La Comédie des fonds de pension

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Comédie des fonds de pension"

Transcription

1 La Comédie des fonds de pension Synthèse de l ouvrage de Jacques Nikonoff, Arléa, 1998 Membre du Conseil scientifique d ATTAC, professeur associé à l université Paris 8 Ancien représentant de la Caisse des dépôts aux États-Unis I. LES FONDS DE PENSION SONT DANGEREUX A. Les fonds de pension provoqueraient une baisse du montant des retraites Une masse de capitaux provenant des fonds de pension et s investissant sur le marché des actions provoquera une montée des cours, c est-à-dire la constitution d une bulle financière. Après avoir été surévalué au moment du lancement des fonds de pension, le prix des actions connaîtra une sous-évaluation au moment du départ en retraite des générations de baby-boomers, et donc une baisse du montant des retraites. B. Les salariés et retraités supporteraient tous les risques boursiers Dès qu un système de retraites est organisé selon le principe des cotisations définies, il est conçu pour transférer les risques financiers et boursiers des entreprises vers les salariés et retraités. Plus généralement, tout système de retraite créé sur la base du volontariat que ce soit celui des entreprises ou celui des individus est intrinsèquement inégalitaire puisqu il présente deux inconvénients majeurs : écarter les catégories populaires et supprimer la solidarité interne au système. Le choix d un système de retraite se résume à la question suivante : qui doit garantir les retraites? les marchés financiers? l État? les entreprises? les caisses de retraite? la Sécurité sociale? les individus eux-mêmes? Cette question n a pas été posée car, pour les «experts», elle ne se posait même pas : Sans débat, la réponse était déjà prévue, les retraites ne doivent pas être garanties, elles doivent dépendre de plus en plus des marchés financiers. C. Les fonds de pension aggravent les inégalités L expérience des États-Unis, sur laquelle les experts du Plan et du Conseil d analyse économique et du commissariat au Plan ont jeté un voile pudique et pour cause démontre l échec social des fonds de pension américains qui sont une source majeure d aggravation des inégalités : La proportion des salariés couverts par un fonds de pension est en baisse : 53 % en 1987, 40 % en Le montant de la retraite est de moins en moins fixé à l avance et de plus en plus déterminé par les performances des marchés financiers : en 1989, 28 % des salariés étaient couverts par un fonds à prestations définies ; ils ne sont plus que 19 % en Les salariés des PME sont particulièrement défavorisés : seulement 6,2 % des entreprises de moins de 25 salariés disposent d'un fonds de pension (15 % pour les entreprises de moins de 500). Le montant des retraites fluctue. En 1994, le revenu médian des personnes âgées de plus de 65 ans n avait pas encore rattrapé le niveau de Créer en France des fonds de pension ne pourrait qu aboutir aux mêmes résultats : un système conçu pour les 20 % de la population la plus riche. D. Les fonds de pension déstabilisent les marchés financiers internationaux Les investisseurs institutionnels et particulièrement les fonds de pension américains représentent des concentrations de capitaux encore jamais atteintes dans l histoire. C est une des causes principales de

2 2 l instabilité financière mondiale qui explique le freinage de la production, de la croissance et de la consommation. Parmi les acteurs financiers américains, trois jouent un rôle particulier dans la spéculation et la déstabilisation des marchés : les Hedge funds (fonds de performance), les Mutual Funds (fonds mutuels, équivalent aux SICAV françaises) et les Pension funds (fonds de pension). Ce triangle de la spéculation diffuse de nombreux types de perturbations. Créer en France des fonds de pension ne ferait qu ajouter des éléments d instabilité alors qu il convient, tout au contraire, de recréer de la stabilité et de la sécurité, partout et pour tous. E. Le corporate governance va financiariser les entreprises de manière croissante Le corporate governance ( dont la mauvaise traduction française est gouvernement d entreprise alors qu il vaudrait mieux parler de contrôle des entreprises ) est l action des fonds de pension américains, particulièrement des fonds de pension publics, qui vise à maximiser les rendements des actions des entreprises dont ils sont actionnaires. Pour atteindre cet objectif, les fonds de pension tentent de contrôler les entreprises et leurs équipes dirigeantes afin qu ils adaptent la gestion pour la financiariser. Le corporate governance est une pratique destructrice pour les entreprises et leurs salariés. L augmentation de la valeur boursière, en effet, est obtenue artificiellement par diverses manipulations. Ensuite et parallèlement, la hausse de la valeur boursière s obtient en faisant pression sur l emploi et les rémunérations des salariés des entreprises ciblées par le corporate governance. Ainsi le maintien de la retraite des uns est obtenu par la baisse des salaires, de l emploi et de la retraite des autres. Cette évolution conduit certains économistes Américains à parler de capitalisme fiduciaire. L analyse de l économiste français Michel Aglietta, dans une note de la Fondation Saint-Simon, fait un contresens fondamental quand il parle de capitalisme patrimonial dans la mesure où les salariés posséderaient désormais la majorité des actions des entreprises, c est-à-dire du patrimoine. En réalité, Le nouveau capitalisme qui naît sous nos yeux n a rien de patrimonial : il est fictif. C est du patrimoine-papier. Les salariés, certes, sont censés détenir des actions du patrimoine dans le cadre de leurs fonds de pension ou de leurs fonds mutuels. Mais comme dans le cas des contrats d assurance, ils n ont aucun droit de regard sur le capital qu ils détiennent. Ils ne sont absolument pas consultés sur les investissements réalisés pour leur compte. Ce capital est largement fictif dans la mesure où certains fonds de pension, au moment de la retraite, ne payent pas un capital mais une rente. Le fait nouveau ne réside pas dans l apparition d un patrimoine qui donnerait la propriété du capital aux salariés, mais en son contraire. Les autorités publiques et les milieux économique sont parvenus à empêcher les salariés d exercer le pouvoir sur les actions qu ils détiennent. Car les SICAV, les contrats d assurance, les dispositifs d épargne retraite, d intéressement et de participation se sont limités à donner des revenus provenant de titres financiers au détriment, d ailleurs, des salaires mais sans jamais donner le pouvoir attaché aux actions. Tous ces dispositifs ont ceci de commun qu ils ont été précisément conçus pour capter l argent de l épargne en usurpant le pouvoir que donne l épargne. II. LES FONDS DE PENSION SONT INEFFICACES A. Leurs performances financières sont médiocres L affirmation des partisans des fonds de pension qui prétendent que le rendement des systèmes de retraite en capitalisation serait celui des marchés financiers est contestable. Les raisonnement comme les chiffres donnés notamment par le CAE sont faux : les actions françaises ont un rendement historiquement plus faible que ce que prétend le CAE qui l établit, de 1973 à 1995, à 6,2 %. Les mesures de performances des actions françaises font l objet d une véritable cacophonie comme deux études sur les actions françaises,

