LE CIRC CLASSE LES CHAMPS DE FREQUENCES ELECTROMAGNETIQUES COMME CARCINOGENES POSSIBLES CHEZ L HOMME

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE CIRC CLASSE LES CHAMPS DE FREQUENCES ELECTROMAGNETIQUES COMME CARCINOGENES POSSIBLES CHEZ L HOMME"

Transcription

1 Traduction intégrale du communiqué de presse n 208 du 31 mai 2011 de l Organisation mondiale de la santé Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) IARC CLASSIFIES RADIOFREQUENCY ELECTROMAGNETIC FIELDS AS POSSIBLY CARCINOGENIC TO HUMANS LE CIRC CLASSE LES CHAMPS DE FREQUENCES ELECTROMAGNETIQUES COMME CARCINOGENES POSSIBLES CHEZ L HOMME L'OMS / Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé les champs de radiofréquences électromagnétiques comme cancérogènes possibles pour l'homme (groupe 2B), en se basant sur un risque accru de gliome, un type de cancer malin du cerveau associé à l'utilisation des téléphones sans fil. Contexte Au cours des dernières années, il y a eu une préoccupation grandissante quant à la possibilité d'effets néfastes sur la santé résultant de l'exposition aux champs de radiofréquences électromagnétiques, tels que ceux émis par les appareils de communication sans fil. Le nombre d'abonnements de téléphonie mobile est estimé à 5 milliards au niveau mondial. Du 24 au 31 mai 2011, un groupe de travail de 31 scientifiques de 14 pays s est réuni au CIRC à Lyon, en France, pour évaluer les potentiels dangers cancérogènes de l'exposition aux champs de radiofréquences électromagnétiques. Ces évaluations seront publiées dans le volume 102 des Monographies du CIRC, qui sera le cinquième volume de cette série à se concentrer sur les agents physiques, après le volume 55 (rayonnement solaire), le volume 75 et le volume 78 sur le rayonnement ionisant (rayons X, rayons gamma, neutrons, radionucléides) et le volume 80 sur les rayonnements non ionisants (champs électromagnétiques d extrêmement basse fréquence). Le Groupe de travail des monographies du CIRC a examiné et évalué la possibilité que ces expositions puissent induire des effets sanitaires à long terme, en particulier un risque accru de cancer. Cela a un intérêt pour la santé publique, particulièrement pour les utilisateurs de téléphones mobiles, étant donné le nombre important et croissant d'utilisateurs croissant, particulièrement chez les jeunes adultes et les enfants. Le Groupe de travail des monographies du CIRC a examiné et évalué la documentation disponible sur les catégories d'exposition suivantes touchant les champs de radiofréquences électromagnétiques : exposition professionnelle aux radars et aux micro-ondes ; expositions environnementales associées à la transmission de signaux pour la radio, la télévision et de télécommunication sans fil ; expositions personnelles associées à l'utilisation de téléphones sans fil. Des experts internationaux se sont partagés la tâche complexe de s attaquer aux données d'exposition, aux études sur le cancer chez les humains, aux études sur le cancer chez les animaux de laboratoire, et aux données mécanistiques et à d autres. 1

2 Résultats La preuve a été examinée de façon critique et évaluée de façon globale comme étant limitée chez les utilisateurs de téléphones sans fil pour le gliome et le neurinome du nerf acoustique, et insuffisante pour tirer des conclusions pour d'autres types de cancers. La preuve de l'exposition professionnelle et environnementale mentionnées ci-dessus a de façon similaire été jugée insuffisante. Le Groupe de travail n'a pas quantifié le risque, mais une étude de l'utilisation passée du téléphone portable (jusqu'à l'année 2004), a montré une augmentation de 40% du risque de gliome dans les plus hautes catégories des gros utilisateurs (en moyenne : 30 minutes par jour sur une période supérieure à 10 ans). Conclusions Dr Jonathan Samet (Université de Californie du Sud, U.S.A.), président général du Groupe de travail, a indiqué que «la preuve, tout en s accumulant, est suffisamment solide pour supporter une conclusion et la classification 2B. La conclusion signifie qu'il pourrait y avoir certains risques, et donc que nous devons surveiller de près un lien entre les téléphones cellulaires et le risque de cancer.» «Étant donné les conséquences potentielles pour la santé publique de ce classement et les résultats», a déclaré Christopher Wild, directeur du CIRC, «il est important qu une recherche supplémentaire soit menée sur le long terme concernant l utilisation intensive des téléphones mobiles. En attendant la disponibilité de ces informations, il est important de prendre les mesures pragmatiques pour réduire l'exposition tels que des dispositifs mains-libres ou SMS.» Le Groupe de travail a examiné des centaines d'articles scientifiques ; la liste complète sera publiée dans la Monographie. Il est important de mentionner que plusieurs articles scientifiques récents issus de l'étude Interphone et en cours de publication ont été mis à la disposition du groupe de travail peu de temps avant qu'il ne se réunisse et ont été inclus dans l'évaluation. Un rapport concis résumant les principales conclusions du Groupe de travail du CIRC et les évaluations du risque cancérigène des champs de fréquences électromagnétiques radiofréquence (incluant l'utilisation des téléphones mobiles) sera publié dans The Lancet Oncology dans son numéro du 1er juillet, et dans quelques jours en ligne. A PROPOS DES MONOGRAPHIES DU CIRC Que sont les monographies du CIRC? Les Monographies du CIRC identifient les facteurs environnementaux qui peuvent augmenter le risque de cancer humain. Il s'agit notamment de produits chimiques, des mélanges complexes, des expositions professionnelles, physiques et biologiques, et des facteurs liés au style de vie. Les agences nationales de santé utilisent cette information comme support scientifique de leurs actions pour prévenir l'exposition à des agents cancérigènes potentiels. Un Groupe de travail interdisciplinaire d experts scientifiques passe en revue les études publiées et évalue le poids de la preuve qu'un agent peut augmenter le risque de cancer. Les principes, procédures et critères scientifiques qui guident les évaluations sont décrits dans le Préambule aux Monographies du CIRC. 2

3 Depuis 1971, plus de 900 agents ont été évalués, parmi lesquels 400 ont été identifiés comme cancérogènes ou potentiellement cancérogènes pour l'homme. Définitions Groupe 1: L'agent est cancérogène pour l'homme. Cette catégorie est utilisée lorsqu'il existe une preuve suffisante de cancérogénicité chez l'homme. Exceptionnellement, un agent peut être placé dans cette catégorie quand la preuve de la cancérogénicité chez l homme n est pas suffisante mais qu il ya une preuve suffisante de cancérogénicité chez les animaux de laboratoire et de fortes présomptions chez les humains exposés que l'agent agit par l'intermédiaire d'un mécanisme de cancérogénicité reconnu. Groupe 2. Cette catégorie comprend les agents pour lesquels, d un côté, le niveau de preuves de cancérogénicité chez l'homme est presque suffisant ainsi que ceux pour lesquels, à l'autre extrême, il n'existe pas de données humaines, mais pour lesquels il existe des preuves de cancérogénicité chez les animaux de laboratoire. Les agents sont affectés soit au Groupe A (probablement cancérogène pour l'homme) ou au Groupe B (possible cancérogène pour l'homme) sur la base d'indications épidémiologiques, expérimentales et mécanistiques de la cancérogénicité et d'autres données pertinentes. Les termes probablement cancérogènes et possibles cancérogènes n'ont pas de signification quantitative et sont utilisés simplement comme descripteurs des différents niveaux de preuves de cancérogénicité pour l'homme, avec probablement cancérogène à un niveau plus haut de preuve que possible cancérogène. Groupe 2A : L'agent est probablement cancérogène pour l'homme. Cette catégorie est utilisée lorsqu'il existe des preuves limitées de cancérogénicité chez l'homme et des preuves suffisantes de cancérogénicité chez les animaux de laboratoire. Dans certains cas, un agent peut être classé dans cette catégorie lorsqu'il existe des preuves insuffisantes de cancérogénicité chez l'homme et des preuves suffisantes de cancérogénicité chez les animaux de laboratoire et de fortes présomptions que la cancérogenèse s'effectue par un mécanisme qui fonctionne également chez l'homme. Exceptionnellement, un agent peut être classé dans cette catégorie uniquement sur la base d'indications limitées de cancérogénicité chez l'homme. Un agent peut être classé dans cette catégorie s il appartient, sur la base de considérations mécanistiques, à une classe d'agents pour lesquels un ou plusieurs membres ont été classés dans le Groupe 1 ou le Groupe 2A. Groupe 2B : L'agent est possiblement cancérogène pour les humains. Cette catégorie est utilisée pour les agents pour lesquels il existe une preuve limitée de cancérogénicité chez les humains et moins de preuve suffisante de cancérogénicité chez les animaux de laboratoire. Elle peut également être utilisée lorsqu'il existe une preuve insuffisante de cancérogénicité chez l'homme mais qu il existe une preuve suffisante de cancérogénicité chez les animaux de laboratoire. Dans certains cas, un agent pour lequel il y a une preuve insuffisante de cancérogénicité chez l'homme et une preuve suffisante de cancérogénicité chez les animaux de laboratoire avec des données sur le mécanisme d action de mécanique et d'autres données pertinentes, peut être placé dans ce groupe. Un agent peut être classé dans 3

4 cette catégorie uniquement sur la base de preuves solides à partir des données mécanistiques et les autres. Groupe 3 : L agent n est pas classable comme cancérogène chez l homme. Cette catégorie est utilisée le plus couramment pour les agents pour lesquels la preuve de cancérogénicité est insuffisante chez l'homme et insuffisante ou limitée chez les animaux de laboratoire. Exceptionnellement, les agents pour lesquels la preuve de cancérogénicité est insuffisante chez l'homme mais suffisante chez l'animal de laboratoire peuvent être placés dans cette catégorie lorsqu'il existe de fortes présomptions que le mécanisme de cancérogénicité chez les animaux de laboratoire ne fonctionne pas chez l'homme. Les agents qui ne rentrent pas dans n'importe quel autre groupe sont également classés dans cette catégorie. Une évaluation dans le groupe 3 ne signifie pas la non-cancérogénicité ou la sécurité globale. Cela signifie souvent que des recherches supplémentaires sont nécessaires, surtout lorsque l'exposition est généralisée ou que les données sur le cancer font l objet de différentes interprétations. Groupe 4 : L agent est probablement non cancérigène pour l homme. Cette catégorie est utilisée pour les agents pour lesquels il existe des preuves suggérant une absence de cancérogénicité chez les humains et les animaux de laboratoire. Dans certains cas, les agents pour lesquels il existe des preuves insuffisantes de cancérogénicité chez l'homme, mais manquent de preuves suggérant de cancérogénicité chez les animaux de laboratoire, constamment et fortement soutenue par un large éventail de mécanique et d'autres données pertinentes, peut être classé dans ce groupe. Définitions de la preuve, tel qu'elle est utilisée dans les Monographies du CIRC pour les études chez l'homme Les éléments de preuve relatifs à la cancérogénicité provenant d'études chez l'homme est classée dans l'une des catégories suivantes : Preuve suffisante de cancérogénicité : Le Groupe de travail considère qu'une relation de causalité a été créée entre l'exposition à l'agent et le cancer humain. Autrement dit, une relation positive a été observée entre l'exposition et le cancer dans les études où hasard, biais et confusion pouvaient être exclus avec une certitude raisonnable. Une déclaration selon laquelle il existe suffisamment de preuves est suivie par une phrase distincte qui identifie l'organe cible(s) ou le tissus quand un risque accru de cancer a été observé chez les humains. L identification de la cible spécifique d un organe ou d un tissu ne fait pas obstacle à la possibilité que l agent puisse causer le cancer à d'autres sites. Preuve limitée de cancérogénicité : Une association positive a été observée entre l'exposition à l'agent et le cancer pour lesquels une interprétation causale est considérée par le Groupe de 4

5 travail comme pouvant être crédible, mais le hasard, les biais ou la confusion ne peuvent pas être exclus avec une certitude raisonnable. Indications de cancérogénicité insuffisantes : Les études disponibles sont de qualité insuffisante, pas cohérente ou d une puissance statistique trop faible pour permettre de conclure à la présence ou à 'absence d'une association causale entre l'exposition et le cancer, ou il n y a pas de données chez l'homme sont disponibles. Indications d'une absence de cancérogénicité : Il existe plusieurs études suffisantes, couvrant la gamme complète des niveaux d'exposition que les humains sont connus pour rencontrer, qui sont mutuellement cohérentes pour ne pas montrer une association positive entre l'exposition à l'agent et le cancer étudié à tous les niveaux observés de l'exposition. Les résultats de ces études, seuls ou combinés devrait avoir intervalles de confiance étroits avec une limite supérieure à la valeur nulle (par exemple, le risque relatif de 1.0). Les biais et les sources de confusion doivent être exclus avec une certitude raisonnable, et les études doivent avoir une longueur suffisante pour assurer le suivi. Une conclusion suggérant une absence de cancérogénicité est inévitablement limitée aux sièges du cancer, aux conditions et aux niveaux d'exposition, et à la durée de l'observation par les études disponibles. En outre, l'éventualité d'un risque très faible aux niveaux d'exposition étudiés ne peut jamais être exclue. Dans certains cas, les catégories ci-dessus peuvent être utilisées pour classer le degré de preuves relatives à la cancérogénicité dans des organes ou des tissus spécifiques. 5

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DE RADIOFREQUENCES COMME CANCÉROGÈNES POSSIBLES POUR LES HUMAINS

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DE RADIOFREQUENCES COMME CANCÉROGÈNES POSSIBLES POUR LES HUMAINS Centre International de Recherche contre le Cancer Organisation de la Santé Mondiale COMMUNIQUÉ DE PRESSE N 2 0 8 31 mai 2011 LE CIRC CLASSE LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DE RADIOFREQUENCES COMME CANCÉROGÈNES

Plus en détail

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES COMMUNIQUE DE PRESSE N 213 12 Juin 2012 LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES A l issue d une réunion d une semaine regroupant des spécialistes internationaux, le Centre international de

Plus en détail

Téléphone mobile et risques de cancer

Téléphone mobile et risques de cancer Mesure 3 Mesure 12 Téléphone mobile et risques de cancer L e marché de la téléphonie mobile est en forte évolution au niveau mondial et notamment en France depuis le début des années 90. Selon l ARCEP

Plus en détail

Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec

Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec Le 5 décembre 2013 Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec Vous retrouverez ci-dessous la position des directeurs régionaux

Plus en détail

Téléphone mobile et risques de cancer

Téléphone mobile et risques de cancer Mesure 3 Mesure 12 PRÉVENTION Téléphone mobile et risques de cancer C O L L E C T I O N Fiches repère ÉTAT DES CONNAISSANCES EN DATE DU 16 JUIN 2011 Le marché de la téléphonie mobile est en forte évolution

Plus en détail

Dossier de presse. Mise à jour de l expertise «Radiofréquences et santé» Mardi 15 octobre 2013

Dossier de presse. Mise à jour de l expertise «Radiofréquences et santé» Mardi 15 octobre 2013 Dossier de presse Mise à jour de l expertise «Radiofréquences et santé» Mardi 15 octobre 2013 Contact presse : Elena Séité 01 49 77 27 80 elena.seite@anses.fr www.anses.fr Sommaire Communiqué de presse...

Plus en détail

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire.

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. IMEP-LAHC Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. Anne Perrin Salon Microwave & RF- CNIT Paris la Défense Session 20 mars 2014 «Expositions

Plus en détail

électromagnétiques radiofréquences

électromagnétiques radiofréquences Effets biologiques i des ondes électromagnétiques radiofréquences J. Wiart. Joe.wiart@orange.com http://whist.institut-telecom.fr/ Telecom ParisTech, Telecom Bretagne & Orange Labs Sommaire Les communications

Plus en détail

Interdiction des GSM spécialement conçus pour les enfants et autres mesures: frequently asked questions

Interdiction des GSM spécialement conçus pour les enfants et autres mesures: frequently asked questions Interdiction des GSM spécialement conçus pour les enfants et autres mesures: frequently asked questions I. Les mesures... 2 Quelles sont les obligations imposées?... 2 Pourquoi ces mesures?... 2 Quel est

Plus en détail

TÉLÉPHONES MOBILES SANTÉ SÉCURITÉ &

TÉLÉPHONES MOBILES SANTÉ SÉCURITÉ & TÉLÉPHONES MOBILES SANTÉ & SÉCURITÉ TÉLÉPHONES MOBILES Avec plus de 48 millions d abonnés en France, le téléphone mobile fait partie de notre quotidien. Toutefois, certains d entre nous s inquiètent des

Plus en détail

Evaluation et gestion du risque des champs radiofréquences: Une perspective de l'oms

Evaluation et gestion du risque des champs radiofréquences: Une perspective de l'oms Evaluation et gestion du risque des champs radiofréquences: Une perspective de l'oms Dr E. van Deventer HSE/PHE/IHE 239 Le Projet International EMF Etabli en 1996 Coordonné au siège de l'oms Un effort

Plus en détail

Communications mobiles et santé

Communications mobiles et santé Communications mobiles et santé Les téléphones mobiles et d autres technologies sans fil font maintenant partie intégrante de notre vie quotidienne. Mais l utilisation régulière d un téléphone mobile ou

Plus en détail

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Téléphones mobiles Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Utiliser un téléphone mobile est-il dangereux pour la santé? Avec plus de 66 millions d abonnements en France fin 2011,

Plus en détail

Proposition de résolution

Proposition de résolution Proposition de résolution relative à la protection de la santé des citoyens contre les risques liés à la pollution électromagnétique 18 Octobre 2007 Déposée par Thérèse Snoy et Tinne Van der Straeten Groupe

Plus en détail

CONTRÔLE DES INSTRUMENTS DE MESURE MENTIONNÉS À L'ARTICLE R. 1333-7 DU CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET À L'ARTICLE R. 231-84 DU CODE DU TRAVAIL

CONTRÔLE DES INSTRUMENTS DE MESURE MENTIONNÉS À L'ARTICLE R. 1333-7 DU CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET À L'ARTICLE R. 231-84 DU CODE DU TRAVAIL Article ANNEXE 2 En savoir plus sur cet article... CONTRÔLE DES INSTRUMENTS DE MESURE MENTIONNÉS À L'ARTICLE R. 1333-7 DU CODE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET À L'ARTICLE R. 231-84 DU CODE DU TRAVAIL 1 Cadre du

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques page 1/8 Consensus Scientifique sur Source : OMS (2006) les Champs statiques Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les équipements d imagerie médicale par résonance magnétique (IRM), les trains et les

Plus en détail

Le cellulaire et les ondes électromagnétiques éti Mai 2011 APDPIQ Acquisition et affaires municipales Gerard.belisle@videotron.ca Les ondes électromagnétiques But / Comment Notions de base Les différents

Plus en détail

Compatibilité électromagnétique (environnementale)

Compatibilité électromagnétique (environnementale) Compatibilité électromagnétique (environnementale) Contenu Toute tension électrique génère des champs électriques - tout courant électrique génère des champs magnétiques. Comme toutes les fonctions du

Plus en détail

(Cet éditorial est appuyé notamment par Greenpeace Québec et l Association

(Cet éditorial est appuyé notamment par Greenpeace Québec et l Association (Cet éditorial est appuyé notamment par Greenpeace Québec et l Association québécoise pour la lutte à la pollution atmosphérique, ainsi que par les médecins experts Dominique Belpomme, Samuel Epstein,

Plus en détail

Cellulaires et santé êtes-vous sur la même longueur d onde que vos patients?

Cellulaires et santé êtes-vous sur la même longueur d onde que vos patients? L électromagnétisme et la santé DEPUIS UNE QUINZAINE D ANNÉES, moment où est apparu le téléphone cellulaire, les effets potentiels des ondes utilisées préoccupent les gens. Le sujet touche plusieurs groupes

Plus en détail

Séquence "Radar sous le tunnel"

Séquence Radar sous le tunnel Académie de Lyon TraAM 2013-2014 : Des problèmes ouverts avec les TICE Séquence "Radar sous le tunnel" Groupe académique IREM UPO Dominique Bernard Cécile Bombrun-Nivon Jean-Louis Bonnafet Françoise Cavanne

Plus en détail

Téléphones mobiles et santé. Normes, faits scientifiques et conseils pour une utilisation raisonnable

Téléphones mobiles et santé. Normes, faits scientifiques et conseils pour une utilisation raisonnable Téléphones mobiles et santé Normes, faits scientifiques et conseils pour une utilisation raisonnable Que trouverez-vous dans la présente brochure? Vous souhaitez acheter un GSM? Vous voulez savoir si les

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Fluorures

Consensus Scientifique sur. les. Fluorures page 1/5 Consensus Scientifique sur Source : IPCS (2002) les Fluorures Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les aliments et l'eau de boisson contiennent généralement au moins un peu de fluorures. On

Plus en détail

Étude de la répartition spatiale des cancers possiblement liés à la pollution des sols par

Étude de la répartition spatiale des cancers possiblement liés à la pollution des sols par Étude de la répartition spatiale des cancers possiblement liés à la pollution des sols par les pesticides organochlorés en Martinique Dr M. Dieye, Dr P. Quénel, S. Goria, A. Blateau, M. Colonna, Pr H.

Plus en détail

Cancer et environnement

Cancer et environnement PATHOLOGIES Cancer et environnement Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération importante et anarchique de cellules anormales qui ont la capacité d envahir et de détruire les tissus sains

Plus en détail

Champs électromagnétiques

Champs électromagnétiques AGENTS Champs électromagnétiques Les champs électromagnétiques sont une source d interrogations de la population depuis de nombreuses années, en France comme ailleurs. Les inquiétudes se sont d abord focalisées

Plus en détail

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ Date d entrée en vigueur: Mai 2006 Remplace/amende: VRS-52/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-52 DÉFINITION Une substance biologique dangereuse se définit comme un organisme

Plus en détail

Introduction. Réglementation applicable aux appareils de télécommunications sansfil. Appareils sans fil. Valeurs limites

Introduction. Réglementation applicable aux appareils de télécommunications sansfil. Appareils sans fil. Valeurs limites Appareils sans fil Réglementation applicable aux appareils de télécommunications sans-fil * Téléphones domestiques sans fil * Babyphones* Internet sans fil* Bluetooth * Comparaison des valeurs DAS Introduction

Plus en détail

Formaldéhyde bientôt classé mutagène et cancérogène

Formaldéhyde bientôt classé mutagène et cancérogène Paul Becquart, Journaliste Santé Le petit Site Santé www.lepetitsitesante.fr A la source de l'information Santé L'actualité de la Santé et de la Recherche médicale Formaldéhyde bientôt classé mutagène

Plus en détail

L'histoire de la MH et le cancer

L'histoire de la MH et le cancer Actualités à propos de la recherche sur la maladie de Huntington. Expliqué simplement. Écrit par des scientifiques. Pour la communauté mondiale HD. Quel est le lien entre la maladie de Huntington et le

Plus en détail

Respect des dispositions réglementaires et informations de sécurité importantes

Respect des dispositions réglementaires et informations de sécurité importantes Respect des dispositions réglementaires et informations de sécurité importantes Les déclarations de conformité règlementaire/ marques d'homologation sont accessibles dans Paramètres > À Propos de Kobo

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement

SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement Rubrique : Fonctionnels de la prévention du ministère... 2... 4 Rubrique : Risques psychosociaux...12 1 SOMMAIRE Rubrique : Fonctionnels

Plus en détail

Plantronics DA55/DA60. Le confort d'un micro-casque et une qualité sonore améliorée en plus de la téléphonie VoIP

Plantronics DA55/DA60. Le confort d'un micro-casque et une qualité sonore améliorée en plus de la téléphonie VoIP Plantronics DA55/DA60 Le confort d'un micro-casque et une qualité sonore améliorée en plus de la téléphonie VoIP Qu'est-ce que le Voix via IP (VoIP)? Le signal vocal est scindé en paquets de données, envoyé

Plus en détail

CONSEIL MÉDICAL * DIRECTION SANTÉ ET SÉCURITÉ Hydro-Québec

CONSEIL MÉDICAL * DIRECTION SANTÉ ET SÉCURITÉ Hydro-Québec CONSEIL MÉDICAL * DIRECTION SANTÉ ET SÉCURITÉ Hydro-Québec AVIS Les champs électriques et magnétiques de 60 Hz et la santé Sommaire Les lignes électriques, les équipements et appareils électriques produisent

Plus en détail

Pourquoi et comment mesurer les ondes autour de nous? 1) Les ondes et le rayonnement, qu'est-ce que c'est?

Pourquoi et comment mesurer les ondes autour de nous? 1) Les ondes et le rayonnement, qu'est-ce que c'est? Pourquoi et comment mesurer les ondes autour de nous? 1) Les ondes et le rayonnement, qu'est-ce que c'est? Au lieu de dire et redire ce que d'autres ont déjà très bien fait, accédez simplement au guide

Plus en détail

Rapport. BioInitiative

Rapport. BioInitiative www.next-up.org Traduction Française du résumé www.criirem.org Rapport BioInitiative Arguments pour des seuils de protections du public fondés sur les effets biologiques des rayonnements électromagnétiques

Plus en détail

Ondes Pulsées - Mise en évidence

Ondes Pulsées - Mise en évidence Ondes Pulsées - Mise en évidence Ce document, sans aucune prétention technique, est un essai de mise en évidence basique des ondes pulsées. Le but est de montrer les ondes pulsées typiques connues actuellement

Plus en détail

Le cancer de la peau. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Le cancer de la peau. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la peau Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la peau Les cancers de la peau se présentent sous diverses formes.

Plus en détail

Idées reçues ou vérités?

Idées reçues ou vérités? Sous le haut patronage et en présence du président de la République 1 re convention de la société face au cancer Ligue contre le cancer dimanche 23 novembre 2008 à la Grande Arche de la Défense Idées reçues

Plus en détail

Laine de roche et Santé

Laine de roche et Santé Laine de roche et Santé La laine de roche ROCKWOOL et la santé La laine de roche de ROCKWOOL bénéficie de l exonération de la classification cancérogène, en application de la note Q de la directive 97/69/CE

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA SÉCURITÉ LASER

POLITIQUE SUR LA SÉCURITÉ LASER Date d entrée en vigueur: 30 aout 2011 Remplace/amende: VRS-51/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-51 Les utilisateurs de lasers devront suivre les directives, la politique

Plus en détail

Prévention des risques causés par les antennes-relais à proximité des établissements scolaires

Prévention des risques causés par les antennes-relais à proximité des établissements scolaires Prévention des risques causés par les antennes-relais à proximité des établissements scolaires Dossier suivi par l Adjoint au Maire chargé des Affaires scolaires Quels sont les établissements les plus

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Rayonnements ionisants et non ionisants

SOMMAIRE Thématique : Rayonnements ionisants et non ionisants SOMMAIRE Thématique : Rayonnements ionisants et non ionisants Rubrique : Risques - Sécurité... 2 1 Rubrique : Risques - Sécurité SOMMAIRE Formation qualifiante contrôleur en radioprotection... 3 Bases

Plus en détail

WIFI au CHU de Montpellier. P. THEY et D. MARIANO-GOULART DTIT et médecine nucléaire CHRU de Montpellier.

WIFI au CHU de Montpellier. P. THEY et D. MARIANO-GOULART DTIT et médecine nucléaire CHRU de Montpellier. WIFI au CHU de Montpellier P. THEY et D. MARIANO-GOULART DTIT et médecine nucléaire CHRU de Montpellier. PLAN 1. Présentation générale du WIFI 2. WIFI et radioprotection WIFI Présentation Générale Les

Plus en détail

LA MALADIE PROFESSIONNELLE

LA MALADIE PROFESSIONNELLE LA MALADIE PROFESSIONNELLE Une maladie est dite "professionnelle" si elle est la conséquence directe de l'exposition d'un travailleur à un risque physique, chimique, biologique, ou résulte des conditions

Plus en détail

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE & 93/112/CEE

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE & 93/112/CEE iche de données de sécurité Page : 1/5 1 Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Identification de la substance ou de la préparation Emploi de la substance / de la préparation

Plus en détail

UTILISATION DU WI-FI DANS LES ÉCOLES. Évaluation des risques à la santé

UTILISATION DU WI-FI DANS LES ÉCOLES. Évaluation des risques à la santé UTILISATION DU WI-FI DANS LES ÉCOLES Évaluation des risques à la santé UTILISATION DU WI-FI DANS LES ÉCOLES Évaluation des risques à la santé UTILISATION DU WI-FI DANS LES ÉCOLES Évaluation des risques

Plus en détail

Les effets nocifs du bruit sur l'homme

Les effets nocifs du bruit sur l'homme La santé n'est pas seulement l'absence de maladie mais un état de complet bien être physique, mental et social (OMS) Le bruit est un ensemble confus de sons non désirés (Littré) ou un ensemble de sons

Plus en détail

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

Autour de la téléphonie mobile et des antennes

Autour de la téléphonie mobile et des antennes Autour de la téléphonie mobile et des antennes La présente fiche d information contient des informations techniques sur la téléphonie mobile en général et plus spécifiquement sur les antennes. Elle explique

Plus en détail

PARCE QU IL N Y A RIEN DE PLUS PRÉCIEUX QUE VOTRE FUTUR BÉBÉ

PARCE QU IL N Y A RIEN DE PLUS PRÉCIEUX QUE VOTRE FUTUR BÉBÉ PARCE QU IL N Y A RIEN DE PLUS PRÉCIEUX QUE VOTRE FUTUR BÉBÉ Belly Armor propose une ligne de vêtements pour femme enceinte qui protège leur bébé simplement et en toute sécurité, des ondes électromagnétiques

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

MUTATIONS et : Pandémies virales, évolution, génétique, environnement et cancer

MUTATIONS et : Pandémies virales, évolution, génétique, environnement et cancer MUTATIONS et : Pandémies virales, évolution, génétique, environnement et cancer évolution moléculaire ELEMENTS D UN ARBRE PHYLOGENETIQUE RECONSTRUCTION DE L HISTOIRE PAR COMPARAISON DE SEQUENCES (phylogénie

Plus en détail

Journal officiel des Communautés européennes CONSEIL

Journal officiel des Communautés européennes CONSEIL 30. 7. 1999 FR Journal officiel des Communautés européennes L 199/59 II (Actes dont la publication n'est pas une condition de leur applicabilité) CONSEIL RECOMMANDATION DU CONSEIL du 12 juillet 1999 relative

Plus en détail

SOURCE DE TENSION ET SOURCE DE COURANT

SOURCE DE TENSION ET SOURCE DE COURANT 59 E1 SOUCE DE TENSON ET SOUCE DE COUNT.- BUT DE L'EXPEENCE Les sources de tension et de courant sont des modèles que l'on ne rencontre pas dans la nature. Néanmoins, toute source d'énergie électrique

Plus en détail

Produits de blanchiment des dents et d hygiène dentaire

Produits de blanchiment des dents et d hygiène dentaire page 1/7 Produits de blanchiment des dents et d hygiène dentaire contenant du peroxyde d hydrogène Source : CSPC (2007) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - A l heure actuelle, des millions de kits

Plus en détail

RISQUES LIES À L UTILISATION DES TELEPHONES PORTABLES AU TRAVAIL

RISQUES LIES À L UTILISATION DES TELEPHONES PORTABLES AU TRAVAIL RISQUES LIES À L UTILISATION DES TELEPHONES PORTABLES AU TRAVAIL Hoareau David Salasca Aurélie Ternisien Loïc Responsables : M. BERNARD et M. ATHUYT UE5 2007 / 2008 Introduction Fin d année 2007 : 50%

Plus en détail

CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS

CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS CHAPITRE 5 CONTAMINATIONS des SOLS en ETM CONSÉQUENCES et DANGERS 1 RISQUES SANITAIRES et ENVIRONNEMENTAUX 3 éléments DANGER EXPOSITION CIBLE(S) propriétés intrinsèques intensité, une ou plusieurs d'une

Plus en détail

Comparaison entre la traduction machine et la traduction humaine

Comparaison entre la traduction machine et la traduction humaine Comparaison entre la traduction machine et la traduction humaine «Celui qui possède l'information, possède le monde». Dans toute l'histoire de l'humanité, cette maxime n'a probablement jamais été aussi

Plus en détail

Quelle information-documentation en entreprise sur le sujet des ondes électromagnétiques?

Quelle information-documentation en entreprise sur le sujet des ondes électromagnétiques? Quelle information-documentation en entreprise sur le sujet des ondes électromagnétiques? Sylvette LIAUDY, documentaliste Centre de documentation "Infos Risques" Unité Médecine & Santé au travail UFR de

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

Radiofréquences et santé

Radiofréquences et santé Radiofréquences et santé Mise à jour de l expertise Avis de l Anses Rapport d expertise collective Octobre 2013 Édition scientifique Radiofréquences et santé Mise à jour de l expertise Avis de l Anses

Plus en détail

Rapidolect Les Productions de la Columelle (1998-2006) Page 1

Rapidolect Les Productions de la Columelle (1998-2006) Page 1 Page 1 Page 2 Logiciel Rapidolect RATIONNEL DU JEU Un bon lecteur possède dans sa tête des images précises des mots écrits qu'il connaît. Lorsqu'il parcourt un texte, ses yeux se déplacent par saccades

Plus en détail

Atelier de Recherche documentaire Recherche d informations toxicologiques

Atelier de Recherche documentaire Recherche d informations toxicologiques Atelier de Recherche documentaire Recherche d informations toxicologiques appliquées au domaine santé environnement - travail Plus d outils de recherche documentaire sur le site du Service Documentation

Plus en détail

Le chiffre est le signe, le nombre est la valeur.

Le chiffre est le signe, le nombre est la valeur. Extrait de cours de maths de 6e Chapitre 1 : Les nombres et les opérations I) Chiffre et nombre 1.1 La numération décimale En mathématique, un chiffre est un signe utilisé pour l'écriture des nombres.

Plus en détail

Etude RFPro Exposition professionnelle

Etude RFPro Exposition professionnelle Société de médecine et santé au travail 20 mars 2009 Etude RFPro Exposition professionnelle A. Massardier-Pilonchéry, M. Hours T. Demallmann, C. Dousson, G. Lafon, M. Gillet, Jc.Gobet, E. Trescol UMRESTTE

Plus en détail

Du bon usage de la téléphonie mobile

Du bon usage de la téléphonie mobile Du bon usage de la téléphonie mobile Sommaire 1. Introduction 3 2. Le téléphone mobile a-t-il un impact sur la santé? 4 3. Antenne et terminaux : le Maroc veille à respecter les normes internationales

Plus en détail

Étude d une corrélation entre l exposition aux rayonnements solaires et la survenue de cancers cutanés dans certaines professions du BTP.

Étude d une corrélation entre l exposition aux rayonnements solaires et la survenue de cancers cutanés dans certaines professions du BTP. Étude d une corrélation entre l exposition aux rayonnements solaires et la survenue de cancers cutanés dans certaines professions du BTP. Espoirs et Vicissitudes. Dr Christian EXPERT & Dr Martine PELSER

Plus en détail

Nouvelles règles relatives à la vente de téléphones mobiles

Nouvelles règles relatives à la vente de téléphones mobiles Nouvelles règles relatives à la vente de téléphones mobiles Questions fréquemment posées Depuis le 1 er mars 2014, il est obligatoire de mentionner la valeur de rayonnement (la valeur DAS, ou SAR en anglais)

Plus en détail

Enterprise Europe Network, CCI de Lyon Contact : Catherine Jamon-Servel Tél : 04 72 40 57 46 Mail : jamon@lyon.cci.fr www.lyon.cci.

Enterprise Europe Network, CCI de Lyon Contact : Catherine Jamon-Servel Tél : 04 72 40 57 46 Mail : jamon@lyon.cci.fr www.lyon.cci. FICHE PRATIQUE LES PRODUITS BIOCIDES Enterprise Europe Network, CCI de Lyon Contact : Catherine Jamon-Servel Tél : 04 72 40 57 46 Mail : jamon@lyon.cci.fr www.lyon.cci.fr/een La Chambre de commerce et

Plus en détail

Le tableau ci-dessous donne, pour 4 scénarii décrits plus bas, la valeur des impacts environnementaux principaux. Changement climatique

Le tableau ci-dessous donne, pour 4 scénarii décrits plus bas, la valeur des impacts environnementaux principaux. Changement climatique Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Outil CL2 CHIFFRES-CLES SUR LES COUCHES JETABLES ET LAVABLES Ces chiffres proviennent de la bibliographie ou sont issus du suivi d'actions menées

Plus en détail

Pour un usage plus sûr du téléphone portable

Pour un usage plus sûr du téléphone portable Pour un usage plus sûr du téléphone portable On commence tout juste à en parler : l utilisation du portable comporte des risques pour la santé. Pour tenter de les réduire, le Criirem (Centre de recherche

Plus en détail

EXPOSITION A LA RADIOACTIVITE DANS LES BATIMENTS : 6 ANNEES DE PARTENARIAT REGION RHONE-ALPES / CRIIRAD

EXPOSITION A LA RADIOACTIVITE DANS LES BATIMENTS : 6 ANNEES DE PARTENARIAT REGION RHONE-ALPES / CRIIRAD Ville Aménagement Durable 29 cours Manuel de Falla 26000 Valence www.criirad.org contact@criirad.org EXPOSITION A LA RADIOACTIVITE DANS LES BATIMENTS : 6 ANNEES DE PARTENARIAT REGION RHONE-ALPES / CRIIRAD

Plus en détail

Science Direct - Cell Press

Science Direct - Cell Press Science Direct - Cell Press Type Articles en ligne Domaine Biologie Périmètre d'abonnement Abonnement à trois revues : Cell, Biophysical Journal et Molecular cell Public Éditeur Elsevier Langue(s) Anglais

Plus en détail

Service Externe de Prévention et de Protection. GUERET François. Votre Partenaire Professionnel en Prévention ARISTA

Service Externe de Prévention et de Protection. GUERET François. Votre Partenaire Professionnel en Prévention ARISTA Service Externe de Prévention et de Protection GUERET François Introduction Pourquoi utiliser des F.M.A.? Auparavant, utilisation d asbeste en raison de qualités : Résistance aux hautes T et agents chimiques.

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les PCB. Polychlorobiphényles

Consensus Scientifique sur. les PCB. Polychlorobiphényles page 1/5 Consensus Scientifique sur Source : IPCS - OMS (2003) les PCB Polychlorobiphényles Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les polychlorobiphényles (PCB) sont un groupe de composés chimiques synthétiques

Plus en détail

Ecotoxicologiques (ERE)

Ecotoxicologiques (ERE) XVIIèmes Rencontres Professionnelles - 24 Mai 2011 L Evaluation Des Risques Ecotoxicologiques (ERE) Un outil pour apprécier l impact potentiel des substances ou des matrices sur les compartiments environnementaux.

Plus en détail

Le système de reconnaissance des maladies professionnelles

Le système de reconnaissance des maladies professionnelles Le système de reconnaissance des maladies professionnelles Limites actuelles et perspectives pour une meilleure reconnaissance Paris - 13 novembre 2013 www.ccmsa.msanet MP: des difficultés pour leur reconnaissance

Plus en détail

Etude de la sensibilité du DAS aux positions du téléphone à proximité de la tête dans le cas de deux téléphones portables GSM

Etude de la sensibilité du DAS aux positions du téléphone à proximité de la tête dans le cas de deux téléphones portables GSM Champs électromagnétiques : de la dosimétrie à la santé humaine Etude de la sensibilité du DAS aux positions du téléphone à proximité de la tête dans le cas de deux téléphones portables GSM AMAL Ghanmi

Plus en détail

AVIS de l Agence française de sécurité sanitaire de l environnement et du travail

AVIS de l Agence française de sécurité sanitaire de l environnement et du travail Le Directeur général Maisons-Alfort, le 7/08/2009 AVIS de l Agence française de sécurité sanitaire de l environnement et du travail Relatif à la proposition de valeurs limites d exposition à des agents

Plus en détail

Second cancer après radiothérapie mammaire

Second cancer après radiothérapie mammaire Second cancer après radiothérapie mammaire Sophie Guillerm, service de radiothérapie, Hôpital St Louis Florence Coussy, service d oncologie, Institut Curie Vendredi 25/09/2015 Introduction incidence nombre

Plus en détail

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation Thésaurus de l offre de formation Champs sémantiques Listes annexes Des types de certifications/diplômes/titres Des pays Des logiciels Des publics Des mots-outils Correspondances Formacode Formacode Présentation

Plus en détail

Influence de la réception radio et télévision par le Sunny Central

Influence de la réception radio et télévision par le Sunny Central Influence de la réception radio et télévision par le Sunny Central pour toutes les installations solaires avec SUNNY CENTRAL Contenu Un champ électromagnétique est présent sur chaque appareil électrique.

Plus en détail

Retour d expérience autour de la gestion d une pollution industrielle aux polychlorobiphényles (PCB)

Retour d expérience autour de la gestion d une pollution industrielle aux polychlorobiphényles (PCB) Retour d expérience autour de la gestion d une pollution industrielle aux polychlorobiphényles (PCB) JRVS Pays de la Loire 5 /12/ 2013 Hélène Lepoivre, médecin, ARS - DVSS Gaëlle Duclos, ingénieure, ARS

Plus en détail

Rédaction de votre proposition

Rédaction de votre proposition Rédaction de votre proposition Quel est l'auditoire? Votre proposition sera examinée par au moins deux spécialistes externes du ou des domaines visés par la demande. Ces évaluateurs sont des chercheurs

Plus en détail

Allocution de Option consommateurs. Le 17 octobre 2011. Office de consultation publique de Montréal Réglementation des antennes de télécommunication

Allocution de Option consommateurs. Le 17 octobre 2011. Office de consultation publique de Montréal Réglementation des antennes de télécommunication Allocution de Option consommateurs Le 17 octobre 2011 Office de consultation publique de Montréal Réglementation des antennes de télécommunication Monsieur le président, madame la commissaire, monsieur

Plus en détail

Chapitre X. Les produits de substitution.

Chapitre X. Les produits de substitution. Chapitre X Les produits de substitution. Introduction : - Peu satisfaisant (aucun autre matériaux n offre les propriétés intéressantes de l asbeste) - Coût généralement plus élevé que l application initiale.

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION A492

GUIDE D UTILISATION A492 GUIDE D UTILISATION A492 Axe RF compteur Guide de démarrage rapide Cet appareil présente de nombreuses fonctions, y compris la mémoire, alarme, date / heure, etc moyenne qui nécessitera une étude du manuel

Plus en détail

Radiofréquences émises par certaines antennes cellulaires dans l arrondissement d Outremont : Évaluation de l exposition et effets sur la santé

Radiofréquences émises par certaines antennes cellulaires dans l arrondissement d Outremont : Évaluation de l exposition et effets sur la santé Radiofréquences émises par certaines antennes cellulaires dans l arrondissement d Outremont : Radiofréquences émises par certaines antennes cellulaires dans l arrondissement d Outremont : Monique Beausoleil,

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Traitements futurs. Traitements de la SP 2014-10-01. I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation

Traitements futurs. Traitements de la SP 2014-10-01. I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation Traitements futurs Dr François Grand Maison, neurologue et directeur, clinique Neuro Rive Sud Traitements de la SP I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation

Plus en détail

Licence Professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique PROJET TUTORE 2005-2006

Licence Professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique PROJET TUTORE 2005-2006 Licence Professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique PROJET TUTORE 2005-2006 Rudy ROBIN Dominique LEMAIRE année 2005/2006 Licence professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique

Plus en détail

Actualités Prévention Informations. Medi CMS

Actualités Prévention Informations. Medi CMS Actualités Prévention Informations Medi CMS Table des matières 1.1. Découverte d'un gène de prédisposition commun au mélanome et au cancer du rein.... 3 2.1. Un mélanome mieux compris et mieux traité....

Plus en détail

La nouvelle génération de laines minérales

La nouvelle génération de laines minérales La nouvelle génération de laines minérales Juin 2009 Qu est-ce que ECOSE Technology? une nouvelle technologie révolutionnaire de liant à base de composants naturels et sans formaldéhyde. Elle peut être

Plus en détail

L'adressage IP. Hiver 2014 Rachid Kadouche 420-KEG-LG

L'adressage IP. Hiver 2014 Rachid Kadouche 420-KEG-LG L'adressage IP L adresse MAC L adresse MAC L adresse MAC L adresse MAC L adresse MAC Réseaux 1 Réseaux 2 L adresse MAC Réseaux 1 Réseaux 2 Réseaux complexe, difficile d identifier un ordinateur Adresse

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

Isolant thermique : faire le bon choix

Isolant thermique : faire le bon choix Isolant thermique : faire le bon choix Soucieux de réduire ses dépenses de chauffage, Frédéric décide d'améliorer l'isolation thermique de son habitation. Sa maison possédant un grenier non chauffé, il

Plus en détail

2 nde - SPC Eléments de correction Evaluation n 4

2 nde - SPC Eléments de correction Evaluation n 4 2 nde - SPC Eléments de correction Evaluation n 4 Nom Prénom : Note : / 20 Cours / 5 Exercices d application / 9 Résolution de problème ou analyse de documents / 6 Partie A : Questions de cours 5 points

Plus en détail