plénière PC Journal No 462, point 6 de l ordre du jour DECISION No 557 PLAN

Plus en détail

Fiche pratique N 1 : Qu est-ce que les droits de l Homme?

Fiche pratique N 1 : Qu est-ce que les droits de l Homme? Fiche pratique N 1 : Qu est-ce que les droits de l Homme? 1. D où viennent les droits de l homme 1 Les droits de l homme ont été élaborés et énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l Homme

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

WS26 La protection des salariés

WS26 La protection des salariés WS26 La protection des salariés Session 1 La vision chinoise Les populations de travailleurs migrants/paysans s étant déplacées dans les villes pour travailler ont des droits très réduits. Comme ils n

Plus en détail

THEME : LUTTE CONTRE LA PAUVRETE DES JEUNES.

THEME : LUTTE CONTRE LA PAUVRETE DES JEUNES. PROJET DE COMMUNICATION DE MONSIEUR Kodjo AKUTSE DIRECTEUR EXECUTIF DE L ONG JEUNES DU MONDE VIVONS ENSEMBLE "JMVE" (TOGO) AU SOMMET MONDIAL SUR LA SOCIETE DE L INFORMATION QUI SE DEROULERA A GENEVE EN

Plus en détail

129 ème ASSEMBLEE DE L UNION INTERPARLEMENTAIRE ET REUNIONS CONNEXES Genève, 7-9.10.2013

129 ème ASSEMBLEE DE L UNION INTERPARLEMENTAIRE ET REUNIONS CONNEXES Genève, 7-9.10.2013 129 ème ASSEMBLEE DE L UNION INTERPARLEMENTAIRE ET REUNIONS CONNEXES Genève, 7-9.10.2013 Assemblée A/129/2-P.7 Point 2 4 octobre 2013 EXAMEN DE DEMANDES EVENTUELLES D'INSCRIPTION D'UN POINT D'URGENCE A

Plus en détail

Une alliance mondiale contre le travail forcé

Une alliance mondiale contre le travail forcé Une alliance mondiale contre le travail forcé RAPPORT DU DIRECTEUR GÉNÉRAL Une alliance mondiale contre le travail forcé Rapport global en vertu du suivi de la Déclaration de l OIT relative aux principes

Plus en détail

Rapport concernant la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par les Pays-Bas

Rapport concernant la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par les Pays-Bas G R E T A Groupe d'experts sur la lutte contre la traite des êtres humains GRETA(2014)10 Rapport concernant la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres

Plus en détail

L'Etat profond américain

L'Etat profond américain Peter Dale SCOTT L État profond américain - La finance, le pétrole, et la guerre perpétuelle Traduit de l américain par Maxime Chaix Éditions Demi-Lune Collection Résistances L'Etat profond américain www.editionsdemilune.com

Plus en détail

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Initiatives montrant des bonnes pratiques ainsi que des pratiques efficaces dans l adoption d une approche fondée sur les droits

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Concertation francophone de haut-niveau sur les violences faites aux femmes et aux filles

Concertation francophone de haut-niveau sur les violences faites aux femmes et aux filles Concertation francophone de haut-niveau sur les violences faites aux femmes et aux filles 57 e session de la Commission de la condition de la femme, 4 15 mars 2013 Plan d action francophone sur les violences

Plus en détail

Projet de Déclaration de Rabat sur l enfance dans le monde islamique

Projet de Déclaration de Rabat sur l enfance dans le monde islamique Projet de Déclaration de Rabat sur l enfance dans le monde islamique Nous, les ministres chargés de l enfance dans les États membres de l Organisation de la Conférence islamique (OCI) et les chefs d organisations

Plus en détail

ALLOCUTION DE S.E.M. SIDIKI KABA

ALLOCUTION DE S.E.M. SIDIKI KABA REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ALLOCUTION DE S.E.M. SIDIKI KABA GARDE DES SCEAUX, MINISTRE DE LA JUSTICE DE LA REPUBLIQUE DU SENEGAL REUNION DU BUREAU DE L ASSEMBLEE DES ETATS PARTIES AU

Plus en détail

Projet du CIR pour réfugiés et migrants en Algérie. Renforcer la protection des migrants et la capacité de gestion des flux migratoires mixtes

Projet du CIR pour réfugiés et migrants en Algérie. Renforcer la protection des migrants et la capacité de gestion des flux migratoires mixtes Projet du CIR pour réfugiés et migrants en Algérie Renforcer la protection des migrants et la capacité de gestion des flux migratoires mixtes Algérie: Renforcer la protection des migrants et les capacités