3 3 inflation déduite, le montrent, qui donnent 0 % (sur 150 ans), et 3,82 % (sur 22 ans) en retranchant les frais administratifs et l impact de la fiscalité. Les chiffres de Davanne et Lorenzi sont nettement supérieurs à d autres chiffres donnés aux États-Unis en matière de rendement des actions américaines. Les travaux du consultant américain Ibbotson donnent un résultat net sur la période allant de 1926 à 1994, pour les actions, de 4,46 %. Le prix des actions sur le long terme va refléter la croissance des bénéfices des entreprises. Et comme la croissance des bénéfices des entreprises, à son tour, va refléter sur le long terme la croissance de l économie en général, l augmentation du prix des actions tournera autour de 1,5 % à 2 %. Il apparaît donc que le raisonnement qui consiste à s appuyer sur des rendements passés pour prédire des rendements futurs n est plus pertinent, s il ne l a d ailleurs jamais été. Ce qui a changé entre le passé et ce qui est présenté comme étant le futur, c est la baisse relative de la croissance économique. On ne peut obtenir les mêmes rendements boursiers dans un contexte de forte croissance économique et dans un contexte de faible croissance économique. A moins de croire, comme certains économistes, à la magie des marchés financiers qui créeraient sur longue durée du rendement en dehors de toute réalité matérielle. Ou à moins de faire baisser encore la part des salaires dans la valeur ajoutée. Les performances des fonds de pension américains sont faibles comme le montrent des études inédites en France, réalisées par le ministère du Travail des États-Unis. B. Les fonds de pension seraient incapables de payer une rente de francs par mois à tous les retraités Une étude a cherché à savoir De quelles réserves devraient disposer les fonds de pension, en régime de croisière, pour assurer un niveau donné de revenu aux personnes âgées? Cette question, curieusement, n a pas été abordée par le Conseil d analyse économique et le commissariat au Plan. Admettons qu un fonds de pension ( par exemple le fonds de réserve créé par Martine Aubry ) se propose de servir une rente mensuelle de francs à toutes les personnes âgées de 60 ans et plus Quel est le capital total devant être épargné pour payer ces rentes? Le paiement par les fonds de pension d une rente modeste de francs par mois pour tous les retraités Français n apparaît pas possible. Les fonds de pension sont donc des instruments destinés à une minorité : les 10 % ou 20 % de la population la plus riche. Pourquoi le Conseil d analyse économique et le commissariat au Pan n ont-ils pas fait le calcul pour le fonds de pension créé par Martine Aubry à l intérieur même de la Sécurité sociale? III. LES FONDS DE PENSION SONT INUTILES A. Ils ne présentent aucun avantage démographique Les pensions qui seront versées en 2040 dépendront des conditions économiques de 2040, quelle que soit la technique financière utilisée. Comme tout inactif, le retraité vit d un prélèvement monétaire opéré sur la richesse produite par les actifs du moment : ceux de Un particulier aura peut-être l illusion de mettre son pouvoir d achat en boîte avec son épargne, et donc d autofinancer sa retraite. Pourtant, sauf à garder les billets dans sa lessiveuse, ce mécanisme suppose que le jour venu ce particulier trouve, directement ou indirectement, des actifs producteurs de revenus primaires prêts à lui racheter ses biens. Ces opérations se font aux conditions de marché. L argument selon lequel nous serions obligés de changer de système de retraite et de faire de la capitalisation parce que nous avons un problème démographique est totalement absurde. Les évolutions démographiques n imposent qu une chose : que la part du PIB versée aux retraités s accroisse.

4 4 Pourquoi le commissariat au Plan et le Conseil d analyse économique ont-ils encouragé l idée que les fonds de pension seraient une solution au problème démographique? B. Il n est pas certain que les fonds de pension créent d épargne supplémentaire Parmi les stéréotypes répandus par les partisans des fonds de pension, celui de la nécessité absolue d augmenter l épargne, par principe, est l un des plus plaisants. Pourtant, ni la théorie économique ni les faits ne confortent l idée que la création de fonds de pension provoquerait une augmentation de l épargne, et que cette épargne serait utile au développement économique et social. La création d une épargne supplémentaire serait même une politique dangereuse. Aucun fait ne vient soutenir la thèse du manque d épargne, les faits prouvent exactement le contraire. Ils montrent qu il n existe aucune corrélation entre niveau d épargne et niveau de développement économique. La démonstration s appuie sur la comparaison entre la Suisse, les Pays-Bas et les États-Unis qui ont des fonds de pension et la France qui n en a pas. Les fonds de pension ne créent pas d épargne, comme le prouvent les exemples des États-Unis, de la Grande-Bretagne et du Chili. Les fonds de pension ne peuvent fonctionner que par des subventions publiques. Les demandes exorbitantes que les partisans des fonds de pension présentent régulièrement aux pouvoirs publics pour obtenir des subventions au travers d avantages fiscaux variés et des exonérations de charges sociales qui se traduisent, en fait, par le financement des fonds de pension par l impôt, les régimes de Sécurité sociale ou les caisses complémentaires de retraites. Par ailleurs L attitude de duplicité des partisans des fonds de pension qui se déclarent contre l augmentation des prélèvements obligatoires. Mais si les fonds de pension sont une urgence, le passage à la capitalisation est donc une obligation. L astuce consiste à rendre les fonds de pension quasi obligatoires, sans pour autant que leurs cotisations apparaissent dans les statistiques des prélèvements obligatoires. L État ne finance donc pas l augmentation de l épargne, mais le transfert de l épargne des personnes aux revenus élevés vers les produits les plus avantageux fiscalement. Tout cela n a rien à voir avec la retraite et les politiques sociales. Dans la période de la fin des années 90, l accroissement de l épargne en France présenterait trois inconvénients : déprimer la consommation, exporter l épargne, renforcer la bulle financière. La petite croissance des années 1997 et 1998 a été rendue possible non par le développement de l épargne, mais par l augmentation de la consommation des ménages : Réduire cette consommation par une affectation plus importante du revenu des ménages consacré à l épargne ralentirait la consommation, la croissance et donc l emploi. L Europe en général et la France en particulier sont exportateurs nets de capitaux : Ajouter de l épargne conduirait à financer le développement des États-Unis, pays importateur de capitaux. Il faut au contraire agir de telle manière que les États-Unis financement eux-mêmes leurs investissements. Ajouter de l épargne ne peut que provoquer une augmentation artificielle du prix des actifs financiers sous-jacents : Une telle situation contribuera à déprimer l investissement productif et à favoriser les investissements financiers artificiellement plus rentables dans le court terme. C. Le mythe des besoins en fonds propres pour les grandes entreprises Il n existe aucun automatisme entre capitalisation et épargne longue. La meilleure preuve réside dans le fait que la capitalisation, aux États-Unis comme en France, se traduit par une présence des investissements dans les entreprises allant de 7 à 9 mois. Il est difficile de défendre le point de vue selon lequel ces durées correspondraient à de l épargne longue. Le lien entre épargne et développement des entreprises n est pas non plus automatique : La France connaît un très fort taux d épargne, alors que parallèlement les investissements des entreprises baissent et que le taux de chômage reste particulièrement élevé.

