LA VERITABLE EGALITE EST-ELLE SOUHAITABLE?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA VERITABLE EGALITE EST-ELLE SOUHAITABLE?"

Transcription

1 LA VERITABLE EGALITE EST-ELLE SOUHAITABLE? Vincent Aubert, chercheur-associé à Etopia Décembre 2008

2 Page 1 sur 5 La véritable égalité est-elle souhaitable? La façon dont la question est formulée invite à se demander si l égalité matérielle ou une égalisation très poussée des conditions est souhaitable mais aussi quels sont les liens que l égalité matérielle entretient avec la véritable égalité, celle qu un idéal égalitaire convaincant pourrait mettre en avant. La perspective adoptée sera celle des théories de la justice sociale. Selon nous, une théorie de la justice se doit de proposer les grandes lignes d une «utopie réaliste», un monde social possible et stable dont les principales institutions politiques, sociales et économiques seraient moralement fondées à exiger l allégeance des personnes. Vue d une autre façon, une théorie de la justice doit permettre d arbitrer entre les revendications des individus à l égard des institutions et des autres individus et, pour faire vite, elle le fait en s occupant des principes généraux amenés à régir la distribution des droits, des devoirs et des avantages socio-économiques. Egalité et justice : des concepts incontournables aux multiples acceptions Depuis l Antiquité, l égalité est liée avec la justice et le registre de la justice est souvent utilisé pour dénoncer les inégalités. Sans faire un historique de la notion d égalité, il est intéressant de remarquer que l égalité est une référence incontournable de la pensée et des luttes politiques et sociales depuis la Révolution Française. Mieux encore, dans nos sociétés pluralistes et démocratiques, il semble impossible de concevoir un programme politique qui ne serait pas fondé sur l égale dignité des citoyens. Comment éviter, lorsqu on cherche à être élu, de se référer à un tel idéal? On peut en fait montrer que toutes les conceptions de la justice qui ont survécu à l épreuve du temps acceptent ou prétendent reconnaître l égalité fondamentale des individus alors que nombre d entre elles pourfendent pourtant l «égalitarisme». On peut aller plus loin et voir que tous les principes de justice habituels lient le résultat juste au fait qu un individu possède, acquière ou reçoive une caractéristique particulière (droits, besoins, mérite ). L idée est que ce qui compte, c est ce qu il a et non qui il est. Une autre personne possédant la même caractéristique devrait être traitée de la même façon et on voit que le principe «traiter de manière semblable les cas semblables» qui renvoie à une égalité procédurale peut être formulé de manière à être implicite dans la plupart des théories de la justice. Enfin, on peut également montrer que toutes les théories contemporaines de la justice comportent une dimension égalitaire. Les libertariens, que l on peut considérer comme des anarchistes de droite ou des anarcho-capitalistes, prétendent par exemple que les hommes sont égaux en droits et que ces droits sont de nature à rendre illégitime toute redistribution. Pour certains libéraux et républicains, l égalité doit être celle des citoyens d une démocratie soumise aux réquisits de l Etat de droit. Pour des utilitaristes qui se préoccupent de maximiser le bien-être global de la société, chacun doit compter pour un et personne pour plus d un lorsqu il s agit d évaluer le bien-être collectif On pourrait multiplier les conceptions incompatibles de l égalité et il faut reconnaître qu il n y a pas de consensus sur ce que la notion d égalité recouvre. Les malentendus sont permanents entre

