LA REPRESSION DU FINANCEMENT DU TERRORISME (Rapport du FMI)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA REPRESSION DU FINANCEMENT DU TERRORISME (Rapport du FMI)"

Transcription

1 LA REPRESSION DU FINANCEMENT DU TERRORISME (Rapport du FMI) Le FMI a publié en 2003 un manuel intitulé «La répression du financement du terrorisme : manuel d aide à la rédaction des instruments législatifs». I- Historique En 1972, l A.G. de l ONU a institué le premier Comité spécial du terrorisme. En 1994, l A.G. a adopté une Déclaration sur les mesures visant à éliminer le terrorisme international. En 1996, l A.G. a institué un comité spécialisé dans l élaboration de nouvelles conventions internationales sur le terrorisme. Ce comité a élaboré la Convention internationale pour la répression du financement du terrorisme. Selon les Résolutions 1267(1999) et 1333(2000) du Conseil de Sécurité, les Etats membres de l ONU peuvent confisquer les avoirs des terroristes et des organisations terroristes (identifiés par le Conseil). En 2001, le Conseil de Sécurité a institué le Comité contre le terrorisme, chargé de suivre l application, par les Etats membres, des dispositions de la Résolution 1373(2001). II- Source A- La Convention internationale pour la répression du financement du terrorisme Cette convention est une initiative française, car c est la France qui a lancé les négociations en automne 1998 en proposant un texte à l ONU. En décembre 1998, l A.G. a décidé que la Convention serait élaborée par le Comité spécial institué par la Résolution 51/210. Le texte de la Convention a été adopté par l A.G. le 9 décembre La Convention a été signée par 132 Etats, et au 30 avril 2003, elle était en vigueur dans 80 Etats. La Convention contient trois obligations principales : - les Etats doivent ériger le financement d actes de terrorisme en crime au regard de leur droit interne ; - ils doivent œuvrer en coopération étroite avec les autres Etats parties et leur prêter une assistance judiciaire ; - ils doivent adopter des mesures d identification et de signalement d indices de financement d actes de terrorisme à la charge des institutions financières.

2 Définition du crime de financement du terrorisme donnée par la Convention : commet une infraction au sens de la Convention toute personne qui, «par quelque moyen que ce soit, directement ou indirectement, illicitement et délibérément, fournit ou réunit des fonds dans l intention de les voir utilisés ou en sachant qu ils seront utilisés, en tout ou partie, en vue de commettre» un acte de terrorisme au sens de la Convention. Eléments constitutifs du crime de financement du terrorisme : 1- Elément moral : d abord, l acte doit être délibéré. Ensuite, son auteur doit avoir l intention d utiliser les fonds pour financer des actes terroristes, ou savoir qu ils seront utilisés à cette fin. 2- Eléments matériels :

3 - le financement (c est-à-dire le fait de fournir ou de réunir des fonds) ; - les actes terroristes (tels qu ils sont définis par les neuf traités internationaux en la matière). L article de la Convention définit les actes de terrorisme comme «tout ( ) acte destiné à tuer ou blesser grièvement un civil ou toute autre personne qui ne participe pas directement aux hostilités dans une situation de conflit armé, lorsque, par sa nature ou son contexte, cet acte vise à intimider une population ou à contraindre un gouvernement ou une O.I. à accomplir ou à s abstenir d accomplir un acte quelconque». Il n est pas nécessaire que les fonds aient été effectivement utilisés. La complicité à la commission de l infraction ou la participation dans l organisation de celle-ci constituent également des faits punissables au même titre que l infraction elle-même. Cette infraction ne peut être justifiée par des considérations de nature politique, philosophique, idéologique, raciale, ethnique, religieuse ou d autres motifs analogues. La Convention prévoit des obligations en matière d extradition à l égard des Etats membres. Par ailleurs, elle prévoit le principe ant dedere aut judicare (poursuivre ou extrader). La Convention prévoit une obligation de coopération entre les Etats membres afin de prévenir les infractions établies par la Convention «en prenant toutes les mesures possibles, notamment en adaptant si nécessaire leur législation interne, afin d empêcher et de contrecarrer la préparation sur leurs territoires respectifs d infractions devant être commises à l intérieur ou à l extérieur de ceux-ci». Ainsi les Etats membres doivent adopter les 4 Recommandations du GAFI : - interdire l ouverture de comptes dont le titulaire ou le bénéficiaire n est pas identifié ni identifiable ; - s agissant des personnes morales, leur existence et structure juridiques doivent être vérifiées ; - les institutions financières doivent signaler aux autorités compétentes toutes les opérations complexes, inhabituelles ou lorsqu elles n ont pas de cause économique ou licite apparente ; - les institutions financières doivent conserver, pendant au moins 5 ans, toutes les pièces se rapportant aux opérations complexes. Concernant la compétence en matière de financement des infractions de terrorisme : Selon l article 7 de la Convention, chaque Etat établit sa compétence lorsque : - l infraction a été commise sur son territoire ; - l infraction a été commise à bord d un navire battant pavillon de cet Etat ou d un aéronef immatriculé dans cet Etat ; - l infraction a été commise par l un des nationaux de cet Etat. Selon l article 3, la Convention ne s applique pas aux situations dans lesquelles l infraction est commise dans un seul Etat, l auteur présumé est un national de cet Etat et se trouve sur le territoire de cet Etat, et aucun autre Etat n a de raison d exercer sa compétence au titre de la Convention.

4 B- Les résolutions du Conseil de Sécurité relatives au financement du terrorisme Deux aspects importants : - le Conseil de Sécurité a qualifié les actes de terrorisme de menaces à la paix et à la sécurité internationale (Résolution 1373 (2001)). Conséquence : application du Chapitre VII. - Les mesures collectives adoptées par le Conseil de Sécurité en la matière imposent aux Etats de prendre des mesures à l encontre de personnes, de groupes, d organisations et de leurs avoirs financiers (même Résolution).

5

6 La Résolution 1373 prévoit le gel des avoirs financiers des personnes et organisations concernées. Dans les résolutions antérieures 1267 (1999) et 1333 (2000), le Conseil de Sécurité, agissant en vertu du Chapitre VII, a décidé que les membres des N.U. gèleraient les avoirs respectifs des Taliban et d Ousama ben Laden. La Résolution 1267 a créé un «Comité des sanctions» (Comité 1267), lequel a publié une liste de personnes et d entités appartenant ou étant associées aux Taliban et à Al-Qaïda. Si une personne ou entité figurant sur cette liste souhait d être radié de celle-ci, elle devra introduire une demande auprès du gouvernement de son pays de résidence ou de nationalité. C- Les Recommandations spéciales du GAFI Lors de sa réunion à Washington (29-30 oct. 2001), le GAFI a décidé d inclure le financement du terrorisme dans ses domaines d intervention. Il a alors adopté une série de 8 Recommandations et il a demandé à ses membres de procéder à une autoévaluation de leur mise en œuvre. Les 5 premières recommandations spéciales contiennent des règles similaires au contenu de la Convention et de la Résolution 1373, tandis que les 3 dernières concernent des domaines nouveaux :

7 Quelques remarques à propos de la Recommandation II : - l infraction de financement du terrorisme devrait aussi s appliquer lorsque les terroristes ou les organisations terroristes se trouvent sur le territoire d un autre pays ou que l acte terroriste est perpétré dans un autre pays (Remarque : s agit-il d une compétence universelle?) - la législation nationale devrait prévoir des sanctions administratives, civiles ou pénales effectives, proportionnées et dissuasives en cas de délit de financement du terrorisme. Concernant la Recommandation III : La Recommandation V (coopération internationale) concerne les types d assistance suivants :

8 - échange de renseignements par des mécanismes d entraide judiciaire ou par d autres types de coopération (ex. les échanges entre cellules de renseignements financiers ou autres agences de surveillance) ; - refuser d accorder l asile aux individus concernés ; - procédures d extradition ; - refus de prise en compte des motivations politiques comme motif de rejet de la demande d extradition. La Recommandation VI (remise de fonds alternative) exige : - que les services informels de virement ou de transfert aient obtenu une autorisation ou l inscription sur un registre ; - que les Recommandations 10 et 11 (identification des clients), 12 (conservation des documents) et 15 (déclaration des transactions suspectes) soient étendues aux systèmes alternatifs de remise de fonds ; - qu il existe des sanctions en cas de non-respect de ces prescriptions. La Recommandation VII (renseignements sur le donneur d ordre dans les virements électroniques) exige que : - les renseignements relatifs au donneur d ordre soient inclus dans les transferts de fonds nationaux et internationaux ; - les institutions financières conservent ces renseignements à chaque étape de la chaîne de paiement ; - les pays obligent les institutions financières à mettre en œuvre une surveillance approfondie des activités de transfert de fonds lorsque les renseignements complets sur le donneur d ordre ne sont pas disponibles.

19. Convention de l OUA sur la Prévention et la Lutte contre le Terrorisme

19. Convention de l OUA sur la Prévention et la Lutte contre le Terrorisme 19. Convention de l OUA sur la Prévention et la Lutte contre le Terrorisme Les Etats membres de l'organisation de l Unité Africaine ; Considérant les objectifs et les principes énoncés dans la Charte de

Plus en détail

Protocole pour éliminer le commerce illicite des produits du tabac : vue d ensemble

Protocole pour éliminer le commerce illicite des produits du tabac : vue d ensemble Protocole pour éliminer le commerce illicite des produits du tabac : vue d ensemble Contexte Le Protocole pour éliminer le commerce illicite des produits du tabac est un traité international visant à éliminer

Plus en détail

Nations Unies S/RES/1718 (2006)** Conseil de sécurité Distr. générale 13 décembre 2006 Résolution 1718 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5551 e séance, le 14 octobre 2006 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

La proposition de règlement sur les informations accompagnant les virements de fond

La proposition de règlement sur les informations accompagnant les virements de fond La proposition de règlement sur les informations accompagnant les virements de fond Hong Van PHAM Le cadre actuel européen dans la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Plus en détail

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005 Principes fondamentaux et directives concernant le droit à un recours et à réparation des victimes de violations flagrantes du droit international des droits de l homme et de violations graves du droit

Plus en détail

GUIDE LÉGISLATIF POUR LE RÉGIME JURIDIQUE UNIVERSEL CONTRE LE TERRORISME. Élaboré par l Office des Nations Unies contre la drogue et le crime

GUIDE LÉGISLATIF POUR LE RÉGIME JURIDIQUE UNIVERSEL CONTRE LE TERRORISME. Élaboré par l Office des Nations Unies contre la drogue et le crime GUIDE LÉGISLATIF POUR LE RÉGIME JURIDIQUE UNIVERSEL CONTRE LE TERRORISME Élaboré par l Office des Nations Unies contre la drogue et le crime OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne

Plus en détail

Algérie. Loi relative à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme

Algérie. Loi relative à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Loi relative à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Loi n 05-01 du 6 février 2005 Source : www.droit-algerie.com [NB - Loi n 05-01 du 6 février 2005 relative à la prévention

Plus en détail

LE BLANCHIMENT D ARGENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME: LA REPONSE DES NATIONS UNIES

LE BLANCHIMENT D ARGENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME: LA REPONSE DES NATIONS UNIES Vienna International Centre P. O. Box 500, A-1400 Vienna (Austria) Tel: (43-1)26060 4313 Fax: (43-1)26060 5866 E-mail: gpml@unodc.org www.unodc.org and www.imolin.org GLOBAL PROGRAMME AGAINST MONEY LAUNDERING

Plus en détail

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices relatives aux virements électroniques.

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices relatives aux virements électroniques. DIRECTIONGENERALE DE L INSPECTION GENERALE Réf./DGIG/N 1610/2015 Alger, le 23 décembre2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Sixième Commission (A/65/475)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Sixième Commission (A/65/475)] Nations Unies A/RES/65/34 Assemblée générale Distr. générale 10 janvier 2011 Soixante-cinquième session Point 107 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

COMITÉ JURIDIQUE 34 e SESSION

COMITÉ JURIDIQUE 34 e SESSION Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL LC/34-WP/2-1 31/7/09 COMITÉ JURIDIQUE 34 e SESSION (Montréal, 9 17 septembre 2009) Point 2 : Examen des rapports du Sous-Comité spécial

Plus en détail

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II,

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II, Nations Unies A/RES/62/134 Assemblée générale Distr. générale 7 février 2008 Soixante-deuxième session Point 63, a, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme

Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le [NB - Règlement de la Banque d Algérie n 12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la

Plus en détail

OBLIGATIONS ET DROITS DES FONCTIONNAIRES

OBLIGATIONS ET DROITS DES FONCTIONNAIRES OBLIGATIONS ET DROITS DES FONCTIONNAIRES DE L EDUCATION NATIONALE Les fonctionnaires ont des obligations en contrepartie desquelles ils bénéficient de certains droits fondamentaux. I. QUELS SONT LES TEXTES

Plus en détail

ANNEXE D. Strasbourg, 4 juillet 2003 (2003)14 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

ANNEXE D. Strasbourg, 4 juillet 2003 (2003)14 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) ANNEXE D Strasbourg, 4 juillet 2003 (2003)14 Res MONEYVAL COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX

Plus en détail

ANNEXE B : ATTESTATION. Le (la) soussigné(e) atteste au meilleure de sa connaissance et croyance ce qui suit:

ANNEXE B : ATTESTATION. Le (la) soussigné(e) atteste au meilleure de sa connaissance et croyance ce qui suit: 1. ATTESTATION CONCERNANT LE LOBBYING ANNEXE B : ATTESTATION Le (la) soussigné(e) atteste au meilleure de sa connaissance et croyance ce qui suit: (1) Aucun fonds fédéral affecté n a été payé ni ne sera

Plus en détail

Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée

Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée Engagements de Paris en vue de protéger les enfants contre une utilisation ou un recrutement illégaux par des groupes ou des forces armés en place d un mécanisme

Plus en détail

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes.

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Ziad LATTOUF 1 LZ Pour entrer en Algérie, l étranger doit accomplir quelques formalités. Etre détenteur d'un

Plus en détail

954.193 Ordonnance de la Commission fédérale des banques sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières

954.193 Ordonnance de la Commission fédérale des banques sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières Ordonnance de la Commission fédérale des banques sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières (Ordonnance de la CFB sur les bourses, OBVM-CFB) du 25 juin 1997 (Etat le 20 décembre 2005) La Commission

Plus en détail

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française La Financial Supervisory Commission de La République de Corée et la Commission Bancaire de la République française Considérant le fait que certaines banques et autres établissements financiers constitués

Plus en détail

INTRODUCTION CONCLUSION PROTECTION JURIDIQUE DU MINEUR EN CONFLIT AVEC LA LOI

INTRODUCTION CONCLUSION PROTECTION JURIDIQUE DU MINEUR EN CONFLIT AVEC LA LOI Protection juridique de l enfant en conflit avec la loi INTRODUCTION I- CADRE JURIDIQUE DE PROTECTION A- NOTION D ENFANT EN CONFLIT AVEC LA LOI B- INSTRUMENTS JURIDIQUES DE PROTECTION II- MESURES DE PROTECTION

Plus en détail

Orientations. Orientations relatives aux notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs

Orientations. Orientations relatives aux notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs Orientations Orientations relatives aux notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs 13.08.2013 ESMA/2013/611 Date: 13.08.2013 ESMA/2013/611

Plus en détail

PRÉAMBULE. Conscientes de l importance du transport international de marchandises par chemin de fer,