5 5 Au total non seulement à la fin des années 90 les grandes entreprises françaises n ont généralement pas besoin de nouveaux fonds propres, mais favoriser l épargne provoquerait sa fuite à l étranger et le gonflement de la bulle financière. Cette épargne abondante dans les grandes entreprises a joué en réalité contre l emploi, dans la mesure où ces entreprises ont abandonné les investissements productifs, jugés moins rentables, pour s orienter vers des investissements purement financiers (achats d actions notamment). De plus en plus, les besoins en fonds propres évoqués par les partisans des fonds de pension relèvent du mythe. Mais pourquoi cette idée reçue continue-t-elle à prospérer en dépit de faits concordants qui indiquent le contraire? Parce que l on confond les causes et les effets. En France, la faiblesse des investissements tient moins au manque d épargne qu à la faiblesse de la demande (dû au chômage) et au niveau élevé des taux d intérêt réels à long terme. Les entreprises ne freinent pas leurs investissements faute de moyens, mais faute de commandes et parce qu il est plus rentable de se désendetter. Dans ces conditions, travailler au renforcement de la propension à épargner et y consacrer une diminution des ressources fiscales et sociales, serait accentuer les deux facteurs qui bloquent l investissement en enfermant l économie dans le sous-emploi. Si l objectif est la croissance économique, l investissement et l emploi, le lancement des fonds de pension n est pas à conseiller. D. Les fonds de pension n apporteraient aucun financement aux PME Croyant prendre exemple sur les États-Unis, les partisans des fonds de pension affirment que ces derniers apporteront le capital qui manque aux petites et moyennes entreprises françaises. L exemple des États-Unis, précisément, dément formellement cette assertion. Au-delà du cas américain, le mécanisme des fonds de pension à l anglo-saxonne est intrinsèquement contradictoire avec les investissements dans les PME, sauf pour celles susceptibles de parvenir à la cotation en bourse. Mais dans ce cas, ce n est plus le créateur qui dirige son entreprise, ce sont les financiers. Si les fonds de pension américains fournissent environ un tiers des montants reçus par le capital-risque, ils ne fournissent que 0,6 % du capital pour les PME prises dans leur ensemble. Comment pourrait-il en être autrement, en France, si des fonds de pension voyaient le jour? E. L échec des fonds de pension qui existent déjà en France Il existe déjà en France des fonds de pension. On ne peut être que surpris de la méthode de travail utilisée par le commissariat au Plan et le Conseil d analyse économique qui, dans leur volonté de faire un diagnostic du système français des retraites, ont omis d analyser et d évaluer ces fonds de pension. Cette omission, bien sûr, n en est pas une : la publication des performances de ces fonds de pension ferait de la contre-publicité à l idée même de fonds de pension et mettrait leurs partisans en contradiction. Contre-publicité, car la plupart des fonds de pension déjà existant, pris individuellement, sont en échec, dans la mesure où ils n ont concerné qu une proportion extrêmement faible de bénéficiaires, de l ordre de 10 %. Contradiction, car de l addition de tous ces échecs individuels, serait apparu l échec collectif des fonds de pension. Il faut alors se demander ce que pourrait ajouter la création de nouveaux fonds de pension à cet ensemble baroque, et ce qui permettrait d augmenter le nombre des bénéficiaires, en dehors de nouvelles exonérations fiscales de plus en plus coûteuses pour les contribuables et destinées aux classes moyennes supérieures. Une telle perspective écarterait de la retraite les chômeurs, les précaires et les catégories populaires. Les performances sociales et financières des fonds de pension ou des systèmes de capitalisation existants sont très faibles : FONPEL ; CAREL : La petite affaire Maxwell à la française ; COREVA ; L échec des contrats Madelin ; le CREF ; la PREFON ; l AFER ; L échec populaire des PEA ; l échec populaire et succès commercial des contrats d assurance-vie ; L exception des PEP. IV. LA RÉVOLUTION BLANCHE ULTRALIBÉRALE