Plus en détail

Les Jeunes, Acteurs du Développement

Les Jeunes, Acteurs du Développement Nations Unies Commission économique pour l Afrique Bureau pour l Afrique du Nord Les Jeunes, Acteurs du Développement Le dialogue et la compréhension mutuelle Note conceptuelle UNFPA Tunis (Tunisie), 8-10

Plus en détail

&216(,/'( %UX[HOOHVOHMXLQ /,0,7( -$, 0,*5 127( la présidence

&216(,/'( %UX[HOOHVOHMXLQ /,0,7( -$, 0,*5 127( la présidence &216(,/'( /81,21(8523e(11( %UX[HOOHVOHMXLQ 25HQ /,0,7( -$, 5(/(; 0,*5 127( de : la présidence au : Conseil N doc. préc.: 9796/1/02 REV 1 JAI 129 RELEX 112 MIGR 52 Objet: Conclusions du Conseil sur les

Plus en détail

N 2725 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 2725 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 2725 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 avril 2015. PROJET DE LOI autorisant l approbation du protocole

Plus en détail

Accord de coopération entre le Conseil fédéral suisse et le Gouvernement de la République du Cameroun en matière de migration

Accord de coopération entre le Conseil fédéral suisse et le Gouvernement de la République du Cameroun en matière de migration Texte original Accord de coopération entre le Conseil fédéral suisse et le Gouvernement de la République du Cameroun en matière de migration Conclu le 26 septembre 2014 Appliqué provisoirement par la Suisse

Plus en détail

Outils de recouvrement d avoirs au Canada. Guide pratique

Outils de recouvrement d avoirs au Canada. Guide pratique Outils de recouvrement d avoirs au Canada Guide pratique Outils de recouvrement d avoirs au Canada Guide pratique I. INTRODUCTION Tout comme il appuie les instruments juridiques internationaux tels que

Plus en détail

AVIS N 79 DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 17 OCTOBRE 2003 RELATIF A LA TRAITE DES ETRES HUMAINS A DES FINS D

AVIS N 79 DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 17 OCTOBRE 2003 RELATIF A LA TRAITE DES ETRES HUMAINS A DES FINS D AVIS N 79 DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 17 OCTOBRE 2003 RELATIF A LA TRAITE DES ETRES HUMAINS A DES FINS D EXPLOITATION SEXUELLE 2 3 Avis n 79 du Conseil de l'égalité des

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

placement sont un élément important de la précarité du travail et une menace pour le respect des droits des travailleuses et des travailleurs.

placement sont un élément important de la précarité du travail et une menace pour le respect des droits des travailleuses et des travailleurs. À LA DÉFENSE DES TRAVAILLEUSES ET TRAVAILLEURS D AGENCES DE PLACEMENT TEMPORAIRE IL EST PLUS QUE TEMPS QUE LE GOUVERNEMENT PASSE À L ACTION! AIDEZ NOUS À FAIRE DES GAINS DANS CE DOSSIER PRIMORDIAL MISE

Plus en détail

Comité de coordination de l OMPI

Comité de coordination de l OMPI F WO/CC/65/2 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 19 SEPTEMBRE 2011 Comité de coordination de l OMPI Soixante-cinquième session (42 e session ordinaire) Genève, 26 septembre 5 octobre 2011 NOMINATION DU DIRECTEUR

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Traditionnellement, les personnes handicapées étaient prises en charge par:

Traditionnellement, les personnes handicapées étaient prises en charge par: Introduction à la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées: développement et objectif de la convention, principes généraux et obligations des États Parties Shivaun Quinlivan

Plus en détail

Conférence de Kasane sur le commerce illégal d espèces sauvages 25 mars 2015 DÉCLARATION

Conférence de Kasane sur le commerce illégal d espèces sauvages 25 mars 2015 DÉCLARATION Conférence de Kasane sur le commerce illégal d espèces sauvages 25 mars 2015 DÉCLARATION 2 Déclaration de Kasane sur le commerce illégal d espèces sauvages CONFÉRENCE DE KASANE SUR LE COMMERCE ILLÉGAL

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST CONFERENCE REGIONALE SUR LA RATIFICATION DES INSTRUMENTS INTERNATIONAUX

Plus en détail

Programme international pour l abolition du travail des enfants (IPEC)