PRÉAMBULE. Conscientes de l importance du transport international de marchandises par chemin de fer, CONVENTION RELATIVE À UN RÉGIME DE TRANSIT DOUANIER INTERNATIONAL POUR LES MARCHANDISES TRANSPORTÉES PAR CHEMIN DE FER SOUS LE COUVERT DE LETTRES DE VOITURE SMGS Les Parties contractantes, PRÉAMBULE Conscientes

Plus en détail

DIRECTIVES EUROPÉENNES

DIRECTIVES EUROPÉENNES DIRECTIVES EUROPÉENNES 201 5 textes coordonnés à jour au 11 JUILLET 2008 Recueil réalisé par le MINISTÈRE D ÉTAT - SERVICE CENTRAL DE LÉGISLATION www.legilux.lu 2 Directives Européennes Sommaire Traité

Plus en détail

PROJET DE PLAN D ACTION POUR LUTTER CONTRE LE TERRORISME DANS LA REGION DE L IGAD

PROJET DE PLAN D ACTION POUR LUTTER CONTRE LE TERRORISME DANS LA REGION DE L IGAD 43 Annexe A PROJET DE PLAN D ACTION POUR LUTTER CONTRE LE TERRORISME DANS LA REGION DE L IGAD 1. Introduction Les Etats membres de l IGAD ont depuis longtemps préconisé la nécessité de lutter contre le

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION DETAILLEE DE TROISIEME CYCLE SUR LA POLOGNE 1 LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

RAPPORT D EVALUATION DETAILLEE DE TROISIEME CYCLE SUR LA POLOGNE 1 LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Strasbourg, 7 juin 2007 MONEYVAL (2006) 24 Résumé COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITÉ D EXPERTS SUR L ÉVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DES CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

CONVENTION INTERNATIONALE POUR LA RÉPRESSION DES ACTES DE TERRORISME NUCLÉAIRE

CONVENTION INTERNATIONALE POUR LA RÉPRESSION DES ACTES DE TERRORISME NUCLÉAIRE CONVENTION INTERNATIONALE POUR LA RÉPRESSION DES ACTES DE TERRORISME NUCLÉAIRE NATIONS UNIES 2005 CONVENTION INTERNATIONALE POUR LA RÉPRESSION DES ACTES DE TERRORISME NUCLÉAIRE Les États Parties à la présente

Plus en détail

Politique et procédures. sur la Ligne de signalement fraude et inconduite

Politique et procédures. sur la Ligne de signalement fraude et inconduite Politique et procédures sur la Ligne de signalement fraude et inconduite 7 novembre 2011 TABLE DES MA TIÈRES 1. Définitions... 4 2. Objectifs... 4 3. Principes... 5 4. Champs d'application... 6 5. Traitement

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-170 DU 11 DECEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE

DELIBERATION N 2014-170 DU 11 DECEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DELIBERATION N 2014-170 DU 11 DECEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

RAPPORT DE 2008 DU CANADA SUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ

RAPPORT DE 2008 DU CANADA SUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ RAPPORT DE 2008 DU CANADA SUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ (LA HAYE, 1954) ET DE SES PROTOCOLES DE 1954 ET DE 1999 En 1998, le Canada

Plus en détail

134 ème Assemblée de l'uip

134 ème Assemblée de l'uip 134 ème Assemblée de l'uip Lusaka (Zambie), 19-23 mars 2016 Commission permanente C-II/134/DR du développement durable, 15 janvier 2016 du financement et du commerce Assurer une protection durable du patrimoine

Plus en détail

Loi fédérale sur les organes de sécurité des entreprises de transports publics

Loi fédérale sur les organes de sécurité des entreprises de transports publics Loi fédérale sur les organes de sécurité des entreprises de transports publics (LOST) du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 57, al. 2, 87 et 92 de la Constitution 1, après avoir

Plus en détail

asdfbureau de l information 1-212-457-1712 CTED@un.org http://www.un.org/sc/ctc Fiche d information 1

asdfbureau de l information 1-212-457-1712 CTED@un.org http://www.un.org/sc/ctc Fiche d information 1 Comité contre le terrorisme Direction exécutive asdfbureau de l information 1-212-457-1712 CTED@un.org http://www.un.org/sc/ctc Fiche d information 1 Le rôle du Comité contre le terrorisme et de sa Direction

Plus en détail

PROFILS NATIONAUX RELATIFS A LA CAPACITE

PROFILS NATIONAUX RELATIFS A LA CAPACITE COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) PROFILS NATIONAUX RELATIFS A LA CAPACITE DE LUTTE CONTRE LE TERRORISME CROATIE Avril 2009 POLITIQUE NATIONALE La République de Croatie condamne le terrorisme

Plus en détail

MANUEL DE CONFORMITE DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT Du TERRORISME

MANUEL DE CONFORMITE DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT Du TERRORISME MANUEL DE CONFORMITE DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT Du TERRORISME Manuel de conformité de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Page 1

Plus en détail

TRADUCTION FRANCAISE 1 DE LA DÉCISION DU 12 FÉVRIER 2010 CONCERNANT UNE INSTRUCTION À CHARGE DE L ÉTABLISSEMENT DE CRÉDIT X

TRADUCTION FRANCAISE 1 DE LA DÉCISION DU 12 FÉVRIER 2010 CONCERNANT UNE INSTRUCTION À CHARGE DE L ÉTABLISSEMENT DE CRÉDIT X COMMISSION DES SANCTIONS TRADUCTION FRANCAISE 1 DE LA DÉCISION DU 12 FÉVRIER 2010 CONCERNANT UNE INSTRUCTION À CHARGE DE L ÉTABLISSEMENT DE CRÉDIT X La Commission des sanctions de la Commission bancaire,

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Avril 2012 Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Document de nature explicative 1. Les lignes directrices élaborées par l Autorité de contrôle prudentiel (ACP)

Plus en détail

Note explicative sur la terminologie du gel des avoirs

Note explicative sur la terminologie du gel des avoirs Note explicative sur la terminologie du gel des avoirs Approuvée par le Comité des sanctions contre Al-Qaida, le 24 février 2015 Objectif du gel des avoirs 1. Conformément à l alinéa a) du paragraphe 1

Plus en détail

LOI N 2007-01 du 12 février 2007

LOI N 2007-01 du 12 février 2007 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple- Un But- Une Foi LOI N 2007-01 du 12 février 2007 MODIFIANT LE CODE PENAL -=- =-=- =-=-=-=- EXPOSE DES MOTIFS La multiplication ainsi que la fréquence des attentats terroristes

Plus en détail

Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple

Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Les principales mesures de la nouvelle loi visent à mieux protéger des violences les femmes, notamment

Plus en détail

XVIII LOI TYPE RELATIVE À LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ

XVIII LOI TYPE RELATIVE À LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ XVIII LOI TYPE RELATIVE À LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ À l intention des États de common law souhaitant mettre en œuvre les obligations qui leur incombent en vertu de la Convention

Plus en détail

Convention internationale pour la répression des actes de terrorisme nucléaire (New York, 13 avril 2005)

Convention internationale pour la répression des actes de terrorisme nucléaire (New York, 13 avril 2005) Convention internationale pour la répression des actes de terrorisme nucléaire (New York, 13 avril 2005) OBJECTIFS L Assemblée générale, par sa résolution 51/210 du 17 décembre 1996, a créé un Comité ad

Plus en détail

CADRE DE GESTION RELATIF À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Adopté par le Conseil des commissaires le 25 juin 2008

CADRE DE GESTION RELATIF À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Adopté par le Conseil des commissaires le 25 juin 2008 DOCUMENT OFFICIEL CADRE DE GESTION RELATIF À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Adopté par le Conseil des commissaires le 25 juin 2008 Service des ressources humaines www.csp.qc.ca TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Réforme des obligations de déclarations de franchissement de seuils et de déclarations d intentions

Réforme des obligations de déclarations de franchissement de seuils et de déclarations d intentions Réforme des obligations de déclarations de franchissement de seuils et de déclarations d intentions RESUME Le régime des déclarations de franchissement de seuils et des déclarations d intentions est réformé

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Mis à jour le 4 mars 2015 PREAMBULE Le conseil d administration d ARKEMA (la «Société») a arrêté le présent règlement intérieur contenant le recueil des

Plus en détail

Vu la Loi n 918 du 27 décembre 1971 sur les établi ssements publics, et les textes pris en son application ;

Vu la Loi n 918 du 27 décembre 1971 sur les établi ssements publics, et les textes pris en son application ; DELIBERATION N 2011-107 DU 28 NOVEMBRE 2011 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LE MINISTRE D ETAT RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

CONVENTION DE GENEVE RELATIVE A LA PROTECTION DES PERSONNES CIVILES EN TEMPS DE GUERRE. (Protocole additionnel)

CONVENTION DE GENEVE RELATIVE A LA PROTECTION DES PERSONNES CIVILES EN TEMPS DE GUERRE. (Protocole additionnel) CONVENTION DE GENEVE RELATIVE A LA PROTECTION DES PERSONNES CIVILES EN TEMPS DE GUERRE (Protocole additionnel) CONVENTION DE GENEVE RELATIVE A LA PROTECTION DES PERSONNES CIVILES EN TEMPS DE GUERRE DU

Plus en détail

02.0xx. Message. Madame la Présidente, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,

02.0xx. Message. Madame la Présidente, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, 02.0xx Message relatif aux Conventions internationales pour la répression du financement du terrorisme et pour la répression des attentats terroristes à l explosif ainsi qu à la modification du code pénal

Plus en détail

Délibération n 2011-34 du 21 mars 2011. Religion Formation professionnelle Centre de formation d apprentis Organisme privé Recommandations.

Délibération n 2011-34 du 21 mars 2011. Religion Formation professionnelle Centre de formation d apprentis Organisme privé Recommandations. Délibération n 2011-34 du 21 mars 2011 Religion Formation professionnelle Centre de formation d apprentis Organisme privé Recommandations. La réclamante a été sommée de retirer le foulard qu elle portait

Plus en détail

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies A/AC.261/IPM/11 Assemblée générale Distr.: Générale 12 novembre 2001 Français Original: Espagnol Réunion préparatoire informelle du Comité spécial chargé de négocier une convention contre

Plus en détail

Projet de loi. 2. Tout intéressé peut demander l application des mesures visées au paragraphe 1er.

Projet de loi. 2. Tout intéressé peut demander l application des mesures visées au paragraphe 1er. Projet de loi concernant certaines modalités d application et la sanction du règlement (UE) N 995/2010 du Parlement Européen et du Conseil du 20 octobre 2010 établissant les obligations des opérateurs

Plus en détail

souri SEL Système d échange local

souri SEL Système d échange local souri SEL Système d échange local Statuts de l association ARTICLE 1 : Nom et siège Entre toutes les personnes qui adhèrent aux présents statuts, il est formé une association dénommée souri SEL Cette association

Plus en détail

Charte éthique et Responsabilité d entreprise

Charte éthique et Responsabilité d entreprise Charte éthique et Responsabilité d entreprise Introduction M2MSOFT est une société française créée en 2003, qui conçoit, développe et commercialise des produits standards pour les communications voix,

Plus en détail

---------------------

--------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST SYMPOSIUM DE L ABCA SUR LE THEME «LES BANQUES CENTRALES ET LEUR ROLE DANS LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX : COOPERATION ET ECHANCE D EXPERIENCES»

Plus en détail

La protection contre les discriminations

La protection contre les discriminations Accueil > Informations pratiques > Fiches pratiques > Egalité professionnelle / Discrimination Dernière mise à jour le 22 avril 2010 La protection contre les discriminations Synthèse Toute décision de

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/2009/133

Conseil de sécurité. Nations Unies S/2009/133 Nations Unies S/2009/133 Conseil de sécurité Distr. générale 11 mars 2009 Français Original : anglais Lettre datée du 9 mars 2009, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Président du Comité

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE MODIFIE PAR LE CONSEIL DE SURVEILLANCE LORS DE SA REUNION DU 16 MARS 2011 Le présent Règlement Intérieur a pour objet de déterminer les règles de fonctionnement

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation

Plus en détail

Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983)

Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983) Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, DESIRANT établir des dispositions communes concernant

Plus en détail

Accord multilatéral entre autorités compétentes concernant l échange automatique de renseignements relatifs aux comptes financiers

Accord multilatéral entre autorités compétentes concernant l échange automatique de renseignements relatifs aux comptes financiers Texte original Accord multilatéral entre autorités compétentes concernant l échange automatique de renseignements relatifs aux comptes financiers Considérant que les juridictions des signataires de l Accord

Plus en détail

Instruments contre la discrimination en droit suisse Un aperçu Version résumée

Instruments contre la discrimination en droit suisse Un aperçu Version résumée Instruments contre la discrimination en droit suisse Un aperçu Version résumée Christina Hausammann, humanrights.ch/mers Sur mandat du Bureau fédéral de l égalité pour les personnes handicapées, du Bureau

Plus en détail

Liste de points établie avant la soumission du cinquième rapport périodique du Cameroun

Liste de points établie avant la soumission du cinquième rapport périodique du Cameroun Comité contre la torture Liste de points établie avant la soumission du cinquième rapport périodique du Cameroun À sa trente-huitième session (A/62/44, par. 23 et 24), le Comité contre la torture a mis

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LA PRESCRIPTION DE L ACTION PUBLIQUE EN MATIÈRE DE VIOL n LC 178 Octobre 2007 - 3 - LA PRESCRIPTION DE L ACTION PUBLIQUE EN MATIÈRE DE VIOL

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I CHAMPS D APPLICATION ET INTERPRÉTATION...2

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I CHAMPS D APPLICATION ET INTERPRÉTATION...2 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I CHAMPS D APPLICATION ET INTERPRÉTATION...2 1. Objet...2 2. Interprétation...3 3. Champ d application...3 4. Définition...3 CHAPITRE II MESURES...3 Section I : Comité de sélection...3

Plus en détail

I. Pourquoi le code mondial est-il un outil d excellence pour renforcer l efficacité de l exécution?

I. Pourquoi le code mondial est-il un outil d excellence pour renforcer l efficacité de l exécution? 1 Premier forum mondial sur l exécution : l efficacité des procédures civiles d exécution en Europe Des outils pour renforcer l efficacité de l exécution Les nouveaux outils : le Code mondial de l exécution

Plus en détail

BAREME DES SANCTIONS DE REFERENCE

BAREME DES SANCTIONS DE REFERENCE BAREME DES SANCTIONS DE REFERENCE Pour la Ligue de Paris Ile de France INTRODUCTION Le présent barème énonce à titre indicatif les sanctions disciplinaires infligées à l encontre des clubs de football,

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-156 DU 12 NOVEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2014-156 DU 12 NOVEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2014-156 DU 12 NOVEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Commission consultative des Droits de l Homme. du Grand-Duché de Luxembourg. Avis. sur

Commission consultative des Droits de l Homme. du Grand-Duché de Luxembourg. Avis. sur Commission consultative des Droits de l Homme du Grand-Duché de Luxembourg Avis sur le projet de loi 6761 portant mise en œuvre de certaines dispositions de la Résolution 2178 (2014) du Conseil de sécurité

Plus en détail

Règlement d INTERPOL sur le traitement des données

Règlement d INTERPOL sur le traitement des données Règlement d INTERPOL sur le traitement des données TABLE DES MATIERES PRÉAMBULE... 7 Article 1 : Définitions... 7 Article 2 : But... 8 Article 3 : Objet... 8 Article 4 : Champ d application... 8 TITRE

Plus en détail

RÉPUBLIQUE DE MOLDOVA

RÉPUBLIQUE DE MOLDOVA COMITÉ D EXPERTS SUR L ÉVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DES CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME (MONEYVAL) MONEYVAL(2012)28 SUMM Rapport de la 4 e visite d évaluation Résumé Lutte

Plus en détail

OBJET : Avis d initiative relatif au traitement de données à caractère personnel réalisé par les sociétés privées d'intérim.

OBJET : Avis d initiative relatif au traitement de données à caractère personnel réalisé par les sociétés privées d'intérim. AVIS N 08 / 2002 du 11 février 2002. N. Réf. : 10 / A / 2001 / 051 / 003 OBJET : Avis d initiative relatif au traitement de données à caractère personnel réalisé par les sociétés privées d'intérim. La

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL15-020 TITRE : POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 2 février 2015 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI

Plus en détail

POLITIQUE D ACCÈS AUX DOCUMENTS ET DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

POLITIQUE D ACCÈS AUX DOCUMENTS ET DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS POLITIQUE D ACCÈS AUX DOCUMENTS ET DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS Adoptée par le Comité de direction le 8 novembre 2007 Adoptée par le Conseil d administration le 19 décembre 2007 Table des

Plus en détail

PROJET DE LOI Volet «Réforme du système d inspection du travail» ------ Article xx (à compléter)

PROJET DE LOI Volet «Réforme du système d inspection du travail» ------ Article xx (à compléter) REPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Version soumise à la consultation du CNIT 21 novembre 2013 NOR : [ ] PROJET DE LOI Volet «Réforme

Plus en détail

Décide : Article 1 er

Décide : Article 1 er Décision du 16 février 2016 relative aux modifications des règles de fonctionnement d Euroclear France en sa qualité de dépositaire central de titres concernant la désignation du dépositaire central de

Plus en détail

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants NATIONS UNIES CAT Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants Distr. GÉNÉRALE CAT/C/MUS/Q/3 20 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CONTRE LA

Plus en détail

COREE EXAMEN DE L APPLICATION DE LA CONVENTION ET DE LA RECOMMANDATION DE 1997

COREE EXAMEN DE L APPLICATION DE LA CONVENTION ET DE LA RECOMMANDATION DE 1997 COREE EXAMEN DE L APPLICATION DE LA CONVENTION ET DE LA RECOMMANDATION DE 1997 A. APPLICATION DE LA CONVENTION Questions de forme La Corée a signé la Convention le 17 décembre 1997 et a déposé son instrument

Plus en détail

Luxembourg. Rapport d évaluation mutuelle Synthèse du rapport. Lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Luxembourg. Rapport d évaluation mutuelle Synthèse du rapport. Lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme GROUPE D ACTION FINANCIERE Rapport d évaluation mutuelle Synthèse du rapport Lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Luxembourg 19 février 2010 Le Luxembourg est un membre

Plus en détail

Convention sur la notification rapide d un accident nucléaire

Convention sur la notification rapide d un accident nucléaire Convention sur la notification rapide d un accident nucléaire Signification de la Convention : La Convention renforce l intervention internationale en cas d accident nucléaire en prévoyant un mécanisme

Plus en détail

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL 2006, PORTANT DIRECTIVES GENERALES AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT, AUX BANQUES NON RESIDENTES ET A L OFFICE NATIONAL DES

Plus en détail

LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES, VU la Constitution ;

LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES, VU la Constitution ; DECRET Nº 2014-563/PRES du 03 juillet 2014 promulguant la loi n 022-2014/AN du 27 mai 2014 portant prévention et répression de la torture et des pratiques assimilées. JO N 36 DU 04 SEPTEMBRE 2014 LE PRESIDENT

Plus en détail

L élargissement des procédures aux risques psychosociaux requiert une modification de votre règlement de travail. Dès lors, nous vous conseillons :

L élargissement des procédures aux risques psychosociaux requiert une modification de votre règlement de travail. Dès lors, nous vous conseillons : http://www.lecap.be/ Octobre 2014 /2 Madame, Monsieur, La loi sur le bien-être du 4 août 1976 consacre un chapitre entier aux mesures que l'employeur doit prendre afin d'éviter que ses collaborateurs ne

Plus en détail

CONCLUSIONS ET PLAN D ACTION DU CONSEIL EUROPEEN EXTRAORDINAIRE DU 21 SEPTEMBRE 2001

CONCLUSIONS ET PLAN D ACTION DU CONSEIL EUROPEEN EXTRAORDINAIRE DU 21 SEPTEMBRE 2001 CONCLUSIONS ET PLAN D ACTION DU CONSEIL EUROPEEN EXTRAORDINAIRE DU 21 SEPTEMBRE 2001 Le Conseil européen s est réuni le 21 septembre 2001 en session extraordinaire afin d analyser la situation internationale

Plus en détail

La loi fédérale du 12 décembre 2014 sur la mise en œuvre des recommandations du GAFI, révisées en 2012

La loi fédérale du 12 décembre 2014 sur la mise en œuvre des recommandations du GAFI, révisées en 2012 La loi fédérale du 12 décembre 2014 sur la mise en œuvre des recommandations du GAFI, révisées en 2012 Dr Riccardo Sansonetti Chef de la section criminalité financière Secrétariat d'etat aux questions

Plus en détail

DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012

DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012 _ DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012 1. Le Programme 1.1. Description du Programme Le programme IntégraTIon Montréal est une mesure financière incitative auprès des employeurs

Plus en détail

Quelques éléments de la Convention de Genève pour la protection des réfugiés

Quelques éléments de la Convention de Genève pour la protection des réfugiés Quelques éléments de la Convention de Genève pour la protection des réfugiés Qui est protégé par la Convention de Genève La Convention de Genève vise à protéger les réfugiés. Elle protège leurs droits,

Plus en détail

Mécanismes internationaux pour la promotion de la liberté d expression DÉCLARATION CONJOINTE RELATIVE AUX CRIMES CONTRE LA LIBERTÉ D EXPRESSION

Mécanismes internationaux pour la promotion de la liberté d expression DÉCLARATION CONJOINTE RELATIVE AUX CRIMES CONTRE LA LIBERTÉ D EXPRESSION Mécanismes internationaux pour la promotion de la liberté d expression DÉCLARATION CONJOINTE RELATIVE AUX CRIMES CONTRE LA LIBERTÉ D EXPRESSION Le Rapporteur spécial des Nations Unies (ONU) sur la promotion

Plus en détail

N 736 (rectifié) ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 736 (rectifié) ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 736 (rectifié) ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 20 février 2013. PROJET DE LOI portant diverses dispositions

Plus en détail

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Chili: mandat proposé pour les travaux du Comité spécial

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Chili: mandat proposé pour les travaux du Comité spécial Nations Unies A/AC.261/IPM/25 Assemblée générale Distr.: Générale 7 décembre 2001 Français Original: Espagnol Réunion préparatoire informelle du Comité spécial chargé de négocier une convention contre

Plus en détail

La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance

La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance Livret à destination des encadrants présents sur le terrain Pourquoi ce livret? La spécificité des entreprises de l industrie des

Plus en détail

ASSOCIATION QUÉBÉCOISE RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX RÉVISION G

ASSOCIATION QUÉBÉCOISE RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX RÉVISION G ASSOCIATION QUÉBÉCOISE RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX RÉVISION G Historique des révisions Révision Date Désignation Commentaire Initiale 6 Décembre 2004 1 ère adoption NA. A 29 Août 2006 B 14 Juin 2007 B-1 19 Juin

Plus en détail

APPEL A PROJETS Mesures d accompagnement social personnalisé (MASP) 2016-2018

APPEL A PROJETS Mesures d accompagnement social personnalisé (MASP) 2016-2018 APPEL A PROJETS Mesures d accompagnement social personnalisé (MASP) 2016-2018 La loi n 2007-308 du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs dispose que «toute personne majeure

Plus en détail

La réponse policière àla criminalité organisée transfrontalière dans

La réponse policière àla criminalité organisée transfrontalière dans La réponse policière àla criminalité organisée transfrontalière dans l espace CEDAO Mahamadou Z. SIDIBE Commissaire Divisionnaire de Police Chef du BCN INTERPOL/ Bamako Aperçu sur INTERPOL Présentation

Plus en détail

CONSULTATION SUR L ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services 6.10.

CONSULTATION SUR L ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services 6.10. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services INSTITUTIONS FINANCIÈRES Opérations avec les particuliers, politique des consommateurs et systèmes de paiement 6.10.2010 CONSULTATION

Plus en détail

Loi fédérale sur les professions relevant du domaine de la psychologie *

Loi fédérale sur les professions relevant du domaine de la psychologie * Loi fédérale sur les professions relevant du domaine de la psychologie * (Loi sur les professions de la psychologie, LPsy) 935.81 du 18 mars 2011 (Etat le 1 er septembre 2013) L Assemblée fédérale de la

Plus en détail

Rôle du dépositaire. Directive OPCVM V - Directive 2014/91/UE du 23 juillet 2014- Directive AIFM - Directive 2011/61/UE du 8 juin 2011- Désignation

Rôle du dépositaire. Directive OPCVM V - Directive 2014/91/UE du 23 juillet 2014- Directive AIFM - Directive 2011/61/UE du 8 juin 2011- Désignation Rôle du dépositaire Désignation Déontologie Art.22 ( 1.2) Désignation Les sociétés d investissement et, pour chacun des fonds communs de placement qu elles gèrent, les sociétés de gestion veillent à ce

Plus en détail

Le Comité des Ministres, conformément à l article 15.b du Statut du Conseil de l Europe,

Le Comité des Ministres, conformément à l article 15.b du Statut du Conseil de l Europe, Recommandation CM/Rec(2009)4 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l éducation des Roms et des Gens du voyage en Europe (adoptée par le Comité des Ministres le 17 juin 2009, à la 1061e réunion

Plus en détail

protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail

protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail ANNEXE AU RÈGLEMENT DE TRAVAIL ; protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail Domaine d application L employeur et

Plus en détail

Génération responsable LE CODE ÉTHIQUE. du groupe Generali

Génération responsable LE CODE ÉTHIQUE. du groupe Generali Génération responsable LE CODE ÉTHIQUE du groupe Generali Assicurazioni Generali S.p.A. Piazza Ducca degli Abruzzi, 2 34132 Trieste Italie Approuvé par le Conseil d Administration Milan, le 12 mai 2010

Plus en détail

Les IX Recommandations Spéciales

Les IX Recommandations Spéciales Financial Action Task Force Groupe d action financière Normes du GAFI Les IX Recommandations Spéciales 22 October 2004 1 2010 GAFI/OCDE Recommandations Spéciales du GAFI sur le financement du terrorisme

Plus en détail