6 6 Pourquoi les pouvoirs publics, malgré les dangers, l inefficacité et l inutilité des fonds de pension, persistent-ils à en envisager l extension? Parce qu ils ont renoncé à s opposer à la révolution blanche menée par les ultralibéraux. Cette révolution blanche est un véritable projet de civilisation qui se déploie selon trois axes : la poursuite de la libéralisation financière, la mise en place de la théorie des trois piliers de la retraite par la Banque mondiale pour mieux les détruire et le maintien d un chômage élevé justifié par la théorie absurde du NAIRU. A. La libéralisation financière est un objectif de politique intérieure américaine Les milieux ultralibéraux anglo-saxons prétendent que la libéralisation financière est une nécessité mondiale découlant d une sorte de droit naturel devant s appliquer à chaque pays pris individuellement et aux relations entre ces pays. Dans les faits sinon dans les arguments, la libéralisation financière favorise en réalité les États-Unis qui parviennent tout à la fois à détourner à leur profit une partie de l épargne mondiale et à placer dans les pays étrangers les investissements provenant de leurs fonds mutuels et de leurs fonds de pension. La condition requise était l organisation de marchés financiers et la création d épargne dans ces pays, toutes choses que la libéralisation financière avait pour mission de réaliser. Les organismes multilatéraux ont donc mené la politique des États-Unis en la conceptualisant. B. La Banque mondiale et la théorie des trois piliers de la retraite C est la Banque mondiale qui, la première, a sonné la charge contre les systèmes de retraites en répartition. Le signal du départ de cette campagne d affolement de l opinion publique a été donné en octobre 1994, dans un rapport devenu depuis la bannière des ultralibéraux et de leurs nombreux relais dans le monde entier 1. L objectif est de casser les systèmes de protection sociale mis en place en Europe. Les trois piliers de la retraite visent à détruire les retraites garanties. Les propositions de la Banque mondiale visent à faire des systèmes de retraite des instruments de la financiarisation des économies. Une telle stratégie repose sur la volonté de casser la répartition provoquée par le mythe du manque d épargne et sur la volonté de mondialiser les valeurs anglo-saxonnes d individualisme. Soutenant cet effort de la Banque mondiale, l OCDE et le FMI ont précisé les contours de cette révolution blanche ultralibérale. Pour le FMI les systèmes de protection sociale sont donc trop protecteurs et déresponsabilisent les citoyens. Habitués à trop de sécurité, ces derniers ne fourniraient pas l effort d épargne nécessaire au développement économique. Pour les ultralibéraux, les assurances sociales et les autres systèmes de protection sociale encouragent et habituent les gens à ne pas épargner. Une telle attitude maintiendrait les taux d épargne à des niveaux insuffisants pour développer la croissance économique. Il faudrait donc réduire au maximum tous les dispositifs publics qui ne génèrent pas d épargne, afin, comme le dit le FMI, de forcer les gens à épargner pour leur retraite en orientant les fonds de manière stable et permanente vers les investissements dans le secteur privé. Le Fonds monétaire international estime même qu un système en répartition peut déprimer l épargne nationale parce qu il crée de la sécurité dans le corps social. Les fonds de pension ont ainsi un objectif idéologique clair : provoquer de l insécurité parmi les citoyens, ces derniers étant considérés comme intrinsèquement paresseux et irresponsables, et les forcer à épargner en provoquant de l insécurité. C. Le mur de pierre du NAIRU : pour conserver un chômage de masse 1 World Bank, Averting the Old Age Crisis : Policies to Protect the Old and Promote Growth, [Prévenir la crise du vieillissement : politiques pour protéger les personnes âgées et promouvoir la croissance], Policy Research Bulletin, 5 e volume, numéro 4, août-octobre 1994.

7 7 Les experts du commissariat au Plan et du Conseil d analyse économique, pour déterminer la situation financière des régimes de retraite à l horizon 2040, ont utilisé un taux de chômage de 9 %. Pourquoi? D où vient ce taux de 9 %? Il correspond au NAIRU. Accuser les gouvernements de ne pas vouloir consciemment s attaquer réellement au chômage, n est pas une obsession antigouvernementale, associée au soupçon bien connu du complot. Ce complot contre l emploi existe pourtant, il est une pièce essentielle de la révolution blanche organisée par les ultralibéraux. Il a même un nom de code : le NAIRU. Si les gouvernements des pays industriels ne veulent pas s attaquer réellement au chômage consciemment c est parce qu ils sont sous l influence de conseillers et d économistes infectés par le virus du NAIRU alors même que ce concept est dénué de fondements. Qu est-ce que le NAIRU? C est l acronyme de Non-Accelerating Inflation Rate of Unemployment ou Taux de chômage qui n accélère pas l inflation. Et que dit le NAIRU? Il dit que, si le chômage est trop faible, l inflation va s accélérer au point de ne plus pouvoir être maîtrisée. Dans chaque pays, à chaque moment, existerait un taux de chômage naturel, au-dessous duquel l inflation tendrait à s accélérer, et au-delà duquel elle tendrait à décélérer. Les politiques publiques, notamment la politique monétaire, doivent donc maintenir un certain niveau de chômage pour ne pas réveiller les démons inflationnistes. Critiquer un taux dit naturel serait alors défier les forces de la nature et se prendre pour un démiurge En France le NAIRU a même été fixé à 9 % par le ministère des Finances. Une preuve se trouve dans les Comptes prévisionnels de la nation pour 1997 et selon lesquels une estimation centrale de ce taux de chômage compatible avec une croissance durable et non inflationniste serait [fin 1997] d environ 9 %. Au niveau du chômage actuel [12,5 % à l époque], ce seraient donc environ trois à quatre points de chômage qui pourraient être résorbés sans générer de tensions inflationnistes. V. POSER LE PROBLÈME DES RETRAITES DE FAÇON GLOBALE ET NON PARTIELLE ET PARTIALE Une forte probabilité existe, si rien ne change, de voir la proportion des inactifs croître plus rapidement que celle des actifs et donc d augmenter leur contribution. Comment d ailleurs pourrait-il en être autrement alors que le chômage ne baisse pas, que plus personne ou presque n en parle, et que rien n est sérieusement envisagé pour le faire disparaître?. Mais pour résoudre ce problème réel de financement des retraites, le Conseil d analyse économique et le commissariat au Plan ont proposé les réformes les plus inefficaces, les plus dangereuses et les plus antisociales. Il faut même franchir un seuil dans la critique, car il y eu incompétence ; impuissance réelle ou simulée ; mensonges directs et par omission ; partialité et approximations ; raisonnements biaisés et mauvaise foi ; tentative de manipulation. En réalité le but du gouvernement n était pas de procéder à un diagnostic partagé, comme cela avait été annoncé. Il était plutôt de faire partager un diagnostic : celui du caractère inéluctable du recul social. Le résultat si ce n était l objectif a été de préparer l opinion publique au sacrifice. Comment aborder différemment le problème des retraites? Il faut poser le problème de manière globale et non partielle et partiale, c est-à-dire Saisir les mutations que connaissent les personnes âgées car, contrairement aux apparences et à la propagande, il n existe pas de vieillissement de la population ni de choc démographique. Par ailleurs Le financement d un régime de retraite est moins fonction du nombre des actifs que de leur productivité, c est-à-dire du volume de la production et des modalités de partage des richesses. A. Pourquoi Il n existe pas de vieillissement de la population?