Programme international pour l abolition du travail des enfants (IPEC) Programme international pour l abolition du travail des enfants (IPEC) Quel est-il et que fait-il? Bureau international du Travail «C est l exploitation des enfants qui constitue le mal...le plus insupportable

Plus en détail

Agir contre la traite des personnes et le trafic de migrants. OIM Maroc Manuel de formation de base

Agir contre la traite des personnes et le trafic de migrants. OIM Maroc Manuel de formation de base OIM Maroc Manuel de formation de base Agir contre la traite des personnes et le trafic de migrants IOM International Organization for Migration OIM Organisation internationale pour les migrations OIM Organización

Plus en détail

Campagne AU.COMMIT pour la Lutte contre le Trafic Humain

Campagne AU.COMMIT pour la Lutte contre le Trafic Humain I. Introduction Le Département des Affaires Sociales de la Commission de l'union africaine prévoit dans son Plan stratégique 2009-2012 et son programme d'activités de 2008 plusieurs initiatives en ce qui

Plus en détail

BELGIQUE. Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées

BELGIQUE. Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées BELGIQUE Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées Ouverture de la Conférence DECLARATION DE S.E. Mme BENEDICTE FRANKINET AMBASSADEUR

Plus en détail

ADVANCE UNEDITED VERSION

ADVANCE UNEDITED VERSION Future E/C.12/MAR/CO/3 19 May 2006 FRENCH Original: FRENCH COMITÉ DES DROITS ÉCONOMIQUES, SOCIAUX ET CULTURELS Trente-sixième session XX Mai 2006 ADVANCE UNEDITED VERSION EXAMEN DES RAPPORTS PRÉSENTÉS

Plus en détail

FONDS ET SUBVENTIONS. A. De quoi s agit-il?

FONDS ET SUBVENTIONS. A. De quoi s agit-il? IX. FONDS ET SUBVENTIONS Il existe plusieurs fonds et subventions. Certains sont directement gérés par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l homme (HCDH), et servent directement les intérêts

Plus en détail

Plan d action national de lutte contre la traite de personnes

Plan d action national de lutte contre la traite de personnes Plan d action national de lutte contre la traite de personnes Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2012 Cat. No.: PS4-175/2012F-PDF ISBN: 978-1-100-99225-9 Imprimé au Canada Plan d action national de

Plus en détail

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction Distr. générale 29 décembre 2009 Français Original: anglais Réunion intergouvernementale d experts à composition non limitée sur les mécanismes d examen à envisager pour l application de la Convention

Plus en détail

Déclaration de Paris

Déclaration de Paris IV e Conférence des ministres francophones de la Justice Déclaration de Paris 14 février 2008 Déclaration de Paris - - 1 Nous, ministres de la justice des pays ayant le français en partage, Réunis à Paris,

Plus en détail

Je vis sans vivre pour moi

Je vis sans vivre pour moi la défense des droits de l homme Le Mémorial de Caen Recueil des Plaidoiries 2014 avocats Je vis sans vivre pour moi Inés Revuelta Molino Huelva Espagne 277 Le Mémorial de Caen Recueil des Plaidoiries

Plus en détail

Tour d horizon des pratiques prometteuses en réponse à la traite des personnes au Canada

Tour d horizon des pratiques prometteuses en réponse à la traite des personnes au Canada Tour d horizon des pratiques prometteuses en réponse à la traite des personnes au Canada Document préparé pour : Forum fédéral-provincial-territorial des hauts fonctionnaires responsables de la condition

Plus en détail

Commission des questions politiques et de la démocratie

Commission des questions politiques et de la démocratie DÉCLASSIFIÉ 1 AS/Pol (2014) 14 4 septembre 2014 Fpdoc14_14 Commission des questions politiques et de la démocratie Évaluation du partenariat pour la démocratie concernant le Parlement du Maroc Rapporteur

Plus en détail

SOUMISSION DE PREOCCUPATIONS A L EXPERT INDEPENDANT SUR LA SITUATION DES DROITS DE L HOMME EN COTE D IVOIRE

SOUMISSION DE PREOCCUPATIONS A L EXPERT INDEPENDANT SUR LA SITUATION DES DROITS DE L HOMME EN COTE D IVOIRE SITUATION DES DROITS DE L HOMME EN COTE D IVOIRE SOUMISSION DE PREOCCUPATIONS A L EXPERT INDEPENDANT SUR LA SITUATION DES DROITS DE L HOMME EN COTE D IVOIRE MONSIEUR DOUDOU DIENE 22 FEVRIER 2014 A L OPERATION