3 Page 2 sur 5 partisans et détracteurs de l égalité et il en est de même pour ce qui est de la liberté et de la démocratie qui ont également une force rhétorique considérable dans les débats politiques. Comment élaborer une conception égalitariste de l égalité? Si la plupart des théories de la justice contiennent une conception de l égalité, les égalitaristes doivent préciser ce qui les distingue de leurs concurrents. Pour ce faire, ils doivent certes proposer une conception égalitariste de l égalité mais surtout affirmer qu une société juste est une société qui met en œuvre cette conception. Quels peuvent en être les principes directeurs? Les théoriciens contemporains de l égalité distinguent tout d abord l égalité de l identité : l égalité désigne une relation entre des objets différents et, si l on veut affirmer que les hommes sont égaux, on présuppose donc qu ils sont différents. Ainsi, avec ce concept d égalité, l égalité absolue est un non-sens. Il faut ensuite se demander quels sont les sujets moraux qui peuvent prétendre à l égalité. L égalité, d accord, mais entre qui? C est ici qu il faudrait réfléchir à ce qui nous distingue fondamentalement des animaux. Un philosophe comme Peter Singer a bien montré que si l on interprétait l égalité comme renvoyant à un principe d égale considération des intérêts, il ne fallait pas se soucier du porteur de ces intérêts, ce dernier pouvant par exemple être un animal ayant un intérêt à éviter la souffrance. Si on met de côté le cas des animaux et qu on se limite aux êtres humains, de nouvelles questions surgissent immédiatement. L égalité concerne t-elle les citoyens d une société politique donnée ou s applique-t-elle indifféremment aux citoyens du monde? Concerne-t-elle les générations qui se succèdent ou bien les seuls vivants qui cohabitent au sein des mêmes institutions? Concerne t-elle des individus ou des groupes socioculturels? Après tout, ce sont souvent les groupes qui soulèvent des questions de justice. Selon le point de vue défendu ici, une théorie de la justice doit uniquement se préoccuper de justifier le sort que les institutions réservent aux individus. Il est alors impossible de faire une différence morale fondamentale entre deux individus qui sont nés dans des sociétés différentes. Selon nous, on ne peut pas éviter de partir de la question de la justice globale. Même si nous nous limiterons ici au cas d une société politique particulière, il n y a aucune raison d exclure a priori certaines personnes du processus de justification et les frontières ou les critères de citoyenneté doivent pouvoir être justifiés. Précisons également que cette façon d aborder la justice n empêche aucunement de reconnaître que les victimes d injustices le sont en tant que membres d un groupe particulier. Une femme ne peut par exemple pas se sentir en sécurité si elle sait que les femmes en général ne le sont pas et ce, même si elle bénéficie à titre contingent de conditions de vie bien meilleures que la moyenne des citoyens. Enfin, cette façon d aborder la justice sociale ne s oppose en rien à ce que nous ayons des attachements personnels ou culturels. Tout ce qui compte, c est que ces attachements soient bien valorisés par les personnes qui composent la société. Ces précisions étant faites, on peut revenir sur le désaccord concernant la dimension de l existence socio-politique des personnes qu il convient d égaliser et se demander ce que pourrait être une conception égalitariste satisfaisante de la justice.

4 Page 3 sur 5 On peut d abord penser que le noyau de l idéal égalitariste consiste à traiter les individus comme des égaux et non à les traiter également et que cet idéal doit concerner l ensemble de la structure sociale. Ce n est pas seulement l organisation du gouvernement mais toutes les institutions fondamentales de la société qui doivent être conçues pour accueillir une coopération entre égaux et l idée est à la fois de considérer que l égalité doit être celle des citoyens tout au long de leur vie et qu elle doit demeurer effective dans l ensemble du monde social. En revanche, l idéal égalitaire ne porte pas selon nous sur la distribution d un avantage à un moment particulier dans une situation particulière mais plutôt sur la qualité de la vie des personnes - et celles-ci peuvent faire des choix et en assumer les conséquences - de leur naissance à leur mort. Hiérarchies et inégalités doivent être justifiées mais il en est de même de l égalité pour ce qui concerne les relations sociales particulières. Il faut alors faire attention en appliquant l idéal égalitaire à des institutions particulières. Donnons trois exemples : 1. Une association que personne n est forcé de rejoindre nous semble pouvoir être organisée de manière hiérarchique sans contrevenir à l idéal égalitaire. 2. Une université qui voudrait favoriser les étudiants venant de milieux défavorisés ne traiterait pas les étudiants également mais on pourrait très bien affirmer qu elle contribue ainsi à un système social plus général qui vise à faire de tous les citoyens des égaux. L égalité fondamentale doit être celle des citoyens et non, directement, celle des étudiants. 3. Un système de bourses octroyées à tous les étudiants indépendamment de leurs besoins traiterait tous les étudiants également sans être l expression la plus facile à défendre de l idée selon laquelle des citoyens égaux ne doivent pas être privés de l accès à l université du seul fait de leur extraction sociale. L idée générale est de compter sur la possibilité d une division institutionnelle et morale du travail dans la société pour permettre au système social de servir un idéal égalitaire s appliquant à des citoyens qui cumulent de nombreux rôles sociaux différents. Rechercher les conditions d une égalité large permet également de rendre l égalitarisme compatible avec la poursuite d autres valeurs. La plupart des égalitaristes contemporains reconnaissent d autres biens que l égalité et ils mettent tous en avant l importance morale du choix et de la responsabilité. Toutes choses égales par ailleurs, ils considèrent plutôt qu il est mal qu un individu soit moins bien loti qu un autre sans faute ni choix de sa part. Ils essaient alors d éliminer les désavantages qui résultent de circonstances pour lesquelles les individus ne peuvent pas être tenus pour responsables comme leur extraction sociale, leurs dons innés ou encore le hasard et ils affirment rendre ainsi justice aux deux faces de l idéal de la responsabilité. Ils postulent donc que les être humains sont responsables de certaines inégalités qui résultent de leurs décisions et ils essaient d égaliser les seules opportunités d accès au bien-être ou aux ressources. Ils estiment également que les objets de l égalisation doivent servir les vrais intérêts des personnes et que l égalité ne doit pas être obtenue en égalisant «vers le bas» quand l égalisation «vers le haut» est impossible. Dans une société composée de voyants et d aveugles, la justice égalitariste n exigerait donc pas que l on mutile les voyants s il s avérait impossible d aider les aveugles. Arrivé à ce point, il faut à nouveau se demander ce qu implique l égalité. Dans les débats politiques, l égalitarisme est le plus souvent associé à la réduction des inégalités sociales existantes et, dans ce sens, l égalitariste ne veut rien égaliser. Il n est qu un «inégalitariste» d un genre particulier qui, souvent, ne voit dans les inégalités que de simples possibilités d amélioration du sort des plus défavorisés. Rendre les conditions plus