8 8 En s appuyant sur les travaux de l historien Patrice Bourdelais, il est possible de récuser de manière extrêmement vigoureuse la notion de vieillissement de la population, et ceci pour trois raisons : L âge qui définit aujourd hui la vieillesse n est plus adapté. Tout a changé pour les femmes et les hommes de 60 ans : l état de santé, l allongement de la durée de la vie, la place dans la société, les revenus, le mode de vie. Il n est plus possible d associer, à la fin des années 1990, l âge de la vieillesse à l âge de 60 ans, car un tel seuil est démenti par les faits biologiques et sociaux. La notion de vieillissement démographique contribue à figer la représentation de l âge de la vieillesse alors que sa réalité connaît des mutations jamais imaginées. La notion de vieillissement possède un usage idéologique alimentant l idée de la fin du progrès. Il ne faut pas confondre les phénomènes réels et l interprétation qui en est faite. L allongement de l espérance de vie est un phénomène réel. Mais l interpréter comme un vieillissement de la population relève de l idéologie. Pourquoi? Parce que ce concept de vieillissement possède un usage dans le débat d idées dont l effet si ce n est l objectif s inscrit dans l idéologie de la fin de l histoire et du progrès sous le quadruple aspect national, social, économique et politique. Au total, la notion de vieillissement telle qu elle est désormais utilisée dans le débat public ne se contente pas simplement de décrire un phénomène démographique. Elle porte en elle un diagnostic pessimiste sur l avenir de la société. Un glissement de sens s est opéré, élargissant la notion de vieillissement à la totalité économique, sociale, culturelle et politique qui deviendrait, elle aussi, vieillissante, c est-à-dire sans avenir. Vivre plus longtemps et en bonne santé représente une chance et il faut mettre fin à cette nouvelle séance de contrition collective à laquelle nous nous livrons. Il faut prendre le contre-pied exact de l idéologie du vieillissement de la population. Les évolutions démographiques doivent être vécues positivement. La notion de vieillissement déforme la réalité. Le phénomène le plus significatif n est pas un vieillissement mais un rajeunissement de la population : nous vivons en effet jeunes de plus en plus vieux (ou plus longtemps) et en bonne santé. C est sur cet aspect qu il convient d insister car il est objectivement le plus significatif et il est, surtout, porteur d espoir. Il ne faut donc pas laisser transformer ce formidable espoir en menace. B. Le financement des retraites est d abord un problème de production et de répartition des richesses Il existe Cinq paramètres pouvant être utilisés pour obtenir l équilibre financier d un système de retraite : la quantité et la qualité de la richesse produite dans la société (1), le taux et les modalités de prélèvement sur cette richesse (2), le nombre des cotisants aux régimes de retraites (3), la durée des cotisations (4) le nombre et le montant des retraites à payer (5). 1. L exemple de l agriculture montre que le plus important n est pas le nombre d actifs mais ce qu ils produisent En 1950, un peu plus de 3 millions d agriculteurs avaient pour mission de nourrir un peu plus de 40 millions de Français. En 1999, moins d un million d agriculteurs nourrissaient 60 millions de Français. Dans cet exemple on peut comparer les actifs aux agriculteurs et les inactifs aux Français qui attendent d être nourris. Non seulement la baisse du nombre des actifs-agriculteurs n a pas provoqué de famine chez les inactifs-français, mais l agriculture nationale est devenue l une des plus performantes au monde à un prix écologique certes élevé particulièrement à l exportation. C est la productivité agricole qui a permis, avec moins d agriculteurs, de nourrir plus de Français. Les retraites en répartition doivent trouver des solutions identiques à celles trouvées pour l agriculture. 2. Une augmentation modeste des cotisations suffirait à retrouver l équilibre financier Le Conseil d analyse économique, entre autre, estime qu il faudrait augmenter les cotisations de 0,4 % tous les ans à partir de 2006 pour maintenir l équilibre financier des régimes de retraites. Il est cependant parti du présupposé non démontré, et sans que la population ne soit consultée, que cette augmentation des cotisations était insupportable. En réalité, pour des raisons idéologiques tout autant qu électorales, les

9 9 gouvernements répugnent à augmenter les prélèvements obligatoires. C est la raison pour laquelle l allongement de la durée des cotisations a été préféré. Alors que le triplement du taux des cotisations pour les 40 années qui viennent est présenté comme une catastrophe, il est nécessaire de rappeler que les 40 années qui viennent de s écouler ont vu les mêmes cotisations être multipliées par 10. Celles-ci ont en effet augmenté de 0,7 % par an entre 1973 et 1983 ; de 0,5 % par an entre 1983 et 1991 et de 0,35 % par an entre 1991 et L augmentation du nombre des cotisants réglerait une partie significative du problème Les organisations syndicales ont heureusement contesté l hypothèse d un taux de chômage à 9 % en 2040 telle que l avait retenue le commissariat au Plan. D autres hypothèses ont été utilisées, notamment avec un taux de chômage à 3 %. Dans ce cas, les prélèvements pour financer les retraites passeraient de 14,5 % du PIB en 1998 à 16,3 % en 2040, soit une augmentation de 1,8 %. Cette augmentation des prélèvements serait à organiser sur 40 ans. Ces besoins annuels de financement pourraient être trouvés, par exemple, en augmentant les cotisations. Où est le drame, où est le problème? 4. L augmentation de la durée des cotisations n est pas justifiée Pourquoi le commissariat au Plan ne retient-il que cette formule en écartant sans débat les autres possibilités? La réponse est simple et elle n est pas d ordre technique ou financier mais idéologique. Les gouvernements ne veulent pas relancer l économie et la croissance de la sphère marchande car ils craignent le retour de l inflation. Ils ne veulent pas non plus relancer l emploi, et notamment l emploi dans la sphère nonmarchande pour la même raison : ils craignent le retour de l inflation. Ils ne veulent pas augmenter les cotisations par principe, car les prélèvements obligatoires font figure d épouvantail. 5. Remettre en cause la baisse programmée du montant des retraites Les citoyens doivent s insurger contre la culture diffusée par le commissariat au Plan et le Conseil d analyse économique et c est la construction d un nouveau type de plein-emploi qui seul permettra le financement des retraites. C. Un nouveau type de plein-emploi pour financer les retraites L importance de la masse salariale, dans le système actuel, conditionne le financement des retraites. Elle peut augmenter sous l effet conjugué de quatre actions. 1. Augmentation des salaires La France est un des pays développés qui est allé le plus loin dans l affaiblissement de la part des salaires dans le PIB. Cette situation explique en partie le chômage, car le pouvoir d achat, c est-à-dire ce qui détermine la demande des ménages, a été asséché expliquant dans une large mesure les difficultés d un système de protection sociale financé par des prélèvements sur les salaires. 2. Création d un nouveau type de plein-emploi Choix essentiellement politique, la réalisation d un nouveau type de plein-emploi nécessite une réorientation complète de la politique gouvernementale dans trois domaines : a Tirer toutes les conséquences de la fin de l inflation. Dans ses discours et ses décisions, le gouvernement doit très clairement affirmer devant l opinion publique que la guerre contre l inflation a été gagnée, et que cette victoire permet désormais sans risque l augmentation des salaires et de l emploi. b Concevoir différemment la réduction du temps de travail. La loi Aubry est d inspiration libérale. Ses objectifs véritables, qui n avaient pas été annoncés mais qui se sont révélés au fil du temps lors de sa mise en œuvre, sont l organisation de la pression sur les salaires ; la baisse du coût du travail ; l extension de la flexibilité ; et, accessoirement, la création d emplois, comme le montrent les résultats fort modestes obtenus en