Plus en détail

*Luttes pour les droits des femmes au Québec

*Luttes pour les droits des femmes au Québec *Luttes 1791 Droit de vote pour les femmes propriétaires Adopté en 1791, l Acte constitutionnel est une loi britannique qui crée le Haut- Canada et le Bas-Canada. Cette loi donne aux propriétaires terriens

Plus en détail

G R E T A Groupe d'experts sur la lutte contre la traite des êtres humains

G R E T A Groupe d'experts sur la lutte contre la traite des êtres humains G R E T A Groupe d'experts sur la lutte contre la traite des êtres humains GRETA(2014)18 Rapport concernant la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres

Plus en détail

Priorités 2012-2014 pour le Maroc. de la coopération

Priorités 2012-2014 pour le Maroc. de la coopération Priorités 2012-2014 pour le Maroc dans le cadre de la coopération avec le voisinage Priorités 2012-2014 pour le Maroc dans le cadre de la coopération avec le voisinage Toute demande de reproduction ou

Plus en détail

Code à l intention des partenaires commerciaux

Code à l intention des partenaires commerciaux Code à l intention des partenaires commerciaux Groupe Axpo Code à l intention des partenaires commerciaux 02 03 Table des matières Introduction... 05 I. Éthique commerciale et intégrité... 07 II. Respect

Plus en détail

La boîte à outil Migration Sénégal-Espagne : Une réponse au besoin d information des migrants sénégalais,

La boîte à outil Migration Sénégal-Espagne : Une réponse au besoin d information des migrants sénégalais, La boîte à outil Migration Sénégal-Espagne : Une réponse au besoin d information des migrants sénégalais, Une approche de communication participative et innovante Bureau international du Travail Le Bureau

Plus en détail

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies Année internationale de la jeunesse 12 août 2010-11 août 2011 Dialogue et compréhension mutuelle asdf Nations Unies «Nous devons nous engager sans réserve pour que les jeunes aient accès à l éducation,

Plus en détail

CHARTE DES PRINCIPES DU COMMERCE ÉQUITABLE

CHARTE DES PRINCIPES DU COMMERCE ÉQUITABLE CHARTE DES PRINCIPES DU COMMERCE ÉQUITABLE Janvier 2009 Sommaire Introduction4 Vision commune5 Définir le Commerce Équitable6 Principes Essentiels6 Le commerce équitable, une dimension additionnelle aux

Plus en détail

G R E T A Groupe d'experts sur la lutte contre la traite des êtres humains

G R E T A Groupe d'experts sur la lutte contre la traite des êtres humains G R E T A Groupe d'experts sur la lutte contre la traite des êtres humains GRETA(2012)6 Rapport concernant la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres

Plus en détail

Outil pratique. l identification préalable des victimes de traite. à des fins d exploitation sexuelle

Outil pratique. l identification préalable des victimes de traite. à des fins d exploitation sexuelle Outil pratique l identification préalable des victimes de traite à des fins d exploitation sexuelle Juin 2013 Vous êtes un professionnel susceptible d entrer en contact avec des victimes de traite en vue

Plus en détail

Éliminer l écart : Chercher la réconciliation et promouvoir le mieux-être et les droits de la personne des Premières Nations

Éliminer l écart : Chercher la réconciliation et promouvoir le mieux-être et les droits de la personne des Premières Nations Éliminer l écart : Chercher la réconciliation et promouvoir le mieux-être et les droits de la Exposé à l intention des premiers ministres du Canada Le 15 juillet 2015 Draft Submission to Canada s Premiers,

Plus en détail

Agir auprès des personnes, soutenir ceux qui aident, préparer l avenir.