5 Page 4 sur 5 égales peut être défendu par ceux qui recherchent l égalité pour elle-même, par ceux pour qui l égalité d une certaine dimension de l existence n est qu un moyen de procurer d autres biens fondamentaux et, enfin, par ceux qui ne veulent que s assurer que tous les citoyens auront les ressources nécessaires à une certaine autonomie privée et politique. L égalité devant la loi et l égalité de statut protégeant les citoyens de la subordination que les républicains défendent sont par exemple des moyens de réaliser leur conception de la liberté selon laquelle on est libre pour autant que l on n est pas soumis à la volonté arbitraire d autrui. Pour Rousseau, l égalité implique par exemple que "nul citoyen ne [doit être] ( ) assez opulent pour en pouvoir acheter un autre, et nul assez pauvre pour être contraint de se vendre". Les inégalités matérielles ne sont donc pas forcément injustes et l égalité n est pas valorisée pour elle-même. Nombreux sont également ceux qui affirment que la question fondamentale n est pas une question de comparaison entre les personnes. Pour ces philosophes, on ne peut pas savoir s il est injuste qu un individu ait moins qu un autre indépendamment de ce qu il a déjà. La richesse des mieux lotis n est alors au mieux qu un moyen et ce qui compte avant tout ce n est pas que tout le monde ait la même chose, encore moins que les plus riches aient moins mais que tout le monde ait assez ou que l on accorde une certaine priorité aux revendications des moins bien lotis. Ce déplacement de la perspective égalitariste leur permet alors de reconnaître comme justes certaines inégalités fonctionnelles qui contribuent à améliorer les attentes des plus défavorisés. Dans ce cas, l inégalité n est pas forcément problématique et ce qui importe plutôt c est qu elle soit contrôlée par les intérêts de tous. Ces formes d égalitarisme en profitent alors pour prendre de la distance par rapport à l égalité radicale des conditions que personne n a jamais défendue sérieusement. L égalitarisme libéral A ce stade, on peut préciser un peu plus le contenu d une théorie de la justice que l on qualifie d «égalitariste libérale». Selon cette théorie, les membres d une société juste doivent se considérer mutuellement comme des égaux et les arrangements sociaux de la structure sociale dans son ensemble doivent pouvoir être justifiés du point de vue d un individu : Qui n est pas responsable de son extraction sociale, de ses talents innés Dont les perspectives sont influencées, tout au long de sa vie, par la structure sociale au sein de laquelle il évolue. Qui peut assumer une conception de ce qui fait la valeur de la vie humaine, une conception choisie de manière volontariste et critique ou découverte par la réflexion sur une identité proprement constitutive et faite d attachements sociaux et culturels. Cette théorie de la justice demande alors que tous les arrangements sociaux soient justifiés dans les mêmes termes et ce, qu ils favorisent l égalité, la liberté ou n importe quelle valeur sociale. Pour faire (très) bref, deux principes généraux nous semblent pouvoir découler de cette manière de penser la justice sociale : Un principe d égal respect pour les conceptions de la vie bonne qui généralise la laïcité et qui stipule que l Etat doit être neutre par rapport aux engagements fondamentaux des individus concernant le sens qu il convient de donner à sa vie. Précisons que cette théorie de la justice considère à la fois que les personnes ont un intérêt fondamental à mener une vie bonne et qu il convient de distinguer la question du bien réalisé par la société politique - ici, une forme sociale juste - de celle du bien personnel de chacun.

6 Page 5 sur 5 Un principe d égal souci des intérêts de chacun qui stipule que les inégalités liées aux moyens matériels, au pouvoir et aux responsabilités doivent permettre aux individus - et plus particulièrement aux plus défavorisés - de disposer d une solide liberté réelle de choisir la vie qu'ils ont des raisons de valoriser. Cette manière de penser la justice sociale résiste particulièrement bien aux nombreuses critiques opposées traditionnellement à l égalité. Elle distingue notamment la question de l égalité de celle des fins que les personnes veulent poursuivre dans la société et elle se refuse à voir dans l intervention étatique autre chose qu un moyen de réaliser certains bien sociaux pour lesquels elle est en concurrence avec d autres institutions comme le marché, les diverses formes d associations «privées» ou la famille. Plus généralement, elle n est qu un exemple des théories qui pullulent dans la philosophie politique contemporaine et qui affirment que l on peut tout à fait être égalitariste tout en retenant le paradigme d une démocratie constitutionnelle soumise aux réquisits de l Etat de droit et en accordant une place centrale à la liberté individuelle ou à la propriété privée. On peut alors contourner nombre de critiques qui jouent sur les ambiguïtés conceptuelles que nous avons présentées et qui confondent une critique de l égalitarisme avec une critique de théories ou de courants politiques associés, dans l imaginaire collectif, aux luttes pour l égalité. Ces critiques lient en général l égalitarisme à l égalisation absolue des conditions ou à une caricature du socialisme afin de lui opposer, sans qu il y ait là la moindre nécessité conceptuelle, tous les concepts centraux de la tradition libérale. Terminons donc par les grands traits de cette dystopie 1 «socialiste» afin de faire apparaître, en négatif, les stratégies politiques qui nous semblent performantes en matière de promotion de l égalité. La dystopie dénoncée par les critiques de l égalitarisme hypostasie la société et vise à instaurer un contrôle politique absolu et permanent de celle-ci sur ses membres. En pratique, elle considère que les individus doivent se soumettre aux diktats de la majorité, majorité qui peut aisément tout remettre en question en permanence, n être mue que par l envie ou n être qu une agrégation arbitraire d intérêts particuliers. Elle affirme également vouloir maîtriser chaque détail du processus économique et contrôler les prix, les salaires ainsi que les biens produits de manière à accorder à toutes les professions le mérite qu elles s attribuent et ce, même si cela exige d imposer pauvreté et servitude à l ensemble du corps social. Cette dystopie ne se préoccupe ensuite pas uniquement des moyens dont disposent les individus pour réaliser leurs objectifs personnels, elle confond égalisation et uniformisation des vies individuelles et elle opprime les minorités au nom d un «intérêt général» qui n est que le préjugé de la majorité du moment, le résultat de la lutte de diverses factions ou encore une vision parmi d autres de la manière dont l on doit mener sa vie. Cette dystopie est enfin étatiste avant d être égalitariste : tout doit passer par l Etat - fiction par laquelle chacun tente de vivre aux dépens de ses congénères - et peu importe si celui-ci est un puits sans fonds vivant des ressources qu il devrait redistribuer ou utiliser dans l intérêt général. Peu séduisant n est-ce pas? Heureusement pour nous, la véritable égalité est bien souhaitable! 1 Il est d usage d opposer «utopie» et «dystopie», cette dernière renvoyant au pire des mondes. Etymologiquement, la «dystopie» ( le mauvais lieu) s oppose à l «eutopie» ( le bon lieu) et non à l «utopie» ( le lieu qu on ne trouve nulle part).

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

INDEPENDANCE DE L AVOCAT

INDEPENDANCE DE L AVOCAT INDEPENDANCE DE L AVOCAT Pour l avocat français du début de ce siècle, l indépendance est une caractéristique essentielle qui doit concerner l ensemble de notre activité professionnelle. Elle va d une

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Questionnaire Entreprises et droits humains

Questionnaire Entreprises et droits humains Membres du Avec & Asset Management Questionnaire Entreprises et droits humains 1 2 Présentation des organisations Le CCFD-Terre Solidaire est la première association française de développement. Elle a

Plus en détail

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE 25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE Fidèle aux exigences de Liberté, d Égalité et de Fraternité qui le fondent, le Grand Orient de France a pour principe essentiel la liberté absolue