10 et au début de C est la conception même de la réduction du temps de travail qui doit changer en prévision de la seconde loi, qui doit être votée fin c Développer les emplois non-marchands. Le secteur non-marchand est perçu comme une source de dépenses pour les finances publiques, et comme une menace de cannibalisation pour le secteur privé. C est à la clarification de ces éléments qu il convient de procéder. Sur ces trois points, des pistes existent. Une partie des 700 milliards de francs de dépenses et des 400 milliards des manques à gagner fiscaux et en cotisations sociales liée au chômage en 1997 peut être progressivement réorientée pour financer l emploi. Cette piste, jusqu à maintenant négligée et méprisée par les pouvoirs publics, offre pourtant la possibilité de sortir du piège du chômage. Quant à la détermination, l utilité, la gestion et le statut de ces emplois, ils devraient résulter de pratiques nouvelles de démocratie participative à l échelon territorial intercommunal. 3. Libérer les âges de la retraite La proposition du commissariat au Plan d allonger la durée des cotisations à 42,5 ans doit être abandonnée. Elle est inadaptée, car elle ne tient aucun compte des différences devant l espérance de vie selon les individus. Il faut que le nouvel âge légal du départ en retraite tienne compte de l espérance de vie, dont on sait qu elle dépend essentiellement de la catégorie sociale. Mais allonger la durée des cotisations n est possible que si la question du chômage est résolue. 4. Assurer la continuité des positions professionnelles Une des évolutions les plus perverses du marché du travail, depuis le début des années 80, a été la discontinuité croissante des activités professionnelles. A l entrée tardive dans la vie professionnelle pour des centaines de milliers de jeunes, s ajoute l accumulation de trous de carrière, qui font alterner périodes de chômage et périodes d emplois précaires, stages ou intérim. Il faut créer rapidement un véritable équivalent de cotisation pour ces périodes non travaillées, sous peine de voir le montant des retraites se réduire pour les millions de personnes concernées. Mais un tel équivalent de cotisations ne serait qu un palliatif. Il faut s attaquer à la racine du problème, c est-à-dire assurer pour chacun la garantie d une activité, d un revenu et de la protection sociale. Un statut de l actif pourrait en constituer le moyen juridique. Mais l augmentation de la masse salariale ne suffit pas, il faut encore envisager la participation des employeurs. Le système actuel, qui consiste à calculer les cotisations sociales patronales sur la masse salariale est pénalisant pour l emploi et pour les petites entreprises, commerçants, artisans et professions libérales. Il faut, au contraire, fixer le montant des cotisations sociales patronales par rapport à la richesse réellement créée par l entreprise, c est-à-dire établir une nouvelle assiette, celle de la valeur ajoutée, par exemple. Les avantages en seraient nombreux. Tout d abord, le coût du travail deviendrait variable et adapté à la capacité de création de richesse par l entreprise. Ensuite, les entreprises réalisant des bénéfices importants notamment sur les marchés financiers seraient mises à contribution en proportion de leurs gains. Le changement d assiette permettrait ainsi de concilier efficacité économique et justice sociale. Le CNPF-MEDEF refuse cette proposition. Défendant les grandes entreprises à haute intensité capitalistique, il œuvre contre l intérêt des petites entreprises qui ont tout à gagner à voir s opérer ce changement d assiette.

Ce qu on ne nous dit pas

Ce qu on ne nous dit pas Retraites Ce qu on ne nous dit pas L argument de la démographie Nous vivons de plus en plus longtemps Il y a de plus en plus de retraités pour toujours moins d actifs Il faut donc travailler plus longtemps

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

L avenir de nos retraites n est pas une question anecdotique, ni une affaire d experts. Il s agit d un choix de société qui nous concerne toutes et tous, jeunes et vieux, femmes et hommes, salarié.e.s,

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Ménages et consommation 1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? question 1: comment le revenu des ménages est-il réparti? question 2: quelle est l influence

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

LE PERP retraite et protection

LE PERP retraite et protection LE PERP retraite et protection Benoit Rama http://www.imaf.fr Le PERP (Plan d Épargne Retraite Populaire) est une mesure d encouragement à la préparation de la retraite destinée aux salariés. Il copie

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai 2010 «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 1 Document de travail, n

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

Les fonds de pension de retraite, modèle économiquement pervers

Les fonds de pension de retraite, modèle économiquement pervers Les fonds de pension de retraite, modèle économiquement pervers Michel LAMY [lamy@cfecgc.fr] 78 Il y a ceux qui sont pour le tout capitalisation, il y a ceux qui sont pour le rejet pur et simple des fonds

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique. Les Français, leur épargne et leur retraite

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique. Les Français, leur épargne et leur retraite CECOP Centre d études et de connaissances sur l opinion publique Les Français, leur épargne et leur retraite FD/EP N 113015 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Esteban Pratviel Département Opinion et Stratégies

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

Régime à cotisation déterminée. On sait ce qu on met dedans; ce qu on retirera à la retraite dépend du rendement.