Agir auprès des personnes, soutenir ceux qui aident, préparer l avenir. La solidarité : UNE RICHESSE POUR LE QUÉBEC Agir auprès des personnes, soutenir ceux qui aident, préparer l avenir. Depuis la Révolution tranquille, l État québécois a grandement contribué à bâtir une

Plus en détail

========== Au nom de l Union Européenne. 96ème session du Conseil de l OIM

========== Au nom de l Union Européenne. 96ème session du Conseil de l OIM Intervention de S.E. M. Jean-Baptiste MATTEI, Ambassadeur, Représentant Permanent de la France auprès des Nations Unies à Genève et des organisations internationales en Suisse ========== Au nom de l Union

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE E/CN.4/Sub.2/2003/12/Rev.2 26 août 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION DES DROITS DE L HOMME Sous-Commission de la promotion et de la

Plus en détail

Fonds d affectation spéciale des Nations Unies pour l élimination de la violence à l égard des femmes. Appel à propositions 2015

Fonds d affectation spéciale des Nations Unies pour l élimination de la violence à l égard des femmes. Appel à propositions 2015 Fonds d affectation spéciale des Nations Unies pour l élimination de la violence à l égard des femmes Appel à propositions 2015 janvier 2015 Table des matières 1. À propos du Fonds d affectation spéciale

Plus en détail

Comme si je n étais pas un être humain

Comme si je n étais pas un être humain * NOTE A L ATTENTION DU LECTEUR: Cette traduction comprend la table des matières, le résumé et les recommandations du rapport complet, qui est disponible en anglais, en arabe, en indonésien, et en tagalog.

Plus en détail

VOS DROITS EN FRANCE Sante, famille, ecole,.. travail, papiers

VOS DROITS EN FRANCE Sante, famille, ecole,.. travail, papiers VOS DROITS EN FRANCE e, ecole, l l i m a f, e Sant piers.. a p, l i a v tra VOS DROITS EN FRANCE Sante, famille, ecole, travail, papiers.. Ce guide est issu du projet «Soutien aux enfants et aux parents

Plus en détail

Référentiel d évaluation des besoins concernant l action de la justice pénale contre la traite des êtres humains

Référentiel d évaluation des besoins concernant l action de la justice pénale contre la traite des êtres humains Référentiel d évaluation des besoins concernant l action de la justice pénale contre la traite des êtres humains Page de couverture: photo de A. Scotti pour UN.GIFT/UNODC istock Office des Nations Unies

Plus en détail

Curriculum Vitae. Etudes Secondaires Université Saint Joseph des Pères Jésuites, Beyrouth (Liban).

Curriculum Vitae. Etudes Secondaires Université Saint Joseph des Pères Jésuites, Beyrouth (Liban). Curriculum Vitae Me ANTOINE AKL Né à Chamat, Casa de Jbeil (Liban) ETUDES Etudes Primaires Collège de la Sagesse, Beyrouth (Liban). Etudes Secondaires Université Saint Joseph des Pères Jésuites, Beyrouth

Plus en détail

PROJET DE LOI ------- ETUDE D IMPACT

PROJET DE LOI ------- ETUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1032202L/Bleue-1 PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention d entraide judiciaire en matière pénale entre le

Plus en détail

Les projets de coopération en faveur de l enfance vulnérable au Vietnam

Les projets de coopération en faveur de l enfance vulnérable au Vietnam MISSION DE L ADOPTION INTERNATIONALE - AMBASSADE DE FRANCE AU VIETNAM Les projets de coopération en faveur de l enfance vulnérable au Vietnam Par Mélanie Biraghi Chargée de mission Adoption & Protection

Plus en détail

Après quatre tests d évaluation passés dans des pays différents (USA et Amérique latine), la norme SA 8000 a été validée et diffusée.

Après quatre tests d évaluation passés dans des pays différents (USA et Amérique latine), la norme SA 8000 a été validée et diffusée. LA NORME SA 8000 Les origines de la norme SA 8000 La norme SA 8000 est le résultat, entre autre, du constat de la multiplication des normes et des standards existants sur le marché. C est en octobre 1997

Plus en détail

L Organisation des Nations Unies (ONU) et la protection des droits au travail

L Organisation des Nations Unies (ONU) et la protection des droits au travail Trousse d information sur le droit international et l action syndicale Section C : Fiche Le droit international, un outil syndical Fiche L Organisation des Nations Unies (ONU) et la protection des droits

Plus en détail

Document final de la Conférence d examen de Durban SECTION 1

Document final de la Conférence d examen de Durban SECTION 1 Document final de la Conférence d examen de Durban SECTION 1 Examen des progrès et évaluation de la mise en œuvre de la Déclaration et du Programme d action de Durban par toutes les parties prenantes aux

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Nations Unies CTOC/COP/2006/7/Rev.1 Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Distr. générale 18 août 2008 Français Original: anglais Quatrième

Plus en détail

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Beyrouth, Liban, 24 novembre 2010 CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE «RENFORCER UN ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Guide pratique pour la société civile FONDS, SUBVENTIONS ET BOURSES EN FAVEUR DES DROITS DE L HOMME

Guide pratique pour la société civile FONDS, SUBVENTIONS ET BOURSES EN FAVEUR DES DROITS DE L HOMME Guide pratique pour la société civile FONDS, SUBVENTIONS ET BOURSES EN FAVEUR DES DROITS DE L HOMME Table des matières Introduction...1 Fonds et subventions...2 Programmes de bourses du HCDH...22 Contactez-nous...36

Plus en détail

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève COMPTE-RENDU Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève SYNTHÈSE GÉNÉRALE En vue de préparer sa participation à la 29 e session du Conseil des droits de l Homme

Plus en détail

Mini guide d action. Novembre 2008. CSI - Confédération syndicale internationale. Travail forcé

Mini guide d action. Novembre 2008. CSI - Confédération syndicale internationale. Travail forcé Mini guide d action CSI - Confédération syndicale internationale Novembre 2008 Travail forcé Sommaire Pourquoi le travail forcé représente-t-il un problème important pour les syndicats? 5 En quoi consiste

Plus en détail

Le cadre juridique international pour protéger les enfants dans les conflits armés

Le cadre juridique international pour protéger les enfants dans les conflits armés Le cadre juridique international pour protéger les enfants dans les conflits armés Jaap Doek La protection des enfants dans les conflits armés a toujours été une préoccupation majeure de la communauté

Plus en détail

CONVENTION DES DROITS DE L ENFANT

CONVENTION DES DROITS DE L ENFANT CONVENTION...... DES DROITS... DE L ENFANT 3 LA CONVENTION DES DROITS DE L ENFANT Les articles de cette Convention ont été rédigés plus simplement pour les enfants par le Cofrade (Conseil français des

Plus en détail

Azzouz Kerdoun. Inventaire des institutions nationales et internationales opérant dans le domaine des migrations internationales en Algérie

Azzouz Kerdoun. Inventaire des institutions nationales et internationales opérant dans le domaine des migrations internationales en Algérie Institut universitaire européen Commission européenne EuropeAid Cooperation Office Financé par la Commission européenne - Programme MEDA Projet de coopération sur les questions liées à l intégration sociale

Plus en détail

DROITS DE L ENFANT ET PRINCIPES RÉGISSANT LES ENTREPRISES

DROITS DE L ENFANT ET PRINCIPES RÉGISSANT LES ENTREPRISES DROITS DE L ENFANT ET PRINCIPES RÉGISSANT LES ENTREPRISES 1 INTRODUCTION Les enfants de moins de 18 ans forment presque un tiers de la population mondiale. Dans de nombreux pays, les enfants et les jeunes

Plus en détail

Plan d action national contre la traite des êtres humains (2014-2016)

Plan d action national contre la traite des êtres humains (2014-2016) Plan d action national contre la traite des êtres humains (2014-2016) Plan d action national contre la traite des êtres humains 3 Introduction La traite des êtres humains représente, selon l Office des

Plus en détail

Les nouveaux migrants au Liban : vers une ethnicisation du marché de l emploi

Les nouveaux migrants au Liban : vers une ethnicisation du marché de l emploi 86 n 12 2014 VIE DU LABO Les nouveaux migrants au Liban : vers une ethnicisation du marché de l emploi Thèse soutenue par Suzanne Menhem le 20 décembre 2012 à l Université de Poitiers, en cotutelle avec

Plus en détail

Services Aux Victimes

Services Aux Victimes Services Aux Victimes I n i t i a t i v e s Avez-vous besoin d un plan de sécurité? Guide à l intention des personnes qui se trouvent dans des relations abusives Qu est-ce qu un plan de sécurité? Il s

Plus en détail

Précarité à Paris : caractéristiques de la population

Précarité à Paris : caractéristiques de la population Précarité à Paris : caractéristiques de la population 10 000 à 15 000 personnes à la rue à Paris* Hommes Femmes * Paris : 2 000 000 d habitants environ. Nord Est = secteur le plus peuplé, concentration

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE CONJOINT

COMMUNIQUE DE PRESSE CONJOINT Service Communication Hôtel de Matignon, le 21 octobre 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE CONJOINT Visite en République française de Son Excellence le Premier ministre de l Etat du Koweït, Cheikh Jaber Al Moubarak

Plus en détail

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail