LE CIRC CLASSE LES CHAMPS DE FREQUENCES ELECTROMAGNETIQUES COMME CARCINOGENES POSSIBLES CHEZ L HOMME

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE CIRC CLASSE LES CHAMPS DE FREQUENCES ELECTROMAGNETIQUES COMME CARCINOGENES POSSIBLES CHEZ L HOMME"

Transcription

1 Traduction intégrale du communiqué de presse n 208 du 31 mai 2011 de l Organisation mondiale de la santé Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) IARC CLASSIFIES RADIOFREQUENCY ELECTROMAGNETIC FIELDS AS POSSIBLY CARCINOGENIC TO HUMANS LE CIRC CLASSE LES CHAMPS DE FREQUENCES ELECTROMAGNETIQUES COMME CARCINOGENES POSSIBLES CHEZ L HOMME L'OMS / Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé les champs de radiofréquences électromagnétiques comme cancérogènes possibles pour l'homme (groupe 2B), en se basant sur un risque accru de gliome, un type de cancer malin du cerveau associé à l'utilisation des téléphones sans fil. Contexte Au cours des dernières années, il y a eu une préoccupation grandissante quant à la possibilité d'effets néfastes sur la santé résultant de l'exposition aux champs de radiofréquences électromagnétiques, tels que ceux émis par les appareils de communication sans fil. Le nombre d'abonnements de téléphonie mobile est estimé à 5 milliards au niveau mondial. Du 24 au 31 mai 2011, un groupe de travail de 31 scientifiques de 14 pays s est réuni au CIRC à Lyon, en France, pour évaluer les potentiels dangers cancérogènes de l'exposition aux champs de radiofréquences électromagnétiques. Ces évaluations seront publiées dans le volume 102 des Monographies du CIRC, qui sera le cinquième volume de cette série à se concentrer sur les agents physiques, après le volume 55 (rayonnement solaire), le volume 75 et le volume 78 sur le rayonnement ionisant (rayons X, rayons gamma, neutrons, radionucléides) et le volume 80 sur les rayonnements non ionisants (champs électromagnétiques d extrêmement basse fréquence). Le Groupe de travail des monographies du CIRC a examiné et évalué la possibilité que ces expositions puissent induire des effets sanitaires à long terme, en particulier un risque accru de cancer. Cela a un intérêt pour la santé publique, particulièrement pour les utilisateurs de téléphones mobiles, étant donné le nombre important et croissant d'utilisateurs croissant, particulièrement chez les jeunes adultes et les enfants. Le Groupe de travail des monographies du CIRC a examiné et évalué la documentation disponible sur les catégories d'exposition suivantes touchant les champs de radiofréquences électromagnétiques : exposition professionnelle aux radars et aux micro-ondes ; expositions environnementales associées à la transmission de signaux pour la radio, la télévision et de télécommunication sans fil ; expositions personnelles associées à l'utilisation de téléphones sans fil. Des experts internationaux se sont partagés la tâche complexe de s attaquer aux données d'exposition, aux études sur le cancer chez les humains, aux études sur le cancer chez les animaux de laboratoire, et aux données mécanistiques et à d autres. 1

2 Résultats La preuve a été examinée de façon critique et évaluée de façon globale comme étant limitée chez les utilisateurs de téléphones sans fil pour le gliome et le neurinome du nerf acoustique, et insuffisante pour tirer des conclusions pour d'autres types de cancers. La preuve de l'exposition professionnelle et environnementale mentionnées ci-dessus a de façon similaire été jugée insuffisante. Le Groupe de travail n'a pas quantifié le risque, mais une étude de l'utilisation passée du téléphone portable (jusqu'à l'année 2004), a montré une augmentation de 40% du risque de gliome dans les plus hautes catégories des gros utilisateurs (en moyenne : 30 minutes par jour sur une période supérieure à 10 ans). Conclusions Dr Jonathan Samet (Université de Californie du Sud, U.S.A.), président général du Groupe de travail, a indiqué que «la preuve, tout en s accumulant, est suffisamment solide pour supporter une conclusion et la classification 2B. La conclusion signifie qu'il pourrait y avoir certains risques, et donc que nous devons surveiller de près un lien entre les téléphones cellulaires et le risque de cancer.» «Étant donné les conséquences potentielles pour la santé publique de ce classement et les résultats», a déclaré Christopher Wild, directeur du CIRC, «il est important qu une recherche supplémentaire soit menée sur le long terme concernant l utilisation intensive des téléphones mobiles. En attendant la disponibilité de ces informations, il est important de prendre les mesures pragmatiques pour réduire l'exposition tels que des dispositifs mains-libres ou SMS.» Le Groupe de travail a examiné des centaines d'articles scientifiques ; la liste complète sera publiée dans la Monographie. Il est important de mentionner que plusieurs articles scientifiques récents issus de l'étude Interphone et en cours de publication ont été mis à la disposition du groupe de travail peu de temps avant qu'il ne se réunisse et ont été inclus dans l'évaluation. Un rapport concis résumant les principales conclusions du Groupe de travail du CIRC et les évaluations du risque cancérigène des champs de fréquences électromagnétiques radiofréquence (incluant l'utilisation des téléphones mobiles) sera publié dans The Lancet Oncology dans son numéro du 1er juillet, et dans quelques jours en ligne. A PROPOS DES MONOGRAPHIES DU CIRC Que sont les monographies du CIRC? Les Monographies du CIRC identifient les facteurs environnementaux qui peuvent augmenter le risque de cancer humain. Il s'agit notamment de produits chimiques, des mélanges complexes, des expositions professionnelles, physiques et biologiques, et des facteurs liés au style de vie. Les agences nationales de santé utilisent cette information comme support scientifique de leurs actions pour prévenir l'exposition à des agents cancérigènes potentiels. Un Groupe de travail interdisciplinaire d experts scientifiques passe en revue les études publiées et évalue le poids de la preuve qu'un agent peut augmenter le risque de cancer. Les principes, procédures et critères scientifiques qui guident les évaluations sont décrits dans le Préambule aux Monographies du CIRC. 2

3 Depuis 1971, plus de 900 agents ont été évalués, parmi lesquels 400 ont été identifiés comme cancérogènes ou potentiellement cancérogènes pour l'homme. Définitions Groupe 1: L'agent est cancérogène pour l'homme. Cette catégorie est utilisée lorsqu'il existe une preuve suffisante de cancérogénicité chez l'homme. Exceptionnellement, un agent peut être placé dans cette catégorie quand la preuve de la cancérogénicité chez l homme n est pas suffisante mais qu il ya une preuve suffisante de cancérogénicité chez les animaux de laboratoire et de fortes présomptions chez les humains exposés que l'agent agit par l'intermédiaire d'un mécanisme de cancérogénicité reconnu. Groupe 2. Cette catégorie comprend les agents pour lesquels, d un côté, le niveau de preuves de cancérogénicité chez l'homme est presque suffisant ainsi que ceux pour lesquels, à l'autre extrême, il n'existe pas de données humaines, mais pour lesquels il existe des preuves de cancérogénicité chez les animaux de laboratoire. Les agents sont affectés soit au Groupe A (probablement cancérogène pour l'homme) ou au Groupe B (possible cancérogène pour l'homme) sur la base d'indications épidémiologiques, expérimentales et mécanistiques de la cancérogénicité et d'autres données pertinentes. Les termes probablement cancérogènes et possibles cancérogènes n'ont pas de signification quantitative et sont utilisés simplement comme descripteurs des différents niveaux de preuves de cancérogénicité pour l'homme, avec probablement cancérogène à un niveau plus haut de preuve que possible cancérogène. Groupe 2A : L'agent est probablement cancérogène pour l'homme. Cette catégorie est utilisée lorsqu'il existe des preuves limitées de cancérogénicité chez l'homme et des preuves suffisantes de cancérogénicité chez les animaux de laboratoire. Dans certains cas, un agent peut être classé dans cette catégorie lorsqu'il existe des preuves insuffisantes de cancérogénicité chez l'homme et des preuves suffisantes de cancérogénicité chez les animaux de laboratoire et de fortes présomptions que la cancérogenèse s'effectue par un mécanisme qui fonctionne également chez l'homme. Exceptionnellement, un agent peut être classé dans cette catégorie uniquement sur la base d'indications limitées de cancérogénicité chez l'homme. Un agent peut être classé dans cette catégorie s il appartient, sur la base de considérations mécanistiques, à une classe d'agents pour lesquels un ou plusieurs membres ont été classés dans le Groupe 1 ou le Groupe 2A. Groupe 2B : L'agent est possiblement cancérogène pour les humains. Cette catégorie est utilisée pour les agents pour lesquels il existe une preuve limitée de cancérogénicité chez les humains et moins de preuve suffisante de cancérogénicité chez les animaux de laboratoire. Elle peut également être utilisée lorsqu'il existe une preuve insuffisante de cancérogénicité chez l'homme mais qu il existe une preuve suffisante de cancérogénicité chez les animaux de laboratoire. Dans certains cas, un agent pour lequel il y a une preuve insuffisante de cancérogénicité chez l'homme et une preuve suffisante de cancérogénicité chez les animaux de laboratoire avec des données sur le mécanisme d action de mécanique et d'autres données pertinentes, peut être placé dans ce groupe. Un agent peut être classé dans 3

4 cette catégorie uniquement sur la base de preuves solides à partir des données mécanistiques et les autres. Groupe 3 : L agent n est pas classable comme cancérogène chez l homme. Cette catégorie est utilisée le plus couramment pour les agents pour lesquels la preuve de cancérogénicité est insuffisante chez l'homme et insuffisante ou limitée chez les animaux de laboratoire. Exceptionnellement, les agents pour lesquels la preuve de cancérogénicité est insuffisante chez l'homme mais suffisante chez l'animal de laboratoire peuvent être placés dans cette catégorie lorsqu'il existe de fortes présomptions que le mécanisme de cancérogénicité chez les animaux de laboratoire ne fonctionne pas chez l'homme. Les agents qui ne rentrent pas dans n'importe quel autre groupe sont également classés dans cette catégorie. Une évaluation dans le groupe 3 ne signifie pas la non-cancérogénicité ou la sécurité globale. Cela signifie souvent que des recherches supplémentaires sont nécessaires, surtout lorsque l'exposition est généralisée ou que les données sur le cancer font l objet de différentes interprétations. Groupe 4 : L agent est probablement non cancérigène pour l homme. Cette catégorie est utilisée pour les agents pour lesquels il existe des preuves suggérant une absence de cancérogénicité chez les humains et les animaux de laboratoire. Dans certains cas, les agents pour lesquels il existe des preuves insuffisantes de cancérogénicité chez l'homme, mais manquent de preuves suggérant de cancérogénicité chez les animaux de laboratoire, constamment et fortement soutenue par un large éventail de mécanique et d'autres données pertinentes, peut être classé dans ce groupe. Définitions de la preuve, tel qu'elle est utilisée dans les Monographies du CIRC pour les études chez l'homme Les éléments de preuve relatifs à la cancérogénicité provenant d'études chez l'homme est classée dans l'une des catégories suivantes : Preuve suffisante de cancérogénicité : Le Groupe de travail considère qu'une relation de causalité a été créée entre l'exposition à l'agent et le cancer humain. Autrement dit, une relation positive a été observée entre l'exposition et le cancer dans les études où hasard, biais et confusion pouvaient être exclus avec une certitude raisonnable. Une déclaration selon laquelle il existe suffisamment de preuves est suivie par une phrase distincte qui identifie l'organe cible(s) ou le tissus quand un risque accru de cancer a été observé chez les humains. L identification de la cible spécifique d un organe ou d un tissu ne fait pas obstacle à la possibilité que l agent puisse causer le cancer à d'autres sites. Preuve limitée de cancérogénicité : Une association positive a été observée entre l'exposition à l'agent et le cancer pour lesquels une interprétation causale est considérée par le Groupe de 4

5 travail comme pouvant être crédible, mais le hasard, les biais ou la confusion ne peuvent pas être exclus avec une certitude raisonnable. Indications de cancérogénicité insuffisantes : Les études disponibles sont de qualité insuffisante, pas cohérente ou d une puissance statistique trop faible pour permettre de conclure à la présence ou à 'absence d'une association causale entre l'exposition et le cancer, ou il n y a pas de données chez l'homme sont disponibles. Indications d'une absence de cancérogénicité : Il existe plusieurs études suffisantes, couvrant la gamme complète des niveaux d'exposition que les humains sont connus pour rencontrer, qui sont mutuellement cohérentes pour ne pas montrer une association positive entre l'exposition à l'agent et le cancer étudié à tous les niveaux observés de l'exposition. Les résultats de ces études, seuls ou combinés devrait avoir intervalles de confiance étroits avec une limite supérieure à la valeur nulle (par exemple, le risque relatif de 1.0). Les biais et les sources de confusion doivent être exclus avec une certitude raisonnable, et les études doivent avoir une longueur suffisante pour assurer le suivi. Une conclusion suggérant une absence de cancérogénicité est inévitablement limitée aux sièges du cancer, aux conditions et aux niveaux d'exposition, et à la durée de l'observation par les études disponibles. En outre, l'éventualité d'un risque très faible aux niveaux d'exposition étudiés ne peut jamais être exclue. Dans certains cas, les catégories ci-dessus peuvent être utilisées pour classer le degré de preuves relatives à la cancérogénicité dans des organes ou des tissus spécifiques. 5

Exposition au bitume et à ses émissions dans le cadre professionnel

Exposition au bitume et à ses émissions dans le cadre professionnel 18 octobre 2011 Exposition au bitume et à ses émissions dans le cadre professionnel Lyon, France, 18 octobre 2011 Le programme "monographie"s de l'oms/ centre international de recherche sur le cancer a

Plus en détail

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DE RADIOFREQUENCES COMME CANCÉROGÈNES POSSIBLES POUR LES HUMAINS

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DE RADIOFREQUENCES COMME CANCÉROGÈNES POSSIBLES POUR LES HUMAINS Centre International de Recherche contre le Cancer Organisation de la Santé Mondiale COMMUNIQUÉ DE PRESSE N 2 0 8 31 mai 2011 LE CIRC CLASSE LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DE RADIOFREQUENCES COMME CANCÉROGÈNES

Plus en détail

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES COMMUNIQUE DE PRESSE N 213 12 Juin 2012 LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES A l issue d une réunion d une semaine regroupant des spécialistes internationaux, le Centre international de

Plus en détail

Source : US EPA : produits chimiques évalués pour leur potentiel carcinogène avril 2003

Source : US EPA : produits chimiques évalués pour leur potentiel carcinogène avril 2003 CARCINOGENICITE : CLASSIFICATIONS AMERICAINE (US EPA) Source : US EPA : produits chimiques évalués pour leur potentiel carcinogène avril 2003 Classification 1986 1996 A : cancérigène pour l Homme Il y

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Art. R. 231-61.- Au sens de la présente section, on entend par :

CODE DU TRAVAIL. Art. R. 231-61.- Au sens de la présente section, on entend par : CODE DU TRAVAIL Art. R. 231-60.- La présente section fixe les règles particulières de prévention et de protection des travailleurs contre les risques résultant d'une exposition à des agents biologiques.

Plus en détail

État des connaissances scientifiques Radiofréquences et santé

État des connaissances scientifiques Radiofréquences et santé État des connaissances scientifiques Radiofréquences et santé Direction de santé publique Les communications cellulaires utilisent des radiofréquences (RF) qui sont des non-ionisantes 0 Hz 50 Hz 10 khz

Plus en détail

Pourquoi des classifications?

Pourquoi des classifications? SYSTÈMES DE CLASSIFICATION DES CANCÉROGÈNES : LA FORCE DE LA PREUVE MICHEL GÉRIN Départ. de santé environnementale et santé au travail UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL Pourquoi des classifications? Identification

Plus en détail

Valeurs limites d exposition professionnelle. Critères et méthode de détermination en France Les cancérogènes

Valeurs limites d exposition professionnelle. Critères et méthode de détermination en France Les cancérogènes Valeurs limites d exposition professionnelle Critères et méthode de détermination en France Les cancérogènes 1 HISTORIQUE VLEP (France) Premières valeurs contraignantes > Benzène (décret du 9/11/73) >

Plus en détail

CIRC. UN CENTRE UNIQUE AU MONDE La recherche sur le cancer au service de la prévention

CIRC. UN CENTRE UNIQUE AU MONDE La recherche sur le cancer au service de la prévention CIRC UN CENTRE UNIQUE AU MONDE La recherche sur le cancer au service de la prévention Message du Directeur Le CIRC est un organisme de recherche unique au monde. Depuis 50 ans, le Centre apporte une contribution

Plus en détail

Ondes & Santé. Le Débit d Absorption Spécifique (DAS)

Ondes & Santé. Le Débit d Absorption Spécifique (DAS) Ondes & Santé Le Débit d Absorption Spécifique (DAS) Sommaire Le DAS : Débit d Absorption Spécifique ou SAR : Specific Absorption Rate - Le contexte, la réglementation, les effets des ondes - La définition

Plus en détail

Abrégé. But. Méthodes

Abrégé. But. Méthodes Les compteurs «intelligents» qu Hydro- Québec installe, sont- ils vraiment sécuritaires? Par Jean- Pierre Boisvert B.Sc., citoyen de Sutton, QC i jp.boisvert@icloud.com Abrégé But Hydro- Québec soutient

Plus en détail

Cohorte des travailleurs du nucléaire à Électricité de France : mortalité des agents statutaires sur la période 1968 2003

Cohorte des travailleurs du nucléaire à Électricité de France : mortalité des agents statutaires sur la période 1968 2003 Cohorte des travailleurs du nucléaire à Électricité de France : mortalité des agents statutaires sur la période 1968 2003 Q1: Pour quelle raison a-t-on organisé le suivi de cette cohorte? Les rayonnements

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Dioxines

Consensus Scientifique sur. les. Dioxines page 1/5 Consensus Scientifique sur Source : IPCS - OMS (1998) les Dioxines Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les dioxines sont principalement libérées par les activités humaines telles que l'incinération

Plus en détail

Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel

Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel SPP Politique Scientifique Journée d étude 30 octobre 2003 ITUH - Bruxelles Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel Tests cytogénétiques : utilité en médecine du travail Difficulté

Plus en détail

RECHERCHE. Étude SIG de la corrélation entre exposition indirecte à l amiante et asbestose. Introduction. Les données utilisées

RECHERCHE. Étude SIG de la corrélation entre exposition indirecte à l amiante et asbestose. Introduction. Les données utilisées Étude SIG de la corrélation entre exposition indirecte à l amiante et asbestose Perrine de Crouy-Chanel, Ingénieur SIG, Département Santé Environnement / USIS INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE 12 rue du Val

Plus en détail

mercredi 1 juin 2011 11h42 15h01 Elisabeth Cardis : Bonjour.

mercredi 1 juin 2011 11h42 15h01 Elisabeth Cardis : Bonjour. Téléphone portable et cancer : où commence le risque? mercredi 1 juin 2011 11h42 Bonjour, le chat avec Elisabeth Cardis débutera à 15 heures. Vous pouvez d'ores et déjà poser vos questions. mercredi 1

Plus en détail

Pollution de l'air par la circulation et impact sur la sante

Pollution de l'air par la circulation et impact sur la sante Pollution de l'air par la circulation et impact sur la sante La pollution de l'air par la circulation tue quatre fois plus que la route (99 décès à court terme et plus de 300 par an à Toulouse) Comment

Plus en détail

Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005)

Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005) Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005) Pré-Requis : Test de comparaison de proportions (chi

Plus en détail

La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants

La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants Dr. Lechevin Véronique Médecin du travail Dépt Surveillance médicale S.C.P.P. ULB - Erasme - Bordet A. Introduction

Plus en détail

Manuel d utilisation des vidéos Conclips. statut 08.04.2015, révision 01

Manuel d utilisation des vidéos Conclips. statut 08.04.2015, révision 01 Manuel d utilisation des vidéos Conclips statut 08.04.2015, révision 01 Table des matières : 1. Introduction 3 1.1. Concernant le nom 3 1.2. Le projet 3 1.3. Avantages 4 1.4. Éléments innovant 5 2. Pédagogie

Plus en détail

Mode d administratio n République Tchèque. (inventé) Loratadine Vitabalans 10 mg tablety. Loratadine 10 mg tablette Voie orale.

Mode d administratio n République Tchèque. (inventé) Loratadine Vitabalans 10 mg tablety. Loratadine 10 mg tablette Voie orale. Annexe I Liste des noms, forme pharmaceutique, force du médicament, mode d administration, candidat, détenteur de l autorisation de mise sur le marché dans les états membres 1 État membre UE/EEE Détenteur

Plus en détail

Rappel de la hiérarchie des textes officiels. Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique

Rappel de la hiérarchie des textes officiels. Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique Annie LEPRINCE, Institut national de recherche et de sécurité, Centre de Paris 1 Rappel de la hiérarchie des textes officiels Domaine

Plus en détail

De l obligation à la mise en œuvre de l évaluation des risques professionnels «Evaluer pour agir»

De l obligation à la mise en œuvre de l évaluation des risques professionnels «Evaluer pour agir» L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS De l obligation à la mise en œuvre de l évaluation des risques professionnels «Evaluer pour agir» Forum interdépartemental d Ile de France Bernard Dréno/Bruno Carta

Plus en détail

Campagne de mesure de la qualité de l air intérieur dans les locaux de la maison de retraite Bethesda-Contades

Campagne de mesure de la qualité de l air intérieur dans les locaux de la maison de retraite Bethesda-Contades Campagne de mesure de la qualité de l air intérieur dans les locaux de la maison de retraite Bethesda-Contades Rapport relatif à la campagne de mesure qui s est déroulée du 06 au 08 novembre 2007 Décembre

Plus en détail

Avis juridique important 31988L0642

Avis juridique important 31988L0642 Avis juridique important 31988L0642 Directive 88/642/CEE du Conseil du 16 décembre 1988 modifiant la directive 80/1107/CEE concernant la protection des travailleurs contre les risques liés à une exposition

Plus en détail

Nouveaux arrêtés concernant les diagnostics techniques amiante et plomb (DRIPP et CREP)

Nouveaux arrêtés concernant les diagnostics techniques amiante et plomb (DRIPP et CREP) A s s o c i a t i o n d e s R e s p o n s a b l e s d e S e r v i c e s G é n é r a u x F a c i l i t i e s M a n a g e r s A s s o c i a t i o n Octobre 2011 Nouveaux arrêtés concernant les diagnostics

Plus en détail

FORMATION SUR «LA PROTECTION DES

FORMATION SUR «LA PROTECTION DES FORMATION SUR «LA PROTECTION DES POPULATIONS CONTRE LES EFFETS DE RAYONNEMENTS NON IONISANTS» DU 05 AU 09 OCTOBRE 2015 TUNIS (TUNISIE) LA PROTECTION DES POPULATIONS CONTRE LES EFFETS DES RAYONNEMENTS NON

Plus en détail

Impact toxicologique des migrants : valeurs d exposition, limites d exposition et évaluation du risque

Impact toxicologique des migrants : valeurs d exposition, limites d exposition et évaluation du risque Impact toxicologique des migrants : valeurs d exposition, limites d exposition et évaluation du risque Les notions de danger et de risque Aujourd hui, on fait souvent la confusion entre danger et risque,

Plus en détail

Information produit en référence à la fiche de donnée sécurité pour abrasifs non tissés

Information produit en référence à la fiche de donnée sécurité pour abrasifs non tissés page 1 sur 6 Information produit en référence à la fiche de donnée sécurité pour abrasifs non tissés 1. Identification du produit et de la personne physique ou morale responsable de sa mise sur le marché

Plus en détail

Référentiel sur l usage du Wi-Fi en établissement et école Radiofréquences et santé

Référentiel sur l usage du Wi-Fi en établissement et école Radiofréquences et santé Référentiel sur l usage du Wi-Fi en établissement et école Radiofréquences et santé Version 1.0 Mai 2015 Documents de référence Nom Version Date Commentaires Mise à jour de l expertise relative aux radiofréquences

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/ENERGY/GE.3/2014/3 Distr. générale 18 février 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Groupe d experts

Plus en détail

pharmaceutique Clavulanic acid 10 mg Posologie standard de 10 mg d amoxicilline/2,5 mg d acide clavulanique /kg de poids corporel République tchèque

pharmaceutique Clavulanic acid 10 mg Posologie standard de 10 mg d amoxicilline/2,5 mg d acide clavulanique /kg de poids corporel République tchèque Annexe I Liste reprenant les noms, la forme pharmaceutique, le dosage du médicament vétérinaire, les espèces animales, la voie d administration, le demandeur/titulaire de l autorisation de dans les État

Plus en détail

Note informative sur la Revue de la CITE. L Institut de Statistique de l UNESCO

Note informative sur la Revue de la CITE. L Institut de Statistique de l UNESCO ESA/STAT/AC.190/10-f 31 July 2009 UNITED NATIONS DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS STATISTICS DIVISION Meeting of the Expert Group on International Economic and Social Classifications New York,

Plus en détail

Que dit l Organisation Mondiale de la Santé (OMS)?

Que dit l Organisation Mondiale de la Santé (OMS)? NOVEMBRE 2013 Que dit l Organisation Mondiale de la Santé (OMS)? Aide-mémoire n 193 de l OMS sur le téléphone mobile, juin 2011 : «Principaux faits : L usage du téléphone portable est généralisé et on

Plus en détail

Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques.

Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques. Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques. Rapport synthétique de la recherche PS/17 ( 1 ) K. Van Damme (coordinateur),

Plus en détail

et le rayonnement UV

et le rayonnement UV page 1/6 Source : Bancs Solaires CSPC (2006) et le rayonnement UV Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - En plus de la lumière naturelle du soleil, les utilisateurs de bancs solaires en quête d un teint

Plus en détail

Création d un diagramme de constellation

Création d un diagramme de constellation CADRE CANADIEN D ANALYSE DES INCIDENTS Création d un diagramme de constellation 2012 Institut canadien pour la sécurité des patients Tous droits réservés. Une permission est accordée par les présentes

Plus en détail

INTRODUCTION AUX BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE POUR LES FORMATIONS DE RECHERCHE DE L INSERM

INTRODUCTION AUX BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE POUR LES FORMATIONS DE RECHERCHE DE L INSERM INTRODUCTION AUX BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE POUR LES FORMATIONS DE RECHERCHE DE L INSERM 1 SOMMAIRE Avant propos... page 3 Introduction... page 4 1 - Objet... page 4 2 - Définitions des termes...

Plus en détail

N 85 - Ordonnance n 2016-351 sur les contrats de crédits aux consommateurs relatifs aux biens immobiliers à usage d habitation

N 85 - Ordonnance n 2016-351 sur les contrats de crédits aux consommateurs relatifs aux biens immobiliers à usage d habitation N 85 - Ordonnance n 2016-351 sur les contrats de crédits aux consommateurs relatifs aux biens immobiliers à usage d habitation L objectif de l'ordonnance du 25 mars 2016, prise en vertu de de la loi n

Plus en détail

Ondes électromagnétiques et réseaux de téléphonie mobile

Ondes électromagnétiques et réseaux de téléphonie mobile Ondes électromagnétiques et réseaux de téléphonie mobile Avril 2010 Recommandations des associations environnementales - IEW, CLAG, Teslabel au Ministre de l Aménagement du Territoire et de l Environnement

Plus en détail

LES RAYONNEMENTS IONISANTS

LES RAYONNEMENTS IONISANTS P o u r l a s a n t é a u t r a v a i l LES RAYONNEMENTS IONISANTS L'homme est soumis aux rayonnements ionisants émis par la radioactivité naturelle de l'environnement : rayonnement cosmique, rayonnement

Plus en détail

Fontenay-aux-Roses, le 24 juillet 2014. Monsieur le Président de l Autorité de sûreté nucléaire

Fontenay-aux-Roses, le 24 juillet 2014. Monsieur le Président de l Autorité de sûreté nucléaire Fontenay-aux-Roses, le 24 juillet 2014 Monsieur le Président de l Autorité de sûreté nucléaire Avis/IRSN N 2014-00290 Objet : Institut Laue-Langevin - Réacteur à haut flux (INB n 67) Mise en service partielle

Plus en détail

PROGRAMME DE PRODUCTION DE PLANS D INTERVENTION

PROGRAMME DE PRODUCTION DE PLANS D INTERVENTION PROGRAMME DE PRODUCTION DE PLANS D INTERVENTION Janvier 2014 AVANT-PROPOS Un plan d'intervention est l'un des outils les plus précieux pour aider le personnel d'intervention à maîtriser efficacement une

Plus en détail

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique.

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. de lecture Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. Afin d aider le lecteur à se forger une opinion sur la

Plus en détail

16 novembre 2011 Conférence de presse. 450 antennes GSM existantes contrôlées en Région bruxelloise. Annexe technique

16 novembre 2011 Conférence de presse. 450 antennes GSM existantes contrôlées en Région bruxelloise. Annexe technique 16 novembre 2011 Conférence de presse 450 antennes GSM existantes contrôlées en Région bruxelloise Annexe technique 1) Contexte Ordonnance du 01/03/2007 : o Objectif : impose que le rayonnement électromagnétique

Plus en détail

Table des matières. Énoncé du vérificateur... 1. I. Introduction... 2 Contexte... 2 Objectif... 2 Portée... 2 Critères... 3. II. Méthodologie...

Table des matières. Énoncé du vérificateur... 1. I. Introduction... 2 Contexte... 2 Objectif... 2 Portée... 2 Critères... 3. II. Méthodologie... Vérification des enquêtes de sécurité sur le personnel RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation Juillet 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte...

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG 1. Introduction Le règlement (CE) n 1223/2009 relatif aux produits cosmétiques («règlement Cosmétiques») 1 a jeté les fondements d une gestion uniforme des

Plus en détail

L'évolution des instruments de protection des animaux génétiquement modifiés

L'évolution des instruments de protection des animaux génétiquement modifiés L'évolution des instruments de protection des animaux génétiquement modifiés Exclusion de la race animale des inventions brevetables La maîtrise des biotechnologies a conduit, à partir des années 80, à

Plus en détail

Prière de transmettre aux intéressés dans votre société

Prière de transmettre aux intéressés dans votre société Personne-ressource : Prière de transmettre aux intéressés dans votre société Sylvie Poirier Avocate à la mise en application BULLETIN N 3673 514 878-2854 Le 20 septembre 2007 spoirier@ida.ca Discipline

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS Introduction : Qui parmi vous connaît l existence de ce document unique? Généralement, hormis les chefs

Plus en détail

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE Sommaire. INTRODUCTION Page 3-7 FILIERE ANAEROBIE ALACTIQUE FILIERE ANAEROBIE LACTIQUE Page 8-15

Plus en détail

Grand-Duché du Luxembourg

Grand-Duché du Luxembourg Version 2.0 16.06.2014 Page 1 de 20 Lignes directrices d audit de la règle technique d exigences et de mesures pour la certification des Prestataires de Services de Dématérialisation ou de Conservation

Plus en détail

TÉLÉPHONES MOBILES SANTÉ SÉCURITÉ &

TÉLÉPHONES MOBILES SANTÉ SÉCURITÉ & TÉLÉPHONES MOBILES SANTÉ & SÉCURITÉ TÉLÉPHONES MOBILES Avec plus de 48 millions d abonnés en France, le téléphone mobile fait partie de notre quotidien. Toutefois, certains d entre nous s inquiètent des

Plus en détail

Droit au report des congés annuels en cas de maladie

Droit au report des congés annuels en cas de maladie Droit au report des congés annuels en cas de maladie Le principe général du report sur autorisation exceptionnelle 1 Dispositions réglementaires Dans la fonction publique, les droits à congé sont calculés

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

Les risques au travail et le Document unique d évaluation des risques professionnels

Les risques au travail et le Document unique d évaluation des risques professionnels Les risques au travail et le Document unique d évaluation des risques professionnels Dr Hervé LECLET Publié dans : Labelix, lettre d information trimestrielle n 8 juillet 2009 Le critère 2.2.10 de la référence

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2013. Mesure 3, Action 3.6

APPEL A PROJETS 2013. Mesure 3, Action 3.6 APPEL A PROJETS 2013 Mesure 3, Action 3.6 Projets de recherche dans le domaine des approches multidisciplinaires de la modélisation des processus biologiques complexes appliqués au cancer (Biologie des

Plus en détail

Cosmos-France: Téléphone portable et santé. Isabelle Deltour

Cosmos-France: Téléphone portable et santé. Isabelle Deltour Cosmos-France: Téléphone portable et santé Isabelle Deltour Journées Scientifiques Constances, Paris, 19 mai 2016 Plan Présentation du CIRC Etude Cosmos internationale Etude Cosmos - France Le CIRC : un

Plus en détail

RoHS V2: témoignage Schneider Electric

RoHS V2: témoignage Schneider Electric Réunion Agrion 21 Novembre 2012 RoHS V2: témoignage Schneider Electric Christian Bordignon Environment Project Manager Schneider Electric en bref Milliards d euros de CA en 2011 % du CA réalisé dans les

Plus en détail

Méthodes du contrôle (maîtrise) statistique de la qualité

Méthodes du contrôle (maîtrise) statistique de la qualité MTH 231 Méthodes statistiques maîtrise statistique des processus : SPC Méthodes du contrôle (maîtrise) statistique de la qualité SPC 1 Méthodes statistiques de la qualité : Statistical Quality Control

Plus en détail

COMITÉ CONSULTATIF DE LA CONVENTION-CADRE POUR LA PROTECTION DES MINORITÉS NATIONALES

COMITÉ CONSULTATIF DE LA CONVENTION-CADRE POUR LA PROTECTION DES MINORITÉS NATIONALES Strasbourg, le 17 février 2010 GVT/COM/I(2010)001 COMITÉ CONSULTATIF DE LA CONVENTION-CADRE POUR LA PROTECTION DES MINORITÉS NATIONALES Commentaires du Gouvernement des Pays-Bas sur le premier avis du

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

INTRODUCTION A L ETUDE DES VARIABLES QUALITATIVES

INTRODUCTION A L ETUDE DES VARIABLES QUALITATIVES INTRODUCTION A L ETUDE DES VARIABLES QUALITATIVES Plan Introduction Définition Catégories de variables qualitatives Modèles pour Données avec Troncature Les Modèles pour Données Censurées Définition de

Plus en détail

NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999)

NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999) NIMP n 10 NORMES INTERNATIONALES POUR LES MESURES PHYTOSANITAIRES NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999) Produit par le Secrétariat

Plus en détail

Le Centre International de Recherche sur le Cancer. Un tribunal international pour les cancérogènes

Le Centre International de Recherche sur le Cancer. Un tribunal international pour les cancérogènes Le Centre International de Recherche sur le Cancer. Un tribunal international pour les cancérogènes Par Michel Gérin (1) Département de santé environnementale et santé au travail École de santé publique

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Compteurs intelligents, ondes dangereuses et électrophobie Posted on February 19, 2016 107 Comments

Compteurs intelligents, ondes dangereuses et électrophobie Posted on February 19, 2016 107 Comments Compteurs intelligents, ondes dangereuses et électrophobie Posted on February 19, 2016 107 Comments Ton compteur intelligent te fait saigner du nez? Tu n oses plus t approcher de ton micro-ondes? T as

Plus en détail

Forum Tchernobyl - principales conclusions. 6 & 7 septembre 2005 AIEA 1, OMS 2, PNUD 3

Forum Tchernobyl - principales conclusions. 6 & 7 septembre 2005 AIEA 1, OMS 2, PNUD 3 Forum Tchernobyl - principales conclusions 6 & 7 septembre 2005 AIEA 1, OMS 2, PNUD 3 Le 5 septembre 2005 le Forum Tchernobyl 4 a publié, sous l égide de l AIEA, de l OMS et du PNUD, un rapport de 600

Plus en détail

Les rayons ultraviolets et le rôle de notre ozone

Les rayons ultraviolets et le rôle de notre ozone La couche d'ozone L'ozonosphère de l'atmosphère située entre 32 et 48 km environ. Les grandes concentrations d'ozone empêchent la plupart des rayons solaires ultraviolets de pénétrer dans la basse atmosphère.

Plus en détail

FICHE SIGNALÉTIQUE Weiman Cook Top Cream

FICHE SIGNALÉTIQUE Weiman Cook Top Cream Nom du produit : Numéro de produit: Usage du produit : Fabricant/fournisseur : FICHE SIGNALÉTIQUE Section 1 : IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE L'ENTREPRISE 37C, 38C Nettoyant. Weiman Products 755 Tristate

Plus en détail

Dispositif de prévention de la pénibilité

Dispositif de prévention de la pénibilité LA PREVENTION DE LA PÉNIBILITÉ sans difficulté! 9 rue Patrice Lumumba - ZA Ravine à Marquet - 97419 La Possession Tel : 0262 59 01 16 - Fax : 0262 24 27 17 E-mail : contact@ssa974.com Site web : www.ssa974.com

Plus en détail

Appui scientifique et technique concernant l étude de l évolution de Listeria monocytogenes dans les fromages de type cantal

Appui scientifique et technique concernant l étude de l évolution de Listeria monocytogenes dans les fromages de type cantal Le directeur général Maisons-Alfort, le 22 mai 2015 Appui scientifique et technique concernant l étude de l évolution de Listeria monocytogenes dans les fromages de type cantal L Anses a été saisie le

Plus en détail

1 Substances cancérogènes : trois catégories

1 Substances cancérogènes : trois catégories PRODUITS CHIMIQUES CANCÉROGÈNES, MUTAGÈNES, TOXIQUES POUR LA REPRODUCTION CRITÈRES DE LA CLASSIFICATION EUROPÉENNE RÉGLEMENTAIRE, ÉLÉMENTS DE COMMUNICATION DES DANGERS Règlement (CE) n o 1272/2008 du Parlement

Plus en détail

La prévention contre le risque UV

La prévention contre le risque UV Dossier La prévention contre le risque UV «Une nouvelle étape dans la démarche de Prévention Santé et Sécurité d Eurovia» Routes, autoroutes, lignes de train, de tramway ou de métro, plates-formes aéroportuaires

Plus en détail

Il existe 3 types d études en épidémiologie qui répondent à 3 questions différentes :

Il existe 3 types d études en épidémiologie qui répondent à 3 questions différentes : Fiche : Rappel des études en épidémiologie 1 L épidémiologie est l étude de l état de santé de la population, et des facteurs influant sur la santé des populations humaines. Il existe 3 types d études

Plus en détail

Rapport de suivi relatif à l examen des services d analyse du Laboratoire de recherches sur les grains (LRG) 2006-2007

Rapport de suivi relatif à l examen des services d analyse du Laboratoire de recherches sur les grains (LRG) 2006-2007 Rapport de suivi relatif à l examen des services d analyse du Laboratoire de recherches sur les grains (LRG) 2006-2007 Commission canadienne des grains Service de la vérification et de l évaluation Rapport

Plus en détail

Analyse des modalités de protection de la femme enceinte contre les radiations ionisantes recommandations de la CPR

Analyse des modalités de protection de la femme enceinte contre les radiations ionisantes recommandations de la CPR B Eidgenössische Kommission für Strahlenschutz und Überwachung der Radioaktivität Commission fédérale de protection contre les radiations et de surveillance de la radioactivité Commissione federale della

Plus en détail

Système d information : Maximiser le retour sur investissement

Système d information : Maximiser le retour sur investissement Améliorer le contrôle interne Système d information : Maximiser le retour sur investissement LAURA FREDERICK, CONSULTANTE EN TI ET GESTION DU CHANGEMENT, ECHANGE, LLC, (MARS 2002) WWW.GLOBALECHANGE.COM

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE SEPTEMBRE 2015

DOSSIER DE PRESSE SEPTEMBRE 2015 DOSSIER DE PRESSE SEPTEMBRE 2015 Dossier de presse septembre 2015 2 SOMMAIRE Merial, un leader mondial en santé animale Merial en chiffres Merial en France La santé animale au cœur des enjeux alimentaires

Plus en détail

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS AUX ANTENNES DE FRANCE TELEVISIONS Le Conseil supérieur de l audiovisuel a adopté le 4 janvier 2011 le rapport au Premier ministre élaboré par une commission de réflexion,

Plus en détail

Titre Ier Formation de la personne compétente en radioprotection

Titre Ier Formation de la personne compétente en radioprotection Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité Titre abrégé : Texte intégral Document 1 / 1 Version originale du 22/01/2004 Introduit par : A. 29/12/2003 NOR : SOCT0312131A JO du 22/01/2004

Plus en détail

CIGEPS. Session plénière Siège de l UNESCO, Paris, 7-8 juin 2011

CIGEPS. Session plénière Siège de l UNESCO, Paris, 7-8 juin 2011 CIGEPS Session plénière Siège de l UNESCO, Paris, 7-8 juin 2011 Distribution limitée CIGEPS/2011/Doc.6 23 mai 2011 Original anglais Point 9 de l ordre du jour provisoire Énoncé international de position

Plus en détail

Convention sur la protection contre les radiations

Convention sur la protection contre les radiations Convention sur la protection contre les radiations Convention concernant la protection des travailleurs contre les radiations ionisantes (Entrée en vigueur: 17 juin 1962) Adoption: Genève, 44ème session

Plus en détail

PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT

PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT Annex 26, page 1 PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES Les utilisateurs s attendent à trouver dans les définitions des explications

Plus en détail

L organisation institutionnelle dans son nouveau rôle auprès de la société : Conclusions et résultats de l atelier «Société civile»

L organisation institutionnelle dans son nouveau rôle auprès de la société : Conclusions et résultats de l atelier «Société civile» Dokumentation Gremientagung 2009 Documentation Séminaire des organes 2009 Documentazione Colloquio degli organi 2009 Documentaziun Seminari dals gremis 2009 L organisation institutionnelle dans son nouveau

Plus en détail

IMAGERIE par RESONNANCE MAGNETIQUE

IMAGERIE par RESONNANCE MAGNETIQUE IMAGERIE par RESONNANCE Exposition professionnelle MAGNETIQUE SANTE au TRAVAIL Dr Lionel SCTRICK Médecin du travail, CHI.Poissy-St-G.L.78 ANMTEPH, www.anmtph.fr FMC La Baule, 9 octobre 2009 Classification

Plus en détail

UNIVERSITÉ D'AVIGNON ET DES PAYS DE VAUCLUSE GUIDE PRATIQUE «RÉDIGER LA FICHE DE POSTE»

UNIVERSITÉ D'AVIGNON ET DES PAYS DE VAUCLUSE GUIDE PRATIQUE «RÉDIGER LA FICHE DE POSTE» UNIVERSITÉ D'AVIGNON ET DES PAYS DE VAUCLUSE GUIDE PRATIQUE «RÉDIGER LA FICHE DE POSTE» 1 22/11/2006 La fiche de poste comprend 7 rubriques : 1. Descriptif du poste 2. Renseignements concernant l'agent

Plus en détail

Synthèse de l évaluation de la Fondation pour la Formation Continue UNIL-EPFL (FCUE)

Synthèse de l évaluation de la Fondation pour la Formation Continue UNIL-EPFL (FCUE) Synthèse de l évaluation de la Fondation pour la Formation Continue UNIL-EPFL (FCUE) Janvier 2016 1. Introduction L évaluation de la FCUE a été réalisée en 2014, 5 ans après sa création. Une création assez

Plus en détail

Une intervention éducative à l échelle de l état, pour améliorer la nutrition et l activité. physique des Américains âgés.

Une intervention éducative à l échelle de l état, pour améliorer la nutrition et l activité. physique des Américains âgés. Une intervention éducative à l échelle de l état, pour améliorer la nutrition et l activité Fiche No 54 physique des Américains âgés. McCamey MA, Hawthorne NA, Reddy S, Lombardo M, Cress ME, Johnson MA.

Plus en détail

Qui fixe les normes d exposition aux ondes radio?

Qui fixe les normes d exposition aux ondes radio? Ondes & Santé Qui fixe les normes d exposition aux ondes radio? La Commission internationale pour la protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP) a défini des limites d exposition pour protéger

Plus en détail

amiante RISQUES POUR LA SANTE Informations à destination des Mairies de l Ain Dr P. POROT ASTBTP DE L AIN

amiante RISQUES POUR LA SANTE Informations à destination des Mairies de l Ain Dr P. POROT ASTBTP DE L AIN amiante RISQUES POUR LA SANTE Informations à destination des Mairies de l Ain Dr P. POROT ASTBTP DE L AIN L amiante, roche fibreuse, comprend 2 groupes: -Les serpentines, dont la chrysotile («amiante blanc»),

Plus en détail

LES RISQUES CANCEROGENES MUTAGENES ET REPROTOXIQUES EN ENTREPRISE : réglementation et étiquetage des produits chimiques

LES RISQUES CANCEROGENES MUTAGENES ET REPROTOXIQUES EN ENTREPRISE : réglementation et étiquetage des produits chimiques LES RISQUES CANCEROGENES MUTAGENES ET REPROTOXIQUES EN ENTREPRISE : réglementation et étiquetage des produits chimiques Groupe Toxicologie - Département ASMT du CISME - 2012 1 Importance du risque cancérogène

Plus en détail

un manque d informations persistant

un manque d informations persistant 2 e Rencontres pour une Santé Durable 18 mai 2013, La Grande Motte (34) Médicaments et environnement Persistance, bioaccumulation et toxicité : un manque d informations persistant Sommaire Médicaments

Plus en détail

Questionnaire pour l évaluation des accumulateurs et chargeurs

Questionnaire pour l évaluation des accumulateurs et chargeurs Questionnaire pour l évaluation des accumulateurs et chargeurs Edition : novembre 2012 SuperDrecksKëscht B.P. 43 L-7701 Colmar-Berg Tél. : 00352 488 216 1 Fax : 00352 488 216 255 Courriel : info@sdk.lu

Plus en détail

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Réunions des comités régionaux Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Rapport du Secrétariat aux comités régionaux 1. Le présent rapport est soumis aux comités régionaux pour faire suite

Plus en détail

Édition n 16 : Opérations de couverture

Édition n 16 : Opérations de couverture www.bdo.ca CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 16 : Opérations de couverture Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Téléphones mobiles Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Utiliser un téléphone mobile est-il dangereux pour la santé? Avec plus de 66 millions d abonnements en France fin 2011,

Plus en détail

Statistiques et essais cliniques

Statistiques et essais cliniques Hegel Vol. 3 N 1 2013 DOI : 10.4267/2042/49204 21 Statistiques et essais cliniques François Kohler Laboratoire SPI-EAO, Faculté de Médecine, Vandœuvre-les-Nancy francois.kohler@univ-lorraine.fr Introduction

Plus en détail

3M FRANCE Boulevard de l'oise 95006 Cergy Pontoise Cedex

3M FRANCE Boulevard de l'oise 95006 Cergy Pontoise Cedex 3M FRANCE Boulevard de l'oise 95006 Cergy Pontoise Cedex ======================================================================== Fiche de Données de Sécurité ========================================================================

Plus en détail

Programme Passeport pour ma réussite : Soutien en matière de défense. Éléments principaux de Passeport pour ma réussite

Programme Passeport pour ma réussite : Soutien en matière de défense. Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Programme Passeport pour ma réussite : Soutien en matière de défense Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Passeport pour ma réussite est un programme communautaire intégré qui fournit un soutien

Plus en détail