Régime à cotisation déterminée. On sait ce qu on met dedans; ce qu on retirera à la retraite dépend du rendement. Le Régime volontaire d épargne retraite (RVER) face au défi de la sécurité du revenu à la retraite des personnes salariées des groupes communautaires et de femmes et des entreprises d économie sociale

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

Les retraites en fiches, en chiffres et en friches. Sommaire

Les retraites en fiches, en chiffres et en friches. Sommaire 1 Les retraites en fiches, en chiffres et en friches Sommaire Ce dossier comprend quelques schémas sur la problématique des retraites. Page 2. Historique des régimes de retraites en France Page 3. Les

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Terminale ES Enseignement de spécialité Economie approfondie Thème n 1 : Economie et démographie Fiche 1.2 :

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A Dossier retraite Mise à jour : 10/03/2014 Vos ressources De quelles ressources disposerez-vous lors de votre départ en retraite? Elles sont de 5 natures : - La retraite sécurité sociale dite retraite de

Plus en détail

LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE

LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE Préparer sa retraite MA RET RAITE Sommaire Le système de retraite en France, deux grands principes...2 Pour les régimes du privé, du salariat agricole, de l

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité Université citoyenne d Attac Toulouse, 22 août 2008 Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon Les principes néolibéraux Théories de Hayek, Friedman

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

DEVRIEZ-VOUS DEMANDER LA VALEUR DE RACHAT DE VOS DROITS À PENSION QUAND VOUS QUITTEZ VOTRE EMPLOYEUR?

DEVRIEZ-VOUS DEMANDER LA VALEUR DE RACHAT DE VOS DROITS À PENSION QUAND VOUS QUITTEZ VOTRE EMPLOYEUR? DEVRIEZ-VOUS DEMANDER LA VALEUR DE RACHAT DE VOS DROITS À PENSION QUAND VOUS QUITTEZ VOTRE EMPLOYEUR? Planification fiscale et successorale Mackenzie Auparavant, lorsqu une personne quittait un emploi

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 1 2 Le Pacte : quels bénéficiaires? Les entreprises Toutes les entreprises, quelle que soit

Plus en détail

face face Retraite Et si on parlait de votre retraite?

face face Retraite Et si on parlait de votre retraite? face à face Et si on parlait de votre retraite? K. Dodge / Masterfile Nous allons vivre longtemps... Espérance de vie à la naissance 100 90 80 70 60 63,4 69,2 74,6 82,9 82,7 L allongement de l espérance

Plus en détail

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT Revoir le mode de financement de notre système d Assurance-maladie, institution à

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère»

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» «Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» * Précision apportée par l auteur, publiée le 26 novembre. Voir en fin d'article Gabriel Zucman vient de publier un livre, «La Richesse cachée

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Les dispositifs de retraite supplémentaire

Les dispositifs de retraite supplémentaire a v r i l Retraite : un retraité sur huit perçoit une rente En 13, plus de 1 milliards d euros de cotisations ont été versés au titre de la retraite, soit,3 % des cotisations versées au titre des différents

Plus en détail

Modélisation de la réforme des pensions

Modélisation de la réforme des pensions Modèle PROST de la Banque Mondiale Modélisation de la réforme des pensions Mécanisme de simulation des options de réforme des retraites, de la Banque Mondiale L es politiques de pension d aujourd hui peuvent

Plus en détail

Les mutations de l offre Epargne Retraite

Les mutations de l offre Epargne Retraite Les mutations de l offre Epargne Retraite Forum International de Paris sur la Gestion de l Epargne Retraite Monique TEZENAS du MONTCEL 10 Avril 2012 BANQUE - FINANCE - ASSURANCE PROTECTION SOCIALE 10,

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du date Ville 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national : début de reprise économique, mais chômage encore trop fort Dans notre région, une problématique

Plus en détail

Introduction : pour une refonte générale de notre système de retraite

Introduction : pour une refonte générale de notre système de retraite Introduction : pour une refonte générale de notre système de retraite Conséquence de l empilement des régimes et de modes de calculs complexes, nul ne sait exactement quels seront ses droits à la retraite.

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite PRÉVOYANCE - RETRAITE PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE Santé Prévoyance & Retraite Matinale de l entrepreneur CCI 11 JUIN 2013 LE REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS

Plus en détail

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes Cartes sur table Pour une justice sociale et fiscale Quatre propositions concrètes AVERTISSEMENT La mission de la Fondation Jean-Jaurès est de faire vivre le débat public et de concourir ainsi à la rénovation

Plus en détail

La majorité actuelle a pris. politique fiscale. inconstitutionnel? La nouvelle. rend-elle l ISF

La majorité actuelle a pris. politique fiscale. inconstitutionnel? La nouvelle. rend-elle l ISF www.fondapol.org La nouvelle politique fiscale rend-elle l ISF inconstitutionnel? par Aldo Cardoso La majorité actuelle a pris la décision d appliquer un niveau d imposition sans précédent sur les revenus

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

Les jeunes et la précarité : mettre fin au bizutage social

Les jeunes et la précarité : mettre fin au bizutage social Les jeunes et la précarité : mettre fin au bizutage social Depuis plus d un an, la France est frappée par la crise économique et financière mondiale. Si les origines de cette crise sont connues et dénoncées

Plus en détail

Le globalisme économique du Royaume-Uni

Le globalisme économique du Royaume-Uni Le globalisme économique du Royaume-Uni Alexis GARATTI Artisan et partisan de longue date de la globalisation, le Royaume-Uni souffre plus intensément des effets de la crise. Malgré ces difficultés, les

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Epargne. Bien comprendre l épargne-retraite en entreprise. L offre globale. Assurances et Services pour le développement des entreprises.

Epargne. Bien comprendre l épargne-retraite en entreprise. L offre globale. Assurances et Services pour le développement des entreprises. entreprises Epargne Bien comprendre l épargne-retraite en entreprise L offre globale Groupama Assurances et Services pour le développement des entreprises. epargne Comment maintenir le niveau des retraites?

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

Le financement de la formation professionnelle

Le financement de la formation professionnelle Idées, concepts et politiques Le financement de la formation professionnelle Financing vocational training, Professeur Adrian Ziderman, Bar-Ilan University, Israël, zidera@mail.biu.ac.il Le système de

Plus en détail

La retraite. n est pas un privilège! Avant-propos. Qu est-ce que le RREGOP? En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus

La retraite. n est pas un privilège! Avant-propos. Qu est-ce que le RREGOP? En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus La retraite n est pas un privilège! Fascicule 1 Avantpropos Depuis plusieurs mois déjà, de grands médias tirent à boulets rouges sur les régimes

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Part des salaires dans la valeur ajoutée

Part des salaires dans la valeur ajoutée NOTE CGT SUR LES SALAIRES ET LE POUVOIR D ACHAT Augmenter les salaires pour renouer avec la croissance Montreuil, le 18 juin 2013 On ne peut pas parler salaires sans parler coût du capital. Dans une économie

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier Pacte de responsabilité et de solidarité Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier 1 2 INTERVENTION DE MONSIEUR MICHEL JOUVENOT DIRECTEUR DE LA BANQUE

Plus en détail

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible?

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 32 LES FACTEURS ECONOMIQUES DE LA CONSOMMATION A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 1 De la production aux revenus primaires 1. Une fois la richesse produite dans les entreprises

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations.

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. 27 août 2013 Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. Il est aujourd hui confronté à la fois au départ en retraite des générations

Plus en détail

Minimiser vos impôts sur votre rémunération d entrepreneur : pouvez vous faire mieux?

Minimiser vos impôts sur votre rémunération d entrepreneur : pouvez vous faire mieux? 1 Minimiser vos impôts sur votre rémunération d entrepreneur : pouvez vous faire mieux? Présenté par France Gagnon, CPA, CA, M.FISC. Le 26 novembre 2014 Agenda Introduction Qu en est il du REÉR? Taux d

Plus en détail

Une famille, deux pensions

Une famille, deux pensions famille, deux pensions Susan Poulin Au cours du dernier quart de siècle, la proportion de familles composées de deux conjoints mariés ayant tous deux un emploi a augmenté de façon phénoménale. En 1994,

Plus en détail

Les rachats de contrats d assurance-vie après 60 ans en 2012 FFSA

Les rachats de contrats d assurance-vie après 60 ans en 2012 FFSA CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Les

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en 2014

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en 2014 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception Service des Études économiques et de la Prospective Délégation pour la planification Décembre 2006 L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception La mesure du pouvoir d achat des ménages

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise LIGUE DES CONTRIBUABLES Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise (Moins d impôt pour les Québécois) Préparé par Claude Garcia pour la Ligue des contribuables Présenté

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les bénéficiaires de retraites Nombre de retraités, selon les différents régimes (COR janvier 2010) : 16 millions dont : 11,3 millions :

Plus en détail

Diane Patrimoine. Assurance-vie à annuités variables. Janvier 2011

Diane Patrimoine. Assurance-vie à annuités variables. Janvier 2011 Diane Patrimoine Assurance-vie à annuités variables Janvier 2011 Sommaire 1 Enjeu de la retraite et environnement client 2 La solution retraite patrimoniale en 4 points clés Un revenu garanti à vie Performance

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 6 juin 2014 AGEN 5 années de croissance perdues 1 850 Volume de la production nationale en milliard d'euros constants (valeur 2005) 1 800 1 750 1 700

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2009 à 9 h 30 «Préparation du rapport de janvier 2010 : Simulations de régimes en points et en comptes notionnels» Document N 1 Document

Plus en détail

Selon les prévisions actuelles,

Selon les prévisions actuelles, Qui épargne pour la retraite? Karen Maser Selon les prévisions actuelles, près de 23 % de la population aura 65 ans ou plus en 2031, ce qui représente une nette progression par rapport au pourcentage de

Plus en détail

Groupe Crédit-Mutuel CIC

Groupe Crédit-Mutuel CIC ATELIER SOLUTION L ingénierie sociale au service des entreprises de leurs dirigeants de l expert- comptable Groupe Crédit-Mutuel CIC P.1 L ingénierie sociale au service des entreprises, de leurs dirigeants,

Plus en détail

À quoi servent les cotisations?

À quoi servent les cotisations? À quoi servent les cotisations? [ Le réseau Urssaf vous rend des comptes À quoi servent les cotisations? ] Depuis 1945, la France a fait le choix d une Sécurité sociale protégeant solidairement l ensemble

Plus en détail

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 %

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 % Niches fiscales et sociales Un inventaire à la Prévert Il a fallu un an au comité d évaluation (une douzaine de hauts fonctionnaires), au ministère du budget, pour sortir un très gros rapport qui inventorie

Plus en détail

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France?

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France? QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France? Janvier 2007, par Charles MBENGUE MATANGA À moyen et long terme la situation des retraites en France sera de plus en plus préoccupante, compte tenu notamment

Plus en détail

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur.

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Bienvenue. Des arguments qui comptent Les points forts des fonds de placement du Credit Suisse. De nets avantages Les fonds de placement:

Plus en détail

Claude-Annie Duplat. Votre retraite. Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0

Claude-Annie Duplat. Votre retraite. Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0 Claude-Annie Duplat Votre retraite Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0 Chapitre 4 Le nouveau calcul de la retraite de base La loi d août 2003 portant réforme des retraites

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

En avril 2006, un citoyen produit sa déclaration de revenus 2005. En septembre de la même année, il constate une erreur dans sa déclaration initiale et produit une déclaration amendée à laquelle il joint

Plus en détail

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE --------------------------------

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- Retraités agricoles: non à l injustice et à l inéquité! Confrontés à la faiblesse des retraites agricoles, à la

Plus en détail

COMMENT LA PENSION DE RETRAITE EST-ELLE CALCULÉE ACTUELLEMENT?

COMMENT LA PENSION DE RETRAITE EST-ELLE CALCULÉE ACTUELLEMENT? Introduction : Le 17 décembre 2002, la Commission européenne a adopté un «rapport d'évaluation des stratégies nationales en matière de pensions adéquates et viables» (1). Ce rapport indique que «Le rythme

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

La Prévoyance en France 2010. «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard

La Prévoyance en France 2010. «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard La Prévoyance en France 2010 «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard 1. Histoire et Définition 2. Le Marché de la Prévoyance 3. Les différentes catégories

Plus en détail

CEM: les comptes d épargne médicale

CEM: les comptes d épargne médicale CEM: les comptes d épargne médicale 1. Situation Le financement du système suisse de santé est à l évidence en passe de devenir un des sujets les plus discutés au cours du siècle. Comme dans la plupart

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons

Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons 75 L enjeu : intervenir sur le partage de plus en plus inégalitaire de la richesse produite Économiste, Fondation Copernic Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons depuis 2007-2008

Plus en détail