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Avner Levin * * Professeur agrégé et directeur, Privacy and Cyber

Plus en détail

13 NOVEMBRE 2007. Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la

13 NOVEMBRE 2007. Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la 13 NOVEMBRE 2007 Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la C H A R T E E T H I Q U E présentée par François Bayrou au Forum des Démocrates Seignosse 13-16 septembre

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE Les relations au sein de l entreprise tendent à se complexifier depuis quelques années. L ouverture internationale multiplie en effet le

Plus en détail

Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1

Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1 Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1 Das Urheberrecht in einer digitalen Umwelt: die Positionen der IFLA und der UNESCO Jean-Philippe Accart Information

Plus en détail

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux?

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Synthèse L identité d un régime juridique découle des caractéristiques du sujet qu il couvre et non du seul fait que l entité ait la personnalité

Plus en détail

CHAPITRE 3 MÉDECINS ET SOCIÉTÉ

CHAPITRE 3 MÉDECINS ET SOCIÉTÉ 62 CHAPITRE 3 MÉDECINS ET SOCIÉTÉ Face au SIDA Gideon Mendel/CORBIS 63 Manuel d éthique médicale Principales Manuel d éthique caractéristiques médicale de Médecins L éthique et médicale société OBJECTIFS

Plus en détail

Le droit constitutionnel réinterprété

Le droit constitutionnel réinterprété Le droit constitutionnel réinterprété Jérémy MERCIER Selon le philosophe du droit Riccardo Guastini, le droit n est pas un ensemble hiérarchisé de normes mais un langage, utilisé ou manipulé par de nombreux

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Une guerre juste est-elle possible?

Une guerre juste est-elle possible? Pseudonyme : Colombine Nombre de mots : 1942 mots Une guerre juste est-elle possible? 8000 traités de paix ont été dénombrés jusqu à aujourd hui 1. C est dire qu au moins 8000 guerres ont façonné l histoire.

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

Avis n 5 du 9 février 1998 relatif à la protection des inventions biotechnologiques

Avis n 5 du 9 février 1998 relatif à la protection des inventions biotechnologiques COMITE CONSULTATIF DE BIOETHIQUE Avis n 5 du 9 février 1998 relatif à la protection des inventions biotechnologiques Demande d avis, en date du 22 février 1996, de Monsieur Elio Di Rupo, Vice-Premier Ministre,

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

«La stratégie de lutte contre la pauvreté : comparaison France-Québec»

«La stratégie de lutte contre la pauvreté : comparaison France-Québec» «La stratégie de lutte contre la pauvreté : comparaison France-Québec» Lionel-Henri Groulx Nouvelles pratiques sociales, vol. 16, n 2, 2003, p. 211-217. Pour citer ce document, utiliser l'information suivante

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DEVELOPPEMENT LOCAL INCLUSIF?

QU EST-CE QUE LE DEVELOPPEMENT LOCAL INCLUSIF? 4. QU EST-CE QUE LE DEVELOPPEMENT LOCAL INCLUSIF? Un cadre pour une politique de développement local inclusif Le fait de rendre le développement local inclusif pour tous est essentiel pour garantir l égalité

Plus en détail

Qu est-ce qu un avis éthique pour le Comité d éthique de santé publique? sa structure, sa portée

Qu est-ce qu un avis éthique pour le Comité d éthique de santé publique? sa structure, sa portée Qu est-ce qu un avis éthique pour le Comité d éthique de santé publique? sa structure, sa portée Septembre 2003 Analyse et rédaction Lynda Bouthillier Agente de recherche et de planification socioéconomique

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 «POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 (V, 20) C est pour Christ que nous sommes en ambassade, puisque c est Dieu qui appelle par nous. Nous vous (le) demandons pour Christ, réconciliez-vous

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 1 Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 L auteur Loïc Blondiaux est professeur des Universités à l Institut

Plus en détail

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES I. INTRODUCTION Dans le cadre du séminaire d imprégnation des personnels

Plus en détail

Rédiger et administrer un questionnaire

Rédiger et administrer un questionnaire Rédiger et administrer un questionnaire Ce document constitue une adaptation, en traduction libre, de deux brochures distinctes : l une produite par l American Statistical Association (Designing a Questionnaire),

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales Collège des Bernardins, Séminaire sur l autorité Département Sociétés humaines et responsabilités éducatives Séance du 15 Mai 2012 Intervenant et compte rendu : Malik Bozzo-Rey L autorité dans l entreprise

Plus en détail

Déclaration des droits sur Internet

Déclaration des droits sur Internet Déclaration des droits sur Internet 1 Préambule Internet a décisivement contribué à redéfinir l espace public et privé, à structurer les rapports entre les personnes et entre celles-ci et les institutions.

Plus en détail

Chacun peut-il penser ce qu il veut? - Chacun : concerne l individu, pas la collectivité - Peut-il : a) a-t-il la capacité? b) a-t-il le droit?

Chacun peut-il penser ce qu il veut? - Chacun : concerne l individu, pas la collectivité - Peut-il : a) a-t-il la capacité? b) a-t-il le droit? Chacun peut-il penser ce qu il veut? - Chacun : concerne l individu, pas la collectivité - Peut-il : a) a-t-il la capacité? b) a-t-il le droit? - Penser : a) avoir des idées, des opinions b) raisonner,

Plus en détail

Le rôle du syndic. Introduction

Le rôle du syndic. Introduction Le rôle du syndic Introduction Le syndic constitue un concept nouveau dans la société marocaine. Il est apparu avec l apparition de la copropriété. Celle ci a été régie pendant longtemps par le Dahir de

Plus en détail

RECOMMANDATIONS PROPOSÉES

RECOMMANDATIONS PROPOSÉES SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE RECOMMANDATIONS PROPOSÉES (Ce guide doit être utilisé avec le Programme de vérification des syndics) **Ce n est pas nécessaire de le retourner au Bureau national**

Plus en détail

Société canadienne de psychologie

Société canadienne de psychologie Société canadienne de psychologie LIGNES DIRECTRICES CONCERNANT LA PRATIQUE NON DISCRIMINATOIRE Sharon Crozier, Ph.D., Susan Harris, B. Sc. O.T. Carolyn Larse, Ph.D., Jean Pettifor, Ph.D. Lynn Sloane,

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK

ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU COMITÉ PERMANENT DE MODIFICATION DES LOIS EN VUE DE L ADOPTION DU PROJET DE LOI 77, LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE... Faculté de médecine Bureau de l éthique clinique CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...6 JUSTICE

Plus en détail

Schweizerische Gesellschaft für 1.1.1.1.2 P SGP 1.1.1.1.1.1. Société. Suisse de SSP. Code déontologique

Schweizerische Gesellschaft für 1.1.1.1.2 P SGP 1.1.1.1.1.1. Société. Suisse de SSP. Code déontologique SGP Société Suisse de 1.1.1.1.1.1 Schweizerische Gesellschaft für 1.1.1.1.2 P SSP Code déontologique Code déontologique pour les psychologues de la Société Suisse de Psychologie A Introduction et application

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

Une pseudo-science : 1. Pourquoi l astrologie n est pas une science reconnue?

Une pseudo-science : 1. Pourquoi l astrologie n est pas une science reconnue? Une pseudo-science : 1 Pourquoi l astrologie n est pas une science reconnue? Les revendications des astrologues sont rejetées par la communauté scientifique. Néanmoins, l astrologie est populaire. Même

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Arnaud Marchand et Olivier Jérusalmy Réseau Financité L attirance des Belges pour le compte d épargne est loin d être fortuite. Deux facteurs principaux

Plus en détail

John Rawls et le libéralisme égalitaire ----------------------------------------------------------

John Rawls et le libéralisme égalitaire ---------------------------------------------------------- John Rawls et le libéralisme égalitaire ---------------------------------------------------------- «John Rawls. Le libéralisme équitable», Sciences humaines, n 210, 2009, pp. 48-53. Devenu «classique»

Plus en détail

Collection Au Quotidien LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE LES ROMS LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE

Collection Au Quotidien LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE LES ROMS LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE Collection Au Quotidien LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE LES ROMS LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE 1 2 LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE L Europe est, particulièrement

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

1. Politiques en matières d appel. 2. Définitions. 3. Portée de l appel

1. Politiques en matières d appel. 2. Définitions. 3. Portée de l appel 1. Politiques en matières d appel L Association Québec Snowboard ( ci-après désignée par AQS ) reconnaît le droit de tout Membre d en appeler des décisions de l AQS et offre par les présentes un processus

Plus en détail

Rawls et Habermas : le primat du Juste sur le Bien

Rawls et Habermas : le primat du Juste sur le Bien Culture Générale Rawls et Habermas : le primat du Juste sur le Bien Christophe Cervellon Agré de philosophie, ancien élève de l École Normale Supérieure (Ulm). L américain John Rawls (né en 1921) et l

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort L ALLEMAGNE ET L EUROPE. REMARQUES SUR LA DECISION DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE FEDERALE RELATIVE AU TRAITE DE LISBONNE Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* INTRODUCTION La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Débat sur la loi de Santé

Débat sur la loi de Santé Débat sur la loi de Santé TPG Le principe de ce TPG est que le patient n aura plus à avancer les frais pour la consultation. Actuellement, pour une consultation chez le généraliste de 23 : 15,10 e remboursés

Plus en détail

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL Introduction 6 juillet 2012 Introduction Toutes les informations contenues dans ce rapport sont confidentielles et uniquement destinées à la personne ayant rempli le questionnaire.

Plus en détail

Traduire dans l aide sociale

Traduire dans l aide sociale Traduire dans l aide sociale Droits des personnes de langue étrangère et obligations de l état Résumé Jörg Künzli, docteur en droit et professeur, LL.M., avocat, Berne Alberto Achermann, docteur en droit,

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif La recherche du lauréat du prix Nobel de Sciences économiques James Heckman et sa pertinence pour les communautés francophones en milieu

Plus en détail

MÉMOIRE DE L ALLIANCE DES ASSOCIATIONS DE RETRAITÉS SUR LE PROJET DE LOI 55

MÉMOIRE DE L ALLIANCE DES ASSOCIATIONS DE RETRAITÉS SUR LE PROJET DE LOI 55 MÉMOIRE DE L ALLIANCE DES ASSOCIATIONS DE RETRAITÉS SUR LE PROJET DE LOI 55 INTRODUCTION En juin 2005, le gouvernement fédéral déposait un projet de loi sur la refonte des règles sur l insolvabilité afin

Plus en détail

Article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) : Le droit à l éducation

Article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) : Le droit à l éducation Article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) : Le droit à l éducation Observation générale adoptée par le Comité des droits économiques, sociaux et culturels

Plus en détail

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR SOMMAIRE COMMENT SE FAIT LA RECHERCHE SUR UN NOUVEAU MÉDICAMENT?...p. 3 À QUOI SERT LA RECHERCHE?...p. 4 QUELLES SONT LES GARANTIES?...p.

Plus en détail

Volonté générale ou délibération?

Volonté générale ou délibération? VOLONTÉ GÉNÉRALE OU DÉLIBÉRATION? 1 / 16 Volonté générale ou délibération? BERNARD MANIN Esquisse d une théorie de la délibération politique Les controverses théoriques suscitées aujourd hui par la notion

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Colloque AJAR du 5 décembre 2013 Le conseil constitutionnel et l assurance

Colloque AJAR du 5 décembre 2013 Le conseil constitutionnel et l assurance 1 Colloque AJAR du 5 décembre 2013 Le conseil constitutionnel et l assurance Principes constitutionnels et assurances de personnes Le cas des assurances de groupe et des assurances sur la vie par Luc Mayaux

Plus en détail

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur E D I T O Sommaire P1 L édito P2 Révision des classifications et rémunérations minimales : Accord à l unanimité P3 Suite révision des classifications P4 Accord sur la sécurisation de l emploi et le temps

Plus en détail

Transcription médicale: comment faire le bon choix

Transcription médicale: comment faire le bon choix Transcription médicale: comment faire le bon choix La réduction des coûts et l optimisation des investissements sont des préoccupations majeures pour tout entrepreneur qui se respecte. À travers ce document,

Plus en détail

Initiative sur les bourses d études : le mauvais chemin vers l égalité des chances dossierpolitique

Initiative sur les bourses d études : le mauvais chemin vers l égalité des chances dossierpolitique Initiative sur les bourses d études : le mauvais chemin vers l égalité des chances dossierpolitique 30 mars 2015 Numéro 3 Initiative sur les bourses d études L «Initiative sur les bourses d études», déposée

Plus en détail

TREVES VII VERS UNE SIXIEME DIRECTIVE ASSURANCE AUTOMOBILE. Une réglementation pour les remorques

TREVES VII VERS UNE SIXIEME DIRECTIVE ASSURANCE AUTOMOBILE. Une réglementation pour les remorques TREVES VII VERS UNE SIXIEME DIRECTIVE ASSURANCE AUTOMOBILE Une réglementation pour les remorques Convient-il d envisager l adoption de dispositions particulières traitant des remorques dans le cadre d

Plus en détail

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE Bienvenue chez P&V En vous confiant à P&V, vous choisissez un assureur qui recherche avant tout l intérêt de ses assurés. Depuis son origine, en 1907, P&V s appuie sur des valeurs

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

5 postures pour mobiliser le don

5 postures pour mobiliser le don Confiance Sollicitude Réciprocité d engagement Tirer partie de son Relance expérience relationnelle constructive 5 postures pour mobiliser le don Attention à soi Alliance : Lier sans défier Donner Recevoir

Plus en détail

B. L ENGAGEMENT DE PRISE EN CHARGE COMME PREUVE DE MOYENS DE SUBSISTANCE SUFFISANTS (Annexe 3bis)

B. L ENGAGEMENT DE PRISE EN CHARGE COMME PREUVE DE MOYENS DE SUBSISTANCE SUFFISANTS (Annexe 3bis) L ENGAGEMENT DE PRISE EN CHARGE INFORMATION AUX GARANTS (Article 3 bis de la loi du 15 décembre 1980 sur l accès au territoire, le séjour, l établissement et l éloignement des étrangers) Cette information

Plus en détail

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs?

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Problématique : La difficulté lorsque vous vous trouvez face à un tel sujet est de confondre le thème avec le problème du sujet. Ici le thème était

Plus en détail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Document réalisé avec l aide de Philippe BIELEC, Ingénieur Conseil à la Direction des risques professionnels de la

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Conférence de l Arson club du 16 avril 2008 sur la répétibilité des honoraires de l avocat (loi du 21/4/2007).

Conférence de l Arson club du 16 avril 2008 sur la répétibilité des honoraires de l avocat (loi du 21/4/2007). Conférence de l Arson club du 16 avril 2008 sur la répétibilité des honoraires de l avocat (loi du 21/4/2007). 1. Le contexte historique Notre Cour de Cassation a longuement considéré que les frais et

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL»

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» La représentation de l activité des entreprises, dans les normes comptables

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

De quoi l assistance est-elle le minimum?

De quoi l assistance est-elle le minimum? De quoi l assistance est-elle le minimum? Soin, politique et relations sociales Frédéric WORMS Pour Frédéric Worms, l assistance ne doit pas s approcher seulement en termes quantitatifs, comme une prestation

Plus en détail

Commission Statut et Juridique AH-HP. COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS

Commission Statut et Juridique AH-HP. COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS Commission Statut et Juridique AH-HP COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS Février 2010 1 Origine du code de déontologie Faisant

Plus en détail

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps Introduction Y A-T-IL COUPLE? Au fil des siècles et au fil des années, la société se transforme et avec elle, la valeur accordée à la réussite sociale, à la famille mais surtout à l amour. Dans le monde

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

La définition du droit du travail

La définition du droit du travail La définition du droit du travail Fiche 1 Objectifs Identifier l objet du droit du travail et les situations pour lesquelles le droit du travail doit s appliquer. Prérequis Introduction au droit. Mots-clefs

Plus en détail

En face du commanditaire, on met un chef de projet qui connait le domaine (banque, administration, etc.)

En face du commanditaire, on met un chef de projet qui connait le domaine (banque, administration, etc.) Atelier «Science du projet» séance 4 8 novembre 2008 Compte rendu 1. Sébastien Larribe : la méthode AGILE, méthode de gestion de projet Sébastien Larribe part de l hypothèse que des méthodes de conception,

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

cet article est la réimpression par Routledge, Londres, 1990 (ci-après CoL).

cet article est la réimpression par Routledge, Londres, 1990 (ci-après CoL). E xiste-t-il un impôt juste? Il est vrai qu il peut être pratique d avoir recours à la coercition étatique pour financer services et biens publics afin d éviter le problème des passagers clandestins et

Plus en détail

STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017

STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017 STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017 STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017 Conseil de l Europe Edition

Plus en détail

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg LES DROITS CULTURELS Déclaration de Fribourg Les droits culturels, Déclaration de Fribourg, page 2 considérants 1 principes fondamentaux 2 définitions justifications principes et définitions 3 identité

Plus en détail

La société interprofessionnelle de soins ambulatoires 12 /2012. Jean VILANOVA Juriste jean.vilanova@ca-predica.fr

La société interprofessionnelle de soins ambulatoires 12 /2012. Jean VILANOVA Juriste jean.vilanova@ca-predica.fr La société interprofessionnelle de soins ambulatoires 12 /2012 Jean VILANOVA Juriste jean.vilanova@ca-predica.fr Le décret n 2012-407 du 23 /03 /2012 (JO du 25 /03) relatif aux sociétés interprofessionnelles

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail